Vous êtes sur la page 1sur 5

Stéphanie Perruchoud 2005-06-25 Philanthropos

La personne humaine dans le Nouvel-Âge

Père Marie-Joseph Verlinde


Docteur en philosophie et en théologie
Professeur à l’Institut Catholique à Lyon

Depuis un peu plus d’une cinquantaine d’année, nous assistons à un bouleversement


des mentalités. En effet jusqu’alors, dans nos sociétés occidentales, la pensée et le langage
étaient modelés par la pensée judéo-chrétienne. Aujourd’hui, un nouveau courant imprégné de
philosophie et de spiritualité, une sorte de nébuleuse nommée Nouvel-Âge, fait son apparition
et s’impose comme étant le nouveau paradigme, celui qui réunit tout ce qui a été cru ou pensé.
Une considération de son origine et sa substance seront donc nécessaires pour aborder ce
thème et comprendre la portée de son influence.
Cette doctrine spirituelle se veut également comme une synthèse permettant à l’homme de
trouver son « bien être » et de se réaliser. Mais dans une vision anthropologique, qui
considère l’homme dans sa totalité, corps et esprit, nous pouvons nous demander si le Nouvel-
âge répond à tous les besoins de son être. Dans ce module, le père Verlinde a donc exposé les
enjeux et les apories d’une telle philosophie.

1/Origine du Nouvel-Âge

-Un nouveau Paradigme

Le mot nouvel age n’est pas un mouvement. Il n’a pas de doctrine, pas de hiérarchie,
pas de fondateur. C’est un réseau de réseau, un méta réseau, qui rassemble un réseau de
mouvements : l’écologie, la médecine, le spiritisme. On peut le nommer « nébuleuse mystico-
ésotérique ». Il y 3 grandes branches : une théorique (ésotérisme ), une contemplative
(mystique) et une performative (alchimie, magie). Ces trois courants peuvent être regroupés
par un ensemble de mouvements. Aucune doctrine ne précise est présente, mais le point
commun des trois se résume en quelques axiomes: Panthéisme, Naturalisme (toute doctrine
qui naturalise Dieu ou qui divinise la nature), Monisme (pas de Dieu transcendant, nous
sommes donc tous divins). Tout est dans tout. Dans l’écologie sacrée, si tout est divin, il faut
respecter la nature, car tout est Dieu.
Avant, il y avait un Paradigme judéo-chrétien : l’homme est responsable devant Dieu,
car il est libre. Aujourd’hui certains avancent l’idée d’un nouveau Paradigme de vie. Le
Nouvel-Âge se définit donc comme un « syncrétisme d’éléments séculiers et ésotériques » qui
annonce le moment de changer radicalement les individus, la société et le monde. Plusieurs
expressions de ce besoin de changement existent de manières particulières :

-De la physique newtonienne à la physique quantique


-De l’exaltation moderne de la raison à la valorisation des sentiments, des émotions
-D’une société patriarcale à une société féminine, où les valeurs de la femme sont
exaltées

La différence entre les deux paradigmes est donc énorme.

1
Stéphanie Perruchoud 2005-06-25 Philanthropos

-Des origines dans la pensée scientifique

Dans le nouvel âge, une approche dite scientifique se rend présente. C’est une pseudo
science ésotérique qui ne se base pas sur une réelle science classique. Elle refuse toute
Révélation parce que cela est indigne de l’homme, car il serait dépendant d’un autre pour
découvrir la vérité. Nous ne serions plus autonomes. Cela fait référence au rationalisme.
L’ésotérisme est donc tributaire d’un rationalisme. Lessing (1729-1781), rationaliste,
affirmait que la raison émane sans être diminuée de la raison divine. Tout ce que nous
connaissons, nous le connaissons aussi bien que Dieu. Nous n’avons donc pas besoin d’une
Révélation. Celle-ci est, cependant, nécessaire car tous les hommes ne sont pas
philosophes(Spinoza). L’intelligence peut trouver par elle-même la Vérité. La finalité est le
Salut et Dieu donne au pauvre la Révélation pour pouvoir sauver tout le monde. Pour les
chrétiens, c’est la lumière de la foi qui éclaire la raison. Pour Spinoza la foi est une autre
façon de nous donner accès à la raison. La raison est souveraine. L’ésotérisme s’inscrit dans
cette pensée.

-Des origines dans la pensée romantique

Le romantisme rajoute au Nouvel-Âge une dimension de sentiment. Emmanuel Kant dit


que Dieu est une condition de possibilité de ma pensée. Tout est condition de possibilité pour
Kant. Dieu est une idée qui peut faire l’unité de ma pensée. Il a coupé le chemin vers Dieu
réduisant tout au discours en instaurant des impératifs catégoriques : tu ne tueras pas…
Aujourd’hui, on se méfie des valeurs : pas de vérités objectives. Ce qui est bien pour nous et
mal pour l’autre. Il y une relativisation des valeurs et des concepts de Dieu.
Après Kant, on s’épuise. L’ésotérisme, s’attache donc au rationalisme mais également à la
filière romantique. Dieu est une idée dont nous pouvons faire une expérience, un sentiment.
Quand je regarde la nature j’ai un sentiment de Dieu. Quand j’écoute le clapotis de Dieu
j’entends les nymphes. Il y une présence du divin un peu partout. C’est une réaction contre le
rationalisme.

-Les grandes figures du Nouvel-Âge

• Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891) :

Femme mystérieuse qui a lancé véritablement « le milieu ». Elle a été formée auprès d’un
spirite à Paris et a fondé la Société Théosophique en 1875 à New-York.. Madame Blawatski,
aventurière médium-spirite, a écrit plusieurs ouvrages dont « Isis dévoilée » ou « La Doctrine
secrète » qui sont les références du Nouvel-Âge. Phénomènes paranormaux et anti-
christianisme virulent semblent caractériser les débuts de la Société Théosophique.

• Annie Besant (1847-1933) :

Annie Besant va continuer de diriger la Société après la mort de madame Blawatsky. Elle
dirigea également la Ligue Malthusienne en Grande-Bretagne. Elle se montrera moins
virulente contre le christianisme et réutilisera quelques notions a d’autres fins. Elle faillit
provoquer la perte de l’Ecole en annonçant le nouveau « Christ cosmique » dans la personne
de Krischnamurti qui, en 1929, se déroba.

• Rudolf Steiner( 1861-1925) :

2
Stéphanie Perruchoud 2005-06-25 Philanthropos

Redoutable et très intelligent ésotérique qui devient le chef de l’Ecole Théosophique


d’Allemagne. Rudolf crée sa propre école : l’Anthroposophie. Il s’agit d’une école initiatique.
Pour lui, Jésus est une réincarnation de Zarathoustra. Il y a en fait deux récits de la petite
enfance. Zarathoustra vécu jusqu’au baptême et son esprit le quitta pour laisser celui du Christ
venir. L’anthroposophe créa tout un système qui eut beaucoup de succès.

2/ Les grands thèmes du Nouvel-Âge

-Le cosmos est animé par une énergie

Depuis Einstein, on sait que la matière contient de l’énergie, plus précisément, « la


matière est de l’énergie cristallisée. » Ceci est un fait scientifique, or la philosophie peut
l’envisager de deux manières : c’est une énergie crée par Dieu ou bien une énergie qui émane
de Dieu. C’est la première idée que retient le Christianisme : Dieu ne nous tire pas de Lui-
même, il crée ex nihilo, c’est-à-dire à partir de rien. Le Nouvel-Âge, quant à lui, propose une
doctrine émanationiste. Dieu se transforme à l’intérieur de lui-même. Tout est à l’intérieur de
Dieu, donc tout est Dieu. Il y a quelque chose de divin en la plante, mais elle n’en a pas
conscience. Le Nouvel-Âge parle de créer mais il faudrait parler d’émaner. Ce n’est plus
Dieu, c’est une Energie. Dieu a crée le monde en émanant un liquide humain qui s’est
solidifié. Il n’y a donc pas de différence entre le crée et l’incréé. Dieu est un soleil qui, lorsque
les rayons s’éloignent, perd de son énergie et celle-ci se cristallise dans la matière. L’énergie
divine constitue un spectre. Nous sommes une étincelle divine à l’intérieur de Dieu, il n’y a
pas de Dieu personnel. La plante est une étincelle divine cristallisée. Dieu se perd dans la
matière. Parvenu jusqu’à la matière, l’énergie divine doit remonter en ayant fait toute cette
expérience. Nous faisons partie de cette étincelle qui veut remonter. Donc nous sommes tous
Dieu. Il n’y a donc pas besoin d’un Sauveur ou d’un Créateur auquel j’appartiendrais et
dépendrais.

-Le Christ cosmique

Pour le Nouvel-Âge, la figure historique de Jésus est seulement l’incarnation d’une


idée, d’une énergie ou d’un ensemble de vibrations. Pour les personnes adeptes de cette
pensée, il faut un grand jour de supplications, au cours duquel tous les croyants créeront une
telle concentration d’énergie spirituelle qu’il y aura une nouvelle incarnation qui révèlera aux
hommes comment ils peuvent se sauver. C’est pourquoi, il ne faut pas confondre le retour du
Christ cosmique et le retour du Christ en gloire. Pour beaucoup, Jésus n’est rien d’autre qu’un
maître spirituel qui, comme Bouddha, Moïse, etc. a été habité par le Christ cosmique. Il
représente l’état le plus haut du moi. De plus, la notion de péché étant inexistante, nous
n’avons pas besoin d’un sauveur.

- Harmonie du corps avec le cosmos

Pour le Nouvel-Âge, la médecine officielle ne traite que des symptômes particuliers, sans
regarder l’ensemble de l’individu, ce qui ne satisfait pas totalement. Les thérapies alternatives
prétendent considérer l’homme dans sa totalité. La maladie et la souffrance sont considérées
comme conséquences d’un comportement contre nature. La bonne santé se conserve dans
cette relation d’harmonie avec la nature. Quelles sont les thérapies proposées ?
L’acuponcture, la Kinésiologie, l’homéopathie, le magnétisme, la musique, etc. C’est en nous-
même que se trouve la source de guérison et nous pouvons l’atteindre en nous mettant en
contact avec les énergies. Le problème avec ces médecines parallèles, et spécialement celles

3
Stéphanie Perruchoud 2005-06-25 Philanthropos

qui ont le plus de succès, c’est que la base n’est pas toujours scientifique et que la préparation
de produits ou la pratique de certaines techniques de guérisons nécessitent des rites ou prières
initiatiques touchant au monde occulte. Cela s’oppose à l’esprit de l’Evangile qui reçoit tout
de Dieu comme un don, sans s’attacher excessivement aux biens reçus et offrant tout pour la
plus grande gloire de Dieu.

-Fascination pour les entités

Le monde du Nouvel-Âge est fasciné par toutes les manifestations extraordinaires et


spécialement pour les entités paranormales. Certaines personnes, des « médiums »,
appartenant au monde occulte, affirment être sous l’emprise d’une entité pendant un rite ou
une danse ou un rite initiatiques au cours duquel ils perdent certaines de leurs facultés. Ces
manifestations sont, d’après eux spirituelles mais elles ne proviennent pas de Dieu. Il s’agit en
fait d’une nouvelle forme de spiritisme. Ce que nous sommes en droit de nous demander est :
- Quelle est la part de réalité ou de vérité dans ces phénomènes ?
- Est-ce que ces entités correspondent à ce qu’il en est dit ou s’agit-il d’une action
subtile d’un Ange maléfique ?
Tout ce que nous pouvons en dire aujourd’hui est que l’invocation de ces esprits ou de ces
entités n’est pas à proprement parler pas religieuse !

-La recherche de totalité

Les différentes branches incluses au « milieu » témoignent qu’il y a, dans ce


mouvement, une recherche de totalité. Toute forme de dualisme est condamnée. C’est
pourquoi, selon eux, il faut dépasser les distinctions entre Créateur-crée, homme et nature,
forme et matière, etc. Evidemment cette critique du dualisme s’adresse tout
particulièrement au judéo-christianisme. En réalité la vision chrétienne est une vision
d’unité entre l’âme et du corps, mais sans confusion des parties et l’homme, crée à
l’image et à la ressemblance de Dieu est appelé à cette communion avec lui mais tout en
restant de nature humaine. Une autre critique que fait le Nouvel-Âge s’adresse aux
scientifiques qui réduisent l’esprit à la matière.

3/ Le Nouvel-Âge est un matérialisme

Le Nouvel-âge prétend viser une totalité de l’homme en prenant soin du corporel et du


spirituel au moyen de diverses techniques. Il accuse le Christianisme d’avoir empêché la
pleine manifestation de l’Humanité authentique. La Religion chrétienne, qui a marqué l’ère du
Poisson, doit être remplacée par la Religion du Monde Nouveau que l’Instructeur mondial
viendra mettre en place en unifiant toutes les religions qui auront préparé sa venue. Cette
religion garantira l’institution d’un Nouvel Ordre Mondial.
La totalité de l’homme n’est pas considérée. Tout part des énergies et tout tourne
autours des énergies. C’est donc un matérialisme (énergie qui s’identifie à la matière). On ne
touche pas au spirituel, c’est du sensualisme, qui touche au sens. Pour l’ésotérisme, il n’y a
pas de forme et matière. Pour Platon, le monde des Idées est très haut et pas du tout dans la
matière. Aristote dit que l’intelligible est dans la matière. L’âme est la forme du corps. Il y a
une ouverture sur la transcendance. Il y une unité substantielle, je sui mon corps. Dans le
Nouvel-Âge il n’y a plus du tout cela. Nous pouvons respirer Dieu. Sainte Thérèse d’Avila
parle de la fine pointe de l’âme. Je suis Capax Dei. J’entends la voix de Dieu qui parle dans
mon cœur. Le cœur de l’homme est fait pour l’Esprit saint. L’âme n’existe pas pour les
Esotériciens. Ils ne connaissent pas l’âme spirituelle. L’esprit divin est confondu avec les

4
Stéphanie Perruchoud 2005-06-25 Philanthropos

énergies occultes. L’Esprit est une vibration, une force dominant l’Univers. Le divin est plus
haut que le spirituel. Le Verbe est vibration pure comme l’ultraviolet et c’est cela qui donne
tout. La foi est donc totalement inutile. La foi est une maladie mentale selon certaines
personnes. Seuls les énergies et le corps comptent. Il n’y a donc pas une prise en compte
totale de la personne humaine. Le Nouvel-Âge est un matérialisme.

Conclusion

Le Nouvel-Âge s’étend dans notre société à une époque où les valeurs sont remises en
cause, où le Christianisme s’essouffle, où la science avance. Le mal et la souffrance
dépossédés de leur sens sont perçus comme scandaleux. On recherche donc toujours plus le
bien-être de l’homme, mais ce dernier étant également un être spirituel, il faut répondre à sa
soif d’absolu. Ce mouvement prétend répondre à cette soif en lui proposant un contact avec
les énergies. En réalité, il réduit l’homme à sa matérialité lui reniant son âme et sa possibilité
d’avoir une relation personnelle avec Dieu. Ce « milieu » s’affirme en s’opposant
principalement au Christianisme. Le mystère de l’homme est grand, mais celui qui peut
révéler l’homme véritablement à Lui-même est Dieu seul. Les dons de Dieu se reçoivent et ne
se prennent pas de manière autoritaire. Il s’agit peut-être de la plus grande tentation de
l’homme : « Vous serez comme des dieux ». On désire se faire juge du bien et du mal et
prendre la place de Dieu. La démarche de vérité nécessite une humilité et une acceptation que
nous sommes pécheurs, mais infiniment aimés de Dieu. Notre fierté, c’est Jésus et Jésus
crucifié.