Vous êtes sur la page 1sur 2
Professeur: Imad ANDICH www.univergestion.com 1 ERE PARTIE : ELEMENTS DE FISCALITE MAROCAINE INTRODUCTION A- Notion
Professeur: Imad ANDICH
www.univergestion.com
1 ERE PARTIE : ELEMENTS DE FISCALITE MAROCAINE
INTRODUCTION
A- Notion d’impôt
1.
Définition
L’impôt est un prélèvement obligatoire sans contrepartie directe et effectué par l’Etat ou les collectivité locales à
titre définitif en vue de financer les dépenses publiques.
L’impôt se caractérise par les éléments suivants :
Obligatoire : Le contribuable est obligé par la loi de payer l’impôt ;
Sans contrepartie directe : Toute la collectivité bénéficie des investissements réalisés par l’Etat et financés
sur la base de l’impôt ;
A titre définitif : Le contribuable ne doit pas s’attendre au remboursement d’un impôt légalement payé.
2.
Comparaison entre Impôt, taxe et redevance.
Impôt et taxe :
L’impôt est sans contrepartie directe alors que la taxe est payée en contrepartie d’un service rendu.
La taxe est un prélèvement obligatoire perçu au profit de l'Etat ou des collectivités locales à raison d'un service
public, sans que son montant soit en corrélation directe avec le coût du service.
Exemple : La taxe d’édilité est payée en contrepartie des services rendus par les agents des autorités locales :
Ramassage des ordures.
Remarques :
 Le terme taxe est souvent employé comme synonyme d’impôt, comme la TVA qui est en réalité un impôt et
non pas une taxe
 La taxe parafiscale est un prélèvement dont le revenu est réservé au budget de certains organismes pour mener
une action précise tel que la taxe de la formation professionnelle.
Impôt et redevance :
Comme la taxe, la redevance est versée à l’occasion d’un service rendu.
La redevance ou rémunération pour service rendu peut être définie comme la somme versée par l'usager d'un
service public déterminé et qui trouve sa contrepartie directe et immédiate dans les prestations fournies par ce
service.
Exemple : La redevance téléphonique.
Par ailleurs, elle n’a pas le caractère obligatoire car les usagers peuvent renoncer à acquérir les prestations de
services en contrepartie desquels ces prélèvements sont effectués.
B- Classification des impôts
1.
Impôt direct et impôt indirect.
Un impôt direct est un impôt supporté et payé par la même personne. C’est-à-dire que la personne qui verse le
montant de l'impôt ne le répercute pas sur autrui.
Exemples
 Impôt sur le revenu des personnes physiques
 Impôt sur les sociétés
Impôts indirect : est versé par les entreprises ou les personnes redevables, mais répercuté sur le prix de vente d’un
produit ; il est donc supporté par une autre personne. Ainsi, la TVA est versée par les entreprises redevables, mais
entièrement payée par les consommateurs finaux, contribuables, inconnus de l’administration fiscale.
Exemples
 la taxe sur la valeur ajoutée
 les droits de douane.
2 ème année SGC
1
Droit
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Professeur: Imad ANDICH

 

www.univergestion.com

2.

Impôt sur le capital ; Impôt sur le revenu ; Impôt sur la dépense

 

L'impôt est un prélèvement sur la richesse. La richesse, dans le sens large du terme, se présente sous trois aspects.

 

a.

Impôt sur le capital :

 

Le capital est la richesse acquise ; c'est le patrimoine d'un individu, sa fortune. L'imposition du capital est susceptible de revêtir plusieurs formes. Il peut s'agir d'une imposition annuelle du capital. Le capital peut être imposé lors de certains faits particuliers :

droits de succession, droits de mutation, dans le cas de cessions de fonds de commerce ou d'immeubles, d'apports en société, imposition des plus-values, etc.

 

b.

Impôt sur le revenu

 

Les revenus correspondent soit à l'existence d'un capital productif (revenus fonciers, revenus de valeurs mobilières, etc.), soit à l'exercice d'une activité (salaires rémunérant un travail). Ex : Impôt sur le revenu

 

c.

Les impôts sur la dépense :

 

La richesse d'un individu, au lieu d'être constatée directement par un capital ou un revenu, peut être révélée indirectement par l'emploi qu'il fait de ses ressources. Ils procurent le plus de ressources à l'Etat Ex : La TVA

C- Etapes de l’étude d’un impôt

 

On distingue 4 phases :

 

1.

Détermination de la base imposable :

 

C’est l’élément économique sur le quel porte l’impôt, il peut concerner un bien (immeuble, maison…); un revenu ou un produit.

2.

Fixation de l’assiette imposable :

 

Il s’agit de déterminer la base qui sert pour la liquidation (le calcul) de l’impôt. L’évaluation peut être faite soit par l’administration fiscale, soit par les particuliers :

 
 

a.

Evaluation administrative : Pour ce faire, trois méthodes sont généralement utilisées :

 

La méthode directe : l’assiette est déterminée avec le maximum de précision en utilisant les principes comptables et fiscaux tel que l’IS ;

La méthode indirecte : l’assiette est déterminée à partir des signes extérieurs de la richesse qui serviront de base pour assurer une comparaison tel que la taxe urbaine ;

La méthode forfaitaire : l’assiette est déterminée par estimation, elle consiste à attribuer à la matière imposable une valeur moyenne (valeur locative d’une maison, revenu, résultat fiscal…)

 

b.

Evaluation par les contribuables :

 

Il s’agit de demander aux contribuables de déclarer le chiffre d’affaires réel de la matière imposable. Ce qui pose certains problèmes dans les pays ou le sens civique est presque absent.

3.

Liquidation de l’impôt :

 

C’est l’opération qui consiste à calculer exactement la somme due par le contribuable en appliquant un taux à la matière imposable. Ce taux peut être proportionnel c’est le cas de l’IS 30%, ou progressif comme pour l’IR.

4.

Recouvrement de l’impôt :

 

Il s’agit de la perception de l’impôt par l’administration fiscale (le paiement de l’impôt). Généralement deux méthodes sont utilisées :

La retenue à la source : l’impôt est prélevé à la source du revenu (IR sur salaires)

 

La retenue par «voie de rôle »: c’est le contribuable qui se déplace à l’administration fiscale pour payer l’impôt ou bien l’inverse (impôt de patente).

2 ème année SGC

 

2

Droit