Vous êtes sur la page 1sur 8

Exercices sur le chapitre 5: SUITES ET SERIES DE FONCTIONS

74. Déterminer si les propriétés suivantes sont vraies ou fausses. On donnera une démonstration
complète dans le premier cas et un contre-exemple dans le deuxième cas. Les fonctions fn (non
nécessairement continues) sont définies sur un intervalle I.

a) Si fn → f uniformément sur I et si f est bornée sur I, alors chaque fn est bornée sur I. (On
rappelle que f est bornée sur I si et seulement si il existe B > 0 tel que, pour tout x de I on
ait |f (x)| ≤B).

b) Si fn → f , et gn → g uniformément sur I, alors fn + gn → f + g uniformément sur I.

c) Si fn → f , et gn → g uniformément sur I, alors fn gn → f g uniformément sur I.

d) Si (fn ) converge uniformément sur [ a, b [ et si la suite numérique (fn (b)) est convergente,
alors la suite de fonctions (fn ) converge uniformément sur [ a, b ] .

e) Si fn → f simplement sur I, avec fn et f continues, alors la convergence est uniforme sur I.

f) Si fn et gn sont continues sur I = [ a, b ] , et si (fn ) et (gn ) convergent uniformément sur I,


alors (fn gn ) converge uniformément sur I.

75. Montrer que si fn : [ a, b ] 7→ R est continue pour tout n, et si (fn ) converge uni-
formément sur [ a, b [ , alors (fn ) converge uniformément sur [ a, b ] . [Reprendre la démonstration
du théorème sur les limites uniformes de fonctions continues].

X (−1)n
76. Montrer que la série converge uniformément sur [ −1, 1 ] . [Faire apparaı̂tre la
n=2
n + xn
(−1)n /n].
P
série

!
X xn xn+1
77. Montrer que la série − converge uniformément sur [ −1, 1 ] . [On pourra
n=1
n n+1
utiliser le fait que la série est télescopique].

Montrer qu’il y a convergence normale sur [ 0, 1 ] mais pas sur [ −1, 0 ] .

78. Soit I = ] 1, +∞ [ . Pour x ∈ I, on pose



X 1
f (x) = .
n=0
1 + xn

a) Vérifier que f est définie sur I


b) Montrer que f est continue sur I
c) Montrer que f est de classe C1 sur I
d) Expliquer succintement pourquoi f est C∞ sur I
e) montrer que lim f (x) = +∞. [Minorer à l’aide d’une série géométrique].
x→1+

X 1
79. Montrer que la fonction f définie par f (x) = est continue sur ] 0, π [ .
n=0
n!(sin x)n

1
2
Corrigé :
74. a) Soit ε = 1. Il existe N tel que, quels que soient n ≥ N et x ∈ I

|fn (x) − f (x)| < 1 ,

Alors
|fn (x)| ≤ |fn (x) − f (x)| + |f (x)| ≤ B + 1 .
Donc, si n ≥ N , la fonction fn est bornée. Par contre les premières fonctions peuvent ne pas l’être.

Posons, pour tout x réel, f0 (x) = x, puis si n ≥ 1, fn (x) = 1/n, alors la suite fn converge
uniformément sur R vers la fonction nulle, mais f0 n’est pas bornée.

b) Soit ε > 0. Il existe N1 tel que n ≥ N1 et x ∈ I impliquent


ε
|fn (x) − f (x)| < .
2
Il existe N2 tel que n ≥ N2 et x ∈ I impliquent
ε
|gn (x) − g(x)| < .
2
Alors si n ≥ M ax(N1 ,N2 ), et si x ∈ I,
ε ε
|(fn + gn )(x) − (f + g)(x)| ≤ |fn (x) − f (x)| + |gn (x) − g(x)| ≤ + =ε.
2 2
La suite (fn + gn ) converge uniforméments sur I vers f + g.

c) Si n ≥ 1, prenons fn définie, pour tout x réel, par fn (x) = x + 1/n, et f définie par f (x) = x.
La suite (fn ) converge uniformément vers f sur R. Si l’on prend gn = fn et f = g, étudions la
différence fn gn − f g. On a
2
1 2x 1

fn (x)gn (x) − f (x)g(x) = x + − x2 = + 2 .
n n n
Cette fonction tend vers l’infini en +∞ donc n’est pas bornée. Donc pour tout ε > 0, il existe x
tel que
fn (x)gn (x) − f (x)g(x) ≥ ε .
Il en résulte que fn gn ne converge pas uniformément vers f g sur R. Par contre le résultat sera
vrai avec des hypothèses supplémentaires (voir f).

d) Notons f la limite uniforme de la suite (fn ) sur [ a, b [ et ` la limite de la suite (fn (b)).

Soit ε > 0. Il existe N1 tel que n ≥ N1 , et x ∈ [ a, b [ impliquent

|fn (x) − f (x)| < ε .

Il existe N2 tel que n ≥ N2 implique

|fn (b) − `| < ε .

Alors si n ≥ max(N1 ,N2 ), et si l’on pose


(
f (x) si x ∈ [ a, b [
fe(x) =
` si x = b ,

3
on a, quel que soit x ∈ [ a, b ] ,
|fn (x) − fe(x)| < ε ,
et la suite (fn ) converge uniformément vers fe sur [ a, b ] .

e) Soit la fonction fn , nulle sur ] −∞, n − 1 ] ∪ [ n + 1, +∞ [ , qui vaut 1 en n et qui est linéaire
affine sur chacun des intervalles [ n − 1, n ] et [ n, n + 1 ] . Dès que n ≥ x + 1, on a fn (x) = 0 et
la suite (fn (x)) tend vers 0. La suite de fonctions converge simplement vers la fonction f nulle.
Par contre la convergence n’est pas uniforme. En effet, la suite (un ) définie par

un = sup |fn (x) − f (x)|


x∈R

est constante, puisque, pour tout n, un = 1. La convergence n’est pas uniforme, alors que toutes
les fonctions fn et f sont continues.

1
@
@
@
@
@
@ -
n−1 n n+1

f) Les fonctions fn et gn sont continues sur un segment [ a, b ] donc bornées. Les limites respec-
tives f et g sont alors continues et donc bornées sur [ a, b ] . Soit A > 0 et B tels que, pour tout
x de [ a, b ] , on ait
|f (x)| ≤ A et |g(x)| ≤ B .
Alors, d’après a, il existe N1 tel que n ≥ N1 implique

|g(x)| ≤ B + 1 .

Soit ε > 0. Il existe N2 , tel que, n ≥ N2 et x ∈ I impliquent


ε
|fn (x) − f (x)| < .
A+B+1
Il existe N3 , tel que, n ≥ N3 et x ∈ I impliquent
ε
|gn (x) − g(x)| < .
A+B+1
Soit alors N = max(N1 ,N2 ,N3 ), et n ≥ N . En utilisant la relation

(fn gn )(x) − (f g)(x) = (fn (x) − f (x))gn (x) + (gn (x) − g(x))f (x) ,

on déduit

|(fn gn )(x) − (f g)(x)| ≤ |fn (x) − f (x)| |gn (x)| + |gn (x) − g(x)| |f (x)| ,

4
et donc
ε ε
|(fn gn )(x) − (f g)(x)| ≤ (B + 1) + A=ε.
A+B+1 A+B+1
Il en résulte que la suite (fn gn ) converge vers f g.

75. Soit f la limite uniforme de la suite (fn ) sur [ a, b [ . Soit ε > 0. Il existe N tel que n ≥ N
et x ∈ [ a, b [ impliquent
ε
|fn (x) − f (x)| < .
4
Donc, si m ≥ n ≥ N , on a
ε
|fn (x) − fm (x)| ≤ |fn (x) − f (x)| + |f (x) − fm (x)| < .
2
Fixons n et m. Les fonctions fn et fm sont continues en b.
Il existe α1 > 0, et tel que b − α1 < x < b implique
ε
|fn (x) − f (x)| < ,
4
et il existe α2 > 0, et tel que b − α2 < x < b implique
ε
|fm (x) − f (x)| < .
4
Choisissons x tel que b − min(α1 ,α2 ) < x < b. Alors

|fm (b) − fn (b)| ≤ |fm (b) − fm (x)| + |fm (x) − fn (x)| + |fn (x) − fn (b)| ,

donc
ε ε ε
|fm (b) − fn (b)| ≤ + + =ε.
4 2 4
Il en résulte que la suite (fn (b)) est une suite de Cauchy. Elle est donc convergente. Il résulte
alors de l’exercice 74 d), que la suite (fn ) converge uniformément sur [ a, b ] .

(−1)n (−1)n
76. En formant la différence, un (x) = − , on trouve
n + xn n
(−1)n+1 xn
un (x) = .
n(n + xn )
Mais, puisque −1 ≤ x ≤ 1
|x|n 1
|un (x)| = n
≤ ,
n(n + x ) n(n − 1)

Comme la série de terme général 1/(n(n − 1)) ∼ 1/n2 converge, la série


P
un converge norma-
lement donc uniformément sur [ −1, 1 ] .

Par ailleurs la série alternée (−1)n /n converge. On peut considérer que c’est une série de
P

fonctions constantes qui converge uniformément sur [ −1, 1 ]


Alors
(−1)n (−1)n
= + un (x) ,
n + xn n
et la série proposée converge uniformément sur [ −1, 1 ] , comme somme de deux séries uni-
formément convergentes.

5
77. Considérons la somme partielle
N
!
X xn xn+1
SN (x) = − .
n=1
n n+1

Il résulte du procédé télescopique que

xN +1
SN (x) = x − .
N +1
Alors, si |x| ≤ 1,
|x|N +1 1
|x − SN (x)| = ≤ .
N +1 N +1
Il en résulte que la suite SN converge uniformément vers la fonction x 7→ x sur [ −1, 1 ] .

Si l’on pose, sur [ 0, 1 ] ,


xn xn+1
un (x) = − ,
n n+1
on a
u0n (x) = xn−1 − xn = xn−1 (1 − x) .
Si x appartient à [ 0, 1 ] , la dérivée est positive. Donc la fonction un est croissante, et
1
un (0) = 0 ≤ un (x) ≤ un (1) = .
n(n + 1)

Donc
1
sup |un (x)| = .
x∈ [ 0, 1 ] n(n + 1)

Mais 1/[n(n+1)] ∼ 1/n2 . Il en résulte que la série de terme général un (x) converge normalement
sur [ 0, 1 ] .

Si x appartient à [ −1, 0 ] , on a

(−x)n (−x)n+1
(−1)n un (x) = + ,
n n+1
et
(−1)n u0n (x) = (−1)n (xn−1 − xn ) = −(−x)n−1 (1 − x) .
Alors, la dérivée est négative. Donc la fonction (−1)n un est décroissante, et
1 1
(−1)n un (0) = 0 ≤ (−1)n un (x) ≤ (−1)n un (−1) = + .
n n+1
Donc
1 1
sup |un (x)| = + .
x∈ [ −1, 0 ] n n+1
Mais
1 1 2n + 1 2
+ = ∼ ,
n n+1 n(n + 1) n
Il en résulte que la série de terme général un (x) ne converge pas normalement sur [ −1, 0 ] .

6
1
78. a) Posons fn (x) = . On a, si x > 1,
1 + xn
 n
1
0 ≤ fn (x) ≤ ,
x
et la série géométrique (1/x)n converge. Donc d’après le critère de comparaison, la série f (x)
P

également. Il en résulte que f est définie sur I.

b) Soit a > 1. Si x ≥ a, on a  n
1
0 ≤ fn (x) ≤ ,
a
La série f (x) converge normalement donc uniformément sur [ a, +∞ [ . Comme les fonctions fn
sont continues sur [ a, +∞ [ , il en résulte que f est continue sur [ a, +∞ [ . Comme ceci est vrai
quel que soit a > 1, il en résulte que f est continue sur ] 1, +∞ [ .

c) Les fonctions fn sont de classe C1 sur ] 1, +∞ [ , et


nxn−1
fn0 (x) = − .
(1 + xn )2
On a donc 2
nxn−1 xn n

|fn0 (x)| = = .
(1 + xn )2 1 + xn xn+1
Soit a > 1. Si x ≥ a, on a
xn n n
≤1 et ≤ ,
1 + xn xn+1 an+1
donc
n
|fn0 (x)| ≤ = an ,
an+1
Mais
an+1 n+1 1
= ,
an n a
et cette suite tend vers 1/a < 1. Il résulte du critère de d’Alembert que la série de terme général
an converge, donc que la série de terme général fn0 (x) converge normalement donc uniformément
sur [ a, +∞ [ . Il résulte de b) et c) que f est de classe C1 sur [ a, +∞ [ Comme ceci est vrai quel
que soit a > 1, il en résulte que f est de classe C1 sur ] 1, +∞ [ .

d) On peut montrer par récurrence que


Pn,k (x)
fn(k) (x) = ,
(1 + xn )k+1
où
k
X
Pn,k (x) = Qj,k (n)xjn−k ,
j=1

où les Qj,k (n) sont des polynômes en n.

Alors
k
X xjn−k
|fn(k) (x)| ≤ |Qj,k (n)|
j=1
(1 + xn )k+1
k k+1
xn 1
X 
≤ |Qj,k (n)| .
j=1
1 + xn xn(k+1−j)+k

7
Alors, si x ≥ a, on obtient
k
X |Qj,k (n)|
|fn(k) (x)| ≤ n(k+1−j)+k
.
j=1
a

Le membre de droite est alors une somme finie de termes, qui sont chacun le terme général d’une
série convergente d’après le critère de d’Alembert. On conclut comme dans c).

e) Si x > 1, on a 1 + xn ≤ 2xn , et
1
fn (x) ≥ .
2xn
Donc ∞
X 1 1 x
f (x) ≥ = = .
n=0
2xn 2(1 − 1/x) 2(x − 1)
Quand x tend vers 1+ , le membre de droite tend vers +∞, donc celui de gauche également.

79. Soit [ a, b ] inclus dans ] 0, π [ . Posons


1
fn (x) = .
n!(sin x)n

La fonction fn est continue sur ] 0, π [ . Par ailleurs la fonction sinus est continue sur [ a, b ] et
ne s’y annule pas. Elle atteint son minimum, et ce minimum n’est pas nul. Donc il existe m tel
que, si x appartient à [ a, b ] ,
sin x ≥ m > 0 .
Alors
1
0 ≤ fn (x) ≤ = an .
n!mn
Mais
an+1 1
= ,
an m(n + 1)
et cette suite tend vers 0. Il résulte du critère de d’Alembert que la série de terme général an
converge, et donc que la série f (x) converge normalement donc uniformément sur [ a, b ] . Alors
la fonction f est continue sur [ a, b ] , et comme ceci a lieu quels que soient a et b dans ] 0, π [ ,
on en déduit que f est continue sur ] 0, π [ .