Vous êtes sur la page 1sur 19

L'ANTI-OEDIPE, UN ENFANT FAIT PAR DELEUZE-GUATTARI

DANS LE DOS DE LACAN, PRE DU SINTHOME


Florent Gabarron-Garcia

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

2010/1 - N 72
pages 303 320

ISSN 0986-6035

Article disponible en ligne l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-chimeres-2010-1-page-303.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Gabarron-Garcia Florent, L'anti-oedipe , un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan, pre du
Sinthome ,
Chimres, 2010/1 N 72, p. 303-320. DOI : 10.3917/chime.072.0303

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour ERES.


ERES. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions
gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute
autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf
accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage
dans une base de donns est alement interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

ERES | Chimres

31/05/2010

Psychologue clinicien,
psychanalyste

Page 303

LANTI-OEDIPE , UN ENFANT
FAIT PAR DELEUZE-GUATTARI
DANS LE DOS DE LACAN, PRE
DU SINTHOME

ANTI-OEDIPE CONSISTE en un dialogue critique et serr, parfois


provocateur, mais le plus souvent plein dhumour avec la psychanalyse constitue. la diffrence de la dispute de peu contemporaine que mne Robert Castel2, il ne se fera pas de lextrieur du
champ analytique ou au nom de raisons sociologiques mais au nom
de la clinique. Il sagit de renouer : avec linventivit premire de la
psychanalyse [] comme le rappelle ldito fondateur de
Chimres 3. Il ne sagit pas de faire de lanti-psychanalyse, mais de
construire une machine de guerre contre larraisonnement clinique auquel certaines pratiques psychanalytiques donnent lieu,
notamment, lorsquelles traitent de la psychose.

Pourtant cest bien un motif anti-psychanalytique quest rduite le


plus souvent cette uvre dans le champ psy. Aujourdhui, des tudiants de psychologie stonnent que lanti-oedipe ne figure pas dans
la bibliographie du Livre noir de la psychanalyse. Pour certains psychanalystes Lanti-oedipe est un livre o lon voit bien que les
auteurs nont rien compris Lacan et la psychanalyse , ou encore
quils en reviennent une conception de linconscient antrieure
lavnement de la psychanalyse 4 . Cliniquement antrieur
lavnement de la psychanalyse, et politiquement surann, lAntioedipe serait la fois une rgression du point de vue mtapsychologique et un fourvoiement politique. Ce livre est mis au ban de la
lgitimit psy . Avec lanti-psychiatrie et le freudo-marxisme, il
participe, aujourdhui, constituer la frontire de ce qui relve du

303

C L I N I Q U E

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

FLORENT GABARRONGARCA1

10:33

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 304

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

champ de la recevabilit pistmologique et de ce qui nen relve pas.


Il vient silencieusement dlimiter la positivit de lespace du savoir
lgitime et sceller laccord mtapsychologique fond sur son exclusion. Une tude psy rcente qui ose quelque peu braver linterdit en
prenant pour objet le Corps sans organes ne se risque, malgr tout,
jamais citer Lanti-oedipe5.
Finalement il sagirait en ralit dun livre de philosophie . Mais
cest ainsi que le couperet de la suprme disqualification psychopathologique tombe dfinitivement. Est-ce en effet un hasard si le nom
de Gilles Deleuze, philosophe de son tat, clipse sans cesse celui de
Flix Guattari, qui tait psychanalyste et clinicien6 ? Pourtant, si
Deleuze ntait pas clinicien, il connaissait bien la psychanalyse. Sa
prsentation de Sacher-Masoch7, est aujourdhui devenue un classique, et plusieurs de ses ouvrages lui ont valu les compliments de
Lacan8. Enfin, son uvre est parseme de rfrences la psychanalyse avec laquelle il dialogue sans cesse. Pourquoi ds lors ne lirait-on
que certains de ses ouvrages, ou les seuls passages indiqus par Lacan,
en excluant a priori la critique quil adresse9 ? Cela est dautant moins
pertinent que si cette critique est malveillante , comme lassument
Deleuze et Guattari, cela nest pas tant dabord lgard de la psychanalyse qu lgard de ses msusages. Une lecture rapide et simpliste tendrait faire croire que leur critique consiste essentiellement
dire que la psychanalyse se fourvoie dans les fictions du mythe de
ldipe. Or ils veulent montrer patiemment comment une certaine
clinique et une certaine thorie de la psychanalyse constitue en
dogme transforment cette dernire en pige ractionnaire.
Quon ne croie pas que nous fassions allusion des aspects
folkloriques de la psychanalyse. Ce nest pas parce que du ct
de chez Lacan, on se fait une autre conception de la psychanalyse, quil faut tenir pour mineur ce quest le ton rgnant
dans les associations les plus reconnues : voyez le docteur
Mendel, les docteurs Stphane, ltat de rage o ils entrent, et
leur invocation littralement policire, lide que quelquun
prtende se soustraire la souricire ddipe 10.
Du ct de chez Lacan on ne procderait pas ainsi : on se ferait
une autre conception de la psychanalyse . Quel est ce ct de

304

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 305

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Lacan ? Sagit-il de Lacan lui-mme, ou sagit-il de lacaniens qui se


feraient une autre ide de la psychanalyse ? Le projet deleuzo-guattarien ne relve pas, a priori, dun anti-lacanisme (et encore moins
dune anti-psychiatrie). Guattari assiste rgulirement au sminaire
de Lacan. Il tait en analyse avec lui et il tait membre de lcole freudienne de Paris11. Il en est de mme de la plupart des collgues avec
qui il travaille dans le cadre de la psychothrapie institutionnelle12.
Cest du bord de la complexit politiquement fracture du champ
thorico-clinique de la psychanalyse et de la psychiatrie que la critique anti-oedipienne est mene. LAnti-dipe ne relve pas dune
rupture pistmologique avec le champ psy et la psychanalyse, mais
dune prcipitation de luvre de Lacan catalyse par les vnements
de mai 1968 (que les rpressions de tous ordres vont progressivement
rsorber : Mai 68 na pas eu lieu crivent Deleuze et Guattari le
15 Fvier 1984, au cur des Annes dhiver).
La forclusion ou lchec de la psychanalyse

Les passages de lAnti-oedipe o Deleuze et Guattari voquent


Lacan ne sont pas empreints dune condamnation unilatrale de
luvre du matre . Leur rapport peut tre parfois critique (et parfois dun humour corrosif ), mais consiste avant tout en une interrogation problmatique de ce quest en train dlaborer Lacan. ce
moment Lacan, littralement, invente la thorie de la psychanalyse.
Ses laborations permanentes relvent minemment dun work in
progress . Deleuze et Guattari suivent de prs ce mouvement : ils sy
intressent, et viennent y nourrir leur rflexion. Et cest ainsi que
LAnti-oedipe ne se dpartit pas dune sorte de mditation (qui nest
pas sans une drolatique provocation) sur le sens de luvre de Lacan
qui est en train de se faire :
Ce nest tout de mme pas parce que je prche le retour
Freud que je ne peux pas dire que Totem et tabou, cest tordu.
Cest mme pour a quil faut retourner Freud. Personne ne
ma aid pour quon sache ce que cest : les formations de
linconscient Je ne suis pas en train de dire que ldipe a
sert rien, ni que a na aucun rapport avec ce que nous faisons. Ca ne sert rien aux psychanalystes, a sest vrai ! Mais
comme les psychanalystes ne sont pas srement des psycha305

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 306

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

nalystes, a ne prouve rien Ce sont des choses que jai


exposes en leur temps ; ctait un temps o je parlais des
gens quil fallait mnager, ctaient des psychanalystes. Jai
parl ce niveau-l, de la mtaphore paternelle, je nai jamais
parl de complexe ddipe 13.
Cet extrait nindique-t-il pas que Lacan lui-mme avait dj pris des
distances critiques vis--vis de la thorie du complexe ddipe ? Et,
ny a-t-il pas ici une invitation poursuivre sa critique et
laccomplir ? Deleuze et Guattari mettent en avant ces remarques
thoriques de Lacan du dbut des annes 70. Elles ne sont pas encore
publies. Elles nappartiennent encore aucun corpus thorique,
aucune pratique clinique constitue. Ces remarques constituent un
retour sur ce que Lacan aurait dit avant, ce qui nest pas sans comporter un certain aspect critique. En faisant valoir ce recul, il sagit
dintroduire de la diffrence avec le discours des tenants dune orthodoxie freudienne oedipienne : ce que font les docteurs Mendel et
Stphane en matire de psychose est-il vraiment fond au regard des
ultimes propositions thoriques de la psychanalyse? 14 Mais le propos est de viser aussi linterprtation dautres lacaniens, car :
[] malgr de beaux livres crits rcemment par des disciples de Lacan, nous demandons si la pense de Lacan va bien
dans ce sens ? 15.
Au fond, que veut dire Lacan avec sa thorie de la forclusion ? Et
quel est le rapport de cette dernire avec le complexe ddipe ?
La schizoanalyse emprunte sa substance Lacan, aussi bien qu
toutes les thories psychanalytiques et psychiatriques : elle fait feu
de tout bois . Ce quelle tente a certainement t insuffisamment
mis en lumire et pourtant intresse au plus haut point tous les analystes. Il ne sagit pas de quitter la psychanalyse et son hypothse fondatrice de linconscient ou la thorie du dsir telle que la dveloppe
Lacan ou de revenir un inconscient archaque (comme le prtendent de manire caricaturale les dtracteurs). Tout au contraire :
il sagit de procder une opration de haute technicit qui mobilise
toute la clinique de la psychose et tout le savoir psychanalytique dont
on peut disposer lpoque. Deleuze et Guattari dialoguent avec

306

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 307

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Lacan afin de crer un point de bascule , afin de prcipiter


linterprtation de son uvre pour louvrir une autre conception
de la psychose et de la schizophrnie16. En effet au sujet de lextrait
cit ci dessus de Lacan, ils se demandent :
Sagit-il seulement doedipianiser mme le schizo ? ou ne
sagit-il dautre chose, et mme du contraire ? Schizophrniser,
schizophrniser le champ de linconscient [] 17.
Schizophrniser linconscient : la proposition certes a de quoi surprendre, voire mme, peut ventuellement drouter la premire lecture. Ne sagirait-il pas dune dangereuse rversion du champ
analytique 18 ? O veulent-ils en venir ? Ne peut-on pas effectivement douter, a priori, que Lacan nait jamais voulu pratiquer une
telle opration ? Et dailleurs quoi peut correspondre dun point de
vue clinique un tel geste thorique ? Enfin, ne risque-t-on pas
dchouer dans un loge strile (et facile) de la schizophrnie, en
dlaissant la question clinique ?
Si Lacan, ds les annes trente, expose le cas dAime partir
dlments en grande partie psychanalytiques19, le texte qui fera cole
dans les annes 60 jusqu la fin du XXe sicle pour rendre compte
de la psychose se trouve dans les crits : il sagit Dune question prliminaire tout traitement possible de la psychose 20. Cest aussi
pendant ces annes que Lacan tient son sminaire sur les psychoses21.
Serge Leclaire, dans le cadre de sa thse de mdecine, reprend en
1958 les ides de Lacan (plus particulirement La question prliminaire publi en 1955) et en systmatise les ressorts pour les formaliser22. Celle-ci semble a posteriori, constituer le paradigme des
pratiques lacaniennes lhpital. Si le nom du pre est forclos il
ny a plus grand-chose faire. Le manque induit par la forclusion
nest-il pas en effet irrparable, comme le soutient Serge Leclaire dans
sa thse inaugurale ? En France, au carrefour de ces annes soixante,
soixante-dix (Lanti-oedipe date de 1972), cest la thorie lacanienne
de la forclusion, dinspiration freudienne, qui domine le pav. Depuis
lors, on retrouve en effet cette ide sous-jacente chez nombre
dauteurs dorthodoxie lacanienne. Elle est alors plus ou moins accentue. Cest encore en son nom que lon effectue rgulirement
aujourdhui des prsentations cliniques dans les hpitaux : il sagit
307

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 308

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

alors dune vritable traque de la forclusion23. Dans cette perspective, le diagnostic structural de psychose semble rifier le malade,
et leffet du groupe, qui lobserve silencieusement, contribue sa
chronicisation. videmment, il existe dj lpoque dautres
manires de faire : la plupart des grands noms de la psychanalyse
qui ont faire avec la psychose ne se servent pas de cette thorie, ou
la dtournent habilement24. Mais cependant, il semble bien qu
lpoque personne nait os critiquer ouvertement le matre ou ses
disciples, qui soutenaient cette thorie. Il faut mme, semble-t-il,
attendre la fin du XXe sicle pour que la critique soit assume comme
telle. Or, sil existe dj lpoque dautres manires de faire , si
dans la pratique il existe dautres cliniques que le nihilisme quinduit
la thorie de la forclusion, qui ose, part Guattari (qui sassocie avec
Deleuze pour cette occasion), venir contester la toute puissance de
cette thorie lpoque 25 ? Il semble bien, qu ce moment, parmi
les grands noms de la psychanalyse qui traitent de la psychose, seuls
les non-lacaniens, comme par exemple Gisela Pankow, sautorisent
critiquer ouvertement Lacan26. Les lacaniens ne dnonceront explicitement et ouvertement le nihilisme clinique de cette conception et
le msusage de leurs collgues, quaprs la mort du matre . De
mme, il faudra attendre pour quune critique lacanienne doute explicitement que les prsentations cliniques queffectuait Lacan avaient un
quelconque rapport avec la psychanalyse27 et dnonce vigoureusement
les effets de la Norme analytique dans le champ psychiatrique28.
Rcemment des lacaniens ont prtendu que la psychose est impntrable, et que toute thrapie nest quorthopdique (ce quoi la
psychanalyse ne pourrait se rduire) 29. Freud lui-mme ne stait-il
pas dfendu que sa discipline puisse tre dune quelconque utilit en
la matire, demandent les tenants de cette position ? Un certain
nombre de psychanalystes pensent que leur discipline ne pourrait
traiter la psychose, le transfert tant impossible . Certains vont
mme plus loin : les succs thrapeutiques en matire de psychose
seraient en ralit le rsultat de diagnostics errons30 : il ny a de gurison que celle du nvros, car il ny a pas de transfert possible dans
la psychose31 rpte-t-on lenvie : le sujet est forclos . Il est difficile de nier qu cet gard, une certaine thorie structuraliste de la
forclusion recle, lvidence, suffisamment dlments qui contri308

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 309

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

buent un puissant nihilisme thrapeutique, ce que lactualit thorico-clinique ne fait, en grande partie, que confirmer.
Deleuze et Guattari procdent une critique radicale de la thorie
de la forclusion pour rendre compte de la psychose. Il sagit en fait
dbranler le dogme de la forclusion port par les lacaniens et de
reprendre nouveaux frais la thorie de la psychose. Cest mme la raison pour laquelle une rversion du champ analytique est souhaitable.
Du rel linconscient machinique

videmment, sil sagit deffectuer un tel saut thorico-clinique


cela suppose cependant de procder une auto-critique salutaire. En
effet, il faut rappeler que le summum des formalisations dipiennes
revient la conception dun inconscient structural. Linterprtation
structurale est celle qui accomplit le mieux ldipe par son formalisme mme, o le symbolique est la catgorie prvalente :
[] la distinction de limaginaire et du symbolique permet
de dgager une structure oedipienne comme systme de places
et de fonctions qui ne se confondent pas avec la figure variable
de ceux qui viennent les occuper dans telle formation sociale
ou pathologique : oedipe de structure (3 + 1) qui ne se
confond pas avec un triangle mais opre toutes les triangulations possibles en distribuant dans un domaine dtermin le
dsir, son objet et la loi 32.
Et, de ce fait, linterprtation structurale : [] fait ddipe
une sorte de symbole catholique universel, par-del toutes les
modalits imaginaires. Elle fait ddipe un axe de rfrence
aussi bien pour les phases pr-oedipiennes, pour les varits
para-oedipiennes, pour les phnomnes exo-odipiens : la
notion de forclusion par exemple semble indiquer une lacune
proprement structurale, la faveur de laquelle le schizophrne
est naturellement replac sur laxe dipien [] 33.
On remarquera ici lusage du verbe sembler propos de la notion
de forclusion, ce qui quivaut, en quelque sorte, un conditionnel.
Si la notion de forclusion dans le modle symbolique semble indiquer une lacune , cest bien quil pourrait en tre autrement, ou, du
moins, quil nest pas certain que la forclusion soit ncessairement
309

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 310

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

une lacune . Lopration vise ici est double : dune part, il sagit
de porter le doute sur le dogme de la forclusion sans, strictement
parler, condamner les laborations thoriques de Lacan. Car, dautre
part (et une fois de plus) il sagit de les soumettre la question. Au
fond, la forclusion est-elle structuralement un chec du symbolique,
ou est-ce quil ne faudrait pas remettre en question la distinction
essentielle entre limaginaire et le symbolique qui rend compte de la
forclusion comme chec ? Nest-ce pas les lacaniens qui se
trompent alors que lopration de Lacan est tout autre ? Cest en effet
contre une interprtation errone de Lacan par rapport la psychose
et la forclusion que Deleuze et Guattari sinsurgent :
[] et mme une tentative aussi profonde que celle de
Lacan pour secouer le joug ddipe a t interprte comme
un moyen inespr de lalourdir encore, et de le refermer sur
le schizo 34.
Deleuze et Guattari ne manquent pas de dnoncer la thorie structurale et lusage que certains peuvent en faire. Cest quils ont dans
lide que le sens profond de la thorie structurale mise au point par
Lacan ntait pas de clore linconscient : en cela, ils annoncent les
mises aux points que va effectuer Lacan. En effet, ce dernier poursuit son uvre, et sil procde une thorie de linconscient qui
sinspire de la linguistique, ce nest pas en rptant ce modle
import, mais cest pour au contraire le critiquer au nom de
linconscient. Et nest-ce pas ce quil fait trs clairement cette mme
anne 1972 dans son sminaire lorsquil dveloppe lide que la linguistique ne fraye rien pour lanalyse ? En effet, lanalyse se tient
sa limite et relve davantage dune linguisterie puisque ce qui
lintresse ce nest pas tant la rgularit que laccident, le mot desprit
ou le lapsus par o se rvle la singularit du sujet35.
Mais la prcipitation deleuzo-guattarienne de luvre de Lacan ne se
limite pas la critique dun linguisticisme psychanalytique : elle
relve dune charge analytique bien plus radicale. Leur question est
la suivante : ne faudrait-il pas donner la prvalence la catgorie de
Rel afin de faire sauter le structuralisme dipien porteur dune
norme toute puissante? Cest en effet ce point de torsion de la thorie lacanienne que Deleuze et Guattari veulent en venir. Et paradoxe,
310

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 311

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

il sagit, en quelque sorte, de faire participer Lacan leur opration


de rversion du champ analytique . Cest pourquoi nos auteurs
viennent se loger au cur des catgories lacaniennes quils vont faire
jouer diffremment. Avant de voir dans le dtail comment ils sy
prennent, voyons dabord pas pas le rsultat que vise leur drive
mtapsychologique . Tout dabord, ils reprennent leur compte la
critique classique de limaginaire, typique dun discours critique lacanien qui dnoncerait les illusions imaginaires au profit de lordre
symbolique :
Notre critique prcdente ddipe risque dtre juge tout
fait superficielle et mesquine, comme si elle sappliquait seulement un oedipe imaginaire et portait sur le rle des figures
parentales, sans rien entamer de la structure et de son ordre
de places et de fonctions symbolique s 36.
Mais il sagit l, en quelque sorte, dune feinte . Car sils endossent
cette posture qui fait de lordre symbolique la catgorie centrale, cest
finalement pour mieux porter le fer rouge de leur critique. En effet,
la diffrence essentielle nest pas entre le symbolique et limaginaire :
Toutefois, le problme pour nous est de savoir si cest bien l que
la diffrence passe .
Il sagit en fait de dplacer les catgories lacaniennes de Rel, de
Symbolique et dImaginaire. Car en fin de compte ce qui intresse
lanalyse, cest dabord le Rel :
La vraie diffrence ne serait-elle pas entre dipe, structural
aussi bien quimaginaire, et quelque chose dautre, que tous
les oedipes crasent et refoulent : cest--dire la production
dsirante les machines du dsir qui ne se laissent pas plus
rduire la structure quaux personnes, et qui constituent le
Rel en lui-mme, au-del ou en dessous du symbolique
comme de limaginaire ? 37
Et cest ainsi quils proposent, ds la page suivante, leur hypothse
dun inconscient machinique qui vise mettre le Rel au centre
des investigations analytiques, en mme temps qu dtruire
linconscient structural :
311

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 312

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Car linconscient lui-mme nest pas plus structural que personnel, il ne symbolise pas plus quil nimagine ou ne figure: il
machine, il est machinique. Ni symbolique, ni imaginaire, il est
le Rel en lui-mme, le rel impossible et sa production 38.
Il y aurait beaucoup dire sur la conception du Rel pour Deleuze
et Guattari par rapport celle de Lacan. Mais ce quil faut aussi
remarquer, cest quils laborent leur conception, non pas contre
Lacan partir de sa thorie. En effet si la plupart des lacaniens structuralistes soutiennent leur pratique de la primaut dune conception
du symbolique, tout autre tait la voie trace par Lacan. Il ne se
contente pas tel lcureuil analytique, de tourner dans la roue de
limaginaire et du symbolique, de limaginaire dipien et de la structure oedipianisante []
Ils ritrent cette opration, o ils mlent indissociablement leurs
propositions celles de Lacan : La vraie diffrence de nature nest
pas entre le symbolique et limaginaire, mais entre llment rel du
machinique, qui constitue la machine dsirante, et lensemble structural de limaginaire et du symbolique, qui forme seulement un
mythe et ses variantes [] . Donc le Rel est premier : il articule les
deux autres.
Et ils citent immdiatement Lacan: Aussi fallait-il entendre les avertissements de Lacan sur le mythe freudien de ldipe, qui ne saurait
tenir indfiniment laffiche dans les formes de socit o se perd de
plus en plus le sens de la tragdie : un mythe ne suffit pas de ne
supporter aucun rite, et la psychanalyse nest pas le rite ddipe 39.
Enfin ils rajoutent aussitt : Et mme si lon remonte des images
la structure, des images imaginaires aux fonctions symboliques, du
pre la loi, de la mre au grand Autre, en vrit la question est seulement recule 40.
On pourrait encore multiplier les passages o Deleuze et Guattari
nous disent que la diffrence essentielle nest pas dabord celle du
Symbolique avec lImaginaire mais celle du Rel davec le symbolique
et lImaginaire. Cest dans les dernires laborations de Lacan de ces
annes-l, au sujet de la thorie de lobjet a (quils qualifient
dadmirable 41) et du Grand Autre, quils trouvent les outils pour
fonder leurs propositions :

312

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 313

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Remonter des images la structure serait de peu de porte, et ne


nous ferait pas sortir de la reprsentation, si la structure navait un
envers, qui est comme la production relle de dsir 42.
Cest partir de cet envers de la structure que Lacan met jour
quil convient de rflchir et que sinstallent nos auteurs :
Cest tout cet envers de la structure que Lacan dcouvre avec
le a comme machine, et le A comme sexe non humain:
schizophrniser le champ analytique, au lieu doedipianiser le
champ psychotique 43.
Cest lobjet a qui indique ce que doit faire lanalyste :
Il ne convenait pas [] de resserrer les crous l o Lacan
venait de les desserrer ; doedipianiser le schizo, l o il venait
au contraire de schizophrniser mme la nvrose []. Lobjet
a fait irruption au sein de lquilibre structural la faon dune
machine infernale, la machine dsirante 44.
Quel est cet envers de la structure ? Quel est ce domaine que
donne voir lobjet a ? Et en quoi il cre un dsquilibre ? Si Lacan
a dcouvert que linconscient est structur comme un langage et quil
relve dun certain code pour une part, cest que, dautre part, il nest
cependant pas un code, ni un langage :
Il revient Lacan davoir dcouvert ce riche domaine dun code de
linconscient, enroulant la ou les chanes signifiantes [] Mais
combien ce domaine est trange en vertu de sa multiplicit au point
quon ne peut gure parler dune chane ou mme dun code dsirant.
Les chanes sont dites dsirantes parce quelles sont constitues de signes
mais ces signes ne sont pas eux-mmes signifiants. Le code ressemble
moins un langage qu un jargon, formation ouverte et polyvoque 45.
Vers quoi ds lors, doit se diriger le regard de lanalyste ? Il faut, en
fait, imaginer le lieu de la formation de la structure elle-mme. Et,
une de fois de plus, cest Lacan lui-mme qui lindique et qui montre
que ce domaine ne relve daucune signification, daucun signifiant.
En effet, ils citent alors Lacan pour tayer leur propos : [] une
exclusion provenant de ces signes comme tels ne pouvant sexercer
que comme condition de consistance dans une chane constituer ;
313

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 314

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

ajoutons que la dimension o se contrle cette condition est seulement la traduction dont une telle chane est capable. Quon sarrte
encore un instant sur ce loto. Pour considrer que cest linorganisation
relle par quoi ces lments sont mls dans lordinal, au hasard, qui
loccasion de leur sortie nous fait tirer les sorts 46.
En fait, ce qui doit intresser lanalyste avant toute chose, ce doit tre
cette inorganisation relle dont se soutient toute signification possible. Il sagit de la question des conditions de possibilit de production
du symbolique lui-mme. Ainsi Deleuze et Guattari peuvent conclure:
Sil y a une criture, cest une criture mme le rel [] :
tout le domaine de linorganisation relle des synthses passives, o lon chercherait en vain quelque chose que lon pourrait appeler le Signifiant, et qui ne cesse de composer et de
dcomposer les chanes en signes qui nont nulle vocation
pour tre signifiants 47.
On commence comprendre lide dun inconscient machinique ,
non pas tant dabord reprsentatif, mais producteur. Quelles peuvent
tre les consquences clinico-thoriques dun tel geste : quels espaces
analytique et clinique ouvrent-ils ainsi lanalyse et la question du
traitement des psychoses ?
La question prliminaire tout traitement des psychoses est
schizo-analytique

En revendiquant les droits du Rel lacanien de linconscient


lintrieur du modle symbolique structural, il sagit de dcoller
lexplication oedipienne du modle inconscient. Ce nest ni dabord
le symbolique et limaginaire qui intressent lanalyste, en quoi
ldipe est un mythe tout fait secondaire pour rendre compte de
linconscient (de mme que la thorie du Phallus) : ce sont des productions symboliques qui ne sauraient avoir un quelconque privilge.
Cest la raison pour laquelle on peut noter que nos auteurs ne
contestent pas lexistence ddipe comme invariant culturel, mais sa
gnralisation au modle de linconscient48.
Ds lors la conception structurale de la psychose doit tre relativise
ou renouvele. Cest ainsi que le champ problmatique constitutif
de linconscient est dplac et que linvestigation clinique est modi314

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 315

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

fie. Le problme smiologique qui se pose au clinicien nest plus de


diagnostiquer limpossibilit de la mtaphore paternelle. Il ne sagit
pas dabord de relever la faillite de la formation du symbolique, en
quoi sexprimerait la loi du refoulement de linconscient, car ds lors
on risquerait de se condamner rifier la psychose et la penser sous
le mode essentialiste dun chec. Ainsi, sil y a une question prliminaire tout traitement possible de la psychose, cest dabord en inversant les termes classiques de lanalyse : il sagit dinterroger lopration
de lanalyste qui, sous couvert de ldipe, se refuse de se confronter
ce que prsentifie le Rel du dlire et, qui du coup, se refuse
linvestigation et au traitement analytique des psychoses. En ce sens
on peut dire que lchec du symbolique, cest lchec du psychanalyste, ou encore que la vritable question prliminaire au traitement
des psychoses cest la question schizo-analytique. En se cantonnant
au modle structural qui privilgie lexplication de la psychose partir dun chec essentiel, alors on se condamne, au niveau clinique,
ne jamais sengager dans le transfert avec le patient et dans la production en quoi il consiste.
On a beaucoup glos sur le soi-disant dlire de telles propositions
thoriques, en suivant par l le mot de Lacan qui taxa, semble-t-il,
cette uvre de dlirante 49. Peut-tre y a-t-il ici une des causes du
conformisme analytique actuel. Tout le monde se plia au silence
absolu quimposa Lacan ses troupes lors de la parution du livre
(le fait est bien avr aujourdhui comme le montrent les historiens50),
alors quil sagissait au contraire douvrir une discussion. Or, nest-ce
pas ce silence qui aujourdhui perdure51, et qui explique que la plupart des prsentations cliniques se soutiennent dune telle conception structuraliste de la psychose ? Freud avait pris au srieux la parole
de lhystrique, et cest la raison pour laquelle linconscient tait
compris sous le modle du refoulement. La schizoanalyse en revendiquant un inconscient machinique et en plaant le Rel au centre de
linvestigation analytique ne permet-elle pas de faire valoir les droits
de la parole psychotique contre un certain discours rifi de lanalyse
structurale et contre son nihilisme thrapeutique toujours luvre ?
Lacan sest inspir de ces propositions thoriques qui, en partie, anticipent son uvre ultrieure. Il est permis en effet de se demander
315

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 316

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

dans quelle mesure la conception schizoanalytique na pas influenc


les dernires conceptions de la psychose chez Lacan52. Nest-ce pas
sur le dni de lanti-oedipe quil peut construire sa conception de
la psychose comme sinthome 53 ? La position thorique et clinique
de Lacan lgard du problme des psychoses va trs nettement changer ds 1975, soit trois ans aprs la parution de lanti-oedipe. On
notera que cette (r) volution, sur laquelle, il semble quon se garde
pour le moment de mettre trop laccent, na gure t suivie en pratique, cest--dire en clinique, et ce, y compris par les lacaniens, qui
semblent en rester une conception structurale de la forclusion
Cest surtout les textes des annes cinquante qui feront cole : la psychose est pense en des termes essentiellement dficitaires et en
comparaison ltalon du paradigme nvrotique54. Cependant, avec
la question du sinthome dans le sminaire XXIII, les choses
commencent singulirement se modifier pour Lacan55. Lacan introduit une sorte de symtrie clinique entre nvrose et psychose : au
symptme singulier qui caractrise le nvros, le psychotique produit
son sinthome qui lui permet de faire tenir la triade RSI (luvre
que produit Joyce est son sinthome singulier). Ds lors, le Rel
devient la catgorie de linconscient. On na pas encore mesur pleinement les enjeux cliniques dun tel geste thorique, geste que Lacan
ne fera quamplifier par la suite. En effet, dans la fin de son enseignement, notamment dans son sminaire Lune bvue , il nest
peut-tre pas exagr de dire quil rvolutionne compltement ses
anciens points de vue. Lacan se met critiquer Freud : cest la psychose qui permet de rendre compte de linconscient56. Or, ny a-t-il
pas l un singulier rapprochement avec la perspective schizoanalytique ? Dire que la forclusion est gnralise 57 comme le soutient
le tout dernier Lacan , nest-ce pas poser la schizophrnie comme le
modle de linconscient, nest-ce pas schizophrniser linconscient ?
De la mme manire que les exgtes admettent que le tout dernier Lacan 58 met le Rel en position majeure, devant le symbolique, cest prcisment ce que font, ds 1972, Deleuze et Guattari.
Cest partir de luvre de Joyce, et en tant quelle est la production
dune psychose, que Lacan a dgag un certain nombre doutils
conceptuels indits (comme le sinthome). Il a t amen critiquer
Freud pour, la fin de sa vie proposer un nouveau paradigme analy-

316

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 317

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

tique. Cest partir de luvre dArtaud que Deleuze et


Guattari proposaient trois ans plus tt une refonte ou un approfondissement du champ analytique. Dans les deux cas la psychose
enseigne dsormais lanalyste.
Notes :
1 - Psychologue clinicien, psychanalyste,
Florent Gabarron est doctorant Paris VII.
2- -Robert Castel, Le psychanalysme, lordre
psychanalytique et le pouvoir (1re dition),
Maspero, Paris, 1973, rditions 10-18, 1976
et Champ-Flammarion, Paris, 1981.
3 - Flix Guattari, Edito, Chimres, revue des
Schizo-analyses, numro 1, Gourdon, ditions Dominique Bedoux, Printemps 1987,
p. 3.
4 - Daprs Andr Green, Deleuze et Guattari
ne font rfrence quau premier Freud ,
celui davant la naissance de la psychanalyse
( A n d r G r e e n , D e l e u z e e t G u a tt a r i
Rflexions critiques , Revue franaise de
Psychanalyse, Numro 3, Paris, 1972).
5 - Par exemple, Franois Villa, professeur
au dpartement de psychopathologie et de
psychanalyse de Paris VII, dans un article
rcent traite du rapport du Corps sans
organe lorgane hystrique. Lauteur ne
mentionne jamais Lanti-oedipe, alors que
cest dans ce livre que la notion de corps
sans organes est le plus dveloppe et
affirme de manire paradigmatique.
Lorsquil voque cette notion cest essentiellement en rfrence au texte tardif et
secondaire de Deleuze sur Francis Bacon
et ses premires formulations dans
Logique du sens (Gilles Deleuze, Francis
Bacon, Logique de la sensation, Paris, ditions de la diffrence, 1984 ; Gilles Deleuze,
Logique du sens, Paris, ditions de minuit,
1969). Franois Villa, Le corps sans
organes et lorgane hystrique , in Champ
psychosomatique, numro 44, Paris, Lesprit
du temps, 2006, p. 33-46.
6 - Il y aurait certainement beaucoup dire
sur le fait que, bien souvent, on associe le
livre de lAnti-oedipe Deleuze plutt qu
Guattari. Pourtant Flix Guattari est celui qui
apporte la matire Lanti-oedipe comme la
montr Stphane Nadeau (Stphane
Nadeau, crits pour lAnti-oedipe, Paris,
Lignes-manifeste, 2004).

7 - Gilles Deleuze, Prsentation de SacherMasoch, Paris, ditions de minuit, 1967 (premire dition 1961).
8 - Au cours de la sance du 12 mars de son
sminaire de la mme anne, intitul Dun
Autre lautre, Lacan parle de Logique du
sens comme dun livre capital qui est en
lien avec ce quil tente lui-mme dlaborer
(Jacques Lacan, Dun Autre lautre, Paris,
Seuil, 2005). De mme, quelques annes
plus tt, il avait mis au dfi ses disciples de
produire une analyse aussi brillante que celle
Deleuze au sujet de Masoch.
9 - Pour une certaine doxa lacanienne, il
convient de parler de Deleuze comme on
suppose que Lacan la dit . Ainsi on cite
D e l e u z e l o r s q u i l fe r a i t p r e u v e
dobdience et quil reprendrait la notion
de forclusion (telle que llabore Lacan)
propos de Wolfson. Si on parle mme de
ses machines psychanalytiques cest
pour montrer comment lide de machinisme se trouve dj chez Lacan (Serge
Cottet, Les machines psychanalytiques de
Gilles Deleuze , La cause freudienne,
numro 32, Paris, Seuil, 1996, p. 15-19).
Puis, avec le virage que constituerait
Lanti-oedipe, on ne parlera plus du schizo
mais de son schizo (Serge Cottet,
Deleuze, son Schizo et langoisse ,
Bruxelles, in Quarto, n 86, avril 2006, p. 4648). Or lanalyse de Wolfson de Deleuze prfigure Lanti-oedipe. En effet, pour Wolfson
le savoir nest plus signifi, mais insuffl
dans le mot ; la chose nest plus imbrique,
mais embote dans le mot . Ds 1970
cette analyse contribue renouveler la question de la psychose dans le champ de lanalyse:
la psychose ne relve plus seulement dun
chec (Gilles Deleuze, prface de Louis
Wolfson, Le schizo et les langues, Paris,
Gallimard, 1970).
10 - Gilles Deleuze, Flix Guattari, Lantioedipe, Capitalisme et schizophrnie 1,
Paris, ditions de Minuit, 1972 p. 96.
11 - Guattari est dailleurs reconnu comme
analyste professionnel et dobdience lacanienne, membre de son cole. Trois ans

317

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 318

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

aprs la publication de louvrage en 1975, il


maintient encore une clientle de trente
trente cinq personnes . Franois Dosse,
Gilles Deleuze, Flix Guattari, Biographie
croise, Paris, La dcouverte, 2007, p. 223.
12 - Flix Guattari participe la fondation de
la Socit de psychothrapie institutionnelle
en 1965. Jusqu la fin de sa vie, il travaille
La Borde et est engag dans le champ de la
psychothrapie institutionnelle, comme en
tmoigne louvrage suivant : Flix Guattari
(avec Jean Our y, Franois Tosquelles),
Pratique de linstitutionnel et politique, Paris,
Matrice, 1985.
13 - Jacques Lacan, Sminaire X, Paris,
1970, opus cit dans lAnti-dipe, p. 62.
14 - Sur la question de la gense de la thorie
de Freud, on peut notamment se reporter, par
exemple, aux pages 109-110 de lA.O. (pour
des raisons de commodit nous appellerons
dsormais ainsi Lanti-dipe).
15 - A. O, p. 62.
16 - Mais aussi du politique (nous laissons ici
en suspens cette question).
17 - A. O, p. 62.
18 - A. O, p. 97.
19 - Jacques Lacan, De la psychose paranoaque dans ses rapports avec la personnalit, Paris, Le seuil, 1975 (1932).
20 - Jacques Lacan, Dune question prliminaire tout traitement possible de la psychose , crits, Paris, Le seuil, 1966
-1955-1956.
21 - -J. Lacan, Sminaire III, Les psychoses,
Paris, Seuil, 1981, 1956.
22 - -Serge Leclaire, Principes dune psychothrapie des psychoses, Paris, Fayard,
1999 (thse de mdecine, 1958).
23 - Nous avons commenc entreprendre
une critique pistmologique des prsentations cliniques dans le cadre de notre
Master II de psychopathologie.
24 - En effet, la plupart des grands
psychanalystes qui travaillent vraiment
avec les psychotiques nont jamais fait un
tel usage de cette conception
structuraliste de la forclusion (y compris
ceux qui taient proches de Lacan) ni non
plus pratiqu de prsentation clinique, de
Dolto Michaux, en passant par Oury ou
Pankow. Cependant, il faut attendre la fin
du sicle pass pour que les lacaniens
dclarent ouvertement leur dsaccord.

318

Ginette Michaux dclarait en 1999 : Me


reste cependant en mmoire une phrase
de Lacan, dite en des circonstances bien
prcises, avec la fureur qui tait parfois la
sienne. Quelquun lui posa la question de
la rversibilit ou non de la forclusion dans
la cure des psychotiques : Quest-ce
quon foutrait l alors les couter ! .
Quoi quon ait pu dire, crire, ou publier
ce sujet, Lacan la prononce et je lai
entendue, et dautres avec moi
(Ginette Michaux, Figures du Rel,
Clinique psychanalytique des psychoses,
Paris, Denol, 1999). De mme, Our y
reprenant Lacan, soutient que les
lacaniens orthodoxes se trompent : Il
est vrai que jai t assez vite exaspr par
cette rcitation de la forclusion du Nomdu-Pre. [] Ce que Lacan entend par
forclusion, cest une non-inscription, une
Un-bejahung. Mais linscription suppose
comme pralable la fonction forclusive, qui
est la mise en uvre du rejet qui
permettra linscription La forclusion dont
parle Lacan se situe un niveau logique
secondaire. Cest ce quon peut appeler un
ratage de la fonction forclusive . Sur cette
fonction : Parce quil faut en revenir aux
inscriptions premires qui permettent au
corps de se construire. Chez un
schizophrne, il y a des bouts entiers qui
ne sinscrivent pas par dfaut de la
fonction forclusive . Jean Oury, Marie
Depuss, A quelle heure passe le train,
Conversation sur la folie, Paris, Calman-Lvy,
2003, p. 78-79.
25 - Avant lAO, Guattari avait commenc sa
critique lintrieur de lcole freudienne.
On peut se reporter certains de ces
articles. Il critique dj le structuralisme
(Flix Guattari, Machine et structure ,
Psychanalyse et transversalit, Paris, La
dcouverte, 2002, premire dition 1969),
comme le fonctionnement institutionnel de
lcole (Flix Guattari, Rflexions sur
lenseignement comme envers de la psychanalyse , Psychanalyse et transversalit,
Paris, La dcouverte, 2002, Communication
prsente au congrs de lcole freudienne
de Paris, le 17 avril 1970).
26 - Cest ce que nous apprend Jean-Claude
Polack, ami de Flix Guattari, compagnon
des premiers jours de lentreprise critique
schizo-analytique, psychiatre et psychanalyste la Borde et qui tait la fois, patient
de Lacan et en contrle avec Pankow.
Lorsquil parlait cette dernire de ses
patients La borde et de ce quen disait

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 319

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Lacan, Pankow dclarait ouvertement que :


de toute faon, Lacan ntait pas psychanalyste .
27 - Jean Allouch, Prsent ation de
malade , 132 bons mots avec Jacques
Lacan, Toulouse, ERES, 1984.
28 - Jean Allouch, Lacan et les minorits
sexuelles , Cits, Numro 16, Paris, PUF,
2003. On peut dailleurs remarquer que,
malgr tout, cette norme se perptue et est
toujours loue. On peut, entre autres, se
reporter aux articles suivants : Franois
Leguil, propos des prsentations clin i q u e s d e Ja c q u e s L a c a n , Q u a r t o ,
Bruxelles, 2003 ; ou encore celui de
Franoise Gorog, Les prsentations cliniques de Jacques Lacan , Lvolution psychiatrique, numro 66, Paris, 20 01. Il
conviendrait dans un travail ultrieur de
rpertorier cette littrature relative aux prsentations cliniques pour en faire une critique approfondie.
29 - Charles Melman, Les structures lacaniennes des psychoses, Sminaire du 17 janvier 1984, Paris, Edition de lassociation
freudienne internationale, 1999.
30 - Cest ce que soutient par exemple JeanClaude Maleval : seule la forclusion du nom
du pre permettrait de tracer la ligne de
dmarcation vritable de la psychose. Ainsi
ce serait tort que les auteurs revendiquent
avoir trait ou guri une psychose : ils
nauraient eu faire en ralit qu des
hystriques : Les psychotiques guris
par la psychothrapie analytique sont des
folies hystriques . Quelques cas, indment revendiqus comme psychoses
par les thrapeutes (Sechehaye, Marion
M i l n e r, R o s e n , R o s e n fe l d , Pa n k o w,
Dolto, etc.) leur ont permis de relatifs
succs. Jean Claude Maleval, Hystrie et
psychose infanto-juvnile , Folies hystriques et psychoses dissociatives, Paris,
Payot, 1981.
31 - Il ny a pas de transfert dans les dissociations, donc dans les psychoses. Jean
Claude Maleval, Ibid.
32 - -A. O, p. 60-61.
33 - A. O, p. 61.
34 - A. O, p. 206-207.
35 - Jacques Lacan, Sminaire XX : Encore,
Paris, Seuil, 1972.
36 - A. O, p. 61.
37 - A. O, p. 61.

39 - Lacan, crits, p. 813.


40 - A. O, p. 99.
41 - A. O, p. 62.
42 - A. O, p. 367-368.
43 - A. O, p. 369.
44 - A. O, p. 99.
45 - A. O, p. 46.
46 - Jacques Lacan, Question sur le rapport de Daniel Lagache , crits, Paris, Seuil,
p. 658. En ce lieu dargumentation, Deleuze
et Guatt ari font appel un article de
Leclaire qui serait prcurseur de leurs
conceptions : Serge Leclaire, La ralit du
dsir , Sexualit humaine, Aubier, Paris,
1970. Ce geste relve autant de la pertinence thorique que de la stratgie politique. Leclaire est un des rares lacaniens
participer au dbat autour de lanti-oedipe
dans la Quinzaine Littraire (ils sont plus circonspects au sujet de ses analyses sur le
phallus dans dautres ouvrages, notamment
propos de Serge Leclaire, Dmasquer le
Rel, Paris, Seuil, 1969). On retrouve, entre
autre, dans ce dbat, Roger Dadoun, le psychiatre Torrubia, lethnologue Clastres, le philosophe Chatelet.
47 - A. O, p. 47.
48 - Ils scartent en effet de la critique culturaliste de la psychanalyse telle celle de
Mead ou celle de Malinowski : Nous ne
prtendons nullement reprendre une tentative comme celle de Malinowski, montrant
que les figures sociales varient daprs la
forme sociale considre. Nous croyons
mme ce quon nous dit lorsquon prsente oedipe comme une sorte dinvariant .
La question est ailleurs puisquil sagit de
savoir de dcoller le rapport de
linconscient ldipe : Mais la question
est tout fait ailleurs : y a-t-il adquation
entre les productions de linconscient et cet
invariant [] ? , A. O, p. 61.
49 - Jacques Alain Miller donne ce commentaire de lapprciation de Lacan : LAntiOedipe est une variation sur un thme de
Lacan, la critique de loedipianisme naf, enrichie dun loge, non sans humour, de la schizophrnie. Cest dailleurs une progniture
que Lacan a reconnue, tout en la taxant de
dlirante. Jacques-Alain Miller, Une histoire de la psychanalyse , in Magazine
Littraire, n 271, Paris, 1989.
50 - Franois Dosse, Biographie croise,
Paris, La dcouverte, 2007, p. 252-253.

38 - A. O, p. 62.

319

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan

C72_CL03_Gabarron_Antioe:xx

31/05/2010

10:33

Page 320

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

320

51 - Notons quil perdure seulement en


France. Depuis longtemps, en effet, il existe
des congrs de schizo-analyse en Amrique
du Sud ainsi quun institut de schizo-analyse.
Nous nen sommes pas encore ce stade,
cependant, distance des vives controverses de lpoque , la psychanalyste
Catherine Millot dans un rcent entretien
avec Franois Dosse reconnaissait au livre
de Deleuze et Guattari le mrite davoir fait
valoir une conception non dficitaire de la
psychose. Francois Dosse, op. cit, p. 266.

53 - Jacques Lacan, Sminaire XXIII, Le sinthome, Paris, Seuil, 2005 (1975).

52 - On peut se reporter la brillante analyse


de Sophie Mendelshon qui fait un rapprochement des conceptions lacaniennes et
deleuziennes, qui est vraisemblablement la
premire tentative du genre et une des plus
abouties. Cependant elle dlaisse la question de la clinique et lapport spcifique de
Guattari. Sophie Mendleshon, Jacques
Lacan, Gilles Deleuze, Itinraire dune rencontre sens lendemains , Lvolution psychiatrique, Paris, numro 69, 2004. Dans
cette perspective comparative, on peut aussi
se reporter larticle de Jacques BrunetGeorget, Mort ou vie dans le devenirfemme , in Chimres, n 66-67, Paris,
ditions Difpop, 2008.

57 - Les choses semblent, en effet, peu


peu changer comme latteste lun des
rcents numros de la revue de La cause
freudienne qui porte prcisment sur la
forclusion gnralise. On peut dailleurs
noter que ce mouvement clinico-thorique
est directement dpendant de la rcente
publication des derniers sminaires de
Lacan, o ce dernier en traite. On peut
notamment se reporter au numro 67 de la
revue de la cause freudienne : Tout le
monde dlire . Tout le monde dlire ,
Revue de la cause freudienne, Paris,
numro 67, octobre 2007.

54 - Nous pensons surtout ici au texte,


Dune question prliminaire tout traitement possible de la psychose , in crits,
Paris, Le seuil, 1966 -1955-1956.
55 - Jaques Lacan, Sminaire XXIII, Le sinthome, Paris, Le Seuil, 2005 (1975).
56 - Jacques Lacan, Sminaire XXIV, Linsu
que sait de lune-bvue saile mourre,
Paris, indit, 1977.

58 - La formule est de Jacques Alain-Miller.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit du Qubec Montral - - 98.143.208.4 - 26/02/2014 07h36. © ERES

Florent Gabarron-Garca