Vous êtes sur la page 1sur 31

modèle de référence OSI de

l'ISO

A. EL FERGOUGUI
historique

 Au début des années 70, chaque constructeur a développé sa


propre solution réseau autour d'architecture et de protocoles
privés (SNA d'IBM, DECnet de DEC, DSA de Bull, TCP/IP du
DoD,...) et il s'est vite avéré qu'il serait impossible
d'interconnecter ces différents réseaux «propriétaires» si une
norme internationale n'était pas établie.
 En 1984, l’ISO (International Standards Organization) met à jour
le modèle de référence OSI (Open System Interconnection).
Depuis lors, ce modèle est devenu un standard international, et
il sert de guide en matière de réseau.

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 2
Définition

 Un système ouvert est un ordinateur, un


terminal, un réseau, n'importe quel
équipement respectant cette norme et donc
apte à échanger des informations avec
d'autres équipements hétérogènes et issus
de constructeurs différents

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 3
Pourquoi un modèle en couche?

 Réduit la complexité
 Standardise les interfaces
 Facilite le développement
modulaire
 Simplifie l’apprentissage

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 4
 Le premier objectif de la norme OSI a été de
définir un modèle de toute architecture de
réseau basé sur un découpage en sept
couches, chacune de ces couches
correspondant à une fonctionnalité
particulière d'un réseau.
 Les couches 1, 2, 3 et 4 sont dites basses
 Les couches 5, 6 et 7 sont dites hautes
 Chaque couche est constituée d'éléments
matériels et logiciels et offre un service à la
couche située immédiatement au-dessus

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 5
Couches / protocoles

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 6
Communication entre couches

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 7
Couche physique

Défini les caractéristiques des médias de


communications
 Physiques

 Electriques

 Optique

 Synchronisation

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 8
Couche liaison de données

 Défini l’organisation logique des données binaires


 Construit la structure des trames ‘frames’

Préambule @D @S Type Data FCS


64 bits 48 bits 48 bits 16 Max 1500 O 32 bits
bits

•Responsable d’une transmission sans


fautes

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 9
Couche réseau

 Responsable de l’adressage des messages


 Traduit les adresses logiques et les noms, en
adresses physiques
 Détermine quel chemin doivent prendre les
données
 S’occupe des problèmes de ‘routing’ et
contrôle la congestion des données

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 10
Couche transport

 Assure que les paquets sont délivrés sans


erreurs, et dans la bonne séquence, sans
perte ou duplication des données
 Il divise les longs messages en plus petit
‘segments appelé paquets’, à la réception il
réassemble les messages originaux

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 11
Couche session

 Permet à deux applications sur des


ordinateurs différents, d’établir, d’utiliser et de
terminer une connexion (session)
 Régule le processus de communication, quel
côté transmet, pour combien de temps.
 Gestion de facturation

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 12
Couche présentation

 Détermine le format utilisé pour échanger les


données entre les ordinateurs
 Traduit le format des données de la couche
‘Application’, en un format intermédiaire
reconnaissable par tous
 Encrypte les données, change ou convertit le
set de caractère, comprime les données

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 13
Couche application

 Fenêtre d’accès au services réseau


 Représente les services qui supportent
directement les applications utilisateurs
 ftp ‘File Transfer Protocol’
 telnet
 http-www ‘World Wide Web’
 smtp ‘Simple Mail Transfer Protocol’
 Etc…

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 14
Couche physique:Définition

 La couche physique fournit les moyens


mécaniques, électriques, fonctionnels et
procéduraux nécessaires à l'activation, au
maintien et à la désactivation des connexions
physiques destinées à la transmission de bits
entre deux entités de liaison de données.
 Exemple Associer 1+3v
0-3v

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 15
Transmission en bande de base

 La transmission en bande de base consiste à


envoyer directement les suite de bits sur le
support à l'aide de signaux carrés constitués par
un courant électrique pouvant prendre 2 valeurs
(5 Volts ou 0 par exemple)
 Exempel 1010 sera représenté:

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 16
suite

 En considérant ce signal g(t) comme périodique (il


suffit de répéter une fois sur [T..2T] le signal donné
sur [0..T] pour obtenir un signal périodique sur
[0..2T]) on peut le décomposer en une série de
Fourier de la forme

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 17
Différents codages en bande de base de la
séquence 0110010

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 18
 le code tout ou rien : c'est le plus simple, un courant
nul code le 0 et un courant positif indique le 1
 le code NRZ (non retour à zéro): pour éviter la
difficulté à obtenir un courant nul, on code le 1 par
un courant positif et le 0 par un courant négatif.
 le code bipolaire : c'est aussi un code tout ou rien
dans lequel le 0 est représenté par un courant nul,
mais ici le 1 est représenté par un courant
alternativement positif ou négatif pour éviter de
maintenir des courants continus.
 le code RZ : le 0 est codé par un courant nul et le 1
par un courant positif qui est annulé au milieu de
l'intervalle de temps prévu pour la transmission d'un
bit.

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 19
 le code Manchester : ici aussi le signal change au
milieu de l'intervalle de temps associé à chaque bit.
Pour coder un 0 le courant sera négatif sur la
première moitié de l'intervalle et positif sur la
deuxième moitié, pour coder un 1, c'est l'inverse.
Autrement dit, au milieu de l'intervalle il y a une
transition de bas en haut pour un 0 et de haut en
bas pour un 1.
 le code Miller : on diminue le nombre de transitions
en effectuant une transition (de haut en bas ou
l'inverse) au milieu de l'intervalle pour coder un 1 et
en n'effectuant pas de transition pour un 0 suivi d'un
1. Une transition est effectuée en fin d'intervalle
pour un 0 suivi d'un autre 0.

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 20
Transmission modulée

 la modulation d'amplitude
 la modulation de fréquence
 la modulation de phase

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 21
Multiplexage

 Le multiplexage consiste à faire transiter sur une


seule et même ligne de liaison, dite voie haute
vitesse, des communications appartenant à
plusieurs paires d'équipements émetteurs et
récepteur.
 Chaque émetteur (resp. récepteur) est raccordé à
un multiplexeur (resp. démultiplexeur) par une
liaison dit voie basse vitesse.

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 22
Voies
MUX Voie haute vitesse
Basse

vitesse

De l ‘autre côté, il faut effectuer l ‘opération inverse c’est à dire à partir des
informations arrivant sur la voie haute vitesse récupère les données des
différents utilisateurs et les envoient sur les bonnes voie: c’est le
Démultiplexeur.

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 23
techniques

 le multiplexage fréquentiel : partage de la


bande passante
 le multiplexage temporel : partage du temps

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 24
Multiplexage fréquentiel

 FDMA Freqency Divison Multiple Access


 Chaque voie basse vitesse possède sa
propre bande passante sur la voie haute
vitesse.

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 25
Canal1

Canal2
Bande de
Largeur de la garde
bande passante
Canal3

Canal4

Canal5

temps

 Ce type de multiplexage est adapté aux


transmissions analogiques.

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 26
Multiplexage temporel:
TMDA Time Division Multiple Access
 Ce type de multiplexage à le même mécanisme que
FDMA mais au lieu de découper la voie haute
vitesse en fréquences distinctes, il découpe le
temps en tranche qui sont affectées régulièrement à
chaque voie basse vitesse.

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 27
Caractéristiques

 Uniquement pour les transmission


numériques
 Plus souple/ adaptatif

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 28
Problème
 Lorsqu’une trame se présente au MUX ( multiplexeur) et que la
tranche de temps qui est affecté à ce terminal n’est pas exactement
à son début.
 il faut mémoriser l’information jusqu’à ce que le bon moment soit
arrivé.
 Le multiplexeur temporel peut être:
 statique
- accès réservé de manière périodique
- un intervalle de temps IT est implicitement et périodiquement
réservé pour chaque canal
-une trame est formée d’IT; un IT au moins pour chacun des canaux
 dynamique
- multiplexeur adaptatif
- le nombre d’IT attribués à chaque canal dépend de la demande
(peut être nul!)

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 29
exercice

Un multiplexeur contrôle 6 terminaux à 1200


b/s et n terminaux à 300 b/s.
Si on utilise une liaison à 9600 b/s quelle est la
valeur max. de n?

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 30
Les supports de transmission

 la paire torsadée :10 base T


 le câble coaxial : 10 base 2, 10 base 5
 la fibre optique : 10 base FL

ISO/OSI A. EL FERGOUGUI 31

Vous aimerez peut-être aussi