Vous êtes sur la page 1sur 24
Piqué «L’Algérie a des atouts pour passer au 2 e tour du Mondial» «Il faut
Piqué
«L’Algérie a des
atouts pour passer au
2 e tour du Mondial»
«Il faut respecter la décision de Lacen»
Dimanche 3 janvier 2010 Quotidien national sportif N° 1073 Prix 20 DA
De nos 5 envoyés spéciaux au Castellet
Yebda «Zidane est
comme un grand frère»
Les joueurs refusent
de signer le
règlement intérieur
«Ma fille s’appellera
Taoues pour faire
plaisir à ma sœur»
Aboutrika
«Mon grand regret :
ne pas avoir marqué
contre l’Algérie»
Exclusif

2

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2009

De nos envoyés spéciaux

en France

   
Redouane
Redouane
Yacine
Yacine
Mourad
Mourad
Farid
Farid
Nacym
Nacym
Djender
Djender
Bouhanika
Bouhanika
Selhani
Selhani
Hachemi
Hachemi
Aït Saâda
Aït Saâda
         

Coup d’œil Entretien

«Zidane, on dirait un membre de ma famille»

«Zidane est comme un grand frère que je n’ai pas vu depuis très longtemps»

combien j’ai hâte d’y être pour vivre ce moment. C’est un événement à vivre au moins une fois dans sa vie. Mais j’espère que cette excitation va me rendre un peu plus fort pour pouvoir aider l’équipe à aller jusqu’au bout.

Comment voyez-vous votre par- cours dans cette CAN ? Les renseignements du staff tech- nique vont nous permettre de cerner les points forts et les points faibles de nos adversaires. Je serai particulière- ment à l’écoute de tout de ce qu’on va nous apprendre sur nos adversaires. Mais notre souci majeur sera de sa- voir nous ressourcer entre nous afin de renouer avec cette rage de vain- cre qui nous a menés vers la CAN et la Coupe du monde. Une chose est sûre, c’est qu’on ne lâchera absolu- ment rien dans cette CAN.

Passons maintenant à des ques- tions plus relaxes pour que vos fans vous connaissent un peu mieux. OK, volontiers, allez y !

Votre meilleur film ? Chez nous, je dirai incontestable- ment Les vacances de l’inspecteur Tahar . C’est un filme qui m’a fait énormément rire.

Et à l’étranger ? Scarface, c’est un film puissant.

Ton acteur préféré ? Al Pacino.

Vous êtes plutôt thé ou café ? Plutôt thé.

Votre joueur préféré ? Zinedine Zidane.

« Avant le

match contre l’Egypte, j’ai rêvé que j’étais sur le terrain et j’avais des vaches comme

Club préféré en de- hors de Ports- mouth ? Arsenal.

Couleur préférée ? Le bleu.

Vous ressemblez

plutôt à votre papa ou à votre maman

?

adversaires »

grain de

beauté sur le nez,

exactement au même endroit que celui de mon père.

J’ai un

sentiments à l’ap- proche de cette compétition ? Je me dis qu’il y a une année de cela, je ne m’imaginais pas pouvoir

la jouer un jour. Et me voilà tout

près de prendre part pour la pre- mière CAN de ma carrière. C’est très excitant tout cela. Je me sens hyper motivé. Vous ne pouvez imaginer

Et de caractère ? Là aussi, je ressemble beaucoup à mon père.

? Là aussi, je ressemble beaucoup à mon père. pour le match contre Arsenal ? Oui,
pour le match contre Arsenal ? Oui, c’est ce qu’il m’a demandé juste- ment. Je
pour le match
contre Arsenal ?
Oui, c’est ce qu’il
m’a demandé juste-
ment. Je lui ai expli-
qué que je n’étais
pas en mesure de
lui donner une ré-
ponse sans en par-
raient eu des remords si on s’était
blessés et nous aussi. Mais je crois
que le coach s’est dit que la blessure
peut aussi survenir à l’entraînement.
C’est pour cela qu’il nous a permis
de jouer ce match.
ler
avec le
sélectionneur et
le président de la
Fédération algé-
rienne. Le len-
demain, il me l’a
répété pensant
que j’avais déjà une
réponse. C’est là que j’ai
demandé à mon frère Karim
de prendre contact avec le coach
Finalement, tout s’est bien passé
pour vous puisque vous ne vous
êtes pas blessés, non ?
D’un côté, on se dit heureusement
qu’on ne s’est pas blessés dans ce
match, mais en même temps, on a
des regrets d’avoir perdu contre Ar-
senal. Mais je pense que ce match
nous a fait beaucoup de bien malgré
la défaite, car cela nous a permis de
jouer contre une grande équipe et
c’est comme ça qu’on gagne en expé-
rience. Les défaites nous apprennent
ou
le président de la FAF pour voir
beaucoup sur le football de haut ni-
s’il
y avait une possibilité de jouer
veau. C’était un match important à
jouer même si on l’a perdu.

Est-ce aussi dur de jouer contre Arsenal, c’est un autre niveau ? Qu’est-ce qui s’est passé au juste dans ce match ? Déjà, premièrement, c’est Arsenal, deuxièmement, on est bien rentrés dans le match et puis sur un coup franc dévié, un but un peu chanceux ils mènent un à zéro, et à partir de là, c’est un peu plus facile quand on mène au score. Ils ont réussi à déve- lopper leur jeu, et puis voilà, ils ont trouvé la faille. Et puis à partir du 2- 0, ils ont vraiment pris confiance. C’est là qu’on a vu le vrai Arsenal.

Est-ce qu’on sent qu’on a en face un poids lourd du football euro- péen ou c’est juste Portsmouth qui n’a pas suivi ? Non, on sent qu’on a en face un poids lourd. C’est quand même Ar- senal ! Mais en même temps, on se dit qu’il n’y a en face de nous que onze joueurs. Je crois qu’il a manqué beaucoup de choses à notre équipe.

A la 13’, vous avez presque offert

une passe décisive pour Archa- vine. Qu’est-ce qui s’est passé à

ce moment ?

En fait, je voulais jouer un ballon en retrait avec un coéquipier, mais je n’avais pas vu Archavine. Bon, on se dit que c’est une passe loupée comme ça arrive un peu partout, mais il devait rester quelque chose comme 75 minutes à jouer donc ce n’était pas trop grave. Surtout qu’il n’y avait pas but sur l’action. Ce n’était donc pas une grosse erreur.

On n’a pas vu si c’était vous ou Kaboul qui avait écrasé Samir Nasri… Non, c’était Younes Kaboul qui lui est rentré dedans. Vous vous êtes parlés entre vous, Nasri, vous et tous les Maghré-

contre Arsenal. Et puis, par la suite, le coach et le président se sont réunis à ce sujet pour décider de nous lais-

ser le match du 30.

bins pendant ce match ?

Non, pas plus que ça. On s’est juste dit bonjour, c’est tout.

J’ai plus d’affinités avec Bakary Sagna et Abou Diaby parce que j’ai déjà joué avec eux lorsqu’on était à Auxerre.

Pourquoi Avram

Grant ne vous a-t-

pas fait jouer

« Si c’est un garçon, je l’appellerai Redouane, si

c’est une fille ce sera Taoues pour faire plaisir

à ma sœur »

Donc Avram Grant ne vous a rien dit de mé- chant au sujet de votre départ à la CAN, non ? En aucun cas Avram Grant ne

s’est opposé à ma

participation à la

CAN. Il ne m’a ja-

mais signifié ni directement ni indi- rectement que je risquais de perdre

ma place si je partais à la CAN. Bien

au contraire, il m’a dit : «OK, pas de

problème.» Il m’a juste demandé si je pouvais demander au sélectionneur

si je pouvais rester pour le match

contre Arsenal. C’est tout.

il

contre West Ham ?

Y a-t-il un lien avec votre départ

pour la CAN ? Mais non ! C’était tout simple- ment parce lorsqu’on avait joué à West Ham, le coach avait choisi de jouer un peu plus défensif, avec un système un peu plus prudent défen- sivement. Et finalement, il avait pré- féré mettre Nadir (Belhadj) comme milieu gauche et en milieu droit il avait choisi de mettre Hayden Mul- lins qui attaque moins que moi. Voilà, c’est tout simplement des

choix tactiques propres à la pensée du coach et qui n’avait rien à voir avec mon départ pour la CAN. Il

avait tenté cette tactique et malheu-

reusement ça ne nous a pas réussi. Comme on a aussi perdu le match suivant avec un autre système et quelques variantes dans l’effectif.

Pourquoi Avrma Grant vous a-t-

il convoqué dans son bureau ?

Il m’a appelé dans son bureau pour me demander quand est-ce que je partais à la CAN. D’abord, je lui avais dit que le sélectionneur nous a convoqués pour le jour du 26 décembre. Là, il a fait une tête un peu bizarre. Après, je lui ai dit que c’est le 27, après le match de West Ham. Là il s’est un peu détendu et il m’a dit : «Ah bon, là c’est mieux !»

Vous a-t-il demandé de rester

Est-ce que vous avez appelé Saâ- dane pour cela ? Non, j’ai appelé Walid Sadi qui

s’occupe de toute l’organisation au sein de l’EN et c’est lui qui en a parlé avec Saâdane. Parallèlement à cela, mon frère, qui se trouvait à Alger pour Le Ballon d’Or que j’ai raté à cause des intempéries, en a discuté avec le président. C’est là qu’ils nous ont laissés jouer ce match. Mais à aucun moment il n’y a eu de souci entre Avram Grant et moi ni entre

M Saâdane et moi. C’est de la pure

invention de journalistes. On en a fait un plat pour rien.

C’est tout de même sympa de la part de Saâdane et Raouraoua d’avoir accepté de vous laisser jouer contre Arsenal, non ? C’est sûr que c’est très gentil de

leur part. Ils savaient que le risque

de blessures était grand dans une

rencontre pareille et ils ont tout de même accepté de nous faire cette fa-

veur à nous et à notre club. Ils au-

Quelle a été la réaction de votre

coach et celle des dirigeants de Pompey lorsque vous leur avez dit que le sélectionneur algérien vous a permis de jouer ce match, au moment où Aruna Dindane était déjà avec la Côte d’Ivoire ? Ils ont beaucoup apprécié, le coach était vraiment content. Ils ont tous compris que la Fédération algé- rienne et le sélectionneur algériens étaient très souples de ce point de vue.

Cela va vous faciliter à vous et à

Nadir Belhadj les relations avec

votre club après ce geste, non ?

Bien sûr ! A Portsmouth, les gens ont compris avec ce geste qu’ils ont

affaire à des responsables qui com-

prennent aussi la situation des joueurs et de leur club. C’est très im- portant pour nous et pour les rela- tions futures entre notre club et la FAF. C’est chacun son tour, un jour c’est l’Algérie qui fait un geste, un autre jour ce sera pour

Portsmouth de ren- voyer l’ascenseur. C’est bien pour nous les joueurs que les rela- tions soient basées sur la confiance et la com- préhension. C’est très bien d’entretenir de

bons rapports.

Vous allez disputer votre première CAN, quels ont vos

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2009

3

Coup d’œil Entretien

«Grant ne s’est jamais opposé à ma participation à la CAN»

avant ce rêve ? On va dire l’Egypte (il rit encore).

Vous étiez comment enfant, sage ou turbulent ? Les deux à la fois. Ça dépendait

des moments et des endroits.

Est-ce vrai que vous aviez un rapport un peu bizarre avec les poules, lorsque vous étiez enfant ? Ouais, quand j’étais enfant, j’avais un cousin à Taourit Adden qui égor- geait beaucoup de poulets et c’est avec lui que j’ai pris ces habitudes. Donc j’en tuais à mon tour pour faire comme lui. C’est vrai que j’aimais faire ça.

Qu’avez-vous fait de votre pre- mier gros salaire ?

Je devais avoir 16 ans et demi et je

gagnais 3 500 euros. Je mettais beau-

coup d’argent de côté mais j’en don- nais beaucoup aussi à mes parents. La folie que vous vous êtes payée ? Une Range Rover quand je jouais au Mans.

Et vous roulez dans quelle voi- ture aujourd’hui ?

La même. Une Range Rover.

Dernière bagarre ?

Je pense que c’est lorsque j’étais à

Auxerre. Ça doit être pour des

tous les cours parce que j’avais parti- cipé au championnat du monde et à mon retour, j’ai eu une pubalgie pen-

dant six mois. Du coup, je n’étais plus trop concentré et après, j’avais signé mon premier contrat pro. Ce qui fait que je n’étais pas prêt pour passer mon bac.

Et votre père vous a dit : «Mon fils, tu as bien fait de ne pas

avoir passé ton bac !», c’est ça ? Non, au contraire !

Mes parents étaient très fâchés contre moi. Mais aujourd’hui, j’espère

qu’ils sont fiers de moi tous les deux.

Et comment ne pas l’être ! Vous êtes su- perstitieux dans le vestiaire avant un match ? Non, pas du tout. Je n’ai aucun rituel de ce genre.

? Non, pas du tout. Je n’ai aucun rituel de ce genre. Qu’avez-vous pris de votre

Qu’avez-vous pris de votre mère ? La gentillesse.

Vous êtes plutôt costume ou sport côté sape ?

Je suis plutôt sport, mais j’aime

aussi mettre de beaux costumes.

Vous préférez les brunes ou les blondes ? Les brunes.

Dites-vous «je t’aime» très faci- lement ? Non, ça peut prendre un bon mo- ment avant de me l’entendre dire. En fait tout dépend de l’avancée des choses.

La dernière fois que vous avez pleuré de peine

?

A la mort de ma

grand-mère, Allah

Yerhamha.

Dernières larmes de joie ? Après notre qualification en Coupe du monde contre l’Egypte. Je n’ai pas pu retenir mes larmes telle- ment l’émotion était forte dans le vestiaire.

Votre niveau d’études ? Terminale ES (économique et so- ciale), mais je n’ai pas passé mon bac à cause du football.

La dernière gifle reçue, pour- quoi et par qui ?

Je

devais avoir 12 ans. J’avais caché

mon carnet de correspondance, là où les profs nous mettaient toutes les mauvaises remarques.

Et qu’est-ce que vos profs vous avaient mis sur ce carnet ?

Il

y avait beaucoup de remarques

sur le bavardage, les absences et j’en passe. Je l’avais caché et mon frère Karim l’a trouvé juste avant que j’aille en tournoi à Barcelone avec

mon club de l’époque à Alfortville.

Dès que je suis rentré à la maison, Karim m’a envoyé une gifle cin- glante, en sa qualité de chef de la maison avec mon papa. Une gifle

pareille, ça ne s’oublie pas (il se marre).

Qu’est-ce que vous détestez le plus chez les gens ?

L’hypocrisie,

horreur.

j’en

ai

Quel est le plus beau compli- ment qu’on vous ait fait ? Quand ma mère me dit qu’elle est fière de moi. Ça n’a pas d’égal !

Le rêve le plus bizarre que vous avez fait ? (Il se marre avant de répondre) J’ai rêvé que je jouais au foot et il y avait des vaches en face sur le terrain. (Il est mort de rires). Et c’est vrai en plus !

Et vous alliez jouer contre qui

bunes pour moi. Il y avait un penalty et je l’ai tiré en Panenka. Mais à mon grand malheur, le gardien n’avait pas bougé et l’a arrêté trop facilement. J’ai senti une grosse chaleur m’enva- hir de honte. Heureusement que l’entraîneur du Mans ne s’était pas basé sur ce coup foireux et m’a re- cruté en fin de compte.

Il avait privilégié l’audace de votre geste.

Voilà, sans doute ça.

c’était

« Quand j’ai

appris que j’avais raté Zidane au Castellet, j’étais dégoûté à un point inimaginable. J’ai raté mon idole ! »

La plus belle ren- contre de votre vie ? Le cœur qui partage ma vie. Et en football ? Ma rencontre avec Zidane à Claire-Fontaine. J’étais avec les jeunes et lui avec

les A de l’équipe de France. C’est sans doute la rencontre la plus forte de ma vie en football.

conneries comme toujours. Je ne me rappelle pas bien. Mais il y avait aussi celle
conneries comme
toujours. Je ne me
rappelle pas bien.
Mais il y avait aussi
celle de Khartoum
contre l’Egypte.
C’était une bien
bonne celle-là.
Cœur pris ou à
prendre ?
Déjà pris.
Quelle misère
pour vos admira-
trices !
C’est qui le joueur le plus su-
perstitieux avec lequel vous avez
joué ?
C’est le Brésilien Grafite que j’ai
côtoyé au Mans. Il ne pouvait pas
sortir des vestiaires sans embrasser
la vierge, la photo de sa femme et
plein d’autres trucs comme ça.
Et en équipe natio-
C’est quoi ces
pulsions de
tueur que vous
aviez ?
Je ne sais pas,
je trouvais cela
bien de tuer des
poules. En fait je
voulais faire
nale ?
Personne n’est su-
perstitieux dans
notre équipe. Ils sont
tous cinglés dans
cette EN. Ils sont tous
trop forts mentale-
ment, il n’ont donc
pas besoin de ces
choses-là.
comme mon
cousin (il rit en-
core). On ne ré-
fléchit pas quand
on est gamin.
La plus grosse
connerie de votre
vie ?
C’est de ne pas être
Il paraît aussi
que vous aimiez beaucoup che-
vaucher les ânes, c’est vrai ?
Oui, en Kabylie on allait souvent
chercher de l’eau au hammam, situé
un peu loin de la maison. On y allait
donc à dos d’âne. On mettait des ba-
rils de part et d’autre et je me plaisais
à me mettre sur le dos de l’âne pour
le conduire. C’est un souvenir très
agréable.
A ce moment-là,
vous ne mettez pas
cette question, mais
d’un autre côté j’ai
peur des représailles
!!! (Il est mort de
rires).
Dans quelle ma-
tière vous étiez
bon à l’école ?
J’étais
bon
en
« A l’école,
maths.
J’aimais
j’étais fort en
maths et nul
beaucoup les ma-
thématiques.
en sciences

»

Quel est le ca- deau qui vous a fait le plus plaisir dans votre enfance ?

C’est celui de mon père, je devais avoir 11 ans. Il m’avait acheté un survêtement et des baskets de marque. J’étais fou de joie, car c’était la première fois qu’on m’of- frait une tenue de grande marque.

C’était quelle marque ? C’était des baskets Nike et un sur- vêtement Lacoste. A l’époque, ça coûtait très cher et mon père avait vraiment casqué pour me faire plai- sir. Il n’avait pourtant pas assez de moyens pour me les payer. C’est pour cela que j’apprécie encore son geste à ce jour.

pour cela que j’apprécie encore son geste à ce jour. allé passer le bac. Et nul
pour cela que j’apprécie encore son geste à ce jour. allé passer le bac. Et nul

allé passer le bac.

Et nul en En biologie, en sciences natu- relles.

Vous aviez quelles notes ? En matchs j’avais des 18 et des 19/20, et en biologie, je me tapais des 2 ou des 3/20.

Le dernier bulletin que vous avez eu en terminale ? J’avais beaucoup de bonnes notes en fait, franchement.

Qu’est-ce qui vous a empêché de passer votre bac ? Au mois de septembre, j’avais raté

Le pire râteau que vous avez pris avec les filles ? Ah, ils sont nombreux ! (Il rit franchement). Non, je plaisante, je vais dire que je ne m’en souviens pas trop, histoire de garder mon hon- neur (il se marre).

Le moment où vous aviez eu le plus honte de votre vie ? C’était dans match à Auxerre avec l’équipe réserve. Il y avait l’entraîneur du Mans qui était venu me supervi- ser et je savais qu’il était dans les tri-

Qu’est-ce que vous lui aviez dit, des mots en kabyle ? Non, j’aurais pourtant bien aimé, mais il n’avait pas de temps. Il y avait trop de monde qui attendait de le sa- luer. Je lui ai juste serré la main sans lui parler.

Vous l’avez raté l’autre jour lorsqu’il était venu saluer l’EN au Castellet. Qu’est-ce que ça vous a fait ? Ah, j’étais complètement dégoûté en apprenant la nouvelle. Vous ne pouvez même pas imaginer à quel point.

Il vous reste encore une autre chance le 3 mars, puisqu’il a

promis de venir vous voir jouer votre match ami- cal

Je sais, je sais. Je ne dois pas rater cette occasion cette fois-ci.

Si vous l’aviez en face de vous, quelle question aimeriez-vous lui poser ? Je n’ai pas de question particu- lière à lui poser. J’ai juste envie de lui dire ce qu’il repré- sente pour moi.

Et qu’est-ce que Zidane représente pour vous ? C’est bizarre, mais j’ai toujours considéré Zinedine Zidane comme un membre de ma propre famille. Je vous assure que c’est vrai.

Pourquoi donc ? Parce que quand j’entendais ma mère, mon père, mes frères et mes sœurs parler de Zidane, c’est comme s’ils parlaient tous d’un proche. Ils se sont toujours passionnés pour lui, comme si c’était quelqu’un de la fa- mille.

parlaient tous d’un proche. Ils se sont toujours passionnés pour lui, comme si c’était quelqu’un de

4

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2009

C’est comme un grand frère que vous n’avez plus revu depuis longtemps ? Exactement ! C’est le mot que je cherchais. Zidane est comme un grand frère que j’ai envie de revoir de puis longtemps. C’est bizarre, mais c’est la réalité. C’est un mec énorme !

bizarre, mais c’est la réalité. C’est un mec énorme ! En plus vous avez un peu

En plus vous avez un peu la même culture, la même éduca- tion kabyle, la même humilité et la même simplicité… Ouais, la comparaison peut s’arrê- ter là, car contrairement à moi, Zi- dane a tout fait sur un terrain de foot. Il a tellement montré ce qu’il sait faire sur un terrain que tout le monde est très loin derrière.

En foot, vous êtes plutôt Real ou Barça ? Je suis plutôt Real Madrid parce que Zizou a joué là-bas.

Chelsea ou Manchester United ? J’aime plus Manchester United pour toute son histoire et la stabilité de ses résultats et pour ce qu’a réa- lisé Alex Ferguson avec ce club. Mais cela n’enlève rien au mérite de Chel- sea qui fait un parcours assez fort depuis quelques temps.

Inter ou AC Milan ? Je suis pour l’Inter. J’aime ce que Mourinho a fait dans ce club.

Et aussi parce que Mourinho voulait vous ramener à l’Inter l’année dernière, non ?

Coup d’œil Entretien

(Il rigole). Oui, c’est aussi un peu pour cela. J’apprécie ceux qui m’ap- précient, on va dire.

En politique, vous êtes plutôt socialiste ou capitaliste ? Plutôt socialiste, j’aime le partage et j’ai horreur de l’égoïsme. Je suis aussi issu de l’immigration en France et c’est la gauche qui nous a soutenus lors des difficultés.

L’homme politique français qui vous a le plus marqué ? Lionel Jospin.

Et en Algérie ? De loin, M. Abdelaziz Bouteflika pour tout ce qu’il a fait pour nous et pour tout le pays.

Vos enfants, vous leur donnerez des prénoms français ou algé- riens ? Algériens, il n’y a aucun doute.

Vous préférez quels prénoms pour un garçon et pour une fille ? Si c’est un garçon, j’aime bien le prénom Redouane et si c’est une fille, j’aime bien Taous pour faire plaisir à ma sœur.

Votre devise dans la vie ? Ce qui ne te tue pas te rend plus fort…

En un mot, quel mot associez- vous à ces personnalités. Com- mençons par Bouteflika ? Le nif à l’algérienne ! Les avions,

Khartoum et la solidarité de tout le peuple.

Sarkozy ? L’histoire du Karcher.

Lepen ?

Le racisme.

Saâdane ?

La qualification au Mondial et

toute l’ambiance de l’EN.

Madjer ?

La talonnade que le monde entier

connaît.

Taourit Adden ? Mes racines profondes et toute la famille. Mais aussi mes souvenirs d’enfance.

L’Algérie ? C’est aussi mes racines profondes, mais également mon avenir.

Da M’barek ? Mon père, je lui dois beaucoup pour tous les sacrifices qu’il a faits pour nous.

Na Djegdjiga ? Ma mère aussi je lui dois beau- coup. Elle symbolise à mes yeux la force tranquille de la famille. Res- pect !

A quoi vous pensez avant de tirer un penalty ?

A la honte de ma Panenka à

Auxerre. Je me dis à chaque fois si je

dois la refaire un jour ou pas.

Mon téléphone portable.

Quel être vous fait le plus cra- quer au monde ? Mon petit neveu Iliès.

Il est de quelle marque ? C’est un Black Berry.

Qu’est-ce que vous n’aimez pas

qu’un fan vous dise ?

Rien. Je suis très ouvert avec mes fans.

A quel moment vous n’aimez pas qu’on vous dérange ? Quand je dors de nuit ou pendant la sieste. C’est sacré pour moi.

La phrase la plus importante qu’on vous ai dite ? Quand mes parents me disent qu’ils m’aiment.

Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas fait du foot ? Peut-être entraîneur de foot.

Quel est votre sport favori en dehors du foot ? Le tennis.

Quel est votre plat favori ? Pour les étrangers, ils vont tous dire que c’est le couscous. Mais nous, on en a mangé toute notre vie. Peut- être une paëlla faite maison par ma mère.

Coca ou Pepsi ? Coca Cola, c’est en plus le sponsor de l’EN.

L’objet dont vous ne vous sépa- rez jamais ?

Si vous aviez votre idole en face, vous lui diriez quoi ? Mon idole, c’est Zidane ! Je lui di- rais tout ce que je vous ai dit et bien plus encore.

En dormant, vous ronflez un peu ? Oui, je ronfle un peu, mais pas beaucoup. Ce n’est pas insupporta- ble comme certains. (Il est plié de rires). En tout cas, c’est ce qu’on me dit.

Vous partagez votre chambre avec Karim Ziani. Il se plaint de vos ronflements ? (Il se marre encore). Non, il me supporte, je ne crois pas que je l’em- pêche de dormir, sinon il me l’aurait dit.

Des souhaits pour cette année 2010 ? Je dois d’abord dire à tous les Al- gériens : «Bonne année et meilleurs vœux.» Que cette année 2010 nous apporte encore plus de joie, de la santé, de la sérénité pour notre pays et beaucoup de bonheur dans nos foyers. J’espère que l’équipe nationale apportera aussi d’autres succès pour le peuple à commencer par la CAN d’abord, puis en Coupe du monde, in ch’Allah. Entretien réalisé en France par Nacym Djender

ch’Allah. Entretien réalisé en France par Nacym Djender La température hier était de 5° à Aubagne
ch’Allah. Entretien réalisé en France par Nacym Djender La température hier était de 5° à Aubagne

La température hier était de 5° à Aubagne et 33° à Luanda

Les Verts auront trois jours pour passer du froid au chaud

Les Verts auront trois jours pour passer du froid au chaud H ier, la deuxième phase

H

ier, la deuxième phase du stage du Castellet, la plus importante

puisqu’elle concerne l’aspect technico-tactique, a débuté hier sous une température de… 5°. Et encore, ce n’est rien puisque le ciel était dé- gagé hier et il y a de belles phases de soleil. Ce qui at- tend les Verts est pire au- jourd’hui et demain où, en plus du froid, la pluie est an- noncée. C’est donc par temps glacial que les séances d’entraînement auront lieu. Il fallait un peu s’y attendre puisque nous sommes en plein hiver en Europe et ce n’est pas parce qu’on est au Sud, donc près de la Médi-

terranée, que les tempéra- tures seraient forcément douces.

Le décalage

climatique

risque d’alourdir

les jambes

Le problème est qu’à Luanda, la capitale de l’An- gola, où l’Algérie disputera ses trois matches, il a fait hier… 33°. C’est bien plus que les moyennes estivales en Europe. Cette dichotomie climatique entre le lieu de préparation de la CAN et le lieu de déroulement des matches risque de se faire ressentir. Certes, l’objectif principal du stage de prépa-

ration est de créer une ho- mogénéité technico-tactique entre les joueurs et cela ne s’acquiert que par le travail, lequel est facilité par temps frais. Cependant, même si l’homogénéité s’accomplit, le décalage climatique pourrait alourdir les jambes des joueurs à un moment où leurs adversaires se prépa- rent dans des conditions cli- matiques similaires à celles qui prévaudront dans la ca- pitale angolaise durant la CAN.

Le talent et la volonté pour faire la différence

Les joueurs algériens, qui devraient arriver à Luanda

jeudi dans l’après-midi, au- ront trois jours d’adaptation avant de disputer leur pre- mier match contre le Ma- lawi, le lundi 11. De surcroît, ce match aura lieu en milieu d’après-midi sous la chaleur. On ne sait pas si le taux d’humidité à Luanda est im- portant, mais il est clair que jouer par temps chaud en après-midi est toujours in- commodant. Les Algériens se présenteront contre le Malawi sans match amical dans les jambes et sous la chaleur, soit avec deux in- convénients. Espérons que leur talent et leur volonté fe- ront la différence.

F. A-S.

Inspection médicale hier matin

Hier matin, le staff médical des Verts a ausculté les joueurs dans leurs chambres afin de vérifier qu’ils

ne souffrent de rien après les quatre jours de break qui leur a été accordé. L’inspection médicale n’a rien révélé de grave et l’effectif, mis à part les convalescents connus, est valide.

Les joueurs ont apprécié l’équipement Puma

Les nouvelles tenues Puma dans toutes leurs va- riantes, que les joueurs ont découvert avant-

hier et hier, ont fortement plu aux joueurs. Ces derniers ont apprécié la coupe et la qualité. Il est vrai que l’équipe- mentier allemand est l’un des géants mondiaux en ma- tière d’équipements sportifs et qu’il a sous contrat beaucoup de sélections nationales prestigieuses, à com- mencer par l’Italie, championne du monde en titre.

Raho continue de chambrer Zaoui

«Ne dors pas cette nuit, Maradona va venir !»

Zaoui «Ne dors pas cette nuit, Maradona va venir !» Samir Zaoui s’en veut toujours d’avoir

Samir Zaoui s’en veut toujours d’avoir raté la visite qu’avait effectuée Zinédine Zidane à l’hôtel où les joueurs sont hébergés. Ce jour-là (ou plutôt cette nuit-là), il dor- mait. Son compagnon de chambre, Slimane Raho, connu pour ses taquineries, ne cesse de le chambrer sur cette histoire. Mardi passé, alors que Zaoui est allé se coucher, Raho avait pris son air le plus sérieux et lui a dit : «Ne dors pas cette nuit.» Intrigué, le défenseur de l’ASO lui a demandé : «Pourquoi ?» Le sociétaire de l’ESS lui a ré- pondu : «Parce que Maradona vient de m’appeler pour me dire qu’il va venir nous rendre visite cette nuit !»

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

5

Coup d’œil Équipe nationale

Une fin d’entraînement sous effervescence

Une fin d’entraînement sous effervescence L a fin de la séance d’entraînement a été mar- quée

L a fin de la séance d’entraînement a été mar-

quée par une effervescence particulière. Le

millier de supporters algériens présent au stade d’Aubagne, hommes, femmes et en-

fants, attendaient ce moment avec impatience avec l’espoir de prendre des photos avec les joueurs et d’avoir leurs autographes. Comme il fallait s’y atten-

laissé prendre au jeu en s’approchant du grillage pour signer vite des autographes pour des enfants.

«Vous êtes des Egyptiens ou quoi ?»

Les joueurs avaient fort à faire avec les sollicitations qui se multipliaient et n’en finissaient pas. Les agents

Le ballon officiel de la CAN

Saâdane tronque

présenté aux joueurs

Les joueurs de l’EN ont fait connaissance avec le ballon offi-

ciel de la CAN qui a été utilisé lors

des séances d’entraînement d’hier et aujourd’hui. Le staff technique des Verts a voulu que les joueurs se familiarisent avec ce ballon qui sera utilisé lors des matches de la CAN.

sa casquette pour un bonnet

Il fait un de ces froids au Cas- tellet ces deux derniers jours

à vous faire geler le sang dans les vaines ! Rabah Saâdane, qui a

d’habitude le crâne coiffé d’une casquette, arborait un bonnet pour la circonstance.

Cocorico, le coq encore présent !

Abdoun s’est rasé de près

Djamel Abdoune, le milieu de terrain des Verts, arbore depuis

hier un nouveau look. D’habitude barbu, le joueur du FC Nantes s’est rasé de près. Il semble que Ab- doune a pris de nouvelles résolu- tions pour la nouvelle année qui commence. No comment.

Bien que la sélection algé- rienne soit habillée depuis

peu par Puma, certains joueurs continuent à arborer des anciens K-way du défunt le coq sportif. Avec le froid qui règne, on n’est jamais au chaud.

Les

nouveaux

maillots déjà en vogue !

L’AFP présente

au Castellet

Les Verts sont sous les feux de la rampe de la presse internationale. Après Al Jazzera, But, c’est au tour de l’AFP de s’intéresser de près à la sélection algérienne, actuellement en stage au Castellet. L’agence de

presse française a, en effet, dépê- ché un de ses reporters sur place.

Les supporters n’ont pas oublié Shehata

Le fameux Egypte-Algérie continue de parler de lui. Le

Ils étaient nombreux, les sup- porters des Verts à avoir ar-

boré les nouveaux maillots de la sélection de marque Puma. Pro- posés à 70 euros la pièce, soit 7

000 dinars algériens. Un prix coûteux mais qui n’empêche pas l’engouement.

gardiens se

Les

sont entraînés

à

l’écart

Pour la première fois depuis le début du stage au Castellet,

dre, cela a donné lieu à de petites bousculades, mais sans qu’il n’y ait aucun incident.

Un supporter a réussi à pénétrer sur la main courante

Dès que le sélectionneur Rabah Saâdane a sifflé la fin de la séance, les supporters se sont tous regroupés derrière le grillage, à proximité des fourgons devant transporter les joueurs. Bougherra s’est approché de la tribune pour parler à un ami venu le voir, mais voilà qu’il est surpris de voir étreint par un jeune suppor-

ter qui a eu l’audace de sauter par-dessus le grillage.

chargés de leur protection se voyaient obligés de venir les «arracher» à la foule un par un, appliquant certai- nement des ordres. Cela n’a pas été apprécié par cer- tains supporters qui les ont interpellés : «Vous êtes des Egyptiens ou quoi ? Laissez-nous les joueurs pour quelques minutes ! Il faut être Egyptien pour essayer de priver les Algériens de leur équipe!» Le dernier à avoir regagné le fourgon a été Karim Ziani que sa double casquette d’international algérien et d’ancien joueur de l’Olympique de Marseille rend très populaire au- près de la population locale.

les trois gardiens de but, Lounès Gaouaoui, Faouzi Chaouchi et Mohamed-Amine Zemma- mouche se sont entraînés à l’écart du reste du groupe. Pris en charge par Belhadj, ils ont eu droit à un entraînement spéci- fique.

L’entraînement

nom du sélectionneur égyptien, Hassen Shehata, était sur toutes les lèvres, hier, dans les tribunes de l’un des stades annexes du Castel- let où les Verts s’adonnaient à un entraînement. Le moins que l’on

puisse dire est qu’il a eu pour son grade, le Shehata, passé pour la risée de tous.

Un des agents chargés de la sécurité rapprochée des Verts s’est aussitôt précipité vers l’intrus pour le met- tre dehors, ce qui a provoqué les protestations des supporters. Craignant une colère qui aurait pu dé- boucher sur un envahissement du terrain, Rabah Saâ- dane et son adjoint Zoheir Djelloul se sont approchés et ont demandé aux supporters de se calmer tout en les saluant, ce qui leur a valu des applaudissements.

Une sortie avec CRS et feu de Bengale

C’est protégés par un cordon de sécurité formé d’agents de la CRS que les fourgons transportant les

joueurs ont pu quitter le stade du général de Lattre de Tassigny. Le cordon a pu plus ou moins contenir la foule qui a salué le cortège par des «One, two, three,viva l’Algérie !» Un supporter a même allumé un feu de Bengale, ce qui a donné au lieu un air

Halliche a ouvert le bal des autographes

Aujourd’hui, entraînement à Gémenos La sélection nationale alternera entre les stades d’Au- bagne et de
Aujourd’hui,
entraînement
à Gémenos
La sélection nationale alternera entre les stades d’Au-
bagne et de Gémenos
durant cette semaine pour
l’entraî-
nement de l’après-midi. Ainsi, après
une séance ce
matin sur le petit terrain
du Castellet, les Verts s’entraî-
neront cet après-midi
à 15h au stade de Gémenos,
une localité située par loin de son lieu de regrou-
pement. Lundi et mercredi,
ce sera à Au-
bagne,
alors
que à la
séance de mardi
se fera
Gémenos.

de fête. Les automobi- listes qui passaient par le pont situé à proxi- mité de l’entrée du stade ont tous ra-

lenti pour voir le spectacle. Après le départ du cortège, les supporters se

sont dispersés dans le calme, se promettant de reve- nir au prochain entraî- nement des Verts.

F. A-S.

Devant l’insistance et les sup- plications de la foule pour avoir des autographes, Rafik Halliche a été le premier à se diriger vers le grillage pour en signer quelques-uns. Il

s’est montré patient et dis- ponible en signant le maxi- mum qu’il a pu. Hameur

Bouazza, Abdelkader Ghez- zal, Yazid Mansouri et Karim Ziani lui ont emboîté le pas, pour le plus grand plaisir et délire

des supporters, agglutinés à leur proximité. Même Rabah Saâdane s’est

a

débuté avec

Meghni impressionné par l’engouement

S’il y a un joueur qui n’a pas caché son étonnement de voir

autant de monde à l’entraînement, c’est bien Mourad Meghni. Il a avoué à ses coéquipiers avoir l’im- pression de s’entraîner en Algérie.

Le public a scandé :

«Bonne année ya Anthar»

Le défenseur central, Anthar Yahia, a eu droit à une ovation

spéciale de la part des supporters qui ont fait le déplacement au stade. Des «Bonne année ya An-

thar» ont longtemps fusé des tri- bunes.

dix

de retard

Prévu pour 15 h, la séance d’entraînement d’hier après-

midi a débuté avec dix minutes de retard. L’apparition des joueurs sur le terrain a été ac- cueillie par un tonnerre d’ap- plaudissements.

Musculation pour Yahia, Meghni et Saïfi

Anthar Yahia, Mourad Meghni et Rafik Saïi ne s’en-

traînent toujours pas avec le groupe. Toujours en période de

convalescence, ils se sont contentés de musculation.

minutes

toujours pas avec le groupe. Toujours en période de convalescence, ils se sont contentés de musculation.
toujours pas avec le groupe. Toujours en période de convalescence, ils se sont contentés de musculation.
toujours pas avec le groupe. Toujours en période de convalescence, ils se sont contentés de musculation.

6

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

Coup d’œil Équipe nationale

De nos envoyés spéciaux

en France

   
Redouane Bouhanika
Redouane
Bouhanika
Yacine Selhani
Yacine
Selhani
Mourad Hachemi
Mourad
Hachemi
Farid Aït Saâda
Farid
Aït Saâda
Nacym Djender
Nacym
Djender
         

Le Consul de Marseille et le père de Zidane rendront visite aux Verts

Après le fils, ce sera au tour du père. Zinédine Zidane ayant rendu visite aux Verts la semaine passée, son père en fera de même en ac- compagnant le Consul général d’Al- gérie à Marseille, Abdelhamid

Saïdi, qui projette de se rendre à l’hôtel Grand Prix où est hébergée la sélection algérienne. Cette visite se fera ces jours-ci et Smaïl Zidane aura l’occasion ainsi de voir de près les internationaux algériens. Qui

sait ? Peut-être se verra-t-il offrir un nouveau maillot national du nouvel équipementier après en avoir eu, par l’intermédiaire de Zizou, un de l’ancien équipementier des Verts…

F. A-S.

Des articles restrictifs ne leur conviennent pas

Des joueurs refusent de signer le règlement intérieur

U n problème administratif

est venu parasiter le stage

que la sélection nationale

est en train d’effectuer dans le Sud de la France. En effet, le nouveau règlement intérieur, que les joueurs ont été invités à signer à l’occasion de ce stage, a été rejeté par plusieurs joueurs au motif qu’il comporte des clauses restrictives qui vont à l’en- contre d’engagements qu’ils ont pris avec des sponsors personnels. Ainsi, tout engagement avec un sponsor doit être soumis à l’appro- bation de la Fédération algérienne

de football.

Les sponsors officiels de la FAF ne veulent pas de concurrence Le fond du problème est pure- ment pécuniaire. La Fédération al- gérienne de football, qui a signé des contrats de sponsoring avec plu- sieurs entreprises économiques na- tionales et multinationales, veut obliger les internationaux, par le biais du règlement intérieur, à ne pas s’engager, à titre individuel, avec des opérateurs économiques opé- rant dans les mêmes secteurs d’ac- tivités que les sponsors officiels de la sélection nationale. Ainsi, il est interdit, suivant l’un des articles du règlement intérieur, à un joueur sé-

lectionné de faire de la publicité pour des opérateurs concurrents de ceux qui sont sous contrat avec la FAF.

Les restrictions concer- nent la téléphonie mobile et les boissons gazeuses Les secteurs d’activités qui sont concernés par cette mesure sont en

premier lieu la téléphonie mobile et les boissons gazeuses, vu que la FAF est liée par contrat avec Nedjma et Coca Cola. Or, des joueurs ont été engagés ou sont en passe de l’être par des concurrents

à ces opérateurs : Djezzy, Mobilis,

Hamoud Boualem, Pepsi Cola… Les sponsors officiels de la FAF ar- guent que s’ils ont mis beaucoup d’argent dans la balance, c’est pour détenir l’exclusivité des droits d’image des joueurs dans leurs sec- teurs d’activités respectifs. Ils n’ac- cepteraient donc pas que des concurrents viennent parasiter leurs projets.

Les récalcitrants refusent de renoncer à leurs sponsors Cette disposition ne convient pas

à des joueurs qui sont déjà sous

contrat, et donc engagés, avec des sponsors personnels. Pour eux, il

et donc engagés, avec des sponsors personnels. Pour eux, il est hors de question de renoncer

est hors de question de renoncer à des contrats qui, pour la plupart, ont été signés avant que n’apparais- sent les clauses d’exclusivité. D’ail- leurs, une éventuelle résiliation unilatérale des contrats entraîne- raient des dédommagements dont ils devront s’acquitter, ce qu’ils ne sont pas près de faire. Ils dénoncent

surtout la politique du fait accompli

qu’on veut appliquer à leur égard. De plus, ils estiment que, partout dans le monde, des sportifs peuvent

avoir leurs sponsors personnels dans des secteurs d’activité alors que la sélection dont ils défendent les couleurs a les leurs.

Raouraoua à la rescousse pour éteindre le feu Comme dans pareilles circons- tances, ce sera au président Moha- med Raouraoua d’éteindre le feu qui couve. Attendu officiellement pour mardi à Marseille, il n’est pas exclu qu’il arrive plus tôt à l’hôtel

où se trouve la sélection afin d’es-

sayer d’étouffer le conflit. Le patron de la FAF usera de son autorité pour tenter d’amener les joueurs ré- calcitrants à signer le règlement in- térieur et d’en accepter toutes les clauses, surtout que les sponsors of- ficiels se sont engagés à ce que les joueurs touchent des indemnités substantielles pour chaque spot pu- blicitaire auquel ils participeront.

F. A-S.

chaque spot pu- blicitaire auquel ils participeront. F. A-S. Afin de démentir les allégations du médecin

Afin de démentir les allégations du médecin de Bochum

Yahiaaujourd’hui àZurichpour passer devant les médecins de la FIFA

Alors que Bochum, son club, veut à tout prix l’empêcher de participer à la Coupe d’Afrique des nations au motif qu’il n’est pas rétabli de sa blessure et qu’une compétition longue et exigeante comme la CAN risque- rait de le faire rechuter, Anthar Yahia se déplacera aujourd’hui à Zurich afin de se faire examiner demain matin par des médecins de la commission médicale de la FIFA. Le pronostic médical déli- vré par le staff médical algérien, à

sa tête Dr Boughlali, étant op- posé à celui du staff médical de Bochum, emmené par Dr Karl- Heinz Bauer, la seule issue est un arbitrage indépendant, celui de la commission médicale de la FIFA.

Bochum aura la preuve de sa guérison Cette mesure est destinée à donner une preuve définitive à la direction du club allemand que Yahia est définitivement guéri et qu’il pourra prendre part à la

CAN en toute sécurité. C’est donc quelque chose de positif pour la défense du défenseur al- gérien. Ainsi, une fois que la commission médicale de la FIFA aura entériné sa guérison, toutes les pressions destinées à le faire renoncer à la CAN n’auront plus aucun effet. Yahia rentrera dans l’après-midi de demain, après les examens, et réintègrera le centre d’hébergement des Verts dans la soirée.

F.

A-S.

Vieux et jeunes sont venus voir Ziani et ses coéquipiers
Vieux et jeunes sont venus voir Ziani et ses coéquipiers
Saâdane a troqué son béret pour un bonnet
Saâdane a troqué son béret pour un bonnet
Entraînement ou non, les joueurs se donnent toujours à fond
Entraînement ou non, les joueurs se donnent toujours à fond

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

7

Coup d’œil Équipe nationale

Aouachria a assisté

Ziani faitrêver

à

l’entraînement

Parmi les nombreux supporters ayant tenu à assister à la séance d’entraînement d’hier, nous avons noté la présence de l’entraîneur de handball du club d’Aubagne, Re- douane Aouachria. Ce dernier, qui

Fenerbahce

a

assisté à l’intégralité de la séance,

tenu à saluer les joueurs un par un.

a

tenu à saluer les joueurs un par un. a S elon les médias turcs, le Fe-

S elon les médias turcs, le Fe- nerbahce s’apprêterait à formuler une offre au Vfl

Wolfsburg pour son milieu de terrain algérien, Karim Ziani. Le club turc serait très intéressé par les services du milieu de terrain pour cet hiver. Selon le site in- ternet ajensport.com, le Fener- bahce s’apprêterait à faire une offre à hauteur de 6 millions d’euros. Il est vrai qu’à l’heure où nous mettons sous presse, aucun contact officiel n’a été établi entre les deux directions. Mais il n’en

Ziani, pas touche

à

ma place !

Retenu par de nombreux sup- porters pour des autographes, Karim Ziani s’est vu chiper sa place dans le bus par Yazid Mansouri. Celui-ci bien, que capitaine d’équipe, s’est résigné à l’idée d’aller s’asseoir ailleurs, sous l’insistance de son coéquipier qui à l’habitude de prendre place à chaque fois aux places de devant.

Raouraoua attendu aujourd’hui

Le président de la Fédération al- gérienne de football, Mohamed Raouraoua, est attendu aujourd’hui au Castellet. Il est prévu dans le programme du président de la FAF de se réunir avec les joueurs pour débattre de la question du règle- ment interne qu’ils ont refusé de si- gner, car n’étant pas d’accord avec certains points, notamment celui inhérent à la publicité et la gestion de leurs images de marque.

demeure pas moins que selon les bruits qui courent en Turquie, le leader du championnat local est

prêt à mettre le prix qu’il faut pour engager Ziani qui a été

transféré cet été de l’Olympique de Marseille vers le champion d’Allemagne en titre, le Vfl Wolfsburg. Reste après à connaî- tre la position du club allemand et du joueur vis-à-vis de cet in- térêt, d’autant que si transfert il y a, il prendra effet dans l’immé- diat. La participation du milieu de terrain à la CAN n’étant pas un handicap pour le club turc. Nous y reviendrons.

Gaouaoui parmi la sélection d’Or d’Al Ahram !

Le gardien de but de l’ASO et de la sélection algérienne, Lounès Gaouaoui, a été choisi parmi la sé- lection d’Or par le quotidien égyp- tien, Al Ahram lors d’un sondage à grande échelle auprès de ses lec- teurs. Etaient nommés aussi, Kha- led Lemmouchia et Rafik Saïfi dans

 
 

La FAF veut son Coverciano

Le très prestigieux centre d’entraîne- ment de la Squadra Azzura, le Cover- ciano, a fait bien des émules du côté de Dély Ibrahim. A en croire des sources sûres, la FAF voudrait construire son propre Coverciano. Plus qu’un vœu, une idée qui germe dans l’esprit des décideurs des affaires de notre football depuis que

minutes sur le centre et ses différentes in- frastructures. Selon ledit réalisateur, la FAF compte faire du centre de Florence un modèle pour la réalisation de son propre Coverciano. «Pendant le regrou- pement de la sélection nationale au Co- verciano, j’ai été accrédité par la FAF pour

la

fameuse sélection. A noter que la

les Verts ont séjourné à Florence, le temps d’un stage de préparation en pré- vision du fameux Egypte-Algérie du 14 novembre dernier. Avec la bénédiction de la Présidence, ce projet pourrait donc voir le jour ! Preuve en est, l’un des réa- lisateurs de l’ENTV, Yazid Belkout en l’occurrence, a été dépêché au Cover- ciano pour réaliser un reportage de 26

réaliser un reportage de 26 minutes sur ledit centre. Il était beaucoup plus ques- tion de faire un grand plan sur les diffé- rentes infrastructures, hôtel, vestiaires, terrains répliques…», confie Belkout. La présidence de la République a demandé à avoir une copie de ce fameux repor- tage, sans doute pour se faire une idée sur le modèle et en faire un projet, si be- soin est.

sélection égyptienne a été sacrée meilleure équipe de l’année 2009. Un choix qui a suscité les interro- gations de plus d’un, parmi les Egyptiens notamment. No com- ment !

Tout sur le déplacement des supporters

M ême s’il n’y aura pas d’opération «Khar- toum» bis à l’occa-

tés et frais d’obtention du visa d’entrée en Angola, les trans- ferts aéroport de Luanda vers l’hôtel et retour, les transferts de l’hôtel vers le stade et re- tour, l’hébergement selon la formule retenue, les tickets d’entrée au stade, une assu- rance «voyage internationale» et une assistance durant le sé- jour conjointe de tours opera- tors algériens et partenaires angolais», précise le commu- niqué. En gros, une prise en charge totale moyennant des prix variant selon la formule de prise en charge choisie, comme l’indique le commu- niqué ci-dessus. A noter que ce package est disponible au niveau des réseaux de l’ONAT, TVA et agences de voyages agrées à partir d’au- jourd’hui. En ce qui concerne les modalités d’oc-

troi des visas, elles seront prises en charge par les agences de voyage habilitées à commercialiser le package. «Le dossier à fournir doit comprendre trois photos d’identité et trois photocopies des trois premières pages du passeport.» Par mesure pré- ventive, le ministère de la Santé, de la Population et de Réforme hospitalière a mis en place un dispositif pour la vaccination au niveau de 4 centres agréés. D’autre part, l’institution du droit de change spécifique à hauteur de 192 600 DA s’inscrit dans le train de mesures prises en charge par les pouvoirs pu- blics pour faciliter le dépla- cement et le séjour des supporters. Ainsi, la banque d’Algérie informe que l’opé- ration de change qui peut

s’effectuer auprès de tout gui- chet de banque commerciale intermédiaire agréée est ou- verte du 3 au 15 janvier 2010. Pour exercer ce droit de change, la banque d’Algérie informe qu’il suffit au de- mandeur de «se présenter à un guichet de banque muni de son passeport établi ou prorogé en Algérie et de son titre de transport délivré par la compagnie Air Algérie avec réservation confirmée», pré- cise la banque d’Algérie dans un communiqué datant du 29 décembre 2009. A noter que ce droit de change de 192 600 DA est compris comme un maximum. Au- trement dit, «le citoyen peut, s’il le souhaite, échanger un montant inférieur à ce pla- fond», précise le communi- qué.

sion de la CAN, la ferveur n’en n’est pas moindre. Ils sont nombreux, les suppor- ters des Verts, à avoir émis le vœu de partir en Angola. Pour ce faire, le ministère de la Jeunesse et des Sports a installé un comité chargé du déplacement des supporters de l’équipe nationale en An- gola. Dans un communiqué, le MJS informe «les suppor- ters désirant effectuer le dé- placement vers l’Angola qu’Air Algérie organisera des vols, les 9 et 10 janvier 2010. D’autre part, les opérateurs de tou- risme ont convenu de mettre à la disposition des supporters des formules package uni- forme contenant : le billet de transport aérien, les formali-

Du monde à Aubagne Ils étaient nombreux à se déplacer au stade d’Aubagne pour suivre
Du monde à Aubagne
Ils étaient nombreux à se déplacer au stade d’Aubagne
pour suivre la première séance d’entraînement des
Verts. Les fans ont suivi la séance d’entraînement des
protégés de Rabah Saâdane qui se préparent pour la
CAN qui commencera dans dix jours en Angola.
Les vieux n’ont pas laissé
tomber la pétanque
Juste derrière le stade, des vieux étaient en train de
jouer à la pétanque. Ils ne prêtaient aucune attention
à ce qui se passait autour d’eux en ignorant la présence
de la sélection nationale. Ils ont continué à jouer le
plus normalement du monde, sans se soucier de la rai-
son de tout ce monde au stade d’Aubagne.
Une dame faisait un footing
aux alentours du terrain
Même si les Verts s’entraînaient sur la pelouse du stade
d’Aubagne, une dame n’a pas hésité à continuer ses
tours de piste. Elle avait fait en sorte d’ignorer la pré-
sence des Verts sur le terrain.
70 CRS présents
70 CRS étaient présents hier au stade d’Aubagne pour
assurer la sécurité des coéquipiers de Ziani. Les poli-
ciers se trouvaient au niveau du pont d’accès qui mène
au terrain et aux alentours du stade. Ils ont été envoyés
par la préfecture des Bouches-du-Rhône.
Le pont bloqué à cause de l’EN
Le pont situé juste au-dessus du stade d’Aubagne était
complètement fermé à la circulation hier à cause des
supporters des Verts qui se sont déplacés en masse
pour assister à la séance d’entraînement des coéqui-
piers de Hassen Yebda.
Lunetta Elaine
«Le stade d’Aubagne
est un porte-bonheur»
Hier au stade de Lattre-de-Tassigny à
Aubagne, on a noté la présence de l’ad-
jointe du maire d’Aubagne, Lunetta
Elaine, qui a assuré l’accueil de l’équipe
nationale. Nous avons profité de sa pré-
sence pour lui poser quelques questions
à propos du stage des Verts.
Avec votre présence, peut-on dire que la mairie
d’Aubagne a participé à l’organisation de ce
stage ?
Participer, non. Mais la commune d’Aubagne a au-
torisé l’équipe nationale algérienne à s’entraîner dans
le stade Lattre-de-Tassigny. D’ailleurs, ce stade est un
porte-bonheur, l’Algérie a réussi à battre l’Egypte en
juin dernier après avoir effectué des séances d’entraî-
nement sur sa pelouse. Mais aussi les juniors de
l’équipe de France, qui viennent souvent là, ont eu la
chance de faire un bon parcours. En tout cas, pour
nous, c’est un immense plaisir d’accueillir l’équipe al-
gérienne, surtout qu’elle est qualifiée pour le Mondial
et la CAN.
Vous attendiez-vous à voir beaucoup de monde ?
En vérité, non. On a fait en sorte à ce que les choses
se déroulent en toute discrétion. On a tenu à garder les
choses au secret pour qu’il n’y ait pas de monde, mais
finalement les supporters algériens ont envahi les lieux.
Je pense que c’est la presse qui a vendu la mèche, parce
que nous, nous avons tout fait pour garder le secret.
Et pour la sécurité, est-ce que c’était nécessaire ?
On a pris toutes nos précautions, c’est tout. On a fait
appel à la sécurité par éviter toute mauvaise surprise.
J’ai constaté qu’il y avait une ambiance bon enfant, et
j’espère que ce sera le cas lors des prochaines séances
d’entraînement, pour que tout se déroule dans de
bonnes conditions. Je profite de cette occasion pour
souhaiter bonne chance à la sélection algérienne.
Entretien réalisé par
Farid Aït Saâda

8

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

Coup d’œil Équipe nationale

Pivot : «J’ai vécu France 98, mais ce que j’ai vu à Alger est incomparable !»

Pour avoir été le seul à filmer les images de l’agression dont ont été victimes
Pour avoir été le seul à filmer les
images de l’agression dont ont été
victimes des joueurs de la sélection
algérienne à leur arrivée au Caire,
Guillaume Pivot a contribué à
«internationaliser» l’affaire, à tel
point que ses images ont fait le tour
du monde entier et ont jeté le
discrédit sur l’Egypte. Depuis, le
reporter de Canal+ est devenu le
plus algérien des journalistes
français ! Mercredi soir, il sera
l’invité de l’émission Les Spécialistes
Maghreb sur Canal+ (visible pour les
abonnés algériens sur le satellite
Arabsat) qui sera consacrée à la
sélection algérienne. Il y évoquera
son périple pour suivre la sélection
algérienne au Caire et à Khartoum. Il
nous parle de cette grande aventure
humaine avec les Verts.

Avant d’être venu en Algérie au mois d’oc- tobre dernier pour couvrir le match Algé- rie-Rwanda, avez-vous couvert des activités de la sélection algérienne auparavant ? Non, jamais. En fait, je n’étais venu que trois fois en Algérie avant cela. La première fois, c’était à l’occasion de la venue de Zinédine Zi- dane en Algérie, en 2006 ; la deuxième fois,

c’était en 2008 pour effectuer un reportage sur le derby MCA-USMA pour le compte de Canal+ ;

la troisième fois, c’était la même année pour as-

sister à la cérémonie de remise du Ballon d’Or

algérien. Donc, le match face au Rwanda a constitué une découverte pour moi. Justement, à l’occasion de ce match-là, vous aviez réalisé un reportage de l’intérieur du stage, ce qui a accrédité l’idée que Canal+ a eu des facilités de la part de la FAF…

nous avions réellement des entrées au sein de la sélection algérienne, nous aurions été présents à Coverciano. Or, cela n’a pas été le cas. Donc, c’est vraiment après l’incident de

l’agression contre le bus de la sélection al-

gérienne au Caire que tout a changé pour vous ? Absolument. Et encore, c’était grâce à un concours de circonstances. J’étais aux abords de l’aéroport du Caire à attendre l’arrivée de la dé- légation algérienne, en compagnie des journa- listes algériens –vous y étiez là d’ailleurs-. Mon but était de recueillir des déclarations de joueurs

Mon but était de recueillir des déclarations de joueurs Ce n’est pas vrai ! Nous n’avons

Ce n’est pas vrai ! Nous n’avons pas été privi- légiés pour le match Algérie-Rwanda. Nous avons introduit une demande pour effectuer un long reportage en étant avec l’équipe, mais cela nous a été refusé. La seule chose qui nous a été accordée a été de travailler avec les jours lors d’un après-midi où les chaînes de télévision étrangères avaient été admises à l’hôtel mili- taires. Je me rappelle que, ce jour-là, il y avait avec nous une équipe de Canal+ et une autre d’une chaîne de télévision arabe. M. Raouraoua avait aussi accepté de me laisser filmer quelques images du dîner. C’est là que je suis monté rapi- dement dans les chambres pour prendre quelques images des joueurs dans leurs salles de bain. Voilà tout. Qu’en est-il des images montrant les joueurs en train de suivre le match Zam- bie-Egypte ? Ce n’est pas moi qui les ai prises. J’avais remis une petite caméra à Yazid Mansouri et lui ai de- mandé de prendre quelques images pour moi. C’est ce qu’il a fait, mais il a arrêté de filmer après le but inscrit par les Egyptiens.

à leur arrivée. Puis, il y a eu la tentative d’agres- sion de supporters égyptiens contre les journa- listes et supporters algériens. J’ai tout de suite flairé le guet-apens. Alors, discrètement, j’ai re- joint la voiture qui était juste derrière les sup- porters égyptiens, alors que ces derniers encerclaient les journalistes et supporters algé- riens. Lorsque le bus algérien est sorti de l’aéro- port, j’ai demandé à mon chauffeur de suivre le cortège. C’est ainsi que j’ai pu filmer les projec- tiles que les supporters égyptiens présents à l’en- trée de l’aéroport avaient lancés sur le bus. Vous avez donc pu vous introduire dans l’hôtel avec le cortège ? Non, cela ne s’est pas passé comme ça. Le chauffeur n’a pas pu suivre la cadence du cor- tège, si bien que lorsque nous sommes arrivés à proximité de l’hôtel, le bus avait déjà franchi la grille d’entrée. J’ai alors demandé au chauffeur de s’arrêter sur le bord de la route, je suis des- cendu et j’ai couru vers la grille. Franchement, je n’avais pas grand espoir qu’on me laisse entrer, mais j’ai pu m’introduire, profitant de la confusion qui régnait. J’ai couru vers

«L’image de Halliche blessé, mais qui est reparti au combat, m’a marqué»
«L’image
de Halliche
blessé, mais qui
est reparti au
combat, m’a
marqué»

Je le répète : il n’y a jamais eu de privilèges. Beaucoup de choses ont été dites sur cette question, comme par exemple que Canal+

a donné de l’argent pour pouvoir être au cœur des Verts. C’est complètement faux. La preuve :

l’entrée de la réception et c’est là où j’ai vu le bus avec des vitres brisées et des joueurs avec du sang. J’ai alors tout filmé.

Vous avez filmé des images qui ont fait le tour du monde… Ce n’est qu’après les avoir en-

voyées par Internet que j’en ai pris conscience. Déjà, des Egyptiens présents à l’hôtel étaient venus vers moi et avaient l’air de m’interroger, mais je ne comprenais pas l’arabe.

nous avions introduit une demande auprès de M. Raouraoua pour faire un reportage de l’intérieur avant le match Egypte-Algérie, mais cela nous a été refusé. Si

couvrir. Les autorités soudanaises sont à cheval sur ce genre de détail. Vous avez donc dû refaire un autre passe- port ? Exactement. Canal+ avait préparé le visa pour un autre collègue, mais souhaitait que ce soit moi qui y aille puisque j’avais des affinités avec les joueurs et les membres du staff. J’ai donc fait un parcours de combattant pour me faire délivrer un nouveau passeport en express.

J’ai pu faire le nécessaire à temps et je suis parti

à Khartoum. La suite, vous la connaissez.

Vous qui avez côtoyé le groupe, avez-vous perçu une force intérieure en lui ? Ah, oui ! Cette force était nettement percep- tible. J’ai rarement vu une telle volonté et une telle solidarité. C’est comme si les joueurs di- saient : «Qu’ils fassent ce qu’ils veulent, mais c’est nous qui allons passer.» J’ai découvert des joueurs formidables, tant sportivement qu’hu- mainement.

Y a-t-il une image forte qui vous a marqué

de ces quelques jours passés avec la sélec-

«Non, Canal+ n’a eu aucun privilège au sein des Verts»
«Non,
Canal+ n’a eu
aucun privilège
au sein des
Verts»

tion d’Algérie ?

Oui, celle de Halliche. Il a parti- cipé au match du Caire avec une arcade ouverte et un poignet fis- suré, a sorti un match énorme, a été contraint de sortir à cause de crampes, a rejoint le vestiaire porté par deux bonhommes et,

quatre jours plus tard, est reparti au combat à Khartoum en jouant tout le match contre l’Egypte. C’est la preuve d’un courage et d’une détermination

inouïs, en plus de ses grandes qualités humaines

et de son talent sportif.

Heureusement, un collègue de Dzfoot, Mehdi, était présent et, ayant compris le manège, avait crié : «Ce sont les moukhabarate

(services de renseignement égyp- tiens, ndlr) ! Ils veulent confisquer les images !» M. Raouraoua a alors accouru et, ayant compris lui aussi, a pris ma caméra et l’a emmenée en lieu sûr. Quelques minutes plus tard, j’ai envoyé les images à Canal+ à partir de l’hôtel. Comme il régnait une grande agitation à l’hôtel, M. Raouraoua m’a proposé de passer la nuit à l’étage réservé à la délégation algérienne.

Finalement, vous êtes resté deux nuits de plus, soit toute la durée du séjour de la dé-

légation algérienne au Caire… C’est à ma demande car j’ai senti que ma vie était en danger. D’ailleurs, vous me l’aviez vous- même confirmé (instruits par des collègues égyptiens, nous l’avions informé qu’il était re- cherché par des Egyptiens excités, ndlr). M. Raouraoua a accepté et c’est ainsi que je suis resté avec la délégation. On m’a donné un sur- vêtement algérien à titre de «camouflage». Cela dit, je n’avais pas une marge de manœuvre illimitée. Lorsqu’il y avait des réu-

Et lors du défilé à Alger ?

la qualification ?

C’est celle d’un supporter qui s’était approché du bus et s’est mis à l’embrasser sans se lasser. C’est une image forte qui figure dans le repor- tage que j’ai réalisé.

Impressionné donc par la liesse qui a suivi

Très impressionné. J’ai vécu la nuit de la vic-

toire de la France en Coupe du monde en 1998, mais ce que j’ai vu à Alger est puissance 10 ! C’était incomparable ! En France en général et à Canal+ en parti- culier, parle-t-on désormais davantage du football algérien ? Oui, c’est clair. Les Français se sen- tent un peu concernés puisqu’il y a

une forte communauté algérienne et il y a beaucoup de joueurs al- gériens nés et formés en France. On peut dire que l’Algérie est la deuxième sélection de cœur chez les Français.

«Ghezzal m’a offert son maillot après le match de Khartoum»
«Ghezzal
m’a offert son
maillot après
le match de
Khartoum»

nions, on me priait gentiment de sortir. En vous retrouvant ainsi, presqu’à votre corps défen- dant, impliqué dans la vie des Verts, votre mission profes-

sionnelle n’a-t-elle pas pris la dimension d’une véritable aven- ture humaine ? Si, c’était une vraie aventure humaine. J’ai connu des gens formidables, que ce soit les joueurs ou les membres du staff. Je me suis senti solidaire de ce groupe car il a été victime d’une grave injustice. Je travaille dans le football tous les jours, que ce soit en France ou à l’étranger, pour le compte d’un bouquet de télévision dont l’une des vocations est le football, mais je n’ai ja- mais vu de ma vie des joueurs, de surcroît re- présentant une sélection nationale, être délibérément agressés avant un match. Cela m’a mis en sympathie avec eux. D’ailleurs, je me suis retrouvé à supporter les Algériens durant le match du Caire et j’étais effondré lorsque les Egyptiens avaient inscrit le deuxième but.

En rentrant le lendemain à Paris, vous avez quand même tenu à repartir à Khartoum. Est-ce par souci de terminer votre mission professionnelle, puisque le qualifié n’était pas encore désigné, ou

bien pour poursuivre l’aven- ture humaine avec le groupe de joueurs ? Les deux. Déjà, de nature, j’aime terminer un travail que j’ai

commencé. Un problème se posait pour moi : l’ambassade du Soudan à Paris a refusé de m’octroyer un visa au motif que j’avais sur mon passeport un visa d’Israël que je m’étais fait délivrer à l’occasion d’un match de Coupe d’Europe que j’étais parti

Vous avez interrompu vos va- cances d’hiver lundi passé pour vivre une journée avec les Verts au Castellet. Doit-on comprendre que vous êtes devenu Monsieur Algérie à Canal+ ? Disons que, vu que j’ai suivi la sélection ces derniers mois, j’étais le plus indiqué pour pour- suivre le travail. Cela dit, cela m’a fait plaisir de revoir les joueurs et les membres du staff. Nous avons remarqué que Ghezzal a été particulièrement ravi de vous revoir et qu’il vous a donné une chaude accolade. Est-ce parce qu’il est de Lyon, tout comme vous ? Il n’y a pas que lui à être de Lyon. Même Kha- led Lemmouchia est lyonnais. C’est juste qu’il y

a une amitié qui s’est liée. A la fin du match de Khartoum, Ghezzal est venu me congratuler sur

le terrain et m’a dit qu’il avait mis son maillot de

côté pour me l’offrir. Effectivement, une fois

rentrés à l’hôtel, il me l’a remis. Des projets avec la sélection algé- rienne, surtout que la CAN et le Mondial approchent ? J’espère être accrédité en Angola

pour couvrir la CAN. Par ailleurs,

nous comptons proposer un projet de couverture des activités de la sé- lection algérienne de l’intérieur. Je vais en parler à M. Raouraoua. Je ne sais pas si

ce sera accepté.

Entretien réalisé par Farid Aït Saâda

«Nous proposerons à Raouraoua un projet avec Canal+»
«Nous
proposerons
à Raouraoua
un projet avec
Canal+»

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

9
9

Coup d’œil Équipe nationale

cercle vicieux dont on ne peut sortir facilement. Quel est le rôle social d’un joueur
cercle vicieux
dont on ne peut
sortir facilement.
Quel est le rôle
social d’un
joueur de foot-
ball ?
Défendre les in-
térêts de notre
équipe nationale
qui mérite beau-
coup de choses.
Qu’avez-vous à
donner à
la société ?
J’aspire toujours
à transformer mon
village Nahia, et je
suis content du projet
«Ma santé dans mon
école» réalisé par la so-
ciété qui sponsorise Al
Ahly. C’est un pas impor-
tant pour la préservation de
notre avenir.
Express :
Le joueur mondial que vous
voulez jouer avec
lui ?
Zinédine
Zidane
Un but que
vous n’ou-
bliez pas ?
Mon but
contre Sfax en fi-
nale de la Ligue des champions en
2006.

titre de champion ? Il faut reconnaître qu’Al Ahly tra- verse une période de reconstruc- tion, mais cela ne l’empêche pas d’occuper la première place du championnat avec six points d’avance sur son poursuivant Petro Jet. En dépit de la rude concur- rence, on est capables de préserver notre titre pour la sixième année. Certains craignent de vous voir tirer la révérence très tôt ? Cela ne relève pas de ma volonté, mais il y a plusieurs paramètres qui rentrent en jeu, et je n’ai qu’à me soumettre au destin. Mais j’ai tou- jours l’ambition et la volonté de réa- liser mon rêve de jouer le prochain Mondial, et ce ne sont pas les exem- ples qui manquent. Quand est-ce que vous allez prendre votre retraite ? Lorsque je m’apercevrais que les gens ne veulent plus que je sois sur un terrain, je me retire doucement. Quelle sera votre destination après la retraite ? Je ne peux pas le dire maintenant, je dois choisir le domaine qui me convient, mais je dois d’abord m’ar- mer d’études et de sciences. Si vous étiez journaliste, quelle serait la personne que vous au- riez aimé interviewer ? Si j’avais été journaliste, j’aurais interviewé Salah Samir, que Dieu ait son âme, pour lui demander le secret du maillot rouge qui nous portait chance, et le bleu qui nous faisait perdre. Aboutrika a-t-il réussi dans sa vie sociale ? Franchement non. Pourquoi ? Je suis très réservé, et les relations publiques nécessitent des conces- sions et je crains tomber dans un

Un but que vous regrettez ? Un but contre Talaâ Al Djaïch en championnat l’année passée. Un but que vous avez souhaité ? Un but contre l’Algérie. Un livre qui a changé votre vie ? Le livre La tahzen (ne soit pas triste) du Cheikh Al Korni, il a cor-

rigé plu- sieurs défi- nitions. Quelque chose que vous détestez ? Le computer, il nous fait perdre beaucoup de temps. Vous allez priver vos enfants de l’ordinateur alors ? Non, je ne peux pas le faire, je parle de moi-même.

In Al Ahram

Aboutrika

«Je souhaitais jouer au côté de Zinédine Zidane et marquer contre l’Algérie»

Etes-vous triste à cause de votre non-participation à la prochaine CAN ? Je ne vous cache pas mon opti- misme de pouvoir prendre part à cette compétition après avoir senti une amélioration au niveau de ma blessure, malheureusement ce n’est pas le cas. Jouer la prochaine CAN risque de compliquer la blessure et menacer mon avenir, c’est ce que les médecins m’ont dit. Mais sur quelle base avez-vous entamé le stage de la sélection ? Les membres du staff technique entretenaient un infime espoir en ce qui concerne ma participation à la CAN, mais lorsque j’ai senti des douleurs à l’entraînement je me suis rendu compte que je suis loin de l’Angola. On comprend par là que l’oppo- sition d’Al Ahly n’a rien à voir dans tout ça ? Non, pas du tout. L’immixtion d’Al Alhly est tout ce qu’il y a de na- turel et logique, mais pas avec la façon qu’on voulait faire croire. Bien au contraire, il y a une certaine coopération entre le club et la sélec- tion. Tout a été clair avec les mem- bres du staff technique. Une fois que ma blessure s’est compliquée, j’ai informé Shehata et les membres du staff médical, et ensemble on a pris la décision de me retirer et de poursuivre les soins. C’est la première fois depuis quatre ans que vous êtes à l’écart de la sélection, quel est votre sentiment ? Je suis triste car je voulais être présent pour essayer de payer une partie de la dette qu’on doit à notre pays et notre public suite à notre échec dans les éliminatoires du Mondial.

Comment voyez-vous les chances de la sélection d’Egypte en Angola, qui souffre de plu- sieurs absences ? Il faut reconnaître que la situa- tion est difficile. Cela ne veut pas dire que nous ne ferons rien du tout, cela dit j’aime ce climat de pes- simisme et de déception à la veille des événements importants. C’est dans des situations pareilles que l’envie du sacrifice de l’Egyptien se manifeste, c’est ce qui s’est passé avant 2006 et 2008. L’occasion s’est présentée devant les joueurs sélec- tionnés pour prouver leurs qualités dans la CAN. Quel tour atteindra la sélection à votre avis ? Aucune personne raisonnable ne peut pronostiquer sur l’avenir de n’importe quelle équipe. On pense étape par étape. Une fois passés le premier tour, on pense aux hui- tièmes et ainsi de suite. C’est le point de vue de Shehata et ses as- sesseurs. Vous êtes donc optimiste ? Oui, ma confiance en mes cama- rades et le staff technique de nous procurer de la joie n’a pas de li- mites. Quelle est l’équipe favorite pour gagner la CAN ? Je crois que les données sont en train de changer en Afrique, mais il y a toujours des équipes comme le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Angola, le pays organisa- teur, et l’Egypte tenant du titre qui sont les concurrents les plus sé- rieux. Mais cela n’empêche pas d’as- sister à des surprises, ce qui arrive souvent dans ce genre de compéti- tion. Comment voyez-vous les chances d’Al Ahly de préserver le

Comment voyez-vous les chances d’Al Ahly de préserver le N ous avons rapporté dans l’une de

N ous avons rapporté dans l’une de nos précédentes éditions que l’international algérien Mourad Meghni était en tour- née à Alger en compagnie de

Rafik Saïfi. Des milliers de supporters de l’EN sont venus retrouver leurs idoles, quelques semaines après la qualification de l’EN en Coupe du monde.

Arrivés le 30 décembre à 12h30

Prévue pour 11h30, l’avion où se trouvaient les deux internationaux n’a atterri sur le tar- mac de l’aéroport Houari-Boumediène qu’une heure plus tard. Aussitôt arrivé à Alger, Meghni s’est rendu à l’hôtel Hilton où

Retour sur la visite de Mourad Meghni à Alger

il devait séjour- ner.

A Soustara

pour

tourner

le premier

spot

publicitaire

Des membres de sa famille l’ont invité à une conviviale soirée familiale. Cela a fait énormé- ment plaisir à Meghni.

Shooting photos à Oued Romane

Au lendemain de son arrivée à Oued Ro- mane et après le premier spot publicitaire qu’il a tourné à Soustara, Mourad Meghni a été invité une nouvelle fois à un shooting photos, un autre spot publicitaire au profit de Soummam.

La lésion, plus de peur que de mal

C’est en effectuant une IRM dans une cli- nique privée à Ben Aknoun et après avoir pris connaissance des résultats que l’international s’est enfin rassuré que la lésion dont il souffrait n’est pas aussi grave que pouvaient le penser certains. En effet, les résultats ont démontré qu’il s’agissait finalement d’une lésion verti- cale, et non pas horizontale que les joueurs évoluant dans les championnats de haut ni- veau connaissent réellement la différence entre les deux blessures, ce qui a donc rassuré

Meghni qui ne veut aucunement entendre par- ler d’une éventuelle indisponibilité pour la prochaine CAN en Angola.

La nuit du réveillon scindée en deux parties

Tellement les invitations arrivaient de toutes parts, l’international Meghni, qui se trouvait en Algérie à l’occasion de la fête du nouvel an, s’est vu contraint de scinder la nuit du réveillon en deux parties. En effet, Meghni a, d’abord, répondu à l’invitation des respon- sables de l’hôtel Hilton avant de rejoindre Sheraton où des responsables de cet établisse- ment ainsi que les employés l’attendaient avec impatience.

Retour au Castellet le premier jour de l’année

Après un court séjour à Alger qui aura duré quarante-huit heures, les deux interna- tionaux ont rallié, au premier jour de l’année, le lieu du regroupement de la sélection algé- rienne. Les quatre heures de retard qu’a connues le vol ont empêché nos internatio- naux de rejoindre plus tôt que prévu la sélec- tion au Castellet.

C’est le quartier populaire de Bab El Oued que l’international Meghni a visité en compa- gnie de son partenaire en EN, Rafik Saïf, dans le cadre du premier spot publicitaire réalisé au profit de Soummam, une entreprise de produits laitiers. Il y avait, nous le disions, des milliers de fans qui les attendaient. Les supporters de la sélection algérienne ont ré- servé un accueil des plus chaleureux à Meghni et Saïfi. Une escorte a été même dé- pêchée pour assurer le déplacement du cor- tège qui a quitté par la suite Soustara.

Dîner à Ouled Hadadj

A peine arrivé à l’hôtel Hilton, l’internatio- nal algérien, accompagné de son oncle, a pris le chemin de son quartier à Ouled Hadadj.

10
10

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

Egypte

Coup d’œil CAN2010

Laroum «Le Malawi et le Mali sont à prendre très au sérieux» Désigné pour suivre
Laroum
«Le Malawi et le Mali sont
à prendre très au sérieux»
Désigné pour suivre les performances et décortiquer le jeu de nos adversaires en Coupe
d’Afrique des nations 2010, Boualem Larroum, l’ancien international de la JSK et du Chabab
de Belouizdad, actuellement responsable de la formation et du recyclage des entraîneurs au
niveau de la Fédération Algérienne de Football, nous livre ses impressions sur le Malawi et le Mali qu’il
a pu suivre lors de leurs dernières sorties amicales jouées respectivement face à l’Egypte et l’Iran. Il
estime que le Malawi est à respecter et le Mali reste un sérieux client.
Vous avez été désigné avec votre collègue
Yekhlef, pour superviser les adversaires de
l’Algérie, en quoi consiste réellement votre
mission ?
Notre tâche sera de récolter un maximum d’in-
formations technique et tactique sur les adversaires
de l’Algérie en Coupe d’Afrique des nations qui aura
lieu du 10 au 31 janvier prochains en Angola. Notre
rôle consiste à fournir des renseignements utiles
pour l’entraîneur Saâdane et son staff afin qu’ils
puissent avoir la meilleure idée sur les équipes qu’on
affrontera lors de cette CAN2010
sorties du Mali et du Malawi contre l’Egypte ?
Oui, c’est normal, j’ai suivi ces deux rencontres
avec intérêt pour, tout d’abord, connaître l’évolution
de base de ces deux formations, et ensuite détecter
la stratégie adoptée dans les différentes situations
de jeu de ces deux futurs adversaires de notre
Equipe nationale.
redouter ?
Je ne vais pas aller jusqu’à avancer que
c’est une équipe à craindre de façon déme-
surée. Je veux juste dire qu’on doit faire
preuve d’un maximum de vigilance. Autre-
ment dit, il ne faut surtout pas sous-estimer
cet adversaire pour éviter toute mauvaise
surprise dans cette campagne africaine
qu’on aimerait tous qu’elle soit une réussite
pour l’Algérie
Sur la plan collectif, cela paraît facile, mais
individuellement, vous ne croyez pas, par
exemple, que c’est difficile de rassembler des
informations sur les joueurs du Malawi qui
évoluent dans leur majorité dans leur
championnat local ?
Oui, mais on peut tout de même se situer par
rapport à leur rendement au bout d’un match ou
deux pour se faire une idée plus au moins précise
sur leurs qualités techniques et leurs tendances de
jeu. Il est très important aussi de connaître leur po-
sitionnement sur le terrain.
Comment avez-vous trouvé cette formation du
Malawi ?
Très homogène. Je crois qu’il y a un travail de
fond qui a été réalisé au sein de cette sélection. C’est
un bloc qui joue en 4-4-2 et qui se transforme en
4-3-3 en position offensive. Le Malawi défend très
bien et exerce un pressing au milieu du terrain avec
cinq à six éléments.
On a remarqué que l’entraîneur de cette
équipe n’a pas trop effectué de changements,
quelle conclusion peut-on en tirer ?
Il paraît bien clair que le Malawi est presque prêt
pour cette CAN. Le fait de ne pas trop chambouler
l’équipe type dans une rencontre amicale signifie
que l’opération de prospection tire à sa fin et ce,
contrairement aux Egyptiens qui semblent toujours
en repérage.
Et le Mali, comment l’avez-vous jugé ?
Je dirai que lors de la première rencon-
tre, le Mali s’est laissé endormir par le ni-
veau de la Corée du Nord qui n’a rien
montré en début de match. Mais par la suite,
on a pu constater toutes les difficultés des
Maliens à contrer des Coréens très appli-
quées tactiquement. Ils n’ont ainsi pas mon-
tré grand-chose en matière de stratégie de jeu
collectif. Par contre face à l’Iran, il y a eu une
petite amélioration. On a remarqué que le Mali
avait du répondant au milieu du terrain avec
une bonne organisation et une efficacité re-
trouvée par rapport au premier match amical.
On verra bien ce samedi (hier, ndlr) com-
ment ils vont se comporter.
On comprend que c’est une équipe à
Vous avez, sans doute, suivi les dernières
Entretien réalisé par Moumen A.
Côte d’Ivoire
Mozambique
La liste des 23 dévoilée
Drogba fait peur
à son coach
L e sélectionneur du Mozambique, Mart Nooij,
a communiqué samedi la liste des 23 joueurs
appelés à disputer la phase finale de la Coupe
Le sélectionneur des Eléphants de
Côte d'Ivoire, Vahid Halilhodzic,
estime que son équipe n'est pas la
même avec ou sans Didier Drogba.
L'ancien coach de Lille et du PSG
craint pour sa santé, et ne croit pas
trop à ses remplaçants. «J’ai peur pour
Didier. Il est engagé sur plusieurs
tableaux et a beaucoup
d’ambitions. L’autre
jour, nous avons
discuté. Il veut tout
gagner, or son état
de fraîcheur est
important. Le problème est qu’il joue
un petit peu trop. Didier a pris un coup
au tendon de sa jambe gauche. Il faut
faire très attention, car son tendon
s’enfle. Il a un traitement
spécial. Je suis inquiet…
Sanogo, qui a le
même profil que
lui, est aussi
blessé. En
pivot, en puissance, dans le
jeu aérien, il est intéressant.
En cas de défection de Drogba,
malheureusement, il n’y a
personne. On verra avec Dindane
…», a expliqué Vahid Halilhodzic.
d'Afrique des nations 2010 en Angola, du 10 au 31
janvier. Sans surprise, le défenseur récemment
transféré au Sporting Portugal, Mexer, a été appelé,
comme Goncalves Fumo (Olympiakos). Le Mo-
zambique est dans le groupe C avec l'Egypte, le Ni-
geria et le Bénin. Ils débuteront d'ailleurs la
compétition le mardi 12 janvier
contre le Bénin.
Gardiens : Bino (Liga Mucul-
mana), Kampango (Al Tersana,
EGY), Lama (Liga Muculmana).
Défenseurs : Campira (Deportivo Maputo), Dario Khan (Al Kha-
ritiyah, QAT), Fanuel (Liga Muculmana), Mexer (Sporting Portugal), Miro
(Platinum Stars, AFS), Paito (FC Sion, SUI), Simao (Panathinaikos, GRE),
Whisky (Ferroviario Maputo), Zainadine Junior (Deportivo Maputo).
Milieux : Danito Parraque (Ferroviario Maputo), Dominques (Mamelodi
Sundowns, AFS), Genito (Nea Salamina, CHY), Goncalves Fumo (Olympia-
kos, GRE), Josimar (Costa dol Sol), Momed Hagy (Ferroviario Maputo), Ne-
linho (Deportivo Maputo), Ze Luis (Baladeyet Al Mahalla, EGY).
Attaquants : Helder Pelembe (Maxaquene), Dario Monteiro (SuperSport
United, AFS), Tico-Tico (Jomo Cosmos, AFS).

Halilhodzic tient à son poste

À une semaine du coup d'en- voi de la Coupe d'Afrique des nations, du 10 au 31 janvier, Vahid Halilhodzic a pris ses devants. Le sélectionneur de la Côte d'Ivoire a exclu toute idée de démission en cas d'échec, lors d'un entretien paru sa- medi dans la presse ivoirienne, car l'issue de cette campagne ne va pas remettre en cause (son) engagement avec la Côte d'Ivoire. «Rien ne dit qu'une élimination en Angola serait ma faute. Une contre-performance ne sup-

en Angola serait ma faute. Une contre-performance ne sup- pose pas forcément des erreurs tactiques. A

pose pas forcément des erreurs tactiques. A ce niveau de la compétition, un match se joue souvent sur des détails, des faits de jeu. Une expulsion, une bles- sure peuvent influencer le score final d'une rencontre», a fait re- marquer le Franco-Bosniaque. «Et puis, pas question de céder ma place alors que l'équipe est qualifiée pour le Mondial 2010. Je ne laisserai pas ma place à un autre, après tant de travail et de sacrifice consentis avec les joueurs», a conclu Vahid Halilhodzic

Zidan irrite Shehata L’entraîneur égyptien, Hassan Shehata, n’a guère apprécié le retard enregistré par
Zidan irrite Shehata
L’entraîneur égyptien, Hassan Shehata, n’a guère apprécié le
retard enregistré par l’attaquant
du Borussia Dortmund, Mo-
hamed Zidan, à rallier la
sélection égyptienne qui se trouve en
stage de préparation aux Emirats Arabes Unis, en prévision de
la prochaine Coupe d’Afrique des nations prévue du 10 au 31
janvier en Angola. Le buteur attitré des Pharaons,
qui affiche
une forme éblouissante en
Bundelsiga, a été sévèrement répri-
mandé par son coach. Après voir fait l’impasse sur
le dernier re-
groupement au Caire, Zidan, qui a été laissé au service de son
club employeur, était attendu hier samedi à Dubaï.
Moumen A.

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

11

Coup d’œil CAN2010

Ghana
Ghana
Dimanche 3 janvier 2010 11 Coup d’œil CAN2010 Ghana Paintsil forfait Le défenseur ghanéen de Fulham,

Paintsil forfait

Le défenseur ghanéen de Fulham, John Paintsil, est forfait pour la Coupe d'Afrique des nations (CAN), du 10 au 31 janvier 2010 en Angola pour cause de blessure, a-t-on appris vendredi auprès de l'encadrement de la sélection du Ghana. Paintsil, blessé lors du match du championnat d'Angleterre lundi contre Chelsea, a été remplacé sur la liste des 23 joueurs ghanéens retenus pour la CAN par Derek Boateng (Getafe/ESP).

Mensah, l’autre défection

Coup dur pour le Ghana. John Mensah, le capitaine des Black Stars, est forfait pour la Coupe d'Afrique des nations (10 au 31 janvier). Le défenseur de Sunderland, prêté par l'Olympique Lyonnais, est le deuxième forfait notable sur blessure, après celui de John Paintsil (Fulham). Stephen Appiah et Sulley Ali Muntari n'ont eux pas été retenus par Milovan Rajevacqui.Pour remplacer Mensah, la Fédération ghanéenne avait appelé le défenseur de Getafe, Derek Boateng, mais son club refuse de le libérer puisqu'il n'a pas été prévenu deux semaines avant le début de la compétition, comme les règlements de la FIFA le stipulent

Cameroun
Cameroun
comme les règlements de la FIFA le stipulent Cameroun Deux matches tests pour les Camerounais La

Deux matches tests pour les Camerounais

La préparation des Lions Indomptables bat son plein au Kenya où la bande à Paul Le Guen se pré- pare à aborder la prochaine CAN 2010 qui aura lieu en Angola dans une semaine. Ainsi, outre les entraînements quotidiens, l'équipe camerounaise disputera deux rencontres amicales face à la Côte d'Ivoire et la Tanzanie. L'arrivée des Camerounais à Lubango est prévue pour le 09 janvier.

M ali Nigeria En amical : Qatar 0 - Mali 0 Martins Pour sa dernière
M ali
Nigeria
En amical :
Qatar 0 - Mali 0
Martins
Pour sa dernière sortie en amical dans ce tournoi de
l’Amitié qui se déroule à Doha, la sélection du Mali a
tenu en échec l’équipe du Qatar dirigée par l’entraîneur
français Bruno Metsu. Les Maliens, nettement mieux
organisés, ont péché par un manque de concentration
devant le but, notamment en première période où ils
ont pu inquiéter cette jeune formation qatarie.
est
incertain
Tunisie
Toujours pas de sparring-partner
Ben Youssef était prévenu d'avance La mise à l'écart de Syam Ben Yous- sef au
Ben
Youssef était
prévenu d'avance
La mise à l'écart de Syam Ben Yous-
sef au moment même où il se trouvait
aux Emirats Arabes Unis avec le reste des
joueurs de l'équipe nationale a été très mal
accueillie par l’ensemble des journalistes et
observateurs en Tunisie. En effet, ils ont
été nombreux à soutenir qu’il aurait été
plus correct de lui faire apprendre sa
non convocation à la CAN 2010 lors
du dernier du stage effectué à
Tunis, afin d’éviter au joueur
des retombées négatives
sur son moral.

L a préparation de l'équipe nationale de Tunisie se pour- suit à Abou Dhabi. C’est donc loin de tout contact susceptible de perturber la concentration des

joueurs que l’entraîneur Fawzi Benzerti exécute son programme précompétitif, en prévision de la prochaine CAN 2010. Les entraînements se déroulent à raison de deux séances par jour, le matin et l'après-midi. Tout est axé sur le volet tactique. Le rythme actuel des entraînements imposé par Benzerti baissera au fil des jours

pour le ramener à raison d’une séance/jour. Le seul point noir demeure l’absence de spar- ring-partner. Les spécialistes en Tunisie s’ac- cordent à dire qu’il aurait été souhaitable de programmer au moins un match amical pour permettre au coach de mieux se fixer sur la forme

des joueurs et veiller à la bonne application et le res- pect des consignes tactiques exécutées à l’entraînement. Moumen A.

Gabon
Gabon

Mozambique et Zimbabwe pour les Gabonais

à même de mener à bien la préparation des joueurs gabonais. Le stage de l'équipe nationale gabonaise, qui a démarré mardi, prendra fin le 9 janvier, date du départ pour l'Angola. Entre-temps, les joueurs rencontreront en amical le Mozambique demain et le Zimbabwe le 6 janvier.

Le Gabon a opté, quant à lui, pour l'Afrique du Sud, ses responsables esti- mant que rien ne vaut une préparation dans un pays africain pour aborder une compétition devant se dérouler en Afrique. Ajoutant que le pays de Nelson Mandela dispose de toute l'infrastructure

La Fédération nigériane décidera au tout dernier moment si elle convoquera ou non Obafemi Martins dans le groupe des 23 qui participera à la CAN, du 10 au 31 janvier. L'attaquant de Wolfsburg a été examiné jeudi par le staff médical nigérian pour voir comment il s'était remis de son opération du tibia gauche début décembre. En cas de forfait, Chinedu Obasi (Hoffenheim) pourrait le remplacer.

Les joueurs du Nigeria fâchés

Les joueurs du Nigeria se déclarent indignés de la récompense qui leur a été offerte par la Fédération nigériane, après leur brillante qualification arrachée au prix d’une lutte acharnée avec les Tunisiens lors des éliminatoires jumelées CAN-CM2010. Les camarades du Marseillais Tai Taiwo estiment que la montre en or octroyée par leur responsables de la fédération est insignifiante par rapport à l’exploit réalisé par les Nigérians en terre kenyanne où il sont allés arracher une victoire synonyme de qualification en Coupe du monde 2010 : «Nous sommes, bien entendu, déçus de cette récompense qu’on juge dérisoire. Je crois que mes amis

sont très en colère, car ils estiment qu’ils méritent nettement mieux qu’une montre en or, après tous les efforts consentis lors des éliminatoires», déclare Odimongui. A signaler que c’est la raison pour laquelle Taiwo et Martins n’ont pas jugé utile de répondre présent la cérémonie organisée par le président de la FNF il y

a quelques semaines à Abuja.

Moumen A.

Altobelli

«L’Algérie est capable de réaliser de bons résultats au Mondial»

Le champion du monde avec l’Italie en 1982 et consultant à Al Jazeera sport, Altobelli, pense dur comme fer que l’Algérie est capable de réaliser de belles sensations durant le Mondial sud-africain. Il n’a pas manqué de rappeler le glorieux passé des Verts et de ses grands joueurs, à l’instar de Rabah Madjer.

Quel est votre avis sur les différents groupes de la Coupe du monde ? Il n’y a rien de spécial par rapport aux précédents tournois, car certains groupes sont difficiles et d’autres parais- sent moins compliqués. Mais cela de- meure seulement un avis, car la réalité du terrain pourrait être toute autre. On pourra porter un jugement qu’à la fin de la phase des poules. En attendant le coup d’envoi de cette Coupe du monde, je

En attendant le coup d’envoi de cette Coupe du monde, je dirai que les favoris restent

dirai que les favoris restent toujours les mêmes par rapport aux précédentes Coupes du monde. Le Brésil, l’Argentine, l’Italie, l’Angleterre et même la France sont des favoris en puissance. Ce sont, certes, les favoris, mais c’est le terrain qui devra en fin de compte trancher. Que pensez vous du groupe de l’Algérie ?

Je crois que l’Algérie a eu la chance d’éviter le groupe de la mort composé du Brésil, du Portugal, de la Côte d’Ivoire et la Corée du Nord. Mais ça reste juste des avis dégagé au vu des résultats des pré- cédentes éditions. Je pense que les résul- tats en Afrique du Sud seront réalisés en fonction de la préparation de chaque sé- lection, pas autrement. Je trouve que

toutes les équipes commencent à se pré- parer convenablement. Pensez-vous que l’Algérie pourra réaliser de bons résultats en Afrique du Sud ? Pourquoi pas ? Je ne dirai pas que le groupe de l’Algérie est facile, mais je pense que cette sélection est capable de réaliser de bons résultats en se préparant comme il se doit et en jouant sans com- plexe, comme elle a déjà fait en 1982 en Espagne lorsqu’elle a battu l’Allemagne au premier tour. Vous souvenez-vous de ce match ? Je me souviens de beaucoup de détails de ce tournoi que nous avons gagné en battant en finale cette même équipe d’Al- lemagne sur le score de trois buts à un. Je pense que les Algériens se souviennent très bien de cette édition et spécialement de ce match. Ils savent que rien n’est im- possible dans le monde du football et qu’on ne peut pas gagner un match avant de l’avoir joué et ce, quel que soit l’ad- versaire. Je pense que les Algériens ont tiré beaucoup de leçons à la suite des deux tournois auxquels ils ont participé en 82 et 86. Mais je dois préciser que les surprises se font de plus en plus rares, car les équipes ne laissent plus rien au

hasard. D’ailleurs à travers les commen- taires des entraîneurs, aucun un techni- cien n’a parlé de match ou d’adversaire facile. Que retenez vous de la qualification de l’Algérie au Mondial ? J’espère que cette qualification sera sy- nonyme du retour du football algérien sur la scène mondiale, comme ce fut le cas auparavant grâce à sa sélection d’an- tan et ses éléments qui ont marqué l’Eu- rope, à l’instar de Rabah Madjer.

Que saviez vous de la sélection actuelle ?

Je sais que la plupart des joueurs évo- luent en Europe. Cela veut dire qu’ils sont bien préparés et capables de tenir tête aux grandes sélections. Je connais bien deux éléments qui évoluent dans le championnat d’Italie, Abdelkader Ghez- zal et Mourad Meghni. Du moment qu’ils sont des joueurs professionnels en Serie A, il est inutile de les présenter, car les spécialistes ont beaucoup parlé de Meghni qui est un grand meneur de jeu, alors que Ghezzal a prouvé qu’il est un excellent buteur.

Entretien réalisé par A. Lakrout

12
12

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

Coup de rein JSK

Dès le 1 er jour du stage, il annonce la couleur

Seguer

«A Casa pour gagner ma place»

P révu initialement de faire le déplace- ment avec la sélection nationale A’ de Benchikha en Turquie, la nouvelle re- crue des Canaris, Mohamed Seguer, a finalement pris part au voyage d’avant-

hier à Casa avec les Canaris. Il estime que c’est une bonne chose car cela lui permettra de travailler da- vantage la cohésion sur le terrain avec ses nou- veaux partenaires. Vous venez d’effectuer votre premier déplace- ment avec votre nouvelle formation. Votre première impression ? Je ne vous cache que je n’ai même pas senti que j’étais nouveau au sein de cette équipe. Je me suis lâché durant le vol sans complexe. Je trouve aussi que nous avons un groupe jeune qui m’a permis de m’intégrer rapidement. Le fait aussi de connaître pas mal de joueurs, à l’image de Hadjaoui, Aoudia et Hamiti, m’a mis très à l’aise. Justement, vous étiez inséparables durant tout le long du voyage… Exact. Même si l’on joue tous les trois au même poste, cela ne nous empêche pas de s’entendre (sourires). Comme je l’ai dit précédemment, en deux heures de vol, j’avais l’impression d’être de- puis des années à la JSK. Ce qui prouve que les joueurs de cette équipe son soudés entre eux. Je n’ai pas encore entamé le vrai travail, mais je sais que j’ai fait le bon choix. Pourtant, ce n’était pas prévu que vous veniez à Casa, après avoir été convoqué en sélection A’… C’est vrai, je devais faire le déplacement avec l’équipe nationale en Turquie. Mais il s’est avéré que j’ai un problème de passeport. Il n’y a plus de place pour un nouveau visa. Je vais d’ailleurs le

plus de place pour un nouveau visa. Je vais d’ailleurs le refaire à mon retour à

refaire à mon retour à Alger. Du coup, le sélec- tionneur national, Abdelkader Benchikha, a dû se passer de mes services en me laissant à la disposi- tion de la JSK. Etes-vous déçu ? Absolument pas. Il n’y a aucune raison de l’être. Il est vrai que chaque joueur espère taper dans l’œil du sélectionneur. Mais je dirai que ce n’est pas le cas pour moi. Benchikha connaît parfaitement mes qualités. J’estime que ce stage avec la sélection n’est pas décisif pour moi. J’aurai prochainement ma chance de prouver. D’autre part, je dirai que c’est finalement une excellente chose que je rentre en stage avec la JSK, car cela me permettra de tra- vailler davantage la cohésion avec les joueurs. Estimez-vous que ce stage de Casablanca est décisif pour vous, en prévision de la phase

retour du championnat ? Absolument, et ce pour plusieurs raisons. En premier lieu, cela me permettra de retrouver ma forme physique. Nul doute que je ne suis pas au top de ma forme, après les moments difficiles que j’ai passés à l’ESS. En second lieu, ce sera une ex- cellente occasion pour moi de m’imposer et ga- gner une place au sein de cette équipe. La concurrence sera rude, mais je relèverai le défi. Le fait d’être en manque de compétition n’est-il pas un handicap pour vous ? Non, je ne le pense pas. J’aurai le temps d’aug- menter mon temps de jeu au cours de ces 10 jours de stage. Je sais que je suis appelé à redoubler d’ef- forts pour trouver mon rythme de croisière. Je reste très optimiste par rapport à ce paramètre-là. Entretien réalisé par Abdelatif Azibi

Le KAC de Kenitra en amical, mercredi Plus de place à la rigolade ! A
Le KAC de Kenitra
en amical, mercredi
Plus de place à la rigolade !
A près une ambiance
détendue
Le président de la section football de la JSK, Karim
Doudène, a réussi à programmer un
durant le vol Alger-
deuxième match
amical pour son équipe qui ne risque donc pas de
chômer durant son
stage hivernal. Ainsi après avoir
joute avec l’ASO qui se trouve en
conclu une première
regroupement à Casablanca, les Canaris devraient
avoir
pour sparring-partner ce
mercredi, la forma-
tion du KAC de Kenitra.
L’emploi du conditionnel se
justifie ici par le fait que la rencontre pourrait
être an-
nulée en raison
de l’éloignement de la ville de Kenitra
devant abriter ce rendez-vous.
Bien évidemment, les
Kabyles ont bien pris le soin de ne pas se décom-
attendant, entre-temps,
mander en
de se
débrouil-
ler éventuellement un autre vis-à-vis à qui donner la
réplique sans avoir à effectuer un long déplacement.
Doudène : «On ne veut
s'éloigner»
pas trop
«Nous avons déjà un accord de
principe
pour jouer
un autrematch amicalface auKAC àKenitra, cemer-
credi. Mais ce qui pourrait
nous gêner, c'est
l'éloigne-
ment. Donc si
nous arrivons à trouver
une équipe ici
même où
avoir à se
amical.»
nous sommes en stage,
on pourrait ne pas
rendre jusqu’à Kenitra pour jouer ce match
Casablanca de vendredi
matin, les joueurs de la JSK
se sont vite mis au travail le
lendemain. En effet, le staff
technique a augmenté la
charge physique depuis la
séance d’hier matin. Les
joueurs ont débuté par un
travail physique intense. Il
faut dire que ni le staff ni
les joueurs ne veulent
perdre de temps et ce,
pour plusieurs raisons. En
premier lieu, la durée du
stage ne dépassera pas les
8 jours. La JSK, qui est
depuis vendredi dans la
capitale économique
marocaine, sera de retour
à Alger dimanche
prochain. En second lieu,
les Canaris, qui
disputeront un premier
match amical lors de ce
stage, devront le faire après
avoir bouclé le premier
microcycle de préparation.
C’est dire que la charge
atteindra le pic durant ces
trois jours de préparation
avant de la faire baisser
d’ici mercredi prochain. De
plus, un travail technico-
tactique devra se faire
parallèlement avec le
travail physique de la
matinée. Les camarades de
Kouceïla Berchiche
mettront en pratique les
nouveaux schémas
tactiques testés à l’occasion
des deux rencontres
amicales. En plus de ces
paramètres, le staff
technique, en compagnie
du médecin Guillou, se
sont fait le pari de rétablir
les joueurs en méforme ou
blessés avant le début du
championnat. A ce sujet,
Hamiti, Seguer, Maroci
ainsi que Aoudia sont
soumis à un programme
spécifique. Parmi ces
quatre joueurs, il n’y a que
Aoudia qui devrait rater la
plus grande partie du stage.
Pour les trois autres, ils
devront réintégrer le reste
du groupe, au plus tard
demain. A leur retour, les
Vert et Jaune devront être
prêts pour la reprise du
championnat qui s’annonce
chargée. En attendant, c’est
tout le monde qui bosse à
Kahrama. Chaque minute
est planifiée. Petit-déjeuner,
puis entraînement la
matinée. Déjeuner et sieste
au milieu de la journée. Et
dans l’après-midi, une
seconde séance, puis dîner
avant de rejoindre les
chambres avec la plus
grande concentration qui
soit.
Abdelatif A.
A.A
Asuka
prend le
temps
de sʼamuser
à vélo.
«Guillou» suit de près le travail des joueurs.
Les amoureux de la JSK sont partout.

Doudène, Guillou, Mahrez et Amrouche en discussion après la séance

A la fin de la séance d’entraînement de vendredi après-midi, les membres

du staff, en l’occurrence Amrouche, Mahrez, Guillou ainsi que le président de section Karim Doudène, se sont réunis au niveau du stade. Ils sont restés un bon quart d’heure à discuter avant de quitter le terrain. De son côté, Mourad Karouf a rejoint les joueurs pour leur communiquer le programme de la soirée.

Une affluence faible au centre de Kahrama

Contrairement à l’ambiance d’été, le centre touristique de Kahrama

connaît une affluence faible en cette période de la saison. Ce centre, qui a pour habitude d’être archicomble durant la saison estivale, est quasiment vide. Un paramètre positif pour les joueurs qui se préparent dans le calme le plus absolu.

Une séance de décrassage pas comme les autres

Arrivés au milieu de journée, les camarades de Samir Hadjaoui ont

bénéficié d’une petite sieste vendredi avant d’effectuer la première séance d’entraînement au centre de Kahrama. Toutefois, cette séance, qui était supposée être un décrassage pour les joueurs, a quelque peu duré. Les joueurs ont effectué deux séries d’exercices d’endurance avant d’enchaîner par des étirements. Une façon pour le staff de donner un avant-goût du rude travail qui les attendait le lendemain.

Un Kabyle avec ses enfants rendent visite aux joueurs

En apprenant la présence de la délégation kabyle à Casablanca,

Khazana Mohand Amokrane, un fidèle supporteur de la JSK originaire de Tizi Ouzou, n’a pas raté l’occasion de venir rendre visite à son club préféré. Le médecin algérien, qui vit depuis près de 20 ans au Maroc, n’est pas venu seul, puisqu’il a ramené ses deux enfants avec lui, Nacer et Amine, qui ont pris des photos souvenir avec les joueurs.

Programme "VMA"

au menu

Hier, le staff technique a tracé un programme purement physique,

VMA (vitesse maximale aérobie). Ce genre de travail s'effectue dans l'optique de préparer l'organisme des joueurs à d'éventuelles charges de travail. Ce qui dénote que le staff technique kabyle songe à soumettre ses poulains à une rude charge physique dès cette semaine.

Hamiti et Maroci écourtent la séance

L'avant-centre Farès Hamiti et le milieu de terrain Tayeb Maroci ne

sont pas allés jusqu’au terme de la séance

d'entraînement d'hier matin, après avoir été autorisés par le staff technique à rejoindre les vestiaires. Renseignements pris, Hamiti souffre d'une grippe et Maroci des adducteurs.

Le directeur du complexe rend visite aux Canaris

Le directeur du complexe sportif où séjourne actuellement la JSK, Choaib

Ghelab, a rendu visite hier aux Canaris pour voir s’ils ne manquaient de rien. Un geste qui a fait énormément plaisir aux membres de la délégation kabyle.

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

13

Programme spécifique pour Hamiti, Seguer et Maroci

Farès Hamiti, Mohamed Seguer ainsi que Tayeb Maroci

ont effectué une séance de décrassage en marge du groupe. Ils se sont contentés de quelques tours de piste et d’exercices d’échauffement sur le terrain, avant de prendre place au niveau de la salle de musculation pour des exercices de renforcement musculaire.

Pas de footing pour Aoudia

Souffrant des ganglions, l’attaquant Mohamed Amine

Aoudia a été dispensé de footing vendredi après-midi. Soumis à un programme spécifique, il devra observer un repos actif. C'est-à- dire effectuer des exercices de renforcement en salle qui sollicitent uniquement les membres inférieurs.

Asuka, un cycliste hors pairs

Avant le début de la séance d’entraînement de vendredi

dernier, l’attaquant nigérian Izu Asuka a effectué quelques tours de vélo sur la piste d’athlétisme qui entoure la pelouse. Il ne se serait certainement pas arrêté, si la séance de travail avait été décalée.

Des Laptop pour passer le temps

Contrairement à leurs habitudes, les joueurs de la JSK

ont préféré ramener des PC portables avec eux pour passer le temps. Certains se sont même rapprochés des employés du complexe pour chercher un espace Wifi.

Les joueurs regrettent la piscine

Décidément, les joueurs kabyles ont tous la natation

comme seconde vocation après le foot ! A la fin de la séance d’entraînement de vendredi dernier, les camarades de Douicher Lamara ont regardé avec admiration la piscine du complexe qui était pleine. Par mesures de sécurité, les responsables du complexe ont préféré ne pas la vider. Les joueurs, qui ont pour habitude de

se défouler en s’adonnant à des plongeants, ont eu beaucoup de mal à se retenir.

Les employés du complexe saluent les joueurs

Très heureux de les revoir, les employés du complexe sportif

Kahrama ont salué les joueurs de la JSK dès leur arrivée sur les lieux vers les coups de 14h (heure algérienne). Les Canaris, qui fréquentent cet endroit depuis

plus de deux ans, sont considérés comme de fidèles clients.

Aoudia en solo

Hier, l'attaquant kabyle, Mohamed Amine Aoudia, ne

s'est pas entraîné avec le groupe en ayant dû se contenter de quelques tours de piste en solo sous l’œil vigilant de Guillou qui l'a soumis à un travail spécifique. Sa réintégration parmi le groupe pourrait intervenir quelques jours avant la fin du stage.

Coup franc JSK

Le boss kabyle confirme l’information parue dans Le Buteur

HannachiHannachiHannachiHannachiHannachiHannachiHannachiHannachiHannachi Hannachi

«Je rencontrerai Brécheteau ce dimanche»

Hannachi «Je rencontrerai Brécheteau ce dimanche» A u cours d’un entretien qu’il nous a accordé, le
Hannachi «Je rencontrerai Brécheteau ce dimanche» A u cours d’un entretien qu’il nous a accordé, le

A u cours d’un entretien qu’il nous a accordé, le président Mohand Cherif Hannachi s’est étalé sur plusieurs points d’actualité, no- tamment la question du futur entraîneur de la JSK, de son déplacement hier en France mais aussi du recrutement et des chances des Canaris durant la phase retour. En abor-

dant le premier point, le premier responsable de la JSK a confirmé le RDV qu’il aura avec le technicien français Yves Brécheteau, une infor- mation parue la semaine dernière dans l’une de nos éditions. Mohand Cherif Hannachi nous dira : «Effectivement, je vais

rencontrer Brécheteau en France ce dimanche (aujourd’hui, ndlr). Les négociations sont sur la bonne voie. Nous allons officiellement débuter les négociations. Si on trouve un ac- cord, il sera notre futur entraîneur.»

«Je tâcherai de finaliser avec lui»

Dans le même contexte, le premier responsable du club du Djurdjura nous dira : «De mon côté, je tâ- cherai de régler définitivement la question du futur entraîneur. J’essayerai de finaliser les choses avec Bré- cheteau. On discutera sur le reste des modalités du contrat. Je souhaite trouver un accord avec lui.» Et d’ajou- ter : «Ce qui est certain, c’est que le futur entraîneur débutera son travail dès le retour de l’équipe de Casablanca.»

«Sinon, il existe d’autres pistes»

Et comme on ne peut jamais prévoir ce qui peut se pas- ser lors des négociations, le président Mohand Cherif Hannachi préfère prendre ses dispositions. Même si c’est Brécheteau qui est le mieux placé pour prendre les rênes du staff technique de la JSK, le boss kabyle garde tout de même quelques CV d’entraîneurs en main, au cas où… Il nous a d’ailleurs déclaré à ce sujet : «Dans le cas où les négo- ciations n’aboutissent pas, nous nous pencherons sur d’autres pistes d’entraîneurs étrangers. Je dispose de pas mal de CV, par mesure de précaution. Ce qui est toutefois certain, c’est que le nom du futur entraîneur sera connu d’ici la reprise du championnat.»

«Ech Chergui, Seguer et Nessakh ap- porteront un plus certain»

Par la suite, Mohand Cherif nous a fait un point sur les nou- velles recrues de l’équipe, en l’occurrence Driss Ech Chergui, Mo- hamed Nessakh et Chamseddine Nessakh. Il estime que le recrutement a été stratégique, vu que les trois compartiments de jeu ont été renforcés. Il explique : «La défense, le milieu et l’at- taque ont été renforcés durant ce mercato. Je trouve que nous avons fait le bon choix. Ech Chergui et Seguer vont beaucoup ap- porter en attaque. Pour Nessakh, c’est un joueur talentueux qui ap- portera beaucoup lui aussi. C’est un bon investissement pour l’équipe.»

«Nous avons de quoi mettre en place deux équipes»

Avec ce recrutement, Hannachi estime que le staff dispose actuellement d’un grand choix pour établir le onze type. Le boss kabyle rassure : «Nous avons de quoi mettre en place deux équipes différentes. Nous avons pratiquement une dou- blure de qualité à chaque poste de jeu. Cela mettra en confiance le staff technique. Je trouve que c’est primordial pour une équipe qui joue sur plusieurs fronts. Je suis satisfait de ce côté-là.»

«On réalisera une phase retour nettement meilleure»

Par la suite, le président kabyle nous a dressé le bilan de la phase aller. Tout en reconnaissant que la JSK a mal débuté le championnat, il estime que ses hommes

ont su redresser la barre au milieu de la première manche du champion- nat : «Nous nous sommes ressaisis par rapport au début du championnat. De plus, nous avons gagné toutes nos rencontres à domicile, excepté celle face au MCO. La JSK a retrouvé son invisibilité à domicile, ce qui consiste une grande satisfaction. En continuant sur cette voie, je suis persuadé qu’on réalisera une phase retour nettement meilleure que celle de l’aller.»

«Lang élaborait des schémas tactiques sans opposition et sans ballon»

Concernant les nombreux faux pas concédés à l’exté- rieur, le premier responsable de la JSK estime que cela est dû à la mauvaise tactique de l’ex-entraîneur Jean- Christian Lang. Il dira à ce propos : «Une fois, j’ai vu Lang élaborer un schéma tactique sans opposition et sans ballon. C’est à ce moment-là que j’ai su que cette personne n’était pas en mesure d’entraîner un aussi grand club que la JSK. Avec du recul, je me rends compte que nous avons perdu trop de temps avec lui. Il n’a rien fait depuis sa venue l’été dernier. Il a bloqué les joueurs psychologiquement. Ils avaient perdu toute envie de jouer au football, contrairement à aujourd’hui. Nous avons bien fait de le limoger de la barre technique car l’équipe allait vers la dérive.»

«C’est grâce à Ifticen, Belkalem et Achiou que la JSK a rebondi la saison écoulée»

Pour expliquer les bons résultats réalisés la saison passée, Hannachi estime que Lang a tout simplement eu de la chance, car l’équipe était renforcée au mercato avec la venue de Achiou. Mais aussi grâce au travail exemplaire qu’a fait Ifticen avant son départ. «Il est important de signaler le grand chantier qu’a réalisé Ifticen avant son départ. Il a remis l’équipe sur de bons rails. Lang n’a fait que récolter les fruits du travail fait par ses prédé- cesseurs. De plus, c’est grâce à Belkalem et la venue d’Achiou au mercato qui sont derrière les bons résultats de la phase retour. Je suis persuadé que nous ferons de même lors de la seconde manche du championnat cette saison», promet-il.

«J’ai confiance en mon staff»

Au moment où nous lui avons demandé s’il allait se rendre à Ca- sablanca dans les prochains jours, Hannachi a répondu : «Non. A mon retour de France, je retournerai à Tizi pour attendre le retour de l’équipe. Je suis très préoccupé par les affaires du club, notamment celle de l’entraîneur. De plus, je vous dirai que je n’ai même pas besoin d’ef- fectuer le déplacement à Casablanca, car j’ai amplement confiance en mon staff technique. Je sais qu’il fera un excellent travail. Je n’en doute pas un seul instant que le groupe sera nettement meilleur à son retour à Tizi.»

«L’objectif ne change pas, le podium en champion- nat et les poules en Ligue des champions»

A la fin de cet entretien, le boss kabyle nous a parlé des objectifs de la JSK lors des prochaines échéances qui attendent l’équipe lors de la phase retour. Il estime que pour le championnat, l’objectif reste le même, à savoir terminer sur le po- dium. Il déclare à ce sujet : «La JSK se doit de disputer les premiers rôles en cham- pionnat. On ne change pas la tradition.» Concernant la Ligue des champions, il dira : «Nous maintenons notre objectif, à savoir la qualification pour les phases des poules. Nous allons beaucoup investir en Ligue des champions cette saison. La JSK doit retrouver sa suprématie à l’échelle continentale.»

A. A.

Aoudia multiplie les efforts pour être prêt à la reprise. La bonne humeur est au
Aoudia multiplie les efforts pour être prêt à la reprise.
La bonne humeur est au rendez-vous.

14

Le Buteur n°1073 Dimanche 3 janvier 2010

Coup de poing MCA

Hamadou et Yacef poursuivent le Mouloudia en justice

pensionnaires de Chéraga doivent ré- gler s’ils veulent s’octroyer le droit de recruter durant ce mercato d’hiver.

Le dossier de Megherbi rejeté, le MCA n’a pas le droit de recruter

Comme nous l’avions annoncé lors de notre précédent numéro, Moha- med Megherbi, la dernière recrue mouloudéenne, n’a pas été qualifiée, et ce conformément à la réglementa- tion qui est en vigueur depuis quelques mois. La commission des résolutions et des litiges s’oppose à cette qualification qui met le MCA dans l’embarras. Alors que le club comptait sur la venue de Megherbi pour pallier le départ de Coulibaly, voilà que ce recrutement est tombé à l’eau en raison d’une dette qui s’appa- rente à une épée de Damoclès sur la tête du président, Sadek Amrous, qui se trouve dans une impasse. T. Che

Mokdad était attendu hier à 17h

Se trouvant depuis quelques jours en France pour les fêtes de fin d’année, Abdelmalek Mokdad était attendu hier à 17h à Alger. L’ex-joueur de l’US Créteil s’envo- lera cet après-midi avec ses parte- naires pour un stage de dix jours à Sousse.

Boualem Megherbi chef de délégation

C’est Boualem Megherbi, un res- ponsable et membre influent au Mouloudia, qui sera le chef de la délégation au cours du stage hiver- nal à Sousse.

La liste des joueurs qui réclament leur argent ne cesse de s’accroître au fil des semaines qui passent. En effet, on vient d’apprendre que Yacine Ha- madou et Hamza Yacef ont décidé eux aussi de passer à l’action en atta- quant en justice leur ancien club em- ployeur afin d’obtenir leurs arriérés. Chaque joueur est en train de tout faire pour récupérer les 200 millions de centimes que lui doit le MCA. Donc, la situation du vieux club algé- rois se complique, surtout que les pensionnaires de Chéraga veulent se renforcer durant cette période des transferts après le départ de Moussa Coulibaly au Qatar.

Le club a contracté une dette de 3,4 milliards

Désormais, avec les deux affaires Hamadou et Yacef, le Mouloudia d’Alger doit s’acquitter d’une dette qui s’élève à 3,4 milliards de centimes. Une coquette somme d’argent que les

Le MCA battu aux penalties par l’USMA C’est aux tirs au but que les juniors
Le MCA battu aux
penalties par l’USMA
C’est aux tirs au but que les juniors du MCA ont
été battus hier matin, à Hydra, par leurs voisins us-
mistes alors que le match s’est soldé sur un score
vierge. Une grosse déception pour les hommes de
Mekhazni qui ont été privés d’un but valable puisque
le cuir avait nettement franchi la ligne de but.
Lazreg et
Bouzidi seront du
voyage
Les deux juniors, à savoir le centre avant
Lazreg et le gardien de but Bouzidi, se-
ront du voyage avec le groupe à
Sousse pour le stage hivernal.
du voyage avec le groupe à Sousse pour le stage hivernal. Harkat : «Je signerai aujourd’hui

Harkat :

«Je signerai aujourd’hui pour 18 mois»

C’est hier que le désormais ex- joueur de l’USMA, Sofiane Harkat, a passé la traditionnelle visite mé- dicale. C’est aujourd’hui d’ailleurs que le défenseur central signera of- ficiellement pour 18 mois au profit du Doyen au siège du club. «Je viens de passer la visite médicale. Je dois signer aujourd’hui pour 18 mois au profit du MCA», nous a déclaré Harkat, lequel compte re- lancer sa carrière au Mouloudia.

Programme chargé pour Bensalem et Bedbouda

Ce matin, dernière séance avant le départ Les gars du Mouloudia auront droit ce matin
Ce matin,
dernière séance
avant le départ
Les gars du Mouloudia auront droit ce
matin à une dernière séance de travail à
l’annexe du 5-Juillet avant de s’envoler
dans l’après-midi vers Sousse.
Les deux internationaux espoirs, Zinedine Bensalem et Brahim Bedbouda, ont eu un programme chargé. Après
Les deux internationaux espoirs,
Zinedine Bensalem et Brahim
Bedbouda, ont eu un programme
chargé. Après avoir pris part avant-
hier à un match amical avec les
U23 contre le NAHD, les deux
joueurs ont été libérés par Benchi-
kha afin qu’ils puissent jouer le
match de coupe avec les juniors de
leur club face à l’USMA. C’est hier
matin que les deux éléments ont
affronté les Usmistes au stade de
Hydra pour le compte de l’avant-
dernier tour régional de la Coupe
d’Algérie. Aujourd’hui, c’est avec le
Mouloudia que les deux joueurs
s’envoleront à destination de Tunis.
sure de répondre aux attentes des
supporters. A nous de le mettre dans
les meilleures conditions psycholo-
gique afin qu’il soit au top lors de la
reprise de la compétition.
En ce qui vous concerne, vous
n’avez raté que trois matches de
championnat durant la phase
aller pour cause de blessure.
C’est une satisfaction pour
vous d’avoir atteint ce volume
de jeu alors que la saison pas-
sée vous aviez souvent été pé-
nalisé par les suspensions à
répétition…
J’ai beaucoup appris de mes er-
reurs du passé. J’ai souvent été
victime de mon tempérament de
gagneur. Tout le monde sait que
j’ai horreur de perdre. Cette sai-
son, j’ai tout fait pour contrôler
mes ardeurs. Dieu merci, j’es-
time y être parvenu puisque je
n’ai été suspendu qu’une seule fois
durant cette phase aller, ce qui est
rare pour un demi défensif. La sai-
son passée j’avais écopé de cinq car-
tons, dont deux rouge. C’est dire tous
les progrès que j’ai fait à ce niveau.
Quelles sont vos résolutions
pour la nouvelle année ?
C’est évident, tout faire pour dé-
crocher le titre qui fuit le club depuis
onze années.
Entretien réalisé par Tarek-Che
Il a rechuté avant-hier
avec les U23
Moumen :
«Je vais rater le
stage pour me
soigner»
Décidément, le mauvais sort
semble s’acharner sur Billel Mou-
men qui s’est blessé samedi passé
lors du match test disputé par l’EN
U23 face au NAHD, au complexe
de la Protection civile de Dar El
Beïda. L’enfant de Guelma a re-
chuté alors qu’il vient à peine de se
remettre de son étirement à
l’ischio jambier droit. Un bobo qui
obligera Moumen à faire l’impasse
sur le stage de son équipe à
Sousse. «Je suis contraint de dé-
clarer forfait pour le stage de
Sousse pour me soigner. Cette
fois-ci, je compte prendre le
temps qu’il faudra pour me
remettre de ma blessure
qui me fait souffrir de-
puis un certain mo-
ment», nous a confié
Moumen.
T. Che

Koudri

«Tout faire pour décrocher le titre, voilà nos résolutions pour 2010»

Connu pour son tempérament de gagneur, Hamza Koudri sera l’un des grands absents lors du premier match de la phase retour contre Annaba pour cause de suspension. Un forfait qui ne devrait pas poser de problème à son équipe qui possède un gros potentiel au milieu de terrain.

Comment a été la reprise du tra- vail, après quelques jours de repos ? Tout d’abord, je voudrai souhaiter une bonne année à tous les Algériens et aux supporters du Mouloudia. J’es- père que l’année 2010 sera celle de la confirmation pour notre équipe qui a tellement envie de décrocher un titre à la fin de la saison. Pour ce qui est de la reprise, c’est toujours difficile de se remettre au boulot après quelques jours de repos mais il faut bien re- prendre le travail afin d’aborder dans les meilleures conditions le stage qui va se dérouler en Tunisie. C’est un regroupement qui devra vous permettre de travailler vos lacunes… Absolument, ce stage va nous per- mettre surtout de parfaire notre co- hésion au niveau de la défense, après le départ de Coulibaly. Un mot sur ce départ ? C’est dommage de perdre un joueur comme Moussa qui était de- puis des années le pilier de notre dé- fense. Lui et Zeddam composaient une paire très complémentaire. Il va falloir bosser très dur pour rebâtir une nouvelle paire (Megherbi et Zeddam). Nous aurons au pro- gramme trois matches amicaux qui vont nous permettre de travailler cet aspect là de notre jeu.

Champions d’hiver avec un match en moins, pensez-vous pouvoir allez au bout de l’aven- ture surtout que vous allez abor- der la phase retour sans Zemmamouche, Babouche et Coulibaly ? Bien évidement que nous nourris- sons l’espoir de remporter le titre, même si le début de la phase retour sera un peu compliqué du fait que nous allons jouer sans certains ca- dres de l’équipe. Mais je suis convaincu que ceux qui les rempla- ceront sauront se montrer à la hau- teur. Etes-vous déçu de ne pas pouvoir prendre part au match contre Annaba, pour cause de suspen- sion ? Bien sûr que je suis déçu. C’est un match important pour nous, car nous serons face à un concurrent di- rect dans la course au titre. Mais, à défaut d’être sur le terrain je serais dans les tribunes pour soutenir mes potes. Ne pensez-vous pas que le seul qui est irremplaçable dans votre équipe est Zemmamouche, qui sera avec l’EN en Angola ? Zemma c’est monsieur 50% de l’équipe, mais Ouamane est tout à fait capable d’assurer l’intérim. Il a prouvé par le passé qu’il était en me-

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

15

Coup d’œil CRB

Trois matchs amicaux prévus à Hammam Lif

C’est aujourd’hui que débutera le stage de préparation du CRB en Tunisie, dans la localité de Hammam Lif si- tuée à une trentaine de kilomètres de la capitale. Les di- rigeants du club ont pris toutes les mesures nécessaires pour que le stage se déroule dans de bonnes conditions, afin que l’équipe puisse recharger ses batteries, en prévi- sion de la phase retour du championnat. Une source digne de foi nous a confié que le l’équipe élira domicile dans un luxueux hôtel qui offre toutes les commodités nécessaires pour une bonne préparation. Au cours de son ce séjour en Tunisie, les camarades de Mameri dis- puteront trois matches amicaux. Pour l’instant, deux matchs sont confirmés, le premier face à l’équipe locale, en l’occurrence CS Hammam Lif, et le second face à l’US Monastir. Les Belouizdadis espèrent toutefois jouer un troisième match amical face à l’une des grosses cylin- drées du championnat tunisien pour évaluer le niveau de la préparation. Autrement dit, ils ne veulent nulle- ment revivre le scénario de l’intersaison où l’équipe avait joué face à des équipes de seconde zone, tellement il était difficile de trouver des sparring-partners.

Le volet physique ne sera pas négligé

Le Chabab ne se déplacera pas en Tunisie uniquement pour jouer des matchs amicaux, le staff technique ac- corde aussi une grande importance au volet physique

qu’il souhaite parfaire, à l’occasion de ce stage de prépa- ration. Ainsi, les joueurs auront un programme chargé

à Hammam Lif, eux qui savent pertinemment qu’ils doi-

vent fournir les efforts nécessaires afin de réussir le tra- vail qu’ils auront à accomplir. D’ailleurs, Henkouche a

tenu à avoir Nechma Sofiane à ses côtés. Ces derniers ont même élaboré tout le programme qui sera appliqué

à la lettre, puisqu’il n’est un secret pour personne que

certains éléments éprouvaient des difficultés pour ter- miner une rencontre. Donc, les Belouizdadis tiennent à rattraper leur retard et présenter un autre visage lors de la phase retour du championnat, car leurs supporters ne vont pas pardonner à l’équipe d’autres échecs, sachant que les camarades de Mameri ont déçu plus d’un lors de cette première moitié du championnat.

K. M.

Aksas et Boukria

officiellement au Chabab

L e feuilleton Aksas-Bou- kria vient de connaître son épilogue, les deux

joueurs ont signé hier au CRB un contrat d’une année et demie. Le président Mahfoud Kerbadj a réussi à les convain- cre d’endosser le maillot rouge et blanc. Si Boukria est consi- déré comme étant une nou- velle recrue, pour Aksas par contre, il ne s’agit que d’un re- tour au CRB, club avec lequel il a énormément progressé avant d’opter pour l’ESS. Aksas avait déjà émis le vœu de revenir au club de Laâqiba, en rencontrant Mahfoud Ker- badj, auquel il a donné son ac- cord de principe. Seulement, Aksas ne voulait pas signer pour une durée plus de six mois. Mais Kerbadj, qui l’avait rencontré hier en début d’après-midi, a pu trouver un terrain d’entente avec lui. Quant à Boukria qui veut re- lancer sa carrière, il a accepté de signer pour une année et demie au CRB, lui qui est mo- tivé à l’idée de jouer pour ce prestigieux club qui compte

sur lui pour apporter un plus à l’équipe.

Les deux joueurs ont signé hier leur contrat à Bouchaoui Une fois que Aksas et Bou- kria ont trouvé un terrain d’entente avec le président Mahfoud Kerbadj, ils se sont déplacés au milieu de l’après- midi à la forêt de Bouchaoui pour s’entraîner avec l’équipe et signer leur contrat. Ainsi, Boukria et Aksas, qui sont of- ficiellement avec le CRB, se- ront du voyage avec l’équipe en Tunisie pour se préparer à la phase retour du champion- nat. On peut donc d’ores et déjà dire que le président du CRB a réussi son pari de ren- forcer sa défense par deux joueurs de qualité, comme il l’avait promis. Pour lui, à pré- sent que le compartiment dé- fensif a été renforcé, l’équipe retrouvera sa stabilité lors de la phase retour du champion- nat. Avec le recrutement de ces deux joueurs, l’entraîneur du CRB aura l’embarras du

de la phase retour du champion- nat. Avec le recrutement de ces deux joueurs, l’entraîneur du
de la phase retour du champion- nat. Avec le recrutement de ces deux joueurs, l’entraîneur du

choix pour composer sa dé- fense. C’est dire que la concur- rence sera relancée, ce qui poussera les joueurs à donner

le meilleur d’eux-mêmes pour décrocher une place de titu- laire.

K. M.

Boukria : «Au CRB pour apporter un plus»

«Je suis au CRB pour apporter un plus à l’équipe. En outre, je pense que le Chabab m’offrira l’opportunité de progres- ser, d’autant que je vais me rapprocher de ma famille. Ce qui va me permettre de donner ce qu’on attend de moi.»

Aksas : «Le CRB, c’est chez moi»

«Le CRB, c’est chez moi. Il ne s’agit donc que d’un re- tour au club. Je pense que nous avons un bon groupe, car c’est une équipe que je connais assez bien. Pour ce qui est du problème de la défense, je vais faire de mon mieux pour apporter mon concours.»

Alex attendu hier

Le milieu de terrain be- louizdadi Alex ne s’est pas présenté hier à la reprise des entraînements, car il se trou- vait chez lui en Côte d’Ivoire. Ce dernier était d’ailleurs at- tendu à Alger hier soir pour se déplacer avec l’équipe pour le stage de préparation prévu à Hammam Lif.

Les dirigeants présents en force

A l’occasion de la reprise des en- traînements, les dirigeants du CRB étaient présents en force à la forêt de Bouchaoui. Ces derniers ont tenu à faire le déplacement afin d’encoura- ger les joueurs à la veille du départ en Tunisie, où les Belouizdadis tien- nent à tourner la page et redémar- rer sur de nouvelles bases.

Aksas présent en tenue de ville

Amine Aksas s’est dé- placé à la forêt de Bou- chaoui pour signer son contrat. C’est ainsi qu’il était en tenue de ville, contrairement à Boukria qui a préféré s’entraîner en solo.

Pub

Harizi cédé à Blida Hier, la rencontre entre Kerbadj et Harizi a débou- ché sur
Harizi cédé à Blida
Hier, la rencontre entre Kerbadj et Harizi a débou-
ché sur un accord entre les deux parties qui permet
au joueur de rejoindre l’USMB. Ainsi, Harizi ne sera
pas du voyage de la Tunisie avec les Belouizdadis.

Kerbadj : «Le CRB a bel et bien le droit de recruter»

A lors que le CRB est entré en contact avec plusieurs

éléments pour renforcer son ef- fectif en prévision de la phase retour du championnat, dans l’entourage du club on craint que le club ne puisse avoir le droit de qualifier les joueurs re- crutés. Cela fait suite aux conditions fixées par la LNF au sujet des modalités du recrute- ment qui stipulent qu’aucun club ne pourra bénéficier de nouvelles licences, s’il se trouve

être sous l’effet d’une condam- nation de la commission de re- cours et de litige. «Les clubs recruteurs ne doivent pas être sous le coup d’une restriction de recrutement à cause d’une condamnation de la CRL ou d’insuffisance de temps de jeu de leurs joueurs U-20»,pouvait-on lire dans le communiqué de la LNF. Et comme le CRB avait certaines dettes à régler envers

Talis et Benzekri qui ont eu re- cours à la justice, les Belouizda- dis redoutent que leur club soit privé de recrutement en ce mercato. Contacté par nos soins, le président du CRB nous a confirmé que son équipe rem- plissait toutes les conditions po- sées par la LNF et qu’il n’y avait aucun problème à ce sujet : «Le CRB n’est nullement concerné par le problème de qualification, car si nous avons des dettes à ré- gler, cela relève d’une affaire d’or- dre judiciaire et le club n’est nullement sous l’effet d’une condamnation de la CRL. Les joueurs que nous allons recruter seront bel et bien qualifiés pour la phase retour du champion- nat», affirme Kerbadj

pouvait bénéficier des services des joueurs Aksas et Boukria que la direction avait contactés. «Pour le recrutement, j’ai déjà affirmé que nous allions recruter deux défenseurs, ce que nous avons réussi à faire d’ailleurs, puisque Aksas et Boukria sont avec nous et ils vont signer leur contrat en fin d’après-midi (ndlr entretien réalisé samedi). C’est dire que nous avons clos le volet recrutement et l’équipe partira ce dimanche pour effectuer son stage de préparation», dira Ker- badj. Ainsi, le président a réussi son pari, en dépit de la crise fi- nancière qui secoue le club. Le recrutement de Aksas et Bou- kria va sans doute permettre au CRB de redonner une certaine

K. M.

«Aksas et Boukria sont avec nous» Le président Mahfoud Ker- badj nous a annoncé que le club

stabilité à la défense, qui a mon- tré touts ses limites jusque-là.

La première clinique pour les cancéreux est née Une équipe médicale professionnelle Une prise en
La première clinique
pour les cancéreux
est née
Une équipe médicale
professionnelle
Une prise en charge
immédiate et globale
Des consultations au quotidien
Des cures de chimiothérapie
Dr REBAINE MERZOUK
CENTRE DʼONCOLOGIE MEDICALE
Adresse : CLINIQUE MEDICALE REGHAIA
D1 N°4 COOPERATIVE SAADA,
ZONE AISSAT MUSTAPHA (LES IRIS),
REGHAIA, ALGER.
Tél : 05 51 31 91 61
Email : contact@reghaia-cancer.com
Site web : www.reghaia-cancer.com

16

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010

Coup de balai USMA

Trois défenseurs

Coupe d’Algérie juniors, 16 es de finale

USMA 0 - MCA 0

(USMA qualifiée aux t.a.b. 4-2)

libérés

USMA 0 - MCA 0 (USMA qualifiée aux t.a.b. 4-2) libérés Il n’y a pas que

Il n’y a pas que Harkat qui a quitté l’USMA en ce mercato, d’autres élé- ments l’ont déjà fait bien avant lui. Mais conformément à la réglementa- tion, ils n’ont officialisé leur départ qu’en cette deuxième période des transferts de la saison. Il s’agit de Be- naoumeur et Kefaïfi. Cela fait long- temps que les deux joueurs avaient décidé de raccrocher en quittant défi- nitivement l’USMA. Ils n’y ont plus remis les pieds, même si administrati- vement, ils demeuraient toujours liés au club. Toutefois, ils viennent tous les deux d’être officiellement libérés.

Kefaïfi attend d’être qualifié à l’ABS

Avec zéro minute comme temps de jeu, Kefaïfi n’a jamais été utilisé. Ce n’est pas vraiment ça qui le contrariait, car il comprenait bien qu’il y avait des joueurs plus confirmés que lui. C’est ainsi qu’il devait attendre tranquille- ment sa chance. Une chance qui ne viendra jamais. Il faut dire que ce qu’il lui a fait mal, c’est qu’on n’a jamais pensé à lui donner cette chance, même en match amical. Le jour où les Rouge et Noir ont affronté le CRB en amical, Kefaïfi attendait impatiem- ment cette rencontre, pour pouvoir enfin faire un signe à son entraîneur.

pour pouvoir enfin faire un signe à son entraîneur. Mais Saâdi l’a complètement ignoré, il ne

Mais Saâdi l’a complètement ignoré, il ne l’a pas incorporé. Depuis ce jour-là, il était devenu plus qu’évident pour le joueur qu’il n’avait plus rien à faire à l’USMA. «Ce jour-là, j’avais compris que Saâdi n’avait pas besoin de moi. J’ai donc décidé de faire mes bagages», nous a-t-il dit. Depuis, Kefaïfi s’en- traîne avec Boussaâda, le club de son patelin. Il espère pouvoir être qualifié dans les prochains jours.

Benaoumeur, le premier à avoir claqué la porte

Concernant le joueur Benaoumeur qui était, à une certaine période de la saison dernière, titulaire indiscutable, il avait commencé par perdre ce statut en fin de saison avec l’arrivée de Mouassa. La preuve, à l’intersaison, l’USMA a fait appel à Benayada, un élément que Mouassa titularisait sur le flanc droit. Benaoumeur ne jouera aucune minute, jusqu’au jour où l’ex- entraîneur des Rouge et Noir a quitté le club. Il fera, en effet, sa première apparition face à l’ASK. Il sera titula- risé juste après l’arrivée de Saâdi, face à la JSMB, mais il sera remplacé 20 minutes après. Il quittera le terrain très en colère. Depuis, il n’a plus été reconduit. Il décide alors de faire ses valises à son tour.

Il décide alors de faire ses valises à son tour. Retour à Arzew En contact avec

Retour à Arzew

En contact avec plusieurs clubs, le NAHD et la JSMB entre autres, il sera confronté à un problème de lettre de libération qu’il ne pourra pas se faire remettre pour pouvoir négocier libre- ment avec les équipes intéressées. Allik lui avait bien fait savoir que le club preneur devra négocier son transfert avec l’USMA. Contraint de faire l’impasse sur les équipes de D1, il finira, après avoir bien réfléchi, par rentrer au bercail. Benaoumeur vient d’ailleurs de signer à l’Olympique d’Arzew, son club d’origine. Les diri- geants de l’OMA ont réussi, en effet, à négocier et obtenir sa lettre de libéra- tion.

Harkat devrait signer aujourd’hui au Mouloudia

Enfin, le troisième défenseur qui a quitté la maison des Rouge et Noir a pour nom Sofiane Harkat. Nous nous sommes attardés sur ce cas dans notre édition d’hier en indiquant que le

joueur était sur le point de signer au profit du Mouloudia. Il devrait le faire aujourd’hui, mais le MCA est confronté à un sérieux problème, sa- chant qu’il n’a pas droit de recruter jusqu’à ce qu’il puisse éponger ses dettes estimées à 2,5 milliards de cen-

times.

B. M.

Stade : Ahmed-Falek (Hydra)

Affluence : faible Arbitres : Meguellti, Fellah, Lasmi Avertissements : Amoura (75’) (USMA) ; Akrour (72’) (MCA)

USMA :

Mazouzi, Lamèche, Rabhi, Amoura, Benmoha- med, Zitouni, Tatem, Rebika Meklouche, Baï- tèche, Benaldjia Entraîneur : Boussbia

MCA :

Bouzidi, Akrour (Sadou 79’), Boudebouda (Os- tame 69’), Chafaï, Lakama, Aggoun, Yettou, Hedjrès, Lazreg, Omrani, Bensalem Entraîneur : Mekhazni

Les Rouge et Noir montrent le chemin à leurs aînés

Les deux équipes entament le match à cent à l’heure. Les Rouge et Noir, bien en place, domi- nent presque toute la première manche et la dé- fense du Mouloudia panique à chaque tentative de l’adversaire. 14’, coup franc pour l’USMA bien botté par Baïtèche mais Bouzidi avec une cla- quette dévie la balle en corner. Deux minute plus tard, un retrait bien tendu de Lamèche pour Me- klouche, ce dernier rate le cadre. Les joueurs du Mouloudia réagissent à la 21’ avec Aggoune qui dresse un tir des 25 mètres qui passe au-dessus de la transversale. On assistera ensuite à une cascade d’occasions au profit du l’USMA, comme celle de Rebika à la 31’ qui dribble et passe le cuir à Be- naldjia. Ce dernier rate le cadre. 36’, Benaldjia, encore lui, dribble et passe à Meklouche qui rate bizarrement sa frappe. Les poulains de Mekhazni décident alors de sortir de leur zone pour aller porter le danger dans le camp de l’adversaire. A la 44’, Aggoune a failli ouvrir la marque après un re- trait de Yettou mais le cuir touche la barre trans- versale. C’est sur cette action que l’arbitre siffle la fin de la première manche. A la 47’, un coup franc pour le MCA est tiré par Bensalem mais le gar- dien Mazouzi était bien placé pour intercepter la balle. Après cette action, rien à signaler jusqu’à ce que l’arbitre mette fin à la partie sur un score nul. La série des tirs au but a souri aux Rouge et Noir de Soustara sur le score de 4 à 2. Sadou et Hedj- rès, côté mouloudéen, ont raté leurs tirs au but. Saïd Djoudi

mouloudéen, ont raté leurs tirs au but. Saïd Djoudi «J’ai beaucoup souffert» Mohamed Zidane reprendra les

«J’ai beaucoup souffert»

Mohamed Zidane reprendra les entraînements demain avec le groupe, après une longue absence pour cause de blessure.

ment mes coéquipiers jouer. J’en ai beaucoup souffert en effet.

Comment voyez-vous la reprise ? Il faut qu’on se mette sérieusement au travail. La deuxième phase du championnat sera difficile pour nous puisqu’on a accusé beaucoup de retard. Mais rien n’est perdu à mon avis.

Vous pensez que vous pourrez rattraper votre retard ? Oui, il suffit juste de gagner deux matches de suite. Non seulement

on sera propulsés au classement, mais cela va nous mettre en confiance en plus.

Et la Coupe d’Algérie ? Cette compétition est un peu par- ticulière, mais nous allons tout faire pour aller le plus loin possible. Notre objectif est de la gagner, j’es- père que la chance nous sourira cette fois.

Entretien réalisé par Hamza B.

Où en êtes-vous avec votre bles- sure ? Je m’en suis rétabli. Je me suis donné le temps nécessaire pour la guérir, et j’espère ne plus m’en plaindre à l’avenir. D’ailleurs, je vais reprendre les entraînements de- main avec le groupe.

Vous avez dû beaucoup souffrir, non ? Oui, j’ai passé des jours difficiles. Cette blessure m’a empoisonné la vie. J’ai dû prendre mon mal en pa- tience en regardant impuissam-

Le Buteur n°1073 Diamnche 3 janvier 2010

17
17
Coup d’envoi JSMB A près une semaine de repos, les joueurs de la JSMB ont
Coup d’envoi JSMB
A près une semaine de repos,
les joueurs de la JSMB ont
repris le chemin des entraî-
nements hier pour un bi-
quotidien. C’était les deux
premières et dernières

séances de l’équipe à Béjaïa. En effet, ce matin (8h 30) les camarades de Boulem- daïs se déplacent vers la capitale tuni- sienne pour leur stage hivernal durant cette période de trêve du championnat. Les Béjaouis vont élire domicile à l’hôtel Ezzahara, au lieu de l’hôtel El Moradi leur quartier général de l’été der- nier. L’effectif au complet effectuera ce dé- placement, car tous les joueurs ont déjà intégré le groupe hier, mis à part l’atta- quant Yanick N’djeng qui se trouve chez lui au Cameroun et qui devra rejoindre l’équipe directement à Tunis le 6 ou le 7 du mois en cours. Aussi, le gardien Si Moha- med qui se trouve en regroupement avec l’équipe nationale A’ devra faire l’impasse sur ce stage puisque la sélection nationale raillera la Turquie demain, pour un stage de dix jours.

La formation rejoindra la Tunisie directement

Contrairement à leurs habitudes, les Bé- jaouis se rendront directement à la capi- tale tunisienne et ne passeront pas la nuit à Annaba, comme c’était prévu. Les res- ponsables de la JSMB ne veulent pas per- dre de temps, surtout que la durée du stage n’est que de 9 jours environ. Donc, les dirigeants ont décidé de rallier directe- ment Tunis, par route.

Bezzaz, Merzouki et Aït Ferguene sont du voyage

Les trois joueurs internationaux des U-17 qui ont signé en faveur de la JSMB récem- ment un contrat de trois ans chacun, à sa- voir Bezzaz, Merzouki et Aït Ferguene, étaient présents hier à l’entraînement avec l’équipe béjaouie. Selon un dirigeant, ces trois joueurs seront du voyage et partici- peront au stage qui se déroulera à Tunis.

Hachem aussi

Le défenseur franco-algérien, Karim Ha- chem qui a signé en faveur de la JSMB un contrat d’un an et demi, est déjà arrivé à

Béjaïa. Le joueur a même pris part aux deux séances d’entraînement qu’ont effec- tué les Vert et Rouge hier, au stade de l’Unité maghrébine. Bien que la FAF ait décidé de pénaliser tous les clubs qui n’ont pas respecté la directive de faire jouer les U-20 durant les matches officiels durant la phase aller et que la JSMB est concernée car elle n’a pas atteint le temps requis qui lui permet de recruter des joueurs durant ce mercato, la direction a décidé de garder le joueur dans l’espoir d’un renversement de situation dans les prochains jours. Ainsi, Hachem est du voyage avec le groupe et participera le plus normalement du monde à ce stage.

Yahiaoui : «Espérons qu’il sera qualifié avant le 15 janvier»

Interrogé sur la situation de Hachem, le chargé de la communication au sein du club, à savoir El Hadj Nasser Yahiaoui, nous a fait savoir que le joueur sera bel est bien présent avec l’équipe durant ce stage. Malgré la décision de la FAF qui a interdit le recrutement à la JSMB, ce responsable nous a déclaré que le club ne comptait pas baisser les bras, et fera de son mieux pour

obtenir la qualification de Hachem avant le 15 janvier, date de la clôture du mer- cato. «Hachem partira avec nous en stage. On essayera de faire le nécessaire pour le qualifier, en espérant qu’il le sera avant le 15 janvier», a-t-il dit.

Le CS Sfaxien, dernier adver- saire des Béjaouis

Ayant déjà deux sparring-partners avec lesquels elle disputera les premiers matches en Tunisie, El Marsa le 6 janvier et l’Etoile de Sahel le 8 du même mois, la direction béjaouie vient de nous confirmer qu’un autre adversaire qui n’est autre que le club de Sfax sera le dernier adversaire des Vert et Rouge en Tunisie ; une rencon- tre se jouera en principe le 10 janvier. Ainsi, la direction ne disputera pas quatre matches comme c’était prévu mais trois seulement, et ce à cause de la non disponi- bilité de sparring-partners.

Zerdab et Aït Ouarab arriveront demain

Les deux milieux de terrain franco-algé- riens de la JSMB, Zahir Zerdab et Ahemed Aït Ouarab qui se trouvent actuellement chez eux en France où ils ont passé les

fêtes de fin d’année avec leurs familles, ne se déplaceront pas avec la délégation bé- jaouie. Ces joueurs rejoindront l’équipe à partir de la France demain, par avion.

Une délégation de 36 personnes

La délégation béjaouie est composée de 27 joueurs, il s’agit de Saoula, Djebaret, Me- gatli, Belakhdar, Zafour, Messali, De- ghiche, Bellatreche, Zerdab, N’deng, Aït Ouarab, Boukemacha, Boukessasa, Me- haia, Belekheir, Boulemdais, Hamlaoui, El Hadi Adel, Aourés, Mebarakou, Boulaïn- cer, Dehouche, Hachem, Chafâa, Bezzaz, Merzouki et Aït Ferguene. Il y a aussi qua- tre membres du staff technique à savoir le coach Djamel Menad et son adjoint Ha- cène Hamouche, et aussi l’entraîneur des gardiens Halim Tifour et le préparateur physique Dahmane Sayah. A noter aussi la présence des deux médecins du club, Kha- led Stambouli et Hakim Mansouri qui for- ment le staff médical. Font aussi partie du voyage Malek le chauffeur du bus et Ma- dani le garde matériel de l’équipe. Le chef délégation est, comme d’habitude, Samir Kiraman.

S.A

Reprise hier matin

Bellatreche :

Samir Kiraman. S.A Reprise hier matin Bellatreche : Après une semaine de repos bien mérité, les

Après une semaine de repos bien mérité, les Béjaouis qui restent sur une belle qualification en Coupe d’Algérie devant l’USMH ont repris le chemin des entraînements hier, à 10h, au stade de l’Unité maghrébine. L’équipe a entamé la préparation pour la phase retour sous la houlette du duo Hamouche-Tifour. Pour rappel, le staff technique a pro- grammé deux séances d’entraînement pour la jour- née d’hier, avant le départ aujourd’hui, vers la Tunisie.

Quatre joueurs manquaient à l’appel

Pour la séance de reprise qui s’est effec- tuée hier, on a pu constater l’absence de pas moins de quatre joueurs. Il s’agit de l’atta- quant Yannick N’djeng, qui se trouve au Cameroun pour une semaine de vacances et qui devra rejoindre l’équipe directement à Tunis à la fin de cette semaine. On a noté aussi l’absence du trio franco-algérien Si Mohamed-Zerdab-Aït Ouarab.

Menad et Sayah absents

Les deux séances d’entraînement qui se sont déroulées hier à Béjaïa ont été dirigées par l’assistant du coach, Hassane Ha- mouche, et le préparateur des gardiens Halim Tifour. L’entraîneur en chef de l’équipe béjaouie Djamel Menad et le préparateur physique Dahmane Sayah ont manqué ce rendez-vous pour des raisons personnelles. Les deux hommes devront rejoindre le reste du groupe aujourd’hui en Tunisie, par avion.

«Le stage

de Tunis sera mis à profit»

Le milieu de terrain Mouloud Bellatreche estime que la semaine de repos accordée par le staff technique a fait beaucoup de bien à l’équipe, notamment sur le plan physique. Il pense qu’après le stage en Tunisie l’équipe sera encore plus forte, lors de la phase aller.

Comment s’est déroulée la séance de la reprise, après une semaine de repos ? Tout baigne pour nous ; on s’est reposé durant une semaine qui nous a fait beaucoup de bien, ce qui nous a permis de bien récupérer. Désormais, on va retrousser les manches et adhérer au programme de préparation qui sera mis en place par le staff technique durant le stage qu’on devra effectuer à Tunis. Et comment s’annonce pour vous ce stage ? Je pense qu’effectuer un stage durant cette période de trêve est un bon choix, puisqu’il nous permet de garder nos repères et la même cadence, surtout avec les matches amicaux qu’on devra disputer sur place. Toutefois, il faut bien profiter de cette phase de préparation à Tunis pour assurer une bonne préparation en vu de la phase retour qui s’annonce difficile.

Comment voyez-vous la suite du parcours

?

Ce sera sans doute très difficile, toutes les équipes tenteront de faire mieux que la phase aller surtout ceux du bas du tableau. Toutefois, on doit rester sur notre bonne lancée pour glaner le maximum de points afin de terminer la saison en beauté, et réaliser ainsi notre objectif. Quel est votre objectif ? La JSMB joue les premiers rôles, car de- puis le début de saison on a déclaré qu’on fera tout pour réussir une grande saison et faire mieux que la précédente. C’est-à- dire que le titre nous intéresse aussi, car avec l’effectif riche qu’on possède et avec tous les moyens mis à notre disposition la JSMB peut vraiment réussir quelque chose cette saison. Revenons à vous, vous n’avez pas beaucoup joué lors de la phase aller, pouvez-vous nous dire pourquoi ? Cela me dépasse, car le dernier mot revient au staff technique qui désigne le onze rentrant.

Mais cela ne m’inquiète pas, c’est la prestation du groupe qui m’intéresse le plus. Peu im- porte qui joue, le plus important c’est que

mon club gagne.

Entretien réalisé par S. A.

18

Le Buteur n° 1073 Dimanche 3 janvier 2010