19/09/2013

IRL Lambion Bioetchnologie, Dr HAGUES Guillaume (C)

GÉNÉTIQUE
Mr HAGUES (PhD)
BA 2 & 3 de biotechnologie
Année 2013-2014

1

19/09/2013

IRL Lambion Bioetchnologie, Dr HAGUES Guillaume (C)

2

Objectifs du cours de génétique
A la fin du cours, vous serez capable :
• d’expliciter les modalités de division cellulaire chez les eucaryotes
(mitose et méiose) ;
• de décrire la structure et de relever les indices d’identification des
chromosomes eucaryotes ;
• de déceler les anomalies de structure et/ou de nombre sur un
caryotype humain ;
• d’expliquer la structure et la régulation d’opérons procaryotes ;
• de décrire les modalités de la mutagenèse dirigée génique et
chromosomique ;
• d’élaborer un crible de sélection valorisable dans un cadre de
mutagenèse précis ;
• d'utiliser les concepts de base relatifs à la génétique de Mendel ;
• d’analyser les lois de Mendel grâce à la résolution de problèmes de
monohybridisme et de polyhybridisme ;

19/09/2013

IRL Lambion Bioetchnologie, Dr HAGUES Guillaume (C)

3

Plan simplifié du cours (1/2)
• La génétique Mendélienne et la transmission de divers

phénotypes
• Les lois de Mendel
• Problèmes de mono- et di-hybridisme
• Modes de transmission et génétique médicale

• La transmission conforme de l’information génétique
• Les supports de l’information génétique (rappel)
• La réplication de l’ADN (rappel)
• La mitose (aspects cytogénétiques)
• La transmission intergénérationnelle de l’information

génétique
• La méiose (aspects biochimiques et cytogénétiques)
• Mécanismes moléculaires du brassage des caractères

Dr HAGUES Guillaume (C) Plan simplifié du cours (2/2) • L’analyse cytogénétique du génome humain • Caryotype normal • Anomalie du nombre et de la structure • Les principales pathologies d’origine génétique • L’expression du génome • Transcription et traduction (rappel ) • Régulation de l’expression (opéron procaryote) • Les mutations • Les mutations • La mutagénèse • Adaptations phénotypique et génotypique 4 .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

les races animales. séquençage…) . les croisements.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 5 Contexte historique • Génétique empirique animale et végétale: • La sélection. les variétés de plantes • Mendel (1865) • Pratique des croisements précis et analyse quantitativement la transmission des caractères • Modélise la transmission de l’hérédité chez Pisum Sativum • Roux (1883) • Chromosomes = porteurs de l’hérédité • Morgan (Nobel 1933) • Associe la notion de gène à des parties discrètes des chromosomes • Cartographie génétique (Drosophile) • Avery (1944) • ADN = support de information génétique (auparavant considéré comme trop simple chimiquement) • Watson & Crick (1953) • Structure de l’ADN en double hélice de polynucléotides complémentaires puis Crick (60’s) : Le code génétique • Années 70: • Développement de outils de biologie moléculaire (clonage.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. on parle alors de codominance . Dr HAGUES Guillaume (C) 6 Génétique Mendélienne • Voir glossaire à connaitre pour les cours suivants • glossaire génétique mendelienne.RTF • Étude de la transmission des caractères / gènes au fil des générations • Notamment des anomalies génétiques pathogènes • Phénotype observable et génotype analysable • Caractères monogéniques ou polygéniques • Dominance des allèles: • Si un organisme est hétérozygote pour un gène spécifique • L’allèle dominant s'exprimera phénotypiquement • L’allèle récessif ne se manifestera pas • Si 2 allèles s'expriment simultanément.

• Pollinisation croisée expérimentale. analyse quantitative et modélisation… • Modèle : le petit pois (Pisum Sativum): • Autopollinisation spontanée. • Choix de 7 caractères existants sous formes de 2 phénotypes différents • Travaille sur des lignées pures ne différant que par un caractère • Lignée pure pour lui: (auto)pollinisation entre ses membres ne donne pas de variation • Fleurs rouges versus blanches ou pois lisses /vs ridés • Plusieurs expériences qui mènent à 3 lois majeures de la génétique . après Mendel: hérédité « particulaire » • Un caractère = une particule = un gène • Très moderne • Dans choix du modèle. Dr HAGUES Guillaume (C) 7 Expériences de Mendel • Avant Mendel: notion de simple mélange.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. observation.

• le locus du gène correspondant étant homozygote (lignée pure). Dr HAGUES Guillaume (C) 8 Loi d'uniformité Loi d'uniformité des hybrides de première génération : • « Aucune forme intermédiaire n'apparaît en F1 quand les parents sont de souches pures » • Le concept de l'hérédité par mélange est réfuté • Création de la notion de dominance/récessivité • Si on croise 2 individus d'une espèce (Génération P = parentale). qui se distinguent par un trait particulier. • On obtiendra des descendants hétérozygotes (Génération F1 = hybrides de 1ère génération) • avec le même phénotype pour tous (le phénotype dominant) .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

[R] : Red ou [W] / [r] ou [W+] / [ W.] • [ W ] ♂ x [ R ] ♀ (ou réciproque: [ W ] ♀ x [ R ] ♂) • [W]x[R] génération P (parentale) • [ R ] génération F1 (hybride de 1e génération) • Conclusion: • Pas de simple mélange (R + W ne donne pas rose) • Le phénotype qui s’exprime correspond à l’allèle dominant (vs récessif) . Dr HAGUES Guillaume (C) 9 Uniformité des hybrides F1 • Génération parentale: notation des phénotypes: • [W] : White.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

Un gamète ne contient qu'un facteur de chaque caractère.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. » • Support des caractères: les gènes • Deux ou plusieurs versions du gène: les allèles • La moitié des gamètes porte un allèle et l’autre moitié porte l’autre allèle. • Explication des phénotypes de F1 en fonction des génotypes M N . Dr HAGUES Guillaume (C) 10 Loi de disjonction Ou loi de pureté des gamètes : • « Les facteurs héréditaires se séparent dans les gamètes.

• Si croise les individus hétérozygotes de la génération F1 entre eux.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. (dominance incomplète ou codominance) . on obtient la génération F2 • On retrouve les traits de P dans une proportion de 3:1 (dominance complète) • Ou • les traits de P et F1 dans une proportion de 1:2:1. Dr HAGUES Guillaume (C) 11 Loi de disjonction (en F2) • La loi s’applique à chaque génération successive indépendamment des générations précédentes • La moitié des gamètes porte un allèle et l’autre moitié porte l’autre allèle.

Dr HAGUES Guillaume (C) 12 Loi de disjonction (en F2) • Analyse de la couleur des fleurs.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. (dominance complète): • Autopollinisation des fleurs F1 (rouges) précédemment obtenues: • [R]x[R] génération F1 • ¼[W]+¾[R] génération F2 • Rapport phénotypes: 3 pour 1 ou ¾ vs ¼ • Génotypes (voir + loin tableau gamètes) • (RR) x (WW) génération P • 100 % (RW) génération F1 • ¼ (RR) + ½ (RW) + ¼ (WW) génération F2 • R est l’allèle dominant et prime sur W qui est récessif .

F2 1/3 [ Y ] + 2/3 [ Y&g ] gén. g: vert (Y est dominant) • [ Y ] génération F1 • [ Y ] x [ Y ] génération F1 (comme fleurs) •¾[Y]+¼[g] [g]x[g] gén. F3 génération F2 [ Y ] x [ Y ] gén. F3 . F2 100% [ g ] gén. Dr HAGUES Guillaume (C) 13 2e expérience de Mendel sur la disjonction • Caractères étudiés : couleur des pois • [ Y ] x [ g ] génération P Y: jaune.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 14 1e loi de Mendel (synthèse en F3) • Phénotypes en F2: • ¼ [ g ] donc identique à lignée pure parental g(P) • ¾ [ Y ] parmi lesquels 2 génotypes: • 1/3 identiques à lignée pure Y(P) et 2/3 identiques à Y(F1) • Donc génotypes en F2: • ¼ identiques à [ g ] (Parental) • 2/4 (ou ½) identique à [ Y ] (de F1) • ¼ identique à [ Y ] (Parental) (gg) (Yg) (YY) .

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 15 1e loi de Mendel • Conclusions de Mendel (reformulées): • Chaque plante a 2 allèles pour chaque caractère (Cad chaque gène) • Les lignées pures sont homozygotes • 2 même allèle sur le gène • Les F1 sont hétérozygotes à 100% • 1 allèle dominant + 1 allèle récessif sur le gène • Les 2 allèles de chaque gène ségrégent dans les gamètes indépendamment • Chaque gamète ne porte qu’un allèle • L’union des gamètes se fait au hasard .

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) Analyse d’un monohybridisme • Echiquier de Punnett ou tableau des gamètes • P (AA) x (aa) [A]x[a] • Gamètes P (A) none • F1 (a) (Aa) [A] Ovules X Spermatozoïdes (A) (50 %) (a) (50 %) (A) (50 %) (AA) (1/4) (Aa) (1/4) (a) (50 %) (Aa) (1/4) (aa) (1/4) 16 .

¾ [A] Ovules X Spermatozoïdes (A) (50 %) (a) (50 %) (A) (50 %) (AA) [A] (Aa) [A] (a) (50 %) (Aa) [A] (aa) [a] 17 .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. ½ (Aa) Ovules X Spermatozoïdes (A) (50 %) (a) (50 %) (A) (50 %) (AA) (Aa) (a) (50 %) (Aa) (aa) Répartition des phénotypes: ¼ [a]. ¼ (aa). Dr HAGUES Guillaume (C) Analyse d’un monohybridisme Répartition des génotypes : ¼ (AA).

Dr HAGUES Guillaume (C) 18 Dominances incomplète et codominance • Pour chaque gène. ¼ (voit tous les génotypes) • Codominance • Allèles contribuent de façon égale et simultanée au phénotype chez hétérozygotes • Groupe sanguin AB .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. • Le phénotype des hétérozygotes (génome Aa) est celui du dominant (A) • Cas de R sur w pour Pisum • Dominance incomplète: • Phénotype des hétérozygotes est intermédiaire entre celui des 2 homozygotes • Cas de fleurs bleus et jaunes qui donnent 100 % vertes en F1 • En F2. il existe souvent un polymorphisme allélique (n allèles) mais que 2 allèles par individu • Dominance complète: • Un allèle est dominant et l’autre est récessif. ¼. ½.

Dr HAGUES Guillaume (C) 19 Ségrégation indépendante Ségrégation indépendante des caractères héréditaires ou loi de la recombinaison des gènes • « Si l’on considère deux gènes.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. tetrahybride etc.) • chacun des allèles de chaque gène se transmettra aux descendants indépendamment l'un de l'autre. leurs allèles se transmettent indépendamment les uns des autres » • Si croise 2 individus qui se distingue par 2 caractères (croisement dihybride) ou plusieurs caractères (croisement tri-. • On obtiendra alors de nouvelles combinaisons de gènes • Probabilité d’une combinaison donnée = multiplication des probabilités de chaque caractère indépendant .

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.yy) Ridés verts .YY) Lisses jaunes (RR. ségrégation indépendante • Caractères considérés par Mendel: • Surface des pois ET couleur des pois • pois lisses ou ridés ET jaunes ou verts • Gène surface: Allèle lisses (R) (dominant) vs ridés (r) (récessif) • Gène cotylédons: allèle jaunes (Y) (dominant) et vert (y) (récessif) • Commence avec des lignées pures parentales • doubles homozygotes Génotype Phénotype (RR. Dr HAGUES Guillaume (C) 20 Dihybridisme.YY) Ridés jaunes (rr.yy) Lisses verts (rr.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) Dihybridisme Mendelien 21 .

19/09/2013

IRL Lambion Bioetchnologie, Dr HAGUES Guillaume (C)

22

Tableau des gamètes (dihybridisme)
• P

(YY;RR) x (yy;rr)

[Y;R] x [y;r]
lisses jaunes x vert ridés


• Gam.

(Y;R)

• F1

(y;r)

(Yy; Rr)

[Y;R] :lisses jaunes

• Gamètes F1

RY (1/4)

Ry (1/4)

ry (1/4)

rY (1/4)

RY (1/4)

(RR;YY)

(RR;yY)

(rR;yY)

(rR;YY)

Ry (1/4)

(RR;Yy)

(Rr;yy)

(rR;yy)

(rR;Yy)

ry (1/4)

(Rr;Yy)

(Rr;yy)

(rr;yy)

(rr;Yy)

rY (1/4)

(Rr;YY)

(Rr;yY)

(rr;yY)

(rr;YY)

19/09/2013

IRL Lambion Bioetchnologie, Dr HAGUES Guillaume (C)

23

Phénotypes & génotypes en F2 (dihybrid.)
• Génotype:
• Doubles homozygotes: 1/16 pour (RR;YY), (RR;yy), (rr;YY), (rr;yy)
• Homozygote A+hétérozygote B: 2/16 (RR;Yy), (Rr;YY), (Rr;yy), (rr;Yy)
• Double hétérozygote: 4/16 (Rr;Yy)
• Phénotype: avec dominance complète
• Double récessif [r;y] ridés verts: 1/16
• génotype: (rr;yy)

• Double dominant [R;Y] lisses jaunes: 9/16
• Génotype ≥1R et ≥1Y: (RR;YY) + (Rr;YY) + (Rr;Yy) + (RR;Yy)

• Dominant/récessif;
• Ridés jaunes (2 r et ≥1Y): 3/16
• Lisses verts (2 y et ≥1R ): 3/16

génotype: (rr;Yy) + (rr;YY)
génotype: (Rr;yy) + (RR;yy)

• Ségrégation indépendante quand gènes pas sur le même

chromosome

19/09/2013

IRL Lambion Bioetchnologie, Dr HAGUES Guillaume (C)

24

Croisement en retour
• Test-cross ou back-cross
• Croisement d’un dihybride F1((Rr;Yy) par ex.) avec un double
homozygote récessif ((rr;yy) parental par ex.)
• Démasque génotype du phénotype F1
• Si F1 effectivement RrYy x rryy

RY (1/4)

Ry (1/4)

ry (1/4)

rY (1/4)

ry (1/4)

(Rr;Yy)

(Rr;yy)

(rr;yy)

(rr;Yy)

phéno

[R;Y]

[R;y]

[r;y]

[r;Y]

Lisses
jaunes

Lisses
verts

Ridés
verts

Ridés
jaunes

• ¼ de chaque génotype donc ¼ de chaque phénotype

Dr HAGUES Guillaume (C) GÉNÉTIQUE MÉDICALE Pedigrees et modes de transmission 25 .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

pas de possibilité de backcross et souvent un nombre limité de descendants • Ne permet pas de calculer des proportions utilisables directement • Analyse par examens des pedigrees • Représentation des phénotypes des individus apparentés sur plusieurs générations • Propositus: sujet qui par un phénotype inhabituel initie l’analyse • Détection des néomutations et consanguinité .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 26 Les pédigrées • Les lois de Mendel sont universellement applicables • Malgré limitations vues plus loin • En génétique médicale.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) Les pédigrées: normes I:1 II:8 II:9 III:7 II:7 I:2 II:6 II:1 II:2 III:6 III:4 III:5 III:1 III:2 IV:1 Pas de cohérence des génomes des individus ici III:2 27 .

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) Convention de notation • Attention cherchez l’erreur !!!! 28 .

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 29 Modes de transmission • En hérédité mendélienne classique ou monogénique • Basée sur la transmission d'un seul gène • Sous un mode : • Autosomique dominant • Autosomique récessif • Lié au chromosome sexuel X (ou Y) .

il existe d’autres modes de transmission: • Hérédité multifactorielle : synergie de gènes et facteurs environnementaux • Hérédité mitochondriale extra nucléaire : transmise que par la mère • Impacté par pénétrance et expressivité essentiellement • Phénotype ne correspond pas toujours à celui attendu .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 30 Modes de transmission • En dehors de l’hérédité mendélienne classique.

Dr HAGUES Guillaume (C) 31 Hérédité autosomique dominante (AD) • Pedigree idéal de transmission autosomique dominante Essayez de deviner les génomes des individus .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 32 Hérédité autosomique dominante (AD) • Cas/croisement le plus fréquent : • Aa x AA (sujet HEZ atteint X sujet normal). .

sauf lorsque la pénétrance est réduite • Autant de filles que de garçons atteints • Dans les fratries.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. nombre de sujets atteints = nombre de sujets sains en moyenne • Un sujet atteint a la moitié de ses descendants atteints • Un sujet sain a tous ses enfants indemnes • Pas particulièrement d’effet de consanguinité . Dr HAGUES Guillaume (C) 33 Hérédité autosomique dominante (AD) • Les sujets atteints naissent toujours d'un parent (au moins) porteur du même caractère (sauf néomutation) • Le caractère apparaît à chaque génération • Ne saute pas de génération.

puis se transmettre (si viable) • Si les tares sont sévères.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 34 Hérédité autosomique dominante (AD) • Le caractère peut apparaître par mutation. associée à d’autres) • Polypose colique multiple (prédisposition cancer colique) • Chorée de Huntington . éliminées très rapidement alors fréquence = fréquence de néomutation • Exemples de pathologie: • Achondroplasie (forme de nanisme) • Aniridie (pas d’iris) • Maladie de Marfan (affection de tout tissu conjonctif) • Myotonie de Steinert (faiblesse musculaire) • Polydactylie (doigts en trop.

Dr HAGUES Guillaume (C) 35 Hérédité autosomique récessive (AR) • Pedigrees typiques: • Portage rare (non indiqué) Fort portage (indiqué) Essayez de deviner les génomes des individus .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

II. albinisme…) • Drépanocytose. V. thalassémies (Hémoglobine mutée) • Déficits en facteurs I. Dr HAGUES Guillaume (C) 36 Hérédité autosomique récessive (AR) • Cas/croisement le plus fréquent : • Aa x Aa (2 sujets hétérozygotes bien portants/ porteurs sains) • Intolérances aux sucres • Troubles du métabolisme des acides aminés (PKUrie.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. XIII (de coagulation) • Mucoviscidose (cystic fibrosis transmembrane conductance regulator) . XII. VII.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 37 Hérédité autosomique récessive (AR) • Effet de la consanguinité • Augmentation exponentielle du risque • Problème des isolats génétiques Essayez de deviner les génomes des individus .

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 38 Hérédité autosomique récessive (AR) • Les sujets atteints naissent en général de parents normaux (si • • • • maladie rare) Autant de filles que de garçons atteints Dans les fratries : un sujet atteint pour trois sujets sains (1/4) Sujet atteint X sujet normal non apparenté donne habituellement naissance à des enfants normaux La maladie peut ne toucher qu'une personne dans une famille • Cas isolé pas nécessairement cas de novo (néomutation) • Observe fréquemment une consanguinité d' autant plus souvent que la maladie est plus rare • chances de rencontre de copies d'un même gène ancêtre muté augmentent • Quand une mutation se constitue. elle ne s' exprime pas chez les sujets qui la portent .

cécité.) Les maladies par déficits enzymatiques transmises en général sur ce mode En fait. et souvent les HEZ peuvent être dépistés (conseil génétique) Souvent les sujets HOZ atteints décèdent. car souvent leur affection • • • • les rapproche (surdité. descendance faussement de type dominant • Même lorsqu'une maladie est rare.. les hétérozygotes sont généralement fréquents • Mucoviscidose: fréquence de la maladie : 4/10 000.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. le sujet HOZ atteint survit et se reproduit (albinisme…) • S' il épouse un HEZ.. --> fréquence des hétérozygotes : 4 /100 dépistage . Dr HAGUES Guillaume (C) 39 Hérédité autosomique récessive (AR) • Les croisements entre HOZ existent. peu de gènes sont complètement récessifs. ou ne procréent pas Parfois.

le caractère est toujours exprimé même s’il est récessif chez la femme • Les femmes sont HOZ ou HEZ comme un locus autosomal • Caractère peut être dominant ou récessif . Dr HAGUES Guillaume (C) 40 Hérédité liée au sexe • Les gènes liés aux chromosomes X ou Y : comportement particulier • Chez la femme: 2 allèles car 2 X • Chez l’homme : 1 allèle car X pas homologue à Y • Rares caractères liés à l’Y • Généralement lié à l’X • Caractères liés à l’X jamais transmis de père en fils • Un fille touchée a toujours un père touché • Chez l’homme.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) Hérédité dominante liée au X • Pedigree idéal Essayez de deviner les génomes des individus 41 .

les femmes sont plus souvent touchées que les hommes (si la maladie n’est pas létale pour l’homme) • Faire les échiquiers de Punnet .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 42 Hérédité dominante liée au X • Le caractère n’est jamais transmis de père en fils • Toutes les filles d’un homme atteint (et d’une femme normale) sont atteints mais aucun garçon • La descendance d’une femme touchée et d’un homme normal produit 50% de garçons et 50% de filles atteintes • Les hommes sont souvent plus sévèrement atteints (aucune suppléance) • Dans la population général.

Dr HAGUES Guillaume (C) Hérédité récessive liée au X • Pedigree idéal Essayez de deviner les génomes des individus 43 .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

eux seuls sont touchés • Tous les hommes touchés dans une famille sont reliés entre eux par leurs mères (porteuses HEZ) • Le caractère ou la maladie est classiquement transmis d’un grand-père touché à la moitié de ses petits-enfants (via sa fille qui est une porteuses HEZ non touchée) . il n’est jamais transmis de père en fils • Les hommes sont plus susceptibles d’être touchés que les femmes • Si la maladie affecte la reproduction masculine.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 44 Hérédité récessive liée au X • Comme tout caractère lié à l’X.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. un garçon sur deux est malade. et une fille sur deux est conductrice (HEZ) . Dr HAGUES Guillaume (C) 45 Hérédité récessive liée au X (RLX) • Cas/croisement le plus fréquent : • Femme HEZ (bien portante et conductrice) X homme normal • Les sujets atteints naissent généralement de parents normaux • Dans la parentèle du père. souvent des frères ou des ascendants masculins atteints • Les sujets atteints sont pratiquement toujours des garçons • Dans la fratrie des atteints. tous les sujets sont normaux • Dans la parentèle de la mère.

mais usuelle pour allèles fréquents . Dr HAGUES Guillaume (C) 46 Hérédité récessive liée au X • Mariage femme HEZ/ homme atteint: • Génotype parental: Xx * xY • La moitié des garçons sont atteints • Les filles normales sont HEZ • Il existe des filles malades (1/2) • Peu probable si allèle rare.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

Dr HAGUES Guillaume (C) Hérédité récessive liée au X • Mariage femme normale / homme atteint: • Génotype parental: XX * xY • Tous les garçons sont normaux et indemnes de la mutation • Toutes les filles sont normales mais HEZ conductrices 47 .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

Dr HAGUES Guillaume (C) 48 Hérédité récessive liée au X • Atteinte exclusive des garçons : pas un caractère absolu de l'hérédité liée à l' X • Critère de non transmission d'un père à son fils est plus fiable • Pathologies: • Daltonisme (trouble vision couleur) • Hémophilies A et B (voir reine Victoria) • Myopathie type Duchenne (dystrophine mutée) • Agammaglobulinémie type Bruton (déficit LB) • Déficit en G6PD (Glucose 6-Phophsate déshydrogénase : destruction des GR) .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

). Dr HAGUES Guillaume (C) 49 Modifications du phénotype Facteurs complexes influençant le phénotype • Pénétrance • Certains individus possédant le génotype délétère (d'une maladie autosomique dominante. ne présentent pas le phénotype attendu : on dit alors que la pénétrance est incomplète • Nombre d'individus porteurs de la mutation ≠ nombre d'individus ayant un phénotype anormal (évaluation quantitative) • Expressivité • Phénotype peut être plus ou moins sévère selon les individus. il y a alors une expressivité variable du gène délétère (évaluation qualitative) • Formes plus ou moins sévères pour un même génotype .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. par ex.

environnement . au diabète…) • Interaction gène-cofacteurs: cascade. plusieurs centaines de mutations au site du gène CFTR • Susceptibilité (au cancer. X fragile) • Hétérogénéité des mutations • Induit manifestations variables • Dans mucoviscidose (fibrose kystique).19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. BRCA) • Anticipation : apparition plus précoce d'une maladie d'une génération à l'autre accompagnée de manifestations plus sévères • Maladies à triplet (Huntington. Dr HAGUES Guillaume (C) 50 Modifications du phénotype • Age de début et anticipation • Bien que présentes à la naissance plusieurs maladies ne se manifesteront que plus tard dans la vie (Huntington.

Dr HAGUES Guillaume (C) LIAISON GÉNÉTIQUE Crossing-over et gènes liés 51 .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

(Ab). Dr HAGUES Guillaume (C) 52 Liaison génétique • Limitations à la ségrégation indépendante de 2 caractères • Soit 2 marqueurs biallèliques (A/a pour M1 et B/b pour M2) • 4 combinaisons possibles de ces allèles parmi les gamètes transmis par un individu : (AB).19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. (aB) ou (ab) • CAS 1: M1 et M2 sur des chromosomes non homologues • Cas de ségrégation indépendante • 4 types de gamètes ont la même probabilité (25 %) d’être transmis .

• Allèles A et B situés sur le même chromosome (coupling) • A et B situés chacun sur les chromosomes différents de la paire (répulsion) Essayez de faire les échiquiers de Punnett… • Grace à la recombinaison (crossing-over) durant la méiose • Dans les 2 cas. (Ab). (aB). (ab) • Certains sont parentaux d’autres sont recombinés • Seule la proportion des gamètes recombinés change en fonction de la fréquence de recombinaison • Distance génétique en cM (centi-Morgan) = % de gamètes recombinés . quand même 4 gamètes : (AB). Dr HAGUES Guillaume (C) 53 Liaison génétique • CAS 2: M1 et M2 sur le même chromosome: • 2 cas selon les combinaisons des allèles sur les chromosomes de la paire (phase).19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) Liaison génétique • Liaison totale: • Distance (théta): • θ = 0 cM • Loci très proches: pas de recombinaison possibles • Liaison partielle: • Distance 0<θ<50 cM • N = 400 • Gamètes parentaux: • A B = 173 • a b = 175 • Gamètes recombinés: • a B = 28 • A b = 24 • %Rec = (28 + 24 / 400) X 100 = 13% • θ (A. B) = 13 cM 54 .

mais suffisamment éloignés l’un de l’autre génétiquement indépendant (mais pas physiquement) • Différence entre distance physique et génétique • Existence de hot-spot de forte recombinaison • Distance génétique au maximum 50 cM (correspond à 50% de recombinants donc à indépendance) • Addition des distances génétiques est complexe .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 55 Indépendance génétique • Différente de indépendance physique • Sur des chromosomes différents physiquement (et génétiquement) indépendant : indépendance physique • Sur le même chromosome.

Dr HAGUES Guillaume (C) Relation distance-recombinaison x • Pour petites distances: y z • z=x+y • Ne considère que CO uniques • Pour distances plus importantes • Z<x+y • Possibilité de CO multiples: • Ici gamètes recombinants pour: a vs b et b vs c • Mais non recombinants pour a vs c • Distance maximum 50 cM même après recombinaison multiples Distance physique réelle (en Mb ou nombre de CO) .19/09/2013 56 IRL Lambion Bioetchnologie.

en fonction de la taille des fragments • Révélation par Southern Blot • Distance réelles en nombre de bases • bp ou kb ou Mb • Forte résolution • Description du génome pour génie génétique . Dr HAGUES Guillaume (C) 57 Les cartes physiques • Les cartes physiques • Cartes de restriction: • Digestion de l’ADN par les enzymes de restriction (coupure de motifs précis) • Séparation par électrophorèse.19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

utilisée pour "baliser" le génome • Repérage par hybridation avec une sonde complémentaire • Ou par son expression phénotypique • RFLP (Restriction Fragments Length Polymorphism) • Microsatellites • SNP (Single Nucleotide Polymorphism (= snips) • STS (Sequenced Tag Site) • EST (Expressed Sequence Tags) .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. Dr HAGUES Guillaume (C) 58 Les marqueurs génétiques • Séquence d'ADN repérable spécifiquement.

19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie. fortement polymorphes. Dr HAGUES Guillaume (C) 59 Les marqueurs génétiques • RFLP (Restriction Fragments Length Polymorphism) • Mutation entrainant une variation dans la longueur des fragments de restriction • Microsatellites • Répétition variable d’un motif di ou tri-nucléotidique • SNP (Single Nucleotide Polymorphism (= snips) • Mutation isolée d’une base. codant un phénotype . sans implications fonctionnelles. tous les 100-300 bp • STS (Sequenced Tag Site) • Courte séquence unique séquencée et amplifiable par PCR • EST (Expressed Sequence Tags) • Séquence exprimée.

Dr HAGUES Guillaume (C) 60 Les cartes génétiques • Les cartes génétiques: • Positionnement relatif des gènes : carte « statistique » • Calcul en fonction des taux de recombinaison entre gènes proches • Établissement d’une carte de proche en proche • Identification des régions du génome influençant un phénotype • Positionnement d’un gène (clonage positionnel) • Plus grossier qu’un carte physique (préliminaire) • Distance en cM .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

Dr HAGUES Guillaume (C) Les cartes génomiques • Cartographie lors d’un caryotypage: • Marquage des bandes • Classement et marquage chromosomique • Marquage histochimiques • FISH (fluorescent in situ hybridization) • DNA fingerprinting 61 .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

Dr HAGUES Guillaume (C) L’INFORMATION GÉNÉTIQUE Support et conservation intragénérationnelle 62 .19/09/2013 IRL Lambion Bioetchnologie.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful