Vous êtes sur la page 1sur 6
VENDREDI 21 NOVEMBRE 2014 LE COLLIER ROUGE JEAN- CHRISTOPHE RUFFIN v Mots de l’auteur :
VENDREDI 21 NOVEMBRE 2014
LE COLLIER ROUGE JEAN- CHRISTOPHE RUFFIN
v Mots de l’auteur :
Ce qui m'intéresse, ce n'est pas de décrire les offensives. Ce qu
m'intéresse, c'est après la guerre. C'est en quoi la guerre a accouché du
monde moderne.
Je pense que l'idée de fresque sur la Guerre de 14, d'un point de vue
romanesque, ça n'aurait aucun sens aujourd'hui. Ca a été fait par des
gens qui ont vu la guerre de l'intérieur. Nous, on ne peut pas le faire. I
faut se limiter à quelque chose de plus allusif.
v BIOGRAPHIE JEAN- CHRISTOPHE RUFIN
Après des études à Paris, Jean - Christophe Rufin entame une carrière médicale en
entrant à la faculté de médecine de La Pitié- Salpêtrière. Il suit en parallèle un cursus au
sein de l'Institut d'études politiques de Paris 3. En 1975, il est reçu au concours
d'internat à Paris. Il exerce successivement à Paris, Nanterre et Saint- Antoine.Président
d'Action contre la faim (ACF) à partir de 2002, il quitte ses fonctions en juin 2006 pour
se consacrer davantage à l'écriture. Il reste cependant président d'honneur de l'ONG.
Comme médecin, il est l'un des pionniers du mouvement humanitaire Médecins sans
frontières1 où il a été attiré par la personnalité de Bernard Kouchner. Pour MSF, il
dirige de nombre uses missions en Afrique de l'Est et en Amérique latine. (…)
Ses romans d'aventures, historiques, politiques, sont de la veine des récits de voyage
et d'anticipation.« J'ai été déformé dans le sens du visuel. [
]
Comme le disait
Kundera, il y a deux sortes d'écrivains : l'écrivain musicien et l'écrivain peintre. Moi je
suis peintre. [ Quand on écrit, soit on écoute, soit on voit. On ne peut pas faire les
]
deux en même temps. » Jean - Christophe Rufin est élu à l'Académie française le 19 juin
2008 par 14 voix, contre 12. (suite de la biographie à la fin)
v Un extrait du livre (1 ère page)
« À une heure de l’après- midi, avec la chaleur qui écrasait la ville, les hurlements du
chien étaient insupportables. Il était là depuis deux jours, sur la place Michelet et,
depuis deux jours, il aboyait. C’était un gros chien marron à poils courts, sans collier,
avec une oreille déchirée. Il jappait méthodiquement, une fois toutes les trois secondes
à
peu
près,
avec
une
voix
grave
qui
rendait fou.
Dujeux lui avait lancé des pierres depuis le seuil de l’ancienne caserne, celle qui avait
été transformée en prison pendant la guerre pour les déserteurs et les espions. Mais
cela ne servait à rien. »

v ENCADREMENT HISTORIQUE : Il s’agit de la 1 ère guerre mondiale 1914- 18 (du siècle passé). Condécoration de la « Légion d’Honneur » (faisons de recherches) . C’est notre petit hommage à la célébration du centième anniversaire de cette guerre…

LES MOTS DE L’AUTEUR, un morceau de sa biographie et un extrait du livre pourront nous servir pour déclencher nos commentaires autour de ce livre tout récent, paru en Février 2014

Question posée à l’auteur. Entretien réalisé à l'occasion de la parution du Collier rouge en février 2014 .

Le

De deux, en fait. D’abord d’une réalité méconnue : nombre d’animaux ont été partie prenante dans la guerre de Quatorze, en particulier des chiens, il y avait des centaines de milliers de chiens dans les tranchées. Certains étaient employés par les armées pour des tâches spécifiques de déminage ou d’assaut, mais le plus grand nombre avait suivi les combattants lors de leur mobilisation et ils étaient restés au front, tolérés parce qu’ils rendaient service : ils tuaient les rats, donnaient l’alerte, tenaient compagnie aux soldats. Ensuite, il y une histoire de famille racontée par un ami, dont le grand - père, revenu de la guerre décoré de la Légion d’honneur pour des faits brillants, avait fini par considérer que son chien méritait plus que lui cette distinction.

roman

part- il

d’un

fait

réel

?

DÉBAT :

Essayons de guider nos opinions et notre débat autour de ces sujets :

ü Question de vocabulaire importante : POILU. Morlac, un ancien poilu arrêté pour comportement anarchiste lors d'un défilé. C’est le surnom donné aux soldats français de la Première Guerre mondiale. Ce surnom est typique de cette guerre, et ne fut utilisé qu’en de rares et exceptionnels cas pendant la Seconde Guerre mondiale. (Une version populaire de la signification prétend que le surnom fut donné pendant la Grande Guerre, du fait des conditions de vie des soldats dans les tranchées. Ils laiss aient pousser barbe et moustache et, de retour à l’arrière, paraissaient tous « poilus)

ü L’auteur insiste que ce roman est une histoire d’après- guerre et non pas « d’avant, ni pendant »

ü EST - CE QUE TOUT EST CACHÉ DANS LE TITRE ? Un des personnages est un chien qui porte un collier de chien « rouge »et le ruban de la Légion d’Honneur

ü PART HUMAINE ET PART ANIMALE, ROMAN DE BESTIALITÉ ET D’HUMANITE.

ü ROMAN D’UN ACADEMICIEN

ü LA LOYAUTÉ, LE COURAGE, L A FIDELITÉ, L’ENGAGEMENT, DES VERTUS MILITAIRES QUI SE REMETTENT EN QUESTION DANS CETTE HISTOIRE

ü LE JUGE LANTIER REMET AUSSI EN QUE S TION SON RÔLE DANS CETTE AFFAIRE ET SES PRINCIPES INAMOVIBLES . La guerre a transformé cet homme sur le domaine de ses idées . Aristocrate qui partage un monde qui ne lui appartient pas… le monde de la guerre, des paysans, des idées « révolutionnaires » de

ceux- ci…

ü LE chien nommé GUILLAUME . Il était plus qu’un simple animal de compagnie . Mérite- t- il la décoration ?

ü Personn alisation du chien dans le paragraphe de la pag 63 (Editions Gallimard) « De près l’ani mal faisait peine à voir. Il avait vraiment l’allure d’un vieux guerrier. Plusieurs cicatrices par balles ou éclats d’obus. On sentait qu’elles n’avaient pas été soignées et que les chairs s’étaient débrouillées pour se rejoindre tan bien que mal… «

ü Atmosphère et contexte de cette « après - guerre » , le village, la caserne, les paysans, les personnages comme « la fiancée » de Morlac qui tient en pleine campagne toute un e bibliothèque de littérature subversive.

ü Décoration d’un chien est vu comme « OUTRAGE À LA NATION »

ü Où se trouve le côté émouvant de ce livre, le côté actuel ?

ü Peut- on parler d’un roman optimiste, dans la mesure où l’humanité l’emporte?

ü Selon l’auteur : Tandis que les institutions clamaient la victoire, l’idée de ne plus voir l’autre comme un ennemi faisait son chemin dans les consciences. Il faudra du temps, et une autre guerre, pour que cette idée se concrétise, mais il y a déjà en germe l’idée de fraternité européenne.

Petit détail : l’auteur partait comme médecin au Burundi (après le Salon du Livre de Paris Mars 2014) Il dit que pour écrire il a besoin de la vie.

---------------------------------------------------------------------------------- --------------

POUR COMPLETER CETTE FICHE, VOICI D’AUTRE S DOCUMENTS (sur la Ville invisible du livre)

De Juan : Benoît Gysembegh (cité dans le collier rouge) https://www.youtube.com/ watch?v=bhrJB2x5_QA#t=30

REPORTAGE HYPER INTERESSANT DE FRANCE CULTURE A NE PAS RATER

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4821884

Liste des œuvres de Jean - Christoph e Rufin

http://www.franceculture.fr/oeuvres/9321/4822082

BIOGRAPHIE JEAN- CHRISTOPHE RUFIN Après des études à Paris, Jean - Christophe Rufin entame une carrière médicale en entrant à la faculté de médecine de La Pitié- Salpêtrière. Il suit en parallèle un cursus au sein de l'Institut d'études politiques de Paris 3. En 1975, il est reçu au concours d'internat à Paris. Il exerce successivement à Paris, Nanterre et Saint- Antoine.Président d'Action contre la faim (ACF) à partir de 2002, il quitte ses fonctions en juin 2006 pour se consacrer davantage à l'écriture. Il reste cependant président d'honneur de l'ONG. Comme médecin, il est l'un des pionniers du mouvement humanitaire Médecins sans frontières1 où il a été attiré par la personnalité de Bernard Kouchner. Pour MSF, il dirige de nombreuses missions en Afrique de l'Est et en Amérique latine. Sa première mission humanitaire est menée en 1976 en Érythrée, alors ravagé par la guerre.Il y pénètre inco gnito avec les forces rebelles érythréennes au sein des bataillons humanitaires. Il y rencontre Azeb, qui deviendra sa deuxième femme. Entre 1991 et 1993, il est vice- président de Médecins sans frontières, mais quitte l'association au moment de la marche p our le Cambodge.Entre 1994 et 1996, il est administrateur de la Croix - Rouge française. En 1999, il est en poste au Kosovo comme administrateur de l’association Première Urgence.Sa carrière dans la diplomatie est aussi riche que sa carrière dans l'humanitai re: diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 1980, il devient, de 1986 à 1988, conseiller du secrétaire d'État aux Droits de l'homme, Claude Malhuret.En 1989- 1990, il s'expatrie au Brésil comme attaché culturel et de coopération auprès de l'ambassade de France.En 1993, il entre au cabinet de François Léotard, ministre de la Défense, comme conseiller spécialisé dans la réflexion stratégique sur les relations Nord - Sud.Directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques entre 1996 et 1999, il conduit la mission humanitaire française en Bosnie- Herzégovine. Il fait libérer onze otages français de l'association Première Urgence détenus par les Serbes de Bosnie.En 1995, il quitte le ministère de la Défense et devient attaché culturel au Nordeste brésilien.Le 3 août 2007, il est nommé ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie. Au premier semestre 2008, il participe avec les agents de la DGSE à la traque des fuyards d'Al - Qaïda après l'assassinat de touristes français en Ma uritanie. En décembre 2008, il déclare lors d'une conférence de presse : « Au Sénégal, il est très difficile de garder des secrets. Tout le monde sait tout, ou tout le monde croit tout savoir, donc dit n’importe quoi, et donc nous préférions dire les choses comme elles sont, le dire de façon transparente. » Cette remarque ne passe pas inaperçue, tant et si bien que la vice- présidente du Sénat du Sénégal, Sokhna Dieng Mbacké, lui demande des excuses publiques pour ces propos « choquants, voire méprisants et insultants ». L'ambassadeur publie aussitôt un communiqué dans lequel il insiste sur « le caractère ironique et affectueux » de ces paroles « tenues sur le ton de la plaisanterie ». Il quitte ses fonctions d'ambassadeur au Sénégal le 30 juin 2010.Ses roman s d'aventures, historiques, politiques, sont de la veine des récits de voyage et d'anticipation.« J'ai été déformé dans le sens du visuel.

Comme le disait Kundera, il y a deux sortes d'écrivains : l'écrivain musicien et

] [

On ne peut pas faire les deux en même temps. » Jean- Christophe Rufin est élu à l'Académie française le 19 juin 2008 par 14 voix, contre 12 à l'écrivain et producteur Olivier Germain - Thomas, deu x bulletins blancs, une croix, au fauteuil de l'écrivain Henri Troyat.

Lettres de poilus Les tranchées
Lettres de poilus
Les tranchées

de Michel Lanson, le 24 juin 1915

« D ans la tranchée, le pis, ce sont les torpilles . Le déchirement produit par

ces 50 kg de mélinite en éclatant est effroyable. Quand une d’elles tombent en pleine tranchée, et ces accidents- là arrivent, elle tue carrément 15 à 20 types. L’une des nôtres étant tombée chez les Boc hes , des pieds de Boches ont été rejetés jusque sur nos deuxièmes lignes. »

de Émile Sautour, le 19 juillet 1915

« Je ne suis plus qu’un squelette où la figure disparaît sous une couche de poussière

mêlée à la barbe déjà longue. Je tiens debout comme on dit en langage vulgaire parce

que c’est la mode. »

REPORTAGE VIDEO

http://prixlitteraireliban.wordpress.com/romans - de- ledition - 2015/jean - christophe-

ruffin- le- collier- rouge/

L'écrivain Jean - Christophe Rufin est l'invité du Bocal Local pour nous présenter Le Collier Rouge, son

https://www.youtube.com/watch?v=K0r9FbBkcCQ

PETIT V OCABULAIRE DE LA JUSTICE

LES TRIBUNAUX EN FRANCE

- Le tribunal de police : juge les

infractions sans peine de prison. Il est composé d’

o

Un juge seul

o

Un procureur

o

Commissaire de police ou un greffier

- Le tribunal correctionnel : juge les délits : Il est composé d’

o

Un président

o

Deux juges

o

Procureur de la République

o

D’un greffier

- La cour d’Assises : juge les crimes.

Elle est composée de

o

Trois magistrats professionnels (le président et deux assesseurs)

o

Un Jury populaire composé de six jurés

§ De l’avocat général

§ Un greffier

- ** GREFFIER peut être traduit par « abogado »

Verbes du domaine de la justice :

- Etre victime de…

- Porter plainte

- Denoncer le coupable, l’agresseur

- Poursuivre l’affaire

- Relater , rapporter les faits

- Apporter un témoignage

- Nier ce qu’on lui réproche

- Etre innocent/e

Le /la contravenant/e prévenu/e

Le /la