Vous êtes sur la page 1sur 11

B-H-V

Bruxelles-Hal-Vilvorde

Expliqué en 2 minutes
Est-ce que B-H-V est un
« symbole »?

NON!

Pourquoi est-ce si important?


1962-1963:

1. La Flandre obtient la fixation de la « frontière linguistique » sans un


dernier recensement linguistique et sans une consultation des
populations locales:

• L’agglomération bilingue de Bruxelles est limitée à un « carcan » de 19


communes,
• En échange, des « facilités linguistiques » sont accordées aux
Francophones de 6 communes de la périphérie bruxelloise,
• Les autres Francophones de Hal-Vilvorde perdent leurs droits
linguistiques en matière administrative.

2. La Flandre n’obtient pas la scission de l’arrondissement électoral de


Bruxelles-Hal-Vilvorde, qui couvre Bruxelles et 35 communes du Brabant
Flamand. Les Francophones (Flamands) de Hal-Vilvorde conservent donc
la possibilité de voter pour des listes bruxelloises francophones
(flamandes). Ils bénéficient également de l’accès à la procédure
judiciaire en français.
1994:

Les nationalistes flamands saisissent la Cour d’Arbitrage faisant valoir que le


maintien d'une circonscription unique pour BHV violerait le principe
d'égalité entre les électeurs: Les Francophones qui habitent dans le
territoire unilingue flamand de Hal-Vilvorde peuvent voter pour des
candidats bruxellois francophones alors que les Flamands qui habitent le
territoire unilingue français du Brabant Wallon ne peuvent pas voter pour
des candidats bruxellois flamands. La Cour rejette cet argument – il n’y a
pas « discrimination » – et elle valide le maintien de BHV.

2002:

Le gouvernement belge forme de nouvelles circonscriptions électorales en


les calquant sur les provinces, sauf pour le Brabant flamand, divisé, lui, en
deux circonscriptions électorales, Louvain et Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV).
Brabant Flamand
2003:

La Cour d’Arbitrage estime que la circonscription électorale de BHV n’est


pas contraire à la Constitution mais que son maintien est incompatible avec
le découpage électoral en provinces. La Cour enjoint au législateur de
résoudre le problème mais elle ne dit pas quelle doit être cette nouvelle
législation.

Quelle Solution?

Les partis flamands et les partis francophones avancent des solutions


différentes pour résoudre le problème de BHV.
Les partis flamands:
Ils exigent la scission sans contrepartie de BHV: la Région de Bruxelles
deviendrait sa propre circonscription bilingue, et les cantons de Hal-
Vilvorde seraient rattachés à l'arrondissement unilingue flamand de
Louvain. Les partis flamands voient dans la scission de BHV l'occasion de
sceller l’unité linguistique et territoriale de l’Etat-fédéré flamand.

Conséquences:

1. Les Francophones, dont une partie a été placée en Flandre lors de la


fixation arbitraire de la frontière linguistique en 1962-1963, perdraient la
possibilité de voter pour des candidats francophones bruxellois aux
élections législatives et européennes.

2. La scission de l'arrondisssement électoral entraînera également la


scission de l’arrondissement judicaire et donc la perte, pour les
Francophones, de la possibilité de se faire entendre en français devant
les juridictions de Hal-Vilvorde.
3. Les "facilités linguistiques" accordées aux francophones dans les 6
communes de la périphérie bruxelloise seront aussi « fragilisées » et, à
terme, elles disparaîtront purement et simplement.

4. Si la Flandre venait à prendre son indépendance, la frontière de l'Etat


flamand serait bétonnée et difficilement contestable puisque suivant la
tendance actuelle du droit international, en cas de partition d'un Etat
c'est le principe "uti possidetis ita possideatis" ("comme vous possédiez,
ainsi vous posséderez") qui s'appliquerait vraisemblablement, principe
selon lequel les limites administratives internes acquièrent le caractère
de frontières d'Etat. La Région de Bruxelles, à 93% francophone, se
retrouverait enclavée dans un pays unilingue flamand aux frontières
intangibles comme hier Berlin encerclé par l’Allemagne de l’Est.
Jaune: principaux axes routiers; vert: la voie de chemin de fer; bleu clair: le canal.
Les partis francophones:
Ils privilégient une solution négociée: l’élargissement de la Région de
Bruxelles aux six communes « à facilités » de la périphérie bruxelloise, à
large majorité francophone, en échange de la scission de BHV, et dans le
cas où les partis flamands persistent à vouloir scinder BHV (d’autres
solutions existent comme le retour éventuel au précédent système
d'arrondissements).

Conséquences:

1. Les Francophones des six communes « à facilités » de la périphérie


bruxelloise conservent l’intégralité de leurs droits politiques et
judiciaires. Les Flamands ne perdent aucun droit.

2. Un lien territorial est établi entre la Région bruxelloise et la Région


wallonne afin d’éviter l’enclavement de Bruxelles dans un Etat-fédéré
unilingue flamand et la satellisation de la Wallonie.
Jaune: principaux axes routiers; vert: la voie de chemin de fer; bleu clair: le canal.