Réunion militante Ile de France

Mercredi 17 septembre 2014

Nadège Abomangoli
Bonjour, je suis Nadège Abomangoli, Conseillère Régionale d’Île-de-France. Autour de moi il y a Alexis
Bachelay et Arthur Delaporte. Je salue également Yann Galut. Nous pouvons donc commencer la
première réunion de structuration de Cohérence Socialiste en Île-de-France. Comme nous sommes
très nombreux, nous allons commencer par un tour de table, que chacun puisse se présenter
rapidement. Ensuite, Alexis Bachelay fera un point sur les origines de notre démarche. Je tiens
d’ailleurs à vous remercier, car votre présence est sine d’une volonté de reconstruction au sein du
PS. Arthur Delaporte fera ensuite un point sur l’organisation des Etats Généraux du Parti Socialiste,
car le but de notre réunion ce soir est aussi de construire une feuille de route.
- tour de table -
Nadège Abomangoli
Ce tour a montré que l’ensemble des fédérations franciliennes est représenté. Vous l’avez dit, il y a
beaucoup de questionnements, y compris certains qui hésitent à rester dans le PS. Pour y répondre,
je vais passer la parole à Alexis Bachelay.
Alexis Bachelay
Merci Nadège. J’espère que personne ne rendre sa carte après mon intervention ! Il y a beaucoup de
choses dont on souhaite parler aujourd’hui. Même si c’est une initiative de parlementaires et d’élus,
Cohérence Socialiste, c’est avant tout une affaire de militants. Je pense que moi-même, Yann, Karine,
Valérie, Nadège et tous les autres qui nous accompagnent, nous nous posons des questions sans
prétendre détenir la vérité. Il faut faire preuve d’humilité, mais aussi être optimistes. Il faut croire
qu’on peut continuer à militer. Le livre « Contre la mort de la Gauche » et Cohérence Socialiste sont
là pour dire qu’il faut être combatif et prendre les problèmes de front et les affronter.
Nous avons donc décidé de créer un collectif à partir d’un combat, qui était le nôtre avec Yann : la
Gauche Forte, l’économie, la fraude fiscale, l’économie, etc. Après les municipales et les
européennes, où le FN a même fini en tête, on s’est dit qu’il fallait réagir, en tant que militants
socialistes. D’où ce livre, qui contient nos propositions sur 3 sujets : la politique économique, l’Union
Européenne et la Démocratie, et le vivre ensemble. On pense que même si le contexte économique
et social est lourd, le poids des institutions est un facteur d’aggravation de la défiance et des crises
que nous traversons.
Pour nous, le PS et ses militants doivent être d’avantage mis en avant. On a changé de Premier
secrétaire dans des circonstances difficiles à tolérer. En principe, dans notre République, il y a
l’Exécutif, les Groupes parlementaires et le Parti Socialiste. A l’époque de Jospin, toutes les
propositions transitaient par le Bureau National. Aujourd’hui, on en est revenu aux pires heures de la
V
e
République, et le groupe PS s’est retrouvé le théâtre de débats qui auraient dû avoir lieu au sein
du parti. Et pour cause : même ce groupe n’est pas associé à l’exercice du pouvoir, comme ça a été le
cas au moment du rapport Gallois. Si le PS n’existe plus, que le groupe est divisé, il ne reste qu’un
exécutif, souvent même pas vraiment sûr de lui-même.
Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014 2

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

Notre ambition, c’est d’essayer d’avoir une capacité de proposition et de ressaisir des choses. C’est
vrai aussi que l’ambition de Cohérence Socialiste c’est de proposer dans le cadre d’un congrès des
idées nouvelles. On parle de rénovation depuis toujours, mais on arrive à la limite de ce type de
discours sans effet, avec un parti qui se réduit. Il faut saisir l’occasion de réinventer un parti du
XXI
e
siècle et un socialisme du XXI
e
siècle.
Jean-Christophe Cambadélis a compris ce besoin en lançant les Etats Généraux du Parti Socialiste. On
va essayer d’y participer, pour qu’il en sorte quelque chose, sachant qu’à l’heure actuelle il n’y a rien
de très concret. Pour le concret, il faut une ligne, et il faut donc un congrès. Maintenant qu’on a les
dates des élections, il faut choisir la date. On a créé cette sensibilité pour porter nos idées, vos idées,
le livre n’étant qu’une première contribution au débat. Si d’aventure il fallait un texte de contribution
ou une motion, ce sera avec vous qu’il sera rédigé. Tant mieux si vous n’êtes pas d’accord avec nos
premières propositions, il faut du débat. On voudrait, à l’avenir, faire participer les adhérents, les
parlementaires, à la vie publique.
Le congrès viendra sans doute entre mars et décembre, entre les cantonales et les régionales. Il
faudra donc s’y préparer. Cohérence Socialiste ne roule pour personne et veut redynamiser, par les
idées et les militants, le PS, y compris en défendant le renouvellement des générations de militants,
de responsables et d’élus. Il y a des sujets où on peut aller encore plus loin. On va s’organiser au
niveau de la région parisienne, il faudra donner une impulsion à notre action. L’idée de la réunion de
ce soir, c’est de commencer à structurer.
Nadège Abomangoli
Merci Alexis. Il fallait bien rappeler, tu l’as fait, que le sens de la démarche est interne au PS. Ce qui a
manqué durant le mandat de Harlem Désir, c’est le rapport de force avec l’exécutif. Aujourd’hui,
pour établir ce rapport de force, il faut déterminer la ligne interne. D’où notre question ce soir :
aujourd’hui, comment structure-t-on, et qui veut s’impliquer ?
Alexis Bachelay
J’ai oublié d’ajouter que nous quatre députés, nous sommes invités dans beaucoup de fédérations, Je
le suis moi-même la semaine prochaine dans le Nord-Pas-de-Calais. On vous propose aussi de faire,
d’ici décembre, au moins une réunion publique autour du livre dans chaque département, via des
comités d’organisation. L’idée étant de venir discuter avec les militants, présenter (et vendre) le livre,
créer le contact et le débat. Les premiers retours qu’on a sont plutôt positifs, et on peut être en
mesure des créer des surprises.
Intervenante n°1
Bonjour, je suis de Fontenay-sous-Bois, et il y a une fête de la rose ce dimanche, à laquelle je vous
invite d’ailleurs tous. Si j’ai rejoint Cohérence Socialiste, c’est parce que j’ai eu l’impression qu’on a
perdu notre âme de socialistes. Si on rejoint les frondeurs, on perdra notre corps. On est face à un
hold-up idéologique à la tête de l’Etat, où une minorité profite du résultat d’une élection pour
imposer sa ligne. Ce n’est pas une confrontation avec la réalité du pouvoir, mais une dérive de notre
idéologie. Les Etats Généraux du Parti Socialiste sont un moyen de peser, mais il faut plus. Je n’ai
toujours pas digéré qu’on dise oui aux Pigeons et aux Bonnets Rouges, mais pas aux intermittents.
Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014 3

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

Intervenant n°2
Je reconnais à François Hollande d’être l’un des premiers Président de la République à assurer
l’indépendance du domaine judiciaire vis-à-vis de l’exécutif. Mais la vraie question, c’est que veut-on
faire ensemble ? Pour quelle finalité ? Je serai assez favorable à garder le socle constitué par le
préambule de la constitution de 1946, issue de l’après-guerre et du Conseil National de la Résistance.
De quel socle veut-on repartir ? Est-ce bien celui, humaniste, du CNR ?
Intervenant n°3
Sous la V
e
République, le Président de la République est le vrai dirigeant du Parti majoritaire. Ne nous
trompons pas sur les années Jospin, qui consultait surtout le PS pour des questions d’équilibre
politique. Les militants en tant que tels n’avaient aucun poids. C’est important d’avoir de la volonté,
bravo, mais s’il faut être audacieux, on ne gagne jamais contre l’exécutif et le Président. Enfin,
rappelons-nous, en débattant de ligne, qu’à 1981 a succédé 1983 !
Intervenant n°4
A mon avis, il va falloir être simple et communiquer sur des idées fortes, comme les premières que
vous avez avancées, mais éviter les sujets centrés sur le PS, qui n’intéressent pas les français.
Intervenant n°5
Si je suis ici, c’est, je dois le dire, parce que j’ai été séduit par la personnalité et le contenu politique
que portait Alexis Bachelay. Et Cohérence Socialiste m’interpelle. Qu’est-ce que Cohérence Socialiste
sur l’échiquier, vis-à-vis des autres courants ? L’appel d’air de la nouveauté peut attirer le regard,
mais pour durer il faut identifier, consolider. Le projet principal c’est l’idéologie, le placement, on ne
peut pas être simplement l’objecteur de conscience de la deuxième gauche. La capacité la plus
importante c’est l’identité de la gauche, son unité. Les Etats Généraux du Parti Socialiste vont servir
de Canada Dry du congrès, et il faudra peser dessus. Il faut être ambitieux, car les militants eux-
mêmes n’y croient plus, et plus seulement quelques électeurs français.
Alexis Bachelay
Merci d’avoir tout posé sur la table. Petit à petit, tout en avançant, on clarifie notre positionnement.
Nous n’avons pas rejoint les frondeurs car nous pensons qu’ils rajoutent de la crise à la crise. Hors, on
ne veut pas seulement prendre date pour le Congrès. Notre seul levier, ce sont nos parlementaires,
qui ont porté des inflexions sur des textes majeurs, comme la fraude fiscale. Ça, c’est pour le court
terme.
La création de Cohérence Socialiste, c’est du moyen terme. Redressement du parti, unité. On a
anticipé le recentrage du gouvernement Valls, dans lequel nous ne nous retrouvons pas. On n’est pas
pour le social-libéralisme. On n’arrive même pas à faire une vraie social-démocratie qu’on
l’abandonne déjà pour aller toujours moins à gauche. Etre en tête-à-tête amoureux avec le MEDEF,
ce n’est pas la social-démocratie. On pense que ce que veulent les militants, ce n’est pas la fronde, ce
n’est pas le social-libéralisme. Et ils ne veulent pas aller là où Manuel Valls veut nous emmener petit
à petit. Je pense qu’on peut se dire ce soir qu’on a vocation à déposer une motion, tout en
continuant à travailler sur le fond.
Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014 4

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

Intervenant n°6
Il faut aussi changer la méthode. Souvent, on s’ennuie lors des réunions politiques. Alors changeons
ça, y compris par des nouvelles méthodes de travail, qui sortent du cadre : plateformes internet,
guides, réunions post-it, etc. Ça nous permettra de changer sur le fond tout en innovant.
Arthur Delaporte
Tu prêches un convaincu. Comment casser le cadre ? Je suis preneur d’idées faciles à mettre en place
et productives. Il faut qu’on s’amuse aussi, qu’on rompe la monotonie, qu’on donne envie de faire de
la politique. Y’a des sections où c’est toujours les mêmes qui s’engueulent. On s’amuse, à Cohérence
Socialiste, mais on fait aussi, surtout, des trucs sérieux. On va essayer d’utiliser les Etats Généraux du
Parti Socialiste pour relancer nos groupes de travail.
Intervenant n°7
Je pense qu’on vit aujourd’hui la crise politique à droite comme à gauche. Du coup, quand on perd du
terrain, c’est en faveur du FN ou de l’abstention. La position des frondeurs est un manque de
responsabilité, qui pourrait renforcer le FN. Il faut batailler contre l’extrême-droite. Les Etats
Généraux du Parti Socialiste semblent un argument pour étouffer le débat. Mais il faut que chacun
pèse, de son côté, pour que nous pesions ensemble.
Intervenant n°8
On a parlé à plusieurs reprises d’identité et d’objecteur de conscience. Ça existe déjà : ce sont les
frondeurs. La voie du gouvernement Valls c’est comment s’adapter pour protéger comme possible
les plus fragiles de la mondialisation sauvage. Nous, nous n’acceptons pas la mondialisation
ultralibérale, et nous devons faire émerger une alternative, sans céder à l’acceptation. Il y a une
troisième option : une gauche de rupture de l’offre politique, une nouvelle voie de gauche.
Intervenante n°9
L’identité, ce n’est pas un problème pour moi. Je suis socialiste, point barre. Le pouvoir actuel s’en
éloigne, mais mon identité elle est là, je la connais. Les camarades sont déboussolés. On ne sait plus
où on va. Le problème ce n’est pas comment on cherche une identité, mais comment on va
influencer le gouvernement, le Président de la République… Hier, le Premier Ministre pose la
question de confiance, mais il fait toutes ses annonces aujourd’hui. Je me rends compte qu’en tant
que militante, je m’agite, je pense, mais on ne m’écoute pas. Je ne veux pas que le gouvernement
tombe, personne au PS ne le veut, je veux que le gouvernement nous écoute.
Intervenante n°10
Je vais partir. Je pensais qu’on allait me demander des idées, me donner des infos. On confond débat
et prise de parole. Est-ce qu’on pourrait juste démarrer par définir comment au PS on collecte les
idées et les propositions des militants ? Et puis il faut agir et informer. J’en ai plein la boite à lettres
des faux chiffres de la droite, et je n’ai pas de réponses exactes à y apporter. J’en ai déjà parlé à La
Rochelle. On a dit beaucoup de choses très intéressantes, mais il n’y a rien derrière. Il y avait encore
il y a peu une rubrique Désintox sur le site du PS, elle n’est plus alimentée. Il faut du concret, où on a
l’impression de ne rien construire.
Réunion militante Ile de France – Mercredi 17 septembre 2014 5

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

Intervenante n°11
Je t’invite à venir chez nous à Bezons, camarade. J’étais comme toi avant, mais à un moment il faut
un déclic, qu’on a eu chez nous. Tu y es bienvenue. Ça peut fonctionner autrement au PS, il y a une
nouvelle génération qui en a envie. Il y a des choses, et on a besoin de gens comme toi.
Arthur Delaporte
Rentrons maintenant dans les questions de processus. Comment va-t-on faire pour les Etats
Généraux du Parti Socialiste ? Il faut en profiter pour réfléchir à nous-même, construire Cohérence
Socialiste et la faire grandir. On a posé un cadre. Il y a douze questions, on a essayé de dégager les
quatre qui nous semblaient avoir le plus gros potentiel. On a isolé :
- Laïcité et République (face au FN)
- Démocratie et Représentation (pour les institutions)
- Croissance et Sociale-Ecologie (pour un grand impensé du PS)
- Europe et Souveraineté (pour l’avenir)
On va déjà se concentrer sur ces quatre thèmes.
Le 22 septembre, je lance un formulaire avec les 4 ou 5 pistes dégagées pour chaque idée. Vous
pourrez vous exprimer sur ces axes, et les enrichir, voire en rajouter. Pour chaque sujet, il y a un
référent : Emmanuel pour la Laïcité, Guillaume pour la Démocratie, Emmy-Lou pour l’Europe et
Cécile pour l’Ecologie. Pour dead-line, on se fixe le 2 octobre, à cause des contraintes que le
calendrier resserré nous impose. Samedi 4 octobre, nous organiserons des ateliers, ici à l’Assemblée
nationale, pour finaliser les contributions sur les quatre thèmes. Il y aura ensuite une nouvelle
synthèse, qui vous sera transmise et qui sera portée par Cohérence Socialiste, postée pour les Etats
Généraux du Parti Socialiste.
Alexis Bachelay
Je participerai aux débats des Etats Généraux du Parti Socialiste à Argenteuil le 18 octobre au matin.
On peut doubler cette présence par une rencontre avec nos amis locaux de Cohérence Socialiste.
J’entends aussi la critique sur les réunions et leur organisation, mais en créant les choses, il faut un
certain formalisme jusqu’à ce que nous nous connaissions bien.
Intervenante n°12
Je veux bien jouer le jeu des Etats Généraux du Parti Socialiste, mais je suis d’accord avec ce qui a été
dit tout à l’heure : il faut jouer sur tout pour défendre nos idées. Il faut donner le pouvoir aux
militants de gauche, comme dans l’associatif, en interpellant les acteurs.
Nadège Abomangoli
J’entends ton propos, car ce sont des méthodes très efficaces, mais je dis aussi prudence, car elles
sont aussi très à la limite de la légalité. Pour conclure, je tenais à remercier Rémi, qui nous fait un
compte-rendu, Arthur, pour le boulot qu’il fait au quotidien, et tous les autres qui nous aident. Pour
ceux qui veulent animer localement Cohérence Socialiste, vous pouvez venir nous voir. Merci à tous !
Pour nous rejoindre, remplissez le formulaire en ligne (http://coherencesocialiste.com/impliquez-vous/)
et imprimez votre bulletin d’adhésion (http://lc.cx/BulAdCS )

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful