Vous êtes sur la page 1sur 42

Une sous-station 1500 volts ou une « cathédrale du rail »...

...Comme il en existe encore le long des lignes 1500 v continu. J’étais déjà dans la construction d’une telle
installation lorsque ‘’Loco Revue’’ fait un article là-dessus ! Quelle aubaine pour moi ,alors que je
pataugeais péniblement en recoupant les infos photos et plans piqués sur la toile. Cet article paru dans le
n° 746 m’ a été d’un grand secours et m’a permis de continuer mes travaux.

C’est pour cette raison que ce reportage aura plusieurs épisodes tant la tache se révèle longue.
Commençons par la collecte de poteaux de toutes sortes en forme et en hauteur, qui viennent de plusieurs
fabricants : Vollmer, Marklin et autres Jouef et quelques profilés laiton, sans oublier les éléments JV, (1500
et 25000v) .

N’oublions surtout pas les isolateurs de toutes sortes; nous verrons plus loin les astuces pour fabriquer
ceux qu’on ne trouvera pas du tout, vu leurs spécificités, et à peu de frais encore!. On peut voir sur cette
photo des condensateurs (jaunes) qui servent d’armoires électriques, des caches-vis ….. une collection
hétéroclite de longue haleine.
Tout d'’abord, l’arrivée du 90 000 volts sur une herse constituée de 2 hauts poteaux en treillis Marklin, dont
on aura coupé les socles béton de moitié pour qu’ils soient plus réalistes, surmontés de 2 entretoises qui
supportent les 3 isolateurs (JV anciens) pour la descente des 3 fils vers la répartition et les diverses
séparations. Les photos qui suivent valent mieux qu’un long discours….
Le tout sur une planche suffisamment dimensionnée, bien que la mienne se soit révélée trop petite au vu
des extensions qui ont suivi; mais nous verrons plus tard pour agrandir la superficie.
Diminuer les socles n’empêche pas leur solidité .
Ici tout est Marklin en HO et N .
Le haut des isolateurs (à gauche) est faitsde gélules tronquées collées à la colle sans solvant; tout le reste
est fixé à la néoprène. Jouef est d’un grand secours en matière d’isolateurs de toutes sortes combinés
ensemble; les câbles proviennent de fils téléphone pour la plupart en cuivre monobrin, simplement collés .
Ici les récepteurs sur les chevalets sont constitués de segments de pailles (à boire) remplis de pâte à
modeler, superposés sur des demi-ronds et surmontés d’aiguilles à boule, celui du centre est placé sur un
condensateur (chimique), fausse armoire .
La suite, c’est le transformateur.

Pour ceux qui ont suivi mes péripéties antérieures, j’avais moulé des fonds de caisses de wagons en
résine; ce sont des morceaux des ces moulages qui ont servi à créer le Corps de notre transfo.
Préparation des ‘’ailettes’’ des radiateurs du transfo.
La ‘’Cathédrale ‘’ .

Ce bâtiment est réalisé en carton de 1mm, tous les éléments sont coupés au cutter et à la règle
métallique . La plupart des mesures sont évaluées au plus simple, pas de décimales derrière la virgule,
cela permet un bon assemblage facile par la suite. Donc traçage avant découpe de la majorité des
montants simulant les piliers de la structure qui sont parés d’adhésif double-face avant découpe,( façon
Alain Pras ).
Récupération de la porte d’un vieux poste à relais Jouef .
Vérification de la hauteur d’une future porte pour le passage d'un camion .

Evaluation du volume « à ‘blanc’’. Le vitrage partiellement posé provient de morceaux d’akilux La peinture
est faite à base de Gesso coloré avec de la gouache noire et une pointe d’ocre jaune. La superposition des
bandes de carton, facilitée par le double face, donne du relief à l’ensemble.
Kesako ? Des filtres usagés de fers à repasser à vapeur sur lesquels je vais récupérer les grilles rondes
qui feront d’excellentes ventilations

Le reste est à jeter.


Premiers essais à blanc avant peinture .
Ma palette de peinture : Gesso + gouaches noire, ocre, verte, le tout donnant du « béton » dans le
couvercle du pot de Gesso ( marque Pébéo) qui fait office d’enduit de rebouchage.
Un morceau de terrain en plus pour poser la cathédrale .
Presque sur le futur site d’implantation sur le réseau du club .
Sur les conseils de notre électricien du club, une « modif » est demandée au niveau du transfo ,pour la
hauteur du réservoir d’huile par rapport à ses propres isolateurs. En effet, le niveau d’huile ne peut arriver à
refroidir jusqu’au plus haut niveau par sa seule gravité. En conséquence le réservoir est à surélever.
D’autre part, les 3 isolateurs ne sont pas assez éloignés entre eux et risquent de créer un arc désastreux.
Des radiateurs supplémentaires ne seront pas superflus. Bref ,des modifications restent à faire .

Heureusement, ilencore temps d’intervenir!


Sitôt dit sitôt fait .
La grande porte étant posée, on peut penser à fixer la bâtiment définitivement, mais il faut d’abord prévoir
le câblage de liaison transfo – bâtiment. Préparation de ces liaisons en carte bristol ( acier inox ), six
morceaux en forme de L, partant de 6 isolateurs vers l’intérieur de la ‘’cathédrale’’.
La preuve en image, en cherchant sur le net .

Il ne restera plus qu’à mettre le tout en situation, sabler le terrain après avoir mis tous les caniveaux, faire
sortir les câbles vers les lignes de contact à alimenter en 1500v continu. Ceci fera l’objet d’un autre
prochain reportage …..

© Hervé LECLERE. 12/2009

Vous aimerez peut-être aussi