Vous êtes sur la page 1sur 18

I. LE POSITIONNEMENT AVEC UNE CARTE.

Afin de faire connaître à un interlocuteur, que vous ne voyez pas, où vous vous
trouvez, il a été nécessaire de mettre en place des langages compréhensibles de
tous.

Ces langages sont les suivants :

 Les directions géographiques.

 Les coordonnées géographiques.

 Les coordonnées U.T.M.

 Les coordonnées LAMBERT.

 Les coordonnées polaires.

 Les coordonnées D.F.C.I.

A - Les directions géographiques.

La rose des vents vous indique 16 directions, avec le NORD comme référence
donnée par l’aiguille aimantée de la boussole ou par le Nord géographique d’une
carte.
B – les coordonnées géographiques.

Pour désigner un point par ses coordonnées géographiques, il faut connaître


deux éléments : la LONGITUDE et la LATITUDE de ce point.

Longitude d’un point M.

La longitude L d’un point M est l’écart angulaire ACB existant entre le méridien
origine et le méridien passant par le point M.

Le méridien origine est le méridien passant par l’observatoire anglais de GREENWICH.


La longitude se compte de 0 à 200 grades ou de 0 à 180 degrés, à partir du méridien origine,
coté 0.

Elle est dite EST ou positive, si elle est à l’EST du méridien origine. Elle est dite
OUEST ou négative, si elle est à l’OUEST de ce méridien.

Quoiqu’il en soit, les chiffres mentionnés par l’échelle des longitudes représentée sur la
carte, vont croissant de part et d’autre du méridien origine, quel que soit le sens (positif ou
négatif) de la longitude.

Latitude d’un point M.

La latitude l d’un point M est l’écart angulaire BCM existant entre le parallèle
d’origine et le parallèle passant par le point M.

Le parallèle origine est l’équateur. La latitude se compte de 0 à 100 grades ou de 0 à 90


degrés, à partir de l’équateur, coté 0.

Elle est dite NORD, ou positive, si elle est au NORD de l’équateur, et SUD, ou
négative, si elle est au sud de l’équateur.
C - Les coordonnées U.T.M.

Le sigle UTM désigne la projection : UNIVERSELLE TRANSVERSE de


MERCATOR.

Ces coordonnées sont universelles et donc applicables à toute la surface du globe, à


l’exception des deux régions polaires, qui sont traitées par un autre procédé.

Actuellement, toutes les cartes destinées aux usages militaires et aux activités relevant
de la Sécurité Civile portent le quadrillage U.T.M.

a) Identification de la zone.

A partir du méridien de GREENWICH pris comme origine, des fuseaux ont été
tracés tous les 6 degrés de longitude.

A partir de l’équateur, des bandes ont été tracées tous les 8 degrés de latitude.

L’ensemble de ces bandes et fuseaux détermine des rectangles que l’on appelle « ZONE
DE QUADRILLAGE ».
UNE ZONE

b) Identification du carré 100 km x 100 km.

Ce système de coordonnées s’appuie sur un quadrillage pré-établi et identifié par des 2


valeurs données chronologiquement en Abscisses puis en Ordonnées.

Axe des Y
Ordonnées

Axe des X
Abscisses
Abscisses + Ordonnées = Coordonnées
Les zones de quadrillage sont divisées en carrés de 100 km de côté.

Chaque colonne de carré de 100 km de côté est identifiée par une même lettre (W, X, C,
D). Chaque ligne de carré de 100 km est identifiée par une même lettre (S, T, M, P)

Pour désigner un carré de 100 km, on prend les deux lettres dans l’ordre abscisse –
ordonnée ; exemple : WS, XT, CM, DP.

Pour les abscisses , les lettres vont croissantes de gauche vers la droite : U, V, W, X –C,
D, E, F.

Pour les ordonnées, les lettres vont croissantes du bas vers le haut : P, Q, R – J, K, L.

UN CARRE 100 X 100 km

Chaque feuille de carte porte, en marge, les indications permettant d’identifier la


zone de quadrillage et les carrés de 100 km de côté.
Lorsque la feuille est à cheval sur plusieurs carrés de 100 km de côté, les indications
marginales précisent :

Les groupes de lettres d’identification de chaque carré.

L’identification kilométrique des limites des carrés.


c) Identification des carrés de 1 km x 1 km.

Ces carrés de 100 km x 100 km sont eux mêmes quadrillés en carrés de 1 km x 1 Km


dont les chiffres des dizaines sont identifiés en trait et caractère gras

Le quadrillage ou carroyage hectométrique (10 km x 10 km)

Le quadrillage ou carroyage kilométrique (1 km x 1 km)

Sur certaines cartes, le quadrillage U.T.M n’est pas tracé. Toutefois, sur le pourtour de
la carte, les méridiens et les parallèles sont amorcés, avec indication du chiffrage.

d) Identification d’un point situé dans un carroyage kilométrique.

Un point P situé dans un carroyage kilométrique s’identifie par ses coordonnées


rectangulaires composées :

Abscisse du point P, visible sur l’axe des X

Ordonnée du point P, visible sur l’axe de Y

Ces Abscisses et ces Ordonnées sont identifiées par des chiffres situés à l’extérieur des
cartes, au départ des amorces de quadrillage (Attention : il existe 2 repérages, les coordonnées
UTM et les coordonnées LAMBERT. Ne pas oublier de lire les cartouches pour se renseigner
sur cette correspondance).

Exemple de coordonnées d’un point P.

X = 243,255 km

Y = 4823,645 km

Sans autre précision, les coordonnées d’un point se donnent en coordonnées


kilométriques comme le démontre l’exemple ci-dessus. La virgule indique l’unité
correspondant à la précision demandée.

Lorsque l’on souhaite des coordonnées plus précises, il faut préciser la demande en :

  Coordonnées hectométriques Ex : X = 2 432,55 Y = 48 236,45.


  Coordonnées décamétriques Ex : X = 24 325,5 Y = 482 364,5.
  Coordonnées métriques Ex : X = 243 255 Y = 4 823 645.

Dans tous les cas, comme les coordonnées représentent la situation d’un point, nous
devrons préciser les abscisses et les ordonnées au mètre près.

e) Identification d’un point en coordonnées U.T.M.


Exemple : coordonnées du point P en coordonnées U.T.M.

- Indiquer la zone de quadrillage. 31 U

- Indiquer le carré de 100 x 100. UR

- Indiquer l’abscisse du point P. X = 709, 250

- Indiquer les ordonnées du point P. Y = 4 891, 050

Pour les sapeurs pompiers, comme la zone d’intervention est le plus souvent située dans
le cadre d’un département, et donc connue de tous, il est alors inutile de préciser chaque fois
la zone de quadrillage et le carré de 100 x 100 . Les sapeurs pompiers travaillent donc en
coordonnées réduites.

Ainsi le point P s’identifie en coordonnées U.T.M pour : 709, 250 - 4891, 050

D - Les coordonnées LAMBERT.

Les coordonnées LAMBERT ne sont pas universelles. Elles ne sont pas employées par
les sapeurs-pompiers, cependant certains services travaillant avec eux les utilisent (ONC –
etc… )

Le quadrillage employé est un quadrillage kilométrique formé par des parallèles à deux
axes rectangulaires qui sont :

  Un méridien pris comme origine (en France, le méridien


origine est celui qui passe par Paris).
  La tangente à un parallèle origine, tracée au point
d’intersection de ce parallèle et du méridien origine. Le parallèle origine est différent suivant
la latitude. En FRANCE, il a été choisi trois parallèles de référence, situés respectivement à
49, 52 et 55 grades de latitude Nord.
 A l’est du méridien origine, la direction du nord LAMBERT, appelée aussi
Nord du quadrillage, se trouve à l’est de la direction du Nord géographique.

Par contre, à l’Ouest du méridien origine, elle se trouve à l’Ouest de la direction du


Nord géographique.

Afin d’éviter une numérotation positive et négative des méridiens et parallèles, le


méridien origine est affecté du nombre 600 et le parallèle origine du nombre 200. La
numérotation des méridiens va croissant à l’EST du méridien origine (601, 602, 603…) et
décroissant à l’Ouest de ce méridien (599, 598, 597… ) La numérotation des parallèles par
rapport au parallèle origine va croissant vers le Nord (201, 202, 203…) et décroissant vers le
Sud (199, 198, 197…).
C’est ainsi que le méridien 250 est situé à 250 km à l’Est du méridien origine du
chiffrage et le méridien 750 à 750 km à l’EST de ce méridien.

Sur certaines cartes, le quadrillage LAMBERT n’est pas tracé. Toutefois, sur le
pourtour de la carte, les méridiens et les parallèles sont amorcés, avec indication du chiffrage.

Ces coordonnées rectangulaires LAMBERT utilisent le principe de quadrillage


(Abscisses – Ordonnées) que les coordonnées U.T.M.

E - LES COORDONNEES POLAIRES.

Les coordonnées polaires permettent de définir la position d’un point quelconque pris à
la surface du globe par rapport à un point de station connu.

Il a été vu, dans les chapitres précédents, que les coordonnées géographiques,
LAMBERT et U.T.M étaient déterminées par rapport à un système de référence (méridiens et
parallèles). Les coordonnées polaires, par contre, présentent la particularité de n’être liées à
aucun quadrillage ou système préétabli.

Les coordonnées polaires se définissent ainsi en 3 étapes :

1- Donner un point origine 0, dont la position est connue.

2- Evaluer une direction origine, appelée azimut en degrés ou en grades.

3- Chiffrer une distance du point d’origine à l’objectif.


NORD
F - LES COORDONNEES D.F.C.I (défense des forêts contre l’incendie).

Les coordonnées « chasse » sont des coordonnées généralement utilisées entre les
éléments au sol et l’aviation. Les cartes employées sont les cartes habituelles au 1/50 000 avec
le quadrillage ou carroyage U.T.M. Elles sont d’un emploi facile.

C’est sur le principe des coordonnées « chasse » que les coordonnées D.F.C.I ont été
mises en place dans la région du Sud Est. Elles sont plus spécialement adaptées à la lutte
contre les feux de forêts.

Elles ont une particularité, leur carroyage est bi-kilométrique au lieu de kilométrique.

Carroyage D.F.C.I.

Le carroyage D.F.C.I est basé sur le quadrillage LAMBERT. Il se découpe en carrés de


100 km identifiables par des lettres en abscisses et en ordonnées
(A.B.C.D.E.F.G.H.K.L.M.N). Les lettres I & J ne sont pas prises en considération.
Les carrés de 100 km sont recoupés en carrés de 20 km identifiables par des chiffres en
abscisses et en ordonnées (0.2.4.6.8).

Désignation d'un point à l'intérieur d'un carré de 2 km


A l’intérieur d’un carré de 2 km, la précision peut être obtenue en appliquant la règle
des coordonnées « Chasse » c’est-à-dire en découpant le carré en 5 zones numérotées de 1 à 5.
Exemple de coordonnées D.F.C.I : LH 24 F6. 5

IV. TRACER UN CROQUIS D’ITINERAIRE.

Le croquis d’itinéraire est préparé avant d’effectuer un mouvement de moyens vers une
destination déterminée.

Dans le cadre d’une intervention relative aux feux de forêts, catastrophe naturelle ou
technologique, opération de grande envergure… ce travail doit renseigner sur les critères
suivants :

  Connaissance du nivellement.
  Repérage de la planimétrie.
  Identification des dangers et difficultés de progression.
  Estimation du temps nécessaire pour effectuer le trajet.
  Visualisation globale du parcours par les chefs d’agrès.

Il n’y a pas une méthode officielle pour tracer un croquis d’itinéraire, il est cependant
important que cet outil opérationnel soit facilement lisible pour les principaux bénéficiaires
que sont les chefs d’agrès et responsables de colonne.

A cet effet, un exemple d’un tracé du croquis d’itinéraire vous est présenté ci- dessous.

Exemple de croquis d’itinéraire du point de départ au point d’arrivée.