Vous êtes sur la page 1sur 179

4ème année Génie Télécommunications et Réseaux

4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et
4ème année Génie Télécommunications et Réseaux Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et

Adnane LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et RESEAUX, ENSA, Marrakech

LATIF: Docteur en Télécommunications Dept TELECOM et RESEAUX, ENSA, Marrakech Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM 1

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

1

Domaines Domaines abordés abordés Pour comprendre les phénomènes régissant le fonctionnement des antennes ainsi que

DomainesDomaines abordésabordés

Domaines Domaines abordés abordés Pour comprendre les phénomènes régissant le fonctionnement des antennes ainsi que

Pour comprendre les phénomènes régissant le fonctionnement des antennes ainsi que leur intégration dans un système de communication, les pré-requis sont :

• des connaissances de base de l’électromagnétisme (équations de Maxwell, propagation des ondes EM );

• la bonne compréhension des principes des lignes de transmission et surtout de l’adaptation en impédance des systèmes (ondes progressives, ondes stationnaires );

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

2

Antennes Plan Plan 3 Chapitres : Chapitre 1: Propagation radioélectrique Chapitre 2: Caractéristiques des antennes
Antennes Plan Plan 3 Chapitres : Chapitre 1: Propagation radioélectrique Chapitre 2: Caractéristiques des antennes

Antennes

PlanPlan

3 Chapitres :

Chapitre 1: Propagation radioélectrique Chapitre 2: Caractéristiques des antennes Chapitre 3: Différents types d’antennes
Chapitre 2: Caractéristiques des antennes Chapitre 1: Propagation radioélectrique Chapitre 3: Différents types d’antennes
Chapitre 3: Différents types d’antennesChapitre 1: Propagation radioélectrique Chapitre 2: Caractéristiques des antennes

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

3

Plan Plan détaillé détaillé du du chapitre chapitre 1 1 « Propagation radioélectrique » I-

PlanPlan détaillédétaillé dudu chapitrechapitre 11

« Propagation radioélectrique »

I- PROPAGATION DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES

» I- PROPAGATION DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES I.1-Caractéristiques d'un milieu I.2-Cas des milieux

I.1-Caractéristiques d'un milieu I.2-Cas des milieux isotropes homogènes I.3-Cas des milieux conducteurs I.4-Notation complexe en régime sinusoïdal

II. L’ONDE ELECTROMAGNETIQUE EN ESPACE LIBRE

II.1- Equation d’onde II.2-l’onde plane électromagnétique II.2.1 - L’onde II.2.2 – Expression des champs II.2.3 - Vitesse de phase II.2.4 – Structure des champs et Impédance d’onde II.2.5 – Vecteur de Poynting

III. POLARISATION DES ONDES PLANES

III.1 – Polarisation rectiligne III.2 - Polarisation circulaire et elliptique

III-3- Application

IV- GENERATION D’ ONDE V- ZONES DE RAYONNEMENT D’UNE ANTENNE VI- SOURCE ELEMENTAIRE

VI-1 Potentiels électromagnétiques

Adnane VI-2 LATIF: dipôle Cours élémentaire Antennes

ENSAM

4

I- PROPAGATION DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES L’onde électromagnétique est formée par le couplage des deux champs

I- PROPAGATION DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES

I- PROPAGATION DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES L’onde électromagnétique est formée par le couplage des deux champs ci-

L’onde électromagnétique est formée par le couplage des deux champs ci-

E et le champ magnétiquedessous, leHchamp électrique

.

La propagation par ondes planes est modélisée par les équations de Maxwell. Elles s'appliquent aux vecteurs :

H

B

E

D

, champ magnétique

, induction magnétique

, champ électrique

, induction électrique

magnétique , champ électrique , induction électrique E e t H sont orthogonaux et perpendiculaires à

E et

H

sont orthogonaux et perpendiculaires à la direction de propagation.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

5

I.1-Caractéristiques d'un milieu Un milieu est caractérisé par : Sa constante diélectrique ou permittivité ε

I.1-Caractéristiques d'un milieu

I.1-Caractéristiques d'un milieu Un milieu est caractérisé par : Sa constante diélectrique ou permittivité ε

Un milieu est caractérisé par :

Sa constante diélectrique ou permittivité ε (F/m) Sa perméabilité magnétique µ (H/m) Sa conductibilité σ (ohms -1 /m)

I.2-Cas des milieux isotropes homogènes

Un milieu isotrope homogène est défini par les deux constant ε et µ :

0

0

=

1

36

10

=

4

10

9

7

F / m

H / m

D = H = B

E

constante diélectrique du vide

perméabilité magnétique du vide

2

1

avec

c

=

Adnane LATIF: Cours Antennes

0

0

ENSAM

6

I.3-Cas des milieux conducteurs J La loi d’Ohm s'écrit : J E = est la

I.3-Cas des milieux conducteurs

J
J
J

J

La loi d’Ohm s'écrit :

J

E

=

est la densité de courant en A /m 2

I.4-Notation complexe en régime sinusoïdal

+

j

)

E

Dans le cas des milieux isotropes homogènes

j

H

rot H

=

div (

(

rotE =

div ( H ) = 0

E) =

' = ' = r r
'
=
'
=
r
r
j j 0
j
j
0

constante diélectrique complexe

constante diélectrique relative complexe

Un milieu peut être diélectrique en HF et conducteur en BF, selon la valeur de la fréquence f par rapport à

2

Adnane LATIF: Cours Antennes

0

r

ENSAM

7

II. L’ONDE ELECTROMAGNETIQUE EN ESPACE LIBRE II.1- Equation d’onde L’équation d’onde (ou équation de Helmholtz)

II. L’ONDE ELECTROMAGNETIQUE EN ESPACE LIBRE

II. L’ONDE ELECTROMAGNETIQUE EN ESPACE LIBRE II.1- Equation d’onde L’équation d’onde (ou équation de Helmholtz)

II.1- Equation d’onde

L’équation d’onde (ou équation de Helmholtz) s’écrit :

2

E

=

0

2

E

2

H

=

0

2

H

Le laplacien s’écrit en coordonnées cartésiennes :

2

2

=

dx

2

+

2

dy

2

+

2

dz

2

Appliqué à chaque composante du vecteur E on obtient trois équations :

2

E

i

dx

2

+

2

E

i

dy

2

+

2

E

i

dz

2

=

0

2

E

i

i = x, y, z

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

(1.1)

8

La résolution de cette équation d’onde aux dérivées partielles donne l’expression des champs E e

La résolution de cette équation d’onde aux dérivées partielles donne

l’expression des champs E

et

H

.

partielles donne l’expression des champs E e t H . En fonction des coordonnées spatiales. Nous

En fonction des coordonnées spatiales. Nous allons résoudre cette équation dans quelques cas particuliers, en faisant au préalable quelques simplifications.

II.2-l’onde plane électromagnétique

II.2.1 - L’onde plane

Une onde est dite plane lorsque les champs ne varient que dans la direction de propagation (axe Oz sur la figure).

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

9

z

z E H En pratique, les ondes micro-ondes sont crées à partir d’une source qui à
z E H En pratique, les ondes micro-ondes sont crées à partir d’une source qui à
E H
E
H
z E H En pratique, les ondes micro-ondes sont crées à partir d’une source qui à

En pratique, les ondes micro-ondes sont crées à partir d’une source qui à grande distance peut être considérée comme ponctuelle.

à grande distance peut être considérée comme ponctuelle. A grande distance de la source, on peut

A grande distance de la source, on peut en première approximation confondre une portion d’arc sphérique et le plan tangent : dans ces conditions, l’onde plane est une bonne approximation pour représenter les ondes en espace libre

plane est une bonne approximation pour représenter les ondes en espace libre Adnane LATIF: Cours Antennes

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

10

. L’approximation d’onde plane s’applique bien aux situations réelles et simplifie la résolution des équations

. L’approximation d’onde plane s’applique bien aux situations réelles et simplifie la résolution des équations de propagation. . En supposant que l’onde se propage suivant l’axe Oz, l’approximation d’onde plane implique que toutes les dérivées partielles sont nulles dans

x

=

y

= 0

partielles sont nulles dans ∂ ∂ x = ∂ ∂ y = 0 le plan d’onde

le plan d’onde :

Calculons, en coordonnées cartésiennes, les composantes des champs dans

r

= 1)

rotE

=

j

0

0

H

la première équation de Maxwell (avec

.

E

y

z

=

E

x

z

=

0 = j

j

j

0

0

0

0

H

0

0

z

H

H

x

y

(1.2)

(1.3)

(1.4)

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

11

Faisons de même avec la deuxième équation : r o t H = ( +

Faisons de même avec la deuxième équation : rotH

=

(

+

j

0

)E

et supposons pour le moment que l’onde se propage dans

le vide ( = 0 et r = 1 ∂ H y = ∂ z
le vide (
= 0 et
r = 1
∂ H
y
=
∂ z
∂ H
x
=

z

0 =

j

). Il reste après simplification :

j

j

0

0

0

0

E

x

0

E

0

E

y

z

(1.5)

(1.6)

(1.7)

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

12

On en tire les conséquences suivantes : 1. Les composantes axiales Hz et Ez sont

On en tire les conséquences suivantes :

1. Les composantes axiales Hz et Ez

sont nulles. Les champs électrique

a)
a)
a)

a)

et magnétique étant tous deux transverses, l’onde est dit « Transverse Electromagnétique » ou TEM.

2. On peut trouver deux types de solutions

La première solution correspond à des composantes Ey/Hx liées par

les relations équivalentes (1.2) et (1.6).

a)

relations équivalentes (1.3) et (1.5).

La deuxième correspond à des composantes Ex/Hy

liées par les

3. Il n’existe pas de relation mathématique entre ces deux solutions qui

peuvent donc exister indépendamment l’une de l’autre. Cela signifie physiquement que deux ondes planes orthogonales de même fréquence peuvent se propager simultanément sans interférer entre elles.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

13

II.2.2 – Expression des champs et transverse ∂ 2 E Déterminons les variations spatiales des

II.2.2 – Expression des champs

et transverse
et transverse
et transverse

et transverse

2

E

Déterminons les variations spatiales des champs E et H, sachant qu’ils

varient sinusoïdalement dans le temps à la pulsation

0

x

=

y

.

= 0

Compte tenu des hypothèses simplificatrices (l’onde est plane

E

z

=

H

z

= 0

) l’équation d’onde (1.1) ne comporte plus

que les termes suivants :

x 2

=

E x

(1.8)

z

2

2 E

y

z

2

0 0 0 2 0 0
0
0
0
2
0
0

E

=

y (1.9)

0

Ce sont les deux solutions indépendantes, correspondant à des champs Ex/Hy (relation (1.8)) ou à des champs Ey/Hx (relation (1.9)).

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

14

2 1 Traitons uniquement le second cas. En posant c = 0 0 l’équation (1.9)
2 1 Traitons uniquement le second cas. En posant c = 0 0 l’équation (1.9)
2 1
Traitons uniquement le second cas. En posant
c
=
0
0
l’équation (1.9) s’écrit :
2
2
E
y
0
+
E
= 0
y
2
z
c
La solution générale de cette équation différentielle du second ordre à
coefficients constants est sinusoïdale. Ecrivons là sous forme complexe :
0
0
E
(
z
)
=
E
exp(
j
z
)
+
E
exp(
j
z
)
y
0
1
c
c

En réintroduisant le temps dans l’expression des champs, on obtient :

E

y

(

z t

,

) =

E

0

exp

j

0

(

t

z

c

)

+

E

1

exp

j

0

(

t

+

z

c

)

C’est l’équation d’une onde plane qui se déplace dans la direction Oz. On trouve dans le cas général une onde « directe » d’équation :

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

15

E y + ( z t , ) = E 0 exp j 0 (

E

y

+

(

z t

, ) =

E

0

exp

j

0

(

t

z

c

)

avec

E y + ( z t , ) = E 0 exp j 0 ( t

Et une onde « rétrograde » d’équation :

z

c

)

avec

E

y

(

z t

,

)

E

1

exp

j

0

(

t

=

+

II.2.3 - Vitesse de phase En introduisant la constante de propagation :

E

1

= 0

E

0

= 0

k =

0

c

(1.10)

(1.11)

Les relations (1.10) et (1.11) s’écrivent habituellement :

E

E

y

y

+

(

(

z t

,

z t

,

)

=

) =

E

0

E

1

exp[

j

(

exp[

j

(

0

t

0

t

+

kz

)]

kz

)]

(1.12)

(1.13)

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

16

On définit la fréquence : f : 0 = 2 f c La longueur d’onde

On définit la fréquence :

f

:

0 =

2

f

c

La longueur d’onde dans l’ espace libre:

k =

2

0

0

=

f

La longueur d’onde dans l’ espace libre: k = 2 0 0 = f Ce qui

Ce qui donne pour k :

Dans un diélectrique : En remplaçant

v change :

par

0

la vitesse de phase

 

1

c

c

v

=

0 r 0
0
r
0

=

r
r

=

 

n

0

r

(1.14)

Où n, l’indice de réfraction utilisé par les opticiens, est relié à la permittivité relative du milieu par :

r

=

n 2

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

(1.15)

17

Exemple : Soit une onde plane de longueur d’onde dans le vide λ 0 =

Exemple :

Exemple : Soit une onde plane de longueur d’onde dans le vide λ 0 = 0,85

Soit une onde plane de longueur d’onde dans le vide λ 0 = 0,85 μm (domaine optique). En traversant une lame de verre d’indice n = 1,5, la longueur d’onde change :

0 = n
0
=
n

0.85

=

1.5

= 0.57

m

La vitesse de phase est également réduite :

v

=

c

n

=

3.10

8

1.5

=

2.10

8

m

/

s

La fréquence f est inchangée :

f

=

v

=

8

c 3.10

0

=

= 3.53.10

0.85.10

6

Adnane LATIF: Cours Antennes

14 Hz

ENSAM

18

II.2.4 – Structure des champs et Impédance d’onde Pour l’onde directe Ey / Hx ,
II.2.4 – Structure des champs et Impédance d’onde Pour l’onde directe Ey / Hx ,
II.2.4 – Structure des champs et Impédance d’onde Pour l’onde directe Ey / Hx ,

II.2.4 – Structure des champs et Impédance d’onde

Pour l’onde directe Ey / Hx , le champ électrique est donné par la relation (1.12). D’autre part, les composantes des champs sont liées par l’équation (1.2) (ou l’équation (1.6)).

E

y

z

=

j

0

0

H

x

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

19

On en tire l’expression de Hx : H x + ( z t , )

On en tire l’expression de Hx :

On en tire l’expression de Hx : H x + ( z t , ) =

H

x

+

(

z t

,

) =

0 exp[ j ( t kz )] 0
0
exp[
j
(
t
kz
)]
0

exp[

E

0

H

0

j

(

kz

)]

=

t

(1.16)

A chaque instant leurs amplitudes sont dans un rapport constant :

E

+

H

+

y

x

=

0 0
0
0

Le rapport entre l’amplitude du champ E (en V/m) et du champ H (en A/m) représente l’impédance d’onde Z. On trouve dans le vide:

Z

0 =

E

H

0

0

=

0 0
0
0

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

20

Dans un diélectrique, il suffit de remplacer ε 0 par ε 0 ε r pour
Dans un diélectrique, il suffit de remplacer ε 0 par ε 0 ε r pour
Dans un diélectrique, il suffit de remplacer ε 0 par ε 0 ε r pour

Dans un diélectrique, il suffit de remplacer ε 0 par ε 0 ε r pour obtenir :

0 Z = = 0 r
0
Z =
=
0
r
Z 0 r
Z
0
r

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

21

Exemple : soit Z 0 = 377 Ω (ou 120 π ). Dans un diélectrique

Exemple :

soit
soit
soit

soit

Z 0 = 377 Ω

(ou 120 π ).

Dans un diélectrique comme le verre d’indice n = 1,5, on aura

Z

=

Z 0 r
Z
0
r

=

Z

0

n

= 251

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

22

II.2.5 – Vecteur de Poynting La puissance qui traverse l’unité de surface du plan d’onde

II.2.5 – Vecteur de Poynting

II.2.5 – Vecteur de Poynting La puissance qui traverse l’unité de surface du plan d’onde est

La puissance qui traverse l’unité de surface du plan d’onde est donnée par le vecteur de Poynting :

P =

1

2

[

Re E

H

]

en W/m2

(1.17)

Pour l’onde Ey / Hx du paragraphe précédent, le vecteur P ne possède qu’une composante P z :

P

z

=

1

2

[

Re E

y

H

x

]

En reprenant les expressions des champs E y / H x donnés par (1.12) et (1.16), on trouve :

P z =

E H

0

0

2

=

1 0 2 0
1
0
2
0

E

2

2 E

0 =

0

2

Z

0

(1.18)

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

23

III. POLARISATION DES ONDES PLANES E III.1 – Polarisation rectiligne Nous avons montré l’existence de

III. POLARISATION DES ONDES PLANES

E
E
E
E

E

III.1 – Polarisation rectiligne

Nous avons montré l’existence de deux types de solutions indépendantes pour lesquelles les champs sont orientés E y /H x ou E x /H y .

Par convention la direction de polarisation faite référence à l’orientation

du vecteur

. Lorsque le champ électrique reste dans le même plan au cours de la propagation (par exemple le plan yOz), l’onde est à polarisation rectiligne. Dans les systèmes de transmission utilisant une antenne, on parle de « polarisation horizontale » ou de «polarisation verticale », selon que

le champ électrique est parallèle ou perpendiculaire à la surface de la terre. Dans le cas général, une direction de polarisation quelconque peut être obtenue en composant deux ondes orthogonales, polarisées respectivement suivant les directions Ox et Oy.

Le champ électrique résultant étant la somme vectorielle des deux

x, y

) sont des vecteurs unitaires.

Adnane LATIF: Cours Antennes

composantes orthogonales. (

ENSAM

24

Polarisation horizontale P o l a r i s a t i o n v
Polarisation horizontale
Polarisation horizontale
Polarisation horizontale P o l a r i s a t i o n v e

Polarisation verticale

P o l a r i s a t i o n v e r t

cas général

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

25

Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM 26
Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM 26

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

26

III.2 - Polarisation circulaire et elliptique Polarisation circulaire: La polarisation est circulaire lorsque

III.2 - Polarisation circulaire et elliptique

III.2 - Polarisation circulaire et elliptique Polarisation circulaire: La polarisation est circulaire lorsque

Polarisation circulaire:

La polarisation est circulaire lorsque l’extrémité du vecteur résultant E décrit un cercle au cours du temps dans le plan transverse xOy. On obtient une polarisation circulaire lorsque les deux composantes d’égale amplitude, sont déphasées d’un quart de période, comme montré sur la figure suivante.

sont déphasées d’un quart de période, comme montré sur la figure suivante. Adnane LATIF: Cours Antennes

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

27

En effet, Le champ E peut s’écrire en fonction des composantes E x et E

En effet, Le champ E peut s’écrire en fonction des composantes E x et E y , déphasées d’un angle θ:

E = E sin( 1 E x x + E y y

E

=

E sin(

1

E

x

x

+

E

y

y

t

kz)x

+

E

sin(

0

2

Pour θ = ± π/2 et E 1 = E 2 , il vient :

E

1

[

sin(

0

t

kz

)

±

=

x

0

t

cos(

kz

0

t

+

) y

kz y]

)

(1.19)

Prenons la somme des carrés des composantes :

E

2

x

+

E

2

y

=

E

2

1

[

sin

2

(

0

t

kz)

+

cos

2

(

0

t

kz)

]

= E

2

1

(1.20)

C’est l’équation d’un cercle de rayon E 1 dans le plan xOy.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

28

Polarisation droite : Pour θ = + π / 2, Ey est en avance sur

Polarisation droite : Pour θ = + π / 2, Ey est en avance sur Ex (comme sur la figure). Un observateur placé le long de l’axe Oz et qui regarde l’onde s’éloigner, verra l’extrémité du vecteur E décrire un cercle en tournant dans le sens horaire (règle du tire-bouchon).

Adnane LATIF: Cours Antennes
Adnane LATIF: Cours Antennes

Polarisation gauche : Pour θ =-π/2, l’observateur verra E tourner dans le sens trigonométrique.

Les ondes se propageant, l’extrémité du vecteur E décrit en fait une hélice dans l’espace, dont le pas peut être à droite (polarisation droite) ou à gauche.

ENSAM

29

Deux ondes de polarisations « gauche » et « droite » n’interagissent pas entre elles,

Deux ondes de polarisations « gauche » et « droite » n’interagissent pas entre elles, peuvent donc co-exister comme deux ondes de polarisations orthogonales. La polarisation circulaire est utilisée dans les systèmes de communication par satellites et les radars, malgré une plus grande

par satellites et les radars, malgré une plus grande sophistication des équipements d’émission et de

sophistication des équipements d’émission et de réception, car elle présente des avantages:

. Plus faible sensibilité aux conditions atmosphériques dans certaines bandes de fréquences qu’une onde de polarisation rectiligne. . Possibilité de distinguer une cible métallique (les avions) des nuages, car sur un métal l’onde de polarisation circulaire est réfléchie avec une inversion de la polarisation.

de polarisation circulaire est réfléchie avec une inversion de la polarisation. Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

30

Polarisation elliptique : Lorsque E1 ≠ E2 et que la différence de phase θ est

Polarisation elliptique :

Polarisation elliptique : Lorsque E1 ≠ E2 et que la différence de phase θ est quelconque,

Lorsque E1 E2

et que la différence de phase θ est quelconque, l’équation

(1.19) définit une onde plane de polarisation elliptique (la polarisation circulaire étant un cas particulier de polarisation elliptique).

(la polarisation circulaire étant un cas particulier de polarisation elliptique). Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM 31

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

31

III-3- Application Pour les communications terrestres, fixes ou mobiles, une polarisation linéaire verticale ou

III-3- Application

III-3- Application Pour les communications terrestres, fixes ou mobiles, une polarisation linéaire verticale ou

Pour les communications terrestres, fixes ou mobiles, une polarisation linéaire verticale ou horizontale suffit. Pour des communications avec des engins spatiaux en rotation sur eux mêmes, une polarisation circulaire permet au récepteur de recevoir un signal indépendamment de la position angulaire de l'antenne d'émission. On peut générer et recevoir une polarisation circulaire au moyen de dipôles croisés alimentés avec un déphasage de 90 degrés produit par une ligne de /4.

alimentés avec un déphasage de 90 degrés produit par une ligne de /4 . Adnane LATIF:

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

32

IV- GENERATION D’ ONDE Une onde EM se propageant dans l'espace peut être produite :

IV- GENERATION D’ ONDE

IV- GENERATION D’ ONDE Une onde EM se propageant dans l'espace peut être produite : a)

Une onde EM se propageant dans l'espace peut être produite :

a) par des courants, représentés vectoriellement par une densité de courant J en A/m 2 . C'est le cas des antennes filaires.

b) par une ouverture dans un volume où règne un champ EM, par exemple l'extrémité ouverte d'un guide d'onde. C'est le principe des antennes paraboliques.

d'onde. C'est le principe des antennes paraboliques. Dipôle élémentaire Antenne parabolique Adnane LATIF:

Dipôle élémentaire

le principe des antennes paraboliques. Dipôle élémentaire Antenne parabolique Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM 33

Antenne parabolique

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

33

V- ZONES DE RAYONNEMENT D’UNE ANTENNE On distingue pour chaque type d'antenne trois zones de

V- ZONES DE RAYONNEMENT D’UNE ANTENNE

V- ZONES DE RAYONNEMENT D’UNE ANTENNE On distingue pour chaque type d'antenne trois zones de rayonnement

On distingue pour chaque type d'antenne trois zones de rayonnement :

Zone de Rayleigh : Zone de champ proche, la densité de puissance est quasi-constante

Zone de Fresnel : la densité de puissance est fluctuante

Zone de Fraunhoffer : Zone de champ lointain, les champs sont rayonnés sous la forme d'onde plane, la densité de puissance décroît en 1/r 2 .

Dans ce cours, seul la zone de champ lointain (ou zone de Fraunhofer) sera considérée. Dans cette zone, on considère la distance r grande par rapport à la longueur d'onde . L'étude des champs proches est assez complexe et sort du cadre de ce cours.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

34

Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM 35
Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM 35

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

35

VI- SOURCE ELEMENTAIRE VI-1 Potentiels électromagnétiques Pour évaluer les effets d’une source isotrope en un

VI- SOURCE ELEMENTAIRE

VI-1 Potentiels électromagnétiques Pour évaluer les effets d’une source isotrope en un point P de
VI-1 Potentiels électromagnétiques
Pour évaluer les effets d’une source isotrope en un point P de
l’espace on peut introduire les potentiels vecteur et scalaire :
z
P
Puisque
div(B)= 0
on peut écrire:
r
B(r,t) =
A(r,t)
o
x
Le vecteur A est donc
défini à un gradient près,
il existe alors une fonction
V vérifiant :
E r t
∂ A r t
(
,
)
(
,
)
=
V
(
r t
,
)
t
Adnane LATIF: Cours Antennes
ENSAM
36
En exprimant les équations de Maxwell en fonction des potentiels, on obtient les équations d’ondes

En exprimant les équations de Maxwell en fonction des potentiels, on obtient les équations d’ondes :

 2 ∂ V 2 V = 2 ∂ t   2 ∂ A
2
V
2
V
=
2
∂ t
 
2
A
2
A
=
J
2
∂ t
La résolution (complexe basé sur les fonctions de Green) donne pour une
répartition linéique :
j
r
1
e
potentiel scalaire
V
=
Q
. dl
4
l
r
L
j
r
e
A
=
I
. dl
potentiel vecteur
4
l
r
L

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

37

VI-2 dipôle élémentaire On appelle dipôle élémentaire, dipôle infinitésimal ou encore doublet de Hertz une

VI-2 dipôle élémentaire

VI-2 dipôle élémentaire On appelle dipôle élémentaire, dipôle infinitésimal ou encore doublet de Hertz une

On appelle dipôle élémentaire, dipôle infinitésimal ou encore doublet de Hertz une antenne dont la longueur dl est petite par rapport à la

(en principe, dl< 50 ) , on admet que

longueur d'onde . Comme dl <<

le courant I est uniforme (l'amplitude et la phase sont indépendantes de z).

z  e P r ƒ e r 0 e r r 1
z
e
P
r
ƒ e
r 0
e
r r 1

x

Adnane LATIF: Cours Antennes

i(t)

ENSAM

38

C’est un outil théorique qui permet de déduire le comportement de toute antenne comme la

C’est un outil théorique qui permet de déduire le comportement de toute antenne comme la somme de sources élémentaires.

dl

0

4

0

j

r

la somme de sources élémentaires.  dl 0 4 0 j r  e A =

e

A

=

I

dl u

.

I = I

r

avec

m

Le potentiel vecteur n’a qu’une composante A z :

On obtient alors :

H

H r H H
H
r
H
H

A

z

=

0

4

I

m

.

dl

.

= 0

= 0

=

1

4

I

m

.

dl

.sin

e

j

r

r

 

j

.

e

r

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

cos

j

r

2

z

+

1

r

2

39

Champ magnétique à une seule composante On peut déduire par la suite le champ électrique

Champ magnétique à une seule composante

On peut déduire par la suite le champ électrique produit :

On peut déduire par la suite le champ électrique produit : 1 E r ◊ I

1

E

r

I

=

2

1

I

E

E

=

4

E = 0

m

m

.

.

dl

dl

.cos

.sin

.

e

Z j r 0 . e 2 r j j r 0 + r
Z
j
r
0
.
e
2
r
j
j
r
0
+
r

Champ électrique à deux composantes

E

r

et

1

+

j

 

0

r

3

 

1

j

0

r

3

Z 0

r

2

+

E

On se retrouve donc finalement avec 3 composantes de champ rayonné. Suivant la distance du point d’observation P par rapport à la source, on va faire des approximations différentes pour simplifier les expressions.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

40

1 j r j 1   r + r 2 Z 0 + 1 r

1

j

r

j

1

 

r

+

r

2

Z

0

+

1

r

2

j

0

r

3

r

j

0

+

Z

0

 

r

r

2

 

H

=

 

4

 
   

1

 
E r = 2 ◊ I

E

r

=

2

I

E

=

1

 

4

m

I

m

.

dl

m

.

.

I

dl .sin

.

j

e

.

.cos

.

e

1 3 j r 0
1
3
j
r
0

dl

.sin

+

Les termes en 1/r représentent le champ rayonné (prédominant quand r grand), les termes en 1/r 2 donnent les champs induits et les termes en 1/r 3 le champ électrostatique.

Approximation en champ lointain :

j j ( t r ) H ( r , , , t ) =
j
j
(
t
r
)
H
(
r
,
,
,
t
) =
I
dl
sin
e
m
2
r
j
j
(
t
r
)
E
(
r
,
,
, ) =
t
Z
I
dl
sin
e
0
m
2
r
Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

41

Constatations : - Comme prévu, les champs E et H sont orthogonaux et en phase,

Constatations :

Constatations : - Comme prévu, les champs E et H sont orthogonaux et en phase, et

- Comme prévu, les champs E et H sont orthogonaux et en phase, et le rapport de leurs amplitudes vaut Z 0 . - Les champs E et H décroissent en 1/r - La densité de puissance décroît en 1/r 2 - E et H dépendent de r et , mais pas de . Ce n'est pas étonnant puisqu'on a une symétrie centrale parfaite par rapport à l'axe des z.

Remarque: Le dipôle élémentaire est bien pratique pour l'étude des antennes filaires; en effet, chacune de celles-ci peut se diviser en petits segments dans lesquels on considère le courant comme continu. En additionnant tous les doublets (ou même en passant à l'intégrale), on obtient le rayonnement de l'antenne considérée.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

42

Chapitre Chapitre II II : : CARACTERISTIQUES CARACTERISTIQUES DES DES ANTENNES ANTENNES I- Définition d’une

ChapitreChapitre IIII ::

CARACTERISTIQUESCARACTERISTIQUES DESDES ANTENNESANTENNES

CARACTERISTIQUES DES DES ANTENNES ANTENNES I- Définition d’une antenne II- Principe de réciprocité

I- Définition d’une antenne II- Principe de réciprocité III- Antenne isotrope IV-La fonction caractéristique de rayonnement V- Surface caractéristique de rayonnement VI- Intensité de rayonnement dans une direction VII- Directivité VIII- Coefficient de réflexion et adaptation IX- Résistance de rayonnement X- Rendement énergétique XI Gain en puissance XII- Relation entre le Gain et la résistance de rayonnement XIII-Le digramme de rayonnement XIV - Puissance isotrope rayonnée (PIRE, angl. EIRP) XV- Surface équivalente (Surface effective).

XVI- Relation entre la surface équivalente et gain de l'antenne de réception XVII-Bande passante

Adnane LATIF: Cours Antennes

XVIII-Bilan de liaison

ENSAM

43

On a vu que la théorie des antennes est basée sur le rayonnement produit par

On a vu que la théorie des antennes est basée sur le rayonnement produit par des sources (charges, courants) à la surface d’un conducteur. Quand on veut décrire le fonctionnement d’une antenne particulière, certaines caractéristiques fondamentales, communes à tous les types d’antennes, sont données :

communes à tous les types d’antennes, sont données : la fonction caractéristique de rayonnement le diagramme

la fonction caractéristique de rayonnement le diagramme de rayonnement la directivité le gain l’ouverture la surface équivalente

Notations :

p(r, , ) [W/m 2 ] densité de puissance radiale P F [W] puissance fournie à l'antenne P E [W] puissance émise P R [W] puissance reçue D ( , ) [-] directivité de l'antenne G ( , ) [-] gain directif de l'antenne

[-] gain de l'antenne

G

Adnane LATIF: Cours Antennes

0

ENSAM

44

I- Définition d’une antenne Quand on veut effectuer une transmission sans fils, c’est alors les

I- Définition d’une antenne

I- Définition d’une antenne Quand on veut effectuer une transmission sans fils, c’est alors les champs

Quand on veut effectuer une transmission sans fils, c’est alors les champs électrique et magnétique que l’on va chercher à rayonner dans l’espace.

Le dispositif permettant d’effectuer la transmission entre l’énergie guidée et l’énergie rayonnée est appelé une antenne

Une antenne est un dispositif permettant de transformé une énergie guidée en une onde EM rayonnée en espace libre. Suivant sa forme et son mode de fonctionnement, l’énergie est rayonnée dans certaines directions privilégiées de l’espace. La représentation de ces directions dans tout l’espace est appelée diagramme de rayonnement.

Adnane LATIF: Cours Antennes
Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

de ces directions dans tout l’espace est appelée diagramme de rayonnement. Adnane LATIF: Cours Antennes ENSAM

45

II- Principe de réciprocité Le principe de réciprocité stipule qu'une antenne peut être utilisée indifféremment

II- Principe de réciprocité

II- Principe de réciprocité Le principe de réciprocité stipule qu'une antenne peut être utilisée indifféremment

Le principe de réciprocité stipule qu'une antenne peut être utilisée indifféremment en émission ou en réception, c’est-à-dire que le même dispositif permet soit de créer un rayonnement à partir d’une puissance H. F qu’on lui fournit (antenne fonctionnant en émission) soit de recueillir l’énergie H. F lorsqu’il est plongé dans un rayonnement (champ électromagnétique) (antenne fonctionnant en réception ), les deux bandes de fréquences étant les mêmes dans les deux cas.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

46

III- Antennes isotrope On appelle antenne isotrope une antenne théorique rayonnant uniformément dans toutes les

III- Antennes isotrope

III- Antennes isotrope On appelle antenne isotrope une antenne théorique rayonnant uniformément dans toutes les

On appelle antenne isotrope une antenne théorique rayonnant uniformément dans toutes les directions de l'espace. Une telle antenne n'a donc pas de direction de propagation privilégiée; on dit qu'elle n'est pas directive.

Celle- ci est une antenne idéale : un point qui rayonne et dont le lobe de rayonnement est une sphère.

idéale : un point qui rayonne et dont le lobe de rayonnement est une sphère. Adnane

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

47

A une distance r la densité de puissance vaut : = P E 4 r

A une distance r la densité de puissance vaut :

=

P

E

4

r

2

P

(

r

,

)

iso

,

de puissance vaut : = P E 4 r 2 P ( r , ) iso

Si l'antenne isotrope est intéressante pour le calcul théorique, il est important de noter qu'elle est impossible à réaliser dans la pratique…

IV-LaIV-La fonctionfonction caractéristiquecaractéristique dede rayonnementrayonnement

La fonction caractéristique permet de représenter les variations du niveau de champ rayonné en champ lointain en fonction de la direction considérée.

Cas du doublet :

j E = Z ◊ I ◊ dl ◊ sin 0 m 2 r 60
j
E
=
Z
I
dl
sin
0
m
2
r
60
E
=
◊I
◊dl ◊
sin
m
r
F (
)
Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

e

j

(

t

r

)

48

La fonction caractéristique du doublet normalisée à l’unité est: F ( , ) = sin(

La fonction caractéristique du doublet normalisée à l’unité est:

caractéristique du doublet normalisée à l’unité est: F ( , ) = sin( ) Pour une

F ( ,

) = sin( )

Pour une antenne quelconque dont le champ électrique émis s’écrit:

A

0

(

E r

,

)

(

F

)

=

,

,

r

Avec F( , ) la fonction caractéristique de l’antenne. Dans cet usage, la fonction caractéristique admet comme valeur maximale 1.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

49

V- Surface caractéristique de rayonnement on appelle "Surface Caractéristique de Rayonnement" la surface fermée

V- Surface caractéristique de rayonnement

V- Surface caractéristique de rayonnement on appelle "Surface Caractéristique de Rayonnement" la surface fermée

on appelle "Surface Caractéristique de Rayonnement" la surface fermée obtenue en portant, à partir d'un point pris comme origine, un vecteur dont la longueur est une fonction simple du champ créé à une distance constante de l'antenne, dans la direction du vecteur.

Si l’on recherche le vecteur de longueur maximum et que l’on utilise cette longueur comme unité, la surface caractéristique de rayonnement ne dépend pas de la puissance d’alimentation, mais uniquement de l’antenne. Lorsque l’on s’éloigne de l’antenne (région de champ lointain: Zone de Fraunhofer), cette surface caractéristique de rayonnement est donc un caractéristique de l’antenne (surface Caractéristique de Rayonnement est indépendante de la distance ).

Exemple

L’antenne isotrope rayonne le même champ dans toutes les directions, sa surface caractéristique est donc sphérique

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

50

VI- Intensité de rayonnement dans une direction La densité de puissance est définie par unité

VI- Intensité de rayonnement dans une direction

VI- Intensité de rayonnement dans une direction La densité de puissance est définie par unité de

La densité de puissance est définie par unité de surface est définie par le vecteur de poynting dans une direction:

p ( r ,θ, ϕ ) = 2Z E 2 0

= ( A 0 )

2Z 0

2

r 2 F 2 ( θ, ϕ )

L’intensité de rayonnement dans une direction de l’espace est égale à la puissance rayonnée dans cette direction par unité d’angle solide (indépendant de r).

U ( ,

) =

dP

E

d

avec

dP

E =

(

p r

,

,

) dS

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

51

d = 1 r 2 dS U ( ) , = = sin( A 0

d

=

1

1

r

2

dS

d = 1 r 2 dS U ( ) , = = sin( A 0 2

U

(

)

,

=

=

sin(

A 0

2 Z

2

0

F

2

)

(

d

,

d

)

d
d

Watt / stéradian

La densité stérique de puissance ou intensité de rayonnement

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

52

Exemple Pour une antenne isotrope, U( , ) est indépendant de la direction de rayonnement

Exemple

Exemple Pour une antenne isotrope, U( , ) est indépendant de la direction de rayonnement (
Exemple Pour une antenne isotrope, U( , ) est indépendant de la direction de rayonnement (

Pour une antenne isotrope, U( , ) est indépendant de la direction de rayonnement ( , ) et égale à l’intensité moyenne de rayonnement

P

E

U

(

)

=U

=U

iso

=

,

m

4

Calcul de l ’intensité de rayonnement pour un doublet de Hertz

U (

,

) =

2

15

(

I

dl

)

m

2

sin

2

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

53

VII- Directivité dans une direction On appelle directivité le rapport entre la densité de puissance

VII- Directivité dans une direction

On appelle directivité le rapport entre la densité de puissance crée dans une direction donnée et la densité de puissance d’une antenne isotrope. La directivité (parfois appelée gain directionnel, ce qui porte à confusion…) d'une antenne est définie ainsi :

D (

,

)

=

(

p r

,

,

)

P iso

antenne est définie ainsi : D ( , ) = ( p r , , )

On admet que P iso est la densité de puissance émise par une antenne isotrope. La directivité indique dans quelles directions la densité de puissance est meilleure ou moins bonne que celle de l'antenne isotrope. La directivité ne dépend pas de r, car les deux densités décroissent en 1/r 2 .

La puissance totale rayonnée P E est égale au flux du vecteur de Poynting à travers une surface fermée entourant l’antenne.

P

E

=

sphère

p.dS

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

54

En champ lointain, on a trouvé : ( p r , , ) = E

En champ lointain, on a trouvé :

(

p r

,

,

)

=

E

2

2 Z

0

=

(

A 0

)

2 Z

2 Z

r

2

2

0

F

2

(

,

)

0 = ( A 0 ) 2 Z r 2 2 0 F 2 ( ,

La densité de puissance surfacique peut également s’exprimer en densité stérique, en fonction de l’angle solide

2 ( A ) 0 2 Z 0
2
(
A
)
0
2 Z
0

2

(

)

d

P E

F

=

,

alors

D

(

0

,

0

)

=

 

F

2

(

0

,

0

)

1

4

F

2

(

,

)

d

Autrement dit:

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

55

La directivité peut être définie comme le quotient de l’intensité de rayonnement dans une direction

La directivité peut être définie comme le quotient de l’intensité de rayonnement dans une direction donnée par la valeur moyenne de cette intensité de rayonnement pour toutes les directions de l’espace (l’intensité rayonnée par une antenne isotrope recevant la même puissance).On l’exprime de décibels (dB).

la même puissance).On l’exprime de décibels (dB). 1- Rayonnement Isotrope: rayonnement de même intensité
la même puissance).On l’exprime de décibels (dB). 1- Rayonnement Isotrope: rayonnement de même intensité

1- Rayonnement Isotrope: rayonnement de même intensité dans toutes les directions, la directivité est nulle (0dB). 2- Rayonnement directif: une direction de rayonnement est privilégiée, la directivité D est le quotient de l’intensité dans cette direction par l’intensité moyenne.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

56

Soit: D ( 0 , 0 ) = 4 U ( 0 , 0 )

Soit:

D

(

0

,

0

)

=

4

U

(

0

,

0

)

U ( , ) d

U

(

,

)

d

=

4

 

U

(

0

,

0

)

U ( , ) sin   d d

U

(

,

)

sin

 

d

d

, 0 ) U ( , ) sin   d d ◊ Exemple Calcul de la

Exemple

) U ( , ) sin   d d ◊ Exemple Calcul de la puissance totale

Calcul de la puissance totale rayonnée par le doublet électrique

2

40(

I

dl

)

P E =

m

2

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

57

VIII- VIII- Coefficient Coefficient de de réflexion réflexion et et adaptation adaptation P f P

VIII-VIII- CoefficientCoefficient dede réflexionréflexion etet adaptationadaptation

P f
P f
P i générateur P r Z e
P i
générateur
P r
Z e

P e : puissance émise

P f P i générateur P r Z e P e : puissance émise L’antenne étant

L’antenne étant un système résonant (onde stationnaire), il faut faire en sorte que l’impédance qu’elle ramène face à la ligne (son impédance d’entrée) soit adaptée à celle-ci.

On définit la qualité d’adaptation d’une antenne soit en donnant son impédance caractéristique (souvent 50 ohms), soit en donnant son niveau de coefficient de réflexion.

Ze = R + jX

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

58

coefficient de réflexion en puissance : S 11 2 P = r P i S

coefficient de réflexion en puissance :

S

11

2 P

=

r

P

i

coefficient de réflexion en puissance : S 11 2 P = r P i S 11

S

11

est le coefficient de réflexion en tension

1 + S

11

Impédance déduite d’une mesure de réflexion :

Ze

Zc .

=

1

S 11

La ligne est alors en onde progressive, toute la puissance est transmise à l’antenne. L’antenne sert alors de transformateur d’impédance entre l’espace libre et la ligne de transmission. La puissance rayonnée ne dépend que de la puissance acceptée et des pertes de l’antenne.

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

59

Expression Expression en en décibels décibels On trouve la plupart du temps les valeurs exprimées

ExpressionExpression enen décibelsdécibels

Expression Expression en en décibels décibels On trouve la plupart du temps les valeurs exprimées en

On trouve la plupart du temps les valeurs exprimées en décibels :

S

11

dB =

20log S

11

return loss

On parle aussi beaucoup en terme de VSWR :

VSWR =

1 + S 11 1 S 11
1 +
S
11
1
S
11

Adnane LATIF: Cours Antennes

ENSAM

60

IX- Résistance de rayonnement Quand on fait le lien entre la puissance rayonnée et la

IX- Résistance de rayonnement

IX- Résistance de rayonnement Quand on fait le lien entre la puissance rayonnée et la puissance

Quand on fait le lien entre la puissance rayonnée et la puissance dissipée par une charge, on peut déterminer la résistance de rayonnement à partir de la fonction caractéristique.

de rayonnement à partir de la fonction caractéristique. Z c Z e Ze = R +

Z c

Z e

de rayonnement à partir de la fonction caractéristique. Z c Z e Ze = R +
de rayonnement à partir de la fonction caractéristique. Z c Z e Ze = R +
de rayonnement à partir de la fonction caractéristique. Z c Z e Ze = R +