Vous êtes sur la page 1sur 4

MEMO/09/353

Bruxelles, 27 juillet 2009

Sécurité Sociale modernisée : au service de la


mobilité dans l'Union

Le Conseil et le Parlement viennent d'adopter le paquet législatif qui va permettre de


lancer la coordination modernisée des régimes nationaux de sécurité sociale prévue
pour Mars 2010. Cette modernisation est essentielle dans un contexte de crise et
d'incertitudes pour les européens.

Quel est le rôle de l'Union européenne en matière de sécurité sociale?


Les systèmes de sécurité sociale sont de compétence strictement nationale. Ils sont
très diversifiés tant dans leur organisation qu'en ce qui concerne les prestations
offertes.
L'Union européenne joue dès lors un rôle très important de coordination. Elle établit
donc des ponts entre les systèmes pour sécuriser pour les citoyens une couverture
ininterrompue et un passage d'une législation à une autre, d'un Etat membre à un
autre. En garantissant les droits de sécurité sociale des personnes mobiles, elle
évite que ceux-ci soient privés ou lésés par leur choix de vivre ou de travailler dans
un autre pays.
La nouvelle réglementation s'appuie sur des règlements dont le premier (règlement
N°3) date de 1959. La coordination des régimes de sécurité sociale modernisée par
le règlement 883/04 et son règlement d'application constitue donc l'aboutissement de
50 ans de coopération au plan européen.

Qui est concerné?


Cette réglementation concerne toute personne qui se déplace pour s'établir, travailler
temporairement, étudier dans un autre Etat membre ou bien faire du tourisme. Voici
quelques exemples:

• Touristes
En cette période estivale, des millions d'Européens partent pour leurs vacances dans
un autre pays européen. La coordination actuelle les protège déjà s'ils ont besoin de
soins de santé pendant leur séjour, dans le cas d'un accident ou d'une maladie. La
carte européenne d'assurance maladie, offre un accès aux systèmes de santé dans
chaque Etat membre à toute personne ayant besoin de soins lors d'un séjour
temporaire. La prise en charge des personnes concernées est la même que celle
offerte aux ressortissants nationaux.

• Travailleurs mobiles
Un travailleur frontalier, bien qu'il ne réside pas dans le pays dans lequel il travaille
reçoit les prestations familiales de ce pays.
• Chercheurs d'emploi
Un chercheur d'emploi qui décide de tenter sa chance dans un autre Etat membre
continue à percevoir ses allocations de chômage pour une période minimum de trois
mois qui peut être étendue à 6 mois.
• Retraités
Une personne qui a travaillé dans plusieurs états membres au cours de sa carrière a
le droit de totaliser les périodes d'assurance pour obtenir une pension complète.

Combien d'européens sont touchés?


En 2007, 10.5 millions d'européens résidaient dans un autre Etat membre de
l'Union que celui où ils sont nés. Cela représente 2.1% de la population. Plus d'un
million de travailleurs sont des travailleurs frontaliers.
Actuellement, 180 millions de Cartes européennes d'assurance maladie ont été
distribuées (36% de la population). 27% des résidents dans l'Union prennent des
vacances d'au moins 4 nuits par an dans un autre Etat membre.
Chaque année, quelque 250.000 personnes prennent leur retraite en bénéficiant de
l'exportation d'une partie de leurs droits à pension, puisqu'ils avaient exercé une
activité professionnelle dans plus d'un Etat membre de l'Union.

Pourquoi changer le système actuel?


La mobilité des travailleurs est essentielle au bon fonctionnement du marché
intérieur. Dans ces temps de crise, celle-ci est d'autant plus importante qu'elle permet
de diminuer les conséquences sur l'emploi. Certaines régions d'Europe connaissent
des pénuries de main-d'œuvre tandis que d'autres connaissent des taux de chômage
élevés. Faciliter la mobilité c'est aussi assurer un meilleur équilibre sur les marchés
du travail. Les travailleurs mobiles ne doivent pas être pénalisés par leur choix. Dès
lors améliorer et faciliter la coordination des régimes de sécurité sociale était une
priorité.

Quels sont les changements principaux?


• Plus de gens en profiteront
La coordination modernisée élargit son champ. Elle s'adresse désormais aussi bien
à des travailleurs et à leurs familles qu'à des personnes qui n'ont pas; pas encore ou
plus de lien avec un emploi.
De nouvelles prestations entrent aussi dans le champ de la coordination, prestations
de paternité, préretraites pour adapter la coordination aux évolutions des législations
nationales de sécurité sociale. De nombreuses simplifications sont intervenues dans
le contexte des différentes branches d'assurance couvertes par la coordination,
prestations de chômage, prestations familiales, assurance maladie.
• Des procédures plus simples et efficaces
Si la coordination modernisée comporte des droits nouveaux pour les personnes,
l'apport essentiel des nouveaux règlements tient aux instruments et aux procédures
structurées qu'ils prévoient pour améliorer le service aux usagers.
Un nouveau réseau d'information va être lancé. Il s'agit du réseau EESSI (Electronic
exchange of social security information). Celui-ci va permettre d'établir un dialogue
entre les institutions de différents pays par voie électronique. Les formulaires papier
disparaîtront et les démarches à entreprendre par les citoyens devraient être
fortement allégées.
• Un accès plus rapide aux allocations
Une autre nouveauté est l'affiliation provisoire. Lorsqu'il existe une différence de vues
entre les institutions de différents Etats membres sur la situation d'une personne de
manière à identifier la législation de sécurité sociale qui doit lui être appliquée, une
affiliation provisoire à un régime de sécurité sociale est prévue, accompagnée du
versement des prestations. Pour la personne concernée cela ouvre un accès aux
soins et aux prestations d'assurance maladie pendant cette période auprès d'un
régime légal. Ainsi, le citoyen ne subit plus les conséquences de la complexité des
régimes de sécurité sociale.

Quelles sont les prochaines étapes?


Le nouveau Règlement, de même que l'actuel (1408/71 et son règlement
d'application 574/72), ne crée pas de nouveaux droits de sécurité sociale mais
garantit que les droits en matière d'assurance maladie de pension, de chômage, de
prestations familiales soient préservés dans le cas d'une mobilité européenne.
Les Etats membres et leurs institutions disposent de neuf mois pour mettre en
application le nouveau règlement. Les travaux de construction du réseau EESSI et la
confection des messages électroniques contenant les informations nécessaires à
l'établissement et au versement des prestations sont bien avancés. Pour tenir compte
des besoins de certains Etats membres d'adapter leur propre système, une période
transitoire de deux ans est prévue pour l'échange électroniques des données.
Cependant en mars 2012 tous les Etats devront utiliser cette technique pour
échanger les informations entre institutions de sécurité sociale et pour tous les
domaines couverts par la coordination.
Des actions de formation sont en cours dans tous les Etats membres. La
Commission vient en appui aux efforts des Etats membres. Elle prépare une
information accessible pour les usagers de la coordination accessible au public
comme cela est actuellement le cas pour la carte européenne d'assurance maladie
qui fait l'objet d'une importante campagne d'information.

Que fait l'Union européenne d'ailleurs pour favoriser la mobilité des


travailleurs?
L’une des priorités de l’Europe sociale est de supprimer les obstacles à la mobilité
professionnelle. À l’heure actuelle, seulement 2% des Européens profitent du droit de
travailler dans un autre État membre. L’Europe sociale a pour objectif de sensibiliser
le public à ce droit et d’épauler les demandeurs d’emploi dans leurs recherches à
l’échelle européenne. EURES, le réseau européen des services de l’emploi, constitue
le fer de lance de l’UE pour promouvoir la mobilité des travailleurs. Cette vaste base
de données regroupe les offres d’emploi dans toute l’Europe, ainsi que des
informations et conseils sur les conditions de vie et de travail dans les différents États
membres. Au-delà du portail Web, EURES dispose d’un réseau de 700 conseillers
qui informent les demandeurs d’emploi et les employeurs sur le recrutement au
niveau international.

Où peut-on trouver plus d'informations?


Sur vos droits en matière de sécurité sociale:
http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=26&langId=fr
Sur EURES, le portail européen de la mobilité de l'emploi:
http://ec.europa.eu/eures/home.jsp?lang=fr&langChanged=true
Sur la carte européenne d'assurance maladie:
http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=559&langId=fr

Katharina von Schnurbein +32 22981408


Carmel Dunne 02 299 88 94