Vous êtes sur la page 1sur 201

D u même auteur,

à

la même librairie :

TRAITI:

D'HISTOIRE DES

RELIGIONS

(Préface de Georges Dumézil)

Ce Traité marque une date dans l'histoire des rel i gions. »

 

J.

DANIELOU , Etudes.

Cette réédit i on prouve le succès de cette

œu v re

impor-

tan t e.

»

Revue d' Histoire des Religions.

• Mircea Eliade est considéré aujourd ' hui comme l'un des représentants les plus qualifiés de tout ce qui se rapporte aux symboles , aux mythes, aux rituels magiques. »

Nouvelles Littéraires.

• Ce traité est un grand classique, universellement admiré

et justement célèbre

Un ouvrage de synthèse mettant en

.. . œuvre une documentation prodigieuse. » Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques .

LE YOG A,

Immortalité et lib erté

c

Un des ouvrages les mieux documentés et les plus péné-

trants

sur

le sujet

..

. un livre fondamental. Bulletin critique du livre français.

»

Le livre

le

plus

documenté sur les yogas qu'il

nous ait

été

donné de lire depuis

près

de

vingt ans

Combat.

M. Eliade prétend mettre en lumière quelques structures fondamentales , universelles , de l ' esprit humain, quelques traits communs du grand langage dont se servent tous les hommes, le symbolisme, pour que nous fassions notre profit de la somme des expér i ences sp ir ituelles réal i sées

sur

la

terre .

»

Robert KANTERS , L ' Express .

Une véritable somme qui se recommande autant par la

compétence scientif i que

que par l'e x périence

de l ' auteur.

»

Informations

Catholiques Inte rn ationales .

PAVOT, 106, boul ev a rd

S ai nt- Ge r mai n ,

PAR IS

D u même auteur, à la même librairie : TRAITI: D'HISTOIRE DES RELIGIONS (Préface de Georges

Pr ix

Il e

3 5. 00

F

BIBLIOTHÈQUE

SCIENTIFIQUE

MIRCEA ELIADE

PROFESSEUR A L'UNIVERSIT~ DE CHICAGO

LE

CHAMANISME

ET LES TECHNIQUES

..

ARCHAIQUES

DE

L'EXTASE

Deuxième édition revu e et augmentée

D u même auteur, à la même librairie : TRAITI: D'HISTOIRE DES RELIGIONS (Préface de Georges

PAVOT, PARIS

B1BLIOTHÈQUE

SCIENTIFIQUE

MIRCEA

ELIADE

Profess e ur à j'Universit é d e Chicago

LE

CHAMANISME

ET LES TECHNIQUES ARCHAIQUES DE L'EXTASE

C Il AM .I I ISAiE ET VU CATIO N ~lYSTIQUE - MALADIES ET nÈVES

INITIATIQUES -

L' OBTENTION

DES

POUVOIRS

CHMI AN I QUES

  • - L ' INITIATION CHAMANIQUE -

LE

SYMBOLISME DU COSTUME

ET DU TAMIlOUH CHAMANIQUES -

T R ALE

ET

SEPTENTRIONALE

-

LE CHAMANISME EN AS I E CEN - CHA~IAN ISME ET COSMOLOGIE

  • - LE CHAMANISME NOnD ET SUD-A.\1ÉR ICAlN -

LE CHA~IANISME

DAN S LE SUD-EST DE L'ASIE ET EN OCÉANIE - [J)ÉOLOGIES

ET TECHNIQUES CHlllANIQ UES CHEZ LES INDO-EUnOPÉENS - SYMBOLISME ET TECHNIQUES CHAMANIQUES AU TIBET, EN r: HI NE ET EN EXTIIÉAIE-ORIENT - MYTHES , SYMBOLES ET 11iT ES PARALLÈLES

Deuxième édition, revue ct augmenlée

B1BLIOTHÈQUE SCIENTIFIQUE MIRCEA ELIADE Profess e ur à j'Universit é d e Chicago CHAMANISME ET LES

PAYOT, PARIS

J06, BOULEVARD SAINT-GERMAIN

1968

TOUll droits de tradu ct ion , de reproduction

pour tou e paytl. Copyright «d 19GB,

et d ' adaptation rése rv é.

by POYoI. Pori, .

A

m t'.~ m 'r e:t

~I roll è1i u elf !rrltl çlli s.

AVANT-PROPOS

Le présent ouvrage est, à not.re co nnaissance, l e premi e r à embrasser

le chamanisme dans sa totalité , tout. en le situant dans la perspective de l'histoire générale des religions ; c'es t dire déjà sa marge d'imper-

rect ion , d'approximation et les risques qu 'il prend.

On dispose actuel-

lement d'une masse considérable de documents co n ce rnant les divcl'S c hamanism es: s ib é ri e n , nord-américain, sud-amé ricain, ind onés ien,

océanien, etc.

D'autre part , nombre de tl 'Rva ux, importants il plu s

d'un titr e, ont amor l'ét ud e et hnologique, sociologique et psycho-

logique

du

cha m an isme (ou plutôt d'un ce rtain type d e c hamani sme) .

Mais, à

qu e lqu es remarquables exce ptions près - nous pensons avant

tout aux ll'avaux de Harva (Holmberg) sur le chamanisme altaïque-

ln orme bibliographie chamanique a négligé l' inLerpr éta tion de ce

phénom ène ext rêm eme nt complexe dans le ca dr e de )'hisL o il'e générale des religions. C'est en tant qu'historien d es religi ons que nous avons à notre tour essayé d'aborder , d e comprendre e t de pré- senter le chamanisme. Loin de n ous la pensée de minimiser les adm i-

rables recherches menées sous l'angle de la psychologi e, d e la socio-

logie ou d e l 'e thnologie

: elles

sont,

à notl'e avis,

indisp e nsabl es à

la co nnaissan ce des div e rs aspects du c hamanisme. Mais nou s

esti-

mons qu'il y 8 pla ce pour une autre per spect iv e - ce lle qu e nous nous

so mm es elTorcé de dégager dans les pages qui suivent_ L'auteur qui aborde le chamanisme e n psychologue sera porté à

le co nsid ére r avant tout comme la révélation d'une psyché en cr ise ou même e n rég ress ion ; il ne manquera pas de l e co mparer à certains co mportements psych iques aberrants ou de le rang e r parmi les

maladies mentales de s tru ct ur e hy sté roïd e o u é pil eptoï d e_

Nous dirons (voir p _36 sq.) pourquoi l' ass imilation du

chamanisme

à un e ma ladie mentale quelconque nou s parait inac ce ptable. Mais

un point d eme ur e (et il est import ant) s ur l eq uel le psychologu e aura

toujour s raison d'attir e r l'attention : la vocation ch amaniqu e , à

l'instar de n'importe quelle autre

vo ca tion religieuse, se ma nif e ste

par une cr ise, par une rupture provisoire de l'équilibre sp iri tuel du

futur chaman . Toutes l es observations et le s ana ly ses qu 'o

n

a

pu

  • 10 AVA N T - PIl Q P OS

AV .o\ N T- pnO P DS

1 1

a cc

u m ul e r

à

ce

suj e t

so nt

parti c uli

è r e m e nt pr éc i e uses: ell es nou s

à su pr o pr e m é th ode de tra vail e t à la p e r s p ec tiv e qui la dé finit spêc i-

mo

n tren t e n

qu elqu e so rt e

su r

le

~ir l es

r é

p e r c u ss io ns, à l'int é ri e ur

 

L 'e th nolog

ie c ultur ell e

a

b

ea u

él abli r , p a r exem pl e,

les

d

e l a

psyc h

é,

d e ce qu e n o u s av o n s a pp el é l a ,

di

a lect iqu e d es hi é r o -

fiqu r e la

e m e n l. ti ons

du cha m a ni s m e a v ec ce rt a ins c y cles c ult.ur els,

ou

av ec

l i)

ph

a n ies t

t lll

'(>

-

la sé parati on r a

di ca l e entr e le pr o fa n e e t le sacré, la TUp -

rée l

qui

e n

r ésult e .

C'e st dir e t

o ut e l'imp ort a

n ce

qu e n o us

difT us i o n

d e

t e l

o

u

t el

co

mpl e x e c h a m

a niqu e ;

il

n ' emp êc h e qu e

Ge

du

n'e st p as so

n o bj

e t de D O U S r é v é l e r le se

ns pr o l o nd de t o u

s ce s

l' econnaisso n s à d e t ell es rec h e r ch es d e ps yc h o log ie r eli g i e u se .

m

è n es r eli g ie u x,

d 'éc l a ir e r le

ur symb oli sm e et

d

e

les

ph é n o- d a ns

a r t ic ul e r

Le so c io logu e,

lui , sc

pr éocc up e d e la

fo n c ti o n soc ia

le du

ch a m a n

,

l'hi

sto i re

né r a le d es r eli g i o n s. C'est

à

l'hi s t o ri e

n

d

es r eligi o n s

qu ' iJ

d

u

pr être, du

magi c ie n

: il é tudi e ra

l' o ri g in e d es pr es ti ges m ag iqu es

,

l

e ur le d a ns l ' arti

c ulation

d e l a soc ié t é , l es rapp o r ts entr

in co mb e,

e n d e rni ère

in s tan ce,

d e sy nth é ti se r

t

o ut es l es r ec he r c h es

e l es c h e fs

parti c ul r es s u r le cham a n ism e e t de pr és ent e r un e v u e d 'ense mbl e

re li g ie u x

e t

logi q ue

des

l es

ch e

Cs po litiqu es.

e t ainsi d

e Buite . U n e ana l yse so ci o-

m y th es du

Pr emi e r

Ch a m a n,.

m et tr a c n lu m

iè r e d es

v él a t e u rs

l o u chant

l a

an c ie ns c haman

s

d

a ns

ce rt a in es

position

ex ce pti o nn ell e

d es

plu s

ar chaïqu es.

L

a soc iolog ié

qui

so it

to u t

il

la

l o is

un e m o rph

o lo gi e e t

un e

h isto i,·e

d e ce

ph é n o-

in dices

n e r c li g ie u x com pl ex e.

Ma is

il y a lie u de s'e n te n d r e s u

r l'imp or tance qu 'o n pe ut acco r de r,

soc ié t és

da

ns ce ge nr e d tud es, à 1hi sto i re ». Co mm e n o us l'a v o ns d éj à r e m a r ·

cl

li

les

cham ani

s me

re s

Le

à

éc

rire ,

e t

e ll e co mpt e ra p a rmi l es chapitr es

ortant s d'un e s oc i o log ie gé n é r a l e d

e la

re li g io n .

De to ut es

qu

é

plu s

d'

un e

ro is a ill e urs , e t

cOlom

e n o us aur o ns J'occas io n

d e Je

plu s i mp

m

o ntr er a mpl c m e nt d a

ns l'ouvr age co mpl émentair e d u Tr ait é d' H is -

ces re c b erc h

es, ave c le u r s r ésult a t s. l'hi s t o ri e n d es

l'e li g io n s es t obli

to ir e des R eli g i ons e n p r é parati o n, le conditi o nnem e nt hi s t o riqu e d'un

de

t e n i r

co mpt e

:

a j o ut és

a ux

conditi onn em e n ts

psyc h ol og iqu es

ph

é n oUlfme

r eli gie u x ,

bien

qu

'e xtrê m em e

nt

 

(t o ut

fa it

d

ég a gés pa r le ps yc h o log ue , le s co nditi onn e m e n ts socio l ogi qu es , d a ns

h u

mai n é la n t,

e n d e rni è r e analys e,

un

fa it

imp o rt a nt hi s t oriq ue),

ne l' é pui se

le SC'0 8 le plu s l a rg e du t e rm e, vi e nn e n t

r e nrorce r le co n c r e t humai n e t

pa s e n t ièl'e me nt,

N o us

n 'e

n do nn e r o ns qu ' un exe mpl e :

le c ham an

hi stori q ue d es d oc um e nls s ur

les qu els il

es t

ap pe l é à

tr a vaill e r . Cet

a l ta ïqu e esc ala de rituell em e nt un boul ea u dans l equ el o

n

a

m énagé

a pp o rt conc r e t s e r a e n co r e r e nCo r p ar l es r eche r c h es d e l 'e thnol o gu e . II

un

ce r tai n no m b re d 'éc helons; l e boul eau

sy mbolise l' A rbr e du Mo n de,

a ppar t ien dr a aux m o no g raphi es e thn ol ogiqu es d e s ilu e r l e c haman

les

éche lons r e pr ése ntant les di ve

rs Cie ux

qu e le chaman d o it tr a v erse r

d

a n s person n

so

n

ali

mili e u

d' un

c ultu re l. c h a m a n

On

ri s qu

e

de

m éco

nna ll r e

t c h oukt c h c ,

p a r

e x e mpl

e,

l a

ritahl

e

s i

o n

lit

se

s

a u

co u rs de so n v o y a g e extatique au Ci el; e t il est tr ès pr ohabl e qu e

Je sc h ém a

m o log iqu e impliqu é dan s ce ritu el es t d 'o rigin e ori e n-

ex plo its sa n s ri e n con n ai tr e de l a vi e c t d es tr a di t i o ns d es T c h o ukt c h es .

t al e .

Des

cos id ée s

r

eli g ie us es

Cc

se

r a

e

n co r e

à

l' e thn o l og u e d' étudi e r exh

a ust iv em e nt l e co stum e

gées t r ès ava nt d a ns l ' As ie

du Pro che-Ori ent anliqu e se so nt propa- ce ntr a le e t sep te ntrional e e t o nt contribu é

e t

le tam

b

our c ham a niqu es,

d e

d éc rir e l es

séa n ces,

d 'e nr egis tr e r les

nota

mm ent à d o nn e r

a u

cham a

nism

e d e la Sib é ri e et d e l'A sie ce n-

te x tes

et

les

m

él o di es,

e t c .

En

s'a tta

c han t

à é t a blir)'

« hi sto ir e

,.

t,,·a le so n as pec t a c tu el. Nous a v o n s l à un b o n e x emple d e ce qu e

e te l ou t e l é lé m e n t constitutil du c hamanism e (du t a mbour , p a r -

d

e x em p le,

o u

d e l'us age

d es

nar cotique s p e nd a nt t a séa n ce ), l' e thn

o

l'

bi s toir e ,

p e ul n o us apprendre sur la diffu sion des id éologies e t

d es te chnique s religieu ses. Ma is, nous le dis i ons plus haut, l 'histoire

log ue, d o nb l é, e n J'oc c urrence, d ' un comparati

ste

e t

d ' un histori e n

,

d ' un ph é nom è n e r eligieux ne peut pas nous r é v él e r

tout ce qu e ce

p arvie

n dra

à n

o us montr er

la cir c ul

a ti o n du

m

o tif e n qu es ti o n d a n s

ph é n om

è n e , du s impl e fa it de s a manifestation , s' efforc e d e n ou s

le tem

p s

et

d a

ns

l' es

p ace j

il

pr éc is e ra , d a ns

l a

m es ur e du

poss ibl e,

mont re r . R

ie n

n e pc rm e t. d e s uppo se r qu e les influ c n ces d e la co sm o -

son centre

d 'e xp a n si o n ,

l es

é tap es

e t

la chr o n ol og ie d e s a diffu

si on.

lo g ie et d e l a r e ligi o n o ri e ntal

es ont créé, c h e z l es Alt a iqu es, l'id éol ogi e

B re f, l'et hno l og ue d evi endra, l ui au ss i, « hi s tori e n t,

qu ' il fa sse si e nn e

e t

le ritu el

de

l' asce ns io n

l es t e ;

d es

id éo l o gie s e t

d es ritu els se m-

o u n on la mé th o d e

d es cy cl es c ultur els de Gr ae bn e r-S c hmidt-K o p -

blabl es a m e ur ent un p e u part o ut

d a ns le m o nd e e t d a n s d es ré gi ons

p ers . En to u t cas, o n di s p ose ac tu ell em ent, à

t é

d ' un e ad mir a bl e

t e Hes qu e les influ e n cp.s p a l éo -ori e nt a l es so nt

, a priori,

h o rs d e cau se .

li

tté r ature e thn og r a phique pur em e n t desc ripti ve, d e m a int s tr ava u x

Plu s pr o b a bl e m e nt

,

les

i dées o ri e ntal es

n 'o

nt

l a it

qu e

modifier l a

d'e

t,hno l og i e hi

s t o riqu e

:

d a_n s l' éc r asa n te.

masse g r ise

t

d es

fa it s

c t.

l es

impli

ca ti o ns

cos m o log iqu es

d e

l'a sc ensi o n

c

uJ

t u re l s ap p a

r

te n a nt au x p e upl es dit s. sa ns hi s t o i re t, o n co mm ence

fo rmul e cé l este :

rit ue ll e cett.e

de rni è r e se mbl

e

ê t re

un ph é n o m è n e o ri ginaire , n o u s

à

voi r

sc

des sin

e r main te nan t

ce r ta in es li g

nes

d e

fo r ce;

on

oo

m -

vo ul o n s d i re qu ' e Ue a

pp a rti e nt à l ' h om me e n tant qu e t el, dans so n

me n ce à dis ti ng uer d e 1' « hi sto ir e . l à o ù l' on é t a it h a bi tué à r e n co nt

rer

int ég ri t é, e t. no n e n ta

n t qu

tr e hi s t o riqu e :

m o in les r êv es d 'a sce

n-

fies 41 Nat u rvô l ke r .,

d es. p rimitifs,. o u d es tJ: sauvages~.

s ion,

les

h a ll uc i nat io n s e t

les imag es a sce n si o nn ell es qui

 

se

r e n co

n -

Il

est oise ux

d ' in s is (;e r

iëi

s ur

es g r mtlnerv i ces qu e l' e thn

o log ie

 

p a r to u t

da n s le m ond e, e n d e h o rs

de

t o

ut « co nditi o nn em e nt ,.

hi storique a d

éj

à r endu s à l ' hi s t o ir e des r eli

g io n s . Ma is n o u s ne c r oy o n s

pas

q u'e ll e

p

ui sse

se

sub s ti t u e r

à

l'hi sto ir e des

r eli g io ns

:

o'es t

la

t re n t hi st.o a ya n

riq ue po u r

t

o u

a

th è

utl 'c.

T o us

m e

ce n t r a l

ces r ê v es, l' asc en s i o n

ces

m

y th

l e

vo

es

l,

e t

n e

ces

no s tal g ies,

s e l a isse nt p as

mis si on de ce ll e-c i d' int ég r e r l es r és ult a t s de l 'e thn o log i e co mm e ce u x

é pui ser pa r

ou un e expli ca ti on p s y chol ogiqu e j

il

s ubsi s te

toujour s un

de l a psyc h ol og ie et de la soc io l og i e j e ll e ne re n o n cera p as p o u r a u ta nt

n oya u irréd uc t ibl e à l' e xpli cati o n , e t ce j e ne sai s qu o i d 'i rr édu ctibl e

A.VANT-pnoPOS

13

12

AVANT-PROPOS

nou s

r évè le

pe ut tr e la

Cosmos

s itu ation

qui , no us

situation

~c r~omm e d~n8 le

véritable n e nous

la ssero n s Jama Is

d e

le

repétCl ',

n'est p~s uniqu e ment . hist ori que . Ainsi, t o ut e n s' occupant d es faits hi~torico-I'eligieux e t en ayant so in d'or gan ise r , dans la m es ur e du pOSSIbl e, s es documents dans la

perspe c tiv e hi s toriqu e -

la

se ul e

qui

leur ga r an

ti sse le ur cara c tère

concret - l' hist o ri en des r eligion s ne

doit pa s o ubli e r qu e les ph é-

nom è n es a uxqu els il a affa ire révèlent , e n somme, d es situati~ns­ limit es de l'homm e, e t qu e ces situations d emandent à ê tr e com prIs es et rendues co mpr é he nsibl es. Ce travail de d éc hilTr ement du se n s profond des phénomènes r e ligi e ux ap parti ent d e droit à l' hist or i en des r eligions. Certes , l e ps yc h o lo gue , le sociologue, l'et hn o log ue, c~ mêm e le philosoph e o u le théologien auront leur mot A dire, chac un dans la p e rsp ect iv e e t avec la méthod e qui lui sont propre s. Mais c'es t

l'historien des religions qui dira le plus d e choses valabl es sur l e rait religieux en tant que (ait religieux - et non en tant qu e fait psy cho- logique, social, ethnique, philosophiqu e ou mêm e théologique. S ur ce p o int précis, l'historien des r eligions se di s tin g ue également du

ph é nom é no log u e car ce dernier s'interdit, e n prin c ipe , le t~a~ail d~ com par a ison: il se borne, devant tel ou tel phén omè n e relIgi e ux , a

l' « a ppr ocher . e t à

en deviner l e sens, tandis qu e l'historien des r eli -

d

' un ph é n om èn e q:u ' après l' a vojr

gions n'aboutit à la co mpréh em Îon

.... dûm e nt co mpar é av ec d es milliers de phénom èn es se mblabl OS-D.u différents, qu'apr ès ravoir situé parmi eux : et ces miJJiers de ph é no- mènes sont séparés entre eux aussi bien par l'espa ce qu e par le temp s . Pour une rai so n analogue, l'historien d es r e1igi o ns n e se b orne ra pa s simplement à un e typologi e ou à une morph o lo g