Vous êtes sur la page 1sur 2

Vous expliquerez comment le progrès technique agit sur la croissance

économique

Définition des mots clés :

progrès technique : modifications assurées dans le processus de production et dans la nature des
biens réalisés qui permettent : de générer des gains de production par les facteurs de production
grâce à l'utilisation de nouvelles machines par exemple, de produire de nouveaux biens et des
services de meilleure qualité et de mettre en place de nouvelles méthodes de production.

croissance économique : augmentation continue sur une longue période d'un indicateur de
dimension : pour un pays, il s'agit du produit global net en terme réel et non du produit réel par
habitant. Elle se mesure de manière quantitative grâce au PIB elle est non homothétique et auto
entretenue. Elle s'accompagne de progrès économique réalisé dans les changements de structure.

Énoncé inventaire

Introduction : Le progrès technique apparaît comme le facteur qui permet d'accroître durablement
un indicateur de richesse (le PIB par exemple) sans faire varier la quantité de capital et de travail
utilisé pour la réaliser. Le progrès technique apparaît donc comme le facteur explicatif de la
croissance intensive, et plus largement comme le principal déterminant de la croissance à long
terme. En effet, les ressorts de la croissance intensive buttent à terme sur la rareté et l'épuisement
des facteurs ( notamment le travail et les ressources naturelles) comme leur rendement décroissant.
Les effets du progrès technique sur la croissance sont positifs, mais ils peuvent varier. En effet, la
capacité du progrès technique à accélérer les rythmes de croissance dépend d'une part de la nature
des innovations qui améliorent l'efficacité productive, et d'autre part de la phase du cycle de
Schumpeter dans laquelle elles s'inscrivent.
Le progrès technique est il tout le temps bénéfique pour la croissance?
Si les effets du progrès technique semblent déterminants pour la croissance à long terme, la relation
qui produit ce mouvement apparaît complexe, s'appuyant sur plusieurs conditions de réalisation.

I/Le progrès technique apparaît comme le déterminant principal de la


croissance sur le long terme

A/Une corrélation positive entre les rythmes du progrès technique et de la croissance


1)lien entre productivité et croissance pendant les trentes glorieuses par Carré, Dubois et
Malinvaud
2)croissance dans les années 1990 grâce à l'introduction des NTIC

B/...expliquée par le rôle premier du progrès technique dans lanalyse de la croissance


1)analyse néo-classique : le progrès technique est le seul facteur explicatif de la croissance à long
terme
2)loi des rendements décroissants

3) Schumpeter

C/ ...et par ses effets du capital humain


1) Pour les théoriciens de la croissance endogène, les dépensent génèrent des externalités positives
2) R&D et brevets
3)
II/...mais cette relation semble complexe à court terme

A/Le progrès technique impose dans un premier temps une destruction des
schémas économiques et sociaux qui modèrent croissance
1) le paradoxe de Solow se révèle dépassé
2) entre l'introduction des innovations et leur diffusion se passe un temps assez long
notamment pour bénéficier du learning by doing
3) le premier temps de la destruction créatrice de Schumpeter est la « destruction »

B/Les innovations, comme les efforts de R&D n'ont pas toujours les effets
dynamiques attendus
1)Des facteurs exogènes à l'économie rendent les dépenses en R&D plus ou moins efficaces en
matière de productivité et de croissance
2) les crises financières peuvent fragiliser l'économie et peuvent anéantir les efforts d'innovation

C/ L'innovation a aussi des aspects sociaux et politiques qui en compliquent les effets
1)La croissance d'aujourd'hui dépend de celle d'hier
2)...donc les PED doivent se développer différement pour connaître une croissance rapide
3)l'innovation peut déboucher sur un échec

Conclusion : Ainsi, le progrès technique fut à l'origine de la forte croissance pendant les 30
glorieuses, donc a généré des gains de productivité qui ont nourri la croissance. Sur le long terme, le
cycle schumpeterien est favorable à la croissance grâce à la seconde phase de la destruction
créatrice.
Cependant, le progrès technique peut avoir des effets négatifs quand il détruit des emplois,
notamment dans la première phase de destruction créatrice. Aussi, la R&D peut être longue et
innéficace et des facteurs exogènes à l'économie peuvent entraver la croissance.
Enfin, la crise financière des subprimes de 2008 fait apparaître la fragilité des marchés financiers
qui conditionnent le financement des économies pouvant freiner les efforts d'innovation. Ainsi, la
plupart des pays les plus innovants connaissent en 2009 des récessions voire des dépressions.