Journée délibérative

Cohérence Socialiste s’engage dans les états généraux
Samedi 4 octobre 2014 / 10h-17h

Plénière du matin
Karine Berger
Bonjour à tous, et merci d’être venus si nombreux pour participer à cette journée de réflexion
collective. Avant toute chose, je tiens à excuser Valérie Rabault absente ce matin mais qui devrait
nous rejoindre dans l’après-midi. Elle est retenue dans le Tarn-et-Garonne, qui a connu un séisme
politique lors des sénatoriales. Nous allons dédier cette journée au travail sur quatre thèmes qui sont
ceux que nous avons déjà mis en avant dans notre livre Contre la mort de la Gauche, des thèmes qui,
il faut le dire, n’ont pour l’instant pas fait l’objet de contributions très importantes sur le site des
états généraux du Parti Socialiste.
La période actuelle est politiquement plus calme que la rentrée, et c’est donc le moment d’avoir le
courage de prendre tous ensemble la parole. Nous allons préparer quatre contributions au sein de
groupes de travail, entre lesquels vous allez pouvoir vous répartir et au sein desquels vous pourrez
échanger, avant la restitution de vos idées cette après-midi.
Yann Galut
Déjà, bonjour à tous, et bienvenue. Le but de cette journée, c’est de travailler de manière collective.
Quand nous avons fondé Cohérence Socialiste, nous avions trois objectifs en tête. D’abord, faire que
le Parti Socialiste existe de nouveau dans le cadre politique, car nous considérons que notre parti,
votre parti, ne pèse plus au niveau national sur les grandes orientations politiques et sur la société.
Ensuite, faire que les militants puissent débattre, et trancher ces débats. D’où notre première
demande, l’organisation d’un congrès en 2015. Enfin, nous avons pensé Cohérence Socialiste comme
une sensibilité d’idées : nous voulons proposer de vraies solutions sociétales, économiques,
institutionnelles, de nouvelles idées. D’où ce premier écrit, Contre la mort de la Gauche, et cette
journée. Merci d’être tous venu participer !
Alexis Bachelay
Merci d’être venu aussi nombreux ce matin. Nous sommes optimistes, mais lucides sur l’avenir de la
Gauche. L’objectif des Etats Généraux du Parti Socialiste, et de cette journée en particulier, c’est
d’approfondir nôtre corpus commun. Et l’autre objectif, c’est d’être innovant sur la forme : vous
verrez que la formule choisie pour nos réunions est bien différente des réunions de sections et des
conseils fédéraux habituels. Je signale, par ailleurs, que David assurera un « live-tweet » tout au long
de la journée ; pour les accros du hashtag, n’hésitez donc pas à participer sur les réseaux sociaux.
Arthur Delaporte
Merci à tous. Vous allez maintenant vous répartir en quatre ateliers différents. Je vais demander aux
responsables des groupes de se lever pour être bien identifiables. L’atelier « Démocratie et
Représentation » se réunira ici-même, au 6
e
bureau, l’atelier « Laïcité et République » au 5
e
bureau,
l’atelier « Croissance et Social-Ecologie » au 4
e
bureau et l’atelier « Europe et Souveraineté » au 2
e

Journée délibérative du 4 octobre 2014 2

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 000 Gap

bureau. La première phase de débats durera de 11h à midi. Pour ceux qui devraient partir à quelque
moment de la journée que ce soit, vous pourrez laisser des post-it pour alimenter la réflexion de
l’après-midi. Nous nous retrouverons ensuite pour un pique-nique sur l’esplanade des Invalides,
avant de reprendre pendant un peu plus d’une heure et demi la phase de synthèse des propositions.
Le tout se conclura par une nouvelle plénière dans cette salle, où les rapporteurs des différents
groupes nous présenteront leurs conclusions. Je vais laisser Roman vous expliquer la méthode.
Roman Baudin
Bonjour à tous. L’idée principale, c’est de problématiser les thèmes. On a essayé de mettre au point
une méthodologie assez innovante, elle n’est donc pas fixée et reste ouverte à des remarques. Il y
aura un questionnaire dans quelques jours pour obtenir vos avis. Dans la première phase du matin,
l’objectif est de dégager les trois problèmes principaux. Dans la seconde phase, l’après-midi, il faudra
ensuite les approfondir et y apporter des réponses. La première phase est dite « divergente » : les
animateurs vous poseront des questions, et chacun essayera d’y répondre de la façon la plus
spontanée possible, en trois mots. La deuxième phase est dite « convergente » : c’est une phase de
tri et d’organisation des idées et des propositions, avec formulation de solutions. Bonne chance à
tous !
Plénière de l’après-midi
Roman Baudin
Avant toute chose, je voulais vous remercier, tous, pour la grande qualité de vos travaux, qui
dépassent largement tout ce que nous avions espéré en mettant au point la méthode.
Arthur Delaporte
On va commencer par un retour sur chacun de nos ateliers. Nous sommes tenus par le temps, il faut
donc faire attention. C’est une réelle contrainte et je remercie les différents rapporteurs d’avoir
accepté de relever le défi en résumant en quelques phrases les débats d’une journée entière, les
enjeux et surtout de parvenir à synthétiser le bouilonnement des idées. L’objectif c’est de ne pas
dépasser 10 minutes par thème avec des questions aussi rapides et précises que possible. On
commence par Laïcité et République.
Emmanuelle Car-Morel
Nous avons eu un débat très contemporain sur la laïcité. On espère donc pouvoir apporter un
nouveau regard. Nous avons identifié trois thématiques.
D’abord, sur l’identité, la formation et la culture. Pour nous, il faut une vraie instruction publique à la
laïcité, qui est un fondement de la République. Il faut la sortir, la dissocier de la notion de morale.
Nous proposons d’étendre l’éducation civique au primaire. On s’est posé la question de proposer une
journée nationale de la laïcité, et on s’est rendu compte qu’elle existe ! C’est le 9 décembre. On s’est
aussi interrogé sur le rôle de la formation des enseignants. L’éducation civique, actuellement, est liée
de façon peu judicieuse à l’histoire-géographie, un fait qu’il faut faire évoluer. Par ailleurs, le fait
religieux ne doit pas être enseigné, contrairement à l’histoire des religions, qui est essentiel. Il faut
donc faire un rappel contant du rôle historique de la laïcité, en formalisation son enseignement.
Journée délibérative du 4 octobre 2014 3

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 000 Gap

Ensuite, la force de la laïcité, c’est de protéger ceux qui ne croient pas. Aujourd’hui, la religion reste
présente, dans le patrimoine, les jours fériés… Nous demandons la constitutionnalisation de la loi de
1905.
Enfin, nous avons parlé des rapports entre la République, les religions et les institutions. Il faut une
égalité de traitement entre les religions. Des lois existent déjà, il faut les rappeler, les renforcer au
besoin. Nous proposons la rédaction d’une charte du bon comportement de l’élu socialiste, qui doit
toujours refuser d’assister en tant qu’élu à des cérémonies religieuses, et ne doit rencontrer
officiellement des représentants des principales religions qu’en terrain laïc, comme par exemple à sa
permanence.
Ce sont les trois points sur lesquels nous avons voulu insister : le bon comportement de l’élu, le
respect des lois et le rôle primordial de l’école et de la formation des citoyens.
Etienne Riot
Je reviens sur ce qu’a dit Emmanuelle pour insister sur la nécessiter de former les enfants, mais aussi
ceux qui les forment. Vouloir des cadres religieux respectueux, c’est aussi les former, et il y a toute
une réflexion à avoir sur comment former ceux qui doivent éduquer.
Nadège Abomangoli
J’en profite d’ailleurs pour remercier de leur présence des camarades venus d’Alsace-Lorraine, dont
l’apport et le retour d’expérience en matière de laïcité a été très enrichissant.
– Questions sur les propositions, notamment celle concernant le bon comportement des élus, puis
vote et adoption. –
Cécile Pavageau
Au sein du groupe Croissance et Social-Ecologie, on a ressenti un fort désir de s’approprier ce sujet,
d’en faire un vrai thème socialiste pour ne pas le laisser aux autres partis. La réflexion s’est axée sur
trois aspects : quelle échelle d’action ? Comment concilier les logiques économique et écologique,
notamment en portant une vision de l’écologie comme un comportement vertueux, pas seulement
une rigueur morale ? Comment passer d’une écologie de la réparation et du contrôle des dommages
à une écologie de l’anticipation ?
Avant toute chose, il nous parait essentiel de faire un état des lieux de ce qui existe, pour clarifier les
marges de progrès des politiques écologiques et mettre à la fois de la simplicité et du sens dans nos
actions. Au-delà, il nous parait également important de donner la mainmise, sur ces questions, aux
territoires. A l’échelle mondiale, la France devrait promouvoir la création d’un organisme écologique
transnational, une sorte « d’OMC environnementale. » A un niveau plus proche, celui de l’Europe, il
est également important d’utiliser les mécanismes de coopération renforcée pour que certains pays,
aujourd’hui en pointe sur les questions d’écologie, puissent mener le progrès. Enfin, il nous semble
judicieux de mettre en place des systèmes de contrôle des institutions et des politiques écologiques
par des citoyens tirés au sort.
Pour concilier les logiques économique et écologique, nous avons formulé plusieurs propositions :
intégrer enfin le coût écologique dans le prix des produits ; utiliser au mieux les nouvelles
technologies pour rendre les étiquettes vertes les plus exhaustives possibles. On en parle beaucoup,
et depuis longtemps, mais il faut mettre en place une vraie fiscalité écologique. Par ailleurs, il est
Journée délibérative du 4 octobre 2014 4

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 000 Gap

essentiel de rappeler que l’Etat a un rôle à jouer, par le biais de la commande publique, dans la
promotion des produits respectueux de l’environnement. Enfin, les entreprises de l’Economie Sociale
et Solidaire sont souvent en pointe sur les questions environnementales, il convient de les soutenir et
de les aider à se développer.
Pour terminer, pour préparer le passage d’une écologie de la réparation à une écologie de
l’anticipation, nous avons fait émerger plusieurs idées : il faut mettre en place et reconnaitre des
lanceurs d’alertes écologiques, qui doivent bénéficier d’un vrai statut, d’une vraie protection et de
vrais moyens. Il faut sortir du principe de précaution conçu comme un principe d’interdiction. Il n’y a
pas de limites à l’esprit humain, et le principe de précaution bloque trop souvent le progrès, et
empêche parfois d’obtenir de meilleures informations sur les risques encourus. Il faut se
réapproprier les produits chimiques, en s’en réappropriant le contrôle : mieux remonter les
informations sur les risques de cancer, sur la pollution qu’ils génèrent, aux consommateurs et aux
utilisateurs. L’école a également un rôle à jouer en matière d’écologie : il faut une sensibilisation la
plus précoce possible, mais aussi former des médecins à la prévention écologique. Enfin, et d’une
façon plus générale, pour permettre la mise en place de nouvelle pratiques écologiques, il apparait
important de renouer avec la vision collective, avec la volonté partagée de faire les choses.
– Questions sur les propositions, notamment sur l’évolution du principe de précaution, puis vote et
adoption. –
Guillaume Alévêque
Le groupe Démocratie et Représentation a dégagé trois grandes problématiques. D’abord,
l’inadéquation entre le rôle théorique et l’action réelle des élus, en particulier leur rapport aux
attentes des citoyens après l’élection. Sur ce point, nous voulons plus de représentativité, plus de
transparence et plus de moralité. Ensuite, nous partageons le besoin d’une refonte du système
constitutionnel, pour aller vers un rééquilibrage des pouvoirs et plus de participation. Enfin, nous
avons posé la question de la réactivité démocratique et de la façon dont les évolutions de la société
et de la vie politiques interagissaient.
Le groupe a été très volontaire et a dégagé beaucoup de propositions. D’abord, il y a tout un travail à
faire pour inscrire le respect du vote des militants dans les pratiques au sein du PS, ce qui peut aussi
passer par un renforcement des instances de contrôle internes. Dans le registre du rappel, nous
avons voulu réaffirmer notre volonté de voir adopté le vote des étrangers lors des scrutins locaux.
Nous avons souhaité, et là nous sommes conscients d’y aller fort, poser la question du vote
obligatoire, qui s’appuierait dans le même temps sur reconnaissance beaucoup plus forte du vote
blanc. Nous souhaitons également que le Parti aide toutes les sections dans des villes de plus de 9000
habitants qui en font la demande à organiser des primaires locales. Les propositions déjà présentées
par Cohérence Socialiste sur la réduction du nombre d’élus à 100 sénateurs élus à la proportionnelle,
400 députés avec une dose de proportionnelle et la suppression du poste de Premier ministre ont
également été reprises. Afin de rééquilibrer les pouvoirs législatif et exécutif, nous proposons la
suppression du droit de dissolution et proposons que les élections présidentielles et législatives
n’aient plus lieu en décalé, mais simultanément, pour donner la même place aux deux pouvoirs dans
la symbolique électorale. Enfin, lorsqu’il faudra bloquer une circonscription pour la réserver à une
femme ou à un allié, nous proposons que celle-ci soit tiré au sort parmi les circonscriptions
Journée délibérative du 4 octobre 2014 5

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 000 Gap

renouvelables, afin d’en finir avec un système faussement paritaire où les circonscriptions
ingagnables sont systématiquement réservées aux femmes.
Nesrine Menhaouara
La méthodologie est efficace, et nous avions la chance d’avoir dans le groupe beaucoup d’élus
locaux, ce qui s’est révélé très positif, car nous avons pu bénéficier de leurs retours du terrain sur les
différents aspects de la citoyenneté.
– Questions sur les propositions, notamment le tirage au sort des circonscriptions bloquées, puis vote
et adoption. –
Emmy-Lou Nicolaï
Les trois thèmes retenus par le groupe Europe et Souveraineté sont les suivants : les institutions
européennes et le déficit démocratique, les aspects économiques de l’Union Européenne et l’avenir
du projet européen, que nous n’avons qu’eu le temps d’évoquer, mais qui nous parait possible
autour des idées de défense et de culture.
Nous savons d’abord que les citoyens ont un rapport distancié à l’Europe, et pour la rendre plus
présente, nous souhaiterions un mécanisme de questions à l’Europe, sur le modèle des questions au
gouvernement, diffusé aux heures de grande écoute. Pour plus de transnationalité, nous souhaitons
des listes davantage transnationales, devant chacun compter au moins un non-national. Pour limiter
les candidatures fantaisistes, qui décrédibilisent les élections européennes, nous souhaitons la mise
en place d’un système de signatures obligatoires et l’obligation pour toute liste d’être présente, via
des alliances annoncées, dans au moins trois pays européens. Pour relancer l’idée de progrès de
l’Union Européenne, nous avançons l’obligation de proposer un référendum par mandat.
Sur le plan économique et social, il faut restructurer et flécher les taxes liées au financement de
l’Union Européenne, pour rendre visible le rôle de ces taxes dédiées aux investissements européens.
Autres propositions : créer des eurobonds pour mutualiser les dettes souveraines, et mener des
politiques de convergence en matière d’emploi, d’éducation et de santé, sans s’aligner sur le moins
disant. Il est également essentiel de promouvoir une relance dans les deux domaines sensibles de
l’écologie et des grandes infrastructures européennes. Lutter contre la fraude fiscale, mais aussi, face
à ses détracteurs, faire le benchmarking des bonnes pratiques de l’UE.
Adbelkader Sayah
Rien à ajouter, sauf à remercier tous les organisateurs pour leur travail, l’organisation et la
méthodologie surprenante.
Madeleine Ngombet
Merci à tous. Je n’ai rien à ajouter non plus. Sur le 3
e
axe, nous avons proposé de continuer à
travailler dessus pour pouvoir, à l’avenir, présenter des contributions.
– Questions sur les propositions, notamment sur les dispositifs de coopération renforcée, puis vote et
adoption. –
Arthur Delaporte
Vous nous avez demandé comment nous allons porter ces propositions. Et bien on va vous mettre ne
ligne jeudi les quatre contributions issues de vos travaux. Et l’idée, elle est simple : c’est d’utiliser les
Journée délibérative du 4 octobre 2014 6

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 000 Gap

logiques du Parti Socialiste ! Il s’agit de poster vous-même la contribution de Cohérence socialiste
pour pouvoir être invité à la présenter au niveau local. Cela va nous permettre d’une part de montrer
qu’on existe mais surtout qu’on a des idées à défendre, des propositions à porter, et des méthodes
innovantes pour le faire. A partir de lundi prochain, nous mettrons en ligne des argumentaires pour
vous permettre de présenter et défendre ces textes dans vos sections.
Roman Baudin
Surtout, profitez de cette occasion pour parler de la méthode, pour mieux la diffuser, susciter
l’intérêt et inciter ceux qui ne nous connaissent pas encore à rejoindre le mouvement.
Arthur Delaporte
Rendez-vous sur le site internet à partir de jeudi. Maintenant, nous allons conclure la journée en trois
points : Alexis Bachelay nous parlera de la (pour l’instant) très brève mais riche histoire de Cohérence
Socialiste, Valérie Rabault reviendra sur le calendrier, et enfin Karine Berger et Yann Galut
concluront.
Alexis Bachelay
Cohérence socialiste a vu le jour le 9 juillet dernier, et une première présentation aux militants à eu
lieu dans la foulée, ici-même à l’Assemblée nationale, le 15 juillet. Le 11 août, nous avons envoyé à
l’imprimeur notre livre Contre la mort de la Gauche, que nous avons présenté au public d’abord par
une conférence de presse à La Rochelle le 29, et qui a été LE succès de la librairie de l’Université
d’été, le seul livre à dépasser largement la centaine de ventes. Nous avons eu beaucoup de retours
positifs sur le contenu du livre, notamment le lendemain lors de la réunion que nous avons organisé
en marge de l’Université d’été. Enfin, le 17 septembre a eu lieu une première réunion de
structuration consacrée à l’Île-de-France, qui a permis de mettre en place les bases d’un premier
collectif régional et de collectifs départementaux pour nous structurer. On a commencé depuis juillet
et même avant un tour de France des sections, on va le continuer dans les deux prochains mois, avec
5 réunions dans 5 grandes villes couvrant tout le territoire, une dans le Nord, une dans le Sud, une
dans l’Est, une dans l’Ouest et une à Paris. On compte sur vous pour relayer ces initiatives chez vous.
Valérie Rabault
Bonsoir à tous, excusez-moi de n’avoir pas pu être présente ce matin, j’étais retenue dans mon
département par la situation politique. Rien qu’en septembre, les porte-paroles de Cohérence
Socialiste ont effectué huit déplacements. L’objectif, c’est d’aller partout où vous nous invitez, Fêtes
de la Rose, réunions pour les Etats Généraux du Parti Socialiste, etc., pour discuter avec les militants,
rencontrer nos sympathisants locaux… N’hésitez pas à nous demander de venir, nous faisons tout
notre possible pour être disponibles au maximum. Portons nos idées, qui, dans mes trois
déplacements, ont été bien reçues. Karine est allée, en tant que secrétaire nationale du PS, à la
réunion organisée par la fédération du Nord pour les Etats Généraux, en présence de Jean-
Christophe Cambadélis et de Martine Aubry. J’étais en Haute-Garonne récemment, et j’ai été
surprise du nombre de militants présents dans ce qui était pourtant une petite ville, et je me suis
également rendue dans le Morbihan, sur les terres de Jean-Yves Le Drian, qui font un peu figure de
terres de mission pour Cohérence Socialiste. Karine a également assisté à la Fête de la Rose de
Fontenay-sous-Bois, et la semaine dernière j’étais à la Fête de la Rose du Lot, où nos idées ont
vraiment, des échanges que j’ai pu avoir, bien été reçues par les militants. Pendant deux ans et demi,
la vie du Parti était assez faible, et aujourd’hui il y a donc une grosse demande de propositions
Journée délibérative du 4 octobre 2014 7

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 000 Gap

nouvelles, et c’est ce qu’on peut ressentir dans ces déplacements. Alexis Bachelay a également été
invité à un atelier organisé par la fédération du Pas-de-Calais sur la lutte contre le FN.
Alexis Bachelay
Je suis monté à la tribune, privilège qui, là-bas, est souvent réservé aux responsables politiques
locaux, et j’ai même osé dire qu’il fallait aller plus loin dans les restrictions au cumul des mandats !
Yann Galut
Et j’étais moi-même hier à la réunion du mouvement « Esprit Civique », animé par Dominique Potier
qui est le vainqueur de Nadine Morano en Lorraine, un mouvement qui fédère ce qu’on peut appeler
les « cathos de gauche ». J’ai parlé rôle du politique dans la mondialisation fraude fiscale, mais j’en ai
profité pour glisser certaines des idées de Cohérence Socialiste. On était d’ailleurs la seule
« sensibilité » du PS à être réellement représentée à cette réunion.
Valérie Rabault
Demain, il y a deux universités de rentrée : celle d’Arnaud Montebourg et de Benoit Hamon, et on
commence à nous reconnaitre puisque, même si nous n’irons pas, nous y avons été invités.
Karine Berger
Merci à tous pour cette journée de nouveauté. L’esprit politique l’a emporté sur les monologues, et
depuis quinze ans que je milite au Parti Socialiste, je n’avais jamais eu ce ressenti, pas plus que je
n’avais participé à un pique-nique sur l’esplanade des Invalides. Vous êtes, nous sommes, en train de
bâtir le PS de la modernité. On remet des idées de gauche au cœur de la réalité. Je retiens le
bouillonnement d’idées, qui fait chaud au cœur. Je le reconnais, depuis quelques mois, j’avais
l’impression qu’on était à sec, que la Gauche ne pouvait plus avancer, ne pouvait plus rien proposer.
Vous m’avez prouvé que c’était l’inverse. Sur quatre thèmes pas évidents, vous avez imaginé des tas
d’idées qui, je l’espère, permettrons de donner un nouveau souffle à notre Parti. Il faut se parler
franchement : si on n’arrive pas à recréer l’envie, 2017 ce sera la catastrophe, et la suite de l’histoire
pour le peuple de gauche, ce sera le cataclysme. Je vous remercie d’avoir créé cette énergie, cette
capacité à inventer la gauche de demain. C’est ici et demain que nous réinventons le Parti Socialiste.
L’exercice du pouvoir met à nu nos différences et notre impréparation à gouverner. A l’inverse, on
veut aborder les problèmes qui fâchent, que notre parti ne veut pas forcément affronter en 2015.
Nous voulons un congrès en 2015, sinon 2016 sera un casting et 2017 la fin d’une forme de
socialisme en France. Je vous invite à mener ce combat d’idées et ce combat politique chacun de
votre côté, mais aussi tous ensemble, comme aujourd’hui.
Yann Galut
Je voudrais vraiment remercier Arthur et tous les jeunes qui ont organisé ça. Vous nous avez prouvé
qu’on pouvait innover. Toute l’équipe a été formidable. Vous êtes l’exemple parfait qui montre que
Cohérence Socialiste ce n’est pas quatre chefs et tout le monde autour. Vous avez tous prouvé qu’on
était dans un élan collectif, merci à tous !

Pour nous rejoindre, remplissez le formulaire en ligne (http://coherencesocialiste.com/impliquez-vous/)
et imprimez votre bulletin d’adhésion (http://lc.cx/BulAdCS )

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful