Vous êtes sur la page 1sur 16

POITIERS

DE
MUSÉES
DES
ACTUALITÉS

Ville de Poitiers
JANVIER-FÉVRIER-MARS 2010
Exposition

Dessins d’histoire - Histoires de dessin


La collection Babinet aux musées de Poitiers
M u s é e Sa i n t e- C ro i x, 4 déc emb re 2009 – 21 m ars 2010

Première d’une série destinée à valoriser les collections d’arts De nombreuses feuilles représentent des épisodes religieux,
graphiques des musées de Poitiers, cette exposition réunit en particulier la mise en scène de la Vierge et du Christ. Le
quatre-vingt-dix dessins italiens, nordiques et français du contexte de la production artistique jusqu’au XIXe siècle
XVIe au XIXe siècle. Elle s’accompagne de la publication d’un explique cette domination quantitative : les peintres, dans
catalogue et de la mise en ligne, sur la base de données des la plupart des centres de création, recevaient en majorité
musées de la région (www.alienor.org), de tous les dessins des commandes destinées aux édifices cultuels. Cependant
exposés. même pour des sujets parfaitement codifiés, sans cesse
repris, les artistes se sont toujours efforcés de varier les
■ Dessins d’histoire… points de vue, la mise en page, dans des compositions
S’attacher au sujet des œuvres permet de pénétrer au cœur de jamais identiques. Les dessins exposés révèlent ainsi une
l’œuvre : la délectation, but premier de l’exposition, s’enrichit de force d’inspiration nourrie des courants artistiques qui
la compréhension d’une histoire, mais aussi de l’appréhension traversent l’Europe pendant quatre siècles.
de la place du dessin dans un processus créatif comme étape L’autre source majeure, la mythologie, objet de nombreuses
de la réflexion et du travail d’élaboration d’une image par commandes pour des amateurs cultivés, offre une grande
l’artiste. L’exposition rassemble ainsi études de détail et études variété de sujets, souvent puisés dans les textes d’Ovide. Si
d’ensemble, dont le sujet peut être identifié et raconté. certains thèmes sont identifiables, d’autres restent obscurs :
le rassemblement de personnages ne peut pas toujours être
interprété, pour autant certains éléments iconographiques
attestent d’une composition d’histoire – décors classiques,
accessoires antiquisants, costumes…

Apollon et Marsyas, Feuille d’études pour « Ovide chez les Scythes »,


Dionys Calvaert (v. 1540 – 1619), plume et lavis d’encre brune, Eugène Delacroix (1798 – 1863), graphite
rehauts de gouache blanche

En couverture : Le Martyre de sainte Ursule, attribué à Hans Kulmbach,


plume et encre brune, (1508) 2
Exposition

■… histoires de dessins
Les dessins proviennent tous de la collection Babinet, Catalogue rédigé par Daniel Clauzier, Françoise
léguée au musée municipal en 1882. Ce choix se justifie par d’Argenson et Anne Péan
l’importance de cette dernière dans les collections de Poitiers : 120 pages
les quelques 320 feuilles constitutives du legs (120 italiennes, 90 illustrations
120 françaises, 80 des écoles du Nord) ont donné naissance au Prix : 29 e
premier cabinet d’arts graphiques du musée municipal.
Au travers de la figure d’Alexandre Babinet, collectionneur
et généreux donateur, est évoquée l’histoire des collections Conf é re nces
de dessins. Babinet rassembla des œuvres avec goût,
s’approvisionnant à la fois dans les ventes d’art ancien ■ J eudi 4 février à 18h30, auditorium du musée
comme dans celles organisées après le décès de grandes
Sainte-Croix
figures de son siècle – Delacroix, Géricault, Chassériau,
Abel de Pujol. Grâce aux marques apposées sur certaines Entrée libre
feuilles, qui attestent de leur appartenance à une collection, « Le dessin en Italie aux XVIIe et XVIIIe siècles »
leur historique peut être reconstitué et révèle parfois une (titre provisoire)
provenance prestigieuse – collections Reynolds, Mariette, par Sophie Harent, conservatrice au musée des Beaux-Arts
Denon... de Nancy
A.P. ■M  ardi 16 mars à 18h30, auditorium du musée
Sainte-Croix
Entrée libre
« Processus de création : fonctions du dessin à l’époque
moderne en Italie (XVIe-XVIIIe siècle) »
par Eric Pagliano, conservateur en chef du patrimoine,
C2RMF, Département Restauration des peintures
Jusqu’au XVIIIe siècle, le mot dessin s’écrivait avec un petit
e. L’objectif de notre intervention est de rétablir cette
orthographe originelle en montrant en quoi et comment
le dess(e)in est à la fois porteur d’un projet intellectuel et
matériel. L’analyse de quelques exemples pris en Italie de la
Renaissance à l’âge baroque permettra de suivre de manière
virtuelle le parcours de création d’une œuvre d’art. Le
dess(e)in prépare une peinture, une sculpture ou tout autre
chose destinée à être montrée publiquement à travers toute
une typologie allant de la première pensée à des études
finales abouties.

Saint Georges terrassant le dragon,


Michele Schiavone (XVIIIe siècle), pierre noire,
plume et lavis d’encre grise

3
Carnet des musées

Pu BL i Cati on s

Christian Sapin (dir.), Les stucs de l’Antiquité tardive de Vouneuil-sous-Biard (Vienne).


Collection des Musées de la Ville de Poitiers, Gallia, 60e suppl., éd. C.N.R.S., Paris, 2009, 288 p., 200 fig., 24 pl.
Les éditions du C.N.R.S. viennent de publier, avec le soutien aujourd’hui l’étude complète de cette découverte majeure,
de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et la Ville resituée dans son contexte historique et archéologique.
de Poitiers, sous la direction de Christian Sapin (directeur du L’ensemble des stucs ont été systématiquement dessinés
Centre d’Etudes Médiévales d’Auxerre), l’étude exhaustive par Gilles Fèvre (C.N.R.S.) et photographiés par Christian
du rarissime décor de stuc paléochrétien de Vouneuil-sous- Vignaud (Musées de Poitiers). Après avoir reconsidéré
Biard. Mis au jour par Marie-Reine Sire et Michel Aucher en l’environnement du prieuré de Vouneuil-sous-Biard du IVe
1984, dans le prieuré Saint-Pierre, ces stucs ont été offerts au XIe siècle, l’analyse archéologique des vestiges fouillés,
à la Ville de Poitiers par la commune de Vouneuil-sous-Biard l’étude du bâti de l’abside conservée in situ, l’ouvrage
en 2003. Ils sont depuis conservés au Musée Sainte-Croix. réserve une belle part à l’étude des formes et des techniques,
Restaurés par Franck Blondel, ils étaient en 2004-2005, au ainsi qu’au dossier épigraphique qui témoigne avec force de
cœur du colloque et de l’exposition internationale organisés l’introduction du culte des martyrs romains en Aquitaine
par les Musées de Poitiers et le C.N.R.S. qui constituaient au VIIIe siècle. Des analyses physicochimiques complètent
la première synthèse européenne sur cet art méconnu du l’étude prouvant une grande homogénéité technique de
Moyen Âge (voir : Chr. Sapin, D. Simon-Hiernard, commissaires, ce décor de stuc, fabriqué à base de chaux et fixé à l’aide
Le stuc, visage oublié de l’art médiéval, cat. d’exposition, de chevilles d’os, selon la tradition antique, et par ailleurs
Musée Sainte-Croix, Poitiers, 16/09/2004 – 16/01/2005,
Ed. Somogy, Musées de Poitiers, 2004 ; Chr. Sapin, directeur,
Stucs et décors de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge,
Actes du colloque international de Poitiers, Musée Sainte-
Croix 16 – 19/09/2004, Ed. Brepols, 10, 2007).

Ce décor daté de la fin du Ve siècle (début du VIe siècle) s’avère


être au sein du corpus européen l’ensemble le plus complet
et le plus ancien conservé en France. Le site de Vouneuil-
sous-Biard s’inscrit dans un solide réseau de sanctuaires
chrétiens édifiés aux abords de la cité épiscopale de Poitiers
entre le IVe et le VIIe siècle parmi lesquels figurent les sites
de Ligugé, Saint-Benoît, Béruges, Civaux, Saint-Jouin-de-
Marnes…

L’équipe d’historiens et d’archéologues réunie autour de


Christian Sapin, Cécile Treffort, Luc Bourgeois, Bénédicte
Palazzo (C.E.S.C.M. / Université de Poitiers) auxquels se
sont joints Marie-Reine Sire et Michel Aucher (archéologues
inventeurs du site), Claude Coupry et Jean Hiernard
(Université de Poitiers), Eric Mermet (géophysicien), nous livre

4
Carnet des musées

soigneusement entretenu au fil des siècles. L’analyse puissante symbolique chrétienne dont l’inspiration la plus
approfondie de l’ordonnance du décor monumental (qui évidente s’oriente vers les grandes créations de Ravenne.
dut se développer sur une quinzaine de mètres) et de son Les stucs de Vouneuil-sous-Biard – bien que fragmentaires –
iconographie permet de proposer, en restitution principale, placent une fois de plus Poitiers parmi les hauts lieux de la
un impressionnant défilé de saints personnages sous naissance des arts chrétiens d’Occident.
arcades. Ils sont associés à des panneaux animés d’une D.S.-H.

« Au temps de Richelieu », Revue historique du Centre-Ouest, t. VIII, 1er semestre 2009 (20 €)

Dans la prochaine revue publiée par la Société des Antiquaires renversée en 1793 : dès 1844, la S.A.O. en achète pour son
de l’Ouest (S.A.O.) paraîtra le texte, augmenté et enrichi, de musée les vestiges qui gisaient au milieu des ruines de la
la conférence donnée par Grégory Vouhé en février 2008 à «bande noire».
l’auditorium du musée Sainte-Croix sur la statue de Louis XIII
conservée aux musées de Poitiers et provenant du château Cette publication fait suite à celle, fin 2009, de Richelieu
de Richelieu. Chef-d’œuvre récemment restauré, la figure patron des arts, par les Éditions de la Maison des Sciences
de marbre conçue pour le pavillon d’entrée méritait une de l’Homme (collection « Passages » du Centre Allemand
véritable publication. Renouvelant sa lecture traditionnelle, d’histoire de l’art, 560 p., 188 ill., 48 €), avec une contribution
Grégory Vouhé retrace l’histoire d’une des commandes de Grégory Vouhé sur le château. Ignorée des historiens
les plus prestigieuses du cardinal-duc pour son château précédents, une rare estampe de la médiathèque de
poitevin, jusqu’au sauvetage de cette statue monumentale Poitiers y est reproduite pour la première fois (fig. 25).

5
Carnet des musées

Acq u i s i ti on
Dépôt monétaire celtique de Chevanceaux

La Ville de Poitiers avait fait, en 1994, l’acquisition d’un Direction des Musées de France, l’Inspection générale de
trésor monétaire gaulois mis au jour fortuitement en 1955 à l’Architecture et du Patrimoine (Archéologie), la Direction
Chevanceaux en Charente-Maritime. Constitué de 62 statères Régionale des Affaires Culturelles du Poitou-Charentes,
d’or allié (or, argent, cuivre) attribués aux peuples Pictons et ait souhaité l’acquérir. L’acquisition de ce document
Santons, ce dépôt alors considéré comme complet avait été historique d’exception a été rendue possible grâce au
acquis par un membre du cercle numismatique, Bertrand soutien du Fonds Régional d’Acquisition des Musées,
Andrieu, de la Société Archéologique de Bordeaux afin de la Société des Amis des Musées de Poitiers et au mécénat
d’éviter la dispersion de la découverte. Cette acquisition du Crédit Agricole.
par les musées (avec l’aide du FRAM) avait fait l’objet d’un
important programme collectif de recherche dirigé par L’intérêt d’un tel dépôt est de constituer un formidable
le Centre Ernest Babelon d’Orléans, C.N.R.S., et publié en document scientifique de référence qui permettra de
1994 (J.-N. Barrandon, G. Aubin, J. Benusiglio, J. Hiernard, reprendre de nouvelles études et analyses (celles-ci ayant
D. Nony, S. Scheers, L’or gaulois, Le trésor de Chevanceaux et considérablement évolué en 15 ans, la spectrométrie de
la façade atlantique, Cahiers Ernest Babelon, C.N.R.S., Paris, masse à plasma induit remplaçant peu à peu l’activation
1994). protonique). Nul doute que ces recherches aideront à
mieux comprendre, au-delà de l’aspect artistique et
Il est apparu à la mort de l’inventeur que la déclaration iconographique, les procédés de fabrication, le rythme de
avait été partielle et que le dépôt rassemblait en réalité la production monétaire, l’origine des métaux utilisés, les
114 monnaies supplémentaires et deux lingots qu’il avait techniques de la mise en œuvre du métal monnayé à l’époque
conservés. L’ensemble reconstitué comprend donc deux celtique. Ce précieux monnayage émis vers le IIe ou le Ier
lingots d’or et 176 statères d’or allié attribués aux Pictons siècle avant notre ère a toute sa place parmi les collections
et aux Santons. numismatiques des Musées de Poitiers. L’ensemble réuni,
d’un intérêt capital pour l’histoire du Poitou et des Pictons,
L’opportunité de réunir et sauvegarder de tels ensembles fera l’objet d’une présentation au public avant l’été 2010.
dans les collections publiques de France est suffisamment
rare pour que la Ville de Poitiers, encouragée par la D.S.-H.

6
Carnet des musées

Mo u ve m e n t d es oe uv res

Les musées de la Ville de Poitiers constituent le premier ■ Camille Claudel,


ensemble muséal de la Région Poitou-Charentes pour leur Niobide blessée (1907)
richesse patrimoniale. Les collections d’art – peinture, sculpture en bronze
sculpture, dessin, art décoratif – celles d’archéologie ou
d’histoire régionale sont régulièrement sollicitées pour des Exposition « Les Ombres, de Rodin », musée des Beaux-Arts
prêts à de nombreuses expositions en France et à l’étranger. de Quimper (29) du 5 mars au 7 juin 2010

■ Carlo Sarabezolles, ■ Jean Broc,


L’Ame de la France (1922) La mort de Hyacinthe (1801)
sculpture en pierre huile sur toile

Fin du dépôt de l’œuvre appartenant au MNAM/CCI Centre Exposition « Utopia matters », musée Guggenheim de Berlin
Pompidou, transférée au musée des Beaux-arts de Reims (51) (Allemagne) du 18 janvier au 11 avril 2010
■ Charles Housez,
■ Pierre Ducos de la Haille, Marie Stuart et Châtelard (1858)
Nymphes et faune jouant de la flûte dans un huile sur toile
paysage (1925),  Le bain des éléphants (1931?),
Exposition «  Marie Stuart, un destin romantique  », musée
Amazones (1928), Nymphe, biche, amour et
des Beaux-Arts de La Rochelle (17) du 16 octobre 2009 au
colombes (1925) 15 janvier 2010
huiles sur toile
Exposition « Pierre Ducos de la Haille », musée des Beaux- ■ Henri Doucet,
Arts de Cognac (16) de la mi-février à la mi-mai 2010 Le repas (1912), Les vendangeuses (1912)
huiles sur toile
■ Jean Puy,
Exposition « Conversation anglaise, le groupe de Bloomsbury »,
Saint-Tropez (1ere moitié du XXe s.) La Piscine, musée d’art et d’industrie André Diligent à Roubaix
huile sur toile (59) du 20 novembre 2009 au 27 février 2010
Exposition « Jean Puy et Saint-Tropez », musée de
l’Annonciade, Saint-Tropez (83) du 12 décembre 2009 ■ Ensemble d’objets archéologiques néolithiques
au 15 mars 2010 du site de Puyraveau (collection Patte) :
mobilier lithique, osseux, céramique (restauré)
Exposition « Le secret du dolmen », musée des Tumulus de
Bougon (79) du 11 juillet 2009 au 3 janvier 2010

Jean Puy, Saint-Tropez (1ere moitié du XXe s.), huile sur toile

7
Carnet des musées

a rch éo log i e a n ti que/recherche


Nouvel Espérandieu : Les Pictons

Dès le XIXe siècle, les historiens avaient placé au cœur de L’Académie vient de confier à Gérard Moitrieux (Université de
leurs préoccupations l’inventaire, l’étude, la publication Brest) et Jean Hiernard (Université de Poitiers) l’élaboration
des sculptures de la Gaule romaine conservées dans les du volume rassemblant les sculptures des Pictons. Les
collections publiques et privées. Ce remarquable et ambitieux musées de Poitiers, qui réunissent depuis 1947 les fonds
projet avait été confié, par l’Académie des Inscriptions et très importants de la Ville de Poitiers et celles de la Société
Belles Lettres, de 1907 à 1938, à Emile Espérandieu (1857- des Antiquaires de l’Ouest, riches de leurs collections
1939). Archéologue, historien, spécialiste d’épigraphie, il lapidaires, ont un rôle essentiel à jouer. Il s’agit en effet –
étudia dans notre région de 1885 à 1887, avant de s’investir et ce projet est tout à fait conforme aux sollicitations de
dans l’archéologie nationale, l’Epigraphie romaine du Poitou la Direction des Musées de France – d’entreprendre le
et de la Saintonge. Le volume XIII du  Recueil général des récolement exhaustif de tout élément d’époque romaine,
sculptures sur pierre de la Gaule fut consacré aux œuvres de sculpté et figuré, découvert depuis l’origine des Musées,
l’Aquitaine. Paul-Marie Duval en publia en 1981 les précieuses d’en assurer une couverture photographique détaillée,
Tables des notices et des noms géographiques de la Gaule de collecter tout document d’archives (manuscrites,
romaine et de la Germanie romaine (Paris, P.U.F., 1981). iconographiques, bibliographiques…) permettant d’en
préciser le contexte archéologique et d’en réaliser l’étude
Restituer au public - amateur éclairé ou historien – un inventaire scientifique. Toutes ces sculptures seront progressivement
exhaustif de la sculpture gallo-romaine figurée découverte en intégrées à la base Alienor du Conseil des Musées du Poitou-
Gaule est l’objectif premier de cette vaste entreprise dirigée Charentes, mais également à la banque de données NEsp
désormais par Henri Lavagne, correspondant de l’Institut. (Nouvel Espérandieu) destinées l’une et l’autre à tous les
Ainsi l’écrit Jean Leclant, secrétaire perpétuel de l’Académie acteurs de l’histoire, qu’ils soient conservateurs de musées,
des Inscriptions et Belles Lettres  : «  Comme la Carte enseignants, chercheurs, archéologues ou simplement
archéologique de la Gaule, le Nouvel Espérandieu reprend la amateurs d’histoire (NEsp / terrer@mmsh.inuiv-aix.fr).
longue tradition de publication de notre patrimoine national
qui est l’une des missions fondamentales de l’Académie des D.S.-H.
Inscriptions et Belles-Lettres. En s’attachant à l’étude des
monuments lapidaires de la Gaule, cette collection qui renaît
donne un nouveau témoignage du rôle de l’Académie au
service de la communauté scientifique ».

8
Carnet des musées

p ro g ra mme sc i e n ti f ique
Conférence archéologique

■ Lundi 11 janvier à 18h30 – auditorium du musée Une récente étude physico-chimique, portant sur 185
Sainte-Croix échantillons prélevés tant sur les objets déposés dans les
Entrée libre tombes qu’à l’intérieur des cercueils de plomb, permet
Les « Dames de Naintré » : entre chimie et d’évoquer le contenu de certains récipients et met en
lumière différents processus de dégradation des restes
archéologie
organiques. Cette analyse révèle surtout la présence de
matériaux invisibles à l’œil nu  : résines exotiques, plâtre,
chaux, argile et colorants lèvent un coin du voile qui entoure
l’embaumement et le traitement des dépouilles de nos deux
aristocrates pictonnes. Mise au jour en 1998, cette découverte
a été acquise par les musées de Poitiers, avec l’aide du Fond
régional d’acquisition des Musées, en 2005. Elle fait l’objet d’un
programme de recherche international dont l’aboutissement
Par Thibaut Devièse, chimiste, British Museum, et Bernard permettra sa restitution au public, au musée Sainte-Croix.
Farago-Szekeres, Chargé d’études INRAP
Hermétiquement scellées depuis près de 1700 ans, les deux
tombes des « Dames de Naintré » constituent un témoignage
unique sur les funérailles de deux personnages de haut rang
inhumés dans la pierre et le plomb. Grâce à d’exceptionnelles
conditions de conservation, quantité d’objets rares, parce
qu’ordinairement périssables, sont parvenus jusqu’à nous  :
sandales en corde, vannerie, restes végétaux, brassée de fleurs « Caveau de la jeune fille,
spectre infrarouge
et surtout une profusion de textiles précieux, parmi lesquels du bois d’encens et
une extraordinaire tapisserie d’or, soie et pourpre. molécule d’indigotine »

9
Les rendez-vous des musées

V i si t es comme n té es des coll ections

■ Dimanche 7 février à 15h :


le décor sculpté roman, par Mélanie Sachon,
guide-conférencière
■ Dimanche 14 février à 15h :
Camille Claudel et Auguste Rodin, par Sophie Bozier,
guide-conférencière (traduction en langue des signes)
■ Dimanche 21 février, à 15h :
visite–lecture dans l’exposition « Dessins d’Histoire ;
histoires de dessins » sur le thème « feuilles sacrées ;
textes apocryphes et légende dorée » par Daniel Clauzier,
guide-conférencier, et Wendy Boucher, comédienne
■ Dimanche 28 février, à 15h :
histoires de monstres par Thomas Bauduin,
guide-conférencier
Auguste Rodin, Adolescent désespéré ou Narcisse (1885-1890), détail ■ Mardi 2 mars à 18h :
histoires de Saint-Hilaire, par Mélanie Sachon
■ Dimanche 3 janvier, à 15h : guide-conférencière (traduction en langue des signes)
1 heure, 1 œuvre : « le siège de Poitiers en 1569 » ■ Dimanche 7 mars à 15h :
de François Nautré (1619), par Monique Béraud, une (pré)histoire de pots, par Claudine Gautier,
guide-conférencière animatrice
■ Mardi 5 janvier, à 18h : ■ Dimanche 14 mars, à 15h :
présentation de « Dessins d’Histoire ; histoires de dessins » quand les peintres poitevins exposaient au Salon,
par Anne Péan, commissaire de l’exposition par Sophie Bozier, guide-conférencière
■ Dimanche 10 janvier, à 15h : ■ Dimanche 28 mars, à 15h :
mémoire de grotte préhistorique : la grotte de la Marche, quand les Pictons passent à table, par Gaëlle Buffet,
par Claudine Gautier, animatrice animatrice
■ Dimanche 17 janvier, à 15h :
la statuaire royale du XVIIe siècle, par Thomas Bauduin,
guide-conférencier
■ Dimanche 24 janvier, à 15h :
visite–lecture dans l’exposition « Dessins d’Histoire ;
histoires de dessins » sur le thème « héros de papier ;
la mythologie gréco-romaine » par Daniel Clauzier,
guide-conférencier, et Wendy Boucher, comédienne
■ Dimanche 31 janvier, à 15h :
le verre gallo-romain, par Gaëlle Buffet, animatrice
■ Mardi 2 février, à 18h :
présentation de « Dessins d’Histoire ; histoires de dessins »
par Daniel Clauzier, guide-conférencier
André Brouillet, Violation du tombeau de l’évêque d’Urgel (1881)

10
L e Pass T é l é ra m a
■ Samedi 20 et dimanche 21 mars 2010
Films docume ntai res
Le magazine Télérama réserve à ses lecteurs le temps d’un auditorium du musée Sainte-Croix
week-end, un rendez-vous privilégié dans les musées, les Entrée libre
centres d’art et les FRAC. Les musées de Poitiers s’associent
■ mercredis 13 janvier et 3 mars à 18h
à cette opération en présentant les collections du musée
«  Paris 1824 » par Jacques Deschamps (Palette production,
Sainte-Croix par les conservateurs du patrimoine et guides-
Arte France, musée du Louvre, 2003, 56’, couleur)
conférenciers.
Images d’hier et d’aujourd’hui, peintures, esquisses, extraits
■ Samedi 20 mars : de fiction (Welles, Murnau...) se mélangent savamment pour
14h-15h : le verre dans l’Antiquité gallo-romaine, par composer une mosaïque dont émergent les portraits d’une
Thomas Bauduin, guide-conférencier ville, d’une époque et d’un peintre : Delacroix. Le film revisite
15h-16h : présentation de « Dessins d’Histoire ; histoires de le XIXe siècle (Waterloo, Hernani, Daguerre, Louis XVIII,
dessins » par Anne Péan, commissaire de l’exposition Charles VII, la Commune, la Révolution industrielle...) et nous
16h-17h : concert de L’ensemble Episodes : guide à travers les dédales, contradictions et évidences
« En fin d’hyver… » Jean-Baptiste LULLY, Henry PURCELL, d’une époque, tout en nous laissant libres d’interpréter les
Antonio VIVALDI , Christoph GRAUPNER, Jean-Philippe éléments sociaux et historiques présentés.
RAMEAU, Joseph Bodin de BOISMORTIER
(Odile Aurengo, clavecin ; Anne-Violaine Caillaux, violon ; ■ Mardis 26 janvier, 23 février, 9 mars à 12h30
Pierre Fardet, flûte traversière ; Andrei Jourdane, Entrée libre
violoncelle ; Elsa Papatanasios, soprano) • « Le Radeau de la Méduse, la beauté du désastre »
■ Dimanche 21 mars : par Alain Joubert (Palette production, Arte France,
14h-15h : découverte de la Préhistoire, par Catherine Buret, musée du Louvre, 2002, 30’, couleur)
conservatrice En peignant son tableau géant « Le Radeau de la Méduse »,
15h-16h : présentation de « Dessins d’Histoire ; histoires achevé en 1819, Théodore Géricault élève le fait divers
de dessins » par Daniel Clauzier, guide-conférencier au rang de peinture d’Histoire moderne. Dénonciation
16h-17h : concert de L’ensemble Episodes  de la lâcheté, aveu de la bestialité humaine, cette œuvre
« En fin d’hyver… » ambiguë se fait l’écho d’un des plus grands scandales de la
Restauration et crée alors une nouvelle esthétique.
Tarif  • « Dessin, la ligne d’où tout surgit »
• tarif d’entrée du musée par Alain Joubert (Palette production, Arte France, F5,
• g ratuité aux lecteurs de Télérama sur présentation du CNRS/Image-média, 2003, 26’, couleur)
Pass (valable pour quatre personnes) à découper dans Le dessin, «  base de tous les arts  » selon les préceptes
le magazine du mercredi précédent. antiques, a eu dès ses origines le double destin d’être
un élément constitutif de la peinture ou une fin en soi.
Dans les deux cas, les artistes ont tiré parti d’un choix
L es Mus i ca l es d u m a rdi d’outils et de supports qui a favorisé une expression
variée, répondant aux différents types de dessins et
musée Sainte-Croix à des conceptions de la ligne souvent radicalement
Entrée libre opposées.
Concerts interprétés par les élèves du Conservatoire à
Rayonnement Régional de Poitiers parmi les collections du
musée
■ Mardi 23 mars à 12h30

11
Croq'musée

Vaca n c es d e N oë l 2009 et de fév rier 201 0

■ Les p’tits ateliers, pour les 4-6 ans, de 9h30 à 11h. Pour les 9-12 ans :
Les enfants doivent être accompagnés d’un adulte.
12 février
11 et 18 février Bas les masques : découverte des loisirs antiques tels que le
Un p’tit coin de jardin  : découverte de jardins dans les théâtre, les combats, les jeux... et réalisation d’un masque du
tableaux. Confection en volume d’un p’tit coin de nature, théâtre antique en argile.
avec des végétaux.
19 février No u veau  !
09 et 16 février N o u veau ! Quel manque de pot : présentation des collections de cérami-
La mer qu’on voit danser  : découverte d’œuvres évoquant ques préhistoriques. Réalisation d’un vase sur pied en argile
l’univers de la mer. Réalisation d’une vue de la mer en collage crue.
et pochoirs.
■ En avant la zizique,
■ Ateliers-jeux, de 14h à 16h30. pour les 3-6 ans, de 10h à 11h30.
Les enfants doivent être accompagnés d’un adulte. Découverte
Pour les 6-8 ans :
de tableaux et manipulation d’instruments de musique (aucun
09 février niveau requis).
Princes et princesses : découverte de nobles personnages Mercredis 20 janvier / 24 février / 17 mars.
dans les tableaux. Création de costume par un collage de
divers matériaux. ■ Les mystères du samedi,
11 et 16 février pour les 8-10 ans, de 15h30 à 16h30
Le carnaval des animaux : observation d’animaux parmi les Des jeux de piste ou d’enquêtes policières sont proposés parmi
peintures du musée. Réalisation d’un masque d’animal en les collections du musée Sainte-Croix, suivis d’un goûter.
volume. Samedis 30 janvier / 27 février / 27 mars

18 février ■ Les anniversaires au musée, pour les enfants


Ces serpents qui sifflent sur vos têtes  : découverte des de 5 à 10 ans (groupe d’âge homogène),
personnages d’Athéna et de Méduse. Réalisation en découpage, les dimanches, à 14h00 ou à 15h30.
collage, assemblage, d’une tête monstrueuse de Méduse. Prévoir Un adulte responsable accompagne le groupe.
pour chaque enfant une boîte type boîte à chaussures.

12
Les services du musée

L a Bo uti qu e D es M u s ées N ouveau !


Soldes au stand librairie du musée Sainte-Croix jusqu’au L a Cart e D’a Bonne Me nt
14 février 2010 : Tarif normal : 10 e
jusqu’à 50 % de réduction sur les catalogues d’exposition, Tarif réduit : 3 e
les ouvrages sur les collections permanentes, les cartes Elle est valable un an à compter de sa date de délivrance.
postales et objets dérivés. Elle permet l’accès gratuit au musée Sainte-Croix et Rupert-
de-Chièvres, l’abonnement aux programmes culturels
C en t re De DoCu Me n tation des musées, l’invitation aux vernissages d’expositions, la
gratuité pour 3 visites commentées au choix, le tarif réduit
(r ése r v é a u x c h e rc h e u rs et étu d ian ts) pour les autres visites commentées.
Le centre de Documentation du musée Sainte-Croix se situe
au 1er étage de l‘ancien Evêché, près de la cathédrale Saint-
Pierre, sur l’esplanade Mendès-France. C’est à la fois une
bibliothèque de recherche spécialisée en histoire de l’art, en
archéologie et en Préhistoire et un centre de documentation
concernant les œuvres conservées au musée. Les ouvrages
sont consultables sur place, avec un accès au réseau de la
médiathèque François-Mitterrand et de l’école des Beaux-
Arts.
La bibliothèque est ouverte sur rendez-vous au
05 49 41 34 92.

L’au D i tor i u M Du Mu s ée
Musées de la
ville de Poitiers
Equipé d’un matériel audiovisuel, l’auditorium du musée & de la Société des
Antiquaires de l ,Ouest

Sainte-Croix a une capacité d’accueil de 200 personnes. Il Titulaire : ..............................


................
........................................
est le lieu de nombreux colloques, journées d’études, stages Adresse :..............................
.........................

..........
de formations, conférences, réunions... tout au long de ........................................
.......

.........................
l’année. Il est doté d’une boucle magnétique pour les mal- ............................... @ ..........
....................

entendants. Validité jusqu’au ..........


...........................

c a r t e d ’ a b o n n e
L’auditorium est ouvert à la location pour toute entreprise, m e n t
www.musees-poitiers.org
association... sur demande au 05 49 41 07 53.

13
Les Amis des musées

L e m ot d u p r é s i d e n t de Nasser D. Khalili compte aujourd’hui


quelque 20  000 objets qui témoignent
Avant tout, nous tenons, en votre nom à tous, à féliciter Mme Péan de la production artistique dans les pays
de sa nomination à la tête des musées de Poitiers. La S. A. M. P., musulmans du VIIe au XXe siècle. Il s’agit de
comme elle l’a fait dans le passé, déploiera tous ses efforts pour la collection particulière la plus complète
accompagner les musées dans leur politique de rénovation et de du monde dans ce domaine.
développement. Nous avons eu l’occasion pendant cette année • Visite des ateliers de la Manufacture
d’accueillir d’autres sociétés d’amis de musées ; elles nous ont nationale des Gobelins.
toutes vanté à la fois les qualités de l’accueil et l’intérêt des
œuvres des collections muséales de Poitiers.
Avec les conférences et les visites programmées pour l’année Conf é re nces
2009-2010, avec les deux séries de cours de l’École du Louvre ■ Mardi 19 janvier à 18h à l’auditorium du musée
sur le fauvisme et sur Piero della Francesca, la S. A. M.P continue Sainte-Croix
à jouer pleinement son rôle. Elle poursuit, dans la mesure de Conférence sur « Le Land Art et l’Art Monumentalisme » par
ses moyens, l’aide aux achats et aux investissements des Laurent Molle, professeur d’arts plastiques, artiste-peintre.
musées, ce qui est l’un du ses premiers objectifs. Toutes ces
actions ne peuvent se faire que grâce au soutien que vous ■ Fin mars
lui apportez et dont nous souhaitons le renforcement par Conférence sur «  le cubisme, naissance, gloire et déclin  »
l’adhésion de nouveaux membres. N’hésitez donc pas à faire (en préparation)
connaître la S. A. M.P autour de vous et à encourager vos amis Tarif des conférences : 3 € plein tarif / gratuit adhérents
à nous rejoindre. SAMP / Gratuité pour les étudiants et demandeurs d’emploi
Alain Tranoy
Ass e mblée Généra le
Voyag es ■ Lundi 25 janvier à 17h30 à l’auditorium du musée
■ Mercredi 13 janvier : sortie à Paris (TGV) Sainte-Croix
• Visite de l’exposition «  Les enfants modèles de Renoir à
Arditi » au musée de l’Orangerie. L es Cours du Louvre (co mp let)
Nombreux sont les enfants qui ont posé pour les parents,
peintres, sculpteurs... Le principe de l’exposition est de Les lundis, du 22 février au 15 mars à 18h «  Piero della
présenter le portrait de l’enfant, avec en regard son impression Francesca, peintre de la lumière » par Stefania Tullio Cataldo,
personnelle de ce moment de « temps arrêté », sous la forme chargée de recherche, Département des Arts graphiques,
d’un texte écrit par lui-même ou d’une interview. musée du Louvre.
• Visite au Musée des Arts Décoratifs, visite des collections
« L’Art nouveau, l’Art Déco, la naissance de la Modernité de Cotisation annuelle :
1900 à 1940 » : la Belle Epoque, de Lautrec à Guimard ; bijoux, 28 € individuels / 45 € couples / 5€ étudiants
de Lalique à Cartier ; l’Art déco, de Rateau à Chareau. Renseignements :
■ Jeudi 25 février : sortie à Paris SAMP, 3 bis, rue Jean-Jaurès - 86000 Poitiers
(TGV) Tél. : 05 49 41 34 93 (répondeur / enregistreur).
• Découverte de l’exposition « Les Arts de Permanence le jeudi matin (sauf pendant les vacances
l’Islam, la collection Khalili  » à L’Institut scolaires)
du Monde Arabe. Réunie à partir des Pour toute information complémentaire :
années 1970, la collection d’art islamique www.musees-poitiers.org, rubrique Les Amis des musées

14
L'œuvre en question

F igu r e d e f e mme ass is e

sur l’existence fréquente et parfois associée de silhouettes


attribuables à des nouveaux-nés et de représentations ou
de symboles sexuels.

Quelques détails exceptionnels apparaissent : une ceinture


suggérée par deux traits horizontaux au niveau de la taille
et peut-être un anneau de cheville ou un lien à la cheville
gauche. Les accessoires de vêtements ou de parure sont
évoqués sur plusieurs personnages du corpus de la Marche.
Parce qu’ils ne sont généralement pas conservés lorsqu’ils
sont en matière organique (cuir, tissu, fibres), ils constituent
ici des témoignages iconographiques précieux. De la
même façon, si l’on regarde la plaquette en sens inverse,
on distingue un autre corps et une tête où apparaissent de
petits points alignés : cheveux ou résille.

L’examen de cette plaquette nous donne une idée de la


multiplicité des lectures possibles pour un seul support.
Tracés successifs ou associations ? Portraits ou icônes ?

Grotte de la Marche, Lussac-les-Châteaux (Vienne) C.B.


Magdalénien Moyen (environ 12 000 av. J.-C.)
Inv. Pé 18
Relevés Léon Pales, 1976

L’originalité des pierres gravées (blocs et plaques en calcaire)


trouvées à la grotte de la Marche réside dans la fréquence
des représentations d’humains, corps entiers ou têtes le plus
souvent de profil, quelquefois de face.

Cette petite plaquette est une des plus «  lisibles  »  ; les


traits les plus marqués correspondent à une silhouette,
ce qui n’est pas le cas pour beaucoup d’entre elles où les
enchevêtrements de lignes rendent la lecture difficile. Elle
représente un personnage féminin assis dont la tête manque,
la partie supérieure ayant été fracturée. La silhouette
féminine à l’abdomen (légèrement en obus) et aux seins
très volumineux, aux cuisses excessivement développées
par rapport au reste de la jambe, aux bras levés, fait partie
d’un type connu à la Marche. On peut identifier une femme
enceinte ou fortement obèse. La première hypothèse s’appuie

15
Renseignements pratiques

Horaires des musées de Poitiers Journées de gratuité : le mardi et le 1er dimanche de chaque mois

■ Horaires du 1er octobre au 31 mai Nouveau ! Le dimanche, c’est 2 € ! (gratuité le 1er


mercredi au vendredi : 10h-12h / 13h15-17h dimanche du mois)
samedi et dimanche : 14h-18h Nouveau ! La carte d’abonnement :
Journée continue : le mardi au musée Sainte-Croix de 10h-17h Tarif normal : 10 €
Tarif réduit : 3 €
■ Horaires du 1er juin au 30 septembre De nouvelles offres pour les abonnés (cf. page 13)
mardi au vendredi : 10h-12h / 13h15-18h
samedi et dimanche : 10h-12h / 14h-18h Tari fs des vi si t es comm e nt é es
Nocturnes : au musée Sainte-Croix le mardi jusqu’à 20h
(en sus du tarif d’entrée sauf mardi et 1er dimanche du mois)
Fermeture le lundi et les jours fériés, sauf le 11/11, le jeudi
Tarif normal : 3 €, individuels
de l’Ascension, le 14/07 et le 15/08
Tarif réduit : 2 €, abonnés, Sam, SAO, guide-conférenciers,
abonnés aux musées de Poitiers, Membres de la SAO, SAMP,
L’ H y p og é e d es Du n es guide conférenciers, adhérents à la Maison des Artistes...
Cet oratoire mérovingien aménagé aux confins d’une Tarif spécial : 1 €, personnes handicapées, bénéficiaires du
nécropole romaine par l’abbé Mellebaude reste l’un des RMI, RSA, ou de tout autre dispositif du même type et les
monuments les plus éloquents du Haut Moyen Âge par demandeurs d’emploi inscrits au Pôle emploi et non indem-
les inscriptions et les sculptures, uniques en Europe, qu’il nisés, bénéficiaires de la carte Bourse spectacle, personne
renferme. Fermé au public par mesure conservatoire, il va faire, non imposable
à partir de 2009, l’objet d’une campagne de restauration. Gratuité : Jeunes de moins de 18 ans
Le site reste accessible aux équipes de recherche nationales
et internationales. Tari fs des ani mat i ons é ducat i ves
Ateliers-jeux , P’tits ateliers, En avant la zizique , les
Mu sée Ru p e rt- d e- C hièv res mystères du samedi : 3 € pour les enfants de Poitiers /
Fermé pour travaux de rénovation jusqu’à fin 2010 5 € pour les enfants hors Poitiers
Anniversaires : 5 € pour les enfants de Poitiers /
7 € pour les enfants hors Poitiers
Ta r i fs d’ e n t r é e aux m usées
Tarif normal : 4 €, individuels
Tarif réduit : 3 €, groupes d’adultes (à partir de 5 personnes) Actualités des musées de Poitiers
Gratuité : Jeunes jusqu’à 17 ans révolus, étudiants, apprentis, Directeur de la publication : Alain Claeys, Député-Maire
personnes handicapées, demandeurs d’emploi non indemni- de Poitiers
sés, bénéficiaires du Revenu Minimum d’Insertion, du Rédaction : Catherine Buret, Anne Péan, Maryse Redien,
Revenu de Solidarité Active ou de tout autre dispositif du Dominique Simon-Hiernard (équipe scientifique), Stéphanie
Coussay et Cécile Le Bourdonnec (service culturel et éducatif)
même type, guide-conférenciers, enseignants, adhérents à
Crédits photographiques : Christian Vignaud, musées de
la Maison des artistes, groupes scolaires, centres de loisirs, Poitiers, sauf mention contraire
bénéficiaires de la carte Bourse spectacle, membres SAO et Réalisation : IRO – La Rochelle / dépôt légal : ISSN 1295- 3563
SAMP, personnel scientifique des musées (ICON, AGCCPH, Tirage : 10 000 exemplaires
ministère Culture).

Musée Sainte-Croix • 3 bis rue Jean-Jaurès 86000 Poitiers


www.musees-poitiers.org • musees@mairie-poitiers.fr

Centres d'intérêt liés