Vous êtes sur la page 1sur 4

TECHNIQUES D'ANALYSES BIOLOGIQUS file:///C:/Documents%20and%20Settings/BEDRANE/Bureau/emd/emd...

TECHNIQUES D'ANALYSES BIOLOGIQUES


EPREUVE DE MOYENNE DURÉE
ANNÉE 2004/2005

E XERCICE 1 :
Le graphe ci-dessous représente le tracé du spectre d’absorp on d’une solu on
d’albumine à 1g/l (1) et celui d’une solu on de tryptophane à 30 mg/l (2)
1/ Interpréter ces spectres et déterminer la longueur d’onde correspondante au
maximum d’absorp on de chacun de ces composés. Calculer le coefficient
d’absorp on moléculaire du tryptophane.
Réponse :
2/ L’albumine con ent 1% de tryptophane (pourcentage en masse). Quelle serait la
densité op que à 280 nm de la solu on d’albumine à 1g/l, si le tryptophane était
le seul acide aminé responsable de l’absorp on de l’albumine à ce e longueur
d’onde ? Comparer à la valeur observée et Conclure.
Masse moléculaire de l’albumine 60 000
Masse moléculaire du tryptophane 204

1 sur 4 01/11/2009 22:58


TECHNIQUES D'ANALYSES BIOLOGIQUS file:///C:/Documents%20and%20Settings/BEDRANE/Bureau/emd/emd...

Réponse :

Exercice 2 :

La LDH (lactate déshydrogénase)) catalyse la réac on suivante:


Lactate + NAD+ pyruvate + NADH+ H+
On cherche à mesurer la quan té de lactate présent dans 100 ml d’une solu on.
Pour cela on ajoute du NADH+ à 1 ml de ce e solu on. On mesure l’absorbance à
340 nm de ce e solu on, qui est A0 = 0,015. On ajoute au milieu de LDH et un
réac f qui piège le pyruvate de façon à rendre totale la déshydrogéna on du
lactate. Le volume de réac on est alors de 2 ml. Le NAD+ et la LDH sont en
quan tés telles qu’ils ne sont pas limitants pour la réac on. Après un temps
suffisant pour que la réac on soit complète, on mesure à nouveau l’absorbance,
A=0,380. Sachant que le NADH est le seul de tous les réac fs présent qui absorbe à
340 nm (son coefficient d’absorp on est 6,22. 106 cm. Mol -1) et le trajet op que du
spectrophotomètre est de 1 cm, quelle est la quan té de lactate présente dans la
solu on de départ?
QCM 1 : la quan té de lactate présente dans la solu on de départ est:
a) 2,95 µmol.
b) 5,9 µmol.
c) 12,2 µmol.
d) 11,8 µmol.
e) 11,8 mmol.

QCM 2 : la solu on de NADH de concentra on 1 µmol.L-1.:


a) a une absorbance de 0,622.

b) a une absorbance de 6,22.10-3.

2 sur 4 01/11/2009 22:58


TECHNIQUES D'ANALYSES BIOLOGIQUS file:///C:/Documents%20and%20Settings/BEDRANE/Bureau/emd/emd...

c) Transmet 98,6 % de la lumière incidente.

d) Transmet 6,2 % de la lumière incidente

e) Transmet 6,2.10-2 % de lumière incidente.


QCM 3 : il est impossible de mesurer la concentra on en NADH dans la solu on
à 1 mmol.L-1 de la façon proposée. Quelle en est la raison selon vous ?
Comment mesurer la concentra on ? (les deux par es de chaque proposi on
doivent être pour que la proposi on soit vraie).
a) Ce e solu on est trop concentrée. On peut la diluer et mesurer
l’absorbance de la solu on diluée.
b) La mesure du rayonnement transmis n’est pas assez sensible. On peut
u liser un spectrophotomètre dont la source de lumière serait très intense.
c) La mesure du rayonnement transmis n’est pas trop sensible. On peut
u liser un spectrophotomètre dont la source de lumière serait très peu
intense.
d) Ce e solu on est trop diluée. On peut mesurer l’absorbance dans une
cuve de plus de 1 cm.
e) Ce e solu on est trop concentrée. On peut mesurer d’absorbance dans
une cuve de moins de 1 cm.

QCM 4 : il est impossible de mesurer la concentra on en NADH dans la solu on à 1


µmol.L-1 de la façon proposée. Quelle en est la raison selon vous ? Comment
mesurer la concentra on ? (les deux par es de chaque proposi on doivent être
vraies pour que la proposi on soit vraie).
a) Ce e solu on est trop concentrée. On peut la diluer et mesurer
l’absorbance de la solu on diluée.
b) La mesure du rayonnement transmis n’est pas assez sensible. On peut
u liser un spectrophotomètre dont la source de lumière serait très intense.
c) La mesure du rayonnement transmis est trop sensible. On peut u liser un
spectrophotomètre dont la source de lumière serait très peu intense.
d) Ce e solu on est trop diluée. On peut mesurer l’absorbance dans une
cuve de plus de 1 cm.
e) Ce e solu on est trop concentrée. On peut mesurer l’absorbance dans
une cuve de moins de 1 cm.

QCM 5 : concernant les dosages par spectroscopie, on peut rer de cet exemple les
enseignements suivants:
a) Tout spectrophotomètre ne peut faire de mesure valable que dans une
fourche e d’absorbances limitée.
b) Sous une certaine valeur de la transmission, un spectrophotomètre donné a
une linéarité insuffisante. La loi de Beer et de Lambert n’est alors plus
applicable.

3 sur 4 01/11/2009 22:58


TECHNIQUES D'ANALYSES BIOLOGIQUS file:///C:/Documents%20and%20Settings/BEDRANE/Bureau/emd/emd...

c) Au-dessus d’une certaine valeur de la transmission, un spectrophotomètre


donné à une sensibilité insuffisante. La loi de Beer et de Lambert n’est alors plus
applicable.
d) La modifica on du trajet étant le plus souvent impossible, on doit diluer les
solu ons dont l’absorbance sort des limites de linéarité (des limites dans
lesquelles la loi de Beer et de Lambert est applicable) d’un spectrophotomètre.
Exercice 3 : Dans un protocole opératoire nécessitant une déprotéinisa on, il est
indiqué de centrifuger 10 min à 3500 tours/min.
Sachant que l’on u lise un rotor dont le rayon de centrifuga on est de 50 mm,
calculer la valeur de l’accéléra on centrifuge en nombre de g.
Quelle serait la valeur de l’accéléra on centrifuge si on u lisait un autre rotor de
rayon de centrifuga on égale à 8 cm ? Quelle conclusion en rez vous ?
4 Citez 04 avantages que l’on trouve dans les techniques de chromatographie sur
couches minces par rapport à la chromatographie sur papier.

EmailA.Bedrane & F.Lahfa

4 sur 4 01/11/2009 22:58