Vous êtes sur la page 1sur 8

ND 2079-171-98

OPT I M I SAT I ON DE LA SÉCUR I TÉ


167
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N°171, 2e trimestre 1998

→ J. Marsot, service Machines


et Dispositifs de Protection, centre
de recherche de l'INRS, Nancy
Nacelles élévatrices de
personnel
Etude des schémas de commande

ette étude avait pour objectif d’évaluer le niveau de sécurité du circuit de commande des
C RADL E-TYPE
L IFT I NG DEV I C ES
PERS ONNEL C nacelles élévatrices de personnel et si besoin est, de proposer des solutions pour amé-
liorer leur sécurité d'utilisation. Elle répondait à une demande de la Caisse Régionale
STUDY OF CONTROL SYSTEMS d'Assurance Maladie d'Ile de France (CRAMIF) suite à des accidents rencontrés dans plu-
sieurs régions et mettant directement en cause le circuit de commande de ces machines.
L'estimation des risques présentés par l'utilisation de ces machines conduit à préconiser
he purpose of this study was to une sécurité assurée par la structure du circuit de commande et non par la sélection des
Tcircuits
assess the safety level of control
on cradle-type personnel lifting
composants le constituant. L'analyse de 18 schémas de commande appartenant à des
nacelles commercialisées entre 1995 et 1996 montre que cette préconisation n’était pas
satisfaite. Précisons que cette constatation ne préjuge bien entendu pas du niveau de sécu-
devices and, if necessary, propose rité des circuits de commande des nacelles élévatrices qui ont été certifiées depuis le 1er
means of improving their safety in use. janvier 1997.
It was carried out at the request of the Deux principes sont proposés : la structure redondante et la vérification de l’intégrité de
Paris Region Health Insurance Fund l’ensemble des fonctions de sécurité avant d’autoriser, par le circuit de commande, le
(CRAMIF), following accidents in seve- déploiement de la structure extensible. Ils permettront, d’une part de s’assurer que toutes
les conditions de sécurité sont satisfaites avant que l’opérateur ne se trouve en situation
ral regions in which the control circuits potentiellement dangereuse, et d’autre part, d’éviter qu’un défaut unique dans ces parties
were instrumental. du circuit de commande n’entraîne la perte des fonctions de sécurité.
In the light of the assessment of the
risks involved in using these machines,
the solution would appear to lie in 쐌 sécurité 쐌 machine 쐌 commande 쐌 nacelle élévatrice
control circuit structure safety rather
than in selecting individual components

L
for their safety. Analysis of 18 control es nacelles élévatrices de personnel exhaustive le circuit de commande de tous
diagrams for lifting devices put onto entrent dans le champ d'application les types d’appareils de levage de per-
the market between 1995 and 1996 de la directive européenne « Machi- sonnes (hayons élévateurs, nacelles se
showed that this recommendation was nes » 89/392/CEE modifiée [1] dont déplaçant le long de mâts, nacelles sus-
not fulfilled. Note that this does not la date d'application, pour ce type de machi- pendues, etc.). En conséquence cette
reflect in any way on the safety of crad- ne était fixée au 1er janvier 1997. étude a été centrée sur les appareils rele-
le lifting devices certified since vant du projet de norme européen
January 1th, 1997. Or, les contacts pris par la CRAMIF dès Pr EN 280 [3] à savoir les plates-formes élé-
Two principles are proposed: the redun- 1995 avec certains constructeurs montrent vatrices mobiles de personnel (1).
dant structure, and verifying the integri- que ceux-ci étaient très loin d'avoir pris
ty of all the safety functions before the connaissance des exigences essentielles Ne sont également pas pris en considé-
control circuit may authorise extension de sécurité qui allaient être applicables à la ration dans cette étude :
of the cradle lift. This ensures that all
conception des circuits de commande de
the safety conditions are met before the
ces nacelles [2]. En particulier, l'exigence - les critères de choix et les conseils
operator is placed in a potentially dan-
gerous situation and also that a single suivante : « un défaut affectant la logique d'utilisation d'une PEMP, qui font déjà l'ob-
fault in those parts of the control cir- du circuit de commande, ou une défaillan- jet de multiples documents [4 à 6],
cuit does not cause loss of safety func- ce ou une détérioration du circuit de com-
tions. mande ne doit pas créer de situations dan- - la défaillance ou le dysfonctionne-
gereuses (Directive 89/392/CEE, § 1.2.7) » ment des actionneurs, des éléments de
쐌 personnel lifting device 쐌 cradle 쐌 ne semblait ne pas encore avoir été prise puissance et des éléments de transmission.
control circuit 쐌 safety device en compte pour la réalisation des circuits Ils ne font pas partie du système de com-
de commande. mande d'une machine.

Il n'était pas envisageable, dans le cadre


de cette étude, d'analyser de façon (1) Cf . Glossaire page suivante.
168
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N°171, 2e trimestre 1998

DÉFINITIONS (PR EN 280) des circuits de commande des PEMP dis-


ponibles sur le marché français entre 1995
Plate-forme élévatrice mobile
et 1996.
de personnel Châssis
Le châssis est la base de la PEMP. Il peut
Elle est constituée au minimum par une être remorqué, poussé, automoteur, etc. Il est également important de noter que
plate-forme de travail, une structure exten- ces schémas appartiennent à des nacelles
sible et un châssis (fig. 1). mises sur le marché avant le 1er janvier
Plate-forme
1997, donc non soumises à examen « CE »
Plate-forme de travail de travail de type.
Elle est constituée soit d'un plateau
entouré d'un garde-corps, soit d'une nacelle Enfin, la détermination des mesures de
qui peut être déplacée avec sa charge à la sécurité à mettre en œuvre lors de la
position permettant d'effectuer des travaux conception des circuits de commande s'est
de montage, réparation, inspection ou déroulée selon la démarche itérative (fig.
autres travaux similaires. Fig. 1. 2) proposée par la norme EN 954-1 [8].
Exemple de
Structure extensible plate-forme Cette démarche doit être répétée autant
élévatrice Structure
Cette structure, solidaire du châssis, sup- mobile de extensible de fois qu'il est possible de le faire afin
porte la plate-forme de travail, elle permet de personnel d'éliminer les phénomènes dangereux par
la mouvoir jusqu'à la position voulue. Il peut Châssis
la mise en œuvre de mesures de sécurité
s'agir, par exemple, d'une flèche ou d'une adaptées compte tenu de l'état de la tech-
échelle simple, télescopique ou articulée, ou nique.
d'une structure à ciseaux, ou de toute com-
binaisonde celles-ci avec ou sans possibilité Dans l'esprit de la nouvelle approche, l'état de la
d'orientation par rapport à la base (fig. 1). technique est celui qui procure aux utilisateurs le
niveau de sécurité le plus élevé que permettent d'at-
teindre les connaissances scientifiques, les possibili-
tés techniques et les contraintes économiques du
moment. Il n'est pas synonyme de ce qui est techni-
quement le plus souvent rencontré. Cela conduirait
alors à un niveau de sécurité moindre que celui que
types : électromécanique (16) ou hydrau- l'on est en droit d'attendre. A l'inverse, l'état de la
1. Méthodologie lique (2). technique ne correspond pas à ce qu'il est possible de
Aucun schéma à base de logique pro- réaliser au mieux d'un point de vue technique.
Dans un premier temps une recherche grammée (automate programmable indus-
bibliographique a été réalisée. Elle avait triel) ne nous a été transmis. L’échantillon
pour objectifs principaux : des schémas obtenus ne peut donc pas
être considéré, de ce point de vue, comme
- la détermination des principales complètement représentatif de l’ensemble
causes et conséquences des accidents sur-
venus lors de l'utilisation d’appareil de
levage de personnes. Celle-ci s'est effec-
tuée essentiellement à partir de la base de
données de l'INRS EPICEA. Fig. 3. Chute
par bascule-
- l’examen de textes réglementaires, GLOSSAIRE ment de la
normatifs et techniques relatifs aux PEMP PEMP
: la directive « Machines », les normes et PEMP est utilisé par souci de simplification
projets de normes relatifs à la sécurité des pour « plates formes élévatrices mobiles de
machines, les rapports d'étude, les cahiers personnel » dans le texte
des charges et les guides techniques rela- EPICEA : Etudes de prévention par l’infor-
tifs aux PEMP et aux circuits de comman- matisation des comptes rendus d’enquêtes
de [1, 2, 3, 7 à 12]. des accidents du travail Fig. 4. Chute
Fabricant : il s'agit du fabricant lui-même depuis la
Ensuite, différents fabricants et syndi- ou de son mandataire établi dans l’Espace plate-forme
de travail
cats professionnels (MTPS, SIMMA, Economique Européen
DLR) ont été sollicités afin qu'ils nous MTPS : Union des industries d'équipe-
transmettent les schémas de commande ments pour la construction, les infrastruc-
des PEMP alors commercialisées en tures et la métallurgie
France. Cette consultation, qui a portée sur SIMMA : Syndicat des Industries de
vingt-cinq fabricants, a permis d’obtenir 18 Matériels de Manutention
schémas de commande appartenant aux DLR : Fédération nationale des distribu-
différents groupes et types de PEMP. teurs, loueurs et réparateurs de matériels
Ces circuits de commande sont de deux
169
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N°171, 2e trimestre 1998

2. Identification des Identification des phénomènes


dangereux et des risques que peut
phénomènes dangereux engendrer une PEMP

et des risques

Il est important de différencier les Estimation des risques consécutifs


concepts de phénomène dangereux et à une défaillance du circuit
de risque de commande de la PEMP

Le phénomène dangereux est de natu-


re physique.
Définition des objectifs de sécurité
Il est inhérent à la machine ou au pro- pour chacun de ces risques
cessus. Il est associé à de l'énergie.
Dans le cas des PEMP, il s'agit principa-
lement de l'énergie potentielle liée à la
hauteur d'élévation et de l'énergie ciné-
tique liée au déplacement de la PEMP.
Détermination des mesures et/ou des
prescriptions de sécurité à mettre en œuvre
Le risque est en général associé aux pour limiter, voire éliminer ces risques
effets pouvant être engendrés par le phé-
nomène dangereux.

Définitions (NF EN 292-1 [9])


Valider la réduction du risque et
 Phénomène dangereux renouveler la démarche si nécessaire
Cause capable de provoquer une lésion ou une
atteinte à la santé.
 Risque
Combinaison de la probabilité et de la gravité d'une
Fig. 2. Démarche itérative suivie
lésion ou d'une atteinte à la santé pouvant survenir
dans une situation dangereuse.

b) Les risques mécaniques liés au c) Les risques mécaniques liés au


Les principaux risques qui ont été déplacement relatif de la PEMP par déplacement relatif des éléments
identifiés sont les suivants rapport à son environnement mobiles de la PEMP

a) Le risque de chute Il existe un risque de choc, de coince- Toutes les PEMP possèdent une ou plu-
ment, d'écrasement si l'opérateur ou une sieurs structures extensibles. Il existe donc
La fonction d'une PEMP est l'élévation partie de son corps se trouve entre la des zones avec des risques de coincement,
de personnel à plusieurs mètres ou plate-forme et un obstacle extérieur de cisaillement, d'écrasement entre les dif-
dizaines de mètres de hauteur. Il existe proche (fig. 5). Ce peut être également un férents éléments mobiles de ces structures
donc soit un risque de chute par bascule- risque d'électrisation ou d'électrocution si (fig. 7).
ment de la PEMP (fig. 3), soit un risque de l'obstacle est un conducteur électrique
chute depuis la plate-forme de travail (fig. 4). (fig. 6).

Fig. 6. Risque
d'électrocution

Fig. 5. Risque de choc, Fig. 7. Risque de coincement,


d'écrasement d'écrasement
170
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N°171, 2e trimestre 1998

Cette identification des phénomènes


dangereux a été validée par l’analyse de
35 comptes rendus d’accidents du travail Indéterminée
(enregistrés entre 1984 et 1995 dans la (4 A.T.)
base de données EPICEA) relatifs aux élé- Défaillance
vateurs de personnel. L’analyse de ces mécanique
comptes rendus nous a également permis (9 A.T.) Insuffisance de
de recenser la ou les origines possibles de conception du circuit
de commande
ces accidents (fig. 8).
(6 A.T.)

3. Estimation du risque Manœuvre Défaillance du cricuit


inappropriée de commande (5 A.T.)
Elle a été réalisée à partir de la combi- de l'opérateur (11 A.T.)
naison des éléments suivants :

쐌 la gravité du dommage : dans le cas de Fig. 8. Répartition des accidents du travail (AT) selon leur origine supposée
personnes, il s'agit soit de blessure légère,
généralement réversible, soit de blessure
grave, généralement irréversible (y com-
pris le décès);

쐌 la probabilité d'occurrence du domma-


ge, qui peut être estimée à partir de la fré- Pour la détermination de ces mesures, il
quence et/ou de la durée d'exposition de 4. Objectifs de sécurité a été fait référence à des règles et/ou spé-
l'opérateur au phénomène dangereux, et cifications techniques de prévention clas-
de sa possibilité d'éviter ou de limiter le siques appliquées aux machines. Celles-ci
dommage. L’objectif de sécurité retenu était de sont notamment rappelées dans deux
déterminer, au niveau du circuit de com- textes dont le respect, entre 1995 et 1996,
Les résultats de cette estimation du mande, les mesures permettant d’éviter période sur laquelle s'est déroulée cette
risque sont résumés dans le tableau I. des accidents tels que ceux relevés dans étude, n'était pas encore réglementaire-
EPICEA et imputés en partie au circuit de ment exigible. Ces textes sont les suivants :
commande.
쐌 la directive « Machines », et plus parti-
culièrement l’exigence essentielle de sécu-
TABLEAU I
rité, citée au § 1.2.7 de cette directive, pour
l’ensemble du système de commande ;
ESTIMATION DU RISQUE
Risques de chute Risques mécaniques 쐌 la norme EN 954-1 (1) pour les parties du
Dus au déplacement système de commande relatives à la sécu-
Dus au déplacement des rité. Cette norme distingue différentes
Par basculement de la Depuis la plate forme de de la PEMP par
éléments mobiles de la
PEMP travail (*) rapport à son environ-
PEMP
catégories. Celles-ci caractérisent la résis-
nement tance aux défauts et le comportement sous
Gravité du dommage défauts du système de commande. Pour
une partie du système de commande rela-
Lésion sérieuse (normalement irréversible) étant donné les hauteurs d'élévation tive à la sécurité, le choix de la catégorie
permises et les niveaux d'énergie utilisés par les PEMP
(sur les 11 accidents imputés au circuit de commande, 5 sont mortels(**))
est fonction de l'estimation du risque et de
l'état de la technique.
Durée d'exposition
Continue (de par sa fonction une PEMP élève l’opérateur Occasionnelle(opération
En fonction de l’estimation du risque
et le rapproche d’une structure extérieure) de maintenance) réalisée (tableau I), l’application du guide

Possibilité d'évitement

Possible si l’opérateur Possible si l’opérateur à


Possible si l'opérateur est Possible par la mise en
à une bonne visibilité une bonne visibilité sur
averti lorsqu'il se rap- place de garde-corps,
sur sa trajectoire, si les zones dangereuses, si
proche des limites d'uti- d'un moyen d'accès et
les vitesses de dépla- ces zones et la mise en
lisation permises et si d'un portillon adaptés,
cement sont faibles et mouvement de la PEMP (1) Cette norme qui a le statut d’une norme d’applica-
les vitesses de déplace- par l’utilisation d'un har-
s'il existe un arrêt sont signalées et s'il exis- tion (type B1) a été adoptée le 11/07/1996. Elle s’applique
ment sont faibles. nais de sécurité. à toutes les machines relevant de la directive 89/392/CEE
d'urgence. te un arrêt d'urgence.
modifiée. L'utilisation de cette norme est également
(*)Structure extensible déployée. Les chutes lors de l’accès à la plate forme de travail ne mettent généralement pas en recommandée par la coordination européenne des orga-
cause le circuit de commande mais plutôt l’Ergonomie des moyens d’accès. nismes notifiés (compte rendu du 21/03/95 - CMB/M/9
(**) La base de données EPICEA fait surtout ressortir les accidents graves, voire mortels. "Lifting Persons Device").
171
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N°171, 2e trimestre 1998

de sélection des catégories (EN 954-1 -


annexe B) conduit à préconiser : TABLEAU II
RÉSUMÉ DES PRESCRIPTIONS APPLICABLES AUX CATÉGORIES B, 1 ET 3 (EN 954-1)
 la catégorie 1 pour les parties du sys- 2
tèmes de commande destinées à éviter les Comportement Base principale
Catégories Résumé des prescriptions
du système de la sécurité
risques dus au déplacement des éléments
mobiles de la PEMP, La partie du système de com-
mande de machine relative à
 la catégorie 3 pour les parties du systè- la sécurité et/ou ses disposi-
me de commande destinées à éviter les tifs de protection, ainsi que
Si un défaut se produit, il
ses composants doivent être
risques de chutes et les risques dus au B
conçus, fabriqués, sélection-
peut conduire à la perte
déplacement de la PEMP par rapport à de la fonction de sécurité
nés, montés et combinés
Par la sélection des
son environnement. selon les normes pertinentes
composants
afin de pouvoir faire face aux
influences attendues
Les prescriptions applicables à ces caté-
gories sont résumées dans le tableau II. Les exigences de la catégorie
Comme décrit pour la
catégorie B mais avec une
B s'appliquent.Doit utiliser
1 plus grande sécurité rela-
des composants et des prin-
tive à la fiabilité de la
cipes éprouvés.
fonction de sécurité.

5. Observations Les exigences de la catégorie


B et l'utilisation des principes
et suggestions de sécurité éprouvés s'appli-
quent.
Lorsqu'un défaut unique
se produit, la fonction de
d’amélioration Le système de commande doit
sécurité est toujours
assurée. Par la structure
être conçu de façon à ce que :
 Certains défauts seront du circuit
3  un défaut unique du système
détectés, mais pas tous. de commande
de commande ne doit pas
 L'accumulation de
5.1. Concernant l’ensemble du mener à une perte de la fonc-
défauts non détectés peut
tion de sécurité,
système de commande  si cela est raisonnablement
conduire à la perte de la
fonction de sécurité.
faisable, le défaut unique doit
Il ressort de l’analyse des schémas de être détecté.
commande obtenus, qu’une défaillance
peut effectivement provoquer un mouve-
ment non souhaité ou non contrôlé de la
PEMP. L’opérateur étant embarqué dans la
I 0 II I 0 II Fig. 9. Exemple d'utilisa-
plate-forme de travail, il peut alors se trou- tion de diodes de commuta-
ver en situation dangereuse (ex : risque de Diode tion
chute suite à la perte de stabilité de la défaillante La pompe hydraulique peut être com-
PEMP ; risque d’écrasement ou d’électro- mandée par l'intermédiaire des diffé-
cution suite à une collision avec un obs- rentes diodes. Une diode défectueuse
ne sera pas signalée à l'opérateur.
tacle extérieur). Les schémas étudiés ne Lors de la commande de descente de
permettent donc pas de satisfaire à l’exi- la PEMP (par exemple), la diode
gence essentielle de sécurité citée au défectueuse provoquera simultané-
§ 1.2.7 de la directive « Machines », exigen- ment la rotation de la PEMP
ce qui leur est applicable depuis le 1er jan-
vier 1997. Pompe EV EV
montée rotation
droite
L’exemple le plus significatif, retrouvé
EV EV
sur 14 des 18 schémas étudiés, est l’utili- descente rotation
sation de diodes de commutation pour la gauche
commande d'une fonction commune à
plusieurs mouvements (fig. 9). I 0 II I 0 II
Ce type de circuit peut être corrigé en x1 x2 x3 x4 x1 x2 x3 x4
utilisant un contact auxiliaire des différents
relais pour la commande de la fonction
commune (fig. 10), solution que l'on
retrouve sur l'un des schémas étudiés.

D’autres exemples peuvent également Pompe EV EV


être cités : hydraulique montée rotation
droite
EV EV
 l’utilisation de relais à contacts non liés. Fig. 10. Remplacement des diodes par descente rotation
Le collage d’un contact de ce type de des contacts de relais auxiliaires gauche
172
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N°171, 2e trimestre 1998

relais ne sera pas détecté et il n’empêche-


Commande Distributeur
ra pas la fonctionnement des contacts proportionnelle proportionnel
complémentaires. Des signaux de com-
mande non souhaités peuvent alors être
délivrés et conduire à une situation dan-
gereuse. UDC
0,5 x UDC
Dès lors qu’une situation dangereu-
se peut être provoquée par la discordan-
ce de plusieurs contacts d’un même relais,
ceux-ci doivent être à contacts liés [10].
Vérin

쐌 l’utilisation possible de dispositifs de Défaut de masse


commande proportionnelle où un défaut
dans la transmission du signal de com-
mande peut entraîner une brusque aug- Fig. 11. Exemple de commande propor-
mentation de la vitesse du mouvement tionnelle ne répondant pas au principe de
commandé (fig. 11). La conception de sécurité positive
Une vitesse de déplacement nulle est obtenue pour une
l’ensemble de ces dispositifs (manipula- tension de commande égale à la moitié de la tension
teur, transmission du signal de comman- nominale. Un défaut de masse (tension de commande
de, distributeur) doit répondre au principe nulle) provoquera donc un mouvement intempestif
de sécurité positive (2).

5.2. Concernant les parties du


système de commande relatives
à la sécurité

L'analyse des schémas obtenus confir-


me que les PEMP comportent bien des
dispositifs de sécurité afin de limiter, voire EXEMPLE : DÉTECTION ET SIGNALISATION D’INCLINAISON EXCESSIVE
d'éviter les risques cités précédemment.
Ces dispositifs peuvent être de simples Fig. 12. Principe
capteurs ou détecteurs de position, d’incli- Bille Détecteur
d'un détecteur
naison, de pression, de déplacement, etc. de dévers
Mais ce peut être également des disposi-
tifs électroniques complexes intégrant les
informations issues de différents capteurs. L’excès d’inclinaison est une des Coupelle
Par exemple, les dispositifs « angle-lon- principales causes de basculement
gueur » qui contrôlent en continu le d’une PEMP. Les dispositifs de détec-
déploiement de la structure extensible. tion de dévers comportent générale-
L’analyse de la documentation tech- ment un élément mobile interne (bille,
nique de ces dispositifs et des parties du pendule) qui se déplace en fonction de
système de commande correspondantes, l'inclinaison du capteur (fig. 12). Dévers
n'a révélé aucune architecture redondante
et/ou fonction d'auto-contrôle. Lorsque les valeurs limites sont
L'exemple ci-contre est représentatif de la façon dépassées, l'élément mobile actionne
dont sont assurées les fonctions de sécurité. par l'intermédiaire d'un circuit élec-
trique, un relais de commande (fig. 13).
La sécurité est assurée principalement En cours d'utilisation, une défaillance
par la sélection et la fiabilité des compo- du détecteur peut simuler la détection
sants, ce qui correspond aux prescriptions d'une inclinaison conforme alors qu'elle Détecteur
de la catégorie 1 : EN 954-1. ne l'est pas. Il en est de même pour une de dévers
x1 x2
Les objectifs de sécurité définis au § 3.3 défaillance de la signalisation.
du même texte retiennent la catégorie 1
uniquement pour les parties du systèmes
de commande destinées à éviter les X
Fig. 13.
risques dus au déplacement des éléments Exemple type
mobiles de la PEMP. d'un circuit de
détection de Signalisation Autorisation
dévers de dévers d'élévation
(2) Sécurité positive : EN 292 -1- § 3.17 excessif de la PEMP
173
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N°171, 2e trimestre 1998

Par contre, pour les parties du système 5.3. Commentaires sur la mise Application du principe de redondance
de commande destinées à éviter le risque en œuvre de ces mesures au contrôle du déploiement d'une
de chute (structure extensible déployée) et de sécurité PEMP automotrice
les risques dus au déplacement de la
PEMP, l’objectif de sécurité retenu est de Pour les PEMP où la stabilité est assurée
satisfaire aux prescriptions de la Application du principe de redondance quelle que soit la position de la structure
catégorie 3 : EN 954-1. Les mesures pro- au contrôle de stabilité d’une PEMP extensible (dans les conditions de charge
posées pour améliorer le niveau de sécu- équipée de stabilisateurs prévues), la redondance peut être réalisée
rité de ces parties du système de com- soit par l'association de deux détecteurs
mande sont : Pour les PEMP dont l'utilisation n'est limiteurs de course, soit par un détecteur
permise qu'après la mise en place de sta- limiteur de course et une butée méca-
 qu'elles possèdent une architecture bilisateurs (fig. 14), l'exigence de redon- nique. Celle-ci doit alors avoir une résis-
redondante. Ainsi une défaut unique ne dance pour le contrôle de stabilité peut- tance suffisante pour supporter l'effort
mènera pas à la perte d'une ou plusieurs être potentiellement satisfaite. maximum exercé. Les butées de vérins
fonctions de sécurité, hydrauliques ou pneumatiques, s'ils sont
En effet, en cas de déploiement (ou de correctement construits, peuvent répondre
 qu’elles soient testées avant que le cir- charge) excessif et de défaillance du à cet effet. Dans tous les cas, ces détec-
cuit de commande n’autorise le déploie- détecteur de déport (ou de charge), la teurs doivent être à manœuvre positive
ment de la structure extensible. Cette perte de stabilité sera également signalée d'ouverture (3).
mesure permettra de s'assurer, avant que par le dispositif de détection de perte d'ap- Pour les PEMP où la stabilité est uni-
l'opérateur ne se trouve en situation pui des stabilisateurs et/ou par le disposi- quement assurée par des systèmes élec-
potentiellement dangereuse, que les diffé- tif de détection d’inclinaison excessive. troniques complexes qui mesurent conti-
rents dispositifs de sécurité ne présentent nuellement la position de la structure
pas de défauts et que les conditions de Pour que cette redondance potentielle extensible et/ou le moment de renverse-
sécurité sont satisfaites (appui des stabili- s’applique, il est nécessaire que la PEMP ment, il est recommandé que ces systèmes
sateurs, dévers, charge, etc.). soit équipée d’un dispositif permettant de répondent à la catégorie 3 : EN 954 -1. Fin
détecter la perte d’appui d’au moins 2 sta- 1996, certains fabricants de tels dispositifs
Ces mesures s’appliquent donc aux par- bilisateurs. commençaient à prendre en compte cette
ties du systèmes de commande assurant recommandation.
les fonctions suivantes : Dans ce cas l’exigence de redondance
- la détection et la signalisation de la perte n’est pas impérative pour chaque dispositif (3) Manœuvre positive d'ouverture : NF EN 60204-1
d’appui des stabilisateurs, de détection liés à la stabilité de la PEMP. § 3.43 [11]
- la détection et la signalisation d’une incli-
naison excessive (pente, dévers),
- la détection et la signalisation d’une char-
ge supérieure à la charge nominale,
- le contrôle du déploiement de la structu-
re extensible,
- le maintien de la plate-forme de travail
en position horizontale,
- le contrôle des mouvements de la PEMP.

Fig. 14. Exemple de PEMP


avec stabilisateurs
174
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N°171, 2e trimestre 1998

Montée Descente Droite Gauche 쐍쐍 Il est donc souhaitable que les orga-
nismes notifiés pour la certification de ces
machines adoptent rapidement une posi-
tion commune quand aux exigences aux-
quelles doivent répondre les parties du sys-
tème de commande relatives à la sécurité.
Afin de connaître leur position, l'INRS a
Mise en informé les coordinations française et euro-
pression
péenne de ces organismes notifiés du déca-
lage observé entre les catégories dont rele-
vaient les systèmes de commande étudiés
Pression Échappement
et celles qui pouvaient être préconisées par
l'application de la norme EN 954-1. A ce
jour, ce point n’a pas encore été évoqué au
Fig. 15. Schéma de principe de double commande d'un mouvement sein de ces coordinations.
Un actionneur associé à un organe de service commande la mise en pression du circuit hydraulique.
Un autre actionneur associé à un autre organe de service sélectionne le mouvement désiré.
Même en cas de défaillance d'un organe de service, ou d'un actionneur, l'arrêt du mouvement peut être obtenu.

Application du principe de redondance BIBL I OGRAPHI E


au contrôle des mouvements de la
structure extensible
Discussion 1. Directive 89/392/CEE du 14 juin 1989.
et conclusion Rapprochement des législations des états membres
relatives aux machines (JO-CE n° L 183 du
Afin de prévenir des déplacements 쐍쐍 L’analyse de comptes rendus d’acci- 29/06/1989 - pp. 9 - 32) modifiée par la directi-
intempestifs occasionnés par une action dents survenus lors de l’utilisation d’appa- ve 91/368/CEE du 20 juin 1991 (JO-CE n° L 305
du 06/11/1991 - pp. 16-32) et par la directive
involontaire sur un organe de service, la reils de levage de personnes et l’étude de 93/44/CEE du 14 juin 1993 (JO-CE n° L 175 du
commande des différents mouvements de différents circuits de commande de PEMP 19/07/1993 pp. 12-20).
la structure extensible devrait être obtenue montre que ceux-ci présentent un certain 2. R. DELMAS - Circuits hydrauliques et circuits
par l'action simultanée sur deux organes nombre de défauts de conception. de commande des nacelles élévatrices de personnes :
risques et moyens de prévention. Mémoire tech-
de service, sans possibilité de blocage nique - CRAMIF 1994, 47 p.
volontaire de ces organes. 쐍쐍 Il faut cependant noter que sur le plan 3. Pr. EN 280. Décembre 1994. Plates-formes
réglementaire, les circuits de commande élévatrices mobiles de personnel. Calculs, stabilité,
Sur les PEMP étudiées, la commande étudiés appartiennent à des nacelles com- construction. Sécurité, examen et essais. Paris - La
Défense, AFNOR, 83 p.
des mouvements est généralement obte- mercialisées sur le marché français entre 4. Elévation du personnel. Boulogne-
nue par deux actionneurs différents pilo- 1995 et 1996, donc non encore soumises à Billancourt, OPPBTP, coll. Guide pratique,
tés par un seul organe de service. la Directive « Machines » 89/392/CEE. Ces 1990, n° 253 C 91, 10 p.
résultats ne préjugent donc pas du niveau 5. AUMAS M. - Plates-formes élévatrices
L'application de cette règle se limite de sécurité des nacelles qui, depuis le 1er mobiles de personnel. Paris, INRS, 1996, ED 801,
53 p.
donc à associer un organe de service par janvier 1997 (date d’application obligatoire 6. Elévation du personnel. Rouen, CRAM,
actionneur (fig. 15). Cela contribuera à de la Directive « Machines » 89/392/CEE 1989, n° 89.143.1, 68 p.
obtenir une structure redondante pour la aux appareils de levage de personnes), 7. KLEINBREUER W. - Systèmes de commande
commande des mouvements. ont été certifiées « CE ». Depuis cette date, hydrauliques et pneumatiques. Mesures de sécurité
graduelles en cas de défaut. Exigences générales,
les fabricants de nacelles élévatrices de exemples de circuit, piste de défauts. Sankt
personnes doivent en tout état de cause Augustin, BIA, 9 p.
Verrouillage du portillon d'accès apporter des améliorations au circuit de 8. EN 954-1 - Sécurité des machines. Parties des
commande de leurs machines afin de res- systèmes de commande relatives à la sécurité.
Partie 1 - Principes généraux de conception. Paris -
Le portillon d'accès au poste de condui- pecter les exigences essentielles de sécuri- La Défense, AFNOR, déc. 1996, 44 p.
te, constitue avec le garde-corps, une pro- té applicables à la conception des circuits 9. NF EN 292-1 - Sécurité des machines.
tection contre le risque de chute de l'opé- de commande. Notions fondamentales. Principes généraux de
rateur depuis la plate-forme de travail. conception. Partie 1 - Terminologie de base -
Méthodologie. Paris - La Défense, AFNOR, déc.
Selon le projet de norme Pr EN 280, ce 쐍쐍 L’application des mesures de sécurité 1991, 33 p.
portillon doit, soit être conçu pour se proposées devrait permettre d’obtenir un 10. Fiche pratique de sécurité - Les relais et contac-
refermer et se verrouiller automatique- niveau de sécurité satisfaisant. Ces teurs auxiliaires à contacts liés. Paris, INRS, 1989,
ment, soit être muni d'un asservissement mesures peuvent être considérées comme ED 013, 2 p.
interdisant le fonctionnement de la PEMP relevant de l'état de la technique car elles 11. NF EN 60204-1 - Sécurité des machines.
Equipement électrique des machines. Partie 1 -
tant qu'il n'est pas en position fermée et sont déjà appliquées par les constructeurs règles générales. Paris - La Défense, AFNOR,
verrouillée. Pour la conception de cet à d'autres types de machines présentant fév. 1993, 105 p.
asservissement (dispositif de verrouillage) des niveaux de risques similaires, ainsi 12. NF EN 1088 - Sécurité des machines.
il pourrait être fait utilement référence à la qu'à certains types de PEMP à la demande Dispositifs de verrouillage associés à des protec-
teurs. Paris - La Défense, AFNOR, juin 1996, 36
norme NF EN 1088 [12] qui traite de ces de certaines entreprises utilisatrices. p.
équipements.
JOUVE-Paris

INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ - 30, rue Olivier-Noyer 75680 Paris cedex 14
Tiré à part des Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail, 2e trimestre 1998, n° 171 - ND 2079 - 1 200 ex.
N° CPPAP 804/AD/PC/DC du 14-03-85. Directeur de la publication : J.-L. MARIE. ISSN 0007-9952 - ISBN 2-7389-0736-9

Vous aimerez peut-être aussi