Vous êtes sur la page 1sur 1

Le 1 er musée de la BD a 25 ans

Le Centre belge de la BD fête ses 25 ans ce week-end et devient le premier musée belge sur Google Street View. Cent Schtroumpfs souffleront les bougies dans le nouvel espace Peyo.

E n 1989, il fallait être « zot » et belge pour

avoir l’audace de consacrer un musée à la bande des- sinée. Vingt-cinq ans plus tard, 160.000 visiteurs vien- nent chaque année de Fran- ce, d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie, des Pays-Bas, d’An- gleterre et de Chine visiter cette vitrine du 9e Art. Le Centre belge de la bande dessinée figure dans le top 10 des musées les plus vi- sités du pays. « Nous som- mes particulièrement fiers de l’intérêt que nous portent les Chinois, précise Willem De Graeve, directeur de la communication. Pour eux, la BD, c’est typiquement belge et bruxellois ! » L’exploit est d’autant plus remarquable que le CBBD fonctionne à 90% sur fonds propres, de mettre pâle Monsieur Bou- lier, le comptable des bévues de Gaston. Entre-temps, le monde

le comptable des bévues de Gaston. Entre-temps, le monde Le Centre belge de la BD vu

Le Centre belge de la BD vu par l’illustrateur gantois Pieter De Poortere . © PIETER DE POORTERE

de la bande dessinée n’est plus celui de Lagaffe ni des géants de l’Ecole belge. Naruto, Nana, One Piece, Monster … les personnages de mangas ont fait de l’om- bre aux héros traditionnels, tandis que les auteurs bel-

ges manquaient le train de la nouvelle bande dessinée et du roman graphique. A travers les 180 expositions accrochées depuis sa créa- tion, le CBBD a observé ces évolutions sans tabous. C’est aujourd’hui un lieu de docu- mentation unique au monde sur l’histoire et les mystères du 9e Art. Pour son 25e anniversaire, le musée a d’abord choisi de schtroumpfer ses racines belges avec un Espace Peyo et une exposition Bruxelles ma bulle. « Les Schtroumpfs de Peyo sont devenus les hé- ros belges les plus connus dans le monde, explique Willem De Graeve. Ils reçoivent un

nouvel espace, en face de celui d’Hergé et de Tintin ». Cent visages de Schtroum- pfs accueillent le visiteur, in- vité à découvrir les objets du mythe : la mini-garde-robe de la Schtroumpfette, des feuilles de salsepareille, une flûte à six Schtroumpfs… L’exposition Bruxelles ma bulle rassemble plus de 130 originaux, où Bruxelles et ses habitants brussellent dans les cases sous les signatures d’une quarantaine d’auteurs, de Frank Pé à Benoît Sokal, Jean-Claude Servais, Judith Vanistendael ou Max De Radiguès. « Nous avons re- tenu des dessinateurs dont les images représentent Bruxelles

entre 1989 et aujourd’hui, dans tous ses états, sans tomber dans la carte postale touristi- que », confie Jean Auquier, le directeur général du CBBD.

Les machines à conquérir le monde

Le CBBD entend aussi profiter de la fête pour re- garder vers l’avenir. Il a ouvert ses portes à Google Street View pour permettre l’exploration de ses trésors à 360 degrés, à l’exception des espaces d’expositions tem- poraires. C’est le premier musée belge à proposer cette visite virtuelle à laquelle le génial Zorglub en personne n’aurait osé rêver. Le CBBD figure dans le même temps sur la Google Open Gallery, aux côtés d’une vingtaine de musée pionniers du monde entier, qui ont accepté de participer à cette plate-for- me d’expositions virtuelles. Une banque numérique a également été mise en œu- vre. Elle abrite déjà plus de 12.000 originaux scannés. « Dans 25 ans, on ne collec- tionnera plus les originaux et on lira les BD sur écrans tacti- les. Nous serons alors devenus un musée de la civilisation », conclut Jean Auquier dans un rire tonitruant de capi- taine Haddock.

DANIEL COUVREUR

EN PRATIQUE

Week-end de concerts et de dédicaces

Samedi et dimanche, les visiteurs nés en 1989, en même temps que le Centre belge de la bande dessinée, bénéficieront d’une entrée gratuite. Sous les verrières Art nouveau du bâtiment créé par Victor Horta en 1906, la Schtroumpfette accueillera les visiteurs sur des airs de jazz et de rumba congolaise. Le samedi ma- tin de 10 h 30 à 12 heures, Barly Baruti, formé aux Stu- dios Hergé, dessinateur de Mandrill et de la formidable Madame Livingstone, dédi- cacera ses albums au pied de la fusée lunaire de Tin- tin. Un jeu mettra au défi les visiteurs de réaliser leur propre BD avec leurs héros favoris. Dimanche, entre 14 et 16 heures, un disciple de Peyo dédicacera les albums des Schtroumpfs, pendant que des conteurs prêteront leurs voix aux innombrables héros de papier de la biblio- thèque du musée.

DA.CV.

Centre belge de la bande dessinée, 10 à 18 h, 20 rue des Sables, 1000 Bruxelles. Entrée 8 euros (6 euros 12-18 ans, 3 euros moins de 12 ans). Infos : www.cbbd.be