Vous êtes sur la page 1sur 17

Lieux p.

2 et 3

zg
za
zd

expositions
Théma - haïti
D'autres histoires que les nôtres
Exposition collective
> DIASPOR' HAÏTI - Erick Loitière

8

> TRANSITION - Thony Bélizaire

9

> KANAVAL - Leah Gordon
> PAYIZAJ - Roberto Stephenson
> LA TERCERA FRONTERA - Leslie Searles

zs

> L'EXIL INTERIEUR ET CHANGO - Guillaume Coadou
> PÈPÈ - Paolo Woods

zf

> NOCTURNES - Josué Azor
> MON BEAU MIROIR - Mackenson Saint-Félix

zj

> MINISTA - Gasner François
> LA MORT DANS LE VAUDOU - Pierre-Michel Jean

zh
zs

7

10
11
12
13
14
15
16
17
18

> PORTRAITS DE BAGNARDS - Léon Collin

19

Soirée de projection

20

IMAGES ET IMAGINAIRES EN AMÉRIQUE DU SUD
Sous la direction de Christian Caujolle

CONFÉRENCES

21

HAÏTI, PARADOXES ET AUTRES HISTOIRES
animées par Giscard Bouchotte & Leah Gordon

Ateliers photo

23

Studio pro
Erick Loitière
Photographiez la rue
Karl Joseph

P

our cette troisième édition des Rencontres Photographiques de Guyane
(déjà !), je remercie l’association " la Tête dans les Images " pour son action
en faveur de la démocratisation de la photographie envers un public
de tous les âges. L’art de la photographie mérite en effet d’être popularisé en
Guyane, compte tenu de la variété de sujets qu’offre notre territoire : patrimoine
historique, gastronomie, faune, flore, carnaval… les sources d’inspiration sont
sans fin. En outre, toute incitation à la découverte de vocations susceptibles
de déboucher sur de véritables opportunités professionnelles en Guyane ou à
l’extérieur doit être encouragée.
Pour cette année, le thème choisi en lien avec la Guyane et ses populations s’est
porté sur Haïti : émouvants, drôles, surprenants, les clichés ont en commun le
sujet qu’ils traitent et la sensation qu’ils inspirent. Je salue le travail de Karl
Joseph, directeur artistique, qui continue inlassablement à sensibiliser un
public encore peu averti à cette forme d’expression et qui réussit parallèlement
à mobiliser des intervenants de qualité, d’ici et d’ailleurs.
Cette programmation a le mérite de toucher à des sentiments qui sont
appréhendés dans toutes les langues et par toutes les communautés. Elle a
également la remarquable qualité de se déployer en plusieurs points de notre
territoire.
A ce titre, elle est en adéquation avec la stratégie de notre schéma régional
de développement culturel. L’établissement public de coopération culturelle
récemment créé par la Région, dédié au développement de la création artistique
guyanaise dans toutes ses formes, vise en effet à la rendre accessible sur
l’ensemble de la Guyane.

mot Du président de la Région guyane

sommaire

La Région participe par ailleurs au financement de la représentation des artistes
locaux dans les festivals nationaux et internationaux afin de leur donner la
visibilité qu’ils méritent et permettre ainsi une valorisation de notre art et de
notre culture au-delà de nos frontières ; les partenariats développés avec les
musées s’inscrivant dans le prolongement de ce soutien.
Je ne doute pas que ces Rencontres Photographiques rencontreront un franc
succès et je ne saurais trop vous inviter à participer à ce grand moment de
rencontres et de partage, en vous laissant plus particulièrement transporter
par l’hommage rendu à Thony Bélizaire, qui a réussi à capturer chaque nuance
des moments marquants de son île natale, avec la sensibilité que d’aucuns lui
connaissent.
Excellentes Rencontres Photographiques à toutes et à tous !

concours photo

24

scolaires

26

Rodolphe Alexandre
Président de la Région Guyane

1

zh

du
rent

t-Lau
Sain

ni

LIEUX d’expos

Maro

u

Kouro

e
yenn tjoly
e Ca
on
ire-M
Rém

zj
zg
Ile d

guyane

ph

se
int Jo

Boulevard Jubelin

elin

de

de Ra

Route

ine

e

ad

c
Ro

o

el
du
Ba

La

ab
nt

de

ban

te

Mo

u
Ro

e

eM
ed
ut
Ro

de la
Route

go
an

Madele

zd

te

u
Ro

l
de

Rue R. Barthélémy

n

RN 1

Rond-point
de Baduel
cade

La Ro

ue

ad
eB

d
te

u
Ro
l

cade

La Ro

Rond-point
du rectorat

Rond-point
Leblond

Route de Rab

an

Du mardi au samedi : 10h - 13h et 15h - 19h

2
Rou
te

du

tigre

Photographie de Thony Bélizaire

Centre Artisanal Bushinenge
(CAB), Kourou

’es
cla
va
g

Rond-point
Mirza

Rond-point
de la Madeleine

Du mardi au samedi : 10h - 13h et 14h - 19h

zj

io

Camp de La Transportation
Saint-Laurent du Maroni

lit

zh

za

Boulevard de la République

bo

Grilles de Guyane 1ère
Rémire-Monjoly

Cimetière

l’a

Dans la région

o

de

Rond-point
Galmot

Chem

nta
b

Rond-point
du petit Monaco

Avenue D’Estrée

rant

in G

Mo

ue

Musée Alexandre Franconie

de

Rue du Dr Barrat

Avenue de la Liberté

Lundi : 10h - 14h et 15h - 18h
Mercredi : 8h - 13h30 et 15h - 18h
Jeudi : 8h - 14h
Vendredi : 8h - 14h et 15h - 18h
Samedi : 9h - 13h30
Nocturne tous les derniers vendredi
du mois : 18h - 21h

zg

Rue Félix Eboué

Rue François Arago

Rue du Lieutenant Becker

Rue Lieutenant Brassé

te

en
Av

zf

Du mardi au samedi : 15h - 21h

Avenue Monnerville

Rou

Jub

Royal Amazonia Hotel & Resort

De Gaulle

Place Rue
Christophe Colomb
Schoelcher

Avenue Voltaire

leva
rd

zd

Rue Lallouette

Avenue du Général

Bou

Place des Palmistes

zs
zf

port

MONT
MONTABO

Avenue Louis Pasteur

Rue du 14 et 22 Juin

zs

x
Vieu

t

zare

te Bu
Poin

Rue Schoelcher

Rue Molé

Du mardi au samedi : 14h - 20h

ntel

Salle d’exposition de L’EnCRe

ers

andi

s Am

te de
Poin

Avenue Léopold Héder

Place
L. Héder

Rue Me

za

is

anço
int Fr

te Sa
Poin

Rue
Fie

Sur L’Île de Cayenne

dm
ond

te Sa
Poin

3

edito

P

orter nos regards sur ceux que nous côtoyons, sur ceux qui vivent ailleurs, similaires
et dissemblables, pour se laisser surprendre… Les Rencontres Photographiques
de Guyane constituent une superbe occasion d’explorer au fil des éditions cet
enchevêtrement de cultures qui composent notre région, afin d’en saisir les facettes,
connues ou inconnues.
Cette année, une thématique s’est imposée naturellement : Haïti !
Pourquoi ? D’une part, de nombreux faits historiques, géographiques ou culturels nous
relient. D’autre part, les Haïtiens constituent l’un des groupes de migrants les plus
conséquents dans une Guyane marquée depuis plusieurs décennies par d’importants
bouleversements démographiques et sociaux. Nous avons donc souhaité élaborer une
programmation éclectique, qui offre des clés de compréhension de la culture haïtienne
contemporaine et des individus qui la font vivre.
Avec « D’autres histoires que les nôtres », dont le commissariat d’exposition a été confié
à Giscard Bouchotte, nous proposerons un panorama détonnant.
Tout d’abord, nous avons demandé à Erick Loitière de nous livrer sa vision de la
communauté haïtienne de Guyane. Il en résulte un portrait esthétique et subtil.
Ensuite, il nous semblait indispensable de rendre hommage à un grand monsieur de la
photographie haïtienne, qui nous a quitté en 2013 : Thony Bélizaire, dont le travail retrace
ici plus de trente ans du difficile parcours d’Haïti après la dictature des Duvalier.
Ensuite, il sera question de mémoire avec les clichés surréalistes d’un mardi gras à
Jacmel, capturés par Leah Gordon, mais aussi de vie, de mort, d’amour et d’humour, avec
Gasner François, Josué Azor, Pierre-Michel Jean et Mackenson Saint-Félix, la jeune garde
des photographes haïtiens. Roberto Stephenson empruntera de son côté des chemins de
traverses, pour nous offrir les paysages poétiques d’Hispaniola, tandis que Paolo Woods
nous contera cinquante ans de relations Nord‐Sud à travers le T-shirt. Puis Guillaume
Coadou nous livrera son regard lumineux sur un pays qui lui a ouvert son cœur et Leslie
Searles nous montrera, avec d’ombrageux noirs et blancs, ces Haïtiens qui chaque année
vont " chercher la vie ..."

Crédit photo : Thony Bélizaire

Pour finir, nous n’avons pas résisté à la formidable opportunité de dévoiler le fonds
inédit du Docteur Léon Collin qui - entre 1906 et 1911 - illustre et relate le quotidien des
bagnards, de leur départ de l'île de Ré jusqu'à la Guyane. Un document exceptionnel.

4

Convaincus que la photographie peut inciter à cette curiosité nécessaire à une meilleure
compréhension de l’autre, nous vous souhaitons donc de belles découvertes !
Karl Joseph
Directeur Artistique des Rencontres Photographiques de Guyane

5

THéMA haïti

D'AUTRES histoires que les nôtres
Exposition collective
Commissaire d’exposition : Giscard Bouchotte
Pourquoi consacrer l’essentiel des Rencontres Photographiques de Guyane
à Haïti, ce petit pays dont nous sommes séparés par un morceau d’Océan
Atlantique ?
Tout d’abord parce que ce festival, au fil des éditions, s’attache à faire découvrir les facettes des diverses cultures qui se côtoient puis se mélangent peu
à peu en Guyane, dans une fusion étonnante de provenances et d’origines
variées.
Ensuite, parce que les Rencontres ancrent depuis leur naissance la programmation proposée dans l’espace américain et caribéen auquel la Guyane
appartient.

Crédit photo : Leah Gordon

Enfin, parce que c’est justement le pays dont provient l’une des communautés les plus importantes à avoir choisi la Guyane comme terre d’adoption.
Une population d’abord en détresse, qui a su émerger dans la société guyanaise et y trouver sa place. Les Rencontres ont donc choisi de croiser les points
de vue sur ce pays cousin sur bien des points, qu’ils soient historiques ou géographiques, malgré sa trajectoire fort différente.

6

Avec la collaboration de Giscard Bouchotte, remarquable commissaire de l’exposition collective sur Haïti et critique d’art haïtien, nous souhaitons proposer
au public les regards singuliers et personnels de plusieurs photographes de
talent sur leur pays. Nous invitons également d’autres photographes, venus
d’ailleurs, à livrer leurs visions sur Haïti et les Haïtiens, pour offrir un panel de
travaux étonnants, parfois émouvants, et toujours propres à nous interroger
sur la provenance et le devenir de ce peuple à l’itinéraire marquant.

7

THONY BELIZAIRE

Plusieurs générations de « Haïtiens » vivent sur le sol guyanais. De fait, ils constituent
désormais une composante essentielle de la population de Guyane. C'est donc avec la
volonté de sublimer cet enracinement que le photographe Erick Loitière a choisi de tirer
le portrait de membres de la communauté haïtienne en Guyane. Le résultat est surprenant, avec une série aux portes du surréalisme. En effet, en privilégiant la surimpression,
une technique qui laisse toute sa place à l'imaginaire, le photographe nous montre comment un lieu n'est pas seulement habité mais habite aussi, finalement, ceux qui y vivent.

"Aucun pays ne sort de la dictature pour accéder à la démocratie du jour au lendemain.
Il doit passer par une période transitoire", explique Thony Belizaire en introduction de
ses clichés, pris sur une période de trente années au service d’une célèbre agence filaire.
C’est à cette radiographie de la transition que nous invite le photographe haïtien, qui
nous a quitté en juillet 2013. Avec des images touchantes, réalistes, bouleversantes parfois, l’exposition retrace ainsi une partie des évènements vécus par les Haïtiens. Une
exposition qui constitue un récit indispensable, un document rare, avec des clichés susceptibles de restituer son histoire à ce pays complexe.

Biographie

Biographie

pilote de ligne. Passionné par la photographie, il réalise en 2007 une série sur les paysages marins, intitulée «

l’île. Il a couvert tous les évènements politiques, sociaux et culturels ainsi que les désastres naturels qui ont

Erick Loitière se destine initialement à une carrière aéronautique, pour laquelle il obtient un diplôme de
Explore ». Ce travail lui vaut une reconnaissance internationale et de nombreuses récompenses. Depuis 2009,
il collabore avec le magazine Créola, sur des campagnes publicitaire de premier plan. Enfin, ses clichés font

8

TRANSITION

Éric loitière

D'autres histoires que les nôtres

Des regards singuliers

La communauté haïtienne de Guyane

D'autres histoires que les nôtres

DIASPOR’HAITI

Correspondant de l’AFP depuis 1987, Thony Bélizaire a été l’un des témoins majeurs de la fragile trajectoire de
marqué le pays depuis 35 ans. Son travail inlassable a profondément influencé la photographie haïtienne, et
tout particulièrement le photojournalisme. Il nous semblait essentiel de rendre un hommage appuyé à ce

régulièrement l’objet de parutions et de publications.

grand monsieur de la photographie.

Une commande de l’association La Tête dans les Images pour Les Rencontres
Photographiques de Guyane.

Cette exposition a été mise en place avec l’aide précieuse de Raoul Peck.

g sur les grilles de GUYANE 1ÈRE Av. Edmard Lama - Rémire Montjoly

a salle d’exposition de l’ENCRE – Cayenne
Du mardi au samedi : 14h – 20h

9

Des regards singuliers

D'autres histoires que les nôtres

Des regards singuliers

D'autres histoires que les nôtres

KANAVAL

PEYIZAJ

LEAH GORDON

ROBERTO STEPHENSON

Avec ce travail, la photographe anglaise nous transporte pendant un mardi gras au
cœur de Jacmel. Pendant 16 ans, Leah Gordon a photographié ces artistes d’un jour, qui
mettent en scène les problèmes sociaux contemporains mais aussi la mémoire haïtienne, les violences, l’esclavagisme et la politique autoritaire. Des histoires ancestrales
et révolutionnaires, des rites vaudous complexes, des satires politiques, des révélations
personnelles, la vie des indiens Taino autochtones, la révolte des esclaves ou encore la
corruption de l'État sont ainsi joués à l’air libre, dans le théâtre que forment pour l’occasion les rues de cette ville côtière au sud de Port au Prince.

Cette série de photographies nous donne à voir le paysage haïtien avec un regard neuf et
poétique, tel qu'en lui-même, ni en dehors ni dévasté.
Haïti, ancienne perle des Antilles, colonie espagnole puis française, avant d’enfin conquérir sa liberté, est dévoilée sous d’autres atours que ceux des renversements politiques ou
des catastrophes naturelles qui l’ont bien trop souvent éreintées. D’est en ouest, du nord
au sud, le photographe semble parcourir le pays à pas doux. Les couleurs délicates et les
lumières apprivoisées par l’objectif subliment des paysages de toute beauté.
L’exposition est aussi enrichie de textes, souvent inédits ou oubliés, comme celui sur la
découverte d'Hispaniola par Christophe Colomb.

Biographie

Leah Gordon est artiste, photographe, et curatrice d’exposition. Elle s’est essentiellement penchée sur les
frontières représentatives entre l'art, la religion, l'anthropologie, le post colonialisme et l'histoire populaire.

Biographie

Né d'un père haïtien et d'une mère italienne, Roberto Stephenson vit à Port au Prince depuis l’an 2000..

Vidéaste, auteure de nombreuses expositions ou installations, son travail a été exposé dans des lieux presti-

Après une formation dans le graphisme en Italie, il travaille pendant 2 ans comme assistant photographe,

gieux : la National Portrait Gallery, à Londres ; le Parc de la Villette, à Paris ; les Rencontres d’Arles ; le Musée

puis il se spécialise dans les photos d'architecture. Talentueux, il collabore avec de nombreux magazines,

d'art contemporain de Sydney ; la Biennale de Dakar…

mais c'est avec son exposition Urban landscape qu'il émerge vraiment dans le monde de la photographie.
Sensible et visionnaire, désireux de révéler ce qui passe inaperçu, Roberto Stephenson revisite visages et paysages pour recréer ce que l'œil ne peut voir.

10

A salle d’exposition de l’ENCRE – Cayenne
Du mardi au samedi : 14h – 20h

d Royal Amazonia Hotel & Resort – Cayenne
Du mardi au samedi : 15h – 21h

11

Des regards singuliers

L’EXIL INTERIEUR ET CHANGO

LESLIE SEARLES

Guillaume Coadou

Péruvienne, la photographe entame son travail à Iñapari, une petite localité isolée à la
frontière amazonienne de son pays avec le Brésil. Dans ce village dépourvu d’infrastructures d’accueil, plus de 250 migrants sont bloqués pendant plus de 4 mois. Pourquoi ? Le
gouvernement brésilien a durci les conditions d’entrées au début de l’année 2012, alerté
par cette vague d’immigration illégale née de circonstances malheureuses.

Réalisées en 2003 puis entre 2004 et 2006, ces deux séries, que le photographe présente
toujours ensemble, révèlent le paradoxe haïtien par le biais de la mise en scène. Il s’agit
d’une approche que Guillaume Coadou affectionne tout particulièrement. Ainsi, avec
la complicité de comédiens professionnels qui sont également ses amis (on retrouve
notamment Édouard Baptiste et Guy Régis Junior), il met en scène ce qui ressemble à la
vraie vie, dans toutes ses dimensions, y compris celle d’une insoutenable violence. Deux
séries qui révèlent tout le respect que le photographe accorde à son sujet et qui dévoilent
sans fard l'environnement dans lequel ces scènes prennent place : Haïti.

Biographie

Leslie Searles est diplômée de l’Université de Lima puis du London College of Communication. Elle s’y spécialise en cinéma puis en photographie. Elle décide après sa formation d’assister aux cours de l’académie Gerrit
Rietveld à Amsterdam puis à ceux du Centre International de Photographie à New York. En 2006, une bourse
lui permet de participer aux " Reflexions Masterclas ". Elle est ensuite sélectionnée pour le prix Photo España

D'autres histoires que les nôtres

Des regards singuliers

D'autres histoires que les nôtres

LA TERCERA FRONTERA

Biographie

Guillaume Coadou construit avec constance une œuvre très personnelle, en vivant sa passion pour Haïti et

Ojo de Pez Human Values puis en 2013 pour l’exposition consacrée aux représentations dans la photographie

pour l’Afrique noire. C’est en 1999, alors qu’il n’a pas encore atteint ses 20 ans, que Guillaume Coadou décide

Latino-Américaine toujours à Photo España.

de partir pour Haïti, qu’il veut voir de ses propres yeux après avoir découvert à la télévision les images du coup
d'État qui y a eu lieu quelques années auparavant. Un voyage qui marque le début d'un aller retour dans les
milieux populaires du pays, sept ans d'aventure et surtout de création.

12

s Place des Palmistes – EXPOSITION EN PLEIN AIR – Cayenne

s Place des Palmistes – EXPOSITION EN PLEIN AIR – Cayenne

13

La jeune photographie haïtienne

NOCTURNES

PAOLO WOODs

JOSUé AZOR

"Pèpè". Tel est le nom usuellement donné aux vêtements de seconde main que l’on
trouve au marché Croix-des-Bossales, à Port-au-Prince. Un marché qui se situe, ironiquement, à l’endroit précis où les esclaves étaient vendus, dans le temps. Aujourd’hui, ce ne
sont plus des hommes, des femmes et des enfants qu’on y reçoit, mais des containers
entiers de T-shirts, de robes, de jeans et de chemisettes. Des vêtements parfois fabriqués en Haïti et qui reviennent au pays parce qu’on estime qu’ils ne conviennent plus
au marché américain… Avec ce travail, le photographe canado-hollandais évoque ainsi
cinquante ans de relations Nord-Sud au travers du T-shirt. Une façon originale et efficace
d’aborder un sujet brûlant !

En 2013, Josué Azor décide d'explorer le monde de la nuit à Port-au-Prince et ses environs.
Une ville qu'on décrit volontiers comme complètement saccagée, avec des quartiers
qu'on croyait fantômes dès six heures du soir, depuis le séisme de 2010. Or "Nocturnes"
révèle tout le contraire. On découvre la vie d'une ville qui ne s'endort pas et qui veille,
vingt-quatre heures sur vingt-quatre, comme toutes les capitales de ce monde ! La série
témoigne ainsi du dynamisme de Port-au-Prince, de ses ambiguïtés, tout en restituant
les propres souvenirs du photographe. Avec ce travail, Josué Azor nous propose de découvrir les noctambules de Port-au-Prince, du côté des hommes.

D'autres histoires que les nôtres

Des regards singuliers

D'autres histoires que les nôtres

Pèpè

Biographie
Biographie

Né en 1998, Jozué Azor vit et travaille à Port-au-Prince. Etudiant en Sciences Administratives, il travaille en

tographie documentaire. Il se concentre depuis sur des projets qui mélangent photographie et journalisme

également avec le Ministère de l'Agriculture. En 2009, il prend conscience de sa passion pour la photographie

Paolo Woods débute en dirigeant un laboratoire et une galerie photo à Florence, avant de se dédier à la phod'investigation. Son travail fait régulièrement l’objet de publications internationales et d’expositions dans de
nombreux pays. Lauréat de récompenses prestigieuses, il a notamment reçu un World Press pour son travail

tant que photoreporter pour une agence d'information sur l'agriculture et le développement rural. Il collabore
et décide d'en faire un outil de travail. En janvier 2011, la fondation FOKAL lui consacre une exposition dans ses
locaux. Depuis, il parcourt le pays pour saisir portraits et paysages, à la poursuite de ses sujets de prédilection.

en Irak, le prix d'Alstom pour le Journalisme, un prix GRIN en Italie...

14

s Place des Palmistes – EXPOSITION EN PLEIN AIR – Cayenne

F musée Alexandre Franconie – Cayenne
Lundi : 10h-14 et 15h-18h / Mercredi : 8h-13h30 et 15h-18h / Jeudi : 8h-14h /
Vendredi : 8h-14h et 15h-18h / Samedi : 9h-13h30
Nocturne tous les derniers vendredi du mois : 18h-21h

15

La jeune photographie haïtienne

minista

MACKENSON SAINT-FELIX

GASNER FRANÇOIS

Série d’exploration avec ces dix autoportraits en noir et blanc, "Mon beau miroir" se déroule dans l'ambiance feutrée d'une intimité partagée. Une chambre. Un miroir. Le sujet.
Puis un visiteur du soir.
Le miroir révèle d'abord le sujet qui se cherche. Et peu à peu, une série d'objets disséminés, insolites, trouble les images proposées : billets verts, lunettes de soleil, photographies de bagnoles au mur, tableaux dans le décor...
D’obscurs objets du désir de la jeunesse qui se fondent et se répondent ? Peut-être.
De l'autre côté du miroir, nous rêvons déjà aux lendemains qui chantent.

Haïti serait-il un pays en guerre ?
C’est la question qui se pose lorsque l’on regarde la série proposée par Gasner François,
qui s’amuse à détourner l’image avec son travail photographique intitulé MINISTA. Il
fait ainsi poser de jeunes amis en costumes de la MINUSTAH, la mission de stabilisation
des Nations Unis en Haïti. Ceux-ci se postent dans la ville, imitant facétieusement les
hommes envoyés par l’ONU et n’hésitant pas à brandir leurs armes de pacotille, comme
s’ils s’apprêtaient à tirer. En arrière plan, les habitants, impassibles, semblent vaquer à
leurs occupations, comme si rien ne perturbait leur quotidien de peuple "qui en a vu
d’autres". A travers ce télescopage, l’auteur interroge la fine frontière entre force d’intervention et d’occupation.

Biographie

Né en 1991, Mackenson Saint-Félix fait des études de psychologie à Port-au-Prince. Sa passion pour la photographe débute à l'âge de 17 ans quand il récupère l'appareil de son oncle pour photographier ses amis et ses
proches. En 2011, il fait partie des vingt jeunes sélectionnés pour suivre les Ateliers Photographiques avec David

D'autres histoires que les nôtres

La jeune photographie haïtienne

D'autres histoires que les nôtres

MON BEAU MIROIR

Biographie

Né en 1986, Gasner Francois est photographe et reporter.

Damoison à Port-au-Prince. Il se fait remarquer par son travail autour de la tomate, révélant son approche

Après des études en journalisme multimédia à Haïti Reporters, il poursuit des études de cinéma à Cine Insti-

humoristique sur la photographie et un regard fantaisiste sur le réel. En 2012, il est Lauréat de la bourse Visa

tute. Il décide de se lancer comme photographe professionnel en 2011 lors de l'atelier photographique animé

pour la Création en Arts visuels de l'Institut français.

par David Damoison. Suite à cela, la fondation FOKAL le soutient pour un stage de trois mois auprès du
photographe Roberto Stephenson. Pour Gasner François, l'appareil photographique, tout comme la caméra,
est un moyen de pouvoir s'exprimer librement.

16

j CEntre artisanal bushinenge – kourou
Du mardi au samedi : 10h-13h et 15h-19h

j CEntre artisanal bushinenge – kourou
Du mardi au samedi : 10h-13h et 15h-19h

17

La jeune photographie haïtienne

D'autres histoires que les nôtres

La mort dans le vaudou
PIERRE-MICHEL jean
Impossible de parler d’Haïti sans évoquer le Vaudou, qui désigne l’ensemble des dieux
et des forces invisibles dont les hommes essaient de se concilier la puissance ou la bienveillance.
Initié depuis 2010, Pierre-Michel Jean nous invite à pénétrer dans un monde qu’on documente rarement de l’intérieur, avec une série photographique qui traite d’une cérémonie
peu connue, qui se déroule lors du départ d’un être cher. Elle fait allusion au " bowoun ",
le rituel mortuaire opéré par les vodouisants lorsqu’un vodouvi (un pratiquant) décède.
On y constate le recueillement, le rassemblement de la communauté... Des fleurs sont
là, des bougies s’allument, formes et contrastes se répondent, dans la douceur d’un noir
et blanc bien structuré.

Portraits de bagnards
LÉON COLLIN
Commissariat d'exposition : Marie Bourdeau, Philippe Collin, Michel Pierre
La ville de Saint-Laurent-le Maroni a récemment acquis des droits sur une collection
d'images des bagnes de Guyane, saisies entre 1906 et 1911 par le docteur Léon Collin.
Son petit- fils, Philippe Collin, a fait cette découverte inattendue en 2012, alors qu’il fouillait dans le grenier de la maison familiale en Saône-et-Loire. Conservés jusqu'alors dans
des boîtes, ces clichés illustrent et relatent le quotidien des bagnards, tout au long du
trajet qui les mène de l’île de Ré au nord de l’Afrique, pour ramasser les prisonniers issus
des colonies du Maghreb et repartir jusqu’à leur lieu d’emprisonnement, en Guyane française ou en Nouvelle Calédonie. Un témoignage extraordinaire, qui montre les forçats
comme on ne les avait jamais vus !

Biographie

Biographie

2011, il est sélectionné pour Haïti Reporters. Il gagne le « Concours de la meilleure photo du carnaval » en

accompagner le transport des prisonniers. Scandalisé par le traitement infligé à ces derniers, il décide d'en

Né en 1986, Pierre-Michel Jean découvre la photographie dans le cadre de ses cours universitaires. En avril
2012. Pierre-Michel Jean se définit comme un éclectique, citant Cartier Bresson ou Man Ray. Il ne veut pas
figer sa photographie dans une catégorie. Ni réaliste ni abstrait, c'est la subjectivité de l'acte photographique
qui l’interpelle. C'est pour cela que toutes les expressions visuelles l'intéressent, de manière à conjurer le réel.

Au début du XXe siècle, Léon Collin est médecin des troupes coloniales. À 26 ans, il embarque sur le Loire pour
témoigner en utilisant l'une de ses passions : la photographie. Pendant cinq ans, il saisit le quotidien de ces
hommes condamnés à la double peine. Anonymement, il diffusera plusieurs fois ses images dans le Petit
Journal illustré pour dénoncer leurs conditions de détention.

Fonds photographique - Saint-Laurent du Maroni

18

j CEntre artisanal bushinenge – kourou
Du mardi au samedi : 10h-13h et 15h-19h

h Camp de la Transportation - Saint-Laurent du Maroni
Du mardi au samedi : 10h - 13h et 14h - 19h

19

CONFÉRENCES

Crédit photo : Pedro David

SAMEDI 08 NOVEMBRE – Amphithéâtre de l'ESPE (ex IUFM) à 15h
Campus de Troubiran - Université de Guyane - Cayenne [Entrée Libre]

Images et imaginaires
en Amérique du sud
soirée de projection
Vendredi 07 novembre – Place des Palmistes à 20h30 [Entrée Libre]

Sous la direction de Christian Caujolle
Lors de cette soirée en plein air, qui aura lieu sur la place des Palmistes, Christian Caujolle
nous mènera sur les chemins d’une photographie qui a su prendre son envol et offre
actuellement une grande diversité de points de vue, de techniques et d’imaginaires.
Documentaire, artistique, elle joue avec les codes et sait se faire surréaliste ou au
contraire, calquée sur une réalité sociale parfois difficile. A travers une sélection éclectique, la projection, montée par un professionnel et mise en musique, saura capter votre
attention, que vous soyez connaisseurs ou que vous ne vous soyez jamais intéressé à
cette discipline.
Cette soirée se concentrera exclusivement sur Haïti et l’Amérique Latine et mettra en
lumière de nombreux thèmes auxquels nous pouvons tous être sensibles, parce qu’ils
sont universels et parce que nous vivons également sur ce continent. Cette soirée se veut
un moment festif et détendu, simple d’accès, mais qui présente néanmoins des clichés
d’une grande qualité.

20

Cette année, nous avons choisi de vous proposer une double conférence. Gratuite et
ouverte à tous, elle sera animée par Giscard Bouchotte et Leah Gordon et abordera Haïti
sous l’angle de la photographie, comme révélatrice des paradoxes et des forces de ce
lieu contrasté.

CONFÉRENCES

SOIRÉE DE PROJECTION

Haïti, paradoxes et autres histoires

Vodou, Politique et Révolution
dans les rues de Haïti Par Leah Gordon
L'histoire d'Haïti est rejouée à travers les masques, les costumes et les récits du carnaval
de Jacmel, une ville côtière dans le sud d'Haïti. Pendant 16 ans, Leah Gordon y a capté les
personnes, les masques et les costumes du carnaval sur un Rolleicord vieux de 50 ans.
Durant des moments plus calmes, elle a revu les artistes du carnaval et recueilli les récits
derrière les masques. Ce sont des histoires de mémoires ancestrales et révolutionnaires,
de rituels vaudous complexes, de satire politique et révélations personnelles, toutes
jouées avec l'aide de la dramaturgie et des costumes.
Leah Gordon discutera donc du singulier carnaval de Jacmel dans le contexte de la
culture populaire haïtienne, des significations historiques des costumes et du théâtre
de la rue. Elle abordera aussi sa pratique et l'esthétique de son travail de photographe
occidentale qui cherche à saisir la culture haïtienne.

HAÏTI AU COEUR DES PARADOXES Par Giscard Bouchotte
"A partir de la phrase de Lionel Trouillot ("On ne photographie pas un pays"), poète et
écrivain haïtien, j'aimerais revenir sur l'origine de quelques clichés réducteurs sur Haïti
(pauvreté endémique, instabilité politique, insécurité chronique, peuple d'artistes etc..). Un
pays qui nous offre, à nous Haïtiens, une telle diversité de situations, de territoires et de
paradoxes que j'en apprends tous les jours. Longtemps, la production d'images sur Haïti,
donc de la fabrication de l'imaginaire du monde sur le pays, a été le fait de photographes
étrangers à Haïti et qui ne vivaient pas son histoire au quotidien. Depuis quelques années,
de jeunes photographes haïtiens ont commencé à fabriquer eux-mêmes leurs images plutôt que de consommer celles qu'on leur renvoie.
Mais est-ce à dire que l'histoire est meilleure ?"

21

Avec erick loitière
Quel type de matériel utilise-t-on dans un studio photo professionnel ?
Comment utiliser la lumière, sublimer vos sujets, faire poser vos modèles ?
Durant cet atelier de 3 jours, vous découvrirez le matériel d'un studio photographique
professionnel et apprendrez à l'utiliser avec le photographe.

ateliers

studio pro

Ainsi vous pourrez ...
... vous familiariser avec l'équipement et le fonctionnement d'un studio photo.
... utiliser un flash de studio, notamment le réglage de la puissance du générateur.
... tester les différentes techniques d'éclairage.
... créer vos lumières en fonction de votre sujet, du fond et de l'effet recherché.
... utiliser différents accessoires pro : boîte à lumière, nid d'abeille, parapluies.
Les samedis 15, 23 et 29 novembre
3 jours / Tarif : 120 €
Nombre de participants : 6
Public : débutant / avancé
Chaque élève devra être équipé d’un appareil photo numérique de type Bridge ou Réflex
numérique.

Photographiez la rue
Avec Karl joseph
Durant 3 jours, vous serez initié aux bases techniques et esthétiques de la photographie
de rue afin de construire et structurer une narration photographique. Portrait, reportage,
editing … tous ces aspects de la photographie seront envisagés.
L'objectif de ce stage sera d'apprendre à oser photographier la rue mais aussi d'améliorer
la qualité de vos prises de vues et votre connaissance du matériel photographique.

Crédit photo : Leslie Searles

Le 11 novembre (férié), et le week-end du 15 et 16 novembre
3 jours / Tarif : 120 €
Nombre de participants : 10
Public : débutant / avancé

22

Chaque élève devra être équipé d’un appareil photo numérique de type Bridge ou Réflex
numérique.
Inscription sur : www.rencontresphotographiquesdeguyane.com

23

concours

MONTRE-NOUS TA GUYANE
concours photo
Envoyez votre cliché numérique ou numérisé jusqu'au 2 novembre 2014 !

La Guyane, région à nulle autre pareille…
Vous la connaissez, vous y vivez, vous y avez vécu ? Montrez-nous, avec un
de vos clichés, ce qui la caractérise selon vous !
Ce concours photographique cible tous les amateurs de photographie, dès leur entrée au
collège. Et ceux qui en sont sortis depuis longtemps sont également invités à participer !
Pour cela, il suffit de connaître la Guyane (parce que vous y vivez, y avez vécu, l’avez visité,
en êtes amoureux !) Nous vous demandons simplement de l’illustrer avec la photographie qui vous semble la plus évocatrice !
A travers elle, montrez-nous ce qui, selon vous, fonde la spécificité de la Guyane et
laissez libre cours à votre imagination ! Qu’il s’agisse de réunions familiales en carbet,
d’arbres géants, de forêts de boites aux lettres, de carnaval, de tortues luth, d’abattis, de
plats appétissants… Avec votre cliché, racontez ce qui évoque l’âme de cette terre caraïbe
à nulle autre pareille…

Les dotations
• Le premier prix ( réservé aux majeurs )
Un aller-retour Cayenne/Paris ou Paris/Cayenne avec Air Caraïbes.
• Le premier prix spécial jeunes ( à partir de 13 ans )
Ce prix, dédié aux jeunes de moins de 18 ans, sera décerné pour récompenser un coup de
cœur du jury dans cette tranche d’âge particulière.
Le prix ? Un appareil photo numérique.
• Le second et le troisième prix ( accessible à tous les participants )
Une place dans l’atelier photographique mené par Erick Loitière ou Karl Joseph pendant
le festival.

Les résultats
Ils seront annoncés au début de la soirée de projection sur la photographie d’Amérique
du Sud, qui a lieu le 7 novembre à 20h30 sur la Place des Palmistes.

24

Les modalités de participation et le règlement sont accessibles sur la page facebook des
Rencontres Photographiques de Guyane : www.facebook.com/RencontresPhotographiquesDeGuyane/

25

scolaires

INTERVENTIONS et visites guidées
SCOLAIRES
Cette année, les Rencontres Photographiques de Guyane s’adressent aux scolaires pour
devenir un véritable lieu de découverte et d’apprentissage pour les élèves de Guyane !
L’œuvre d’art ne peut pas toujours, par sa seule présence, susciter l’intérêt et l’émotion.
Pour se construire, le regard a besoin d’une initiation aux codes esthétiques. Mais pas
seulement ! La lecture de l’image se nourrit également de la compréhension des médias
et des modes de transmission de l’information. En organisant des interventions dans les
classes et des visites guidées à destination des scolaires, les Rencontres Photographiques
de Guyane souhaitent encourager la curiosité de l’élève, sa réflexion sur le monde et
sur les moyens d’en exprimer les facettes, mais aussi l’aider à formuler des questions, à
interroger l’inconnu…
• Interventions dans les classes
Du 06 au 10 novembre, quelques rencontres exceptionnelles avec les invités du festival
sont offertes aux classes de Cayenne. Une proposition qui saura séduire tous les élèves,
artistes en herbe en tête !
• Visites guidées
Des parcours pédagogiques d’une heure ont été organisés pour accueillir gratuitement
les classes et leur permettre de découvrir, à partir du collège, diverses expositions.
Cayenne : "Interroger l’histoire" autour des expositions de Thony Belizaire et Leah Gordon, « Une autre réalité » avec les travaux de Paolo Woods, Leslie Searles et Guillaume
Coadou.
Kourou : "La jeunesse a fort à dire" avec les clichés des jeunes photographes Mackenson
Saint-Félix, Gasner François et Pierre-Michel Jean.
Saint-Laurent du Maroni : "Portraits de Bagnards", avec le témoignage exceptionnel de
Léon Collin.

26

Pour organiser une visite guidée :
- Cayenne et Kourou
N’hésitez pas à consulter le site www.rencontresphotographiquesdeguyane.com section
« Scolaires ». Vous pouvez aussi contacter la Tête dans les Images, organisatrice des Rencontres Photographiques de Guyane : latetedanslesimagesguyane@gmail.com
- Saint-Laurent du Maroni
Contactez le service patrimoine de la ville de Saint-Laurent du Maroni :
patrimoineslm@gmail.com – 0694 20 41 24
Possibilité de coupler la visite de l’exposition photographique avec une visite
du Camp de la Transportation

S'IMPLIQUER
LES RENCONTRES PHOTOGRAPHIQUES DE
GUYANE ONT BESOIN DE VOUS !!!
Vous aimez la photographie, les initiatives culturelles gratuites, vous avez envie de
participer à un festival ouvert sur la Guyane et sur le monde, vous appréciez de rencontrer du monde et surtout, vous êtes prêt à donner un peu de votre temps et de votre
énergie pour cette belle aventure ?
Si cela vous tente, écrivez nous à : latetedanslesimagesguyane@gmail.com
en indiquant votre prénom et votre nom, votre numéro de téléphone, votre mail et
rejoignez-nous !
• En tant que bénévoles
Entrez au cœur du festival en participant à sa mise en œuvre !
Écrivez-nous, nous vous répondrons très vite.
Nous serions très heureux de bénéficier de votre bonne volonté pour quelques heures,
quelques jours ou plus. Devant l’ampleur de la tâche, un coup de main serait vivement
apprécié !
• EN TANT QUE STAGIAIRES
Avant, pendant et parfois même après le festival, nous recherchons des stagiaires pour
différents rôles. Si vous souhaitez vous impliquer dans ce type d’initiative, contacteznous !
• DEVENEZ MEMBRE DE L’ASSOCIATION LA TÊTE DANS LES IMAGES
(Organisatrice des Rencontres Photographiques de Guyane)
Grâce à une participation financière minime, vous participez à la démocratisation
de l’accès à la culture en soutenant nos projets.
Tarif normal : 15 €
Tarif réduit : 7 € (Demandeurs d’emploi, étudiants, bénéficiaires du R.S.A)
Adhésion valable 1 an
A bientôt peut être ?

www.rencontresphotographiquesdeguyane.com

27

Agenda du week- end d’ouverture

Agenda d'ouverture
Jeudi 06 novembre - ouverture officielle

19h > Soirée d'ouverture du festival
Vernissage de "Kanaval" de Leah Gordon et " Transition" de Thony Bélizaire
> Salle d’exposition de L’EnCRe - Cayenne

vendredi 07 Novembre

17h > Vernissage de l’exposition
"Nocturnes" de Josué Azor
> Musée Alexandre Franconie - Cayenne
18h > Vernissage de l’exposition
"PORTRAITS DE BAGNARDS" de Léon Collin
> Camp de la Transportation - Saint-Laurent du Maroni

Qui sommes-nous ?
L'ASSOCIATION LA TÊTE DANS LES IMAGES
Créée en 2012, l'association loi 1901 LA TÊTE DANS LES IMAGES soutient la réalisation
des Rencontres Photographiques de Guyane et œuvre à la diffusion de la création
photographique en Guyane.

Michelle Edwige
Présidente de l’association
La Tête dans les Images

Juliette Guaveïa
Coordinatrice de l'association
La Tête dans les Images

Elisabeth Lama
Directrice du festival

Céline Pévrier
Chargée des relations presse

Muriel Guaveïa
Directrice du festival

Géraldine Jaffrelot
Graphiste supports de communication

Karl Joseph
Directeur artistique du festival

Caroline Thiébault
Graphiste catalogue d’exposition

17h30 > Vernissage de l’exposition
"Diaspor'Haïti" de Erick Loitière
> Mairie de Rémire-Montjoly

Giscard Bouchotte
Commissaire de l'exposition
"D'autres histoires que les nôtres"

Paul Fernandez
Régisseur général

20h > Vernissage de l’exposition
"Peyizaj" de Roberto Stephenson
> Royal Amazonia Hotel & Resort - Cayenne

Christian Caujolle
Conseiller artistique

20h30 > Soirée de projection avec Christian Caujolle
"Images et Imaginaires" sur la photographie d’Amérique du Sud
> Place des Palmistes - Cayenne

samedi 08 novembre

15h > Conférences, animées par Giscard Bouchotte et Leah Gordon
"Haïti, paradoxes et autres histoires"
> Amphithéatre de l'ESPE (ex IUFM), Université de Guyane - Cayenne

Dimanche 09 novembre

28

l'équipe du festival

18h > Vernissage des expositions
"MON BEAU MIROIR" de Mackenson Saint-Félix
"MINISTA" de Gasner François
"LA MORT DANS LE VAUDOU" de Pierre-Michel Jean
> Centre Artisanal Bushinenge - Kourou

Xavier Fricodet
Consultant historique

Les rencontres photographiques sont Organisées par :

Photographie de couverture : Leah Gordon - Conception graphique : Géraldine Jaffrelot - Imprimé par Intercom

Avec le soutien de :

www.rencontresphotographiquesdeguyane.com

Centres d'intérêt liés