Vous êtes sur la page 1sur 14

CHAPITRE 2 : L’ORDONNANCEMENT DE PROJETS

Lors de tout projet, qu’il soit de grande envergure (construction d’un bateau, d’un

ou non, un problème crucial qui se pose est celui du calendrier

d’exécution des taches. Le problème est de déterminer dans quel ordre doivent s’enchainer les diverses tâches de manière `a minimiser le temps total d’exécution du projet. Prenons un exemple. On veut construire un nouveau bâtiment de manière `a pouvoir d´emménager au plus tôt. Certaines taches ne peuvent s’exécuter qu’après que d’autres soient terminées. Par exemple, on ne peut commencer les fondations que lorsque le terrassement est fini. On ne peut monter les murs que lorsque les fondations sont terminées. D’autres taches

peuvent s’exécuter simultanément. Par exemple, les travaux d’´electricité et de plomberie peuvent être menés de pair. Les données sont reprises au tableau 2.1 pour cet exemple.

avion, d’un bâtiment,

)

au tableau 2.1 pour cet exemple. avion, d’un bâtiment, ) 1 On doit tenir compte, dans

1

On doit tenir compte, dans les problèmes d’ordonnancement, de divers types de contraintes.

Les contraintes de localisation temporelle expriment la localisation d’une tache dans le temps : une tache ne peut commencer avant une telle date, ou après une telle date (par exemple, en raison des conditions climatiques).

Les contraintes de succession temporelle expriment les relations d’antériorité entre les

taches : une telle tache ne peut commencer avant la fin d’une autre (par exemple, on ne coule

pas les fondations si le terrassement n’est pas fini).

Les contraintes cumulatives imposent la prise en compte de la disponibilité de ressources

non stockables, par exemple des heures de travail en personnel ou d´équipement dont on peut

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

disposer au cours d’une période et qui sont perdues si elles ne sont pas utilisées durant cette période.

Les contraintes disjonctives expriment le fait que deux taches ne peuvent avoir lieu en

même temps sans que l’on puisse dire laquelle doit être effectuée avant l’autre (par exemple, une même grue est utilisée sur deux chantiers). Le problème d’ordonnancement avec des contraintes de localisation temporelle et de succession temporelle seulement est appel´e problème central d’ordonnancement. Il s’agit donc de déterminer le calendrier de début de chacune des taches de manière `à terminer le chantier au plus vite en respectant les contraintes temporelles.

Nous allons voir que, aussi bien pour sa formulation que pour sa résolution, ce problème utilise la notion de graphe. On peut, en effet, représenter le problème sur un graphe et, ensuite, résoudre le problème graphiquement. De plus, la présentation du résultat de calcul (l’ordonnancement des taches) sera beaucoup plus claire sur ce graphique que sur un tableau de chiffres. Il existe deux méthodes de résolution pour ce problème, `à savoir :

la méthode du potentiel développée en France dans les années 60 et qui associe à chaque tache un nœud du réseau, tandis que les relations d’antériorité sont représentées par des arcs entre les taches (voir figure 2.1);

la méthode PERT développée parallèlement aux Etats Unis d’Amérique et qui, elle, associe

chaque tache `à un arc du réseau, et chaque relation d’antériorité `à un nœud (voir figure 2.2). Algorithmiquement, les deux méthodes de résolution sont ´équivalentes, mais la méthode du

potentiel permet d’´ecrire le graphe de réseau de manière systématique (sans ajouter d’arc fictif).

2

de réseau de manière systématique (sans ajouter d’arc fictif). 2 Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

1.

Formulation du problème

Fixons-nous les notations suivantes. Nous avons n taches à exécuter, indicées i = 1,

Utilisons également la notation di pour designer la durée d’exécution de la tache i (qui est ici

une donnée). Les variables du problème sont les suivantes : ti note le temps de début d’exécution de

la tache i, et t f note le temps de fin de chantier. L’objectif est de minimiser le temps de réalisation du chantier : min z = t f t 0 t 0 note la date de début de chantier que l’on fixe à t 0 = 0. Les contraintes du problème sont de trois types :

Les contraintes de localisation temporelle expriment que la tache i ne peut commencer

avant le début de chantier : ti ≥ t 0 , i = 1, 2,…n (2.1)

Les contraintes de succession temporelle expriment que la tache j ne peut débuter avant que

toute tache i préalable `a j ne soit finie : ti + di ≤ tj, tache i antérieure `a la tache j (2.2)

Les contraintes de fin de chantier expriment que toute tache i doit être finie avant la fin de chantier : ti + di ≤ t f , i = 1, 2,n (2.3) Remarquez que vu la présence des contraintes de succession temporelle (2.2), il suffit d’écrire (2.1) pour toute tache n’ayant pas de prédécesseur et (2.3) pout toute tâche n’ayant pas de successeur.

n.

2. Représentation graphique du problème 2.1 Graphe de la méthode du potentiel

3

On associe donc au problème central d’ordonnancement un graphe dont les sommets représentent les diverses taches du problème d’ordonnancement. On ajoute un nœud 0 qui correspond à la date de début de chantier et un nœud f = n + 1 qui correspond à la fin de chantier. Les arcs du réseau représentent les diverses contraintes qui peuvent toutes se mettre sous la forme suivante : ti + di ≤ t j. On peut construire systématiquement le graphe associé au problème d’ordonnancement de la manière suivante (voir figure 2.3) :

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

1. On relie d’abord toutes les t aches sans préalable (la tache 1 dans le

1. On relie d’abord toutes les taches sans préalable (la tache 1 dans le cas de l’exemple) au nœud 0, début de chantier par un arc de longueur nulle. Remarquez qu’il s’agit de la représentation des contraintes (2.1).

2. Ensuite, on prend une tache déjà dans le graphe et on examine si elle précède d’autres. Par

exemple, la tache 1 doit précéder la tache 2. On doit donc avoir t1 + d1 ≤ t2. On trace le nœud 2 et on relie le nœud 1 au nœud 2 par un arc de longueur d1. On fait de même pour représenter toutes les contraintes de type (2.2).

3. Pour les seules taches sans successeur, on les relie au nœud fin de chantier, avec un arc de

longueur égale `a la durée de la tache. Ici, seule la tache finition est dans ce cas. Il s’agit ici de

représenter les contraintes du type (2.3). Lors de la construction du graphe d’un problème réel qui peut comporter plus d’une centaine de tâches, une méthode plus systématique de construction du graphe doit être utilisée, méthode faisant appel au classement des activités par niveaux (voir section 2.4).

4

2.2 Représentation des autres types de contraintes Disons un mot de la représentation des trois autres types de contraintes :

1. Supposons d’abord que la tache 3 ne puisse commencer avant 10 : t3 10 t3 ≥ t0 + 10.

Ceci se représente en joignant les nœuds 0 et 3 par un arc de longueur 10 (voir figure 2.4).

2. Ensuite, supposons que la tache 5 doive être commencée avant 40 : t5 40 t0 ≥ t5 40.

Ceci se représente en joignant les nœuds 5 et 0 par un arc de “longueur” - 40.

3. Enfin, supposons que la tache 9 doive commencer au plus tard 5 jours après le début de la

tache 8 : t9 ≤ t8 + 5 t8 ≥ t9 5. Ceci se représente en joignant les nœuds 9 et 8 par un arc de “longueur” - 5.

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

2.3 Condition d’existence d’une solution Avant de voir l’algorithme qui permet de ré soudre le

2.3 Condition d’existence d’une solution Avant de voir l’algorithme qui permet de résoudre le problème d’ordonnancement, nous allons dire un mot des conditions sous lesquelles ce problème est réalisable. En effet, les contraintes temporelles peuvent venir de divers services et être incompatibles entres elles. Supposons que nous ayons la situation suivante. La tache 1, qui dure d1 jours, doit être terminée avant que la tache 2 ne commence. La tache 2, qui dure d2 jours, doit être terminée avant que la tache 3 ne commence. La tache 3, qui dure d3 jours, doit être terminée avant que la tache 1 ne commence.

5

dure d 3 jours, doit être terminée avant que la tache 1 ne commence. 5 Cours

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

Cette situation est représentée à la figure 2.5. On voit ici que le graphe contient un circuit (cycle avec tous les arcs dans le même sens) dont la somme des longueurs des arcs est positive. Ecrivons les contraintes correspondantes :

t1 + d1 ≤ t2 t2 + d2 ≤ t3 t3 + d3 ≤ t1 En sommant et en simplifiant, on obtient la condition suivante : d1 + d2 + d3 0 On peut montrer le résultat suivant. Lemme 1 : Les contraintes temporelles sont compatibles entre elles si et seulement si le graphe associé ne comporte aucun circuit de longueur (somme des longueurs des arcs le constituant) strictement positive. Remarquez qu’un cycle avec une somme des longueurs négative ne pose pas de problème. Par exemple, à la figure 2.4, la tache 8 de longueur 3 doit être finie avant que ne commence la tache 9 et la tache 9 doit commencer en réalité dans les 5 jours de début de la tache 8 :

t8 + 3 ≤ t9 t9 5 ≤ t8 Ceci se représente, comme vu ci-dessus, par une flèche de 8 vers 9 de longueur 3 et une flèche retour de longueur -5. Ceci ne pose pas de problème, la somme des “longueurs” étant négative.

6

2.4 Classement des activités par niveaux Le niveau d’une tache correspond au plus grand nombre de taches rencontrées sur un même itinéraire depuis le début du projet, plus un. Pour déterminer le niveau des taches, on procède comme suit. On place au premier niveau les taches qui n’ont aucun ancêtre et on raye ces taches de la liste des taches. On continue comme suit :

Etape 1 : on raye, dans la colonne des ancêtres, les taches qui viennent d’être affectées au dernier niveau analysé;

Etape 2 : les taches du nouveau niveau sont les taches non rayées de la colonne des taches

qui n’ont plus d’ancêtre; après affectation au nouveau niveau, ces taches sont rayées dans la colonne des taches;

• E´tape 3 : s’il reste des taches non rayées dans la colonne des taches, on repart à l’´etape 1. Sinon le processus est terminé. Par ailleurs, cette étape permet de détecter des antériorités redondantes parce que ne portant pas sur des ancêtres immédiats. Cette étape permet

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

également de mettre en évidence des incohérences du type A à pour ancêtre B, B a pour ancêtre C, lequel a pour ancêtre A. L’application de la méthode à l’exemple introductif est illustrée aux tableaux 2.2, 2.3 et 2.4. On peut alors construire le graphe de la méthode des potentiels en visualisant chaque niveau par une bande verticale et en plaçant, dans chaque niveau, les taches de ce niveau, puis en visualisant les contraintes d’antériorité par des flèches dont l’origine est à gauche et l’extrémité à droite. Le début et la fin sont représentés par des traits verticaux. On fait partir du trait vertical DEBUT des flèches qui aboutissent aux taches de niveau 1 et des taches sans descendant.

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

7

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011 8

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

8

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011 9

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

9

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011 10

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

10

(Qu’elles appartiennent au dernier niveau ou non) partent des flèches vers le trait de FIN. On obtient le schéma de la figure 2.6. Outre la facilité de tracé du graphe de la méthode du potentiel, la méthode de classement par niveaux permet de repérer des relations d’antériorité inutiles. En effet, supposons (voir figure 2.7) la situation suivante : la tache A précède les taches B et C et la tache B précède C. Comme on peut le voir sur le graphique, la relation ”A précède C” est inutile et peut être omise sur le graphique.

de C” est inutile et peut être omise sur le graphique. 11 2.5 Calcul de l’ordonnancement

11

2.5 Calcul de l’ordonnancement 2.5.1 Ordonnancement au plus tôt Nous allons maintenant voir un algorithme de calcul de l’ordonnancement au plus tôt. L’ordonnancement au plus tôt détermine les dates de début au plus tôt des différentes taches, notées ti, en partant du nœud de début de chantier. Illustrons les choses sur l’exemple. La tache 1 peut commencer au plus tôt en 0 puisqu’elle est reliée au nœud 0, début de chantier, par un arc de longueur nulle. La tache 2 peut commencer d`es la fin de la tache 1, c’est-à-dire t2 = t1 + d1 = 5 et ainsi de suite, on marque t3 = 9, t4 = 11, t5 = 13, Lorsqu’un sommet (comme le sommet 9) a plus d’un prédécesseur (8 et 6), on détermine la date au plus tôt par un maximum : t9 = max {t6 + d6, t8 + d8} = 16. Il faut, en effet, que les deux taches précédentes soient finies avant de pouvoir débuter la tache 9. On arrive ainsi à déterminer la durée totale minimum qui est ici de 35 jours (voir figure 2.8 où le temps de début au plus tôt est indiqué au dessus des nœuds).

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011 12

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

12

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

13

Cours dispensé par Audebert GUEPI, ISPR 2011

14