Vous êtes sur la page 1sur 128

CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs Analogiques-Numériques
Convertisseurs Numériques-Analogiques
Jean-Baptiste Kammerer
kammerer@iness.c-strasbourg.fr

J-B Kammerer 1
CAN-CNA Master MNE 1

Plan
● Introduction
● Structures de base
● Échantillonage
● Convertisseurs rapides
● Convertisseurs à suréchantillonage

Bibliographie :
« Principes de conversions analogique-numérique et numérique analogique »
Jean-Paul Troadec – Dunod
ISBN 2 10 007478 4

J-B Kammerer 2
CAN-CNA Master MNE 1

Plan
● Introduction
● Signaux analogiques et numériques

● Conversion analogique-numérique

● Conversion numérique-analogique

● Structures de base
● Échantillonage
● Convertisseurs rapides
● Convertisseurs à suréchantillonage

J-B Kammerer 3
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Signaux analogiques et numériques
Un signal peut être défini comme une quantité physique contenant une
information.
La plupart des signaux mesurables dans notre environnement sont de
nature analogique, c'est-à-dire qu'ils prennent leurs valeurs dans un
ensemble continue. De plus ils évolue de façon continue dans le temps.

Nous ne traiterons que le cas des grandeurs électriques (tension et


courant), les autres quantités physiques pouvant être converties en
signaux électriques à l'aide de capteurs.
L'opération inverse peut également être réalisée grâce aux actionneurs.
J-B Kammerer 4
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Signaux analogiques et numériques
Les dispositifs de traitement du signal actuel sont le plus souvent
numériques car cela présente de nombreux avantages :

● les circuits numériques sont moins chers à concevoir, fabriquer et tester


que les circuits analogiques
● grâce aux DSP, beaucoup d'opération de traitement du signal sont plus

facile à réaliser en numérique qu'en analogique (corrélation, FFT,


filtrage,...)
● les circuits numériques sont plus flexibles (programmation)

● les signaux numériques sont moins sensibles au bruit (forte immunité

au bruit)

J-B Kammerer 5
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Signaux analogiques et numériques
Les dispositifs de traitement du signal actuel sont le plus souvent
numériques, c'est-à-dire qu'ils travaillent sur des nombres binaires. Les
valeurs que peuvent prendre ces nombres binaires appartiennent à un
ensemble discret de 2n nombres. De plus, ces nombres évoluent
brutalement (discontinuité) à des instants bien déterminés.
111
110
101
100
011
010
001
000
t

J-B Kammerer 6
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Signaux analogiques et numériques
Les Convertisseurs Analogique-Numérique (CAN) et Numérique-
Analogique (CNA) sont chargés de réaliser l'interface entre le monde
continu (l'analogique) et le monde discret (le numérique).
Dans un système de traitement du signal (au sens large) complet,
l'information initiale (résultat d'une mesure faite à l'aide d'un capteur) est
de nature analogique et est le plus souvent convertie en une suite nombres
binaires à l'aide d'un CAN (ou ADC pour Analog-Digital Converter).
Le signal est ensuite traité à l'aide d'un système numérique.
Enfin, la suite de nombres binaires ainsi obtenue doit généralement être
convertie en une nouvelle grandeur analogique à l'aide d'un CNA (ou
DAC pour Digital-Analog Converter) pour pouvoir être utilisé
(commande d'un actionneur, modulation d'une porteuse,...).

Système de
CAN CNA
traitement numérique

J-B Kammerer 7
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Conversion analogique-numérique
La conversion analogique-numérique est une opération qui comporte
deux étapes:
● La quantification : convertir un signal analogique continu en une suite

finie d'état discrets. On associe donc un état à un intervalle de valeurs de


largeur Q, appelé pas de quantification. Le pas de quantification n'est
pas nécessairement le même pour chaque état.

État

n+1
Signal analogique
n
Qn

n-1 Signal quantifié

t
J-B Kammerer 8
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Conversion analogique-numérique
La conversion analogique-numérique est une opération qui comporte
deux étapes:
● La quantification : convertir un signal analogique continu en une suite

finie d'état discrets. On associe donc un état à un intervalle de valeurs de


largeur Q, appelé pas de quantification. Le pas de quantification n'est pas
nécessairement le même pour chaque état.
● Le codage : associer un mot binaire à chaque état

État Divers codages possibles...


110 011 11
n+1 101 010 10
n 100 001 01
Qn

n-1 011 000 00


010 111 01
001 110 10
000 101 11
t
J-B Kammerer 9
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Conversion A-N – bruit de quantification
L'opération de quantification introduit une erreur. En effet, « quantifier »
revient à « approcher » la valeur réelle du signal d'entrée. La différence
entre la valeur quantifiée et la valeur réelle du signal est appelée erreur
de quantification. Q/2 Q Q/2
Valeur quantifiée

Entrée analogique
Erreur de quantification

Q
J-B Kammerer 10
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Conversion A-N – bruit de quantification
Pour obtenir un rapport signal/bruit constant, on utilise parfois des lois de
quantification logarithmique. En effet, cela permet d'obtenir une erreur
de quantification relative constante (très utilisé en télécommunications).
Q0 Q1 Q2
Valeur quantifiée

Erreur relative

2Emax
J-B Kammerer 11
CAN-CNA Master MNE 1

Introduction
Conversion numérique-analogique
La conversion numérique-analogique consiste à associer une valeur
analogique fixe (courant ou tension) à chaque code binaire.

Sortie analogique Sortie analogique


Vmax Vmax

Qn+1
Qn
Q

Qn-1

Vmin Vmin
Code binaire Code binaire
000
001
010
011
100
101
110
111

000
001
010
011
100
101
110
111
J-B Kammerer 12
CAN-CNA Master MNE 1

Plan
● Introduction
● Structures de base
● Convertisseurs numérique-analogique

● Convertisseurs analogique-numérique

● Échantillonage
● Convertisseurs rapides
● Convertisseurs à suréchantillonage

J-B Kammerer 13
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
Convertisseurs numérique-analogique
On peut distinguer deux types de convertisseurs numérique-analogique:
● Les convertisseurs parallèle : tous les bits sont traités simultanément

● Les convertisseurs série : les bits sont traités les un après les autres

CNA
J-B Kammerer 14
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à résistances pondérées
Un amplificateur opérationnel monté en sommateur-inverseur permet de
réaliser un convertisseur numérique-analogique :

Vref

b2 R0 RG

Vs
b1 2R0

b0 4R0
V s −RG
V ref
=
R0  b1 b 0
× b2 
2 4 
J-B Kammerer 15
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à résistances pondérées

La loi générale pour un CNA n bits est :


V s −RG
V ref
=
R0 
× b n−1 
b n−2 b n−3
2

4
b0
... n−1
2 
La dynamique de sortie est :
V s RG 2n −1
 
= × n−1 ≃2
V ref R0 2
RG
R0

Le quantum vaut :
V s RG

2n −1 1 RG
= × n−1 n ≃ n−1
V ref R0 2 ×2 2 
R0

J-B Kammerer 16
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à résistances pondérées

Avantages :
● Simple

● Les interrupteurs peuvent être réalisés à l'aide de portes CMOS

alimentées entre Vref et la masse

Inconvénients :
● Le courant pris à la source V est très variable (chute de tension à la
ref
sortie de cette source également variable...)
● Nécessite des résistances très grandes et très petites : la valeur de la plus

grande résistance est 2n-1 fois plus élevée que celle de la plus petite
● Limité par la précision relative des valeurs des résistances totales

(résistance + interrupteur).

J-B Kammerer 17
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées
Pour s'affranchir du problème de la consommation variable, il est
préférable d'utiliser des sources de courant constant auxquelles on ajoute
des systèmes d'aiguillage :

I
RG
b2
I/2 Vs
b1
I/4
I
b0 V s =−RG × 4 b 2 2 b1 b0 
4

J-B Kammerer 18
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées

La loi générale pour un CNA n bits est :


I
V s =−RG n−1  2 n−1
b n−1 2 n−2
b n−2...b0 
2
La dynamique de sortie est :
I n
V s =−RG n−1
×2 −1≃−2 RG I
2

Le quantum vaut :
2n −1 RG I
I
V s =−RG n−1 × n ≃− n−1
2 2 2

J-B Kammerer 19
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées
Les interrupteurs peuvent être réalisés à l'aide de paires différentielles :

bn
≡ bn

J-B Kammerer 20
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées
Les sources de courant peuvent être réalisées à l'aide de miroirs de
courant pondérés :

W W W
4 2
L L L
I0 I0
I0
2 4

L'appairage des transistors devient difficile


lorsque le nombre de bits augmente !

J-B Kammerer 21
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées
Les sources de courant peuvent être réalisées à l'aide d'un diviseur de
courant à réseau R/2R :

I0
R0

2R0

2R0
I0 I0
2 2

La résistance d'entrée de ce montage élémentaire est égale à 2R0.

J-B Kammerer 22
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées
Les sources de courant peuvent être réalisées à l'aide d'un diviseur de
courant à réseau R/2R :
I0
I0 2
R0 R0

2R0

2R0

2R0
I0 I0 I0
2 4 4

On peut donc remplacer la résistance 2R0 de droite par un autre réseau de


trois résistances pour diviser une nouvelle fois le courant par 2.

J-B Kammerer 23
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées
Les sources de courant peuvent être réalisées à l'aide d'un diviseur de
courant à réseau R/2R :
I0 I0
I0 2 4
R0 R0 R0

2R0

2R0

2R0

2R0
I0 I0 I0 I0
2 4 8 8

Et on répète l'opération autant de fois que nécessaire...

J-B Kammerer 24
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées
Les sources de courant peuvent être réalisées à l'aide d'un diviseur de
courant à réseau R/2R :
I0 I0 I0
I0 2 4 8
R0 2R0 R0 R0 R0

2R0

2R0

2R0

2R0
I0 I0 I0 I0 I0
2 4 8 16 16

Et on répète l'opération autant de fois que nécessaire... en fonction du


nombre de bits désiré.

J-B Kammerer 25
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées
I0 I0
I0 2 4
R0 R0 R0
V s −RG
=
V ref 4 R0  b b
× b2 1  0
2 4 
2R0

2R0

2R0

2R0
V ref I0 I0 I0 I0
2 4 8 8 RG

Vs

b2 b1 b0

J-B Kammerer 26
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à sources de courant pondérées

Avantages :
● Simple

● Le courant pris à la source V est constant


ref
● L'appairage des résistances est plus simple

Inconvénients :
● Consommation élevée égale à V /2R
ref 0

J-B Kammerer 27
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à diviseur de tension
Les 2n niveaux de tension sont générés à l'aide d'un pont diviseur fait de
2n-1 résistances en série. La sélection d'un de ces niveaux se fait à l'aide
d'un arbre de commutateurs :

V ref

Vs

V s  4 b 2 2 b1b0 
=
V ref 7
b1
b1
b0

J-B Kammerer 28
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à diviseur de tension

Avantages :
● Simple

● Le courant pris à la source V est constant


ref

Inconvénients :
● Le nombre de résistance devient vite très élevé (2n-1) lorsque le nombre

de bits augmente. Il en est de même pour les commutateurs qui sont deux
fois plus nombreux : la surface (donc le prix) devient vite élevée...
● Beaucoup de commutateurs (2 fois plus que de résistance) qu'il faut

nécessairement commander avec des circuits à fort « fan out ». On peut


éventuellement des « arbres de distribution » des signaux de commande.
● Beaucoup de capacités parasites : lent lorsque le nombre de bits est

élevé

J-B Kammerer 29
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à division de charge
Ce circuit est basé sur un pont diviseur capacitif dont les valeurs des deux
capacités changent en fonction des bits d'entrée. Le circuit étant basé sur
la répartitions des charges dans les différentes capacités au moment de
l'application de la tension Vref, il faut nécessairement décharger toutes les
capacités avant de procéder à une nouvelle conversion.
Vs

C C C C
1
4 4 2

1 b0 2 b 0 2 1 b1 2 b1 2 1 b2 2 b 2 2

V ref

J-B Kammerer 30
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à division de charge
La conversion se déroule en deux étapes:
● On décharge toutes les capacités en fermant les interrupteurs 1

Vs

C C C C
1
4 4 2

1 b0 2 b 0 2 1 b1 2 b1 2 1 b2 2 b 2 2

V ref

J-B Kammerer 31
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à division de charge
La conversion se déroule en deux étapes:
● On décharge toutes les capacités en fermant les interrupteurs 1

● Pour chaque capacité, après la réouverture l'interrupteur 1, en fonction

de la valeur du bit correspondant on connecte le noeud flottant soit à la


masse, soit à Vref.

Vs

C C C C
1
4 4 2

1 b0 2 b 0 2 1 b1 2 b1 2 1 b2 2 b 2 2

V ref
0 1 1
J-B Kammerer 32
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à division de charge
Pour écarter tout risque de court-circuit entre Vref et la masse, les signaux
de commande ne doivent pas se chevaucher :

1

2
Vs

C C C C
1
4 4 2

1 b0 2 b 0 2 1 b1 2 b1 2 1 b2 2 b 2 2

V ref
0 1 1
J-B Kammerer 33
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à division de charge

1

2

Vs

V ref

Vs

0
0 1 1

J-B Kammerer 34
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à division de charge

V ref
V ref
C C
2
C
CB VB C B=  4 b22 b1b0 


Vs 4
Vs
C C C C 
4 4 CA VA C A=   4 b 2 2 b1 b0 
4 4

C
C A=  8− N  Q A=Q B
4 N
C
C A =N et C A V A =C B V B nous donnent V s =V A = V ref
4 8
N =4 b 2 2 b1 b0 V ref =V AV B

J-B Kammerer 35
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à division de charge

La loi générale pour un CNA n bits est :


2n−1 b n−12n−2 b n−2 ...b 0
V s= n
V ref
2
La dynamique de sortie est :
2n −1
V s = n V ref ≃V ref
2

Le quantum vaut :
2n −1 V
V s = n n V ref ≃ ref
n
2 ×2 2

J-B Kammerer 36
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à division de charge

Avantages :
● Consommation très faible à basse fréquence

● Très bas bruit (pas de résistance et courants nuls en régime établi)

● L'appairage des capacités est simplifié (les procédés de fabrication des

capacités intégrées très bien contrôlés)

Inconvénients :
● Complexité des signaux de commande qui nécessite la conception d'une

machine d'états fonctionnant à une fréquence élevée comparée à la


fréquence d'échantillonage.
● La tension de sortie passe par zéro entre deux conversions. Il faut donc

utiliser deux convertisseurs fonctionnant en opposition de phase ou


utiliser un échantilloneur/bloqueur pour maintenir le signal en sortie entre
deux conversions.

J-B Kammerer 37
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à redistribution de charge
C'est un convertisseur de type série, c'est-à-dire que les bits sont envoyés
les un après les autre. La conversion numérique-analogique d'un nombre
sur n bits se fait donc en n cycles.
Ce convertisseur utilise deux capacités de valeurs égales et quatre
interrupteurs.
La capacité Cs mémorise la tension de sortie Vs et peut être déchargée en
début de conversion à l'aide d'un interrupteur placé en parallèle.

V ref Vs
b 1 2

b 1 Ce Cs 0

J-B Kammerer 38
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à redistribution de charge
Chaque cycle comporte deux phases de fonctionnement :
● La capacité d'entrée C est chargé à la tension V si le bit d'entrée est à
e ref
1 ou à 0V si ce bit est à 0.

V ref Vs
b 1 2

b 1 Ce Cs 0

J-B Kammerer 39
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à redistribution de charge
Chaque cycle comporte deux phases de fonctionnement :
● La capacité d'entrée C est chargé à la tension V si le bit d'entrée est à
e ref
1 ou à 0V si ce bit est à 0.
● Les deux capacités sont connectées en parallèle et les charges se

redistribuent entre elles à parts égales.


V s t V e t  V s t bV ref
V s t= =
2 2

V ref Vs
b 1 2

b 1 Ce Cs 0

J-B Kammerer 40
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à redistribution de charge
En répétant l'opération n fois, on obtient finalement en sortie une tension
proportionnelle au nombre binaire d'entrée :
V s 0b0 V ref b0
V s = = V ref
2 2
b0
V b1 V ref
V s 2 =
V s b1 V ref 2 ref
2
=
2  b b
4 2 
= 0  1 V ref

 
b0 b1
 V ref b 2 V ref
V s 3 =
V s 2 b 2 V ref
2
=
4 2
2  b 0 b1 b 2
=  
8 4 2 
V ref

 b0 b1
V s n = n  n−1 ...
2 2
b n−1
2
V ref =

b0 2 b1 ...2n−1 b n−1
2 n
V ref

J-B Kammerer 41
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à redistribution de charge
En répétant l'opération n fois, on obtient finalement en sortie une tension
proportionnelle au nombre binaire d'entrée :

0

1

2

b 1 0 1 0

1 2 3 Ok
V ref
Ve

Vs

0  2 3
J-B Kammerer 42
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à redistribution de charge

Remarque, ce convertisseur peut être vu comme le système suivant :

V ref
2 Vs
-1
+ z
0V
+

b
1/2

J-B Kammerer 43
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à redistribution de charge

La loi générale pour un CNA n bits est :


2n−1 b n−12n−2 b n−2 ...b 0
V s= n
V ref
2

La dynamique de sortie est :


2n −1
V s = n V ref ≃V ref
2

Le quantum vaut :
2n −1 V ref
V s = n n V ref ≃ n
2 ×2 2

J-B Kammerer 44
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CNA - Convertisseurs à redistribution de charge

Avantages :
● Consommation très faible à basse fréquence

● Très bas bruit (pas de résistance et courants nuls en régime établi)

● Pas de problème d'appairage des capacités

Inconvénients :
● Complexité des signaux de commande qui nécessite la conception d'une

machine d'états fonctionnant à une fréquence élevée comparée à la


fréquence d'échantillonage.
● La tension de sortie passe par des valeurs intermédiaires pendant les n

cycles de conversion. Il faut donc utiliser deux convertisseurs


fonctionnant en opposition de phase ou utiliser un
échantilloneur/bloqueur pour maintenir le signal en sortie entre deux
conversions.

J-B Kammerer 45
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
Convertisseurs analogique-numérique
La conversion analogique-numérique est par nature une opération plus
difficile que la conversion numérique-analogique. Elle repose
généralement sur des systèmes bouclés plus ou moins complexes.
Certains CAN utilisent des CNA pour effectuer une contre-réaction du
domaine numérique vers le domaine analogique.
En revanche, tous les CAN utilisent au moins un comparateur.

CAN
J-B Kammerer 46
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Comparateur
Le comparateur permet de déterminer lequel de deux signaux analogiques
est supérieur/inférieur à l'autre. La nature binaire du signal analogique
obtenu en sortie d'un bon comparateur analogique fait de lui le
convertisseur analogique-numérique 1bit de base.
Ainsi, l'interface allant du domaine analogique vers le domaine
numérique se fait toujours par l'intermédiaire d'un comparateur.

Vs
1
Vm

Vs
Vp 0 V p −V m

J-B Kammerer 47
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs suiveur
Ce convertisseur est construit à partir d'un CNA comparable à un de ceux
vu précédemment. La valeur binaire fournie par un compteur/décompteur
est convertie en valeur analogique. Cette valeur analogique est ensuite
comparée à la valeur analogique à convertir et, en fonction du résultat de
cette comparaison, le compteur/décompteur est soit incrémenté soit
décrémenté à chaque coup d'horloge.

CNA n bits
n sortie
n numérique
Up
Ve Compteur
Décompteur
Down
Clk Ctrl
J-B Kammerer 48
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs suiveur

Avantages :
● La précision ne dépend que du CNA

● La conversion peut être très rapide si le signal analogique ne varie pas

trop rapidement (faible différence entre deux conversions).

Inconvénients :
● Durée de conversion très variable. En effet, si la tension analogique

d'entrée passe brutalement d'un extrême à l'autre, la durée de conversion


sera égale à 2n-1 cycles.
● Le signal binaire obtenu peut prendre deux valeurs différentes pour une

même entrée analogique suivant que l'on soit arrivé à la solution en


incrémentant ou en décrémentant (bit de poids faible peu significatif). Ce
comportement introduit de l'hysteresis dans la réponse du convertisseur.
● La durée d'un cycle peut être relativement longue et dépend

essentiellement du CNA.
J-B Kammerer 49
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs à approximations successives
Ce convertisseur est également construit à partir d'un CNA. Dans ce
convertisseur, on construit le nombre binaire en « essayant » de mettre à
'1' tous les bits les un après les autres en commençant par celui de poids
fort. Le résultat de ces essais est converti en une valeur analogique à
l'aide du CNA qui est comparée à la tension à convertir. Le résultat de
cette comparaison valide ou invalide chaque essais.

CNA n bits
n n
V CNA
Ack Registre à sortie
approximations numérique
Ve

J-B Kammerer 50
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs à approximations successives
La séquence de conversion sur n bits est la suivante :
● mettre à b à '1'
n-1
● si V <Ve laisser bn-1 à '1', le mettre à '0' sinon
CNA
● mettre b à '1'
n-2
● si V <Ve laisser bn-2 à '1', le mettre à '0' sinon
CNA
● mettre b à '1'
n-3
● si V <Ve laisser bn-3 à '1', le mettre à '0' sinon
CNA
● …

● mettre b à '1'
0
● si V <Ve laisser b0 à '1', le mettre à '0' sinon
CNA
● fin de conversion

Remarque : 'Ack'='1' signifie que VCNA<Ve.

J-B Kammerer 51
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs à approximations successives

Rst
b0
b1
b2
b3

Ack

V ref
Ve

V CNA

J-B Kammerer 52
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs à approximations successives

Avantages :
● La précision ne dépend que du CNA.

● La conversion est rapide (n + k cycles avec k au moins égal à 1).

● Machine d'état à concevoir est relativement simple.

Inconvénient :
● La durée d'un cycle peut être relativement longue et dépend

essentiellement du CNA.
● La tension V ne doit absolument pas varier pendant la conversion.
e
● Retourne une valeur approchée par valeur inférieure.

J-B Kammerer 53
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs simple rampe
Ce convertisseur est basée sur la comparaison entre la grandeur
analogique à convertir et une rampe calibrée. En début de conversion, la
sortie du générateur de rampe est mise à zéro. Au même moment, un
compteur initialement à zéro est incrémenté à chaque coup d'horloge
jusqu'à ce que la rampe dépasse la valeur analogique d'entrée.

V ref
V rampe

Ack C0 I0

Ve sortie
Rst
n numérique
Clk Compteur

J-B Kammerer 54
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs simple rampe

Rst
b0
b1
b2
b3

Ack
t cpt
Ve

V rampe
V ref

J-B Kammerer 55
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs simple rampe
Après une remise à zéro (reset), la capacité C0 est déchargée et la tension
Vrampe est alors égale à Vref. Lorsque 'Rst' passe à '1', le compteur
initialement à '0000' est incrémenté pendant que l'intégration du courant I0
dans la capacité C0 induit une augmentation du potentiel Vrampe:
I 0 ⋅t
V rampe =V ref 
C0
Le signal 'Ack' autorisant le comptage passe à '0' lorsque Vrampe devient
égal à la tension analogique d'entrée Ve. En posant Ve=Vrampe, on trouve la
durée tcpt pendant laquelle le comptage est autorisé :
C 0 ⋅ V e −V ref 
t cpt =
I0

J-B Kammerer 56
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs simple rampe
Le compteur n'étant incrémenté que toutes les T secondes, où T est la
période d'horloge, le nombre N obtenu en sortie du compteur en fin de
conversion est égale à la partie entière de y :

y
5 t cpt C 0 ⋅ V e −V ref 
y= =
N T T⋅I 0

t cpt
0 T

J-B Kammerer 57
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs simple rampe
La résolution Q d'un tel convertisseur est donc égale à la variation de la
tension Vrampe entre deux incrémentations du compteur, c'est-à-dire
pendant une durée T :
T⋅I 0
Q=
C0

Si Ve est inférieure à Vref, le signal 'Ack' sera toujours à '0'. De plus, il ne


faut pas que le compteur soit incrémenté plus de 2n-1 fois pour qu'il n'y
ait pas de dépassement. La plage de conversion s'étend de Vref à Vref
augmenté de 2n fois Q :
n
2 ⋅T⋅I 0
V ref V e V ref 
C0

J-B Kammerer 58
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs simple rampe

Avantage :
● Simple

Inconvénients :
● La moindre erreur sur la valeur du courant I et/ou sur la valeur de la
0
capacité d'intégration C0 a des conséquences désastreuses. La résolution
ainsi que la borne haute de la dynamique d'entrée peuvent donc varier très
fortement d'une puce à l'autre.
● Le signal analogique d'entrée ne doit absolument pas varier plus vite

que Vrampe. Dans le cas contraire, on risque d'avoir plusieurs changements


d'état du signal 'Ack' pendant une conversion.
● Le temps de conversion est égal à 2n+k périodes d'horloge, avec k au

moins égal à 1 (pour le reset)

J-B Kammerer 59
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs double rampe
Ce convertisseur est basé sur une conversion en deux étapes. La tension
d'entrée est d'abord intégrée pendant une durée fixe, ce qui charge la
capacité C0. Ensuite, la tension -Vref est intégrée jusqu'à ce que Vrampe
revienne à sa valeur initiale. Le temps de décharge est proportionnel à Ve.

Ack
V rampe
Ve

C0 R0 −V ref

bn Rst sortie


bn
numérique
Clk Compteur
n b0, b1, ... , b n−1
J-B Kammerer 60
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs double rampe

Rst
b0
b1
b2
bn

Ack

−V rampe t cpt
Ve

J-B Kammerer 61
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs double rampe
Après une remise à zéro (reset), la capacité C0 est déchargée et la tension
Vrampe est alors au potentiel de la masse. Lorsque 'Rst' passe à '0', le
compteur initialement à '0000' est incrémenté jusqu'à ce que le bit de
poids fort passe à '1'. Pendant cette première phase, la tension Vrampe
décroît proportionnellement à Ve pendant 2n T secondes :
−V e n
V rampe = ⋅2 ⋅T
R0 ⋅C 0
Le passage à '1' du bit de poids fort (c'est-à-dire le passage à '1000' du
compteur) provoque la commutation de l'interrupteur. La tension croît
alors proportionnellement à Vref à partir de la valeur précédente :
−V e n V ref
V rampe = ⋅2 ⋅T  t
R0 ⋅C 0 R0 ⋅C 0

J-B Kammerer 62
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs double rampe
Le signal 'Ack' passant à '0' lorsque Vrampe devient positif, le compteur
cesse de s'incrémenter à l'instant où Vrampe passe par 0V, c'est-à-dire après
tcpt secondes : n
−V e⋅2 ⋅T V ref⋅t cpt
V rampe = =0
R0 ⋅C 0
n Ve
t cpt =2 ⋅T⋅
V ref

Le compteur n'étant incrémenté que toutes les T secondes, le nombre N


obtenu en sortie du compteur en fin de conversion est égale à la partie
entière de y :
t cpt n Ve
y= =2 ⋅
T V ref

J-B Kammerer 63
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs double rampe
La résolution Q d'un tel convertisseur est donc égale à :
Ve
Q=
2n

Si Ve est inférieure à 0V, le signal 'Ack' sera toujours à '0'. De plus, il ne


faut pas que le compteur soit incrémenté plus de 2n-1 fois pour qu'il n'y
ait pas de dépassement. La plage de conversion s'étend donc de 0V à Vref :

0 V V e V ref

J-B Kammerer 64
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs double rampe

Avantages :
● Relativement simple

● Réponse indépendante des valeurs de R et C .


0 0
● Le signal analogique d'entrée n'a pas besoin d'être stable ou à variation

lente. En effet, la première phase à pour effet de moyenner le signal


d'entrée sur une durée égale à 2n périodes d'horloge, cette valeur étant
convertie par après durant la deuxième phase. Cela revient à
échantillonner le signal moyenné avant conversion.

Inconvénients :
● Pour concevoir un convertisseur n bits, il faut un compteurs à n+1 bits.

● Le temps de conversion est égal à 2n+1+k périodes d'horloge, avec k au

moins égal à 1.
● Toutes les variations de V pendant la deuxième phase sont ignorées.
e

J-B Kammerer 65
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs « flash »
Les 2n-1 seuils sont générés à l'aide d'un pont diviseur fait de 2n
résistances en série. La tension d'entrée est ensuite simultanément
comparée aux 2n-1 seuils. Les 2n-1 signaux binaires ainsi obtenus sont
converties en un nombre binaire à l'aide d'un circuit logique
combinatoire.
V ref Ve
b⋅R

R 2 n −1

2n-1 entrées
R
n
R 3

R 2

a⋅R 1

J-B Kammerer 66
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs « flash »
La tension de référence appliquée à l'entrée inverseuse du kème
comparateur est égale à :
ak −1
V k= n
V ref
a2 −2b

Le choix des paramètres a et b permet d'ajuster la caractéristique de


transfert en fonction des besoins. En effet, le quantum vaut :
V ref
Q= n
a2 −2b
et les premier et dernier seuils de commutation valent :
a a2n −2
V 1= n
V ref V 2 −1=n
n
V ref
a2 −2b a2 −2b

J-B Kammerer 67
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs « flash »
Exemple d'ajustage de la caractéristique, exemple n°1.
Si l'on souhaite obtenir la réponse représentée à droite, on pose le
système d'équations suivant : code de sortie
V1 1 a 111
= n=
V ref 2 a2n −2b 110
101
V 2 −1 2n −1
n
a2n −2
= n = 100
V ref 2 a2n −2b 011
010
La solution est : a=b=1 001 Ve
V ref
V ref 000
Le quantum vaut alors : Q= n 0 1 2 3 4 5 6 7 8
2 8 8 8 8 8 8 8 8 8

Pour obtenir cette réponse, il faut donc que les 2n résistances soient toutes
de même valeur.

J-B Kammerer 68
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs « flash »
Exemple d'ajustage de la caractéristique, exemple n°2.
Si l'on souhaite obtenir la réponse centrée représentée à droite, on pose le
système d'équations suivant : code de sortie
V1 1 a 011
= n1 = n 010
V ref 2 a2 −2b
001
V 2 −1 2 n1−3
n
a2n −2
= n1 = 000
V ref 2 a2n −2b 111
110
La solution est : a=1/ 2, b=3/ 2 101 Ve
V ref
V ref 100
Le quantum vaut alors : Q= n 0 1 2 3 4 5 6 7 8
2 8 8 8 8 8 8 8 8 8

Pour obtenir cette réponse, il faut donc utiliser un réseau de résistances


asymétrique.

J-B Kammerer 69
CAN-CNA Master MNE 1

Structures de base
CAN - Convertisseurs « flash »

Avantages :
● Simple

● Rapide lorsque le nombre de bits est faible : le temps de conversion est

alors généralement limité par le temps de réponse des comparateurs.

Inconvénients :
● Nécessite 2n-1 comparateurs et 2n-1 résistances. La consommation et la

surface occupée par un tel convertisseur augmentent donc très rapidement


avec le nombre de bits.
● L'impédance d'entrée est celle d'un comparateur divisée par 2n-1. Si

l'impédance d'entrée est résistive (bipolaire), la résistance d'entrée est


nécessairement très faible lorsque n est grand. Dans le cas d'une
impédance d'entrée capacitive (CMOS), la capacité d'entrée est au
contraire très élevée.

J-B Kammerer 70
CAN-CNA Master MNE 1

Plan
● Introduction
● Structures de base
● Échantillonage
● Principe

● Théorème de Shannon-Nyquist

● Filtre anti-repliement

● Circuits échantillonneur-bloqueur

● Convertisseurs rapides
● Convertisseurs à suréchantillonage

J-B Kammerer 71
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Problématique
Par nature, la conversion analogique-numérique ne peut pas s'effectuer de
façon continue dans le temps. De plus, nous avons vu que pour la
majorité des convertisseurs, il est préférable d'avoir un signal stable
pendant la durée de conversion pour assurer leur bon fonctionnement.
Pour se mettre dans de telles conditions, une solution consiste à
« prélever » la grandeur analogique à intervalles réguliers et la maintenir
(mémoriser) le temps de la conversion. Cette opération est appelée
« échantillonnage-bloquage » (ou « sample and hold » en anglais).

J-B Kammerer 72
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Principe
L'échantillonnage est l'opération qui consiste à transformer un signal
analogique variant de façon continue dans le temps en une suite de
valeurs qui apparaissent à intervalles réguliers.
Idéalement, les valeurs échantillonnées d'un signal analogique doivent
être prélevées instantanément (multiplication par un peigne de Dirac).
Cela est bien entendu physiquement impossible et un échantillonnage réel
s'effectue sur intervalle de temps non nul.

t t

Idéal Réel
J-B Kammerer 73
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Principe
Le blocage est l'opération de mémorisation de la valeur analogique
échantillonnée. Cette opération permet le maintien de la grandeur
analogique échantillonnée pendant le temps de la conversion.
Idéalement, le signal en sortie du bloqueur doit être mis à jour
immédiatement après l'opération d'échantillonnage. Là encore, la réalité
n'est pas aussi parfaite et les circuit bloqueurs ont toujours un temps de
réponse non nul.

t t

Idéal Réel
J-B Kammerer 74
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Échantillonneur-bloqueur idéal et réel
Les différences de comportement entre un échantillonneur-bloqueur réel
et un échantillonneur-bloqueur idéal ne posent généralement pas de
véritable problème pour la conception d'un CAN.
En effet, il suffit d'attendre que le signal échantillonné-bloqué soit
stabilisé avant de débuter une séquence de conversion pour que du point
de vue du CAN tout se passe comme si l'on était en présence d'un
échantilloneur-bloqueur parfait. Néanmoins, cela peut être un facteur
limitant pour la cadence de conversion du CAN.
Conversion Conversion

t t

Réel Idéal équivalent


J-B Kammerer 75
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Un peu de traitement du signal...
Si le système (échantillonneur-bloqueur + CAN) est correctement conçu,
on peut donc modéliser l'échantillonneur comme un échantillonneur idéal.
C'est-à-dire comme un système dont la fonctionnalité est de réaliser la
multiplication du signal analogique d'entrée par un peigne de Dirac :
V ech t =V e t ⋅  t −n⋅T ech 
V ech  f = f e ∑ V e  f −n⋅f e 
La puissance du signal d'entrée est donc répartie autour d'une infinité de
porteuses de fréquences n.fe.
−fe V e f  fe
2 2 f
− f max f max
V ech  f 
f
−2 ⋅f e −3 ⋅f e −fe −fe fe fe 3 ⋅f e 2 ⋅f e
2 2 2 2
J-B Kammerer 76
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Théorème de Shannon-Nyquist
On voit donc que pour éviter le phénomène de recouvrement spectral le
signal analogique d'entrée ne doit pas contenir de signaux de fréquence
supérieure à la fréquence d'échantillonnage :
fe
f max ≤
2

V e f 
− f max f max f

V ech  f 
f
−2 ⋅f e −3 ⋅f e −fe −fe fe fe 3 ⋅f e 2 ⋅f e
2 2 2 2

J-B Kammerer 77
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Théorème de Shannon-Nyquist
On voit donc que pour éviter le phénomène de recouvrement spectral le
signal analogique d'entrée ne doit pas contenir de signaux de fréquence
supérieure à la moitié de la fréquence d'échantillonnage :
fe
f max ≤
2

−fe V e f  fe
2 2 f

V ech  f 
f
−2 ⋅f e −3 ⋅f e −fe −fe fe fe 3 ⋅f e 2 ⋅f e
2 2 2 2

J-B Kammerer 78
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Théorème de Shannon-Nyquist
Si cette condition n'est pas respectée, les signaux de fréquence supérieure
à la moitié de la fréquence d'échantillonnage seront ramenées en bande de
base sous l'effet de la modulation par l'une des porteuses de fréquence nfe.
Ce phénomène a priori indésirable peut être mis à profit pour démoduler
un signal HF tout en l'échantillonnant.
signal d'entrée signal reconstitué

signal échantillonné

J-B Kammerer 79
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Filtre anti-repliement
Pour éviter l'apparition d'artefacts dans le signal échantillonné, on place
en entrée de l'échantillonneur-bloqueur un filtre anti-repliement.
Ce filtre est le plus souvent de type passe-bas, d'ordre relativement élevé
(2 ou 4) et de fréquence de coupure inférieure à la moitié de la fréquence
d'échantillonnage.
Dans certains cas (en HF généralement), ce filtre peut être de type passe-
bande, de largeur inférieure à la fe et centré autour d'un multiple entier de
la fréquence d'échantillonnage.

Filtre anti-repliement
CAN Échantillonneur-bloqueur CAN

J-B Kammerer 80
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
L'opération d'échantillonnage-bloquage nécessite deux opérations
élémentaires :
● Prélever une valeur sur un intervalle de temps très court.

● Mémoriser cette valeur.

Le prélèvement se fait à l'aide d'un interrupteur CMOS contrôlé par un


circuit logique et la mémorisation se fait à l'aide d'une capacité lorsque
l'on travaille en « mode tension ».  ctrl

ctrl
ctrl

Ve V ech

J-B Kammerer 81
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
Lorsque l'interrupteur se ferme, le système débute la phase
d'échantillonnage. À cause des imperfections de l'interrupteur et du
circuit délivrant la tension Ve (impédance de sortie, slew-rate, …), le
système met nécessairement un certain temps avant de trouver son régime
établi.
Lorsque l'interrupteur s'ouvre, le courant ne peut plus s'écouler au travers
de la capacité et la tension aux bornes de la capacité cesse d'évoluer. C'est
la phase de blocage.
Ve
t
ctrl

t
V ech
t

J-B Kammerer 82
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
Caractéristiques essentielles :
Les changements de phase de fonctionnement induisent des phénomènes
transitoires qu'il ne faut pas négliger lors de la conception d'un
échantillonneur-bloqueur.
Temps d'établissement

V ech

Ve
Temps d'ouverture

ctrl

t
J-B Kammerer 83
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
Caractéristiques essentielles :
Le temps d'établissement dépend essentiellement de deux paramètres :
● Le temps de fermeture de l'interrupteur CMOS

● Des pôles et zéros dans le circuit d'entrée, c'est-à-dire dans l'ensemble

formé par la source, l'interrupteur fermé et la capacité de mémorisation.


Pour des raisons évidentes (cf automatique) on fait généralement en sorte
d'avoir un système du second ordre avec un coefficient d'amortissement
égal à 0,707.
Temps d'établissement

V ech

Ve
Temps de
fermeture

t
J-B Kammerer 84
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
Caractéristiques essentielles :
La vitesse de variation de résistance de l'interrupteur n'est pas infinie et il
y a donc nécessairement une courte période pendant laquelle la capacité
suit « partiellement » la tension d'entrée. Il en résulte une erreur sur
l'instant d'échantillonnage effectif.
De plus, lors de la commutation des charges indésirables sont injectées
dans la capacité de stockage au travers des oxydes de grille des transistors
MOS. C'est une source d'offset.
V ech

Ve
Temps d'ouverture

t
J-B Kammerer 85
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
Réalisations concrètes :
Pour isoler le circuit d'entrée et éviter de le perturber lors des
commutations, on utilise généralement un amplificateur suiveur.
De façon similaire, pour éviter de charger la capacité avec l'impédance
d'entrée du CAN connecté en sortie de l'échantillonneur bloqueur, on
utilise un deuxième montage suiveur.

ctrl

V ech
Ve

J-B Kammerer 86
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
Réalisations concrètes :
Cependant, dans le montage précédent, les offsets des deux
amplificateurs opérationnels s'ajoutent. Cela peut conduire à une erreur
excessive.
Grâce à une contre-réaction globale, le montage ci-dessous permet de
réduire fortement l'offset introduit par l'AOP de sortie. Néanmoins, il
reste toujours l'offset de l'AOP d'entrée...
2

1

2
V ech
Ve

J-B Kammerer 87
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
Réalisations concrètes :
Il existe également des systèmes à capacités commutées réalisant
l'opération d'échantillonnage-bloquage...

1

1

Ve 2 V ech

J-B Kammerer 88
CAN-CNA Master MNE 1

Échantillonnage
Circuits échantillonneur-bloqueur
Remarque sur le « mode courant »
Dans les exemples précédent, nous avons supposé que le signal
analogique d'entrée à mémoriser était une tension. C'est la raison pour
laquelle nous avons utilisé une capacité comme élément de stockage.
En « mode courant », il faudrait utiliser une inductance mais cela n'est
pas pensable en technologie intégrée. Cependant, en technologie CMOS
il est possible de concevoir des mémoires de courant avec un transistor.
1 3

Ie I ech
2

J-B Kammerer 89
CAN-CNA Master MNE 1

Plan
● Introduction
● Structures de base
● Échantillonage
● Convertisseurs rapides
● CAN

● CNA

● Convertisseurs à suréchantillonage

J-B Kammerer 90
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
Convertisseurs analogique-numérique
Les systèmes de traitement du signal numériques sont de plus en plus
sophistiqués et de plus en plus rapides. Ainsi, le nombre des opérations
réalisées dans le domaine numérique augmente alors que le nombre des
opérations réalisées dans le domaine analogique diminue.
Les démodulateurs et mélangeurs analogiques tendent à disparaître dans
les systèmes de télécommunication modernes : de plus en plus, le signal
RF est directement numérisé sans traitement analogique préalable.
Les convertisseurs analogique-numérique doivent donc être de plus en
plus rapides et être capables d'opérer à des cadences allant jusqu'à
quelques centaines de MHz.

J-B Kammerer 91
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Interpolation
Le principe de l'interpolation est très simple et peut être mis en oeuvre
avec n'importe quel CAN de base.
L'interpolation consiste à utiliser plusieurs CAN « lents » en parallèle
avec des commandes décalées dans le temps. Ainsi, en utilisant n
convertisseurs effectuant des conversions l'un après l'autre, il est possible
d'obtenir une cadence d'échantillonnage n fois plus élevée

Durée de conversion

CAN 1 t

CAN 2 t

CAN 3 t

CAN 4 t

J-B Kammerer 92
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Interpolation

Avantages :
● Simple à mettre en oeuvre avec n'importe quel convertisseur de base.

Inconvénients :
● La surface occupée (donc le coût) est n fois plus importante.

● Nécessite n échantillonneurs-bloqueurs rapides.

● Nécessite une machine d'état pour synchroniser le fonctionnement des

convertisseurs et pour multiplexer les n sorties de manière à obtenir un


seul flux de données.

J-B Kammerer 93
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Convertisseurs « flash » (parallèle)
Nous avons vu que le plus rapide des convertisseurs analogique-
numérique de base est le convertisseur de type flash. Dans un tel
convertisseur, l'échantillonnage peut être réalisé dans le domaine
analogique à l'aide d'un échantillonneur bloqueur. Néanmoins, lorsque la
fréquence devient élevée, la mise en oeuvre de tels circuits est délicate.
Dans les systèmes rapides, l'échantillonnage est donc le plus souvent
réalisé dans le domaine numérique à l'aide de latch que l'on place entre
les comparateurs et le décodeur.
2n-1
latches

2n-1 entrées
R
n
R 3

R 2

a⋅R 1
Clk
J-B Kammerer 94
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Convertisseurs « half-flash » (série-parallèle)
Une solution à ce problème consiste à répartir l'opération de conversion
sur deux « petits » convertisseurs de n1 et n2 bits plutôt que d'utiliser un
« gros » convertisseurs de n=n1+n2 bits. Un convertisseur s'occupe alors
de réaliser une conversion grossière (n1 bits de poids forts) tandis que
l'autre convertisseur s'occupe de la conversion fine (n2 bits de poids
faible). En effet, un nombre binaire N peut s'écrire de la façon suivante :
n−1 n−2 0
N =a n−1 2 a n−2 2 ...a 0 2
N =2 ⋅ a n−1 2 ...a n 2 a n −1 2
n1 n−1−n1 n−2−n1 0 n1−1 0
a n−2 2 1 1
...a 0 2
N =2 ⋅ a n−1 2 ...a n 2  a n −1 2
n1 n 2 −1 n2 −2 0 n1−1 0
a n−2 2 1 1
...a 0 2
On peut donc dans un premier temps effectuer une conversion sur n2 bits,
calculer le résidu pour finalement effectuer une conversion sur n1 bits de
ce reste... Le calcul du résidu se fait dans le domaine analogique et
nécessite donc un CNA rapide.
J-B Kammerer 95
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Convertisseurs « half-flash » (série-parallèle)
Un convertisseur n2 bits s'occupe de la conversion grossière. Le résultat
numérique ainsi obtenu est converti en une grandeur analogique qui est
retranchée au signal d'entrée. On obtient alors le résidu Vres que l'on
amplifie de manière à avoir un signal de relativement grande amplitude
en entrée du second convertisseur. Généralement, on choisit m=n1=n2=n/2
et le gain de l'amplificateur est fixé à 2m. Ainsi, les deux convertisseurs
flash doivent être identiques ce qui facilite la conception (réutilisation).

Ve CAN CNA V res CAN


2m
m bits m bits m bits

m bits de poids fort m bits de poids faible

J-B Kammerer 96
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Convertisseurs « half-flash » (série-parallèle)
Code binaire de sortie
1100
1011
1010
1001
1000
0111 Ve
0110
0101 V res
0100
0011
0010
0001
0000 Tensions d'entrée

J-B Kammerer 97
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Convertisseurs « half-flash » (série-parallèle)
Il est bien entendu possible de répéter l'opération plusieurs fois...

Ve V res
CAN CNA 1

2m
m bits m bits

m bits de poids fort

CAN CNA V res CAN


2m
2

m bits m bits m bits

m bits m bits de poids faible


J-B Kammerer 98
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Convertisseurs « half-flash » (série-parallèle)

Avantages :
● Surface occupée plus beaucoup plus faible qu'avec un convertisseur

« flash » de même résolution.


● Moins de capacités parasites que dans un convertisseur « flash » de

même résolution.
● Consommation plus faible (car moins de comparateurs) qu'un

convertisseur « flash » de même résolution.

Inconvénients :
● Système relativement complexe.

● La conversion se fait en k coups d'horloges, où k est le nombre d'étages.

● Nécessite des CNA et des amplificateurs opérationnels rapides.

J-B Kammerer 99
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Convertisseurs « half-flash » pipeline
L'inconvénient majeur d'un convertisseur « half-flash » est qu'il ne peut
effectuer qu'une conversion tous les k coups d'horloge. La technique de
pipeline inspirée de ce qui se fait dans les microprocesseurs permet
d'obtenir un échantillon à chaque coup d'horloge mais avec un retard de
k-1 période(s).

Ve CAN CNA V res CAN


2m
E/B
m bits m bits m bits

m bits de poids fort m bits de poids faible

Registre m bits

J-B Kammerer 100


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN - Convertisseurs « half-flash » pipeline

Avantages :
● Surface occupée plus beaucoup plus faible qu'avec un convertisseur

« flash » de même résolution.


● Moins de capacités parasites que dans un convertisseur « flash » de

même résolution.
● Consommation plus faible (car moins de comparateurs) qu'un

convertisseur « flash » de même résolution.


● Une conversion à chaque coups d'horloge

Inconvénients :
● Système relativement complexe.

● Le résultat d'une conversion est obtenue avec k-1 période(s) de retard.

● Nécessite des CNA, des amplificateurs opérationnels et des

échantillonneurs-bloqueurs rapides.

J-B Kammerer 101


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
Convertisseurs numérique-analogique
La bande passante des convertisseurs numérique-analogique est le plus
souvent limitée par les différentes capacités (de grille, de charge,
parasites, …). En effet, lorsque l'on travaille en mode tension, on utilise
des circuits à impédance d'entrée élevée.
Pour augmenter la bande passante, une solution consiste à travailler avec
des circuits à impédance d'entrée faible. On travaille alors en mode
courant, la conversion en tension pouvant se faire à l'aide d'une simple
résistance si besoin est…
Les CNA rapides sont donc généralement conçus à l'aide de sources de
courant commutées.

J-B Kammerer 102


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées
Pour concevoir un CNA rapide, la solution la plus simple consiste à
associer à l'aide d'interrupteurs CMOS des sources de courant pondérées.
Pour un convertisseur n bits, ils faut donc n sources de courant I0, 2I0,
4I0,… et (2n-1)I0.
Is
I s

b0 b1 b2 bn-1
0 1 0 1 0 1 0 1

n−1
I0 2 I0 4 I0 2 I0

J-B Kammerer 103


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées
Avec un tel circuit, le courant Is obtenu en sortie vaut :
I s = b0 2 b1 4 b 2 ...2 n−1 b n−1  I 0
I s = N⋅I 0
et son « complémentaire » vaut :
I s = b0 2 b1 4 b2 ...2 n−1 b n−1
  I0
I s =2n −1 − N ⋅I 0

Le courant total Itot consommé par le convertisseur est constant et vaut :


n
I tot =I s  I s =2 −1⋅I 0

J-B Kammerer 104


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées
Il est très simple de concevoir un jeu de sources de courant pondérées en
technologie CMOS à l'aide de miroirs de courant. En effet, il suffit de
jouer sur les rapport W/L des transistors de sortie :
I0 I0 2 I0 4 I0 Wk k Wb
=2
W0 W1 W2 Lk Lb
L0 L1 L2
Wb
Lb

Néanmoins, à cause des effets parasites (effets canaux courts, diffusion


latérale,…) il est difficile d'appairer les transistors lorsque le nombre de
bits devient élevé. En effet, l'erreur admissible sur le plus fort des
courants doit être inférieure au plus faible c'est-à-dire à I0.

J-B Kammerer 105


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées
Pour améliorer la précision, on utilise donc plus souvent des sources
unitaires que l'on associe par 2, 4, 8,… Dans ce cas, tous les transistors de
sortie sont identiques :
I0 I0 2 I0 4 I0

Wb
Lb

Idéalement, il faut également s'assurer que les tensions drain-source de


tous les transistors soient identiques (modulation de la longueur de canal).
On utilise donc souvent des montages « cascode ».

J-B Kammerer 106


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées
Exemple de réalisation concrète d'un convertisseur 3 bits avec sources de
courants « cascodées » : Is


b0 
b1 
b2
I0

I0 2 I0 4 I0

Wb
Lb

J-B Kammerer 107


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées
Il est également possible d'obtenir les courants pondérés par divisions
successives à l'aide de paires différentielles :
I0
8 V ref 3

I0
4

I0 V ref 2

V ref 1

I0 J-B Kammerer 108


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées

Avantages :
● Rapide

● Mise en oeuvre simple en technologie CMOS

Inconvénients :
● À cause des différences de délais de propagation des n signaux qui

commandent l'ouverture/fermeture des interrupteurs, le signal analogique


reconstitué peut contenir des « glitches ».

J-B Kammerer 109


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées – optimisation

Considérons le CNA 2 bits suivant :

I out
b0 b1

I0
I0 2 I0

J-B Kammerer 110


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées – optimisation

Si les signaux b0 et b1 ne sont pas parfaitement synchronisés, il y a


apparition de « glitches ».

b0 t
b1 t
I out

glitches

J-B Kammerer 111


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées – optimisation

Ce problème de « glitches » peut être partiellement résolu en utilisant un


décodeur associé à 2n-1 sources de courant unitaire au lieu de n sources
de courant pondérées. Le rôle d'un tel décodeur est d'assurer que la
transition entre deux états successifs se fasse par la fermeture ou
l'ouverture d'un seul interrupteur.
I out
c0 c1 c1 c 0 =b0 b1
c 1 =b1
c 2 =b0 ⋅b1
I0
I0 I0 I0

J-B Kammerer 112


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées – optimisation

Cela permet de supprimer les « glitches » mais introduit un retard pur au


moins égal à une période d'horloge. En effet, pour que cela fonctionne, il
faut synchroniser les signaux ci à l'aide de latch...
b0 t
b1 t

c0 t
c1 t
c2 t

I out

t
J-B Kammerer 113
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Sources de courant commutées – optimisation

Néanmoins, la logique combinatoire permettant de générer les signaux ci


peut devenir extrêmement complexe lorsque le nombre de bits devient
élevé. Il faut alors avoir recours à structures matricielles comme, par
exemple, le décodeur « thermomètre ».
c1 c 2 c3
LSB 2 0 ci
1
l1
li
MSB
l2
2 l3 l i1
0

Cependant, à cause des problèmes de synchronisation des signaux de


ligne et de colonne, certains « glitches » persistent. Ces derniers peuvent
être supprimés en ajoutant une latch après chaque porte non-et mais la
surface occupée par le circuit devient alors très grande...
J-B Kammerer 114
CAN-CNA Master MNE 1

Plan
● Introduction
● Structures de base
● Échantillonage
● Convertisseurs rapides
● Convertisseurs à suréchantillonage
● Modulation du bruit de quantification

● CAN Sigma – Delta

● CNA – Filtrage analogique

J-B Kammerer 115


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs à suréchantillonnage
Modulation du bruit de quantification
Rappel : on désigne par « bruit de quantification », le signal pseudo-
aléatoire égal à la différence entre le signal analogique d'entrée et son
approximation par quantification.
Cette erreur inhérente au principe de la numérisation peut être réduite si
l'on utilise un système asservi :

Ve V err Vi
CAN
H(s)
m bits
Vq
CNA
m bits

J-B Kammerer 116


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs à suréchantillonnage
Modulation du bruit de quantification
Dans un tel système asservi, on a :
H  s
V q  s= V  s
1H  s e
1
V err  s= V e  s
1H  s

En particulier, si H(s) est un intégrateur, on trouve :


1
V q  s= V e  s
1s
s
V err  s= V e  s
1s

A basse fréquence, l'erreur de quantification tend vers 0 et le signal


quantifié tend vers le signal analogique d'entrée.

J-B Kammerer 117


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs à suréchantillonnage
Modulation du bruit de quantification
Le signal quantifié ne peut bien entendu pas être strictement égal au
signal d'entrée. En réalité, sa valeur oscillera autour de celle du signal
d'entrée et ce n'est que sa moyenne temporelle qui sera égale à la valeur
du signal d'entrée. L'erreur moyenne quant à elle sera nulle et le bruit de
quantification est rejeté vers les hautes fréquences.

10

Ve
Vi
01
Vq

V err
t
00

J-B Kammerer 118


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs à suréchantillonnage
Modulation du bruit de quantification
Ainsi, en sommant 2k échantillons successifs, on obtient une
approximation de la valeur d'entrée avec une résolution de k bits
supplémentaires. En contre partie, on obtient 2k fois moins d'échantillons,
c'est-à-dire que la fréquence d'échantillonnage effective est divisée par 2k.
0111 0111 0111 k=2
011 100 011 100 011 100 k=1
01 10 10 10 01 10 10 10 01 10 10 10 k=0

J-B Kammerer 119


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs à suréchantillonnage
Modulation du bruit de quantification
Ainsi, en sommant 2k échantillons successifs, on obtient une
approximation de la valeur d'entrée avec une résolution de k bits
supplémentaires. En contrepartie, on obtient 2k fois moins d'échantillons,
c'est-à-dire que la fréquence d'échantillonnage effective est divisée par 2k.

Inversement, si on souhaite numériser un signal à une fréquence f0, avec


une résolution de m bits et en utilisant un CAN n bits et un CNA n bits, il
faut une fréquence d'échantillonnage fech 2m-n fois plus élevée :
m−n
f ech=2 ⋅f 0

J-B Kammerer 120


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs à suréchantillonnage
CAN Sigma – Delta
Le principe que l'on vient de décrire est utilisé dans les convertisseurs
analogique-numérique Sigma – Delta.
Dans ces convertisseurs, le CAN n bits est réduit à sa plus simple
expression, à savoir un comparateur. On utilise donc un CAN 1 bit et un
CNA 1 bit, ces deux entités étant très simple à réaliser. Le différentiateur
et l'intégrateur sont réalisés à l'aide d'amplificateurs opérationnels.

D Q
Ve 
Q

CNA 1 bit

J-B Kammerer 121


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs à suréchantillonnage
CAN Sigma – Delta
Ce type de convertisseur effectue donc une numérisation sur 1 bit à haute
fréquence.
Cependant, on cherche généralement à obtenir une numérisation du signal
sur n bits et on ajoute donc un filtre numérique en sortie dont le rôle est
de réduire le nombre des échantillons tout en augmentant la résolution.
Un tel filtre est appelé « filtre décimateur ».
Ce filtre peut être très simple (sommateur, compteur,...) mais les
meilleurs résultats sont obtenus avec des filtres relativement complexes.

Filtre
Ve D Q


Q
1 bit numérique n bit
f clk f clk
n
2
CNA 1 bit

J-B Kammerer 122


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CAN Sigma – Delta

Avantages :
● Permet d'atteindre des résolutions très élevées allant jusqu'à 20 bits

● Très grande linéarité (dépend essentiellement de la linéarité des

différentiateur et intégrateur).

Inconvénients :
● La fréquence d'échantillonnage doit être très élevée.

● Utilisation limitée aux applications basse-fréquence

À titre d'exemple, pour numériser un signal sur 16 bits à 44,1 kHz (signal
audio d'un CD) il faudrait une horloge à 2,89 Ghz !!!

Rq: le bon compromis consiste probablement à utiliser un CAN et un


CNA rapides sur quelques bits (2, 3, 4, …) pour réduire la fréquence
d'horloge du modulateur Sigma – Delta.
J-B Kammerer 123
CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Filtrage analogique
Le signal analogique obtenu en sortie d'un CNA se présente sous la forme
de « marches » de largeur égale à la période d'échantillonnage. Un tel
signal contient beaucoup d'harmoniques et un filtre de lissage (anti-
aliasing) est nécessaire pour « nettoyer » ce signal.

J-B Kammerer 124


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Filtrage analogique
Le signal analogique produit par un CNA recevant des données au rythme
de fe échantillons par seconde est susceptible de contenir des informations
se situant dans la bande de fréquence allant du continu jusqu'à fe/2 exclu.
Le spectre d'un tel signal est le suivant :
V ech  f 
f
−2 ⋅f e −3 ⋅f e −fe −fe fe fe 3 ⋅f e 2 ⋅f e
2 2 2 2

Aussi, pour lisser les signal en « escalier » on est obligé d'utiliser un filtre
passe-bas très raide et donc difficile à concevoir.

J-B Kammerer 125


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Filtrage analogique
En augmentant d'un facteur K le nombre des échantillons de façon
artificielle à l'aide d'un filtre à interpolation (on calcule des points
intermédiaires) on augmente la fréquence d'échantillonnage sans modifier
le signal utile.

J-B Kammerer 126


CAN-CNA Master MNE 1

Convertisseurs rapides
CNA – Filtrage analogique
En augmentant d'un facteur K le nombre des échantillons de façon
artificielle à l'aide d'un filtre à interpolation (on calcule des points
intermédiaires) on augmente la fréquence d'échantillonnage sans modifier
le signal utile. Le signal interpolé comprend seulement le spectre du
signal original et ses images autour des fréquences Kfe.
V ech  f 
f
−2 ⋅f e −3 ⋅f e −fe −fe fe fe 3 ⋅f e 2 ⋅f e
2 2 2 2

La distance séparant le signal utile se son image modulées la plus proche


est plus grande et le filtrage peut donc se faire plus facilement à l'aide
d'un filtre passe-bas d'ordre faible.

Rq: c'est que qui est fait dans la plupart des lecteurs CD, DVD, MP3, …

J-B Kammerer 127


CAN-CNA Master MNE 1

FIN

J-B Kammerer 128