Vous êtes sur la page 1sur 97
Nettoyage et Désinfection dans les IAA PaulPaulPaulPaul MENUTMENUTMENUTMENUT 1 UMRUMRUMRUMR IATE,IATE,IATE,IATE, 2222

Nettoyage et Désinfection dans les IAA

PaulPaulPaulPaul MENUTMENUTMENUTMENUT

1

UMRUMRUMRUMR IATE,IATE,IATE,IATE, 2222 pl.pl.pl.pl. vialaviala,vialaviala,,, 34060340603406034060 MontpellierMontpellierMontpellierMontpellier –––– Tel.Tel.Tel.Tel. 04040404 99999999 61616161 30303030 18181818 ---- emailemailemailemail :::: paul.paul.menutpaul.paul.menutmenut@menut@@supagro@supagrosupagro.supagro inra.inrainra.inra fr.frfrfr

PLAN

I – Principe

II – Les opérations de N&D

III – Une solution particulière : le NEP

IV – Mesures préventives

V - Conclusions

Quelques définitions :

NettoyerNettoyerNettoyerNettoyer

1)

Décrocher la souillure du support

2)

Disperser la souillure

3)

Empêcher qu’elle ne se re-dépose

…………

On ne tue pas les microorganismes

DésinfecterDésinfecterDésinfecterDésinfecter

Éliminer (momentanément) les microorganismes (n'est efficace que si le nettoyage a été bien fait !!)

On ne nettoie pas

= deux fonctions distinctes

3

Qui est concerné ?

- Les services qualité en charge des démarches qualité, de la mise en place des référentiels IFS, BRC, etc…

- Les services production en charge de la réalisation et de planification des opérations de N&D

- Les services R&D en charge de la réalisation des contrôles microbio

- Les services Travaux neufs en charge de la conception de nouveaux locaux

… et tous les services susceptibles d'intervenir sur site et donc de contaminer !

But

Éliminer les souillures, détruire les micro-organismes

Principe

Action mécanique

+

Action thermique

+

Application de détergents alcalins et/ou acides, désinfectants

I-1 Les Souillures

En IAA, on rencontre 3 types de souillures :

Les souillures minérales : dépôts de matière minérale issus de l’eau utilisée et des fragments de produits

Les souillures organiques : fragments macroscopiques de produits, pouvant renfermer des micro-organismes

Les souillures microbiologiques : accumulation de micro- organismes sur les surfaces Formation de biofilms microbiens adhérents : prolifération de micro-organismes sur des souillures de type organique

I.1.1 - Les souillures minérales et organiques Caractéristiques très différentes => traitements différents

Constituant de la souillure

 

Facilité de

 

Action de la chaleur

 

Solubilité

nettoyage

SUCRES

Dans l’eau

Facile

Caramélisation

 

+

difficile à nettoyer

GRAISSES

En milieu alcalin Insoluble dans l’eau

Difficile

Polymérisation

 

+

difficile à nettoyer

PROTEINES

En milieu alcalin Peu en milieu acide Insolubles dans l’eau

Très difficile

Dénaturation Beaucoup plus difficile à nettoyer

 

SELS MINERAUX MONOVALENTS

Dans l'eau En milieu acide

Facile

-

SELS MINERAUX POLYVALENTS

En milieu acide Insoluble dans l'eau

Difficile

Accélération de l’entartrage

7

I.1.2 - Les souillures microbiologiques (biofilms)

Biofilm = communauté microbienne immobilisée sur une surface et souvent enfouie dans une matrice fibreuse de polymères extracellulaires. Formation en trois étapes :

de polymères extracellulaires. Formation en trois étapes : De nombreux paramètres conditionnent la formation des

De nombreux paramètres conditionnent la formation des biofilms tels que les facteurs liés aux micro-organismes, au support d’adhésion et au milieu d’immersion

Les ateliers de fabrication de produits humides offrent des conditions favorables aux développements microbiens multiples.

Biofilms = source de contamination pour le consommateur (flore pathogène) pour le produit alimentaire (flore saprophyte)

Prévention de la formation des biofilms :

utiliser des surfaces lisses, non poreuses et résistantes à l’usure remplacer les surfaces usées, rayées ou endommagées utiliser des équipements conformes aux règles de conception hygiénique (EHEDG)

I-2 Le Nettoyage

4 Facteurs contrôlant l’efficacité:

- la Température des solutions

- l'Action mécanique = la turbulence

- la Concentration et le type d’agent détergent (cmc)

- le Temps de contact

type d’agent détergent (cmc) - le T emps de contact Critères de choix de l’agent de
type d’agent détergent (cmc) - le T emps de contact Critères de choix de l’agent de
type d’agent détergent (cmc) - le T emps de contact Critères de choix de l’agent de

Critères de choix de l’agent de nettoyage :

- caractéristiques des souillures à enlever (nature chimique, épaisseur, porosité)

- caractéristiques des matériaux à nettoyer (et résistance à la corrosion)

+ autres conditions = facile à éliminer par rinçage, non-toxique, bonne conservation, biodégradable, bon marché, …

10

Mode d’action général des solutions

1 Les détergents alcalins agissent sur les souillures organiques (protéines, etc.) en augmentant leur solubilité et/ou par hydrolyse

2 Les détergents acides permettent la dissolution des souillures minérales (produit alimentaire) et des sels minéraux (formation liée à la dureté de l’eau)

3Les agents tensioactifs permettent d’émulsifier les matières grasses, de solubiliser les matières protéiques,

matières grasses, de solubiliser les matières protéiques, d’accélérer le contact souillure-solution détergente. 11

d’accélérer le contact souillure-solution détergente.

11

Les produits de nettoyage et désinfection

But : déplacer les souillures de la surface vers la solution

détergente.

Le choix des produits de nettoyage est adapté suivant chaque cas.

Composition : agents actifs :

- les détergents alcalins et acides

- les agents tensioactifs

- les agents séquestrants

+ composants auxiliaires :

- les enzymes

- agents anti-mousse

Un agent "inactif" mais essentiel : l'eau

L'eau peut notamment être contaminée par :

- des matières en suspensions

- des ions Fer ou Manganèse (au dessus de 0,3 ppm, risque de dépôts colorés)

- la dureté = sels de calcium ou de magnésium 1 degré hydrotimètrique correspond à 10 mg eq. CaCO 3 / litre d'eau eau très douce : dureté < 5°C eau douce : 5°C < dureté < 15°C eau dure : 25°C < dureté

a) Les détergents alcalins :

bien adaptés pour l’élimination des souillures organiques. L’alcalinité peut être apportée par des bases (soude, potasse, ammoniaque, alcalonamines) et des sels minéraux (carbonates, silicates et phosphates alcalins)

et des sels minéraux (carbonates, silicates et phosphates alcalins) Exemple d’action d’un détergent alcalin 14

Exemple d’action d’un détergent alcalin

b) Les détergents acides :

Utilisés pour l’élimination des composants minéraux des souillures et les dépôts minéraux. Grande variété des produits présents sur le marché (liste positive).

- acides inorganiques = acides forts, corrosifs, irritants, dangereux à hautes concentrations. (exple : acide sulfurique, nitrique, phosphorique, sulphamique)

- acides organiques = souvent naturels, non volatiles, peu toxiques,

dangereux, ou corrosifs (exple : acide acétique, citrique, lactique, formique)

- acides phosphoniques (exple : amino trimethylene phosphonic acid)

c) Les builders :

améliorent les performances des détergents en inactivant les ions responsables de la dureté de l'eau (par précipitation, séquestration, ou échange d'ions). Ce sont souvent des sels minéraux (carbonates, silicates et phosphates aluminosilicates ou zeolites, citrate de sodium).

d) Les agents oxydants :

action oxydante non sélective qui aide à la destruction des souillures difficiles à éliminer.

- Hypochlorite de sodium (NaOCl) (temp. optimale = 40°C)

- Phosphate trisodique chloé (temp. optimale < 45°C)

- Chloramine T, Perborate de sodium, Percarbonate de sodium formulation poudre

- eau oxygénée (temp. optimale = 60°C)

e) Les agents séquestrants et inhibiteurs d’entartrage :

L’efficacité du nettoyage diminue fortement avec la dureté de l’eau (sels de calcium et magnésium dissous). Les séquestrants permettent d’éviter la formation de dépôts minéraux (favorisés par les conditions du nettoyage alcalin). Ils fixent en solution les ions alcalino-terreux et les métaux, ce qui évite leur précipitation ou leur dépôt sur les surfaces. Exemples : polyphosphates et phosphonates, HEDP, DTMP

f)

Les dispersants :

dispersent les sels de calcium et de magnesium. Diminuent la taille des particules Action stoechiometrique.

- acides polyacryliques (1500 < Mn < 4500)

- polyacrylates de sodium (1500 < Mn < 4500)

g) Les agents tensioactifs : substances organiques qui se placent spontanément aux interfaces et modifient leurs propriétés. (aussi appelés agents de

surface ou surfactants)

Ce sont des corps amphiphiles : ils possèdent des groupements polaires et une chaîne hydrocarbonée apolaire (10 à 20 atomes de C)

une chaîne hydrocarbonée apolaire (10 à 20 atomes de C) Classement d’après la nature du groupement
une chaîne hydrocarbonée apolaire (10 à 20 atomes de C) Classement d’après la nature du groupement

Classement d’après la nature du groupement polaire :

- cationiques (ammoniums quaternaires)

- anioniques (fonction carboxylique COO - , sulfonique SO 3 - , sulfurique OSO 3 - )

- non-ioniques,

- amphotères Utilisés pour la formulation des produits de nettoyage afin de leur conférer des propriétés mouillantes, émulsifiantes et dispersantes.

20

h) Les enzymes

h) Les enzymes - hydrolysent les lipides, les glucides, les protéines - action spécifique - produit

- hydrolysent les lipides, les glucides, les protéines

- action spécifique

- produit "naturel"

les lipides, les glucides, les protéines - action spécifique - produit "naturel" Innovation très récente 21

Innovation très récente

I-3 La Désinfection

Schéma général d’action des désinfectant chimiques :

1- altération et franchissement de l’enveloppe cellulaire 2- altération de la membrane cytoplasmique et dysfonction cellulaire 3- altération des constituants cellulaires

L’efficacité des désinfectants vis-à-vis des micro-organismes d’intérêt est déterminé par leur résistance (temps de réduction décimale), la durée d’application des produits et le nombre final de micro-organismes toléré sur la surface.

Micro-organismes d’intérêt = micro-organisme pouvant contaminer, se multiplier ou survivre dans le produit, et nuisible au consommateur ou à la qualité du produit.

Classification en 6 groupes

1 - les halogènes : produits chlorés (large spectre, faible coût), produits iodés. Efficaces, mais peuvent poser des problèmes de corrosion. (eau de Javel = hypochlorite de sodium)

2 - les Oxydes et Peroxydes très actif (eau oxygénée, ozone)

3 - les ammoniums quaternaires : bon pouvoir bactéricide, mais spectre d’activité plus faible que celui des halogènes. Produit non-corrosif.

4 - les aldéhydes comme le formol ou le glutaraldéhyde : bon pouvoir désinfectant, de plus en plus utilisé dans les IAA (spectre plus large quand associé avec n°3).

5 - les alcools (alcool éthylique) : bons désinfectants bactéricides mais pas d’activité sporicide. Utilisés pour la désinfection d’appoint.

6 - les acides : bonne efficacité microbicide.

7 - les biguanides : utilisés comme antiseptique (le chlorexhidrine est le plus connu).

Mode d’action

Produits chlorés : action par oxydation des structures protéiques de la membrane cellulaire des micro-organismes (détruisant sa perméabilité sélective), action sur le cortex de la spore, lui faisant perdre sa capacité de germination.

Acides : action par oxydation des structures protéiques.

Alcools : action par dénaturation des protéines, en présence d’eau (éthanol 70%).

Biguanides : action par modifications de la perméabilité des membranes cellulaires.

Dans la pratique, l’application d’un désinfectant est facilitée par un agent tensioactif

qui favorise le contact entre le produit actif et les micro-organismes à détruire.

Solutions innovantes / Spécifiques :

- Générateurs de vapeurs sèche : provoque un choc thermique localement, Très peu d'eau utilisé adapté pour des interventions ponctuelles sur un site en action, ou sur des appareils qu'on ne souhaite pas démonter.

PLAN

I – Principe

II – Les opérations de N&D

III – Une solution particulière : le NEP

IV – Mesures préventives

V - Conclusions

La méthode retenue pour le nettoyage est fonction :

- du milieu de fabrication (humide ou sec),

- du processus de fabrication (installation ouverte ou fermée)

- des produits à traiter.

2 catégories de méthodes :

les procédures séquentielles, succession d’opérations unitaires définies suivant les besoins et contraintes techniques propres de chaque IAA.

les procédures automatiques, le nettoyage-en-place (NEP), adapté pour les installations comprenant des installations et matériels fermés.

II.1 - Procédures de nettoyage et de désinfection séquentielles

Les procédures séquentielles comportent classiquement 5 phases :

- pré-nettoyage = élimination grossière des souillures par raclage ou courant

d’eau

- nettoyage = élimination des souillures à l’aide d’un produit approprié

- rinçage = élimination de la solution de nettoyage

- désinfection = destruction chimique de la bio-contamination

- rinçage final = élimination de la solution désinfectante résiduelle

Exemple : surfaces ouvertes comme les bandes transporteuses, les surfaces de découpe, les murs, etc.

Méthodes de nettoyage : Procédures séquentielles

A) Élimination des grosses particules : à l'eau froide

B) Application des produits de nettoyage/désinfection 1) Brossage 2) Immersion ou trempage 3) Application de mousse 4) Nettoyage / Rincage Haute Pression

C) Vaporisation de désinfectant dans la pièce

Application des produits de nettoyage : Brossage

Surtout utilisé pour les pièces démontées Avantage : action mécanique importante, ciblée, facilement adaptée au niveau de souillure

- Température < 45°C

- Produit détergent (légèrement moussant) utilisé de 1 à 5%

Risques :

- pour les opérateurs : attention aux produits utilisés

- pour les matériels : attention à la dureté des poils de la brosse (force exercée de 2 à 5 kg/cm 2 )

Application des produits de nettoyage : Immersion ou Trempage

Surtout utilisé pour les pièces types moules, filtres, etc Tend a être remplacé par des tunnels de lavage en continu Toujours très utilisé pour la désinfection

- Température < 80 °C en nettoyage (chauffage par serpentin inox à vapeur),

- Température proche de l'ambiante en désinfection

- Temps de contact très variable : de quelques minutes à plusieurs heures

- Détergent utilisé de 1 à 2%, désinfectant de 0,1 à 1%

- Agitation possible par agitateur ou air comprimé.

Application des produits de nettoyage : Application de mousse

temps de contact élevé ( de l'ordre de 20 min pour un détergent, plusieurs heures pour un désinfectant) Efficacité élevée ! Visualisation des parties traitées Accessibilité des surfaces (plafonds, recoins, etc…) Facile à utiliser Rapide à appliquer (30 à 50 m 2 /min)

-détergents utilisés de 3 à 5% - objectif = mousse fine, aérée, en couche mince

appliquer (30 à 50 m 2 /min) -détergents utilisés de 3 à 5% - objectif =
appliquer (30 à 50 m 2 /min) -détergents utilisés de 3 à 5% - objectif =
appliquer (30 à 50 m 2 /min) -détergents utilisés de 3 à 5% - objectif =

32

Application des produits de nettoyage : Application de mousse

Deux systèmes de production de mousse :

- système Venturi + tamis = lance mousse

- système arrivée d'air sous pression + emulsionneur = canon à mousse

Caractéristiques d'utilisation :

- distance de jet ou portée : 1 à 2m

- débit : 5 à 10 L/min

- diamètre minimum du tuyau souple = 15 mm

- longueur : 7 à 30 m.

2 systèmes : système mobile et centrale mousse

Exemple : centrale mousse, partie utilisateur 34

Exemple : centrale mousse, partie utilisateur

34
34

Application des produits de nettoyage : Nettoyage et Rincage

Haute Pression

Pressions utilisées : 20 à 60 bars Débits utilisés : 1500 à 2400 L/h. Distance buse-objet : 10 à 30 cm

Réglage Pression / Ouverture de la buse 35
Réglage Pression /
Ouverture de la buse
35

-Utilisation de codes couleurs pour éviter le déplacement du matériel (s'inscrit dans une démarche 5S) - Matériel en hauteur pour faciliter son utilisation

déplacement du matériel (s'inscrit dans une démarche 5S) - Matériel en hauteur pour faciliter son utilisation

Exemples d'application

Cas des opérations en milieu humide

Type de produit

Détergents alcalins

en milieu humide Type de produit Détergents alcalins Détergents acides Désinfectants Domaine d’application

Détergents acides

Désinfectants

Domaine d’application

Industrie laitière Industrie de la viande

Fromagerie

Industrie laitière et de la viande

Méthode utilisée

Nettoyage en tunnel Canon à mousse, pulvérisation

(dégraissage, élimination des matières grasses)

Nettoyage en tunnel

(élimination du tartre, des résidus, etc.)

Application de mousse, pulvérisation, par trempage (pièces et ustensiles), par voie aérienne (aérosolisation, brumisation)

En milieu sec : - absence de contraintes microbiologiques car peu d’eau libre (a w

En milieu sec :

- absence de contraintes microbiologiques car peu d’eau libre (a w faible), - si cuisson, peut pratiquement être considérée comme stérilisante (boulangerie, biscuiterie, etc.).

pas de phase de désinfection systématique

Nettoyage simplifié : brossage/soufflage, nettoyage mécanique en autolaveuse ou nettoyage manuel, Désinfection par pulvérisation d’une solution alcoolique (séchage rapide) et désinfection d’ambiance par fumigation.

II.2 – Contrôler le résultat

- contrôle de l'efficacité du rincage : utilisation de bandelettes permettant d'identifier la présence d'agents actifs de nettoyage

- Contrôles visuels

- Analyses microbio

- L'ATPmétrie

la présence d'agents actifs de nettoyage - Contrôles visuels - Analyses microbio - L'ATPmétrie 39
la présence d'agents actifs de nettoyage - Contrôles visuels - Analyses microbio - L'ATPmétrie 39
la présence d'agents actifs de nettoyage - Contrôles visuels - Analyses microbio - L'ATPmétrie 39
la présence d'agents actifs de nettoyage - Contrôles visuels - Analyses microbio - L'ATPmétrie 39
la présence d'agents actifs de nettoyage - Contrôles visuels - Analyses microbio - L'ATPmétrie 39

39

40

II.3 – Risques pour les opérateurs

Les opérations de nettoyages sont la source de nombreux accidents industriels :

- incendies,

- intoxication,

- allergies,

- chutes

de nettoyages sont la source de nombreux accidents industriels : - incendies, - intoxication, - allergies,

41

Sols lisses = risques de chutes (cause le plus grand nombre de jour d'arret maladie

Sols lisses = risques de chutes (cause le plus grand nombre de jour d'arret maladie en IAA)

le plus grand nombre de jour d'arret maladie en IAA) Murs et plafonds lisses = amplification

Murs et plafonds lisses = amplification des bruits

Absence de fenêtre = source de stress

Facteurs favorisant la survenue d'accidents

Solution : les sols anti-dérapant et lavables : ca existe ! Sécurité et Hygiène ne sont pas inconciliables…

42

On observe une forte augmentation des troubles d’irritations oculaires, cutanées et des voies respiratoires

On observe une forte augmentation des troubles d’irritations oculaires, cutanées et des voies respiratoires supérieures avec l’exposition.

Molécules azotées

+

Chlore

=

trichlorure d’azote

(valeur « limite » = 0,5 mg/m 3 )

Il faut :

- adapter les locaux et les équipements dès le stade de la conception.

- salir le moins possible

Le respect de quelques règles simples suffit à réduire les risques :

- Porter des équipements de Protection Individuels,

- Ne pas mélanger les produits entre eux,

- En cas de contact, ne pas se frotter mais rincer abondamment,

- Ne pas viser ses collègues lorsqu’on utilise des fluides sous pressions.

II.4 – Coûts des opérations de Nettoyage & Désinfection

Le coût des opérations de nettoyage au regard de trois objectifs :

- réduire les retours de produits (pour cause de détérioration bactériologique ou de mauvais goût)

- améliorer la qualité du produit fini (s’éloigner du seuil de rejet)

- réduire le prix de revient des opération de nettoyage et désinfection.

En pratique, on cherche plus à comparer deux méthodes qu’à estimer le coût réel.

Éléments à prendre en compte pour évaluer les coûts :

- l’eau

- les produits

- les fluides auxiliaires (électricité, gaz, fuel, vapeur, eau chaude, air comprimé)

- la main d’œuvre

- le matériel (amortissement, maintenance)

- le manque à gagner du fait de l’immobilisation du matériel pendant le nettoyage

- coût du contrôle de la qualité du nettoyage

+ ….

- coût du déclassement de produits pour cause de mauvais nettoyage

- sécurité du personnel (coûts de arrêts de travail, démotivation)

- fiabilité du résultat

- biodégradabilité, coût de traitement des rejets

- risques de corrosion du matériel

Une tendance "lourde" : la sous-traitance

- pour permettre à l'entreprise de se recentrer (se spécialiser) sur son métier de base

- pour répondre à un besoin important à des horaires spécifiques

- pour réduire les coûts

PLAN

I – Principe

II – Les opérations de N&D

III – Une solution particulière : le NEP

IV – Mesures préventives

V - Conclusions

III.1 – Principe

Le NEP ne peut pas s’appliquer aux matériels et surfaces « ouverts » (murs, sols, tapis de convoyage, etc.)

s’applique aux installations en milieu fermé tels que :

- les cuves (e.g. fabrication de la bière)

- les échangeurs thermiques (e.g. pasteurisation du lait)

- les réacteurs

- les canalisations

- etc.

Le NEP consiste à faire s’écouler successivement dans les tuyauteries et les installations (cuves, tanks, etc.) les liquides de pré-lavage, de lavage (plusieurs), de désinfection. La séquence des opérations peut être programmée automatiquement. Il facilite considérablement les opérations et en réduit la durée. Le NEP est réalisé en milieu fermé donc souvent associé a à une procédure SIP (Steam-In-Place) permettant la stérilisation des équipements.

industrie laitière = pionnière dans le développement et la mise en place du nettoyage en place (depuis les années 1960). aujourd’hui = toutes les IAA ont intégré le NEP dans leur procédure de fabrication (boissons, crème glacée, etc.)

Le nettoyage-en-place a pour but d’éliminer les traces de produit, de souillures, de sous-produits de réactions annexes, des précipités calciques par circulation de diverses solutions, sans démontage, ni lavage manuel des installations.

Avantages :

- opérations automatiques

- temps d’arrêt de la production réduit

- coût de travail réduit

- meilleure efficacité du nettoyage

- évite les problèmes et contraintes liés au démontage des équipements

- récupération et ré-utilisation des solvants de nettoyage

Inconvénients :

- Investissements lourds

NEP = combinaison de trois types d'actions

A - Action mécanique - les solutions de nettoyage-désinfection et les liquides de rinçage sont pompés dans les conduits de façon à réaliser une turbulence suffisante (1,5< v <5 m/s) - les cuves (ou tanks) sont nettoyées par la pression d’un jet liquide sur les parois par sprayballs statiques ou dynamiques (6-7 m 3 /h sous 2-2,5 bars)

B - Action thermique

Produit

Température minimale

Température idéale

ALCALIN

65°C

75

à 85°C

ACIDE

55°C

65

à 70°C

=> relation logarithmique entre rapidité du nettoyage et température du produit de nettoyage

C - Action chimique

Produit les plus utilisés

=

acide nitrique et soude diluée

Produit

Concentration

Soude

1 à 2 %

Acide

0,5 à 1,5%

=> la rapidité du nettoyage augmente avec la concentration des produits

III.2 – Technologie NEP

III.2.1 Nettoyage des canalisations Profil des vitesses en régime laminaire :

canalisations Profil des vitesses en régime laminaire : Vitesse en paroi = 0 donc, favorable à
canalisations Profil des vitesses en régime laminaire : Vitesse en paroi = 0 donc, favorable à

Vitesse en paroi = 0 donc, favorable à l’adsorption

Valeur de la contrainte de cisaillement en régime laminaire :

= 0 donc, favorable à l’adsorption Valeur de la contrainte de cisaillement en régime laminaire :

Maximale pour r =R

Modélisation par CFD (Computational Fluids Dynamics) des contraintes en parois

Modélisation par CFD (Computational Fluids Dynamics) des contraintes en parois 55

Une solution émergente : les dispositifs de vidange par racleur.

Une solution émergente : les dispositifs de vidange par racleur. 56
Une solution émergente : les dispositifs de vidange par racleur. 56

56

III.2.2 : Nettoyage des tanks et cuves Types de spray-balls et modèles de pulvérisation :

cuves Types de spray-balls et modèles de pulvérisation : Modèle rotatif avec fente A : positionnement

Modèle rotatif avec fente

et modèles de pulvérisation : Modèle rotatif avec fente A : positionnement de la tête de

A : positionnement de la tête de lavage au centre du réservoir, dans le quart supérieur

B : Toutes les buses laissent une zone non pulvérisée juste

au dessus d’elles

C : la distance haut du réservoir / buse ne doit pas dépasser

¼ du rayon d’action de la buse

D : le film est plus épais sur le bas du réservoir

E : il faut assurer une bonne évacuation du fluide, pour éviter les zones stagnante ou l’impact du jet est réduit, et ou les particules solides s’accumulent

F : la tête doit être dimensionnée en fonction de la distance

buse / coin inférieur le plus éloignée maximale

57

Types de spray-balls et modèles de pulvérisation : têtes de lavage statiques = les plus utilisés !

et modèles de pulvérisation : têtes de lavage statiques = les plus utilisés ! Modèle perforé
et modèles de pulvérisation : têtes de lavage statiques = les plus utilisés ! Modèle perforé
et modèles de pulvérisation : têtes de lavage statiques = les plus utilisés ! Modèle perforé
et modèles de pulvérisation : têtes de lavage statiques = les plus utilisés ! Modèle perforé

Modèle perforé

58

Pulvérisation

Types de spray-balls et modèles de pulvérisation : têtes de lavage rotatives

Types de spray-balls et modèles de pulvérisation : têtes de lavage rotatives 59
Types de spray-balls et modèles de pulvérisation : têtes de lavage rotatives 59
Types de spray-balls et modèles de pulvérisation : têtes de lavage rotatives 59
Types de spray-balls et modèles de pulvérisation : têtes de lavage rotatives 59
60
60
60
60
61
61
61
61

61

62
62
62

62

Exemples : critères de choix d’une buse dans une cuve sphérique

Têtes de lavage fixes, petit débit Têtes de lavage fixes, débit moyen Têtes de lavage
Têtes de lavage fixes,
petit débit
Têtes de lavage fixes,
débit moyen
Têtes de lavage rotatives,
grand débit
63

III.3 Les stations NEP

Rôle d’une station NEP :

Assurer le stockage, le maintien à concentration et à température des différentes solutions (détergents alcalins et/ou acides, mélanges, désinfectants)

Organiser le passage de ces solutions pendant le temps nécessaire et suivant l’ordre prévu.

Assurer la récupération des solutions en fin de cycle

Les solutions de nettoyage peuvent-elles être réutilisées ?

solutions de nettoyage peuvent-elles être réutilisées ? L’émulsion ou la dispersion formée pendant le nettoyage

L’émulsion ou la dispersion formée pendant le nettoyage n’est pas très stable

Séparation des souillures de la solution par différence de densité (ou filtration)

(en pratique => changement des solutions tous les 5-6 cycles)

64

Système simple :

Une nouvelle solution de nettoyage est introduite dans cuve qui doit être nettoyée et est ensuite évacuée vers les égouts.

Système de recyclage :

La solution de nettoyage est recyclée de façon à pouvoir être réutilisée

les égouts. Système de recyclage : La solution de nettoyage est recyclée de façon à pouvoir
65
65

Une centrale de nettoyage en place automatique comprend toujours :

- des bacs pour la préparation, le stockage (et éventuellement la récupération) des différentes solutions,

- des dispositifs d’alimentation et de récupération des solutions entre la centrale et les matériels à nettoyer,

- un tableau de contrôle et de commande relié aux divers dispositifs

Les caractéristiques de ces différentes parties sont à définir en fonction du problème posé (type de l’installation à nettoyer, nombre de cycles de nettoyage à effectuer, etc.)

III.4 Automatisation des stations NEP

III.4.1 - Instrumentation des stations NEP

Chauffage des bacs : interne (serpentin de vapeur, injection directe de vapeur, ou échangeur encastré) ou externe (boucle en recyclage sur le bac avec résistances électriques ou échangeur)

Le choix est guidé par la disponibilité des énergies, le type de station NEP et les économies d’énergie recherchées.

est guidé par la disponibilité des énergies, le type de station NEP et les économies d’énergie
est guidé par la disponibilité des énergies, le type de station NEP et les économies d’énergie

67

Concentration : la conductivité électrique des solutions est proportionnelle à la quantité de produits. Un conductimètre monté en ligne sera utilisé pour faire les ajustages en concentration

Le conductimètre contrôlant la concentration des solutions est une sonde résistive ou une sonde inductive (préférée).

une sonde résistive ou une sonde inductive (préférée). 68 Solution Conductivité   S mS µS Eau
68
68

Solution

Conductivité

 

S

mS

µS

Eau bi-distillée

0,04

Eau du réseau (douce)

0,18

180

Eau du réseau (dure)

0,30

300

1% CaCO3

0,012

12

12 000

1% NaOH

0,0475

47,5

2% NaOH

0,09

90

3% NaOH

0,127

127

Contrôle de niveau : les sondes de niveau assurent le maintien des bacs de la station NEP à leur niveau optimal (chaque bac est équipé de deux sondes : 1 sonde niveau haut, 1 sonde niveau bas)

Contrôle température : pour le contrôle et la régulation de la température des bacs, des sondes de type PT100 sont utilisées (précision 0,5°C, 2 sondes/bac)

Débit d’envoi : des débitmètres électromagnétiques peuvent être installés sur chaque ligne d’envoi pour mesurer le débit d’envoi réel

Un ensemble de capteurs sont implantés sur la NEP pour enregistrer et contrôler tous les paramètres fonctionnels des opérations

Nouveau ! Certaines sociétés développent aujourd'hui des capteurs d'encrassement le nettoyage de demain = nettoyage conditionnel ?

69

70

III.4.2 – Automatisation et Supervision des Opérations

III.4.2 – Automatisation et Supervision des Opérations => Configuration par recettes (cycle de nettoyage

=> Configuration par recettes (cycle de nettoyage automatique)

71

l’avantage essentiel de cette technique est de garantir une qualité standard de nettoyage

La standardisation du NEP automatique est un élément essentiel de l’assurance qualité

Cette technique permet aussi de réaliser des économies importantes en eau, en fluides auxiliaires et en produits de nettoyage. Les différents rejets et les coûts de main-d’œuvre sont réduits.

Le NEP est une solution efficace au problème de nettoyage et désinfection dans les industries agroalimentaire.

III.5 Cycles NEP et Applications dans l'Industrie

 

Industrie laitière

Industrie de la bière

détergent

- tous les alcalins (circuits thermiques)

- équipement de brassage et de fermentation

alcalin

- alcalins chlorés pour les équipements non- thermiques (tank stockage)

- alcalin chlorés pour l’élimination des tannins

détergent

- efficace contre les souillures de sérum

- indispensable pour les équipements devant être nettoyés sous atmosphère CO2

acide

- très important pour le nettoyage des circuits non- thermiques

Exemple :

Procédure de NEP d’une industrie laitière (source B.C. Dairy, 2001)

Pre-wash rinse

Wash cycle

Acid rince

Sanitize cycle

35°-43°C

70°C

35°-43°C

warm or cold

 

10 min 50-80 ppm

5 min

-

100 ppm

100 ppm of active chlorine

pH=10-11.5

pH=3-4

Comments: - 10 min (inadequate contact time chemical/equipment if t < 10 min, soil redeposits if t > 10 min)

- velocity = 2.5 m/s

- pressure = 2.5 bar

- volume = 6 m 3 /h

« Proper CIP cycle ensures milk quality »

74

Les temps de cycle varient en fonction des équipements à nettoyer. Prenons

pour exemple un cycle NEP d’une cuve de lait de 30 m 3 :

Opérations

Température

concentration

Durée

Pré-rinçage

25/30°C

 

2

min

Purge circuits

   

30

s

Nettoyage soude

60/65°C

0.5 à 1 %

6

min

Purge circuits

   

30

s

Rinçage interm.

25/30°C

 

2

min

Purge circuits

   

30

s

Nettoyage acide

50/55°C

0.5 %

4

min

Purge circuits

   

30

s

Rinçage final

10/15°C

 

3

min

Purge circuits

   

30

s

temps total

20-30 min

Autre exemple : NEP sur une installation de stérilisation de potages

1) Rinçage à l'eau 2) Acide 3) Rinçage 4) Soude 5) Rinçage 6) Acide 7) Rinçage 8) Vidange 9) Stérilisation

Exemple : NEP sur une échangeur de chaleur utilisé en brasserie

1) Rinçage 2) Passage de soude 3) Rinçage 4) Neutralisation à l'acide nitrique 5) Rinçage avec mise à l'égout 6) Rinçage avec récupération

Diagramme de Gantt
Diagramme de Gantt

Les opérations de nettoyages doivent êtres planifiées comme toute autre opération de production

Maintenance

Maintenance préventive tous les 3 ou 6 mois des organes de contrôle et d’action du NEP. Les vérifications ci-après seront à faire :

du NEP. Les vérifications ci-après seront à faire : - comparer les températures des sondes PT100

- comparer les températures des sondes PT100 avec celles de thermomètres

- vérifier l’absence de fuites sur les échangeurs et les pompes

- comparer la concentration des solutions par rapport à la valeur lue sur les conductimètres

- vérifier les valeurs des conductimètres retour lors des tirages

- vérifier l’état des joints des vannes

III.6 Dimensionnement d'une station NEP

Il convient de définir le type de station NEP à utiliser, le volume des bacs et le nombre de lignes de production à nettoyer en même temps.

Type de NEP à utiliser :

Atelier (ou petite usine) : NEP compactes multicompartiment (peu encombrante, facile à utiliser, déplaçable). Nettoyage de 1-2 lignes (400 kF)

Usine moyenne : NEP modulaires à plusieurs bacs séparés, car elles possèdent plusieurs lignes d’envoi. Nettoyage de 2-5 lignes (>1 MF)

Volume des bacs :

Le volume des bacs est égal à la somme des volumes morts les plus élevés des équipements affectés à chaque ligne, majoré de 20 % (la longueur des tuyauteries d’envoi et de retour compte beaucoup) NEP compacte 1000 à 3000 litres, NEP modulaire 4000 à 10000 litres.

Intérêt de la solution NEP : quelques exemples …

Exemple 1 :

Brasserie Moss Aktiebryggeri AS : station NEP vs. nettoyage traditionnel (source Norway Industry, Reduce operational costs and the impact on environment, 2001)

But : économie d’énergie, réduction de la consommation de produits et diminution du temps d’arrêt de la production

Résultat :

Économie eau

Économie détergent

Économie énergie

1925 m 3 /an

3450 m 3 /an

300 MWh

Investissement = 200000 FF

Payback time = 10 mois

Exemple 2 :

Réduction de la consommation de produit : Procédure manuelle Vs. NEP

(consommation/jour)

Proc. manuelle

NEP

Eau (m 3 )

177

61

Vapeur (T)

2985

664

Détergent alcalin (l)

172

46

Détergent acide (l)

86

32

(source Pierre Guérin S.A., 2001)

Conclusions – Perspectives NEP

construction d’une usine reconfiguration d’un atelier nouvelle installation process

le service d’ingénierie industrielle doit impérativement penser et définir le NEP

complexité de mise en place => le NEP s’étudie en amont du process (conduits, vannes, etc.)

normes ISO 9000 => enregistrement des paramètres, fiches des cycles NEP (+ de capteurs et d’instrumentation)

faire face à l’évolution rapide des process => NEP fiable et flexible

PLAN

I – Principe

II – Les opérations de N&D

III – Une solution particulière : le NEP

IV – Mesures préventives

V - Conclusions

La "Nettoyabilité" : anticiper le nettoyage dès la conception

a) Conception des équipements

Principes de conception fixés par la directive 89/392/CEE :

Une machine "doit être conçue et construite de manière à éviter des risques d’infection, de maladie et de contagion » :

• Les matériaux en contact des denrées doivent satisfaire aux directives les concernant,

• Surfaces lisses, assemblages évitant les recoins,

• Surfaces en contact avec les denrées facilement nettoyées et désinfectées,

• Possibilité d'écoulement vers l'extérieur pour les liquides de nettoyage

• Éviter l'infiltration de produits liquide, de matière organiques, d’insectes,

• Les produits auxiliaires, type lubrifiants, ne doivent pas pouvoir entrer en contact avec les aliments

85

Nettoyabilité des équipements et conception de nouveaux équipements

Norme EN 1672-2
Norme EN 1672-2

Marque CE obligatoire + 2 marques NF délivrées par l’AFNOR (non obligatoire)

- marque NF ‘‘HSA’’ Hygiène, Sécurité, Aptitude à l’emploi

- marque NF ‘’HA’’ Hygiène Alimentaire

86

Nettoyabilité des matériaux

Nettoyabilité = f (tension de surface, rugosité)

Verre Acier inox Aluminium Caoutchouc Plastique

100

80

70

30

20

b) Conception des ateliers

- Marche en avant (optimise les flux de circulation piétons et engins, réduit les distances parcourues, évite les croisements)

- Accessibilité (modalités d’accès des matériels et personnels affectés aux opérations de nettoyage)

-Démontabilité (aussi facile que possible, si possible réalisable par un seul ouvrier)

- Nettoyabilité (privilégier les surfaces lisses, continues, homogènes et sans recoins, sans fissures ou trous, non absorbante, résistantes mécaniquement, thermiquement, chimiquement, et antidérapantes pour les sols)

- Ranger et vider (extraire des salles concernées le maximum d’éléments)

- Proximité (limiter les déplacements de matériels, de produits et de personnel, la longueur des tuyauteries, etc )

Accessibilité vs sécurité Démontabilité Commandes à l’entrée et à l’extérieur de la salle 89 Proximité

Accessibilité vs sécurité

Démontabilité

Accessibilité vs sécurité Démontabilité Commandes à l’entrée et à l’extérieur de la salle 89 Proximité

Commandes à l’entrée et à l’extérieur de la salle

89
89

Proximité

Accessibilité vs sécurité Démontabilité Commandes à l’entrée et à l’extérieur de la salle 89 Proximité

Implantation des locaux, machines et postes de travail :

- Voies de circulation : allées de circulation extérieures aux zones de travail

- Accès aux structures : installation de plate formes et passerelles pour les interventions régulières

- Locaux de stockage de matériel et produits de nettoyage : accessibles de

l’extérieur et de l’intérieur, à proximité des zones à nettoyer, mais isolés pour des questions de sécurité

- Machines et postes de travail : facilement accessibles

Voies de circulation Caniveaux à grilles amovibles Plateformes favorisant l’accès aux convoyeurs (nettoyage +

Voies de circulation

Voies de circulation Caniveaux à grilles amovibles Plateformes favorisant l’accès aux convoyeurs (nettoyage +

Caniveaux à grilles amovibles

Voies de circulation Caniveaux à grilles amovibles Plateformes favorisant l’accès aux convoyeurs (nettoyage +

Plateformes favorisant l’accès aux convoyeurs (nettoyage + maintenance)

91

Des règles de conception qui s‘appliquent également aux locaux sociaux

Des règles de conception qui s‘appliquent également aux locaux sociaux 92
Des règles de conception qui s‘appliquent également aux locaux sociaux 92
Des règles de conception qui s‘appliquent également aux locaux sociaux 92
Des règles de conception qui s‘appliquent également aux locaux sociaux 92

92

93
93

93

PLAN

I – Principe

II – Les opérations de N&D

III – Une solution particulière : le NEP

IV – Mesures préventives

V - Conclusions

Conclusion

les opérations de nettoyage et de désinfection constituent une étape cruciale du processus de fabrication des produits alimentaires

=> qualité et innocuité des aliments

le nettoyage en place (NEP) est une technique garantissant une qualité standard de nettoyage-désinfection, ainsi que des économies de produit

=> efficacité, économies d’échelle, environnement

la mise en place du NEP doit être pensée et définie en amont du process

complexité, volume des installations

L'usineL'usine agroalimentaireagroalimentaire dede demaindemain :: l'usinel'usine sèchesèche ??

96

96

Sites à découvrir :

http://www.ehedg.fr/