Vous êtes sur la page 1sur 64
C 1
C
1

OURS DE TRANSFERT THERMIQUE

par Rabie EL OTMANI

rabie.el-otmani@insalien.org

GENERALITES

Séance N°1

C 1 OURS DE T RANSFERT T HERMIQUE par Rabie EL OTMANI rabie.el-otmani@insalien.org GENERALITES Séance N°1
Sommaire  Présentation du cours  Sources documentaires  Grandeurs physiques fondamentales en Thermique 

Sommaire

Présentation du cours

Sources documentaires

Grandeurs physiques fondamentales en Thermique

Les 3 modes de transfert de chaleur

2
2
 Sources documentaires  Grandeurs physiques fondamentales en Thermique  Les 3 modes de transfert de
 Présentation du cours 3

Présentation du cours

3
3
 Présentation du cours 3
Thèmes 1 - Introduction et Généralités 2 - La conduction thermique 3 - La convection

Thèmes

1 - Introduction et Généralités

2 - La conduction thermique

3 - La convection thermique 4- Le changement de phase

( séance) ( séances) ( séances)

4
4
2 - La conduction thermique 3 - La convection thermique 4- Le changement de phase (
 Sources documentaires 5

Sources documentaires

5
5
 Sources documentaires 5
I NCROPERA , F.P., AND D E W ITT , D.P., F UNDAMENTALS OF H

INCROPERA, F.P., AND DEWITT, D.P., FUNDAMENTALS OF HEAT AND MASS TRANSFER, 5TH ED., (2002), JOHN WILEY AND SONS, INC., NEW YORK. LECTURE NOTES: COURSE PROFILE SECTION 3 –ONLINE RESOURCES. TUTORIAL PROBLEM SHEET: COURSE PROFILE SECTION 3 –ONLINE RESOURCES. SOLUTION TO TUTORIAL PROBLEMS: COURSE PROFILE SECTION 3 –ONLINE RESOURCES. REFERENCES KREITH, F., AND BOHN, M.S., (2001), PRINCIPLES OF HEAT TRANSFER, 6TH ED., HARPER AND ROW. CHAPMAN, A.J., HEAT TRANSFER, 4TH ED, (1984), MACMILLAN PUB CO LTD, LONDON. HOLMAN, J.P., HEAT TRANSFER, 7TH ED. (1992), MCGRAW-HILL BOOK CO INC, NEW YORK.

CARSLAW H.S., JAEGER J.C.,« CONDUCTION OF HEAT IN SOLIDS », SECOND EDITION, OXFORD CORMAULT, P. « COURS DE THERMIQUE THÉORIQUE ET PRATIQUE », ESME, 2ÈME EDITION, 1999. DE VRIENDT A.B., « LA TRANSMISSION DE CHALEUR », TROISIÈME EDITION, GAËTEN MORIN, 1990. GOSSE J. ,« GUIDE TECHNIQUE DE THERMIQUE », DUNOD, 1981. HLADIK J., « MÉTROLOGIE DES PROPRIÉTÉS THERMOPHYSIQUES DES MATÉRIAUX », MASSON, 1990. HOLMAN J.P.HEAT TRANSFER », SEVENTH EDITION, MAC GRAW HILL, 1990. JANNOT, Y. “TRANSFERTS THERMIQUES”, 2003. LALLEMAND M. “ECHANGEURS THERMIQUES”, COURS DE L’INSA DE LYON, 1991. MARTINET J. “THERMOCINÉTIQUE (CONDUCTION DE LA CHALEUR)”, LAVOISIER, 1989. ÖZISIK M. N. ,« HEAT CONDUCTION », JOHN WILEY & SONS, INC., 1993. CARSLAW H.S., JAEGER J.C.,« CONDUCTION OF HEAT IN SOLIDS », SECOND EDITION, OXFORD CORMAULT, P. « COURS DE THERMIQUE THÉORIQUE ET PRATIQUE », ESME, 2ÈME EDITION, 1999. DE VRIENDT A.B., « LA TRANSMISSION DE CHALEUR », TROISIÈME EDITION, GAËTEN MORIN, 1990. GOSSE J. ,« GUIDE TECHNIQUE DE THERMIQUE », DUNOD, 1981. RADHOUANI, M.S. “TRANSFERTS THERMIQUES », CENTRE DE PUBLICATION UNIVERSITAIRE, 2001 ROHSENOW W. M., HARTNETT J. P., GANIC E. N., « HANDBOOK OF HEAT TRANSFER FUNDAMENTALS », MAC

GRAW HILL, 1985.

SACUDURA J.F., « INITIATION AUX TRANSFERTS THERMIQUES », TECHNIQUE ET DOCUMENTATION, LAVOISIER, 1989. SACADURA J.F., « COURS DE THERMIQUE INDUSTRIELLE LES TRANSFERTS DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT : APPLICATION À LA MODÉLISATION DES FOURS, CHAUDIÈRES, CONGÉLATEURS… », COURS DE

L’INSA DE LYON

SIEGEL R., HOWELL J. R.,« THERMAL RADIATION HEAT TRANSFER », 1992. SPIEGEL M. R.,« TRANSFORMÉES DE LAPLACE, COURS ET PROBLÈMES », SCHAUM, 1990. SPARROW E.M., CESS R.D., « RADIATION HEAT TRANSFER », MAC GRAW HILL, 1978. TAINE J., PETIT J.-P.TRANSFERTS THERMIQUES, COURS ET DONNÉES DE BASE », DUNOD, 1995.

6
6
H ILL , 1978. T AINE J ., P ETIT J.-P. ,« T RANSFERTS THERMIQUES ,
 Grandeurs Physiques Fondamentales en Thermique 7

Grandeurs Physiques Fondamentales en Thermique

7
7
 Grandeurs Physiques Fondamentales en Thermique 7
L A T HERMIQUE  La thermodynamique permet de prévoir la quantité totale d’énergie qu’un

LA THERMIQUE

La thermodynamique permet de prévoir la quantité totale d’énergie qu’un système doit échanger avec l’extérieur pour passer d’un état d’équilibre à un autre.

La thermique (ou thermocinétique) se propose de décrire quantitativement (dans l’espace et dans le temps) l’évolution des grandeurs caractéristiques d’un système, en particulier la température, entre l’état d’équilibre initial et l’état d’équilibre final.

8
8
système, en particulier la température, entre l’état d’équilibre initial et l’état d’équilibre final. 8
D OMAINES DE LA T HERMIQUE  l ’é nergie (machines à vapeur, turbines à

DOMAINES DE LA THERMIQUE

l’énergie (machines à vapeur, turbines à gaz et à vapeur, réacteurs nucléaires) le chauffage, le séchage, la cuisson (fours électriques, à gaz, micro-ondes) lindustrie du froid la construction (chauffage, climatisation)

9
9
é lectriques, à gaz, micro-ondes)  l ’ industrie du froid  la construction (chauffage, climatisation)
G RANDEURS P HYSIQUES F ONDAMENTALES EN T HERMIQUE  Quantité de chaleur  Température

GRANDEURS PHYSIQUES FONDAMENTALES EN THERMIQUE

Quantité de chaleur

Température

Capacité thermique massique

Chaleur latente de fusion

Flux de chaleur

Densité de flux de chaleur

Champ de température

Gradient de température

10
10
fusion  Flux de chaleur  Densité de flux de chaleur  Champ de température 
Q UANTITÉ DE C HALEUR Le travail mécanique W est une grandeur scalaire exprimée en

QUANTITÉ DE CHALEUR

Le travail mécanique W est une grandeur scalaire exprimée en Joules:

W

b

a

( produit scalaire du vecteur FORCE

F ds

F

par le vecteur DEPLACEMENT ds)

La chaleur est une forme particulière de travail, qui correspond au déplacement des particules élémentaires constituant la matière .

Le premier Principe de la Thermodynamique exprime l'équivalence de la chaleur et du travail, qui sont deux formes différentes d'un même concept:

L'énergie, qui doit se concevoir comme du travail ou de la chaleur emmagasiné.

Travail, Chaleur et Energie sont 3 grandeurs équivalentes s'exprimant en Joules. 11
Travail, Chaleur et Energie sont 3
grandeurs équivalentes s'exprimant en
Joules.
11
ou de la chaleur emmagasiné. Travail, Chaleur et Energie sont 3 grandeurs équivalentes s'exprimant en Joules.
T EMPÉRATURE Grandeur physique qui décrit l'état thermique d'un corps. C'est une mesure de l'énerg
T EMPÉRATURE Grandeur physique qui décrit l'état thermique d'un corps. C'est une mesure de l'énerg

TEMPÉRATURE

Grandeur physique qui décrit l'état thermique d'un corps.

C'est une mesure de l'énergie cinétique moyenne des constituants élémentaires du corps.

L'unité légale (S.I) de température est le KELVIN (symbole: K)

12
12
légale (S.I) de tempér ature est le KELVIN (symbole: K) 12 Le point triple est le

Le point triple est le point du diagramme de phase où les trois limites de phase se coupent

E CHELLE C ELCIUS t (en ° C) = T (en K) - 273, 15

ECHELLE CELCIUS

E CHELLE C ELCIUS t (en ° C) = T (en K) - 273, 15 K

t (en °C) = T (en K) - 273, 15 K

E CHELLE C ELCIUS t (en ° C) = T (en K) - 273, 15 K

t Point triple de l'eau = 273,16 K - 273,15 K = 0,01 °C

Le point triple de l'eau est à : T = 273,16 K (soit 0,01 °C) et P = 611 Pa (soit 0,006 atm)

13
13
K = 0,01 ° C Le point triple de l'eau est à : T = 273,16
c = 4187 J / (kg. K) 14 Pour l'eau liquide (ci-contre): C APACITÉ T
c = 4187 J / (kg. K) 14
c = 4187 J / (kg. K)
14

Pour l'eau liquide (ci-contre):

c = 4187 J / (kg. K) 14 Pour l'eau liquide (ci-contre): C APACITÉ T HERMIQUE

CAPACITÉ THERMIQUE MASSIQUE CHALEUR MASSIQUE

La capacité thermique massique d'une substance est la quantité de chaleur nécessaire pour élever de 1K la température d'une masse de 1 kg de cette substance. Elle est appelée encore chaleur massique.

Elle s'exprime en J. kg -1 . K -1

de 1 kg de cette substan ce. Elle est appelée encore chaleur massique. Elle s'exprime en
C HAUFFAGE D ' UN S OLIDE OU D ’ UN L IQUIDE Si on

CHAUFFAGE D'UN SOLIDE OU DUN LIQUIDE

Si on considère un corps solide ou un fluide de masse m (kg) et de capacité thermique massique c J/(kg.K) , et si on lui apporte une quantité de chaleur Q, l’accroissement de la chaleur contenue par le corps ou le fluide est responsable d’une élévation de température T, donnée par la relation :

par le corps ou le fluide est responsable d’une élévation de température  T, donnée par
15
15
par le corps ou le fluide est responsable d’une élévation de température  T, donnée par
C HAUFFAGE D ' UN GAZ  On distingue généralement : - Une chaleur massique

CHAUFFAGE D'UN GAZ

On distingue généralement :

- Une chaleur massique à pression constante (c p ),

- Une chaleur massique à volume constant (c v ).

Pour les gaz réels, la quantité de chaleur échangée dépend de deux variables. Ainsi, elle comporte généralement deux termes :

- Un terme dû à la variation de la température,

- Un terme dû à la variation de la pression ou du volume.

Pour les gaz parfaits, la quantité de chaleur dépend d’une seule variable (la température)

16
16
ou du volume.  Pour les gaz parfaits, la quantité de chaleur dépend d’une seule variable
C HALEUR L ATENTE DE C HANGEMENT D ' ÉTAT Pendant le changement d'état, la
C HALEUR L ATENTE DE C HANGEMENT D ' ÉTAT Pendant le changement d'état, la

CHALEUR LATENTE DE CHANGEMENT D'ÉTAT

C HALEUR L ATENTE DE C HANGEMENT D ' ÉTAT Pendant le changement d'état, la température

Pendant le changement d'état, la température ne varie plus.

Mais on doit continuer à fournir de la chaleur.

Chaque kg de matière solide requiert pour opérer sa fusion la

fourniture d'une quantité d'énergie

L

L, en Joules/kg, est la chaleur latente de fusion

Variation de la température en fonction de la quantité de chaleur fournie à un corps solide

17
17
18 Qu’est-ce que la chaleur ? •La chaleur est une forme d’énergie qui s’écoule sous
18
18

Qu’est-ce que la chaleur ?

•La chaleur est une forme d’énergie qui s’écoule sous l’effet d’une différence de température •La chaleur se mesure en WATT (JOULE/SECONDE).

Qu’est-ce que la température ?

Les symboles utilisés en transmission de chaleur:

q exprime un TRANSFERT DE CHALEUR (TDC) en Watt; q’ exprime un TDC PAR UNITÉ DE LONGUEUR. On l’utilise surtout lorsqu’on parle de conduites ou de tiges. Il s’exprime en watt par mètre [W/m]; q’’ exprime un FLUX DE CHALEUR (par unité d’aire). Il s’exprime en watt par mètre carré [W/m 2 ]; 1 watt est en fait une joule par seconde [J/s]

Flux de Chaleur Quantité de chaleur transférée par unité de temps   Q 

Flux de Chaleur

Quantité de chaleur transférée par unité de temps

Q

t

Un flux de chaleur est une puissance. Il s’exprime Watt (W)

19
19
chaleur transférée par unité de temps   Q  t Un flux de chaleur est
Flux de Chaleur Noter l'analogie avec la mécanique des fluides: Un débit fluide est un

Flux de Chaleur

Flux de Chaleur Noter l'analogie avec la mécanique des fluides: Un débit fluide est un flux
Flux de Chaleur Noter l'analogie avec la mécanique des fluides: Un débit fluide est un flux

Noter l'analogie avec la mécanique des fluides:

Un débit fluide est un flux de matière (des m 3 ) par seconde.

Pour obtenir un débit d'un fluide, il faut une force motrice:

Elle s'obtient par une différence de pression.

Différences de pression et différence de températures sont équivalentes:

Ce sont des différences de potentiel moteur.

20
20
Densité de Flux de Chaleur La quantité de chaleur transmise par unité de temps et

Densité de Flux de Chaleur

La quantité de chaleur transmise par unité de temps et par unité d’aire de la surface isotherme est appelée densité de flux de chaleur

S

s’exprime W/m².

21
21
unité d’aire de la surface isotherme est appelée densité de flux de chaleur   
Champ de Température Les transferts de chaleur sont déterminés à partir de l’évolution dans l’espace

Champ de Température

Les transferts de chaleur sont déterminés à partir de l’évolution dans l’espace et dans le temps de la température T = f(x,y,z,t). La valeur instantanée de la température en tout point de l’espace est un scalaire appelé champ de température. Nous distinguerons deux cas :

- Champ de température indépendant du temps :

le régime est dit permanent ou stationnaire,

- Evolution du champ de température avec le temps : le régime est dit variable ou instationnaire.

22
22
stationnaire , - Evolution du champ de température avec le temps : le régime est dit
Gradient de Température Si l’on réunit tous les points de l’espace qui ont la même

Gradient de Température

Si l’on réunit tous les points de l’espace qui ont la même température, on obtient une surface dite surface isotherme.

La variation de température par unité de longueur est maximale le long de la normale à la surface isotherme. Cette variation est caractérisée par le gradient de température :

isotherme. Cette variation est caractérisée par le gradient de température :  gradT  T 

gradT

T

n

n

23
23
isotherme. Cette variation est caractérisée par le gradient de température :  gradT  T 
I- LES DIFFÉRENTES FORMES DE TRANSFERT DE CHALEUR 24 1- Transfert par rayonnement thermique 2-
I- LES DIFFÉRENTES
FORMES DE TRANSFERT DE
CHALEUR
24
1- Transfert par rayonnement thermique
2- Transfert par convection
3- Transfert par conduction thermique
CHALEUR 24 1- Transfert par rayonnement thermique 2- Transfert par convection 3- Transfert par conduction thermique
Les modes de transfert de chaleur Il existe trois modes de transfert de chaleur: 1.La

Les modes de transfert de chaleur

Il existe trois modes de transfert de chaleur:

1.La conduction: Transfert de chaleur survenant dans un milieu STATIONNAIRE sous l’effet d’un gradient de température 2.La convection: Transfert de chaleur survenant dans un fluide en MOUVEMENT sous l’effet d’un gradient de température 3.Le rayonnement: Transfert de chaleur induit par l’échange d’ondes électromagnétiques entre un corps émetteur et un corps récepteur

25
25
de chaleur induit par l’échange d’ondes électromagnétiques entre un corps émetteur et un corps récepteur 25
Identifier le mode principal de transfert de chaleur 26

Identifier le mode principal de transfert de chaleur

Identifier le mode principal de transfert de chaleur 26
Identifier le mode principal de transfert de chaleur 26
Identifier le mode principal de transfert de chaleur 26
Identifier le mode principal de transfert de chaleur 26
Identifier le mode principal de transfert de chaleur 26
26
26
Identifier le mode principal de transfert de chaleur 26
27 Gariépy Introduction chapitre 1 Identifier le mode principal de transfert de chaleur Martin
27 Gariépy
27
Gariépy
27 Gariépy Introduction chapitre 1 Identifier le mode principal de transfert de chaleur Martin

Introduction chapitre 1

Identifier le mode principal de transfert de chaleur

27 Gariépy Introduction chapitre 1 Identifier le mode principal de transfert de chaleur Martin
27 Gariépy Introduction chapitre 1 Identifier le mode principal de transfert de chaleur Martin

Martin

La conduction •Le transfert de chaleur par conduction résulte d’un échange d’énergie entre les particules

La conduction

•Le transfert de chaleur par conduction résulte d’un échange d’énergie entre les particules les plus énergétiques et les moins énergétiques adjacentes dans un milieu;

•Dans un solide, le transfert de chaleur est causé par les vibrations des structures inter-moléculaires et le déplacement des électrons libres;

•La température d’un corps est directement liée à l’agitation thermique:

quand T augmente, la vitesse d’agitation des particules élémentaires de la matière est plus grande.

28
28
T augmente, la vitesse d’agitation des particules élémentaires de la matière est plus grande. 28 Martin

Martin Gariépy

T augmente, la vitesse d’agitation des particules élémentaires de la matière est plus grande. 28 Martin
L A CONDUCTION • Dans les fluides , le transfert de chaleur est relié aux

L A CONDUCTION

• Dans les fluides, le transfert de chaleur est relié aux échanges de quantité d’énergie dû au mouvement aléatoire des molécules.

La conduction dans un fluide au repos est le phénomène connu sous le nom de diffusion

29
29

Martin Gariépy

• La conduction dans un fluide au repos est le phénomène connu sous le nom de
L A CONDUCTION La loi de Fourier • Selon l’expérience de Fourier, le TDC est

L A CONDUCTION

La loi de Fourier

• Selon l’expérience de Fourier, le TDC est proportionnel à:

q

cond A T x

• A représente l’aire de passage de la chaleur

• q représente le transfert de chaleur en Watts

À la limite, on obtient la loi de Fourier:

 kA dT

dx

k dT

dx

q '' cond

q

cond

• Le coefficient de proportionalité k se nomme la conductivité thermique [W/m 2 K]

• Il s’agit d’une propriété physique du matériau

30
30

Martin Gariépy

la conductivité thermique [W/m 2 ∙ K ] • Il s’agit d’une propriété physique du matériau
L A CONVECTION Transfert d’énergie Le transfert d’énergie thermique se produit de 2 façons: Le

LA CONVECTION

Transfert d’énergie

Le transfert d’énergie thermique se produit de 2 façons:

Le mouvement aléatoire des molécules - il s’agit du phénomène de diffusion Le mouvement du fluide lui-même dans une direction donnée – il s’agit phénomène de diffusion
des molécules - il s’agit du phénomène de diffusion Le mouvement du fluide lui-même dans une Le mouvement du fluide lui-même dans une direction donnée – il s’agit du phénomène d’advection

31
31
mouvement du fluide lui-même dans une direction donnée – il s’agit du phénomène d’advection 31 Martin

Martin Gariépy

mouvement du fluide lui-même dans une direction donnée – il s’agit du phénomène d’advection 31 Martin
L A CONVECTION La convection La convection est associée à la présence d’une couche limite

LA CONVECTION

La convection

La convection est associée à la présence d’une couche limite (film) où la vitesse et la température varient rapidement en s’éloignant de la surface. Plus la vitesse est faible (proche de la surface), plus la diffusion y est importante. À la paroi, le seul mécanisme en jeu est la DIFFUSION.

Fluide en mouvement u ∞ y T y ∞ Température Vitesse T=T s u =
Fluide en
mouvement
u
y
T
y
Température
Vitesse
T=T s
u = 0
Surface solide
u(y)
T(y)
32

Martin Gariépy

en mouvement u ∞ y T y ∞ Température Vitesse T=T s u = 0 Surface
L A CONVECTION La convection La convection regroupe les échanges de chaleur entre la surface

LA CONVECTION

La convection

La convection regroupe les échanges de chaleur entre la surface des matériaux solides et les fluides adjacents en mouvement.

Il peut aussi y avoir de la convection entre deux fluides mais ce sujet n’est pas traité dans le cours

Solide

● T s Film
● T s
Film
mais ce sujet n’est pas traité dans le cours S o l i d e ●
mais ce sujet n’est pas traité dans le cours S o l i d e ●
mais ce sujet n’est pas traité dans le cours S o l i d e ●
mais ce sujet n’est pas traité dans le cours S o l i d e ●
mais ce sujet n’est pas traité dans le cours S o l i d e ●

Fluide

T

33
33

Martin Gariépy

mais ce sujet n’est pas traité dans le cours S o l i d e ●
LA CONVECTION Convection forcée Convection naturelle •En convection forcée, l’écoulement est causé par un
LA CONVECTION Convection forcée Convection naturelle •En convection forcée, l’écoulement est causé par un
LA CONVECTION
Convection forcée
Convection naturelle
•En convection forcée, l’écoulement est causé par un différentiel de
pression
•En convection naturelle, l’écoulement est causé par les forces de
flottaison
34
L A CONVECTION La convection •La loi de refroidissement de Newton permet de calculer le

LA CONVECTION

La convection

•La loi de refroidissement de Newton permet de calculer le TDC par convection:

q conv hA(T s T )

' conv

h(T s T )

q

h [W/m2·K] est le coefficient de convection. ATTENTION: ce n’est pas une propriété du fluide ou du solide. Il dépend de plusieurs paramètres dont la vitesse de l’écoulement, les propriétés thermodynamiques, la géométrie, etc. Le calcul de ce coefficient fera l’objet des chapitres 6 à 9. •A est l’aire de la surface mouillée, c’est-à-dire la surface du solide en contact avec le fluide

35
35
6 à 9. •A est l’aire de la surface mouillée, c’est-à-dire la surface du solide en
La convection 36 L a c o n v e c t i o n
La convection 36
La convection
36

La convection

La convection 36 L a c o n v e c t i o n
L E RAYONNEMENT Le rayonnement Le mode de transfert de chaleur par rayonnement diffère fondamentalement
L E RAYONNEMENT Le rayonnement Le mode de transfert de chaleur par rayonnement diffère fondamentalement

LE RAYONNEMENT

Le rayonnement

Le mode de transfert de chaleur par rayonnement diffère fondamentalement des deux premiers modes.

•La chaleur se propage via des ondes électromagnétiques. Celles-ci ne nécessitent pas un contact entre les corps qui échangent. •Contrairement aux autres modes de transmission de chaleur, le rayonnement ne nécessite pas de milieu, il p eut donc s’e ffectuer dans le vide.

LOI FONDAMENTALE •Tout corps à température absolue non-nille, émet des ondes électromagnétiques vers son environnement

37
37

Martin Gariépy

Le rayonnement L E RAYONNEMENT La quantité de chaleur maximale pouvant être émise par un

Le rayonnement

LE RAYONNEMENT

La quantité de chaleur maximale pouvant être émise par un objet est donnée par la loi de Stefan-Boltzmann:

''

q r E b T s

4

où :

T s : Température de la surface [Kelvin] q" : flux de chaleur par unité de surface [Watts/m²]

σ : constante de Stefan-Boltzmann = 5.67 E -8 Watts/m² K 4

38
38
: flux de chaleur par unité de surface [Watts/m²] σ : constante de Stefan-Boltzmann = 5.67
Le rayonnement Le rayonnement • Le TDC et le flux radiatif peuvent se calculer par:
Le rayonnement Le rayonnement • Le TDC et le flux radiatif peuvent se calculer par:

Le rayonnement

Le rayonnement

• Le TDC et le flux radiatif peuvent se calculer par:

q

''

rad

A T s

4

T surr

4

''

q rad

T s

4

4

T surr

ou ε est l’émissivité du corps tandis que α est l’absorptivité.

•Il est commode de linéariser cette équation pour sa résolution:

''

q rad

h r

T s

T surr

• h r est le coefficient de rayonnement et peut se calculer ainsi:

h r

T 4 T 4

s

surr

T T

s

surr

39
39
L E RAYONNEMENT Exemple: perte de chaleur d’un piscine par convection, conduction et rayonnement 40

LE RAYONNEMENT

Exemple: perte de chaleur d’un piscine par convection, conduction et rayonnement

40
40
L E RAYONNEMENT Exemple: perte de chaleur d’un piscine par convection, conduction et rayonnement 40
Exemple: E XEMPLE Soit un tuyeau transportant de la vapeur d’eau à 200 ⁰ C

Exemple:

EXEMPLE

Soit un tuyeau transportant de la vapeur d’eau à 200C et soit un écoulement d’air à 25 C dont le coefficient de convection est estimé à 5 W/m 2 K. Si α = ε=0.8 et que le diamètre du tuyau est de 0.07m , on vous demande de:

1.Le TDC par unité de longueur perdu par rayonnement; 2.Le TDC par unité de longueur perdu par convection; 3.Le TDC par unité de longueur total dissipé dans la chambre

41
41
unité de longueur perdu par convection; 3.Le TDC par unité de longueur total dissipé dans la
Régime permanent L ES RÉGIMES En régime permanent, le temps n’est pas une variable intervenant

Régime permanent

LES RÉGIMES

En régime permanent, le temps n’est pas une variable intervenant dans les problèmes: la distribution de température est indépendante du temps ainsi que les flux de chaleur.

Régime transitoire

En régime transitoire, les flux de chaleur ainsi que les distributions de température sont des fonctions du temps. Nous verrons seulement la conduction en régime transitoire au chapitre 5

42
42
température sont des fonctions du te mps. Nous verrons seulement la conduction en régime transitoire au
L A CONSERVATION DE L ’ ÉNERGIE 1 i è r e loi de la

LA CONSERVATION DE LÉNERGIE

1 ière loi de la thermodynamique:

Conservation d’énergie

Le taux d’accroissement de l’énergie emmagasinée dans un volume de contrôle doit égaler le taux auquel l’énergie entre dans le volume de contrôle moins le taux d’énergie sortant du volume de contrôle plus le taux d’énergie générée à l’intérieur des frontières du volume de contrôle.

L’énergie emmagasinée:

du volume de contrôle. L’énergie emmagasinée: E s t   Vc p  T 

E st Vc p

T

t

E in E out E g E st
E in E out E g E st
[W]
[W]

L’énergie générée par une source:

[W]
[W]

E g Vq

43
43
  Vc p  T  t E in E out E g E st
L A CONSERVATION DE L ’ ÉNERGIE Exemple Considérez un tissu humain avec une température
L A CONSERVATION DE L ’ ÉNERGIE Exemple Considérez un tissu humain avec une température

LA CONSERVATION DE LÉNERGIE

Exemple

Considérez un tissu humain avec une température interne T 1 = 308 K, une température extérieure de T = 297 K, un coefficient de convection externe de h=2 W/m 2 K, une épaisseur de t=3 mm et une conductivité thermique de k=0.3 W/m·K. En supposant que l’indivudu émet une irradiation nette de q rad =15.41 W/m 2 et que l’aire d’échange est de A=1.8 m 2 , trouvez la température de la peau.

44
44
II- MODÉLISATION DE LA CONDUCTION THERMIQUE : LA LOI DE FOURIER 45 1- La notion
II- MODÉLISATION DE LA
CONDUCTION
THERMIQUE
:
LA LOI DE FOURIER
45
1- La notion de chaleur
2- La loi de Fourier
3- Le coefficient de conductivité thermique
: LA LOI DE FOURIER 45 1- La notion de chaleur 2- La loi de Fourier
L A NOTION DE CHALEUR Le vecteur densité de courant thermique est : j Q

LA NOTION DE CHALEUR

L A NOTION DE CHALEUR Le vecteur densité de courant thermique est : j Q 

Le vecteur densité de courant thermique est :

j Q

Q

dSdt

46
46
L A NOTION DE CHALEUR Le vecteur densité de courant thermique est : j Q 
L A LOI DE F OURIER avec  j Q   gradT 47

LA LOI DE FOURIER

L A LOI DE F OURIER avec  j Q   gradT 47

avec

L A LOI DE F OURIER avec  j Q   gradT 47

j

Q 

gradT

47

L A LOI DE F OURIER avec  j Q   gradT 47
L A LOI DE F OURIER avec  j Q   gradT 47
I LLUSTRATION DE LA LOI DE F OURIER dT j Q   dx 48

ILLUSTRATION DE LA LOI DE FOURIER

I LLUSTRATION DE LA LOI DE F OURIER dT j Q   dx 48

dT

j Q 

dx

I LLUSTRATION DE LA LOI DE F OURIER dT j Q   dx 48

48

I LLUSTRATION DE LA LOI DE F OURIER dT j Q   dx 48
L E COEFFICIENT DE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE 49

LE COEFFICIENT DE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE

49
49
L E COEFFICIENT DE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE 49
III- LA CONDUCTION THERMIQUE, UN PHÉNOMÈNE DE DIFFUSION 1- Comportement d’un volume élémentaire 2- Equation
III- LA CONDUCTION
THERMIQUE, UN PHÉNOMÈNE
DE DIFFUSION
1- Comportement d’un volume élémentaire
2- Equation de la chaleur
50
3- Evolution de la température au sein d’un
barreau métallique
volume élémentaire 2- Equation de la chaleur 50 3- Evolution de la température au sein d’un
C OMPORTEMENT D ’ UN VOLUME ÉLÉMENTAIRE Volume dV  dS  dx U Q

COMPORTEMENT DUN VOLUME ÉLÉMENTAIRE

Volume dV  dS  dx U Q
Volume
dV  dS  dx
U
Q

dU Qreçue

et

dU CdVdT

51
51
C OMPORTEMENT D ’ UN VOLUME ÉLÉMENTAIRE Volume dV  dS  dx U Q dU
E QUATION DE LA CHALEUR  Q  Q D’où jQ(x) jQ(x+dx)   [

EQUATION DE LA CHALEUR

Q

Q

D’où

E QUATION DE LA CHALEUR  Q  Q D’où jQ(x) jQ(x+dx)   [ j

jQ(x)

E QUATION DE LA CHALEUR  Q  Q D’où jQ(x) jQ(x+dx)   [ j

jQ(x+dx)

E QUATION DE LA CHALEUR  Q  Q D’où jQ(x) jQ(x+dx)   [ j

[

j

Q

dU

(

x

)

j

Q

(

x

CdVdT

dx

T

t

)]

dtdS



dj

Q

dx

dtdV

² T

C

x ²

² T x ²

dtdV

52

dx  T  t  )] dtdS  dj Q dx dtdV   
dx  T  t  )] dtdS  dj Q dx dtdV   
E VOLUTION DE LA TEMPÉRATURE L  Longueur envahie par la diffusion de température Dt

EVOLUTION DE LA TEMPÉRATURE

L 
L 

Longueur envahie par la diffusion de température

Dt 53
Dt
53
E VOLUTION DE LA TEMPÉRATURE L  Longueur envahie par la diffusion de température Dt 53
C ONDUCTION T HERMIQUE A B Dans cette barre métallique chauffée en son extrémité A,

CONDUCTION THERMIQUE

A

B
B

Dans cette barre métallique chauffée en son extrémité A, on observe un gradient longitudinal de température T(x): T(A) > T(B)

En 1822, le mathématicien français Joseph Fourier donna une définition mathématique précise de la conduction.

D'après la loi de Fourier, la vitesse à laquelle la chaleur est conduite dans un corps par unité de section est proportionnelle à l'opposé du gradient de la température du corps. Le facteur de proportionnalité est la conductivité thermique du matériau.

54
54
du gradient de la température du corps. Le facteur de proportionnalité est la conductivité thermique du
L OI DE F OURIER La théorie de la conduction repose sur l’hypothèse de Fourier

LOI DE FOURIER

La théorie de la conduction repose sur l’hypothèse de Fourier : la densité de flux de chaleur est proportionnelle au gradient de température.

Cette hypothèse s’écrit sous la forme vectorielle :

x

-

T

x

   T    -   -  y grad T
T
  
-
  - 
y
grad
T
 y
 T

-
z
 z
T 2 < T 1
T 1
T
2
q’’
55
T    -   -  y grad T  y  T
C ONDUCTIVITÉS DE C ERTAINS M ATÉRIAUX Matériau λ ( W m -1 ° C

CONDUCTIVITÉS DE CERTAINS MATÉRIAUX

Matériau

λ

(W m -1 °C -1 )

Matériau

λ

(W m -1 °C -1 )

Argent

 

419

Plâtre

 

0,48

Cuivre

 

386

Amiante

 

0,16

Aluminium

 

204

Coton

 

0,059

Acier doux

 

45

Liège

0,044-0,049

Acier inox

 

14,9

Laine de roche

0,038-0,041

Glace

 

1,88

Laine de verre

0,035-0,051

Béton

 

1,4

Polystyrène expansé

0,036-0,047

Bois (feuillu-résineux)

 

0,12-0,23

Polyuréthane (mousse)

0,030-0,045

Brique terre cuite

 

1,1

Polystyrène extrudé

 

0,027

Verre

 

0,78

Air

 

0,026

56
56
terre cuite   1,1 Polystyrène extrudé   0,027 Verre   0,78 Air   0,026 56
C ONVECTION T HERMIQUE C'est le transfert de chaleur par des courants de fluides, liquides

CONVECTION THERMIQUE

C ONVECTION T HERMIQUE C'est le transfert de chaleur par des courants de fluides, liquides ou

C'est le transfert de chaleur par des courants de fluides, liquides ou gazeux.

Ce phénomène peut se développer naturellement, les différences de potentiel motrices étant des différences de densité: c'est la CONVECTION NATURELLE.

On peut aussi le générer mécaniquement à l'aide de pompes ou de ventilateurs: c'est la CONVECTION FORCEE.

57
57
On peut aussi le générer mécaniquement à l'aide de pompes ou de ventilateurs: c'est la CONVECTION
58 L OI DE N EWTON Le mécanisme de transfert par convection est régi par
58
58

LOI DE NEWTON

Le mécanisme de transfert par convection est régi par la loi de Newton

de transfert par convection est régi par la loi de Newton Increasing Advection U  ,

Increasing

Advection

est régi par la loi de Newton Increasing Advection U  , T  Coefficient de
est régi par la loi de Newton Increasing Advection U  , T  Coefficient de
est régi par la loi de Newton Increasing Advection U  , T  Coefficient de
est régi par la loi de Newton Increasing Advection U  , T  Coefficient de

U , T

Coefficient de convection

T  u      h T T p  T s
T 
u 
 h T
T
p
T s
T  Coefficient de convection T  u      h T T

U(y)

T(y)

T  Coefficient de convection T  u      h T T

Increasing

Diffusion

VALEURS DE H Convection naturelle Dans un gaz Dans un liquide 2-10 100-1000 Convection forcée
VALEURS DE H Convection naturelle Dans un gaz Dans un liquide 2-10 100-1000 Convection forcée
VALEURS DE H
Convection naturelle
Dans un gaz
Dans un liquide
2-10
100-1000
Convection forcée
Avec un gaz
Avec un liquide
10-200
100-5000
Ebullition de l’eau
Dans un récipient
En écoulement dans un tube
Condensation de l’eau sous 1 atm
2500-35000
5000-100000
Sur une surface verticale
A l’extérieur de tubes horizontaux
1000-11000
10000-25000
59
TYPES OF CONVECTION Forced convection Hot air rising Qout Fluid motion induced by external means
TYPES OF CONVECTION
Forced convection
Hot air rising
Qout
Fluid motion
induced by external
means
Qin
Cool air falling
motion induced by external means Qin Cool air falling Chilled water pipes Natural convection Forced convection
motion induced by external means Qin Cool air falling Chilled water pipes Natural convection Forced convection

Chilled water pipes

Natural convection

Forced convection

60
60
à La convection : C’est un transfert qui résulte d’un mouvement d’ensemble du matériau le
à
à

La convection : C’est un transfert qui résulte d’un mouvement d’ensemble du matériau le supportant. La convection a donc lieu dans les fluides (gaz ou liquides). Elle est souvent

caractéristique de l’échange à la frontière entre un solide et un fluide et est donc très liée à l’écoulement fluide mais aussi aux géométries d’échange et aux états de surface si un solide intervient. Il convient de distinguer la convection forcée dans laquelle le fluide est mis en mouvement par un apport d’énergie mécanique

) de la convection naturelle dans laquelle le fluide

prend, en son sein, l’énergie nécessaire au mouvement (variation de masse

extérieur (pompe, ventilateur,

volumique associée à une variation de température par exemple). De façon macroscopique elle est décrite par la loi de Newton (1701).

Le rayonnement; La matière émet des ondes électromagnétiques (émission qui se produit en surface pour les solides et les liquides opaques, dans tout le volume pour les gaz ou liquides transparents). Ces ondes dépendent de la température. Il s’agit d’une onde électromagnétique et qui donc ne nécessite aucun support matériel pour se propager.

Outre le rayonnement thermique dont la bande de longueur d’onde va de l’ultra violet

61
61

l’infrarouge long, le thermicien peut s’intéresser à des ondes comme les micro-ondes et leur génération dans le volume. Ce mode de transfert est décrit par la loi de Stefan

(1879).

R AYONNEMENT T HERMIQUE Principe d'un four solaire: Le rayonnement solaire concentré par le miroir
R AYONNEMENT T HERMIQUE Principe d'un four solaire: Le rayonnement solaire concentré par le miroir

RAYONNEMENT THERMIQUE

R AYONNEMENT T HERMIQUE Principe d'un four solaire: Le rayonnement solaire concentré par le miroir parabolique

Principe d'un four solaire:

Le rayonnement solaire concentré par le miroir parabolique élève la température du récepteur jusqu'à 300 °C

Cette forme de transfert d'énergie n'a besoin d'aucun véhicule de transport.

Ce transfert a également lieu dans le vide.

La différence de potentiel motrice est la différence entre les puissances quatrièmes des températures de la source et du récepteur.

62
62
L OI DE S TEFAN La densité de flux de chaleur émise par rayonnement est

LOI DE STEFAN

La densité de flux de chaleur émise par rayonnement est régie par la loi de Stéfan

4

 T

est l’émissivité globale de la surface émettrice et est la constante de Stéfan = 5,67 10 -8 (W/m².K 4 ).

63
63
globale de la surface émettrice et  est la constante de Stéfan = 5,67 10 -
Exemple : Apports Thermiques et Déperditions d'une Piscine 64

Exemple :

Apports Thermiques et Déperditions d'une Piscine

Exemple : Apports Thermiques et Déperditions d'une Piscine 64
64
64
Exemple : Apports Thermiques et Déperditions d'une Piscine 64