Vous êtes sur la page 1sur 7

PRÉSENTATION DU PROJET

PLAN

1 ) Activités description

- activités journalières
- competences requises
- salaire
- qualité acquise
- condition (interieur/exterieur)

2) Accès
- niv etude requis
- procedure de recrutement

3) Perspectives
- evolution de carrière
- evol de la profession
- evol de l'emploi (nb de postes)
- implantation géographique
- employeurs potentiels

4 ) Sources doc / Biblio


FICHE METIER
PRESENTATION
Conseiller en environnement en Centrale Nucléaire

Quelles activités ?
Le conseiller en environnement est celui qui étudie les problèmes à la fois d'un point de vue scientifique, technique et juridique. Qu'il s'agisse
de la planification de l'urbanisme ou de la gestion de nouveaux sites industriels, de l'entretien des rivières ou de la protection des arbres, son
analyse et son jugement seront sollicités.
À la fois animateur et médiateur, il devra être un intermédiaire, souple mais déterminé, entre les élus, l'Administration, les représentants des
groupes industriels et le public. Il définit les grands axes prioritaires de la politique qui doit être menée pour préserver l'environnement et
garantir la santé des personnes en travaillant notamment à la réduction des nuisances (bruit, odeurs, pollutions en tout genre...).

Quelles conditions de travail ?


La question de la qualité de l'environnement est devenue une préoccupation majeure inscrite au coeur des réflexions et des initiatives de
nombreux organismes qui ne sont plus seulement les cabinets d'études, les structures spécialisées ou les collectivités locales. Beaucoup de
conseillers en environnement sont désormais employés par les chambres de commerce et d'industrie, les chambres d'agriculture, les parcs, les
PME-PMI...
Des postes très différents peuvent être proposés et les tâches varient insistant plus ou moins sur le travail d'étude.
Tous les conseillers doivent soigner les relations partenariales. Ils sont souvent en déplacement sur le terrain pour mieux cerner les problèmes
et participer à des rencontres entre les différents acteurs, y compris quelquefois avec le public qu'il devra informer et sensibiliser.

Quelles qualités ?
Bien évidemment cette fonction ne se dissocie pas de compétences techniques et scientifiques très au point ! Mais le conseiller en
environnement doit aussi être doté d'excellentes dispositions pour communiquer et convaincre.
Il doit être mobile et disponible.

Quelle évolution ?
Les possibilités sont peu nombreuses car ce métier n'est pas encore considéré comme un "passage" obligé avant d'accéder à de plus hautes
responsabilités. L'évolution tient davantage aux spécialités d'origine de chaque conseiller.
Néanmoins, la profession devrait connaître une belle évolution dans les quelques années à venir du fait de l'exigence croissante des uns et
des autres à propos de la qualité de vie. Nous pourrions même assister à la naissance de nouveaux métiers !
Un conseiller en environnement peut prétendre à un salaire qui se situe en 1 370 € et 1 675 € s'il travaille pour une municipalité.
Les entreprises privées ou associations spécialisées offrent un salaire légèrement plus élevé qui se situe aux alentours de 1 830 €.
Quelles formations ?
Il existe une formation d'éco-conseiller de niveau bac + 4 ou 5, très reconnue, dispensée par le département environnement de l'Institut européen
pour le conseil en environnement, Eco-conseil.
Le métier de conseiller en environnement requiert au minimum des formations de second et troisième cycles de plus en plus demandées :
- maîtrise de biologie des populations et des écosystèmes mention environnement
- maîtrise de sciences et techniques
- DESS relations publiques de l'environnement
- DEA nature, environnement, sociétés

De nombreuses autres formations concernent l'environnement et peuvent répondre à vos souhaits ou à vos besoins lorsqu'il s'agit de vous
perfectionner ou de compléter une première formation :
- le brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) gestion et protection de la nature est le diplôme incontournable pour travailler dans ce
domaine
- le DUT génie biologique
- le DEUST conseiller en hygiène et environnement des collectivités locales
- le DEUG de sciences et technologies mention sciences de la matière, sciences de la vie ou sciences de la terre et de l'univers,
- le DEUG sciences humaines et sociales mention géographie.
Le rôle de l’ingénieur HSE est d’identifier, d’évaluer et de maîtriser tous les risques liés à l’activité professionnelle des salariés d’une
entreprise : vérifier les conditions de travail, veiller à la sécurité des personnes et du matériel ou à la protection de l’environnement, notamment
dans le cas de fabrication à partir de matières dangereuses ou polluantes.
Pour diminuer et maîtriser ces risques, il organise des actions de prévention : par exemple des exercices d’incendie, ou de vérification des
équipements. Il effectue des contrôles pour faire respecter des normes de sécurité. Il réalise des études pour évaluer et anticiper les risques.
L’ingénieur HSE propose des mesures pour éviter ces risques professionnels en collaboration avec différents services : la direction des
ressources humaines, les salariés, mais aussi les pompiers et la police. Il peut travailler dans des entreprises, des collectivités locales, des
bureaux d’ingénierie ou des organismes de contrôle agréé…
Cette profession offre de nombreux débouchés.

Pour devenir technicien, il est conseillé de préparer un DUT hygiène, sécurité, environnement ou le BTS hygiène, propreté, environnement après un bac S
(scientifique), STL (sciences et technologies de laboratoire), ou STI (sciences et technologies industrielles).
Pour des risques spécifiques (par exemple une centrale nucléaire), il est conseillé d’avoir une formation d’ingénieur spécialiste dans un domaine (chimie, biologie,
électricité).
Un diplôme d’ingénieur avec une spécialisation, ou un master professionnel (bac +5) permet un accès rapide à des postes à responsabilités comme ingénieur en HSE.
Pour devenir ingénieur, je te conseille de faire 2 ans de classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques (CPGE) après un bac S, puis de postuler pour une école
d’ingénieur (l’ENSEIRB par exemple) ou d’intégrer directement une école d’ingénieurs après ton bac.

http://www.studya.com/formations_metiers/environnement.htm
Responsable hygiène, sécurité, environnement

Le responsable hygiène, sécurité et environnement est l’homme de toutes les préventions. Il veille à prévenir les risques industriels, fait
respecter les conditions d'hygiène et de travail, aide à produire sans polluer. C’est un gestionnaire du risque car la prévention des pannes et
des dommages corporels est devenue un enjeu considérable pour les entreprises et les assurances. Voir les catastrophes de Seveso,
Toulouse, sans parler de Tchernobyl ! Et que dire du désamiantage ?

Description des tâches / conditions de travail


La fonction hygiène et sécurité assure le bon fonctionnement de l'entreprise en réduisant les dégâts humains et matériels. Elle s'attaque en
priorité aux accidents du travail, aux maladies professionnelles et à la protection de l'environnement.

Les professionnels de l'hygiène et de la sécurité exercent dans les bureaux d'ingénierie, les organismes de contrôle, les collectivités locales et
territoriales, les assurances, les corps de sapeurs-pompiers. Ce métier exige une bonne résistance physique, du sang-froid, de l'initiative, de
l'observation et de la discrétion.
Que ce soit dans une entreprise publique (centre hospitalier, service des installations classées, collectivité locale…) ou privée (industrie
chimique, métallurgie, automobile, bâtiment…), le responsable hygiène, sécurité et environnement conseille et assiste la direction dans
l'élaboration et l’organisation de sa politique de sécurité (sécurité au travail, conditions de travail). Il en assure la mise en place, l'animation et le
suivi, établit des programmes de prévention afin de réduire le nombre d'incidents et leur coût (accidents de travail, maladies professionnelles). Il
doit diriger et contrôler toute action de prévention contre les risques et les nuisances.

Il anime et dirige des équipes de techniciens ou de cadres et assure la formation du personnel. Il a aussi selon le cas un rôle de protection de
l'environnement. Il existe, bien sûr, différents niveaux de qualification d’exécution ou de conception-recherche.
Evolution professionnelle
L’évolution professionnelle d’un technicien passe toujours par la spécialisation en hygiène, sécurité ou environnement. Avec de l’expérience et
une formation complémentaire continue, un technicien peut obtenir un titre d’ingénieur.

Etudes / formations
Dans les domaines de l’hygiène et de la propreté, il existe des qualifications dès le CAP et le BEP qui permettent de débuter :
- CAP agent d’assainissement et de collecte des déchets liquides spéciaux, gestion des déchets et propreté urbaine, maintenance et hygiène
des locaux,
- BEP métiers de l’hygiène, de la propreté et de l’environnement,
- Le bac pro hygiène et environnement est déjà une spécialisation, avant le BTS
- BTS hygiène, propreté, environnement,
- DUT métrologie, contrôle, qualité est plus pointu. Ces 2 derniers diplômes confèrent le rang de technicien.
Au niveau encadrement d’équipe et responsabilité de service, des formations universitaires ou d’ingénieurs existent en grand nombre. Citons
l’Ecole supérieure pour la qualité, l’environnement et la sécurité dans l’entreprise de Lyon, les INSTN dans le domaine nucléaire, les CESI de
Bordeaux et de Toulouse. Les universités préparent aux masters professionnels ou de recherche très spécialisés : nutrition, sécurité
alimentaire à Aix-Marseille 2 et 3, sûreté de fonctionnement des systèmes industriels au Havre, sécurité, qualité, hygiène et environnements
industriels à Reims, etc. (Consulter les SCUIO des universités).