Vous êtes sur la page 1sur 7

La raison

L'irationnel est-il un résiduprovisoire que Ia raison uaincra? N'est-ilpas plutôt l'essencemême de Ia tion humaine et n'en fonde-t-il pas le sens,toujours menacé de non-sens?

A

La raison et sa puissance

Seule la raison, saisissant les choses intelligibles,

peut atteindre le principe absolu, T9, p. 92.

l.es hommes sont

des êtresdoués de raison, élément divin qui gouvemel'univers. T1, p. f38.

Dieu est la raison immanente aux choses: il assureainsi l'ordre du réel.Tl, p. 142. Il existeune raison commune à tout et à tous. T2, p. 143.

la raison est au fondement de la liberté. Tl, p.

1"55.

En s'alliant à l'expérience,la raison construit la vraie méthode.T2, p. 167.

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : la raison appârtient à tous. T1, p. 181. La raison est la puissance de bien luger et de distinguer le wai d'avec le faux. Tl, p. 181. Une méthode rationnelle conduit vers la connaissanceet l'action. T2, p. 181, T25, p,2Ol. La raison peut prouver l'immortalité de l'âme. T23, p. 199.

La connaissance rationnelle permet de dominer les passions. T10, p. 229. Les hommes s'accordent lorsqu'ils vivent sous la conduite de la raison. Tl4, p.232

La loi est la raison humaine. T1, p. 253

La raisonrépond à trois questionsessentielles. Tl, p.292. Pour pénétrerdans la voie de la science,la raison doit prendre les devants.T3, p. 293. La raisonconnaît un usagepratique. Tf3, p. 302,T21, p. 308, T22, p. 308.

La rationalisationdu

polythéismeconduit au monothéisme.T2, p. 361.

La méthode scientifique

repose sur la raison. Tf , p. 496,

B

i rnttrgrationde l'irrationnel dans une

raison élargie

Par la sociétécivile, la raison triomphe de l'irrationnel et assureliberté et séorité, T6, p. 176.

la raison absoluegouverne le monde : une rationalitéuniverselle régit l'univen historique.T14, p. 335. ta tâcheglobale de la philosophieconsiste à comprendrele réelqui est rationnel. T1g, p. 336.

La raisondoit s'élargiret inté$er l'irrationnel.T2, p. 544.

Lexercicede la raisonsuppose l'éradication de la déraison.Tf, p. 575.

l-'irrationnelet les limites de la rationalité: un certain échecde la raison?

Limagination, ennemie de la raison, domine cettedemière. Tr, p. 210. Uinfini rÉvèùeles limites de la raison.T6, p. 213. Lirrationnel caractérisela condition humaine et noûe existence.T7 , p. 214. La raisondoit s'appuyersur le cæur.T9, p. 2f 5. Au sein de l'irrationnel, le cæur sent Dieu : la foi est la révélationimmédiate de Dieu. T1O p. 216.

La raison humaine est le lieu de questionsaussi inévitables qu'insolubles . T|

p. 292.

la raison, aspirant à l'inconditionnel, forme des idéesdépassant l'expérience. T1rO, p.299, T11,p. 3(F.

L'existence est étrangère à la rationalité

du concept et du système. Tf,

p. 38O, T2, p.38f

Ni notre raison, ni le monde ne sont tout

à fait rationnels.T8, p. 408.

Linconscient ignore la négation, le temps et le principe de réalité. T2, p. 428.

Bien que l'existencesoit inationnelleet contingentgagissons. Tl,

p. 527,T2 àT4, pp. 528 sq.

Quel sens peut éclairer I'irrationnelle condition humaine?

Travailleret mourir, tel est le destindoulouteux de l'homme.T2, p.70.

Le nihilismeest effacement et épuisementdu sens.T16, p. 416. Nihilisme et mort de Dieu ouwent l'horizon desesprits libres. T17. p. 416. Lhomme n'estqu'un êtrede transitionvers le surhomme.T18, p. 418.

[a culturehumaine est vouée au non-sensultime. T5, o. 554.

Conceptsclefs

Absurde : ici, qui n'a pas de sens.

Bon sens : chez Descartes,raison ou faculté de distinguerle vrai du faux. lrrationnel : ce qui est étranger ou contraire à la raison.

Nihilisme

(du latin nihil,rien) : moment où le rien se dévoile

comme fondement des choses.

Raison : dansI'Antiquité, puissance spirituelle et divineanimant I'univers;chez Descartes,faculté de bien juger; chez Kant, ce

qui dans la penséeest o priori et ne vient pas de I'expérience; chez Hegel, substance spirituelle infinie informant le rêel.

Raisonnable : doué de raison; qui agit suivantà la raison.

Rationnel: conforme aux exigencesde la raison.

Sens : ici, principe intelligibleconférant à I'existencehumaine sa valeur; réalité métaphysiqueéclairant et justifiant la vie humaine.

Le réel

En tentnnt d'explicluerle réel, la raison le construit. ll restecependant une part inaccessible.Le réel ne se plie pas à nos désirs.

Définition du réel

Le réel nous échappe sans cesse.Tl,

p. 73. Tout naît nécessairement d'un conflit. T2, p. 73,

L Être est, telle est l'unique réalité.Texte, p. 75.

La nature,fécondée par les ldées,engendre toutes les formes.T5, p. 86.

[a nature n'est ni une choseni un ensemblede choses,mais un principe. T2, p. f08.

Le monde physique repose sur trois principes. T2, p. 126.

Dieu (ou fa Nature) est la totalité du réel. Tl, p.221.

l-a réalité n'existe que dans l'esprit qui la perçoit.Dieu produit les idéesdes choses réelles. T1, p.249.

Il y a identité entre le réel et Ie rationnel. Tl5, p. 336

La Volonté, vouloir-vivre aveugle et universel, est la substance du réel. T2, p.352 Lénigme du réel fait de l'homme un animal métaphysique. T3, p. 353.

La Volonté de puissance, essence de l'univers, flux aveugle de forces et de formes, détruit et cree éternellement.Tl, p. 402.

I

I

t

[.e <monde réelo esl construit avecdes obiets corporels,créations arbitraires de l'esprit. Tl, p.476,

Dans la conception moderne de la science,l'univers est devenu infini. T3, p. 497-

-

,-

B

Concevoirle réel

 

La sciencela plus généralerecherche les principes premiersqui appartiennentà l'Êûe. Tl, p. lll

L"hommeétend son savoirpar lesinstruments de l'esprit : la structuredu réel estrationnelle. T1, p. 167.

l.a mathématique est le langage de la nature. Texte, p. 169

 

C'est par l'entendement que nous connaissons la nature des choses.T19, p.

Le réelest régi par une nécessitéabsolue. T3, p.223.

 

Les choses en soi, la réalité intelligible, sont inaccessibles.Tl1, p. 30O

Luniversest régi par un déterminismeabsolu. Texte, p. 320.

 

L'activité pratique et sociale est le véritable critère du réel. T6,

p. 391.

Le

langage ne peut atteindre tout le réel. T6, p. 4O7.

Le

langage nous éloigne des choses.T3, p. 455

La mise en ordre possible de nos expériencessensibles donne sens à la notion de réel. T1. p. 476. ta possibilité de comprendre le monde est un miracle. Tl, p. 476.

Les mathématiques sont un instrument de création et d'action sur le réel. Texte, p. 561.

t.r réel et I'irréel

L'imaginairede l'an est un substitut au réel.T13, p.437.

L'imaginairedépasseinfinimentleréel,grâceàl'imaginationcréatrice,fonctiondel'irréel.T 7,p.485.

Concets clefs

Chose en soi : chez Kant, en particulier,la réalité existant rors de la représentation,réalité intelligible que I'esprit ne peut co nnaître.

Objet : réalité matérielles'offrant aux sens,tangible, maniable; ce qui est pensé,représenté en tant que distinct de I'acte par lequel il est pensé.

Être

: réalité absolue restant stable et immuable sous res

Réel : ce qui est; I'ensembledes choses; ce qui est donnédans

arversesformes sensibles; I'essence du réel.

I'expérience.

Nature

: chez les Grecs, principe de production des choseset

Volonté

: chez Schopenhauer,vouloir-vivre, force aveugle

:es ètres; désigneaussi la totalité des chosesexistantes; chez Sprnoza, Dieu, conçu comme ipmanent au réel.

s'exerçantsur tous les êtres et constituant l'étoffe du réel

Théorieet expérience

  • I a raisonne prend-ellepas les devants et ne fournit-elle pas à l'etpérienceses cadres, structures et formes ? Ii,lleest la positionqui fonde la science moderne.

concepts,outils privilégiés de la science

'loute connaissancesuppose intuition et concepts,qui sont inséparables. T7, p.297.

Le concept se développe dialectiquement : il est dynamique. T4, p.327

Le concept scientifique est le fruit d'un travail de rectification contre nous-mêmes. Tl

à T3. pp. 48O sq.

Comment construire le savoir et la science?

Raison,Expérience

Il faut dépasserles illusions de l'expériencesensible pour parvenir à la vérité,TB, p. 89.

Raisonet expériencedoivent nouer une alliance.TJ2, p. 167.

Seulela méthode nous perrnetde construirele savoiret d'atteindrela connaissance.T2, p. 181,

T7, p. 185.

ta mathématiqueuniverselle, science de l'ordre et de la mesurg est la méthode généraledes sciences.

T5. p. 184.

Lexpérience fonde le savoir. Tl, p. 238.

Si l'expérienceest nécessaire, toutefois l'esprit est premier.Tl, p.244.

Toute la matière de la pensée provient de l'expérience. T1, p. 259.

[.a connaissancepar expériencerequien elle-mêrnele concoursdu pouvoir a priori de l'esprit

T4, p.294,T5, p.295.

ta physiqueest le produit de lâ mesure.T2, p. 367.

Lidée expérimentale se développe grâce à la méthode expérimentale. Tl,

p. 375.

Le fait scientifiqueest construit par la raison. T4, p. 483, T5, p. 483.

La force de la découveneest passéede l'expérienceà la mathématique.T5, p. 483.

La raisondoit prédominersur la simple expérience. T1, p. 496.

La bonne physiqueest faite a priori.T2,p.496.

Con.rrnentedifier la science?Les lois scientifiqueset le déterminisme

Rien n'est contingent dans la nature. Tout obéit à la nécessité.T3, p.223.

Aucunecause n'est connue d

T4, p.262.

prioi : la croyanceen la causalitévient de l'habitude. T3, p. 261,

[e déterminismeest absolu.Texte. p. 32O.

Il existeune indéterminationobiective.T6, p.484.

La théorie scientifiqrre,instrument fondamental

Il faut changerla théorie si l'expériencela contredit. T2, p. 372.

La théorie scientifique repose sur le pouvoir de la raisonmathématique. T1, p. 496, TJ2,p.496.

La théorie n'est scientifiqueque si elle est réfutable.Texte, p. 518

La théorie est d'abord mathématique.

Texte, p. 561.

La scienceatteint-elle la vérité du réel?

Lesracines de la physiquesont métaphpiques.T33, p. 207.

Théorieset idéesscientifiques, soumises au jugement de l'expériencaévoluent sanscesse. T2, p. 377.

rtF

La métaphysique est au fondement

de la croyance dans la science. T7, p. 4O8.

Le concept positiviste de la scienceexclut tous les problèmes de la raison.f3, p. 451.

La science, relative, se fonde sur des hypothèses. Texte, p. 518.

La

science n'est que l'expression seconde du vécu. T1, p. 543.

Conclusion: la scienceet I'action

On

ne peut vaincre la nature qu'en lui

obéissant. Tl,

p.

167

La science est conquérante : méthode rationnelle et science permettront d'améliorer les conditions des hommes. T25, p.2Ol.

de vie

La science,connaissance des lois naturelles, permet la prévoyance et

l'action. T3, p,362.

Concets clefs

Causalité : rapport de causeà effet.

Concept

scientifique

: désigneune forme opératoire orga-

risant la science,une clef pour une expériencepossible (ex. :

Tasse, pesanteur,gravité sont des conceptsscientifiques).

Déterminisme

: doctrine selon laquelle certaines conditions

ohysiquesétant données et connues,les faits qui s'ensuivront

sont prévisiblesavec précision; le

déterminismepostule donc

'exisrence de

Expérience :

lois scientifioues. observationprécise de phénomènesprovoqués;

croducrion artificiellede phénomènes ; expérimentation.

Fait

scientifique : phénomèneinterprété, construit et mesuré

,par

opposition à ce que serait un fait brut, non élaboré par

'homme de science).

lndéterminisme : absencede déterminismerigoureux; l'évo- lution de certains phénoménesne peut être déterminée avec une précisionarbitraire.

Loi : relation invariableentre les phénomènes,généralement exprimée par un rapport mathématique.

Méthode expérimentale : ensemblede procédésrationnels fondés sur I'expérimentationet I'observation,dont le but est de vérifier une hypothèsescientifique.

Révolution copernicienne

: expressionkantienne, désignant

un changementde point de vue radical;en pafticulier,Kant met le sujet au centre de la connaissance,qu'il construit o priori.

Science : connaissancepositive et rationnelleobtenue soit par démonstration,soit par vérificationexpérimentale.

Théorie scientifique : construction rationnelle et synthétique englobantun grand nombre de lois et de faits.

La démonstration

  • I a démonstrationest la

méthodequ'emploie la penséerûtionnelle plur prouuerla'uérité. Y paruient-elle?

,'. firnclementsde la démonstration

La démonstration

exige des prémisses vraies et premières. Tl,

p,

107.

La démonstration

repose sur des idées mathématiques

innées, waies et immuables. T18, p. 194.

La

démonstration

doit être construite avec rigueuç selon des règles précises. Tl2, p.217.

La démonstration repose sur l'alliance de l'intuition et de la nécessité.T9, p. 298.

rIllronstration

et certitude

La rigueur du raisonnement fonde la certitude. Tl, p. lO7.

377.

La certitudemathématique doit servir de modèle à la penséq car elle est rationnelle T4. p.

183,

La

cenitude scientifiqueexige intuition et déduction. La déduction arrive à la certitude par un

enchaînementméthodique. T6, p. 184.

La vérité

Ni

fait,

ni donnée,ni copiedu réel,Ia uériténe serait-elle

pas une construction

liée au langageI Le problème

est celui desconditions d'accès à cettevérité rlui ne tient pasaux choses,mais à Ia paroleet au concept.A

cluoiIa reconnaissons-nous

?

Tel est le noyaude Ia problématiclue.

Qu'est-ce que la vérité?

La vérité n'est pas un absolu. Tetxe, p. 77.

La vérité résidedans l'essence,non dans la sphèredes réalitésconcrètes. T3, p. 84, T4, p. 85,

La contemplation de la vérité, ultime fin de l'homme, nous élève à Dieu. T2, p. 156.

La vérité est adéquation au réel : conformité de l'intellect avec les choses, tel

est le wai.

T3, p.

156.

La connaissance

claire et distincteest vraie. T7, p. 185.

[r nje pense,donc ie suiso est la véritépremière de la philosophie.h cogitoest fondateur. Tf 2, p. f fr).

L'erreurnaît de la disproponionentre l'entendement fini et la volonté infinie. T21, p. 197.

La définition nominale de la vérité en fait l'accordde la connaissanceavec son obiet. T8, p.297.

Seule l'ldée absolue est la vérité. T3, p.326. Le faux est un moment du vrai. T6, p.329.

Cornment atteindre la vérité? Quel est le critère de la vérité? Faut-il la rechercher?

Sonons de la caverne, du monde des apparences, pour accéder au wai. T8, p. 89.

Le mensonge

est réservé aux dirigeants politiques. T22, p. 1lO4.

La vérité n'est pas donnée mais acquise. T2, p. 181,T7, p. 185,T8, p. f86.

ll faut pratiquerun doute total et méthodique radical,hyperbolique pour atteindrela vérité : tout doit

êtresoumis au doute,le sensiblecomme lesvérités mathématiques. T3, p. 182,TB à T11,pp. 186 sq.

Pour atteindre la vérité, la mathématiquedoit servir de modèle.T4, p. 183.

L'intuition, regardprécis et indubitable, et la déduction me font parvenir au vrai. T6, p. 184.

Nous atteignons le fondementdu wai par le cæur,non par la raison.T), p.215, TlO, p. 216.

Il n'y a pas de critèreuniversel du

wai

quant au contenu de la connaissance.T8, p. 297

Afin d'atteindre

le vrai scientifique, la philosophie

doit

former

un

système. Tf , p. 325.

Parceque Dieu est la vérité, celle-ciest une valeur religieuseet métaphysique.T7, p. 4O8.

Peut-on parvenir à d'authentiquescertitudes?

ll faut suspendre son iugement car il n'y a ni vrai ni faux. Textc

p. 122.

Dieu m'assure que les idées claires et distinctes sont waies. Tf 6, p. 193.

Lhomme n'est que mensonge à soi-même T2, p.2ll

La croyance,assentiment à une vérité sans justification rationnellq

est centrale.T21, p. 3O8.

La vérité des théories et des idées scientifiques est provisoire. T2, p.377

ks axiomatiquesmathématiques formalisées se heurtent aux limites

de la rationalité. Texte,p. 50O.

l.a

scienceaboutit à desvérités relatives. Notre existenceest tisséede

coniectures.Texte, p. 518.

l,a méthode historique

se comprend en panie sur fond de sublectivité, liée à l'obiectivité.

T2, p. 560.

Iæ"

rc

À

:,

,::t

i::'::1'ri:

.:::.a

;:;r:

.'

..

,

..

,r;

Conce

clefs

Adéquation

son obiet.

: caractèrede ce qui correspond parfaitement à

Certitude

: état d'esprit du sujet dont I'adhésion ou l,ac_

quiescement excluenttoute sansnulle réserve.

crainte d'erreur et s'accomolissent

Clair

: <J'appelle claire [la connaissance] qui est présente et

manifeste à un esprit attentif.D (Descartes)

Conjecture: énoncé (scientifique ou non) non fondé sur une démonstration ou une vérification, maisn'excluant pas une reta_ tion au vrai.

Croyance :

assentiment de I'esprit à une proposition sans lus_

tification rationnelle.

Distinct : <[J'appelle] distincte

[la

connaissance]qui est telle-

ment précise et différente de toutes les autres,qu,elle ne com- prend en soi que ce qui paraît manifestement à celui oui la considère comme il faut.> (Descartes).

Doutê

: ici, méthode pour arteindre la vrai, mise à l,éoreuve

des jugements de manière à distinguer le vrai

du faux.

Évidence : ce qui s'imposeimmédiatement à l,esprit et résiste donc au doute.

Autres roblémati ues

La raison L'irrationnel est-il toulours absurde? Peut-il y avoir un mauvais usage de la raison I Les connaissances scientifiquespeuvent_elles servir à lucrer contre le fanatismeI Lhomme est-il raisonnablepar naturel Peut-on se connaîtresoi-mêmel La croyancereligieuse implique-t-elle une démission de la rai_ son I

< La vie a-t-elle un sensI n : esr-ceune question raisonnable ? La raison peut-elle rendre raison de toutl

Le réel Le réel obéit-il à la raison? Que peur-on savoir du réel I Le réel est-il un ou multiDle?

Théorie

et expérience

A quoi reconnaît-onqu'une sienceest une scienceI Lexpériencepeut-elle servir de preuve? Une théorie n'est-ellequ'une manièrelogique d'ordonner oes idéesI Le renouvellemeni des théories scientifiques conduit_ilà dou_

ter de la certitude des sciencesI L expériencepeut-elle se définir comme

soumission aux âits ?

La morale a-t-elle un rôle à jouer dans les sciences?

La démonstration Faur-il tout démontrerl

Montrer, est-ce démontrer I Démontre-t-on pour convaincreou pour établir la vérité?

lJinterprétation

Y a-t-il une vérité au-delà des interprétâtions I Une interprétation peut-elleprétendre à la vérité? Y a-t-il de I'incompréhensible I

lJambiguité des mots peut-elle être fécondef La Nature s'interprète-t-elle ?

Le vivant Peut-on donner un modèle mécanique du vivant?

La maladied'un être vivant est-il comparable à la panned,une machine?

Connaît-on la vie ou bien connaît-onle vivantl Faut-il,pour le connaître,faire du vivant un obiet? Autrui est-il un vivant parmi les autres ? La vie est-ellele bien le plus précieux?

La matière

et I'esprit

Tout est-il matériel I Qu'est-ce qui fait l'accord des espritsl

La nature de I'esprit est-elle de s'opposer à la matière?

Le

matérialismepeut-il conduire à la libération de |,homme I

Quel sens peut-on

donner à I'immortalité de I'esprit?

La vérité Que nous apprend I'erreur sur la vérité?

Constater que la vérité changeavec le temps doit_il incliner au sceDticisme ?

Peut-on se fier

à l'évidencel

Pourquoi nous trompons-nous ? Y a-t-il des vérités définitivesl

Faut-ilaimer la vérité ? A-t-on le droit de se tâire

Faut-ilchercher la vérité à

quand on connaît la véritél tout prix?