Vous êtes sur la page 1sur 28

Revue de Presse de Sciences

Economiques et Sociales du 14
Décembre au 20 Décembre 2009
pour les niveaux de Seconde et de
Première
Quand le lecteur : Pierre VIROLE (1ère ES A) devient auteur, ça donne ça :

● L’agression de Silvio Berlusconi


14/12/09

Le Monde

Silvio Berlusconi frappé au visage à l'issue d'un meeting

S ilvio Berlusconi a reçu un

coup de poing au visage, dimanche


13 décembre, à l'issue d'un meeting
à Milan. Son agresseur présumé a
été arrêté et transféré à la préfecture
de police. Il était soigné pour
problèmes mentaux depuis dix ans,
a annoncé l'agence italienne Ansa.

Selon les chaînes de télévision


citant des témoins, le chef du
gouvernement italien, âgé de 73
ans, signait des autographes près de sa voiture quand Massimo Tartaglia, 42 ans, l'a frappé. La police a indiqué qu'il
brandissait une statuette en plâtre du "Duomo", la cathédrale de Milan. D'autres témoins disent que l'homme a jeté la
statuette sur le "Cavaliere".

"JE VAIS BIEN, JE VAIS BIEN"

Silvio Berlusconi s'est affaissé avant d'être remis sur pied par son entourage, le visage ensanglanté, et hissé dans une
voiture. Mais il en est immédiatement ressorti, semblant vouloir montrer qu'il n'était pas gravement blessé. Le président
du Conseil italien a ensuite été conduit à l'hôpital San Raffaele, et devrait y rester 24 heures en observation. Il n'a pas
perdu connnaissance, mais saignait "abondamment" de la bouche. Une de ses dents était cassée et une autre
endommagée, selon des sources médicales citées par l'agence Ansa. "Je vais bien, je vais bien", aurait-il répété en
sortant de la salle des urgences alors qu'on le transportait dans sa chambre d'hôpital, selon la même source.

Au début du meeting, Silvio Berlusconi avait été contesté par une dizaine de personnes qui l'avaient conspué et sifflé, le
traitant de "bouffon". Le chef du gouvernement a répliqué, lançant "honte à vous" à plusieurs reprises. Une altercation s'est
ensuite produite entre ces contestataires et les jeunes membres du service d'ordre du meeting de Silvio Berlusconi, obligeant
la police à intervenir. Il n'est pas clair cependant si l'agresseur du chef du gouvernement provenait des rangs de ces
contestataires.

Le Monde revient sur l’agression portée à l’encontre de Silvio Berlusconi, lors de son
meeting à Milan. Le journal nous indique l’état de santé du chef du gouvernement
italien, comment l’agression s’est déroulée, et qui est l’agresseur.

Le Point

La protection de Berlusconi sur la sellette après son agression

L'agression dont a été victime dimanche Silvio Berlusconi , frappé en plein visage par un déséquilibré à Milan, soulève
doutes et interrogations sur l'efficacité des services de protection du chef du gouvernement italien même si le ministre de
l'Intérieur a pris leur défense. "La sécurité du chef du gouvernement est une question de sécurité nationale que je soulèverai
demain à la réunion du Copasir", la commission parlementaire de contrôle des services secrets, a déclaré à Carmelo
Briguglio, l'un des responsables de cette institution. Selon ce dernier, "trois épisodes graves" se sont produits ces dernières
années, mettant en cause, d'une manière ou d'une autre, la sécurité de Silvio Berlusconi.

"Le premier il y a quelques années (le 31 décembre 2004) lorsqu'il a été touché par un trépied (d'appareil photo), le deuxième
a été l'espionnage photographique qui a duré plusieurs années de sa résidence estivale en Sardaigne et le troisième est
l'agression de dimanche soir", a estimé Carmelo Briguglio. "Il ne faudrait pas que certains pensent qu'il y a en Italie un
permis de tuer le chef du gouvernement. Aujourd'hui c'est Silvio Berlusconi, demain ce sera un autre mais le chef du
gouvernement n'est pas un citoyen commun, il doit bénéficier d'un système de sécurité qui implique les services de
renseignement", a ajouté Carmelo Briguglio. "Le très grave épisode dont a été victime Silvio Berlusconi prouve de manière
préoccupante que le système de protection du chef du gouvernement est inadapté et présente des lacunes", avait-il déclaré
plus tôt dans la journée.

Travail "digne d'éloges"

En revanche pour Roberto Maroni, ministre de l'Intérieur, "les personnes qui entourent le président du Conseil sont des
professionnels, il n'y a rien à leur reprocher. Il ne me semble pas qu'on puisse parler d'une défaillance". Le ministre a pris
soin de préciser que les gardes du corps de Silvio Berlusconi dépendaient des services secrets et pas de son ministère mais a
estimé que leur travail était "absolument digne d'éloges". Silvio Berlusconi a été violemment heurté dimanche soir au visage
par un projectile jeté dans sa direction par un homme soigné pour des troubles mentaux. Le chef du gouvernement qui ne
sortira pas avant 36 heures de l'hôpital, a été blessé aux lèvres et a eu deux dents cassées et une petite fracture du nez.
L'agresseur, Massimo Tartaglia, 42 ans, a été immédiatement maîtrisé par des hommes de l'escorte de Berlusconi.
Selon le Corriere della Sera , celle-ci est composée d'"une vingtaine d'hommes déployés dans un double anneau faisant
bouclier lorsqu'il est au milieu de la foule". "La faille dans le système s'est produite dans l'anneau le plus étroit, chargé de le
protéger contre les agressions directes et les jets d'objets. Quelque chose n'a pas fonctionné et après avoir été blessé, il y a eu
une deuxième erreur commise", a indiqué le Corriere. La voiture du chef du gouvernement est restée sur place et Berlusconi
en est même ressorti pour tenter de rassurer ses partisans "alors qu'en cas de danger la personnalité devrait être
immédiatement évacuée", a ajouté le Corriere.

Selon le journal, une centaine d'agents protègent Silvio Berlusconi avec "des moyens sophistiqués" et certains le suivent
depuis l'époque où il n'était qu'un entrepreneur à succès. Dire que la garde rapprochée de Berlusconi n'a pas été modifiée
depuis de nombreuses années apparaît comme une critique de la presse envers un système de protection qui convenait peut-
être à un homme d'affaires, pas à un chef de gouvernement.

Le Point met l’accent sur les doutes et les interrogations quant à l'efficacité des
services de protection du chef du gouvernement italien et précise même que le ministre
de l'Intérieur a pris sa défense . Par suite, pour prouver cette affirmation, le journal
ressasse trois anciens faits qui s’étaient produits ces dernières années, mettant en
cause, d’une manière ou d’une autre, la sécurité de Silvio Berlusconi.

Le Figaro

Berlusconi ne sortira pas de l'hôpital avant mardi

Le chef du gouvernement italien,


Silvio Berlusconi, frappé au visage
dimanche soir à la fin d'un meeting
électoral à Milan, doit être hospitalisé
au moins jusqu'à mardi. «Nous ferons
une nouvelle fois le point demain,
(mardi) puis nous déciderons s'il sort
ou non. Les conséquences sont plus
graves qu'on ne le pensait et il ne
pourra pas sortir avant 24 à 36
heures», a indiqué son médecin
personnel.

Berlusconi souffre en effet de


contusions au visage, avec une
blessure interne et externe de la lèvre
supérieure, une petite fracture du nez
et deux dents cassées. Il souffre également d'un fort mal de tête et se nourrit avec difficulté à cause de ses blessures. Le
chef du gouvernement, 73 ans, a toutefois passé une nuit «tranquille». Sa première demande a été de «voir les
quotidiens», selon les médias.

Il a reçu des appels du président français Nicolas Sarkozy et du premier ministre russe Vladimir Poutine, ainsi qu'un
message de soutien du premier ministre britannique Gordon Brown. Benoît XVI lui a adressé un télégramme de
«réconfort» .
Son agresseur, apparemment un déséquilibré, qui a utilisé comme arme une reproduction de la cathédrale gothique de
Milan, a été immédiatement arrêté. Massimo Tartaglia, 42 ans, a été incarcéré dans une cellule isolée pour «blessures
aggravées préméditées». Il est surveillé en permanence par un gardien. Le procureur a considéré qu'il y avait
préméditation car Massimo Tartaglia avait également un crucifix et un spray lacrymogène dans la poche de son
blouson. Sur les images, il apparaît complètement hébété pendant que les policiers l'emmènent en le protégeant de la
foule en colère. Selon l'agence Ansa, il était soigné depuis dix ans pour problèmes mentaux.

Le Figaro rappelle les faits, apporte des précisions sur l’Etat de santé et sur les
blessures occasionnées sur Mr Berlusconi et révèle la durée de son hospitalisation.

16/12/09

Nouvel Obs

Un jeune homme arrêté dans l'hôpital de Berlusconi

L'individu a été arrêté à l'étage où se trouve le président du Conseil italien blessé dimanche.

U n jeune homme a été interpellé dans la nuit

de mardi à mercredi dans l'hôpital où se trouve Silvio


Berlusconi, alors qu'il était arrivé à l'étage où se
trouve le chef du gouvernement italien, a indiqué à
l'AFP la préfecture de police de Milan.
Silvio Berlusconi, blessé au visage dimanche, a passé
une nuit moins tranquille en raison de douleurs, selon
ses médecins qui décideront à la mi-journée s'il sort
comme prévu ce mercredi.
"Silvio Berlusconi a passé une nuit moyennement
tranquille. Il s'est réveillé avec des douleurs au cou.
Le docteur Alberto Zangrillo (médecin personnel du
chef du gouvernement, ndlr) va l'examiner vers
12H00 (11H00 GMT) et il décidera à ce moment-là si
le président du Conseil peut sortir de l'hôpital", a déclaré à l'AFP Paolo Klun, directeur de la communication de
l'établissement hospitalier.
"La persistance de ces douleurs préoccupe un peu également parce que les douleurs aux cervicales (dont Berlusconi souffrait
déjà avant l'agression de dimanche soir) se sont réveillées", a déclaré son porte-parole Paolo Bonaiuti, sur la chaîne de
télévision publique Rai, précisant que pour le moment la sortie de l'hôpital reste prévue dans la journée même si la décision
définitive ne sera prise qu'après le contrôle des médecins en milieu de journée.

"Impossible de le tenir tranquille"

Selon Paolo Bonaiuti, Silvio Berlusconi a été très content mardi soir de recevoir la visite de Clarence Seedorf et Thiago Silva,
deux joueurs de son club de football, l'AC Milan, et un coup de fil du président américain Barack Obama.
"Il était très satisfait d'avoir reçu les vœux de guérison" du président américain, a ajouté Paolo Bonaiuti.
La journée de Berlusconi a commencé comme d'habitude vers 07H00 du matin avec la lecture des journaux, selon son porte-
parole qui l'a qualifié de "volcan qui entre en éruption le matin".
"C'est un grand travailleur, il sera difficile sinon impossible de le tenir tranquille, loin du travail et de ses obligations", a-t-il
ajouté.
Silvio Berlusconi a dû annuler une rencontre lundi soir avec le Premier ministre monténégrin Milo Djukanovic et un
déplacement prévu ce mercredi à la conférence sur le climat de Copenhague. Selon Paolo Bonaiuti, la conférence de presse
de fin d'année reste incertaine pour le moment.

Le Nouvel Obs présente au grand public les conditions d’hospitalisation du président


du Conseil italien, et ajoute qu’un jeune individu a été arrêté à l’étage où il se trouve.
L’hebdomadaire annonce aussi que Silvio Berlusconi a reçu la visite de Clarence
Seedorf et Thiago Silva, deux joueurs de son club de football, et un coup de fil du
président américain Barack Obama. Selon le Nouvel Obs, les douleurs persisteraient et
pourraient prolonger la durée de son hospitalisation.

Nouvel Obs

L'agresseur de Silvio Berlusconi s'excuse

Massimo Tartaglia a adressé ses excuses au chef du conseil italien pour lui avoir lancé une statuette au visage, lui
cassant le nez et lui brisant deux dents.

Le déséquilibré qui a frappé Silvio Berlusconi au visage lui a adressé ses excuses lundi 14 décembre au soir pour un geste
"superficiel, lâche et inconsidéré", selon un communiqué publié par ses avocats.
Massimo Tartaglia"a reconnu ses responsabilités" pour les blessures dont souffre le président du conseil italien, rapportent
ses conseils Daniela Insalaco et Giammarco Rubino. Il déclare "avoir agi seul, excluant toute appartenance politique ou
militante", ajoutent ses avocats.

Nez fracturé, deux dents cassées

Agé de 73 ans, Silvio Berlusconi a été blessé au visage dimanche soir devant la cathédrale de Milan par Massimo Tartaglia,
un déséquilibré de 42 ans qui lui a lancé une statuette au visage. Il a été hospitalisé dans la capitale lombarde avec le nez
fracturé et deux dents cassées. D'après l'hôpital San Raffaele, il prend des antibiotiques et des anti-douleurs en raison de
douleurs "persistantes". Il ne doit pas sortir avant mercredi.

Le Nouvel Obs déclare dans cet article, que l’auteur de l’agression de S. Berlusconi,
Massimo Tartaglia, a adressé ses excuses à la victime. Ceci le lundi 14 décembre, pour
un geste « superficiel, lâche et inconsidéré », selon un communiqué publié par ses
avocats.
17/12/09

Le Point

Silvio Berlusconi sort de l'hôpital de Milan

Silvio Berlusconi, 73 ans, a quitté vers 11 h 50 locales, jeudi, l'hôpital de Milan, où il était soigné après avoir été agressé
dimanche. Il n'a pas ouvert la vitre teintée de sa voiture, mais a salué les journalistes de la main. Il avait un pansement
sur le nez et une grosse compresse sur la partie gauche du visage. Une cinquantaine de journalistes et des curieux étaient
rassemblés aux grilles d'entrée, à moins de 100 mètres du bâtiment d'où est parti le cortège du chef du gouvernement
italien, tous phares allumés. Il devrait être emmené directement à sa villa d'Arcore, à une quinzaine de kilomètres de
Milan, pour sa convalescence qui doit durer deux semaines, selon les recommandations de son médecin personnel. Dans
une déclaration envoyée aux médias peu après sa sortie, il a lancé un appel au "dialogue" et souhaité un climat politique
"apaisé".

Mardi, son médecin personnel avait précisé que le Cavaliere devrait "s'abstenir d'activités publiques importantes pendant
au moins 15 jours". Berlusconi a été atteint au visage par une réplique miniature de la cathédrale de Milan lancée par un
déséquilibré, dimanche, à l'issue d'un meeting. Une fracture du nez, deux dents cassées et une blessure à la lèvre
supérieure ont été diagnostiquées. Mercredi, Silvio Berlusconi se plaignait toujours de douleurs cervicales importantes,
un problème récurrent chez Silvio Berlusconi, selon son médecin.

"Blessures volontaires aggravées avec préméditation"

Quant à l'agresseur, Massimo Tartaglia, 42 ans, soigné depuis dix ans pour des troubles mentaux, il a été arrêté et
incarcéré dimanche pour "blessures volontaires aggravées avec préméditation". Le site Internet du Corriere della Sera
propose une vidéo de l'agression prise sous un angle qui permet de le voir jeter la statuette au visage de Silvio
Berlusconi.

L'agression a été condamnée, tant à droite qu'à gauche de l'échiquier politique. Le président de la République, Giorgio
Napolitano, a rappelé dans un communiqué qu'aucune divergence d'opinions ne pouvait justifier de tels agissements.
Gianfranco Fini, principal allié de Berlusconi - avec qui il est toutefois brouillé -, a parlé d'une "triste journée" pour
l'Italie. Affaibli par les scandales sur sa vie privée et ses démêlés judiciaires, le président du Conseil italien a perdu plus
de quatre points de popularité, selon un sondage Ipsos publié samedi dans La Stampa. Avec 50,1 % de bonnes opinions,
il est en baisse par rapport à début novembre, où il bénéficiait d'une cote de 54,4 %. Le 5 décembre dernier, plusieurs
dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Rome, dans le cadre du " No B Day ", pour demander la démission de
Silvio Berlusconi.

Le Point fait savoir au lecteur que Berlusconi, est sorti de l’hôpital de Milan,
aujourd’hui, jeudi 17/12, vers 11h50 locales, et que l’agression a été condamnée :
l’agresseur a été arrêté et incarcéré dimanche pour « blessures volontaires
aggravées avec préméditation ».

● L’assassinat d’un adolescent à Lyon

15/12/09

Le Figaro

Un ado abattu en pleine rue à Lyon

Un adolescent de 12 ans a été tué au cours d'une fusillade dimanche à Lyon par des individus qui ont pris la fuite en
voiture, après "une altercation banale entre jeunes de quartiers différents". Un homme, considéré comme un "témoin
important" était en garde à vue lundi.

Cet homme, interpellé lundi à Bron, dans


la banlieue lyonnaise, "n'est pas l'auteur
présumé des faits, mais c'est un témoin
important car il était impliqué dans une
des bagarres qui ont précédé les coups de
feu", a souligné Marianne Charret-
Lassagne, commissaire-chef de la sûreté
départementale.

Mortellement blessé par un "tir de


chevrotine de calibre 12", le jeune Amar
est décédé dimanche après-midi lors de
son transfert à l'hôpital. Inconnu comme lui des services de police, un deuxième adolescent, âgé de 17 ans, a été
blessé à une cuisse et a pu quitter l'hôpital dimanche soir.

Selon les premiers éléments de l'enquête, confiée à la brigade criminelle de la direction départementale de la sécurité
publique (DDSP) du Rhône, "trois à cinq individus encagoulés" et "armés de deux armes longues", une "carabine" et
une "arme 7,62 mm de type fusil mitrailleur", ont ouvert le feu dimanche vers 17h30 sur un groupe de jeunes, dans le
8e arrondissement de Lyon, un quartier "sensible", a déclaré Mme Charret-Lassagne.

Ces personnes, ainsi que leur "véhicule de marque Citroën dont les plaques avaient été masquées par du ruban
adhésif", étaient activement recherchées lundi, a-t-elle dit, soulignant que l'enquête s'annonçait "difficile".
Selon des témoins, la voiture "qui roulait à vive allure" aurait ralenti à la vue du petit groupe de jeunes et des coups
de feu auraient été tirés depuis le véhicule. Quatorze impacts de balles ont été retrouvés par les enquêteurs,
principalement sur les vitrines d'un bureau de tabac et d'un commerce d'alimentation. "Il s'agit d'une altercation
banale, pour un motif futile, entre jeunes de quartiers différents", a précisé le parquet de Lyon, qui a exclu une
"histoire de guerre entre bandes rivales".

Le Figaro revient sur les faits en les synthétisant, tout en apportant des
précisions, notamment sur les agresseurs et leur façon de procéder.

Libération

Fusillade de Lyon : trois jeunes en garde-à-vue

FAIT DIVERS (mis à jour mardi à 11h30) - Trois jeunes


gens de 16, 19, et 20 ans ont été interpellés lundi soir et mardi
matin dans l'enquête sur la fusillade au cours de laquelle un
adolescent de 12 ans est mort dimanche à Lyon. La sécurité
publique de Lyon précise qu'aucun d'entre eux n'est soupçonné
d'être le tireur. Ils auraient en revanche participé aux
embrouilles qui ont précédé le drame...
Des jeunes filles de Bron auraient d'abord essuyé des propos
désobligeants alors qu'elles venaient acheter des cigarettes dans
le bureau de tabac de Mermoz, petite cité lyonnaise. Des jeunes
de Bron seraient venus une première fois en représailles, puis
une seconde. A chaque fois, les échanges ont tourné en bagarre.
Puis à la troisième fois, une Citroën dont les plaques étaient
masquées par du ruban adhésif s'est approchée à vive allure,
puis a ralenti au niveau de l'immeuble devant lequel se trouvaient des garçons de Mermoz. Des tirs seraient alors partis de
l'arrière de la voiture, tirés par deux armes différentes, une carabine et un fusil mitrailleur d'après les douilles retrouvées sur
place par les enquêteurs. La vitrine d'un bureau de tabac du petit centre commercial de Mermoz s'est retrouvée criblée de
balles. Et Amar, 12 ans, qui se trouvaient là par hasard, est tombé. La voiture est repartie en trombe.

Un homme considéré comme un "témoin important" était en garde à vue lundi. Majeur, il a été interpellé à Bron, dans la
banlieue lyonnaise, de l'autre côté du périphérique par rapport à la cité Mermoz. Il "n'est pas l'auteur présumé des faits, mais
c'est un témoin important car il était impliqué dans une des bagarres qui ont précédé les coups de feu", indiquait lundi
Marianne Charret-Lassagne, commissaire-chef de la sûreté départementale.

Libération éclaircie le drame, il présente les trois jeunes gens interpellés et tente
d’expliquer un tel acte, et pourquoi les évènements se sont enchaînés de cette façon.
L’Express

Un défilé silencieux en souvenir d'Amar, 12 ans, tué "pour une moquerie"

500 personnes ont défilé en noir à


Lyon lundi soir en mémoire de la
jeune victime d'une fusillade.

Près de 500 personnes, certaines


vêtues de noir, ont défilé
silencieusement ce soir dans les rues
du 8e arrondissement de Lyon en
hommage au jeune Amar, 12 ans, tué
au cours d'une fusillade dimanche
après-midi.

Habitants du quartier de tous âges et


de diverses origines ethniques et
proches de la famille de la victime
ont marché dans le froid pendant une
quarantaine de minutes derrière une
banderole proclamant "Non à la
vengeance, oui à la justice pour
Amar".
Certains en pleurs tenaient à la main une rose blanche ou une photo de la petite victime, que d'autres avaient choisi d'arborer
sur leur blouson.

Roses blanches et lumignons

Le père et les cinq autres enfants de la famille d'Amar se trouvaient en tête du cortège qui a marqué un arrêt devant le tabac-
presse où s'est produit le drame. Certains participants ont alors déposé leurs roses blanches ainsi que des lumignons allumés
et collé sur la devanture des portraits d'Amar, avant d'observer une minute de silence.

"Il ne sert à rien de se faire vengeance nous-même", a lancé à la foule un des organisateurs ajoutant que "tous les témoignages
à prendre nous les transmettrons à la police, le crime ne peut pas rester impuni".

"Motifs futils"

"Il s'agit d'une altercation banale, pour un motif futile, entre jeunes de quartiers différents", avait précisé le parquet de Lyon
après le drame. Une jeune fille d'un quartier voisin serait venue dimanche après-midi acheter des cigarettes dans un tabac-
presse place Latarjet, où a eu lieu le drame, et à sa sortie, des jeunes présents lui auraient adressé des "propos salaces et des
moqueries".
L’Express s’intéresse et raconte, le défilé silencieux organisé en l’hommage d’Amar et
l’impact de son assassinat sur la population.

18/12/09

France-Soir :

Mort d'Amar - Un jeune homme de 21 ans en détention provisoire

Un homme de 21 ans, propriétaire de la voiture utilisée lors de la fusillade au cours de laquelle un adolescent de 12
ans a été tué dimanche à Lyon, a été mis en examen vendredi pour "assassinat et tentative d'assassinat", a-t-on appris
auprès du parquet.

Le parquet a requis la mise en détention provisoire de ce suspect, qui restait le seul des six interpellés à être encore en garde à
vue dans cette affaire vendredi.

"Ses déclarations ne varient pas depuis son interpellation: il soutient qu'il ne se trouvait pas sur les lieux de la fusillade et qu'il
n'a pas tiré", a affirmé Jean-François Varaldi, vice-procureur de Lyon.

"Ce n'est pas le principal suspect. C'est l'un des auteurs des faits car on reste toujours sur l'idée selon laquelle il y a eu
plusieurs tireurs", a-t-il ajouté.

Ce jeune homme, habitant de Vaulx-en-Velin, dans l'agglomération lyonnaise, et très connu des services de police, avait été
interpellé mercredi vers 04h00 du matin sur une aire d'autoroute dans la Loire, à bord d'une Citroën Xantia immatriculée en
Allemagne.

Jeudi soir, les premiers résultats des prélèvements effectués sur cette voiture ont permis de révéler la présence de "poudres
émanant de tirs d'armes à feu", selon la police.

"On a la certitude à présent que c'est bien la voiture qui a été utilisée lors de la fusillade" au cours de laquelle Amar, 12 ans,
qui se rendait à la boulangerie de son quartier dans le 8e arrondissement de Lyon, a été tué, a-t-on souligné de même source.

France-Soir fait le point sur l’avancement de l’enquête et informe le lecteur, qu’un


homme de 21 ans a été mis en examen vendredi pour « assassinat et tentative
d’assassinat ». Ce jeune homme est très connu des services de police, et les enquêteurs
sont rapidement remontés jusqu’à lui, puisque c’est le propriétaire de la voiture utilisée
lors de la fusillade.

● L’annulation de la tournée de Johnny Hallyday.

16/12/09

Le Figaro

La tournée de Johnny annulée

Le «Tour 66», programmé du 8 janvier au 13 février 2010, est supprimé et les détenteurs de billets seront
remboursés, annonce mercredi sa société de production.

«Tiré d'affaire»,
Johnny Hallyday
ne sera pas pour
autant prêt pour
la reprise de sa
tournée en
janvier, ont
estimé les
médecins
français venus
l'examiner aux
Etats-Unis. Un
avis partagé par
sa société de
production, qui a
annoncé mercredi
que sa tournée
finale,
programmée du 8
janvier au 13
février 2010, était purement et simplement annulée. Le président du directoire de la société, Dinh Thien Ngo, a
estimé qu'il s'agissait de la solution «la plus sage et techniquement faisable».

«Il a besoin de repos, il ne sera pas sur scène en janvier», a-t-il expliqué sur RTL. En outre, «c'est très compliqué de
reporter une tournée», avec 24 dates, a-t-il affirmé. A ce jour, les détenteurs des 160.000 billets vendus à ce jour
seront tous remboursés. Pour ce faire, ils pourront se présenter à compter du lundi 21 décembre dans leurs points de
vente.

Victime d'une infection nosocomiale ?

Dinh Thien Ngo a par ailleurs indiqué qu'il ne pouvait confirmer que Johnny Hallyday avait été victime d'une
infection nosocomiale dans la clinique parisienne où il a été opéré en novembre d'une hernie discale. Mais, a-t-il
déclaré, «c'est ce qui paraît le plus vraisemblable».
En attendant, le chanteur va mieux. Beaucoup mieux, selon ses proches. «J'ai de très bonnes nouvelles», a ainsi
déclaré mardi soir son producteur Jean-Claude Camus, quelques heures seulement après son arrivée à Los Angeles.
Même constat du côté des experts médicaux : «Les nouvelles sont rassurantes : il est maintenant sorti de cette période
de phase critique», a affirmé le Dr François Zuccarelli, médecin-conseil des assurances, sur RTL. «Il va maintenant
rentrer dans la voie d'une convalescence, et de toute façon, il rechantera un jour». Et de poursuivre : «Je ne dis pas
qu'il est en pleine forme, mais il est tout à fait conscient et nous avons même blagué ensemble sur son lit d'hôpital,
donc les choses sont on ne peut plus positives».

Johnny Hallyday est sorti lundi soir du coma artificiel dans lequel il avait été plongé après son opération à Los
Angeles la semaine dernière, à l'hôpital Cedars-Sinai. Le rocker avait gagné la Californie pour y passer une période
de convalescence en famille, après avoir été opéré le 26 novembre d'une hernie discale par le Dr Stéphane Delajoux,
à la Clinique internationale du Parc Monceau, à Paris. Mais des complications avaient nécessité une nouvelle
hospitalisation le 7 décembre, en Californie.

Le Figaro annonce que la tournée de Johnny Hallyday n’aura pas lieu mais que les
places seront remboursées. Il justifie cela par l’état de santé du chanteur.

Le Monde

La fin de la tournée d'adieu de Johnny est annulée

L a fin de la tournée de Johnny Hallyday,

programmée du 8 janvier au 13 février 2010, est


annulée, et les détenteurs de billets seront remboursés,
annonce, mercredi 16 décembre, la société de
production du chanteur dans un communiqué.

Interrogé sur RTL, M. Thien Ngo, président du


directoire de Camus Productions, a indiqué qu'il était "inenvisageable" qu'il reprenne sa tournée le 8 janvier à
Amiens. "Il a besoin de repos, il ne sera pas sur scène en janvier", a-t-il déclaré. En outre, "c'est très compliqué de
reporter une tournée", pour laquelle il reste vingt-quatre dates, a-t-il affirmé.

Il a indiqué que cent soixante mille billets ont été vendus à ce jour pour la fin de sa tournée d'adieu Tour 66 et que
les acheteurs de billets "n'ont aucune inquiétude à se faire" sur le remboursement. "Après cette ultime réunion, on
organisera la logistique, a-t-il dit. Le problème de santé de Johnny rentre dans le cadre de nos polices
d'assurance."
Le Monde déclare que la fin de la tournée de J. Hallyday est annulée à cause de
ses problèmes de santé. Mais, il relativise en affirmant que les acheteurs de billet
seront remboursés, et cela grâce aux polices d’assurance.

Le Parisien

La tournée de Johnny Hallyday officiellement annulée

Comme nous l'annoncions dans la matinée, la


tournée de Johnny Hallyday a été annulée par la
production. Victime d'une maladie nosocomiale qui
aurait pu lui être fatale à quelques heures près,
l'idole des jeunes se prépare à une longue
convalescence incompatible avec les 24 dates
programmées du 8 janvier au 13 février.

«C'est la solution la plus sage d'un point de vue


médical et la plus faisable techniquement»,
expliquait dès ce matin sur RTL Dinh Thien Ngo,
président du directoire de Jean-Claude Camus
Production. La société explique, dans son
communiqué, que «cette décision a été prise après l'avis des experts médicaux, confirmant l'indisponibilité temporaire du
chanteur».

L'un des deux médecins français dépêchés à Los Angeles par les assurances, le Dr Zuccarelli, avait déclaré, mercredi matin,
sur Europe 1, que «le problème n'est pas qu'il rechante dans les jours à venir. Le problème est surtout qu'il guérisse de ce qui
lui est arrivé».

Le «Tour 66» de Johnny Hallyday devait reprendre le 8 janvier à Amiens. Vingt-quatre dates étaient programmées jusqu'au
13 février à Paris-Bercy. Les 160 000 billets déjà vendus seront remboursés à partir du lundi 21 décembre. Les personnes
détentrices des précieux sésames doivent se présenter dans leurs points de vente. Reste à savoir combien coûtera cette
annulation. Selon le producteur, la maladie de Johnny « rentre dans le cadre des polices d'assurance».

Le Parisien s’exprime à son tour pour nous prévenir que la tournée de Johnny
Hallyday est officiellement annulée : ce serait la solution la plus sage
médicalement et techniquement, du fait de sa convalescence.

Libération
Sans surprise, Johnny Hallyday annule la fin de sa tournée

Johnny Hallyday, qui devra observer


une longue convalescence après
son hospitalisation à Los
Angeles, a annulé la fin du"Tour
66", dont la reprise était prévue
le 8 janvier à Amiens. Les 160
000 détenteurs de billets
pourront se faire rembourser.

Johnny Hallyday, qui devra observer


une longue convalescence après son
hospitalisation à Los Angeles, a annulé
sans surprise la fin de sa tournée, dont la
reprise était programmée le 8 janvier à
Amiens. C'est la société de production du
chanteur, Jean-Claude Camus Productions,
qui a annoncé l'annulation mercredi en
milieu de journée, à l'issue d'une réunion
avec les assureurs. Vingt-quatre représentations étaient programmées, du 8 janvier à Amiens au 13 février à Paris-Bercy. Les
détenteurs de billets pourront se faire rembourser dans les points de vente à compter du lundi 21 décembre.

"Cette décision a été prise après avis des experts médicaux, confirmant l'indisponibilité temporaire de l'artiste", a précisé
Jean-Claude Camus Productions. A ce jour, 160 000 billets ont été vendus pour la fin du "Tour 66", présentée comme la
dernière tournée du chanteur. Dès mardi, médecins et proches du chanteur avait préparé les fans à une telle décision. Sur
RTL, le président du directoire de Jean-Claude Camus Productions, Dinh Thien Ngo avait estimé que c'était la solution "la
plus sage et techniquement la plus faisable".

Johnny Hallyday, 66 ans, a été admis en urgence le 7 décembre à l'hôpital Cedars-Sinaï de Los Angeles pour une infection
consécutive à l'opération d'une hernie discale le 26 novembre à Paris. Le rocker est sorti lundi du coma artificiel dans lequel il
avait été plongé pour atténuer sa souffrance et faciliter son traitement. La semaine dernière, il avait dû être réopéré en raisons
de lésions résultant de l'opération de son hernie discale. Les deux médecins français envoyés au début de la semaine à Los
Angeles par les assurances pour examiner le chanteur, ont estimé que Johnny Hallyday était désormais "tiré d'affaire". Mais,
ils ont averti que le rocker devrait observer une longue période de repos. "Il va avoir besoin d'une convalescence en partie à
l'hôpital, en partie chez lui", a déclaré le chef de chirurgie orthopédique et traumatologique de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière,
Yves Catonné, après l'avoir rencontré. Selon M. Dinh Thien Ngo, président du directoire de Jean-Claude Camus Productions,
Johnny Hallyday aurait été victime d'une " nosocomiale" (contractée à l'hôpital). Sans confirmer que l'infection puisse avoir
été contractée dans la clinique parisienne où le chanteur a été opéré d'une hernie discale, "infection c'est ce qui paraît le plus
vraisemblable", a-t-il estimé.

Le neurochirurgien Stéphane Delajoux, qui a opéré le chanteur à la Clinique internationale du parc Monceau, fait l'objet de
graves accusions de la part de l'entourage du chanteur. Par la voix de son
avocat, il assurait dès la semaine dernière que l'opération s'était "parfaitement bien déroulée" et que les examens post-
opératoires étaient "normaux". Avant même leur officialisation, M. Thien Ngo avait par ailleurs affirmé que les annulations
seraient prises en charge par les assureurs de la tournée, le problème de santé du chanteur entrant "dans le cadre des polices
d'assurance" contractées par la société de
production.

Le producteur de Johnny Hallyday, Jean-Claude Camus, avait dit cet été que la tournée était assurée pour 30 millions
d'euros, dont 10 millions pour les deuxièmes et troisièmes parties, de fin septembre à fin novembre 2009, puis de début
janvier à mi-février 2010. Le courtier Ovatio, qui coordonne la couverture de la tournée, s'est jusqu'à présent refusé à tout
commentaire.

Libération assure que J. Hallyday annule la fin de sa tournée car il sera dans
l’impossibilité de la poursuivre, en raison de sa convalescence et de son état de
santé. Les détenteurs de billet pourront se faire rembourser à compter du lundi
21 décembre.

L’Expansion

Johnny Hallyday annule sa tournée

Le chanteur n'assurera pas les concerts prévus du 8 janvier au 13 février 2010. Ceux qui avaient acheté des billets
seront remboursés.

La fin de la tournée de Johnny


Hallyday, programmée du 8 janvier
au 13 février 2010, est annulée et
les détenteurs de billets seront
remboursés, a annoncé mercredi la
société de production du chanteur
dans un communiqué.

"Cette décision a été prise après


l'avis des experts médicaux,
confirmant l'indisponibilité
temporaire du chanteur", précise le
communiqué de Jean-Claude
Camus Productions.

Les détenteurs de billets pour les


spectacles concernés pourront se
faire rembourser dans leurs points
de vente à compter du lundi 21
décembre.

Le "Tour 66" de Johnny Hallyday devait reprendre le 8 janvier à Amiens. Vingt-quatre dates étaient programmées jusqu'au
13 février à Paris-Bercy.

L’Expansion confirme que Johnny Hallyday n’assurera pas les concerts prévus
du 8 janvier au 13 février 2010 et que les acheteurs de billets seront remboursés.
Il explique clairement et synthétiquement que la décision a été prise après l’avis
des experts médicaux.

● Le match Trélissac FC – Olympique de Marseille


16/12/09
Sud Ouest

TRÉLISSAC-OLYMPIQUE DE
MARSEILLE : « ON LES ACCUEILLE ET
ON VA LES MANGER ! »

Francis Colbac est radieux. « On ne pouvait pas espérer meilleur tirage que l'OM. C'est un fantastique succès populaire qui

est assuré ». Le tirage des 32es de finale de la Coupe de France de football qui va opposer Trélissac à Marseille à domicile le

9 janvier prochain est une nouvelle fabuleuse pour cette commune et pour la Dordogne.

Mais, malgré son stade refait et sa tribune toute neuve que viennent d'inaugurer la ministre des Sports Rama Yade et Jean-
Pierre Escalettes, le président de la FFF, le match ne pourra se jouer sur le terrain des banlieusards. « On n'a que 800 places »,

rappelle le maire de Trélissac, qui espère de 6 000 à 7 000 spectateurs pour cette rencontre.

Gros travail de préparation

Son pronostic : « On va bien les accueillir comme on sait le faire en Dordogne, mais on va les manger sur le terrain ! »

Francis Colbac est sûr du coup en voyant les meilleurs joueurs de Marseille partir au mercato. Il assure déjà penser à

l'adversaire des seizièmes de finale !

Le match devrait pouvoir se jouer à Périgueux. Tout l'après-midi d'hier, les contacts ont été pris avec les services de cette

ville et Michel Moyrand « qui m'a assuré de tout mettre en oeuvre pour y arriver. Il est enthousiaste lui aussi », assure Francis

Colbac. Il compte aussi y associer la communauté d'agglomération. Car il va y avoir un très gros travail de préparation pour

cette rencontre et pour mettre le terrain de rugby du stade Rongiéras aux normes. Il n'est pas grillagé, ce qui peut poser

problème. Sinon, il faudrait aller à Limoges ou Bordeaux.

Trélissac a déjà reçu des clubs de premier plan, mais jamais avec le prestige de Marseille, « un club tellement folklo qui est si

populaire », insiste Francis Colbac. Mais il reconnaît que les vacances de fin d'année devraient être courtes...

Sud-Ouest proclame le point de vue des receveurs, Trélissac, qui semblent ravis et
enthousiastes à l’idée de jouer face à une équipe du prestige de Marseille. Le journal
insiste sur le fait que les joueurs de CFA2 sont confiants et motivés et vont travailler
dur pour être à la hauteur et pouvoir espérer une qualification en seizième de finale.
La Provence

Coupe de France : Trélissac, adversaire


et fan de l'OM

En 32es de finale, les Olympiens ont hérité d'un déplacement en Dordogne, chez ce club pensionnaire de CFA2

Un signe du destin. Mardi dernier, en assistant à OM-Real au Vélodrome, quelques heures seulement après avoir
découvert le centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus, Franck Autière s'est mis à rêver.

Supporter de l'OM et frère de Hervé, ancien président du CCS en Dordogne, le directeur sportif de Trélissac n'en a pas cru
ses oreilles, hier, sur les coups de 12 h 30, quand il a appris le tirage au sort des trente-deuxièmes de finale de la coupe de
France.

Placés dans le même groupe "géographique" que Cannes, mais aussi Montpellier, Tours, Nancy ou La Grande-Motte
(PHA), qui a surpris Marignane le week-end passé, les hommes de Didier Deschamps ont donc hérité du Trélissac FC
(CFA2), l'autre Téfécé du Sud-Ouest; un temps envisagée à Brive, où le stade Amédée-Domenech (!) les attendait à 80
bornes de là, la rencontre devrait avoir lieu à Périgueux.

Dévolu habituellement aux rugbymen (Fédérale 1), le stade Francis-Rongieras et ses 7000 places répondent aux normes de
sécurité à l'inverse du stade trélissacois Firmin-Daudou. Reste un "détail" à régler: le dimanche 10 janvier est prévu un
match Périgueux-Graulhet. Du coup, Trélissac-OM devrait avoir lieu la veille ; or, hier, si les dirigeants du rugby ont
assuré leurs homologues du football de leur plus sincère soutien, la Fédération et surtout les télés n'ont pas encore donné
leur aval.

Une réponse est attendue dans la semaine. L'OM est aussi favorable à faire son entrée en lice le samedi. "Le mercredi, on
va à Saint-Étienne en coupe de la ligue et le dimanche suivant à Bordeaux en championnat", a rappelé hier Deschamps
qui, pour ces trois déplacements, se passera de Taiwo, Kaboré, Mbia et Koné, tous partis à la Coupe d'Afrique des
Nations.

En revanche, il comptera sur Elinton Andrade, la doublure de Mandanda. "Je pars toujours du principe que le numéro 2
ne doit pas attendre la blessure du titulaire pour jouer. Andrade jouera au moins l'un des deux matches de coupe", a
indiqué l'entraîneur de l'OM.

Hier, Bruno Steck était loin de ces considérations. Le coach de Trélissac, arrivé au club la saison dernière à l'occasion de
la remontée en CFA2 après un passage en Division d'Honneur dû au dépôt de bilan quand le Téfécé évoluait en National 1
en 1996-97, était à Rennes pour le tirage au sort.

"Pour les joueurs, c'est une récompense, a confié hier celui qui a dirigé Gap de 1999 à 2002. Depuis le début du mois de
septembre, on joue pour ça." Et après avoir franchi six tours, le dernier ce week-end contre La Ferté-Bernard (DH, 2-3),
l'équipe entraînée par le champion de France de 1977 avec Nantes s'est offert un beau cadeau de Noël.

Pour Hadji Kari, c'est même encore plus que ça. Lui, l'enfant de La Maurelette, né en 1983 dans le 15e arrondissement,
passé par l'OM, l'Asptt, Montredon-Bonneveine avant d'atterrir à Moulins, Yzeure et Trélissac.
"Je reviens à Marseille pendant les vacances de Noël", a avoué le solide défenseur central qui, à Trélissac, entre sur le
terrain sur l'air de "Jump", l'hymne du Vélodrome. Un signe du destin.

La Provence délivre, elle, au lecteur un discours inverse puisqu’il s’agit d’un journal
de la région PACA. Elle, affirme, que l’OM va jouer contre des adversaires qui sont
aussi leurs « fans », et que c’est l’occasion de faire jouer l’équipe 2.

●Sommet de Copenhague: les temps forts de la dernière


semaine

14/12/09

Le Monde

Crédits carbone : la tragédie des Benets d’Ouganda


Le Monde relate une histoire tragique, celle d’agriculteurs ougandais, les Benets,
chassés de leur terre où ils vivaient depuis 200 ans et réduits à la mendicité en ville.
Cela pour permettre à une entreprise néerlandaise, très polluante, de planter des arbres,
pour équilibrer son bilan carbone et satisfaire au traité de Kyoto.

Il y a donc eu contre-acculturation de la part des Benets puis ethnocide de la part des


Néerlandais.

15/12/09

Le Monde

La France et l'Afrique
esquissent un projet
d'accord pour Copenhague
Le Monde présente la publication des propositions de la France et des pays
africains, en vue d'un accord, qui tâchent de résorber le désaccord Nord-Sud au
sommet de Copenhague. Contrairement au projet actuellement sur la table au
sommet mondial sur le climat, cet accord fixe des objectifs chiffrés de réduction
des émissions de gaz à effet de serre aux pays développés et des aides aux pays en
développement.

18/12/09

Courrier International

Des propositions très insuffisantes quoiqu'il arrive

Courrier International démontre qu’une


nouvelle fois les Etats sont
inconséquents et incapables de prendre
la réelle mesure de l’enjeu. Comme en
témoigne l’intervention de Barack
Obama qui a plaidé pour un accord,
même imparfait. Même si dans la nuit du
17 au 18 décembre, l’intervention des
Etats-Unis (plus gros pollueur de
l’histoire ) pour sauver les négociations,
a quand même, redonné espoir.
Libération

Climat: un accord qui manque de chiffres

L’article de Libération retrace toute la journée de vendredi (18/12/09), de la nuit à huis


clos, entre principaux dirigeants, pour trouver un accord, à l’entente finale, qui a
débouché sur un accord, (bien qu’il soit contesté pour son insuffisance), en passant par
l’arrestation en fin de matinée de trois activistes de Green Peace, les discours,
entretiens et débats entre chefs d’Etats, le départ précipité du président Russe
Medvedev et les manifestations incessantes.
Le Monde

Dans la confusion, Copenhague s'achève sur un échec

Le Monde expose les


limites de l’accord trouvé
qui devait clore le sommet de Copenhague sur le climat. Mais, dans la nuit, le sommet
s'est enfoncé dans la confusion et la division : ce texte, jugé unanimement faible, est
déjà contesté par plusieurs pays en développement et par des Etats insulaires, à l’image
de plusieurs pays ayant d'ores et déjà dénoncé le texte : "J'ai le regret de vous
informer que Tuvalu ne peut accepter ce document", a déclaré tôt samedi le délégué du
petit Etat insulaire de l'océan Pacifique, menacé de disparaître de la surface du globe
par la montée du niveau des eaux. Il a souligné que l'objectif de limiter la hausse des
températures à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle était trop vague et signifierait "la
fin de Tuvalu".

I - LE PROGRAMME DE SECONDE

PROGRAMME NOTIONS QUE LES Les liens de la semaine du 14 décembre au 20


ÉLEVES DOIVENT décembre
CONNAITRE,
SAVOIR UTILISER
ET PRÉCISER
1 - Introduction
La démarche des
sciences
économiques et
sociales
2 - La famille : une - Diversité des Rugby: l'ex-capitaine gallois Gareth Thomas révèle son
institution en formes familiales homosexualité (Le Parisien) : "C'est très difficile pour moi d'être
évolution - Relations de le premier joueur de rugby international à briser le tabou", a
parenté expliqué Gareth Thomas. Il espère que ses confidences publiques
- Ménage serviront d'exemple à d'éventuels futurs jeunes homosexuels
désireux de jouer au rugby.
3 - L'emploi : une
question de
société
3.1 La population - Actifs / inactifs Yvelines : Renault condamné après le suicide d'un salarié en
active - Emploi salarié / non 2006 (Le Parisien) : Le tribunal des affaires de sécurité sociale
salarié, contrat à de Nanterre (Hauts-de-Seine) a condamné Renault pour «faute
durée indéterminée / inexcusable» dans le suicide d'un de ses salariés en 2006, a
emplois précaires annoncé jeudi la présidente du tribunal, Anne Depardon.
- Chômage
Xavier Niel : «L'arrivée de Free va créer 10 000 emplois» (Le
Figaro) : Alors que l'Autorité de régulation des télécoms a
annoncé avoir attribué la quatrième licence de téléphonie mobile
à Free, Xavier Niel, fondateur et PDG du fournisseur d'accès,
intervieweré par Le Figaro, s’explique et promet de «diviser la
facture par deux».

3.2 La classification - Catégories


socioprofessionnelle socioprofessionnelles
4 - La production :
un espace de
relations
économiques et
sociales
4.1 La diversité des - Entreprise
organisations et - Administration
leurs objectifs - Association
4.2 La production - Facteurs de
dans l'entreprise production (capital et
travail)
- Productivité du
travail
- Investissement
- Valeur ajoutée
4.3 L'organisation - Organisation du La souffrance au travail est-elle légitime? (Libération) : Dans
du travail et les travail le cadre des Controverses du Progrès, un débat a été organisé,
relations sociales - Contrat de travail entre Boris Cyrulnik et Xavier Darcos sur France Culture.
dans les unités de - Représentation des
production salariés
5 - La
consommation :
une activité
économique,
sociale et
culturelle
5.1 Les ressources : - Revenus primaires
revenus et crédit - Revenus de Chute historique du revenu des agriculteurs en 2009 (Le
transfert Figaro) : Le revenu moyen des exploitations professionnelles a
- Revenu disponible baissé de 32% cette année. Les plus touchés sont les éleveurs
- Salaire laitiers avec une dégringolade de leur revenu de 54%.
5.2 Consommation - Biens privés / Biens Pourquoi les pandas ne mangent que du bambou ? (Le
et mode de vie collectifs Monde) : Des chercheurs chinois ont décodé le génome
- Pouvoir d'achat du panda géant en utilisant une nouvelle technique de
- Niveau de vie séquencage de l’ADN. Résultat, le panda serait
- Effet de signe génétiquement proche du chien…

II - PROGRAMME DE PREMIERE

NOTIONS QUE Les liens de la semaine du 7 Décembre 2009 au 13 décembre 2009


LES ÉLÈVES
THÈMES DU DOIVENT
PROGRAMME CONNAÎTRE
ET SAVOIR
UTILISER
Introduction : (cf. "indications Quick teste discrètement son burger halal (Le Figaro) : En plein débat sur
Lien marchand, lien complémentaires") l'identité nationale, la chaîne de restauration Quick teste des hamburgers à
social, lien politique base de viande halal dans huit restaurants de l'Hexagone… en toute discrétion.
1. Les activités économiques et sociales
1.1 Les activités
économiques
Une représentation du
fonctionnement de
l'économie

• Les acteurs et leurs Entreprises, ménages,


relations administrations, La création d'entreprises possible à partir de 16 ans (Les Echos) : François
institutions Fillon a marqué mercredi la 500.000e création d'entreprise en 2009 en
financières, extérieur confirmant l'instauration en France d'une pré-majorité à 16 ans pour
Production, permettre aux jeunes qui le souhaitent de créer leur société.
consommation
intermédiaire, revenu
Formation brute de
capital,
consommation finale,
dépense

• Les échanges Balance courante,


extérieurs taux de couverture,
taux d'ouverture

• La mesure de VA (valeur ajoutée),


l'activité économique PIB (produit intérieur Taxe professionnelle : maintien du lien entre la TVA et son territoire
brut), taux de marge, d'origine (Les Echos) : Le député UMP Gilles Carrez a fait adopter, dans
équilibre emplois- la nuit de lundi à mardi, un amendement pour revenir "à la
ressources, taux territorialisation de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises"
d'épargne, taux (taux de 1,5%).
d'investissement
Le financement de
l'économie

• L'équilibre financier Capacité, besoin de


des agents financement
• Financement Autofinancement,
intermédié et crédit, actions, Coup de maître pour Exxon Mobil (Le Monde) : Exxon Mobil a fait son
financement de obligations choix. Le groupe pétrolier géant américain met 31 milliards de dollars (hors
marché dette) sur la table pour faire l'acquisition du texan XTO Energy, son plus gros
achat depuis dix ans. L'opération lui permet de prendre pied sur le marché du
gaz américain et lui apporte un supplément de réserves énergétiques
appréciable.

• Formes et fonctions Taux d'intérêt


de la monnaie

• Création monétaire Monnaie fiduciaire,


monnaie scripturale

1.2 L'organisation
sociale
La structure sociale

• Une classification Groupe social,


de la population : les catégories
professions et socioprofessionnelles
catégories
socioprofessionnelles
(PCS)

• Classes et Holisme, Abus sexuels par des prêtres : l'évêque de Limerick démissionne (Le Point) : Le
stratification sociales individualisme, pape a accepté la démission de l'évêque irlandais de Limerick, Donal Murray,
rapports sociaux, accusé par le rapport Murphy d'avoir réagi de façon "inexcusable" en
hiérarchie, dissimulant des informations sur des enfants victimes d'abus sexuels de
domination, classes prêtres, a annoncé jeudi le Vatican.
sociales

La socialisation : Valeurs, normes, Noël Mamère sanctionné pour son bras d’honneur à l’Assemblée
déterminismes et rôles, statuts, nationale (Libération) : Noël Mamère, député Verts accusé de «geste
interactions reproduction insultant» à l’Assemblée nationale lors de l’intrusion de Greenpeace, a
été sanctionné mercredi par le Bureau du Palais-Bourbon.
La culture : Intégration, Identité nationale : le débat embarrasse aussi à droite (Le Figaro) : De De
transmission et acculturation, sous- Villepin à Juppé en passant par Raffarin ou Yazid Sabeg, de plus en plus de
construction culture, conflits voix dans la majorité s'inquiètent des dérives du débat lancé par Eric Besson.
collective culturels
Neuf Afghans réfugiés en France ont été expulsés vers Kaboul
(Libération) : Un charter est bien parti pour Kaboul mardi soir avec de jeunes
exilés afghans à bord. Après avoir laissé plané le doute, le ministère de
l'Immigration a fini par confirmer l'information.

Juppé critique à nouveau le débat sur l'identité nationale (Le Figaro) :


L'ancien premier ministre a une nouvelle fois expliqué qu'il ne voyait pas
l'utilité du débat. Pour lui, «tout ce qui peut dresser les communautés les unes
contre les autres est détestable».
1.3 L'organisation
politique
État de droit Pouvoir, nation, Arrivée des premiers renforts américains cette semaine en Afghanistan
légitimité, État, (Le Point) : Les premiers des 30.000 soldats envoyés en renfort en
règles de droit Afghanistan par le président Barack Obama seront sur le terrain cette semaine

Niveaux de pouvoir Pouvoir central/local,


supranational,
subsidiarité
Citoyenneté Contrat social, Le Sénat veut inscrire la Suisse sur la liste noire des paradis fiscaux (Le
participation, Monde) : Les sénateurs ont adopté, jeudi 17 décembre en commission,
représentation l'amendement qui permet d'inscrire la Suisse sur la liste noire française des
paradis fiscaux au 1er janvier 2010

La liste des évadés fiscaux serait erronée, selon HSBC (Le Figaro) : Les
données volées par l'ex-employé de la HSBC que détiennent les autorités
françaises seraient inexactes et incomplètes, affirme un responsable de la
banque pour qui ces informations seraient bien moins explosives qu'on ne le
dit.
2. La régulation économique et sociale
2.1 La coordination
par le marché
Marché et société

• Échange marchand et
L'institutionnalisation non marchand, don Payer le parking avec son portable, une première en Ile-de-France (Le
du marché Parisien) : Il est désormais possible de payer avec son téléphone mobile
le stationnement de sa voiture. Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) est
première ville en France à utiliser un système déjà appliqué à Londres,
Sydney ou encore Miami.

« NOËL N'EST PAS SEULEMENT UN COMMERCE » (SUD OUEST) :


Place Pey-Berland, à Bordeaux, des jeunes catholiques interpellaient hier les
passants, pour papoter, chanter, dessiner ou boire le thé, et pour montrer ainsi
que Noël n’est pas seulement un commerce, mais aussi la célébration de la
naissance de Jésus. Il y avait beaucoup de monde samedi après-midi : comme
un petit espace d'air pur dans un monde ultra tendu que sont ces week-ends
d'avant Noël.

• Rapports Droits de propriété


marchands et ordre
social
Les mécanismes du
marché

• Formation de Prix d'équilibre, Les tarifs des mobiles vont-ils baisser avec un opérateur supplémentaire ?
l'offre, de la demande quantité d'équilibre (Le Figaro) : Sondage (interpellant l’opinion publique).
et du prix d'équilibre
sur un marché

• Rôle des marchés et Information,


régulation rationnement de
concurrentielle l'offre ou de la
demande, élasticité

• La pluralité des Concurrence parfaite, Un nouveau «Google phone» fait une entrée tonitruante (Le Figaro) :
situations de marché monopole, oligopole, Google distribue à ses employés un nouveau combiné, le «Nexus
concurrence One», dont des photos circulent sur Internet. Il pourrait être vendu
monopolistique directement sur les pages du moteur de recherche, plutôt que par les
opérateurs.

La SNCF perd son monopole du transport de voyageurs (Libération) : En


théorie, à partir de ce dimanche, d'autres compagnies peuvent exploiter
les lignes de l'hexagone. Mais, en pratique, la SNCF restera sans
concurrent avant au moins l'été prochain.
Free opérateur mobile : ce qui vous attend (Le Figaro) : Free vient
d’obtenir sa licence mobile : il a dû donner des détails sur les offres
qu'il prépare. Face à Orange, SFR et Bouygues, il prévoit de casser les
prix et mise sur l'Internet mobile.
L'entreprise et les
marchés

• Les stratégies des Coûts, profit, Un câble haut débit de 4.634 km pour relier la Polynésie au monde entier
entreprises productivité, (Les Echos) : Le câble sous-marin "Honotua" (en tahitien, "le lien vers le
économies d'échelle large") va commencer à être déployé samedi pour relier les îles les plus
Concentration, peuplées de Polynésie française au reste du monde, une petite révolution pour
coopération, barrières les polynésiens qui pourront avoir des connexions internet plus rapides et
à l'entrée et à la moins chères.
sortie,
différenciation,
innovation

• Le contrôle de la Abus de position


concurrence dominante

Les limites du marché (cf. "indications Les Eurostar suspendus jusqu'à dimanche (Le Figaro) : Nuit sous la mer
complémentaires") pour plus de 2.000 passagers de quatre Eurostar. Les trains ont été victimes de
pannes, apparemment dûes à la différence de températures entre l'extérieur
glacial et l'air plus chaud à l'intérieur, et se sont retrouvés coincés dans le
Tunnel sous la Manche.
2.2 L'action des
pouvoirs publics
Les fondements de Externalités et biens
l'intervention des collectifs : égalité- USA : innocenté après 35 ans en prison (Le Monde) : James Bain avait 19
pouvoirs publics : inégalité, ans quand il a été condamné en 1974 à la prison à perpétuité pour le viol d’un
allocation, redistribution, enfant de neuf ans. Il a quitté hier la prison de Bartow, en Floride, après 35 ans
redistribution, protection sociale, de captivité.
régulation, assistance /assurance
réglementation
Les moyens d'action Prélèvements
des pouvoirs publics obligatoires, dépense Budget 2010: le gouvernement revient in extremis sur la taxe
publique, service professionnelle (Les Echos) : Le gouvernement a modifié en partie la
public/privé réforme de la taxe professionnelle, vendredi à la dernière minute à
l'Assemblée nationale, lors de l'adoption du projet de budget 2010 par les
députés.

Les limites de La contrainte


l'intervention des budgétaire, la Les marques s'invitent dans les émissions télévisées (Le Monde) : La
pouvoirs publics contrainte extérieure séparation entre publicité et émissions télévisées va devenir moins
étanche. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) s'est réuni, mardi
15 décembre, pour définir les modalités du "placement de produits" dans
les programmes.

Le Parlement français a adopté définitivement le budget 2010 (Le


Monde) : Le Parlement français a adopté définitivement, vendredi 18
décembre, le projet de loi de finances pour 2010 dont le déficit prévisionnel
s'établit finalement à 117,369 milliards d'euros.
L'organisation des (cf. "indications
pouvoirs publics et complémentaires")
son efficacité
2.3 Régulation et
cohésion sociale
Contrôle social :
normes et interactions

• Construction des Règles, production


normes des normes,
contraintes, sanctions

• Conformité et Déviance /
déviance délinquance, Toxicomanie : le gouvernement ne veut pas de "salles de shoot" (Le
stigmatisation, Monde) : des lieux, qui n'existent pas en France, des endroits encadrés
étiquetage, ou les toxicomanes pourraient consommer crack, héroïne, cocaïne dans
marginalité une relative sécurité ; c'est l'objet de la délibération que l'adjoint au maire
de Paris chargé de la santé, Jean-Marie Le Guen, a soumit, lundi 14
décembre dans la soirée au Conseil de Paris.

Obama choisit une prison sur le sol américain pour des détenus de
Guantanamo (Libération) : Le président Barack Obama a donné l'ordre au
gouvernement fédéral américain d'acquérir une prison située dans l'Illinois
(nord des Etats-Unis) pour y transférer des détenus de Guantanamo, selon le
texte d'une lettre envoyée mardi au gouverneur de cet Etat.

La France du travail au noir (L’Expansion) : Les infractions pour travail


illégal ont plus que doublé entre 2003 et 2008, révèle une étude inédite de
l'Observatoire national de la délinquance. Les secteur du BTP et de la
restauration sont pointés du doigt.

Vive émotion après le vol au camp d’Auschwitz (Le Parisien) : Des


inconnus ont dérobé hier l’inscription « Le travail rend libre » accrochée par
les nazis à la porte du camp d’Auschwitz en Pologne. Un geste honteux qui
suscite de nombreuses réactions.

Conclusion : Négociation, Les dessous de la grève du RER A (L’Expansion) : Entamé il y a sept jours,
Régulation sociale et mouvements sociaux le mouvement de grève des conducteurs de la ligne A du RER, qui transporte
conflits chaque jour plus d'un million de Franciliens, se poursuit jeudi. Syndicats et
direction de la RATP ne sont toujours pas parvenus à un accord.

Centres d'intérêt liés