Vous êtes sur la page 1sur 50

CADRES LEGISLATIFS

ET REGLEMENTAIRES
Loi N° 2004.007: Loi organique sur les loi de finances
( LOLF)
Loi N°2004.006: portant organisation et fonctionnement
du conseil de discipline budgétaire et financière
Décret N° 2004.571: Définissant les attributions et la
responsabilité des ordonnateurs dans les phases
d’exécution de la dépense publique
Décret N° 2005.003: portant règlement général sur la
comptabilité de l’exécution budgétaire des organismes
publics
Décret N° 2006.210: Plan comptable des Opérations
Publiques ( PCOP 2006)
GENERALITES
I/ DEFINITIONS

Budget public: Acte qui prévoit et autorise les


recettes et les dépenses d’une collectivité
publique pour l’année à venir.
Loi de finances: Déterminent la nature; le
montant et l’affectation des ressources et
des charges de l’Etat ainsi que l’équilibre
budgétaire qui en résulte.
Ø Budget de l’État : Déterminé par
une loi de finances
Les ressources et les charges sont
retracées pour chaque année; pour une
année civile; dans le budget général de
l’Etat.

L’ensemble des recettes assurent la


couverture de l’ensemble des dépenses.
I-1: Budget: Acte de prévision

A/ Prévisions des ressources:

Consiste à déterminer:

- la nature;

- le montant des ressources


1) Nature des ressources:
Dépend de la mission de la collectivité
publique.
Pour l’Etat: Les ressources sont
essentiellement constituées par l’impôt
Pour les collectivités décentralisées:
- Pour les régions: définies par l’art 8.2 de
la loi 2004.001
- Pour les communes:définies par la loi
94.007
2) Montant des ressources:

Dépend de l’importance des missions


Les montant des prévisions peuvent
être soit inférieur; soit supérieur à la
réalisation.
B/ Prévisions des charges:

Consiste à déterminer:
- La nature;

- Le montant
1) Nature des charges:
Fixé par un texte juridique et règlementaire
Pour l’Etat: la loi 2004.007 portant Loi organique
sur les lois de finances ( LOLF)
Pour les EPA: texte de création
Pour les Collectivités décentralisées:
caractérisées par l’existence de dépenses
ordinaires et de dépenses extraordinaires.

Dépenses ordinaires: incluent les dépenses de fonctionnement et d’investissements sur fonds propres.

Dépenses extraordinaires: incluent les dépenses de fonctionnement et d’investissements sur fonds d’emprunt.
2) Montant des charges:
Evaluées:
Ø) en fonction des structures organisationnelles
Ø) en fonction des missions et des programmes
Les crédits sont limitatifs
Mission: ensemble de programmes concourant à une politique
publique définie
Programme: crédits destinés à mettre en œuvre une action ou
un ensemble d’actions auxquels sont associés des objectifs
I-2:Budget: Acte d’autorisation

A/ Fondement du principe:
Ø Le principe du consentement à l’impôt:

L’autorisation de percevoir des impôts doit


émaner de l’organe délibérant

Ø Le principe de séparation des pouvoirs


( législatif et exécutif)
B/ Organes compétents pour l’autorisation:
Ø Pour le budget de l’Etat: le parlement
( assemblée nationale et le sénat)
Ø Pour les collectivités décentralisées:
- régions: Le conseil régional
- communes: conseil municipal; conseil
municipal
Ø Pour les EPA: Le conseil d’administration
C/ Caractères de l’autorisation:

- Global;

- Préalable;

- Temporaire;

- Périodique
1- Global:
- l’autorisation porte sur la totalité des
charges et des ressources
- Les crédits ouverts couvrent chacune
des charges du budget
( Art 05 de la loi 2004.007)
2- Préalable:
- Le projet de budget doit faire l’objet
d’un examen et d’un vote
préalablement à la période d’exécution.
3- temporaire et périodique:
Renforce les pouvoirs de l’organe
délibérant en matière budgétaire
Crédits de paiement: constitue la limite
supérieur des dépenses pouvant être
ordonnancées pendant l’année
II/CADRES BUDGETAIRES
Ø CADRE I: BUDGET GENERAL

Ø CADRE II: BUDGETS ANNEXES

Ø CADRE III: OPERATIONS SUR COMPTE


PARTICULIERS DU TRESOR

Ø CADRE IV: OPERATIONS SUR FONDS DE


CONTRE VALEUR

Ø CADRE V: OPERATIONS EN CAPITAL DE LA


III/ RESSOURCES DU BUDGET
GENERAL DE L’ETAT (Art 06 de la
- loietN°
Recettes fiscales 2004.007)
douanières;
- Revenus des ministères;
- Revenus du domaine de l’Etat;
- Produits d’exploitation des services;
- Intérêts des prêts et avances;
- Fonds de concours – dons et legs intérieur;
- Aides financières non remboursables;
- Fonds de Contre- valeur des dons et aides en natures;
- Subventions extérieures affectées aux investissements
- Remboursements des prêts et avances
IV/ CHARGES DU BUDGET
GENERAL DE L’ETAT ( Art 08 de la
loi N° 2004.007)
- Intérêts de la dette publique;
- Dépenses courantes de solde;
- Dépenses courantes hors soldes;
- Dépenses courantes structurelles;
- Dépenses d’investissement;
- Dépenses courantes exceptionnelles;
- Dépenses d’opérations financières
V/ REGLES BUDGETAIRES
FONDAMENTALES

Unité;

Universalité;

Annualité;

Spécialité
V-1 Règle de l’unité

Découle du caractère global de l’autorisation


budgétaire.
Signifie:
Ø Toutes les recettes et les dépenses sont
retracées sur un document unique afin d’avoir
une vue globale des prévisions
Ø Permet d’avoir la clarté et la sincérité des
documents
Exception: Budgets autonomes des CTD et EPA
V-2 Règle de l’universalité

Découle du fait que l’autorisation englobe la


totalité des ressources et des charges
Non- compensation: il est interdit de procéder à
une contraction entre les recettes et dépenses
Non- affectation des recettes: Les recettes sont
à inscrire au budget sans précision de leur emplois
respectifs
Exception: Budgets annexes et la procédure de
fonds de concours
V-3 Règle de l’annualité

Découle du caractère temporaire et périodique


L’année financière correspond avec le cycle
d’activité économique
Sur le plan politique: le choix de l’année civile
implique le renouvellement de l’autorisation
budgétaire selon une périodicité raisonnable
Exceptions: Crédits d’investissements
V- 4 Règle de la spécialité
Ø Le crédits ne sont pas accordés
globalement sans précision d’affectation
Ø L’affectation des crédits par services/
programme
VI/ DIFFERENTES LOIS DE
FINANCES
Loi de finances de l’année;

Loi de finances rectificatives;

Loi de règlement
VI-1 loi de finances de l’année

A/ Objet:
Prévisions des ressources et des charges de l’Etat
Totalité des ressources: ressources propres;
ressources d’emprunt provenant des bailleurs de
fonds
Totalité des dépenses/ charges: dépenses à
caractère définitif; dépenses à caractère
temporaire
L’autorisation de ensemble des ressources
découle du principe du consentement à l’impôt
B/ Contenu:
( Art 43 de la loi N° 2004.007)
1)- Exposé des motifs
Ø Résultats financiers antérieurs;

Ø Politique économique et financière pour

l’année considérée;
Ø Conditions d’équilibre du projet de loi de

finances consistant à présenter les


évaluations et les mesures concernant les
recettes; notamment fiscales; dépenses de
fonctionnement; Op. FCV
2)- Corps de loi:
Ø Dispositions fiscales: Les articles modifiant
l’assiette; le taux et la procédure de
recouvrement de l’impôt; les taxes perçues au
profit des CTD
Ø Equilibre général de la loi de finances
Dispositions spéciales: plafond de l’aval;
approbation du PIP; plafond des emprunts
3)- Annexes explicatives:
Documents accompagnant le projet de loi de
finances
VI-2 lois de finances
rectificatives
A/ Objet:
Ø Seules les lois de finances rectificatives
peuvent, en cours, modifier les
dispositions de la loi de finances de
l’année
Ø Intervient par suite de changement de la
conjoncture économique
B/ Contenu:
Ø Peuvent modifier les dispositions fiscales de
l’année en cours
Ex: exonération de TVA du riz; du paddy et du
pétrole lampant par la LFR 2008
Ø Peuvent modifier les crédits du fait de la
hausse des salaires et de l’augmentation des
crédits de fonctionnement
Ø Modifie l’équilibre général de la loi de finances
de l’année
VI-3 Loi de règlement

N’intervient qu’une fois l’exercice est clos


A/ Objet:
Constate le montant définitif des encaissements
des recettes et des ordonnancements des
dépenses se rapportant en une même année
Ratifie les ouvertures de crédits par décrets
d’avances
Approuve les dépassement de crédits résultant
des circonstances de forces majeures
B/ Contenu et documents annexes:
1)- Contenu:
Ø Etablit le compte de résultat de l’année: déficit ou
excédant résultant de la différence entre les
recettes et les dépenses du budget général; des
budgets annexes; perte et profit constatés lors de
l’exécution de l’opération des comptes particuliers
du trésor
Ø Autorise le transfert du résultat de l’année au
compte permanent du trésor
Ø Comporte toutes les dispositions relatives au
contrôle du parlement sur la gestion des finances
publique ainsi qu’à la comptabilité de l’Etat
2)- Documents annexes:
Ø Compte général des administrations des finances;

Ø Annexes explicatives faisant apparaître l’origine et les


justifications des dépassements des crédits;

Ø Rapport de la cour des comptes;

Ø Déclaration générale de conformité entre les écritures


comptables et celles des ordonnateurs se rapportant à
l’exercice considéré
BUDGET DE
PROGRAMME
I/ ARCHITECTURE
CREDITS 1 CREDITS 2

MISSION 1 MISSION 2

PROGRAMME PROGRAMME PROGRAMME

Objectifs Objectifs Objectifs Objectifs


Résultats Résultats Résultats Résultats
Attendus attendus attendus attendus
II/ DEFINITIONS DES TERMES
USUELS
Mission: Ensemble de programmes concourant
à la politique publique et regroupe les dotations
relatives aux crédit globaux
Programme: Crédits destinés à mettre en œuvre
une action relevant d’un ministère.
Le programme peut être interministériel
Mission spécifique: crédits des pouvoirs publics
faisant respectivement l’objet d’une ou plusieurs
dotations globales
Crédits sont regroupés par mission relevant d’un
ou plusieurs ministères/ services
III/ REFORMES EN MATIERE
DE
BUDGET DE PROGRAMME

Interviennent:
Ø Au niveau de l’annualité;
Ø Au niveau de la spécialité
III- 1 AU NIVEAU DE
L’ANNUALITE
Ø L’annualité devient « Pluri annualité »
Ø La pluri annualité est l’infléchissement du
principe de l’annualité
Ø Se traduit par des prolongations dont les
unes sont déterminées; les autres
indéterminées
A/ Prolongations à durée déterminées:
Les crédits disponibles sur un programme à la
fin de l’année peuvent être reportés sur le
même programme; ou à défaut sur un
programme poursuivant les mêmes objectifs;
par arrêté conjoint du ministère des Finances et
du Budget ainsi que du ministère intéressé
B/ Prolongations à durée indéterminées
La réalisation d’une action/ politique peut
s’échelonner sur plusieurs années
L’autorisation d’engagement constitue la limite
supérieure des dépenses pouvant être
ordonnancées
Les crédits de paiements constituent la limite
supérieure des dépenses pouvant être
ordonnancées au titre de l’année
III- 2 AU NIVEAU DE LA
SPECIALITE

Ø Adoption de la règle « de fongibilité


asymétrique »
Ø Disparition du chapitre mais mise en
place du « programme »
A/ Fongibilité des crédits:

Les crédits repartis par programme sont


fongibles à l’intérieur d’un programme; et
que des aménagements peuvent être faits
par voie d’arrêté pris par l’ordonnateur
secondaire
B/ Règle d’asymétrie:

Ø Faculté d’utiliser les crédits provisionnels


inscrits à l’intérieur d’un programme sans que
l’inverse peuvent être autorisée

Ø En cas de fusion ou éclatement d’un ministère:


possibilité de transférer toutes les structures
budgétaires de la mission d’origine.
IV/ ORDONNATEURS
Dès la promulgation de la loi de finances: les crédits sont
ouverts aux ordonnateurs par arrêté du MFB
Crédits sous forme de budget d’exécution sont repartis par
programme
Ordonnateur: Celui qui a le pouvoir de décision en matière
de gestion budgétaire
Seuls habilités à engager; liquider et ordonnancer les
dépenses
Régi par le décret N° 2004.571
A/ Catégories d’ordonnateurs:
v Ordonnateurs principaux;
v Ordonnateurs délégués;
v Ordonnateurs secondaires;
v Ordonnateurs suppléants
1) Ordonnateurs principaux:
Ø) Pour le budget de l’Etat: Le Premier
Ministre
(Art 53 de la loi N° 2004.007-
Art 03 du décret N° 2004.571)
Ø) Pour les budgets autonomes:
Chefs de régions (Art 07 du décret N°
2004.859)
maires ( CTD);
DG ( EPA)
2) Ordonnateurs délégués:
Ministres et les chefs d’institution
(Art 03 du décret N° 2004.571)
Peut être toute personne nommément désignée à
cet effet par texte règlementaire
Seuls habilités à engager; liquider et ordonnancer
les dépenses
Assure la gestion budgétaire déléguée par
l’ordonnateur principal
3) Ordonnateurs secondaires:
Toute personne subdéléguée par les
ordonnateurs délégués
Ce sont des responsables budgétaires et
financières des Services au titre desquels
les crédits sont ouverts
Ont reçu l’ordre de l’ordonnateur délégué, d’
engager; liquider et ordonnancer les
dépenses
Signe les ordres de paiements
4) Ordonnateurs suppléants:

Interviennent à titre exceptionnel pour


remplacer l’ORDSEC normalement
compétent
B/ Responsabilités des ordonnateurs:
Ø Gestion budgétaire et financière des crédits qui leur sont

alloués
Ø Respect de la législation et de la réglementation relative à

la gestion du personnel et aux marchés publics


Ø Respect des règles relatives à la constatation; à la

liquidation; et à l’ordonnancement des dépenses et des


créances publiques;
Ø Ordonnateurs: Passibles de traduction devant le Conseil

de Discipline budgétaire et financière


V/ RATIOS BUDGETAIRES ET
FIANCIERES
PIB= Consommation + Investissement
+Exportations – Importations

Taux de pression fiscale= Recettes fiscales


PIB
Taux de couverture de dépenses de
fonctionnement
Recettes de fonctionnement
Dépenses