Vous êtes sur la page 1sur 9

Yann LE GRAND

TP - CAPTEURS D'ACCÉLÉRATION ET
DE DÉPLACEMENT

A- ACCELEROMETRE PIEZOELECTRIQUE
I- Théorie
L'accéléromètre piézoélectrique étudié boîtier

dans cette manipulation est à montage


en porte-à-faux. Il utilise la flexion
d'une paire de minces plaquettes γ
piézoélectriques accolées (figure ci-
dessous) dont l'extrémité supporte une
masselotte. Les avantages d'une telle
lames piézoélectriques masse sismique
configuration sont sa compacité et sa (corps d'épreuve)

grande sensibilité.
Si on désigne par γ l'accélération (mesurande) à laquelle est soumise le capteur, z le
déplacement relatif de la masse sismique et Q la charge électrique (grandeur de sortie) qui en
Q
résulte, la sensibilité S s'écrit (voir cours) : S = = S 1 .S2 , où S1 est la sensibilité
γ
mécanique du système à masse sismique (réponse du 2ème ordre):
S1 = z = 1
γ 2 2 2
ω20 1-ω + 2ζ ω
ω20 ω0

,ωo/2π : fréquence de résonance mécanique du système masse sismique + lames


piézoélectriques,
ζ : coefficient d'amortissement dues aux pertes mécaniques associées à l'hystérésis
mécanique du matériau piézoélectrique. S2 est la sensibilité électrique du capteur
Q 1
piézoélectrique (réponse du 1er ordre): S2 = z = d.C où
2
1 + ωc
ω
d : constante piézoélectrique
C : raideur de l'élément sensible
ωc/2π: fréquence de coupure basse de l'ensemble capteur + conditionneur
Yann LE GRAND

D'où la sensibilité relative S/Sm, définie par le rapport à la valeur aux fréquences
moyennes
Sm = d.C/ ω20 : S = 1 . 1
Sm 2 2 2
1 + fc
2
1-f + 2ζ f
f f20 f0

Le déphasage φ entre la grandeur de sortie Q et le mesurande s'écrit :

fc 2ζ
φ = - arctan + arctan
f f0 2
1- f
f f0
Les réponses en fréquence de l'amplitude et du déphasage ont les allures typiques suivantes:
20 log IS/Sm I

-3
-20dB/déc.

log f c log f o log f

φ (°)

+90

logf o
0
logf c logf

-90

-180

II- Manipulation
On se propose d'étudier la réponse en fréquence de l'accéléromètre piézoélectrique
dans un domaine allant de 20Hz à 3kHz. Pour ce faire on dispose d'un vibreur du type à
membrane de haut-parleur. Alimenté en régime sinusoïdal, ce vibreur produit une
accélération qui varie sinusoïdalement en phase avec la tension d'alimentation et dont
l'amplitude est supposée être indépendante de la fréquence à tension d'alimentation constante.
1- Fixer l'accéléromètre (pastille noire montée sur un tube en Dural) à l'extrémité
cylindrique du vibreur.
2- Alimenter le vibreur à l'aide du générateur basse fréquence en fonctionnement
sinusoïdal et régler la fréquence à 300 Hz. Visualiser à l'oscilloscope ce signal ainsi que la
réponse du capteur. Régler l'amplitude du générateur basse fréquence de manière à ce que la
réponse du capteur soit harmonique (pas de distorsion pour des amplitudes d'excitation
Yann LE GRAND

faibles). Vérifier alors que les deux signaux sont bien en phase. Si les signaux sont en
opposition de phase, inverser la polarité des fils d'alimentation du vibreur.
3- Mesurer l'amplitude et le déphasage de la réponse du capteur pour des fréquences allant de
20Hz à 3000Hz en prenant une mesure tous les 10Hz jusqu'à 100Hz, tous les 100Hz jusqu'à
400Hz et tous les 200Hz jusqu'à 3000Hz. Pour chaque fréquence on ajustera l'amplitude
de la tension d'alimentation du vibreur afin qu'elle conserve toujours la même valeur.
4- Sur du papier semi-log, tracer les courbes 20log[S(f)/S(300Hz )]=f(logf) et φ=g(logf).
Comparer les courbes expérimentales aux réponses théoriques. Conclure.

5- En déduire la fréquence de coupure basse fc, la pente du filtre passe-haut correspondant


(en dB/déc.), la fréquence de résonance fo ainsi que le coefficient d'amortissement ζ de
l'accéléromètre. Quelle est la bande passante utile de ce capteur ? La comparer à celle donnée
par le constructeur.

ANNEXE
Yann LE GRAND
Yann LE GRAND
Yann LE GRAND

B- CAPTEUR DE POSITION ET DE DEPLACEMENT CAPACITIF

I- Théorie
On étudie ici un capteur à déplacement rectiligne à condensateur double différentiel.
Il s'agit de deux condensateurs cylindriques dont l'armature centrale A1, de longueur L,
commune aux deux armatures extérieures A2 et A3, est translatable le long de l'axe x du
condensateur, comme le montre le schéma ci-dessous.
ε
x
A1
r1 r
2
A2 A3
L

La capacité du condensateur cylindrique A1-A2 est : C = 2πε0rεr x


Ln r2
1

et celle du condensateur A1-A3 : C = 2πε0rεr (L-x)


Ln r2
1

. Dans ces expressions, le produit εoεr = ε représente la constante diélectrique du milieu


compris entre l'armature centrale et les armatures extérieures. La capacité des condensateurs
varie linéairement en fonction du déplacement; par contre l'impédance Z=1/Cω est fonction
non-linéaire de x. L'utilisation d'un montage en push-pull (montage différentiel) permet la
compensation de cet effet, c'est-à-dire la linéarisation de la tension de mesure, l'insertion du
double condensateur dans un pont permet en outre d'éliminer la composante permanente de
cette tension (voir cours):

r2

A3
Zc r1 Z3
1
A1 L
Δx es
Vm
Z c2 Z4
A2

Dans ce montage Z3 et Z4 sont deux capacités du même ordre de grandeur que celles
du condensateur double. On montre facilement que si Z3=Z4 la tension de mesure peut
Z -Z
s'écrire sous la forme suivante : Vm = es c2 c1
2 Zc1 + Zc2
Yann LE GRAND

Pour x=L/2, Zc1=Zc2 =Zo, le pont est équilibré (Vm=0). Si, à partir de l'équilibre, on
déplace l'armature centrale d'une quantité Δx petite devant L/2, l'impédance du condensateur
1 diminue de ΔZo et celle du condensateur 2 augmente de la même quantité ΔZo de telle
sorte que la tension Vm devienne:

Vm = - es Δx .
2 L/2

Au voisinage de l'équilibre la tension de mesure est donc une fonction linéaire de x et


on obtient ainsi un capteur de déplacement ou de position facilement utilisable après
étalonnage
Le pont, constitué de capacités pures, doit être alimenté en alternatif. La tension de
mesure l'est donc aussi, et c'est son amplitude qui varie linéairement avec x. L'utilisation d'un
tel capteur en tant qu'élément d'un dispositif de mesure de déplacement nécessite donc de
réaliser une démodulation du signal de mesure afin d'en extraire l'amplitude dont les
variations sont proportionnelles au mesurande Δx.
Yann LE GRAND

II- Manipulation
On dispose d'un capteur à déplacement rectiligne à condensateur double différentiel
dont le milieu diélectrique en téflon permet à la fois une parfaite isolation électrique entre
armatures et un guidage sans frottement de l'armature intérieure.
La masse de la tension de mesure Vm est isolée de celle de la tension d'alimentation es
par l'intermédiaire d'un petit transformateur d'isolement. Afin d'obtenir une tension de mesure
Vm importante il est impératif d'accorder la fréquence du signal es à la fréquence de
résonance des circuits couplés constituant le transformateur d'isolement. Cette fréquence,
voisine de 40kHz, doit être ajustée en début de manipulation. Le pont étant déséquilibré,
chercher la fréquence de es qui maximise la tension de mesure que l'on visualisera à
l'oscilloscope. Ne plus modifier cette fréquence par la suite.
1- Etalonnage du capteur en régime statique
a- Visualiser la tension de mesure Vm à l'oscilloscope. Chercher la position de
l'armature centrale, repérer par une petite réglette graduée, qui annule l'amplitude le Vm. Soit
x'=0 (x'=L/2-x) cette position.
b- La longueur totale de l'armature centrale étant L=50mm, mesurer l'amplitude crête-
crête de Vm pour -26mm<x'<+26mm, par pas de 2mm. Tracer la courbe d'étalonnage
Vm=f(x') correspondante. Conclure.
2- Limite de résolution en régime dynamique
On se propose à présent d'estimer le plus petit déplacement détectable Δxmin lorsque
le déplacement est modulé dans le temps (application à la mesure de l'amplitude d'une petite
vibration) et en réalisant une détection synchrone du signal de mesure (pour plus de détail
voir le cours).
Fixer le capteur sur le vibreur utilisé dans l'étude de l'accélérateur piézoélectrique.
S'arranger au moment de la fixation pour que le capteur soit le plus près possible de sa
position d'équilibre (x'=0).
La fréquence du vibreur étant de l'ordre du Hz, régler l'amplitude de vibration pour
que celle-ci soit égale à 1mm crête-crête. Pour ce faire ajuster l'amplitude de modulation de
Vm à la valeur correspondant à ce déplacement sur la courbe d'étalonnage précédemment
tracée.
Réaliser alors une démodulation de ce signal à l'aide de l'amplificateur à détection
synchrone fourni. Pour ce faire:
Yann LE GRAND

* appliquer la tension de mesure Vm sur l'entrée INPUT A de l'appareil. Le sélecteur


METER/MONITOR étant sur la position SIG., ajuster la fréquence du filtre de l'appareil
(40kHz environ) pour avoir le maximum de réponse en sortie MONITOR.
* appliquer la tension d'alimentation du pont es sur l'entrée REFERENCE IN. Régler
l'atténuation de la référence (REF.ATTEN.) pour que l'aiguille du monitor ne soit pas en
butée.
* Le sélecteur METER/MONITOR étant à présent sur OUT (Vout = Vmescosφ),
ajuster la phase pour annuler Vout (φ=90°). Ajouter ou soustraire alors 90° à φ.
* Prendre la constante de temps la plus courte possible et régler la fréquence du
vibreur sur 20Hz environ.
* Envoyer le signal de sortie Vout sur l'oscilloscope et vérifier que la porteuse à 40kHz
a bien disparu et qu'il ne reste plus que le signal de mesure à 20Hz.
* Mesurer l'amplitude de ce signal qui est proportionnelle à Vm et donc à une
amplitude de vibration crête-crête de 1mm.
* Diminuer l'amplitude de modulation du vibreur et compenser la diminution
correspondante de Vout en augmentant la sensibilité d'entrée de la détection synchrone. En
tenant compte du rapport des sensibilités, estimer la résolution du capteur associé à la chaîne
de mesure.