Vous êtes sur la page 1sur 20

Projet de prototypage

rapide
L ‘interrupteur

Ricardo Borja
Samuel Richer
Migevant Andy
Sommaire

Chargés de concevoir un interrupteur de lumière à l’aide des technologies de proto-


typage rapide,
nous visions à produire un modèle visuellement épuré et intuitif.
Vous verrez ci-dessous comment nous avons adapté notre concept, petit à petit, se-
lon les commentaires reçus, les évaluations et les maquettes générées, afin de mieux
satisfaire nos « clients » et usagers.
Malgré la vision que nous avions concernant la démarche et le produit fini, nous
avons vite réalisé
que seule l’expérience nous permettrait de maîtriser certains détails clés du prototy-
page. C’est d’ailleurs à travers l’évolution de nos différentes versions d’interrupteur
que nous avons appris à apprécier les qualités de chacune des technologies utilisées
ainsi qu’à composer avec leurs désavantages respectifs.
Ce projet nous a permis de parfaire nos connaissances en la matière.
Bien que nous croyons avoir livré un projet solide et bien exécuté, il est vrau qu’en
rétrospective,
nous aurions pu décider de prendre une direction plus exploratoire et tester les limi-
tes des formes à l’aide du prototypage rapide. Nous sommes néanmoins satisfaits du
travail accompli.
Remerciements
Nous remercions chaleureusement Jean-François Allie, de Hexagram, Vincent Laithier,
de Axis Prototypes et leur équipe, qui ont été généreux de leur temps.
Et bien sûr un remerciement spécial au «Mighty Joyce» pour son dynamisme et pour
son visage mignon.
Table des matire

Introduction p. 5

Développement du concept p. 6
d’interrupteur

Besoins clients p. 8

Développement p. 10
du concept
unique

Développement du concept p. 12
finale

Evaluation concept final p. 14

Tableau rencontre client p. 15

Conclusion p. 17

Annexes p. 18

Réferences p. 19
Introduction

Dispositif si banal de notre quotidien qu’il est très sou-


vent pris pour acquis, l’interrupteur est un composant
ayant très peu changé depuis son invention à la fin du
19ème siècle. D’ailleurs, même le gradateur dit «mo-
derne» date déjà d’une quarantaine d’années.
Objet durable et de fonction très simple, il n’est pas
inhabituel
de retrouver des interrupteurs vieux d’un siècle.
Nous étions confortables avec la tâche de concep-
tion d’un nouvel interrupteur. Après tout, c’est un ob-
jet que nous connaissions tous déjà bien et nous esti-
mions que le prototypage
rapide allait favoriser le processus.
Nous avons abordé le projet avec confiance, calme
et philosophie. Nous devons toutefois avouer que nous
ne voulions pas trop nous compliquer la vie. Et c’est à
cette image que nous voulions que notre nouvel inter-
rupteur ressemble; simple et sans complication.

Après notre tempête d’idées initiale, il a été clair que


nous étions sur la même longueur d’onde; nous étions
tous d’accord que l’usage intuitif et simple était le be-
soin primordial. De plus, 70% des idées avancées lors
du «brainstorm» traitaient d’une façon ou d’une autre
de l’interaction entre l’usager et l’interrupteur.
Vous pouviez lire dans nos pensées; Comment adap-
ter celui-ci à l’ère moderne? Quels seraient les points
d’intervention?
Comment pourrions-nous mieux utiliser le prototypage
pour arriver avec un objet concluant?
À aucun moment nous avons questionné la facilité
avec laquelle nous allions être capables de convertir
nos idées en prototypes fonctionnels et parfaits.
Développement
du concept
d’interrupteur

Pour la première phase de conception, et tout au long du projet, de nombreuses étapes


du processus
de design n’ont pas été traitées prioritairement, comme par exemple la consultation de
vrais usagers. Conscients que le projet se faisait dans un contexte pédagogique, notre
préoccupation première concernait davantage la facilité de réalisation que le prototy-
page rapide permet plutôt que ce que la production sérielle offre. Dans cette optique,
il importe de mentionner que notre objectif n’était donc pas de concevoir des pièces
facilement démoulables ou impossibles à réaliser à l’aide de procédés sériels.

Nous avons conçu trois concepts qui ne dépayseraient pas trop un nouvel usager mais
qui amèneraient chacun un élément nouveau aux interrupteurs typiques. Au moment
de nous entendre sur le déroulement du projet, nous avons établi que peu importe le
concept choisi, notre travail de prototypage s’attarderait davantage aux détails et à la
précision de nos pièces plutôt qu’aux formes exotiques qu’il aurait été possible d’obtenir
grâce à ces procédés.
C’est de ce principe qu’est né notre concept: une roulette au mouvement circulaire,
s’apparentant à celui du IPod, contrôlerait l’intensité de lumière.
Elaboration des 3 concepts

Sélection du concept B:
Besoins clients

L’usage intuitif, le contrôle de l’intensité lumineuse, l’esthétique, l’accessibilité à l’ins-


tallation et la visibilité du dispositif à toute heure ont été les besoins ciblés et évalués
auprès de nos clients.
Après recherche, il nous est apparu indispensable de tenir compte des normes relatives
aux installations électriques. De plus, nous avons cru que l’interrupteur devait posséder
une facture visuelle de manière à ce qu’elle communique efficacement sa fonction.
Il était donc indispensable
d’ajouter ces éléments aux besoins précédemment identifiés.
Gestion de l intensitŽ lumineuse 8/10 8,5/10 8,5/10

Belle esthŽtique 8/10 8/10 7/10

VisibilitŽ du dispositif ˆ toute heure 7,5/10 8/10 5/10

A Onde:
La forme carrŽe pose problème. Si je cuisines et que j'ai les mains sales, je peux pas l'utiliser.
C'est simple, peut-être que des gens vont trouver ça dŽco plus qu'autre chose.
Dans le jour les gens vont p-ê moins comprendre.
Bon fonctionement et bonne vison dans le noir mais regrete le cotŽ trop technique du concept.
PossibilitŽ d'integret le on/off au slide?
DifficultŽ ˆ comprendre le fonctionnement.
Comment bien ajustŽ lÕintensitŽ?

B Soft touch:
Belle esthetique, vonlontŽt d'inegret le on/off au dispositif centrale qui regule l'intensitŽ de lumiere.
Concept semblable au premier.
Belle objet, formes douce et assez intutif grace au graphisme clair.
On aimerait avoir le on/off dans le dispositif et la led en facade.
C'est pas super beau la LED sur le c™tŽ. On comprend tout de suite, par contre c'est un peu rŽtro.
La fonctionnalitŽ est bonne.
Le positionnement du voyant LED devrait être sur le gradateur.
C'est quoi les 3 petites ouvertures, moi je pense qu'intuitivement on sait pas quel c™tŽ est plus fort.
Graphisme aidant bien la comprŽhension.
Simple et minimaliste.

C Je me souviens:
Principe intŽressant (mŽmo)
Principe dÕun interrupteur en forme de boulle est intŽressant.
Mais comment faire pour le reste des interrupteurs.
C'est le fun pour les personnes qui rentre...sauf que si y fait clair tu vas pas prêter attention ˆ la switch.
C'est pas mauvais mais j'embarque pas. Y'a moyen de faire mieux que ça.
Les mŽmos faut qu'ils soient attachŽ ˆ une table.
C'est le fun dans l'usage du dispositif mais on note pas une vrai Žvolution du concept d'interrupteur.
Bonne idŽe très minimale et facile d'usage. Problème de vision dans le noir. Bonne association.

L’évaluation des 3 concepts par nos clients nous a permis d’apprendre de nouveaux
éléments
auxquels nous n’avions pas pensé et qui allaient être pertinents pour notre projet. À titre
d’exemple, ce que nous pensions d’usage intuitif ne l’était pas nécessairement. Alors
que nous aurions pu tenter de satisfaire notre curiosité sur le prototypage en créant
des formes plus ludiques, la démarche proposée nous a contraint à concevoir un inter-
rupteur plus fonctionnel et répondant aux besoins des usagers. D’ailleurs, nous étions
contents d’obtenir une réaction favorable des clients face à des formes simples qui
sont très appropriées pour ce type d’objet, d’où le langage minimaliste utilisé pour le
projet.
Développement
du concept
unique

Une fois notre concept choisi, nous l’avons


adapté à un gradateur standard avec un
bouton
poussoir on/off. Notre première
intention était de le faire plat avec un
bouton-roulette plat. Nous voulions aussi
ajouter un élément qui donnerait une
rétroaction sonore et tactile au moment
de tourner la roulette, avec une DEL qui
brillerait quand la lumière serait éteinte.
Nous avions beaucoup de pièces et nous
étions conscients que la première diffi-
culté que nous rencontrerions serait de les
emboîter
les unes dans les autres. Au début, nous
avions prévu de prototyper deux pièces
en un fichier, mais la résine qu’il aurait fal-
lu
rajouter par la suite aurait collé ces piè-
ces ensemble. D’autre part, la techno-
logie ZCorp utilisée pour cette première
maquette nous a obligés à les séparer en
trois pièces.
De plus, le «clic clic» que nous souhai-
tions créer nécessitait une flexibilité que le
ZCorp ne pouvait offrir. Nous avons donc
dû concevoir
une petite fente dans laquelle serait ma-
25 mm

5 mm
nuellement
ajoutée une pièce en plastique.
 



 


Maquette Z-corp et modifications


prevues

Discussion et modification

En classe nous avons discuté principalement de l’usage du produit. «Comment ça mar-


che?» «Qu’est-ce que ça fait?» «Comment on l’utilise?»
Nous sommes d’avis qu’un interrupteur est un objet qui se découvre lors de la première
utilisation, mais qui s’utilise intuitivement par la suite, du moins s’il fait appel à des gestes
simples. Cependant, nous avons convenu que les gens ressentiraient un inconfort si le
changement était trop important.
Alors qu’au départ nous avions mis l’accent sur les détails formels, nous nous sommes aper-
çus que le modèle requérait plus de précision pour l’encastrement. Nous avons appris de
la technologie ZCorp que les tolérances nécessaires étaient gigantesques par rapport à
nos estimations initiales.
Développement
du concept
finale

Afin de préparer le concept pour le prototype en SLA, nous avons effectué plusieurs petits
changements invisibles à l’oeil nu, tel l’ajustement des tolérances. Comme nous espérions
que ces tolérances soient suffisantes pour permettre l’emboîtement des pièces ensemble,
nous en avons mis trop à certains endroits.
Nous avons aussi modélisé un petit élément qui créerait une légère résistance au moment
de tourner le bouton, sans toutefois faire trop de bruit. En cas d’échec de l’élément ajouté,
nous avions modélisé trois petites fentes supplémentaires dans lesquelles s’inséreraient des
pièces en plastique pour créer la résistance voulue.
Enfin, le changement le plus notable fut le bouton-roulette. Nous avons écarté l’idée d’un
bouton plat pour le remplacer par une roulette légèrement bombée qui donnerait une
meilleure préhension à l’usager. De plus, comme visuellement, le bouton ressemblait da-
vantage au bouton standard, les gens semblaient mieux le comprendre. En outre, nous
avons intégré à la tige du bouton un engrenage pour créer une résistance au moment
de tourner le bouton. Ces nouvelles dimensions ont permis d’adapter notre interrupteur
aux composantes actuelles plus facilement.
Étant d’avis partagés concernant la forme exacte de la surface de contact avec les
doigts, nous avons prototypé deux boutons différents pour ensuite en faire l’évaluation.
Ce faisant, nous avons profité d’un des plus grands avantages du prototypage, soit
l’évaluation rapide de différentes versions sans engendrer de coûts supplémentaires de
fabrication de moules permanents.
Evaluation
concept final

L’évaluation des usagers fut majoritairement favorable. Cependant, l’information n’a pas été
facile à recueillir, peut-être dû au fait que les usagers se sentaient intimidés par la caméra ou
par notre inexpérience
d’animateurs de discussions.
Nous retenons des échanges que tous les usagers ont semblé à l’aise avec le nouveau mo-
dèle et qu’ils ont rapidement saisi son mode de fonctionnement. Visuellement, les usagers ont
trouvé son esthétique plaisante, et deux d’entre eux ont même eu l’impression que l’interrup-
teur était plus facile à utiliser car le bouton était plus gros.
Bien que nous ayons tenté d’interviewer un échantillon varié d’utilisateurs, nous n’avons mal-
heureusement
pas pu obtenir la participation d’un aîné à l’exercice. Cependant, étant donné l’omniprésen-
ce de ce dispositif dans leur environnement, les participants, quel qu’ait été leur âge, avaient
tous déjà une expérience notable de son utilisation.

Interview a Ricardo: Interview a Samuel: Interview a Andy:


-Emmanuel -Karine -Elsa
-16 ans -30 ans -25 ans
-Étudiant -Comptable -Ingenieur
Tableau rencontre
client

Besoins Client A Client B Client C


«...Au je pensais «...les petites
que ça s’ allumait «...quand on joue graduation là, on a
en juste tournant avec on réalise que l’impression que ça
Usage intuitif mais après ça j’ai le fonctionnement va nous amener
remarqué qu’il faut est le même...» vers quelques
peser aussi...» chose...»
8 / 10 8 / 10 9 / 10

«...j’en ai jamais
«...j’engagerais un «...j’ai jamais
installé un...j’en ai
Accessibilité électricien, c’est au- installé...on a
déjà vu à l’intérieur
pour delà de mes toujours été en
pis oui ça l’air
l’installation capacités...» location...
compliqué...»

n/a n/a n/a

«...je dirais que oui «...pour allumer et


«...je trouve ça bon
Gestion de au même titre que éteindre c’est plus
d’avoir un contrôle
l’intensité les interrupteurs pratique que le
sur la lumière...»
lumineuse standards...» bouton classique.»

8 / 10 9 / 10 9 / 10
«...personnellement
«...il est assez
je trouve ça plus
chouette, je le
beau que «Oui ça va y’est
verrais peut-être
Esthétique l’autre...juste sa correct.»
légèrement plus
forme est plus
petit...»
belle...
9 / 10 7 / 10 7 / 10
«...peut être
«...c’était déjà
«...pour les pratique...mais
facile, mais je pense
Visibilité du visiteurs...pour eux dans une chambre
que ça va être
dispositif à ce serait plus facile à coucher ça peut
encore plus
toute heure la nuit...» faire veilleuse...faut
facile...»
voir...»
8 / 10 9 / 10 7 / 10
Conclusion

Notre modèle SLA a nécessité très peu de corrections, lesquelles étaient dues à de
légères erreurs de mesure au moment de la modélisation, mais rien de majeur.
Leçon no.1 – Pour un même choix de technologie de prototypage, la qualité du pro-
totype produit
et l’information extraite se joue surtout au niveau de l’exécution et des décisions pri-
ses lors de la modélisation. Cependant, notre modèle final n’aurait pas pu satisfaire
autant les besoins sans le premier modèle Zcorp qui nous a permis de mieux visualiser
certains détails et certaines erreurs de conception.
Leçon no.2 – Il n’y a pas de technologie de prototypage absolument supérieure aux
autres, chacune a sa raison d’être et c’est à nous de déterminer quand et comment
les utiliser.
Les tolérances et l’effet des finis de surfaces d’une technologie sont deux choses que
l’on peut apprendre en théorie ou que l’on peut voir à l’aide d’exemples amenés en
classe, mais que l’on saisit mieux après avoir prototypé une pièce qu’on a modélisée
nous-mêmes. Il est certain que l’expérience acquise dans ce cours a une valeur infinie
en ce qui concerne la compréhension
du processus du prototypage rapide.
Leçon no.3 – Pour chaque technologie, il est préférable de bien s’informer plutôt que
de présumer
des tolérances et du fini de surface. Enfin, nous ne devons pas nous attarder unique-
ment à notre projet, il faut aussi profiter du fait que nous étions neuf équipes et que
nous ayons pu suivre le déroulement de leur projet au cours de la session. On fait ici
référence aux diverses tentatives de moules, à la fragilité de certaines pièces de cer-
taines technologies, à l’utilisation de la flexibilité des certains matériaux, des commen-
taires des centres de prototypage en regard
de certaines pièces, et finalement des échecs et succès de l’ensemble de la classe.
Leçon no. 4 – Le prototypage rapide est aussi utile pour fabriquer des moules tempo-
raires afin de fabriquer les prototypes par la suite.
Leçon no.5 – Toujours utiliser l’agent de démoulage adéquat.
Leçon no.6 – La flexibilité de certains matériaux disponibles pour les technologies de
prototypage
rapide peut imiter les propriétés du matériau final. Ainsi, on peut utiliser le prototypage
rapide pour déterminer les formes et les épaisseurs finales à produire pour que le vrai
produit fonctionne.
Annexe

Travail du designer Naoto Fukasawa

Entreprise de luminaire spécialisé dans le domaine


des intrupteur, le geant mondiale Legrand
Réferences

Site internet:
http://www.zcorp.com/en/home.aspx

http://home.utah.edu/~asn8200/rapid.html

http://www.efunda.com/DesignStandards/design_home.cfm

http://louisville.edu/speed/rpc/applications

Livres et ouvrages:
«Sketching user experiences» de Bill Buxton

«the futur of ideas» de Lawrence Lessig

«what customers want» de Anthony W. Ulwick


« L’apprentissage des différentes possibilitées et specificitées de chaque techni-
que de prototypage (aspect théorique) mis en relation avec un projet viable
(aspect pratique) m’a fait mieux comprendre les étapes du procesus de design.
»

«La qualité de finition des prototypes réalisés m’a grandement étonné. La pos-
sibilité de créer toutes sortes de forme sans contraintes est une sorte de piège
dans lequel il est facile de tomber, on oublie parfois de considérer les contrain-
tes requises par les procédés conventionnels (ex.: angle de démoulage).»

Ricardo Borja-Torres

«Ce que je retiens du projet ce sont les différents résultats en fonction des di-
verses technologies, mais surtout la précision de certaines technologies. Cette
précision exige que nous soyons parfaits dans nos modélisations»