Vous êtes sur la page 1sur 2

ANALYSER ET PROBLÉMATISER UN SUJET

Cette fiche vous propose une démarche méthodique de travail au brouillon pour comprendre le sens d’un sujet de dissertation et
identifier le problème qu’il pose. Elle vous aidera à avoir une approche synthétique et systématique de celui-ci. Un certain
nombre de consignes proposées seront reprises dans d’autres fiches-méthode. Pour plus de clarté, cette démarche est illustrée
à l’aide d’un exemple : la loi n’a-t-elle pour fin que la sécurité ?

A. ANALYSER LA QUESTION

1. Repérez les principales notions : La loi n’a-t-elle pour fin que la sécurité ? Demandez-vous, le cas échéant,
quelle est la notion centrale, et quel type de rapport entre notions est suggéré par la question. Faut-il comparer
deux notions ? Se demander si l’une est incluse dans l’autre ? Si l’une est essentielle à l’autre ? Si l’une est
toujours associée à l’autre ? …

2. Soyez attentif aux articles : La loi n’a-t-elle pour fin que la sécurité ? N’a pas le même sens que Les lois
n’ont-elles pour fin que la sécurité ? ou que Une loi n’a-t-elle pour fin que la sécurité ? On ne vous interroge pas
sur telle ou telle loi en particulier, mais bien sur la fonction de la loi en tant que telle.

3. Demandez-vous quel type de question vous est posé : pour cela, soulignez le verbe.
De manière générale, on peut vous interroger sur :
- l’existence (ou la non existence) d’une chose. Exemple : Y a-t-il des vérités indiscutables ?
- la nature d’une chose, ce qu’elle est. Exemple : Qu’est-ce qui distingue une œuvre d’art d’un objet
quelconque ?
- la légitimité d’une chose, ce qu’elle doit être : la loi n’a-t-elle pour fin que la sécurité ?
Attention : la locution « peut-il », « peut-on » renvoie soit à la question de la possibilité réelle, soit à la question de la légitimité juridique ou
morale. Exemple : peut-on tout échanger ?

4. Identifiez les présupposés : un présupposé est une affirmation implicitement comprise dans la question
posée. Soyez attentifs aux prépositions : La loi n’a-t-elle pour fin que la sécurité ? La question présuppose que
la sécurité est une fin de la loi ; on vous demande si c’est son unique fin.
Attention : dans la plupart des cas, il faut analyser les présupposés d’une question pour bien comprendre son sens.

B. ANALYSER LES NOTIONS

1. Interrogez-vous sur les différents sens possibles des termes du sujet : faites le tri entre les acceptions
pertinentes, et celles qu’il faut écarter.
Exemple : La loi désigne-t-elle ici la loi naturelle ? La loi morale ? La loi juridique ?

2. Cherchez les notions voisines : vous pourrez mieux cerner le sens de la notion que vous devez traiter, en
évitant de la confondre avec d’autres, et en analysant les rapports souvent essentiels entre ces différentes
notions.
Exemple : la notion de sécurité renvoie à la notion d’ordre, à la notion de paix, et à la notion de respect (des personnes et des biens – et
aussi des lois). Comme ces différentes notions sont-elle articulées entre elles ?

3. Cherchez les notions opposées : cela vous aidera, bien souvent, à repérer les enjeux du sujet. Exemple : on
oppose la sécurité à l’insécurité, l’ordre au désordre, la guerre à la paix, le respect des lois à leurs transgression. Analy ser la nature des
relations qui relient ces termes permet d’expliquer le présupposé du sujet.

4. Au-delà du sens du mot, déterminez les caractéristiques essentielles des notions comprises dans le
sujet. Travaillez, dans le cadre du sujet, sur les rapports entre les notions.
Exemple : une loi juridique est une règle dont le but est de régir les rapports des hommes entre eux en société. Elle dit ce qui est autorisé
et ce qu’il est interdit de faire. Donc, elle a pour but d’établir un certain ordre dans les relations entre les hommes, et e lle ne peut même
pas être appliquée sans cet ordre qui est la première condition de la sécurité.

C. CHERCHER LES FAITS CONSTITUANT LE PROBLÈME


1. Rapportez aux faits les notions que vous avez analysées de façon théorique : cela vous permettra de
comprendre de quoi concrètement parle le sujet.
Exemple : qu’est-ce qui peut mettre en danger la sécurité des hommes ?
- des événements naturels ? Intempéries, catastrophes, maladies…
- des guerres ?…
- des inégalités économiques : la pauvreté qui peut mettre les hommes physiquement en danger…
- la violence apparemment irrationnelle de certaines personnes ou groupes sociaux ?…
- les relations naturellement concurrentes entre les hommes ?…
Attention : ces différentes possibilités ne sont pas identiques ; elles appellent des approches différentes et parfois contradictoires du
problème. Chercher ces différences est la seule manière de problématiser votre réflexion.

2. Demandez-vous dans quel cadre général le problème prend son sens : cela vous permettra d’ouvrir votre
réflexion, et de prendre le problème dans sa totalité, sans vous limiter à l’exposé de la question posée.
Exemple : au-delà de la sécurité, quels peuvent être les fins des lois juridiques ?
- assurer la domination des plus forts sur les plus faibles ?
- garantir la stabilité d’un pouvoir politique, quel qu’il soit, sur lequel reposera l’ordre social ?
- rendre les hommes égaux, en donnant à tous les mêmes droits et les mêmes devoirs ?
- rendre les hommes libres, en leur donnant la garantie qu’ils ne seront pas soumis à un pouvoir arbitraire ?
- protéger les faibles contre les forts, et permettre à tous les particuliers de régler leurs conflits en se référant à des lois
communes ?
Attention : certaines de ces réponses sont contradictoires entre elles ; d’autre part, même si elles vont ensemble, elles ne sont pas
forcément faciles à concilier.

3. Cherchez des exemples permettant de mieux comprendre le problème : pensez à des cas particuliers
dont l’analyse peut donner un vrai contenu à votre réflexion – par leur caractère problématique.
Exemple : les lois dites « sécuritaires », celles qui visent à contrôler les individus à travers la mise en place de réseaux de vidéo-
surveillance, ou de fichiers informatiques, ou d’autres systèmes techniques, peuvent constituer un danger pour la liberté des citoyens.
Elles sont toujours légitimées, cependant, par une référence à la liberté, puisqu’elles sont censées garantir à la fois la sécurité de l’Etat, et
le respect des droits des citoyens. Cet exemple permet donc de réfléchir sur le rapport entre sécurité et liberté, et de se demander s’il y a,
ou pas, contradiction entre ces différentes fins de la loi.

D. IDENTIFIER LE PROBLÈME

1. Demandez-vous si la question peut avoir plusieurs dimensions : vous devez tenir compte de tous les
aspects du problème, puisque sa solution dépend d’abord de sa compréhension juste et complète.
Exemple : garantir la sécurité est une fin essentielle de la loi (explicitation du présupposé de la question) : comment démontrer cela ? De
quelle sécurité parle-t-on exactement ? En quoi est-ce précisément à la loi qu’il appartient d’établir la sécurité ? (Face à la nature ; dans
les rapports entre les groupes humains ; à l’intérieur de chaque société, dans les rapports entre les individus…)

2. Cherchez à identifier les différentes solutions a priori possibles au problème posé : cela pourra vous
guider ensuite pour construire votre plan.
Exemple :
- La sécurité est une fin essentielle de la loi.
- La sécurité est la seule fin de la loi.
- La loi peut avoir d’autres fins que la sécurité : la liberté ou l’égalité, par exemple.
- La sécurité est la plus importante des fins de la loi : ce n’est peut-être pas la seule fin, mais c’est la fin essentielle.
- La sécurité n’est pas la fin de la loi : elle est une condition première et indispensable à l’établissement des lois mais doit être
subordonnée à d’autres fins plus essentielles.

3. Cherchez à identifier les enjeux du sujet : pour cela, demandez-vous quelles implications, pratiques ou
théoriques, peuvent avoir les différentes solutions possibles du problème. Utilisez le raisonnement de forme
« Si… alors… »
Exemple :
- « Si la loi est impuissante à établir la sécurité, alors elle ne sera plus respectée elle-même, et perdra sa valeur de loi. »
- « Si la loi n’a pour fin que la sécurité, alors elle peut représenter un grave danger pour la liberté. »

4. Reformulez la question pour déterminer le problème : n’hésitez pas à chercher différentes reformulations
possibles, cela vous obligera à faire le tri, à cerner progressivement la nature exacte du problème.
Exemples :
- s’il est vrai que la loi est une fin essentielle de la sécurité, peut-on affirmer que c’est son unique but ?
- quels sont les rapports entre les différentes fins de la loi ? La sécurité est-elle le but essentiel, ou même, comme le dit la
question, l’unique but de la loi ? Ou bien n’est-elle qu’une fin secondaire ?
- dire que la sécurité est la seule fin de la loi, cela ne représente-t-il pas un danger pour la liberté des hommes ?