Vous êtes sur la page 1sur 53

Division Vétérinaire France

Partenaire
de la profession

1
DIRECTIVE 2006/123/CE* DU PARLEMENT
EUROPEEN ET DU CONSEIL du 12 décembre
2006 relative aux services dans le marché
intérieur.
Docteur Christian LEMAIRE
Praticien au Havre et à Montivilliers (76)

lemaire-christian76@wanadoo.fr

2
* JOUE du 27/12/06-L376/36 à 68

Bourges le 15 décembre 2009 - Réunion n° 13


DIRECTIVE 2006/123/CE DU PARLEMENT
EUROPEEN ET DU CONSEIL du 12 décembre
2006 relative aux services dans le marché
intérieur

Moteur de recherche : « directive 2006/123/CE »

Bourges le 15 décembre 2009 - Réunion n° 13


Nous vivons un moment extraordinaire
avec la confrontation de deux visions.

Ou comment changer de paradigme


s’agissant de l’accès aux activités des
4
vétérinaires et leur exercice
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Justifier les restrictions conformément à
l’existant

ou

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13


Travailler plus pour gagner plus

Ou comment changer de paradigme


6

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13


La Liberté éclairant le monde 7

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13


AUJOURD’HUI POUR DEMAIN

ETRE FIER D’APPARTENIR A L’ORDRE VETERINAIRE FRANCAIS

Les Etats membres peuvent fixer un niveau élevé de


protection de l’intérêt général

Notre Ordre peut offrir une meilleure protection


aux consommateurs dans le code de conduite national

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13


Unis dans la diversité

Perfection

9
Plénitude
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
SIMPLIFICATION ADMINISTRATIVE

LIBERTE D’ETABLISSEMENT

LIBRE CIRCULATION DES SERVICES ET DROITS DES DESTINATAIRES DE


SERVICES DE LES RECEVOIR

QUALITE DES SERVICES ET POLITIQUE DE QUALITE

COOPERATION ADMINISTRATIVE ET ASSISTANCE MUTUELLE

PROGRAMME DE CONVERGENCE ET CODES DE CONDUITE

10
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12
1952 1958
La Communauté européenne Les traités de Rome:
du charbon et de l’acier La Communauté économique européenne
La Communauté européenne de l’énergie
atomique (EURATOM)

2007 1987
Traité de Lisbonne (signature) L’Acte unique européen:
le marché unique

2003 1993
1999 Traité sur l’Union européenne 11
Traité de Nice Traité d’Amsterdam (Maastricht)

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13


Le saviez-vous ?

Selon un sondage réalisé par le CREDOC (Centre de


recherche pour l’étude et l’observation des conditions
de vie) en 2005, 80 % des Français estiment que la
concurrence présente des avantages et, pour 63 %,
son principal avantage est de faire baisser les prix.

12
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
La concurrence entre professionnels est-elle
perçue comme un gros mot ?

La méconnaissance des règles du droit


de la concurrence pourrait le laisser
croire

13
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Rôle de la Commission = veiller au respect des règles des
traités et en particulier des libertés

Liberté de circulation des personnes = droit d’une personne


d’exercer une activité professionnelle dans un autre pays que
le sien
La Commission et la CJUE s’efforcent de contraindre les EM
à assurer sur leur territoire une égalité de traitement entre
leurs nationaux et les ressortissants des autres EM.
Ces institutions agissent pour laisser libre cours à la
concurrence dans l’intérêt conjugué des acteurs
économiques et des consommateurs (ou des patients)

14
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Une activité consistant à acheter des produits pour les revendre est commerciale
par nature.

Fiscalement et par exception pour les vétérinaires dans l’hypothèse d’une


ordonnance rédigée dans le prolongement de la consultation ou d’une chirurgie ou
d’un acte à caractère libéral, cette activité de ventes de médicaments entre sous
conditions dans le cadre de la catégorie des bénéfices non commerciaux

La profession de vétérinaire est une profession de santé à caractère libéral

Professions libérales: « toute profession exercée sur la base de qualifications


professionnelles appropriées, à titre personnel, sous sa propre responsabilité et de
façon professionnellement indépendante ».*

*Considérant 43 de la directive 2005/36/CE 15


Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Objectifs de la directive relative aux services: assurer aux activités non salariées la
liberté d’exercice sur tout le territoire de l’UE selon une double forme de la liberté
d’établissement et de la libre prestation de services

Liberté d’établissement = droit d’un ressortissant de s’établir dans un autre EM


pour y exercer une activité non salariée

Libre prestation de services: pas d’obligation de résidence et le prestataire ne se


déplace pas nécessairement

Cela suppose non seulement la suppression de toute discrimination selon la


nationalité mais encore, si l’on veut que cette liberté soit effectivement utilisée, des
mesures propres à en faciliter l’exercice: avant tout l’harmonisation des règles
nationales d’accès ou leur reconnaissance mutuelle

*Considérant 43 de la directive 2005/36/CE 16


Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
La directive relative aux services entre en vigueur le 28
décembre 2009.

17
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Les vétérinaires ne sont pas exclus de la directive services car
ils sont considérés comme des prestataires de services au
même titre que les médecins ou les pharmaciens.

18
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Les médecins et les pharmaciens sont exclus du champ
d’application de la directive relative aux services

19
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Des dispositions de la directive relative aux services
s’appliqueront aux médecins ou aux pharmaciens.

20
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Avec l’application des dispositions de cette directive, les
vétérinaires sont toujours considérés comme des
professionnels de santé s’agissant notamment d’apporter des
soins aux animaux

21
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Bourges n° 13
La directive est entrée en vigueur le 28 décembre 2006.
La fin de son échéance est fixée au 27 décembre 2009.

La directive comporte deux volets :

Un volet législatif confirmant avec nuances les dispositions visées aux articles 43
à 55 CE interprétés par la CJUE = œuvre de codification

Un volet de mesures innovantes dans la réalisation du marché intérieur

22
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Aucun particulier ne peut se prévaloir devant une juridiction
nationale compétente de dispositions d’une directive non
transposée dans les délais impartis

23
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Tout particulier estimant qu’une décision de l’administration
est prise en le privant de l’exercice de ses droits fondamentaux
peut se prévaloir d’une directive non transposée dans les
délais impartis

24
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12
La directive est un acte normatif à double étage impliquant une
transposition par les EM et comprend :
- La directive proprement dite, émanant des institutions européennes;
- Les mesures nationales d'exécution, émanant des EM

Les particuliers peuvent invoquer les dispositions d’une directive non encore transposée
Voir décision du Conseil d’Etat du 30 octobre 2009 Mme P. n° 298348

• Les dispositions de la directive doivent être claires, précises et inconditionnelles


• Une mesure doit être prise hors délais impartis (ou non conforme)
• Réparation accordée sous conditions aux particuliers par la CJUE pour directives mal
transposées ou avec retard
25
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Les professionnels exerçant des services vétérinaires sont à la
fois des prestataires et des destinataires de services.

26
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
La directive contient des dispositions votées par la Cour de
justice de l’Union européenne.

27
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
La directive confirme en partie des dispositions déjà existantes
du traité telles qu’interprétées par le juge communautaire
lesquelles prévalent sur nos dispositions nationales

28
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Bourges n° 13
La directive traite de deux droits fondamentaux garantis par le
traité et facilite leur exercice

29
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Il n’existe pas de différences entre les dispositions du traité et
celles de la directive s’agissant de faciliter la liberté
d’établissement et la libre circulation des services

30
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12
La directive n’apporte aucune nouveauté particulière puisque le
droit communautaire existe déjà

31
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Le prestataire développe ses activités de service au sein du
marché intérieur selon une stratégie choisie soit :

En s’établissant dans un EM sur la base juridique de l’article 43 CE

En faisant usage de la libre circulation des services sur la base juridique de


l’article 49 CE

32
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Les Etats membres dont la France n’interviennent pas dans la
mise en œuvre de dispositions contenues dans la directive

33
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Bourges n° 13
La Commission attend les propositions de la France et
notamment celles de notre profession

34
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12
La directive est entrée en vigueur le 28 décembre 2006.
La fin de son échéance est fixée au 27 décembre 2009.

La directive comporte deux volets :

Un volet législatif confirmant avec nuances les dispositions du traité

Un volet de mesures innovantes dans la réalisation du marché intérieur

35
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Les prestataires sont tenus de respecter de nouvelles
obligations dans le cadre de la directive pour améliorer la
qualité des services au bénéfice du consommateur.

36
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Les dispositions de la directive accordent de nouveaux droits
aux prestataires et aux destinataires de services.

37
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Bourges n° 13
Toutes les dispositions contenues dans la directive sont
obligatoires s’agissant de la qualité des services à garantir aux
consommateurs.

38
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Bourges n° 13
Les Etats membres ne jouent aucun rôle dans la directive en
matière de codes de conduite

39
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Les Etats membres jouent désormais de concert un nouveau
rôle grâce aux dispositions de la directive

40
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
41

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13


Les EM ont une obligation d’évaluer leur propre système juridique
et d’en faire rapport à la Commission

Les EM ont une obligation d’évaluer mutuellement leurs différents


systèmes juridiques et communiquer en 6 mois leurs observations

42
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Toulouse n° 12
Le législateur confirme les règles antérieures et limite fortement la capacité des EM à
imposer des exigences aux prestataires

La directive s’applique exclusivement aux exigences affectant l’accès à une activité


de service ou son exercice et aux dispositions imposées par des règles des ordres
professionnels

Seules quatre raisons impérieuses d’intérêt général peuvent justifier les entraves à la
libre prestation de services

La liste des raisons d’intérêt général est non limitative pour la liberté d’établissement

Les raisons d’intérêt général doivent satisfaire aux tests de nécessité et de


proportionnalité *

43
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13

*Affaire des magasins d’optique grecs C-140/03


Les mesures nationales susceptibles de porter atteinte aux libertés
garanties par le traité doivent remplir cumulativement quatre conditions :
Être non discriminatoires
Être justifiées par des raisons impérieuses d’intérêt général

Être appropriées pour atteindre cet objectif

Être proportionnées = ne pas aller au-delà de ce qui est nécessaire pour


atteindre cet objectif

44
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Processus de l’évaluation mutuelle

Fin 28 28
avril décembre décembre 28
2008 ? 2009 au 2010 au décembre
plus tard plus tard 2011 au
Rapport unique Rapport de plus tard
synthèse Rapport
sur art. 16
Examen de Mise en
la législation oeuvre Continu
Evaluation
mutuelle

Actualisation
continue +
Transposition
mesures
Coopération administrative d’harmonisation
Simplification administrative
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
La liberté d’entreprise est opposable depuis le 1er décembre
2009.

46
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
CONCLUSION : Utilité de la directive relative
aux services et opportunités ?

47
Christian LEMAIRE 3 décembre 2009 Bourges n° 13
Finalement la directive relative aux services est-elle une directive
pour rien ?

• Sur le fond le régime juridique de circulation des services est très proche de celui
consacré par la CJUE

• Les secteurs exclus doivent respecter les dispositions du traité: quel est l’intérêt
d’être exclu puisque pas d’innovation majeure ?

• Mais nouvelle dynamique communautaire et mécanismes de coopération originaux


transformant le rôle des EM

• Rapports entre EM deviennent horizontaux et plus seulement avec la Commission


48
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Simplification administrative pour réduire la charge pesant sur les
entreprises au sein de l’UE (dématérialisation des procédures)

Les entreprises seront en mesure de s’établir n’importe où dans


l’UE y compris dans leur propre EM
Il sera plus facile pour les entreprises de fournir des services
transfrontaliers grâce à la libre prestation de services

Les destinataires de services seront dûment protégés

La surveillance sera renforcée grâce à une coopération


transfrontalière plus efficace entre les autorités compétentes

49
Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13
Le mur de BERLIN, le lendemain du 9 novembre 1989

« La vie punit ceux qui arrivent en retard »

Mikhaïl GORBATCHEV, BERLIN-EST le 7 octobre 1989


50

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13


Demandes de questions

 EUROPE DIRECT: pour toute question une réponse par mél en 48


heures

 TEL au 00800 6 7 8 9 10 11

 http://ec.europa.eu/europedirect/index_fr.htm

 SOC = service d’orientation pour les citoyens est un service rapide


et gratuit fournissant à ceux-ci des conseils personnalisés sur leurs
droits.

http://europa.eu/
Résolution des problèmes avec une
administration locale

 En cas de difficulté = traitement en 10 semaines

 SOLVIT = résoudre les problèmes rencontrés par les citoyens et les


entreprises en raison d’une mauvaise application de la législation
du marché intérieur par une autre administration locale.

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13


Avec tous mes remerciements aux confrères
de BOURGES

http://www.vetideo.fr

« Soyez le changement que vous voulez


voir dans le monde »
GHANDI

53

Christian LEMAIRE 15 décembre 2009 Bourges n° 13