Vous êtes sur la page 1sur 17

15 safar 1436 - lundi 8 décembre 2014 - N°15303 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - issN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - issN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

Algérie - NAtioNs UNies

Algérie - NAtioNs UNies M. Sellal reçoit le SG de la Commission des Nations unies pour

M. Sellal reçoit le SG de la Commission des Nations unies pour le commerce extérieur

P. 32

VISITE D’ÉTAT DU PRÉSIDENT GREC KAROLOS PAPOULIAS EN ALGÉRIE

ENTRETiEN EN TêTE-à-TêTE BoUTEfLikA-PAPoULiAS

l M. Karolos Papoulias : volonté affichée pour une coopération « exceptionnelle » l Les
l M. Karolos
Papoulias : volonté
affichée pour une
coopération
« exceptionnelle »
l Les entretiens
Bouteflika-Papoulias
élargis aux membres
des deux délégations
l M. Sellal s’entretient
avec le Président grec
l Le Président grec
se recueille à la
mémoire des martyrs
de la guerre de
Libération
l Le Président
Karolos Papoulias
au musée du
Moudjahid : « Le
combat du peuple
algérien a changé le
cours de l’histoire »
l Rencontre
d’affaires algéro-
grecque à la CACI :
identification et
évaluation des
opportunités
d’investissement

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s’est entretenu en tête-à-tête, hier à Alger, avec son homologue grec, Karolos Papoulias, en visite d’État en Algérie. Le Président Papoulias a entamé samedi une visite d’État de trois jours en Algérie, à l’invitation du Président Abdelaziz Bouteflika.

PP. 3-4

jouRnée d’étude AutouR du « RôLe LégISLAtIF du ConSeIL de LA nAtIon dAnS LA ConStItutIon ALgéRIenne et SyStèMeS CoMPARéS »

Appel à l’élargissement des prérogatives du Conseil de la nation en matière de législation

P. 7

du Conseil de la nation en matière de législation P. 7 lA MiNistre de l’eNviroNNeMeNt :

lA MiNistre de l’eNviroNNeMeNt :

« Les pays africains refusent de payer la taxe carbone imposée par l’UE »

P. 8

de payer la taxe carbone imposée par l’UE » P. 8 M. BeNyoUNès : « La CNUCED

M. BeNyoUNès :

« La CNUCED accompagnera l’Algérie dans la mise à niveau de sa législation du commerce »

P. 8

RABAh MAdjeR et ALI BenChIKh, InvItéS du FoRuM SPoRt d’EL MOUDJAHID : CAN-2015 : CoNféreNCe
RABAh MAdjeR et ALI BenChIKh, InvItéS
du FoRuM SPoRt d’EL MOUDJAHID :
CAN-2015 :
CoNféreNCe de presse
de ChristiAN goUrCUff
séleCtioNNeUr NAtioNAl :
« Nous
devons
bien nous
préparer »
l Rabah Madjer :
« Ce sera du 50-50 »
« Le tirage au sort
ne changera rien
à nos objectifs » PP. 16-17
PP. 16-17
Ph : Billal
Ph : Billal

9 e éditioN dU soMMet Nord-AfriCAiN dU pétrole et dU gAz

Ph : Nacéra
Ph : Nacéra

En dépit de la baisse des prix du pétrole Sonatrach maintient son plan d’investissement

P. 5

8 e réUNioN des poiNts foCAUx de lUtte ANtiterroriste

5 8 e réUNioN des poiNts foCAUx de lUtte ANtiterroriste Le CAERT a réalisé des résultats

Le CAERT a réalisé des résultats tangibles

P. 6

2

2 EL MOUDJAHID MÉTÉO NuAgEux Au Nord, le temps sera froid et nuageux, avec localement averses

EL MOUDJAHID

MÉTÉO NuAgEux Au Nord, le temps sera froid et nuageux, avec localement averses de pluies
MÉTÉO
NuAgEux
Au Nord, le temps sera froid et nuageux,
avec localement averses de pluies et de grêle
vers les régions Est, excepté les régions
Ouest et Centre, où l’on notera un temps
partiellement nuageux en cours de journée.
Les vents seront modérés à parfois assez
forts, notamment près des côtes est.
La mer sera agitée.
Sur les régions Sud, le temps sera passa-
gèrement nuageux sur le Nord Oasis.
Ailleurs, temps ensoleillé.
Les vents seront faibles.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
CE MATIN À 9H30 À L’HÔTEL EL-DJAZAÏR Journée technique sur l’aménagement des oueds Le ministre
CE MATIN À 9H30
À L’HÔTEL EL-DJAZAÏR
Journée technique
sur l’aménagement
des oueds
Le
ministre des Ressources en
eau organise, ce matin à 9h30 à l’hô-
tel El
Djazair, en partenariat avec la
société coréenne Daewoo, une journée technique et d’in-
formation sur l’aménagement des oueds.
*****************************************
LE 14 DÉCEMBRE
À 14H30
L’IEDF : sortie de
promotion
sence
La cérémonie de sortie de la 31 e
promotion de l’Institut d’économie
douanière et fiscale se tiendra le 14
décembre à partir de 14h30 en pré-
du ministre des Finances.
*****************************************
M. Kadi à Mostaganem
Le
ministre des Travaux publics,
Abdelkader Kadi effectuera mer-
credi
une visite de travail et d’ins-
pection au cours de laquelle il
s’enquerra de l’état d’avancement
de plusieurs projets relevant de son
département.
DEMAIN À 10H Hommage à Ahmed Medeghri Le Forum de la Mémoire d’El Moudja- hid,
DEMAIN À 10H
Hommage
à Ahmed Medeghri
Le Forum de la Mémoire d’El Moudja-
hid, initié en coordination avec l’associa-
tion Machaâl Echahid, organise demain à
10 heures, une conférence historique au-
tour de la création de l’administration al-
gérienne, en hommage au défunt Ahmed
Medeghri, à l’occasion du 40 e anniversaire
de sa mort.

CE MATIN À 10H À L’ENSSP

Les droits de l’homme et l’autodétermination au Sahara

Les droits de l’homme et l’autodétermination au Sahara L’Ecole nationale supé- rieure de sciences politiques

L’Ecole nationale supé- rieure de sciences politiques organise ce matin à 10h une journée d’étude sur «Les droits de l’homme et le principe d’autodétermina- tion au Sahara occidental»

CET APRÈS-MIDI À 14H À LA SAFEX 1 er Salon de la ville d’Alger Le
CET APRÈS-MIDI À 14H À LA SAFEX
1 er Salon de la ville d’Alger
Le wali d’Alger procèdera cet après-midi à 14h, au pavillon central
de la Safex le 1 er Salon de la ville d’Alger.
Alger (16°-11°), Annaba (16°-10°), Bé-
char (15°-4°), Biskra (19°- 8°), Constan-
tine (10°-5°), Djelfa (10°-2°), Ghardaïa
CE MATIN À 11H AU CENTRE
CULTUREL AÏSSA-MESSAOUDI
Mahi, invité du forum de la Radio
(17°-
6°), Oran (17°-7°), Sétif (9°-2°), Ta-
manrasset (27°-8°), Tlemcen (17°-6°).
CE MATIN À 9H À LA NOUVELLE FACULTÉ
DE DROIT À SAID-HAMDINE
CE MATIN À 9H
À L’UNIVERSITÉ D’ALGER III
BEN AKNOUN
« Le concept du droit des peuples
à l’autodétermination »
L’uàUniversité Alger 1 organise ce matin à la nouvelle Faculté
de droit Said-Hamdine à partir de 9h, un séminaire scientifique na-
tional sur «Le concept du droit des peuples à l’autodétermination».
Le ministre des Relations avec le
Parlement, Khalil Mahi, sera l’in-
vité du forum de la Radio, ce matin
de 11h à 13h au Centre culturel
Aissa-Messaoudi, 21, Bd des Mar-
tyrs, organisé par la Chaîne I.
Les politiques de réduction de la
pauvreté dans les pays arabes
DEMAIN À 14H À LA FONDATION CASBAH
CE MATIN À 10H30 AU SIÈGE
DE LA CACI
La faculté des sciences économiques de
l’Université d’Alger 3, en collaboration avec
le laboratoire de la mondialisation et des po-
litiques économiques, organise un colloque
international sous le thème «Evaluation des
politiques de réduction de la pauvreté dans
les pays arabes sous le contexte de la mon-
dialisation» ce matin à 9h à Faculté des
sciences de l’information et de la communi-
cation de Ben Aknoun.
Conférence de presse
À l’occasion de l’anniversaire du classement de la Casbah de l’Al-
ger au patrimoine mondial par l’UNESCO, le président de la Fon-
dation Casbah, M. Belkacem Babaci donnera une conférence de
presse, demain, à partir de 14h au siège de la Fondation, 84, rue
Hahad Abderezak (ex-rampe Valée).
Conférence sur le 1 er Salon international
des équipements pour le commerce
La chambre algérienne de commerce et d’industrie or-
ganise ce matin à 10h30 une conférence de presse à
l’occasion de la 1re édition du salon international des
équipements pour le commerce « Tijara équipe expo »
qui se tiendra du 22 au 25 avril au palais des expositions.
MERCREDI 10 DÉCEMBRE À 14H À L’ES-STS
MERCREDI 10 DÉCEMBRE À 10H
À L’ESPACE DES ACTIVITÉS
CULTURELLES BACHIR-MENTOURI
L’apport du sport dans la reconstruction
identitaire nationale algérienne
AUJOURD’HUI ET DEMAIN
À 9H AU CSC ANNABA
Remise des prix du concours de
la meilleure nouvelle
Le Laboratoire des sciences sociales appliquées au sport (LSSAS)
organise mercredi 10 décembre à 14h à l’amphithéâtre de l’ES-STS,
une conférence scientifique sur «L’apport du sport dans la recons-
truction identitaire nationale algérienne pendant la période colo-
niale».
2 e session annuelle ordinaire du comité
sectoriel permanent de la recherche
scientifique
La cérémonie de remise des prix du
concours de la meilleure nouvelle aura lieu
mercredi 10 décembre, à partir de 10h, à l’es-
pace des activités culturelles Bachir-Men-
touri. L’établissement Arts et Culture de la
wilaya d’Alger rendra, à cette occasion, un
vibrant hommage à deux journalistes algé-
riens qui ont marqué la scène médiatique.
SAMEDI 13 DÉCEMBRE À 14H À SKIKDA
ANR : conférence régionale des cadres de l’Est
Les travaux de la conférence régionale des cadres du parti de
l’ANR des wilayas de l’Est se tiendront samedi 13 décembre à par-
tir de 14h à la maison des Jeunes de l’APC de Medjaz Idchich sous
la présidence du SG du parti, Belkacem Sahli.
La Direction Générale de la Recherche Scientifique et
du Développement Technologique organise au Centre de
Soudage et de Contrôle (CSC) Université d’Annaba, la
2è session annuelle ordinaire du comité sectoriel perma-
nent de la recherche scientifique et du développement
technologique qui traitera des problématiques et des prio-
rités de la recherche pour le futur plan quinquennal 2015-
2019.
AGENDA CULTUREL
JUSQU’AU 31 DÉCEMBRE
Exposition des calligraphes
Taleb Mahmoud et Kour Noureddine
DEMAIN À 14H30 À LA LIBRAIRIE CHIHAB
Rencontre-débat avec Ahmed Bejaoui
Dans le cadre de ses activités culturelles et à l’occasion du soixan-
tième anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération, le
Musée public national de l’enluminure, de la miniature et de la calli-
graphie, organise, jusqu’au 31 décembre, une exposition des artistes
calligraphes Taleb Mahmoud et Kour Noureddine.
*******************************************************************
Les éditions Chihab organisent une rencontre débat avec Ahmed Be-
jaoui autour de son ouvrage Cinéma et guerre de libération, Algérie,
des batailles d’images, demain à 14h30, à la librairie Chihab.
*******************************************************************
CET APRÈS-MIDI À 14H À LA BIBLIOTHÈQUE
MULTIMÉDIA DIDOUCHE-MOURAD
CET APRÈS-MIDI À 15H
À L’INSTITUT FRANÇAIS D’ALGER
Projection-débat du film de Nadia Zaoui
Journée commémorative de Kamel Messaoudi
A l’occasion de la commémoration du 16 e anniversaire du décès
du maître du néo-chaâbi, Kamel Messaoudi, l’établissement Arts
et Culture de la wilaya d’Alger organise un monologue qui s’inti-
tule Vive l’artiste, présenté par l’artiste Oueznadji Abdenour.
A l’occasion de la célébration de la journée internationale des
Droits de l’homme, l’ambassade du Canada en Algérie organise une
projection-débat autour du film le Voyage de Nadia, co-réalisé par
Carmen Garcia et Nadia Zaoui, cet après-midi à 15h à l’Institut fran-
çais d’Alger.

N

EL MOUDJAHID

ation

3

VISITE D’ÉTAT DU PRÉSIDENT GREC KAROLOS PAPOULIAS EN ALGÉRIE

Entretien en tête-à-tête Bouteflika-Papoulias

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s’est entretenu en tête-à-tête, hier à Alger, avec son homologue grec, Karolos Papoulias, en visite d’État en Algérie. Le Président Papoulias a entamé samedi une visite d’État de trois jours en Algérie, à l’invitation du Président Abdelaziz Bouteflika.

à l’invitation du Président Abdelaziz Bouteflika. M. KAROLOS PAPOULIAS Volonté affichée pour une

M. KAROLOS PAPOULIAS

Volonté affichée pour une coopération « exceptionnelle »

primée par les chefs d'État des deux pays», a déclaré le Président Papoulias, à l'issue de ses entretiens avec le Président Bouteflika. «Nous voulons une coopération vraiment très étroite et nous souhaitons qu'elle soit dé- veloppée et renforcée encore davantage, non seulement au plan économique, mais aussi dans le domaine politique», a souligné le

chef de l'État grec. Il a relevé aussi que cette coopération «peut être très fructueuse», no- tamment dans les secteurs des hydrocarbures et du tourisme. Les deux parties, qui ont abordé égale- ment les secteurs de l'agriculture et du bâti- ment, ainsi que des projets hydroélectriques, se sont mis d'accord pour qu'«il y ait régu-

lièrement des rencontres des chefs d'entre- prises grecs et algériens», a-t-il relevé. L'Algérie et la Grèce ont convenu, en outre, d'organiser régulièrement des réunions de la commission mixte au niveau ministé- riel, «qui ne s'est pas réunie depuis plusieurs années», a-t-il dit.

L'Algérie et la Grèce ont affiché leur vo- lonté de développer et renforcer une coopé- ration bilatérale «exceptionnelle» englobant de nombreux domaines, a affirmé, hier à Alger, le Président grec, Karolos Papoulias, en visite d'Etat en Algérie. «Il s'agit d'un début de coopération tout à fait exceptionnelle, traduisant la volonté ex-

Les entretiens élargis aux membres des deux délégations

sident du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre d'État, directeur de Cabi- net de la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et du minis-

tre de l'Industrie et des Mines, Abdeslem Bouchouareb. Ces entretiens constituent une occasion pour donner une nouvelle impulsion aux re- lations d'amitié et de coopération qui existent entre l'Algérie et la Grèce.

Les entretiens en tête-à-tête, dimanche à Alger, entre le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et son homologue grec, Karolos Papoulias, ont été élargis aux membres des délégations des deux pays. L'entretien s'est déroulé en présence du pré-

Les deux Chefs d'État procéderont égale- ment à un large échange de vues sur des questions régionales et internationales d'in- térêt commun, dont notamment le dialogue euro-méditerranéen et la situation au Moyen- Orient et en Afrique.

M. Sellal s’entretient avec le Président grec

Ph : A. Yacef
Ph : A. Yacef

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s'est entretenu hier à Alger avec le Président grec, Karolos Papoulias. L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

M. Sellal offre un déjeuner en l’honneur du Président grec

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a offert, hier à la rési- dence d'État de Zéralda (Alger), un déjeuner en l'honneur du Prési- dent grec, Karolos Papoulias, en visite d'État de trois jours en Algérie, à l'invitation du Président de la République, Abdelaziz Bou- teflika.

M. Bensalah offre un dîner en l’honneur de M. Karolos Papoulias

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a of- fert hier soir à la résidence Djenane El-Mithak (Alger) un dîner en l’honneur du président grec, Karolos Papoulias, en visite d’État de trois jours en Algérie, à l’invitation du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Ont assisté au dîner des membres du gouvernement et des repré- sentants du corps diplomatique accrédité à Alger.

Entretiens

algéro-grecs

Des membres du gouvernement ont eu hier à Alger des entretiens avec leurs homologues grecs dans le cadre de la visite d’Etat de trois jours qu’effectue le Président de la Grèce, Ka- rolos Papoulias, en Algérie à l’invitation du Pré- sident de la République, Abdelaziz Bouteflika. Ainsi, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslem Bouchouareb, s’est entretenu avec le secrétaire d’Etat grec au Développement et à la Compétitivité, Panaglotis Mitarachis. Pour sa part, la ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Dalila Boudjemâa a eu des entretiens avec le ministre grec de l’Environnement, de l’Energie et du Changement climatique, Ioannis Maniatis. Le ministre de l’Energie, Youcef Yousfi, a eu également des entretiens avec M. Maniatis.

Le Président grec se recueille à la mémoire des martyrs de la guerre de Libération

Le président grec, Karolos Papoulias, s'est recueilli hier au sanctuaire du Martyr à Alger, à la mémoire des mar- tyrs de la guerre de Libération nationale. Après avoir passé en revue un détachement de la Garde républicaine qui lui a rendu les honneurs, le Prési- dent grec a déposé une gerbe de fleurs devant la stèle com- mémorative et a observé une minute de silence à la mémoire des martyrs de la guerre de Li- bération. Le Président Papoulias a été accompagné par le ministre de l'Industrie et des Mines, Ab-

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

dessalem Bouchouareb. Les entretiens prévus entre MM. Bouteflika et Papoulias,

ainsi que les travaux qui re- grouperont les délégations des deux pays, seront l'occasion

pour "une impulsion nouvelle aux relations d'amitié et de coopéra- tion qui existent entre l'Algérie et la Grèce". Les deux chefs d'Etat auront également l'occasion de procéder à un "large échange de vues sur des questions régionales et internatio- nales d'intérêt commun, dont le dialogue euro- méditerranéen, ainsi que la situation au Moyen-Orient et en Afrique".

Lundi 8 Décembre 2014

N

4

ation

EL MOUDJAHID

VISITE D’ÉTAT DU PRÉSIDENT GREC KAROLOS PAPOULIAS EN ALGÉRIE

le président greC au musée du moudjahid :

« Le combat du peuple algérien a changé le cours de l’histoire »

«Ce sont ces hommes, héros et combattants, que nous sommes venus honorer aujourd’hui au nom du peuple grec», a souligné l’hôte de l’Algérie.

e n visite d’état de trois jours en algérie, le président grec s’est rendu, hier, au musée du

moudjahid à alger, accompagné du ministre algérien de l’industrie et des mines, abdessalem bouchouareb. dans une déclaration faite à l’issue de cette visite guidée qui l’a mené à travers différentes galeries retraçant les étapes traversées par la révolu- tion algérienne, visite qu’il a beau- coup appréciée d’ailleurs, karolos papoulias a salué le combat du peu- ple algérien le qualifiant d’«inégal de par l’arsenal déployé par l’armée française et le peu de moyens dont disposait la révolution. un combat qui a, toutefois, réussi à changer le cours de l'histoire». Cette lutte, en- chaîne-t-il, «a été entamée et décidée par un peuple qui voulait regagner sa liberté, sa dignité et sa souveraineté». dans sa brève déclaration, m. pa- poulias relève le mérite des révolu- tionnaires, en affirmant que «ce sont ces hommes, héros et combattants que nous sommes venus honorer, au- jourd’hui, au nom du peuple grec en

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

déposant une gerbe de fleurs et en vi- sitant le musée du moudjahid qui conserve à jamais vivante, la mé-

moire de ces actes historiques et hé- roïques». s’agissant des relations bi- latérales, le président grec rappelle

que son pays était parmi les premiers états «à avoir établi des relations avec l'algérie indépendante». pour l’avenir, «la grèce continuera à éprouver les mêmes sentiments d'amitié envers le peuple algérien», a-t-il tenu à préciser, ajoutant :

«nous avons d'ailleurs toujours fait preuve de notre soutien concret en- vers l'algérie, même pendant la pé- riode difficile des années 1990 en gardant ouverte, en permanence, notre ambassade à alger.» À l’inté- rieur du musée, l’histoire retraçant le parcours de la révolution algérienne est des plus éloquentes : portraits en couleurs ou en noir et blanc, de toutes les personnalités ayant jalonné notre histoire. Ceux des présidents de l’algérie indépendante, des mem- bres du groupe des 22, de l’émir ab- delkader, d’ahmed Zabana, premier guillotiné par l’armée française. d’autres images plus poignantes, montrant les tortures subies par le peuple algérien pendant la révolu- tion ainsi que les tenues de combat et des spécimens d’armes utilisés par

les combattants. au milieu d’une salle, trône un grand portrait, où fi- gurent les négociateurs des accords d’evian à savoir : mm. krim belka- cem, saâd dahleb, boulahrouf, mo- hamed seddik benyahia, mustapha benaouda, rédha malek et lakhdar bentobbal. la lutte multiforme de la femme algérienne pendant la révolution a, également, été mise en relief. du côté gauche de la rentrée principale du musée s’affiche le portrait de dja- mila bouhired arborant un sourire tranquille qui se dessine sur ses lè- vres. plus qu’une femme, une his- toire. par ailleurs, il convient de préci- ser que l’hôte de l’algérie est resté impressionné et admiratif devant les explications et précisions qui lui ont été fournies sur la glorieuse guerre de libération. sur le carnet de do- léances, le président grec a écrit :

«le peuple algérien a mené une lutte fière pour l’indépendance et la li-

berté.» Fouad Irnatene

renContre d’affaires algéro-greCQue À la CaCi

Identification et évaluation des opportunités d’investissement

la délégation grecque qui séjourne en al- gérie, à l’occasion de la visite du président de la république hellénique, m. papoulias karolos, est composée des représentants d’entreprises opérant dans divers -secteurs économiques : agriculture, industrie agro-ali- mentaire, notamment les boissons, produits chimiques, énergie et hydrocarbures, électro- nique, informatique, métallurgie et construc- tion métallique, et bâtiment, ainsi que les travaux publics et l’hydraulique. la rencon- tre organisée hier au siège de la CaCi à alger, a permis aux chefs d’entreprises hel- léniques de se faire connaître auprès de leurs homologues algériens et de s’informer des domaines et des possibilités de partenariats avec des opérateurs économiques algériens. Cette rencontre a été mise à profit pour opé- rer des contrats au profit des entreprises des deux pays. tayeb abdelkader ezzraïmi, co- président du conseil d’affaires algéro-grec, a indiqué que cette rencontre est une opportu- nité pour les opérateurs économiques algé- riens de tirer profit de l’expérience et du savoir-faire des sociétés grecques dans dif- férentes industries. il a ensuite exprimé son souhait de voir les entreprises des deux pays investir et établir un partenariat durable et bénéfique aux deux pays, en boostant leurs économies. selon lui, les opérateurs écono- miques grecs devraient profiter des opportu- nités d’affaires qu’offre actuellement

Ph : Louiza
Ph : Louiza

l’algérie, en tenant compte de son dyna- misme économique et de sa stabilité poli- tique. il a également exhorté les communautés d’affaires à participer activement à élever le niveau de coopération algéro-grecque, compte tenu du fait qu’elles sont en deçà des possibilités et des capacités à la disposition des deux pays, après quoi, il fait savoir que le volume des échanges commerciaux est passé de 295 millions de dollars en 2009 à 899 de dollars en 2013 et à 568 millions de dollars durant les neuf premiers mois de

2014.

en référence à la structure des échanges, les exportations algériennes vers la grèce ont totalisé 364 millions de dollars, en 2013, et étaient dominées par le groupe énergie et lubrifiants, soit 94% des exportations glo- bales. en parallèle, les importations algériennes provenant de grèce ont été évaluées à 535 millions de dollars en 2013, soit un solde ex- cédentaire au profit de la grèce de l’ordre de 175 millions de dollars. il y a lieu de rappe- ler, a-t-il indiqué, qu’un forum économique algéro-grec a été organisé, le 5 novembre dernier, à alger, à l’occasion de la visite du

vice-ministre grec des affaires étrangères, chargé des affaires européennes et des re- lations économiques internationales, m. di- mitris kourkoulas, qui accompagnait une trentaine d’entreprises grecques venues ex- plorer le marché algérien en vue d’éventuels partenariats. un accord pour la création du conseil d’affaire algéro-grec a été évoqué, à cette occasion, à l’effet de donner une nou- velle impulsion aux relations économiques entre les deux pays, et encourager les inves- tissements de part et d’autre. de son côté, le président de l’agence grecque du commerce extérieur et de l’investissement, m. aristo- menis syngros, a indiqué que la coopération entre les deux pays ne date pas d’aujourd’hui et que les deux pays ont en commun leur ap- partenance à la région méditerranéenne. il a ensuite encouragé les représentants des so- ciétés à développer durablement les relations d’affaires, les investissements et les partena- riats d’entreprises entre les deux pays, alors qu’au nord comme au sud de la méditerra- née, les pays confrontés à des crises écono- miques et politiques majeures ont plus que jamais besoin des investissements directs étrangers (ide). par ailleurs, des représen- tants d’entreprises grecques ont présenté une série d’éléments pouvant servir de critères d’évaluation pour la promotion des investis- sements.

Farid B.

le président du Conseil d’affaires algéro-greC, tayeb abdelkader Zeghimi :

« Les entreprises algériennes veulent un partenariat en faveur d’un investissement productif »

les opérateurs algériens veulent développer un partenariat «gagnant-gagnant» avec la grèce en adoptant une stratégie à même de renforcer les capacités productives de l’économie natio- nale et d’accroître les exportations hors hydro- carbures, a affirmé le président du Conseil d’affaires algéro-grec, tayeb abdelkader Ze- ghimi. les échanges commerciaux entre les deux pays ne reflètent pas la volonté de ces der- niers de consolider leur coopération écono- mique, a fait remarquer m. Zeghimi lors d’une rencontre d’affaires algéro-grecque organisée par la Chambre algérienne du commerce et de l’industrie (CaCi) avec la participation de plu- sieurs entreprises grecques et algériennes. pour m. Zeghimi, l’algérie voudrait tirer profit de l’expérience grecque dans les domaines de l’in- vestissement et de l’industrie en créant des so-

ciétés mixtes selon la règle 51/49% ce qui fa- vorisera l’amélioration de la compétitivité des entreprises nationales et la création d’emplois. l’appartenance des deux pays à l’espace médi- terranéen ne fera que renforcer leur partenariat dans plusieurs secteurs, a fait remarquer le même responsable soulignant que l’algérie constitue désormais la destination de nombreux hommes d’affaires étrangers eu égard à la situa- tion économique «stable». pour sa part, le pré- sident de l’agence grecque pour le commerce extérieur et l’investissement, aristo menis sin- gros, a fait savoir que les firmes grecques pu- bliques ou privées veulent accompagner leurs homologues algériennes dans la réalisation du programme quinquennal 2015-2019. les entreprises qui ont réussi à sortir pro- gressivement de la crise financière sont de re-

tour sur le marché international à travers l’éta- blissement de partenariats qui renforcent leur compétitivité et celle de leurs partenaires. «nous allons mettre l’expérience grecque à la disposition des entreprises algériennes avant l’ouverture du marché algérien à la concurrence en 2020 en leur permettant l’accès aux marchés étrangers avec de nouvelles idées et de nou- veaux produits qui seront le fruit du partenariat entre les deux parties», a-t-il soutenu. le prési- dent papoulias, en visite de trois jours en algé- rie, est accompagné d’une délégation d’hommes d’affaires représentant une vingtaine d’entreprises grecques. Ces entreprises repré- sentent, notamment l’industrie pharmaceutique, la chimie, l’énergie, les hydrocarbures, les in- frastructures, les ports, la défense, l’électro- nique, l’informatique, l’agroalimentaire,

l’agriculture, la sidérurgie et le bâtiment et les travaux publics (btph). selon les chiffres de la CaCi, les échanges commerciaux entre l’al- gérie et la grèce ont été estimés à 568 millions de dollars durant les 9 premiers mois 2014 contre 899 millions de dollars en 2013 et 295 millions de dollars en 2009. les exportations algériennes vers la grèce ont atteint les 364 mil- lions de dollars en 2013 dont 94% des hydro- carbures, suivies des produits alimentaires (sucre) (4%). les importations algériennes de la grèce (produits manufacturés, équipement industriel, lubrifiants et produits alimentaires), elles ont, quant à elles, atteint les 535 millions de dollars durant la même année. la balance commerciale a enregistré un ex- cédent en faveur de la grèce de 175 millions de dollars en 2013.

lundi 8 décembre 2014

N

EL MOUDJAHID

ation

5

9 e édition du Sommet nord-africain du pétrole et du gaz

En dépit de la baisse des prix du pétrole Sonatrach maintient son plan d’investissement

«Les recettes des exportations des hydrocarbures de l’Algérie devraient s’établir à près de 60 milliards de dollars sur l’exercice 2014», a annoncé le PDG de Sonatrach, Saïd Sahnoun.

L e pdg de Sonatrach par in- térim, m. Saïd Sahnoun, a appelé, hier, les compagnies

pétrolières internationales à «saisir les opportunités offertes par le très ambitieux programme de dévelop- pement du secteur énergétique en algérie sur la période 2015-2019». intervenant lors du sommet nord-africain de pétrole et de gaz qui se tient du 7 au 9 décembre à alger, m. Sahnoun a invité, à cet égard, les opérateurs pétroliers à prendre part à ce programme de développement, et ce, notamment dans les domaines de la pétrochi- mie, des hydrocarbures non conventionnels et de l’exploration en offshore. il a assuré, à ce pro- pos, que Sonatrach maintiendrait son plan de développement quin- quennal 2015-2019. un plan qui prévoit des investissements d’un montant de 90 milliards de dollars, malgré la baisse des cours de pé- trole. aussi, dans une conjoncture dé- licate caractérisée par la baisse des prix du pétrole de près d’un tiers sur le marché mondial, la compa- gnie Sonatrach maintient donc le cap de ses investissements et s’ap- prête à lancer un programme quin- quennal qui s’étale jusqu’à 2019. «nous avons tracé un plan d’inves- tissement de 90 milliards de dollars sur cinq ans, dont 22 milliards se- ront destinés au développement du gaz desquels sera déduit 6% pour l’option off-shore». ce plan dont la décision de son maintien a été déjà approuvée, vise à consolider les ca- pacités de production à travers le renforcement des efforts d’explo- ration et la réalisation de nouvelles découvertes. «ce plan prévoit prin- cipalement le développement des gisements du pétrole et du gaz, le renforcement des capacités de transport des hydrocarbures, de l’activité pétrochimique et du raf- finage ainsi que la valorisation des ressources humaines nécessaires», indiquera m. Sahnoun lors de son discours à l’ouverture des travaux, annonçant dans ce contexte que «les recettes des exportations des hydrocarbures de l’algérie de- vraient s’établir à près de 60 mil-

Ph : Nacéra
Ph : Nacéra

liards de dollars sur l’exercice

2014».

a ce propos, m. Sahnoun a in- diqué que «Sonatrach a réalisé 112 découvertes de 2012 à 2013 dont 28 au cours des dix mois de l’an- née en cours d’une capacité de pro- duction de 330 millions de tonnes équivalent pétrole (tep)».

Les compagnies étrangères appelées à saisir les opportunités de partenariat le premier responsable de la société nationale des hydrocar- bures s’est montré donc très confiant et optimiste quant au de- venir du marché pétrolier estimant qu’avec «un baril pour 70 dollars, les recettes de Sonatrach seront de l’ordre de 60 milliards de dollars d’ici à la fin 2014». S’agissant de ressources non conventionnelles, le pdg par intérim a indiqué que «les investissements consacrés à cet effet sont au stade pilote, ne néces- sitant pas d’importants finance- ments». il a toutefois annoncé que So- natrach va procéder, en termes d’expérimentation, au forage de 10 puits d’exploration de gaz de schiste en partenariat avec des en- treprises étrangères pour un mon- tant global de 400 millions de dollars et avec des perspectives de production dès 2017, mais toujours dans le cadre d’une opération d’ex- périmentation. «le contrat de ces projets sera signé au cours du pre-

mier semestre de l’année pro- chaine, alors que l’exploitation commerciale du gaz de schiste est prévue pour l’année 2022 avec une production avoisinant les 20 mil- liards de mètres cubes», précise m. Sahnoun. Sonatrach prévoit également le renforcement de ses capacités de production de gaz de schiste grâce à l’intensification des investissements dans ce domaine pour atteindre les 30 milliards de m3 à l’horizon 2025-2027, a en- core avancé le même responsable dans son exposé intitulé «les pers- pectives de développement de la Sonatrach à moyen terme». pour sa part, le directeur de pla- nification de la compagnie natio- nale pétrolière, m. lamine ouis a indiqué que l’algérie compte in- vestir également et massivement dans l’aval pétrolier. en effet, selon lui, six com- plexes pétrochimiques seront réa- lisés par Sonatrach à l’horizon 2020, dans le cadre de la relance de l’industrie de transformation. il s’agit de complexes de craquage mixte d’éthane, de gpl, de naphta, de méthanol et de ses dérivés ainsi que celui de la production d’anhy- drides. ces complexes sont actuelle- ment «en cours de lancement en partenariat avec des entreprises étrangères selon la règle 51/49 du capital», a indiqué m. ouis, préci- sant que «ces projets font partie de la première phase du plan de la So-

natrach pour la relance de l’indus- trie nationale de la pétrochimie, sa- chant que l’algérie a importé des produits pétrochimiques pour un montant de 17,7 milliards de dol- lars entre 2008 et 2013». Quant à la deuxième phase du programme, celle-ci «est en cours de matura- tion», a ajouté m. ouis qui a indi- qué qu’«à travers la multiplication de ces projets, l’algérie vise non seulement la satisfaction des be- soins du marché local et la maxi- misation de la valeur ajoutée, mais aussi à devenir un acteur du mar- ché régional de la pétrochimie». m. ouis a aussi fait savoir que «la grande partie de la production du secteur pétrochimique du pays se- rait destinée, à l’avenir, à l’expor- tation».

Assurer la sécurité énergétique à travers la mobilisation de toutes les ressources potentielles Selon m. Sahnoun, des efforts soutenus ont été consacrés ces der- nières années pour évaluer le po- tentiel en hydrocarbures non conventionnels, à travers particu- lièrement la coopération avec des compagnies internationales spécia- lisées dans ce domaine. il a souligné, en outre, que les efforts de l’algérie pour dévelop- per son potentiel des hydrocar- bures non conventionnels visent la sécurisation de l’approvisionne- ment du marché national et la sa- tisfaction de ses engagements en

tant que fournisseur fiable du mar- ché européen. le président d’alnaft, Sid ali Betata, a estimé pour sa part, qu’il était primordial de mobiliser toutes les ressources potentielles en hy- drocarbures conventionnels et non conventionnels dont recèlent l’al- gérie afin d’assurer la sécurité énergétique du pays à long terme. «l’algérie doit maintenir un rythme de développement adéquat à travers l’intensification des effort des explorations et une gestion ra- tionnelle des ressources en hydro- carbures dans le but de garantir la sécurité énergétique du pays à long terme. ce développement ne saurait être envisagé sans la mobilisation de l’ensemble des ressources éner- gétiques potentiel et que cette condition ne laisse à l’algérie aucun autre choix que celui de prendre toutes les mesures néces- saires et possibles pour mobiliser à travers un mixe énergétique toutes les possibilités et ressources que lui offre son vaste territoire», a-t-il ex- pliqué. dans ce cadre, m. Betata a fait savoir qu’«un important pro- gramme pour l’intensification des efforts d’exploration est inscrit dans le cadre de la politique éner- gétique nationale en matière d’hy- drocarbures». cet effort d’exploration concerne, selon le président d’alnaft, aussi bien «les hydrocarbures conventionnels et ceux non conventionnels». «cet important programme de travaux constitue un axe important pour favoriser davantage le parte- nariat gagnant-gagnant dans le sens des objectifs communs», a-t- il précisé, rappelant à ce titre que « la signature en octobre passé de quatre contrats constitue déjà une opportunité pour les compagnies pétrolières de nous rejoindre au sein d’un partenariat que nous avons toujours encouragé et per- mettre à l’algérie de confirmer et développer les liens avec ses par- tenaires traditionnels et en ouvrant la porte à de nouvelles compagnie qui voudraient les rejoindre». Salima Ettouahria

La baisse actuelle des cours du brut ne durera pas longtemps

contrairement à ce qui était attendu, la question de la baisse des cours du pétrole n’a pas été largement évoquée lors de la tenue hier, à alger de la 9 e édition du Sommet nord-africain du pétrole et du gaz bien qu’elle alimente les débats au niveau inter- national. en effet les experts interrogés, ont totalement contredit les différentes spécula- tions sur une éventuelle retombée négative des prix de l’or noir, spécifiant même que «finalement les conséquences de cette réduc- tion ne seront pas aussi dramatiques comme cela a été avancé». dans une déclaration à El Moudjahid, l’expert chergui djemai, estime que «les prix actuels du pétrole vont se sta- biliser autour de cette baisse, et resteront tels quels durant 4 à 6 mois, mais pas au-delà». aujourd‘hui a-t-il dit «bien malin est celui qui peut donner une idée précise de ce que sera l’avenir de l’énergie pétrolière d’ici trois mois ou 6 mois». aussi, comme le précisera l’expert, «dans une situation pareille, dans le meilleur des cas on navigue à vue au moins durant deux ou trois mois».

concernant la décision qui a été prise par les pays membres de l’organisation des pays producteurs de pétrole (opep) dernièrement sur le maintien inchangé du plafond de la production malgré une surabondance de l'of- fre et un effondrement des prix, l’expert a in- diqué que «cette décision a été commentée différemment», tout en expliquant qu’«il y a ceux qui sont pour le maintien du fait qu’ils ont des intérêts à développer et faire valoir et il y a ceux qui sont contre et qui ont éga- lement leurs intérêts à défendre». m. cher- gui djemai cite à titre d’exemple une proposition faite par un expert algérien qui avait tablé sur le fait qu’«il faut procéder à la réduction de la production du pétrole à 2 millions barils/jour pour que les prix remon- tent», mais cette proposition n’a pas été re- tenue par les membres de l’opep. a une question relative à l’opportunité de l’organisation de ce sommet nord-africain il a indiqué que « justement, l’événement d’au- jourd’hui est positif et intervient au moment où notre industrie pétrolière en a besoin». il dira dans ce sens que, «durant ce sommet les

responsables algériens auront le pouvoir de tranquilliser un peu leurs partenaires en leur montrant toutes les capacités et possibilités de partenariat gagnant-gagnant qu’offre notre pays». «cet événement est arrivé à point nommé pour redonner la confiance à nos partenaires étrangers et aux investis- seurs» a-t-il ensuite ajouté. pour m. ali Hached, éminent expert en hydrocarbures et conseiller auprès du minis- tre de l'energie, celui-ci a souligné pour sa part, la nécessité d’«ouvrir le livre de l’his- toire et repartir jusqu’à 1976 lors de la pre- mière réunion à doha pour analyser la situation actuelle». Selon lui, «durant cette réunion les membres de l’opep avaient dé- cidé de ne pas augmenter les prix, alors que l’arabie saoudite a pris à contrepied cette demande et pris la décision d’augmenter la production pour inonder le marché. le problème est que ce pays s’est re- trouvé perdant par la suite, parce que ses gi- sements ne pouvaient pas répondre à la demande. cette situation a poussé ce pays de revoir sa décision lors de la réunion de 1977,

tout simplement, parce qu’il y allait désor- mais de son propre intérêt». aujourd’hui a- t-il dit, «il y a une abondance de pétrole sur le marché ce qui a engendré une baisse des prix, mais jusqu’où ira iront certains pays producteurs sans mettre en péril leur écono- mie ». l’expert a souligné que, «ce qui est important pour l’instant, c’est de mettre en place une stratégie pour que les prix ne continuent pas d’aller vers la baisser, sinon il sera certainement difficile pour les faire augmenter». refusant de se montrer alarmiste, m. ali Hached expliquera : «cette baisse des prix est presque normale, ce n’est pas une chose extraordinaire. nous avons déjà vécu une si- tuation similaire, mais ce qui est important est de prendre des précautions pour ne pas la revivre d’une manière beaucoup plus pénible que les précédentes», a-t-il souligné. enfin l’expert signalera que cette situation ne risque pas de perdurer, parce que «le coût marginal des productions nouvelles est assez élevé».

Makhlouf Ait Ziane

lundi 8 décembre 2014

N

6

ation

EL MOUDJAHID

8 e RÉUNION DES POINTS FOCAUX DE LUTTE ANTITERRORISTE

Le CAERT a réalisé des résultats tangibles

Le Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme a organisé, hier en son siège, la 8 e réunion des points focaux de lutte antiterroriste.

C ette réunion de deux jours, qui coïncide avec la célébration du 10 e anniversaire du centre

est l’occasion de passer en revue le plan d’activité du CAERT de 2014 et d’analyser la situation actuelle du ter- rorisme sur le continent. Cette réu- nion vise également à coordonner l’action sur la lutte antiterroriste et s’accorder sur les démarches appro- priées pour faire progresser les objec- tifs de la lutte contre le terrorisme en Afrique. La 8 e réunion aura été sur- tout l’occasion de faire l’évaluation du centre depuis sa création en 2004. Dans son allocution d’ouverture, le directeur du CAERT, M. Madeira, a ainsi rappelé que le continent est tou- jours confronté à cette menace perni-

cieuse qu’est le terrorisme. Pis, dit-il, cette menace, en dépit des efforts dé- ployés pour la combattre, est expan- sionnelle, car l’environnement qui règne aujourd’hui en Afrique corres- pond à ce que les terroristes recher- chent pour mener leurs «objectifs djihadistes». Il indique que le conti- nent a adopté toute une série d’action en vue d’y faire face, le CAERT en fait parti. Sa création répondait à une préoccupation croissante des diri- geants africains. Aujourd’hui, cette réunion nous offre l’opportunité d’évaluer les actions du centre et son impact sécuritaire en Afrique. Le CAERT est un outil pour lutter et gal- vaniser le plan africain de lutte contre

le terrorisme. Le rôle joué par l’Algé-

rie, qui a accueilli ce centre et qui a

joué par l’Algé- rie, qui a accueilli ce centre et qui a mis à sa disposition

mis à sa disposition tous les moyens humains et matériels afin qu’il ac- complisse au mieux sa mission a été salué par son directeur. Il constitue aujourd’hui une banque de données mise à la disposition des États afri- cains qui luttent contre ce fléau. Mais pas seulement, puisque il a initié des programmes de formation et assiste les États africains dans leurs efforts d’éradication du terrorisme. C’est pourquoi, dit le directeur du centre dans son allocution d’ouver- ture, «nous avons réalisé des résultats tangibles à travers nos points fo- caux». Toutefois, M. Madeira ne manque pas de relever que ce travail

s’est fait «avec certaines difficultés». Il cite entre autres le manque d’effec-

tifs et de ressources qui sont, sou- ligne-t-il, «presque inexistantes». Ces difficultés minimisent l’action sur le terrain au moment où la menace ra- pide du terrorisme prévaut toujours. «La situation sécuritaire demeure in- stable en dépit des améliorations», fait-il remarquer. La persistance des crises et conflits armés est selon lui une aubaine pour les activités crimi- nelles et terroristes. Plus encore, cette situation encourage l’embrigadement de nouvelles recrues parmi les jeunes de ces pays. Pour le directeur du CAERT, cette situation exige une ap- proche collective. Il a appelé au sou- tien de tous les États africains et partenaires étrangers pour trouver les moyens politiques et économiques

qui permettront d’éviter aux jeunes de se faire embrigader par les groupes terroristes. Il faut de la prévention, une adaptation de la législation en vue de criminaliser tous les actes ter- roristes, traduire les leaders devant les tribunaux. Il faut aussi doter les points focaux de tous les moyens technologiques modernes et de com- munication. Ces moyens permettront de ren- forcer les capacités du centre. Le CAERT qui veut poursuivre sa mis- sion au profit des États africains re- commande, par la voix de son directeur, l’engagement et l’appui de ces États. Ce n’est qu’à ce prix qu’il pourra réaliser ses objectifs et confor- ter son mandat. Intervenant dans son sillage, l’ambassadeur de Mauritanie à Alger représentant du président de l’Union africaine rappelle que «le ter- rorisme n’épargne aucune région et est, notamment présent dans celle sa- hélo-sahélienne». L’absence de déve- loppement dans cette région est un facteur favorable à la présence de groupes terroristes et de réseaux de trafic. Cette présence est, dit-il, une préoccupation pour nos pays. Le risque de menace est démultiplié par les crises et conflits qui existent, no- tamment au Mali et en Libye. Cette situation encourage les terroristes qui veulent faire de cette région leur sanctuaire. Malgré les revers impor- tants subis, l’insécurité persiste et la menace terroriste connaît une exten- sion vers d’autres pays car ces

groupes, fait-il remarquer, ont une grande adaptation de nuisance. Les djihadistes veulent s’implanter dura- blement au Nord Mali qui échappe à l’autorité publique. La porosité des frontières est un atout pour eux. Il salue les efforts déployés par la mé- diation conduite par l’Algérie en vue de trouver une solution politique et parvenir à un accord de paix durable et définitif. La crise libyenne contri- bue également à cette situation d’in- sécurité dans la région puisque l’arsenal militaire de l’ancien régime se trouve aux mains des groupes ter- roristes. Il relève également les liai- sons entre les différents groupes et l’allégeance faite à Daech qui aurait dans ses troupes quelque 4.000 com- battants africains. Ce chiffre avancé par le commissaire pour la paix et la sécurité de l’union africaine constitue selon Smail Chergui une menace pour le continent à leur retour dans leurs pays respectifs. Il faut, dit-il, une réponse durable au terrorisme. «Nous devons renfor- cer la justice et les lois». Cependant, dit-il, il ne faut pas s’attaquer aux symptômes du terrorisme, mais à ses véritables causes. Ainsi, dit-il, «si des progrès ont été réalisés, force est de relever que la plate-forme africaine n’a pas encore atteint ses objectifs». Il y a des choses à parfaire nous dit M. Chergui. Il suggère de «réfléchir à comment combler les défaillances pour la décennie à venir». Nadia Kerraz

LE DIRECTEUR AFRIQUE AU MAE ALGÉRIEN

L'Algérie continuera « immanquablement » à soutenir toutes les actions pour vaincre le terrorisme

L'Algérie continuera «immanquablement» à

soutenir toutes les actions qui pourraient contri- buer à vaincre «définitivement» le terrorisme,

a indiqué hier à Alger, le directeur Afrique au

ministère algérien des Affaires étrangères, Ah- cène Kerma. «Mon pays continuera immanquablement à soutenir toutes les actions et initiatives qui pourraient, à l'image du CAERT, contribuer à vaincre durablement et définitivement ce terri- ble fléau (terrorisme)», a déclaré M. Kerma à

l'ouverture des travaux de la 8 e réunion des points focaux organisé par le Centre africain d'études et de recherches sur le terrorisme (CAERT). Il a rappelé que l'Algérie a payé un «lourd tribut» pour «pouvoir vivre aujourd'hui en paix et en sécurité», ajoutant que «sa lutte implacable durant les années 90, souvent seule, à l'heure où personne ne mesurait le véritable danger du terrorisme, l'avait dotée d'une vision claire et d'une connaissance avérée de ce qu'est réellement ce phénomène».

«Cette expérience, (la lutte antiterroriste), l'Algérie tient à la partager avec l'ensemble de ses partenaires confrontés, plus que jamais, à une multiplication sans pareil d'actes terro- ristes», a-t-il souligné. Évoquant le rôle du CAERT, M. Kerma a in- diqué que la dizaine d'ateliers et autres re- cherches menées, ainsi que les données collectées au sujet du terrorisme durant ces an- nées, ont largement contribué à comprendre et à faire comprendre les multiples facettes «par-

fois très complexes» de ce phénomène transna- tional. «Le CAERT, grâce à son travail et la contri- bution de ses partenaires, notamment en Algé- rie et au sein de l'union africaine, s'est judicieusement acquitté de la mission qui lui était assignée, celle d'étudier le phénomène du terrorisme, évaluer sa menace en Afrique, pro- mouvoir la coopération interafricaine par l'échange, l'analyse et la diffusion de l'informa- tion sur ce phénomène», a-t-il relevé.

LE REPRÉSENTANT DE L’UNION AFRICAINE :

« Une évaluation des mécanismes de sécurité est nécessaire pour une lutte efficace contre le terrorisme »

Le représentant de l’Union africaine, Boul- lah Ould Mougueya, a appelé à une évaluation des mécanismes de sécurité mis en place par les pays de la région, en vue d’assurer une lutte an- titerroriste «efficace». «Devant l’évolution grandissante de cette menace, il est nécessaire que les dirigeants des pays de la sous-région procèdent à une analyse des différentes solu- tions qui ont été apportées pour lutter contre ce phénomène», a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’une évaluation des méca-

nismes de sécurité mis en place serait «néces- saire» pour une lutte efficace contre ce fléau. «L’expérience nous a démontré que la force militaire ne suffit pas pour combattre ce phéno- mène. La lutte passe inévitablement par une connexion entre la sécurité et le développement, ainsi que d’autres solutions politiques, notam- ment la bonne gouvernance et la défense des droits de l’hommes dans une stratégie globale et profonde», a-t-il souligné. Le même respon- sable a relevé que le terrorisme représentait la

menace «sans doute la plus sérieuse, compte tenu de sa nature sournoise, de sa capacité des- tructrice et déstabilisatrice», ajoutant que ce phénomène avait des ramifications avec le tra- fic de drogue, le blanchiment d’argent et le crime organisé, d’où, a-t-il dit, la nécessité d’une «réelle vision» et d’une coopération ré- gionale et internationale pour l’éradiquer. Évoquant le conflit malien, il a indiqué qu’il était «certainement celui qui avait plus d’inci- dence sur la région en terme de menace terro-

riste». Pour lui, «malgré les revers infligés aux groupes terroristes du Nord Mali, l’insécurité persiste et la menace terroriste connaît des ex- tensions vers d’autres pays de la région». «La région connaît une dissémination à très grande échelle d’importantes quantités d’arme- ment en provenance de la Libye. Ces arsenaux sont tombés entre les mains des terroristes et de narcotrafiquants», a-t-il averti, ajoutant que des groupes djihadistes allaient «se constituer me- naçant les pays de la région».

MDN

Arrestation de 23 contrebandiers par l’ANP dans l’extrême Sud du pays

Vingt-trois contrebandiers de différentes natio-

nalités africaines ont été arrêtés, samedi, dans l’ex- trême Sud du pays, par les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) qui ont également saisi deux pistolets et des munitions, indique hier un communiqué du ministère de la Défense nationale. «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et

la lutte contre la contrebande et le crime organisé,

des détachements de l’Armée nationale populaire relevant des secteurs opérationnels de Tamanras- set, In Guezzam, Tinzaouatine et d’In Amguel (6 e

Région militaire) et, en coordination avec les uni- tés de la Gendarmerie nationale et de la douane al- gérienne, ont appréhendé, hier 6 décembre 2014, vingt-trois contrebandiers de différentes nationa- lités africaines.» Les éléments de l’ANP ont saisi également «deux pistolets, une quantité de muni- tions, quatre véhicules, une motocyclette, une quantité de denrées alimentaires s’élevant à 1.330 kg, une somme d’argent estimée à 112.500 DA, six téléphones satellitaires et d’autres objets», pré- cise le communiqué.

TIZI OUZOU

Un terroriste abattu et un fusil Kalachnikov récupéré

«Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l'Armée nationale po-

pulaire (ANP), relevant du secteur opérationnel de Tizi-Ouzou (1 re Région militaire)

a abattu un terroriste et a récupéré un fusil automatique de type Kalachnikov suite

à une embuscade tendue aujourd'hui 7 décembre à 7h30mn du matin à Moknéa près de la ville d'Azzazga», a précisé un communiqué du ministère de la Défense natio- nale.

TRIBUNAL CRIMINEL D’ALGER

Procès d’un ex-détenu de la prison militaire américaine de Guantanamo

Ahmed Belbacha, un ex-détenu de la prison militaire améri- caine de Guantanamo (Cuba), accusé «d'appartenance à un

groupe terroriste activant à l'étranger», comparaîtra lundi devant

le tribunal criminel d'Alger.

Ahmed Belbacha avait déjà été condamné par la justice al- gérienne en 2009 (par contumace) à 20 ans de réclusion crimi- nelle, avant qu'il ne soit extradé vers l'Algérie par les autorités américaines en mars 2013. Arrêté au Pakistan au mois de janvier

2002, il avait été ensuite transféré à la prison militaire de Guan- tanamo à Cuba dans le sillage de l'intervention américaine en Af- ghanistan, après les attentats terroristes du 11 Septembre 2001 à New York. Les autorités américaines, qui l'avaient jugé et déclaré innocent en 2007, avaient accepté de l'extrader vers l'Algérie. Mais cette extradition n'a eu lieu qu'en 2013 à cause de son refus d'être extradé vers l'Algérie. Cette affaire avait fait l'objet d'un report lors de la première session criminelle de 2014, le juge

Abdenour Amrani qui présidait alors le tribunal criminel avait décidé de renvoyer cette affaire à la deuxième session de 2014. Le dossier du prévenu ne comportait ni procès verbaux, ni un rapport psychiatrique, qui puissent déterminer sa responsabilité pénale «sur les faits qui lui sont reprochés», selon le magistrat, qui avait ordonné «que l'accusé soit entendu par un juge d'ins- truction (sur les faits qui lui sont reprochés)».

Lundi 8 Décembre 2014

N

EL MOUDJAHID

ation

7

Journée d’étude autour du « rôle législatif du conseil de la nation dans la constitution algérienne et systèmes comparés »

Appel à l’élargissement des prérogatives du Conseil de la nation en matière de législation

Dans le cadre des débats sur la révision constitutionnelle, une journée d’étude sous l’intitulé «Rôle législatif du Conseil de la nation dans le cadre de la Constitution algérienne et systèmes comparés» a été organisée, hier, à la salle des conférences de l’hôtel El-Aurassi.

L es travaux qui se sont dé- roulés, présidés par le mi- nistre des relations avec le

parlement, Khelil mahi, ont per- mis, aux participants, des parle- mentaires, des spécialistes, des experts en droit constitutionnel, ainsi que de nombreux étudiants, d’approfondir la réflexion autour de la problématique et de faire le parallèle entre les expériences par- lementaires de certains pays médi- terranéens, parmi elles on cite l’exemple du pouvoir législatif et les prérogatives de la deuxième chambre du parlement du royaume de Jordanie, celle l’es- pagne avec un regard évaluatif de la jeune expérience du conseil de la nation en perspective des amen- dements attendus quant à ses pré- rogatives dans la future constitution algérienne. dans son allocution d’ouver- ture des travaux de la journée d’étude, le ministre des relations avec le parlement, Khelil mahi, a d’emblée ouvert les débats sur le thème en abordant les dispositions de l’article 98 de la constitution qui stipule que le pouvoir législatif s’exerce par un parlement com- posé de deux chambres, le conseil de la nation et l’assemblée popu- laire nationale, un pouvoir législa- tif souverain dans la préparation et le vote des lois. cette évolution de la pratique démocratique qui exprime indubitablement une vo- lonté politique de l’élargissement de l’espace de la représentation populaire dans le parlement à l’ensemble des composantes de la société au niveau du territoire na- tional, représentées par les assem- blées populaires élues et les personnalités et compétences na- tionales, a constitué la matière d’examen du sujet en débat pour enrichissement et avis supplémen- taires. c’est en outre un chapitre important pour une analyse rétros-

Ph : Louiza
Ph : Louiza

pective de l’expérience du conseil de la nation. le ministre des rela- tions avec le parlement a dans ce cadre évoqué les méthodes devant permettre au conseil de la nation d’exercer le droit de légiférer, dans des domaines précis, à l’exemple d’autres systèmes constitutionnels en ce sens où la constitution reconnaît que le rôle du conseil de la nation n’est ni in- férieur ni différent de celui de l’assemblée, ajoutant que malgré le fait que la loi organique 02-99 du 8 mars 1999 définissant l’orga- nisation des deux chambres du parlement, leur fonctionnement et leur relation avec le gouvernement a restreint le rôle du conseil de la nation à légiférer, un aspect qui constitue cependant une mission essentielle dans l’action parlemen- taire.

Nécessité d’améliorer et de consolider le rôle du Conseil de la nation le ministre s’est ensuite inter- rogé sur la nécessite de faire pro- gresser ce rôle en permettant à la chambre haute de nouveaux pou- voirs législatifs et même de faire des propositions de lois. la journée parlementaire qui a été émaillée par des communica- tions scientifiques conséquentes portant à titre d’exemple sur la conférence législative du conseil de la nation dans le processus lé- gislatif dans la constitution, ani- mée par le professeur mouloud mammeri de tizi-ouzou, cherif Kaïs, celle animée par le docteur fouzia Benbadis, membre du conseil de la nation, sur le thème des prérogatives du sénat, ont per- mis à l’auditoire de saisir la pro-

fondeur de la problématique. au plan des contributions des participants étrangers, il y a lieu de retenir l’intervention du mem- bre du conseil des notables jorda- nien, oussama ahmed melkaoui, dans laquelle le conférencier à ex- posé les grandes orientations et at- tributions du rôle législatif du conseil des notables jordanien. celle du secrétaire général du sénat espagnol, manuel cavero gomez qui a présenté l’expérience du rôle législatif du sénat espa- gnol. l’algérie qui a adopté le sys- tème bicaméral à la faveur de la révision de la constitution de 1996, en procédant à l’institution de deux chambres parlementaires, le conseil de la nation (sénat) ins- titué en 1998 et l’assemblée po- pulaire nationale (apn), institués

en 1977, s’attelle à parachever le processus des grandes réformes engagées depuis 2011 en ouvrant les débats sur les amendements de la nouvelle constitution dans le but de moderniser l’organisation et le fonctionnement des institu- tions qui fondent l’etat de droit, la séparation des pouvoirs et l’amé- lioration de la gestion des affaires du pays et des citoyens. aussi, la manifestation organi- sée hier à l’initiative du ministère des relations avec le parlement vise dans son essence à approfon- dir les dispositions de la constitu- tion en vue d’améliorer le rôle et de consolider les prérogatives du conseil de la nation afin de per- mettre au pouvoir législatif algé- rien de renforcer sa place politique et de contribuer à l’émergence d’un etat moderne et démocra- tique en élargissant les débats sur les expériences d’autres pays, en tenant compte des avis et proposi- tions des intellectuels et des jeunes cadres et étudiants. cette initiative intervient en sillage du message du président de la république, abdelaziz Boute- flika, qui a indiqué que les amen- dements constitutionnels engagés par l’algérie depuis les années 1990 jusqu'en 2008 traduisent la volonté politique d’adapter la loi suprême du pays aux mutations de la société et de se doter de l’ins- trument juridique nécessaire en af- firmant que l’algérie se prépare sérieusement pour la révision de sa constitution en se basant sur les résultats des larges consultations organisées à cet effet. le but voulu est de procéder à un changement qualitatif du pou- voir législatif lui permettant d’en- raciner la pratique démocratique pour relever les défis qui mar- quent le monde. Houria Akram

conseil de la nation

Examen des projets de loi sur les mutuelles sociales et le fonds de pension alimentaire

le conseil de la nation tiendra du 9 au 11 décembre ses travaux en séances plénières consacrées à la présentation et au débat des projets de lois sur les mutuelles sociales et la création du fonds de la pension alimentaire, a in- diqué hier un communiqué du conseil. les membres de l'as- semblée populaire nationale (apn) avaient voté fin novem- bre dernier les deux textes à l'unanimité.

selon un Juriste :

« La réconciliation nationale, une mesure irréversible »

le responsable de la cellule de suivi et de mise en œuvre de la charte de paix et de récon- ciliation nationale, le juriste merouane azzi a affirmé, hier, à alger, que ce projet dont les dis- positions sont appliquées depuis 2006, était "ir- réversible". m. azzi a déclaré que "la charte de paix et de réconciliation nationale qui prévoit deux volets essentiels, juridique et social, "n'a pas consacré l'impunité comme le pensent cer- taines parties", ajoutant que "la lutte antiterro- riste ne s'est pas arrêtée avec l'application de ses dispositions". "le principe même de ce projet est d'éviter de transmettre la haine aux générations mon- tantes", a-t-il souligné. évoquant les dispositions de cette charte, m. azzi a rappelé que "plus de 15.000 terro- ristes se sont rendus aux autorités depuis la pro- mulgation de la loi de la rahma dans les années 1990, ajoutant que près de 2.400 personnes dé- tenues dans des établissements pénitentiaires ont été libérées durant les six premiers mois de la mise en œuvre de la loi sur la réconciliation en 2006, après avoir été jugées conformément à la loi". "15 dossiers liés à la réhabilitation et

la loi". "15 dossiers liés à la réhabilitation et au blanchiment des casiers judiciaires ont été

au blanchiment des casiers judiciaires ont été présentés à la cellule par des repentis en vue de leur réinsertion sociale", 7 dossiers ont été tran- chés. il a également indiqué que certains parmi les repentis ayant déposé ces dossiers "‘‘émirs’’ dans des groupes armés". concernant les en- fants nés dans les maquis (500 enfants âgés entre 5 et 15 ans), il a affirmé que "plus de 41 dossiers sur les 120 déposés auprès de la cellule,

ont été traités". il a relevé que "ces dossiers sont complexes en raison de l'absence ou du décès de l'un des parents ou parce que le mariage n'est pas enregistré à l'état civil", soulignant à ce pro- pos la nécessité de recourir au test adn. s'agissant des familles des disparus, dont le nombre dépasse 7.000 officiellement recensées, m. azzi a souligné que 25 d'entre elles "conti- nuent de réclamer ce qu'elles appellent "la vé- rité", et ce sous l'influence de certaines organisations non gouvernementales internatio- nales qui tentent d'exploiter ce dossier pour at- taquer la charte de paix et de réconciliation nationale". m. azzi a par ailleurs abordé les droits de l'homme en algérie estimant que ce domaine n'a "pas encore atteint le niveau requis non pas à cause des lois et des cadres législatifs mais en raison des mentalités et des séquelles du terro- risme sanguinaire qu'a connu l'algérie dans les années 1990". il a affirmé que "de grands ef- forts sont déployés en matière de promotion des droits de l'homme, soulignant que l'algérie tend à se mettre au diapason de l" évolution mondiale dans ce domaine".

lundi 8 décembre 2014

N

8

ation

EL MOUDJAHID

le ministre des mOudjAhidine

Appel réitéré à la contribution « efficiente » à l’écriture de l’histoire de la Révolution

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a réitéré, hier depuis Illizi, son appel à la consécration des valeurs de la Révolution et à la contribution à l’écriture «efficiente» de l’histoire de la lutte de Libération.

"L e renouvellement du serment fait de rester fidèles aux principes de la ré- volution du 1 er novembre 1954 se

concrétise à travers l’ancrage de ses valeurs et la valorisation des fêtes nationales en érigeant des tribunes d’enseignement sur l’importance et la grandeur de cette révolution", a affirmé le ministre, lors d’une rencontre avec des membres de la famille révolutionnaire, à l’issue d’une vi- site de travail dans la wilaya. m. Zitouni a, à cette occasion, mis en valeur la contribution de la population du tassili n’Ajjer dans l’histoire

de la population du tassili n’Ajjer dans l’histoire de l’Algérie, à travers les soulèvements et résis-

de l’Algérie, à travers les soulèvements et résis- tances populaires menées avec bravoure par ses fils pour la défense de la patrie contre le colonia- lisme français, dont les résistances de Cheikh Amoud Ben mokhtar et Brahim Agh-Bekedda. mettant en exergue le rôle important de cette ré- gion dans l’approvisionnement de la révolution en armes, il a rappelé le commandement, à l’époque, du front sud par le moudjahid Abde- laziz Bouteflika. m. Zitouni a, à cette occasion, renouvelé son appel à la contribution "efficiente" à l’écriture de l’histoire de la lutte de libération,

soulignant que son département a mobilisé tous les moyens, humains et matériels, pour l’archi- vage et l’écriture de l’histoire des luttes armées et ses symboles, ainsi que l’encouragement des chercheurs et historiens à œuvrer à la préserva- tion de la mémoire nationale collective. "la sé- rénité et la volonté sont nécessaires pour concrétiser cette démarche et faire taire les voix extérieures tendant à minimiser cette révolution, dont les fils ont payé chèrement le recouvrement de la liberté et la dignité de l’Algérie", a poursuivi le ministre des moudjahidine.

le ministre des ressOurCes en eAu à tiZi OuZOu

Amélioration de l’alimentation en eau potable de plusieurs localités

Accompagné du wali, m. Abdelka- der Bouazghi, et du P/APW, m. hocine haroun, le ministre s’est rendu au chantier de réalisation du barrage hy- draulique souk ntelatha, dans la com- mune de tadmaït, où il s’est enquis de l’état d’avancement des travaux de ce barrage dont la capacité de stockage est de l’ordre de 98 millions mètres cubes et le montant de réalisation est de 15 milliards de dinars. la réalisation de ce barrage se trouvant sur l’oued Bouguedourra, 8 kilomètres au sud de la commune de draâ Ben Khedda, est confiée à l’en- treprise turque nurol/Ozaltin pour un délai de réalisation de 40 mois. Ce bar- rage où le taux de réalisation a atteint 10% renforcera l’alimentation en eau potable et industrielle des régions de tizi Ouzou et de Boumerdès, soit un nombre total de 240.000 habitants ré- partis sur 188 villages des communes d’Aït yahia moussa, maâtkas, sidi naâmane, tirmitine, m’kira, ainsi que la ville nouvelle Oued Falli. sur le même chantier, le ministre a également assisté à la présentation de la fiche technique du projet de nouveau barrage d’une capacité de stockage de 21.4 mil- lions mètres cubes sur l’oued sidi Khe-

lifa, commune d’Azeffoun, destiné au renforcement de l’alimentation en eau potable de plusieurs localités de la wi- laya, notamment Azeffoun, Aït Chaf- faâ, Zekri, Aghribs, Akerrou, yakouren, ifigha, Bouzeguene, idjeur, illoula Oumalou, Béni Zekki, imsou- hal, iferhounene, iflissen, illilten, mekla, souamaâ et Aït Khelili, soit 286 villages pour une population totale de l’ordre de 162.907 habitants. l’avis d’appel d’offres pour la réalisation de cet ouvrage hydraulique a été lancé, à cette occasion, par le ministre, et l’ou- verture des plis des soumissionnaires est prévue le 21 décembre. m necib a en outre procédé, dans la commune

21 décembre. m necib a en outre procédé, dans la commune d’iflissen, à la pose de

d’iflissen, à la pose de la première pierre des travaux de transfert des eaux

à partir de la station de dessalement d’ eau de mer de Cap-djinet, wilaya de Boumerdès, vers les communes du flanc nord de tizi Ouzou, et d’un réser- voir de 5.000 mètres cubes. Ce projet dont le montant est de 4.1 milliards de dinars consiste en la pose de 85 kilomètres de canalisation, la réa- lisation et l’équipement de quatre sta- tions de reprise avec bâche à eau de 5.000 mètres cubes, la construction de trois réservoirs de 1.000, 1.500 et 5.000 mètres cubes, et un système de téléges- tion. le délai de réalisation de ce projet confié à l’entreprise Amenhyd sPA est de 19 mois. lors de sa visite, le repré-

sentant du gouvernement a également visité le chantier d’un projet de renfor- cement de l’alimentation en eau pota- ble de la commune de Bouzeguene, localité qui souffre d’un manque criant en la matière, sis sur Oued Boubhir. d’un montant de réalisation de 40 mil- liards de centimes, ce projet consistant, notamment en la réalisation et l’équi- pement de quatre puits avec abris, de quatre stations de reprise et la construc- tion de trois réservoirs de 500 mètres cubes et un autre de 1.000 m 3 , vise l’amélioration de l’alimentation en eau potable de la commune de Bouze- guene.

Bel. Adrar

Hocine Necib : « Le gouvernement a pris en compte la dépréciation du prix du pétrole »

lors d’un pointr de presse tenu à la fin de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya de tizi Ouzou, le ministre a indiqué que le gouvernement a pris en compte la dépréciation actuelle des prix du pé- trole, et il a, par conséquent, conçu de nombreux scé- narios concernant leur incidence sur l’économie nationale. toutefois, le ministre a soutenu que le gouverne- ment a décidé, en dépit de cette dépréciation, de main- tenir le cap en matière de développement et de

poursuivre la concrétisation des projets en cours et en perspective, dont ceux des ressources en eau. m. necib a également assuré qu’aucune augmentation du prix de l’eau n’est au programme de l’agenda de son département ministériel, avant d’annoncer certaines mesures visant l’amélioration du service public au ni- veau des agences Ade qui seront soulagées de la ges- tion des grands transferts d’eau à partir des barrages dont la gestion est très lourde. le ministre a, par ail- leurs, indiqué que «les 72 barrages existants seront

renforcés à la fin du programme actuel par 12 autres barrages, pour atteindre 84, avec une capacité de stockage de plus de 8,5 milliards de m 3 », ajoutant que cette capacité de mobilisation d’eau sera renforcée par la récupération de pas moins de 1,2 milliard de m 3 par l’épuration des eaux usées. m. necib a fait état d’un programme d’un million d’hectares de périmètres ir- rigués d’ici la fin de l’actuel quinquennat de dévelop- pement national.

B. A.

m. BenyOunès :

« La CNUCED accompagnera l’Algérie dans la mise à niveau de sa législation du commerce »

"la Confé- rence des na- tions unies sur le commerce et le développe- ment (Cnu- Ced) fournira à l'Algérie une as- sistance tech- nique afin de l'accompagner à mettre à niveau sa législation

régissant le commerce", a indiqué, hier à Alger, le ministre du Commerce, Amara Benyounès. "nous avons un programme extrêmement riche avec la CnuCed. Cette organisation va nous aider à mettre en valeur la loi sur la concur- rence et sur la protection du consommateur",

a déclaré m. Benyounès à des journalistes, à

l'issue d'une audience avec le secrétaire général de la CnuCed, le Kényan mukhisa Kituyi. la CnuCed va aider, à travers ce programme, les douanes algériennes à renforcer leurs capacités

en matière de gestion et de contrôle par le biais du système douanier automatisé (sydOniA), un outil "performent" adopté par plus 90 pays dans le monde, a fait savoir le ministre. Ce sys- tème, mis au point par la CnuCed, permet de gérer tous les processus de dédouanement et de traiter de façon électronique les déclarations, les opérations de transit et le dédouanement ac- céléré, en plus de la saisie de données statis- tiques. en ce qui concerne l'accession de l'Algérie à l'Organisation mondiale du com- merce (OmC), m. Benyounès a souligné que la CnuCed accompagnera l'Algérie à répondre

à un certain nombre de questions techniques,

notamment celles parvenues des États-unis et

de l'union européenne (ue). de son côté, m. Kituyi a indiqué que sa visite en Algérie visait

à examiner plusieurs points, dont l'accession de l'Algérie à l'OmC.

points, dont l'accession de l'Algérie à l'OmC. lA ministre de l’envirOnnement : « Les pays africains

lA ministre de l’envirOnnement :

« Les pays africains refusent de payer la taxe carbone imposée par l’UE »

la ministre de l’environnement

et

de l’Aménagement du territoire,

m

me dalila Boudjemaâ, a déclaré,

hier, que les pays de l'Afrique, dont l'Algérie, rejettent «catégorique- ment» la taxe carbone imposée par l'union européenne (ue) pour la- quelle ils ne sont en rien responsa- bles, précisant que «cette taxe a été rejetée par de nombreuses compa- gnies, d'autant plus que l'Afrique n'émet que moins de 5% de gaz à effet de serre». «l'union européenne veut faire payer, dans le cadre du sys- tème d'échanges de quota de gaz à effet de serre, 4.000 compagnies aé- riennes», a fait savoir, hier, la minis- tre de l’environnement et de l’Aménagement du territoire, m me

dalila Boudjemaâ, soulignant que «les pays africains se sont constitués en un front commun pour faire face à cette réclamation injustifiée». la mi- nistre qui intervenait, hier, sur les ondes de la Chaîne iii de la radio na-

hier, sur les ondes de la Chaîne iii de la radio na- tionale, a expliqué que

tionale, a expliqué que «les pays afri- cains prennent pour responsables de l'émission de gaz à effet de serre, les pays développées». des pays déve- loppés qui, selon elle, «sont histori- quement à l'origine des problèmes des changements climatiques». «les problèmes dus aux changements cli- matiques sont là… ils s’installent, et c’est une réalité», tout en rappelant que l’Algérie, qui est un pays médi- terranéen aux zones arides et semi- arides, subit de plein fouet leurs

incidences. dans le même ordre

d’idées, et afin de faire face aux ef- fets de ces changements, m me Boud- jemaâ a estimé que l’Algérie a pris «les devants», précisant que «l’État

a

mis en œuvre un Plan national sur

le

climat destiné à prévenir et à pren-

dre en charge leurs conséquences». elle cite, à titre d’exemple, l’activa- tion d’une stratégie intersectorielle de l’environnement, sous la forme d’un programme d’action environne- mentale et de développement durable centré autour d'un plan Climat. elle a, en outre, cité l'activation d'une stratégie énergique axée sur un

modèle de consommation ; «cette stratégie vise à substituer les com- bustibles liquides par du gaz naturel et du propane liquéfié considérés comme des énergies propres», a-t- elle affirmé. dans ce sillage, l’«invi- tée de la rédaction» a annoncé des projets d’envergure dans le cadre de la protection de l’environnement.

des projets qui, selon elle, «de-

vraient contribuer à réduire les gaz à effet de serre de la part de l’Algérie dans ce plan climatique». il s’agit de

la réalisation de 35.000 hectares de

forêts, ainsi que l’aménagement de

175.000 autres, la réhabilitation de 13,5 millions de tonnes/an de dé- chets. s’agissant, par ailleurs, de la

21 e Conférence climatique qui se tiendra en décembre 2015 à Paris, la

ministre a précisé que le «fonds vert» sera l'un des principaux thèmes de cette rencontre ; «ce fonds a pour mission fondamentale d'aider les pays vulnérables à faire face aux ef- fets des changements climatiques», a-t-elle expliqué. dans cette optique,

Boudjemaâ a indiqué que «les

États-unis ont promis de verser dans ce fonds, 3 milliards de dollars, l'union européenne 1,3 milliard de dollars et le royaume-uni et le Ca- nada 1,2 milliard de dollars». Sihem Oubraham

m me

le ministre de l’industrie et des mines :

« Consolider et rationaliser les dispositifs d’appui de la PME »

le ministre de l'industrie et des mines, Abdesslam Bouchouareb, a recommandé, hier à Alger, la "conso- lidation" et la "rationalisation" des

différents dispositifs d'appui dédiés

à la Pme, notamment ceux relatifs à

la mise à niveau et de l'innovation pour les rendre plus efficaces. "il faut favoriser la consolidation et la rationalisation des dispositifs d'appui dédiés à la recherche et dé- veloppement, à la mise à niveau et à l'usage des tiC", a-t-il indiqué dans une allocution lue en son nom par le directeur de la Pme au ministère de l'industrie, mohamed mebarki, à l'occasion de la remise du prix natio- nal de l'innovation pour les Pme.

selon le ministre, les différents dis-

pour les Pme. selon le ministre, les différents dis- positifs initiés par les pouvoirs pu- blics

positifs initiés par les pouvoirs pu- blics au profit des petites et moyennes entreprises doivent être plus efficaces pour permettre à ces dernières d'être plus compétitives.

soulignant le rôle important de l'in- novation dans le développement des entreprises et de l'industrie, m. Bou- chouareb a réitéré l'engagement des pouvoirs publics à apporter plus de soutien aux Pme, notamment celles innovantes. l'épanouissement de l'innovation au sein de l'industrie na- tionale reste, toutefois, selon le mi- nistre, "tributaire du renforcement de la capacité d'absorption (des ces en- treprises, ndlr) des nouvelles techno- logies de l'information et de la communication". Pour m. Bou- chouareb, l'instauration d'un système national d'innovation effectif mettant une synergie entre la recherche scientifique et l'industrie est néces- saire pour développer l'entreprise et

l'innovation. Évoquant les compéti- tions organisées par les pouvoirs pu- blics au titre d'encouragement de la Pme, le ministre a affirmé que des améliorations seraient apportées aux différentes distinctions dans le do-

maine de l'innovation afin de les ren- dre plus motivantes, plus consistantes et leur attribuer une vi- sibilité internationale. d'une valeur d'un million de dinars, le premier prix de cette sixième édition du concours national de l'innovation pour les Pme a été décerné à l'entre- prise drioche cosmétique pour la création d'un nouveau produit cos- métique d'hygiène féminin fabriqué

à la base d'herbes et d'huiles natu- relles.

lundi 8 décembre 2014

N

EL MOUDJAHID

ation

9

L’AmbASSAdeur deS étAtS-uniS A SetiF :

Recueillement devant la stèle de Saâl Bouzid, premier martyr du 8-Mai 1945

L’ambassadeur des États-Unis à Alger, M me Joan A. Polaschik, a déclaré, hier à Sétif, avoir pu se rendre compte que les échos qui lui étaient parvenus quant au «dynamisme» de cette ville étaient une réalité.

«J e suis venue à Sétif parce que j’ai en- tendu dire que c'est une ville pleine de dynamisme économique et, en fait,

cela est vrai», a souligné la diplomate améri- caine juste après avoir déposé une gerbe de fleurs au pied de la stèle érigée à la mémoire de Saâl bouzid, premier martyr des massacres du 8-mai 1945, au centre de Sétif, sur le lieu même de son assassinat, il y aura bientôt 70 ans. «Je me suis rendue compte qu’il y a beau- coup de partenariat algéro-américain et je suis très fière du soutien ainsi apporté au dévelop- pement de cette wilaya», a ajouté m me pola- schik, citant à ce propos, la réalisation de l’hôtel marriott et l’installation à Sétif d’une succur- sale de pittsburgh plate Glass Algérie (ppG), une grande société américaine spécialisée dans la fabrication de peinture et de revêtements. m me Joan A. polaschik avait auparavant été reçue en audience par le wali de Sétif avec qui elle a examiné les possibilités de consolidation du partenariat entre son pays et la wilaya de Sétif. L’ambassadeur des etats-unis a également visité les deux tours jumelles el Ali, au centre de Sétif, qui comprennent, notamment le futur hôtel Courtyard by marriott, où elle a assisté,

le futur hôtel Courtyard by marriott, où elle a assisté, aux côtés des autorités locales, à

aux côtés des autorités locales, à la signature d’un protocole d’accord entre mm.sw rachid Khenfri, directeur général de prom bati, pro- moteur d’el Ali, et ramzi najjar représentant de marriott international, en vue de la construc- tion d’un autre hôtel de cette chaîne à Alger. m me polaschik avait rencontré, samedi, plu- sieurs opérateurs de la wilaya de Sétif, au siège de la chambre de commerce et d’industrie, où les deux parties ont fait part de leur disponibilité à consolider et à diversifier un «partenariat éco- nomique mutuellement avantageux». elle a également assisté à une cérémonie de remise de diplômes aux lauréats de mbi (ma- nagement business international institute) de Sétif qui ont bénéficié du programme english Access de formation en langue anglaise financé par l’ambassade des etats unis. La chef de la mission diplomatique améri- caine en Algérie s’est rendue, au cours de sa vi- site dans la capitale des Hauts plateaux, au musée national archéologique et au musée du moudjahid ainsi qu’à la célèbre fontaine d’Ain Fouara où elle bu, comme le veut la tradition sétifienne, quelques gorgées de son eau.

4 e SALOn nAtiOnAL de L’innOVAtiOn

Un carrefour d’idées

Ph : Wafa
Ph : Wafa

La quatrième édition du Salon national de l'innovation, prévue du 7 au 9 décembre cou- rant, au palais des expositions (SAFex), a été inaugurée, hier, par la secrétaire générale du ministère de l’industrie et des mines, m me rabéa Kherfi, qui était accompagnée de res- ponsables relevant de son département. Orga- nisé par l’institut national de la propriété intellectuelle (inApi), l’événement qui marque

la célébration de la 18 e journée nationale de

l'innovation, constitue un véritable carrefour pour les porteurs d'idées innovantes, et les pro- jets novateurs, dans un contexte de restructu- ration du secteur public marchand, une entreprise qui exige la mobilisation de toutes les compétences et les énergies nationales, no- tamment les jeunes inventeurs. une trentaine d’inventeurs, 24 centres d’appui à la technolo- gie et à l’innovation (universités, entreprise et pépinières d’entreprises), organismes de sou- tien à l’entreprise et à l’innovation, des entre- prises et des start-up innovantes seront au rendez-vous de ce grand carrefour de la créati- vité. Le Salon vise, ainsi, à opérer un rapproche-

ment entre les potentiels investisseurs, et les meilleurs projets, mais aussi, à créer les condi- tions pour la mise en place d’un réseau de contacts entre les différents participants. C’est

ce qu’a affirmé la secrétaire générale du minis-

tère de l’industrie et des mines qui a mis en avant cet objectif. «nous sommes en train de

tisser des réseaux avec la dGSn et autres par- ties prenantes, dont l’enseignement supérieur,

le cyberparc de Sidi Abdellah, et les institutions

d’appui pour nous accompagner», a déclaré,

dans ce sens, m me rabéa Kherfi, qui a souligné, par la même occasion, l’importance de la par- ticipation par rapport aux précédentes éditions.

A propos de la dGSn, m me Kherfi a affirmé

que sa présence traduit son rôle en matière de protection de l’innovation et de lutte contre la contrefaçon et la concurrence, de plus en plus rude. une démarche que l'institut n’a cessé d'en- courager. et c’est pour encourager tout effort

de création qu’un concours a été programmé pour primer les trois meilleurs inventeurs de l’année. Les lauréats seront sélectionnés par un comité d’experts, sachant que deux autres prix de distinction seront décernés à la meilleure femme inventeur et le meilleur jeune inventeur. Aussi, pour mettre en avant les objectifs du Salon, des conférences sur l'innovation, dans

le secteur de l'industrie et la recherche scienti- fique, notamment seront animées par des ex- perts de différents secteurs. dans le même contexte, il y a lieu de souligner, que l’inApi

a enregistré, 728 demande de brevets d’inven-

tion, à fin octobre 2014, dont 90 émanant de

nationaux, et 638 d’étrangers. L’institut a délivré 229 brevets à la même

période. La directrice générale de l’iAnOr,

m me ratiba Chibani, présente au Salon, a indi-

qué, pour sa part, que 7.500 normes ont été éla- borées à ce jour et que 32 produits ont été certifiés aux normes tedj, dans les domaines de la distribution de l’eau potable, soit une quinzaine d’opérateurs, le ciment, la robinette- rie (bCr). Ces performances restent relativement fai- bles, a-t-elle avoué, du fait que le processus né- cessite une mise à niveau des entreprises, l’introduction du management qualité, ainsi que la mise en place de normes et de labora- toires d’essai. une démarche d’ailleurs en cours. A propos de normalisation, m me rabéa

Kherfi avait déclaré récemment, lors d’un sé- minaire sur les normes, organisé par le FCe, que le système, dans son ensemble, renvoie à ce besoin de consolider les instruments de la qualité, en tant que facteurs de régulation. La SG du ministère de l’industrie et des mines, tout en admettant la complexité des techniques de la veille normatives, avait souligné la néces- sité de maîtriser ces instruments et de se réap- proprier les normes pour s’imposer sur le marché, et gagner la bataille de la compétiti- vité, d’autant plus que sur les 7.500 normes produites, seulement 10%, en moyenne, étaient appliquées, avait-elle déploré. D. Akila

Le SG du miniStère de L’intérieur :

« La carte nationale biométrique délivrée à la fin du premier semestre 2015 »

de

l'intérieur

Ahmed Adli a annoncé, hier à Alger, que la

nationale biométrique sera délivrée à

carte

la fin du premier semestre 2015.

les préparatifs

inhérents à la confection de la carte natio-

nale biométrique qui sera délivrée aux ci-

toyens à

semestre 2015», a

presse, en marge du lancement d'une ses- sion de formation au profit des secrétaires généraux de wilayas. dans une allocution à l'ouverture de la session de formation, il a affirmé que cette rencontre «s'inscrit dans le cadre du plan d'action approuvé par le ministère pour la modernisation de l'admi- nistration, la lutte contre la bureaucratie et

la

premier

général

locales,

Le

secrétaire

et

avons

partir

du ministère

des

collectivités

entamé

de

la

fin

du

déclaré

«nous

m. Adli à

la promotion du service public». rappelant les fonctions du secrétaire général de wi- laya, m. Adli a indiqué que ce dernier avait

«une grande responsabilité à assumer, no- tamment en termes de suivi des projets en

la wilaya et de

coordination avec

ments ministériels, en vue d'améliorer la vie

quotidienne du citoyen et de mieux prendre en charge ses préoccupations».

de wilaya veille

également à la modernisation de l'adminis- tration, l'amélioration du service public et la protection des acquis déjà réalisés au ni- veau de la wilaya et la garantie d'un service

de qualité

dans divers do-

général

différents départe-

cours

de réalisation

les

dans

Le secrétaire

aux

citoyens

maines. Au programme de cette session de formation de cinq jours qui verra la partici-

pation de cadres de différents ministères et d'experts algériens et étrangers de l'admi-

nistration

plu-

sieurs communications sur «la gouvernance régionale», «le budget local», «le contrôle

local» et «la gestion locale».

locale, la

présentation de

SeLOn un expert britAnnique :

« Les médias classiques, conviés à exploiter le contenu des réseaux sociaux »

Les médias classiques sont conviés à «exploiter» le contenu des réseaux sociaux, en raison de l’impact politique, social et culturel de ces nouveaux moyens de com- munication sur l’opinion publique, a indi- qué, hier à Alger, le journaliste britannique Aled eirug. Lors de son passage au forum du quotidien Liberté, le journaliste britan- nique a relevé que les personnalités poli- tiques «ne peuvent pas aujourd’hui, faire l’impasse sur cette influence (réseaux so- ciaux)", citant quelques exemples aussi bien dans son pays qu’ailleurs. Occupant des postes responsabilité à la chaîne britannique bbC, ce professionnel de la presse a précisé que la bbC a «adapté ses programmes» en fonction de l’informa- tion véhiculée par les réseaux sociaux, ce- pendant, une fois celle-ci «traitée», a-t-il relevé, considérant que tout ce qui est pu- blié via ces relais «n’est pas contrôlé» et, par conséquent, «pas forcément publiable». «Le principal défi face à cette technolo- gie consiste, néanmoins, à savoir réagir ces publications non soumises au contrôle», a- t-il poursuivi, estimant que ces réseaux sont un moyen de communication «susceptible d’apporter un plus aux médias tradition- nels».

Sur un autre aspect, le journaliste bri- tannique a défendu la «pluralité» et «l’ou- verture» médiatiques, comme étant d’éléments contribuant à la diversité d’opi- nions, à la cohésion sociale et aux processus démocratiques. il a reconnu, cependant, la difficulté d’avoir une presse «totalement indépen- dante» des différentes influences, notam- ment politique et financière, y compris dans les pays les plus avancés en la matière. «il arrive que les dirigeants évoquent les argu- ments de sécurité de l’etat et d’intérêt gé- néral pour ne pas diffuser une information publique, un moyen aussi pour eux de ne pas assumer leurs responsabilités», a-t-il observé avant d’insister sur la «nécessité» pour un média public de s'«affranchir, au- tant que possible, des injonctions et autres orientations du pouvoir, afin de garantir son autonomie éditoriale». interrogé, par ail- leurs, sur l’impact des médias durant la der- nière agression perpétrée par l’occupant israélien sur la population sans défense de Ghaza en palestine, le journaliste britan- nique a regretté le fait que les gouverne- ments «ne réagissent pas toujours, comme il se doit, face aux images diffusées par les médias».

Lundi 8 décembre 2014

N

10

ation

EL MOUDJAHID

RapatRiement de nigéRiens

Un comité mixte encadre le centre d’accueil de Tamanrasset

Un comité mixte où sont représentés divers secteurs est chargé de l’encadrement du centre d’accueil des ressortissants nigériens devant être rapatriés prochainement, installé à la sortie sud de la ville de Tamanrasset.

L e Comité, qui regroupe les représen- tants des secteurs de la santé, la solida- rité nationale, la protection civile et le

Croissant-rouge algérien (CRa), ainsi que ceux de la wilaya de tamanrasset, a pour but de coordonner les actions de prise en charge des pensionnaires de ce centre, actuellement au nombre de 318 ramenés samedi depuis alger et certains de djelfa, a indiqué à l’aps le président du comité du CRa de la wilaya. selon Baba allali, le centre, qui dispose de chalets neufs raccordés aux réseaux divers, offre toutes les commodités et conditions d’une bonne prise en charge (repas complets et réguliers, et des articles de literie), de ces ressortissants, en attendant leur rapatriement dans les deux prochains jours. l’arrivée d’au- tres contingents de ressortissants africains,

d’au- tres contingents de ressortissants africains, entrés illégalement en territoire algérien, est attendue

entrés illégalement en territoire algérien, est attendue au niveau de ce centre, selon la même source. Une ambiance sereine et déten- due régnait hier au niveau du centre, en pré- sence de représentants du consulat du niger à tamanrasset, et de plusieurs ressortissants nigériens qui ont exprimé leur satisfaction de la prise en charge, par les bénévoles du CRa, de leurs besoins, a-t-on constaté sur place. le gouvernement algérien, qui a répondu favo- rablement à la demande du gouvernement ni- gérien concernant le rapatriement de ses ressortissants, en séjour illégal sur le territoire algérien, avait assuré que toutes les mesures étaient prises pour rapatrier ces ressortissants nigériens, « dans un cadre fraternel et dans tout le respect de leur dignité, jusqu’à leur ar- rivée à leurs villages et leurs maison.»

météo

Premières neiges sur l’Atlas blidéen

les premières neiges de la saison sont tombées dans la nuit de dimanche

sur les monts de l’atlas blidéen, suite

à une vague de froid et de chutes de

pluie enregistrées dans la région. le manteau de neige couvrant ce matin les montagnes, à 900 mètres d’altitude,

a été agréablement accueilli par les ci-

toyens de la wilaya, dont plusieurs ont bravé le froid glacial afin de rejoindre la station climatique de Chréa, pour une traditionnelle prise de photos sou- venirs, accompagnée d’une "bataille rangée" aux boules de neige. Un plai- sir auquel ne s’adonneront malheureu- sement pas de nombreux citoyens de

la wilaya, privés depuis plus d'une année, déjà, des prestations du téléphé- rique, qui est toujours en panne. Un

fait à l’origine d’un embouteillage monstre au niveau de la Rn 37, unique voie possible pour atteindre les monts de Chréa, selon le chargé de la

communication à la protection civile de la wilaya, le lieutenant adel ezze- ghaimi, qui signale que la "circulation sur cette voie est très difficile, car la chaussée est glissante". la Rn reliant aissaoua et médéa, par le côté est de la wilaya, est fermée à la circulation à cause de la neige, a informé la même source.

Les intempéries causent des dégâts aux ksour de Béni-Abbès, Taghit et Kenadsa

les ksour de Béni-abbès, taghit et Kenadsa, classés au registre du patrimoine national matériel, ont subi des dégâts ‘‘très importants’’, suite aux intempéries qu’a connues ces derniers jours la wi- laya de Béchar, a-t-on appris hier auprès des ser- vices de la wilaya de Béchar. de grands pans de ces espaces historiques et architecturaux datant de plus de 15 siècles ont été détruits par les pluies et les inondations, à l’image de celui de Béni-abbès, qui a subi des dommages ‘‘très importants’’, a-t-on précisé. plusieurs espaces communs de ces sites ont été endommagés suite à l’effondrement de toitures et de murs, selon le constat des responsables du sec- teur de la culture et de membres d’associations lo-

cales activant dans le domaine de la protection et de la préservation des vestiges historiques. des équipes relevant des différents services techniques de la wilaya effectuent actuellement une évaluation des dégâts causés par ces intempé- ries, notamment au niveau des espaces historiques, dans le but d’établir les fiches techniques néces- saires au lancement de travaux de réhabilitation des ouvrages détériorés, a-t-on fait savoir à la wi- laya. "Une réelle prise en charge de ce patrimoine est souhaitée", ont indiqué, pour leur part, des respon- sables de l’association locale pour la revivification des traditions et coutumes à Béni-abbès.

JoURnée d’infoRmation sUR la pRise en ChaRge de la doUleUR

«des centres de traitement et de prise en charge de la douleur sont programmés au sein des centres an- ticancéreux de façon à ce que la douleur soit traitée de la même ma- nière que les autres maladies, et ceci dans le cadre du plan national anti- cancéreux.» C’est ce qu’a annoncé hier à alger, le président de la so- ciété algérienne d'evaluation et de traitement de la douleur (saetd), le professeur Brahim griene, lors d’une journée de formation et d’in- formation sur la prise en charge de la douleur. Une journée organisée au profit des journalistes algériens. le pr. griene a expliqué qu’« avec cette démarche, le secteur de la santé va franchir un grand pas.» dans ce sens, ce spécialiste a indi- qué que « la formation des méde-

Une préoccupation majeure

que « la formation des méde- Une préoccupation majeure cins est très importante dans ces nouvelles

cins est très importante dans ces nouvelles structures, et ses méde- cins, qui seront formés ne traiteront que de la douleur car aujourd’hui, elle est considérée comme une vraie

maladie.» et d’ajouter : « les femmes n’ont plus le droit d’accou- cher dans la douleur, il y a plusieurs façon de soulager la douleur et évi- ter les complications.

traiter la douleur de nos jours est possible. en 2014, on n’a plus le droit de souffrir d’une douleur. il existe des moyens accessibles et non coûteux qui soulagent la dou- leur. le malade doit exiger de ne pas avoir mal.» forts d’une expé- rience dans le traitement de la dou- leur, les laboratoires sanofi s’engagent, dans ce contexte, à améliorer sa prise en charge en al- gérie à travers plusieurs engage- ments et initiatives. il propose une offre large et diversifiée de traite- ments adaptés, permettant aux pro- fessionnels de santé de lutter efficacement contre différents types de douleur. il s’agit en premier lieu, d’être à l’écoute des besoins des professionnels de la santé et de les accompagner dans leur pratique

quotidienne avec des formations sur la prise en charge de la douleur grâce au déploiement de plusieurs initiatives. en effet, comme le sti- pulera le spécialiste, il s’agit du lan- cement du « e-Club douleur », une initiative ayant pour objectif d’ac- tualiser les connaissances des mé- decins généralistes et des équipes officinales face à la prise en charge de la douleur à travers le territoire national. en 4 ans, 1.260 médecins et pharmaciens ont été formés à tra- vers le pays. le e-Club douleur, une version internet et interactive du programme a permis de rendre la formation accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. a ce jour, 553 médecins sont déjà inscrits sur ce site.

Wassila Benhamed

JoURnée d’étUde sUR les handiCaps dUs aUX aCCidents de la RoUte

Un phénomène alarmant

les participants à la journée d’étude sur les handicaps générés par les accidents de la route, organisée hier au forum de la sû- reté nationale à l’ecole supérieure de la po- lice « ali tounsi » sous le slogan « Journée sans accident » ont mis en garde contre l’augmentation du nombre des accidents de la circulation en algérie, appelant à la prise de mesures coercitives pour contenir ce phénomène. les accidents de la route en algérie cau- sent un mort toutes les deux heures, ce qui nécessite une prise de mesures coercitives pour contenir ou réduire ce phénomène, ont indiqué les participants à cette journée or- ganisée par l’assemblée populaire de la wi- laya d’alger en coordination avec la direction générale de la sûreté nationale. le professeur abderrahmane Benbouzid, chef du service des urgences à l’hôpital de Ben aknoun, a affirmé que l’algérie comp- tait 4 540 décès par an causés par les acci- dents de la route, précisant que le nombre de morts dépassait celui annoncé, car l’al-

gérie recense uniquement les personnes dé- cédées le jour de l’accident et non celles dé- cédées ultérieurement des suites de leurs blessures. il a démenti, cependant, les statistiques mondiales en la matière selon lesquelles l’algérie occupait la quatrième position pour ce qui est des décès causés par les ac- cidents de la route. dans le monde, l’on re- cense plus d’un million de morts par an, soit un mort toutes les 90 secondes, a-t-il pour- suivi avant de souligner que les accidents constituaient la première cause de décès pour les hommes âgés de 15 à 25 ans. pour mettre fin à ce phénomène, le pro- fesseur Benbouzid a appelé à l’application immédiate du permis à points, car suscepti- ble, selon lui, d’introduire un comportement nouveau qui ferait éviter au conducteur un nombre important d’infractions. il prône également l’application de sanc- tions strictes contre l’excès de vitesse qui constitue la cause principale de la majorité des accidents. d’autre part, le commissaire

divisionnaire aissa naïli a indiqué que les accidents ont coûté près de 74 milliards de da au trésor public en 2013 (prise en charge sanitaire et sociale des victimes). 44.907 accidents de la route ont été recensés en 2013 avec 69.582 blessés et 4.540 morts, a-t-il rappelé. il a dévoilé par la suite, la stratégie arrê- tée dans le but de réduire ou mettre fin à ces accidents, à commencer par les mesures de prévention dont la sensibilisation continue aux dangers des accidents de la circulation. il a cité à ce propos, 125.253 activités sur la sensibilisation routière et 4.065 cours théoriques et pratiques et 240 émissions ra- diophoniques et télévisuelles. au volet coercitif, 175.499 barrages ont été déployés, 5.625.334 véhicules de contrôle et 1.916.631 patrouilles. la sûreté nationale veille par ailleurs à l’application scrupuleuse de la loi avec près de 79.919 contraventions routières, 775.511 amendes forfaitaires et la mise à la fourrière de 61.358 véhicules en 2013.

JiJel

Saisie de plus de 500 g de mercure et de faux billets de banque

les éléments de la gendarmerie natio- nale de Jijel ont saisi, à Jijel et skikda, 551,4 grammes de mercure et 53 billets de banque contrefaits, a-t-on appris, hier, au- près du groupement territorial de ce corps constitué. agissant sur renseignement, les gendarmes ont interpellé, à el milia, un in- dividu en possession d’un flacon en verre contenant cette quantité de mercure. les enquêteurs, après extension de leur champ de compétence jusqu’à la wilaya de skikda, ont découvert, au domicile d’un autre indi- vidu, 53 billets de banque contrefaits et pro- cédé à la saisie de divers matériels informatiques ayant servi à la confection de cette fausse monnaie. les deux présumés contrefacteurs ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de la ville d’el milia, a souligné la même source.

Régions

11

EL MOUDJAHID

TRAMWAY DE SIDI BEL-ABBÈS

Un taux d’avancement de 12%

Le taux d’avancement des travaux de réalisation du tramway avoisine les 12%, après une première phase toujours en cours consacrée aux déviations de réseaux.

C est ce qu’a annoncé le res- ponsable du bureau d’études français EGIS-

RAIL, le maître d’œuvre qui ac- compagne les phases d’exécution de cet ouvrage confié à une société turque lors d’une rencontre d’éva- luation et de présentation du sec- teur des transports au niveau de la wilaya. Après la mise en place déjà de 1,5 km de voie ferrée et 5 autres en plate-forme, ce projet, dont le coût de réalisation est de 32 mil- liards de dinars pour s’étendre sur 17,5 km avec 26 stations d’arrêt, trois ouvrages d’art, quatre pôles d’échanges, quatre parcs-relais et un dépôt-atelier, avance normale- ment en dépit des contraintes du terrain (levées tout de même) liées principalement à la vétusté parfois des canalisations ou conduites sou- terraines pour assurer le transport de 26.400 usagers/jour. Les délais de réalisation sont fixés à 38 mois même si la refection de quelques lignes ou tronçons s’effectuera bien avant. Un grand bouleversement en perspective de la cité qui devra connaitre des aménagements en pa-

rallèle de tout le trajet égayant ainsi

le paysage et participe à sa moder-

nisation. Des aménagements égale- ment du cours d’eau, à savoir Oued Mekkerra, pour rendre davantage cette agglomération attractive et valoriser au mieux sa position géo- graphique.

Par ailleurs, la ville vient de bé- néficier d’une autre opération dont les études ont été lancées le mois de novembre dernier consistant en

la réalisation d’un téléphérique sur

consistant en la réalisation d’un téléphérique sur 14 Km qui assurera la jonction entre le lac

14 Km qui assurera la jonction entre le lac Sidi Mohamed-Benali et l’aérium de Tessala, une zone classée touristique. Sur un autre registre, il y a lieu de signaler que les travaux de la

double voie ferrée électrifiée (LGV), ligne à grande vitesse re- liant Oued Tlelat-Tlemcen via Sidi- Bel-Abbès, ont atteint un taux d’exécution de l’ordre de 45% au moment où ceux de la ligne des

chemins de fer Boukhanefis-Saïda dépassent les 60%, en attendant la finalisation (en cours de l’étude) de celle Sidi-Bel-Abbès-Aïn Témou- chent. Bref, l’extension du réseau qui mène aujourd’hui jusqu'à Bé- char a balisé la voie pour mettre en place des circuits divers et ériger cette wilaya en carrefour ou ce pas- sage obligé de l’ouest du pays avec l’ensemble des répercussions sur son développement économique, social et touristique. Effectivement, Sidi-Bel-Abbès, privilégiée par son statut géogra- phique, s’est taillé la part du lion dans le domaine des transports, no- tamment ferroviaire, pour jeter les fondements du développement du- rable. Un véritable travail de base a été fait pour être aujourd’hui rentabilisé et fructifié par des ac- tions de soutien à l’investissement productif. C’est le rôle des élus locaux sommés à propos d’identi- fier ces créneaux d’activité et se mettre au même diapason d’un wali ayant pour le moins mis Sidi- Bel-Abbès sur rails… A. Bellaha

Rail : réconciliation avec les repères d’une région

Ce n’est certainement pas fortuit si durant la pé- riode coloniale, la première assemblée communale, de tendance communiste, a été celle de Sidi-Bel-Abbès car une forte concentration de cheminots se percevait par une intense activité des rails. Des cités ont été construites au profit de cette ca- tégorie sociale qui a influé grandement sur le mouve- ment de la cité et guidé ses convictions. Avec deux gares menant l’une à Tlemcen jusqu’à Oujda et l’autre

à Mecheria via Saïda, un atelier régional de mainte-

nance et de fabrication de pièces de rechange et autres structures d’appui et de ravitaillement en alfa de l’unité de Redem Demmouche, le secteur ferroviaire occupait une place de choix dans l’économie locale. L’extension aujourd’hui du réseau et sa modernisation s’assimilent à une forme de réconciliation de la cité avec ses repères et ses traditions. Une réconciliation pour aborder les exigences et les impératifs de la croissance tout simplement… A. B.

CONSTANTINE : 1 re JOURNÉE D’ONCOLOGIE AU HMRU COMMANDANT ABDELALI-BENBAÂTOUCHE

Les cancers urogénitaux sous la loupe

Les cancers urogénitaux chez l'homme ont été au centre des communications données lors de la première journée d'oncologie, organisée avant-hier au niveau de l'hôpital militaire régio- nal universitaire Commandant Abdelali-Benbaâ- touche, sis à la nouvelle ville Ali-Mendjeli. Au sujet de l'objectif assigné à cette manifestation, le professeur Nacereddine Lemaïci, spécialiste en Anatomie et Cytologie Pathologiques et membre du comité d'organisation, nous décla- rera : «L'intérêt de cette journée est de sensibili- ser, aussi bien les pouvoirs publics que les malades, sur l'importance du dépistage des can- cers urogénitaux, et également d'assurer la for- mation continue des spécialistes, particulièrement pour ce qui a trait aux nouveau- tés dans les domaines du dépistage, du diagnos- tic et du traitement desdits cancers». Il ajoutera, concernant le choix du thème : «De manière gé- nérale, les cancers sont en nette augmentation, entre autres, celui du sein chez la femme et ceux de la sphère urogénitale, particulièrement de la prostate, chez l'homme. La fréquence élevée de ces derniers est attribuée en premier lieu au tabac, ainsi qu'à certaines substances chimiques telles les nitrates et les nitrites, présentes dans les eaux contaminées et dans l'huile de friture utilisée plusieurs fois». Pour sa part, le comman- dant Hacène Mahtout, chef du service de méde- cine nucléaire au niveau du HMRU et membre

de méde- cine nucléaire au niveau du HMRU et membre du comité scientifique de la journée,

du comité scientifique de la journée, nous dira :

«Notre objectif est de faire connaître nos capa- cités de dépistage, de diagnostic et de traitement des cancers urogénitaux chez l'homme. Il y aura une présentation sur le thème du traitement an- talgique isotopique des métastases osseuses dou- loureuses d'origine prostatique rebelle aux antalgiques, et dont le but est de montrer au grand public qu'il y a un traitement radioactif an- talgique qui vise à améliorer grandement la qua- lité de vie des patients en phase terminale, et ce en diminuant de manière importante la douleur.

Nous voulons faire connaître cette technique également par le grand public». Notre interlocu- teur tiendra néanmoins à préciser qu'au niveau du HMRU, la prise en charge ne concernait que les ayants-droits car il y a toute une logistique derrière. «L'hospitalisation est obligatoire car le produit utilisé, le samarium 153, est hautement radioactif et il y a, par conséquent, une procé- dure à respecter lors de son transport et de son utilisation. Tout cela doit être fait dans un cane- vas réglementaire», a-t-il notamment avancé. Issam Boulksibat

BÉCHAR : NOUVEAU BILAN DES INTEMPÉRIES

Le corps d’un jeune nomade retrouvé

Bien plus loin, un car transportant une tren- taine de voyageurs à destination d’Adrar a pu être dégagé de justesse de l’oued, mercredi der- nier, au niveau de la région de Kerzaz, grâce à l’intervention de 7 plongeurs de la Protection civile. A noter que l’oued Saoura, en cru, n’a atteint cette région qu’à partir de mardi dernier, soit un peu plus tard après les intempéries qu’a vécues la wilaya de Béchar.

Le corps d’un jeune nomade, âgé de 25 ans,

a été retrouvé par les éléments de la Protection

civile de Béchar, à 53 km de l’unité principale, au lieu dit Khobitat Lartach, entre le chef-lieu de la wilaya et la localité de Taghit, après que les eaux de l’oued en cru l’aient emporté, alors qu’il tentait de le traverser. Selon le rapport de l’autopsie effectuée par le médecin légiste, il s’agit d’une mort naturelle due au froid.

En outre, des secours, en denrées alimen- taires, couvertures et gaz propane, ont été portés par les éléments de la P.C. à une famille nomade composée de 5 personnes, au niveau de Hassi Timeknès et de l’Oued Mouchgag et dont un cheptel de 400 têtes de chamelles a été entière- ment emporté par cet oued déchaîné et dont les eaux proviennent du pays voisin. Ramdane Bezza

NOUVELLES DES WILAYAS

Aïn Témouchent :

La Sûreté de wilaya d’Aïn Té- mouchent a enregistré une légère hausse de la criminalité durant le mois de novembre dernier où il a été recensé 168 affaires contre 146 pour le mois d’avant (octobre), in- dique samedi un communiqué de ce corps de sécurité. Pas moins de 240 personnes, dont 19 mineurs, sont impliquées dans ces affaires, dont coups et blessures volontaires et vols divers, précise-t-on de même source, ajoutant que sur les 93 individus présentés devant les parquets compétents, 62 ont été placés sous mandat de dépôt, alors que les autres ont fait l’objet de ci- tations directes ou bénéficié de liberté provisoire. - Les services de police de la wilaya d’Aïn Témouchent ont traité huit dossiers relatifs au trafic de drogue impliquant 10 individus, dont neuf ont été placés sous man- dat de dépôt, le dixième faisant l’objet d’une citation directe, in- dique-t-on à la Sûreté de wilaya. La police a également saisi environ deux kilos de kif traité. Dix-neuf mineurs arrêtés sont impliqués dans 12 affaires, dont cinq pour coups et blessures volontaires, deux pour vols et une saisie de stupéfiants.

Oran :

Le Barreau d'Oran s'apprête à consolider ses effectifs par l'inté- gration d'une nouvelle promotion forte de 311 jeunes avocats, a an- noncé samedi le bâtonnier Me Lahouari Ouahrani. Les nouvelles recrues feront leur rentrée le 20 dé- cembre prochain à l'issue d'une cé- rémonie solennelle de fin de stage, portant l'effectif du Barreau d'Oran à plus de 5.300 robes noires, a-t-il précisé dans un communiqué transmis à l'APS.

Bouira :

Quatre individus, accusés de vol de cheptel dans la ville de Sour El-Ghozlane, à plus de 30 km au sud du chef-lieu de la wilaya de Bouira, ont été arrêtés par les ser- vices de sécurité avant d'être mis sous mandat de dépôt, a-t-on ap- pris samedi auprès de la Sûreté de wilaya. Les mis en cause sont des jeunes, âgés entre 22 et 35 ans, ori- ginaires de Sour El-Ghozlane et de Dechmia (sud), a précisé la même source. Ils ont été arrêtés suite à une opération d'intervention nocturne menée la fin du mois écoulé par les éléments de la bri- gade de recherche et d'intervention (BRI) de Sour El-Ghozlane, qui ont pu arrêter ces voleurs et récu- pérer, notamment 27 têtes ovines ainsi qu'une voiture touristique.

El-Tarf :

Une soixantaine de protesta- taires vivant dans la cité El Batima, dans la commune d'El Chatt (El Tarf), ont bloqué, samedi après-midi, la route nationale 44 (El Tarf-El Kala) pour réclamer un logement, a-t-on constaté. Pneu- matiques, branchages et autres ob- jets ont été utilisés par ce groupe de manifestants, parmi lesquels des demandeurs de logements ru- raux. Cette situation, devenue ré- currente depuis quelque temps dans cette wilaya, a contraint les automobilistes à emprunter de longs et contraignants détours pour rejoindre leur destination. Contacté par l'APS, le président de l'assemblée populaire communale d'El Chatt a indiqué que des «assu- rances» quant à la prise en charge de cette doléance ont été données sur place aux protestataires.

Lundi 8 Décembre 2014

Monde

15

EL MOUDJAHID

CRISE EN UKRAINE

BRÈVES

Négociations de paix demain à Minsk

Premier dirigeant occidental à se rendre à Moscou depuis le début de la crise ukrainienne, le président

français François Hollande y a rencontré, samedi,

son homologue russe Vladimir Poutine dans

l'espoir de dénouer la crise, alors que Kiev a annoncé de nouvelles négociations de paix.

C et entretien entre les dirigeants français et russe intervient au moment où les re- lations sont plus tendues que jamais

entre M. Poutine et les dirigeants occidentaux, qui l'accusent de mettre de l'huile sur le feu d'un conflit ayant fait plus de 4.300 morts en huit mois. "La France et la Russie sont pour une fin immédiate du bain de sang" dans l'est séparatiste de l'Ukraine, a déclaré M. Poutine, saluant un "échange très constructif", au terme de deux heures de discussions avec le prési- dent français dans un salon d'un aéroport mos- covite. "Aujourd'hui, je voulais avec le président Poutine envoyer un message qui est celui de la désescalade, et aujourd'hui elle est possible", a déclaré M. Hollande. Il avait déjà appelé à la "désescalade" vendredi lors d'une visite au Ka- zakhstan. M. Poutine, accusé par les Occiden- taux et Kiev de soutenir militairement les

rebelles prorusses, une accusation qu'il rejette,

a espéré "une amélioration dans un avenir

proche" de la situation dans l'est ukrainien. M. Hollande a réclamé "non pas simplement des

avancées, mais des résultats (

) dans les pro-

chains jours". M. Hollande, qui avait pris ven- dredi soir l'initiative de venir à Moscou, a répété son opposition à une confrontation entre Russes et Occidentaux. "Nous devons éviter qu'il y ait d'autres

murs qui viennent (nous) séparer", a-t-il dit, 25 ans après la chute du mur de Berlin, symbole pendant deux décennies de la guerre froide. Par ailleurs, dans une interview au quotidien allemand Die Welt paru hier, Mme Merkel es- time que la politique menée par Moscou en- traîne des difficultés pour plusieurs pays dans

le voisinage de l'Union européenne. "Avec la

Moldavie, la Géorgie et l'Ukraine, nous avons trois pays de notre voisinage oriental qui ont

nous avons trois pays de notre voisinage oriental qui ont signé de manière souveraine un accord

signé de manière souveraine un accord d'asso- ciation avec l'Union européenne. La Russie cause des difficultés à ces trois pays", a déclaré Mme Merkel à Die Welt, selon des extraits de l'entretien diffusés à l'avance. En visite dans la région de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, le président Petro Poro- chenko a annoncé un "accord de principe" pour des négociations de paix demain à Minsk. Alors que d'habitude Moscou rejette la respon- sabilité des violations de cessez-le-feu sur les autorités de Kiev, M. Poutine a concédé sa- medi que les rebelles prorusses avaient aussi leur part de responsabilité. "Nous constatons que les deux côtés, les autorités de Kiev et aussi de Donetsk et Lougansk ne respectent

pas totalement" les accords de Minsk, a-t-il dit. Demain, en parallèle des négociations à Minsk, un cessez-le-feu doit être entériné par les séparatistes et Kiev, qui ont annoncé jeudi à la surprise générale un accord sur l'arrêt total des tirs dans l'Est. Mais cette annonce, qui n'est pas la pre- mière, est à prendre avec prudence et coïncide avec un regain d'intensité des combats ayant fait ces dernières 48 heures six morts et 20 blessés parmi les soldats ukrainiens, selon les autorités militaires ukrainiennes. A Donetsk, épicentre des combats, le calme régnait cependant samedi matin, selon des journalistes de l'AFP sur place. Au total, 1.252 soldats ukrainiens ont été tués et presque 3.000 ont été blessés, a indiqué le président ukrainien samedi.

P ublicité

BAVURES POLICIÈRES AUX ÉTATS-UNIS

Deuil et appels à la réforme judiciaire

NOUVEAU MASSACRE EN RD CONGO

14 morts dans l’Est

Quatorze personnes ont été tuées à l'arme blanche dans la nuit de samedi à dimanche dans le terri- toire de Beni, dans l'est de la République démo- cratique du Congo (RDC), a-t-on appris auprès des autorités locales. Cette nouvelle tuerie attri- buée aux rebelles ougandais des Forces démocra- tiques alliés (ADF) a été commise dans la ville d'Oicha, dans le nord de la province du Nord- Kivu, selon le chef de cité de cette localité et un porte-parole militaire. Depuis octobre, plus de 200 personnes ont été tuées dans une succession de massacres à l'arme blanche, dans la ville de Beni et ses environs.

PRÉSIDENTIELLE DE 2018 AU ZIMBABWE

Mugabe désigné comme candidat

La ZANU-PF, parti au pouvoir au Zimbabwe, a choisi samedi son leader Robert Mugabe comme son candidat à l'élection présidentielle de 2018. Lors de son sixième congrès, le parti a également nommé l'épouse de Mugabe Grâce Mugabe comme secrétaire de la ligue des femmes de la ZANU-PF, poste au sein de l'organe de décision suprême du parti, le Politburo. Les nominations ont été adoptées par environ 12.000 délégués pré- sents au congrès de la ZANU-PF, tenu dans la banlieue de la capitale Harare.

OPÉRATION DE SAUVETAGE D’OTAGES AU YÉMEN

Dix membres d’El-Qaïda tués

Au moins dix membres d'El-Qaïda ont été tués dans l'opération américaine de sauvetage à la- quelle ont participé des forces antiterroristes yé- ménites pour la libération de deux otages américain et sud-africain finalement assassinés, a affirmé le ministère yéménite de la Défense. Du- rant l'opération à Noussab, un des fiefs d'El-Qaïda dans le sud-est du Yémen, où "l'Américain Luke Somers et le Sud-africain Pierre Korkie ont été as- sassinés", une dizaine de membres d'El-Qaïda ont été tués, a indiqué une source au ministère yémé- nite citée hier par l'agence de presse Saba.

Les obsèques samedi d'un jeune père de famille noir tué "accidentellement" par un po- licier blanc à New York ont donné lieu à un appel à une réforme judiciaire et poli- cière, après une série de ba- vures qui ont déclenché des manifestations dans tout le pays. Un homme de 28 ans, Akai Gurley, a été tué par balles le 20 novembre "par accident" par un jeune poli- cier blanc dans une cage d'es- calier mal éclairée d'une HLM de Brooklyn. L'affaire a suscité l'émotion dans tout le pays et intensifié les manifes-

tations dénonçant depuis cet été le comportement de la po- lice dans une succession d'al- tercations mortelles face à des Noirs non armés, ravivant les tensions raciales. A New York, qui en était samedi à son quatrième jour de mani- festations, une foule s'est ras- semblée dans l'après-midi à Times Square puis à Union Square malgré une pluie dilu- vienne. Elle scandait "Je ne peux pas respirer", les der- niers mots répétés par Eric Garner, ce père de famille noir âgé de 43 ans mort étouffé en juillet lors d'une in-

terpellation brutale par la po- lice de New York. Un autre rassemblement a eu lieu dans le quartier de Harlem, à l'ap- pel de la figure de la lutte pour les droits civiques Al Sharpton, en présence du réa- lisateur Spike Lee. Des mani- festations ont également encore eu lieu samedi à Wash- ington et en Californie. A Ber- keley, près de San Francisco, des heurts violents ont eu lieu entre la police utilisant des bombes fumigènes et les ma- nifestants répondant avec des jets de pierres et d'autres ob- jets.

LUTTE CONTRE DAECH

Plus de 30 morts dans des affrontements en Irak

Plus de 30 personnes ont trouvé la mort sa- medi dans des bombardements et des affronte- ments entre forces de sécurité irakiennes et éléments de l'organisation autoproclamée "Etat

islamique" (EI/Daech) dans le centre de l'Irak, ont indiqué des sources de sécurité. A Bagh- dad, une énorme explosion a atteint une mai- son située dans l'est de la capitale, tuant au moins sept personnes, a affirmé une source du ministère de l'Intérieur citée par des agences. Dans la province de Salahudin, de violents af- frontements ont éclaté entre forces de sécurité

et éléments de l'EI dans l'ouest de la ville de

Samarra, à environ 120 km au nord de Bagh-

dad, tuant neuf soldats et 17 membres de l'EI, a affirmé une source de sécurité provinciale. Les troupes gouvernementales ont réussi à sai- sir une cache d'armes et d'explosifs après le re- trait de l'EI, selon la même source. L'Irak connaît certaines des pires violences de ces dernières années. Les violences ont coûté la vie à 5 576 civils dans le pays pour les six premiers mois de l'an- née, alors que 11 666 personnes ont été bles- sées durant la même période, selon un récent rapport de l'Organisation des Nations Unies (ONU).

ALLEMAGNE

Vers un nouveau sacre de Merkel à la tête des conservateurs

Au sommet de sa popularité malgré neuf an- nées au pouvoir, la chancelière Angela Merkel devrait être à nouveau sacrée demain à la tête du parti conservateur allemand (CDU) qu'elle écrase de sa personnalité. Un seul point ou presque à l'ordre du jour du congrès de l'Union chrétienne-démocrate, à Cologne (ouest) de mardi à mercredi : Merkel! "Cela va être un plébiscite pour la chancelière", explique à l'AFP le politologue Tilman Mayer de l'Uni-

versité de Bonn (ouest). "Les délégués vont donner leur bénédiction à la politique qu'elle mène", selon lui. Présidente depuis 14 ans d'un parti pilier de la vie politique allemande d'après-guerre, Angela Merkel, 60 ans, est seule candidate à sa succession. Dans ces conditions, le congrès "va tourner autour de la chancelière et de ses succès", relève également Jens Walther, de l'Université de Düsseldorf (ouest).

El Moudjahid/Pub du 08-12-2014
El Moudjahid/Pub du 08-12-2014

Ph. : Billal

Sports

16 EL MOUDJAHID

17

EL MOUDJAHID

MADJER ET ALI BENCHIKH, INVITÉS DU FORUM SPORT D’EL MOUDJAHID :

CAN-2015 : « Nous devons bien nous préparer »

Nos deux invités, Madjer et Benchikh, ont animé comme il se doit le Forum Sport d’El Moudjahid, en traitant la question relative au tirage au sort du groupe C dans lequel se trouve l’Algérie. Nos deux interlocuteurs n’ont pas manqué de relever les difficultés qui attendent les Verts du 17 janvier au 8 février à Mongomo (Guinée équatoriale).

I l

faut dire que leurs avis sont très

suivis du fait qu’il s’agit de deux

grands footballeurs aussi bien sur

le plan local qu’international. D’em- blée, Rabah Madjer parlera du groupe dont l’Algérie a hérité : «Il s’agit d’un groupe très difficile. Le Ghana est une grande équipe africaine avec des joueurs athlétiques et techniques. Ils sont considérés comme les Brésiliens de l’Afrique. L’Afrique du Sud est une équipe solide. Elle nous avait bat- tus en 1996 lorsqu’elle avait organisé la CAN chez elle par 2 buts à 1. Le Sénégal est une nation qui est en train de revenir. C’est une équipe très forte. Elle possède un gabarit formidable. L’Algérie, eu égard à son parcours durant le Mondial brésilien, devient, malgré elle, l’équipe à abattre. Il faut dire que le Mondial ne ressemble par à la CAN. Il s’agit de deux compéti- tions différentes.» Lui emboîtant le pas, Ali Benchikh, la grande vedette du football national et du MC Alger, déclare : «Je partage le point de vue de Madjer. Le côté physique sera très important dans cette CAN. Les Afri- cains, naturellement, sont mieux pourvus que nous sur le plan phy- sique. Ils sont très physiques, mais aussi techniques. Ce groupe est vrai- ment difficile. L’Algérie ne doit pas avoir peur de ce groupe. Elle doit, ce- pendant, remporter le premier match contre l’Afrique du Sud, le 19 janvier prochain. De là, on pourra mieux voir.» C’est peut-être un peu la dé- faite, contre toute attente, contre le Mali, à Bamako, qui a fait que cer- tains pensent que la situation de notre EN A ne sera pas aussi facile comme on l’avait prétendu dans un premier temps. Ce sera difficile, comme dit Mad- jer, pour la raison suivante : on sait

comme dit Mad- jer, pour la raison suivante : on sait bien les instructions que les

bien les instructions que les entraî- neurs qui sont tombés contre nous vont donner à leurs joueurs. Ils vont les prévenir sur la façon d’être contre l’Algérie. S’ils sont motivés à 100%, ils vont l’être à 150%. Pour cela, il faudra être prêt physiquement et tac- tiquement en dosant ses efforts comme il se doit.» Dans le même ordre d’idées, Benchikh ajoute : «Il faudra gagner les duels. Ce qui n’est pas notre fort actuellement, ni celui des pays maghrébins dans leur en- semble. Les conditions idéales d’un Mondial sont différentes de celles d’une CAN avec les conditions clima- tiques et environnementales qui sont le plus souvent différentes, mais sur- tout très dures pour ceux qui n’en sont pas habitués. Outre cela, nos adver- saires sont en train d’étudier notre jeu et notre façon de jouer ; si l’on te prend un joueur comme Brahimi en individuel, ils vous poseront des pro-

blèmes. Pour cela, il faudra compter sur plusieurs variantes pour contour- ner les desseins de nos adversaires. Notre force, cependant, reste la viva- cité et le côté technique. Boudebouz pourrait être la solu- tion, mais ce n’est qu’un avis. On ne s’immisce pas dans les choix du coach.» Concernant le joueur et le techni- cien locaux, Benchikh commente :

«On doit considérer le joueur et le technicien local. C’est vrai que Gour-

cuff est en train de faire des stages avec les joueurs locaux. Néanmoins, c’est insuffisant. Il faut tout revoir sur le plan de la formation. Il faut un changement radical. Il faut un cahier des charges et surtout le respect de la règlementation afin que tout se fasse dans la transparence. La justice dans le sport doit être omniprésente pour ne pas dépasser les lignes rouges qui sont le garant de la bonne fonctionna- lité de notre football. Pourtant, on possède une très bonne pâte et des

jeunes pétris de qualité. Ils sont mer- veilleux. On n’a pas le droit de les dé- laisser», avait affirmé Benchikh. Madjer abonde dans le même sens pour dire : «Un entraîneur national qui prend en même temps l’EN A et l’EN A’, cela n’a été vu dans aucun pays dans le monde. Là, je relève un déséquilibre flagrant. La logique veut que l’EN A’ soit entraînée par un local. On avait proposé à l’époque à M. Djiar, ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, un projet extraordinaire en montant une équipe A’ composée de locaux et même de joueurs venant de l’étranger pour en faire l’EN de de- main. Ce projet, pour on ne sait quelles raisons, a échoué. Pourtant, on aurait pu construire une grande équipe nationale. Aujourd’hui, on ne comprend pas pourquoi les jeunes ca- tégories ne participent pas aux com- pétitions africaines de ces catégories. Il ne faut pas avoir peur des résul- tats.» Ils sont unanimes pour dire que la formation ne bénéficie pas de nos jours de l’intérêt qu’elle mérite. «J’avais, dans le cadre de ma mission de président de la haute commission de détection des jeunes talents, pro- posé à M. Tahmi, ministre des Sports, un projet pour la formation des jeunes catégories, notamment les minimes et les cadets au niveau des clubs de Ligue 1-Mobilis. Ce projet sera fi- nancé par le ministère des Sports. Les entraîneurs qui auront la charge de ces jeunes seront aussi payés par le minis- tère. Néanmoins, ce projet, pour des raisons qui restent à élucider, n’a pas marché. C’est un échec», a ajouté Madjer. Il est certain que la préparation à cette CAN doit se faire dans un pays limitrophe de la Guinée-équatoriale, le Gabon, par exemple. «On l’a déjà

fait par le passé, et cela a marché. L’expérience des anciens peut être très utile à notre équipe nationale que nous aimons beaucoup. D’ailleurs, on ne la critique pas. On ne fait que don- ner un avis qui n’engage que nous. La Tunisie n’est pas le bon choix du fait que cela ne va pas nous apprendre beaucoup sur les équipes africaines. On aurait même pu se préparer contre un club africain. C’est leur choix, et personne n’y peut rien.» Pour le pronostic, nos deux invités n’ont pas voulu s’exprimer. Ils ont tout simplement affirmé qu’ils ne sont ni optimistes ni pessimistes du fait qu’il s’agisse d’un groupe relevé. Néanmoins, l’Algérie, si elle sait comment doser ses efforts, elle pourra réussir une très bonne CAN. Pour cela, il faudra impérativement rem- porter le premier match contre l’Afrique du Sud afin de faire peur aux autres équipes du groupe C comme le Ghana ou le Sénégal. Pour l’arbitrage, il faudra faire avec. «L’ar- bitrage n’a pas tellement progressé.» Concernant les joueurs algériens qui ont été zappés par la CAF pour la course au Ballon d’or africain, Madjer dit : «En 1990, j’ai été déclaré meil- leur joueur africain. Finalement, je suis 2 e , et c’est Milla qui obtient le ballon d’Or, alors qu’il n’a pas joué la CAN 1990. Cette opération demeure louche.» Pour Benchikh, «il n’y a que Brahimi qui mérite d’être nominé. Pour le reste, ils ne sont pas extraor- dinaires», avait-il affirmé. En dépit de tout, notre EN est capa- ble d’aller très loin dans cette CAN si elle joue crânement ses chances. On peut dire qu’elle a une très belle carte

à jouer Hamid Gharbi

«Le facteur physique sera déterminant. Pour espérer réa- liser un bon parcours, lors de la CAN-2015, il va falloir se préparer en conséquence. Dans le cas contraire, l’EN passera à côté et ratera son objectif à coup sûr», a tenu à déclarer Rabah Madjer, invité hier au forum d’El Moud-

jahid, avant de s’interroger sur le choix de la Tunisie pour l’unique match amical des Verts avant d’entamer cette phase finale de la coupe d’Afrique des nations, prévue du 17 janvier au 8 février en Guinée équatoriale. «Franche- ment, je ne pense pas que la Tunisie, qui pratique le même football que l’Algérie, soit le bon sparring-partner.

Il aurait était plus judicieux de disputer une rencontre

face à une sélection de l’Afrique noire dont le jeu est si- milaire à nos futures adversaires dans cette CAN», a dé- claré Madjer, en mettant un bémol sur le programme de préparation prévu par le staff technique en prévision du rendez-vous continental : «J’ai appris que la sélection na- tionale réalisera sa préparation au centre technique de Sidi Moussa, avant de rejoindre la Tunisie pour disputer un

RABAH MADJER :

« Ce sera du 50-50 »

match amical face aux Aigles de Carthage, une semaine avant le début de la compétition, pour ensuite s’envoler pour la Guinée équatoriale. Sincèrement, je ne pense pas que cela soit la bonne ap- proche avant d’aborder une phase finale qui se joue dans un pays de l’Afrique australe. Il aurait été plus adéquat de réaliser la préparation dans un pays limitrophe, à l’image du Gabon ou du Cameroun, pour permettre aux joueurs de s’adapter au climat et de disputer un ou deux match face à des clubs locaux. Nos joueurs, contrairement à ceux des équipes adverses, ne sont pas habitués à la chaleur et à l’humidité de l’Afrique. Les conditions climatiques sont tout à fait différentes de celles de l’Europe. Ils risquent donc de rencontrer des difficultés et être physiquement diminués. Dans ce genre de confrontation, il faut être présent dans les duels. Nos joueurs sont dotés d’une technique et d’une intelligence dans le jeu excep- tionnelles.

Ph. : Billal
Ph. : Billal

Cependant, ils risquent d’être diminués physiquement, faute d’une préparation adéquate.» Pour ce qui est des chances de l’EN dans le groupe C, Madjer, plutôt pessi- miste dans ses propos, se refuse de donner un pronostic concret. «Je ne veux pas donner de pronostic. Ce sera du

50-50.

Beaucoup de paramètres ntrent en considération. Le plus dur pour l’EN sera de sortir de ce groupe de la mort. Le Ghana, qui a une grande expérience des compétitions internationales et dispose d’une très bonne équipe, n’est plus à présenter. Le Sénégal et l’Afrique du Sud ont, aussi, de sérieux arguments à faire valoir. Ce n’est pas parce qu’on a fait une bonne coupe du monde qu’on est archifa- vori. Ce sont deux compétitions différentes. Pour moi, il est plus difficile de jouer en Afrique. C’est pour cette rai- son que j’insiste sur la préparation», a déclaré Madjer, pour conclure le chapitre de l’équipe nationale. Rédha Maouche

CONFÉRENCE DE PRESSE DE CHRISTIAN GOURCUFF, SÉLECTIONNEUR NATIONAL :

« Le tirage au sort ne changera rien à nos objectifs »

«On ne peut pas dire que le tirage au sort a été clément avec nous. L’Algérie a hérité d’un groupe très difficile. Je pense que la première déception fut de figurer dans le cha- peau deux, plutôt que d’être parmi les têtes de série. À partir de là, nous avons subi ce tirage. Même pour le second tour, nous devrons jouer face aux qualifiés du groupe B, qui est composé de sélections fortes. À présent, nous n’avons pas d’autre choix que de faire avec. Cela dit, le tirage au sort ne changera rien à nos objectifs», a déclaré Christian Gour- cuff, hier, lors d’une conférence de presse tenue au com- plexe olympique Mohamed-Boudiaf, avant de poursuivre, en parlant des adversaires de l’EN pour le premier tour de cette compétition : «Le Ghana dispose de grandes capacités individuelles. C’est une grande équipe. L’Afrique du Sud est une valeur sûre. Il n’y a qu’à voir comment cette sélec- tion a éliminé le tenant du titre, le Nigeria. Le Sénégal est formé de jeune joueurs très talentueux au gabarit impres- sionnant. C’est une nouvelle génération qui a de l’avenir. Son jeu est similaire à celui du Mali qui nous a posés énor-

Ph. : Billal
Ph. : Billal

mément de problèmes. Nous allons recueillir au fur et à me- sure, plus d’informations concernant nos futurs adversaires dans ce groupe.» Pour ce qui est du statut de favori, le sé-

lectionneur national souligne : «Je pense qu’il faut occulter ce statut de favori et se concentrer sur le travail. À l’image de tous les participants à cette coupe d’Afrique, nous sommes très ambitieux. Cependant, il faut traduire cette am- bition concrètement en s’investissant à fond dans la prépa- ration pour ce tournoi.» Abordant le volet préparation et le choix du sparring-partner, Gourcuff à tenu à préciser : «Il a fallu prendre en considération plusieurs paramètres avant d’arrêter le programme de préparation, notamment le fac- teur temps et les conditions climatiques sur place. Ainsi, nous avons choisi d’entamer le programme au centre tech- nique de Sidi Moussa le 2 janvier. Ce stage sera ponctué par un match amical prévu en Tunisie le 11 du même mois face aux Aigles de Carthage. On regagnera Alger pour pour- suivre le travail, avant de s’envoler le 15 pour la Guinée équatoriale. Pour ce qui est du choix de la Tunisie, je peux vous dire qu’il n’est pas fortuit, même si certains auraient souhaité que l’EN rencontre des sélections dont le football est similaire à celui de nos futurs adversaires. Pour ma part,

le but recherché est de voir à l’œuvre mon équipe et mes joueurs. Dans ma conception des choses, je cherche avant tout à imposer nos points forts à l’adversaire, plutôt que de me préoccuper de son jeu. Cela dit, la Tunisie est un adver- saire de taille, et le match face à cette sélection va beaucoup nous servir. On se contentera de ce seul match dans la pré- paration, car, pour moi, l’entraînement est aussi important durant cette phase.» Pour ce qui est de l’effectif, il a claire- ment indiqué qu’il n’y aura pas de révolution. «Il ne faut pas s’attendre à un grand changement. Il reste deux ou trois cas au plus à trancher. Sinon le gros de l’ossature, tout le monde le connaît. Ainsi, je donnerai la liste des 23 sélec- tionnés le 15 janvier, avec une liste de réservistes.» En fin, le coach national a abordé le cas de M’Bolhi qui reste deux mois sans compétition : «Il travail actuellement avec Boli dépêché sur place. Il a un programme individuel. Ce sera aussi le cas pour les joueurs évoluant dans les championnats turcs et anglais, dont la trêve hivernale sera trés courte.» Rédha Maouche

LIGUE 1-MOBILIS (13 e JOURNÉE)

L’USMA et l’USMH prennent les commandes

Cette 13 e journée a été en deçà des espérances, eu égard à l'offensive qui a été l'une des plus faibles de la saison, puisqu'on n'a scoré qu'à 10 reprises. Toujours est-il, cette journée a été profitable aux Usmistes et aux Harrachis qui se sont imposés hors de leurs bases.

C es deux équipes, du coup, pren- nent les rênes du championnat national avec 24 pts chacune.

Elles laissent le CSC à deux points der- rière, suite à son nul ramené du stade de Bologhine (0-0) devant le MCA. Ce dernier n'arrive toujours pas à relever la tête, puisqu'il reste à la dernière loge à trois points du premier relégable. Il faut dire que les Usmistes ont su comment cadenasser le jeu en privant les Mou- loudéens de Béjaïa de balles. Il aura suffi d'une balle arrêtée (corner) pour voir les Usmistes ouvrir la marque d'une tête de Mefath. Ce but a été suffi- sant à leur bonheur, étant donné que les locaux n'ont pas réussi à rétablir l'équi- libre. Ils sont ainsi relégués à la 4 e place

avec 21 pts. Les Harrachis, quant à eux, dans le derby du Centre, sont sortis vic- torieux, grâce à des buts de Boumechra et d’Abid, le buteur du clubn avec huit buts. Les Jaune et Noir ont prouvé qu'ils sont un sérieux prétendant. Au stade du 8-Mai 1945 de Sétif, les poulains de Madoui avaient une très belle carte à jouer et surtout faire ou- blier aux supporters leur faux pas de- vant Chlef (2-1). Toutefois, face aux Belouizdadis, on avait assisté à un match équilibré dont le premier half s'achèvera sur le score de 0-0. En se- conde mi-temps, les Sétifiens ont mis toutes leurs forces dans la bataille, mais les Rouge et Blanc, bien regroupés, ne laissèrent rien passer. Il aura fallu atten-

regroupés, ne laissèrent rien passer. Il aura fallu atten- dre les cinq dernières minutes pour voir
regroupés, ne laissèrent rien passer. Il aura fallu atten- dre les cinq dernières minutes pour voir

dre les cinq dernières minutes pour voir Benyetou marquer sur penalty. Une vic- toire précieuse qui permet aux Sétifi- fens de revenir à trois points des co-leaders. Le MCO dans le derby de l'Oranais n'a pu faire que match nul. Là, les poulains de Cavalli ont failli se faire surprendre par une très bonne équipe asémiste. Néanmoins, le manque d'effi- cacité lui a joué de mauvais tour. Car, dominer n'est pas gagner. La JSK, qui avait traversé une zone des turbulences qui aura duré plusieurs journées, a su comment se réveiller de-

vant une équipe du RCA en perte de confiance. Une victoire qui lui permet de revenir à une bonne place d'attente. C'est aussi le cas de l'USMBA qui a réussi la palme de tenir en échec une bonne équipe de l'ASO et qui restait sur une victoire devant le champion d'Afrique, l'ESS (2-1). Par ce semi- échec, les Chélifiens retombent dans leurs travers. La JS Saoura a bien réagi suite à sa dernière défaite devant l'USMA, à Bologhine (3-1). Elle est parvenue à battre le MCEE sur le score de 1-0. Goavec, qui avait en face de lui

son ancienne équipe, a réussi à l'empor- ter en offrant une victoire précieuse à l'équipe bécharie après une longue pé- riode sans victoire. La prochaine jour- née en cèdera la place aux 32 es de finale de Dame Coupe qui nous conviera à certains chocs assez intéressants comme CSC-MCA, USMB-CRB, MCEE-JSS. Notons que le match MOC-ESS a été reporté au 23 décembre en raison de la participation de l'ESS à la coupe du monde des clubs du 10 au 20 décembre au Maroc. H. Gharbi

MOB - USMA vire à l’affrontement

Le MOB de Béjaïa n'a pas tenu le choc face à l'USMA. Bien que fort de l'avantage du terrain, le club béjaoui s'est in- cliné au bout sur une tête de Rabie Meftah (34’) (0- 1). L'équipe béjaouie avait une heure de jeu de- vant elle pour revenir au score, mais ses attaquants ont péché à chaque fois à la finition. Après cette défaite, le MOB dé- gringole à la 4 e place, derrière l'USMA, l'USMH et le CSC, mais reste néanmoins collé au peloton de tête, puisqu'il n'accuse que trois points de retard. Mais il fallait ex- pliquer tout ça aux supporters qui se sont versés dans une véritable vague de violence après le match. En effet, au coup de sifflet final de l'arbitre, de violents affrontements

de sifflet final de l'arbitre, de violents affrontements ont éclaté dans le stade. Les sup- porters

ont éclaté dans le stade. Les sup- porters de l'USMA qui ont fait le déplacement ont été pris pour cible. Le service d'ordre a réussi tant bien que mal à contenir la furia des supporters et évacuer le stade, mais il fallait compter sans la montée au créneau d'une frange de supporters qui était revenue à la charge à l'extérieur. La situation dégénère rapidement. On dénom- bre une vingtaine de blessés parmi les supporters de l'USMA et plu- sieurs interpellations. En somme,

des scènes désolantes que rien ne justifie. Au final, c'est le MOB qui est le grand perdant, parce qu'il ne perd pas que trois points. Au regard de tout ce qui s'est passé à la fin du match, il faudra s'attendre à ce que de lourdes sanctions tombent. En pa- reil cas, la sentence est d'au moins quatre matches. Une sanction qui risquerait de compromettre le reste du parcours du club béjaoui que personne n'attendait pourtant à ce niveau. Pour un club dont l'ambi- tion de jouer le milieu du tableau, la raison aurait voulu qu'ils ména- gent leur équipe et qu'ils soient fiers déjà du parcours. A. Benrabah

COUPE D’ALGÉRIE

ES Béchar Djedid, dernier qualifié aux 32 es de finale

L’ES Béchar Djedid a arraché, samedi, son billet qualificatif pour les 32 es de finale de la coupe d’Al- gérie 2015, en battant, après prolongations, le GC Aïn Sefra sur le score de 2-1. La formation de Bé- char affrontera au prochain tour, programmé le 13 décembre 2014 à Béchar, l’équipe de l’USM Sétif qui évolue en Interrégions.

COUPE DE LA CAF

Le Ahly sacré

Le Ahly du Caire, club le plus titré du continent, s'est adjugé un énième titre continental : la Coupe de la CAF. En battant les Ivoiriens de Séwé San Pedro 1 à 0, samedi, en finale retour, au stade du Caire, le géant égyptien a étoffé sa vitrine par un autre trophée continental. Au match aller, le Séwé San Pedro, véritable surprise de cette édition, s'était imposé par deux buts à un. Le but marqué à l'extérieur par le Ahly du Caire a été décisif. A. B.

BASKET-BALL : SUPERDIVISION A (13 e J)

Trois succès en déplacement

: SUPERDIVISION A (13 e J) Trois succès en déplacement minutes de la fin avant de

minutes de la fin avant de passer devant au buzzeur du 1 er quart temps 20 à 17. Le NBS devait s’appliquer davantage dans le se- cond quart, et c’est ce qu’il réussit à faire, grâce à une meilleure solidité en défense. À ce moment, les Séti- fiens perdent leurs baskets et laissent l’adversaire réussir sa remonter pour reprendre l’avantage à la pause 35/32. Même scénario au 3 e où l’on assiste à un échange de shoots à trois points réussis de part et d’autre. Le NBS péchera en commettant des fautes qui le pénali- seront en fin de match. Maâmar Beriche fait tourner son effectif, car son

La 13 e journée de la superdivision A jouée samedi dans sa totalité a été marquée par trois victoires en déplacement. L’US Sétif, le GS Pétroliers et le NAHD sont les trois formations à avoir décroché des victoires en déplacement durand la dernière journée de la phase aller. Les Sétifiens, leaders après douze journées de compétition, venaient affronter le NB Staouéli qui jouait à domicile sans l’une de ses pièces maîtresses Sidali Ghrib le shooteur à trois points, blessé aux li- gaments croisés du genou droit lors du match face à Bordj Bou-Arréridj, mardi dernier. Sétif qui n’a subi qu’un seul revers depuis l’entame de la saison, c’était face au GS Pétroliers, de- vait assurer sa 11 e victoire pour rester leader. En face, les camarades d’Amine Benremdane voulaient infliger à l’USS un second échec et faire plaisir à un public venu nombreux les soutenir dans ce match difficile. Le duel tiendra, d’ailleurs, toutes ses promesses, et le suspense a caractérisé l’en- semble des quatre quarts de temps. Comme chaque match difficile, Merouane Brahami base le jeu de son équipe sur les deux intérieurs congolais Mutomb et Assani, deux pivots qui avaient pour rappel donné le tournis à la défense du GSP. Le début du 1 er quart sera dominé par les locaux qui opèrent par un jeu rapide orchestré par le meneur Anis Fedala qui inscrit plu- sieurs points sur des contres et des pénétrations. En- suite, Sétif se réveille pour égaliser à 12 par tout à 2

meneur Fedala commençait à avoir mal aux ad- ducteurs. Une petite application d’un anesthé- siant de la part du kiné de l’équipe pour terminer ce qui reste de la partie et pour maintenir cette légère avance à la fin du 3 e quart (57/55). Le NBS sera ensuite pénalisé par le nombre de fautes commises, deux joueurs quitteront le par- quet, Lamini à 3’59’’ de la fin, et Fortas dans la dernière minute ; ajoutez à cela, le claquage dont a été victime Anis Fedala , et il fallait sauver la situation avec les jeunes du cru, à l’image de Guedoudj, auteur de quatre shoots à trois points réussis, ainsi que le rôle positif du chevronné Amine Benremdane. Les Sétifiens remontent l’écart, grâce notamment aux deux frères Berba- gui qui remettent de l’ordre dans le jeu de leur équipe qui finira finalement mieux que le NBS, s’imposant par 6 points de différence (74/80) et ce sera le 23 e points récolté par l’US Sétif cette saison en douze matchs joués en attendant que le GSP joue ses quatre matchs en retard. Mokhtar Habib

Résultats et classement AB Skikda - OMS Miliana NB Staouéli - US Sétif CSMBB Ouargla - NA Hussein-Dey WA Boufarik - USM Blida CRB Dar El-Beïda - IRBB Arrèridj O. Batna - GS Pétroliers Exempt : CS Constantine

Hussein-Dey WA Boufarik - USM Blida CRB Dar El-Beïda - IRBB Arrèridj O. Batna - GS
Hussein-Dey WA Boufarik - USM Blida CRB Dar El-Beïda - IRBB Arrèridj O. Batna - GS
Hussein-Dey WA Boufarik - USM Blida CRB Dar El-Beïda - IRBB Arrèridj O. Batna - GS
Hussein-Dey WA Boufarik - USM Blida CRB Dar El-Beïda - IRBB Arrèridj O. Batna - GS
Hussein-Dey WA Boufarik - USM Blida CRB Dar El-Beïda - IRBB Arrèridj O. Batna - GS

87-78

74-80

72-82

74-63

75-68

62-79

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse CONDOLEANCEs Horaires des prières de la journée du lundi 15 Safar 1436 correspondant
Vie religieuse
CONDOLEANCEs
Horaires des prières de la journée du lundi 15 Safar 1436 correspondant
au 08 décembre 2014 :
Le Directeur général, le Secrétaire général et l'ensemble
- Dohr … 12h40
- Asr 15h14
des cadres et employés de la Caisse Nationale
- Maghreb
17h35
- Icha…………………18h59
d'Equipement pour le Développement (CNED),
Mardi
16
Safar
1436
correspondant au 09 décembre
2014 :
profondément touchés par le décès de Monsieur DJAHDOU
- Fedjr 06h17
- Chourouq
07h49
Mohamed, Chef de l'Inspection Générale des Finances
(IGF), présentent aux membres de sa famille leurs sincères
condoléances et les assurent en cette douloureuse
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
circonstance de leur profonde sympathie.
EL MOUDJAHID
Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte
au capital social de 50.000.000 DA
Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
«A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub
ANEP 161045 du 08/12/2014
Naâma Abbas
CONDOLEANCEs
Rédacteurs en chef
Kamal oulmane —Achour cheurfi
Le Président-Directeur général ainsi que les membres du
diRectioN geNeRAle
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
diRectioN de lA RedActioN
Conseil d'Administration du Groupe Industriel BATIMETAL
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
internet : http://www.elmoudjahid.com
e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
Spa, très affectés par le décès de Monsieur DJAHDOU
Rachid, Directeur Général de l'Inspection Générale des
BUReAUX RegioNAUX
coNStANtiNe
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRdJ BoU-ARReRidJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
Sidi Bel-ABBeS
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BeJAiA :
Finances (IGF), présentent à toute sa famille et proches
leurs sincères condoléances et les assurent de leur profonde
sympathie en cette douloureuse circonstance.
Qu'Allah le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.»
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
tiZi oUZoU :
El Moudjahid/Pub
ANEP 161132 du 08/12/2014
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tleMceN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MAScARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
ceNtRe AiN-deFlA :
Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport de l’Électricité
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlicite
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlgeR : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
GRTE. Spa - filiale Groupe SONELGAZ - Capital social 40 000 000 000 DA - RC 04B965470
Siège social : Route Nationale n°38 - Immeuble des 500 bureaux - Gué de Constantine
DIRECTION DU TRANSPORT DE L’ÉLECTRICITÉ
Région Transport de l’Électricité de HASSI MESSAOUD
Cité Si EL HAOUES II - N°79 - BP 468 HASSI MESSAOUD - OUARGLA
Tél.: 213 029.73.43.23 / Fax : 213 029.73.84.56
NIF : 000416096547023
MISE SOUS TENSION
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNeMeNtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou
commandes
de
photos,
s’adresser
au
service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
coMPteS BANcAiReS
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
La Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport de l’Électricité,
la Direction du transport de l’Électricité, la région transport de l’électricité de
Hassi Messaoud informent la population des Wilayas de Ouargla, Ghardaïa
& Laghouat qu’il sera procédé à la mise sous tension du rabattement à Hassi
Messaoud de la ligne 400 kv Hassi Messaoud Ouest-Hassi R’mel pour les
jours du 15 & 16/12/2014.
De ce fait, la région transport de l’électricité de Hassi Messaoud décline
toute responsabilité quant à l’approche de tout individu non autorisé de ces
installations.
El Moudjahid/Pub
ANEP 161318 du 08/12/2014
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l'Industrie et des Mines
Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncières
NIF: 000816097984689
iMPReSSioN
Edition du Centre :
Société d’impression d’Alger (SiA)
Edition de l’Est :
Avis d'infructuosité
Société d’impression de l’est, constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’impression de ouargla (SiA)
Unité d’impression de Béchar (SiA)
diFFUSioN
centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
est : SARl “SodiPReSSe” :
tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SdPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tdS”
tél-fax : 029 75.02.02
Conformément aux dispositions de l'article 44 du décret présidentiel
n°10-236 du 07 octobre 2010, modifié et complété, portant réglementation
des marchés publics, l'Agence Nationale d'Intermédiation et de Régulation
Foncière «ANIREF» informe l'ensemble des soumissionnaires ayant
participé à l'appel d'offres national restreint n°01/AV/2014 portant
«ACQUISITION DE QUINZE (15) VEHICULES», composé de deux lots,
que celui-ci est déclaré infructueux pour les raisons suivantes :
Lot 1
Aucune offre
France : iPS (international Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
Dix (10) véhicules de type pick-up double
cabine 4x4
préqualifiée
Lot 2
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
Cinq (05) véhicules de type combi-vitré
aucune offre reçue
El Moudjahid/Pub
ANEP 204795 du 08/12/2014
Lundi 8 Décembre 2014

EPE - EFAPAL - sPA Entreprise de Fabrication de Peinture et Dérivés 32, rue Neddaf-Lakhdar- Hussein-Dey, Alger, Algérie Tél. : 023 77.62.67 / Fax : 023 77.62.68

Avis «Consultation

N°04/DG/2014»

«TRANSPORT DU PERSONNEL DE l'EPE - EFAPAL - SPA»

L'EPE - EFAPAL - sPA invite, par le présent avis de consultation, les soumissionnaires intéressés à présenter leurs offres pour le transport du personnel de l'entreprise EPE - EFAPAL - sPA. La prestation est répartie comme suit :

Transport du personnel d'Alger à Larbaâ. Les candidats intéressés par la présente consultation peuvent retirer le cahier des charges auprès de :

Direction générale de EPE - EFAPAL - sPA Entreprise de Fabrication de Peinture et Dérivés 32, rue Neddaf-Lakhdar- Hussein-Dey, Alger, Algérie Tél. : 023 77.62.67 / Fax : 023.77.62.68 Après paiement de la somme de 2.000,00 DA non remboursables. Les offres doivent comporter une offre technique et une offre financière accompagnées des documents réglementaires et doivent être insérées dans des enveloppes fermées et cachetées selon les dispositions du cahier des charges ; le tout dans une enveloppe extérieure qui ne devra porter que la mention suivante :

sOUMIssION A NE PAs OUVRIR Consultation N°04/DG/2014 «Transport du personnel de l'entreprise EPE - EFAPAL - sPA». A/L'offre technique comprendra notamment :

1.Une déclaration à souscrire (à remplir selon le modèle joint en annexe au cahier des charges) 2.Une déclaration de probité (à remplir selon le modèle joint en annexe au cahier des charges). 3.L'offre technique proprement dite. 4.Le cahier des charges avec toutes les pages paraphées portant la date, le cachet et la signature du soumissionnaire, précédée de la mention «lu et approuvé». B/L'offre financière comprendra :

1- La soumission (à remplir selon le modèle joint en annexe au cahier des charges) 2- Le bordereau des prix unitaires dûment signé par le soumissionnaire. 3- Le devis quantitatif et estimatif dûment signé par le soumissionnaire. La durée de préparation des offres est fixée à 15 jours à compter de la date de la parution de la présente consultation dans les quotidiens nationaux et/ou le BOMOP.

El Moudjahid/ Pub

ANEP 204792 du 08/12/2014

Entreprise Publique Economique de Gestion Touristique de Tipasa

EPE SPA au capital social de 387.000.000 DA Siège social : Centre Touristique Tipasa, Village ex-CET - Tipasa Téléphone : + 213 (0) 24.37.65.80 Fax : +213 (0) 24 37.65.81 R.C n° 0523190 B 04 NIF : 098342010007641

Avis

d'infructuosité

L'Entreprise de Gestion Touristique de TIPASA (EGT TIPASA) informe l'ensemble des soumissionnaires ayant répondu à l'appel d'offres National et International N°002/2014 paru dans les quotidiens nationaux (ECHOUROUK, LE SOIR D'ALGERIE, LIBERTE, EL MOUDJAHID ET ECHAAB), relatif à la modernisation des centres touristiques relevant de l'EGT TIPASA, qu'à l'issue de l'évaluation des offres, cet appel d'offres est déclaré infructueux.

El Moudjahid/ Pub

ANEP 204739 du 08/12/2014

Culture

30

EL MOUDJAHID

7 e ÉDITION DU FESTIVAL DE LA CHANSON SÉTIFIENNE

Vibrant hommage à Samir Staïfi

C’est sous le signe d’un hommage profond à un grand monsieur de la chanson sétifienne, Samir Staïfi, qui a nous a quittés voilà deux mois, em- portant avec lui bien des secrets d’un patrimoine cher à tous les adeptes du «sraoui», cri de joie et de tristesse où l’amour et la consternation se confondent harmonieusement, qu’a été ouverte, hier à Sétif, la septième édition du Festival de la chanson sétifienne.

U ne édition d’autant plus importante qu’elle aura plusieurs jours durant, au-delà de ce juste hommage à aller sur le terrain de la prospection pour détecter les jeunes talents de ce style

musical et se souvenir aussi de toutes ces vedettes qui sont passées un jour sur ces mêmes planches de la maison de la Culture Houari- Boumediene pour s’en aller à la conquête d’un public qui les a vu naître dans la cité de Ain Fouara, y grandir et s’épanouir sous d’au- tres cieux de ce merveilleux patrimoine. Un public nombreux que voici revenu pour donner à la première de cette septième édition qui s’annonce époustouflante, une autre dimension de joie et d’affermis- sement d’un riche patrimoine. Sur ce terrain de l’hommage qui sera ainsi rendu à quelqu’un qui

a dit un jour alors qu’il était encore sur son lit d’hôpital : «J’ai servi

la chanson sétifienne et je continuerai à le faire jusqu’à mon dernier

souffle», fredonnant du bout des ses lèvres certaines de ses chansons préférées, Bekakchi el-Khier, Tchier Abdelghani, Salah el Eulmi, Bariza Staifia et bien d’autres adeptes de la chanson sétifienne ont répondu présents pour nous replonger l’espace d’une merveilleuse soirée, dans les secrets de cet illustre patrimoine qui n’a pas encore livré tous ses secrets et dire à Samir Staïfi et bien d’autres qui l’ont précédé et qui ne sont hélas plus de ce monde : «Nous veillerons à préserver et valoriser ton sublime Sraoui.» Dans cette grande salle de la maison de la Culture qui s’est avérée trop exigüe pour contenir le nombreux public, il y avait aussi le wali, Mohamed Bouderbali, le président de l’APW et celui de l’APC mais aussi de nombreux autres invités, Mohamed Tahar Fergani, Moha- med Ajaimi, Fatiha Berbere, Kouider Bouziane, Bahia Rachedi, El- Menai, Hacene Benzerari et bien d’autres grandes figures de la chanson et de la culture algériennes de même que d’autres person- nalités de ce monde, à l’instar de Lakhdar Benturki, le directeur gé-

Ph. : Dj. Krach
Ph. : Dj. Krach

néral de l’ONCI et Sami Bencheikh, président de l’ONDA, qui se joindront avec le président de l’APC de Sétif au wali pour honorer la famille du défunt Samir Staïfi. Des moments où l’émotion atteindra son paroxysme, notamment lorsque cet immense fond de scène merveilleusement bien décoré sera déchiré par les images éclatantes d’un documentaire produit par l’ENTV, sur une part du parcours de Samir sous les ovations sans fin d’un public qui a vibré, l’instant de quelques paroles que pro- noncera le défunt de son vivant, et donnera à tous l’impression d’être présent ce soir à ce festival, sauf que le vestiaire traditionnel qu’il occupait pour se préparer était glacial à ne pas pouvoir y pénétrer.Rien, absolument rien, ne semblait avoir été au fait du ha-

sard pour que cette 7 e édition se hisse au niveau des objectifs es- comptés, le directeur de la culture, commissaire du festival, Laribi Zitouni souligne l’importance d’une telle rencontre et met l’accent sur les deux grands volets inhérents à la détection des jeunes talents et à la préservation d’un aussi beau patrimoine, consacrant dans son intervention une large part au défunt Samir Staïfi, son parcours et tous les efforts qu’il n’a jamais cessé de mettre au service de la chan- son sétifienne authentique. Comme il ne maque pas de remercier tous ceux nombreux qui ont répondu à l’invitation pour assister à cette cérémonie et joindre leurs voix à celle de cet illustre chanteur. C’est ainsi que l’ouverture de ce festival sera également marquée par un somptueux bouquet des nombreuses voix présentes qui le chanteront à ne plus en finir. Bekakchi el-Khier, Tchier Abdelghani, Bariza Staïfia, Salah el-Eulmi, Aboud Skikdi, cheba Sihem, cheba Djamila et Zoubir Belkheir ont chanté pour un vibrant hommage à l’homme qui n’a jamais cessé de défendre, 40 années durant, la chan- son sétifienne avant de s’en aller, fredonnant alors comme un gardien de temple : «Sétif et Ain Fouara» . La 7 e édition du Festival de la chanson sétifienne, qui se déroule donc du 6 au 11 décembre à la maison de la Culture Houari-Bou- mediene, et qui est placée sous le haut patronage de la ministre de la Culture, du wali de Sétif, mettra en lice 21 candidats sur les 74 qui se sont mesurés durant les préliminaires et sera marquée par 3 grands prix qui seront décernés aux meilleures œuvres de cette édition. La nouveauté de cette septième édition résidera, par ailleurs, dans l’or- ganisation d’une session de formation au profit des 20 jeunes talents qui ont émergés des différentes phases de sélection avant la soirée de clôture qui sera animée par cheb Khalas et cheba Taoues. F. Zoghbi

TABLE RONDE SUR LA DÉMARCHE LITTÉRAIRE ET POLITIQUE DE MARIO VARGAS LIOSA

Le nobélisé qui plaçait la littérature au sommet de sa vie

Pour rendre hommage à l’une des grandes plumes du XX e siècle, le péru- vien Mario Vargas Llosa, lauréat du prix Nobel de littérature en 2010. L’ambassade d’Espagne en Algérie et l’Institut Cervantes d’Alger, en colla- boration avec l’Ambassade du Pérou en Algérie, a animé samedi dernier à

l’institut Cervantes d’Alger, une table- ronde sur la vie littéraire et politique de l’auteur. L’ambassadeur d’Espagne en Algé- rie, Alejandro Polanco Mata, a loué de prime abord la personne de l’écrivain qu’il a qualifiée de «caractère univer- sel», tout en parlant de son œuvre spé- cifique qui reste parfois intraduisible et incompréhensible auprès des lecteurs. L’interlocuteur s’est toutefois appuyé sur la vision littéraire clairvoyante de l’auteur, son engagement intellectuel et ses principes de grand homme. Lors de son allocution, la journa- liste et éditrice algérienne, Assia Baz, s’est penchée sur le beurre de ses textes pour extraire le point important de lit- térature dans la vie de Vargas LIosa. «Il n’y a qu’une certitude ; la littérature est

la colonne vertébrale et le point névral-

(Ph : Nacéra
(Ph : Nacéra

gique de mon existence», écrit l’auteur dans l’un de ses livres. Selon elle, il a eu un parcours atypique, notamment avec ses rebondissements politiques et littéraires qui ont défrayé la chronique. De son côté, l’écrivain algérien

Djillali Khellas s’est étalé sur les in-

fluences littéraires de Vargas LIosa, avec en pole position, l’auteur améri- cain Williams Faulkner, dont la tech- nique, le style et la densité de l’observation ont beaucoup inspiré l’auteur péruvien. Ces caractéristiques littéraires qui sont également ceux du

nouveau roman français ont fait de Var- gas LIosa un admirateur de Jean-Paul Sartre lorsqu’il s’est installé à Paris, fief culturel des écrivains sud améri- cains autrefois. Sur sa démarche poli- tique, Khellas a rappelé que Vargas LIosa embrassait les idéologies com- munistes au début de sa carrière avant que ses opinions se déplacent progres- sivement au libéralisme. Par ailleurs, l’écrivain-poète espa- gnol a mis l’accent sur l’envie de Var- gas LIosa d’aller plus loin dans tous les domaines. «Il avait une visions globale de la dimension humaine, de l’espace et du temps, sans oublier sa vision po- litique qui le distinguait des autres écri- vains», a-t-il fait savoir. Pour lui, le passage de Vargas à Barcelone aux an- nées 1970 a été déterminent dans sa carrière littéraire, tout en mettant en exergue la grande rigueur au travail qui avait la dimension sacrée à ses yeux :

«Mario Vargas a fait de la rigueur la pierre angulaire de sa vie, il plaçait le travail, la lecture et l’écriture au som- met de ses occupations quotidiennes. Il avait également un esprit dynamique et juvénile», a-t-il noté.

L’écrivain espagnol a rappelé que même si Vargas LIosa a acquis sa no- toriété grâce à ses romans, il était éga- lement un journaliste-reporter, un dramaturge et essayiste. Il y a lieu de rappeler que Jorge Mario Pedro Vargas Llosa, de son vrai nom, est né en 1963 au Pérou. Auteur de romans et d’essais politiques. Il est lauréat du prix Nobel de littérature 2010 pour sa cartographie des struc- tures du pouvoir et ses images aigui- sées de la résistance de l'individu, de sa révolte et de son échec. Comme beaucoup d'auteurs latino- américains, Mario Vargas Llosa s'est engagé en politique tout au long de sa vie. Il soutient initialement le gouver- nement révolutionnaire de Fidel Cas- tro, mais est rapidement déçu. En 1990, il est candidat à l’élection présidentielle péruvienne à la tête d'une coalition, le Frente Democrático qui perd face à Al- berto Fujimori. Parmi ces œuvres célè- bres, on citera la Ville et les chiens, la Guerre de la fin du monde, ainsi que la

Fête au bouc. Kader Bentounès

MOHAMMED DJAÂFAR DÉDICACE SON ROMAN LES OISEAUX DE LA NUIT

La révolte des gueux face aux nantis

Une atmosphère d’effervescence ré- gnait dans la librairie du Tiers-Monde bien achalandée de lecteurs à la re- cherche d’un inédit récemment sorti ou d’un classique de la littérature mon- diale. L’auteur Mohamed Djaafar, qui sort son premier roman paru tout ré- cemment aux éditions Casbah, se prê-

tait au jeu d’une séance de signatures et d’échanges de propos de courtoisie avec quelques amis et connaissances venus le rencontrer. Le parcours de cet écrivain qui s’adonne à la lecture de ro- mans d’Amérique latine, de quelques classiques de Jean-Paul Sartre, Albert Camus et de Mouloud Mammeri ou en- core Mohamed Dib, est pour le moins qu’on puisse dire singulier. Né en 1955 à Bordj Bou-Arréridj où

il a effectué ses études primaires et se-

condaires avant de regagner les bancs du lycée Kerouani de Sétif, notre auteur d’une nature modeste presque effacée,

a fréquenté la faculté de droit d’Alger

par option et au regard des idéaux de justice et d’équité dans une société al- gérienne qui est sa première préoccupa- tion. Sa licence en poche, il voyage en Europe, précisément à Bruxelles, pour suivre des études de documentation, une filière qui lui servira plus tard lorsqu’il se décide à faire carrière dans l’armée. L’homme doté d’une exigence patriotique à laquelle tout algérien qui

se respecte n’échappe pas, veut alors servir son pays et s’engage au ministère de la Défense dans une carrière mili- taire pendant une trentaine d’années avant de prendre sa retraite. Si les deux domaines de la culture et des armes pa- raissent souvent aux yeux des analystes antinomiques voire diamétralement op- posés en raison de leur finalité, l’expé- rience d’une profession qui prend les allures d’un sacerdoce peut conduire dans certains cas à la littérature dans toute sa dimension thématique et esthé- tique, dans l’une et l’autre il y a un point de convergence qui se situe dans l’engagement face à des questions cru- ciales souvent politiques de l’actualité nationale. Ainsi, sans occupation régulière de-

puis deux ans, l’auteur se consacre à sa passion préférée qui est celle de son penchant irrésistible pour l’écriture dans les chaudes nuits où il se laisse

doucement aller à travailler des textes qu’il rédige à tête reposée chez lui. Cette passion dormait en lui depuis une quinzaine d’années déjà et il s’était pro- mis quand le temps le lui permettrait d’écrire une histoire qui lui tient à cœur. À corps perdu, il s’est donc lancé dans cette aventure d’où l’on revient miraculeusement transformé en écri- vant les Oiseaux de la nuit, en 1992, un livre qui est resté dans les tiroirs puisqu’en fonction de la profession

(Ph : Nacéra
(Ph : Nacéra

qu’il exerçait alors, il y avait une cer- taine réserve à observe comme il nous l’a expressément dit. Plonger au cœur d’une fiction dont le style d’écriture dif- fère d’un essai peut procurer à l’écri- vain qui a beaucoup lu dans sa jeunesse, une sensation différente liée en majeure partie à sa perception de sa société et des redoutables turbulences qu’elle a traversée durant la décennie noire. Nous avons parcouru d’un bout à l’autre ce livre – qui est illustré en cou- verture par une belle photographie en noir et blanc -construit d’une façon aty- pique dans la mesure où il est composé de plusieurs récits qui peuvent ressem-

bler à des nouvelles, un ensemble d’his- toires qui conservent leur autonomie mais qui sont cependant enchâssées l’une dans l’autre, renvoyant à des élé- ments qui parcourent le texte tout entier pour décrire une trame où il est question de sombres intrigues politiques, de ci- toyens de seconde zone réduit à la men- dicité comme ce cheikh Rahmoune plein d’humanité, de dignité et de fierté, un paysan qui a atterri en ville en quête d’un emploi et qui sombre dans la men- dicité avec un groupe de sans abri qui squattent les arcades des édifices ur- bains et que l’on veut expulser d’un lieu qui n’est pas, à proprement parler, pré-

cisé dans ce livre, pour regagner leur village d’origine. Un vent de révolte souffle alors dans cette petite commu- nauté de pauvres qui errent dans les marchés couverts d’immondices, un groupe de laissés-pour-compte soudés comme les doigts d’une seule main qui se retrouvent le soir à discuter de leurs problèmes et à opposer une résistance à ceux qui veulent les déloger. Le romancier, en fin observateur de la réalité sociale désire une seule chose : tenter une description qui en soit la plus fidèle possible à des situations pro- blématiques qui, comme il l’affirme lors de notre entretien, pourraient connaître un épilogue et des réponses à travers une vision des choses qui soit la plus plausible et proche de la vérité, une vérité pas toujours bonne à dire et que notre écrivain a voulu mettre en exergue pour attirer l’attention du lec- teur avec sa propension à comprendre les maux de sa société compartimentée en classes supérieures et inférieures et dont les premières imposent la loi du plus fort, la soumission et la servilité. Pour un premier roman, Mohamed Djaafar aura signé un livre dont la structure littéraire avec ses nombreux renvois une histoire profondément al- gérienne qui suscite l’intérêt et la cu- riosité du lecteur. Lynda Graba

Culture

31

EL MOUDJAHID

JOURNÉES DU FILM ALLEMAND À LA CINÉMATHÈQUE D’ALGER

Le Train de la liberté, unificateur

de la RDA et de la RFA

I l y a 25 ans, des milliers de citoyens est-allemands réfu- giés à Prague sont autorisés

à rejoindre l’Allemagne de l’Ouest. Le Train de la liberté, réalisé par Sebastian Dehnhardt et Matthias Schmidt, est un do- cumentaire poignant qui fait re- vivre l’une des dernières crises avant la chute du Mur, à travers les histoires de celles et ceux qui l’ont vécue. Des souvenirs en- core vivaces d’un périple tout à la fois éprouvant et émouvant. Projeté samedi soir, à l’ex-ci- néma ABC lors de l’ouverture des Journées du film allemand, en présence de l’ambassadeur d’Allemagne en Algérie et du di- recteur de la Cinémathèque algé- rienne, Lyes Semiane, le film revient sur les périlleux trajets effectués par des milliers de ci- toyens est-allemands, décidés à fuir leur pays via Prague. Au tra- vers de scènes reconstituées, d’images d’archives et de témoi- gnages de diplomates ou de sim- ples citoyens ayant réussi leur passage, avant de se réfugier à

(Ph : Nacéra
(Ph : Nacéra

l’ambassade ouest-allemande de Prague, puis de prendre ce que l’on a appelé «les trains de la li- berté». On mesure mieux l’an- goisse qui a pu saisir les candidats à l’exil en septembre et octobre 1989. Les images tournées devant ou à l’intérieur du majestueux bâtiment abritant l’ambassade de

la République fédérale alle- mande à Prague sont saisissantes : jeunes gens escaladant les grilles de l’ambassade, police tchécoslovaque tentant de les en empêcher, hurlements, grandes tentes installées dans les jardins pour loger, tant bien que mal, ces milliers de candidats à l’exil. La tension est palpable.

Avec plus de trois mille hommes, femmes et enfants ré- fugiés à l’ambassade, la situation devient rapidement critique. De Bonn à Berlin-Est, en passant par les Nations unies à New York, les responsables politiques de tous bords tentent de trouver une solution. Lorsque Hans-Dietrich Gen- scher, ministre des Affaires étrangères de la RFA, prend la parole au balcon de l’ambassade ouest-allemande de Prague, le 30 septembre 1989, pour annoncer que les réfugiés sont autorisés par la RDA à émigrer, la foule l’acclame. Mais les responsables est-al- lemands exigent que ces trains de la liberté passent par la RDA pour atteindre l’Allemagne de l’Ouest. Beaucoup craignent un piège. De fait, les longs voyages, minutieusement reconstitués dans ce documentaire, se dérou- leront dans l’angoisse, entrecou- pés d’arrêts, de contrôles et de menaces. Kader B.

LE POISSON ENCHANTÉ, DE RAYANE CHAKIB NADER

Un conte maritime fantastique

L’auteur algérien Rayane Chakib Nader vient d’éditer aux édi- tions Enag un ouvrage de fiction intitulé Le poisson enchanté. Un livre passionnant qui plonge littéralement le lecteur dans le monde fabuleux des mythes et mystères maritimes. Un conte qui rapporte minutieusement les tribulations de Rafik, un pêcheur solitaire à la quête de nourriture au fond du lac nourricier. Il rencontre le monde des contes de fées qui le plonge dans des aven- tures aussi folles les unes que les autres. Il visitera le royaume des eaux en compagnie d’un poisson doté de dons, de talents, mais aussi de sagesse qu’il met à la disposition de son protégé, pour peu qu’il respecte les lois de la nature. Le lecteur le suivra sous les eaux du

lac pour apprendre lui aussi comment réaliser ses vœux les plus intimes en récompense de ses actes. Le poisson enchanté ; Les découvertes fantastiques, de Rayane Chakib Nader, est un opuscule de fiction, qui plonge le lecteur dans les légendes des mers dans des chapitres comme « la Curiosité fatale », « le plongeon héroïque » ou encore « la nymphe des ténèbres ». Un conte imaginé et raconté aux petits chérubins en soif de sommeil, mais les scènes et les paroles, les cas parfois comiques, les dangers et les peurs excitent l’envie et l’intérêt. Ces situations font de ce récit un modèle à faire entre les mains des petits, mais aussi les adolescents et les jeunes. Kader B.

BATNA

La nouvelle pièce en

amazigh,

Warnid akid

chaleureusement

accueillie

arnig,

en amazigh, Warnid akid chaleureusement accueillie arnig , Les adeptes des planches ont chaleureusement ac- cueilli

Les adeptes des planches ont chaleureusement ac- cueilli la nouvelle pièce en amazigh du Théâtre régional de Batna, Warnid akid arnig (Et si tu ajoutes, j’en ra- jouterai), présentée samedi dernier. Mise en scène par le jeune Fawzi Benbrahim et adaptée par M me Leïla Benaïcha, d’une œuvre de l’écri- vain libyen Abdallah El Basri, Louâbat essoltane oua el wazir (le jeu du sultan et de son ministre), la pièce aborde sur un ton humoristique les fléaux de la corrup- tion et de la bureaucratie. Les tableaux chorégraphiques accompagnant la pièce lui ont conféré une vitalité qui a réussi à charmer les spectateurs à qui l’œuvre suggère que la vie n’est qu’«un immense cirque manipulé par des mains invisibles», a indiqué le metteur en scène, es- timant que la dérision est une «une technique qui per- met au message de passer de manière plus fluide». Pour un spectateur rencontré au sortir de la salle du TRB, Issam Ouafi, le théâtre d’expression amazigh «conquiert de plus en plus de terrain et donne au mou- vement théâtral national une nouvelle dynamique». Cette œuvre, 4 e production théâtrale du TR Batna pour la saison 2014, participera à la 6 e édition du festival culturel national du théâtre amazigh qui se tiendra à Batna du 10 au 18 décembre, a indiqué de son côté la directrice du TRB, M’barka Tighaza.

P ublicité

El Moudjahid/Pub du 8-12-2014
El Moudjahid/Pub du 8-12-2014
D E R N I E R E S MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1.243 $
D E R N I E R E S

D E

R N

I

E

R E

S

D E R N I E R E S
MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1.243 $ Le Brent à 71,00 dollars
MONNAIE
PÉTROLE
L'euro à 1.243 $
Le Brent
à 71,00
dollars

ALGÉRIE - NATIONS UNIES

M. Sellal reçoit le secrétaire général de la Commission des Nations unies pour lecommerceextérieur

L e Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu, hier à Alger, le secrétaire général de la Com-

mission des Nations unies pour le commerce extérieur et le développe- ment (CNUCED), Mukhisa Kituyi, qui effectue une visite de travail en Algérie, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre. Lors de cette rencontre, l'hôte de l'Al- gérie a exposé le point de vue de l'ins- tance onusienne «sur les moyens à mettre en œuvre en vue d'accompa- gner les gouvernements sur la voie du développement durable», a précisé la même source. Pour sa part le Premier ministre a exprimé à son interlocuteur la «volonté» et la «disponibilité» du gouvernement algérien à contribuer aux efforts en cours «en vue de faire en sorte que la coopération multilaté-

«en vue de faire en sorte que la coopération multilaté- rale devienne un puissant outil d'éra-

rale devienne un puissant outil d'éra- dication de la pauvreté dans le monde», a souligné le communiqué.

L'entretien s'est déroulé en présence du ministre de Commerce, Amara Be- nyounes.

CONSEIL DE COOPÉRATION DU GOLFE

Appel au dialogue pour l’unité de la Libye

Le secrétaire général du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), Abdellatif Ben Rached Zayani, a appelé toutes les forces politiques et les parties prenantes au conflit en Libye à bannir les divergences tout en prônant le dia- logue pour protéger l’unité de la Libye. M. Zayani, cité di- manche par la presse, a, en outre, exhorté les protagonistes de la crise libyenne à «ne pas suivre les intérêts étroits tout en instaurant le dialogue à travers un processus politique protégeant l’unité de la Libye et fondant une nouvelle étape de sécurité, de stabilité et de prospérité». Le secrétaire gé- néral du CCG a réaffirmé les efforts déployés par l’émis- saire spécial du secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en Libye, Bernardino Léon en vue de concilier les forces politiques et de parvenir à une solu- tion politique faisant quitter la Libye du cercle vicieux des violences. Mercredi, la mission de l’ONU en Libye (UNS- MIL) a proposé la tenue, le 9 décembre, d’une nouvelle réu-

nion de dialogue entre les protagonistes, pour mettre un terme au chaos et à l’anarchie qui règnent dans ce pays de- puis plus de trois ans. «Après consultation avec les parties libyennes, l’Unsmil appelle à un nouveau round de dia- logue politique le 9 décembre», a indiqué l’Unsmil dans un communiqué, sans donner préciser le lieu de la réunion ni les participants. Dans le même sillage, les ministres des pays voisins de la Libye, dont l’Algérie, s’étaient réunis, jeudi à Khartoum, pour examiner les moyens à même de trouver une solution politique à la crise qui secoue ce pays du Sahel. Au terme de leur réunion, les pays voisins ont souligné l’impératif d’un arrêt immédiat de toutes les opé- rations armées en privilégiant un dialogue inclusif en vue de parvenir à l’instauration de la paix, de la stabilité et de la réconciliation et de mettre en place une nouvelle Consti- tution en Libye.

ORAN

35.000 souscripteurs aux logements AADL recevront leur ordre de versement dans un mois

L’Agence nationale d’améliora- tion et de développement du loge- ment (AADL) accueille, à partir de dimanche, les souscripteurs convo- qués pour leur remettre les ordres de versement, à raison de 1.000 inscrits par jour pour une première étape, sur un total de 35.000 souscripteurs, a in- diqué le Directeur régional de l’AADL, M. Senouci Abdelouahab. «Avant la fin décembre 2014, tous les souscripteurs seront convoqués. Jusqu’à présent 15.000 convocations ont été envoyées. Au fur et à mesure, tous les deux ou trois jours, nous en- voyons un quota», a expliqué ce res- ponsable à l’APS. M. Senouci a, par ailleurs, précisé que, selon les instruc- tions du ministère de l’Habitat, «toutes les demandes éligibles seront acceptées, à condition que les sous- cripteurs répondent aux conditions édictées, à savoir bénéficier d’un sa- laire mensuel compris entre 24.000 et 108.000 DA et n’avoir jamais bénéfi- cié d’un logement ou d’une quel- conque aide de l’Etat et, bien entendu, résider dans la wilaya d’Oran». Concernant le nombre de logements, dans le cadre du pro- gramme AADL2, la wilaya d’Oran a bénéficié d’un premier quota de 10.000 logements sur le programme national de 230.000 logements AADL pour l’année 2013. Néan- moins, indique le Directeur régional de l’AADL, «les constructions se fe-

Directeur régional de l’AADL, «les constructions se fe- ront en fonction du nombre des sous- cripteurs.

ront en fonction du nombre des sous- cripteurs. Tous les souscripteurs éli- gibles seront acceptés et seront bénéficiaires d’un logement». D’autre part, concernant le cas des souscrip- teurs qui n’auront pas reçu de convo- cation d’ici la fin de l’opération, pour une raison ou pour une autre, le même responsable a affirmé que ces cas se- ront tous appelés après le 15 janvier 2015, soit à la fin de l’actuelle opéra- tion. Pour ce qui est des dossiers in- complets, les souscripteurs seront convoqués une seconde fois pour les compléter, a assuré la même source. Il est à noter qu’après le dépôt des dossiers, les souscripteurs reçoivent des ordres de versement. Ils devront, dans un deuxième temps, se rendre au Crédit populaire algérien (CPA) dans un délai n’excédant pas un mois re- nouvelable pour s’acquitter du mon- tant de la première tranche fixé à 210.000 DA pour les appartements F3 et à 270.000 DA pour les appartement

F4.

Pour rappel, la wilaya d’Oran a bénéficié d’un programme de réalisa- tion de 30.000 logements de type lo- cation-vente, parmi lesquelles un premier quota de 5.000 a été lancé cette année. En effet, une superficie de près de 69 hectares a été dégagée dans l’agglomération de Ain El Beida au Sud-ouest du groupement urbain d'Oran pour la réalisation de 5.000 lo- gements, qui seront lancés prochaine- ment comme première tranche du programme AADL 2 pour la wilaya. Le choix du site répond aux critères correspondant aux exigences de ce type de projet nécessitant des struc- tures de base aussi importantes dont celles de l'éducation, de la santé et du commerce. Pour la première tranche du nouveau programme, une société chinoise a été désignée pour l'étude et la réalisation du projet avec le concours de bureaux d'études algé- riens. Le site choisi pour ce quota se trouve à proximité avec le projet de la nouvelle ville qui sera concrétisée non loin de la commune de Misser- ghine, dans le cadre du prolongement urbain vers l'ouest du Groupement ur- bain d'Oran. Concernant l’organisa- tion, la Direction régionale de l’AADL a mis en place tous les moyens pour accueillir les souscrip- teurs dans les meilleures conditions. Une trentaine d’agents ont été mobi- lisés pour accueillir et traiter les dos- siers des souscripteurs.

DU 15 AU 17 DÉCEMBRE À EL-OUED

10 e Salon de l’agriculture saharienne et steppique

Le 10 e Salon de l'agriculture saharienne et steppique Sud'Agral se tiendra du 15 au 17 décembre à El Oued, avec la participation d'une douzaine de pays, et qui mettra un accent particulier sur l'exploitation de l'énergie solaire dans le domaine agricole, ont indiqué dimanche à Alger les organisateurs. Quelque 66 exposants, dont 27 étrangers venant de 13 pays, devraient participer à ce Salon qui a toujours pour slogan «Sahara terre d'avenir», a indiqué Amina Krimche, chargé de la communication du Salon lors d'une confé- rence de presse à Alger. L'espace d'exposition de cette ma- nifestation professionnelle sera dédié aux engins et

équipements destinés au travail de la terre, le pompage, l'irrigation l'élevage et du matériel pour la plasticulture, les intrants et les produits phytosanitaires. Cette année, le Salon «verra aussi le renforcement de la présence d'équi- pements pour l'exploitation de l'énergie solaire dans le do- maine agricole tel que le pompage hydraulique ou des chambres froides fonctionnant à l'énergie solaire», a indi- qué M me Krimche. «Le Salon attire de plus en plus de fa- bricants étrangers qui viennent vendre des techniques avancées pour l'élevage, l'irrigation, le froid et l'utilisation des énergies propres dans l'agriculture», affirme la même intervenante.

COOPÉRATION ÉNERGÉTIQUE

M. Yousfi en visite de travail en Turquie

Le ministre de l’Energie, Youcef Yousfi, ef- fectuera hier, une visite de travail en Turquie pour examiner avec son homologue turc, Taner Yildiz, l’état de la coopération énergétique entre les deux pays, a indiqué hier, un communiqué du minis- tère. La visite de travail qui intervient à l’invita- tion de M. Yildiz, ministre de l’Energie et des Ressources naturelles, sera axée sur l’examen de l’état des relations de coopération entre l’Algérie et la Turquie dans le domaine de l’énergie et les perspectives de leur renforcement, ajoute le mi-

nistère. Lors de la récente visite du président turc à Alger, les deux responsables avaient signé une convention portant prolon- gation du contrat de livraison de Gaz naturel liquéfié (GNL) algérien à la Turquie pour dix années supplémentaires avec augmentation de 50 % du vo- lume, rappelle-t-on. M. Yousfi avait précisé à la presse que cette convention intervenait pour prolonger le contrat signé, il y a 20 ans, entre les deux pays, ajoutant que «les deux parties ont convenu de prolonger ce contrat de 10 an- nées supplémentaires avec augmentation de 50% du volume». M. Yousfi et Yildiz avaient évoqué alors la possibilité d’élargir la coopération bilatérale énergétique aux domaines de la prospection, des engrais, de la pétrochimie et des énergies renouvelables.

20 e CONFÉRENCE DES PARTIES DE LA CONVENTION-CADRE DE L’ONU

CONFÉRENCE DES PARTIES DE LA CONVENTION-CADRE DE L’ONU M me Boudjemaâ à Lima La ministre de

M me

Boudjemaâ à Lima

La ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, Dalila Boudjemaâ, prendra part aux travaux de la 20 e Conférence des parties de convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique qui se tient du 1 er au 12 décembre à Lima (Pérou), a indiqué hier un com- muniqué du ministère. La ministre prononcera demain, durant le Segment de haut niveau, un dis- cours dans lequel elle déclinera la position de l'Algérie sur le processus en cours devant débou- cher en 2015, sur un accord climatique juridique-

ment contraignant pour l'ensemble des parties prenantes à la Convention, a précisé la même source. M me Boudjemâa saisira cette occasion, pour mettre en évidence les efforts «volontaires» de l'Algérie pour s'adapter aux effets adverses des changements climatiques, «en concor- dance» avec la position du groupe africain et du groupe des pays arabes. La ministre rappellera la «responsabilité historique» des pays développés en ce qui concerne les émissions des gaz à effet de serre et par delà les efforts dif- férenciés dans leur réduction, indique le communiqué. Elle soulignera éga- lement la «nécessité» des pays développés à accompagner des pays en développement pour leur permettre de s'adapter aux changements clima- tiques. En marge de la conférence, M me Boudjemâa, qui conduira une délé- gation représentant plusieurs secteurs, aura des entretiens avec ses homologues, ainsi qu'avec les représentants des différentes organisations onusiennes agissant dans le domaine des changements climatiques et de la protection de l'environnement plus globalement, a conclu le communiqué.

ALGÉRIE - NATIONS UNIES

M me Benghebrit reçoit la coordinatrice résidente des Nations unies en Algérie

La ministre de l'Éducation nationale, Nouria Benghebrit, a reçu, hier à Alger, la coordinatrice résidente des Nations unies en Algérie, Cristina Amaral, en prévision du programme de coopéra- tion multilatérale (2016-2019), indique un com- muniqué de ce département ministériel. L'entretien a permis de «faire le point sur le programme de la coopération stratégique entre l'Algérie et les Nations unies dans le domaine de l'éducation», précise la même source.

stratégique entre l'Algérie et les Nations unies dans le domaine de l'éducation», précise la même source.
stratégique entre l'Algérie et les Nations unies dans le domaine de l'éducation», précise la même source.

COLLOQUE SUR L’ÉMIR ABDELKADER

Plus de 60 communications proposées

Plus de 60 communications ont été proposées en vue du prochain col- loque international sur l’Emir Abdel- kader, a-t-on appris hier du coordinateur de la manifestation scientifique, prévue les 4 et 5 mai 2015 à Oran. «Plus de soixante cher- cheurs, dont une dizaine d’étrangers, ont manifesté leur intérêt pour cette rencontre dédiée à la dimension intel- lectuelle et spirituelle du fondateur de l’Etat algérien moderne», a déclaré à l’APS M. Mohamed Daoud. D’autres propositions sont attendues jusqu’au 15 décembre prochain, dernier délai retenu pour l’envoi des résumés, a fait savoir M. Daoud, directeur de l’Unité de recherche sur la Culture, la Com- munication, les Langues, les Littéra- tures et les Arts (UCCLLA),

établissement organisateur de l’évé- nement. A travers ce colloque, l’UC- CLLA cible «la mise en relief des textes (littéraires, théologiques et phi- losophiques) et de la pensée (spiri- tuelle, poétique et soufie) de l’éminente personnalité historique», a-t-il souligné. La rencontre permettra de «revisiter le legs culturel de l’Emir Abdelkader, de mener des lectures croisées en rapport avec le patrimoine universel, et de confronter ses prises de position aux questions du mo- ment», a fait valoir M. Daoud. L’UC- CLLA qui est affiliée au Centre national de recherche en anthropolo- gie sociale et culturelle (CRASC), a pour mission principale «la préserva- tion de la mémoire collective et de l’identité nationale».

MILA

Des trafiquants de pièces archéologiques arrêtés

Une bande de malfaiteurs spécialisée dans le trafic de pièces archéolo- giques vient d’être arrêtée à Mila, a-t-on appris, hier, auprès du groupement territorial de la Gendarmerie nationale. Cette source a indiqué que la brigade

territorialement compétente, agissant sur information, est intervenue de nuit pour mener une opération ponctuée par l’arrestation de trois individus résidant

à Mila, surpris en flagrant délit de vol dans une nécropole romaine, découverte

à l’entrée d’une maison en chantier à la cité Thénia, sur les hauteurs de Mila.

Les éléments de la police scientifique relevant de la brigade de Gendarmerie nationale a mis la main, durant l’opération, sur les restes d’un squelette datant de l’époque romaine. Selon la même source, les téléphones portables des mal- faiteurs contenaient des photos de vaisselle antique en céramique qu’ils ont dû mettre à jour fortuitement sur le même site. Le propriétaire des lieux, B. A., est poursuivi pour dissimulation de pièces archéologiques et ouverture d’un chan- tier sans permis de construire.