Vous êtes sur la page 1sur 1

Isabelle MAURER

Citoyenne engagée
Lettre ouverte
Chers tous,
J’avais demandé aux instances de Nouvelle Donne d’informer et de diffuser ma lettre de démission, elles ne
l’ont pas fait et refusent de le faire, dont acte :
Le 29 septembre 2014, j’ai remis douloureusement ma démission des instances nationales de Nouvelle Donne.
Les raisons qui m’ont décidée à accomplir cet acte sont multiples, mais je ne pouvais continuer à soutenir et à
cautionner ce qui au fur et à mesure s’éloignait de ce qui est et reste inscrit dans mes convictions les plus
profondes : aider les gens et surtout les « sans voix », à vivre mieux.
Tout au long de mon engagement chez Nouvelle Donne, j’ai pu rencontrer de belles personnes, j’y ai trouvé de
belles idées ainsi que des solutions potentielles à une partie des misères de la vie qui nous pourrissent
l’existence. J’ai tant voulu y croire et je me suis battue pour cela.
La charte éthique de Nouvelle Donne est magnifique, et les propositions me semblent justes et devraient être
davantage entendues. Malheureusement, les instances de direction de ce parti ne mettent pas en pratique les
belles valeurs énoncées et dont elles se prévalent. C’est donc sur la manière de conduire le parti au quotidien
que j’ai été de plus en plus en désaccord, et en aucun cas sur le projet.
Je me suis engagée dans la campagne des élections européennes puisque les adhérents Nouvelle Donne m’ont
librement choisie pour être leur tête de liste dans le Grand Est de la France. Un véritable honneur et une
terrible épreuve pour quelqu’un comme moi. Je l’ai fait, pleine d’espoirs et d’énergie, si convaincue de
défendre les meilleures idées. Même si cette campagne m’a profondément épuisée et même si je ne regrette
rien, je me suis rendu compte que je ne pouvais plus défendre auprès des autres ce en quoi je n’arrivais plus à
croire moi-même : rejoindre un parti démocratique qui ne respecte pas lui-même les valeurs qu’il prône.
Car hélas, même si la vitrine de ce parti est belle et bien faite, dans l’arrière-boutique il y a un monde entre les
belles paroles et la quasi inexistence des actes. J’y ai vécu des moments où la bienveillance et la charte éthique
ont été ignorées et parfois trahies. Quand j’ai commencé à poser des questions, à ne pas marcher au pas, ils ne
m’ont plus écoutée. Ils m’ont ignorée. Je n’étais bonne qu’à faire leur publicité à la télé ou à la radio. Je me suis
trompée en ayant cru aux jolis mots de la charte éthique. Je me suis trompée en ayant cru à la solidarité des
fondateurs de Nouvelle Donne. Ils ne savent rien de la vie des petites gens. Sans y réfléchir ni en être même
conscients, ils m’ont mise dans des situations stressantes et souvent humiliantes. Je me suis trompée et je ne
m’en cache pas. Mais je ne veux pas attirer d’autres personnes, mes amis, mes concitoyens dans un parti qui ne
me semble pas être capable d’assumer, au quotidien, les belles idées qui font sa vitrine.
Et puis il y a eu la goutte d’eau qui à fait déborder le vase. Avec l’appui des instances nationales et dans le plus
grand secret, sans m’en avertir, alors que je faisais parti du Conseil National, ils ont, à mon insu et au final
contre moi, créé un comité local dans le Haut-Rhin alors que je travaillais à en faire de même. Mais pire encore,
ils ont pris grand soin d’en évincer les adhérents les plus proches de moi, ma famille, ainsi que les familles de
mes proches.
A présent je reste provisoirement une simple adhérente et à ce titre je me comporterai comme telle. Je me
réserve bien entendu le droit de démissionner ou de ne pas renouveler mon adhésion si de tels agissements
devaient perdurer.
Comme dans mon livre, je veux dire ici haut et fort que « je ne baisserai plus les yeux » et que dorénavant je
me battrai avec encore plus de force pour aider les « Petites Gens » à être enfin considérés «comme des grands»
De tous mes forces et avec tout mon amour des gens.
Bien à vous
Isabelle Maurer