Vous êtes sur la page 1sur 4

L’AUDIT FISCAL DE LA TAXE PROFESSIONNELLE

Extrait du Trigone conseil, l'esprit conseil
http://www.trigone-conseil.fr
L’AUDIT FISCAL DE LA
TAXE PROFESSIONNELLE
- Espace Information - Les Editos - Comptabilité / Fiscalité -
Date de mise en ligne : lundi 1er dcembre 2003
Trigone conseil, l'esprit conseil
Copyright © Trigone conseil, l'esprit conseil Page 1/4
L’AUDIT FISCAL DE LA TAXE PROFESSIONNELLE
Si la Taxe Professionnelle n est plus un obstacle à l embauche, elle reste marquée par une accumulation de règles
dont les objectifs ne sont pas facilement compréhensibles pour l entreprise : allègements, réductions, plafonnement,
dégrèvement& Un mille-feuille c est bon, une superposition de mille-feuilles risque de conduire à l indigestion. Il
convient donc de détecter les erreurs dans les méandres de cet impôt dont la complexité est patente, du nom de son
ancêtre ! L entreprise a-t-elle droit à une exonération ?
" Exonérations permanentes : Elles sont nombreuses :
artisans et façonniers travaillant seuls, . peintres, . sculpteurs, . graveurs et dessinateurs considérés comme artistes
et ne vendant que le produit de leur art . auteurs et compositeurs, . artistes lyriques et dramatiques&
" Exonérations temporaires : Certaines sont conditionnées par le fait que l activité soitnouvellement créée ou
implantée dans une zone particulière : première année d activité, entreprises nouvelles, aménagement du territoire,
médecins et auxiliaires médicaux, implantations dans les zones de redynamisation urbaine, zones franches urbaines,
zones urbaines sensibles, zone France corse, protection de l environnement, activité en dehors du territoire
national&
Les bases imposables sont-elles correctement déterminées ?
" Agencements, aménagements et installations : par principe, toutes les immobilisations corporelles affectées à un
usage professionnel sont à retenir dans l assiette de la TP. Elles sont soit passibles de la taxe foncière (immeubles),
soit non passibles de taxe foncière (matériel de transport, outillage,&).
Les agencements, aménagements et installations qui font corps avec le bâtiment et qui ne peuvent être détachés de
celui-ci sans bris ni détérioration sont considérés comme attachés à perpétuelle demeure et donc passibles de taxe
foncière (ascenseur, installation téléphonique, sanitaires, électriques,&) Le reclassement des agencements et
installations dans la catégorie des biens passibles de la taxe foncière permet de réduire le montant de la base
d imposition des biens non passibles de la taxe foncière.
" Biens d une valeur inférieure à 500 ¬ : la comptabilisation en charges de ces biens permet de réduire la base
imposable de la TP des biens non passibles de la taxe foncière.
Mise au rebut : on ne tient pas compte de la valeur locative des immobilisations détruites au cours de la période de
référence. L entreprise a intérêt à effectuer un inventaire physique de ses immobilisations pour identifier celles qui ne
sont plus dans l entreprise ou qui doivent être mises au rebut.
Matériel loué : les biens pris en location sont imposés au nom du locataire lorsque la période de location est
supérieure à six mois et s il a la disposition du bien loué à l expiration de la période de référence (l avant dernière
année précédant celle de l imposition ou le dernier exercice de douze mois clos au cours de cette même année
lorsque cet exercice ne coïncide pas avec l année civile). Leur valeur locative est généralement égale au montant du
loyer dû au cours de la période de référence. Le prix de location s entend déduction faire des services annexes
rendus par le loueur (exemple : contrat d entretien). Le montant du loyer n est toutefois retenu dans la base
d imposition que s il ne diffère pas de plus de 20% de la valeur locative qui serait obtenue en multipliant le prix de
revient du bien loué par 16%.
Exemple : une pelleteuse d un prix de revient de 60.000 ¬ est prise en location. Le montant du loyer payé par
Copyright © Trigone conseil, l'esprit conseil Page 2/4
L’AUDIT FISCAL DE LA TAXE PROFESSIONNELLE
l utilisateur (ramené le cas échéant à douze mois pour effectuer la comparaison) n est retenu dans la base
d imposition de ce dernier que s il est compris entre : 7.680 ¬ (60.000 ¬ x 16% x 80%) et 11.520 ¬ (60.000 ¬ x 16% x
120%). Si le prix de location se situe en dehors de ces limites, la valeur locative à comprendre dans la base
d imposition de l entreprise locataire est fixée à la limite la plus proche. Dans l exemple : 7.680 ¬ si le montant réel
du loyer est inférieur à cette somme et 11.520 ¬ s il est supérieur à cette somme.
Lorsque la location est consentie pour une période inférieure à douze mois (mais excédant six mois sinon la valeur
locative serait retenue dans la base d imposition du propriétaire), le prix de location corrigé doit être ajusté en
conséquence. Ainsi si la pelleteuse n a été utilisée que huit mois et si le prix de location ramené à l année est
inférieur à 7.680 ¬, la valeur locative à retenir est de : 7.680 ¬ x 8/12 = 5.120
" Biens pris en crédit-bail : leur valeur locative est égale à 16% de leur prix de revient. Lorsque l option d achat
portant sur ce bien est levée, la base servant au calcul de la valeur locative demeure le prix de revient initial et non la
valeur résiduelle inscrite à l actif du bilan de l entreprise.
" Opérations de restructuration : la valeur locative des immobilisations corporelles acquises à la suite d apports, de
scissions, de fusions de sociétés ou de cessions d établissements ne peut être inférieure aux 4/5ème de son
montant avant l opération.
" Salaires : la part des salaires est progressivement supprimée de l assiette de la T P
" Valeur locative des biens passibles d une taxe foncière : la valeur locative cadastrale doit être vérifiée. L avis
d imposition de taxe foncière peut être rapproché de celui de la TP même si le contrôle de cohérence est difficile
compte tenu de règles de calcul différentes. Il est également intéressant de comparer avec la valeur locative retenue
au titre de l avis d imposition de l année précédente.
" Valeur locative des biens non passibles d une taxe foncière : il faut rapprocher les bases déclarées sur la
déclaration n 1003 avec l avis d imposition afin de déceler les éventuelles erreurs.
" Recettes : Lorsqu il emploie moins de cinq salariés, le titulaire de BNC ou l agent d affaires ou l intermédiaire de
commerce est imposé sur une fraction de ses recettes TTC et non sur une fraction des salaires. Les recettes à
inclure dans les bases de la taxe professionnelle sont celles retenues pour la détermination de l IR ou de l IS tous
droits et taxes compris. Il y a lieu de retrancher des recettes imposables les honoraires, courtages et commissions
rétrocédés à des tiers par le redevable lorsque ces sommes ont fait l objet de la déclaration prévue par l article 240
du CGI. De même, les plus-values professionnelles n ont pas à être comprises dans les recettes.
L entreprise bénéficie-t-elle des réductions possibles ?
" Abattement de 16% de la base d imposition : toute entreprise en bénéficie
" Réduction de base pour les artisans : l artisan non exonéré de TP et qui effectue principalement des travaux de
fabrication, de transformation, de réparation ou des prestations de services et pour lesquels la rémunération du
travail (bénéfice + salaires versés + charges sociales y afférentes) représente plus de 50% du chiffre d affaires global
TTC, bénéficie d une réduction de la base de sa TP des trois-quarts s il emploie un salarié, de la moitié s il emploie
deux salariés, d un quart s il emploie trois salariés.
" Abattement de 3.800 ¬ ou abattement dégressif : la valeur locative des équipements et biens mobiliers bénéficie
Copyright © Trigone conseil, l'esprit conseil Page 3/4
L’AUDIT FISCAL DE LA TAXE PROFESSIONNELLE
dans certains cas d un abattement de 3 800¬ ou d un abattement dégressif (l un étant exclusif de l autre). Il est
important de vérifier qu il est correctement appliqué.
" Création d établissement : la base d imposition de la première année suivant celle de la création est réduite de
moitié. Cette réduction n est pas applicable aux bases d imposition relatives à des éléments qui proviennent d un
autre établissement de l entreprise. En cas de changement d exploitant en cours d année, l imposition ne peut pas
être transférée au nouvel exploitant.
" Plafonnement de la TP en fonction de la valeur ajoutée : sur demande du redevable, la cotisation de TP de chaque
entreprise est plafonnée en fonction d un pourcentage de la valeur ajoutée produite au cours de l année au titre de
laquelle l imposition est établie ou au cours du dernier exercice de douze mois clos au cours de cette même année
lorsque cet exercice ne coïncide pas avec l année civile. Le taux de plafonnement varie entre 3,5% et 4% selon le
chiffre d affaires de l entreprise. La valeur ajoutée est égale à l excédent HT de la production sur les consommations
de biens et services en provenance de tiers.
Ces dernières ne comprennent pas les loyers afférents aux biens pris en crédit-bail, ni à des biens corporels pris en
location pour une durée de plus de six mois et les redevances afférentes à ces biens résultant d une convention de
location-gérance. Ainsi, chaque année, il faut vérifier si un dégrèvement est possible. En fait, le dégrèvement est
calculé par rapport à une « cotisation de TP fictive » obtenue en appliquant aux bases réelles de l année les taux
d imposition de 1995. L Etat ne souhaite pas supporter financièrement les hausses des taux d imposition fixés par
les collectivités territoriales !
" Dégrèvements pour réduction d activité : l entreprise dont les bases d imposition diminuent bénéficie sur sa
demande, d un dégrèvement correspondant à la différence entre les bases de l avant dernière année et celles de la
dernière année précédant l année d imposition. Ainsi, pour les impositions de 2001, il s agit de la différence entre les
bases de 1999 et les bases de 2000. La diminution des bases résultant de l abattement annuel sur la fraction
imposable des salaires n est pas prise en compte.
" Dégrèvement pour cessation d activité : le redevable qui cesse toute activité dans un établissement n est pas
redevable de la taxe pour les mois restant à courir, sauf en cas de cession de l activité exercée dans l établissement
ou de transfert d activité.
" Dégrèvement camion et autocar : l entreprise bénéficie d un dégrèvement de 122 ¬ par véhicule si elle dispose
pour les besoins de son activité de véhicules routiers à moteur pour le transport de marchandises ou de véhicules
tracteurs routiers et dont le poids total roulant est égal ou supérieur à 16 tonnes ou d autocars dont le nombre de
sièges, hors strapontins, est égal ou supérieur à 40.
CONCLUSION Il est rare qu un audit fiscal de la TP ne conduise pas à des gains d impôt. Le chargé de mission ou
le responsable de dossier qui établit ou qui révise chaque année la déclaration fiscale des résultats d une entreprise
connaît celle-ci de l intérieur, grâce à la comptabilité et il peut facilement identifier les possibilités d optimiser la base
taxable de la TP, comme les dégrèvements.
Copyright © Trigone conseil, l'esprit conseil Page 4/4