Vous êtes sur la page 1sur 7

TC - 01/11/07

Page 1 sur 7

ENSIL

LIAISON ENCASTREMENT

II- Systèmes de liaisons ARBRE / MOYEU

1) Par goupille

II- Systèmes de liaisons ARBRE / MOYEU 1) Par goupille • Assemblage simple et économique •

Assemblage simple et économique

Couple modéré

La goupille peut faire office d’élément de sécurité pièce qui casse en cas de surcharge

Goupilles : cannelées, coniques ou élastiques (immobilisation de la goupille)

INCONVENIENT : concentration de contrainte au niveau du trou de l’arbre.

Calcul de la goupille au cisaillement

2) Liaisons par clavette

a) Clavettes parallèles

2) Liaisons par clavette a) Clavettes parallèles Fichier : 2_encastrement_cours.doc Liaison encastrement

TC - 01/11/07

Page 2 sur 7

ENSIL

Simple et économique

Couple plus important qu’une goupille

Peut servir d’organe de sécurité

INCONVENIENT : concentration de contrainte sur l’arbre

La liaison complète est obtenue par :

Pivot glissant arbre / moyeu

Arrêt en rotation par la clavette

Arrêt en translation par vis ou écrou

b) clavettes disques

pour petits diamètres

sous faibles couples

AVANTAGE : usinage facile et rapide de la rainure de l’arbre

3) Liaison par cannelure et denture

a) à flancs parallèles

3) Liaison par cannelure et denture a) à flancs parallèles • couples plus importants qu’avec les

couples plus importants qu’avec les clavettes

Coefficient de concentration de contrainte plus petit que celui des rainures de clavette

les plus simples à fabriquer

à utiliser plutôt pour de petites séries

INCONVENIENT : ne convient pas aux grandes vitesses de rotation : BRUIT

Exemple de désignation : 8 cannelures d = 36 et D = 42

Moyeu cannelé à flancs // 8 x 32 x 42 , NFE22-131

Arbre cannelé à flancs // 8 x 32 x 42 , NFE22-131

TC - 01/11/07

Page 3 sur 7

ENSIL

b) à flancs en développante de cercle

Page 3 sur 7 ENSIL b) à flancs en développante de cercle • forme identique à

forme identique à des engrenage en développante de cercle

utilisable à grande vitesse de rotation

silencieux

4) Liaison par éléments d’assemblages bi-coniques

4) Liaison par éléments d’assemblages bi-coniques Fichier : 2_encastrement_cours.doc Liaison encastrement

TC - 01/11/07

Page 4 sur 7

ENSIL

TC - 01/11/07 Page 4 sur 7 ENSIL • Principe : Liaison arbre / moyeu par

Principe : Liaison arbre / moyeu par déformation et coincement d’une bague conique ou bi- conique fendue. Les vis sont serrées à la clef dynamométrique.

Utilisation d’arbres et de moyeux lisses pas de concentrations de contraintes

Diamètres jusqu’à 1000 mm

Démontage facile

Dans les tableaux ci-dessus,

C1, C2 et C5 couples de serrage

Pour obtenir les efforts F1, F2 et F5

TC - 01/11/07

Page 5 sur 7

ENSIL

5) Frettage et emmanchements forcés a) principe :

Ils permettent de réaliser les assemblages par ajustements serrés.

intéressant si l’assemblage arbre / moyeu n’est jamais démonté car il y a un risque de destruction de la liaison

Montage à la presse : emmanchement forcé.

la liaison • Montage à la presse : emmanchement forcé. • frettage : si les pièces

frettage : si les pièces sont de grande dimension ou si la presse n’est pas envisageable (risque d’endommagement ou besoin d’une grande précision) on utilise la méthode du frettage :

•

principe : changement de dimension par variation de température.

o

Contraction de l’arbre

o

Dilatation du moyeu

o

Ou les 2

o

Lorsque la température revient à la température ambiante, on obtient le serrage.

TC - 01/11/07

Page 6 sur 7

ENSIL

b) calcul de frettage dans le cas d’un arbre plein

(d’après « Systèmes mécaniques – Théorie et dimensionnement » ed. Dunod, à consulter pour les autres cas)

Détermination de la pression minimale de serrage

pour transmettre un couple C :

p min =

2 . k . C

П . f . l . d 2

pour transmettre un effort axial A :

p min =

k . A

П . f

.

l . d

k

: coef. Sécurité (1,5 k 3)

f

: coef. de frottement

l

: longueur du frettage

d

: diamètre du frettage

k

: coef. Sécurité (1,5 k 3)

f

: coef. de frottement

l

: longueur du frettage

d

: diamètre du frettage

• Détermination du serrage minimal Δ min : Ø D d 2 (a M –
• Détermination du serrage minimal Δ min :
Ø D
d
2 (a M – a A ) + D 2 (a A + b M )
Δ min
=
p min .
D 2 - d 2
Ø d
d
Avec :
d = Ø de frettage
D = Ø extérieur de la frette (moyeu)

Matière de l’arbre :

Matière du moyeu :

(υ : coefficient de Poisson et E : module de Young)

a A = (1 – υ A ) / E A

a M = (1 – υ M ) / E M ,

a M = (1 + υ M ) / E M

TC - 01/11/07

Page 7 sur 7

ENSIL

Valeur MAX de serrage théorique

Δ min correspond au serrage minimal permettant de transmettre le couple C ou l’effort A sans détruire la liaison complète.

Il faut tenir compte des tolérances de fabrication avec lesquelles sont fabriqués les diamètres de l’arbre et du moyeu :

IT A : intervalle de tolérance du diamètre de l’arbre,

Qualité 6 pour les diamètres 180 mm

Qualité 7 pour les diamètres > 180 mm

IT M : intervalle de tolérance du diamètre du moyeu

Qualité 6 pour les diamètres 100 mm

Qualité 7 pour les diamètres > 100 mm

Δ max = Δ min + IT A + IT M

Détermination approchée du serrage :

Pour une première approche on utilise souvent les tableaux suivants :

approche on uti lise souvent les tableaux suivants : • Conditions de résistance Après avoir déterminé

Conditions de résistance

Après avoir déterminé le serrage necessaire pour transmettre l’effort A ou le couple C, il faut vérifier que les déformations imposées à l’arbre et au moyeu restent dans le domaine élastique.

Dans le cas d’un assemblage moyeu / arbre plein on calcule la contrainte induite par :

Pour l’arbre :

σe A max = p max

avec

p max = p min . (Δ max / Δ min )

et il faut que la contrainte dans l’arbre ne dépasse pas la limite élastique pratique du matériau,

soit :

Pour le moyeu :

et il faut que :

σe A max σe A / s

avec s = coeficient de sécurité (en général = 3)

σe M max =

p max . d 2

D 2 - d 2

. 1 + 3 . (D/d) 4
. 1 + 3 . (D/d) 4

σe A max σe A / s