Vous êtes sur la page 1sur 3

Correction de la question de synthèse n°1 2B/I 2009-2010

I. Travail préparatoire

1.
- En 2009 67 % des personnes âgées de 18 ans et plus disposent d'au moins un micro-ordinateur à leur domicile :
Nombre de personnes de plus de 18 ans ayant au moins un micro-ordinateur en 2009 x 100
Nombre de personnes de plus de 18 ans en 2009

- 69 % des personnes diplômées du supérieur disposent d'un ordinateur à domicile :


Nombre de diplômés du supérieur possédant un ordinateur x 100
Nombre de diplômés du supérieur
- entre 2001 et deux 2002 le prix des micro-ordinateurs a baissé de 20 % :
Indice de prix du micro-ordinateur en 2002- Indice de prix du micro-ordinateur en 2001 x 100
Indice de prix du micro-ordinateur en 2001

2.
On peut faire apparaître plusieurs phases dans l'évolution du taux d'équipement de la population en micro ordinateur :
- en janvier 91 le taux d'équipement en micro-ordinateurs est faible : 11 % des personnes de 18 ans et plus ont un
micro-ordinateur à leur domicile
- entre janvier 92 et janvier 97 le taux d'équipement en micro-ordinateurs augmente lentement. Il passe de 12 à 19 %
- ensuite ce taux d'équipement augmente très rapidement pour atteindre en janvier 2009 67 %

3.
Cette évolution du taux d'équipement en micro-ordinateurs est symptomatique de la règle de diffusion des biens qu’ont
connue par exemple dans les années 60 la télévision ou le réfrigérateur. Deux grands facteurs peuvent expliquer cette
diffusion :
- des facteurs économiques : lors de son apparition un bien a un prix élevé, car il est produit en petites quantités et que
les entreprises doivent amortir leurs coûts de recherche et d'innovation. Seuls les ménages les plus aisés peuvent
donc acquérir ce bien
- des raisons culturelles et sociales : à sa naissance, l'utilité du bien n’est pas encore comprise, la population ne voit
donc pas l'intérêt de l’acquérir.

Ces deux grandes raisons expliquent donc la diffusion de l'ordinateur dans la population française :
- au départ comme l'ordinateur à un prix élevé seuls les ménages les plus riches l’achètent
- au fur et à mesure de sa diffusion, comme le produit est fabriqué en grande quantité son coût diminue ainsi que son
prix. Les ménages moins favorisés peuvent donc acquérir les ordinateurs, surtout que l'achat de l'ordinateur relève
alors d'une logique de consommation ostentatoire caractéristique de l'analyse de Veblen. Les individus achètent un
ordinateur pour montrer leur appartenance à un groupe favorisé.

4.
Plusieurs variables influencent la possession d'un ordinateur :
- le revenu : le taux d'équipement des individus ayant un revenu supérieur à 3100 € par mois est près de trois fois
supérieur à celui de ceux ayant un revenu compris entre 900 et 500 € par mois (83% contre 31 %)
- le diplôme : le taux d'équipement des diplômés du supérieur est plus de trois fois supérieur à celui des non diplômés (79
% contre 25 %)
- la catégorie socioprofessionnelle : 37 % des cadres supérieurs disposent d'un ordinateur, seulement 46 % des ouvriers
- l'âge : 13 % des plus de 70 ans disposent d'un ordinateur à domicile

5.
Le terme corrélation signifie que deux variables ont un lien logique mais on n'arrive pas à déterminer le facteur
déterminant du facteur déterminé. On peut mettre en évidence une corrélation entre évolution du prix des ordinateurs et
évolution du taux d'équipement en ordinateur : on remarque que quand le prix des micro-ordinateurs diminue, le taux
d'équipement augmente. En effet, depuis 1995 le prix des micro-ordinateurs n'a pas cessé de diminuer, même si le rythme
d'évolution a été différent selon les années : en 99 le prix a diminué de 25 % par rapport à 98 ; en 2005 le prix des
ordinateurs a baissé de 15 % par rapport à 2004. Parallèlement le taux d'équipement a augmenté, il a été multiplié par 2,5
passant de 17 % en janvier 95 à 50 % en janvier 2005
6.
Les facteurs économiques ne sont donc pas les déterminants essentiels de la possession d'ordinateurs. Les raisons
essentielles sont liées à l’âge et à la génération. Ce sont donc les questions culturelles liées à la socialisation qui
expliquent la possession d'un ordinateur : les personnes les plus âgées n'ont pas connu dans leur jeunesse les ordinateurs,
ils ne savent pas les utiliser et ne voient donc pas l'intérêt de ce bien d'équipement; en revanche les plus jeunes ont été
socialisés dans un contexte où l'utilisation de l'informatique apparaît primordial

II. Question de synthèse

Au Danemark, un projet de loi prévoit de modifier les épreuves de l'examen terminal correspondant au baccalauréat
français : les candidats auraient à leur disposition un ordinateur et une connexion Internet. Les épreuves se rient donc
radicalement transformées, les connaissances ne seraient pas exigées, mais la recherche d'informations sur les mots serait
notée. Cet exemple illustre donc bien le développement des nouvelles technologies de l'information et de la
communication que tous les pays occidentaux connaissent depuis une vingtaine d'années. La France connaît aussi ce
phénomène ; on remarque ainsi une augmentation de la consommation d'ordinateurs qui se traduit par une uniformisation
de celle-ci : tous les Français posséderaient peu à peu un ordinateur. Cependant, même si le taux d'équipement
informatique augmente dès les inégalités de nature différente persiste.

A. Une tendance à l'uniformisation de la consommation d'ordinateurs. ..

La rapide diffusion des micro-ordinateurs dans la population française peut s'expliquer par des facteurs économiques et
sociaux.

1. Constat

On peut faire apparaître plusieurs phases dans l'évolution du taux d'équipement de la population en micro ordinateur. En
janvier 91 le taux d'équipement en micro-ordinateurs est faible : 11 % des personnes de 18 ans et plus ont un micro-
ordinateur à leur domicile .Entre janvier 92 et janvier 97 le taux d'équipement en micro-ordinateurs augmente lentement :
il passe de 12 à 19 %. Ensuite ce taux d'équipement augmente très rapidement pour atteindre en janvier 2009 67 %
(document 1A)

2. Explications

Cette évolution du taux d'équipement en micro-ordinateurs est symptomatique de la règle de diffusion des biens qu’ont
connue par exemple dans les années 60 la télévision ou le réfrigérateur. Deux grands types d’explication peuvent
expliquer cette diffusion.

a. Des facteurs économiques et financiers

Les premiers sont des facteurs économiques, principalement le revenu et le prix. En effet, lors de son apparition un bien a
un prix élevé, car il est produit en petites quantités et que les entreprises doivent amortir leurs coûts de recherche et
d'innovation. Seuls les ménages les plus aisés peuvent donc acquérir ce bien. Au fur et à mesure de sa diffusion, comme le
produit est fabriqué en grande quantité son coût diminue ainsi que son prix. Les ménages moins favorisés peuvent donc
acquérir les ordinateurs. On peut mettre ainsi en évidence une corrélation entre évolution du prix des ordinateurs et
évolution du taux d'équipement en ordinateur : on remarque que quand le prix des micro-ordinateurs diminue, le taux
d'équipement augmente. En effet, depuis 1995 le prix des micro-ordinateurs n'a pas cessé de diminuer, même si le rythme
d'évolution a été différent selon les années : en 99 le prix a diminué de 25 % par rapport à 98 ; en 2005 le prix des
ordinateurs a baissé de 15 % par rapport à 2004. Parallèlement le taux d'équipement a augmenté, il a été multiplié par 2,5
passant de 17 % en janvier 95 à 50 % en janvier 2005 (document 1A et 2)

b. Des facteurs culturels et sociaux

A ces facteurs économiques s’ajoutent des raisons culturelles et sociales : à sa naissance, l'utilité du bien n’est pas encore
comprise, la population ne voit donc pas l'intérêt de l’acquérir, surtout que l'achat de l'ordinateur relève alors d'une
logique de consommation ostentatoire caractéristique de l'analyse de Veblen. Les individus achètent un ordinateur pour
montrer leur appartenance à un groupe favorisé.

Depuis 20 ans la diffusion de l’ordinateur montre qu’il y a une certaine uniformisation de la consommation : toute la
population a accès aux mêmes biens et services.
B. Il persiste pourtant certaines inégalités

Toutefois, il ne faut pas surévaluer cette tendance, car des inégalités dans la possession d’ordinateurs persistent.

A. Constat (doc 1A)

Plusieurs variables influencent la possession d'un ordinateur : deux critères essentiels peuvent alors être mis en évidence.
Des facteurs économiques comme le revenu ou la profession et catégorie socioprofessionnelle. On remarque ainsi que le
taux d'équipement des individus ayant un revenu supérieur à 3100 € par mois est près de trois fois supérieur à celui de
ceux ayant un revenu compris entre 900 et 500 € par mois (83% contre 31 %) ; de même, 37 % des cadres supérieurs
disposent d'un ordinateur contre seulement 46 % des ouvriers.
Des facteurs sociaux et culturels comme le diplôme et l’âge jouent aussi. Ainsi, le taux d'équipement des diplômés du
supérieur est plus de trois fois supérieur à celui des non diplômés (79 % contre 25 %) et 13 % des plus de 70 ans
disposent d'un ordinateur à domicile

B. Explications

Les facteurs économiques comme le revenu sont certes indispensables pour comprendre l'inégalité dans la possession d'un
ordinateur mais ce ne sont pas des raisons suffisantes.

1. Les facteurs économiques sont une explication importante…

Le niveau de revenu est donc essentiel pour expliquer cette inégalité dans la possession d’un micro-ordinateur, car
« s'équiper est coûteux » (document trois). Or, un ordinateur permet de répondre à un besoin secondaire. Seuls les
ménages qui ont un niveau de satisfaction satisfaisant de leurs besoins primaires qui permettent la survie de l’individu
(manger, boire, se loger, …) pourront alors s'équiper d'un ordinateur. On retrouve ici la logique de la loi d'Engel : plus le
revenu est faible, plus la part du budget destiné à l'alimentation est forte. En revanche, quand le revenu s'élève, les
ménages peuvent diversifier leur consommation.

2. …mais non suffisante

Cependant le revenu n'est pas le seul élément pour expliquer ces inégalités. Une autre raison importante est la compétence
technique vis-à-vis de l'informatique. Comme l'écrit Louis Maurin (document trois) : «installer un ordinateur, une
connexion et surtout la réparer en cas de problème, cela demande des compétences ». Or, cette capacité à utiliser et à faire
fonctionner un ordinateur est fonction de deux éléments.
Le premier est le diplôme. En effet les modes d'emploi sont souvent très complexes et ils nécessitent dont l'utilisation d'un
vocabulaire varié et riche.
Mais « il existe d'abord une question d'âge et de génération ». Ce sont donc les questions culturelles liées à la socialisation
qui expliquent la possession d'un ordinateur : les personnes les plus âgées n'ont pas connu dans leur jeunesse les
ordinateurs, ils ne savent pas les utiliser et ne voient donc pas l'intérêt de ce bien d'équipement; en revanche les plus
jeunes ont été socialisés dans un contexte où l'utilisation de l'informatique apparaît primordial.

Depuis 20 ans la diffusion rapide de l'ordinateur dans la population française a donc été le signe d'une relative
uniformisation de la consommation de micro-informatique : en 95 un individus sur 10 possédait un micro-ordinateur, en
2009 presque sept Français sur 10. Cependant des inégalités liées aux revenus au diplôme et à l'âge persistent.
Or ces inégalités apparaissent inquiétantes dans la mesure où l'utilisation de micro-informatique et l'accès à Internet
assurent un accès à l'information primordiale pour la réussite d'études. Même si la France développe une école gratuite et
obligatoires , des inégalités liées à l'origine sociale persistent: plus un enfant est issu d'une origine sociale favorisée plus
sa réussite scolaire sera bonne. Pour réduire ces inégalités, Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur à
proposer d'obliger les grandes écoles à recruter 30 % de leurs étudiants boursiers