Vous êtes sur la page 1sur 50

Course Contents

Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

A Introduction
Contexte
Le degré de diligence raisonnable est proportionnel à la puissance des moteurs. On doit en
faire preuve en tout temps pour éviter les abordages.

Qualification
À la réussite du présent module, les stagiaires se verront décerner un certificat de compétence
pour embarcations de plus de 40 cv.

Répartition de l’instruction

L’instruction doit être répartie en périodes de 50 minutes. L’instruction pratique ne doit pas se
tenir sur plus de trois périodes consécutives pour éviter la fatigue.

• 80 minutes : théorie
• 300 minutes : instruction pratique

Utilisation du présent manuel


On doit rappeler aux instructeurs du cours que la trousse d’instruction a été conçue en fonction
de principes de créativité et d’interactivité. Les plans des leçons soulignent des techniques
d’enseignement et des principes d’apprentissage variés. Le présent module réunit des
éléments théoriques et pratiques.

Équipement et matériel

• Embarcations à un ou deux moteurs de plus de 40 cv.


• Équipement requis par la GCC destiné à l’exploitation de ces embarcations.

Matériel d’enseignement

• Guide de l’instructeur
• Aides didactiques préparées

Module 5 Introduction
Course Contents
Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
Évaluation des compétences
L’accomplissement des tâches indiquées sur la fiche d’évaluation sur la manœuvre des
embarcations permettra d’établir la compétence des stagiaires. Ils auront trois essais pour
accomplir les tâches sans l’aide de l’évaluateur.

Module 5 Introduction
Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE
B
Module 5
LEÇON 5.1 Révision du Règlement sur les abordages
1.1 Règle 2 Responsabilité
• En interprétant et en appliquant ces règles, on doit bien tenir compte de tous les
dangers de la navigation et des risques d’abordage, ainsi que de toutes les
circonstances particulières, notamment les limites d’utilisation des embarcations en
cause, qui peuvent obliger à s’écarter des présentes règles pour éviter un danger
immédiat.

1.2 Règle 5 Veille


• Toute embarcation doit en permanence assurer une veille visuelle et auditive
appropriée, en utilisant également tous les moyens disponibles qui sont adaptés aux
circonstances et conditions existantes, de manière à permettre une pleine
appréciation de la situation et du risque d’abordage.

1.3 Règle 6 Vitesse de sécurité


• Selon le Règlement sur les abordages, c'est à l'opérateur d’adopter une vitesse de
sécurité, décrite comme étant celle lui permettant de prendre des mesures
appropriées et efficaces pour éviter un abordage. L'opérateur doit également être
capable d’arrêter son embarcation à une distance adaptée aux circonstances et aux
conditions existantes. Une embarcation naviguant à une vitesse élevée a besoin
d’une plus grande distance pour arrêter et l'opérateur dispose donc de moins de
temps pour réagir en cas de changement des conditions. Pour déterminer la vitesse
de sécurité d’une embarcation, on doit tenir compte de tous les facteurs suivants :

o les conditions de visibilité (brouillard, brume, pluie, obscurité);


o l’état du vent, de la mer et des courants;
o la capacité de manœuvre de l’embarcation;
o la densité du trafic, le type d’embarcation fréquentant la zone et leur proximité;
o la proximité de risques pour la navigation.

• Les opérateurs doivent également respecter le principe de la vitesse de sécurité


lorsqu’ils sont dans une zone de visibilité restreinte ou à proximité d’une telle zone,
notamment lorsqu’ils pénètrent dans un banc de brouillard ou qu’ils en sortent.

• Le sillage produit par l’embarcation pourrait être la cause de dommages aux


propriétés (par exemple : autres embarcations, quais, ouvrages et berges) ou aux

Module 5 – Document de référence


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
personnes (par exemple : nageurs, plongeurs, personnes à bord de petites
embarcations qui pourraient être renversées) dont on pourrait être tenu responsable.
Il est donc recommandé de tenir compte du sillage, et des ses effets, lorsque l’on
règle sa vitesse.

1.4 Règle 7 Risque d’abordage


• Toute embarcation doit utiliser tous les moyens disponibles qui sont adaptés aux
circonstances et conditions existantes pour déterminer s’il existe un risque d’abordage.
S’il y a doute quant au risque d’abordage, on doit considérer que ce risque existe.

• On doit éviter de tirer des conclusions de renseignements insuffisants.

• L’évaluation d’un risque d’abordage doit notamment tenir compte des considérations
suivantes :

o il y a un risque d’abordage si le relèvement au compas d’une embarcation qui


s’approche ne change pas de manière appréciable;
o un tel risque peut parfois exister même si l’on observe une variation appréciable
du relèvement, particulièrement lorsque l’on s’approche d’un très grand navire,
d’un train de remorque ou d’un navire qui est à courte distance.

1.5 Règle 8 Manœuvre pour éviter les abordages


• Toute manœuvre entreprise pour éviter un abordage doit, si les circonstances le
permettent, être exécutée franchement, largement à temps et conformément aux bons
usages maritimes.

• Tout changement de cap ou de vitesse, ou des deux à la fois, visant à éviter un


abordage doit, si les circonstances le permettent, être assez important pour être
immédiatement perçu par tout navire qui l’observe visuellement ou au radar; une
succession de changements peu importants de cap ou de vitesse, ou des deux à la fois,
est à éviter.

• S'il y a suffisamment de place, le changement de cap à lui seul peut être la manœuvre
la plus efficace pour éviter de se trouver en situation très rapprochée à condition que
cette manœuvre soit faite largement à temps, qu’elle soit franche et qu’elle n’aboutisse
pas à une autre situation très rapprochée.

• Les manœuvres effectuées pour éviter l’abordage avec une autre embarcation doivent
être telles qu’elles permettent de passer à une distance suffisante. L’efficacité des
manœuvres doit être attentivement contrôlée jusqu’à ce que l’autre embarcation soit
définitivement éloignée.

• Si cela est nécessaire pour éviter un abordage ou pour laisser plus de temps pour
apprécier la situation, un navire doit réduire sa vitesse ou casser son erre en arrêtant

Module 5 – Document de référence


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
son appareil propulsif ou en battant en arrière au moyen de la propulsion.

LEÇON 5.2 BIEN TENIR COMPTE DE SES ACTIONS

2.1 Bien tenir compte de ses manœuvres

• Ne jamais frôler d’autres embarcations ou des nageurs et ne jamais essayer de les


arroser. Certains des pires accidents de navigation se sont produits de cette façon à
cause d’une mauvaise évaluation de la vitesse ou de la distance. La tragédie est
d’autant plus dramatique lorsque les responsables et les victimes de l’accident sont des
amis ou des proches.

• Les autres comportements dangereux qu’il y a lieu d’éviter consistent à franchir le


sillage des autres embarcations, à s’approcher trop près d’autres bateaux ou à leur
couper la route.

• Les actions des membres d’une organisation ont une incidence sur la perception du
public et témoignent du professionnalisme de l’organisation. Ainsi, vos actions se
reflèteront sur l’Organisation des cadets du Canada (OCC) et n’oubliez pas que vous
pourriez en être tenus légalement responsables de vos gestes.

LEÇON 5.3 MANŒUVRES

3.1 Poussée directe

• Lorsque l’on tourne le moteur vers bâbord ou vers tribord, la poussée est exercée dans
cette direction. La poupe pivote et l’embarcation vire.

• Le moteur hors-bord, à cause de son orientation verticale, peut rendre le volant plus
difficile à tourner en situation d’accélération ou de virage serré sur tribord. Un patron
d’embarcation pris par surprise pourrait avoir de la difficulté à redresser l’embarcation à
temps. Le meilleur moyen d’annuler cet effet est de réduire immédiatement le régime du
moteur avant de tenter de redresser l’embarcation.

3.2 Poussée directe – deux moteurs

• Lorsque le conducteur effectue une manœuvre dans un endroit restreint, il peut


augmenter la puissance du moteur extérieur qui améliora beaucoup la poussée.

• La plupart des moteurs hors-bord sont du type à propulsion rotation à droite.


Cependant, il en existe du type à rotation à gauche, mais ils coûtent cher.

• Une embarcation dotée d’un moteur à rotation à gauche et d’un moteur à rotation à
droite peut être efficace à l’occasion de manœuvres dans des endroits très restreints
(un moteur en marche avant et l’autre en marche arrière). Les moteurs à rotation à

Module 5 – Document de référence


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
droite ne sont pas aussi efficaces pour ce genre de manœuvre, mais peuvent être
utilisés avec une certaine efficacité lorsqu’ils sont combinés à l’action du volant (virages
en crochet).

3.3 Poussée indirecte

• On rencontre ce type de poussée avec une embarcation munie d’un gouvernail.


Lorsque l’on tourne le gouvernail, celui-ci dévie la poussée qui permet ainsi à
l’embarcation de changer de direction. Plus le courant d’eau est important, plus le
gouvernail devient efficace, et vice versa. Autrement dit, lorsqu’il y diminution de la
poussée ou de la pression exercée, l’embarcation devient moins manœuvrable.

• En marche arrière, la manœuvrabilité diminue grandement parce que le gouvernail se


trouve sur le coté aspiration de l’hélice et que celle-ci n’exerce pas assez de pression
sur le gouvernail pour faire virer efficacement l’embarcation. Même en marche avant, on
ne doit pas oublier qu’environ la moitié de la poussée produite par l’hélice exerce la
pression nécessaire sur le gouvernail pour faire virer l’embarcation.

Module 5 – Document de référence


Course Contents
Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Petite embarcation à moteur, plus


de 40 cv
CONTENU DU COURS
Introduction

Leçon 5.1 – Révision du Règlement sur les abordages


Diap. no 1 Règle 2 – Responsabilité
o
Diap. n 2 Règle 5 – Veille
o
Diap. n 3 Règle 6 – Vitesse de sécurité
o
Diap. n 3A Règle 6 – Vitesse de sécurité (facteurs)
o
Diap. n 3B Règle 6 – Vitesse de sécurité (suite)
o
Diap. n 4 Règle 7 – Risque d’abordage
o
Diap. n 4A Règle 7 – Risque d’abordage (considérations)
o
Diap. n 5 Règle 8 – Manœuvre pour éviter les abordages
Diap. no 5A Règle 8 – Manœuvre pour éviter les abordages
(suite)
Aide didactique No 1 Histoire – Porte-avions et phare
o
Aide didactique N 2 Cartes sur le Règlement sur les abordages
Leçon 5.2 – Tenir dûment compte de ses actions

Leçon 5.3 – Manœuvres


Diap. no 1 Poussée directe (1)
Diap. no 2 Poussée directe (2)
Diap. no 3 Rotation à gauche et à droite
Diap. no 4 Orientation de la poussée directe (deux moteurs)
Diap. no 5 Poussée indirecte
Diap. no 6 Poussée indirecte – marche avant
Diap. no 7 Poussée indirecte – marche arrière

Module 5 - Contenu du cours


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

PETITE EMBARCATION À
1
Nota
MOTEUR, PLUS DE 40 CV
Les types de coques
suivants font partie du
Objectif final : À la réussite du présent module, les stagiaires se présent module.
verront décerner un certificat pour les embarcations à moteur(s) • Canot pneumatique
hors-bord de plus de 40 cv. à coque rigide
• Vedette
(Mason/Magnum/Ca
Leçons det Rescue)
• Révision du Règlement sur les • Baleinière Boston
abordages • Aluminium
• Manœuvres Le présent module
• Tenir dûment compte de ses actions complète et dépasse
en portée le contenu du
module 1 (GCC).
Objectifs de compétence
1. Le stagiaire doit démontrer qu’il comprend le Règlement Le présent module
sur les abordages du fait de son rapport avec le présent comporte des volets
module. théoriques et pratiques.

2. Le stagiaire doit démontrer qu’il comprend parfaitement les


concepts de la manœuvre d’une embarcation par une
démonstration pratique de ses aptitudes à titre de patron
d’embarcation.

IMPORTANT

Les actions des membres d’une organisation ont une


incidence sur la perception du public et témoignent du
professionnalisme de l’organisation. Ainsi, vos actions
se reflèteront sur l’Organisation des cadets du
Canada (OCC) et n’oubliez pas que vous pourriez
être tenus légalement responsables de vos gestes.

Module 5
Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
Leçon 5.1 Révision du Règlement sur les abordages

Points importants :
Endroit : Salle de classe
Principaux Points d’enseignement :
1. Le candidat doit être en mesure d’identifier et de décrire les principales règles du Règlement
sur les abordages, incluant :

• Règle 2 - Responsabilité
• Règle 5 – Veille
• Règle 6 – Vitesse de sécurité
• Règle 7 – Risque d’abordage
• Règle 8 – Manœuvre pour éviter les abordages

Module 5 Leçon 5.1


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
Durée Exercices proposés Ressources

Partie A – Révision des règles


15 min 1. Présentez les transparents sur les principales règles et Transpare
discutez avec les candidats des manières de les nts, leçon
appliquer. 5.1

Partie B – Cartes situationnelles

10 min 2. Distribuez les cartes situationnelles aux candidats et Cartes


demandez-leur de trouver la règle qui s’applique à la situationne
situation. Discutez ensuite de la réponse avec le groupe lles, leçon
afin d’assurer une bonne compréhension de chaque 5.1
règle.

Part C – Changement de cap

5 min 3. Lisez le texte «Changement de cap» et recueillez les Texte


commentaires des candidats. «Changeme
nt de cap»

Évaluation des compétences


Application des Les candidats doivent connaître et appliquer le Règlement sur
les abordages en tout temps.
compétences

Module 5 Leçon 5.1


Règlement sur les abordages

Règle 2 - Responsabilité
En interprétant et en appliquant les présentes
règles, on doit tenir dûment compte de tous les
dangers de la navigation et des risques
d’abordage, ainsi que de toutes les
circonstances particulières, notamment les
limites d’utilisation des embarcations en cause,
qui peuvent obliger à s’écarter des présentes
règles pour éviter un danger immédiat.

Diap. 5.1 no 1
Règlement sur les abordages

Règle 5 – Veille
Toute embarcation doit en permanence
assurer une veille visuelle et auditive
appropriée, en utilisant également tous les
moyens disponibles qui sont adaptés aux
circonstances et conditions existantes, de
manière à permettre une pleine appréciation
de la situation et du risque d’abordage.

Diap. 5.1 no 2
Règlement sur les abordages

Règle 6 – Vitesse de sécurité


Selon le Règlement sur les abordages, c ’est à l ’opérateur
d’adopter une vitesse de sécurité, décrite comme étant celle lui
permettant de prendre des mesures appropriées et efficaces pour
éviter un abordage. Il doit également être capable d’arrêter son
embarcation à une distance adaptée aux circonstances et aux
conditions existantes. Une embarcation naviguant à une vitesse
élevée a besoin d’une plus grande distance pour arrêter et
l ’opérateur dispose donc de moins de temps pour réagir en cas de
changement des conditions. Pour déterminer la vitesse de sécurité
d’une embarcation, on doit tenir compte de tous les facteurs
suivants :

Diap. 5.1 no 3
Règlement sur les abordages

Règle 6 – Vitesse de sécurité (facteurs)


•les conditions de visibilité (brouillard, brume, pluie, obscurité);
•l’état du vent, de la mer et des courants;
•la capacité de manœuvre de l’embarcation;
•la densité du trafic, le type d’embarcation fréquentant la zone
et leur proximité;
•la proximité de risques pour la navigation.

Diap. 5.1 no 3A
Règlement sur les abordages

Règle 6 – Vitesse de sécurité (suite)


Les opérateurs doivent également respecter le principe de la vitesse
de sécurité lorsqu’ils sont dans une zone de visibilité restreinte ou à
proximité d’une telle zone, notamment lorsqu’ils pénètrent dans un
banc de brouillard ou en sortent.
Le sillage produit par l’embarcation pourrait être la cause de
dommages aux propriétés (par exemple : autres embarcations, quais,
ouvrages et berges) ou aux personnes (par exemple : nageurs,
plongeurs, personnes à bord de petites embarcations qui pourraient
être renversées) dont on pourrait être tenu responsable. Il est donc
recommandé de tenir compte du sillage, et des ses effets, lorsque
l’on règle sa vitesse.

Diap. 5.1 no 3B
Règlement sur les abordages

Règle 7 – Risque d’abordage


Toute embarcation doit utiliser tous les moyens disponibles
qui sont adaptés aux circonstances et conditions existantes
pour déterminer s’il existe un risque d’abordage. S’il y a
doute quant au risque d’abordage, on doit considérer que
ce risque existe.
On doit éviter de tirer des conclusions de renseignements
insuffisants.
L’évaluation d’un risque d’abordage doit notamment tenir
compte des considérations suivantes :

Diap. 5.1 no 4
Règlement sur les abordages

Règle 7 – Risque d’abordage (considérations)


• il y a un risque d’abordage si le relèvement au
compas d ’une embarcation qui s’approche ne change pas
de manière appréciable;
• un tel risque peut parfois exister même si l’on
observe une variation appréciable du relèvement,
particulièrement lorsque l’on s’approche d’un très grand
navire, d’un train de remorque ou d’un navire qui est à
courte distance.

Diap. 5.1 no 4A
Règlement sur les abordages
Règle 8 – Manœuvre pour éviter les abordages
Toute manœuvre entreprise pour éviter un abordage doit, si
les circonstances le permettent, être exécutée franchement,
largement à temps et conformément aux bons usages
maritimes.
•Tout changement de cap ou de vitesse, ou des deux à la fois, visant à
éviter un abordage doit, si les circonstances le permettent, être assez
important pour être immédiatement perçu par tout navire qui l’observe
visuellement ou au radar; une succession de changements peu importants
de cap ou de vitesse, ou des deux à la fois, est à éviter.
•S ’il y a suffisamment de place, le changement de cap à lui seul peut être
la manœuvre la plus efficace pour éviter de se trouver en situation très
rapprochée à condition que cette manœuvre soit faite largement à temps,
qu’elle soit franche et qu’elle n’aboutisse pas à une autre situation très
rapprochée.

Diap. 5.1 no 5
Règlement sur les abordages

Règle 8 – Manœuvre pour éviter les abordages (suite)


•Les manœuvres effectuées pour éviter l’abordage avec un autre
navire doivent être telles qu’elles permettent de passer à une
distance suffisante. L’efficacité des manœuvres doit être
attentivement contrôlée jusqu’à ce que l’autre navire soit
définitivement éloigné.
Si cela est nécessaire pour éviter un abordage ou pour laisser
plus de temps pour apprécier la situation, un navire doit
réduire sa vitesse ou casser son erre en arrêtant son appareil
propulsif ou en battant en arrière au moyen de la propulsion.

Diap. 5.1 no 5A
Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Texte «CHANGEMENT DE CAP»

Voici une conversation radio communiquée par le chef des


opérations navales des États-Unis, le 10 octobre 1995.

Marine : « Veuillez changer votre cap de 15 degrés au nord pour


éviter un abordage. »

Civil : « Je vous recommande de changer votre cap de 15 degrés au


sud pour éviter un abordage. »

Marine : « Ici le capitaine d’un navire de la Marine américaine. Je


répète, changez VOTRE cap. »

Civil : « Non! Je répète, VOUS changez votre cap. »

Marine : « Ici le porte-avions USS Enterprise, un grand navire de


guerre de la Marine américaine. Changez votre cap
immédiatement! »

Civil : « Ici un phare… à vous de décider! »

Module 5 – Leçon 5.1 – Texte «Changement de cap»


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

En interprétant et en appliquant les présentes règles, on doit bien tenir compte


de tous les dangers de la navigation et des risques d’abordage ainsi que de
toutes les circonstances particulières, notamment les limites des embarcations
en cause, qui peuvent obliger à s’écarter des présentes règles pour éviter un
danger immédiat.
Réponse :
Leçon 5.1– no 1

Toute embarcation doit en permanence assurer une veille visuelle et auditive


appropriée, en utilisant également tous les moyens disponibles qui sont adaptés
aux circonstances et conditions existantes, de manière à permettre une pleine
appréciation de la situation et du risque d’abordage.

Réponse :

Leçon 5.1– no 2

Selon le Règlement sur les abordages c'est à l'opérateur d’adopter une vitesse
de sécurité.

Réponse :

Leçon 5.1– no 3

L'opérateur doit également être capable d’arrêter son embarcation à une


distance adaptée aux circonstances et aux conditions existantes.

Réponse :

Leçon 5.1– no 4

Les conditions de visibilité (brouillard, brume, pluie, obscurité.

Réponse :

Leçon 5.1– no 5

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelle


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

L’état du vent, de la mer et des courants.

Réponse :

Leçon 5.1– no 6

La capacité de manœuvre de l’embarcation.

Réponse :

Leçon 5.1– no 7

La densité du trafic, le type d’embarcation fréquentant la zone et leur proximité.

Réponse :

Leçon 5.1– no 8

La proximité de risques pour la navigation.

Réponse :

Leçon 5.1– no 9

Les opérateurs doivent également respecter le principe de la vitesse de sécurité


lorsqu’ils sont dans une zone de visibilité restreinte ou à proximité d’une telle
zone, notamment lorsqu’ils pénètrent dans un banc de brouillard ou en sortent.

Réponse :

Leçon 5.1– no 10

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelle


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Le sillage produit par l’embarcation pourrait être la cause de dommages aux


propriétés (par exemple : autres embarcations, quais, ouvrages et berges) ou
aux personnes (par exemple : nageurs, plongeurs, personnes à bord de petites
embarcations qui pourraient être renversées) dont on pourrait être tenu
responsable. Il est donc recommandé de tenir compte du sillage, et des ses
effets, lorsque l’on règle sa vitesse.

Réponse :

Leçon 5.1– no 11

Toute embarcation doit utiliser tous les moyens disponibles qui sont adaptés aux
circonstances et conditions existantes pour déterminer s’il existe un risque
d’abordage. S’il y a doute quant au risque d’abordage, on doit considérer que ce
risque existe.

Réponse :

Leçon 5.1– no 12

On doit éviter de tirer des conclusions de renseignements insuffisants.

Réponse :

Leçon 5.1– no 13

Il y a un risque d’abordage si le relèvement au compas d’une embarcation qui


s’approche ne change pas de manière appréciable.

Réponse :

Leçon 5.1– no 14

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelle


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Un risque peut parfois exister même si l’on observe une variation appréciable du
relèvement, particulièrement lorsque l’on s’approche d’un très grand navire, d’un
train de remorque ou d’un navire qui est à courte distance.

Réponse :
Leçon 5.1– no 15

Toute manœuvre entreprise pour éviter un abordage doit, si les circonstances le


permettent, être exécutée franchement, largement à temps et conformément aux
bons usages maritimes.

Réponse :

Leçon 5.1– no 16

Tout changement de cap ou de vitesse, ou des deux à la fois, visant à éviter un


abordage doit, si les circonstances le permettent, être assez important pour être
immédiatement perçu par tout navire qui l’observe visuellement ou au radar; une
succession de changements peu importants de cap ou de vitesse, ou des deux à
la fois, est à éviter.

Réponse :

Leçon 5.1– no 17

Si le navire a suffisamment de place, le changement de cap à lui seul peut être la


manœuvre la plus efficace pour éviter de se trouver en situation très rapprochée
à condition que cette manœuvre soit faite largement à temps, qu’elle soit franche
et qu’elle n’aboutisse pas à une autre situation très rapprochée.

Réponse :

Leçon 5.1– no 18

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelle


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Les manœuvres effectuées pour éviter l’abordage avec un autre navire doivent
être telles qu’elles permettent de passer à une distance suffisante. L’efficacité
des manœuvres doit être attentivement contrôlée jusqu’à ce que l’autre navire
soit définitivement paré et clair.

Réponse :

Leçon 5.1– no 19

Si cela est nécessaire pour éviter un abordage ou pour laisser plus de temps
pour apprécier la situation, un navire doit réduire sa vitesse ou casser son erre
en arrêtant son appareil propulsif ou en battant en arrière au moyen de la
propulsion.

Réponse :

Leçon 5.1– no 20

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelle


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

En interprétant et en appliquant les présentes règles, on doit bien tenir compte


de tous les dangers de la navigation et des risques d’abordage ainsi que de
toutes les circonstances particulières, notamment les limites des embarcations
en cause, qui peuvent obliger à s’écarter des présentes règles pour éviter un
danger immédiat.
Réponse : Règle 2 - Responsabilité
Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 1

Toute embarcation doit en permanence assurer une veille visuelle et auditive


appropriée, en utilisant également tous les moyens disponibles qui sont adaptés
aux circonstances et conditions existantes, de manière à permettre une pleine
appréciation de la situation et du risque d’abordage.

Réponse : Règle 5 - Veille

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 2

Selon le Règlement sur les abordages c'est à l'opérateur d’adopter une vitesse
de sécurité.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 3

L'opérateur doit également être capable d’arrêter son embarcation à une


distance adaptée aux circonstances et aux conditions existantes.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 4

Les conditions de visibilité (brouillard, brume, pluie, obscurité.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 5

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelles – Corrigé


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

L’état du vent, de la mer et des courants.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 6

La capacité de manœuvre de l’embarcation.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 7

La densité du trafic, le type d’embarcation fréquentant la zone et leur proximité.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 8

La proximité de risques pour la navigation.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 9

Les opérateurs doivent également respecter le principe de la vitesse de sécurité


lorsqu’ils sont dans une zone de visibilité restreinte ou à proximité d’une telle
zone, notamment lorsqu’ils pénètrent dans un banc de brouillard ou en sortent.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 10

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelles – Corrigé


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Le sillage produit par l’embarcation pourrait être la cause de dommages aux


propriétés (par exemple : autres embarcations, quais, ouvrages et berges) ou
aux personnes (par exemple : nageurs, plongeurs, personnes à bord de petites
embarcations qui pourraient être renversées) dont on pourrait être tenu
responsable. Il est donc recommandé de tenir compte du sillage, et des ses
effets, lorsque l’on règle sa vitesse.

Réponse : Règle 6 – Vitesse de sécurité

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 11

Toute embarcation doit utiliser tous les moyens disponibles qui sont adaptés aux
circonstances et conditions existantes pour déterminer s’il existe un risque
d’abordage. S’il y a doute quant au risque d’abordage, on doit considérer que ce
risque existe.

Réponse : Règle 7 – Risque d’abordage

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 12

On doit éviter de tirer des conclusions de renseignements insuffisants.

Réponse : Règle 7 – Risque d’abordage

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 13

Il y a un risque d’abordage si le relèvement au compas d’une embarcation qui


s’approche ne change pas de manière appréciable.

Réponse : Règle 7 – Risque d’abordage

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 14

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelles – Corrigé


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Un risque peut parfois exister même si l’on observe une variation appréciable du
relèvement, particulièrement lorsque l’on s’approche d’un très grand navire, d’un
train de remorque ou d’un navire qui est à courte distance.

Réponse : Règle 7 – Risque d’abordage

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 15

Toute manœuvre entreprise pour éviter un abordage doit, si les circonstances le


permettent, être exécutée franchement, largement à temps et conformément aux
bons usages maritimes.

Réponse : Règle 8 - Manœuvre pour éviter les abordages

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 16

Tout changement de cap ou de vitesse, ou des deux à la fois, visant à éviter un


abordage doit, si les circonstances le permettent, être assez important pour être
immédiatement perçu par tout navire qui l’observe visuellement ou au radar; une
succession de changements peu importants de cap ou de vitesse, ou des deux à
la fois, est à éviter.

Réponse : Règle 8 - Manœuvre pour éviter les abordages

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 17

Si le navire a suffisamment de place, le changement de cap à lui seul peut être la


manœuvre la plus efficace pour éviter de se trouver en situation très rapprochée
à condition que cette manœuvre soit faite largement à temps, qu’elle soit franche
et qu’elle n’aboutisse pas à une autre situation très rapprochée.

Réponse : Règle 8 - Manœuvre pour éviter les abordages

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 18

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelles – Corrigé


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Les manœuvres effectuées pour éviter l’abordage avec un autre navire doivent
être telles qu’elles permettent de passer à une distance suffisante. L’efficacité
des manœuvres doit être attentivement contrôlée jusqu’à ce que l’autre navire
soit définitivement paré et clair.

Réponse : Règle 8 - Manœuvre pour éviter les abordages

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 19

Si cela est nécessaire pour éviter un abordage ou pour laisser plus de temps
pour apprécier la situation, un navire doit réduire sa vitesse ou casser son erre
en arrêtant son appareil propulsif ou en battant en arrière au moyen de la
propulsion.

Réponse : Règle 8 - Manœuvre pour éviter les abordages

Leçon 5.1 Carte de l’instructeur – no 20

Module 5 – Leçon 5.1 – Cartes situationnelles – Corrigé


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
Leçon 5.2 Tenir dûment compte de ses actions
Points importants :
Endroit : Salle de classe
Principaux points d’enseignement
1.Bien tenir compte de ses actions.
• Ne jamais frôler d’autres embarcations ou des nageurs.

• Autres comportements dangereux qu’il y a lieu d’éviter.

• Les actions des membres d’une organisation ont une incidence sur la perception du
public et témoignent du professionnalisme de l’organisation. Ainsi, vos actions se
reflèteront sur l’Organisation des cadets du Canada (OCC) et n’oubliez pas que vous
pourriez en être tenus légalement responsables de vos gestes.

Module 5 Leçon 5.2


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
Temps Exercices proposés Ressources
alloué
Partie A
1. Discuter, avec les stagiaires, des comportements
inacceptables et de leurs répercussions éventuelles sur
5 min la façon dont le public perçoit l’Organisation des cadets
du Canada (OCC).

2. Demander aux stagiaires de former des groupes de six. Tableau de


Donner une feuille du tableau de papier et un marqueur papier,
à chaque groupe. Donner 15 minutes aux stagiaires marqueurs et
25 min pour énumérer six points liés à la manœuvre ruban.
responsable des embarcations. Afficher les feuilles au
mur et les examiner avec tous les stagiaires.

Point d’intérêt

Nous sommes au début de l’été, à Lake Isabella, désert de


Mojave (une heure à l’est de Bakersfield) —Michel, un
novice de la navigation de plaisance, éprouve de sérieux
problèmes.
Malgré tous ses efforts, Michel n’arrive pas à faire
fonctionner son tout nouveau Bayliner de 22 pieds. Son
embarcation ne déjauge (plane) tout simplement pas et
réagit lentement à presque toutes les manœuvres
qu’effectue Michel, peu importe la puissance demandée au
moteur.
Après avoir essayé pendant environ une heure, il amarre
son bateau à la marina la plus proche. Peut-être que là, on
pourrait lui indiquer ce qui ne va pas. Après une vérification
minutieuse des composants visibles du bateau, on lui
affirme que tout est en parfait état de marche. Le moteur
tourne bien, l’arbre extérieur monte et descend et l’hélice
est de la bonne taille et du bon pas.
C’est alors que l’un des employés de la marina saute à
l’eau pour aller vérifier sous l’embarcation. Il ressort
soudain de l’eau, mort de rire.
… sous l’embarcation, bien maintenue en place, se trouvait
la remorque.

Module 5 Leçon 5.2


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Évaluation des compétences


Application des Les stagiaires doivent démontrer qu’ils savent manœuvrer des
embarcations de manière responsable en tout temps.
connaissances

Module 5 Leçon 5.2


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv
Leçon 5.3 Manœuvres
Points importants :
Endroit : Salle de classe ou quai
Principaux points d’enseignement

1 Poussée directe
• Embarcation à propulsion par jet d'eau
• Hors-bord
• Mécanismes d’entraînement en-bord/hors-bord

2 Poussée directe – deux moteurs


• Moteurs rotation à gauche
• Moteurs à rotation à droite

3. Poussée indirecte (gouvernail)


• Marche avant
• Marche arrière

Module 5 Leçon 5.3


Petite embarcation à moteur, plus de 40 cv

Temps Exercices proposés Ressources


alloué Partie A
1. Discuter, avec les stagiaires, des avantages et des
inconvénients de chaque configuration de moteur.
2. Démontrer la façon d’annuler l’effet exercé sur le
5 min
volant (difficile à tourner en situation d’accélération ou
de virage serré à tribord).
Partie B
1. Décrire les différences entre la propulsion avec contre-
rotation et la propulsion sans contre-rotation.

2. Démontrer la façon de se servir du moteur extérieur Diapositives


pour manœuvrer dans des endroits restreints. nos 1 à 4

10 min 3. Démontrer les difficultés que comporte la manœuvre


d’une embarcation dont l’un des moteurs ne
fonctionne pas. Demander aux stagiaires de pratiquer
cette manœuvre pendant la phase pratique.
Partie C

1. Discuter de la façon dont une embarcation munie d’un


gouvernail se sert de la poussée indirecte pour
manœuvrer.
5 min
2. Discuter des difficultés que comporte la manœuvre en
marche arrière. Diapositives
Partie D nos 5 à 7

1. Demander aux stagiaires de pratiquer la manœuvre


d’embarcations à deux moteurs hors-bord (puissance
supérieure à 40 hp), conformément à la fiche
Embarcations
300 minute d’évaluation du Programme d’opérateur
à un ou à
d’embarcations légères (POEL). deux moteurs
(puissance
Temps total Nota : Si possible, permettre aux stagiaires de pratiquer combinée de
320 min avec les différentes configurations de moteurs. plus de 40 hp).

Évaluation des compétences


Application des Les stagiaires doivent démontrer leurs compétences à propos
de tous les points de la fiche d’évaluation sur la manœuvre des
connaissances
embarcations.

Module 5 Leçon 5.3


Poussée directe

POUSSÉE
PRINCIPALE

Diap.5.3 no 1
•DÉPLACEMEN
T DE LA
PROUE

•VITESSE ACQUISE

Diap. 5.3 no 2
Poussée directe

•DÉPLACEMENT
•POUSSÉE DE LA
PRINCIPALE POUPE
Rotation à gauche et à droite

•BORD DE FUITE

•BORD D’ATTAQUE

•VERS LA GAUCHE •VERS LA DROITE

Diap. 5.3 no 3
•Proue
Orientation de la poussée directe (deux moteurs)

•Point de
pivotement
Diap. 5.3 no 4
•Le moteur
extérieur assure
une poussée plus
efficace
•Poussée dirigée
Poussée indirecte

COURANT DE L’HÉLICE – HÉLICE CLASSIQUE

POUSSÉE POUSSÉE
LATÉRALE LATÉRALE

POUSSÉE
(COURANT DE L’HÉLICE) (POUSSÉE DE L’HÉLICE) LATÉRALE

MARCHE AVANT : Barre à zéro MARCHE AVANT : Barre à gauche MARCHE ARRIÈRE : Barre à zéro

Diap. 5.3 no 5
•DÉPLACEMENT
DE LA PROUE

•VITESSE
ACQUISE PAR
L’EMBARCATION

Diap. 5.3 no 6
•Marche avant

•POUSSÉE
LATÉRALE
Poussée indirecte – marche avant

•POUSSÉE
PRINCIPALE
•DÉPLACEMENT
DE LA PROUE

•VITESSE ACQUISE
PAR
L’EMBARCATION

OHP 5.3 # 7
•Marche arrière

•POUSSÉE
Poussée indirecte – marche arrière

LATÉRALE

•POUSSÉE
PRINCIPALE