Vous êtes sur la page 1sur 4

Le wifi

A. Modes de transmission d’un réseau sans fil

Dans un réseau sans fil Wi-Fi, chaque ordinateur est équipé d'un émetteur et d'un récepteur. C'est l’adaptateur sans fil. Ils sont disponibles dans de nombreux formats : carte interne au format PCI, carte PCMCIA pour les ordinateurs portables (quand ils n’en sont pas équipés de série), adaptateur USB, carte CompactFlash ou SD.

Le Wi-Fi est en fait le nom commercial de la norme IEEE 802.11 qui utilise deux modes de transmission différents :

-Le mode ad hoc : les ordinateurs sont connectés les uns aux autres afin de constituer un réseau point à point sans le recours à un point d'accès. Cependant, le débit et la distance sont fortement limités.

-Le mode infrastructure : c’est un mode de fonctionnement qui permet de connecter les ordinateurs équipés d’une carte réseau Wi-Fi entre eux via un ou plusieurs points d’accès qui agissent comme des concentrateurs. La mise en place d’un tel réseau oblige à poser à intervalles réguliers des points d’accès dans la zone qui doit être couverte par le réseau.

Le mode infrastructure est le plus courant et le plus simple à mettre en place. Il est souvent utilisé en complément d’un réseau filaire fournissant un accès au réseau à des postes non câblés.

L'installation d'un réseau sans fil ne pose pas de difficultés particulières pour les petits réseaux où les distances ne sont pas excessives. Au préalable, cette installation nécessite une expertise pour la mise en place des points d'accès et pour tenir compte de l'affaiblissement du signal par les matériaux traversés. Dans ce cas, il n’y a pas de règle préétablie. Seuls des tests peuvent confirmer les possibilités sachant que la norme est donnée pour traverser un mur en béton non armé, tout obstacle va limiter le débit ou couper complètement le signal.

B. Normes de transmission d’un réseau sans fil

Le Wi-Fi permet des transmissions à moyenne distance (quelques dizaines de mètres) à un débit suffisant pour connecter un ordinateur individuel. Il existe plusieurs normes de transmission aux qualités distinctes :

802.11b : 11 Mbit/s

802.11b+ : 22 Mbit/s

802.11g : 54 Mbit/s

802.11g+ : 108 Mbit/s (le réseau doit être constitué de matériel de même marque)

802.11n ou MiMo : 100 à 240 Mbit/s (Ce sont des équipements baptisés pré-n ou draft-n car ils anticipent sur la norme 802.11n actuellement en cours d’élaboration, mais dont les constructeurs connaissent déjà les grandes lignes). Le Multiple Input Multiple Output est une technologie qui permet d'améliorer les débits des transmissions de données sans fil en jouant sur la réflexion des ondes et sur la multiplication des canaux

d'émission et de réception. Il en résulte de meilleurs débits ainsi qu’une meilleure couverture en intérieur.

Cependant, les réseaux proposant théoriquement 54 Mbit/s (les plus souvent rencontrés) voient leur débit largement diminuer dans la pratique à cause du mobilier et des murs des bâtiments. Le débit constaté est généralement de deux à quatre fois plus faible, mais il reste toutefois très supérieur aux liaisons avec Internet (de 512 Kbit/s à 8 Mbit/s) et se montre donc suffisant pour transmettre des données de volume moyen. Quant à la technologie MiMo qui promet des débits de 2 40 Mbits/s, elle peine à atteindre les 60 Mbits/s en pratique.

Enfin, la sécurité est un problème épineux qui peut être résolu par des configurations complexes, avec une combinaison de système de sécurité du cryptage (wep, wpa et wpa2), de filtrage d’adresses virtuelles des ordinateurs et de blocage de messages de reconnaissance envoyés par les points d’accès. Elle est l’affaire de spécialistes, mais sans ces dispositifs, et ces configurations sophistiquées, les liaisons Wi-Fi sont de véritables portes ouvertes sur le réseau d’une entreprise.

C. Matériel utilisé sur un réseau sans fil

Le premier point à aborder est l’interopérabilité du matériel, la capacité à communiquer et (ou) à travailler avec des équipements de marque, ainsi que des standards identiques ou radicalement différents. Le standard 802.11b/g affiché par la majorité des matériels permet l’interopérabilité des différents équipements. Mais les normes hybrides propriétaires ayant pour but d’augmenter le débit, comme la norme 802.11g+ (SuperG) qui offre 108 Mbit/s théorique, ou les matériels MiMo estampillés pré-n obligent à s’équiper de points d’accès, d’un routeur, d’ adaptateurs ou d’une carte réseau Wi-Fi du même constructeur et issu de la même génération. Si un seul appareil diffère, c'est l'ensemble du réseau qui revient aux débits standards. Il s’agit d’une contrainte à prendre en compte selon votre équipement actuel

-Cartes PCI / PCMCIA / adaptateur USB :

Il est indispensable pour déployer du Wi-Fi de posséder une carte réseau PCI pour des ordinateurs de bureaux -éventuellement équipés d’une antenne pour améliorer la réception-, une carte PCMCIA pour des ordinateurs portables (si le Wi-Fi n’y est pas intégré), un adaptateur USB très ressemblant aux clés USB et parfois même des cartes au format SD ou Compact Flash pour les PDA - identiques à celles utilisées dans les appareils photos numériques-.

-Point d’accès ou routeur :

Il permet de donner un accès au réseau filaire, auquel il est raccordé, aux différentes stations avoisinantes équipées de cartes Wi-Fi. Ce concentrateur est l'élément nécessaire pour déployer un réseau centralisé (mode infrastructure). Il y a deux types de points d’accès :

Le point d’accès simple qui n’a qu’une fonction de lien entre le réseau filaire et le réseau sans fil.

Le point d’accès routeur qui permet de connecter un modem ADSL Ethernet afin de partager une connexion Internet sur un réseau sans fil. Il peut intégrer un concentrateur pour connecter des appareils filaires sur le réseau. Certains peuvent utiliser des fonctions de VoIP pour l’utilisation de téléphone sans fil selon cette norme. Il est équipé des fonctions de sécurité paramétrables grâce à un navigateur Internet. C’est lui qui autorise ou non les connexions sans fil des ordinateurs au réseau. C’est l’outil indispensable pour les entreprises.

-Les antennes :

Il existe deux principaux modèles d’antennes :

Les antennes omnidirectionnelles qui ont un gain variant entre 1 et 15 dBi et qui offrent un rayonnement sur 360 °. Elles s’installent généralement sur le point d’accès relié au réseau, voire sur les cartes PCI.

Les antennes directionnelles ont un gain allant de 5 à 24 dBi avec un rayonnement directif. Elles permettent d’établir des liaisons point à point mais également de couvrir une zone limitée dans le cas d’une antenne à angle d’ouverture important. Elles sont de plusieurs types, comme, par exemple, les antennes paraboles, ou encore les antennes panneaux.

-Téléphone IP Wi-Fi :

Ce sont des téléphones de la dernière génération, des mobiles hybrides qui peuvent utiliser les réseaux GSM habituels et commuter automatiquement en mode Wi-Fi dès qu’ils sont dans la zone de couverture d’une borne compatible. L’utilisation d’un seul appareil suffit pour réaliser tous les appels en extérieur et dans l’entreprise en apportant facilité d’utilisation, économie sur les terminaux et les coûts de communication.

Les conseils pour bien choisir son équipement sans fil

Les points à toujours garder en tête

La mobilité donne aux utilisateurs la possibilité de se connecter n’importe où dans la zone couverte par le réseau Wi-Fi.

La facilité et la souplesse d’utilisation du réseau sans fil permettent son déploiement dans des endroits temporaires, de couvrir des zones difficiles d’accès aux câbles ou de relier des bâtiments distants.

Les coûts liés au Wi-Fi sont réduits. Si le matériel (carte réseau, point d’accès , etc.) est plus cher à l’achat qu’en réseau filaire, les réseaux sans fil ont des coûts de maintenance très réduits ; sur le moyen terme, l’investissement est aisément rentabilisé.

L’évolution du réseau est simple : il peut être dimensionné au plus juste et suivre la courbe des besoins.

La qualité et la stabilité du signal ne peuvent être garanties et doivent être testées sur place, au cas par cas, suivant l’agencement physique des locaux.

La sécurité demande une configuration pointue pour être réellement efficace et doit être traitée par un spécialiste. Si vous optez pour une technologie MIMO ou pré-version du 802.11n, vous prenez le risque de vous enfermer dans ce choix technologique, car aucune compatibilité ultérieure avec la norme 820.11n définitive ne peut être garantie.