Vous êtes sur la page 1sur 17

Par : A.

OUCHATTI

Réseaux électriques

Sommaire
 Transport de l’énergie électrique ;
 Nécessitée de transport de l’énergie électrique en THT ;
 Postes d’interconnections et Postes de transformations ;
 Transformateurs monophasé et triphasé;
 Protections et régimes du neutre ;

1- Structure d’un réseau d’énergie électrique


Un réseau d'énergie électrique est un système comprenant production, transport,
répartition et distribution de l’énergie, étape finale pour l'alimentation des
consommateurs domestiques, industriels...

Fig.1 : Exemple de la structure d’un réseau électrique.

a) Nécessitée de transport de l’énergie électrique en Triphasé :

Caractéristique Matériaux Cuivre Alu AMS Acier


Résistivité à 10°C:  -9
x10 Ω.m 17.6 28.2 32.7 150
3 -3
Masse volumique x10 kg.m 8.9 2.7 2.7 7.8

FST - SETTAT Réseaux électriques 1


b) Nécessitée de transport de l’énergie électrique en THT :
Pertes et Chute de tension pour la même puissance transportée P :
 En Basse Tension : BT Ph1 L

Ph2
Ph3

V1 V’1

 En THT
Ph1 L
m>>1 M<<1
Ph2 U U’
Ph3
V
V1 V’’1

Pour la transmission de l'énergie électrique, il est économiquement intéressant d'augmenter la tension, car
cela limite les affaiblissements d'énergie par effet Joule. En effet, à puissance délivrée constante, plus la
tension est élevée et plus l'intensité passant dans les câbles est faibles, donc moins d'échauffement, ce qui
permet entre autre de réduire la section des câbles, d'où une économie considérable, surtout quand on regarde
le prix des matières premières. Les niveaux utilisés pour les transmissions à grande distance sont généralement
entre 400 kV et 800 kV, qualifiés de très haute tension (dénomination actuelle : haute tension B).

c) Nomenclature :
Courant alternatif Courant continu lisse
Domaines
(volts (ondulation < 15%)
HTB U > 50 kV U > 75 kV

HTA 1 kV < U ≤ 50 kV 1,5 kV < U ≤75 kV

BTB 500 V < U ≤ 1 kV 750 V < U ≤1,5 kV

BTA 50 V < U ≤ 500 V 120 V < U ≤ 750 V

TBT U ≤ 50 V U ≤120 V

Fréquences : 50 Hz en Europe
60 Hz Angleterre - USA
400 Hz Avions, ...
Tensions : HTB : 220 kV et 60 kV : transport et distribution
60 kV : alimentation des installations de puissance > 12 MW
HTA : 20 kV : alimentation des installations de puissance jusqu'à 12 MW
3 kV et 5,5 kV : alimentation des installations de puissance comprise entre
100 et 1500 kW
BTB : 690 ≈ 400√3 V
BTA : 230 V et 400 ≈ 230√3 V : distribution à usage domestique ou artisanal
TBT : établie en relation avec la tension limite conventionnelle de sécurité UL.

FST - SETTAT Réseaux électriques 2


Le système est associé depuis la haute tension (150 - 765 kV) conçue pour interconnecter les
centrales de production et transmettre la puissance de ces centres de production vers les points de
charges les plus importantes. La répartition s'effectue à un niveau plus faible (HT 70 - 150 kV)
reliant le niveau de transport et le niveau de distribution (MT de 1 à 70 kV, BT < 1 kV).
Le choix de la tension dépend de nombreux facteurs : les pertes, la stabilité, etc...

Fig.2 : Exemple d’Organisation du transport et de la distribution d’énergie électrique

d) Constitution d’un réseau électrique (Equipements) :


Le réseau est constitué de lignes aériennes ou de câbles souterrains et de postes, à divers
niveaux de tension.
Le cheminement de l’électricité se fait par des lignes aériennes (pylônes et câbles) ou par
liaisons souterraines (de plus en plus importante avec les intempéries)

d-1) Lignes aériennes :

 Les pylônes :
Les pylônes ont pour rôle de maintenir les câbles à une certaines hauteurs du sol afin
d’assurer la sécurité. Le type des pylônes utilisés dépend des lieux (la topologie des sites et le
climat).
On distingue aussi les pylônes d’ancrage et les pylônes de suspension. Lorsqu’il se situe de
part et d’autre d’une longueur de câbles d’un seul tenant appelé canton, ils stabilisent l’ensemble
des autres pylônes, ce sont des pylônes de suspension.

FST - SETTAT Réseaux électriques 3


 Les isolateurs :
Les isolateurs ont un rôle électrique et un rôle mécanique :
 rôle électrique : ils assurent l’isolement électrique entre le conducteur (ligne) et la
masse (pylône).
 rôle mécanique : ils sont conçus pour résister aux efforts dus aux conducteurs. Les
chaînes dites en V ont un rôle de limitation de balancement de la ligne.
Les isolateurs dépendent des pylônes, ils sont dits de suspension ou d’ancrage.

d-2) câbles :
Il se produit des pertes du à la résistance des conducteurs qui se traduit (selon la loi d’Ohm)
par une chute de la tension le long des câbles et par une dissipation d’énergie (effet Joule). Ceci
entraîne l’échauffement des conducteurs. Ces phénomène sont limités, de l’ordre de 5A/mm²
jusqu’à 0.7-1 A/mm² pour les grosses sections.
• Les câbles à très haute tension :
• Les câbles de moyenne tension :
Ce type de câble est utilisé pour les tensions de 20KV. Il est constitué de 3 conducteurs de
phase autour d’un conducteur de terre dans lequel est incorporé un élément optique. L’isolant est
le polyéthylène réticulé qui remplace le papier imprégné sous gaine de plomb utilisé
antérieurement.
• Les câbles de basse tension :
Ce type de câble est utilisé pour les
tensions de 600V à 1000V. Ils peuvent être
installés « tendu sur poteaux », «tendu sur
façade » et « posé sur façade ».
Ils sont constitués de trois conducteurs de
phase isolés et assemblés autour d’un
conducteur isolé servant de porteur.

FST - SETTAT Réseaux électriques 4


d-3) Postes :

Par définition, un poste (une sous-station) est une installation d’organes de liaison et
d'organes de manœuvre où parvient l'énergie des centrales et d'où cette énergie est orientée vers
les centres de consommation.
Les postes électriques ont 3 fonctions principales :
 le raccordement d'un tiers au réseau d'électricité (aussi bien consommateur que producteur type
centrale nucléaire)
 l'interconnexion entre les différentes lignes électriques (assurer la répartition de l'électricité entre les
différentes lignes issues du poste)
 la transformation de l'énergie en différents niveaux de tension.

Les types de postes électriques


Il existe plusieurs types de postes électriques :
 Postes de sortie de centrale : le but de ces postes est de raccorder une centrale de production de l'énergie
au réseau ;
 Postes d'interconnexion dites encore directes (ou d’aiguillage): le but est d'interconnecter plusieurs
lignes électriques a même tension (sans transformateur de liaison);
 Postes élévateurs : le but est de monter le niveau de tension, à l'aide d'un transformateur ;
 Postes de distribution : le but est d'abaisser le niveau de tension pour distribuer l'énergie électrique aux
clients résidentiels ou industriels.

L'aspect des postes électriques varie fortement suivant leurs fonctions. Les postes peuvent être en surface
à l'intérieur d'une enceinte, souterrains, dans des bâtiments qu'ils desservent.

Le schéma (topologie) de ces postes dépend principalement de deux aspects :


1) niveau de sécurité d’exploitation ;
2) Niveau de souplesse désiré.

Réseau en arbre Réseau bouclé


+ facilité de gestion et de protection + fiabilité de l’alimentation
- manque de fiabilité de l’alimentation - difficulté de gestion et de protection

Fig.3 : Réseau en arbre Fig.4 : Réseau bouclé

FST - SETTAT Réseaux électriques 5


Les éléments constituant un poste :

On distingue parfois les éléments d'un poste en "éléments primaires" (les équipements haute tension) et
"éléments secondaires" (équipements basse tension)

Parmi les équipements primaires, on peut citer :

 Transformateur électrique ;
 Autotransformateur électrique ;
 Disjoncteur à haute tension (Appareillage de manœuvre et protection);
 Sectionneur (isolation : dont la principale fonction est d’assurer l'isolement du circuit qu’il
protège (en anglais :"isolator")) ;
 Parafoudre (protection) ;
 Transformateur de courant (Appareillage de mesure des courants) ;
 Transformateur de tension (Appareillage de mesure des tensions) ;
 Jeu de barre (Appareillage de liaison)
 Batterie de condensateurs (Appareillage de régulation : compensation de l’énergie réactive) ;
 Services auxiliaires BT, courant alternatif et courant continu (Parmi les éléments secondaires on peut
citer : alimentations des moteurs de commande, la signalisation, les verrouillages, le chauffage,
l’éclairage, télécommande, télésignalisation, télémesure...)

Fig.5 : poste à un jeu de barre à un Fig.6 : poste à deux jeux de barres à un


disjoncteur par départ, avec sectionnement. disjoncteur par départ, avec sectionnement.
e) Ajustement de la production à la consommation (dispatching) :
Comme le montre la figure suivante, il est nécessaire d’ajuster en permanence la production
d’énergie électrique pour qu’elle corresponde à la demande. Une surproduction ou une sous-
production peut conduire à un effondrement du système électrique et donc à une absence
d’énergie électrique.

Fig.7 : Exemple de la consommation en électricité pendant une journée.


FST - SETTAT Réseaux électriques 6
Étant donné les diverses propriétés de ses sources d’énergie, elles sont interconnectées.
Le nucléaire ayant un faible coût mais une faible possibilité de modulation (variation rapide de la
puissance fournie), il sera utilisé pour fournir une puissance correspondant à la puissance moyenne
demandée sur le réseau électrique. Les centrales hydrauliques et thermiques permettront d’ajuster plus
finement la puissance disponible sur le réseau pour qu’elle corresponde à la demande des
consommateurs. La gestion des ressources électriques et du réseau électrique s’appellent le dispatching.
Il se base sur des prévisions de la consommation. De minuit à 4 heures du matin la population dort
comme l’indique la courbe de charge : la consommation est plus faible. La consommation électrique en
hiver est différente de la consommation estivale (ou hivernale) …
L’interconnexion du réseau sur un vaste territoire permet de moyenner la demande en électricité sur
tout le territoire et donc d’éviter de forts pics de consommation dans la demande d’électricité (passage
jour-nuit, …). Elle garantit également la continuité de l’alimentation. Un autre outil a également été
développé pour réduire les variations de demande d’énergie : la tarification heure creuse heure pleine.

Conclusion :
Les principales fonctions du dispaching sont d'assurer :
 l'équilibreentre la production et la consommation d'électricité à l'échelle du territoire national et de
compenser les déséquilibres intra, interrégionaux et internationaux,
 le secours mutuel entre pays interconnectés dès que l'un deux enregistre un déficit de production ou une
consommation accrue, afin de limiter les risques de panne électrique généralisée,
 les échanges d'énergie sur l'ensemble du territoire marocain et avec les pays voisins dans le cadre du
marché méditerranéen de l'électricité.

2- Transformateurs monophasé :
Le transformateur est un convertisseur d’énergie électrique AC/AC isolé. Les deux fonctions principales
sont la transmission isolée d’énergie et la modification du niveau de tension d’une source alternative.
Circuit magnétique seul Réalisation du circuit magnétique par empilement de tôles

Les tôles ont une épaisseur entre 0,4 et 0,7 mm. L’empilement de plan des tôles en " E " et en " I " avec
alternance des joints entre le " E " et le " I " permet de fabriquer le circuit magnétique. L’ensemble forme un
bloc cohérent quand cet ensemble est collé par serrage grâce aux systèmes vis écrous. Les plans de tôle sont
isolés électriquement entre eux par un vernis (réduction des pertes par courant de Foucault).

a) Modélisation du transformateur :
Transformateur idéal Symboles :

Hypothèses
 pas de pertes dans les conducteurs
 pas de pertes dans le noyau magnétique
 perméabilité infinie du circuit magnétique
 couplage magnétique parfait des enroulements

FST - SETTAT Réseaux électriques 7


Équations
Le noyau magnétique de section droite S est homogène.

Les deux contours C1 et C2 sont symétriques par rapport à l’axe XX’ et enlacent les mêmes courants et
s’appuient sur des circuits magnétiques de mêmes dimensions. C’est donc la même induction B qui circule
sur ces deux contours.
On a : (formule de Boucherot)
e1 : Tension au primaire du transformateur ;
e2 : Tension au secondaire du transformateur ;
e1=4,44.N1.Bmax.f.S N1: nombre de spires au primaire ;
e2=4,44.N2.Bmax.f.S N2: nombre de spires au secondaire ;
Bmax : induction maximal dans le circuit magnétique [en Tesla]
f : fréquence [en Hz]
S : section du circuit magnétique [en m2]
d’où:

= ≈ =

avec :
m : Rapport de transformation ;
Observations
 L’application d’une composante continue de tension sur les enroulements sature le matériau magnétique, dans ce
cas le courant appelé tend vers l’infini. Le transformateur ne supporte pas les tensions continues.
 Si la source d’énergie est connectée à l’enroulement 1, ce dernier porte le nom de primaire, l’enroulement 2
s’appelle alors le secondaire.
 La forme d’onde de e2 est la même que celle de e1.
 La forme d’onde de i1 est la même que celle de i1.
 Les signaux doivent être alternatifs (sinusoïdaux, carrés, triangulaires,…).
 e1.i1 = e1.m.i2 = e2.i2, la puissance instantanée appliquée au primaire est directement transférée au secondaire sans
accumulation d’énergie. D’autre par la puissance est conservée bien que les tensions et courants au primaire et
au secondaire soient différents.
 Si la source d’énergie est une source de tension, la tension e1 est imposé et indirectement e 2 telle que e2 = m.e1. La
charge connectée au secondaire appelle un courant i2 (loi d’Ohm). Le courant i1 est alors la conséquence de i2 au
rapport m près.

Transformateur réel

Bilan des imperfections :


 Pertes par effet Joule dans les conducteurs (aux enroulements primaire et secondaire) ;
 Pertes dans le noyau magnétique par courant de Foucault et par hystérésis ;
 perméabilité finie du circuit magnétique (saturation du circuit magnétique) ;
 couplage magnétique imparfait des enroulements :

FST - SETTAT Réseaux électriques 8


Les éléments du modèle sont parfaits et chacun correspond à la prise en compte d’une imperfection autour
d’un transformateur parfait de rapport de transformation m :
 R1 = résistance du fil de l’enroulement primaire
 R2 = résistance du fil de l’enroulement secondaire
 m = rapport de transformation
 Rpf est une résistance image des pertes fer (Pf) : Pf = E12/Rpf.
 Lm est l’inductance de magnétisation.
 N1.i1 – N2.i2 = R.Lm.i10 (R est la réluctance du noyau magnétique).
 lf1 et lf2 sont respectivement les inductances de fuite primaire et secondaire.

Modélisation à partir de l’hypothèse de Kapp :

Hypothèse de Kapp :
Le flux magnétique dans le circuit magnétique est invariant vis à vis de l’état de charge du transformateur.
L’induction maximale dans le fer est Bmax = E1/(4,44.N1.S.f). Faire l’hypothèse que Bmax est constante vis
à vis de i1 et i2 équivaut à considérer constante la tension sur l’inductance de magnétisation.
Autre conséquence de l’hypothèse de Kapp, les pertes fer sont constantes. Cela revient à placer Lm et Rpf
en tête du modèle.

Vu des bornes du secondaire le transformateur est un générateur de tension :

La résistance Rs parcourue par i2 doit dissiper l’ensemble des pertes Joule du transformateur,
Rs.I22 = R2.I22 + R1.m2.I22. Donc : Rs= R2 + m2.R1

L’impédance Xs parcourue par i2 doit consommer la même puissance réactive que lf1 et lf2,
Xs.I22 = lf2..I22 + lf1.m2.I22. Donc : Xs = (lf2 + m2.lf1).

Équation de la maille du modèle vue du secondaire : V2 = m.V1 – Rs.I2 – jXs.I2

 Le diagramme de Fresnel associé est appelé diagramme de Kapp :

FST - SETTAT Réseaux électriques 9


En fait dans un transformateur de distribution Rs.I2 et Xs.I2 sont très petits devant V2 et m.V1. Alors les
vecteurs mV1 et V2 ont pratiquement la même direction.
 Hypothèse d’Arnold : ces deux vecteurs mV1 et V2 ont même direction.

Dans l’hypothèse d’Arnold les vecteurs V2 et mV1 sont colinéaires et la chute de tension au secondaire
U2 se calcule algébriquement. U2 = mV1 – V2
Sur la figure U2 correspond à OB = OA + AB
OA = Rs.I2.cos
AB = Xs.I2.sin

U2 = Rs.I2.cos+ Xs.I2.sin

b) Détermination expérimentale des paramètres du transformateur :


Cette expérimentation s’effectue lorsqu’il faut prévoir le comportement d’un transformateur et que l’essai
direct est impossible. Les essais ne doivent mettre en jeu que des faibles puissances :
 Essai à vide :

On mesure sous V1 = V1n à f = fn : On trouve facilement : Rpf = V102/P10


Cos10 = P10 / (VI0.I10)
P10 : puissance à vide; Q10 = P10.tg10
I10 : courant primaire à vide; Lm = V102 / Q10
V20 : tension secondaire à vide. m = V20 / V10

 Essai en court circuit sous tension réduite :

On mesure à I2n = I2cc et f = fn :, V1cc, I1cc. On trouve facilement : Rs = Pcc / I2cc2


P1cc : puissance en court-circuit; coscc = Pcc / (V1cc.I1cc)
I1cc : courant primaire en court-circuit; Xs = Rs.tgcc
V1cc : tension primaire réduite.

c) EXERCICES SUR LE TRANSFORMATEUR :


La puissance apparente d’un transformateur monophasé 5,0 kV/230 V ; 50 Hz est S = 21 kVA. La section
du circuit magnétique est s = 60 cm2 et la valeur maximale du champ magnétique Bmax =1,1T.
L’essai à vide a donné les résultats suivants :
U1 = 5 000 V ; U2V = 230 V ; I1V = 0,50 A et P1V = 250 W.
FST - SETTAT Réseaux électriques 10
L’essai en court-circuit avec I2CC = I2n a donné les résultats suivants :
P1CC = 300 W et U1CC = 200 V.
1- Calculer le nombre de spires N1 au primaire.
2- Calculer le rapport de transformation m et le nombre N2 de spires au secondaire.
3- Quel est le facteur de puissance à vide de ce transformateur ?
4- Quelle est l’intensité efficace du courant secondaire I2n ?
5- Déterminer les éléments RS ; ZS et XS de ce transformateur.
6- Calculer le rendement de ce transformateur lorsqu’il débite un courant d’intensité nominale
dans une charge inductive de facteur de puissance 0,83.

d) Exercice 2 :
L’étude d’un transformateur monophasé a donné les résultats suivants :
Mesure en continu des résistances des enroulements à la température de fonctionnement : r1 = 0,2Ω et
r2=0,007Ω.
 Essai à vide : U1 = U1n = 2 300 V ; U2V = 240 V ; I1V = 1,0 A et P1V = 275 W.
 Essai en court-circuit : U1CC = 40 V ; I2CC = 200.
1- Calculer le rapport de transformation m.
2- Montrer que dans l’essai à vide les pertes Joule sont négligeables devant P1V.
3- Déterminer la valeur de la résistance ramenée au secondaire RS.
4- Calculer la valeur de P1CC.
5- Déterminer XS.
6- Déterminer par la méthode de votre choix, la tension aux bornes du secondaire lorsqu’il débite
un courant d’intensité I2 = 180 A dans une charge capacitive de facteur de puissance 0,9.
7- Quel est alors le rendement.
3- Transformateur triphasé :
Constitution :

En pratique, pour faciliter la construction, on


dispose les 3 colonnes restantes dans un même plan.

Représentation conventionnelle :

(la partie grisée sur le couvercle a été ajouté dans un but


pédagogique; il doit être supprimé sur un schéma normalisé).
A, B, C sont les bornes haute tension,
a, b, c, sont les bornes basse tension.
Nous supposons toujours les bobines haute et basse tensions
enroulées dans le même sens.
Indice horaire
Pour un transformateur monophasé les tensions au primaire et au secondaire ne peuvent être déphasées
que de 0 ou 180° suivant les sens d'enroulement; pour un transformateur triphasé alimenté par un réseau
équilibré, le déphasage des tensions en ligne HT et BT peuvent prendre toutes les valeurs multiples de 30°.
Un angle de 30° représentant l'écart entre deux chiffres consécutifs sur le cadran d'une horloge.
Soit  =(uab , uAB) le déphasage, compté dans le sens trigonométrique direct, de la tension composée
HT par rapport à la tension BT; nous appelons indice horaire du transformateur le nombre Ih=  (en
degrés)/30.

FST - SETTAT Réseaux électriques 11


Couplages des transformateurs
1) Les enroulements haute tension d'un transformateur peuvent être reliés en étoile (symbole Y) ou en
triangle (D).
2) Les enroulements basse tension peuvent être montés en étoile (symbole y), en triangle (d) ou en Zig-
Zag (z).
L'association d'un mode de connexion de la haute tension avec un mode de connexion de la basse tension
caractérise un couplage du transformateur (Yz par exemple).
Rapport de transformation et couplages
étoile-étoile : étoile
étoile-triangle : triangle-étoile : triangle-triangle :
N2 1 N2 N2 N2
m m m 3 m
N1 3 N1 N1 N1

Couplages et indices horairess correspondants


Couplage du transformateur Diagramme et Indice horaire

Yy6 6

Dy11 11

Yz 11 11

Yd11 11

Les couplages les plus utilisés sont : Yy0, Yy6, Yz5, Yz11, Dy5, Dy11.

Plaque signalétique d’un transformateur triphasé : La plus grande des deux tensions correspond au
montage en étoile.
La puissance nominale ne dépend pas du couplage.
Mais lee courant nominal en dépend
dépend.
FST - SETTAT Réseaux électriques 12
4- Réseau et Protection
a) Appareillage de protection :

Désignation Symbole et Représentation Constitution et Caractér


Caractéristiques
un sectionneur est définit par :
 le nombre de pôles,
 la valeur de la tension assignée,
 le courant assigné,
 le ou les contacts auxiliaires,
Sectionneur  la nature de la commande.
Rôle : Le sectionneur est un appareil de connexion
connexio qui permet d'isoler (c'est sa fonction) un circuit
pour effectuer des opérations de maintenance, de dépannage ou de modification sur les circuits
électriques qui se trouvent en aval. Le sectionneur, à la différence du disjoncteur ou de l'interrupteur,
n'aa pas de pouvoir de coupure, ni de fermeture.
Il existe principalement 2 types de fusibles :
 Le fusible à usage général (fusible gG) offrant
une
ne protection contre les surcharges et les
courts-circuits,, le plus courant en domestique.
 Le fusible accompagnement moteur (fusible aM)
qui est utilisé pour la protection contre les
Caractéristiques :
courts-circuits
circuits uniquement (souvent associé à
 Calibre ;
un autre élément protégeant contre les
Fusible  Tension maximale
surcharges), utilisé principalement dans
d’utilisation ;
l'industrie pour la protection des charges à fort
 Dimensions.
courant de pointe (moteurs, primaires de
transformateurs entre autres).
Rôle : Lee fusible permet l'ouverture
l du circuit (par fusion) lors d’une surintensité (risque
d’échauffement
échauffement allant facilement jusqu'à l'inflammation des des matériaux inflammables …)
provoquant
quant couramment des incendies.
Par contre, il ne protège en aucun cas les personnes contre les électrocutions
électrocutions.
Rôle : Protection : interrompre le courant électrique en
cas d'incident sur un circuit électrique. Il est capable
d'interrompree un courant de surcharge ou un courant de
court-circuit dans une installation. Sa principale
caractéristique par rapport au fusible est qu'il est
réarmable.
Les Types des disjoncteurs :
 Thermique : Le courant traverse le disjoncteur où des spires de fil chauffent par effet Joule un
bilame, à une certaine température
température le bilame se déclenche ouvrant le contact et interrompant ainsi
disjoncteur le courant.
 Magnétique : La forte variation d'intensité passe au travers des spires d'une bobine qui produit, une
forte variation du champ magnétique. Le champ ainsi créé déclenche l’ouve l’ouverture des circuits et
ainsi protéger la source et une partie de l'installation électrique notamment les conducteurs
électriques entre la source et le court-circuit.
court
 Différentiel : Un disjoncteur différentiel est un interrupteur différentiel possédant un pouvoir de
coupure (extinction de l'arc) et réalisant également une protection contre le courant de court-circuit
(surcharge forte). Le principe d'un dispositif différentiel à courant résiduel (DDR) est de comparer
les intensités sur les différents conducteurs qui le traversent. C'est un appareil de protection des
personness et de détection des courants de fuite à la terre de l'installation électrique.

FST - SETTAT Réseaux électriques 13


b) Régimes du neutre :
Pour détecter, contrôler et supprimer un défaut d’isolement survenant dans une installation électrique ; il a
été établi différents régimes du neutre, caractérisant le type de distribution de l’énergie électrique par
tensions sinusoïdales triphasées équilibrées.
Un régime de neutre se caractérise par deux lettres (TT, IT ou TN) :
1ère lettre : définit la situation du neutre par rapport à la terre ;
2ème lettre : définit la situation des masses par rapport à la terre.

Connexion du Neutre de Connexion des Masses des


Régime Utilisation courante
l'installation équipements
TT Neutre relié à la terre Masses reliées à une prise de terre Installation domestique
TN Neutre relié à la terre Masses reliées au neutre Installation industrielle
Neutre isolé ou relié à la terre Si continuité de service
IT Masses reliées à une prise de terre
par une impédance exigée
NB :
 Si l'usager n'est pas propriétaire du transformateur : le régime TT est imposé par l’ONE ;
 Si l'usager est propriétaire du transformateur : régime TT, TN ou IT

Exemples de situations où le régime IT est obligatoire : bloc opératoire, verrerie, nucléaire, immeuble de
grande hauteur, ...
Dispositif de protection (Disjoncteur différentiel),

 TT (Terre - Terre)

Courant de défaut : V : tension entre phase et neutre ;


Rn,u : résistances des prises de terre ;
Icc : courant de défaut (court-circuit) :
Icc =V/(Rn + Ru)
Uc : tension de contact entre la masse de l’équipement et le sol :
Uc = Ru.Icc
Il faut : Uc < UL
IDn : seuil de déclenchement du DDR
(dispositif différentiel de protection) :
IDn < UL/Ru

FST - SETTAT Réseaux électriques 14


 TNS (Terre - Neutre avec N et PE Séparés):  TNC (Terre - Neutre avec N et PE communs) :

Courant de défaut : V: tension entre phase et neutre


Zd : impédance de la boucle de défaut (dépend
essentiellement de la longueur de la ligne)

Icc : courant de défaut (court-circuit) : Icc=V/Zd


Uc : tension de contact entre la masse de
l’équipement et le sol : Uc = V

Il faut : t(Uc) < t(limite)


If : courant de fonctionnement du dispositif
de protection dans le temps limite If < Icc
Temps maximal de coupure (norme C 15-100) : Tension nominale (AC) temps de coupure maxi
120 - 127 0,8 s
220 - 230 0,4 s
380 - 400 0,2 s
> 400 0,1 s

 IT (Isolation - Terre) :

FST - SETTAT Réseaux électriques 15


Courant de 1er défaut : V : tension entre phase et neutre
Zeq : impédance équivalente entre la ligne d’alimentation et
la terre; en général très grande.

Rn,u : résistances des prises de terre Rn + Ru << Zeq


Icc : courant de défaut (court-circuit) : Icc =V/Zeq

Uc : tension de contact entre la masse de l’équipement et le


sol : Uc = Ru. Icc

Il faut (vrai en général) : Uc < UL

Le limiteur de surtension a pour but d'éliminer les surtensions par rapport à la terre en cas de claquage
entre enroulements du transformateur : il transforme le régime IT en régime TN en cas de surtension
importante.
Le premier défaut est signalé par le CPI. Il faut disposer d'un système de localisation du défaut pour
pouvoir intervenir sur le champ. Dans le cas contraire, dans l'hypothèse de la survenue d'un deuxième
défaut, la sécurité est assurée comme en régime TN par le disjoncteur magnéto-thermique – ce qui entraîne
une interruption de service. Exemple de deux défauts simultanés :

c) Application :
 Pour le régime de neutre TT :
Préciser la signification des lettres TT.
On modélise une installation électrique (230V/400V)
par le montage ci-contre
(PE : Prise de Terre) :
1) Donner la valeur affichée par un voltmètre numérique
branché :
Entre la phase 1 et la phase 3 :
Entre la phase 2 et N :
Entre N et PE :
Entre la phase 3 et PE :
2) Quels sont les appareils utilisés dans ce type de régime pour protéger :
 l’installation contre les surintensités (deux réponses) ?
 les personnes ?
3) Ce régime de neutre est-il applicable dans une usine ? justifier votre réponse.

FST - SETTAT Réseaux électriques 16


d) Exercice :
Rn représente la résistance du neutre à la Terre, Ru de la prise de Terre.
Rc = 1000 Ω corporelle.
Rd de défaut.
Caractéristique de l’installation : 230V / 400V ; régime TT ; disjoncteur 30A/ 500mA.

1) La phase 1 de la machine 1 touche la masse avec une résistance de défaut Rd =20Ω .


a) Représenter le parcours du courant de fuite Ic1.
b) Calculer la valeur de ce courant de fuite.
c) Calculer la tension de contact Uc1 à laquelle est soumise la personne.
d) Calculer alors l’intensité IC1 qui traverse la personne.
e) Le différentiel déclenche – t – il ? Pourquoi ?

2) Le défaut de la première machine est réparé. La phase 2 de la machine 2 touche la carcasse de celle-ci.
La résistance de contact est de 100Ω.
a) A quel potentiel se trouve la carcasse ?
b) Une personne touche la carcasse de cette machine ; à quel potentiel est –elle soumise ? Calculer le
courant qui la traverse IC2.
c) Le différentiel déclenche-t-il ? Pourquoi ?

3) Maintenant, les deux défauts sont présents sur chaque machine. Une personne touche d’une main la
machine 1 et de l’autre la machine 2 tout en étant isolée de la Terre.
Expliquer ce qui se passe (Tension entre les deux mains, courant corporel, danger…)

FST - SETTAT Réseaux électriques 17