Vous êtes sur la page 1sur 46

National Défense

Defence national

Cadets de la Marine Royale Canadienne

QGRE-M-VHF/GP-001
Septembre 2006
QGRE-M-VHF/GP-001
CADETS DE LA MARINE ROYALE CANADIENNE

Plan cours

VHF

UNITÉ RÉGIONALE DE SOUTIEN AUX CADETS

Autorité de gestion : Commandant - URSC(Est) 12 septembre 2006

BPR : OEM2(M)
AVANT-PROPOS

Ce plan de cours est un supplément pour améliorer les outils disponibles pour la

préparation des cours des officiers et des cadet-maîtres.

Il est important que tous participent à l’amélioration de ce dernier en nous faisant

part de vos commentaires et des erreurs, qui malgré la révision, ce sont probablement

glissés. Afin de facilité cette démarche, je vous invite à transmettre ces informations à

l’OEM3 Voile par courrier électronique à l’adresse suivante pouliot.jcs@forces.gc.ca

Je tiens à remercier le ltv J-F Laflamme pour son implication dans ce projet.

OEM2(Marine)
REGISTRE DES MODIFICATIONS

Liste des modifications


Date d'inscription Signature
Numéro Date
TABLE DES MATIÈRES

OREN/OCOM SUJET PAGE

VHF.01 Service maritime mobile – Partie 1 2


VHF.02 Service maritime mobile – Partie 2 5
VHF.03 Procédures d’exploitations – Partie 1 7
VHF.04 Procédures d’exploitations – Partie 2 10
VHF.05 Procédures d’exploitations – Partie 3 14
VHF.06 Jeu 18
VHF.07 Communication de sécurité 19
VHF.08 Communication d’urgence – Partie 1 21
VHF.09 Communication d’urgence – Partie 2 24
VHF.10 Communication de détresse – Partie 1 26
VHF.11 Communication de détresse – Partie 2 29
VHF.12 Communication de détresse – Partie 3 32
VHF.13 Jeu pratique 34
VHF.14 SMDSM et ASN 35
VHF.15 SMDSM et RLS 39
VHF.16 Simulation d’examen 41
VHF.17 à 20 Examen ECP 42

1
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.01 SERVICE MARITIME MOBILE – PARTIE 1


1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 30 minutes
Le cadet doit connaître les éléments qui entourent le 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative
certificat restreint de radiotéléphoniste.
a. L’instructeur doit utiliser les appuis verbaux pour aider à
la compréhension des cadets et l’assimilation de la
matière; et
b. Laisser beaucoup de place pour les questions des
cadets.

2. CONDITION : 7. JUSTIFICATION :
Voir la possibilité de jumeler cette période avec la En vue de l’examen et de l’opportunité de mettre en pratique
période VHF.02. les connaissances acquises, les cadets devraient avoir une
très bonne connaissance de la matière. Cela facilitera
l’acquisition des connaissances dans les prochaines
périodes.

3. NORME : Le cadet devra : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Connaître ce qu’est le service maritime mobile
(1.0); et a. Annexe 5, manuel
b. Connaître la réglementation s’appliquant à la des candidats; et
radiotéléphonie maritime (1.1) : b. Exemple de journal
(1) Certificat restreint de radiotéléphoniste de bord radio.
maritime (1.1.1);
(2) Licence de station radio (1.1.2); 10. RÉFÉRENCES :
(3) Les instances (1.1.3); et
(4) Les exigences des stations de navires (1.1.4). a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
maritime VHF); et
b. Guide de l’instructeur.

2
VHF.01 SERVICE MARITIME MOBILE – PARTIE 1 (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
a. Il est important que les cadets connaissent ce Mentionner aux cadets qu’ils auront un examen théorique de
qu’est le service maritime mobile car il s’agit du 50 questions à choix de réponses pour le module 1, 22
cadre dans lequel ils travailleront avec la radio questions à choix de réponses pour le module 2 et de 3
VHF; questions pratiques sur l’ensemble de la matière vue en
b. Mentionner que le CIECM NCSM QUÉBEC est classe.
une station terrestre qui est habilité à utiliser ce
service car tout comme la garde côtière, elle régit
le trafic des navires sous sa juridiction
(baleinières, site de voile, navires);
b. Expliquer ce qu’est le certificat restreint de
radiotéléphoniste maritime et les limites de son
utilisation. Faire le lien avec le permis de conduire
et les classes de permis (navire doté
volontairement d’installation radiotéléphonique);
c. Expliquer la différence entre navire doté
volontairement et obligatoirement d’installation
radio;
d. Expliquer brièvement que si on possède une radio
homologué par Industrie Canada et que l’ont
naviguent dans les eaux canadiennes, on n'a pas
besoin de licence de station radio tant que l’ont
utilisent les fréquences de l’annexe 1;
e. Expliquer aux cadets que si un navire a besoin
d’une licence, l’appareil doit être homologué :
(1) Expliquer ce qu’est l’homologation et qui
peut homologuer;
(2) À quel intervalle on doit renouveler la
licence;
(3) Peine et/ou amende si on ne possède pas
la licence lorsque obligé;
(4) Faire comparaison par rapport à
l’immatriculation du véhicule; et
(5) Éléments qui sont inscrits sur la licence.
f. Faire la distinction entre le certificat restreint de
radiotéléphoniste et la licence de station radio;

3
VHF.01 SERVICE MARITIME MOBILE – PARTIE 1 (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 12. REMARQUE :
g. Expliquer que les fréquences les plus utilisées sur Il est de la responsabilité du cadet de relire la matière vue
un navire sont connues sous l’appellation VHF et durant la période de manière à mieux assimiler cette dernière
que, dans cette bande, la fréquence de détresses et de ne pas ralentir la progression du groupe.
est le 156,800 MHz, soit la voie 16; et
h. Expliquer brièvement les différentes instances :
(1) Gestion du spectre, Industrie Canada;
(2) Union Internationale des
Télécommunications (UIT); et
(3) Radio de la garde côtière.

4
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.02 SERVICE MARITIME MOBILE – PARTIE 2


1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 30 minutes
Le cadet doit connaître les éléments qui entourent le 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative
certificat restreint de radiotéléphoniste.
a. L’instructeur doit utiliser les appuis verbaux pour aider à
la compréhension des cadets et l’assimilation de la
matière; et
b. Laisser beaucoup de place pour les questions des
cadets.

2. CONDITION : 7. JUSTIFICATION :
Voir la possibilité de jumeler cette période avec la En vue de l’examen et de l’opportunité de mettre en pratique
période VHF.01. les connaissances acquises, les cadets devraient avoir une
très bonne connaissance de la matière. Cela facilitera
l’acquisition des connaissances dans les prochaines
périodes.

3. NORME : Le cadet devra : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Connaître la documentation exigible à bord des
navires dotés volontairement d’installation
radiotéléphonique (1.1.5); 10. RÉFÉRENCES :
b. Connaître et définir l’inspection de l’appareillage
radio (1.1.5); a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
c. Définir les fréquences internationales de maritime VHF); et
détresse, de sécurité et d’appel (1.1.7); et b. Guide de l’instructeur.
d. Connaître et savoir comment utiliser le niveau de
puissance en VHF (1.1.8).

VHF.02 SERVICE MARITIME MOBILE – PARTIE 2 (SUITE)


5
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
a. Expliquer que les documents suivants doivent Mentionner aux cadets qu’ils auront un examen théorique de
être présents à bord d’un navire doté 50 questions à choix de réponses pour le module 1, 22
volontairement d’une installation radio : questions à choix de réponses pour le module 2 et de 3
(1) Licence de station radio si nécessaire; et questions pratiques sur l’ensemble de la matière vue en
(2) Certificat de radiotéléphoniste. classe.
b. Expliquez que certaines publications doivent
également se retrouver à bord du navire :
(1) Aides radio à la navigation maritime à jour;
et
(2) Manuel d’entretien en de fonctionnement de
l’appareil radio.
c. Expliquer brièvement aux cadets en quoi consiste 12. REMARQUE :
l’inspection et leur dire qu’ils ne devraient pas
faire l’objet d’une telle action, mais que cela peut Il est de la responsabilité du cadet de relire la matière vue
arriver aux autorités du camp d’été. Mentionner durant la période de manière à mieux assimiler cette dernière
qu’à ce moment, on se doit de collaborer avec les et de ne pas ralentir la progression du groupe.
inspecteurs du spectre et des télécommunications
(Inspecteurs de la Radio);
d. Expliquer à quoi sert la fréquence internationale
de détresse, de sécurité et d’appel et ce qu’elle
est. Les cadets doivent maîtriser ce point
d’enseignement car il sera utilisé dans les
prochaines périodes. Bien faire la distinction entre
une voie et une fréquence, pour facilité la
compréhension, faire une comparaison par
rapport aux stations radio, nom de la station
versus la fréquence d’émission. Mentionner que
sur la bande VHF, la fréquence de détresse est la
voie 16, fréquence 156.800 MHz et sur la bande
MF, c’est la fréquence 2182 kHz; et
e. Expliquer la propagation et l’utilisation du niveau
de puissance du VHF.

6
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.03 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 1


1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 30 minutes
Le cadet doit connaître les procédures d’exploitation 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative
d’une communication radiotéléphonique.
L’instructeur doit démontrer par des exemples la bonne et
mauvaise façon d’utiliser le micro.

2. CONDITION : 7. JUSTIFICATION :
Ces connaissances seront surtout utiles lorsque les cadets
seront appelés à effectuer des communications
radiotéléphoniques. C’est pour cette raison qu’une bonne
compréhension et assimilation de la matière sont
importantes.

3. NORME : Le cadet devra : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Connaître l’utilisation qu’il peut faire de la radio
(2.1); a. Coroplaste de
b. Connaître les communications passibles l’alphabet phonétique;
d’amendes : et b. Coroplaste des
(1) Faux signaux de détresse (2.1.1); nombres; et
(2) Langage profane ou offensant (2.1.2); et c. Coroplaste de l’heure.
(3) Brouillage et communication superflue (2.1.3)
c. Employer correctement les techniques 10. RÉFÉRENCES :
d’exploitation de la radio (2.2) :
(1) Technique de transmission verbale (2.2.1); a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
(2) Épellation des mots (2.2.2); maritime VHF); et
(3) Chiffres et nombres (2.2.3); et b. Guide de l’instructeur.
(4) Temps et heure (2.4).

7
VHF.03 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 1 (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
a. Expliquer les situations où on peut utiliser un Mentionner aux cadets qu’ils auront un examen théorique de
radio marine (VHF); 50 questions à choix de réponses pour le module 1, 22
b. Expliquer les types de communications qui ne questions à choix de réponses pour le module 2 et de 3
sont pas autorisées sur les ondes; questions pratiques sur l’ensemble de la matière vue en
c. Mentionner que le VHF est un outil de travail et classe.
qu’il peut sauver des vies et que ce n’est pas un
jouet. Si les cadets pratiquent avec des radios
portatifs (motorolla), l’instructeur ne devra pas
tolérer aucun écart de conduite au niveau des
communications transmises sur les ondes par les
cadets;
d. Expliquer qu’il est interdit d’émettre certains
types de communications et les sanctions
auxquelles on s’expose :
(1) De faux signaux de détresse;
(2) D’avoir un langage profane ou offensant; et
(3) De brouiller les ondes ou d’avoir une
communication superflue.
e. Expliquer les techniques de transmission verbale
et s’assurer que les cadets comprennent
l’importance de ces éléments qui font l’efficacité
d’une communication :
(1) Prononciation;
(2) Vitesse; et
(3) Rythme.
f. Mettre beaucoup d’importance sur l’épellation
des mots (alphabet phonétique). Cette notion
doit être maîtrisée complètement pour être
utilisée dans les prochaines périodes
d’instruction. Présenter chacune des lettres avec
la bonne prononciation;
g. Savoir comment transmettre les nombres;

8
VHF.03 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 1 (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) : 12. REMARQUE :
Les cadets devront pratiquer leur alphabet phonétique avec
h. L’heure dans une communication est toujours
la bonne prononciation car cela est matière à l’examen.
exprimée dans le système 24 heures,
habituellement, on travaille dans le fuseau
horaire local, donc on ne transmet que l’heure
sans indice pour indiquer le fuseau horaire. Dans
le cas où on travaille dans plus d’un fuseau
horaire, on utilise l’heure Zulu (Z) (UTC).
Mentionner que l’heure normale de l’Est (HNE) a
un décalage de -5 heures par rapport à l’heure
Zulu (Z);
i. Les dates doivent être exprimées correctement
pour en faciliter la compréhension; et
j. Lorsqu’on indique la date et l’heure, on utilise un
groupe de 6 chiffres, les 2 premiers indiquent la
date et les 4 derniers, l’heure.

9
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.04 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 2


1. OBJECTIFS : Le cadet devra : 5. DURÉE : 30 minutes
a. Être en mesure d’utiliser les termes et 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative
expressions conventionnelles; et
b. Être en mesure d’effectuer les différents appels a. L’instructeur doit démonter chacun des appels et bien
et réponses dans une communication. expliquer chacun des éléments qui les composent et
faire des exemples; et
b. Les cadets devront à leur tour communiquer entre eux en
utilisant leur nom de navire et indicatif d’appel qu'ils se
seront donnés au début de la période. L'instructeur doit
corriger les cadets après chaque communication pour ne
pas que les cadets ne commettent les mêmes
erreurs. Demander aux autres cadets de corriger les
erreurs de leurs confrères.

2. CONDITIONS : 7. JUSTIFICATIONS :
a. Chaque cadet doit se choisir un nom de navire a. Les appels, réponses et fin d’une communication sont la
avec un indicatif d’appel comprenant deux base des communications radiotéléphoniques. Il est
lettres et quatre chiffres et l’inscrire sur un essentiel qu’ils soient bien maîtrisés par les cadets; et
carton afin qu’il soit vu de tous. Ils devront b. L’emploi des expressions conventionnelles est essentiel à
conserver ce carton jusqu’à la fin du cours; et la transmission des messages puisque ces expressions
b. Les cadets seront invités à participer à des sont à la base de l’efficacité des communications.
exercices pratiques. Ils ne doivent pas avoir
peur de commettre des erreurs. Ces exercices
sont une bonne forme d’apprentissage et leur
permettront d’éviter ces erreurs lors de
situations réelles.

10
VHF.04 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 2
3. NORME : Le cadet devra être en mesure : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL
DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. De connaître et utiliser les expressions
conventionnelles (2.3); a. Présentation Power Exercice pratique : Les navires
b. De pouvoir définir ce qu’est un indicatif d’appel et Point; communiquent entre eux sous
son utilité (2.5); b. Cartons pour identifier la supervision de l'instructeur
c. Savoir la procédure pour faire un appel et une les stations; qui corrige les erreurs.
réponse : et c. Coroplaste des
(1) À une station (2.6.1 et 2.6.2); expressions
(2) À la garde côtière (2.6.3); conventionnelles;
(3) Appel général (2.6.4); et d. Coroplaste des
(4) À plusieurs stations (2.6.5). procédures d’appel; et
d. Connaître les 4 éléments qui composent une e. Coroplaste des
communication. procédures de
réponse.

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 10. RÉFÉRENCES :

a. L'efficacité des communications est grandement a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste


facilitée par l’emploi des expressions maritime VHF); et
conventionnelles. Le cadet doit comprendre dans b. Guide de l’instructeur.
quelle situation il devra utiliser une expression
conventionnelle. L’instructeur doit passer chacune
des expressions et bien les définir;
b. Expliquer qu’un indicatif d’appel est attribué à
toute station qui a besoin d’une licence de station
par Industrie Canada. Plusieurs navires peuvent
avoir le même nom, mais il n’existe pas deux
indicatifs d’appel identiques;
c. Expliquer qu’avant de transmettre on doit se
mettre à l’écoute pendant un laps de temps assez
long pour ne pas brouiller une communication.
Faire le parallèle avec une ligne téléphonique;
d. Expliquer la procédure pour établir la
communication avec une station ainsi que la
réponse;

11
VHF.04 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 2
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) : 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :

e. Expliquer comment faire un appel à une station Évaluer le progrès des cadets lors des exercices pratiques.
côtière, un appel général et un appel à plusieurs
stations et quelles sont les réponses;
f. Faire pratiquer les cadets, corriger les erreurs et
s’assurer qu’ils ont compris les différents éléments
des appels et réponses;
g. Si notre appel est prioritaire à celui qui est en
cours (Ordre de priorité des communications), on
peut interrompre la communication en cours;
h. Lorsqu’on émet, il est important de se rappeler
que la procédure d’appel qui peut être schématisé
comme suit :
TOI RÉCEPTEUR
ICI
MOI ÉMETTEUR
i. Il est important que la procédure d’appel ne soit
pas inversée, car dans ce cas, la personne
appelée peut ne pas connaître l’identité de la
station appelante ;
j. On termine l’appel d’une station avec l’expression
«RÉPONDEZ» ce qui signifie à la station appelée
que l’on attend sa réponse ;
k. Lorsqu’on émet un appel à plusieurs stations, on
doit le faire dans l’ordre alphabétique de l’indicatif
d’appel s’ils sont connus sinon dans l’ordre
alphabétique du nom du navire ;
l. Puisque le VHF est un outil de travail, on doit
répondre le plus tôt possible à un appel qui nous
adressé. On ne doit jamais oublier de répondre à
un appel ;
m. L’expression conventionnelle pour répondre à un
appel est «CONTINUEZ RÉPONDEZ», ceci
indique à la station appelante qu’elle peut
poursuivre;

VHF.04 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 2 (SUITE)


12
5. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) : 12. REMARQUE :
Rappeler aux cadets qu’il est important de relire la matière
n. Pour conclure une communication, on utilise
avant la prochaine période pour être préparé.
l’expression «TERMINÉ» en prenant soin de
nommer les deux stations entre qui la
communication a eu lieu avant de terminer cette
dernière ;
o. Les quatre éléments qui composent une
communication radiotéléphonique sont : et
(1) Appel ;
(2) Réponse ;
(3) Message ; et
(4) Accusé réception ou fin de la communication.
p. Lors d’une communication, l’appel et la réponse
s’effectuent sur la voie 16, le message sur une
voie de travail et après la fin de la communication,
les deux stations doivent retourner à la voie 16.

13
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.05 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 3


1. OBJECTIFS : Le cadet devra : 5. DURÉE : 30 minutes
a. Être en mesure d’effectuer une vérification de 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative
signaux; a. Faire pratiquer les cadets à émettre des vérifications de
b. Faire le choix des fréquences à utiliser; signaux entre eux sous la supervision de l’instructeur qui
c. Savoir qui contrôle les communications; et corrige les erreurs; et
d. Connaître les différentes priorités des b. Ajouter les différents appels et réponses de la période
communications. précédente.

2. CONDITIONS : 7. JUSTIFICATION :
a. Chaque cadet doit se choisir un nom de navire a. La vérification de signaux est couramment utilisée, les
avec un indicatif d’appel comprenant deux lettres cadets doivent donc maîtriser cette communication; et
et quatre chiffres et l’inscrire sur un carton afin b. Il est essentiel de savoir quelle fréquence utiliser, qui
qu’il soit vu de tous. Ils devront conserver ce contrôle les communications et quelles sont les priorités
carton jusqu’à la fin du cours; et des communications.
b. Les cadets seront invités à participer à des
exercices pratiques. Ils ne doivent pas avoir peur
de commettre des erreurs. Ces exercices sont
une bonne forme d’apprentissage et leur
permettra d’éviter ces erreurs lors de situations
réelles.

3. NORME : Le cadet devra être en mesure : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Être en mesure d’effectuer une vérification de
signaux (2.9); a. Cartons pour Exercice pratique : Les navires
b. Savoir quelle fréquence utiliser lors d’une identifier les communiquent entre eux sous
communication (2.10); stations; et la supervision de l'instructeur
c. Savoir qui contrôle une communication (2.11); et b. Coroplaste des qui corrige les erreurs
d. Connaître les priorités des communications priorités des
(2.12). communications.

14
VHF.05 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 3 (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT 10. RÉFÉRENCES :
a. Expliquer aux cadets pour leur culture personnelle a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
que s’ils désirent effectuer une vérification de maritime VHF); et
signaux avec la GCC (ce que font les b. Guide de l’instructeur.
plaisanciers), ils pourront le faire sur une voie de
travail et de ne pas le faire sur la voie 16; 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
b. La vérification de signaux se fait selon l’échelle
d’intelligibilité que vous devez connaître : En ajoutant la matière à mesure qu’elle est comprise,
(1) 1 = mauvaise (inintelligible); l’instructeur peut mieux évaluer le progrès des cadets lors
(2) 2 = médiocre (intelligible par instants); des exercices pratiques.
(3) 3 = passable (intelligible mais difficilement);
(4) 4 = bonne (intelligible); et
(5) 5 = excellente (parfaitement intelligible).
c. Il n’y a pas de limite de temps pour effectuer une
vérification de signaux mais dans la pratique cette
communication ne doit pas durer plus de 30
secondes;
d. Expliquer aux cadets que la procédure montrée
dans le manuel peut être utilisée par les
plaisanciers, mais dans le cadre où ils utiliseront le
VHF (principalement le camp d’été), ils devront
utiliser la procédure suivante:
(1) Établir la communication sur la voie choisie et
procéder à la vérification de signaux ;
(2) Vérifier que les signaux ne durent pas plus de
10 secondes ; et
(3) Utiliser l’échelle d’intelligibilité pour répondre à
la demande de vérification de signaux.
e. L’appel pour une vérification de signaux se fait de
la façon suivante :
TOI
ICI
MOI
VÉRIFICATION DE SIGNAUX, 1, 2, 3, 4, 5
COMMENT RECEVEZ-VOUS ?
RÉPONDEZ

15
VHF.05 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 3 (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) : 12. REMARQUE :

f. L’expression «COMMENT RECEVEZ-VOUS ?» Dire aux cadets de relire ce qui a été vu depuis le début du
est utilisé pour «Comment recevez-vous mon cours en vue du jeu pratique de la période VHF.06.
signal ?». On ne doit pas utiliser la phrase
«COMMENT ME RECEVEZ VOUS ?» car le
récepteur pourrait vous répondre : «Avec du lait et
des biscuits» ;
g. La réponse d’une vérification de signaux se fait de
la façon suivante :
TOI
ICI
MOI
INTELLIGIBILITÉ 4
TERMINÉ
h. Les cadets doivent se pratiquer à prononcer
correctement le mot «Intelligibilité» car plusieurs
ont de la difficulté avec ce terme;
i. Expliquer aux cadets que dépendant de l’endroit
où l’on se trouve, l’assignation des fréquences
varie et que cette information peut être retrouvée
dans les documents suivants :
(1) CIR 13 (voir annexe 1);
(2) Bureau régional de la Gestion du Spectre
de Industrie Canada; et
(3) Aides radio à la navigation maritime.
j. Pour expliquer le point d’enseignement précédent,
faire une comparaison avec les différents canaux
de télévision en fonction de l’endroit où l’on
demeure (TVA à Montréal versus Québec et
Gaspé);
k. Le contrôle des communications permet à la
station qui le détient de décider des questions de
procédures;

16
VHF.05 PROCÉDURES D’EXPLOITATION – PARTIE 3 (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) :
l. Expliquer qui contrôle les communications dans
les différents cas : et
(1) Entre navires;
(2) Navire et station côtière; et
(3) Communication de détresse.
m. Il existe un ordre de priorité des communications,
tout comme un feu clignotant permet un virage
prioritaire. S’attarder aux 3 premières priorités :
Détresse, Urgence et Sécurité.

17
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.06 JEU
1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 30 minutes
Permettre aux cadets de faire la révision des périodes 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION :
VHF.01 à VHF.05

2. CONDITIONS : 7. JUSTIFICATION :
En vue de l’examen, couvrir particulièrement les sections 1.0,
1.1.4, 1.1.5, 1.1.7, 1.1.8, 2.1.1, 2.1.2, 2.1.3, 2.2.2, 2.2.3, 2.3, 2.4,
2.4.2, 2.6, 2.6.1, 2.9, 2.10, 2.11, et 2.12.

3. NORME : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :

Cartons pour identifier


les stations.

10. RÉFÉRENCES :
a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
maritime VHF); et
b. Guide de l’instructeur.

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :


Suggestion : Évaluer la performance des cadets
- Séparer le groupe en différents sous-groupes
- Avoir une planche de jeu et des pions 12. REMARQUE :
- Procéder sous forme de quizz Cette période se veut une bonne révision en vue de l’examen
- Poser les questions à une équipe, donner droit
de réplique aux autres équipes
- Important de confirmer les bonnes réponses

18
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.07 - COMMUNICATION DE SÉCURITÉ


1. OBJECTIF : Le cadet devra être capable de faire une 5. DURÉE : 30 minutes
communication de sécurité.

2. CONDITIONS : 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative

a. Utiliser les cartons d’identification des navires ; et a. L’instructeur doit expliquer la théorie reliée à la
b. Faire pratiquer les cadets à faire des communication de sécurité et s’assurer qu’elle est
communications de sécurité. comprise de tous les cadets;
b. Démontrer par un exemple l’appel et le message de
sécurité ; et
c. Faire pratiquer les cadets à émettre des appels et
messages de sécurité.

3. NORME : Le cadet devra : 7. JUSTIFICATION :

a. Être capable de reconnaître le signal de sécurité L’examen pratique porte sur les communications de détresse,
(5.2); d’urgence et de sécurité. Il est donc important de bien
b. Savoir dans quelles conditions on doit émettre un maîtriser et distinguer les différents appels.
signal de sécurité (5.2) ;
c. Savoir quelle est la priorité d’une communication
de sécurité (5.1);
d. Connaître la fréquence sur laquelle on doit
émettre l’appel et le message de sécurité (5.3);
e. Être capable d’émettre un appel de sécurité (5.4);
et
f. Être capable d’émettre un message de sécurité
(5.4).

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Le signal de sécurité est «SÉCURITÉ» et il est
énoncé 3 fois; a. Présentation Power Exercice pratique dirigé par
b. Ce signal indique que la station appelante va Point; et l’instructeur.
émettre soit un message important concernant la b. Cartons pour
navigation, soit un avertissement météorologique identifier les
important; stations.

19
VHF.07– COMMUNICATION DE SÉCURITÉ (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) : 10. RÉFÉRENCES :

c. Règle générale, le message de sécurité est a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste


toujours émis à toutes les stations; maritime VHF); et
d. Toutes les stations qui entendent un signal de b. Guide de l’instructeur.
sécurité doivent aller à la fréquence de travail
indiqué dans l’appel et peuvent interrompre 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
l’écoute lorsqu’elles ont la certitude que le
message ne les concernent pas; Évaluer le progrès des cadets par les exercices pratiques.
e. L’appel de sécurité est émis sur la voie 16 Inclure les communications vues précédemment lors de ces
(fréquence 156.800 MHz) et le message sur une exercices.
voie de travail (ex. : voie 6);
f. Il est important de rappeler que la communication 12. REMARQUE :
de sécurité a priorité sur toutes les
communications sauf celles de détresse et Il est important de bien maîtriser les différents concepts d’une
d’urgence; et communication de sécurité pour l’examen.
g. Voici la structure de l’appel et du message de
sécurité :
Appel SÉCURITÉ (3X)
TOUTES STATIONS (3X)
ICI
MOI (3X)
MESSAGE DE SÉCURITÉ CONCERNANT
LA RÉGION DE …. SUIT SUR VOIE…
MOI
TERMINÉ
Message SÉCURITÉ
TOUTES STATIONS (3X)
ICI
MOI (3X)
RAISON ET POSITION DU MESSAGE
DANGER POUR LA NAVIGATION ou
expression similaire
MOI
TERMINÉ

20
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.08 - COMMUNICATION D’URGENCE PARTIE 1


1. OBJECTIF : Le cadet devra être capable de faire une 5. DURÉE : 30 minutes
communication d’urgence.

2. CONDITIONS : 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative

a. Utiliser les cartons d’identification des navires ; a. L’instructeur doit expliquer la théorie reliée à la
b. Faire pratiquer les cadets à faire des communication d’urgence et s’assurer qu’elle est comprise
communications d’urgence ; et de tous les cadets ;
c. Il serait préférable que cette période soit jumelée b. Démontrer par un exemple l’appel et le message
avec la période VHF.11. d’urgence ; et
c. Faire pratiquer les cadets à émettre des appels et
messages d’urgence.

3. NORME : Le cadet devra : 7. JUSTIFICATION :

a. Être capable de reconnaître le signal d’urgence L’examen pratique porte sur les communications de détresse,
(4.3); d’urgence et de sécurité. Il est donc important de bien
b. Savoir dans quelles conditions on doit émettre un maîtriser et distinguer les différents appels.
signal d’urgence (4.1) ;
c. Savoir à qui on peut adresser un message
d’urgence (4.3) ;
d. Quelle est la priorité d’une communication
d’urgence (4.1) ;
e. Être capable d’émettre un appel d’urgence (4.4) ;
et
f. Être capable d’émettre un message d’urgence
(4.4) .

VHF.08 - COMMUNICATION D’URGENCE PARTIE 1 (SUITE)


21
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL
DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Il est important de rappeler que la communication
d’urgence a priorité sur toutes les a. Présentation Power Exercice pratique dirigé par
communications sauf celles de détresse ; Point; l’instructeur.
b. Si une station n’entend que le signal d’urgence, b. Cartons pour
elle doit poursuivre son écoute pendant les trois identifier les
prochaines minutes pour entendre le message stations; et
d’urgence. Après ce laps de temps, la station peut c. Coroplaste des
reprendre son service normal si aucun message procédures de
d’urgence n’a suivi le signal d’urgence ; communications
c. Les stations qui sont en communication sur une d’urgence.
fréquence différente de celle où est émis le
message d’urgence peuvent poursuivre leur
travail sauf si le message s’adresse à «TOUTES
STATIONS» ;
d. L’appel et le message d’urgence doivent être
émis sur la voie 16 (Fréquence 156.800 MHz) ;
e. Le signal d’urgence est «PAN PAN» et il est
énoncé trois fois avant l’appel;
f. On doit émettre ce signal lorsque la station
émettrice a un message très urgent concernant la
sécurité d’un navire, aéronef, d’un autre véhicule
ou d’une personne qui se trouve à son bord ou en
vue ;
g. Toutes les stations qui entendent un signal
d’urgence ne doivent pas gêner la transmission
du message qui va suivre ;
h. On peut adresser le message d’urgence à une
seule station ou à plusieurs stations ;
i. Un appel d’urgence ne peut être transmis que sur
l’ordre de la personne qui assume le
commandement du navire ;
j. L’appel d’urgence comprend le signal d’urgence
émis trois fois, le mot «ICI» et le nom et l’indicatif
d’appel de la station en détresse ;

VHF.08 - COMMUNICATION D’URGENCE PARTIE 1 (SUITE)

22
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : (SUITE) 10. RÉFÉRENCES :

k. Un appel d’urgence ne peut être transmis que sur a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
l’ordre de la personne qui assume le maritime VHF); et
commandement du navire ; b. Guide de l’instructeur.
l. L’appel d’urgence comprend le signal d’urgence
émis trois fois, le mot «ICI» et le nom et l’indicatif 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
d’appel de la station en détresse ;
m. Le message d’urgence doit suivre l’appel Évaluer le progrès des cadets par les exercices pratiques.
d’urgence. On doit y retrouver les raisons qui ont Inclure les communications vues précédemment lors de ces
motivé l’émission de l’appel d’urgence. Le exercices.
message doit être formulé en langage simple
pour que les stations réceptrices puissent prendre
des notes lors de la réception du message ; et 12. REMARQUE :
n. Dans le message on retrouve la raison pour
laquelle on a émis un appel d’urgence, notre Il est important de bien maîtriser les différents concepts d’une
position et du type de secours dont nous avons communication d’urgence pour l’examen.
de besoin.
o. Voici un exemple d’appel : et
PAN PAN PAN PAN PAN PAN
Toutes stations, toutes stations, toutes stations
ICI
MOI, MOI, MOI
p. Voici l’exemple de message :
- Je suis à 2 milles à l’ouest de l’Îlot de
Bellechasse
- J’ai endommagé mon safran et je ne peux
plus diriger mon bateau
- Je ne prends pas l’eau
- Demande un touage jusqu’au trou de Berthier
MOI
RÉPONDEZ

23
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.09 - COMMUNICATION D’URGENCE PARTIE 2


1. OBJECTIF : Le cadet devra être capable de faire une 5. DURÉE : 30 minutes
communication d’urgence.

2. CONDITIONS : 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative

a. Utiliser les cartons d’identification des navires ; a. L’instructeur doit démontrer l’accusé réception en
b. Faire pratiquer les cadets à faire des expliquant la structure et illustrer à l’aide d’exemples ;
communications d’urgence ; et b. Faire de même pour l’annulation de la situation d’urgence ;
c. Il serait préférable que cette période soit jumelée et
avec la période VHF.08. c. Faire pratiquer l’ensemble de la communication d’urgence
aux cadets.

3. NORME : Le cadet devra être capable: 7. JUSTIFICATION :

a. D’accuser réception d’un message d’urgence; et L’examen pratique porte sur les communications de détresse,
b. De faire l’annulation d’un message d’urgence d’urgence et de sécurité. Il est donc important de bien
(4.5). maîtriser et distinguer les différents appels.

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Lorsqu’on accuse réception d’un message
d’urgence, on doit faire précéder notre réponse a. Présentation Power Exercice pratique dirigé par
par l’expression «PAN PAN» qui indique la Point; et l’instructeur.
priorité de la communication. Ceci n’est pas b. Cartons pour
mentionné dans le manuel des candidats; identifier les
b. Dans l’accusé réception du message d’urgence, stations.
on doit retrouver le type de secours qui sera
apporté à la station ayant émis un message
d’urgence, l’heure prévue d’arrivée des secours
(En français : HPA pour «Heure prévue
d’arrivée») ainsi que l’expression «EN ROUTE
VERS VOS COORDONNÉES»;

VHF.09 - COMMUNICATION D’URGENCE PARTIE 2 (SUITE)


24
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) : 10. RÉFÉRENCES :

c. Voici la structure d’un accusé réception d’un a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
message d’urgence : maritime VHF) et
PAN PAN b. Guide de l’instructeur.
TOI
ICI 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
MOI
SECOURS DEMANDÉS SONT EN ROUTE Évaluer le progrès des cadets par les exercices pratiques.
VERS VOS COORDONNÉES Inclure les communications vues précédemment lors de ces
HPA : X MINUTES exercices.
MOI
RÉPONDEZ 12. REMARQUE :
d. Si le signal d’urgence est adressé à «TOUTES
STATIONS», la station émettrice doit procéder à Il est important de bien maîtriser les différents concepts d’une
l’annulation de la situation d’urgence lorsqu’il communication d’urgence pour l’examen.
n’est plus nécessaire d’y donner suite. Le
message d’annulation doit être alors adressé à
«TOUTES STATIONS» ;
e. La structure d’une annulation d’un message
d’urgence est la suivante :
PAN PAN
TOUTES STATIONS (3X)
ICI
MOI (3X)
FIN DE L’URGENCE
RAISONS POUR ANNULER LA
SITUATION D’URGENCE
CE QUE L’ON FAIT PAR LA SUITE
MOI
TERMINÉ
f. Dans l’annulation, on doit retrouver l’expression
«FIN DE L’URGENCE» pour signifier que la
situation d’urgence n’a plus lieu.

25
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.10 – COMMUNICATION DE DÉTRESSE – PARTIE 1


1. OBJECTIF : Le cadet devra être capable de faire une 5. DURÉE : 30 minutes
communication de détresse.

2. CONDITIONS : 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative

a. Utiliser des cartons d’identification des navires; a. L’instructeur doit expliquer la théorie reliée à la
b. Faire participer les cadets; et communication de détresse et s’assurer qu’elle est
c. Il serait préférable que cette période ait lieu dans comprise de tous les cadets ;
un temps assez rapproché des périodes VHF.11 b. Démontrer par un exemple relié au vécu des cadets
et VHF.12. l’appel et le message de détresse; et
c. Faire pratiquer les cadets à émettre des appels et des
messages de détresse.

3. NORME : Le cadet devra: 7. JUSTIFICATION :

a. Être capable de reconnaître le signal de détresse L’examen pratique porte sur les communications de détresse,
(3.3); d’urgence et de sécurité. Il est donc important de bien
b. Savoir dans quelles conditions on doit émettre un maîtriser et distinguer les différents appels.
signal de détresse ainsi que la fréquence à utiliser
(3.3);
c. Savoir quelle est la priorité de la détresse (3.1);
d. Être capable d’émettre un appel de détresse
(3.4);
e. Être capable d’émettre un message de détresse
(3.5); et
f. Bien faire la différence entre appel et message de
détresse.

26
VHF.10 – COMMUNICATIONS DE DÉTRESSE – PARTIE 1 (SUITE)
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT: 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL
DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Les communications de détresse doivent être
acheminées selon la procédure, mais cela ne a. Présentation Power Exercices pratiques dirigés par
doit pas empêcher un navire en détresse Point; l’instructeur.
d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour b. Cartons pour
attirer l’attention; identifier les
b. Le signal de détresse et «MAYDAY» et il est stations; et
énoncé 3 fois; c. Coroplaste des
c. On doit émettre ce signal lorsque la station procédures des
émettrice est menacée par un danger grave et communications de
imminent et qu’elle a besoin de secours détresse
immédiat ou est au courant qu’un navire, un
aéronef ou autre véhicule se trouve dans cette
situation;
d. L’appel et le message de détresse doivent être
émis sur la voie 16 (Fréquence 156.800 MHz)
ou 2182 kHz ;
e. Il est important de rappeler que la
communication de détresse a priorité sur toutes
les communications;
f. Toutes les stations qui entendent un signal de
détresse ne doivent pas gêner la transmission
du message qui va suivre et doivent cesser
immédiatement toute transmission;
g. Un appel de détresse ne peut être transmis que
sur l’ordre de la personne qui assume le
commandement du navire;

VHF.10 – COMMUNICATIONS DE DÉTRESSE – PARTIE 1 (SUITE)


27
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE): 10. RÉFÉRENCES :

h. Le message de détresse doit suivre l’appel de a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste


détresse. On doit y retrouver les raisons qui maritime VHF); et
ont motivé l’émission de l’appel de détresse. b. Guide de l’instructeur.
Le message doit être formulé en langage
simple et contenir toute l’information 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
importante, soit :
(1) le signal de détresse MAYDAY; Évaluer le progrès des cadets par les exercices pratiques.
(2) le nom du navire en détresse;
(3) coordonnées relatives à sa position
(4) la nature de la détresse et du secours 12. REMARQUE :
demandé;
(5) une description du vaisseau en détresse Il est important de bien maîtriser les différents concepts d’une
(6) le nombre de personnes à bord, blessés communication de détresse pour l’examen.
s’il y a lieu;
(7) Toute autre information susceptible de
faciliter les opérations de sauvetage
(8) Le nom du bateau; et
(9) Le mot RÉPONDEZ
i. Le navire doit répéter son message de détresse
à intervalles réguliers jusqu’à l’obtention d’une
réponse ou qu’il ne soit plus en mesure
d’émettre. Les intervalles doivent être assez
longs pour permettre une réponse; et
j. Lorsqu’un navire n’obtient pas de réponse sur
la voie 16, il peut répéter son message sur
n’importe quelle fréquence disponible pour
attirer l’attention.

28
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.11 – COMMUNICATION DE DÉTRESSE – PARTIE 2


1. OBJECTIF : Le cadet devra être capable d’accuser 5. DURÉE : 30 minutes
réception d’un signal de détresse et de faire le relais d’un
message de détresse.

2. CONDITIONS : 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative

a. Utiliser les cartons d’identification des navires; a. L’instructeur doit démontrer l’accusé réception en
b. Faire pratiquer les cadets à faire des expliquant la structure et illustrer à l’aide d’exemples ;
communications de détresse; et b. Faire de même pour le relais de la situation de détresse; et
c. Il serait préférable que cette période soit jumelée c. Faire pratiquer l’ensemble de la communication de
avec les périodes VHF.10 et VHF.12. détresse aux cadets.

3. NORME : Le cadet devra : 7. JUSTIFICATION :

a. connaître les responsabilités de la station qui L’examen porte sur les communications de détresse,
accuse réception d’un message de détresse d’urgence et de sécurité. Il est donc important de bien
(3.6.1); maîtriser et distinguer les différents appels.
b. être capable d’accuser réception d’un message
de détresse (3.6.1);
c. être capable d’effectuer un relais d’un message
de détresse (3.6.2); et
d. connaître l’importance de bien différencier l’appel
et le message de relais de détresse (3.6.2).

VHF.11 – COMMUNICATION DE DÉTRESSE – PARTIE 2 (SUITE)


29
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL
DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Lorsqu’on accuse réception d’un message de
détresse, on doit faire précéder notre réponse de a. Présentation Power Exercice pratique dirigé par
l’expression «MAYDAY» qui indique la priorité de Point; et l’instructeur.
la communication; b. Cartons pour
b. Voici la structure d’un accusé réception d’un identifier les
message de détresse : stations.
MAYDAY
TOI, TOI, TOI
ICI
MOI, MOI, MOI
REÇU MAYDAY ou ROGER MAYDAY
MA POSITION EST…
EN ROUTE VERS VOS COORDONNÉES
HPA : X MINUTES
RÉPONDEZ
c. Dans l’accusé réception du message de détresse
on doit retrouver l’expression «REÇU MAYDAY
ou ROGER MAYDAY», la position du navire qui
accuse réception du message, l’heure prévue
d’arrivée des secours (HPA) ainsi que
l’expression « EN ROUTE VERS VOS
COORDONNÉES», cela va rassurer le navire;
d. Voici la structure d’un appel et d’un message de
relais de détresse :
Appel MAYDAY RELAY (3X)
ICI
MOI (3X)
Message MAYDAY
NOM DU NAVIRE EN DÉTRESSE
POSITION
RAISONS DE LA DÉTRESSE
DESCRIPTION DU NAVIRE
NOMBRE DE PERSONNES À BORD
TOUTES AUTRES INFORMATIONS
MOI
RÉPONDEZ

VHF.11 – COMMUNICATION DE DÉTRESSE – PARTIE 2 (SUITE)

30
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE): 10. RÉFÉRENCES :

e. Dans le relais de détresse on doit retrouver a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste


l’appel de relais ainsi que le message de maritime VHF); et
détresse. C’est la seule façon de différencier le b. Guide de l’instructeur.
relais de la détresse;
f. Le trafic de détresse comprend toutes les 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
communications reliées à la détresse. Elles
doivent débuter par le signal de détresse. Il est Évaluer le progrès des cadets par des exercices pratiques.
interdit aux stations qui sont au courant des Inclure les communications vues précédemment lors de ces
opérations de secours sans y participer, d’émettre exercices.
sur les fréquences utilisées pour le trafic de
détresse; 12. REMARQUE :
g. Le contrôle du trafic de détresse incombe au
navire en détresse ou à la station qui relaie le Il est important de bien maîtriser les différents concepts d’une
message de détresse; communication de détresse pour l’examen.
h. Les navires qui captent un message de détresse
d’un navire à proximité de leur position et qui sont
en mesure de porter assistance doivent attendre
avant d’accuser réception pour permettre à la
garde côtière de le faire sans brouillage;
i. Parlez brièvement des actions qui peuvent être
prises par la GCC après avoir accusé réception
d’un message de détresse;
j. Tout navire qui prend connaissance d’une
communication de détresse et qui n’est pas en
mesure de porter secours doit quand même se
tenir à l’écoute et noter tous les détails pertinents
dans le but éventuel d’en faire le relais;
k. Avant de faire le relais, on doit accuser réception;
et
l. Parlez brièvement des actions subséquentes qui
peuvent être prises par les navires qui ont accusé
réception et relayer le message.

31
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.12 – COMMUNICATION DE DÉTRESSE – PARTIE 3


1. OBJECTIF : Le cadet devra être capable de faire une 5. DURÉE : 30 minutes
communication de détresse.

2. CONDITIONS : 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative

a. Utiliser les cartons d’identification des navires ; a. L’instructeur doit démontrer l’imposition du silence en
b. Faire pratiquer les cadets à faire des expliquant la structure et illustrer à l’aide d’exemples;
communications de détresse ; et b. Faire de même pour l’annulation de la situation de
c. Il serait préférable que cette période soit jumelée détresse; et
avec les périodes VHF.10 et VHF.11. c. Faire pratiquer l’ensemble de la communication de
détresse aux cadets.

3. NORME : Le cadet devra être capable : 7. JUSTIFICATION :

a. D’émettre un message d’imposition du silence L’examen porte sur les communications de détresse,
(3.8); et d’urgence et de sécurité. Il est donc important de bien
b. De faire l’annulation d’un message de détresse maîtriser et distinguer les différents appels.
(3.9).

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. La station en détresse ou toutes autres stations
peut imposer le silence à une ou plusieurs a. Présentation Power Exercice pratique dirigé par
stations qui brouillent le trafic de détresse; Point; et l’instructeur.
b. Lorsqu’on impose le silence, on doit débuter par b. Cartons pour
le signal «MAYDAY»; identifier les stations.
c. Si l’imposition du silence est émise par la station
en détresse, le signal international utilisé est
«SILENCE MAYDAY»;
d. Si l’imposition du silence est émise par une autre
station que celle en détresse, le signal
international utilisé est «SILENCE DÉTRESSE» ;

VHF.12 - COMMUNICATION DE DÉTRESSE – PARTIE 3 (SUITE)


32
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) 10. RÉFÉRENCES :

e. Une station de la garde côtière peut utiliser les a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
deux expressions sans causer de préjudice. maritime VHF); et
Cependant, faire comprendre aux cadets qu’ils b. Guide de l’instructeur.
doivent utiliser les expressions des paragraphes c
et d;
11. MODALITÉS DE CONTRÔLE :
f. L’imposition du silence peut être envoyée à 1
station ou à Toutes Stations ;
g. Voici la structure utilisée pour l’imposition du Évaluer le progrès des cadets par les exercices pratiques.
silence : Inclure les communications vues précédemment lors de ces
MAYDAY exercices.
TOI (3X) ou TOUTES STATIONS (3X)
ICI 12. REMARQUE :
MOI (3X)
SIGNAL INTERNATIONAL APPROPRIÉ Il est important de bien maîtriser les différents concepts d’une
TERMINÉ; communication de détresse pour l’examen.
h. Lorsqu’un navire n’est plus en détresse et que le
silence radio n’a plus lieu d’être respecté, on doit
l’annuler. Cela permettra de reprendre le service
normal;
i. Maintenant, voici la structure pour une annulation
de détresse :
MAYDAY
TOUTES STATIONS (3X)
ICI
MOI (3X)
HEURE
NOM ET INDICATIF DU NAVIRE EN
DÉTRESSE
SILENCE FINI
RAISON POUR ANNULER LA DÉTRESSE
CE QUE L’ON FAIT PAR LA SUITE
MOI
TERMINÉ

33
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.13 JEU PRATIQUE


1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 30 minutes
Permettre aux cadets de faire la révision des 6 MÉTHODE D’INSTRUCTION :
périodes VHF.07 à VHF.12

2. CONDITION : 7. JUSTIFICATION :

3. NORME : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :

a. Coroplastes du jeu des


dés; et
b. Cartons pour identifier
les stations.

10. RÉFÉRENCES :
a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
maritime VHF); et
b. Guide de l’instructeur.

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :


Suggestion : Évaluer la performance des cadets
- Utiliser la section 6 du manuel des candidats
- Utiliser le jeu avec les dés. 12. REMARQUE :
Cette période se veut une bonne révision en vue de l’examen

34
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.14 SMDSM et ASN


1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 30 minutes
Le cadet doit se familiariser avec le nouveau système 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative
mis en place au niveau mondial pour faciliter les
recherches en cas de besoin.

2. CONDITIONS : 7. JUSTIFICATION :
a. Mentionner que seulement les éléments a. Laisser beaucoup de place pour les questions des
essentiels en vue de l’examen seront couverts. cadets; et
Certains points d’enseignement se retrouve dans b. Cette section comporte beaucoup d’éléments abstraits
le volume 1 alors que la plupart se retrouve dans pour un jeune, l’instructeur devra avoir et lu et compris
le volume 2; l’ensemble du module 2 et être en mesure de répondre
b. Essayer de jumeler cette période avec la période aux questions des cadets
VHF.15.

3. NORME : Le cadet devra : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Connaître l’alerte radiotéléphonique ainsi que sa
raison d’être (Vol. 1 – 7.1.1); 10. RÉFÉRENCES :
b. Connaître le système mondial de détresse et de
secours en mer (SMDSM) (Vol. 2 – 2.1); a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de
c. Savoir pour quel type d’embarcation l’équipement radiotéléphoniste maritime VHF);
prescrit pour le SMDSM est obligatoire (Vol. 2 – b. Cours de radiotéléphonie maritime, 2e module ASN et
2.1.1); SMDSM; et
d. Connaître de quelle façon s’effectuera la veille sur c. Guide de l’instructeur.
la fréquence de détresse avec le SMDSM (Vol. 2
– 2.1.2);
e. Savoir que les plans d’eau ont été divisé en 4
zones maritimes et que cette zone détermine
l’équipement requis pour le SMDSM. S’attarder à
la zone 1 qui est celle qui concerne la majorité
des plaisanciers (Vol. 2 – 3.2 et 3.2.1);
f. Savoir ce qu’est l’appel sélectif numérique (ASN)
(Vol. 1 – 8.1);

VHF.14 SMDSM et ASN (SUITE)


35
3. NORME (SUITE) : 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
g. Connaître ce qu’est le numéro d’identification du Mentionner aux cadets qu’ils auront un examen théorique de
service mobile maritime (NISMM), comment 50 questions à choix de réponses pour le module 1, 22
l’obtenir et le relier à notre radio (Vol. 2 – 3.3.1 et questions à choix de réponses pour le module 2 et de 3
3.3.2); questions pratiques sur l’ensemble de la matière vue en
h. Connaître la façon d’effectuer un appel routinier à classe. La matière vue dans cette période couvre des
l’aide du NISMM et ASN (Vol. 2 – 3.3.4); questions pour le module 2.
i. Savoir quel type d’équipement sera utilisé en vue
du SMDSM par les plaisanciers (Vol. 2 – 4.1); 12. REMARQUE :
j. Connaître quelle classe de radio ASN (SC-101)
remplit les exigences minimales pour être utilisé Il est de la responsabilité du cadet de relire la matière vue
par les plaisanciers dotés volontairement d’une durant la période de manière à mieux assimiler cette dernière
station radio (Vol. 2 – 4.2.5); et de ne pas ralentir la progression du groupe.
k. Expliquer le fonctionnement du système ASN
(Vol. 2 – 4.3.2); et
l. Savoir comment faire un appel de détresse et
d’urgence avec le système ASN (Vol. 2 – 4.4.3 et
4.4.5).

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT :
a. Le signal d’alarme en radiotéléphonie consiste en
2 sons stridents qui a pour but d’attirer l’attention
et indiquer qu’un appel de détresse va suivre;
b. Le système mondial de détresse et de secours en
mer a pour fonction de base d’alerter en cas de
détresse les autorités côtières chargées de la
recherche et les navires dans les environs. Cela
permet donc de coordonner rapidement les
opérations de secours;
c. L’équipement prescrit pour le SMDSM est
obligatoire sur les gros cargos et les vaisseaux
passagers en traversée internationale ou en
haute mer et facultatif sur les bateaux de
plaisance;

VHF.14 SMDSM et ASN (SUITE)

36
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) :
d. Pour aider à la transition au SMDSM, la garde
côtière continuera à surveiller la voie 16 sur la
bande VHF et la fréquence 2182 kHz sur la
bande MF jusqu’à avis contraire;
e. Le SMDSM divise les plans d’eau en 4 groupes
(zones maritimes) A1 à A4. Ces zones permettent
de définir le dispositif obligatoire pour le SMDSM
à être à bord su navire. La zone A1 est celle qui
est à la portée d’au moins une station côtière
terrestre de type VHF-ASN;
f. L’appel sélectif numérique (ASN) est un ajout aux
appareils VHF traditionnels en permettant aux
navires d’assurer automatiquement la veille
obligatoire sur la voie 16;
g. Le numéro d’identité du service mobile maritime
(NISMM) est un numéro d’identification exclusif
qui sera assigné à chaque bateau et station
terrestre munis de l’ASN;
h. On peut obtenir un NISMM gratuitement via
Industrie Canada et il est obligatoire que chaque
navire possédant une radio ASN ait un NISMM.
Une fois le NISMM obtenu, il faut le faire
programmer dans l’appareil radio;
i. On peut utiliser le NISMM pour effectuer un appel
à une autre station. En inscrivant le NISMM de la
station que l’on veut contacter, cela provoque une
alerte sonore à la station appelée. Le message
affiché indique sur quelle fréquence portera la
communication verbale;
j. Pour les plaisanciers, la radio avec ASN sera la
principale composant du SMDSM;

VHF.14 SMDSM et ASN (SUITE)

37
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT (SUITE) :
k. Il existe différentes classes de radio qui
répondent à différentes normes pour les radios
VHF-ASN dont une moins rigoureuse qui répond
aux exigences minimales pour être utilisé par les
plaisanciers dotés volontairement d’une station
radio. Il s’agit de la norme SC-101;
l. Les radios ASN peuvent émettre
automatiquement une alerte de détresse ainsi
qu’un message. Lorsque la radio est reliée à un
interface GPS ou LORAN, il émet également la
position du navire. Si ce n’est pas le cas,
l’opérateur devra composer à la main sa position
à plusieurs reprises;
m. Pour réaliser un appel de détresse avec ASN, il
suffit de peser sur le bouton «Détresse» pendant
5 secondes. À ce moment, la radio ASN émettra
l’appel automatiquement sur la voie 70 à environ
toutes les 4 minutes; et
n. Dans le cas d’un appel d’urgence, pour émettre
un appel ASN, il faut sélectionner la fonction
«Toutes stations», spécifiez la voie 16 comme
voie de travail et lancer l’alerte sur la voie 70.

38
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.15 SMDSM et RLS


1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 30 minutes
Le cadet doit se familiariser avec le nouveau système 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Magistrale participative
mis en place au niveau mondial pour faciliter les
recherches en cas de besoin.

2. CONDITIONS : 7. JUSTIFICATION :
a. Mentionner que seulement les éléments a. Laisser beaucoup de place pour les questions des
essentiels en vue de l’examen seront couverts. cadets; et
Certains points d’enseignement se retrouve dans b. Cette section comporte beaucoup d’éléments abstraits
le volume 1 alors que la plupart se retrouve dans pour un jeune, l’instructeur devra avoir et lu et compris
le volume 2; et l’ensemble du module 2 et être en mesure de répondre
b. Essayer de jumeler cette période avec la période aux questions des cadets.
VHF.14.

3. NORME : Le cadet devra : 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :
a. Être capable de définir ce qu’est une radiobalise
de localisation des sinistres (RLS) (Vol. 2 – 5.1); 10. RÉFÉRENCES :
b. Nommez les deux classes de RLS et savoir ce
qui les distinguent (Vol. 2 – 5.1.1 et 5.1.2); a. Séminaire en radiotéléphonie (Guide de radiotéléphoniste
c. Savoir ce que sont les satellites COSPAS- maritime VHF);
SARSAT et qui les dirigent (Vol. 2 – 5.2 et 5.2.1); b. Cours de radiotéléphonie maritime, 2e module ASN et
d. Connaître ce qu’est le récepteur NAVTEX et son SMDSM; et
utilité (Vol. 2 – 6.3.2 et 6.3.5); et c. Guide de l’instructeur.
e. Connaître ce qu’est un transpondeur de
recherche et sauvetage et comment on peut le
repérer (Vol. 2 – 6.4, 6.4.1 et 6.4.2).

VHF.15 SMDSM et RLS (SUITE)


39
4. POINTS D’ENSEIGNEMENT : 11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :
a. Faire une bonne révision de la période Mentionner aux cadets qu’ils auront un examen théorique de
précédente. S’assurer que tous les cadets ont 50 questions à choix de réponses pour le module 1, 22
compris les points d’enseignement de la période questions à choix de réponses pour le module 2 et de 3
précédente avant de poursuivre avec cette questions pratiques sur l’ensemble de la matière vue en
période; classe. La matière vue dans cette période couvre des
b. Les radiobalises de localisation des sinistres questions pour le module 2.
(RLS) sont conçues pour faciliter les opérations
de recherche et sauvetage. Une fois activé, elles 12. REMARQUE :
émettent un message numérique aux satellites
COSPAS et SARSAT. Il s’agit là d’une autre Il est de la responsabilité du cadet de relire la matière vue
caractéristique du SMDSM; durant la période de manière à mieux assimiler cette dernière
c. Il existe deux types de RLS, soit la classe 1 et la et de ne pas ralentir la progression du groupe.
classe 2. La principale différence réside dans le
fait que les RLS de classe 1 sont activées
automatiquement lorsqu’elle entre en contact
avec l’eau et les RLS de classe 2 sont activées
manuellement;
d. Les satellites COSPAS et SARSAT constituent un
ensemble de satellites en orbites pour détecter
des signaux de détresse des RLS. La Russie
contrôle les satellites COSPAS et les Etats-Unis
contrôlent les satellites SARSAT;
e. Le récepteur NAVTEX est un dispositif qui fournit
des avis importants, des rapports météo et des
alertes en cas d’urgences. L’information reçue est
affichée sur un écran ou imprimée par une
imprimante; et
f. Le transpondeur de recherche et sauvetage
(SART) est un appareil qui facilite la localisation
des navires en détresse et les survivants.
Lorsqu’il est interrogé par un radar, il fait
apparaître sur l’écran une série de 12 bips sous
forme d’arc ou de cercle.

40
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.16 SIMULATION D’EXAMEN


1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 60 minutes

2. CONDITION : 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION :

3. NORME : 7. JUSTIFICATION :

a. Préparer les cadets à l’examen;


b. Les cadets réaliseront l’examen théorique qui était
utilisé auparavant pour évaluer le VHF; et
c. L’instructeur devra corriger cet examen et faire
part des résultats aux cadets de manière à mieux
cerner l’étude en vue de l’examen final.

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT: 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :

10. RÉFÉRENCES :

a. Guide de l’instructeur; et
b. Examen Industrie Canada.

11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :

La note de passage pour l’examen théorique est de 70 %.

12. REMARQUE :

41
DESCRIPTION DE LA LEÇON

VHF.17 à 20 EXAMEN THÉORIQUE ET PRATIQUE


1. OBJECTIF : 5. DURÉE : 120 minutes

2. CONDITIONS : Les cadets devront avoir un stylo bleu 6. MÉTHODE D’INSTRUCTION : Examen
ou noir ou un crayon plomb.

3. NORME : 7. JUSTIFICATIONS :

La note de passage est de 70 % a. Le commandant devra contacter le conseiller cadet pour


obtenir les services d’un évaluateur agréé par l’Escadrille
Canadienne de Plaisance (ECP); et
b. L’OEM3 Voile assignera un évaluateur qui entrera en
contact avec le commandant pour tous les détails relatifs
à l’examen.

4. POINTS D’ENSEIGNEMENT: 8. MATÉRIEL 9. MATÉRIEL


DIDACTIQUE : D’APPRENTISSAGE :

10. RÉFÉRENCE :

11. MODALITÉ DE CONTRÔLE :

12. REMARQUE :

42