Vous êtes sur la page 1sur 1

COMPRENDRE UN TEXTE PHILOSOPHIQUE

Le but de cette fiche est de vous aider à comprendre fidèlement une pensée qui peut vous dérouter au premier abord. Le
sentiment de ne pas comprendre un texte que vous découvrez est naturel : il doit vous inciter à l’analyser avec d’autant plus de
précision, pour dépasser cette première impression. Il faut être attentif à la lettre, et procéder avec méthode.

A. ANALYSER LE TEXTE

1. Lisez le texte aux moins deux fois en entier. Vous pourrez ainsi dresser un premier bilan de vos difficultés.
Par exemple :

2. Tous les termes sont-ils compris ?


- termes non philosophiques : ne soyez pas trop sûrs de vous ;
- termes d’usage courant utilisés de façon parfois technique par les auteurs (ex : raison, intuition,
pratique…) Cherchez d’abord à préciser le sens à partir du contexte (cf. ci –dessous, point 5)
NB : le sens d’un mot s’est parfois modifié avec le temps ; il n’est donc pas inutile de pouvoir situer approximativement les auteurs dans
l’histoire, à défaut de les connaître davantage. Si vous utilisez un dictionnaire philosophique, prenez garde à ne pas donner d’un terme
employé par l’auteur du texte qui vous occupe la définition qui est la sienne chez un autre auteur.

3. Intéressez-vous à la structure grammaticale des phrases : connaissez-vous la valeur de toutes les


constructions ? Si le texte comporte des questions, s’agit-il de vraies questions, et non de questions oratoires ?

4. Encadrez :
- les termes ayant une valeur logique essentielle dans la construction du texte (conjonctions, adverbes tels
que pourtant, toutefois, mais, or…)
- les expressions par lesquelles l’auteur introduit les idées qu’il veut examiner ou critiquer (on dit, certains
pensent que…)

5. Repérez et soulignez :
- les termes en rapport avec des problèmes philosophiques que vous connaissez ;
- les notions se répondant deux à deux (raison / passion ; science / opinion…) ;
- les notions voisines (sentiment, désir, passion…).
Faites un schéma qui fasse apparaître les relations (de proximité, d’opposition, d’inclusion, d’exclusion…) entre les
notions principales du texte.

6. Cherchez la fonction des différentes parties de l’énoncé : repérez par exemple une thèse, un exemple, une
comparaison, une objection, un principe et sa conséquence, une définition… Cela vous permettra de distinguer le
but d’une démonstration de ses moyens, un exemple d’une comparaison, la pensée de l’auteur et celle qu’il
critique…

7. Cherchez à retrouver le plan d’ensemble du texte :


- quelles sont les grandes parties du texte ? Où commencent-elles et où finissent-elles ?
- quelle est l’idée centrale de chacune de ses parties ?
- par quelle progression logique passe-t-on d’une idée à une autre ?

Cette première approche doit avoir aplani les principaux obstacles à la compréhension : vous ne devez plus avoir de difficultés de
vocabulaire, et vous avez repéré la structure logique du texte. Si tel est bien le cas, vous devez pouvoir répondre aux trois questions
suivantes.

B. FAIRE UNE SYNTHÈSE DU TEXTE

1. Quel est le thème du texte ? Quel est l’objet du texte ? Soit : de quel sujet général est-il question dans le
texte ?

2. A quelle question, en général implicite, le texte cherche-il à répondre ? Quel problème cherche-t-il à
résoudre ?

3. Quelle est la thèse du texte ? Soit : quelle est l’idée principale du texte ? Que cherche-t-il à démontrer ?

En répondant à ces trois questions, vous repérez la problématique du texte, c’est-à-dire sa façon de poser un problème et de chercher à le
résoudre.