Vous êtes sur la page 1sur 53

Division Vétérinaire France

Partenaire
de la profession

1
DIRECTIVE 2006/123/CE DU PARLEMENT 
EUROPEEN ET DU CONSEIL du 12 décembre 
2006 relative aux services dans le marché 
intérieur.
Docteur Christian LEMAIRE
Praticien au Havre et à Montivilliers (76)

lemaire‐christian76@wanadoo.fr

Toulouse le 3 décembre 2009 - Réunion n 12


Nous vivons un moment extraordinaire avec
la confrontation de deux visions.
Le mur est dans nos têtes.

Ou comment changer de paradigme


s’agissant de l’accès aux activités des
3
vétérinaires et leur exercice
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Travailler plus pour gagner plus

Ou comment changer de paradigme


4

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12


Justifier les restrictions conformément à
l’existant

ou

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12


La Liberté éclairant le monde 6

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12


AUJOURD’HUI POUR DEMAIN

ETRE FIER D’APPARTENIR A L’ORDRE VETERINAIRE FRANCAIS

Les Etats membres peuvent fixer un niveau élevé de


protection de l’intérêt général

Notre Ordre peut offrir une meilleure protection


aux consommateurs dans le code de conduite national

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12


Unis dans la diversité

Perfection

8
Plénitude
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12
SIMPLIFICATION ADMINISTRATIVE

LIBERTE D’ETABLISSEMENT

LIBRE CIRCULATION DES SERVICES ET DROITS DES DESTINATAIRES DE


SERVICES DE LES RECEVOIR

QUALITE DES SERVICES ET POLITIQUE DE QUALITE

COOPERATION ADMINISTRATIVE ET ASSISTANCE MUTUELLE

PROGRAMME DE CONVERGENCE ET CODES DE CONDUITE

9
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
PIECE EN QUATRE ACTES

ACTE I : D’où vient cette directive relative aux services ? Questions 1 à 7

ACTE II : Que contient cette directive en terme juridique ? Questions 8 et 9

ACTE III : Quels sont les nouveaux droits et devoirs qu’impliquent cette
directive pour les prestataires et destinataires ? Questions 10 à 13

ACTE IV : Avec cette directive, quels sont les nouveaux rôles des EM ?
Questions 14 à 18

10
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
ACTE I : D’où vient cette directive relative aux
services ? Questions 1 à 7

11
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
ACTE I : D’où vient cette directive relative aux services ?

• Objectif du traité: abolir les frontières intérieures pour réaliser un marché


unique des services

• Volonté politique = conseil européen sur proposition de la Commission

• Marché de libre concurrence pour une meilleure offre de services offerts à


des prix compétitifs en renforçant la transparence et l’information au
bénéfice du consommateur

• Faciliter la libre circulation des personnes et des services

• Coordonner puis harmoniser la libre circulation des services au sein de l’UE


12
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quels sont les objectifs de l’Union européenne ?

• Sauvegarder la paix et rechercher l’unité politique = unique au monde

• Etablir fondements d’une union sans cesse plus étroite

• Assurer par une action commune le progrès économique et social

• Création d’un marché intérieur européen

• Renforcer la cohésion sociale


13
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quels sont les objectifs de l’Union européenne ?

• Organisation fondée sur les traités ratifiés par les Etats membres

• Communauté de droit

• Principe d’attribution = Transfert de compétences

• Principe de subsidiarité

• Principe de proportionnalité (exemple de la directive services)

• Traité de Lisbonne en vigueur depuis 3 jours = article 5 TUE et protocole


14
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
1952 1958
La Communauté européenne Les traités de Rome:
du charbon et de l’acier La Communauté économique européenne
La Communauté européenne de l’énergie
atomique (EURATOM)

2007 1987
Traité de Lisbonne (signature) L’Acte unique européen:
le marché unique

2003 1993
1999 Traité sur l’Union européenne 15
Traité de Nice Traité d’Amsterdam (Maastricht)

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12


Comment est caractérisé le marché intérieur dans le traité ?

• Abolition entre les EM, des obstacles à la libre circulation des marchandises,
des personnes, des services et des capitaux selon dispositions du traité

• Le marché intérieur comporte un espace sans frontières intérieures

• Equilibre entre ouverture du marché et sauvegarde des services publics, des


droits sociaux et droits des consommateurs

• Un marché intérieur des services concurrentiel pour favoriser la croissance


et les emplois au-delà des frontières nationales

• Un marché libre obligeant les EM à supprimer les obstacles à la libre


circulation transfrontalière des services 16

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12


Quels sont les principaux obstacles au marché intérieur des
services ?

• Entrave: toute mesure susceptible d'interdire, de gêner ou de rendre moins


attrayant la prestation de services entre EM

• Mesures discriminatoires directes ou indirectes et traitement national

• Mesures non discriminatoires indistinctement applicables aux opérateurs

• Résultent de mesures législatives, règlementaires ou administratives

• Visent toutes les étapes du processus économique du service: effet en chaîne


17
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Marchandises
Pays de destination Pays d’origine

Vente Siège statutaire +


. Production
Reconnaissance mutuelle ou
prestation transfrontière

Production et vente Siège statutaire


Dépenses de production proches de
celles du producteur « établi »
Sauf durée, fréquence de l’activité

Principe du pays d’origine / Libre


prestation

Services
Le prestataire développe ses activités de service au sein du
marché intérieur selon une stratégie soit :

En s’établissant dans un EM sur la base juridique de l’article 43 CE

En faisant usage de la libre circulation des services sur la base juridique de


l’article 49 CE

19
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Sur quoi se fonde le régime juridique des libertés de circulation
des personnes et des services?

• Liberté d’établissement et libre circulation des services du traité de Rome

• Suppression puis interdiction de nouvelles restrictions dans le traité

• Reconnaissance de l’effet direct de ces dispositions devant le juge national

• Jurisprudence CJUE: extension progressive des restrictions prohibées

• Justification de nouvelles entraves par raisons impérieuses d’intérêt général


20
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Pourquoi la suppression de ces obstacles ne peut se faire
uniquement par l’application directe des articles 43 et 49 CE ?

• Traitement au cas par cas: mécanismes lourds et coûteux pour citoyens et PME
portant plainte

• Un EM ne respecte pas une disposition du traité. La Commission engage des


procédures à l’encontre des EM

• Levée d’obstacles nécessite coordination préalable des systèmes juridiques y


compris la mise en place d’une coopération administrative

• Evolution rapide des marchés et de la réglementation: nouvelles entraves =


nouvelles mesures visant une meilleure sécurité juridique
21
• Le PE et le Conseil ont reconnu la nécessité d’un instrument législatif
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quel est alors l’intérêt de recourir à une directive ?

• Adoption de mesures pour faciliter la mise en œuvre de ces deux libertés en


éliminant tout obstacle

• Texte général précisant le régime juridique et facilitant la réalisation du


marché intérieur des services

• Raisons économiques: stratégie de Lisbonne et Conseil européen du 20 au 23


mars 2000, compétitivité, croissance économique, création d’emplois

• Raisons politiques: changement de méthode


• Démarche active du législateur
• Et non seulement situation passive liée aux contentieux traités par le juge
au cas par cas 22
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
La directive est entrée en vigueur le 28 décembre 2006.
La fin de son échéance est fixée au 27 décembre 2009.

La directive comporte deux volets :

Un volet législatif confirmant avec nuances les dispositions visées aux articles 43
à 55 CE interprétés par la CJUE = œuvre de codification

Un volet de mesures innovantes dans la réalisation du marché intérieur

23
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
La directive est un acte normatif à double étage impliquant une
transposition par les EM et comprend :
- La directive proprement dite, émanant des institutions européennes;
- Les mesures nationales d'exécution, émanant des EM

Les particuliers peuvent invoquer les dispositions d’une directive non encore transposée
Voir décision du Conseil d’Etat du 30 octobre 2009 Mme P. n 298348

• Les dispositions de la directive doivent être claires, précises et inconditionnelles


• Une mesure doit être prise hors délais impartis (ou non conforme)
• Réparation accordée sous conditions aux particuliers par la CJUE pour directives mal
transposées ou avec retard
24
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
ACTE II : Que contient cette directive en terme
juridique ? Questions 8 et 9

25
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Acte II : Que contient cette directive en terme juridique ?

• Acte législatif dont les objectifs sont fixés et les moyens pour y parvenir
laissés à l’appréciation de chaque EM

• Travail du législateur communautaire sur la base de décisions de justice

• Le dernier mot revient au juge communautaire lequel dit le droit

• Formalisation de 46 articles et de 118 considérants destinés à :

• L’adaptation aux décisions de jurisprudence = confirmation avec nuances


des dispositions du traité
• L’Innovation avec de nouveaux droits et obligations
26
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quelles sont les différences entre la liberté d’établissement et
la libre prestation de services ?

Liberté d’établissement = article 43 CE prohibe toute restriction

• Opérateur économique se conforme à la loi de l’état d’accueil si mesures


sont non discriminatoires ou ne sont pas une entrave

• Si tel est le cas l’EM doit prouver que la mesure est une dérogation prévue
dans le traité ou justifiée par des raisons d’intérêt général

Libre prestation de services = article 49 CE prohibe toute restriction

27
• Caractère temporaire: loi du pays d’origine s’applique sauf dérogations ou
justification par raison d’intérêt général
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quelles sont les différences entre les dispositions du traité et
celles contenues dans la directive services?

• Alignement de la directive services sur le droit antérieur et portée extensive


des mesures prohibées par la CJUE

• Contester la qualité de restriction de ces exigences par tout EM est très limité

• Formalisation des mesures interdites renforce cette tendance

• Remise en cause des dérogations issues du traité et durcissement de l’analyse


des raisons d’intérêt général

• Directive non harmonisée totalement: seule la CJUE dit le droit 28


Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Le législateur confirme les règles antérieures et limite drastiquement
la capacité des EM à imposer des exigences aux prestataires

La directive s’applique exclusivement aux exigences affectant


l’accès à une activité de service ou son exercice
Seules quatre raisons impérieuses d’intérêt général peuvent justifier les entraves
à la libre prestation de services

La liste des raisons d’intérêt général est non limitative pour la liberté
d’établissement

Les raisons d’intérêt général doivent satisfaire aux tests de nécessité et de


proportionnalité

29
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
ACTE III : Quels sont les nouveaux droits et
devoirs qu’impliquent cette directive pour les
prestataires et destinataires ? Questions 10 à 13

30
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quels sont les nouveaux droits consacrés par la directive aux
prestataires et destinataires de services ?

• Un droit général à l’information: cinq catégories d’informations au moyen


du guichet unique pour améliorer la transparence

• Exemple : les voies de recours disponibles en cas de litige


• Exigences sur l’accès et la compréhension des informations = Assistance
des autorités compétentes avec guide simple Internet et mis à jour

• Droit spécifique du destinataire dans l’EM dans lequel il réside = protection


des consommateurs = voies de recours

31
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quels sont les nouveaux droits consacrés par la directive aux
prestataires et destinataires de services ?

• Droit spécifique du prestataire = simplification administrative


• Simplification des procédures et formalités - doublons à supprimer
• Guichet unique, procédure électronique et interopérabilité

• Suppression des interdictions aux communications commerciales

• Partenariat d’activités autorisé, limité si justifié (professions réglementées)


32
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quels sont les nouveaux devoirs auxquels sont soumis les
prestataires de services dans la directive ?

• Objectif: améliorer la qualité des services fournis

• Exigence de transparence: mise à disposition d’un ensemble d’informations


communiquées aux destinataires, facilement accessibles, Internet

• Informations complémentaires sur demande: règles professionnelles,


partenariats, codes de conduite

• Règlement des litiges, réclamations, solution dans les plus brefs délais

• Information sur recours aux règlements extrajudiciaires des litiges si code


de conduite
33
Christian LEMAIRE 19 novembre 2009 Cannes N 11
Quelles sont les nouvelles mesures facultatives prises par les EM
dans la directive pour encourager la qualité des services ?

• Avec la Commission les EM prennent des mesures d’accompagnement pour


encourager les prestataires à garantir la qualité des services

• Certification ou évaluation des activités par des organismes indépendants

• Elaboration de charte ou label de qualité à l’échelon de l’UE sur Internet

• Mesures d’accompagnement pour encourager les ordres et les associations de


consommateurs afin de faciliter l’évaluation des compétences d’un prestataire

• Encourager le développement par des associations de consommateurs


d’évaluations indépendantes relatives aux qualités et défauts des services
34
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quelles sont les nouveaux devoirs auxquels sont soumis les
prestataires de services dans la directive ?

• Exigence de protection: si risque direct et particulier pour la santé ou la


sécurité du destinataire ou d'un tiers ou pour la sécurité financière du
destinataire = assurance responsabilité professionnelle

• Pour être obligatoire l’assurance doit figurer dans les règles de déontologie

• Les EM ne peuvent exiger d'un prestataire une telle assurance si couvert


dans son EM d'établissement par une garantie équivalente

• Surveillance de la Commission pour dresser la liste des services présentant


de tels risques pour compléter la directive 35
ACTE IV : Avec cette directive, quels sont les
nouveaux rôles des EM ? Questions 14 à 18

36
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quels sont les nouveaux rôles des EM prévus dans la directive ?

• Nouvelle approche générale de l’EM: s’interroger sur la légitimité de sa


législation lors de l’apparition du contentieux (situation passive):

• Contestation d’un opérateur devant le juge national


• Recours en manquement de la Commission à l’échelon communautaire

• Situation active sans pression contentieuse :

• Evaluer sa législation pour mise en conformité selon principes de la CJUE


• Action préventive de l’évaluation et garantir la conformité au droit UE
• Rapports communiqués aux autres EM: exercice de droit comparé
• Renforcer la confiance mutuelle entre EM : IMI 37
38

Christian LEMAIRE 19 novembre 2009 Cannes N° 11


Quels sont les nouveaux rôles des EM prévus dans la directive ?

• Nouvelle approche variable selon les libertés

• Libre prestation de services: liste de mesures a priori interdites et une


codification partielle CJUE sur raisons d’intérêt général
• Rapport concernant ces exigences au plus tard le 28 décembre 2009
• Rapport contient toute modification de ces exigences
• Résultats communiqués aux EM et fournit une fois par an analyses et
orientations concernant l’application de ces dispositions
• 28 décembre 2011: examen de la nécessité de proposer de nouvelles
mesures d’harmonisation au PE et au Conseil

39
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quels sont les nouveaux rôles des EM prévus dans la directive ?

• Liberté d’établissement
• Exigences prohibées : élimination par EM pendant la transposition
• Mesures nationales d’exécution (MNE)
• Exigences à évaluer par EM-faire rapport pour le 28 décembre 2009 au
plus tard
• La Commission le transmet aux autres EM. Les EM ont 6 mois pour
transmettre leurs observations à la Commission
• Rapport de synthèse au plus tard le 28 décembre 2010
• Appréciation des législations des autres EM = Peer Review = examen par
ses pairs pour identifier les points faibles
• Recours en manquement possibles pour viol des articles 43 et 49 CE

40
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Processus de l’évaluation mutuelle

Fin 28 28
avril décembre décembre 28
2008 ? 2009 au 2010 au décembre
plus tard plus tard 2011 au
Rapport unique Rapport de plus tard
synthèse Rapport
sur art. 16
Examen de Mise en
la législation oeuvre Continu
Evaluation
mutuelle

Actualisation
continue +
Transposition
mesures
Coopération administrative d’harmonisation
Simplification administrative
Christian LEMAIRE 19 novembre 2009 Cannes N 11
Les EM ont une obligation d’évaluer leur propre système juridique
et d’en faire rapport à la Commission

Les EM ont une obligation d’évaluer mutuellement leurs différents


systèmes juridiques et communiquer en 6 mois leurs observations

42
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Quels sont les nouveaux rôles des EM en matière de codes de
conduite ?

• Mesures complémentaires pour renforcer l’harmonisation

• Code de conduite par les parties intéressées pour promouvoir la qualité des
services et faciliter la mise en œuvre des libertés de circulation des services

• Elaboration par les ordres de codes de conduite communautaires conformes


au droit de la concurrence

• Contenu et modalités des communications commerciales y inclus

• Règles déontologiques visant à garantir l’indépendance, l’impartialité et le


secret professionnel
43
Christian LEMAIRE 2 décembre 2009 Toulouse n 12
Si une administration prend une décision que vous estimez être en
violation du droit de l’UE, quels sont mes moyens d’action ?

• Déposer plainte pour non respect du droit auprès de la Commission

• Utiliser plutôt les voies de recours nationales devant le juge compétent

• Sans devoir prouver l’intérêt à agir, faire annuler la décision par le juge
administratif qui adressera une injonction à l’administration

• Demander réparation des dommages causés du fait du non respect du droit de l’UE

• Recourir aux procédures d’arbitrage et conciliation disponibles ou demander


intervention du médiateur national ou régional
44
Christian LEMAIRE 19 novembre 2009 Cannes N 11
CONCLUSION : Utilité de la directive relative
aux services et opportunités ? Questions 19 et
20

45
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Finalement la directive relative aux services est-elle une directive
pour rien ?

• Sur le fond le régime juridique de circulation des services est très proche de celui
consacré par la CJUE

• Les secteurs exclus doivent respecter les dispositions du traité: quel est l’intérêt
d’être exclu puisque pas d’innovation majeure ?

• Mais nouvelle dynamique communautaire et mécanismes de coopération originaux


transformant le rôle des EM

• Rapports entre EM deviennent horizontaux et plus seulement avec la Commission


46
Christian LEMAIRE 19 novembre 2009 Cannes N 11
Simplification administrative pour réduire la charge pesant sur les
entreprises au sein de l’UE

Les entreprises seront en mesure de s’établir n’importe où dans


l’UE y compris dans leur propre EM
Il sera plus facile pour les entreprises de fournir des services
transfrontaliers grâce à la libre prestation de services

Les destinataires de services seront dûment protégés

La surveillance sera renforcée grâce à une coopération


transfrontalière plus efficace entre les autorités

47
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12
Le mur de BERLIN, le lendemain du 9 novembre 1989

« La vie punit ceux qui arrivent en retard »

Mikhaïl GORBATCHEV, BERLIN-EST le 7 octobre 1989


48

Christian LEMAIRE 2 décembre 2009 Toulouse n° 12


Demandes de questions

¾ EUROPE DIRECT: pour toute question une réponse par mél en 48


heures

¾ TEL au 00800 6 7 8 9 10 11

¾ http://ec.europa.eu/europedirect/index_fr.htm

¾ SOC = service d’orientation pour les citoyens est un service rapide


et gratuit fournissant à ceux-ci des conseils personnalisés sur leurs
droits.

http://europa.eu/
DEMANDE D’INFORMATIONS POUR
VOS PROJETS
¾ DG Marché intérieur Unité E1
http://ec.europa.eu/europedirect/index_fr.htm
€ Direction E – SERVICES
€ Directeur Guido BERARDIS

€ Conseiller Peter SMITH


€
€ Unité E1 – Libre circulation des Services et Etablissement I Directive Services
€
€ Chef d’unité : Maria MARTIN-PRAT
Adjoint : Martin FROHN
€
€ Unité E2 – Libre circulation des services et établissement II : Commerce et services de l’information
€
€ Chef d’unité : Jean BERGEVIN
€
€ Unité E3 – Coopération administrative et réseaux entre Etats Membres (IMI)
€
€ Chef d’unité : Nicholas LEAPMAN
€
€ Unité E4 – Marchés postaux et Logistique
€
€ Chef d’unité : Kamil KILJANSKI
€
€ Pour contacter directement par mél un des responsables :

€ Prenom.Nom@ec.europa.eu Markt-Info@ec.europa.eu
Résolution des problèmes

¾ En cas de difficulté = traitement en 10 semaines

¾ SOLVIT = résoudre les problèmes rencontrés par les citoyens et les


entreprises en raison d’une mauvaise application de la législation
du marché intérieur par une autre administration locale.

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n 12


REPONSE EUROPE DIRECT EN 48 HEURES PAR E-MAIL

52

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12


Avec tous mes remerciements

http://www.vetideo.fr

« Soyez le changement que vous voulez


voir dans le monde »
GHANDI

53

Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12