Vous êtes sur la page 1sur 27

DK NEWS

QUOTIDIEN

NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 31° : ALGER 30° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
31°
: ALGER
30° : TAMANRASSET
p. 2

Lundi 20 Octobre

2014

-

26

Dhu-Hijah

1435-

N° 756 - Troisième année

- Prix : Algérie :

10

DA.

France

: 1€

www.dknews-dz.com

LE 3 E ROUND DU DIALOGUE INTERMALIEN DÉBUTE CE MATIN À ALGER

 

ALGÉRIE-ETATS UNIS

John P. Desrocher :

ALGÉRIE-ITALIE

La ministre italienne de la Défense en visite aujourd’hui à Alger

ALGÉRIE-OMC

ALBERTO PEDRO

«L'Algérie un partenaire "très important" pour les Etats-Unis»

D'ALOTTO :

Les discussions «avancent bien», possible accord d'ici «fin 2015»

Page 3

Page 24

Page 24

Page 24

La paix au nom du bon voisinage

SITUATION SOCIOPROFESSIONNELLE DES FONCTIONNAIRES DE LA SÛRETÉ NATIONALE

Le Gouvernement décide une mise en œuvre "rapide" de plusieurs mesures d'amélioration

"rapide" de plusieurs mesures d'amélioration Le cabinet du Premier ministre a rendu public hier un

Le cabinet du Premier ministre a rendu public hier un communiqué à l'issue d'une réunion interministérielle tenue sous la présidence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et consacrée à la situation socioprofes- sionnelle des fonctionnaires de la Sûreté nationale. A l'is- sue de la réunion interministérielle, il a été décidé la mise en œuvre rapide d’un certain nombre de mesures : Une

attention particulière doit être accordée aux difficultés rencontrées par les services de sécurité afin de leur per- mettre d'accomplir dans les meilleures conditions leur mission, conformément aux instructions de Monsieur le président de la République. En effet, les agents de la Sûreté nationale engagés pour la préservation de l'ordre public et de la protection des personnes et des biens, exer-

cent leurs missions dans des conditions contraignantes et souvent éprouvantes. Le cadrage réglementaire existant avait déjà prévu la prise en charge de certains points sou- levés et posés par les personnels de la Sûreté nationale. Il a été décidé d'activer la mise en œuvre des mesures d'adaptation et d'amélioration de leurs conditions socio-

professionnelles.

Page 3

MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE M. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA M. SELLAL
MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE M. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA
M. SELLAL AUJOURD’HUI DANS LES WILAYAS
DE TAMANRASSET ET ADRAR
ESCALADE VERBALE MAROCAINE
CONTRE L'ALGÉRIE
LE SENS D’UNE VISITE
LE CHARGÉ D'AFFAIRES
DU MAROC À ALGER
CONVOQUÉ AU MAE
SANTÉ
RENCONTRE AVEC
LE PROFESSEUR
MÉROUANE DEBBAH
BARBACHA (BÉJAÏA)
Rhume
CHAMPIONNATS ARABES
(TOUTES CATÉGORIES)
HALTÉROPHILIE
101 médailles
comment
vous retaper
rapidement
Une tête
chercheuse
dans les
technologies
mobiles
dont 30 or
Une jeune
fille libérée
des mains
de ses
ravisseurs
pour l'Algérie
Page 26
Page 14-15
Page 10
Page 12
ENTRETIEN
Pages 4-5
Page 28

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Lundi 20 Octobre2014 D’ EIL Météo Régions Nord : 31° à

2 DK NEWS

Lundi 20 Octobre2014

D’

EIL

Météo
Météo

Régions Nord : 31° à Alger

Horaires des prières

Lundi 25 Dul-Hijah 1435

Fajr 05:32 Dohr 12:33 Asr 15:41 Maghreb 18:11 Isha 19:29
Fajr
05:32
Dohr
12:33
Asr
15:41
Maghreb
18:11
Isha
19:29

Temps généralement ensoleillé et relativement chaud. Les températures maximales varieront de 28°c/34°c vers les régions côtières et de 24°c/26°c vers les Hauts-Plateaux. Les vents seront faibles.

Régions Sud : 30° à Tamanrasset

Temps généralement ensoleillé à partiellement voilé. Les températures maximales varieront généralement de 24°c/32°c avec des pics de 36°c vers le Sahara central. Les vents seront faibles à modérés avec soulèvements de sable locaux.

 

Max

M i n

Alger

31°

22°

Oran

29°

18°

Annaba

26°

21°

Béjaïa

28°

21°

Tamanrasset

30°

11°

Béjaïa 28° 21° Tamanrasset 30° 11° DEMAIN AU FORUM DE DK NEWS Conférence du P r
DEMAIN AU FORUM DE DK NEWS Conférence du P r Mourad Derguini A l’occasion de
DEMAIN AU FORUM
DE DK NEWS
Conférence
du P r Mourad Derguini
A l’occasion de la
Journée mondiale de la
ménopause, le Pr Mo-
rad Dergueni, chef de
service gynécologie à
l’hôpital de Kouba et
président de la Société
algérienne de l’étude
et de la recherche sur la
ménopause, animera
demain mardi 21 octo-
bre à 10h30 au Forum
de DK News, une confé-
rence-débat autour de
la ménopause. La ren-
contre se déroulera au
centre de presse de no-
tre publication, 3, rue
du Djurdjura, Ben Ak-
noun, Alger.
SÉTIF
Formation des SG
d’APC
Pas moins de 105 participants, des secrétaires
généraux des communes des wilaya de Sétif, Bordj
Bou-Arréridj, Mila, M’sila, Constantine, Béjaïa et
Jijel se sont retrouvés à Sétif à l’effet de poursui-
vre la seconde session d’une opération de forma-
tion initiée par le ministère de l’Intérieur et des Col-
lectivités locales.
DU 28 AU 30 OCTOBRE
À TIZI-OUZOU
Kateb Yacine
en mémoire
49/51
La direction de
la Culture de la wi-
laya de Tizi-Ouzou
accueille une ma-
nifestation cultu-
relle et artistique
animée par des co-
médiens du
groupe « Debza » à
l’occasion du 25 e anniversaire de la mort de Kateb
Yacine.

ASSOCIATION DES OULÉMA La délégation partie en soutien à Gaza de retour aujourd’hui

La délégation de l’Association des ouléma musulmans algé- riens, partie en mission de soutien au peuple palestinien lors de l’offensive israélienne contre Gaza sera de retour au pays demain aujourd’hui. L’arrivée est prévue à 18h30 à l’aéroport interna- tional Houari-Boumediene.

DEMAIN AU FORUM D’ECHAÂB Conférence sur l’information durant la révolution

A l’occasion de la Journée nationale de la presse et de la célébration du 60 e anniversaire du déclenchement de la révolution, le Forum du quotidien Echaâb, en collaboration avec l’association des anciens scouts musulmans, organise demain mardi 21 octobre à 11h, au club du Moudjahid, sis à la place Port- Saïd d'Alger, une conférence-débat qui portera sur l’information durant la glorieuse Révolution de Novembre.

UNIVERSITÉ ALGER II

Exposition sur le 1 er Novembre

Dans le cadre de la cé- lébration du 60 e anniver- saire du déclanchement de la révolution nationale (1 er Novembre 1954), l’uni- versité Alger II, en colla- boration avec le musée national du Moudjahid, organise jusqu’au 23 octobre, une exposition sur la Révolution nationale.

23 octobre, une exposition sur la Révolution nationale. DU 17 AU 23 NOVEMBRE, À ALGER Semaine

DU 17 AU 23 NOVEMBRE, À ALGER

Semaine de l’entrepreneuriat et l’innovation

Sous le haut patronage du ministère de l’Industrie et des Mines, North Africa Partnership for Economic Opportu- nity (NAPEO Algérie), organise du 17 au 23 novembre, à Al- ger une Semaine mondiale de l’entrepreneuriat, de l’in- novation et de la création d’entreprises.

AFIN DE BOOSTER LES FILIÈRES INDUSTRIELLES EN DIFFICULTÉ

Modifications à la règle

Elles devraient intervenir prochainement pour les secteurs des cuirs et textile a déclaré le ministre de l’Indus- trie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, dans un en- tretien accordé à la Télévision nationale en marge de la conférence dédiée au partenariat algéro-français dans le secteur industriel et la consommation nationale». Bou- chouareb estime que «pour ces secteurs ciblés, l’idée de l’as- souplissement de la mesure est une solution pour la redy- namisation des filières». Il a indiqué que «son département est en train de dis- cuter avec l’UGTA afin de construire une position consen- suelle» sur certaines propositions, précisant que l’accord avec le syndicat «sera suivi d’une expertise».

COMMUNICATION

Grine à Sidi Bel-Abbès

Le ministre de la Communi- cation, Hamid Grine, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès.

et d’inspection dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès. CULTURE Nadia Labidi au Forum de la Chaîne

CULTURE

Nadia Labidi au Forum de la Chaîne 1

La ministre de la Culture, M me Nadia Labidi, sera l’invitée ce matin de 11h à 13h, du Forum de la Chaîne 1. La rencon- tre portera sur les préparatifs de la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe.

manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe. TOURISME AG de la CNMA La ministre délé- guée

TOURISME

AG de la CNMA

La ministre délé- guée auprès de la ministre du Tou- risme et de l’Artisa- nat, chargée de l’Ar- tisanat, M me Aïcha Tagabou, présidera ce matin à 9h à la Munatec de Zeralda, l’ouverture officielle de la session ordi- naire de l’Assemblée générale (AG) de la Chambre nationale de l’artisanat et des métiers (CNMA).

Chambre nationale de l’artisanat et des métiers (CNMA). AHK ALGÉRIE Atelier sur la construction de tuyaux

AHK ALGÉRIE

Atelier sur la construction de tuyaux sans tranchées

La Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK Algé- rie) organise mercredi 22 octobre à partir de 9h en son siège sis 11 rue, Mo- hamed Khoudi, El Biar, Alger, un atelier autour du creusement de tun- nels, de la société Herrenknecht AG.

DEMAIN AU SOFITEL

Algérie-UE : bilan de la coopération régionale

AU SOFITEL Algérie-UE : bilan de la coopération régionale Le bilan de la coopération régionale entre
AU SOFITEL Algérie-UE : bilan de la coopération régionale Le bilan de la coopération régionale entre

Le bilan de la coopération régionale entre l’Algérie et l’Union européenne sera pré- senté, lors d’une conférence de presse prévue demain mardi à l’hôtel Sofitel, et qui devrait également aborder le contexte de la coopération régionale avec l’Union eu- ropéenne dans lequel est in- tégrée l’Algérie.

Lundi 20 Octobre 2014

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

SITUATION SOCIOPROFESSIONNELLE DES FONCTIONNAIRES DE LA SÛRETÉ NATIONALE

Le Gouvernement décide une mise en œuvre "rapide" de plusieurs mesures d'amélioration

Une mise en œuvre "ra- pide" de plusieurs mesures d'amélioration sur la rémuné- ration, le logement, l'organisa- tion et les conditions du travail, et la représentation des agents de la Sûreté nationale, a été dé- cidée à l'issue d'une réunion interministérielle, présidée hier à Alger par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. En matière de rémunéra- tion, la réunion qui a été consacrée à l'examen des questions liées à la situation socioprofessionnelle des fonc- tionnaires de la Sûreté natio- nale, a décidé la "confirmation de la mise en œuvre d'une in- demnité au profit des agents de la Sûreté nationale, avec effet à compter du 1er novem- bre 2014", relève un communi- qué du cabinet du Premier ministre. Il a été décidé aussi la "reva- lorisation de l'indemnité de zone, actuellement servie aux agents de la Sûreté nationale avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 2012, l'octroi d'une indemnité de déplace- ment collectif par agent de la- Sûreté nationale effectuant des déplacements". Dans le même volet, il a été décidé l'"attribution de la prime de spécialisation (conducteur, etc.) et de la prise en charge de la restauration des unités constituées" ainsi que le "relèvement des ni- veaux des bourses accordées aux élèves stagiaires des écoles de formation de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN)". En matière de logement, une "attention particulière" sera accordée, selon le com- muniqué, pour la satisfaction des demandes des agents de la Sûreté nationale dans le cadre des dispositifs et programmes existants. Concernant l'organisation et les conditions de travail, il a été décidé "l'allègement du système de travail 3 fois 8 heures, le rapprochement des

agents ayant des difficultés d'ordre social ou de santé de leur lieu de résidence, l'affec- tation des agents de la Sûreté nationale à l'issue de leur stage au niveau des Unités républi- caines de sécurité pour une période de 3 à 5 ans maxi- mum". Dans le même volet, il a été décidé la "validation des congés maladies des agents de la Sûreté nationale au ni- veau des unités par les méde- cins de l'unité, de garantir aux agents de la Sûreté nationale les conditions d'exercer plei- nement leur mission sans en- trave dans le strict respect des lois de la République, d'assu- rer la protection des agents de la Sûreté nationale dans l'exer- cice de leurs fonctions devant les juridictions avec l'assis- tance d'avocats convention- nés par la DGSN et l'examen des recours de réintégration des agents radiés qui n'ont pas fait l'objet de décision de justice". En matière de représenta- tion des agents de la Sûreté na- tionale, il a été décidé d'"assu- rer la représentation des agents de la Sûreté nationale au niveau de toutes les com- missions et organes de parti- cipation avec protection des représentants dans ces com- missions et organes". Selon le communiqué, la réunion a recommandé aussi d'accorder une "attention par- ticulière" aux difficultés ren- contrées par les services de sécurité afin de leur permet- tre d'accomplir dans les meil- leurs conditions leur mission, conformément aux instruc- tions du Président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika. Par ailleurs, il a été reconnu que les agents de la Sûreté nationale engagés pour la pré- servation de l'ordre public et de la protection des personnes et des biens, exercent leurs missions dans des conditions "contraignantes" et souvent "éprouvantes".

Le cabinet du Premier ministre a rendu public hier dimanche un communiqué à l'issue d'une réunion interministérielle tenue sous la présidence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et consacrée à la situation socioprofessionnelle des fonctionnaires de la Sûreté nationale, dont voici le texte intégral:"contraignantes" et souvent "éprouvantes". "Le Premier ministre, M. Abdel- malek Sellal, a

"Le Premier ministre, M. Abdel- malek Sellal, a présidé ce jour, di- manche 19 octobre 2014, au siège du Premier ministère, une réunion interministérielle consacrée à l'examen des questions liées à la si- tuation socioprofessionnelle des fonctionnaires de la sûreté natio- nale. Une attention particulière doit être accordée aux difficultés ren- contrées par les services de sécu- rité afin de leur permettre d'ac- complir dans les meilleures condi- tions leur mission, conformément aux instructions de Monsieur le président de la République.

En effet, les agents de la sûreté nationale engagés pour la préser- vation de l'ordre public et de la pro- tection des personnes et des biens, exercent leurs missions dans des conditions contraignantes et sou- vent éprouvantes. Le cadrage réglementaire exis- tant avait déjà prévu la prise en charge de certains points soulevés et posés par les personnels de la sû- reté nationale.

Il a été décidé d'activer la mise

en œuvre des mesures d'adaptation

et d'amélioration de leurs condi- tions socio-professionnelles.

A l'issue de la réunion intermi-

nistérielle, il a été décidé la mise en

oeuvre rapide des mesures d'amé- lioration suivantes :

En matière de rémunération :

- Confirmation de la mise en œuvre d'une indemnité au profit

des agents de la sûreté nationale, avec effet, à compter du 1er no- vembre 2014.

- Revalorisation de l'indemnité de zone, actuellement servie aux agents de la sûreté nationale avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 2012.

- Octroi d'une indemnité de

déplacement collectif par agent de la sûreté nationale effectuant des déplacements.

- Attribution de la prime de

spécialisation (conducteur

de la prise en charge de la restau-

ration des unités constituées.

etc) et

-Relèvement des niveaux des de la restau- ration des unités constituées. etc) et bourses accordées aux élèves sta- giaires des

unités constituées. etc) et -Relèvement des niveaux des bourses accordées aux élèves sta- giaires des écoles

bourses accordées aux élèves sta- giaires des écoles de formation de la DGSN.

En matière de logement :

- Une attention particulière

sera accordée pour la satisfaction des demandes des agents de la sû- reté nationale dans le cadre des dis-

positifs et programmes existants.

En matière d'organisation et de conditions de travail :

- Allègement du système de tra-

vail 3 fois 8 heures et rapproche-

ment des agents ayant des difficul- tés d'ordre social ou de santé de leur lieu de résidence.

- Affectation des agents de la sû-

reté nationale à l'issue de leur stage au niveau des unités républi- caines de sécurité pour une pé- riode de 03 à 05 ans au maximum.

- Validation des congés de ma-

ladie des agents de la sûreté natio- nale au niveau des unités par les

médecins de l'unité.

- Garantir aux agents de la sû-

reté nationale les conditions d'exer-

cer pleinement leur mission sans entrave dans le strict respect des lois de la République.

- Assurer la protection des

agents de la sûreté nationale dans l'exercice de leurs fonctions devant les juridictions avec l'assistance d'avocats conventionnés par la

DGSN.

- Examen des recours de réin- tégration des agents radiés qui n'ont pas fait l'objet de décision de justice.

En matière de représentation des

agents de la sûreté nationale :

Assurer la représentation des agents de la sûreté nationale au ni- veau de toutes les commissions et organes de participation avec pro- tection des représentants dans ces

commissions et organes.

Par ailleurs, il y a lieu de rappe-

ler que la suppression de l'article 87 bis qui interviendra en 2015 se tra- duira par des améliorations subs- tantielles de certaines rémunéra-

tions. Enfin, les canaux de dia-

logue dans la prise en charge du fonctionnement de l'institution doivent être développés dans le

respect de la réglementation et de

la bienséance. En conclusion, il y a

lieu de rappeler, que le même dis- positif réglementaire qui permet de couvrir les besoins de fonctionne-

ment des autres corps paramili-

taires devra être mis en œuvre dans les mêmes conditions. Il a été également souligné le rôle im-

portant joué par les services de

sécurité dans l'accomplissement

des missions de sécurité et de pro- tection des personnes et des biens avec un sens élevé du devoir et de conscience professionnelle". APS

3 e ROUND DU DIALOGUE INTERMALIEN

La paix au nom du bon voisinage

Le 3e round du dialogue intermalien inclusif débutera aujourd’hui à Alger en pré- sence des représentants du gouvernement malien et des groupes armés du Nord du Mali, ainsi que toutes les parties concernées. Cette troisième phase devait débuter hier mais certaines délégations maliennes devant prendre part à la réunion n'ont pu rallier Alger pour cause de retard de vols, a-t-on appris auprès du ministère des Affaires étrangères. Une réunion préparatoire

pour ce 3 e round s'est tenue samedi après-midi à Alger en présence de l'ensemble des parties concernées. Le Mali a, par la voix du ministre des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, renou- velé sa confiance au gouvernement algérien qui conduit la médiation dans ce dia- logue. La communauté internationale, à travers l'Organisation des Nations unies (ONU), a également rendu hommage aux éfforts déployés par l'Algérie dans ce sens.

Kamel Cherif

Le dialogue inclusif intermalien qui a débuté hier à Al- ger en est à son 3 e round, c'est dire que l'Algérie fait preuve d'un grand souffle quand il s'agit d'instaurer la paix au nom de la politique du bon voisinage. Les pourparlers interma- liens ont débuté le mois de juillet dernier à Alger, sous la conduite de l'Algérie bien évidemment. Le deuxième round de ce processus a eu lieu en septembre et le 3 e a débuté hier. Il faut relever que durant ces trois rounds successifs, l'Al- gérie a réussi à réunir autour d'une même table l'ensemble des parties en conflit au Mali, à savoir les représentants du gouvernement malien, les six mouvements signataires des deux documents sont le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de ré- sistance (CM-FPR), le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (dissident), en

plus des représentant de l'ONU, l'Union africaine et l'Union européenne. Cela a valu un hommage appuyé à l'Algérie de la part de la communauté internationale, laquelle a fait part de son souhait de voir le dialogue intermalien aboutir, au plus vite, à une solution pacifique et durable. Il est vrai qu'il s'agit d'une entreprise de longue haleine, mais il faut compter sur les efforts de la diplomatie algérienne qui a déjà réussi à réunir à Alger les différentes parties au Mali. Dans le même sillage et compte tenu de l'efficacité de la diploma- tie algérienne en matière de réconciliation nationale et de conduite de dialogues, les pays voisins de la Libye ont mandaté l'Algérie pour parler en leurs noms, à l'occasion du dialogue inclusif interlibyens, prévu avant la fin de ce mois. En donnant carte blanche à l'Algérie pour s'exprimer et prendre des décisions en leurs noms, ces pays affichent toute leur confiance envers l'Algérie dont la diplomatie a déjà fait ses preuves. En fait, il ne s'agit pas de la première fois que l'Algérie se trouve sollicitée pour ses bons offices et pour ses offres de paix. Elle a été sollicitée par l'Egypte, l'année dernière, afin qu'elle agisse et influe de tout son poids au-

près de l'Union africaine dans le but de réintégrer ce pays au sein de l'Organisation panafricaine. Les efforts de l'Algé- rie n'ont pas été vains dans la mesure où l'Egypte a recou- vré sa place au sein de l'UA. Il en est de même pour la Tunisie qui a de tout temps sol- licité l'avis et les conseils de l'Algérie pour éviter de sombrer dans une crise après ce qui est appelé «la Révolution du jas- min». Les dirigeants de ce pays ont séjourné à maintes re- prises en Algérie pour rencontrer le président de la Répu- blique Abdelaziz Bouteflika et solliciter ses conseils et orientations, selon les déclarations des dirigeants tunisiens. Cela n'est pas valable pour les pays du voisinage unique- ment, mais aussi pour tous les autres pays, notamment ceux qui sont considérés comme étant des puissances mondiales. Ils ont toujours pris en compte l'avis de l'Algérie, notamment quand il s'agit de questions en relation avec les pays du voi- sinage, de la région du Sahel ou du Bassin méditerranéen. La crédibilité et la perspicacité de la diplomatie algérienne font que la voix de l'Algérie est de plus en plus audible et res- pectée !

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Lundi 20 Octobre 2014

MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

LUTTE CONTRE

L’ISOLEMENT

L’autre grand défi

Boualem Branki

Encore une fois, le développement local sera au menu de la visite de travail qu'effectue aujourd'hui dans les wilayas de Tamanrasset et Adrar le Premier ministre Abdelmalek Sellal. Accompagné de ministres dont les sec- teurs seront au centre de cette sortie sur le terrain des réalités socio-écono- miques de ces deux wilayas de l'ex- trême sud du pays, il fera le point sur les projets de développement local dans les dairas de In-Guezzam (wilaya de Tamanrasset) et Bordj Badji Mokhtar (wilaya d'Adrar). Sur place, les projets de développement local en cours de réali- sation et ceux projetés pour l'améliora- tion des conditions de vie des popula- tions locales seront le centre d’intérêt de la délégation gouvernementale, qui sera également à l'écoute des doléances et préoccupations des autori- tés et élus locaux. Le développement local, avec en toile de fond l'habitat, l'emploi, la santé et l'éducation et les transports, mais également l'assainisse- ment du climat social local, la concorde et la fraternité entre les différentes composantes sociales des deux régions. Plus concrètement, M. Sellal va inspec- ter de nombreux projets des secteurs de l'habitat, l'agriculture, l'énergie, la santé, la jeunesse, des sports, la justice et des finances. S'inscrivant en droite ligne de l'exécution du programme de développement quinquennal du Président Bouteflika, cette visite de tra- vail du Premier ministre devrait par ail- leurs conforter les autorités et les populations locales sur le soucis des plus hautes autorités du pays à assurer un développement social et écono- mique équilibré, harmonieux et idoine selon les spécificités locales des régions de l'extrême sud du pays. Des régions qui, en fait, mobilisent tout l'intérêt des autorités, soucieuses d'imprimer à ces régions un développement qui réponde au mieux à leurs besoins spécifiques. Autant en matière de sécurité, de santé, que d'habitat et de développe- ment des potentialités agricoles de la région. Une politique d'ailleurs natio- nale qui donne la primauté à la satisfac- tion des besoins des populations du grand Sud en matière de disponibilité en énergie, santé, habitat, de dévelop- pement de l'agriculture locale, de routes et transports. Car le grand défi pour ces régions est de les prémunir de l'isole- ment et de les rapprocher, par tous les moyens possibles, des grandes villes du pays. En second lieu, et c'est là une constante du programme de développe- ment du Président Bouteflika, il s'agit de mettre en adéquation les besoins en développement local de ces régions avec ceux des régions du nord du pays, de sorte à ce qu'il y ait un développe- ment local harmonieux et équilibré, même avec des spécificités régionales, sur tout le territoire national. Etre à l'écoute des besoins et des préoccupa- tions des populations du grand Sud, c'est également l'autre objectif de cette visite de travail de M. Sellal dans les daï- ras de In Guezzam et Bordj Badji- Mokhtar.

M. Sellal en visite de travail à In-Guezzam et Bordj Badji Mokhtar

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera, lundi, une visite de travail à In-Guezzam dans la wilaya de Tamanrasset et à Bordj Badji Mokhtar dans la wilaya d'Adrar, a indiqué hier un communiqué des services du Premier ministre.

hier un communiqué des services du Premier ministre. Cette visite, qui s'inscrit dans le cadre de

Cette visite, qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre et du suivi du pro- gramme du président de la République, permettra d'examiner l'état d'exécu- tion et d'avancement du programme de développement de ces régions fronta- lières du grand Sud du pays, a-t-on pré- cisé. Le Premier ministre, qui sera ac- compagné d'une importante déléga- tion ministérielle, procédera à la mise en service et au lancement de plusieurs projets socio-économiques.

Par ailleurs, et à l'issue de la visite, il aura à rencontrer les responsables et les élus locaux des régions visitées, a-t-on ajouté. Cette visite permettra au Premier ministre d’inspecter et d’inaugurer des projets relevant des secteurs de l’habi- tat, l’agriculture, l’énergie, la santé, la jeunesse, des sports, la justice et des fi- nances. Dans la daïra d’In-Guezzam (400 km au sud de Tamanrasset), M. Sel- lal visitera un projet de réalisation d’une inspection des Douanes et inaugurera

une maison de jeunes.

Selon le programme de visite, M. Sellal inspectera aussi le projet de réa- lisation et d’équipement d’un tribunal

à In-Guezzam d’un coût de 550 millions

DA, avant de s’enquérir, dans le secteur de l’habitat, d’un programme de 400 lo- gements ruraux ainsi que d’un projet de 100 logements sociaux. Le Premier ministre visitera ensuite une exploitation agricole implantée à 40 km d’In-Guezzam et développée, au ti- tre de l’investissement privé, dans le ca- dre de la mise en valeur par l’accession

à la propriété foncière agricole (APFA). Sur site, il procèdera à l’octroi de dé- cisions d’aides à l’habitat rural, à la re- mise de kits solaires et à l’attribution de décisions de concession agricole au profit de jeunes. Dans la daïra de Bordj Badji-Mokh- tar (800 km au sud d’Adrar), le Premier ministre inspectera une centrale élec- trique de 13,7 mégawatts, implantée à la sortie de la ville, ainsi qu’un hôpital de 60 lits, d’un coût de 1,3 milliard DA, se- lon les services de la wilaya. La visite de travail de M. Sellal se poursuivra par l’inauguration d’une salle omnisports et l’inspection d’un pro- jet de piscine de proximité, implantées dans la commune du chef-lieu de daïra, où il doit s’enquérir également de l’état d’exécution d’un projet de 360 loge- ments de type public locatif. Le Premier ministre, qui sera ac- compagnée d’une importante délégation ministérielle, clôturera sa visite de tra- vail et d’inspection, aussi bien à In- Guezzam qu’à Bordj Badji-Mokhtar, par la tenue d’une rencontre avec les élus et cadres locaux.

L’écho de l’Ahaggar

Plusieurs projets de dé- veloppement sont en cours de concrétisation dans les daïras frontalières de Bordj Badji Mokhtar (800 km au Sud d’Adrar) et In-Guezzam (400 km au Sud de Tamanrasset), où est attendu ce jour le Pre- mier ministre, Abdelmalek Sellal, pour une visite de tra- vail et d’inspection d’une journée. Ces opérations, retenues sur différents programmes de développement, visent no- tamment à l’amélioration du cadre de vie de la population locale, le rapprochement de l’administration du citoyen et le désenclavement des ré- gions dans l'extrême sud du pays. Le réseau routier dans la daïra de Bordj Badji Mokhtar sera consolidé par le parachè- vement des projets d'axes re- liant les communes de Reg- gane à Bordj Badji Mokhtar sur 400 km et Bordj Badji Mokhtar à Timiaouine sur 150 km, selon les services de la wilaya. La commune de Ti- miaouine, rattachée admi- nistrativement à la daira de Bordj Badji Mokhtar, s’est dotée de deux importants projets d’amélioration de l’approvisionnement en eau

potable et de l’irrigation agri- cole, à travers notamment la réalisation, en cours, d’un barrage souterrain d’une ca- pacité de stockage de plus d’un million de mètres cubes susceptible de permettre la réalisation de puits pasto- raux. Ceci, en plus d’un projet d’adduction de l’eau de la région de Tagraouet sur une distance de 80 km et la réali- sation de deux châteaux d’eau, d’une capacité de 1.000 m3 chacun, dans les com- munes de Timiaouine et Bordj Badji Mokhtar. Le parc immobilier de la daïra de Bordj Badji Mokhtar a été renforcé, ces dernières années, par un programme de plus de 3.000 logements, toutes formules de construc- tion confondues, suscepti- bles de satisfaire la demande locale et d’assurer la fixation de la population, en plus d’une tranche de 300 loge- ments au niveau des deux centres de vie créés dernière- ment au niveau des PK-200 et 400 sur le territoire du Ta- nezrouft. Au volet énergie, la daïra a bénéficié, ces dernières an- nées, de plusieurs projets vi- sant l’amélioration de l’ap- provisionnement en énergie

électrique et en gaz naturel, dont la réalisation d’une cen- trale électrique de 5 méga- watts et de 28 km de réseau d’électrification à Ti- miaouine, et la réalisation d’une ligne électrique de 150 km vers cette commune au départ de Bordj Badji Mokh- tar. S'agissant du secteur de la santé, de multiples actions al- lant dans le sens d’une meil- leure prise en charge des be- soins de la population locale, ont également été menées dans la région et portent sur la réalisation en cours d’un hôpital de 60 lits à Bordj Badji Mokhtar et de deux services de maternité rurale dans la commune de Timiaouine. La daïra de Bordj Badji Mokhtar a bénéficié, par ail- leurs, de structures pédago- giques, dont un collège, deux écoles primaires, une biblio- thèque, une annexe du cen- tre médico-pédagogique pour enfants aux besoins spé- cifiques à Bordj Badji Mokh- tar, ainsi que d’un centre de formation professionnelle à Timiaouine. Les secteurs de la jeunesse et des sports ont, de leur côté, connu un essor à la faveur de la réalisation d’une salle om- nisports, de deux stades com-

munaux, d’une piscine semi- olympique, en plus de deux auberges de jeunesse à Bordj Badji Mokhtar et Timiaouine. Dans la wilaya voisine de Tamanrasset, la daïra d’In- Guezzam enregistre, elle aussi, l’exécution de divers projets visant à améliorer le cadre de vie du citoyen. Parmi les projets de déve- loppement, un chantier de construction de 324 loge- ments ruraux dont les tra- vaux enregistrent un avance- ment de 63%, et un autre de 100 logements de type public locatif (LPL), confiés à trois entreprises locales. Une nouvelle maison de jeunes, réalisée pour plus de 105 millions DA, et le chantier de réalisation d’une piscine de proximité, pour un coût de 124 millions DA, sont des opérations des sec- teurs de la jeunesse et des sports retenus en faveur de cette daïra où sont, par ail- leurs, projetés diverses ac- tions d’aménagement ur- bain à réceptionner d’ici à début de 2015. D’autres structures sont en cours de réalisation dans cette col- lectivité frontalière, à l’ins- tar d’un siège de l’inspection des douanes et d’un tribunal. APS

Lundi 20 Octobre 2014

ACTUALITÉ

DK NEWS

5

M. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA

Le sens d’une visite

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, reprendra aujourd'hui ses visites à travers les différentes régions du pays en mettant le cap, cette fois-ci, sur l'extrême sud du pays.

le cap, cette fois-ci, sur l'extrême sud du pays. Walid B. La visite de travail qu'il

Walid B.

La visite de travail qu'il effec- tuera à In-Guezzam dans la wilaya de Tamanrasset et à Bordj Badji Mokhtar dans la wilaya d'Adrar, s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre et du suivi du pro- gramme du président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika. Elle permettra au Premier ministre d'examiner l'état d'exécution et d'avancement du programme de développement de ces régions. Il qui sera accompagné d'une importante délégation ministé- rielle, procédera à la mise en ser- vice et au lancement de plusieurs projets socio-économiques et à l'issue de la visite, aura à ren- contrer les responsables et les élus locaux des régions visitées. Ce sera également l'occasion pour lui de réaffirmer les engage- ments du gouvernement en ma- tière de prise en charge des préoc- cupations des citoyens et d'in- sister, une fois de plus, auprès des populations sur la nécessité de préserver les acquis liés à la sta- bilité et à la paix sociale, deux fac- teurs sans lesquels il ne pourra y

a voir de développement.

D'ailleurs, lors de ses diffé- rentes visites, Sellal a réaffirmé la détermination et la volonté du gouvernement d'aller de l'avant dans la concrétisation des enga- gements qu'il avait pris pour amé- liorer les conditions de vie des ci- toyens. Il s'agit pour le gouvernement de mettre les bouchées doubles en cette période cruciale, en vue de satisfaire les revendications so- ciales des populations, notam- ment en ce qui concerne l'accès au logement, à l'emploi, aux soins,

à l'éducation, tout en œuvrant à

combattre toutes les formes de bureaucratie, de corruption et de clientélisme qui gangrènent la société. C'est dans cette optique plus précisément que le Premier mi- nistre a affirmé que l'Etat est dé- terminé à améliorer les condi- tions de vie des Algériens, tout en rappelant que le pays se dirige

vers la stabilité et le progrès grâce à la politique de réconciliation na- tionale du Président Abdelaziz Bouteflika. Tout en soulignant l'intention de l'Etat à combattre définitive- ment les crises du logement et du chômage et à améliorer les pres- tations du service public, le Pre- mier ministre a soutenu que le pays ne reviendra jamais sur ses acquis sociaux, mais bien au contraire, ces derniers seront renforcés. L'Algérie qui s'apprête à lancer un nouveau programme d'inves- tissement sur cinq ans, doté d'une enveloppe financière de 262,5 mds de dollars, destiné à dévelop- per une économie compétitive et diversifiée, devrait connaître une nouvelle dynamique en ma- tière de développement local avec de nouveaux projets qui seront lancés englobant plusieurs do- maines et segments d'activité. Si le nouveau plan va s'ins- crire dans la continuité des pro- grammes de développement et d'investissements précédents il marquera, cependant, une rup- ture avec les méthodes d'avant. Le chef de l'Etat avait affirmé que

l'élaboration de ce programme se

ferait en concertation avec tous les acteurs économiques aux niveaux national et local en tenant compte des expériences du passé afin d'améliorer sa mise en œuvre et son efficacité. Le gouvernement est appelé donc à prendre en considération les expériences de la mise en œu- vre des plans précédents pour en tirer les conclusions qui per- mettent d'éviter d'éventuel couacs. Malgré les insuffisances consta- tées dans la réalisation des projets d'infrastructures publics comme

le surcoûts et les retards accusés

dans leur réception, les trois plans lancés depuis 2001 ont per- mis de réaliser une meilleure croissance économique et d'amorcer ainsi le développe- ment économique et social du pays.

COMMUNICATIONainsi le développe- ment économique et social du pays. Les premières cartes nationales de journaliste

Les premières cartes nationales de journaliste professionnel remises mercredi prochain

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a annoncé, hierà Oran, que les premières cartes nationales de journaliste professionnel seront remises à leurs bénéficiaires "ce 22 octobre", date coïncidant avec la Journée nationale de la presse, décrétée en mai 2013 par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.

Le ministre a indiqué, en marge d'une visite dans la wi- laya d’Oran, que la remise de ces premières cartes, au nombre de dix, "est une grande victoire pour le secteur de la presse et de la communication". Il a estimé que pour mettre en place l’autorité de régulation et le conseil de déontologie, il est né- cessaire de recenser tous les jour- nalistes et de distinguer celui qui est professionnel de celui qui ne l’est pas. "Nouscomptons actuel- lement près de 4.000 journa- listes", a-t-il précisé. Dans ce sens, M.Grine a expli- qué qu’après le recensement des journalistes, il sera procédé à l’élection des membres de l’Au- torité de régulation de la presse comprenant 7membres élus par les journalistes et 7 autres mem- bres désignés par les autorités. "Par contre, l’Autorité de régula- tion de l’audiovisuel est com- posé de 9 membres dont 7 dési- gnés par le président de la Répu- blique", a-t-il rappelé. Evoquant la situation sociopro- fessionnelle des journalistes re- levant de la presse privée, le mi- nistre a estimé que "la première

privée, le mi- nistre a estimé que "la première démarche à entreprendre par cette corporation est

démarche à entreprendre par cette corporation est d’obtenir la carte nationale de journaliste professionnel". Avec ce docu- ment, "le journaliste pourra dé- fendresesintérêts",a-t-ilsouligné, ajoutant qu’il ne peut s’ingérer dans la gestion de ces journaux. "Pour défendre la dignité de la corporation, nous avons de- mandé aux responsables de ces ti- tres d’octroyer des salaires qui respectent la dignité des jour- nalistes", a encore précisé le mi- nistre. Répondant à une question sur l’organisation et la distribution de la publicité, M.Grine a assuré que, depuis sa nomination à la tête du secteur, il n'a donné au- cune instruction aux responsa- bles de l’ANEP quant à l’octroi ou non de la publicité à la presse. "Le responsable de l’Agence agit en toute liberté et indépendance", a- t-il souligné. Concernant les écrits d’un quotidien national dont il a fait l’objet, Hamid Grine à souligné que sa réaction "s’inscrit dans la vertu et non dans la diffamation et l’attaque ". "Nous sommes dans une démocratie et chacun est li-

bre d’interpeller le ministre de la communication et de dire ce qu’il veut. Celui qui m’attaque, quel que soit le titre du journal, doit inscrire son action dans la vertu et dans le cadre d’une critique constructive", a répondu le minis- tre. Hamid Grine a visité la station régionale de la télévision, les lo- caux de la radio " Bahia" ainsi que le chantier de réalisation de son nouveau siège, la station de télé- diffusion, sise à Gdyel, la société d’impression de l’Ouest ainsi que le siège du quotidien "El Djoum- houria". le reste sans change- ment. Aujourd’hui, il assistera à uneconférence,organiséeàOran, dans le cadre du cycle de forma- tion initié par son département ministériel au profit des journa- listes. Cette conférence ayant pour thème "La déontologie à l’épreuve du scoop et du sensa- tionnel", sera donnée par le pro- fesseur Mohamed Ridha Najar, expert en communication de l’Institut de presse et des sciences de l’information de Tunis. Le ministre est, par ailleurs, attendu cet après-midi à Sidi Bel-Abbès pour une visite d’inspection et de travail.

FORUM D’ECH-CHAÂB À BISKRA

La Wilaya VI historique,

un axe privilégié pour l’approvisionnement de la Révolution en armes et en munitions

La Wilaya VI historique a constitué un axe privilégié pour l’approvisionnement de la Révo- lution en armes et en muni- tions, ont affirmé les partici- pants au forum du quotidien national Ech-Chaâb, organisé hier au musée régional du Moudjahid de Biskra. Les armes et les munitions ont constitué les pièces maî- tresses du succès du combat li- bérateur, a soutenu à cette occa- sion le secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), Saïd Aba- dou, affirmant que le peuple a apporté un "soutien sans limite aux moudjahidine en dépit de la pauvreté dans laquelle vivait alors la majorité des Algériens". M. Abadou, saluant l’orga- nisation de ce forum, a relevé que l’évocation des hauts faits de la Révolution "ne vise pas à en ti- rer une quelconque gloire, mais à préserver le legs des chou- hada pour s’en inspirer afin de préserver la patrie et enraciner l’esprit patriotique chez les gé- nérations montantes".

Selon le SG de l’ONM, paspatriotique chez les gé- nérations montantes". moins de 1.671 actions mili- taires, entre batailles,

moins de 1.671 actions mili- taires, entre batailles, assauts, embuscades, accrochages et sa- botages, ont été accomplis par les moudjahidine sur le terri- toire de la Wilaya VI historique durant la guerre de Libération nationale. En dépit du relief saharien qui faisait de la région un terrain découvert pour l’ennemi, d’im- portantes cargaisons d’armes ont transité du Sud vers le Nord avant le déclenchement de la Ré- volution de novembre 1954, pré- cisément en 1947, a soutenu, pour sa part Khemissi Ferih, de l’université de Biskra, qui a affirmé que les deux martyrs Larbi Ben M’hidi et Mohamed Belouizdad, ainsi que le défunt moudjahid Mohamed Assami, avaient joué un "rôle majeur" dans ces opérations. Il a égale- ment fait part de l’activisme de Mostefa Benboulaïd et son inci- tation permanente des habi- tants des Aurès à acquérir des armes. La Wilaya VI historique dont le territoire s’étendait aux actuelles wilayas d’El Oued,

Ouargla, Ghardaïa, Illizi et Bis-

kra était géographiquement très vaste et offrait à la Révolution de multiples accès et passages d’armes, a souligné, de son côté, Nasreddine Masmoudi, de la même université. Le forum, animé par le rédac- teur en chef du quotidien Ech- Chaâb Noureddine Laâradji, a offert l’occasion de présenter plusieurs témoignages de moudjahidine, dont celui d’Ab- derrahmane Aroua qui a no- tamment mis l’accent sur le rôle joué par les civils dans l’acheminement des armes. En marge du forum, la présidente directrice générale du quoti- dien Ech-Chaab, Amina Deb- bache, a indiqué à l’APS que le journal travaille en coordination avec les scouts musulmans algé- riens en vue de l’organisation, à Alger, d’une rencontre sur l’in- formation durant la Révolution, et prépare la publication d’une revue spéciale à l’occasion du 60 e anniversaire du déclenchement de la lutte de Libération natio- nale.

APS

6

DK NEWS

ACTUALITÉ

Lundi 20 Octobre 2014

ALBERTO PEDRO D'ALOTTO

Les discussions «avancent bien», possible accord d'ici «fin 2015»

Le président du Groupe de travail chargé de l'accession de l'Algérie à l'Organi- sation mondiale du commerce (OMC), Al- berto Pedro D'Alotto, a indiqué, hier à Alger, que le processus de discussions «avance bien» et qu'un accord serait possible d'ici à fin 2015. «Nous avançons bien (dans le proces-

sus de discussions). Nous sommes opti- mistes avec l'espoir d'arriver bientôt à un accord, et peut-être d'ici à fin 2015», a affirmé M. D'Alotto, à l'is- sue d'un entretien avec le ministre des Affaires étran- gères, Ramtane Lamamra.

Il a jugé, à cet effet, qu'«il faut travailler encore un

peu plus» sur certaines questions pour atteindre cet objectif, notamment en ce qui concerne les dossiers de l'agriculture et du régime d'investissement. «Notre espoir est d'y arriver d'ici à fin 2015» et que l'Algérie «accède le plus vite possible» à l'organisation, a-t-il encore déclaré.

possible» à l'organisation, a-t-il encore déclaré. ALGÉRIE-OMC Entretiens entre M. Benyounès et le président

ALGÉRIE-OMC

Entretiens entre M. Benyounès et le président du Groupe-OMC chargé de l'accession de l'Algérie

Le ministre du Commerce, M. Amara Benyounès, a eu, hier à Alger, un entretien avec le président du groupe de travail de l'OMC chargé de l'accession de l'Algérie à cette organisation, M. Alberto d'Alotto (Aregentine), au cours duquel il a été évoqué l'état d'avancement du processus d'adhésion.

Dans une déclaration à la presse à l'issue de cette rencontre, M. Be- nyounès a fait savoir que cette visite de trois jours de M. d'Alotto permettra notamment, une «évaluation plus dé- taillée» de l'état d'avancement du pro- cessus d'adhésion de l'Algérie à l'OMC. De son côté, M. d'Alotto a affirmé

qu'il avait eu un entretien particuliè-

rement fructueux avec le ministre du Commerce, tout en espérant que l'Al- gérie puisse intégrer cette organisa- tion «le plus tôt possible». Dans ce sens, il a émis le souhait de la concrétisation de «développements importants» au cours de l'année pro-

importants» au cours de l'année pro- chaine, qui puissent aboutir à l'acces- sion de

chaine, qui puissent aboutir à l'acces- sion de l'Algérie à l'OMC. La visite de M. d'Alotto, qui avait déjà rencontré M. Benyounès en mai dernier à Genève, intervient après la signature, à la mi-octobre en cours, du protocole d'accord portant la conclusion des négociations bilaté- rales entre l'Algérie et l'Argentine re- latives à l'adhésion du pays à l'OMC.

L'Algérie, qui mène encore des dis- cussions avec 19 autres pays membres dont douze (12) avec lesquels les dis- cussions sont avancées, a reçu récem- ment une quarantaine de questions du Canada qui s'ajoutent à plus d'une centaine de questions de l'Union eu- ropéenne parvenues il y a un mois.

«Le 13 e round des négociations en janvier 2015»

La 13e réunion des négociations multi- latérales pour l'accession de l'Algérie à l'Or- ganisation mondiale du commerce (OMC) devrait se tenir début janvier 2015 à Genève, a annoncé hier à Alger le ministre du Com- merce, Amara Benyounès. L'Algérie doit répondre aux questions additionnelles d'ici à novembre prochain pour programmer la réunion multilatérale qui aura lieu probablement à la première quinzaine du mois de janvier prochain, a indiqué le ministre lors d'une conférence de presse animée conjointement avec le président du groupe de travail chargé de l'accession de l'Algérie à l'OMC, M. Alberto d'Alotto (Argentine). Depuis le 12e round de négociations, tenu en mars 2014 à Genève, l'Algérie a reçu des questions additionnelles de la part de l'UE, du Canada, des Etats-Unis, de la Nou- velle-Zélande et de l'Australie.

A ce propos, M. Benyounès a expliqué

que ces négociations étaient un processus de discussions où chaque pays membre de l'OMC a le droit de soumettre des questions auxquelles l'Algérie répond au fur et à me- sure.

Le processus d'adhésion de l'Algérie, en-

tamé en 1987, «ne fait face à aucun facteur qui le bloque fondamentalement», a-t-il

tenu à souligner. Pour sa part, M. d'Alotto a estimé que l'Algérie avait, certes, réalisé des progrès et avait avancé dans son processus de négociations mais qu'elle devrait dé- ployer davantage d'efforts en vue de cette accession. «Le gouvernement algérien a ratifié sa volonté d'accession (à l'OMC), et si l'Etat dé- ploie les efforts nécessaires, on pourrait pa- rachever ce processus à la fin de l'année prochaine», a même avancé M. d'Alotto lors de cette conférence de presse tenue en marge d'une rencontre avec les membres du Comité algérien chargé du dossier de l'adhésion de l'Algérie à l'OMC (Comité na- tional-OMC). «Le message principal que je porte au- jourd’hui est d'inciter la partie algérienne à travailler sur certains aspects d’accession, notamment les réformes nécessaires pour que ça puisse aboutir avec succès d’ici à

l’année prochaine», a-t-il poursuivi. Selon lui, les domaines que l'Algérie de- vrait réformer portent notamment sur le régime de l'investissement ainsi que l'agri- culture, alors que des efforts ont été fournis pour les biens et les services.

«Si l'Algérie fournit les efforts néces- saires pour ces questions, on pourrait arri- ver, lors de la conférence ministérielle de

l’OMC de fin 2015, avec un dossier ficelé», a- t-il renchéri tout en tenant à préciser qu'au sein de l’OMC, il y a un climat d’»opti- misme» quant à la possibilité d'une adhé- sion de l'Algérie en 2015. A son retour à Genève, M. d'Alotto de- vrait réunir le groupe d’amis de l’accession de l’Algérie à l’OMC tels que l’Argentine, le Brésil, la Chine, les Etats-Unis, l’Union Eu- ropéenne (UE) afin d'entamer la phase fi- nale de cette accession. Avant la tenue de cette conférence de presse, M. Benyounès a réaffirmé, dans son allocution d'ouverture des travaux de la rencontre avec le Comité national-OMC, la «volonté ferme et réelle» du gouvernement de poursuivre le processus d’accession à l’OMC. «Nous avons pris la décision de poursui- vre ce processus d’adhésion tout en veillant à la sauvegarde des intérêts économiques de notre pays», a-t-il soutenu. «Nous souhaitons que ce processus se fasse le plus rapidement possible compte tenu du rythme des réformes que nous al- lons engager et de la sauvegarde des inté- rêts économiques de notre pays et, notamment, de tous les investissements que nous avons entamés dans le secteur in- dustriel public», a-t-il encore insisté.

le secteur in- dustriel public», a-t-il encore insisté. La visite de M. d'Alotto, qui avait déjà

La visite de M. d'Alotto, qui avait déjà rencontré M. Benyounès en mai dernier à Genève, intervient après la signature, à la mi-octobre en cours, du protocole d'accord portant la conclusion des négociations bi- latérales entre l'Algérie et l'Argentine rela- tives à l'adhésion du pays à l'OMC, rappelle-t-on. L'Algérie, qui mène encore des discus- sions avec 19 autres pays membres dont douze (12) avec lesquels les discussions sont avancées, a reçu récemment une quaran- taine de questions du Canada qui s'ajoutent à plus d'une centaine de questions de l'Union européenne parvenues il y a un mois.

ENTREPRISES

La croissance économique au cœur de la Semaine de l'entrepreneuriat en novembre

Le développement de l'entreprenariat et son impact sur la croissance économique en Algérie est le thème choisi pour la Se- maine mondiale de l'entreprenariat, "GEW Algeria 2014", qui se tiendra en novembre prochain, ont indiqué dimanche ses initia- teurs en Algérie. La GEW (Global entrepreneurship week), dont l'Algérie est partie prenante, est un événement annuel qui célèbre les inno- vateurs, les créateurs d'emplois et les pro- moteurs de start-up qui contribuent à la croissance économique à travers plus de 145 pays dans le monde. Durant cet événement international qui se tient en novembre de chaque année dans chacun des pays, des activités sont organi- sées au niveau national pour aider les créa- teurs d'entreprises à explorer leur potentiel et à s'engager dans une "aventure" entre- preunariale pour mettre en marche des start-up, explique-t-on.

L'Algérie prend part à cette initiative pour la quatrième fois à travers le pro- gramme NAPEO Algérie (Partenariat pour

le développement économique en Afrique du Nord) qui organise, en collaboration avec d'autres partenaires, les activités de la GEW à travers les 48 wilayas du pays. Ces activités, à travers des concours et des rencontres multilatérales à grande échelle, mettent en relation les jeunes par- ticipants "porteurs d'idées" avec des colla- borateurs potentiels, des mentors pour les parrainer et même avec des investisseurs pour financer ces projets. L'édition de l'an- née dernière a vu la participation, en Algé- rie, de plus de 200.000 participants dont des porteurs de projets, des chercheurs, des étudiants ainsi que les représentants des organismes publics (Ansej, Angem, universités, laboratoires de re-

cherches

a indiqué la coordinatrice na-

tionale de la GEW Algérie, Mme Fatiha

),

Rachedi, lors d'une conférence de presse tenue en prévision de cet événement. Pour cette année, la GEW Algérie, prévue du 17 au 23 novembre et placée sous le thème "Ecosystème entreprenarial Algé- rie", vise à explorer de nombreuses théma- tiques notamment le développement de l'entreprenariat et son impact sur la crois- sance économique, les conditions de créa- tion d'entreprises, la mobilisation des ressources et la relation université-entre- prise. L'objectif, selon elle, est d'orienter les chercheurs vers les besoins économique pour qu'ils puissent transférer leurs connaissances scientifiques en projets d'entreprises. Il sera, également, l'occasion de débattre des déterminants-clés de l'écosystème pour la construction d'une société entre- preneuriale capable de créer une "pépi- nière" d'entrepreneurs. Ces déterminants, explique Mme Rachedi, sont notamment

les politiques publiques à concevoir pour créer un climat des affaires favorable au dé- veloppement de l'entreprenariat. Pour sa part, le manager du NAPEO Al- gérie, M. Kamel Merarda, a relevé les ca- rences de la formation en soulignant que l'enseignement de l'entreprenariat fait en- core défaut dans les instituts supérieurs en Algérie. Lancé en 2010 à l'initiative des Etats- Unis pour établir un partenariat entre ce pays et ceux de l'Afrique du nord, le NAPEO Algérie est un réseau de chefs d'entreprises et d'universitaires visant à promouvoir l'en- treprenariat et la création d'emplois et en- courageant les activités susceptibles d'identifier et de réaliser des projets locaux et régionaux. Le NAPEO consiste à faire profiter les Maghrébins de l'expérience américaine en matière d'entreprenariat.

APS

Lundi 20 Octobre 2014

NATION

DK NEWS

7

M ME NOURIA BENGHEBRIT

La famille de l'éducation appelée à être vigilante afin de préserver l’école

appelée à être vigilante afin de préserver l’école La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a appelé hier à partir de Djelfa l’en- semble des membres de la famille de l’éducation à être "vigilants" en vue de préserver l’école, dans le cadre d’un contrat national, de tout ce qui pourrait menacer sa stabilité. "Les problèmes du secteur ne nous font pas peur, car nous avons la force et la volonté d’y faire face avec l’aide de tous les partenaires", a affirmé M me Benghebrit à l’ou- verture des travaux d’une conférence régionale- Centre sur l'évaluation de la rentrée scolaire 2014-2015, estimant que la préoccupation aujourd’hui va "aux moyens à utiliser pour régler les problèmes". "La solution ne réside pas dans la grève", a-t- elle souligné, à ce propos. S’exprimant sur cette conférence régionale, la ministre a indiqué que son premier objectif est "l’évaluation de la ren- trée scolaire, tout en constituant une opportu- nité pour l’explication des concepts de l’évalua- tion pédagogique et de la professionnalisation des personnels". Des recommandations clôture- ront les ateliers de travail qui seront mis en place, à l’occasion, afin de constituer une base pour l’élaboration de programmes de travail adaptés aux spécificités de chaque région, a-t- elle précisé. Elle a, aussi, souligné que l’évalua- tion pédagogique a été le thème choisi pour la conférence régionale-ouest, abritée du 11 au 12 octobre par Tiaret, alors que cette conférence de Djelfa a pour thème "l’organisation et gestion de la gouvernance", dans l’attente de la tenue "pro- chaine" de la conférence régionale-Est à Sétif, sous le thème de la "Professionnalisation des corps des métiers de l’Education". Outre les directeurs de l'Education de 17 wilayas du centre du pays, des chefs de service, des directeurs, des inspecteurs centraux et des chargés de commu- nication de ces directions sont présents à cette rencontre régionale. Sept (7) ateliers de travail ont été mis en place autour de thèmes liés à la gouvernance, la gestion des ressources humaines, la gestion financière et matérielle, l'information et la communication, la formation des formateurs et les structures d’accueil. Lors de sa visite à Djelfa, la ministre a inspecté les chantiers des projets de réalisation d’un lycée, d'un CEM et d'un bloc scolaire au nouveau pôle urbain de Bahrara. Elle s’est, également, rendue à Hassi Bahbah (50 km au nord de Djelfa) pour la visite d’une école primaire ayant bénéficié d’une action de réhabilitation, avant la visite du nouveau lycée de Hai El Wiam et l’inauguration d’un nouveau CEM de base 6, à Aïn Oussara (100 km au nord de Djelfa).

M. MOHAMED AÏSSA L’A INDIQUÉ

Le système de formation des cadres religieux en cours de révision

Le ministre des Affaires religieuses et du wakf, Mohamed Aissa, a indiqué hier à Alger qu'une révision du système de formation des cadres religieux pour un meilleur encadrement des mosquées, était engagée.

pour un meilleur encadrement des mosquées, était engagée. Le ministre a déclaré, à l'Institut isla- mique

Le ministre a déclaré, à l'Institut isla- mique de formation des cadres religieux où il a donné le coup d'envoi du concours d'accès aux instituts de formation relevant de son département, qu'une révision du système de formation des cadres religieux pour un meilleur encadrement des mos- quées était engagée. Il a rappelé que 1150 postes (intendant, muezzin, enseignant du Coran et ensei- gnant imam) sont à pourvoir. Les candi- dats retenus suivront des sessions de for- mation d'une année à trois ans ainsi que des stages de recyclage et seront orientés par la suite vers leurs spécialités. Le

ministre qui a précisé que son secteur comptait 12 instituts de formation outre les six en cours de réalisation, a indiqué que certaines wilayas ont pris l'initiative de construire des structures qui feront office d'écoles de formation des cadres religieux. M. Aissa a par ailleurs indiqué que son secteur comptait recruter des diplômés universitaires dans d'autres filières, précisant que le travail «est engagé avec le ministère de l'Enseignement supérieur pour arrêter les programmes de formation et les condi- tions d'accès et pour mettre en place les mécanismes permettant à ces derniers de

bénéficier d'un présalaire et d'une forma- tion théorique et pratique approfondie». Les épreuves orales interviennent après les épreuves écrites organisées les 21 et 22 septembre pour les enseignants imams et les 24 et 25 du même mois pour les inten- dants des mosquées, les muezzins et les enseignants du Coran. Concernant le Hadj 2014, le ministre a rappelé que sur la base des rapports que présenteront les présidents des sections et centres de son département et ce avant le 30 octobre, l'opération d'évaluation s'effectuera avec la participation de tous les secteurs au prochain conseil des ministres.

M. MOHAMED MEBARKI, L’A AFFIRMÉ

Enseignement supérieur: l'année 2014-2015

sera celle de l'approfondissement des réformes

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, a affirmé hier que l'année 2014-2015 sera celle de l'approfondisse- ment des réformes avec pour objectif essentiel d'améliorer la qualité de l'enseignement. «Il s'agit de faire reculer les déperditions qui étaient enre- gistrées auparavant, s'ouvrir sur l'environnement socio- économique du pays et s'ali- gner sur les normes interna- tionales à travers l'améliora- tion de la qualité de l'ensei- gnement», a déclaré M. Mebarki sur les ondes de la chaîne III de la Radio algé- rienne. Le ministre qui a fait état d'un certain nombre d'ac- tions projetées, a mis l'accent plus particulièrement sur la nécessité de corriger les «dys- fonctionnements» relevées dans la mise en oeuvre des réformes engagées dans le secteur de l'enseignement supérieur. Il a souligné, à ce propos, que l'université algérienne

souligné, à ce propos, que l'université algérienne «doit répondre aux besoins de l'environnement

«doit répondre aux besoins de l'environnement socio-éco- nomique du pays et s'impli- quer, de manière active, dans son développement». Pour ce faire, il a plaidé en faveur d'une formation de qualité «conformément aux objectifs tracés dans ce sens, précisant que les conditions «ne sont pas encore réunies» pour pro- céder à une «évaluation glo- bale» du système LMD (Licence-Master-Doctorat). Concernant les infrastruc- tures, le ministre a fait remar-

quer que l'ensemble des wilayas du pays sont dotées d'universités ou de centres universitaires et ce, dans le cadre de la «démocratisation» de l'enseignement supérieur, précisant que cette politique sera renforcée par un réseau de grandes écoles qui seront créées au niveau national. Il a relevé, dans le même sens, que son secteur a récep- tionné, au titre de la rentrée universitaire 2014-2015, 62.000 nouvelles places péda- gogiques et plus de 68.000 lits

d'hébergement, assurant qu'il y a une «amélioration» de la qualité des oeuvres universi- taires offertes aux étudiants. Au sujet de l'inexistence d'une université privée, en dépit du fait que la loi l'autorise, M. Mebarki a indiqué que la balle est plutôt dans le camp des opérateurs privés qui ne se sont pas manifestés pour ce genre de projets. «La loi le permet la créa- tion d'universités privées, le cahier des charges existe, mais pour le moment, il n'y a qu'un seul opérateur qui a soumissionné», a-t-il déploré. Interrogé, par ailleurs, sur le classement des universités au plan international plaçant l'université algérienne à la traîne, le ministre a réfuté les critères utilisés dans ce clas- sement et qui «ne prennent pas en considération les élé- ments de la politique algé- rienne en matière de dévelop- pement de l'enseignement supérieur», a-t-il expliqué.

SELON SON SG

Le ministère de l'Enseignement supérieur pour l'amélioration des œuvres universitaires au profit des étudiants

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a appelé par la voix de son secrétaire général, Mohamed Salah Seddiki, à la nécessaire améliora- tion de la qualité des œuvres universitaires au profit des étudiants. Lors d'une conférence nationale sur les œuvres universitaires tenue samedi au siège du ministère de l'Enseignement supérieur et consacrée à l'évaluation de la rentrée universitaire 2014-2015, M. Seddiki a mis l'accent sur l'importance de l'amélioration des œuvres universi- taires au profit des étudiants, notamment en matière de restauration, d'hébergement, de transport, d'activités cul- turelles et sportives. Le responsable a donné des "orienta- tions pour centrer les efforts sur la qualité des œuvres uni- versitaires en direction des étudiants eu égard aux moyens matériels et financiers dont dispose le secteur". Il a souligné en outre la nécessité d'améliorer les services sanitaires au

la nécessité d'améliorer les services sanitaires au niveau de toutes les structures d'hébergement, et de

niveau de toutes les structures d'hébergement, et de "veiller à leur maintenance à travers des opérations de rénovation, d'aménagement et d'embellissement de l'environnement". Il a également appelé à la poursuite de la concrétisation du projet de modernisation des structures des œuvres uni- versitaires, notamment les structures d'hébergement et de restauration. La mise en œuvre des textes règlementaires régissant les marchés publics dans les délais fixés dans les cahiers de charge, figurent parmi les points soulevés. S'agissant de la prise en charge de l'encadrement humain des cités et des directions universitaires, le responsable a souligné l'importance d'une "meilleure exploitation des ressources humaines existantes y compris le recours à leur redéploiement afin de garantir une bonne prise en charge du fonctionnement des infrastructures de service.

APS

8

DK NEWS

ÉCONOMIE

Lundi 20 Octobre 2014

Légère hausse des crédits hypothécaires accordés par la CNEP-Banque

La CNEP-Banque a accordé 32,77 milliards (mds) de DA de crédits hypothécaires aux par- ticuliers durant les 8 premiers mois de 2014 (contre 31 mds de DA durant la même periode de 2013), soit une hausse de 6%, a appris l'APS auprès de cette banque publique. Quant au nombre de demandes qui ont été acceptées pour bénéficier de ce type de cré- dits, il a atteint 16.971 dossiers entre janvier et août 2014 contre 14.586 durant la même pé- riode de l'année précédente, soit une pro- gression de 16% en terme de demandes. Sur les 32,77 mds de DA des crédits hypo- thécaires octroyés durant les 8 premiers mois de 2014 , les prêts à taux bonifiés en ont repré- senté près d'un tiers avec 5.363 crédits d'une valeur globale de 12,2 mds de DA. La banque a, par ailleurs, attribué 1.293 crédits à l'accession pour un montant de 7,4 mds de DA dont 3,4 mds de DA destinés au fi- nancement de la cession de biens immobi- liers entre particuliers. La construction de logements a bénéficié de 4.334 crédits pour un montant de 7 mds de DA, avance la même source. Pour ce qui est des crédits accordés aux jeunes de 35 ans et moins, ils ont totalisé 268 prêts pour un montant de 1,8 milliard de DA. Ces crédits aux jeunes, dont la formule avait été lancée par cette banque en 2008, sont remboursables sur 40 ans et dont le montant peut atteindre 100% du prix du loge- ment acquis, rappelle-t-on. Quant aux autres types de crédits aux par- ticuliers accordés, notamment ceux destinés à la location, à l'aménagement et à l'exten- sion, ils ont totalisé un montant de 4,3 mds de DA.

ENTREPRISES

La médiation préconisée pour le règlement des litiges commerciaux

Des juristes ont préconisé, hier à Alger, des solutions alternatives à l'arbitrage pour le règlement des litiges dans le monde des affaires en Algérie afin de préserver les relations entre les partenaires économiques.

A cet effet, la médiation et la conci- liation sont considérées comme des modes alternatifs susceptibles de pal- lier les problèmes que peut poser la justice dans le règlement des litiges, permettant aux parties en conflit de reprendre leurs relations d'affaires plus rapidement, a affirmé maître Rabah Hached, avocat au barreau de Paris, lors de la 5e édition des "Jour- nées d'études Mohand Issad" sur l'ar- bitrage international. Cette rencontre, axée autour du thème "Le contrat international et des modes de règlement des litiges"", a été organisée par le World Trade Center- Algeria et l'Association des avocats pour un barreau pluriel de Paris. A la différence de l'arbitrage, qui est un processus complexe et nécessitant des coûts importants, la médiation est menée par un tiers qui rapproche entre les parties en conflit dans le but de faciliter l'aboutissement à une transaction pour purger le litige, alors que la conciliation n'exige pas l'inter- vention d'un tiers pour arranger entre les parties litigieuses. "Quand le litige n'est pas important, il vaut mieux aller aussi bien vers la médiation que vers la conciliation", a

bien vers la médiation que vers la conciliation", a conseillé Me Hached. Alors que ces modes

conseillé Me Hached. Alors que ces modes alternatifs de règlement des conflits commerciaux sont nouveaux en Algérie, les organismes sensés les promouvoir ne sont pas encore perfor- mants pour inciter les opérateurs éco- nomiques à opter pour ces solutions à l'amiable, a-t-il observé. Par ailleurs, dans le domaine des relations internationales, d'autres ju- ristes ont recommandé un règlement des litiges par le recours, aux tribu- naux à travers "la clause attributive de juridiction" qui est un mode conten- tieux appliqué par un juge. "Les entreprises algériennes, aussi bien privées que publiques, recourent plus à l'arbitrage qu'à la médiation et à la conciliation", selon le professeur Ali Bencheneb. Bien qu'elles ne soient toujours opportunes, ces clauses sont

moins coûteuses que l'arbitrage et sont caractérisées par leur souplesse et la pérennité des relations d'affaires. "Le coût de la médiation est beau- coup plus faible que le coût de l'arbi- trage, ce qui explique qu'il y a de plus en plus d'entreprises qui souhaitent aller à la médiation et à la concilia- tion", estime l'expert français, Lau- rence Ravillion. Citant les dernières statistiques du centre de médiation et d'arbitrage de Paris, M. Ravillion note une "vraie avancée" de ces nouveaux produits sur le marché juridique en France. Le recours des entreprises fran- çaises à ces modes alternatifs de règle- ment des litiges, qui connaissent un essor aux Etats-Unis, a augmenté de plus de 20% en 2013 par rapport à l'an- née d'avant.

PÊCHE

Pour une participation de la base à l’enrichissement du projet Aquapêche 2020

de la base à l’enrichissement du projet Aquapêche 2020 Un représentant du ministre de la Pêche

Un représentant du ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Mohamed Bengrina, a mis l’accent hier à Aïn Témou- chent sur la participation «efficace» de la base à l’enrichissement du projet Aqua- pêche 2020. Intervenant à l’ouverture d’une journée d’étude consacrée à ce sujet, M. Bengrina a souligné que la contribution à ce projet obéit à la feuille de route du ministère. Ces rencontres seront coiffées par des journées d’études régionales, puis nationales en vue d’élaborer le programme d’action du mi- nistère pour les années à venir, a-t-il ajouté. Venant en complément des pro- grammes précédents, ce projet est basé sur quatre axes visant le développement har- monieux du secteur de la pêche et de l’aquaculture à travers, notamment, la pro- motion et la diversification des filières de la pêche et de l’aquaculture, l’élaboration d’un plan d’action pour la pêche tradition-

nelle, la formation des professionnels, la multiplication des zones d’échouage et la protection des res- sources halieu- tiques. La modernisation des embarcations, le développement de l’industrie navale, de la pêche continen- tale et la réalisation de centres de pêche continentale au ni- veau des barrages et retenues hydriques, ainsi que le dévelop- pement de l’alimentation des poissons, fi- gurent également parmi les objectifs, tout comme la mobilisation des capacités scien- tifiques nationales, le renforcement du partenariat intersectoriel avec les orga- nismes mondiaux, notamment la FAO, et l’encouragement de la pêche intégrée avec le secteur de l’agriculture, selon M. Ben- grina. A cette occasion, les directeurs locaux de la pêche et des ressources halieutiques et de la Chambre de pêche ont procédé à la si- gnature de la charte pour le développe- ment responsable et durable de la pêche et de l’aquaculture. Abritée par le complexe culturel de Aïn Témouchent, cette rencontre qui a réuni les professionnels, les représentants de l’administration du secteur et les investis- seurs, a débattu des recommandations à transmettre aux journées d’études régio- nale et nationale.

UNIVERSITÉ D'ORAN

Hommage posthume à l'économiste algérien Abderrahmane Fardeheb

(1944-1994)

Une journée d'étude ayant pour thème «Economie de développe- ment» s'est tenue hier à l'Université d'Oran en hommage au regretté pro- fesseur Abderrahmane Fardeheb (1944-1994). Plusieurs intervenants parmi les anciens élèves et collègues du défunt ont mis en exergue la di- mension académique de son oeuvre riche en publications sur les ques- tions économiques. L'originalité de ses approches ana- lytiques sur le développement écono- mique a été mise en avant par les participants, à l'instar du directeur de l’Ecole préparatoire en sciences éco- nomiques, commerciales et sciences de gestion (EPSECG, Oran), Pr Se- nouci Benabbou. Dans une communication sur l'oeuvre de Fardeheb, M. Benabbou a évoqué dans ce sens le thème de «La politique des investissements dans le secteur d’Etat industriel et le dévelop- pement économique, Algérie de 1962 à 1977», qui fut le sujet de la thèse de doctorat soutenue avec succès par le défunt en 1981. Ce premier grand ouvrage de 850 pages illustrait déjà à l'époque le po- tentiel du chercheur qui n'allait mé- nager aucun effort dans son investissement académique, a ob- servé l'intervenant, citant une dizaine d'autres publications porteuses d'in- térêt. Les qualités pédagogiques du regretté enseignant ont été également

soulignées. Le Pr Ahmed Bouyacoub (université d'Oran) a rappelé à ce titre que «Fardeheb insistait toujours sur la nécessité de simplifier les théories les plus complexes pour faciliter leur compréhension par les étudiants». La journée d'étude s'est ouverte à la salle de conférences de la faculté des sciences économiques, des sciences de gestion et des sciences commerciales du pôle universitaire de Belgaïd, relevant de l'université d'Oran. Une autre séance de témoignages est prévue lundi lors d'une rencontre de l’ensemble des participants à l’am- phithéâtre n°7 de cette faculté qui sera baptisé du nom du professeur Abder- rahmane Fardeheb, ont indiqué les organisateurs. Né le 23 mai 1944 à Maghnia (Tlemcen), Fardeheb effec- tue son parcours scolaire dans cette ville, puis à Tlemcen et à Alger où il obtient son baccalauréat en 1963) et entame ses études universitaires en sciences économiques. Il décroche son diplôme de licence en 1969, puis son Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en 1972 avec un travail consacré au «rôle du secteur industriel dans la politique de développement économique». Il a dirigé plusieurs travaux de re- cherche jusqu'à son assassinat le 26 septembre 1994 à Oran alors qu'il s'apprêtait à rejoindre l'université. APS

Lundi 20 Octobre 2014

RÉGIONS

DK NEWS

9

APC DE SÉTIF:

VASTE CAMPAGNE DE NETTOYAGE :

C'est surle slogan ''La propreté, c'est l'affaire de tous'' que l'Assemblée populaire communale de Sétif a concocté un vaste programme depuis le début de la semaine, pour mener une campagne de nettoyage de la ville, afin de lui rendre son lustre d'antan, déclare le communiqué de la cellule de communication de la municipalité.

Rendre à la ville son lustre d'antan

la municipalité. Rendre à la ville son lustre d'antan Azzedine Tiouri. La mise en œuvre de

Azzedine Tiouri.

La mise en œuvre de ce programme à grande échelle qui s'étalera tout au long d'une année, comportera plusieurs axes pour maintenir la ville et tout son envi- ronnement propres, telles que des cam- pagnes de sensibilisation, de prise de conscience, d'information où les inter- ventions pour éliminer les points noirs par la dissuasion, quitte à utiliser la ré- pression pour les plus récalcitrants. Selon le président de l'APC de Sétif Nacerdine Ouahrani, cette opération se présente comme un support supplémen- taire de ce que font déjà les agents de net- toyage quotidiennement avec le ramassage des ordures ménagères ou le nettoyage des artères afin de présenter une atmosphère de propreté et conforta- ble pour les habitants de la ville de Sétif. Et cela, ajoute-t-il, ne pourra se faire qu'avec la participation de tous les ci- toyens, afin de maintenir leurs cités et quartiers propres à travers des actions très simples et une prise de conscience

avec un effet positif, en commençant par respecter les horaires de dépôts des sa- chets des ordures ménagères qui aide- ront grandement à assainir l'environnement. Par ailleurs, il a été décidé l'adoption d'une série de mesures pour aider à pré- server l'environnement à Sétif à travers la mise en œuvre d'un important pro- gramme de sensibilisation qui touchera les élèves dans les établissements sco- laires et les femmes au foyer, afin de les sensibiliser sur l'importance et la néces- sité de leur contribution et participation

à ces actions d'hygiène et de propreté de

leurs cités et quartiers. Ce programme nécessitera aussi l'implication de l'en-

semble des intervenants dans les médias

et organes d'informations, de la radio lo-

cale pour la diffusion des spots de sensi- bilisation et l'organisation de programme d'émissions à cet effet. En premier lieu, le programme, souligne le communiqué, prévoit une vaste campagne de nettoyage de l'ensemble de la cité d'Aïn El Fouara pour la débarrasser de tous les déchets dans tous les coins et recoins de la ville.

Il est à signaler que les premiers concernés pour l'application de ce pro- gramme restent les commerçants devant leurs boutiques et magasins. Ceux qui ne l'appliqueront pas seront poursuivis et tous dépassements, nous dit-t-on, seront sanctionnés. Les premières mesures sont tombées et six locaux ont été déjà propo- sés à la fermeture administrative et la campagne de dissuasion continuera pour maintenir la ville propre. La question que tout le monde se pose aussi. Cette opération continuera-t-elle dans le temps, ou est-ce tout simplement

une opération coup-de-poing et çà passe ? Toujours est-il, la ville de Sétif, comme toutes les importantes cités et agglomé- rations de la wilaya, ont besoin véritable-

ment d'un grand nettoyage qui doit durer dans le temps et l'espace. Depuis quelques temps, avec un certain laisser- aller de tous, la ville a perdu de son aura et de sa réputation de ville propre tant ad- miré par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à chacune de ses vi- sites de travail dans la capitale des Hauts- Plateaux.

SALON NATIONAL DE LA POTERIE À AÏN DEFLA

« Partager les connaissances et découvrir les artisans »

Salim Ben

Un salon national de la poterie a été inauguré hier dans la wilaya d'Aïn Defla, organisé par la chambre de l'artisanat et des métiers de la wilaya, en collaboration avec la direction du tourisme et la direction de la formation professionnelle. Cet espace s'étalera du 19 au 23 octobre 2014 au niveau de l'ODEJ.

« C'est une réelle opportunité en premier lieu, pour les ci-

toyens de la wilaya de connaître les différentes facettes de cet

art ancestral qui de région en région véhicule cette identité

et cette culture plurielle que pérennisent les motifs propres

à chaque création et pour les artisans potiers eux-mêmes

pour se rencontrer, échanger leurs expériences et affiner et enrichir par la même leur art » nous a confirmé Abdous Az-

zedine directeur de la chambre de l'artisanat. Ce salon a réuni

10 wilaya, il s'agit de Tizi Ouzou, Blida, Ain Defla, Biskra, Bou-

merdès, Chlef, Alger, Bouira Oran et Mila. Pour Touati Amar, un exposant de Tizi Ouzou, qui s'est illustré par l'usage de la poterie via une technique d'une roue de voiture qui tourne

en vide «cette rencontre est une étape pour développer da- vantage nos échanges et rencontrer des personnes dans le domaine ». Pour Mouhous Abdelkrim de Boumerdès, spécia- lisé dans la céramique « c'est un plaisir de se trouver auprès de mes amis et collègues dans le domaine, j'ai bien apprécié l'accueil qui nous a été réservé par les organisateurs et j'ad- mire aussi l'organisation » pour rappel, plusieurs maitres- artisans du pays ont bénéficié d'une formation d'un mois en Espagne encadrés par des experts en la matière, qui à leur tour ont encadré, toujours sous la houlette des experts espa- gnols, des artisans ici même en Algérie. L'agence de communication « Aulysse » de Bouzareah, a participé dans ce salon avec des espaces ouverts aux jeunes, notamment en matière des travaux manuelles et dessins qui illustrent l'importance de la poterie dans notre pays. Pour Bellabès Nadjet, participante, « nous participons dans ce salon pour la première fois à Ain Defla, et notre but c'est sen- sibiliser les jeunes écoliers pour s'illustrer dans ce domaine merveilleux de l'art et les techniques d'un métier très ancien dans notre culture »

PORTRAIT D'UNE PARTICIPANTE

Hanane Benmediouni infographe

Réalisé par Salim Ben

Elle a déjà à son compte quatre al- bums, Hanane Benmediouni âgée de

23 ans et potentiellement jeune cadre

dynamique et très active. Cette jeune infographe est une passionnée de bande dessinée depuis sa tendre enfance. Elle

a été intégrée par la maison d'édition Z.

Link, suite a la soumission de son projet, spécialiste en comicbook. Hanane Ben-

mediouni était a la hauteur des attentes de plusieurs personnes en lançant ses ouvrages et créations de bande dessinée

sur le marché national. Durant ce salon national de la poterie, notre infographe,

a présenté son nouveau livre sur le petit

artisan de 12 pages, très riche en photos,

écris en langue arabe, destinés aux petits enfants pour une sensibilisation

de l'importance de la poterie dans notre

culture. Hanane a déjà réalisé quatre albums, il s'agit de Nour El Mou- loud(2011) le Drapeau(2013) Kouider

(2014) et Le petit artisan (2014). M elle Ha- nane, a crée la boîte de communication Aulysse afin de sensibiliser et encourager les jeunes et les femmes aussi de prendre le chemin de l'artisanat et voyager ainsi

dans le monde des nouvelles techniques de coulage, de moulage, de séchage et de décoration. Des ateliers à ciel ouvert sont paral- lèlement destinés aux jeunes pour une formation de quelques heures dans ce salon. Pour contacter Hanane , voici son lien sur twitter @HBenmediouni

LAGHOUAT

1.850 postes d'emploi offerts par le dispositif d'insertion professionnelle

Quelque 1.847 postes d'emploi ont été offerts par le biais du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP), de- puis le début de cette année dans la wi- laya de Laghouat, a-t-on appris hier auprès de la direction de l'emploi. Ce nombre est réparti entre les contrats pour les diplômés (917 postes), les contrats d’insertion professionnelle (835), et les contrats de travail aidé (95), a-t-on précisé. La direction de l'emploi relève un vif intérêt de la part des demandeurs d'em- ploi sur ce dispositif, notamment dans le secteur de l'administration, en rappelant que la période d'insertion est de six (6) années. Le même dispositif permet aux recru- tés d'acquérir une expérience suscepti- ble de faciliter leur insertion dans le monde professionnel, a-t-on souligné. Les emplois générés par le biais du DAIP, sur la période 2010-2014, dans la wilaya de Laghouat, avoisinent les 42.300 postes, dont 22.198 au profit des diplô- més, et 10.782 dans le cadre de l'insertion professionnelle, selon la même source.

BOUIRA:

Des habitants d’Ahnif réclament la fermeture d’une décharge à ordures

Des dizaines de citoyens de la com-

mune d’Ahnif (est de Bouira) ont pro- cédé hier matin à la fermeture de la RN 5

à l’aide de barricades et de pneus enflam-

més pour réclamer la fermeture d’une décharge à ordures, située près de leurs habitations. Les manifestants, des jeunes pour la plupart, qui ont ainsi perturbé, durant des heures, la circulation automobile sur cet axe routier, ont expliqué que cette ac-

tion de protestation visait «à attirer l’at- tention des autorités locales sur leur situation et les amener à fermer et à dé- localiser la décharge communale qui se trouve à proximité de leurs habitations». Nous avons, à plusieurs fois, saisi les responsables concernés, mais aucune réponse n’a été donnée à notre requête», ont indiqué à l’APS des jeunes protesta- taires, dénonçant à cet égard, «la sourde oreille des autorités». «Cette décharge doit être fermée ou délocalisée le plus ra- pidement possible car elle constitue une menace pour la santé des riverains», ont- ils réclamé. Rencontré sur le lieu de la protesta- tion, le président de l’Assemblée popu- laire communale (APC) d’Ahnif, Saoudi Djamel, qui a essayé d’apaiser la tension,

a souligné, pour sa part, que «la revendi-

cation de ces jeunes était légitime», ob- servant toutefois que cela «ne nécessitait pas la fermeture de la route et pénalisa- tion de ses usagers». Il a appelé les jeunes au dialogue avec les responsables concernés pour trouver une solution à ce problème. M. Saoudi a expliqué, à cet effet, aux protestataires que le centre d’enfouisse- ment technique (CET), en cours de réali- sation à la sortie- nord de la ville d’Ahnif, sera bientôt achevé et la décharge y sera délocalisée .

APS

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Lundi 20 Octobre 2014

M'SILA : BILAN DE LA GENDARMERIE

938 affaires traitées en 9 mois

Mouad B.

Les 1 137 389 habitants de la wilaya de M'sila ont bien ressenti la pré- sence des gendarmes et leur efficacité sur le terrain durant les 9 pre- miers mois de l'année en cours. Ainsi le bilan fait état que les différentes unités de gendarmerie ont eu à traiter, durant les 9 premiers mois de l'année 2014, quelque 948 affaires (50 crimes et 898 délits) qui se sont soldées par l'interpellation de 1212 personnes dont 218 ont été placées sous mandat de dépôt.

L'immigration clandestine : 19 interpellations

Selon le bilan des activités des unités du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de la wilaya de M'sila, l'examen de 16 affaires liées à l'immigration clandestine a permis d'interpeller 19 étrangers, la majorité étant de nationalité africaine. Il s'agit de citoyens maliens, ca- merounais, nigérians, marocains

Trafic de drogue et de psychotropes : 60 affaires traitées

Concernant la lutte contre les stupéfiants, 60 affaires ont été traitées et ont permis l'arrestation de 109 personnes, 94 ont été mises sous man- dat de dépôt et 15 sous contrôle judiciaire. Les quantités de drogue saisies sont de l'ordre de 40 kilogrammes de résine de cannabis traité et 2665 comprimés de psychotropes.

150500 DA de faux billets saisis

Les services de la Gendarmerie nationale de M'sila ont saisi durant la même période 150500 DA de faux billets, dans le cadre d'une affaire trai- tée, selon le commandant du groupement territorial de ce corps sécuri- taire. 3 personnes dont 2 placées sous mandat de dépôt et le troisième a été placé sous contrôle judiciaire.

Trafic de voitures : Les documents de 14 véhicules falsifiés.

Les mêmes services ont traité 14 affaires de falsification de documents de véhicules aboutissant à l'arrestation de 16 individus, dont 4 ont été placés en détention provisoire et 12 sous contrôle judiciaire. Pas moins de 14 véhicules (13 voitures, et 1 camion) ont été saisis.

La contrebande et l'informel : 5359 comprimés de viagra saisis

Durant ces 9 premiers mois de 2014, huit affaires ont été traitées im- pliquant 16 personnes dont 4 placées sous mandat de dépôt et 12 sous contrôle judiciaire. Selon le bilan la marchandise saisie est composée de 95763 pétards, 5359 comprimés de viagra, 81 moteurs de véhicules, 86 pièces détachées, un camion

Trafic d'armes et d'explosifs : 17 affaires traitées

Le groupement de la gendarmerie nationale de la wilaya de M'sila a traité de janvier à septembre, 17 affaires relatives au port et trafic d'armes et de munitions. Comparativement à la même période l'année 20132, les mêmes ser- vices ont relevé une augmentation notable dans ce domaine, soit 5 af- faires en plus en 2014 contre 11 seulement traitées en 2013. Les différentes sections ont pu saisir 17 fusils de chasse, 328 cartouches et 245G de poudre noire, ainsi qu'un lot de matériel de fabrication et de chargement de poudre. La vigilance des services de la gendarmerie na- tionale a permis de neutraliser 18 personnes dont 12 ont été placées sous mandat de dépôt et 6 sous contrôle judiciaire.

Vol du cheptel : 2298 têtes d'ovins volés

Selon le rapport établi par la Gendarmerie nationale, plus de 2298bêtes ont été volées en 2013, à travers la wilaya. Les mêmes services sont parvenus à récupérer une partie du cheptel volé, à savoir 1531 têtes d'ovins et arrêté, du coup, 26 personnes, dont 20 ont placées sous mandat de dépôt et 6 sous contrôle judiciaire. Trafic et détournements des produits soutenus par l'Etat Les services de la gendarmerie ont traité, durant cette période, 45 af- faires et ont saisi pas moins de 2905 quintaux de blé tendre, 167 quintaux de blé dur, 264 quintaux d'orge, 1542 quintaux de maïs, 603 quintaux d'aliment de bétails.

Les infractions économiques : plus de 30 milliards de centimes de marchandises saisis

Pour défaut de facturation, d'affichage des prix, de registre de com- merce, et d'autres crimes et délits commerciaux, les éléments de ces bri- gades de la gendarmerie nationale de M'sila, ont traité pour cette même période, 1349 affaires et ont saisi une marchandise d'une valeur estimée à 13 505 852,00 DA.

Le vol de sable : saisie de 798 tonnes

Pas moins de 81 affaires traitées de janvier à septembre par les gen- darmes de M'sila. Ils ont saisi 798 tonnes de sable enlevées des lits des oueds de la partie sud de la wilaya tandis que 33 camions et 3 engins uti- lisés pour ce trafic ont été mis à la fourrière, précise-t-on de même source. Pas moins de 81 personnes liées à ce trafic ont arrêté.

La lutte pour la protection de l'environnement : une mission prise au sérieux

En 9 mois, les gendarmes ont traité, 36 affaires liées à l'environne- ment dont 15 pour forage illicite, 9 pour irrigation avec des eaux usées (saisie de 5 moteurs), et 12 affaires pour jets d'ordures solides. Les accidents de la route : toujours en augmentation Malgré les campagnes de sensibilisation et de prévention, les statis- tiques fournies à cet effet par les services de la gendarmerie nationale donnent un bilan de 64 morts et 731 blessés à M'sila durant les 9 premiers mois de l'année en cours. Le nombre de personnes décédées a enregistré une augmentation de 2 personnes par rapport à la même période de l'an- née 2013, les nombres des accidents et des personnes blessées, ont aussi vu une hausse respective de 30 accidents et 4 blessés, selon le bilan. Les causes principales des accidents de la route sont l'excès de vitesse, le dé- passement dangereux et le non-respect de la distance de sécurité entre les véhicules, notamment. Du coté répression, pas moins de 42074 opé- rations ont été effectuées par les différents services de la gendarmerie, ponctuées par le retrait de 19693 permis de conduire (8104 pour 48 heures, 11189 pour dix jours et 400 par la justice), et autres contraven- tions, amendes forfaitaires et mises en fourrière.

BÉJAÏA

Une jeune fille libérée des mains de ses ravisseurs

Une jeune fille enlevée par quatre individus dans la wilaya de Béjaïa, a été libérée saine et sauve des mains de ses ravisseurs par les gendarmes à l'issue d'une vaste opération de recherche, a indiqué hier le Commandement de la Gendarmerie nationale dans un communiqué.

«Un jeune âgé de 24 ans s'est présenté à la brigade de la gen- darmerie nationale de Barba- cha (Béjaïa) pour déclarer que le 18 octobre à 3 heures du matin, lors de son déplacement de Bousselam (Sétif ) vers Ken- dira en compagnie d'une proche parente âgée de 20 ans à bord d'un véhicule, il a été in- terpellé près d'un bois à hau- teur de la localité de Kendira, par 4 individus munis d'armes blanches circulant à bord d'un

munis d'armes blanches circulant à bord d'un véhicule. Ces derniers l'ont agressé, au même titre

véhicule. Ces derniers l'ont agressé, au même titre que le chauffeur pour ensuite enlever la jeune fille et prendre la fuite à bord de leur véhicule», a-t-on précisé. «Une grande opération de recherche a été déclenchée par les unités de la Gendarmerie nationale de la wilaya en instal- lant un dispositif de contrôle et d'identification des personnes sur tout le réseau routier de la wilaya», selon la même source.

«Les forces engagées dans l'opération par les différentes unités de la Gendarmerie na- tionale ont permis la localisa- tion des auteurs (de cet enlèvement) et de la victime». «Les recherches entreprises par les gendarmes ont conduit à l'interpellation des auteurs présumés le même jour et la li- bération de le jeune fille qui était séquestrée dans le garage d'un des mis en cause au centre ville de Kendira», a-t-on ajouté.

INCENDIE AU CHU DE SÉTIF

Le laboratoire d'analyse touché

A. Tiouri

Un important incendie s'est déclaré dans la nuit d'hier, dans une partie du laboratoire cen- tral des analyses de sang du Centre hospitalo- universitaire Saâdna Abdenour de Sétif. Les pertes ont été estimées à 80 millions de cen- times. Le feu a embrasé toutes les machines ser- vant aux analyses du sang, des équipements électriques et électroniques ainsi que des ordi- nateurs. Selon certaines sources, l'incendie s'est dé- claré à la suite d'une étincelle électrique et grâce

à l'intervention rapide des éléments de la Pro- tection civile de Sétif, la catastrophe a été évitée de justesse. Une grande partie de l'aile du labo- ratoire a été sauvée du brasier en moins d'une heure d'intervention. Dès le début du sinistre, une panique s'était emparée au sein du person- nel médical et des patients qui étaient présents en ce moment au CHU. Heureusement aucune victime n'est à déplorer, mais d'importants dé- gâts matériels ont été relevés, selon toujours les mêmes sources. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes du sinistre. La restauration de l'aile incendiée sera entamée in- cessamment pour sa mise en service dans l'im- médiat.

SELON LA PROTECTION CIVILE

Accidents de la route : neuf morts et 21 blessés durant les dernières 24h

Neuf personnes sont mortes et 21 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus durant les dernières 24h à travers le territoire national, selon un bilan rendu public hier par les services de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wi- laya de Tébessa avec trois per- sonnes décédées suite au dérapage d'un véhicule léger ayant chuté dans un ravin, sur-

d'un véhicule léger ayant chuté dans un ravin, sur- venu sur la RN82 au lieudit El

venu sur la RN82 au lieudit El Hanchir dans la commune de Aïn Zerga, précise la même source. Par ailleurs, les secours de la Protection civile de la wilaya de Aïn Defla sont intervenus pour l'évacuation de cinq per- sonnes grièvement blessées suite à l'effondrement d'un pont de la voie ferrées en chan- tier, situé au lieudit Regaïba, commune de Hoceinia.

BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Un homme est mort de la rage après avoir été mordu par un chien à Ghaïlassa

Un homme âgé de 36 ans est mort en fin de la journée du samedi dans l’hôpital Bouzidi Lakh- dar de Bordj Bou-Arréridj après avoir été mor- due par un chien enragé, a-t-on appris d'une source locale. La victime a été infectée au milieu de la semaine dans la commune de Ghaïlassa, une trentaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj au cours duquel elle a été mordue par un chien au niveau du

pied. La blessure était mineure, mais la période d'incubation de la maladie est devenue plus longue, indique la même source. La victime a commencé à développer des symptômes de la maladie avec de la fièvre, des douleurs, des picotements et des brûlures. Hos- pitalisée, il perdra finalement la vie le samedi en fin de journée.

M.B.

Lundi 20 Octobre 2014

SOCIÉTÉ

DK NEWS

11

TIZI OUZOU

2800 ha de couvert végétal dévastés cet été par le feu à travers la wilaya

Une superficie de 2851 hectares de couvert végétal a été dévastée durant la période d'été par les flammes à travers les massifs forestiers de la wilaya de Tizi-Ouzou, a-t-on appris hier auprès de la Conservation des forêts.

Les feux ont touché, selon le chef de service de la Protection de la faune et de la flore, 637 ha de forêts, 786 ha de maquis, 903 ha de broussailles et 525 ha de divers arbres fruitiers, dont notamment des oliviers et des fi- guiers. Hors forêts, les dégâts occa- sionnés par les incendies ont consisté en la perte d'au moins 27. 000 arbres fruitiers, 82 ruches pleines, 6060 pou- lets de chair et 700 poussins, répartis sur des exploitations avicoles à travers des communes, selon les chiffres de la Conservation des forêts. Le montant des pertes directes oc- casionnées au patrimoine forêstier

des pertes directes oc- casionnées au patrimoine forêstier par ces incendies, consistant en la destruction de

par ces incendies, consistant en la destruction de matières ligneuses (bois et lièges), a été évalué à plus 453 millions de dinars sans la prise en compte des préjudices causés à la faune et la flore et autres répercus- sions néfastes sur l'environnement, et dont la valeur «est inestimable», a-t- on souligné. «Pour cet été, nous avons enregis- tré une moyenne de 7 ha de perte syl- vicole/ jour, avec un total de 370 incendies déclarés,ayant parcouru une superficie globale de 2851 ha, alors que la moyenne de la dernière décennie était d'environ 1 2 ha «, a re-

levé M. Skandraoui Mohamed, rappe- lant que les pertes de la saison écoulée étaient de 450 ha pour 72 incendies. Le plus dévastateur des incendies de cet été, avec une perte d'au moins 195 ha s'est déclaré dans la commune de Makouda .» Son ampleur était telle qu'il a né- cessité, pour sa maîtrise, la mise à contribution des moyens de la co- lonne mobile de la Protection civile»,a t-on indiqué. La wilaya de Tizi-Ouzou dispose d'un couvert végétal de 112.000 ha en- viron, dont 48 000 de forêts avec une part de 23000 ha pour le chêne liège.

SÛRETÉ NATIONALE

30 affaires criminelles traitées en septembre 2014

Les brigades criminelles de la sûreté nationale ont traité en septembre dernier 31 affaires criminelles au niveau na- tional, a indiqué hier un communiqué de la cellule de la communication de la Direction générale de la sûreté natio- nale (DGSN). Les unités de police ont pu élucidé 16 affaires d'homicide volontaire en septembre 2014. L'enquête menée par la po- lice judicaire a permis l'arrestation de 19 individus qui ont été présentés devant le juge d'instruction qui a ordonné leur placement en détention provisoire. 15 affaires de coups et blessures entraînant la mort ont également été traitées .L'enquête a permis l'arrestation de 22 mis en cause qui ont été présentés devant la juridiction compétente. Selon les statistiques, ajoute le communiqué, les affaires d'homicide volontaire et de coups et blessures entraînant la mort enregistrés en septembre 2014 « ont été

la mort enregistrés en septembre 2014 « ont été traitées à 100 %». Dans ce cadre,

traitées à 100 %». Dans ce cadre, la DGSN appelle à la conju- gaison des efforts, société et des institutions, notamment les médias, pour la sensibilisation aux dangers de ces crimes.

TIPASA

Campagnes de sensibilisation de la police au profit des élèves contre les dangers de la route

Des campagnes de sensibilisation contre les dangers de la route sont me- nées depuis quelques jours en direc- tion des élèves des écoles primaires par la Sureté de wilaya de Tizipasa, a- t-on appris samedi auprès de la cellule de communication de cette institu- tion. Quelque 29 écoles primaires de la wilaya sont ciblées par ces campagnes, lancées en coordination avec la direc- tion locale de l’Education, et qui se- ront élargies plus tard aux établissements du moyen et du secon-

daire, a ajouté la même source. L’initiative, inscrite au titre du plan de communication de la Direction gé- nérale de la sureté nationale (DGSN) , à l’occasion de la nouvelle rentrée sco- laire (2014-2015), vise à ancrer une cul- ture de la circulation routière chez cette catégorie de la population, en vue de la protéger des dangers de la route », a-t-on précisé. Des cours portant sur les panneaux de signalisation et leur respect, ainsi que sur le danger de certains compor-

tements à bannir dans la rue, tels que traverser en courant, jouer dans la rue, ou s’agripper aux véhicules, sont por- tés au programme de ces campagnes. Par ailleurs, la direction de la sûreté de wilaya a mobilisé un (1) agent de po- lice au niveau de chaque école de la wi- laya pour veiller à la protection des élèves contre les dangers de la route, alors que des rondes de Police sont ré- gulièrement assurées au niveau des mêmes établissements, a indiqué la même source.

TLEMCEN

Saisie de 6.300 litres de carburants destinés à la contrebande vers le Maroc

Les éléments des Douanes ont opéré, la semaine dernière à Tlemcen, la saisie de près de 6.300 litres de carburants des- tinés à la contrebande vers le Maroc, a-t- on appris hier de la cellule de communication de la direction régionale des Douanes de Tlemcen. Ces opérations ont été effectuées par les brigades de douanes relevant des postes de surveillance de Yerou, Bouka- noune et Marsa Ben M'hidi, la brigade du poste "Akid Lotfi" et la brigade itinérante

de Maghnia, lors de patrouilles et de bar- rages de contrôle au niveau de la bande frontalière, selon la même source. La marchandise saisie était condition- née dans 244 bidons en plastique trans- portés à dos de baudets et dans un véhicule, a-t-on encore indiqué. La va- leur de cette marchandise destinée à la contrebande et du véhicule saisis est es- timée à plus de 796.000 DA et l’amende douanière à plus de 14,5 millions DA, selon la même source.

M. ABDELHAMID MEDAOUD

“Les Ghardaouis en mesure de contrecarrer les tentatives de division visant à semer la fitna”

Les Ghardaouis "sont en mesure de contre- carrer les tentatives de division visant à semer la discorde et la fitna et attenter à l'unité natio- nale", a affirmé samedi à Alger Abdelhamid Medaoud, un des fondateurs de l'Association El Irched oua El Islah.

A l'occasion de la célébration du 25e anni-

versaire de la création de cette association, M. Medaoud a insisté sur le fait que les habitants de Ghardaïa "sont les enfants d'un même pays qui ont épousé la même religion, c'est pour- quoi les tentatives de division dont ils font l'ob-

jet sont vouées à l'échec".

Il a indiqué dans ce sens que l'Association

œuvrait depuis sa création par le regretté Mo- hamed Bouslimani a la réconciliation entre frères et à la préservation des composantes et des constantes de la nation, notamment l'unité nationale". Le président du complexe El Manar rele- vant des waks Ibadites à Alger, Bakir Benha- mouda El Hadj Said, a estimé dans ce contexte

que "les malékites et les ibadites sont victimes de ce qui ce passe à Ghardaïa" récusant l'exis- tence d'un conflit entre les deux communau- tés "qui étaient depuis des siècles un modèle de coexistence".

Il a ajouté que "les habitants du sud en gé-

néral et Ghardaïa en particulier se distinguent par leur instinct de solidarité et leur foi en l'unité nationale" rappelant que l'Islam était une religion fondée sur la tolérance et la conciliation. l'Association El Irched oua El Islah est une association à caractère social, éducatif et culturel créée en 1989.

SOUK AHRAS

Saisie de près de 4.000 litres de carburant sur la bande frontalière

près de 4.000 litres de carburant sur la bande frontalière Un volume de 3.609 litres de

Un volume de 3.609 litres de carburant des- tiné à la contrebande a été saisi, au cours des dernières 24 heures, sur la bande frontalière de la wilaya de Souk Ahras, ont indiqué, hier, les services de la Gendarmerie nationale. Selon le commandant Redha Oukali, chargé de la communication au groupement territorial de ce corps, cette marchandise, sai- sie dans la commune de Lahdadda, est compo- sée de 1.867 litres de mazout et de 1.742 litres d’essence. La même source a précisé que l’opération a été effectuée le long de la bande frontalière au cours d’une patrouille des élé- ments de la Gendarmerie nationale qui ont aperçu des baudets chargés de jerrycans en plastique se dirigeant vers le territoire tuni- sien. Par ailleurs, des sommes de 10.600 dinars tunisiens et 300 euros ont été saisis, dans un point de contrôle, après avoir été découverts dissimulés dans des véhicules à destination de la Tunisie, a encore ajouté la même source, faisant état de la "détermination de la Gendar- merie nationale à lutter sans merci contre la contrebande" dans cette wilaya frontalière. APS

12

DK NEWS

ENTRETIEN

Lundi 20 Octobre 2014

RENCONTRE AVEC LE PROFESSEUR

MÉROUANE DEBBAH

Une tête chercheuse

dans les technologies mobiles

Installé depuis peu à la tête du Centre de zecherche et développement de France de l’équipementier chinois Huawei, la quarantaine pas encore entamée, le professeur Debbah compte parmi les références internationales en recherche dans les domaines mathématiques et algorithmiques, dédiés aux technologies mobiles de la 4G et 5G.

dédiés aux technologies mobiles de la 4G et 5G. Entretien réalisé par CEM et S. Y.

Entretien réalisé par CEM et S. Y.

Un petit tour par un moteur de re- cherche sur internet suffit à édifier sur les titres et exploits de ce jeune cher- cheur algérien, dans un domaine pointu des télécommunications mobiles. L’équipe DKNews de Paris l’a rencontré.

DKNews : Comment vous présenter ? M.D : Je suis originaire de la région de Constantine, né en 1975, à Madrid, où mon père était en poste en qualité de di- plomate. Je reviens en Algérie à l’âge de 6 ans pour suivre une scolarité ordi- naire qui se terminera au Lycée Cheikh Bouamama, Descartes à l’époque, que je quitte pour venir à Paris passer mon baccalauréat, au lycée Henri IV, en 1993. Après un cycle universitaire de norma- lien, je m’engage, de 1999 à 2002, pour une thèse de doctorat, sur financement de Motorola, consacrée aux technolo- gies wifi. Alors que l’on prédisait le meilleur des avenirs pour ce créneau des technologies sans fil, voilà que sur- vient la crise de la bulle dégonflée des nouvelles technologies et notamment de l’internet, au début des années 2000.

En tant qu’acteur des TIC, comment l’avez-vous vécue ? Je dois vous avouer que je l’ai vécue à mon corps défendant, puisque juste après avoir achevé ma thèse, les hori- zons s’obstruent en quelque sorte. Il devenait en effet difficile de trouver un job, en dépit des titres et diplômes obte- nus. Je ne vous cache pas qu’à certains moments j’étais tenté par un retour au bercail, en Algérie, pour tenter de me relancer.

C’est alors qu’une opportunité s’est of- ferte et je me suis retrouvé en 2002, se- nior-researcher au centre de télécommunications de Vienne en Au- triche, où j’ai eu à travailler sur les tech- nologies MIMO ; acronyme de Multiple- Input Multiple – Output, soit une tech- nologie de réseaux d'antennes en usage dans les réseaux sans fil et réseaux mo- biles qui garantit une transmission de données de plus longue portée et de plus grande vitesse.

Votre ‘’exil’’ autrichien n’a pas trop duré ? Effectivement une année à peine, le consortium de recherche Eurecom, une grande école d’ingénieurs, en même temps centre de recherche en système de communications qui regroupe de prestigieuses universités européennes, fait appel à moi pour travailler, en tant que maître de conférences, dans le dé- partement des télécommunications mo- biles. En 2007, je suis appelé à quitter le sud de la France pour rejoindre Supélec à Paris en tant que professeur et diriger la chaire Alcatel-Lucent. Je me consacre essentiellement à la recherche en radio flexible, une technologie d’avenir pour la téléphonie mobile. Le but est d’arri- ver, grâce à des logiciels à reconfigurer de manière dynamique tous les sys- tèmes radio, qui sont actuellement di- vers et incompatibles, et de faire fonctionner de manière harmonieuse, sur le même terminal, ces divers stan- dards de télécommunications. En sur- fant sur différents réseaux et standards, la radio flexible peut permettre à un ter- minal téléphonique de se transformer en GPS, en talkie-walkie, lecteur de code barres…. L’intérêt d’une telle technologie ira crescendo surtout avec le développe-

ment de l’internet des objets.

Malgré cela, vous avez été tenté par le challenge chinois ! Effectivement quand l’équipementier chinois Huawei a décidé d’implanter un Centre recherche et développement en France, en 2014, on a fait appel à moi en mai dernier pour diriger la recherche en tant que vice-président. Huawei est un fournisseur global de solutions dans le domaine des technologies de l’infor- mation et de la communication, travail- lant avec 45 des 50 plus importants opérateurs sur le marché mondial. Par ses produits et solutions, il est présent dans plus de 140 pays et touche prati- quement un tiers de la population mon- diale. Le centre de recherche emploie plus de 140 chercheurs autour des 5 thé- matiques suivantes : les algorithmes et mathématiques, le ‘big data’, les chip- sets et l’électronique embarquée, les ob- jets connectés, et le design. Nous travaillons surtout sur des technologies du futur, la 5G dont le déploiement est envisagé à l’horizon 2020. Les défis étant de pousser le débit toujours plus haut, en intégrant les nouveaux envi- ronnements, notamment les technolo- gies 3D, le big data et les réseaux sociaux, dans une démarche de conver- gence globale. Avec de telles perspec- tives, de grandes capacités d’investissement et de recherche et la vision prospective que développe Hua- wei, il était effectivement difficile de ne pas tenter l’expérience.

Huawei n’est justement pas un inconnu sur le marché algérien Je sais que l’entreprise est présente sur le marché algérien et je devine bien que cela constitue un segment important dans la stratégie internationale de Hua-

wei. Le grand patron, que nous appelons le CEO (Chief Executive Officer) qui ne quitte que très rarement le siège social de l’entreprise à Shenzen , est venu il y a quelques semaines ici à Paris pour ren- contrer le Premier ministre français. Il est passé nous voir, ici au siège du Cen- tre de Recherche et Développement à Boulogne-Billancourt, mais pas pour longtemps car il avait programmé de se rendre à Alger. J’avoue que cela est, pour moi signe d’un grand intérêt de la part d’une entreprise de la taille de Huawei.

Avez-vous des contacts profession- nels en Algérie ? Il m’est arrivé effectivement de répon- dre à des sollicitations pour des confé- rences ou des consultations sur certains dossiers comme par exemple lorsqu’il était question de lancer la 4G en Algérie. Nous avons longuement débattu avec des chercheurs et institutionnels algé- riens sur les opportunités de la 4G et sur les perspectives qu’elle offre non seule- ment pour la téléphonie fixe mais aussi pour les terminaux mobiles. Quels que soient les choix technologiques opérés, le marché algérien des télécommunica- tions est en plein boom et trouvera tou- jours ses marques et repères.

Quel regard sur le pays ? Un regard qui vient du cœur et des pro- fondes références culturelles et identitaires qui nous été inculquées. Je dirai même, pas que cela, puisque je considère que mon amour des mathématiques est né, en partie, de ma formation initiale en Algérie, qui dis- pose quoi que l’on dise d’un enseignement des mathématiques de qualité. Pour le reste, où et qui que l’on soit, nous suit tou- jours ce background identitaire et culturel qui constitue un ferment de réussite.

Lundi 20 Octobre 2014

SANTÉ

DK NEWS

13

NOUVELLE LOI SANITAIRE:

L’Ordre des pharmaciens appelle à la définition d’une politique nationale organisant ce métier

Le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP), a réitéré hier à Alger, son appel pour la prise en compte de ses recommandations lors de l’élaboration de l’avant-projet de la nouvelle loi sanitaire, s’agissant notamment de la définition d’une politique nationale organisant ce métier.

Les recommandations recensées par le Comité de liaison et de réflexion repré- sentant l’ensemble des acteurs de la pharmacie et englobant de multiples as- pects liés à la profession, n’ont toujours pas été prises en considération dans la rédaction de l’avant-projet de loi sani- taire, a déploré le président du CNOP, le Dr Lotfi Benbahmed, à l’ouverture des VIèmes Rencontres internationales de Pharmacie d’Alger (RIPA VI). «Outre l’absence d’une définition d’une politique pharmaceutique natio- nale», le texte de loi en cours de finali- sation pèche également par de nom- breuses omissions, dont la notion de res- ponsabilité pharmaceutique de l’éta- blissement s’agissant de la disponibilité et de la qualité des produits pharmaceu- tiques», a ajouté M. Benbahmed. S’agissant de la pharmacie hospita- lière, cette discipline demeure «impré- cise» dans les centres hospitaliers et le nouveau texte ne prévoit pas qu’elle devienne un service «à part entière», a- t-il, entre autres, regretté, insistant sur les «bonnes pratiques» de l’exercice pharmaceutique. La nouvelle loi «ne consacre, en ou- tre, pas le fait que le service de pharma- cie hospitalière doit être dirigé par un pharmacien praticien hospitalier dé- dié à cette activité», de même qu’elle «ne fait aucune référence» au soutien à la

INTER-ORDRE DES

PHARMACIENS

MAGHRÉBINS :

Adoption de la Déclaration d’Alger consacrant l’éthique de la profession

L’Inter-ordredesPharmaciensmaghré-

bins (IOPM) a adopté hier la Déclaration d’Al-

ger, consacrant notamment l’éthique de la

professionainsiquel’harmonisationdeslé-

gislations s’agissant de la contrefaçon et du trafic des produits pharmaceutiques. En vertu de cette déclaration, les membres de l’Inter-ordre maghrébin s’engagent no- tamment à «respecter la vie et la personne humaine, sans discrimination», à «pro- mouvoir la santé publique, la qualité des soins pharmaceutiques ainsi que la préven- tion, l’éducation pour la santé et l’éducation thérapeutique du patient». Ils sont tenus, par ailleurs, de «veiller à

préserver la liberté du jugement profession- nel du pharmacien», de «lutter contre l’exercice illégal» de la profession et de «contribueràl’élaboration,l’harmonisation

et l’application des législations relatives à la lutte contre la contrefaçon et les trafics transfrontaliers». Favorisant une coopération interma- ghrébine dans le domaine pharmaceu- tique, le document adopté stipule, en outre, la «promotion de la formation et des échanges universitaires dans l’enseigne- ment» de la discipline, ainsi que les relations de «confraternité» entre les professionnels de la pharmacie maghrébine. Créé en mars 2007à Alger pour asseoir une coordination

entrelespaysmembresquiysontreprésen-

tés, l’IOPM englobe outre l’Algérie, la Tuni- sie, le Maroc et la Mauritanie, la Libye ne dis- posant, à ce jour, pas d’un Conseil de l’or- dre régissant et organisant le métier de pharmacien.

dre régissant et organisant le métier de pharmacien. production pharmaceutique nationale, a-t-il estimé. Le

production pharmaceutique nationale, a-t-il estimé. Le CNOP a plaidé, par ailleurs, pour une «meilleure précision des qualifica- tions requises pour mieux asseoir les bonnes pratiques de biologie» et à la consécration du principe d’exercice des officines selon une répartition géogra- phique définie. Le président de l’Ordre des pharma- ciens s’est dit, en outre, «perplexe» de ce que la loi sanitaire en préparation ait prévu la création de deux agences natio- nales de produits pharmaceutiques, alors qu’une seule permettrait la centra-

lisation de toutes les procédures inhé- rentes à l’enregistrement, homologation, fixation des prix, etc. Représentant le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospi- talière, le Directeur général de la Phar- macie, et des Equipements médicaux, le Dr Hamou Hafedh, a tenu à rassurer les professionnels de ce secteur de la prise en considération de leurs préoccupations dans le prochain texte de loi régissant la santé en Algérie, affirmant la place «pré- pondérante» que la pharmacie y tient. Il a relevé, se disant, la nécessité de «dyna- miser» le rôle du pharmacien à travers «l’identification des moyens de promo- tion de l’exercice de cette profession» et assuré de la «disponibilité» des pou- voirs publics à «accompagner» le déve- loppement de l’industrie pharmaceu- tique. La finalité, a-t-il noté, étant d’«asseoir la disponibilité et la pérennité» du mé- dicament, plus particulièrement au ni- veau des structures hospitalières, faisant observer avec satisfécit, le passage de l’Al- gérie d’un pays d’importation «totale» à un producteur «progressif». L’intervenant s’est, par ailleurs, féli- cité de l’intérêt accordé par le ministère de tutelle s’agissant du contrôle du mé- dicament, arguant de la «rareté» des cas de produits contrefaits signalés.

BLIDA :

Lancement des travaux de réalisation d’un centre national de traitement d’Alzheimer

Les travaux de réali- sation d’un centre natio- nal du traitement d’Alz- heimer ont été lancés, ré- cemment, à Blida, dans l’objectif d’assurer des soins adéquats aux ci- toyens atteints de cette maladie, a indiqué, hier, le directeur local de la Santé, de la Population et de la réforme hospita- lière. Cet établissement de santé publique, considéré le deuxième du genre au niveau du continent afri- cain après la Tunisie, est implanté au niveau de l’enceinte du CHU Frantz-Fanon et com- porte plusieurs spéciali- tés permettant la prise en charge convenable des malades, a affirmé, à l’APS, M.Ahmed Zenati, précisant qu’une enve- loppe budgétaire de 140 millions DA a été allouée à ce projet dont les délais de réalisation sont fixés à 20 mois. En sus de consul- tations quotidiennes des patients, ce centre devrait assurer d’autres services liés à la bonne prise en charge comme l’hospi- talisation, sachant que 12 lits sont prévus dans ce projet, a-t-il ajouté. La réalisation de ce centre

ce projet, a-t-il ajouté. La réalisation de ce centre spécialisé est initiée au vu du nombre

spécialisé est initiée au vu du nombre sans cesse croissant des malades at- teints d’Alzheimer- ac- tuellement 100.000 cas sont recensés au niveau national-, selon le même responsable. Une équipe pluridisci- plinaire composée de psy- chologues, psychiatres et de neurologues assurera la prise en charge des ma- lades au niveau de cet établissement, a déclaré M. Zenati, précisant que

la plupart des médecins sont issus de la commu- nauté nationale à l’étran- ger s’étant engagés à ap- porter leur contribution

cet effet. La réduction des frais

de transfert des malades l’étranger constitue l’un des objectifs escomptés

à

tion de ce projet, sachant que cette opération coûte 10 millions Da pour chaque patient, a-t-il, par ailleurs, signalé.

travers la concrétisa-

à

à

GRIPPE

SAISONNIÈRE :

Un quota de près de

26.000

vaccins

pour la wilaya de Blida

La wilaya de Blida a bénéficié d’un quota de 25.800 vaccins contre la grippe saisonnière, réparti sur une quinzaine de centres de vaccination à travers les diffé- rentes localités de la wilaya, a indiqué, hier, le directeur de la Santé, de la Popu- lation et de la réforme hospitalière. La campagne de vaccination, enta- mée le 15 octobre en cours, se déroule dans de «très bonnes» conditions et enregistre un engouement «particulier» de la part des citoyens, a affirmé, à l’APS, M.Ahmed Zenati, estimant que les efforts déployés en matière de sensibilisation sur l’impor- tance de ce vaccin à travers les médias a eu un «écho favorable» auprès des ci- toyens. «Les personnes âgées ou souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète, les malades cardiovasculaires, les bron- chites chroniques et les femmes en- ceintes sont appelées à se rapprocher des centres de vaccinations afin de béné- ficier gratuitement de ce traitement pré- ventif», a souligné le même responsable, rappelant que la priorité est accordée à ces catégories de citoyens dont les effets de la grippe saisonnière sont plus «lourds à sup- porter» par rapport à d’autres personnes. «Tous les moyens humains et matériels nécessaires sont mobilisés pour garantir la réussite de cette campagne de vaccina- tion qui relève d’une importance capitale pour la santé publique en cette période de l’année», a assuré M.Zenati.

MOSTAGANEM

Recensement de plus de 260 cas de cancer du sein en 2014

Plus de 260 cas du cancer du sein ont été recensés dans les neuf premiers mois de l’année 2014 dans la wilaya de Mosta- ganem, a-t-on appris hier auprès de la di- rection de la santé et de la population. Un nombre similaire de cas a été en- registré dans la wilaya durant la même pé- riode de l’année dernière, a-t-on rap- pelé de même source mettant en exergue les efforts de l’Etat pour le dépistage de cette maladie surtout en zones déshéri- tées et rurales. Dans ce cadre, les services sanitaires ont consacré des unités de suivi à travers les dix daïras de la wilaya pour intensifier le travail préventif de proximité et de sensibilisation des femmes de l’impor- tance du dépistage précoce du cancer du sein. Ces unités sont constituées de spé- cialistes, sociologues, psychologues et

sages femmes, dans la perspective d’at- teindre les objectifs escomptés de cette opération inscrite dans le cadre du pro-

gramme national de lutte contre ce type de cancer.

Les mêmes services ont souligné que le dépistage précoce peut assurer un taux de guérison de 95%, insistant sur la nécessité de dépistage tous les deux ans à partir de la quarantaine.

APS

14 DK NEWS

Lundi

SAN

20 Oc

COMMENT ÉCHAPPER À LA GRIPPE CET HIVER ?

Bébés, personnes âgées, jeunes adultes… impossible de connaître la cible privilégiée de la prochaine grippe. Mais les plus fra- giles ont intérêt à se vacciner. Et chacun peut limiter les risques en prenant quelques précautions.

On pense à se laver les mains régulièrement

La contamination est surtout aéroportée (présence du virus dans l’air ambiant) donc, en prin- cipe, on n’attrape pas la grippe en croisant dans la rue un passant malade ou en touchant le manteau du voisin dans le bus. À condition qu’il ne tousse pas ou ne vous serre pas la main. Le Pr Van Der Werf rappelle les règles pour se protéger : « Se laver les mains plusieurs fois par jour, notamment après avoir été en réunion au travail, dans les transports, les magasins… Utiliser des gels hydroalcooliques quand on ne peut pas se laver à l’eau et au savon. Quand on va tousser, mettre devant sa bouche un mouchoir à jeter dans une poubelle close (idem après s’être mouché), et aérer tous les jours chez soi. » Si la grippe a frappé, utiliser un masque pour ne pas contaminer les autres. « On trouve facilement un modèle chirurgical léger, mais le plus efficace a une forme de bec de canard », précise le Dr Claude Leicher. Et on reste chez soi au maximum !

La meilleure protection reste le vaccin contre la grippe

S’il ne couvre pas à 100 %, il per- met tout de même d’être bien pro- tégé, le taux d’anticorps protecteur allant de 60 à 90 %. Ce serait dom- mage de s’en priver. Surtout si on est atteint d’une affection chro- nique qui fragilise le cœur ou les

d’une affection chro- nique qui fragilise le cœur ou les poumons, si l’on est enceinte, en

poumons, si l’on est enceinte, en situation d’obésité ou que l’on a plus de 65 ans. Dans ce cas, le virus peut être dangereux en raison de ses complications. C’est pourquoi le vaccin est alors pris en charge. Même chose pour les enfants qui ont une mala- die respiratoire, cardiaque, rénale, immunitaire… En revanche, en France, le vaccin n’est pas recom- mandé aux enfants sains et aux bébés de moins de 6 mois. Et pour les autres, les adultes en pleine forme ? « Il est fortement conseillé chaque année (et remboursé à 65

%). Avoir eu la grippe l’an passé ou avoir été vacciné ne protège pas contre les souches qui seront ac- tives cet hiver », prévient le Dr Lei- cher. « Normalement, les personnes à risque doivent recevoir automa- tiquement un bon de vaccination, confirme le Dr Jean-Marie Cohen, directeur du réseau Grog (Groupes régionaux d’observation de la grippe). Mais toutes ne sont pas réperto- riées comme telles, notamment les femmes enceintes. Dans ce cas, votre médecin généraliste peut

émettre ce bon pour que la vacci- nation soit prise en charge à 100 %.»

On renforce ses défenses avec les médecines complémentaires

Faire barrage aux microbes avec de bonnes mesures d’hy- giène, c’est essentiel. Mais rien n’empêche d’essayer de donner un petit coup de pouce à son bouclier intérieur, c’est-à-dire de renforcer ses défenses immunitaires.

- L’homéopathie. « On peut prendre Influenzinum 9 CH, une dose par semaine pendant un mois à l’automne, puis une dose par mois pendant tout l’hiver », re- commande le Dr Bernard Che- mouny, auteur du "Guide de l'homéopathie" et de "Soigner le stress par l'homéopathie et la phy- tothérapie" (ed. Odile Jacob).

- La phytothérapie. Elle permet

d’agir efficacement sur le terrain. « Prendre Echinacea en teinture- mère (20 à 30 gouttes par jour pen- dant un mois) ou en macérât

glycériné, sans alcool pour les en- fants. Ou encore Eleutherocoque, en teinture-mère (même dosage) », explique le Dr Bernard Che- mouny.

- Les oligo-éléments de cuivre

et de zinc, à raison d’une ampoule

par jour au début de l’hiver (par exemple chez Granions) aident à prévenir les infections.

- La diététique. C’est la base de

la médecine préventive, donc pas de repas sautés ou de menus dés- tructurés. Il est préférable de maintenir les réserves de micro- nutriments. Au petit déjeuner, on peut essayer d’avaler des tartines de pain au levain, un laitage ou du jambon, un fruit frais pour les vi- tamines et le cuivre. À midi, on prend un peu de viande ou de pois- son + fromage et fruit ; et le soir, des féculents avec des légumes. De quoi éviter les baisses d’énergie dans la journée et assurer à l’orga- nisme l’essentiel pour combattre les virus.

Rhume : comment vous retaper rapidement

Les rhumes et autres petites infections de l'hiver laissent souvent place à une grosse fatigue. Quels nutriments privilégier pour doper votre organisme et retrouver la forme au plus vite ?

Rhume : pourquoi ça fatigue

Toux, rhume, état grippal nous laissent raplapla. Ces baisses de régime tout à fait normales s'expliquent par la lutte entre notre système immunitaire et le virus (ou la bactérie) responsable de l'infection. Un combat qui mobilise les réserves de notre corps. Pour récupérer plus rapidement, il faut donc combler les carences les plus fré- quentes. Adopter une alimentation saine, variée et équilibrée est une condition essentielle pour aider votre système immunitaire. Pen- dant la saison hivernale, le choix de fruits et légumes est restreint, mais il est toujours possible de bien s'alimenter. D'après Marie- Laure Alby, médecin généraliste, « il y a tou- jours des légumes en hiver, comme les carottes, les poireaux, les pommes de terre, les choux ». Côté fruits, ne faites pas l’im- passe sur les oranges, clémentines et kiwis, précieuses sources d’énergie. En plus du rhume , le stress et la pollution augmentent aussi la production de radicaux libres qui agressent notre organisme. Pour

y faire face, nous avons besoin d'antioxy- dants, comme la vitamine C, le bêta-caro- tène et les polyphénols, présents dans les fruits et les légumes. Le sélénium, lui, est apporté par le pois- son, les oeufs et la viande : notre alimenta- tion nous en fournit suffisamment. Tandis que nous manquons parfois de vitamine E, qui protège les membranes des cellules contre l'oxydation : plus de 30 % d'entre nous ont des apports inférieurs à 8 mg par jour, alors que nos besoins sont estimés à 12 mg. On la trouve dans les matières grasses : le beurre, la margarine et les huiles végétales, comme l'huile de carthame par exemple.

Rhume : le magnésium pour récupérer

Le magnésium est essentiel pour récupé- rer rapidement après une infection hiver- nale. Indispensable à la transformation des aliments en énergie, une carence peut ac- centuer la sensation de fatigue. Pourquoi se- rait-on carencée ? Parce que nous consommons des aliments trop raffinés, ap-

pauvris en magnésium. Le petit plus : salades, blettes et épinards fournissent de la vitamine B9, favorisant l'absorption du magnésium.

Rhume : les Oméga-3 pour retrouver la pêche

Enfin, nous avons besoin d'acides gras es- sentiels oméga-3 pour reconstruire nos dé- fenses immunitaires et lutter contre la déprime hivernale. Présents dans les mem- branes des globules rouges, transportant l'oxygène, ils dynamisent toutes les fonc- tions de l'organisme, y compris le système immunitaire. C'est pourquoi il faut inscrire poissons et oléagineux à nos menus, ainsi que l'huile de colza. Reste à transporter ces nutriments vers nos organes. Et pour cela, rien ne vaut le mouvement ! Faire de l'exercice (même au bureau) une vingtaine de minutes par jour et respirer profondément : deux aides pré- cieuses pour se sentir à nouveau d'attaque après un rhume.

par jour et respirer profondément : deux aides pré- cieuses pour se sentir à nouveau d'attaque
par jour et respirer profondément : deux aides pré- cieuses pour se sentir à nouveau d'attaque

In topsanté.fr

TÉ

tobre 2014

DK NEWS 15

MALADIES

INFECTIEUSES :

On met la main devant la bouche quand on éternue !

: On met la main devant la bouche quand on éternue ! Tousser et éternuer sans

Tousser et éternuer sans protéger son entourage per- met une diffusion très large de gouttelettes infectieuses et facilite la contamination selon une nouvelle étude américaine. Il est indispensable d'éter- nuer dans un mouchoir et mettre sa main devant sa bouche quand on tousse. En effet, les éternuements et la toux sont les vecteurs les plus actifs de la transmission des maladies respiratoires infectieuses d'après les ré- sultats d'une étude scienti- fiques publiées dans la revue spécialisée Journal of Fluid Mechanics. Les chercheurs ont mené une étude expérimentale de la dynamique des fluides (vi- tesse de déplacement) des gouttelettes et micro parti- cules évacués lors des éter- nuements et la toux de personnes malades. Les plus petites gouttelettes se diffusent très largement Les scientifiques du Massa- chussetts Institute of Tech- nology (MIT) et Eline Dehandschoewercker de l'ESPCI (Ecole Supérieure de physique et de chimie de Paris) ont établi un modèle mathématique de la vitesse des gouttelettes projetées par un éternuement ou la toux et ont visualisé leur dé- placement dans l'espace grâce à l'imagerie à haute vi- tesse. «Les phénomènes de toux et d'éternuement provo- quent des nuages gazeux multiphases, agressifs et flottants qui diffusent et propagent des gouttelettes, souvent invisibles, mais qui restent en suspension dans l'air » explique les auteurs de l'étude. Cette expérience révèle aussi que les plus petites gouttelettes se diffusent très vite et plus rapidement que la littérature scienti- fique l'a toujours décrit et restent en suspension plus longtemps que les autres. «Une goutte de 100 micro- mètres de diamètre iraient cinq fois plus vite que la vi- tesse précédemment esti- mée, celles de 10 micromètres de diamètre, 200 fois plus vite. Il est sûr que les gouttelettes de moins de 50 micromètres peuvent même rester en suspension assez longtemps pour atteindre les systèmes d'aération incrustées dans les plafonds » affirment les chercheurs. Les conclusions de cette étude rappellent l'impor- tance d'éternuer dans un mouchoir et de mettre sa main sur la bouche quand on tousse, mais posent aussi le problème des systèmes de ventilation qui peuvent faci- liter la diffusion des goutte- lettes infectieuses et augmenter les contamina- tions.

Pourquoi le froid et l’humidité nous fragilisent-ils ?

Froid excessif, humidité record et températures au plus bas malmènent notre organisme. Pas de doute, la météo influence notre santé. Heureusement, il existe des parades.

La météo influence notre état de santé

Mes rhumatismes se réveillent, il va sûrement pleuvoir… » Depuis toujours, le bon sens populaire marie météo et santé. Les spécia- listes en biométéorologie ont pu vérifier certaines de ses intuitions. Et si chaque saison a son « pic » de maux, petits ou grands, le mauvais temps, on s’en doute, n’est pas en reste. Normalement, notre organisme est capable de s’adapter aux condi- tions climatiques. Cependant, lorsque les changements sont trop importants, l’effort à fournir pour se mettre au diapason le fragilise. Il suffit rarement à déclencher une maladie. Il risque, en revanche, d’aggraver des pathologies qui y sont sensibles. Même si l’on accuse la canicule, comme en 2003, le froid fait plus de ravages. D’où ces mises en garde et conseils délivrés par les experts.

Les épidémies sont plus fréquentes quand il fait froid

La majorité des rhumes, bron- chites et angines ne se déclare pas quand le thermomètre est au plus bas, mais plutôt lors des variations qui accompagnent les change- ments de saison. « On ne sait pas pourquoi, reconnaît le Pr Daniel Vervloet, pneumologue. Peut-être parce que les premiers froids inci- tent à rentrer chez soi : ce confine- ment favorise la promiscuité et les contaminations. Et à la sortie de l’hiver, notre système immunitaire est souvent affaibli. »

Comment se protéger ?

- Ne pas trop chauffer, sinon le

choc thermique est plus important quand on sort. Et cela diminue les

capacités d’adaptation de notre or- ganisme. La température idéale ? Environ 18 °C dans les pièces com- munes, 15 °C dans les chambres, comme au temps de nos ancêtres.

- Se couvrir la tête, car une

grande partie de la chaleur corpo- relle se perd par la tête (30 % pour l’adulte, 80 % pour le nourrisson).

- Respecter les règles d’hygiène

de base. Se couvrir la bouche et le

nez lorsqu’on tousse ou éternue, et se laver les mains régulièrement.

- Renforcer son système immu-

nitaire. Dormir assez, manger équilibré. Éventuellement faire pendant 2 à 3 semaines une cure de

vitamine C ou de gelée royale.

Le vent froid irrite les yeux sensibles

L’hiver est une saison délicate pour les yeux sensibles. En effet, l’air froid contient souvent beau- coup moins de vapeur d’eau que l’air chaud. Pour peu que s’y ajoute un vent sec, ceux qui ont déjà ten- dance à souffrir de sécheresse ocu- laire voient ce problème exacerbé. Parfois, de minuscules vaisseaux peuvent éclater dans l’œil, notam-

minuscules vaisseaux peuvent éclater dans l’œil, notam- ment lors des passages de l’exté- rieur vers un

ment lors des passages de l’exté- rieur vers un intérieur chauffé.

Comment se protéger ?

- Porter des lunettes permet de

limiter nettement ce désagrément.

- Appliquer des collyres (larmes

artificielles) peut aider à supporter ces moments agressifs pour les

yeux.

L’humidité favorise

les crises d’asthme

L’humidité amplifie les dangers liés aux basses températures. C’est vrai pour l’infarctus, mais aussi pour l’asthme, dont les crises sont volontiers déclenchées à l’effort. En particulier à l’extérieur, car

l’air froid inhalé peut déclencher un bronchospasme (fermeture des bronches gênant la respiration). « Dans les maisons, l’humidité est

surtout nocive pour les asthma- tiques car elle favorise la multipli- cation des acariens et des moisissures, auxquels de nom-

breux patients sont allergiques », souligne le Pr Vervloet.

Comment se protéger ?

- Toujours respirer par le nez en

faisant du sport. Son rôle est juste-

ment de réchauffer l’air et d’en fil- trer les impuretés.

- Prendre une bouffée de bron-

chodilatateur avant l’effort.

- Se débarrasser des acariens

qui se nichent dans les vêtements d’hiver entreposés pendant plu- sieurs mois dans les penderies. Avant de s’en servir, renettoyer écharpes, cols roulés… à plus de 60 °C ou à sec s’ils ne supportent pas les températures élevées.

La maladie de Raynaud se réveille quand il gèle

Rien de plus normal que d’avoir

les mains et les pieds froids l’hiver.

Ils sont peu enveloppés de graisse

protectrice. Et, dès que le climat devient rigoureux, notre orga- nisme diminue le calibre des pe- tites artères situées dans les extrémités du corps. Ce qui per- met de limiter la déperdition de chaleur et de garder les organes vi- taux à la bonne température. Cer- taines personnes (en général des femmes jeunes) souffrent d’un trouble qui exacerbe ce phéno- mène : la maladie de Raynaud. La vasoconstriction se manifeste de manière excessive et se déclenche plus facilement. Lorsque le sang n’y circule plus, les doigts (parfois les orteils, le nez le lobe des oreilles…) deviennent blancs, engourdis et douloureux, puis bleus, avec des fourmille- ments.

Comment se protéger ?

- Porter des gants, évidemment,

et deux paires de chaussettes l’une

sur l’autre si nécessaire. - Plonger les doigts dans de l’eau tiède permet d’abréger la crise.

- Consulter son généraliste si

nécessaire. Il pourra prescrire des

médicaments facilitant la dilata- tion des petits vaisseaux.

Moins bouger aggrave l’état respiratoire

Le froid est l’ennemi des pa- tients souffrant d’insuffisance res- piratoire. Mais rester chez soi peut

aussi avoir des inconvénients : rien ne dégrade plus la qualité de vie, quand on est atteint de broncho- pneumopathie chronique obs- tructive (bronchite chronique), que le manque d’activité physique. Or, spontanément, on a tendance à moins sortir l’hiver et à moins marcher. Du coup, on « fait du gras », qui aggrave encore la situation.

Comment se protéger ?

- Bouger, au moins à l’intérieur.

- On peut faire du vélo d’appar-

tement plutôt que de la randon-

née.

-

Porter une écharpe devant le

nez et sur la bouche afin de ré-

chauffer l’air inspiré. L’air froid peut déclencher un bronchos- pasme et une aggravation.

- Prévenir les infections saison-

nières. « Il faut se vacciner contre la grippe (tous les ans) et le pneu- mocoque », ajoute le Pr Vervloet,

car une infection peut détériorer l’état respiratoire.

Plus d’infarctus quand les températures baissent

À chaque vague de froid, on constate une surmortalité par in- farctus du myocarde et accidents vasculaires cérébraux. Deux études à ce sujet ont été présentées lors du dernier congrès de la So- ciété européenne de cardiologie, qui s’est tenu du 31 août au 4 sep- tembre. Elles montrent que les récep- teurs cutanés au froid stimulent le système nerveux sympathique, qui accélère alors le rythme cardiaque. « Autrement dit, réchauffer le corps impose un travail supplé- mentaire au cœur », résume le Pr Jacques Mansourati, chef du ser- vice de cardiologie du CHU de Brest. De plus, quand le thermo- mètre descend, la tension arté- rielle grimpe et les facteurs de coagulation augmentent, ce qui fa- vorise la formation des caillots.

Comment se protéger ? - S’habiller chaudement. Le

plus efficace est de superposer trois ou quatre épaisseurs qui re- tiennent des couches d’air iso- lantes entre elles et que l’on « épluche » selon les situations. Choisir des vêtements en polyester

ou en polyamide, car ils évacuent

la transpiration.

- Suivre son traitement à la let-

tre si l’on est une personne à risque, et éviter les efforts phy- siques trop intenses. « Mais la moi-

tié des victimes d’accidents

cardiaques ne savent pas qu’elles ont les artères malades, précise le Pr Mansourati.

- À partir de 50 ans pour les

hommes et de 60 ans pour les femmes, il ne faut surtout pas se lancer brutalement dans les activi-

tés physiques sans avoir fait au préalable un bilan des coronaires (artères du cœur). »

16

DK NEWS

SANTÉ

Lundi 20 Octobre 2014

LUTTE CONTRE

EBOLA

La fièvre hémorragique a déjà fait près de

4.555 morts

Barack Obama appelle à «ne pas céder à l'hystérie»

Le président américain Barack Obama a demandé samedi aux Amé- ricains de ne pas «céder à l'hystérie ou à la peur» face à l'épidémie d'Ebola, les appelant à se baser sur les faits. Au cours de son allocution heb- domadaire, Barack Obama a aussi contesté les restrictions des voyages en provenance d'Afrique de l'Ouest, l'épicentre de l'épidémie, assurant que de telles mesures ne feraient qu'aggraver la situation. «Nous avons tous - citoyens, di- rigeants, médias - une responsabi- lité, et un rôle à jouer», a lancé le président américain. «C'est une maladie grave, mais nous ne devons pas céder à l'hystérie ou à la peur, car cela ne fait que rendre plus difficile d'informer les gens avec précision. Nous devons être guidés par la science. Nous de- vons nous baser sur les faits», a de- mandé M. Obama. Les Etats-Unis ne font pas face à une «épidémie», a assuré le prési- dent des Etats-unis, où deux mem- bres du personnel soignant ont été infectés et où un patient libérien, de retour de son pays, est mort du virus. Alors que la peur d'Ebola se diffuse aux Etats-Unis, Barack Obama a admis que de nouveaux cas «isolés» étaient possibles. «Mais nous savons mener ce com- bat», a déclaré le président améri- cain, et «si nous prenons les mesures nécessaires, si nous sommes guidés par la science - les faits, pas la peur -, alors je suis parfaitement convaincu que nous pouvons éviter une grave épidémie aux Etats-Unis et guider le monde dans cet effort urgent». Isoler l'Afrique de l'Ouest, en po- sant par exemple des restrictions sur les voyages à destination et en provenance de cette zone, n'est pas la bonne solution, selon le président américain. «Nos experts médicaux nous di- sent que la meilleure façon de stop- per l'épidémie est de la stopper à sa source, avant qu'elle ne se propage encore et devienne trop difficile à contenir», a-t-il déclaré. «Mettre sous cloche une région entière du monde, même si cela était possible, ne ferait qu'aggraver la situation». «La circulation des professionnels de santé et des renforts se compli- querait. Nous savons par expérience que cela pourrait pousser les voya- geurs dans la région à modifier leur parcours, échapper aux contrôles, et rendre la maladie encore plus difficile à surveiller», a assuré le président américain. Le bilan de l'épidémie de fièvre hémorragique a continué de s'alour- dir à 4.555 morts et 9.216 cas enre- gistrés, essentiellement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon les derniers chiffres publiés vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

APS

Le missionnaire espagnol hospitalisé n'était pas atteint du virus

Un missionnaire espagnol appartenant au même ordre que les deux religieux décé- dés de la maladie d'Ebola, n'était finalement pas atteint du virus et est sorti samedi de l'hôpital de Madrid, où l'aide-soignante in- fectée présentait par ailleurs des signes d'amélioration, a annoncé le gouverne- ment.

La fièvre hémorragique Ebola a déjà fait près de 4.555 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les trois pays les plus atteints sont le Liberia (2.484 morts), la Sierra Leone (1.200 morts) et la Guinée (862 morts). Les profes- sions de santé sont particulièrement tou- chées.

profes- sions de santé sont particulièrement tou- chées. Réunion des ministres des AE de l'UE ce
profes- sions de santé sont particulièrement tou- chées. Réunion des ministres des AE de l'UE ce

Réunion des ministres des AE de l'UE ce jour au Luxembourg

Les ministres européens des Affaires étrangères doivent se réunir, aujourd’hui au Luxembourg, pour «galvaniser» la ré- ponse européenne à l'épidémie d'Ebola qui, selon une ONG internationale, menace de devenir «l'ultime catastrophe humanitaire de notre génération». Selon des sources eu- ropéennes, les 28 plancheront lundi sur un «état des lieux global» qui recense les moyens disponibles et une série d'options pour intensifier la lutte contre l'épidémie, qui a fait plus de 4.500 morts, selon les der- niers chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). «L'enjeu est de galvaniser l'action euro- péenne», a souligné un diplomate euro- péen. «Il y a un réel sentiment que nous sommes à un moment crucial et qu'il faut agir maintenant», a-t-il ajouté. L'épicentre de l'épidémie est en Afrique de l'ouest, au Liberia, Sierra Leone et Gui- née. Mais des cas isolés sont apparus en Eu- rope, avec la contamination d'une aide-soignante espagnole, et aux Etats- Unis, provoquant des réactions de panique et la mise en place de contrôles sanitaires. Par ailleurs, l'ONG humanitaire britan- nique Oxfam a appelé samedi à «une pré-

sence militaire accrue, davantage de méde- cins et de fonds pour éviter l'ultime catas- trophe humanitaire de notre génération». Dans un communiqué, l'ONG incite les pays européens à suivre l'exemple de la Grande-Bretagne dont un navire médicalisé est parti vendredi pour le Sierra Leone. Lon- dres prévoit d'envoyer 750 militaires dans cette ancienne colonie pour aider notam- ment à la construction de centres de traite- ment. La France et l'Allemagne insistent de leur côté pour mettre en place un dispositif coor- donné d'évacuations sanitaires, jugé indis- pensable pour assurer le flux de renforts européens. Les chefs d'Etat et de gouverne- ment de l'UE se saisiront du dossier jeudi et vendredi, lors d'un sommet à Bruxelles. Dans un courrier à ses partenaires, le Pre- mier ministre britannique David Cameron les presse de s'entendre «sur une nouvelle série de mesures» face à «la crise d'Ebola». Il souhaite que l'aide européenne soit portée à un milliard d'euros, alors que le montant actuel s'établit «autour de 500 mil- lions d'euros» dont 180 millions d'euros pour la seule Commission européenne, selon un diplomate.

La présidente du Liberia appelle à la mobilisation de toutes les nations

La présidente du Liberia, El- len Johnson Sirleaf, a indiqué hier dans une lettre ouverte que la lutte contre l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest avait besoin de la participation de toutes les nations pour vaincre cette ma- ladie «qui ne connaît pas de fron- tières». La mobilisation contre Ebola «est une lutte à laquelle le monde entier doit participer. Cette ma- ladie ne connaît pas de fron- tières. Les ravages qu'elle cause en Afrique de l'Ouest - que ce soit dans la Santé publique, l'éco- nomie ou au sein des commu- nautés - se font déjà ressentir dans toute la région et à travers le monde», a déclaré M me Sirleaf dans cette «lettre au monde» transmise à la BBC et reproduite par des sites d'information en ligne. «La réaction internationale à cette crise a dans un premier temps été incohérente et a man- qué de coordination. Mais main- tenant, enfin, le monde s'est ré- veillé. La communauté interna- tionale s'est rendue compte qu'elle ne pouvait pas se barri- cader en espérant que la situa- tion se dissipe», affirme M me Sir- leaf. «Cette lutte a besoin de l'en- gagement de chaque nation qui est en mesure d'aider, soit avec des fonds d'urgence, des four- nitures sanitaires ou de l'exper- tise médicale», estime-t-elle, en invitant «gouvernements, orga- nisations internationales, insti- tutions financières, ONG, hommes politiques et gens or- dinaires» à tous «prendre part à la lutte contre Ebola». «C'est un devoir pour chacun» de «ne pas laisser des millions d'Africains de l'Ouest se dé- brouiller seuls contre un ennemi qu'ils ne connaissent pas et contre lequel ils ont peu de moyens de se défendre», insiste- t-elle. M me Sirleaf a rappelé qu' «en seulement un peu plus de six mois, Ebola a réussi à mettre mon pays dans une impasse. Nous avons perdu plus de 2.000 Libériens» morts cette fièvre hé- morragique. Elle souligne que les trois pays les plus touchés - Liberia, Sierra Leone et Guinée - étaient «des Etats fragiles» qui tentent de se relever des effets de guerres «interconnectées» . Selon le dernier bilan publié vendredi par l'Organisation mondiale de la santé, l'épidémie actuelle d'Ebola a fait 4.555 morts sur 9.216 cas enregistrés dans sept pays (pour le Liberia, 2.484 morts sur 4.262 cas enregistrés) à la date du 13 octobre.

Lundi 20 Octobre 2014

CULTURE

DK NEWS

17

BOUIRA

Plusieurs projets du secteur de la culture réceptionnés à partir du 1 er trimestre 2015

Plusieurs projets relevant du sec- teur de la culture, en cours de réali- sation dans la ville de Bouira, seront réceptionnés à partir du premier tri- mestre 2015, a fait savoir samedi le directeur par intérim de la culture, El-Hachemi Bouhired. Inspecté dans la matinée par le wali, Nacer Maskri, le théâtre de ver- dure de la ville de Bouira sera récep- tionné et ouvert au public à partir du premier trimestre de l’année pro- chaine (2015), a indiqué à l’APS M. Bouhired. Le projet, d'un montant de plus de 250 millions de dinars est en phase d’achèvement. Le wali a instruit les parties concernées pour qu’elles accélèrent le rythme des travaux afin de le réceptionner dans les meilleurs délais, tout en insistant sur la bonne qualité de réalisation de la structure située en plein cen- tre-ville de Bouira. Outre le théâtre de verdure, le projet de réalisation d’une annexe de la bibliothèque nationale tire à sa fin et devrait voir le jour au premier trimestre 2015, selon les prévisions de la direction de la culture de Bouira, qui a ajouté que les travaux ont beaucoup avancé sans fixer une date précise de réception de la struc- ture d'un coût financier de près de 200 millions de dinars. M. Bouhired a fait savoir égale- ment que le théâtre régional de la ville de Bouira, qui a bénéficié d’une vaste opération de réhabilitation, devra, lui aussi, rouvrir ses portes aux amoureux du quatrième art à partir de l’année prochaine. «Nous avons demandé l’acquisi- tion des équipements nécessaires pour le théâtre et nous comptons l’ouvrir d’ici à trois mois», a-t-il pré- cisé.

MASCARA

Tour de manivelle du film Houlm fi qafs

Le premier tour de manivelle du film Houlm fi qafs (Rêve en cage) a été donné samedi à Mascara. Mis en scène par Omar Lekkam et produit par l’entreprise de production au- diovisuelle «Humanité», ce film traite d'un fait social concernant le mariage en milieu rural où un père impose à sa fille un mari du village quoiqu'elle aime un autre homme. Elle tente, avec sa mère ayant vécu à l’étranger, d’annuler ce ma- riage. Cette tentative échouée, elle tue l'homme qui a demandé sa main et s’enfuit en ville. De retour à son village après des années, elle retrouve le jeune qu’elle aimait. Devenu officier dans la gen- darmerie nationale, il l’arrête pour crime. Une vingtaine d’acteurs dont Amina Loukil, Dounia Tobal, Omar Hanine, et autres amateurs font par- tie du casting du film. Le tournage du film se poursui- vra totalement à Mascara jusqu’à la mi-novembre et sera achevé sur le plan technique pour sa projection avant la fin de l’année en cours, selon le réalisateur Omar Lekkam.

HCA

Valoriser les efforts de l’Etat en matière de généralisation de tamazight

Le secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si Hachemi Assad, a mis l’accent, samedi à Djanet (Illizi), sur la nécessaire valorisation des efforts déployés par l’Etat pour la généralisation de tamazight.

"L’Etat déploie de grands efforts pour la généralisation de la langue amazighe à travers les établissements scolaires, qui méritent d’être valorisés pour la préser- vation et la promotion du patrimoine cul- turel national", a indiqué M. Assad à l’ouverture d’un colloque sur le thème, organisé à l’initiative du HCA. Le HCA est lié à plusieurs secteurs par des conventions dans ce cadre, a souligné M. Assad avant d’appeler à une réflexion profonde sur la transcription de la langue amazighe avec ces graphes originels. Pla- cée sous le signe "Le tifinagh : une trans- cription à préserver", cette rencontre de deux jours qu’abrite l’institut national spécialisé de la formation profession- nelle, s’insère dans le cadre de la consé- cration de la dimension nationale de tamazight et la promotion de cette langue, a soutenu le SG du HCA. Les par- ticipants ont, à cette occasion, mis l’ac- cent sur la nécessaire promotion de la calligraphie tifinaghe et sa préservation en tant que legs culturel et élément de l’identité nationale. M. Hamza Mohamed, enseignant de tamazight à Tamanrasset a relevé le déve- loppement chronologique de la calligra- phie tifinagh, utilisée depuis des millénaires par les touaregs de la tribu Imouheg, qui l’ont reproduite aussi dans les tatouages et dans les gravures rupes- tres dans les régions du Tassili et de l’Ahaggar. L’intervenant a fait état d’études an- thropologiques remontant l’origine de ti-

d’études an- thropologiques remontant l’origine de ti- finagh à près de 2.500 ans avant Jésus- Christ,

finagh à près de 2.500 ans avant Jésus- Christ, avant de lancer un appel à la pré- servation de cette expression calligraphique. M. Lounaoussi Mouloud, chercheur en langue amazighe à Tizi- Ouzou, a, de son côté, estimé que le choix des caractéristiques du caractère tifinagh est idéologique et n’est pas technique, vu que des pays utilisent les caractères latins ou arabes pour la transcrire, avant de mettre en avant la nécessaire promotion de cette forme d’expression et faire en sorte qu’elle puisse être transcrite. M. Cherif Sinni, de l’université Mou- loud Maâmri de Tizi-Ouzou, a, pour sa part, suggéré la nécessaire concertation sur le choix du modèle graphique à adop-

ter pour la transcription de la langue amazighe en Algérie. Cette rencontre aca- démique regroupe des chercheurs et lin- guistes versés dans la langue amazighe issus des universités d’Alger, Tamanras- set et Tizi-Ouzou, qui se penchent sur l’examen des composantes de tifinagh, et les voies de promotion de ses lettres. Le programme prévoit, en marge des travaux, des sorties sur des sites archéo- logiques dans la région de Djanet, riches en signes tifinagh, en plus de la tenue de rencontres de concertation avec certaines associations locales concernées par le pa- trimoine tamazight, ont indiqué les orga- nisateurs.

INCHAD

Onze wilayas prennent part au festival culturel de Guelma

Le festival culturel local de l’inchad de Guelma a pris, pour sa 4e édition dont le coup d’envoi a été donné sa- medi soir à la maison de la culture Abdelmadjid-Chafaï, une dimension régionale avec la participation de troupes ve- nues de onze (11) wilayas de l’Est du pays. Un public nom- breux, composé essentielle- ment de familles, a assisté, aux côtés d’artistes venus de Ghardaïa en tant qu’invités d’honneur, et du commissaire du festival international de l’inchad, prévu prochaine- ment à Constantine, à la soi- rée d’ouverture de cette manifestation culturelle qui se poursuivra jusqu’au 23 oc- tobre. C’est à la chorale des petits mounchidines de la troupe ‘‘Et-Tawassol’’ de Guelma qu’est revenu l’hon-

‘‘Et-Tawassol’’ de Guelma qu’est revenu l’hon- neur ‘‘d’inaugurer’’, avec des chants religieux et

neur ‘‘d’inaugurer’’, avec des chants religieux et patrio- tiques exécutés avec beau- coup de maîtrise, ce festival dont l’ouverture a également été marquée par la production

du mounchid Mohamed Boussaâda, de Ghardaïa, dont la voix et le poids du texte ont charmé le public. Auparavant, le commissaire du festival, Rabah Aïssou, a rappelé, dans

une allocution d’ouverture, que cette manifestation cultu- relle, qui retrouve voix au cha- pitre après une interruption d’une année, se distingue par la sélection de la meilleure troupe pour le festival inter- national de Constantine. Une perspective qui devrait pousser les groupes partici- pants, venus des wilayas de Sétif, Skikda, Tébessa, Constantine, Souk Ahras, Batna, Annaba, Biskra, Mila, Jijel et Guelma, de se surpas- ser devant le public guelmi, très féru du chant religieux et de l’inchad. Des ateliers de formation à l’art de l’inchad ainsi que des conférences thématiques se- ront organisés en marge de ce festival, assorti d’un concours confié à un jury présidé par le poète Mohamed Berkatan.

THÉÂTRE

Présentation à Tissemsilt de la pièce Immigri fi douarna

Le jeune public a suivi, samedi à la maison de la culture de Tissemsilt, la pièce théâtrale Immigri fi douarna (un immigré dans notre douar) produite par l’association culturelle «Ech-chatir es- saghir» de Relizane. Destinée aux enfants et présentée à l’occasion de la célébration de la journée de l’émigration, cette œuvre traite de l'attachement des Algériens établis à l'étranger à leur pays même après l'avoir quitté depuis de longues années. Les

faits de cette pièce théâtrale, écrite et mise en scène par le président de l’asso- ciation précitée Benmoussa Mohamed, relatent l'histoire d'un personnage, Abbès, qui décide de retourner au pays en compagnie de son épouse étrangère, Christine, et retrouver son douar natal qu’il a quitté depuis plus de 20 ans. De retour, il rencontre ses anciens amis et se remémore des souvenirs et des faits drôles pendant les années d'études. Les difficultés rencontrées par

la femme étrangère pour s’adapter à la vie familiale rurale algérienne sont éga- lement abordées dans un style comique. M. Benmoussa Mohamed a indiqué à l'APS que cette pièce sera jouée dans 16 wilayas. A l’occasion de la Journée nationale de l’émigration, une troupe de l’associa- tion culturelle «Ec-chatir essaghir» de Relizane a présenté des chants patrio- tiques à la maison de la culture de Tis- semsilt.

18 DK NEWS

AFRIQUE

Lundi 20 Octobre 2014

RD CONGO

L'ONU appelle à des actions militaires pour neutraliser la rébellion ougandaise

La Mission des Nations unies pour la stabi- lisation en République démocratique du Congo (Monusco) a appelé samedi au lancement, le plus tôt possible, d'actions militaires conjointes et décisives entre ses forces et celles de l'armée congolaise pour "soulager définitivement la population de la terreur qui leur est imposée par les rebelles ougandais de l'ADF", dans l'Est de la RDC. "Cette cadence de violences, de meurtres, d'as- sassinats et de violations des droits de l'homme dans le territoire de Beni doit cesser immédia- tement. Je condamne fermement ces actes atroces",

a indiqué le patron de la Monusco et représen- tant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC, Martin Kobler. M. Kobler, également commandant par inté- rim de la composante militaire de la Monusco s'est rendu, vendredi à Beni (province du Nord- Kivu), pour rencontrer les familles des vic- times de ces attaques atroces, a souligné un com- muniqué de la Mission onusienne en RDC, réi- térant la détermination infaillible de celle-ci à neutraliser tous les groupes armés présents dans l'Est de la RDC, y compris l'ADF (Alliance des forces démocratiques). Dans la nuit du vendredi à samedi, vingt-deux personnes ont été tuées à Eringeti, dont 10 femmes et 8 enfants, selon l'administrateur du territoire de Beni, dans la province du Nord- Kivu, Amisi Kalonda. Deux jours plus tôt, un groupe d'assaillants présumés membres du groupe rebelle ADF a at- taqué les localités de Ngadi et Kadu, dans la zone de Beni, entraînant la mort de plus d'une ving- taine de personnes. Selon des sources médicales à Beni, citées par

le communiqué, le nombre de victimes de ce der-

nier massacre s'établit actuellement à environ 30 morts, suite au décès de certaines personnes grièvement blessées. En plus de l'engagement accru de sa force, la Monusco a ordonné une présence plus active de

ses éléments de police, selon la même source. L'Est de la RDC est déchiré par les conflits ar- més depuis plus de vingt ans. Le Nord-Kivu est

la province la plus touchée par les violences qui

persistent en dépit de la présence en RD Congo de la plus importante mission de maintien de la paix de l'ONU dans le monde avec plus de 20.000 Casques bleus.

LIBYE

Contre-offensive contre les milices de Benghazi et Tripoli, appels à l'arrêt des combats

Les forces pro- gouvernementales libyennes s'efforcent de reconquérir Tripoli et Benghazi (est), tombées aux mains de milices à l'issue de violents combats, alors que la communauté internationale appelle à la «fin immédiate» des hostilités dans le pays.

Les forces loyales au général à la re- traite Khalifa Haftar, appuyées par l'ar- mée, sont déterminées plus que ja- mais à «libérer» Tripoli et Benghazi où de nouveaux combats ont éclaté mer- credi dernier faisant, selon des sources

hospitalières, prés de 70 morts. Dans sa première réaction au chaos qui règne dans ces deux villes, le chef du gouvernement Abdallah al-Theni, a affirmé samedi que «toutes les forces militaires ont été placées sous le com- mandement de l'état-major pour libé- rer Tripoli et Benghazi, bientôt

Chaos depuis 2011 Benghazi est l'une des zones les plus troublées de la Libye, un pays plongé dans le chaos et livré aux milices armées depuis le renversement du ré- gime de Maamar El-Gueddafi, il y a près de trois ans, après une révolte de huit mois. Depuis, les autorités de transition ont échoué à former une armée régulière professionnelle et à asseoir leur auto- rité sur un nombre de milices notam- ment qui font la loi dans le pays. Elles avaient néanmoins confié des tâches de sécurité aux milices, qu'elles espéraient intégrer dans des forces ré-

gulières, mais ces milices n'ont pas hésité à s'attaquer au pouvoir pour servir leurs intérêts. Face aux attaques de ces milices qui ont pris le contrôle de la capitale Tripoli fin août, le cabinet Theni et le Parlement élu le 25 juin, ont dû fuir dans l'est du pays. Après des semaines de combats

meurtriers, Fajr Libya, une coalition hé- téroclite de milices armées et de la ville de Misrata, a chassé de Tripoli les milices pro-gouvernementales de Zen- tan et y a installé un gouvernement pa- rallèle.

de Zen- tan et y a installé un gouvernement pa- rallèle. Elle a ensuite étendu son

Elle a ensuite étendu son emprise à l'ouest de la capitale, dans la région de Ouercheffana, alliée des forces de Zen- tan. Celles-ci, placées sous le com- mandement de l'armée et rejointes par d'autres unités loyales, ont lancé il y a une semaine une contre-offensive dans les montagnes de l'ouest libyen dans le but de marcher sur Tripoli.

Le conflit à l'ouest «politique», la si- tuation à Benghazi «différente» Selon M. Theni dont le gouverne- ment est reconnu par la communauté internationale, Fajr Libya sont des «mi- lices islamistes hors-la-loi» et leur gou- vernement est «illégitime». Pour le chef du gouvernement, Fajr Libya est le bras armé de «l'islam poli- tique», en particulier les Frères musul- mans qui n'ont pas accepté, selon lui, le résultat des urnes lors des législatives de juin. Le nouveau Parlement est do- miné par les anti-islamistes. «Ils (les islamistes) sont les bienve- nus pour participer à l'édification d'un Etat démocratique. Mais ils doivent accepter les choix du peuple libyen», a dit M. Theni. Si à l'ouest le conflit est politique, se- lon lui, la situation à Benghazi (est), deuxième ville du pays, est «totale- ment différente». «Nous y combattons des groupes terroristes, dont Ansar Asharia qui veulent transformer Benghazi en un émirat islamique», a-t-il dit. Selon lui, la nouvelle opération «anti-terroriste» lancée mercredi par le général à la retraite Khalifa Haftar à Benghazi est aussi «sous le commande-

ment de l'état-major, du gouverne- ment et du Parlement». Le général Haftar, qui avait participé au conflit de 2011, a lancé en mai une opération baptisée «Dignité» contre ces milices radicales. Après l'avoir ac- cusé de «tentative de coup d'Etat», les autorités ont ensuite soutenu son opé- ration.

Appels à l'arrêt des hostilités et me- naces de sanctions Face à l'anarchie qui règne en Libye, les Etats-Unis, la France, l'Italie, l'Alle- magne et le Royaume-Uni ont me- nacé, dans un communiqué commun, de «sanctions ceux qui menacent la paix, la stabilité ou la sécurité de la Li- bye». Ces cinq gouvernements ont «condamné fermement la violence en cours en Libye et appelé à la fin immé- diate des hostilités». L'Algérie attache une importance particulière à la situation en Libye La semaine passée, le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a estimé que la préparation du dialogue interlibyen était «importante et déli- cate», précisant que le rôle de l'Algérie était de «faciliter» son lancement. M. Lamamra a aussi souligné que les décisions relatives à la préparation du dialogue entre les antagonistes libyens «exigent un consensus interlibyen et au- cune partie externe ne peut apporter des solutions en l'absence des Libyens». «La situation en Libye et sa complexité exige un consensus permettant de lan- cer un dialogue sur des bases com- munes, des principes et des objectifs ap- prouvés par tous», a-t-il encore dit.

Une ONG américaine lance un appel urgent pour le respect des droits de l'homme au Sahara occidental occupé

L'organisation américaine US-Western Sahara Foundation a lancé un appel urgent à la commu- nauté internationale afin de garantir le respect de la situation des droits humains au Sahara occiden- tal occupé par le Maroc, rapporte l'agence de presse sahraouie SPS. Dans un communiqué publié par la Fondation, sa présidente M me Suzanne Scholte a réitéré son ap- pel à la communauté internationale à «intervenir d'urgence» pour mettre fin aux violations arbi- traires contre des civils sahraouis sans défense dans les territoires occupés du Sahara occidental pour avoir appelé pacifiquement à leurs droits lé- gitimes à l’autodétermination et à l’indépendance. La Fondation a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à élargir le mandat de la Minurso à la surveillance et le rapport des violations inces- santes des droits de l'homme au Sahara occidental, regrettant la poursuite des autorités marocaines des actes de violence contre les civils sahraouis, y com- pris l’assassinat et la torture. «L’ONU et la communauté internationale doivent agir d’urgence pour mettre fin à la violence injus- tifiée contre des civils sans défense et promouvoir le respect de la liberté de réunion, de mouvement

et d’expression dans les territoires occupés du Sa- hara occidental par le Maroc», a déclaré M me Scholte. Elle a également exhorté le Maroc à lever l’état de siège imposé au Sahara occidental afin de per- mettre l’accès des observateurs indépendants et des journalistes qui veulent se rendre au territoire. M me Scholte «a présenté ses condoléances au peuple sahraoui à la suite de la mort tragique» du prisonnier politique sahraoui et défenseur des droits de l'homme, Hassena Elouali, soulignant que sa mort «est un autre chapitre des souffrances qu’endure le peuple sahraoui sous l’occupation ma- rocaine depuis plus de quarante ans», ajoute la même source. L'ONG a souligné que l'enterrement de Hassena par les autorités marocaines en l’absence de sa famille est «une tentative pour dissimuler les circonstances réelles autour du décès tragique d'un homme simplement en raison de son travail de défense pour le droit du peuple sahraoui à la li- berté et à l’indépendance». L’US-Western Sahara Fondation a exprimé son soutien à la famille de Hassena dans sa demande pour «une enquête juste et indépendante» sur les incidents qui ont conduit à sa mort.

LES 15 ET 16 DÉCEMBRE

Le Sénégal abritera un Forum international sur la sécurité en Afrique

Un Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique sera organisé les 15 et 16 décem- bre à Dakar pour permettre aux décideurs africains et aux partenaires internationaux de trouver des réponses aux défis sécuritaires en Afrique, a an- noncé vendredi le ministre sé- négalais des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye. S'exprimant lors d'une confé- rence de presse du comité d'or- ganisation de cette rencontre, M. Ndiaye a indiqué que l'option des organisateurs est d'aboutir à des échanges de très haut ni- veau qui pourront servir les décideurs africains et les parte- naires internationaux. "Ce forum, une première sur le continent par son originalité et sa force, donnera l'occasion de

revisiter et de parler de l' essen- tiel de ce qui se passe dans nos régions et dans d'autres parties du monde", a expliqué le minis- tre sénégalais. Le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité avait été annoncé dans la décla- ration finale adoptée par le Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique, tenu les 6 et 7 dé- cembre 2013 à Paris, afin d'ap- profondir la réflexion sur les en- gagements pris lors de cette conférence, a rappelé M. Ndiaye. Il a ajouté que lors du som- met de l'Elysée, les chefs d'Etat et de gouvernement avaient "soutenu la proposition du Sé- négal d' accueillir à Dakar en 2014 un Forum informel sur la paix et la sécurité en Afrique". APS

Lundi 20 Octobre 2014

MONDE

DK NEWS

19

AGRESSIONS DES COLONS ISRAÉLIENS CONTRE LA MOSQUÉE AL-AQSA

Abbas menace de mesures judiciaires

LA MOSQUÉE AL-AQSA Abbas menace de mesures judiciaires Le président palestinien Mahmoud Abbas a menacé samedi

Le président palestinien Mahmoud Abbas a menacé samedi soir de saisir les instances pénales internationales après les "agressions" de colons israéliens contre la mosquée Al-Aqsa dans la Vieille ville d'Elqods occupée.

"La direction palestinienne en- gagera les mesures judiciaires né- cessaires au niveau international au sujet des agressions des co- lons contre la mosquée Al-Aqsa", a-t-il prévenu dans un discours d'ouverture du Conseil révolutionnaire de son parti, le Fa- tah, au siège de la présidence à Ra-

mallah. "Nous ne permettrons pas aux colons de s'en prendre à la mosquée Al-Aqsa", a-t-il dit, dénonçant "de nombreuses at- taques" sur l'Esplanade des mos- quées. Vendredi, des centaines de Pa- lestiniens ont défilé à Ghaza à l'appel du mouvement Hamas

contre les agressions israéliennes contre la mosquée Al-Aqsa. Les manifestants ont brûlé le drapeau israélien dans la rue lors de ce rassemblement après la prière du vendredi, auquel se sont joints les sympathisants d'autres mouvements comme le Djihad is- lamique.

PRÉSIDENTIELLE EN BOLIVIE

M. Morales réélu avec 61 % des voix

Le président bolivien Evo Morales a été réélu la semaine dernière avec 61% des voix, selon le décompte officiel du Tribunal suprême électoral rendu public samedi. Ce décompte confirme les résultats non officiels annon- cés le jour du scrutin et accueillis alors comme un "nou- veau triomphe du peuple bolivien" par M. Morales, dont le troisième mandat courra jusqu'en 2020. Le président bolivien devance de 37 points son rival, l'homme d'affaires Samuel Doria Medina (24% des voix). L'ancien président libéral Jorge Quiroga a recueilli 9% des voix. Le Movimiento Sin Miedo (centre gauche) de l'avocat Juan del Granado, ancien allié de Morales, et le Partido Verde, de l'écologiste indigène Fernando Vargas, ont ob- tenu chacun moins de 3% des suffrages. Un nouveau vote devra être organisé le 26 octobre dans une cinquantaine de bureaux des départements d'Oruro (sud) et Santa Cruz (est) en raison d'irrégularités.

(sud) et Santa Cruz (est) en raison d'irrégularités. AFGHANISTAN 16 morts dans des affrontements entre taliban

AFGHANISTAN 16 morts dans des affrontements entre taliban et forces de sécurité

dans des affrontements entre taliban et forces de sécurité Au moins 16 insurgés ont été tués

Au moins 16 insurgés ont été tués depuis samedi soir, en Af-

ghanistan suite à des affrontements entre forces de sécurité

et taliban, ont déclaré des officiels hier.

Dans le dernier incident, des unités de police ont mené une embuscade contre les taliban de la province de Kunduz

(nord) tôt dimanche matin, tuant une dizaine d'activistes et en blessant six autres, a rapporté un responsable local. «Des unités de la police ont organisé une embuscade contre les insurgés dans le district de Dasht-e Archi à 03h00 heure locale, tuant douze rebelles et en blessant six autres»,

a confié le gouverneur du district, Nasirudin Saadi. Dans un incident antérieur survenu samedi soir dans un ancien bastion taliban de la province d'Helmand (sud), qua- tre kamikazes ont été tués, a rapporté le ministère de l'Inté- rieur dans un communiqué publié ici dimanche. «Quatre militants portant des gilets explosifs posaient des

mines en bordure de route dans le district de Gereshk de la pro- vince d'Helmand la nuit dernière en ciblant du personnel de

la sécurité, lorsque l'engin a prématurément explosé, tuant les

quatre combattants sur place», a indiqué un communiqué pu- blié par le ministère de l'Intérieur. La province de Kunduz, dont la capitale du même nom se situe à 250 km au nord de Kaboul, est le théâtre d'une insur- rection menée par les taliban depuis quelques années.

Hong Kong

20 blessés lors de nouveaux heurts

Vingt personnes ont été blessées à Hong Kong, où de nou- veaux heurts violents ont opposé durant la nuit manifes- tants prodémocratie et policiers, a annoncé hier le gouverne- ment local. Des dizaines de policiers en tenue anti-émeute ont chargé dans la nuit de samedi à dimanche un groupe de manifestants à Mongkok, l'un des trois sites occupés par les protestataires depuis trois semaines dans l'ancienne colonie britannique. Hong Kong traverse sa plus grave crise politique depuis sa ré- trocession à la Chine en 1997. Si la Chine a accepté d'instaurer le suffrage universel lors de la prochaine élection du chef de l'exécutif du territoire au- tonome en 2017, elle entend conserver le contrôle des candi- datures, une proposition inacceptable pour le mouvement pro- démocratie.

IRAN/PAKISTAN

TÉHERAN convoque l'ambassa- deur pakistanais

L'Iran a convoqué l'ambassadeur pakis- tanais à Téhéran pour parler des infiltrations de «rebelles» venus du Pakistan après plu- sieurs incidents armés qui ont fait huit morts à la frontière, a indiqué hier l'agence officielle Irna. «Il est inacceptable que des terroristes et des rebelles agressent notre pays depuis le territoire pakistanais et tuent nos garde- frontières», a déclaré Rassoul Salami, le di- recteur iranien chargé de l'Asie occidentale au ministère des Affaires étrangères, en re- cevant samedi soir Noor Muhammad Jad- mani. Il a demandé au gouvernement pakis- tanais de «prendre des mesures sérieuses pour empêcher la répétition de ce genre d'accidents». La province iranienne du Sistan-Balou- chistan (sud-est), est régulièrement le théâ- tre d'attaques menées par des groupes ex- trémistes mais aussi des trafiquants de drogue. Deux gardes-frontières iraniens et un of-

de drogue. Deux gardes-frontières iraniens et un of- ficier paramilitaire pakistanais ont été tués jeudi lors

ficier paramilitaire pakistanais ont été tués jeudi lors d'un incident à la frontière, selon des sources au Pakistan et en Iran. Cinq per- sonnes, dont quatre membres des forces de l'ordre iraniennes, avaient déjà été tuées de- puis début octobre dans des attaques me- nées par des rebelles armés dans la province. L'Iran a demandé à plusieurs reprises au Pakistan de prendre des mesures pour em- pêcher «les infiltrations de terroristes» et a chargé les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime, de contrôler la frontière

Le ministre de la Défense libanais en Iran pour obtenir des armes

Le ministre libanais de la Défense Samir Moukbel a entamé sa- medi une visite en Iran pour finaliser l'octroi par l'Iran d'une aide militaire à l'armée liba- naise, pour l'aider à lut- ter contre l'organisa- tion autoproclamée (Etat islamique). La visite de trois jours de M. Moukbel intervient deux se- maines après que Téhé- ran a proposé de fournir des équipe- ments à l'armée libanaise qui a affronté en août des éléments de l'organisation autoproclamée (Etat islamique) et de la branche syrienne d'Al-Qaïda -Front al- Nosra- à la frontière avec la Syrie. Il doit évoquer avec son homologue iranien Hossein Dehgan les moyens

avec son homologue iranien Hossein Dehgan les moyens d'améliorer la coopération militaire bilatérale, a

d'améliorer la coopération militaire bilatérale, a indiqué l'agence Fars. Des entretiens sont prévus égale- ment avec le président Hassan Rohani, le chef du Parlement Ali Larijani et le se- crétaire du Conseil suprême de la sécu- rité nationale iranienne, Ali Sham- khani.

APS

20

DK NEWS

MONDE

Lundi 20 Octobre 2014

Le gouvernement irakien au complet, un pas «positif» pour lutter contre Daech

Le gouvernement irakien était au complet dimanche, suite aux nominations des ministres de l'Intérieur et de la Défense, deux portefeuilles-clés pour lutter contre l'organisation autoproclamée (Etat islamique) «Daech» qui s'est emparé de larges pans de territoire dans ce pays.

Répartissant ces deux portefeuilles-clés essentiels pour lutter contre Daech qui s'est emparé de larges pans de ter- ritoire en Irak et tenter d'enrayer la vague d'attentats meur- triers, le Parlement a approuvé samedi la nomination de Khaled al-Obaidi et de Mohammed al-Ghabbane. Khaled al-Obaidi, 55 ans, membre de la coalition des Forces nationales sunnites, a été désigné ministre de la Dé- fense, et Mohammed al-Ghabbane, 53 ans du bloc chiite Badr, ministre de l'Intérieur. Le Parlement a aussi confirmé la nomination d'un vice-Premier ministre et de six autres ministres, dont un ministre d'Etat dans le nouveau gouver- nement. Après des semaines de crise politique alimentée par le refus initial de l'ancien Premier ministre Nouri al- Maliki de céder le pouvoir, suivi de difficiles tractations dans un pays miné par les divisions, le Parlement avait ap- prouvé le 8 septembre le gouvernement de Haïdar al-Abadi. Ce dernier avait alors demandé un délai d'une semaine pour pourvoir certains portefeuilles, notamment ceux de la Défense et de l'Intérieur, dont il assurait l'intérim. Mais le Parlement avait rejeté les deux noms proposés au départ. Durant l'intégralité de son second mandat, M. al-Maliki, avait assuré l'intérim de ces deux ministères, ce qui lui avait valu notamment d'être accusé d'accaparer le pouvoir. Il avait aussi été accusé d'avoir contribué à la montée en force de Daech dans ce pays majoritairement chiite en me- nant une politique autoritaire excluant la minorité sunnite. M. Abadi, également chiite, a ainsi été soumis à une pres- sion internationale -notamment de la part de l'allié améri- cain- pour former un gouvernement d'union pouvant réduire les profondes divisions ethniques et religieuses.

Washington très satisfait, salue ce pas en avant très positif

très satisfait, salue ce pas en avant très positif Les Etats-Unis qui fournissent un soutien aérien

Les Etats-Unis qui fournissent un soutien aérien mili- taire essentiel à l'armée irakienne dans son combat contre Daech, a exprimé sa grande satisfaction après l'annonce d'un gouvernement au complet, condition indispensable à leurs yeux à la réussite de cette lutte. «Il s'agissait de postes cruciaux à attribuer dans le cadre des efforts contre l'EI», s'est félicité le secrétaire d'Etat John Kerry qui a salué «un pas en avant très positif». «Nous sommes très satisfaits», a-t-il ajouté. Pour le général Lloyd Austin, chef du Commandement militaire américain qui supervise la campagne de frappes en Irak et en Syrie, il a souligné que l'Irak était la «priorité» de Washington et devait «le rester», dans la guerre contre Daech.

Les efforts internationaux se poursuivent pour lutter contre Daech Sur le terrain, les forces irakiennes peinent à reprendre le terrain perdu face aux éléments de Daech qui ont enre- gistré de nouveaux succès dans la province d'Al-Anbar (ouest) contrôlée à plus de 80% par les éléments de cette or- ganisation. Tentant de gagner du terrain, elles ont lancé vendredi plusieurs offensives, dans la région de Tikrit au nord de Baghdad, et dans trois secteurs de Ramadi, dans la province occidentale d'Al-Anbar.

La coalition internationale menée par les Etats-Unis continue ses raids aériens contre les éléments de cette or- ganisation en Irak et en Syrie où le groupe armé s'est em- paré également de vastes territoires. Toujours pour lutter contre ce groupe, le ministre espa- gnol de la Défense Pedro Morenes a annoncé samedi à Washington, où il a rencontré son homologue américain Chuck Hagel, que l'Espagne apportera son soutien en Irak où elle enverra 300 militaires à la fin de l'année pour former des troupes irakiennes aux opérations spéciales, au démi- nage et au maniement d'explosif. «Nous pourrions commencer à la fin de l'année parce que toute cette opération évolue en permanence», a-t-il af- firmé aux journalistes, «nous devons adapter notre capacité et notre offre à cette évolution». Les forces américaines pourront également utiliser les bases de Moron et Rota dans le sud de l'Espagne pour le dé- ploiement de ses opérations dans le Nord de l'Irak. De son côté, l'Etat major canadien a indiqué que les six avions de chasse engagés par le Canada dans la coalition in- ternationale contre les positions de Daech en Irak seront opérationnels début novembre, précisant qu'«il est néces- saire que toutes ces conditions soient en place avant d'en- voyer les avions». Les 600 soldats et personnels médicaux nécessaires pour soutenir au sol les six bombardiers F-18 devraient être déployés d'ici la fin du mois d'octobre sur une base militaire koweïtienne d'où Ottawa compte mener ses opérations, a fait valoir le Lieutenant-général Jonathan Vance, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada. En plus des avions de chasse, le Canada va déployer un avion de ravitaillement en vol, deux appareils de surveil- lance et un autre pour le transport de personnel. En outre, le Conseil de sécurité des Nations unies a ap- pelé vendredi la communauté internationale à intensifier le soutien au gouvernement irakien et à ses forces de sécu- rité dans leur lutte contre les éléments de Daech. Dans une déclaration unanime, les 15 membres du Conseil ont condamné le «cercle vicieux de suicides, voi- tures piégées et d'autres attaques» perpétrées par l'organi- sation armée à Baghdad et dans ses environs.

APS

PUBLICITÉ

22

DK NEWS

TÉLÉ

Lundi 20 Octobre 2014

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
T É L É Lundi 20 Octobre 2014 PROGRAMME DU JOUR 06:00 Jeunesse : Mystère à

06:00 Jeunesse : Mystère à la colo 06:10 Jeunesse : Franklin 06:20 Jeunesse : Franklin 06:30 Jeunesse : Franklin 06:45 Jeunesse : TFou 08:25 Culture Infos : Météo 08:30 Culture Infos : Téléshopping 09:20 Culture Infos : Météo 09:25 Série TV : Au nom de la vérité

09:55 Série TV : Au nom de la vérité 10:25 Série TV : Petits secrets entre voisins 10:55 Série TV : Petits secrets entre voisins 11:20 Série TV : Petits secrets entre voisins

11:50

12:00 Divertissement : Les douze coups de midi 12:50 Sport : L'affiche du jour 13:00 Culture Infos : Journal

13:40

13:45 Culture Infos : Histoire d'un rêve 13:50 Culture Infos : Météo 13:55 Série TV : Les feux de l'amour

15:30 Série TV : Mentalist 16:20 Série TV : Les experts : Manhattan 17:10 Série TV : Les experts : Manhattan 18:00 Culture Infos : Sept à huit 19:50 Culture Infos : Toi toi mon toit 19:55 Culture Infos : Météo 20:00 Culture Infos : Journal

20:30

20:35 Culture Infos : Là où je t'emmènerai 20:45 Culture Infos : Météo 20:55 Cinéma : Harry Potter et les reliques de la mort 23:40 Série TV : Esprits criminels

: Petits plats en équilibre

: Petits plats en équilibre

: Du côté de chez vous

: Petits plats en équilibre : Du côté de chez vous 06:24 Culture Infos : Jour

06:24 Culture Infos : Jour de guerre 06:25 Culture Infos : Point route 06:30 Culture Infos : Journal 06:35 Culture Infos : Télématin 06:57 Culture Infos : Météo 2 07:00 Culture Infos : Journal 07:10 Culture Infos : Télématin (suite) 08:00 Culture Infos : Journal 08:10 Culture Infos : Télématin (suite) 09:05 Culture Infos : Point route

09:06 Divertissement : Dans quelle éta-gère 09:10 Série TV : Des jours et des vies

09:30

09:55 Culture Infos : C'est au programme 10:55 Culture Infos : Météo outremer 11:30 Divertissement : Les Z'amours 12:00 Divertissement : Tout le monde veut prendre sa place 12:55 Culture Infos : Météo 2 13:00 Culture Infos : Journal 13:45 Culture Infos : Météo 2 13:50 Culture Infos : Point route 13:55 Culture Infos : Consomag 14:10 Divertissement : Vivement dimanche

Série TV : Amour, gloire et beauté

16:05 : Toulon (Fra) / Llanelli Scarlets (Gal) 18:10 Sport : Stade 2 18:45 : Vivement dimanche prochain 19:55 Culture Infos : Météo 2 20:00 Culture Infos : Journal

20:30

Culture Infos : 20h30 le dimanche

20:40 Série TV : Parents mode d'emploi

20:43 Culture Infos : D'art d'art 20:44 Culture Infos : Météo 2 20:45 Cinéma : Dark Shadows 22:45 Cinéma : Chante ton bac d'abord

: Dark Shadows 22:45 Cinéma : Chante ton bac d'abord 06:00 Culture Infos : EuroNews 06:45

06:00 Culture Infos : EuroNews 06:45 Jeunesse : Une minute au musée 06:47 Série TV : LoliRock 06:49 : Les as de la jungle à la rescousse 07:00 : Titi et Grosminet mènent l'enquête 07:13 : Titi et Grosminet mènent l'enquête 07:24 : Titi et Grosminet mènent l'enquête 07:39 Jeunesse : Garfield & Cie 07:51 Jeunesse : Garfield & Cie 08:06 Jeunesse : Garfield & Cie 08:18 Jeunesse : Garfield & Cie 08:31 Série TV : La chouette & Cie 08:39 Jeunesse : C'est bon ! 08:50 Culture Infos : Des histoires et des vies (1ère partie)

09:50 Culture Infos : Des histoires et des vies (2e partie) 10:45 Culture Infos : Consomag 10:50 Culture Infos : Midi en France 11:55 Culture Infos : Météo 12:00 Culture Infos : 12/13 : Journal régional 12:25 Culture Infos : 12/13 : Journal national 12:55 Culture Infos : Météo à la carte 13:50 Série TV : Un cas pour deux 14:55 Série TV : Un cas pour deux 15:00 Sport : En course sur France 3 15:20 Divertissement : Inspecteur Bar- naby 17:00 Divertissement : Du côté de chez Dave 17:55 Divertissement : Questions pour un super champion 19:00 Culture Infos : 19/20 : Journal régio- nal 19:30 Culture Infos : 19/20 : Journal natio- nal 19:58 Culture Infos : Météo 20:00 Sport : Tout le sport 20:15 Série TV : Zorro 20:45 Série TV : Les enquêtes de Murdoch 21:30 Série TV : Les enquêtes de Murdoch 22:10 Série TV : Les enquêtes de Murdoch 22:55 Série TV : Les enquêtes de Murdoch 23:45 Culture Infos : Météo 23:50 Culture Infos : Soir 3

23:45 Culture Infos : Météo 23:50 Culture Infos : Soir 3 06:00 Culture Infos : Les

06:00 Culture Infos : Les nouveaux explo- rateurs 06:50 Divertissement : Zapping 06:55 Divertissement : Le Before du grand journal 07:20 Culture Infos : La météo 07:25 Divertissement : Le petit journal

07:50 Divertissement : Les Guignols de l'info 08:00 Culture Infos : La météo 08:05 Sport : Zapsport 08:10 Série TV : Les Simpson 08:30 Cinéma : Grand Central 10:05 Culture Infos : Le tube 10:45 Cinéma : Stoker

Culture Infos : La nouvelle édition

12:45 Culture Infos : La nouvelle édition, 2e partie 14:00 Cinéma : 9 mois ferme 15:10 : Les nouveaux explorateurs 16:10 Divertissement : Soldat blanc 18:40 Divertissement : Le petit journal de la semaine 19:10 Sport : Canal Football Club 19:35 Sport : Canal Football Club 20:55 Sport : Avant-match 21:00 Sport : Lyon / Montpellier 22:55 Sport : Canal Football Club

23:15 Sport : L'équipe du dimanche

12:20

Football Club 23:15 Sport : L'équipe du dimanche 12:20 06:00 Divertissement : M6 Music 06:40 Culture

06:00 Divertissement : M6 Music 06:40 Culture Infos : Météo 06:45 Série TV : Le Petit Spirou 07:00 Série TV : Le Petit Spirou 07:10 Jeunesse : Le petit Nicolas 07:20 Jeunesse : La maison de Mickey 07:45 : Jake et les pirates du pays imaginaire 08:10 Jeunesse : Sammy & Co 08:20 Jeunesse : Sammy & Co 08:45 Culture Infos : Météo 08:50 Culture Infos : M6 boutique 09:55 Culture Infos : Météo 10:00 Série TV : Face au doute 10:50 Série TV : Face au doute 11:45 Série TV : Desperate Housewives 12:40 Culture Infos : Météo 12:45 Culture Infos : Le 12.45 13:05 Série TV : Scènes de ménages 13:40 Culture Infos : Météo 13:45 : L'auberge des amoureux 14:30 Culture Infos : Maison à vendre 16:10 : D&CO, une semaine pour tout chan- ger 17:15 Culture Infos : 66 minutes 18:40 Culture Infos : 66 minutes : grand for- mat 19:40 Culture Infos : Météo 19:45 Culture Infos : Le 19.45 20:10 Culture Infos : E=M6 20:40 Sport : Sport 6 20:50 Culture Infos : Zone interdite 23:00 Culture Infos : Enquête exclusive

La sélection

19h55 Une famille formidable Résumé Julien a été innocenté du meurtre dont il était accusé

19h55

Une famille formidable

Une famille formidable

Résumé Julien a été innocenté du meurtre dont il était accusé par un mystérieux corbeau. L'affaire ré- solue, le calme revient doucement au village, et tout semble aller pour le mieux. Marie et Claire Résumé organisent enfin leur mariage. On fête l'événe- ment dignement, en famille et entre amis, mal- organisent enfin leur mariage. On fête l'événe- ment dignement, en famille et entre amis, mal- gré un petit retard de Jacques et Catherine, ar- rêtés à un barrage routier pour cause de permis invalide. Le couple se rend alors compte qu'il est victime d'une usurpation d'identité. Comptes bancaires vidés, permis de conduire invalidé, maison saisie : la famille est ruinée. L'enquête des gendarmes n'avance pas. Démunis, les Beaumont se serrent les coudes

: la famille est ruinée. L'enquête des gendarmes n'avance pas. Démunis, les Beaumont se serrent les
19h48

19h48

Castle

Résumé En plein hiver, un homme couvert de sang pénètre dans une église en titubant. Ce dernier tend au prêtre un paquet, avant de s'écrouler. Il s'agit d'un bébé de trois mois. Castle propose ses services pour s'occuper de l'enfant tout en enquêtant. La victime, Cameron, a été abattue dans sa voiture. Par ailleurs, sa femme, Alyssa, prétend qu'elle n'a pas d'enfant avec son mari. Les investigations se multiplient. Castle découvre que Cameron, chauffeur dans une société privée, avait un com- portement paranoïaque depuis quelque temps. Ce premier se souvient alors que la victime avait un ticket de loterie sur lui

alors que la victime avait un ticket de loterie sur lui 19h45 Winston Churchill Résumé Sauveur
19h45 Winston Churchill Résumé Sauveur de l'Europe, héraut de la civilisation se dressant face à

19h45

Winston Churchill

Winston Churchill
Résumé Sauveur de l'Europe, héraut de la civilisation se dressant face à la barbarie nazie
Résumé Sauveur de l'Europe, héraut de la civilisation se dressant face à la barbarie nazie

Résumé Sauveur de l'Europe, héraut de la civilisation se dressant face à la barbarie nazie puis face au communisme pendant la Guerre froide, chef de guerre infatigable et pugnace, amateur de cigares et de bons mots, buveur exceptionnel, mais ja- mais ivre, prix Nobel de littérature, peintre à ses heures, oscillant entre euphorie et dépression, Winston Churchill incarne une ardente multiplicité. Il fut l'homme de toutes les contradictions, de tous les coups d'éclat et de tous les échecs. Force de vie, homme de l'éternel rebond, il sut aussi échapper plusieurs fois à la mort. Por- trait d'un géant de l'histoire.

19h55 Borgia Résumé Après avoir perdu Rimini, Piombino et Pesaro, Cesare de- vient une cible
19h55
Borgia
Résumé
Après avoir perdu Rimini,
Piombino et Pesaro, Cesare de-
vient une cible facile. Tous ses
comptes sont saisis, mais les cof-
fres de l'Eglise sont vides. Acculé,
il se voit contraint d'accepter
une alliance avec Della Rovere,
désormais Saint-Père. Alors que
Cesare cherche à retrouver de sa
superbe, Lucrezia affronte une
terrible querelle fraternelle. Pour
être acceptée chez les Ferrare, elle va devoir faire preuve d'ingéniosité
19h50 Extant Résumé Accompagnée d'un homme de Yasumoto, Molly Woods est toujours sur les traces
19h50
Extant
Résumé
Accompagnée d'un homme
de Yasumoto, Molly Woods est
toujours sur les traces de son
bébé, perdu lors de son acci-
dent avec Marcus. Elle est de
plus en plus perturbée, à mesure
qu'elle s'en approche. John, son
mari, comprend que Yasumoto
n'est pas nécessairement mû
par de bons sentiments et que les
intérêts de sa famille ne sont sa
priorité. Sparks, de son côté, est déterminé à maintenir l'entité en vie, pour conti-
nuer à avoir des visions de sa fille disparue

Lundi 20 Octobre 2014

DÉTENTE

DK NEWS

23

Mots fléchés n°751 Proverbes On ne doit pas laisser son travail à la dernière minute.
Mots fléchés n°751
Proverbes
On ne doit pas laisser son travail à la dernière
minute.
Proverbe algérien
Travaille, et tu deviendras fort ; assieds-toi, et
tu sentiras mauvais.
Proverbe berbère
Toutes choses sont difficiles avant que d'être
faciles.
Proverbe arabe
La nuit, tous les chats sont gris
Proverbe français
C’est arrivé un 20 Octobre
1960
: indépendance de la Fédération du
Mali.
1960
: Norodom Sihanouk prête serment
en tant que «Chef d'État» du Royaume du
Cambodge, ce qui lui permet d'exercer
les pouvoirs de roi sans en avoir le titre.
1991
: Berlin redevient la capitale de
l'Allemagne, en cours de réunification.
2001
: Pervez Musharraf devient
président du Pakistan
2010
: victoire de Juan Manuel Santos à
l’élection présidentielle en Colombie.
2012
: ouverture de Rio+20
2012
: Antónis Samarás devient premier
ministre de Grèce
Célébrations :
Journée mondiale des réfugiés, établie
par l'Assemblée générale des Nations
unies le 4 décembre 2000.
-
-
Argentine : Día de la Bandera (es), Fête
du drapeau.
- Érythrée : Fête des martyrs.
- États-Unis : Ice Cream Soda day,
Journée du soda à la crème glacée.
- États-Unis : Virginie-Occidentale : Fête
de l'État de Virginie-Occidentale (en).
Mots croisés n°751
Samouraï-Sudoku n°751

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq : grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Horizontalement:   1. Etranglement du gland

Horizontalement:

 

1. Etranglement du gland de la verge par le prépuce

pière supérieure 8.Interjection - Bourgeon se-

2.Charrue-Airellecanneberge

condaire situé sur le côté

3.Ville de la République tchèque

du bulbe de certaines plantes

-

Infinitif

9.Négation - Civière - Pano-

10.Travailler dur - Titre d'hon-

4.Eléments minces dont la tranche est utilisée pour le revê- tement d'un âtre

rama

neur chez les Britanniques

5.Dysprosium - Filet de pêche

11.

Engendre qqch - Appuyer

6.A fait du tort à qqn - Chanceuse

12.Se dit d'un mot qui n'est pas

7.Nom de deux pharaons de la

nécessaire au sens de la phrase

XIXe dynastie - Chute de la pau-

-

Vieux

Verticalement :

1.Ancien

procédé

de sépara-

6.Divinité

lunaire, infernale

tion de l'argent et

et marine de

la mythologie

du plom b par liquation 2.Imitation des premiers sons

grecque - Casque 7.Poète tragique grec

émis par un

8.Qui est à moi - Ville de Grèce

bébé - Rivière du Zaïre - Ancien

- Rassemblement du

peuple

3.Caractère de ce qui est rapide

français

-