Vous êtes sur la page 1sur 221
as Vs ge Waco Smee ores CONCEPTION ET CALCUL DES STRUCTURES DE BATIMENT Tome 2 HENRY THONIER Chez le méme éditeur : Conception et calcul des structures de batiment (Tome 1) (1992) par H. THONIER La précontrainte (1992) par R. LACROIX, J. PERCHAT, R. CHAUSSIN, A. FUENTES -P. OLLIVIER , 2° 6d. revue et corrigée) ‘sous la direction de ¥. MALIER Le béton précontraint aux états-limites (1992, 2* éd. revue et cortigée) par H. THONIER Granulats (1990) . ‘sous la direction de G. ARQUIE et C. TOURENQ Constructions métalliques civiles et industrielles (1988) par P. BOURRIER, T. FOULT, ¥. LESCOUARC'H Projet et construction des ponts par J.-A. CALGARO et M. VIRLOGEUX = Généralités - Fondations - Appuis - Ouvrages courants (1991, 2+ éd.) ~ Analyse structurale des tabliers de ponts (1989) Le béton hydraulique (1988, 2° éd.) ‘sous la direction de J. BARON et R. SAUTEREY Granulats et bétons légers (1986) ‘sous la direction de M. ARNOULD et M. VIRLOGEUX Le béton jeune (1982) comptes rendus de colloque a dite. Une copie ou reproduction par quelque procédé ue ce soit, photographie, microfilm, bande magnétique, disque ou autre, constitue une contrefagon passible des peines prévues pat la loi du L1 mars 1957 sur la protection des droits d’auteurs. ©1993 ISBN 2-85978-200-1 WESSES Trae naa Te onts et chaussées 28, rue des Saint-Péres, 75007 Paris. Département Edition de Association Amicale des Ingénieurs Anciens Eléves de lationale Département Eo Ingénieurs Anciens Elves de I'cole Nationale des SOMMAIRE Tome 1 3 3 4 6 8 9 12 14 15 7 18 21 26 13. Calcul des moments d 32 14, Bxercices ... 37 Tableaux de calcul de béton arm: 45 2. Formutaire de calcul des poutres 0 1. Travée isostatique sur deux app 69 2. Console encastrée gauche 2B 3. Travée sur deux appuis, encastrée 83 4, Travée encastrée aux deux extrémités 87 5. Poutre continue de deux travées ie 106 3. Actions et descente de charges 1. Charges permanentes 3. Action de la nei 4, Action du vent 5. Actions sismiques ... 6. Prise en compte des actions 7. Descente de charges 8, Combinaisons d’acti 4, Fondations superficielles .. 197 199 les. Charge centrée .. 224 . Charge centrée or 4 Semellesfilantes avec flexion... 5. Semelles rectangulaires avee Nexion . 6. Semelles excentrées 7. Semelles nervurées 8, Semelles circulai 9. Poutre sur sol élastique 10, Semelles filantes sous poteaux 13. Charges concen 14, Dallage en béton de fibr 15. Pathologie 16. Résumé, Sem: 17. Choix du type de fondat Bibliographic ... Index Tome 2 5, Fondations profondes 13. Charges sur planchers en cours de travaux 7, Poutres et planchers .. 1. Caleul des planchers .. 2. Calcul des poutres continues: 3. Planchers a entrevous 4, Planchers nervurés 5. Planchers a poutres 5. FONDATIONS PROFONDES 1. DEFINITION Les fondations profondes peuvent étre réalisées au moyen de pieux ou barettes, parois, puits. Marché des pieux et parois Pieux battus 10% Pieuxforss 40 % Parois moulées 40 % Micropieux 10 % Dimensions Valeurs extrémes Valeurs courantes Pieux = diamétres 0,25 ma2,70m 0,40 ma 1,50 m - profondeurs 5masom 10ma20m Parois moulées — épaisseur 0,50ma2m 0,60 ma 1,20 m = profondeur 10ma 120m 15ma3om EXEMPLES : Pieux des pylones du Pont de Normandie : diamétre 2,10 m et profondeur 50 m, Parois moulées du barrage de Mud Mountain (Solétanche) : profondeur 12,7 m. 351 ‘Types de pieux [1] [2] Pieux fagonnés & 'avance = Pieux batlus préfabriqués en béton armé, = Pieux métalliques battus (tubes, H,...) = Pieux tubulaires précontraints es ues battus enrobés avec sabot débordant et injection de mortier extérieur = Pieux battus ou vibrofoneés injectés haute pres- sion @ 2 250 mm. Pieux @ tubes battus exécutés en place — Pieux battus pilonnés avec bouchon de béton a la base et tube récupéré lors du bétonnage =Pieux battus moulés a tube récupéré lors du bétonnage Pieux forés —Pieux forés simples sans souténement des parois, béton coulé avec colonne de bétonnage = Pieux forés tubés : soutenement des parois par tube récupéré lors du bétonnage @ la colonne = Pieux fords & la boue : souténement & la boue thixotropique et bétonnage a la colonne — Pieux forés & la tariére creuse avec axe creux ser- vant au bétonnage : type 1: sans enregistrement des paramétres de forage, type 2: avec enregistrement des paramétres de forage type 3 : type 2 équipé d'un dispositif de bétonnage rétractable —Pieux forés injectés haute pression @ > 250 mm avec armature et un ou plusieurs tubes & manchet- tes et injection sélective =Pieux vissés moulés Puits Greusés & la main, parois soutenues par blindage, bétonnage & sec avec récupération du blindage Micropleux @ = 250 mm foré tubé avec ou sans armatures : avec armature scellée sous trés faible : avec armature sceliée dans un tube & jecté avec une pression > 1 MPa de fagon globale et ~ Type IV : Type tive injection répétitive et sélec- = Parois moulées dans le sol & la boue thixotropique = Parois préfabriquées 2. ACTIONS Les pieux peuvent étre soumis a : ~ des forces verticales descendantes, voire ascendantes, des forces horizontales dues au vent, & des poussées latérales (terres, liquides). On distingue : = les actions dues au sol ® actions pondérales : 4 défaut de résultats de mesure, on pourra prendre 20 kN/m? pour les sols humides (18 pour les cas favorables) et 22 kN/m? pour les sols saturés (20 pour les cas favorables), ~actions de poussée dues a un déplacement du sol : tassement engendrant des frotte- ments négatifs (G,,), déplacement latéral engendrant des poussées latérales (G.p) ; ~ es actions transmises par le sol : actions transmises par un remblais ou un stockage par exemple ; = les actions dues a l'eau, statiques ou dynamiques. 3. COMBINAISONS Le calcul est effectué en ELU et en ELS. 3.1. Combinaisons ELU [1] 3.1.1. Combinaisons fondamentales Les solicitations sont calculées par : 1125S [1,2Gyugg + 0,9Guin + YowGw + YenGon + Yop Gap + YewFw * YergQua + 1,15' Z5¥ 2a] avec Gyax = action permanente défavorable Ghin = action permanente favorable Gy = pression statique de l’eau G,, = action éventuelle de frottement négatif G,, = action éventuelle de poussée latérale Fy = action hydrodynamique Qi, = action variable de base Qu, = valeur de combinaison de l’action variable d’accompagnement Yow = 1 ‘action G,, est favorable, 1,05 dans Je cas contraire "Yon = le plus défavorable de 1 ou 1,2 ‘Yoo = le plus. défavorable de 0,6 et 1,2 ‘Yew = le plus défavorable de 0,9 et 1,2 YeiqQQix = 1,33 en général, = 1,20 pour les charges d'exploitation étroitement bor- a 353 déformations), on trouve : q S[1,35G uaz + Gain + 15125 (YowGw + YonGsn* YopSsp * YewFw) + Qi Que + Y 13%: | fel avecYg, = 1,5 pour le cas général et 1,35 pour les charges étroitement bornées. 3.1.2, Combinaisons accidentelles FQ S [Grex * Saint Gw+ Gant Gop Put Fat Pi Que j avec F,=action accidentelle P,Q), = valeur fréquente de l’action variable Qu, ¥4,Qie = valeur quasi-permanente de l'action variable Qu. 3.2. Combinaisons ELS 3.2.1. Combinaisons rares 5[Gau*Guin+ G+ Gyr Gyy+Fy + Qu S ¥..Qu] 3.2.2. Combinaisons fréquentes 8[Gmar* Guin * Gy +Gus+ Gop Far. Q,.+ 5, Qu] 3.2.3, Combinaisons quasi permanentes 8[Omur* Gua * Gy *Gu.+ Gey Fy + D0] 4. FORCE PORTANTE DES PIEUX La force portante des piewx est limitée par : ~ la capacité du sol par sa résistance de pointe et son frottement latéral, ~ Ia résistance du matériau constitutif du fat du pieu. 5. CAPACITE DU SOL Différentes méthodes sont utilisées : =A partir des caractéristiques mécaniques du sol : angle de frottement interne et cohésion, ~ A partir d’essais pressiométriques, ~ A partir d’essais pénétrométriques statiques ou dynamiques. L'interprétation des résultats des sondages et la détermination de la capacité portante dune fondation est I'affaire de spécialistes en géotechnique. (peu précise il est vrai) de cette capacité pour dégrossir Quest la somme de deux termes : = la charge limite de pointe Q,, ~ la charge limite de frottement latéral Q, Q = @+Q, Pour la verification en ELS d’un pieu, on a besoin de connaitre la charge de fluage Q.. On peut admettre les relations suivantes d’aprés [1], annexe C2-§1 : Q, = 0,72, pour les picux refoulant le sol, Q; = 050) +0,7Q, pour les pieux ne refoulant pas le sol. 5.1. Méthode classique jimensionnement approché des i-apres. Cette méthode est peu précise et ne peut servir qu’é un pieux. Elle ne saurait remplacer les autres méthodes déc La charge limite d'un pieu de diamétre B est donnée par : xB? D? D Q, = —G | YDN, + CN, + 2577 + 455CR Effet de pointe Frottement latéral avec B= diamétre du piew C =cohésion D = profondeur (longueur) du piew No = (Ny~Deote Ny =e re 19 (9-20°77/1920+ (9 =20") 2335+ 1/78 2 sees sig = 10(0-2997/200+ (9-20"/467 08818 du sol (au-dessus de la nappe phréatique) Une fondation est considérée comme profonde et les formules ci-dessus s’appliquent que si la profondeur D est supérieure a la profondeur critique D, : D, = 0,25ByN? en degrés | Profondeur critique D,/B 70 0.57 15 0.87 20 1,37 25 2,20 30 3,70 35 66 40 12,5 45 26,6 Le DTU 13.2 [3] admet : D, = 6B pour D > 3m. EXEMPLE : Pieu de 0,60 m de diamétre, 8 m de profondeur, dans un terrain dangle de frottement interne de 25°, cohésion nulle, 18 kN/m? de poids spécifique. La profondeur critique D, / B est de 2,2 m. La méthode s'applique si D = 8 m > 2,2 m. Ce qui est vérifié. On calcule : N, = 26,2 3" 1,73 Q, = 0,2510,67 [18 x 8 x 26,2 +2 x 1,73 x 18 x 64/0,6] = 1067 +1878 = 2945 kN pointe latéral soit Q, = 2,94 MN La pression limite vaut 10,4 MPa. 5.2. Essais pressiométriques Le « pressiométre » inventé par Louis Ménard dans les années 50 est constitué d'une gaine souple verticale dans laquelle on établit une pression qui comprime le sol dans le sens horizontal Des formules permettent de déduire la contrainte de rupture q, a partir des pressions de fluage p;et pressions limites , mesurées. 5.3, Essais pénétrométriques En général, les pénétrométres permettent de déterminer l’effort global, effort de pointe et effort latéral. Mais certains pénétrométres donnent ces deux valeurs séparément, On peut citer le SPT (Standard Penetration Test) trés utilisé aux USA. 5.4, Sollicitations résistantes : Sp On doit vérifier Sy < Sp pce S, = solicitation agissante déterminée par les combinaisons ELU ou ELS vues ci- us. pa Sq est calculé a partir de : ~ la charge limite a la compression Q,, (ELU) ~ la charge limite a la traction Q,, (ELU) ~ la charge de fluage a la compression Q, (ELS) ~ la charge de fluage la traction Q,. (ELS). On devra vérifier en fonction des charges d’exploitation maximum Qnax et minimum Quin : Sas Se Fase.62 [1] Sa Combinaisons Sous Qrrax Sous Onin ELU fondamentales Q,71,40 = 11,40 accidentelles Qy 11,20 = Qy/1,30* ELS rares Q,/1,10 =Q,,/1,40* quasi-permanentes 611,40 o= ‘pour los micropieux (0 pour les micropieux +++ 7,40 pour les micropieux. DTU 13.2 [3], § 11.4 ELS :S,<0,33Q, + 0,5Q, BLU :S,<0,5Q, + 0,75Q, 5.5. Cas courants Pour les cas courants ob : ~ seules existent des charges permanentes et un type de charge d’exploitation non étroite- ment bornée, = il n’y a pas de traction dans le pieu, ni d’actions accidentelles, On trouve (Fase.62 [1]) : ELU, en combinaisons fondamentales Sq = 1,35G pax + Grint 15Qmax Sy = Q,/14 ELS, en combinaisons rares Sa = Gmax + Gin + Qmax Si Qh ELS, en combinaisons quasi permanentes Sq = Gaax + Guin + Yo Qmax Sy = Q/14 357 6. CAPACITE DU PIEU 6.1, Pieux en acier Les pieux sont calculés suivant les régles de construction métall (CM 66 ou Fasc. 66 du CCTG). On doit prendre en compte une surépaisseur de métal pour pallier les méfaits de la corro- sion. jue (avecy, = 1,25 [1] D.T.U. 13.2 - PIEUX METALLIQUES Béton ou mortier non pris en compte dans les calculs Métal Battu Batu Foré | Métal batty | enrobé | vibrofoncé | injecté | fonos Art. HP. HP. bru | 522 §24 §2.5 $46 | §62 Forme H,0,0u | H, 0, de H, 0, ou | non H quelconque | 150 a caissons ame = alle | 500 mm ou caissons enrobage | remplissage | injection extérieur | par TAM | par TAM ‘Acer 41s* 0, en CF co 160MPa] 05% os | 0,5* 9, en ELS Fo 100MPa| 0,5" ost | os g, en ELU cc 08* | 240MPa| 0,75" 0,75" | 0,75" FC 08* | 150MPa| 0,75" 2 Tolérance HB He implantation et4cm | etécm Enrobage (cm) s” pos Dosage minimum | kgim®| 500" 500 1200 | 1200 | S00" ciment Rapport eaujciment <0,5" <0,5 <0,5% Essai de contréle de pres 2(ou1) | 2(ou1) Fasc.62 [i] Diminution d’épaisseur en mm (@ 2 mm) §4.2.15 pour une durée d'exposition de : 25 ans 30 ans 75 ans 700 ans Sols ou remblais| Sei corvette 0,250 0,550 0.675 0,775 ‘Sols ou remblais SS enerion Cora 1,000 1,600 2,050 2,450 ‘Sols ou remblais ee nrroalle 2,500 4,000 5,125 6,125 Dru 13.2 (3) Diminution o'épaisseur en mm / an §2.24 pour une durée d'exposition de : 25 ans 50 ans 75 ans 700 ans Sol en place erepaenl 0,010 0,008 0,005 0,004 ‘Terrain ou remblais mayenmement agresatfs 0,040 0,024 0018 0,016 Terrain ou rembiais| mpeesiie 0,100 0,080 0,045 0,040 Terrain trés agressif, eau de mer ou saumétre : voir Varticle 2.252 du DTU La distance entre axes minimum des pieux doit étre de 1,75 fois la diagonale du rectangle enveloppant chaque pien sans descendre au-dessous de 0,75 m. Fase. 62 [1] La contrainte de I’acier ne doit pas dépassera, /3 en ELS pour tenir compte forfaitairement de la corrosion. Si la durée de I’édifice & sontenir peut étre estimée, la contrainte de l’acier est limitée a : = 0,66, en ELS ,80; en ELU cen ajoutant une surépaisseurI’épaisseur calculée comme indiqué dans le tableau ci-dessus. 358 deo (limite dlastique) rain agressif, eau de mer ou saumatre 9rosion fortitaire CC compression centrée FC = flexion composée B= diamétre ou largeur du piou ‘TAM = tube & manchettes HP = haute pression 6.2, Pieux en béton 6.2.1. En ELU La force portante d’un pieu en béton est calculée A partir d’une résistance conventionnelle du béton f, (DTU 13.2 et Fasc. 62) : fe = Min Up foam fain) 7 Ckiko) avec fing = résistance caract ff; = résistance caractéristique du béton a j jours pour j < 28 jours 359 Hors Sey = F764 DRG) POUerg $40 MPa et j < 28 jours 4,76 + 0,83) ozs Soi = TO 0,95) POMS fing $ 60 MPa et j <28 jours Les valeurs fijinsk, etky sont lues dans les tableaux suivants ; (§A.3.12 de [1] et § 1.311 de [3]) DTU] DTU] Fase.62 | Fasc.62 GROUPE A faim| Kit | fare ky - | - | feos | 1,00 Poca parois préfabriquées mis en place dans un 1,00} fyoe | 1,00 Pieux tubulaires précontraints 1,15[ 30 1,15 Pieux préfabriqués battus en béton armé 1,15] 30 115 Puits avec béton vibré 1,001 faa | 1,00 Puits avec béton non vibré feo |1,20| feos | 1,20 GROUPE B Pieux battus pilonnés ~ | 25 7,20 Pieux battus moulés fog | 1,30] 25 1,20 Pieux et barettes forés simples frog |1,80] 25 1,20 Pieux forés tubés : bétonnés a sec foza | 1,20 25 7,10 bétonnés sous eau feos | 1,30] 25 1120 Pieux forés a la taridre creuse : type 1 25 7,50 type 2 25 1,20 type 3 25 1,05 Pioux et barrettes bétonnés sous boue, parois moulées | fxag | 1.30| 25 120 * Test losible de ciminuer de 0,1 la valeur absolue de k; pour le DTU ( prudent de ne pas utliser cette clause) Valeurs de kp kp Eléments du groupe A: 1,00 Eléments du groupe B = = dont le rapport de la plus petite dimension nominale d la longueur est inférioure & 1/20 4,05 = dont Ia plus petite dimension nominale d est inférieure & 0,60 m (13-072) = réunissant les deux con (1,352) = autres cas 4,00 360 Contraintes de calcul du béton py < 0,85,/ (OY) avec © = 1 pour les combinaisons de charge de durée > 24h © = 0,85 pour les combinaisons de charge de durée < 1 h @=0,9 entre 1 het 24 p= 1,5 sauf en situation accidentelle oi y, = 1,3. Contraintes de calcul de I’acier (de béton armé) x4 = e/ Ye 5 1,15 sauf en combinaison accidentelle oi y, = 1. Remarque Un picu vertical, supportant un bitiment et entiérement comprimé sous tous les cas de charges, peut ne peut pas étre armé. Un pieu armé doit étre armé sur toute sa hauteur, Effort Tranchant Pour un pieu circulaire de diamétre B, on vérifiera : 1, = 14V,/ (Bd) <1, AVEC Tytiny Valeur du cis d=B-@ a’ = enrobage a l’axe des aciers. lJlement limite donné par le BAEL Excentricité complémentaire (Fase. 62 [1]) Pour un pieu unique ou une file de pieu isolée, on prendra une excentricité supplément égale a Max[L / 20 ; 0,05 m] avec L = la longueur de la section droite de I’élément (pie ou barrette) mesurée perpendiculairement a I’axe de la file, 6.2.2, En ELS Contraintes de calcul du béton Gomax < 0,6 f, Gienoyen < 0,3 Contraintes de calcul de Pacier (de béton armé) 6, < 2/3 f, en fissuration peu préjudiciable 6, < Min [2/3 ; 110,/nf,] en fissuration préjudiciable 6, < Min [0,5 f, ; 90,/nf,] en fissuration trés préjudiciable avec 1] = 1,6 pour les aciers 4 haute adhérence, = 1,0 dans le cas d’aciers lisses F, = 0,06f, +0,6 MPa 361 6.2.3. Dispositions constructives E est au minimum de 3 diamétres. 'U, 13.2 - PIEUX BETON Aa. | Batu | Batu | Battu | Foré | Ford | Foré ]Tariére| Vissé DTU| préfa | pilonné| moulé | simple | tubé | boue | creuse| mouié > | 621 | ga | $32 | $41 | $42 | $43 | 644 | 845 Tongitudinaux | FC ‘Aelers long) sislslsls Diametre minimum mm| 12 | 12 | 12 | 12 | 12 | 12 % mini pour A< 0,5 jn (0.8 %)| 0,50 % | 0,50 % | 0,50 % |0,60 910,50 %| pour 0,5 1m? (0.8 %)] 0,50 % | 0,50 % | 0,25 % |0,25 %|0,25 % Espacement maximum = | m 0.10 | 0,10 | 0,10 | 0,10 | 0,10 Crochets Intercit ‘Aclers transversaux FO |(0.15 %| a 0,2 %) Diamatre minimum mm | 5 ® Espacement maximum | m | 0,20 | 0,20 | 0,20 | 0,95 | 0,95 | 0.95 Panier oul | our | ou | ovi | oui [ non Attentes (nombre) EC 4|4|4]4) 4 (+1) = diametre m wz | 12 | 12 | 12 | 12 (ae) —longueur m 2,00 | 2,00 | 2,00 | 2,00 | 2,00 = débord minimum m 0,75 | 0,75 | 0,75 | 0,75 | 0,75 = espacement 058 | 058 | 058 |058| 058 Enrobage om fasou) 4 | 4 | 7 | 4] 7 4 Béton: = dosage minimum Ikgim| (g50.| 350 | 360 | 350 | 350 | 350 |350¢)| 950 400) = slump om <5 |10a16/10a16| 214 | 214 |15.a22| 214 (18) | (18) (18) =granulat maximum mm 25 | 25 | a5) | 25 [35] 15 | 25 essai a | 10 | 10 |6ou3|60u3|/6ou3| 10 | 10 =carottage mécanique, 1 essai too | 100 | Soou | S00u | S00u | 100 | 100 od 100 | 100 | 100 = transparence sonique (si pieux armés), 1 essai sur: 4 2 | 8s |e | 86 Tolérance dexcentrement fom | 6 | 6 | 6 | 12 | 6 | 12 | 12 | 9 ()50u55MPa (*) Granulat < maille/4 et < colonne/4 ((0") Dos barres en périphérie + 1 barre centrale sur toute la hauteur du pieu EC ontigrement comprimé FC = fiexion composée B= diamétre ou largeur du piow Les valaurs entre parentheses sont seulement conseilées. D.T.U. 13.2 - MICROPIEUX L 1 (Diamare < 250mm | AE | Ws! | a! | eas | eras Mode d’exécution Foré avec | Foré ou tubage langage, battage, fongage Bétonnage Tube | Gravitéou | Foré Foré plongeur | faible | injecté avec | injecté avec pression, | tubesa | tubes a tube | | manchettes | manchettes plongeur Injection Globale et | Répatitive unitaire | et sélective 21MPa | >1MPa Béton =8MPa = contrainte ELS et non pris en compte 0,48 feoa mortier coulis — dosage ciment kg/m? 500 1200 ‘Armatures Tacullatives | __obligatoires : tubes etfou barres Contrainte de calcul Eis 050 (*) ELU 0,75 (*) Essais de portance : = si pieu travaille en traction, un pieu si 50 50 = si pieu travaille en compression, un pieu sur 200 200 Sinon, pour moins de 25 pieux, charge limite minorée par : 15 15 Tolérance d'excentrement | om 4 5 () En fraction de a jastique ca FASCICULE 62 - PIEUX x Préfabriqués Exécutés en place Dispositions Art. en béton Barrettes constructives = 0.5.2 0.5.2 ‘Armatures longitudinales = nombre minimum z 6 = diamétre minimum mm 12 12 = % minimum pour B<1m : 50 % pour B> 1m 0,51 /8 % et 0,35 % —espacement minimum - 0,10m Armatures transversales: = diamatre minimum mm 5 6 mm et 0,4 x diam longi. = espacement maximum m 0,20 0,35 Enrobage = exécutés dans un tube, tubage ou chemise om < 4 autres cas cm m= 7 B= diamétre ou largeur du piew Puits [1] Sont considérés comme puits, les pieux circulaires de diamétre supérieur pieux rectangulaires de petit c6té supérieur & 0,80 m et d’aire supérieure & 1,10 m, Les puits sont exécutés et bétonnés a Ja main. Lrenrobage des aciers est au moins de 5 cm, 6.2.4, Ferraillage-type de pieu Test généralement constitué par les barres verticales de la cage d’armature du pieu, retour- nées en partie inférieure pour éviter la remontée de la cage lors du bétonnage ou du retrait du tubage (panier). 6.3. Exemple - Batiment de bureaux (suivant Fasc.62 [1]) Soit un pieu en béton, foré tubé de 0,60 m de diamétre et 8 m de profondeur supportant les charges verticales suivantes : = charges permanentes: G = 0,89 MN ~ charges d’exploitation _Q = 0,27 MN avee ¥, = 0,77 et '¥ = 0,65 ~ charges de vent V = 0,42 MN avec ¥, = 0,77 et V2 = 0 pesestr horizontaux dus au vent sont repris par des voiles en sous-sol travaillant en tée. Remarque a On admet habituellement [3] de ne pas prendre en compte le poids propre du pieu dans le calcul des charges. 6.3.1. Sollicitations de calcul Sq ELS, combinaisons rares : G+Q+¥,V=G+Q+0,77 V = 1,483 MN G+tV+¥,Q=G+V+0,77Q= 1,518 MN G-V-047>0 ELS, combinaisons quasi permanentes : G+Q= 1,16 MN ELU, combinaisons fondamentales : 1,35G + 1,5Q+1,3¥, (1,2 V) = 2,111 MN 1,35 G + 1,5 (1,2 V) + 1,3 ¥, Q = 2,228 MN G- 1,5 (1,2 V) = 0,134 >0 Remarque Tlest rappelé que I’action du vent normal déterminé a partir des Régles NV 65 est a majorer par le coefficient 1,2 en ELU seulement. 6.3.2, Vérification de la force portante du sol : Sp ite Q, et de la charge de fuage Le rapport du géotechnicien fournit la valeur de la charge Qe: Q, = 3,28 MN et Q, = 1,75 MN = ELS rares sous Qyax (compression maximum) : Sa0 pas de soulévement OK - ELS quasi permanentes S2 O pas de soulévement ok 6.3.3. Vérification de la force portante du béton du piew D'aprés les tableaux du 6.2 ci-dessus, on trouve : Sein = 25. MPa k= 1,10 pour bétonnage a sec Pour B/D = 0,6/8 = 1/13>1/20,onak,=1 dod f, = 25 / 1,1 = 22,7 MPa ELU, combinaison fondamentale : o = Sg (w B®/ 4) = 2,228 / 0,283 = 8,88 MPa < 0,85 f. / (0 ¥;) =22,7 x 0,85 / (0,85 x 1,5) = 15,13 MPa OK ELS, combinaison rare : o = 1,518 / 0,283 = 5,36 < 0,3 f, = 6,81 MPa oK 7. SEMELLES SUR PIEUX - GENERALITES Compte tenu de la charge apportée par la structure et des forces portantes des pieux dispo- nibles, il est nécessaire de disposer un ou plusieurs pieux sous I’élément porteur. Pour un seul pieu, la forme du poteau (généralement rectangulaire) et la forme du pieu (généralement circulaire), la nature différente des bétons utilisés, les méthodes différentes de réalisation, nécessitent la mise en place d’un ouvrage de transition appelé semelle sur pieu. Pour plusieurs pieux sous un méme poteau, la semelle sur pieu permet de répartir la charge sur I’ensemble des pieux. En batiment, on utilise habituellement des semelles sur un, deux, trois ou quatre pieux, rarement plus (Fig.1 et 2). Fig. 1 - Semelles sur 1 et 2 pieux Fig. 2 - Semelles sur 3 et 4 pieux Pour un bon ancrage des armatures longitudinales, il est nécessaire de disposer d’un débord de la semelle de 0,15 m environ par rapport au nu extérieur du pieu. La hauteur de la semelle est déterminée de telle fagon que la transmission de I’effort amené par le poteau se fasse médiaire d’une ou plusieurs bielles. le 62 [1], article C.2.3.4 précise qu'une semelle peut étre considérée comme infiniment rigide si sa hauteur est supérieure a 0,4 fois I’entre axes des pieux. Groupe de pieux. On considére qu’un pieu n'est pas perturbé par Ia présence dun pieuw Voisin si la distance entre axes est au moins de trois diamétres (ou 1,5 fois la somme des diameétres pour des pieux de diamétres différents). 7.1. Liaison semelle-poteau La liaison entre poteau et semelle est assurée par un des disposi 7.1.1. Poteau béton (Fig. 3) Des aciers en attente correspondant en nombres, Poteau diamétres et dispositions, aux armatures du béton poteau sont disposés pour assurer le recouvre- Attentes ‘ment avec ces armatures. Let sera de ° 0,6 Lz au dessus de la semell 'y a,pas eaves de moment apporté par le poteau. En cas de ‘moment, la longueur sera prise égale & L, et les. attentes seront descendues dans Ia semelle pour assurer la transmission des efforts de traction éventuels dans le ou les pieux. Iongueur de recouvrement des Fig. 3 Liaison semelie — poteau béton 7.1.2. Poteau métallique encastrés en pied ; ou bien pl Les structures métalliques calculées avec un encastrement en pied sont en général plus économiques que lorsqu’elles sont calculées comme articulées. Cependant, ies moments apportés par le poteau se répercutent sur la semelle et les pieux (Fig.7). L’accroissement de colt en résultant est trés souvent supérieur a '6conomie réalisée sur la charpente. En conclusion, on préférera n pied Les platines sont scellées dans le béton de la semelle au moyen de barres d’ancrages avec crochets (Fig. 4~ a-b-d-c) ou de plaques boulonnées (Fig.4 -c), plus rarement au moyen de sommiers (Fig.4-d). Les crochets sont tournés vers Yextérieur lorsque cela est possible (semel vers lintérieur en cas de semelle étroite (Fig.4-a). Pour un poteau articulé en pied, on ne disposera que d'un ancrage (ou d'une file centrée dancrages) (Fig.4-c). Fig. 4 - Ancrage des poteaux métalliques dans une semelie (2° pose large) ou bien 7.1.3. Réalisation des ancrages er un des deux dispositifs de la figure 5. ~ Par poches de réservation dans lesquelles sont descendues les barres d'ancrage préalable- ment fixées a la platine et au poteau. On procéde ensuite au coulage en deuxiéme phase d'un béton fluide et a haute résistance (Fig.5-a). ~ Par mise en place des barres dancrage avant coulage du béton de Ia semelle. La bonne Position des barres est assurée par un gabarit provisoire (Fig.5-b). a b Fig. 5 - Scellement des barres d'ancrage calage et réglage de (Gouvent base de lim: 2. Lorsque le pied de poteau est situé a une certaine hauteur au-dessus de la semelle, on dispose d'une flit ou pigtement ou masif) (Fig. 6). 3. Ces disy maniére aux liaisons poteaux-semelles superficielles. Semelle Fig. 6 - Poteau - embase - semelie. 8. PIEUX SOUMIS A UN EFFORT HORIZONTAL EN TETE Les pieux peuvent avoir a reprendre des efforts horizontaux dus au vent, aux actions sismi- ques ou a des réactions horizontales en pied de poteau (par exemple I'action des charges permanentes sur la traverse d’un portique). On considére le pieu comme une poutre sur sol élastique de largeur B (voir chapitre 4, de deux pieux alignés dans le sens perpendiculaire a Veffort ; ~ encastré en téte pour les semelles sur trois ou quatre pieux, ou encore pour les semelles sur deux pieux dont 'axe d'alignement est paralléle a effort. Les déformations en téte sont fortement réduites pour les pieux a téte encastrée, mais le ‘moment maximum est augmenté de facon importante. (Fig.7) ‘On pourra utiliser le programme « PIEUHOR », qui calcule le piett coinme une poutre sur sol élastique avec plusieurs couches de terrain. On obtient pour chaque coupure les valeurs du moment, de effort tranchant, de la rotation, de la fléche et de la contrainte exercée par Je pieu sur le sol horizontalement. Beagen Aad. — D=6 fas] Articulé en tate Encastré en téte (Mmax=83 kNm) — (Mmax=100 kNm) Fig.7- Déformations horizontales pour un effort horizontal de 0,1 MN en téte. 8.1. Exemple - Etude d’un pieu pieu articulé en téte de 0,60 m de diamétre et 6 m de longueur. Le module d’Young ‘yaut 30 000 MPa pour des actions de courte durée (vent par exemple). Le module du sol est k= 10 MPa/m. ELS (on utiliserait la méme méthode pour un calcul en ELU) appliquées sont données dans le tableau suivant : ‘SOLICITATIONS en téte des pieux Cas de Effort normal Moment Effort horizontal charge NenMN MenMNm Hen MN 1 0,91 0,018 0,032 2 0,62 0,009 0,026 3 0,18 0,024 0,038 En appliquant le programme « PIEUHOR », on trouve les résultats suivants : RESULTATS « PIEUHOR » Cas de | Effort normal | Moment maxi | Profondeur | Déformée | Contrainte maxi Charge | NenMN | enMNm enm —|entéte (mm) | du sol (kPa) 1 091 0.0404 7,50 455 455 2 0.52 0.0284 1,80 3,49 349 3 0,18 0.0477 1,50 538 53.8 On disposera, a priori, du pourcentage minimum dacier prescrit par le réglement, 0,5 %, soit 8HA16 (= 0,57 %). On vérifie ensuite le pieu a la flexion composée avec le programme « FLEXCOMP ». Les résultats sont résumés dans le tableau suivant. Casde | Effortnormal | Moment Moments résistants ; oe han prt = ant Vérification 1 0,91 0,0410 0,078 0,078 OK 2 0,52 0.0284 0,087 = 0,087 0K 3 0,18 0,047 0,070 =0,070 OK On vérifie sur le graphique de la courbe d'interaction (N, M) (v« \prés) que les 3 points représentatifs des sollicitations appliquées 4 la section sont bien a I'intérieur du domaine de sécurité. Remarque La courbe dinteraction posséde une partie verticale correspondant au cas de section entié- rement comprimée, Ceci est dau fait que la contrainte de compression au centre de gravité dun pieu en ELS ne doit pas dépasser 0,3 f, et la contrainte maximum 0,6 f. PROGRAMME « PIEUHOR » Données « PIEUHOR » 1 ‘données au clavier 3 * résultats sur Vimprimante seulement iamétre (m) et longueur (m) du piew 30000‘ module d’Young du béton du pieu 1 " pieu articulé en téte 0.032 ' effort (MN) horizontal en téte de pieu 0.018 — ‘ moment (MNm) en téte de piew 20 * 20 trongons de calcul et de tracé 1 6 10 1 couche de terrain * épaisseur (m) et module de réaction (MPa/m) de la couche Mode d'emploi de « PIEUHOR » 1° Ligne. 2° Ligne. 3° Ligne. 4° Ligne. (si Type=0) 5° Ligne. GiTyper!) 6° Ligne. GiType=2) 7° Ligne. 8° Ligne. 9° Ligne. 10° Ligne. (i Ena=1) 11° Ligne. 12° Ligne. 13° Ligne. (N, lignes) Données = 1 pour entrer les données au clavier, =2 pour entrer les données en DATA en fin de programme. Sortie = 1 pour avoir les résultats sur I'é =2 pour avoir les résultats sur I’écran et sur I = 3 pour n’avoir les résultats que sur limprimante. Type 0 = section circulaire, 1 = section rectangulaire, 2.= section queleonque. B,D B = diamétre (m) du pieu, D = longueur (m) du piew. B,h,D B = largeur (m) du pieu dans le sens perpendiculaire a "effort, h= épaisseur (m) du pieu dans le sens paralléle a I’effort, D = Jongueur (m) du pieu. B,In,D B= largeur (m) du pien dans le sens perpendiculaire a I'effort, In = moment ie (m*) de la section du pieu dans le sens de I'effort, D = longueur (m) du pieu. E = module d’ Young (MPa) du béton. Ena = I pour un pieu articulé en téte, = 2 pour un piew encastré en téte. Ht = effort horizontal (MN) en téte de pieu. M = moment (MNm) appliqué en téte, positif sil ajoute ses effets a ceux de Yeffort horizontal. N, = nombre de trongons de calcul et de tracé du dessin. Ne = nombre de couches de terrain de caractéristiques différentes. hk h= épaisseur (m) de la couche, k= module de réaction du sol (MPa/m). Données a I’écran de « PIEUHOR » Se PIEUHOR Woutez-Vous Entrer les Donnees {= auClavier, | 2= en DATA en Fin de Programme =? 1 lvowlez-Vous les Resul 1-2 3 Section du Pieu: 0 = Circull Dianetre et Longueur du P re, = Rectenguigine, 2 = Guelcongue, =? 0 5; far et ueso.e 8 000 cn Tete, 2= Encastre an Tete. 9? 1 a3 Osos hoate BED ere de Couches de Terrain =? 1 en Bo (een Epaisseur’ Ge) et Module du Sol Fa/a? =? 6 10 lUoulez-Uous les Dessins ; oui=t , non=0 =? 1 Résultats de « PIEUHOR » pa Diamétre du Plow = 0,600 m ronguour du Piet = 6.000 m Module ¢'Young ctu Beton = 30 000 MPa Effort Horizontal en Téte = 0.032 MN Moment en Téte = 0.018 MNm Atticule en Tete ‘Couche N° 1 , Epatssour = 6,000 m, Module du Sol = 10.00 MPa/m_ RESULTATS Cote Fleche Rotatt. Moment EfTr. Contr.Sol m mm 14/1000 kNm iN kPa 455 ~ 1557 18.00 32.00 45.46 4.08 = 1.521 26.41 3.63 = 1.475 3.20 = 1.420 weroanenno Graphique de « PIEUHOR » Rotation naxt Tlonent_naxt 1.587 rd/1000 40.3058 ktm Listing de « PIEUHOR » 10 ON ERROR GOTO 30' Henry THONIER - Decembre 1992 - 20 GOTO 50 20 PRINT USING'Enrour No### Lignef ####"ERRERL:STOP 40 CLS:DEFDBL A-H:DEFDBL L:DEFDBL N-Z 50 REM Programme de Calcul de Pieu avec Effort Horizontal en Tete 60 REM et Sol elastiquo en Plusieurs Couches : PIEUHOR 70 DIM UC13), UM¥C3) 80 CALL TEXTSIZE@):CALL TEXTFONT() ' Propre au Mcintosh 90 IDIM-0 100 cis 10 PI=ATNC ae 120 Gosus 3: ture des Donnees, 190 FOR I=] TO MM:FOR J=] TO MM+1:D4..)=O#-NEXT J:NEXTI * Conditions en Pied et Tete 180 IF NC=1 THEN 190 160 FOR INC=1 TO.NC-1 ' Pour Chacuue Interface de Couche 170 GOSUB 1590. Conaitions de Compattibilite entre Couches 180 _NEXTINC 190 GOSUB 1800 ' Resolution du Systeme de MM Equations a MM Inconnues 200 GOSUB 2110 ‘Ecriture Titre 210 FORIX~0 TONX 220 X2-IK'1/NK 230 GOSUB 2220 ‘culture des Resultats 240° NEXTIX 250 GOSUB 2510 'Dessins 260 IX-0:C15 270 PRINTANPUT'Voulez-Vous les Resultals pour une Autre Cote: ouls1, non=0 280 IF 11=0 THEN 340 290 GOSUB 2110 ‘ Eoriture Titre 1380 REM Lecture des Donnees 1390 PRINT’'Voulez-Vous Entrer les Donnees * 400 INPUT 1 = au Clavier, 2 = en DATA en Fin de Progiemme ="\LDA 40 IF IPE>1 THEN LPRINT USING‘Couche Not , Epoissour =##.### m, Module du Sol ~##H##.## 2 THEN READ HC(D,KCUD:GOTO 740 $:GOSUB 2810:HCA)=U(0):KCAD=U(1)PRINT D STH PNT Emr vr longue petot des Cochos Rocummancat GOTO 670 dormer tans B10 PRAT ANDO NEES PET —* 220 RECO EN PNT Uae Daroe cP #88 GOTO 880 13 enon 830 IF IFM=1 THEN PRINT USING'Largeur =##.### m et Epaisseur du Piou =##.4### m";B;H:GOTO 850 Wa a) BELA. 376 377 1600 REM Calcul des Coetficients inconnus A, B, A‘, B, A1,B1,A'1,B1,A2,B2,A2,B2 1610 REM par les Conditions de Compatibilte - Equations § ct MM 11620 REM Calcul des Coefficients de la Matrice D(-) pour les Points B, C, 1630 BE=1# 1810 REM Resolution d'un Systeme de MM Equations ct MM Inconnues par GAUSS 1820 REM Les Constantes donnees et les Resultats sont dans ia Colonne MM+1 1870 K8=I8 1880 IF A(K8,{8)<>0 THEN 1910 1990 FOR J9=MM+1 10 18 STEP -1 2000 ACM?.J9)~ACM9.J9)-A(M9.18Y°A0B.J9) 2010 NEXT J9 +2020 NEXT M9 2030 NEXT 18 2040 FOR I8=MM TO 1 STEP-1 2050 IF 18=MM THEN 2090 2060 FOR KB~18¢1 10 MM 2070 Ad8,MM+1)=A(B,MM*1)-A(1, KB’ ACK MM+1) 2080 NEXT KB 2090 NEXT 18 2120 REM Ecriture du Titre 2130 IF IPE>2 THEN 2170 2140 PRINT:PRINT’ Cote Fleche Rotat. Moment Etf-Tr. ContrSol" 2150 PRINT’ m mm rd/1000 kNm kN kPa" 2160 PRINT 2170 IF IPE<2 THEN 2210 2180 LPRINTLPRINT Cote Fleche Rotat. Moment Eff. Contr Sol” 2190 LPRINT’ m mm 14/1000 kNm kN kPa 2200 LPRINT 2210 RETURN 2220. REM, 2230 REM Ecriture des Resullats a la Cote Absolue X2, Relative XI 2240 UH=0:BE=1:MT1=0:V71=0:J2=MM+1 2250 FORIC=1 TO NC’ Recherche du No de Couche, 2260 UH>UH+HCAC) 2270 IF UH>X2 THEN IND=IC:GOTO 2290 2280. NEXTIC 2200 K1=KC(IND) 2300 X1-X2-UH+HCOND)L1=X1 *Cote Relative 2310 LA~CK1"B/4#/D)A.25# 2320 REM Calcul de y, y’, M, V, Sigma a la Cote X1 2990 U1=EXP(LA‘L]).U2=COSLA'L1):U3-SINGA'L1) iy aNRn EE tenet HOR HEED (000; w¢1)"K1"1000 deen ete ate HEED 2520 INPUT Voulez:Vous les Dessins : ou=1, non=0 ="IDE (2530 IF IDE=0 THEN 2800 2540 CLs 2850 LA~500:1B=290 ' Lorgeur et Hauteur de Icon 2560 FOR I=0 TO 3: U()=O:NEXT I 2570 FORJ=0T03 2580 FORI-O TONX 2590 IF ABS(FLGI.D)>U() THEN UG)=ABS(FLC,D) 2600 NEXTI 2610 NEXTJ 2620 PRINT’ Fleche mend Rotation maxi Moment mon Ett. Trench. maxi" 2630 PRINT USING © fitt.### mm © #4844. 1/1000 HARE. AHWO Nm | ARRELOEEE KN", UcO)"1000;U(1)"1000; U¢2)"1000-U(3)"1000 2700 ‘LINE (KA, 9"LE){KA.LB/8) 2710 FORI-0 TONX 2720 X1*XA#LA/IOFLG.D/U0) 2760 2770 2780 IF IPE>1 THEN LOOPY 2790 INPUT Ul$, 2800 RETURN Sri RE 2820 REM: Conversion Lecture Format Libre 2830 FORI-0T0 12 2840 U0 2850 NEXTI 2860 11-0 12870 IF CL$=" OR CL$~"" THEN 2970 2880 J=1 2890 IF INSTR CLS," )=J THEN JaJ+1:GOTO 2890 2900 CL$-RIGHTS(CLS,LEN(CL$)J+1)J~INSTRO.CLS,") 2910 IF [nO THEN MOT$=CL$:GOTO 2930 3030 REM H.L.EY,ENC, VT.(MD,.NX.NC 3040 REM Het L = Diametre ot Longuour du Pieu (in) 3050 REM. EY = Module ctYoung du Beton (MPa) 3060 REM ENC=1=Tete Articulee, =2=Tete Encastree 3070 REM VT = Effort Horizontal (MNjen Tete (MNm) 3080 REM MT = Moment on Tete (MINm), si ENC*1 3090 REM. NX = Nombre de Points de Caicul 3100 REM NC = Nombre de Couches de Terrain 3110 REM HCQ) et KC) = Epaisseur (m) et Module du Sol (MPa/m) 3180 DATA 0.0.6 6,30000.1,0.038,0.021,20.1,6.10 PROGRAMME « FLEXCOMP » Données « FLEXCOMP » 1 * données au clavier 3 * résultats sur Yimprimante seulement len ELS 0 jon en béton armé 6.81 "9, = 0.3 X22.7 MPa "9, = 110,/nfy = 195 (avec fy = 1,962 MPa) en fis. préjudiciable ion circulaire 06 diamétre (m) 8 * enrobage (cm) a axe des aciers 5 ‘ sortie de la courbe dinteraction 0.91 0.0401 ‘effort normal (MN) et moment (MNm) cas 1 0.52 0.0284 ‘effort normal (MN) et moment (MNm) cas 2 0.18 0.0477 ‘effort normal (MN) et moment (MNm) cas 3 0 "fin de description des sollicitations Mode d'emploi de « FLEXCOMP » ~ Programme de flexion composée de section quelconque Le programme au choix : 1 - vérifie une section donnée, pour des aciers donnés et des couples de sollicitations (M, N) donnés, 2. imprime, sous forme de tableau, tous les couples (M, N) d'une section donnée, pour des aciers donnés, dans les cas de section entiérement comprimée, partiellement tendue ou interaction pour les mémes données que ci-dessus et positionne les couples de sollicitations (M, N) éventuellement donnés, ies courbes diinteraction d'une section donnée pour plusieurs pourcentages jue les couples de solicitations (M, N) éventuels. - un cercle (pieu par exemple), - une section rectangulaire, une section quelconque composée de trapézes superposés (Te, I, H, ..). La vérification, le calcul du tableau, le dessin de la courbe diinteraction ou T'abaque d’inte- taction peuvent étre effectués en ELS ou en ELU en ‘béton armé (BAEL 91). La vérification peut étre faite en béton précontraint en. ELS ou ELU (BPEL 91). 1° Ligne. Saisie = I pour une saisie des données sur le clavier, = 2 pour une lecture des données en DATA en fin de programme. 2° Ligne. Résul = 1 pour une & = 2 pour une é = 3 pour une écriture des résultats sur Vimprimante seulement. ELU = 1 pour un calcul en ELS, 3° Ligne. 18° Ligne. = 2 pour un calcul en BLU. BAP = 0 pour un calcul en béton armé, = 1 pour un calcul en béton précontraint. Sb = contrainte admissible (MPa) du béton en flexion simple, = 0,6 fog en général. os = contrainte admissible (MPa) de lacier (suivant le type de fissuration). 4° Ligne. 5° Ligne. (si ELU=1) et (si BAP=0) 6° Ligne. (Gi ELU=1) et (i BAP=0) 7? Ligne. (si ELU=2)ou (i BAP=1) 8° Ligne. (Gi ELU=2)0u (i BAP=1) 9° Ligne (si BAP=1) 19° Ligne (si BAP=1) 20° Ligne. : (Gi Sortie= = Résistance caractérist ‘ 12003) ractéristique (MPa) du béton. te = limite élastique (MPa) de 'acier de béton armeé. Sreafore ‘peg = limite élastique garantie (MPa) de Iacier de précontrainte, Jorg = résistance garantie (MPa) de Yacier de précontrainte. KI = classe de vérification en béton précontraint en ELS = 1 , 2 ou 3. 21° Ligne. Gi Sortie=4) et 10° Ligne (Gi BAP=1)et (SiELU=1) 11° Ligne. 22° Ligne. (Gi Sortie=4) et Forme (si Forme=2 ou = 2 pour une section rectangulaire, = 3 pour une section composée de trapézes superposés. Piew = 0 si élément étudié n'est pas un pieu, = 1 pour un pieu (de section circulaire, rectangulaire ou quelconque). Diam = diamétre (m) de la section circulaire en béton. Enr = enrobage a I'axe (em) des aciers de la section circulaire. bh b= largeur (m) de la section rectangulaire, h:= hauteur (mn) de la section rectangulaire. * n, = nombre de trapézes superposés et accolés composant la section. a,b,c 3 a= largeur (m) de Ja partie supérieure du trapeze, b= largeur (m) de la partie inférieure du trapeze, c= hauteur (m) du trapéze. 23° Ligne. (Gi Forme=1) et (Gi Sortie=1, 2 ou 3) 24° Ligne. (i Forme=2 ou (Si Sortie=1,2 0 12° Ligne. (si BAP=0) 13° Ligne. (si Forme=1) 14° Ligne. (si Forme=1) 15° Ligne. (si Forme=2) Reiie 25° Ligne. (si Forme=3) 17° Ligne. (si Forme=3) (nt lignes) et (etsi BAP=1) (si Forme=2 ou 3) d, = distance (m) de I Sortie = | pour Ia vérification de la section pour un ou plusieurs couples de sollicitations Moment ~ Effort Normal (M, N), (seule possible en BP), = 2 pour Ie tableau des résultats : N, M, x, ¢o, déformations (ELS) ou contraintes (ELU) pour toute position de la fibre neutre x de - o» a + °°, = 3 pour le dessin de la courbe dinteraction (N, M), = 4 pour dessiner les abaques d'interaction pour m (usqu’é 8) pourcenta- ges dacier (dans ce cas il ne peut y avoir qu'un ou deux lits ’aciers). Mg = moment (MNm) di aux seules charges permanentes. N, M, (Comb) couples de sollicitations appliqués (FIN = 0.0 ou 0.0 0) N = effort normal (MN) autre que la précontrainte, M = moment fléchissant (MNm). = let ELU=1) ion dlexécution, = 1 pour la combinaison quasi permanente = 2 pour la combinaison fréquente = 3 pour la combinaison rare. Enr Ent = enrobage (cm) pour les abaques en s ection rectangulaire ou quel- (si Forme=2 ou 3)conque. Ne pour les aciers des sections rectangulaire ou queleonque de la sorte aba- ques 3m, = 1 pour un seul lit dacier situé a une distance de la fibre inférieure de ‘a section égale a Venrobage décrit ci-dessus, ig = 2 pour det in en haut, Vautre en bas, tous les deux avec l'enrobage ci-dessus, ces aciers sont symétriques. n, phi pour une section circulaire : n= nombre (pair) de barres, phi = diamétre (mm) des aciers. d,n, phi 3)et d= distance (m) de laxe de V'acier a la fibre supérieure du béton, 113) _m-= nombre de barres du lit, phi = diamétre (mm) des aciers du lit, Retour ligne 24 ou FIN = 000 yy thy, T, Op» Op 'axe du cable a la fibre supérieure du béton, n, = nombre de torons, (si Sortie=1,20u3) T’= type de torons = 13 pour du T13 de 93 mm’, = 14 pour du T14 de 100 mm?, = 15 pour du T15 de 139 mm?, = 16 pour du T16 de 150 mm’, Gp = contrainte (MPa) de Yacier du cable aprés pertes, @,, = diamatre (mm) de la gaine du céble. Retour ligne 25 ou FIN = 00000 Données a I’écran de « FLEXCOMP LO? SSS Woulez-Vous En 5 Donnees de Progranme Imprimante, I'Imprimante seule en ELU = 2:71 Section en Beton Precontraint: Oui=1, Non=0 7? 0 ‘du Beton (HPa) =? 6.81 de I'Acier BA (HPa) =? 195 2 = Rectangulaire, 3 = Quelconque : Quist, Non=0 =? 1 Enrobage a |'Axe des Aciers (om=? & a ELEC OM PS Type de Sortie = Verification d'une Section pour un ou des Couples (M,N) Tableau des Resultats : N, M, x, e0 Dessin de ta Courbe d’interaction <(N,M Abaques d’Interaction pour 6 Pourcentages d'Acier 1 A 3 4 1 Effort Normal ¢HN> et Moment appliques : -? 0.52 0.0284 et Moment appliques : ? 0.18 0.0477 et Moment appliques : 20 Résultats de « FLEXCOMP » Calcul en ELS ‘Contrainte Admissible du Beton = 6.81 MPa Contrainte Admissible de TAcier = 195.00 MPa section Circulaire : Diamétre = 0.600 m ‘Armee de 6 Phi 16 Enrobage & ’Axe des Aciers = 8.0 cm ‘Charges Appliquées en ELS No Eff. Normal Moment MN MNm_ 1 0.910 0.040 2 0.520 0.028 3 0.180 0.048 Aciers BA No Nbre Diamétre Distance mm m 1 ns 16.0 0.080 2 d. 16.0 0.144 3 1 16.0 0.300 4 1 16.0 0.456 5 1 16.0 0.144 6 1 16.0 0.300 ce 1 16.0 0.456 8 1 16.0 0.520 Section Beton Seul $= 0.282743 m? 1/v1 = 0.021206 m® vi ~ 0.3000 m Giration = 0.1500 m T= 0.006362 m4 1/v2 = 0.021206 m v2 = 0.3000 m Rendement= 0.2500 Section Homogéne avec n= 15 S = 0.306871 m? 1/v1= 0.023152 m? v1= 0.3000 m Giration = 0.1504 m_ T= 0.006946 m* 1/v2= 0.023152 m3 v2= 0.3000 m Rendement= 0.2515 Pourcentage d'Acier BA sur Section Totale = 0.569 %, Section Symétrique Graphique de « FLEXCOMP » Le dessin de la courbe “apparait qu’avec les sorties 3 et 4. Le tableau de résultats ci-dessus n’apparait qu’avec la sortie 1. Listing de « FLEXCOMP » 10 REM Programme de Calcul de Flexion Composee d'une Section Gueleonque 20 REM Conforme au BAEL 91 et BPEL 91 30 REM en Beton Precontiaint ~ Verification de Section avec Cables Injectes ‘40 REM ‘FLEXCOMP” ~ Henry THONIER ~ Decernbre 1992 50 ON ERROR GOTO 70 60. GOTO 80 70 PRINT USING"Ereur#¥## Ligne ####"ERR:ERL:STOP 80 CALL TEXTFONT(4):CALL TEXTSIZE(9) Taille des Lettres sur Ecran (Macintosh) *Coetcent Equivalence Acter/Beton * Module dYoung de YAcior BA en MPa. 180 £10~1900001 "Module d'Young de TAcier BP en MPa. 1g0 PRN 01 Precision sur kt Recherche de IBtort Ntmal en MIN = 0.01) 36) PRINT Voulma Vous Ener Ties Dennoos 380 PRINT 1 = sur le Clavier:PRINT 2 = en DATA en Fin de Programme" ‘450 GOSUB 2730 "Lecture cles Donnees Geometriquues ‘460 GOSUB 8500‘ Caractetistiques Mecamicques Brutes ‘470 IF BP>0 THEN SORTI=1:GOTO $50 480 IF IECR~2 THEN READ SORTI:GOTO 550 490 PRINT:PRINT Type de Sortie * 500 PRINT 1 = Verification clune Section pour un ou des Couples (MLN 1590 PRINT USING® 4 = Abagues Gntoraction pour ## Pourcentages Acie: IPCT 840 INPUT ="SORTI 550 IF SORTI=1 THEN N9~2 560 IF SORTI=1 OR SORTI~3 OR SORTI~4 THEN GOSUB 3170 ‘Lecture des Charges 570 IF SORTI=4 THEN GOSUB 3430 :GOTO 600 ' Calcul des Aciers Abaques {680 ON SORTI GOTO 690,800,850,910 690 GOSUB 5810 Ectiture Titre Tableau de Verification 700 FOR ICM=1 TO NMP 710 IF BP>O AND ELU<1.1 THEN GOSUB 1090:G0T0 790 Beton Precontcin n ELS (GOSUB 5950 * Calcul des Moments ot Bit. Normoux Resistonts Bs NEXT ICM 3 aN ervontenives Meccan avec Meme Geometric et GAutres Aciers : Ouln1, Non=0 “"UL:PRINT 387 750 IF U1~0 THEN 790 '860 GOSUB 4280 ‘Calcul de N, M, x, e0 {870 GOSUB 11520 * Dessin de la Courbe diinteraction 880 PRINT:INPUTVoulez-Vous Rocalculer avec Meme Geometie et ‘Autres Aciors : Oul=l, Non-0 = UL:PRINT £890 IF U1>0 THEN TOUR=1:IECR=1:GOTO 570 17 . {He moet mE SAT “OSATG=0:GOTO 1290 1190 IF Ki~2 THEN SAT=.1.5°FTSATG=0:GOTO 1290 1200 IF KL~3 THEN SAT=-0:SATG=-100:GOTO 1290 1210 SAD=.6°F8 1220 IF COMBQCM)>2 THEN 1260 1230 IF KL=1 THEN SAT=0:SATG=0:GOTO 1290 110 IF KL=3 THEN GOSUB 1890 * Classe I 388, 1340 REM Calcul des Moments Resistants Maxi et Mini en Classe 1 et 2 1950 X=V1BH'SX-SAD:GOSUB 1510:MSUP>MK 1960 K-V1BH-DP(NP) ENP 1970 IF X>0 THEN 1400 1430 X=V1BH-DPC1)+ENP1 1440 IF XMMIN THEN MMIN=MK 1470 K=VIBH-SX=SAT:GOSUB 1510 1480 IF MK>MMIN THEN MMIN=MK 1490 GOSUB 670 'Ectiture des Resullats 1600 RETURN Big Reg 1820 REM Pour x donne et Sigma donne en BP 1530 POR IP=1 TO NP:DEPOP)=0:NEXT IP 1640 GOSUB 1650” Somme des Pj 1850 FORIKT=1 705 1860 GOSUB 1740 ' Somme des Delta Pj FOR IP=1 TO NP SGI-PI/SECH (PEI MP) (V1BH-DPP))/INEREL P PEJPEJ+U1"(V1BH-DPOPS) NEXT IPS atacand PJD=PJ:PEJD=PEJ FOR IPJ=1 TO NP PJD-PJD+DEPOPS) PEJD=PEJD*+DEPUPJ)'(V IBH-DPCPD)) NEXT IPS Rerun M 90 HEM Zan nage oo BP 1640 ENP=1.5°PHIGNP) 1850 IF ENP>.12 THEN ENP~.12 1860 ENP1=1.5*PHIGC1) 1870 IF ENP|>.12 THEN ENP1=.12 1880 RETURN 1890 REM 389 See Aree cne ror srtnen n nenoeorenernenesen FE cme rene Sete ereerisceraansna a 3550 AIRA=PCENT'PI/4°PHIPA2/NB 3560 GOSUB 5670 3610 N6~OiF FORME] THEN 3770 392 4320 121 _' Sections Entierement Tendues Pivot 1A 4330 IF IMPR<3 AND SORTI=2 THEN PRINT:PRINT'Section Entierement Tendue Pivot 1A" 4380 IZ=2 ' Sections Partiellement Tendues Pivot 1B 4390 IF IMPR<3 AND SORTI~2 THEN PRINT: PRINTSection Partiellement Tendue Pivot 18° 44470 IF IMPR>1 AND SORTI=2 THEN LPRINT:LPRINTSection Pattiollement Tenclue Pivot 2° 4480 IF SORTI"2 THEN GOSUB 9560’ Ecriture Tablecux 4490 E1=D2 4500 ADI=D1:AD2=(1-D(N6)/HT'D2 4510 GOSUB 5030 4520 124 ' Section Entierement Comprimee Pivot 3 4530 IF IMPR<3 AND SORTI=2 THEN PRINT:PRINTSection Entiete rent Comprimee Pivot 3* ‘4840 IF IMPR>1 AND SORTI=2 THEN LPRINT:LPRINT'Section Entierement Comprimee Pivot 3° "Section Entierement Comprime Pivot 3 4610 IF IMPR<3 AND SORTI~2 THEN PRINT:PRINT'Section Entierement Comprimee Pivot 3” 4620 IF IMPR>1 AND SORTI=2 THEN LPRINT:LPRINT’Section Entierement Comprimee Pivot 3 4630 IF SORTI=2 THEN GOSUB 9560’ Ecriture Tablecrux 4680 IF IMPR>1 AND SORTI«2 THEN LPRINT:LPRINTSection Partiollement Tendue Pivot 2" ‘THEN GOSUB 9560 ' eriture Tabbleaux . -DI:AD2=D(1)/HT'D2 ‘GosuB 5270 4730 12-7 ' Section Partiellement Tendue Pivot 1B 4740 IF IMPR<3 AND SORTI=2 THEN PRINT:PRINT'Section Partiollement Tendue Pivot 1'B" 394 oF IMPR>1 AND SORTI-2 THEN LPRINT:LPRINT Section Patticlloment Tendue Pivot 15" IF SORTI=2 THEN GOSUB 9560 'Ecriture Tableau EI-DI IPIEU>0 AND AD2>D10 THEN AD2-D10 47 4900 2-8 f jei0 IF IMPR<3 AND SORTI~2 THEN PRINT:PRINTSection Entieremont Tendue Pivot VA" e20 IF IMPR>1 AND SORTI~2 THEN LPRINT:LPRINTSection Entierement Tendue Pivot 1A" 4800 IF SORTI=2 THEN GOSUB 9560 'Ecriture Tableaux 4349 ADI=DI-AD2~0E1~D1 ‘4350 GOSUB5420 4930 GOSUB 7390 * (Beton) + Acier Tendus 4940 NEXTJI 4950 RETURN 4960 REM Pivot 1B —— 4970 AD3=(AD2-ADD/NO- 4980 FOR JI NOTONS 4990 -El=JI"AD3+ADI 5000 GOSUB 7390 ‘Beton + Acier Tendus 5080. GOSUB 7390 ‘Boton + Aciors Tendus $310 IP E1>D9 THEN F2~(E1-D5)/V2K+D5 8320 GOSUB 7390 ‘Beton + Aci: Tendus 395 -LPRINT'VERIFICATIONS'LPRINT’ ———"LPRINT 4 pecans Agissantos Solicitations Resistantes Veriioation* 15500 REM Aciers et Beton Entierement Comprimes SSID IF <4 OR IS THEN 5660 5820 REM Ecriture Tableau des Verifications {5830 IF IMPR>2 THEN 5890 3’ Moment Minimum ‘5870 PRINT (MIN) (MINE) (MN) (MINm) (MN 5880 PRINT 5890 IF IMPR<2 THEN 5940, IF E1>-0 AND E2>-0 THEN UH-HT EL DPU/UH, GOSUB 8420 ‘Deformation Aciet @6 pour Contrainte Go TF ABS(DS2)>.01 THEN DS2~.01°SGNODS2) =1 THEN GOSUB 2100:GOTO 7460' Calcul de E2 en Classe 3 '=1 THEN 7440 ELSE GOTO 7460 e anER te RHE SHEEN SHO |=2 THEN GOSUB 2200:GOTO 7500 ‘Calcul de E1 en Classe 3 2 THEN 7480 ELSE GOTO 7500 wate oe HH ened HUReR HE )EQU'SL UH>D(NS) ELSE UHSHT:DCI) Pte er 80 REM Contrainte Fé Acior Ecroui BA ou BP pour Deformation E4 2390 NEXI 400 Fa-(G1+G3)/2'SGNED) e410 RETURN £420 REM Deformee Actor Q6 pour une Contrainte G6 Calcul des Sollicitations dues a lc Precontrainte 8000 F2-FI°VIBF2 ' Moment pat Rapport au edg- 8010 IF F1-0 THEN £0=999.99 ELSE EO-F2/P1 8020 IF W4>999 THEN W4=999.999 8040 TN(KN2,ICB)=F 1:TM(KN2,ICB)=F2 8050 IF SORTI~2 THEN GOSUB 9710 Ecritures 8060 RETURN 8730 HT=Vi+v2 9740 ViB-V1 8750 U2-U4/Vi 8760 U3U4/V2 8770 RETURN 8780 REM: £8790 REM Ecriture des Conacristiques Mecaniques 18800 IF TOUR>O THEN 8990 I/visteetdett m3 vie##e## m Giration #4. Hit m4 Yvan AHH m3 vom 9270 IF TOUR>1 THEN 9290 402 9280 IF IMPR>1 THEN LPRINT:LPRINT USING’ Pourcentage d'Acier BA sur Section Totale 28.648 9 UL:LPRINT (9290 IF ABS(VIBH-HT*+V1BH)<,00001 THEN SYM=1 (9300 IF SYM>0 AND IMPR<3 THEN PRINT” Section Symetique™ (9310 IF SYM>0 AND IMPR>1 THEN PRINT" Section Symetriquet 9340 REM Resultats (9350 IF TOUR>0 THEN 9400 9360 IF IMPR<3 THEN PRINTPRINT "RESULTATS" 9370 IF IMPR<3 THEN PI (9380 IF IMPR>1 THEN LPRINT:LPRINT "RESULTATS" (9390 IF IMPR>1 THEN LPRINT™"*""" (9400 RETURN 9410 REM $< (9420 REM Ecriture des Resultats en Table (9430 IF SORTI<2 OR SORTI>2 THEN 9540 (9440 IF IMPR>2 THEN 9490 9450 PRINT (9460 PRINT = Distance de ka Fibre Neutre ct la Fibre Superiourey’ 9470 PRINT‘(@0 = Excentricite de N par Reppport cu Cag du Beton Seu)" 9480 PRINT(Contraintes en MPat ot Deformations en Milliemes) (9490 IF IMPR<2 THEN 9540 (9500 LPRINT 9810 LPRINT'(x = Distance de Ia Fibre Neutre a la Fibre Superieure)’ 9520 LPRINT (eo = Excentricite de N par Rapport cu Cdg du Beton Seuly’ 9530 LPRINT (Contraiintes en MPa et Deformations en Miliennes) 9650 IF ABSA)» 990 THEN WA-099 99 403 10070 PRINT USING" Contrainte Admissible du Beton = #i#.## MPat\F9 10080 PRINT USING" Contrainte Admissible de lAcier = ###.## MPcr:F5 10100 LPRINT USING’ Contrainte Admissible du Beton = #84.6% MPct:F9 ONO LPRINT USING’ Contrainte Admissible de 'Acier = #¥,# MPCtP5 10120 GOTO 10310 10130 IF IMPR>2 THEN 10170 10140 PRINT'Cajcul en ELU* ju Beton = #4. MPCEB 10190 LPRINT USING® Resistance du Beton = #4¥.## MParF8 LPRINT USING" Limite Elastique de lAcier BA = #44.4# MPct:F7 1 10210 THEN 10260 THEN PRINT USING’ Contrainte de Calcul du Beton ~ ###.## MPat;F9 ORELU>1.1 THEN PRINT USING’ Cont. de Calcul ci 1 THEN 10390 10320 IF IMPR>2 THEN 10360 10330 PRINT USING'Section Circulate : Diametre = 10340 PRINT USING?Armee de ## Phi ##".N6SQRC 10350 IF IMPR<2 THEN 10380 10360 LPRINT USINGSection Circulatre : Diamotro. 10370 LPRINT USINGAmnee de ## Phi ##°N6SOR 10380 GOTO 10510 10390 IF IMPR>2 THEN 10420 10400 PRINT:PRINT Trapezes:PRINT——":PRINT'No @ b ht 10410 PRINT’ m m m* 404 10420 IF IMPR<2 THEN 10450 104% :-LPRINT Trapozos':LPRINT'—-—"LPRINTNo ai b ht x mmm 4c be IMPR<3 THEN PRINT USING'## #4.04# #4444 #4 #4"; AQ);BQ);CO)_ IMPR>1 THEN LPRINT USING ## ¢Ht.tHit tHE fH dH EI; ACT)-BOD)-CQ) 1Os101Fbar>a THEN 10560 toego mat 7 {OS00 F FORMESY THEN PINT USING Toubur Toate ~ 488m Pant ira [ost0 IF ENDO THEN PRINT USINGEnbage ate des Aces =H. xB 00 {oso I naPaea TN T0610 10620 IF IMPR>2 THEN 10690 10630 PRINT:PRINT Charges Appliquees'; 10640 IF ELU>] THEN PRINT" en ELU' ELSE PRINT en ELS" BP>0 AND IMPR<3 THEN PRINT:PRINT USING’Moment du aux Changes Permanentes ~ ##.### ro =e SP50 AND IMPO>1 THEN LPRIVTLPRINT USING Mornent cnx Cheages Permanente = #48 10960 REM Repetition des Donnees Aciers 405 10970 IF SORTI=4 THEN 11180 PRINT'No Nbre Torons Distance Excentricite Section Diam, Gaine Contrainte" PRINT oom om mm2 mm MPo IF IMPR>2 THEN 11270 LPRINT:LPRINT Acers BP'LPRINT-——" LPRINTNo Nbve Toros Distance Excenticto Section Diam, Gaine Contain’ mom mm? mm MPo Hae wentee ene 448 ete waned eH #020 APC 1O0DDOPHNGR IO SP) NEXTI IF IMPR>2 THEN 11480 PRINT USING Precontraiinte apres Pertes ~##.### MN":PREC PRINT USING Section Tolale cfAcier de Precontrainte =##### mm2* SECP*10000001 480 IF IMPR<2 THEN 11510, 1490 LPRINT USING’ Precontrainte apres Pertes ~##.##¥ MN"PREC 11800 LPRINT USING Section Totaile d'Acier de Precontrainte =##### mm2" ;SECP*10000001 11810 RETURN LINDY MGS) JHOMG+5) NEXTIX FORIPC=1TOIPCT ‘Trace des Courbes NEXT 12090 GOSUB 12320 * Separateurs des Zones: 100 PRINT USING'M Max. =#iii# MINm" YC: 10 IF SORTI<4 THEN GOTO 12160 2140 PRINT USING" #.## % “;PCEN()*100: 50. NEXTI 70 PRINT USINGM Min. =i##. 4 MINen’:YD 180 PRINT USING'N Men. =#i4.44## MINXB 12190 PRINT USING'N Min, —###.s4## MINKA 112200 IF SORTI=4 AND ICB1 THEN LCOPY 12225 RETURN 12290 REM 12240 REM Nombre de Barrettes sur les Axes Ox et OY 12290 X3=X1 XO-1eMG. YO-JH#MG, Y1-YOJLYTM( 8.2. Exemple - Etude d’un groupe de pieux semble dune file de trois poteaux (Fig.8) reposant sur des semelles sur pieux reliées longrines avec : ~jun plea 600 sur Fane ~ deux picux 9900 sur Faxe 2, disposés dans un plan perpendic =e pieux 2900 sur I'axe 3, disposés dans le plan de la file des poteaux. s pieux ont tous une profondeur de 10,5 m. Le module d’Young du béton est de 30 000 MPa Le module de réaction du sol vaut k= 20 MPa/m. ations de courte durée). Sel. t—F - =e T TT] Semettes sur 2 | in LL | 1 9600 2.6900 20900 Fig.8 - Ensemble de pieux avec efforts horizontaux. een 105 Nous utiliserons le programme « PIEUHOR » pour déterminer la déformée en téte pour un effort unité de 0,1 MIN. Nous en déduirons alors Yeffort en téte nécessaire pour obtenir une déformée uni Les efforts dans les longrines sont obtenus par différence entre les efforts apportés pat les poteaux et les efforts résistants des pieux pour un méme déplacement de Vensemble, Pour raccourcissement ou l'allongement élastique des longrines sous Les efforts apportés par les poteaux en téte de pieux sont donnés dans le tableau suivant : Numéro diaxe 1 2 3 TOTAL Nombre de pieux7 1 2 2 5 Diamétre (m) 06 09 09 Condition en téte articulé | arliculé | encastré Effort H, (MN) en pied de poteau 0030 | 0,180 | 0,242 | 0,452 Déplacement 8 (mm) en téte de piew pour un effort unité H = 0,1 MN 5906 | 2952 | 1,496 Programme « PIEUHOR » oO oy Effort en fete (MN) pour un déplace- ment unité de 10 mm 01963 | 0.6775 | 1,9369 | 21837 =n/8 soit en % 775% | 3102% | 61,22% | 100% eten MN: Hp 0035 | 01402 | 02767 | 0,452 Effort dans la (<0 = traction) Hus = Huy + Hpi — He AVEC Hyg = 0 0,005 = 0,348 0 (©)2 pleux anioulés en tte donnent un déplacement moité que pour un piew (**) ploux encastrés en téte Hy effort dans la longrine 7 Hoi effort en t8te du piou i Haj effort en pied de poteau / Remarque ‘On constate bien que l’effort dans la longrine 3 (imaginaire) est nul. 9. SEMELLES SUR PIEUX 9.1. Généralités Les semelles sont des éléments de transition entre poteaux et picux qui n'ont pas les mémes formes, ni les mémes dimensi Nous n’étudierons que les semelles sur un, deux, trois pieux en triangle et quatre pieux, cas les plus courants en batiment. En effet, les efforts ne sont pas si importants et les forces portantes des pieux si petites que Ion soit obligé de recourir a des semelles sur cing pieux et plus (Fig. et 2). Les semelles sur trois pieux alignés sont & éviter car la répartition des efforts est difficile & cemer avec exactitude du fait de la connaissance toute relative que l'on peut avoir des caractéristiques du sol (relation enfoncement-effort) par rapport a celle du béton (souplesse 4 la flexion de la semelle et racourcissement élastique des pieux). Choix du nombre de pieux et du type de semelle Nombre Moment en pied de poteau de pieux Charge Suivant Ox: Mg suivant Oy: My 1 Modérée 0 0 2 importante | Modéré, voire important 0 3 Elevée important Important 4 Elevée Elevé Elevé Dispositions constructives Les semelles doivent déborder de (Fig. 9) : = 0,10 m des poteaux, = 0,15 m des pieux La hauteur totale ’ peut étre déduite de la hauteur utile den ajoutant 0,05 m correspondant 4 un enrobage de 3 cm, (sauf sol ou eau agressifs avec 5 cm), un diamétre transversal de Vordre de 8 4 10 mm et un demi-diamétre de 10 a 12 mm. On pourra disposer d'un pourcentage minimum d’acier pour les : iers horizontaux inférieurs et supérieurs, de 4 cm? par m de largeur, verticaux, de 2 / cm?/m et par face, (/t = hauteur de la semelle en m), - aciers horizontaux intermédiaires, de 3 cm?/m de face verticale. Cages de ferraillage Il peut étre pratique de disposer les armatures en cages préfabriquées en forme de U pour les aciers inférieurs et de U renversés pour les aciers supérieurs, que I’on appelle couram- ment paniers, Le recouvrement des crochets des U supérieurs et inférieurs assurent une inuité le tenant lieu de cadres (Fig.10). I ne reste alors qu’ disposer des armatures de répartition horizontales sous formes de cadres horizontaux répartis sur la hauteur de la semelle. Fig.10 ~ Cages de terrallage en panier 9.2. Semelles sur un pieu Les semelles sur un picu sont calculées comme des semelles superficielles isolées en appli- quant la méthode des bielles. metre du pieu, a = c6té du poteau suivant Ox, +b = cété du poteau suivant Oy +h = hauteur totale de la semelle d= hauteur utile de la semelle Act B = dimensions en plan de la semelle C= cété équivalent du piew it carré : C = /nD?/4 P= charge apportée par le poteau ©, = contrainte de calcul des aciers en ELU ou en ELS. La méthode des bielles permet de calculer : -la hauteur utile : d2(C - 6)/4etd2(C-a)/4 - la section d’acier : A,2P(C-b)/(8do, etA,>P(C-a)/(8do,). Cependant comme les différences C - a et C - b sont faibl é alors : o a prendre ‘une hauteur conseillée égale 4 0,90 D et au kiicaelO7s D wit ~ a disposer d’un pourcentage minimum d’acier (voir en 9.1 ei-dessus), a Mebentes poteou @ poskaiten 34 moment) Te ee ae een Mtenkes piew (a peleoger si moment) Fig.11 - Semelle sur un pieu eau 0,20 x 0,60 m transmettant une charge ELU de 1,6 MN, ire D = 0,60m ii Face béton de résistance fiz, = 25 MPa et acier de 500 MPa de limite élastique. Résultats : Cétés de la semelle : A = B = D + 0,3 = 0,90m Cété du pieu carré équivalent: C = /xD2/4 = 0,53 m 42 |C- b|/4 = 0,017 met d2 (C - ay/4 = 0,0825 m; nous prendrons d = 0,9 D = 0,54 m, soit h = 0,59 m la section d'acier avec 8 do, = 8 x 0,54 x 500 / 1,15/ 104 = 0,1878 vaut : Ag2P(C- a)/ (8 do,) = 1,6 (0,53 ~ 0,2) / 0,1878 = 2,81 cm? en partie inférieure car C >a et Ay 2 PIC - 1/ (8 d.a,) = 1,6 0,53 - 0,61/ 0,1878 = 0,60 cm? en partie supérieure carC (e/2-2) A la suite de nombreux essai dacier calculé cas des poteaux non ent entre poteau et les a travers cette Pdx By Fy = dP = > (e/2+2) ® élémentaire de traction dans le tirant inférieur est donné par : Paxfe \(e yee 2) dT = dF,,cotg0, = Saal 5-2) 5+*) = cog la - in intégrant sur toute la largeur du poteau, on trouve : _=En i os : alee 3) abel T= § caala-*) = ag 3e “a2 Pe a T= qg(1-32 a2 @) Fig.14 — Semelle sur deux pieux. Méthode des bielles suivant FREMY idérons maintenant que la bielle horizontale supérieure a sa ligne moyenne & une dis- de la face supérieure de la semelle (Fig.15). Appelons z la distance entre cette bielle leet le tirant inférieur. Ona alors : z= d- 8. , méme raisonnement que pour la méthode BLEVOT améne remplacer d par z dans la le ( @ © probleme est de déterminer Ia hauteur 25 de la bielle horizontale supérieure. Une solu- Peut consister & prendre la hauteur minimum nécessaire en ELU et considérer que le de cette bielle travaille A la contrainte 6, = 0,8 fors / Ys de compression de la bielle horizontale vaut C = T = 25 b 6, d’oii la valeur de 8 : T/ 2 boy) avec b = largeur transversale du poteau O82 et h=d+0,05 m. ‘Leffort de traction dans le tirant vaut alors : 5 ort élémentaire de traction dans le tirant inférieur est donné par : Het mG) T = 0,5Pcotg@ = B(-4) a aT = dF,,cotg®, = ql 3-*)\a+4) = ead a et la section d'acier inférieur : A, = T/6,. jn intégrant sur toute la largeur du poteau, on trouve : i‘ reas .) eke ea| 1 TH) ead 4 -*) = 4a 308, sod fet T= (1-3) @ Fig.13 — Bielles suivant J, BLEVOT d’aci uulée suivant la méthode précédente (les résultats d’essais étaient compris entre La bielle horizontale d’équilibre des bielles inclinges a son plan moyen dans le plan de jonction poteau-semelle. Cette méthode présente ainsi I’inconvénient de ne pas s*appliquer au cas des poteaux non coulés en méme temps que la semelle (existence d'un plan de glissement entre potean et 1 A Joontale fupécietsa sn lige moteun altel ee semelle préjudiciable 4 une bonne transmission des efforts de bielles a travers cette | a eee peeeees in nae ne aussi le cas des poteaux métalliques sur platines. ee he ee ee proposé tne formule prenant en compte la charge du poteau, non plus e i BLEVOl:améneidteniplacen diner eratete lente & deux charges P/2 aux abscisses a 4 et - a/ 4 mais comme une charge Bent doe pour la yadthorle PR SE a Ea Fig.14 ~ Semele sur deux pieux. Méthode des bielles suivant FREMY ule (1) : 14), hharge élémentaire dP a l’abscisse x a partir du centre du poteau. @ Pdx d d Ona: ap = Pat = = eee WR Ba aa Les efforts élémentaires dans les pieux, dF, et dF, sont déterminés en fraction de dP au Prorata des rapports p/e et ji;/e respectivement : Hy Pdx My Pax de la bielle horizontale vaut C = T = 28 bo, d’ou la valeur de 3 : dF, = a = "py (e/2 ay dB, = dP> = > (e/2+2) @ ee ae eter eapeveemici patenn proposée : (Béton fag ~ 25 MPa, soit 6; = 0,8 fie / p= 13,33 MPa) -a/4)= 101m PEE compost 8 wi angle 6 °, valeur comprise entre 52° et ‘vons remplacé 1,4 de Bl -ompte du fait que la hauteur est ives zet non d. On trouve alors des hauteurs totales de semelles comparables 4 4,151 x 1,10/ 1,085 = i MN) et FREMY (. jion de a contrainte de compression de la trainte de compression, sous le poteau, dans la biel 2 qui sera prise égale 4 0,8 f.2g / Yp ,, on vérifiera, A.5.322, Fig. 15 ~ Bielle supérieure ’épaisseur 2 5 a charge apportée par le poteau n'est pas décomposée en deux charges concen- trées P/ 2 aux abscisses - a/4 et + a/ 4, mais en une charge répartie P/ b sur la longueur 4. Le segment horizontal de la bielle comprimée, de longueur a / 2, est 4 remplacer par un are de parabole de longueur a, ce qui ne change pas la valeur de z, ni de 8 pour un méme angle , propriété remarquable de la parabole. vérifier la contrainte avec cet article, on disposera alors d'un frettage Particle A.8.4.2 du BAEL. EXEMPLE : Poteau : 0,50 x 0,50 m avec une charge ELU de 3 MN, entre axe de pieux de 1,80m @) BLEVOT:: d= 1,4 (2 - a/4) = 1,085 m Le coefficient 1,4 correspond a un angle @ = Arctg (1,4) = 54,5° et I'angle 0 correspond & tg0=d/(e/2-a/4). Effort de traction du tirant inférieur T : Pe a 3x18 0,5 = (1-2) = eas (1-93) = 1,071 MN Valeur qu'il faut majorer de 15 % pour tenir compte d'une adaptation aux résultats d’essais comme indiqué supra, soit 1,232 MN. >) FREMY : Méme hauteur d = 1,085 m Effort dans | ? 3x18 5 3e) = 4x 1085 (1~ 2) = 1,212 MN Fig. 16 — Charges situées prés des appuis. Fig. 15 Blelle supérioure d’épaisseur 2 5 Remarque En réalité, la charge apportée par le poteau n’est pas décomposée en deux charges concen- rées P/ 2 aux abscisses - a/ 4 et + a/ 4, mais en une charge répartie Pb sur la longueur a. Le segment horizontal de la bielle comprimée, de longueur a / 2, est remplacer par un are de parabole de longueur a, ce qui ne change pas la valeur de z, ni de & pour un méme angle @, propriété remarquable de la parabole. EXEMPLE : Poteau : 0,50 x 0,50 m avec une charge ELU de 3 MN, entre axe de pieux de 1,80m a) BLEVOT : d= 1,4 (e/2 - a/ 4) = 1,085m Le coefficient 1,4 correspond a un angle @ = Arctg (1,4) = 54,5° et I'angle @ correspond a tg@=d/(e/2-a/4). Effort de traction du tirant férieur T : Pe, a) _ 3x18 (| 05 = Ga ~ 26) = 4x1,085 (1-36 ) = 1071 MN faut majorer de 15 % pour tenir compte d'une adaptation aux résultats d’essais comme indiqué supra, soit 1,232 MN. ) FREMY : Méme hauteur d= 1,085 m Effort dans le tirant : raf; @) _ 3x18 0,25 = ga\'~ 363) = aeao8s (1- a MN ) Méthode proposée : (Béton fag = 25 MPa, soit o = 0,8 fig / Y= 13,33 MPa) z71,3(e/2-a/4)=1,01m Le coefficient 1,3 correspond a un angle de bielle de 52,4°, valeur comprise entre 52° et 54°, Nous avons remplacé 1,4 de Blévot par 1,3 pour tenir compte du fait que la hauteur est celles obtenues par la méthode BLEVOT-FREMY. Effort de traction du tirant : Pe <) 3x1,8 (: T= gl 2e) = axtor 3, § = T/(2bo,) = 1,151/ (20,50 x 13,33) = 0,09 md’oi d = z+8 = 110m SiT’on adoptait la hauteur BLEVOT-FREMY de 1,085 m, l’effort de traction deviendrait 1,151 X 1,10 / 1,085 = 1,167 MN, valeur voisine de celles trouvées par BLEVOT (1,232 MN) et FREMY (1,212 MN, soit a moins de 4 % prés). = 1,151 MN Verification de la contrainte de compression de Ia bielle La contrainte de compression, sous le poteau, dans la bielle relative au pieu i est égale A Oye * Fi/ (ab sin? 8). Cette contrainte doit étre inférieure a la contrainte limite qui sera prise égale & 0,8 fozg / Ys conformément l'article A.5.1.315 du BAEL. De plus, on vérifiera, suivant l’article A.5.322, que: EF yi/ (ab sin? 8) < 1,3 f28/ Yor La contrainte en pied de bielle, au contact du pieu, vaut Opp = 2 P/ (WB sin? 6) < 0,8 fing /Y, (BAEL-article A.5.1.313). Sila contrainte de la bielle est dépassée, on pourra avoir recours I’article A.8.4.12 du , en prenant un rapport d’homothétie (b / B). A défaut de pouvoir vérifier la contrainte avec cet article, on disposera alors d’un frettage tion de l'article A.5.1.2 du BAEL 91, les charges situées @ une abscisse a < 1,5h du nu de l'appui peuvent : ~ étre négligées si a < 0,5 h, ~ prises que pour une fraction 2 a /3 A pour 0,5 h 1,5 (D3 + Dy) 21,5 (D, + Dg) et €2 2 1,5 (D2 + Ds) 9.5.1. Dimensionnement et efforts dans les bielles La transmission de l’effort du poteau aux quatre pieux s'effectue au moyen de quatre biel- les, partant des centres de gravité des quatre aires du poteau, proportionnelles aux charges reprises par chaque picu, Par souci de simplification et sans changer les résultats de fagon significative, on peut con- sidéret que ces points sont au milieu des quatre quadrants du poteau, aux abscisses + a / 4 et aux ordonnées + b / 4, On peut alors déterminer les longueurs horizontales des bielles qui sont toutes égales a : 2=05 Je? +03 - la +b Pour conserver a la bielle la pente zontale, on prendra un bras de levi Zonint = A iS La composante horizontale de chaque bielle incli \que bielle inclinée vaut alors : T, = Fy cotg @= Fy, A/z Les efforts supportés par les pieux sont donnés en fonction des s oteau (charge P, moments M, et M,) par : P M, ° imum de 45°, ou conseillée de 52° & 54° sur I’hori- a 4s «ty, Bae, Fa ate te, P M, M, M. M Baeqgte- p,s?-- ata | Pera a ne 9.5.2. Ferraillage ‘On pourrait se contenter de disposer des armatures suivant les médianes, c’est-i-dire & aplomb des bielles pour reprendre les efforts de traction en pied de bielles. Y Llexpérience a montré qu'il est plus judicieux de reprendre une partie ou Ia totalité des efforts de traction par des cerces passant par les pieds des quatre bielles, © On pourra adopter l'une ou l'autre des dispositions de ferrallage inférieur suivantes (Fig.29): a Fig.29 - Semelles sur 4 pieux — Types de ferraillage. © Cerces et quadrillage (Fig.29a) Lamajorité de effort est repris par les cerces (proportion yde 75 % 4 85 %). Le quadrillage reprenant effort restant, est disposé pour limiter la fissuration de la partie inféricure de la semelle. Leffort de tre ion dans la cerce au pied de chaque bielle i vaut (Fig.28) : T, = Max[sin(Qai) DIT; | Sinai + Pri) q 4 D'oi leffort de traction a prendre en compte, qui en est le maximum avec la fraction : T, = yMax(T ;T23 vale buy ‘ Les armatures de quadrillage reprendront le restant majoré de 20 % pout tenir compte de Ieur moindre efficacité, T,=24(1-YT,. : Cé type de ferraillage est conseillé de préférence au suivant. Pour une semelle carrée, on obtient T,; = 0,707 Ty. © Cerces et médianes (Fig.29b) ‘Une partie notable des efforts des bielles (fraction y comprise entre 50 % et 65 %) peut étre reprise par les cerces, le complément (1 - 7) étant a reprendre par les aciers en position médiane. Las d’acier des cerces vaut alors A, = YMax{T.1 3 Tea 3 Tes 3 Teal 55. La section des aciers en position médiane A,,3 = (I - Y) Max[T, ; Ts] / 6, et Aniag = (1 ~ 1) Max[T2 3 Ta] / 05. Cas particulier. Pour des semelles carrées, soumises & une charge Pen pied de poteau, sans moment, on trouve T, = 0,707 T et : Ae Yee ( - 4) 7c, pout les aciers de cerces et 2e, Pe “ A, = 241-1) ge (: = i) /o,, pour les aciers de quadrllage. Hauteur 5 de la bielle horizontale supérieure : 23733 Ts]/ (20, Jab) d= z+ Set hauteur totale h = d+0,05m EXEMPLE : Soit une semelle sur quatre pieux de 0,60 m de diamétre, disposés au sommet d’un carré, supportant un poteau carré de 0,70 m de cété avec une charge P= 7 MN en ELU, Dimensions. Entre axe des pieux e = 3 D = 1,80m Dimensions en plan : A= B = 4 D + 0,30 = 2,70 m vongueur A: n= [2 (e/2-a/ 4) = 1,025m Bras de levier : z = 1,3 x 1,025 = 1,333 m. Effort dans un pieu : F, = P/4 = 1,75 MN Composantes horizontales des bielles inclinées : T=T,=T,=T; =Ty=F, cotg@=F,A/z=PA/ (42) = 7 1,025 / (4 x 1,334) = 1,346 MN Armatures par cerces et quadrillage : Gar™ Vi = 45° 1 = Par + Gos = 90° T, = y 1,346 sin 45° / sin 90° = 0,761 MN avec y= 0,80 (80 %) dou A, = 0,761 x 10* x 1,15 / 500 = 17,50 cm? soit 6 HA20 Aq = 2,4 (1-9) X 17,50 = 8,4 cm? soit 8,4 / 2,7 = 3,11 cm?/m, valeur inféri ‘Pourcen- tage minimum de 4 cm?/m (Voir en 9.1 ci-dessus). ee Hauteur de la bielle horizontale supérieure : 8=T/(2a.6,) = 1,346 | (2x 0,7 / 13,33) = 0,072 m Hauteur utile d= z + 8 = 1,333 + 0,072 = 1,405 m et hauteur totale A = d + 0,05 = 1,455 m valeur arrondie a h = 1,46 m ‘Nous disposerons d'un minimum de 4 cm? par métre de largeur, soit 5 HA 10 par matre. Contrainte dans la bielle au droit du poteau : Gs. = (7/4) | (0,7 X 0,7 x sin? @) = 5,68 MPa < 13,33 MPa OK avec tg 0 =z/A=1,3 €t Oy, = 7/ (0,7 X 0,7) = 14,29 MPa < 21,66 MPa OK Contrainte dans la bielle au droit du pieu : Sip 1.75) (x05 4X sin? @) = 9,85 MPa < 13,33 MPa. OK contrainte de cisaillement de poingonnement a la distance h / 2 di i donnée par (BAEL - Art.A.5.2.42) : fi Sante el T=F,/(u,h) avec le périmétre u, = D + 0,30 m + (D +h) /8 = 1,71m Soit t= 1,75 / 1,71 / 1,46 = 0,70 MPa < 0,045 fg / Y, = 0,75 MPa Si cette condition n'était pas vérifiée, on pourrait prendre tune contra fenant compte des aciers traversant la surface ~ aciers inférieurs de qi cerce - conformément a l'article A.5.2.42 du BAEL. Remarque Tn’a pas été tenu compte du poids propre de Ia semelle dans cet exemple. limite majorée en llage et aciers de 430 9.6. Action des moments - Continuité de effort de traction En plus de action des moments exercés par les poteaux qui se traduit par des efforts de compression ou de traction supplémentaires dans les pieux, il est nécessaire d’effectuer deux vérificat ot ; = la co de la transmission de I'effort de traction éventuel en pied de poteau, ~ Ia torsion pour les semelles sur 2, 3 ou 4 pieux. 9.6.1. Semelle sur un pieu X i i it tre au pi L’effort de traction exercé en pied de poteau doit se transmett v des altentes de pieu et de poteau, soit la longueur de scellement droit augmentée de la distance entre les aciers (Fig.30) : wep 12-007 - (a/ 2 0,04) = distance maximum entre aciers de poteau et de Semelle pour un moment M, ;remplacer @ par b pour ‘Lz = longueur de scellement droit des aciers 7h hauteur totale de la semelle a par recouvrement Fig.30 - Semele sur un pieu, continulté du ferraillage en cas de traction dans le poteau Si la longueur L, est supérieure & h ~ 0,06 m, il convient alors de retourner les attentes de poteau et de pieu par des crochets en équerre. Remarque / I déconseillé de transmettre des moments en téte de semelle sur un pieu. 9.6.2. Semelle sur deux pieux elle sur un pieu. le semelle sur une ‘un moment Pour un moment M,, le probléme est ramené au cas de la sem: Pour un moment M,, I'acier de poteau est retourner en équerre en bas d Jongueur L, pour assurer une continuité avec les aciers de tirant (Fig.31 - pour M, positif) 431 Fig.31 - Semelle sur 2 pieux — Continuité du ferraillage en cas de traction dans le poteau — Sous moment My 9.6.3. Semelle sur trois pieux : figure 32c (le cas d’un moment M, négatif est symétrique), > b Be a Fig.32 — Semele sur 3 pieux — Continuité du ferrailage en cas de traction dans Ie poteau at , 5 ean eet cas sont 4 traiter de a méme maniére que pour la semelle sur deux pieux Dai ag iti Ri Le os ‘a aoe Ms Pes i ig), le nee de torsion est entigrement repris, fe paneien tea a raction néces ite un Tetournement des atten- tee polean lle pour assurer une continuité avec les aciers horizontaux S de la semelle (paralléle & Oy) reprenant Je moment de torsion (voir en 9.7 ci- és) et le transmettant aux deux pieux symétri ’ ent le rOle de cadres de torsion (voir en 9.7 itudinaux paralléles & Ox sur la méme pai de disposer des aciers 432 i tte Hr ih | C b c 9.6.4. Semele sur quatre piewx L'effort de traction doit étre repris par des attentes de poteau retournées en bas de semelle pour assurer la continuité avec les aciers de torsion de la semelle (Fig.33, pour un moment M, posit). Fig.33 - Semelle sur 4 pieux Continuité du ferraillage en cas de traction dans le poteau 9.7. Torsion dans la semelle due a des efforts de traction dans le poteau 9.7.1. Semelle sur deux pieux En supposant que les pieux puissent résister 4 un moment exercé en téte, un moment M,en pied de poteau se traduit par un moment de torsion dans le semelle T, = M,. La vérification du ci lement et le calcul des aciers de torsion de la semelle s’écrivent (BAEL, art. 5.4.22) : Ty2t Gp Sige AVEC Tig = 0,20 fine / Yp en fissuration peu préjudi et 0,15 f2g/ 4 dans le cas contraire. iable avec : 5, = Min[B ; hi] /6 Epaisseur de la paroi creuse de calcul Q=B-b,) (hb) aire du contour tracé 4 mi-épaisseur t=T,/226,) cisaillement de torsion u=2(B+h-26,) périmétre du contour d’aire Q Ads, =¥,T,/ 2QF) acier transversal de torsion par métre suivant Ox (Fig.33) ZA/u=T,%/ 22h) acier longitudinal de torsion par métre de périmatre u 9.7.2. Semelle sur trois pieux In’y a de torsion que pour un moment M,- Cette demniére est reprise par les deux pieux disposés suivant I'axe Oy. Le calcul est identique a celui de la semelle sur deux pieux ci- 433 dessus en remplagant B par la I i . Fig. 23): par la Jargeur de la semelle suivant O, au droit du poteau (voir 9.8. Programme « SEMPIEU » e Dre! pes (+03 1 (es dy) +Dady e3 2e. 3 9.8.1. Domaine d’application ‘@ Semelle sur deux pieux : les deux pienx peuvent étre de diametres différents. Le poteau * ctangulaire peut étre centré, ou bien au centre de gravité des aires des pieux, ou bien & une position quelconque imposée entre les deux piewx. pesemelles sur trois pieux : Ia semelle doit avoir un plan de symétrie comprenant un pie. Tes diamétres des pieux peuvent étre différent en respectant la symétrie. Le poteau rectan- flare peut de centré, ou bien au centre de gravté des ares des pieux, ou bien & une position quelconque imposée sur l'axe de symétrie. Pesemello sur quatre pieux : la semelle est rectangulaire. Les pieux sont au sommets d'un rectangle dont le centre est le centre du poteau rectangulaire. '> Les charges peuvent étre données en ELU et ELS, On peut entrer plusieurs cas de charges par semelle. P Pour les notations, voir les figures 11 (1 pieu), 20 (2 pieux), 22 (3 pieux), 28 (4 pieux). EXEMPLE : La semelle de l'article 9.4 ci-dessus avec un moment T, . ‘= M, = 0; Ona:D,=D,=0,60m e,=e,=180m P=5MN 2” 82 MN esee, /3/2=1,559m d,=052m h= 129m Le B du cas de la semelle sur deux picux est a remplacer par : 1,80 0,6 (1,559 - 0,52) +0,6 x 0,52 B= i ( ox +034 | = 1,293 m b, = Min[B;h]/6=0,215m d= h-0,05m=1,24m Q.=(B-b,) (h- b,) = 1,159 m? u=2(B+h-2b,) = 4,306 m t= Ty/ (2 2.6,) = 0,9 / (2X 1,159 x 0,215) = 1,806 MPa ty=2P/ (Bd) = 10/ (3 x 1,293 x 1,24) = 2,08 MPa ty + ta = 4,33 + 3,26 = 7,59 S Tins = (0,20 fing / 44)? = 11,11 OK Ads; = Ty Ye 2 Qf.) = 1,15 x 0,9 x 10* / (2 x 1,159 x 500) = 8,93 cm?/m sous forme de cadres et épingles paralléles & Oy, du pied de poteau jusqu’aux pieux situés a gauche (Fig.34), ou bien en utilisant des U supérieurs et inférieurs paralléles a Oy. LA) u=T,y6/ 2 QF) = 8,93 cm?/m ° 9.8.2. Données Ligne 1 furSe, Fiss Données générales ‘7, = limite élastique des aciers (MPa) ‘f= contrainte caractéristique du béton (MPa) iss = 0 en fissuration peu préjudiciable sous forme d’acier longitudinaux horizontaux. supéri 8 i ipérieurs et inférieurs paralléles a = Len fissuration préjudiciable (Fig.34) pour les faces horizontales : HA14, s = 0,17 m og = 2en fissuration a préjudiciable et de cadres horizontaux pour les faces verticales (Fig, 34) : ienc2 Ti 93 x (1,29 - 0,215) = 9,60 em? soit 9 HA12 eae = diay pasta Ligne3 Ny HA14, s=170 = nombre de pieux. On regroupera les semelles en fonction de leur nombre de pieux Ligne 4 Nom = nom de la semelle (4 caractéres au maximum) = F pour fin de description des semelles de méme nombre de pieux, puis aller en ligne 3, On obtient alors le métré et la répétition des données de l'ensemble des semelles ayant un méme nombre de pieux = FIN pout fin de calcul HAI4, s=170 Ligne Nj, a,b, D, A, B, H pour sem, sur I piew ‘| ‘9 cad. HAI2 b, Dy, Dy, Ey, A, B, H, dy pour sem. sur 2 pieux 2 Dy, Dy Ey Ess Hy dy pour sem. sur 3 pieux = Nu» @ b, Dy, Dz, D3, Day Ey Ez, H pour sem. sur 4 pieux N, = nombre de semelles identiques a= cété (m) du poteau suivant Ox b = cté (m) du poteau suivant Oy Dy, Dp, Ds, Dg = diametres (m) du ou des pieux, = 0 si calculés par le programme E,, E, = entre axes (m) des pieux, = O si calculé par le programme ‘A= longueur (m) de la semelle suivant Ox, = 0 si calculée par le programme B = largeur (m) de la semelle suivant Oy, = 0 si calculée par le programme H = hauteur (m) de la semelle, = 0 si calculée par le programme HAL4, $=170 Fig.34 - Semelle sur 3 pieux — Ferraillage de torsion d, = distance suivant axe Ox, entre le centre du pieu (ou des pieux) situé a gauche et le centre du poteau, = 0 si calculée par le programme en plagant le centre du poteau au centre de gravité des aires des pieux Nuy Muss Muy (Huxs Hy) Charges ELU N, = effort (MN) vertical ELU centré en pied de poteau, = 0 pour fin dELU et passage en ligne 7 M,. = moment (MNm) ELU en pied de poteau dans le sens Ox, positif s'il com- prime le pieu d'abscisse la plus grande M,, = moment (MNm) ELU en pied de poteau dans le sens Oy, positif sl com- prime le pieu d’ordonnée la plus grande H,, = effort (MN) ELU horizontal en pied de poteau, positif vers les x positifs Voir Ja remarque ci-aprés. Hy = effort (MIN) ELU horizontal en pied de poteau, positif vers les y positifs N, M,, M, (H, H,) Charges ELS N = effort (MN) ELS vertical centré en pied de poteau, = 0 pour fin d’ELS et retour en ligne 4 M, = moment (MNm) ELS en pied de poteau dans le sens Ox, positif s'il com- prime le picu d'abscisse la plus grande M, = moment (MNm) ELS en pied de poteau dans le sens Oy, positif sil com- prime le picu d’ordonnée la plus grande H, = effort (MN) ELS horizontal en pied de poteau, positif vers les x positifs Voir la remarque ci-aprés H, = effort (MN) ELS horizontal en pied de poteau, positif vers les y positifs Ligne 6 Ligne 7 Remarque Les efforts horizontaux en pied de poteau ne peuvent étre introduits que si la hauteur H est. imposée, c’est-a-dire non nulle. 9.8.3. Résultats © Dimensions de Ia semelle et sections d’acier en cm? ;Po » représente la contrainte (MPa) maximum en pied de poteau, << SigPie », la contrainte (MPa) maximum de compression des pieux, en tenant compte du propre de la semelle, «Tau»: Ligne de résultat 2 pieux ‘ty en MPa A 9+ T 37 Tq ON % ‘Set 4 pieux ten MPa fe a¥ 27 im 01% bielle, exprimée en % de la contrainte limite autorisée en ELU (= 0,8 f.2g / ¥, pour le pied de poteau, et en téte de pieu), au contact du pled du poteau pour la 1" ligne et au contact de la téte de pieu pour Ia seconde ligne, = minim inclinaison des bielles de béton en degrés, . t Seas ae ee chacun des pieux et comprenant le poids propre de la semelle. @ Ferraillage avec diamétres et nombres de barres ~ les aciers sont calculés en ELU et en ELS a - Jes aciers cété A sont ‘les au cété de longueur A ee ge ini ee “tes armatures sont déterminée sous forme de quadrillage de barresretoumées en exté- qnité pour former des U pour les aciers inférieurs et des U renversés pour pe rieurs. i i elés « croch ») verticaux des cages. cadres horizontaux maintiennent les retours (app t ; . pes ses semelles sur trois et quatre pieux, on ajoute des cerces horizontalessituées en partie inférieure de la semelle. étré béton, acier et coffrage areee , caer ae métré béton, aciers, coffrage et densité dacier par m? de béton pour chaque semelle et pour ensemble des semelles d'un méme type (c‘est-A-dire ayant un méme nom- de pieu). : pr imine ne comprend pas les aciers en attentes des poteaux et des pieux. © Quantité d’aciers classés par diamétres : © Répétition des données générales et des données propres 4 chaque semelle 9.8.4, Exemple 500 25 0 * fo fay fissuration peu préjudici Batiment A “titre 2 “ nombre de pieux par semelle 24 3 0,5 0,5 0,6 3 jamétre 0,6 m, autres valeurs nulles 0 0 “fin de description des charges ELS 5 * nom de la semelle . Fa 5 0,5 0,6 , ‘1 semelle, poteau 0,5x0,5, diamétre 0,6 m, autres valeurs nulles 304" ‘3MNet moment Mx = 0,4 MNm, autre valeurs nulles (en ELU) r « fin de description des charges ELU “fin de description des charges ELS “fin de description des semelles sur 2 pieux “fin du calcul oe Tl est conseillé de rentrer les données en DATA en fin de programme pour pouv« conserver et les modifier ultérieurement. 437 sous Forme de DATA en Fin de Progranne , Elastique des Acier , Mb =2 9 INCH) ; Machin? ; Mb =? 0 ! FERRAILLAGE NbA BH Diam Aciers Cote A. Aciers Cote B . m m m mox. mmm mm omm om mm Semele : S24 4 2.70 0.90 1.15 0.60 ASup.= 9 U HA 8 x 4.78 Croch=1095 11 U HA 8 x 2.98 Croch=1095 0.60 Anf. ~ 9 UHA20 x 3.32 Croch~ 407 1] UHA 8 x 1.12 Croch~ 165 Cadres Hor.= "4 HAIO x 7.12 (2.640 x 0.840) Densité= 45.10 kg/m3 Semelle : $25 1 2.70 0.90 1.18 0.60 ASup.=7 U HAIO x 4.82 Croch=1124 11 U HA 8 x 3.04 Croch=1125 0.60 Ant. = 7 UHA25 x 3.48 Croch= 504 11 U HA 8 x 1.12 Croch= 165 Cares Hor.= 4HAIO x 7.12 (2.640 0.840) —_Densité~ $2.41 kg/m3 SSS semrieun METRE INCHND , Mastin? , MDCHIa d=? 0 Nomdes Nbre Nbre SEMELLE (UNITE) '— Semellos Sem. Pieux BETON ACIER COFFRAGE DENSITE m3 kg m2 kg/m3 jetres des Piewx (n> 8, H , di ¢ 0 pour chaque Valeur] S24 4 2 2795 1260 8280 45.10 0.5 015 0.6 825 1 2 2867 1503 8496 52.41 aces Total 5 10 14.045 6544 41.616 46.59 crm , Hactiin> , toctria> =7.3 0.4 NCH > Mactan) | Mbcrtin> =? 0 ‘TABLEAU DES DIAMETRES > Mactin) , Mbcttiny=2 ft MEGAN tO Diometo 6 8 10 12 14 16 20 25 32 40 Longueur 0.0 398.2 176.1 0.0 00 00 1195 244 00 00 Poids 0.0 157.1 108.6 00 0.0 00 2948 939 00 00 Poids Total = 654.4 kg Hom de 1a Senet le=7 F Titre de I'Etude =? FIN 439 Nom ‘Semelles Potecux Charges (MN) Moments (MNm) _ Eff.Hor.(MIN) A B oa »b N Ma Mb Ha Hb $24 2.700 0.900 0.500 0.500 000 $25 2.700 0.900 0.500 0.500 (000 100 0.000 }00 0.000 0.000 0.000 ELU 0.000 0.000 ELU eo BS 9.8.6. Listing « SEMPIEUX » 10 REM Programme ‘SEMPIEUX’ - Caicul des Semelles sur 1 2 3 ou 4 Pioux 20 REM apes ‘SEMELLES SUR PEUX’ do J BLEVOT et RFREMY. 310 LPRINT STRINGS(96,42) 320 LPRINT TITRES:LPRINT 330 IF TITRE$="FIN" THEN 1290 “440 VOLS=0:ACTO:COFS=0 350 FOR In] TO KNN:ACIQ)=0:ATORSG,0)=0:ATORS(,1)=0 360 TAUTOM)=0:NEXTI 370. FOR I=1 TO 10:XL0)-O:NEXTI 1380 IF IECR=2 THEN READ NP:GOTO 400 1390 INPUT'Nombbte de Pioux sous Ia Semelle (1,2, 3 0u 4) =”;NP ‘400 KN-O 40 ON NP GOTO 420 620,830,1040 "Tite de Semelle sur 1 Piew {440 IF IBCR=1 THEN 490 ‘450 READ NOMS(KN) foo IF NOMSCRND~"F THEN 600 1470 IF NOMS(KN)="FIN" THEN 1290 710 IF NOMSCKN)~FIN’ THEN 1290 720 PRINT Ecrire: Nombre , Dimensions du Poteau (i), Diametres des Pieux (mn) 730 PRINTEntraxe dos Pioux ot Dimensions de la Semelie A, 8, H , dl" PRINT” (© pour chaque Valeur 820 GOTO 1264 830 KN-KN+ NCH ‘840 IF KN~] THEN GOSUB 7370 850 IF IECR=1 THEN 900 860 READ NOMSAKN) 870 IF NOMS(KN)="F THEN 1020 “Tite de Semelle sur 3 Pieux 920 IF NOMS(KN)="FIN" THEN 1290 930 PRINT'Eorire: Nombre , Dimensions du Poteau (m), Diametres des Pietx (my 940 PRINT'Bexriements des Pieux, Hatuteur de lc Semele H., Position du Poteau “PRINT? (0 pour chaque (KN)=UC1):PBCKN)=U(2):D1KKN, 1)-U(3:DUKN.2)-UC) N)=U@6) HCKN)=UCT):DICCKN)=UCB) PRINT'Eerite: Nombre , Dimensions du Poteau (m), Diametre des Pieux (m)" PRINTEcortements des Pioux, Dimensions de la Semelle A, B, H PRINT’ (0 pour chaque Valeur 1250. GOSUB 5410" Cage Armature en U 1260 GOSUB 8090:GOSUB 8260 *Mete 1270 GOSUB 8490 ' Repelition des Donnees 200 DO-DIaND. 210 IF Da= sree OD 3270 FORI=1 TO NP 3280 SIGPIEUG)=PM¢)/SP() 3200 NEXTI 3300 GOSUB 3920 Verification Souleverent 3310 GOSUB 2440 ' Cottage et Volume 3490 DELTA~TR/2/SBB ‘3500 IF ICOUR=0 THEN H-Z+DELTA+ENRA-D=H-ENRA 3510 IF ICOUR~1 THEN 2=H-DELTA-ENRA:D=H-ENRA. 3520 PPRO=AIRE'H'PSPEC IN=1000:PMS-0-PMIS-1000 THEN PMA=PABR(KN,II) ‘Charge Mend sur poteau TY-CARCN,1)/E1-WVi AND U(5)2 THEN LPRINT USING" et £2 ~#¥.¢9¥ m’}E2 ELSE LPRINT 6130 Jé=I5 6140 IF PNCA’DIO[S)42/4>AHOR THEN 6180 5580 NBARS-NBARI:PHI4-PHLILB4~ILBIRETAMIRETAXY<3:10MI“LOM {300 LPRIVT "Retour es Acer de Polec en Bas ce Semele ot los Actrs de Pou on Hat de Somat (6390 LPRINT USING'si lar Longueur de Sceliement Droit Necessatre est Superieure a #44 mm’1519"1000 IN LPRINT USING’ AJOUTER Aciers de Torsion (Moment d'Axe Parallele & \TORSAS1.0) 1 THEN LPRINT USING’ AJOUTER Aciers de Torsion (Moment d'Axe Parailele 6590 U2=Na‘DIOGP2)42/4°PI'10000 (6600 IF IP2<10 THEN 6450 6610 LPRINT USINGSection ###.## cm2/m Impossible a Sattisfcire";AC*10000 6620 LPRINT USINGiavac ## Barres de ## mim (### 44 cm2/mY'N2:DIOGP2)"1000:U2 (6630 PHI=0:NBAR1~O 6120 FORI=1 TO N10 4 ur DEUX PIEUC ero vama meme PmeReas stupa KOR MM pan SEMELIESSURDEUX PIEUYC m 673010M-U1 Se TLPRINTNom® Nb A/B H D1/D2dl/d2 Asup/Af Ainter A/s Tau SigPo SgPi Sige Angle mom om m om2 m2 cm2/m MPa MPa Mpa % mint MN" 6840 PRINT = 1= sur Bcran," 6850 PRINT 2 = sous Forme de DATA en Fin de Programme * (6860 INPUT" = "IECR 6870 IF IECR=2 THEN READ FE,FC,FISS:GOTO 6910 m om m m Quedin{Cercescm2/m MPa MPa Mpa % Bille MN" TABG@O)em/m _cm2,TARGS)"SYTAB(E)),"Mint $430 LPRINT ton de Semelle(MPa) £:28~",FC 1, Tres Pre).~2 : SFIS Eoart, Quadsup Ainter Al/s Tau SigPo SigPte SigBie Angle m Quadinf Ceres cm2/m MPa MPa Mpa % Bielle MN" TABS) "6";TAB(8 1Mint a8 (S01 pa ooo ie (6980 IF FISS=1 THEN SLS=110°U1:TAUDI=,15°FC/GB * Cisaillement (6990 IF FiSS~2 THEN SLS-90'UL:TAUDI=,15°FC/GB 7000 TAUD2=,045°FC/GB Poinconnement .EKKN))/PABRCKN,14)/PACKN) 7010 LD=FE/5.4/FT —* Longueur de Scellement Drott > ABRKKN,14)/PB(KN) 7020 RETURN 7030 REM Lecture du Tite General 7040 IF IECR~2 THEN READ TITRE$ ELSE PRINT:INPUT tie de IEtude ~"-TITRES 7050 RETURN Fear Rcumnet es Aces de Foc on Bas de Smale tes Aco de poux on Ha a LPRINT *rrereeetrece es RINT REM 7220 REM Titre de Semelia sur 1 Piew 7290 LPRINT:LPRINT'SEMELLES SUR UN PIEU" 17240 LPRINT ==~==--nmnanen====n0" 7250 LPRINTLPRINTNom Nb A BH Diam, Aciors Inf 720 LPRINT = ym om om om oma oma cm2 7300 REM Titre de Semelle sur 2 Pioux ‘7830 LPRINT USING: #4.4 452 H.448 SIGPIEUC;PCBP. Pca) 7870 IF TAUTOCKN)> 01 THEN LPRINT TAB(S6):LPRINT USING? #94 TAUTOVKN) 7880 AINFXCKN)=AINFX:AINFY(KN)=ATST'A/2 17890 ASUPX(KN)= ASUPX:ASUPY(KN)=ATST'A /2: AHORCKN)=AHOR 7900 RETURN #4827 TAUTOKN); #4.H#4" SIGPIEU(),PM(3) 4 THEN LPRINT TAB(20);LPRINT USING'##.H¥:D1(KN4):LPRINT TABG67}:LPRINT #4. SIGPIEUC4);PM4) ‘THEN LPRINT USING" CHP C1“RAHH CO=ENNHE C=HE HEE MICCLCZC3 8070 ASUPX(KN)=ASUPX: ASUPY(KN)~ASUPY: AHOR(KN)=AHOR ‘8080 RETURN 8090 REM 8160 REM 8160 REM Tableau des Aciers par Diametres 8170 LPRINT:LPRINT'TABLEAU DES DIAMETRES"LPRINT’ 8180 U2=0:LPRINTDiametre’; 8190 FORI=1 TO 10:LPRINT USING" #4444 “)DIOC)"1000;:NEXT I 8200 LPRINT:LPRINTLongueur’, 8210 FORI=1 TO 10:.PRINT USING: #4¥#.#°:XL();:NEXTI 8220 LPRINTLPRINT. Poids’; 8230 FORI-1 10 10 8340 COPS=COFSaN) 8350. IF VOLS>0 THEN DENS“ACI/VOLS. 8360 _LPRINT USING'\ \NOMSUN):LPRINT USING ## HH H#O.RH HEHE be #44 #47 NSEM;NP;VOLS:ACLCOFS; 8370 TNSEM=TNSEM+NSEM:TVOLS=TVOLS+VOLS'NSEM. 8380 TCOFS=TCOFS+COFS'NSEM 8390 TACIMTACI“ACTNSEM 454 I ay spans sssbd HEA ah PEN LTVOMACICDER TAC : BP mmanidinc-orases | $470 GOSUB 8150 Tableau des Aciers par Diametre a ieee / ar Len Reppal des Donnees LFRINT: {8520 GOSUB 7060 Donnees Generales BS aad (VIN) Moments (MNm) _ Eff. Hor.(MNy" PTE oss Riess, Ge cumin, semen foams Goa ang Mee és se WEL. THEN SLUSS~ELU ESE Lust 5D); TAB(O): Par» oe eee ee LH HE eae HH MOE HEHE 8840 IF PCEP<1O0"TOL THEN 8870 oe 8850 LPRINT USING'Contrainte dans la Bielle, Cote Pieu Depossee_:#¥. Pat Ss : 8860 LPRINT USING'En Tenant Compte do IEllet de Charge Localisee, la Contratinte Relative devient 1. THEN 8900 oy 'Contrainte > #4 MPat ;SBC;1.9°FC/¢ dons la Bielle, Cole Potecu Depassee :H#.# ‘ 'En Tenant Compte de IEllet de Charge Localisee, Ic Contrainte Relative devien! e10 ‘LPRINI SIN Ne Contea cor fit fH > fi MPotSBC1;.8°FC/GB oon (Coin dans la Bel, Cole Foc Depamne 49> 1 cf 3920 rane Dont Tenant Corp co eat Go Chatge Laces, kx Contino Relative deve ‘#4#%';PCBCL/CLO- 455 97; 9780 IKG-SOR(KG-XK2H¥G-YK)N2) 9790 UI~LFLKG'2+U1 IEKN)>.1 THEN INPUTNOAN), Mein) , MXM , VN), VN) =" CLE 1 THEN INPUT'N(MN) , Ma(MiNm) , MiMNm)-"CL$ (INCH) =U(0)CARCKN,NCH)=U(1) CBR(KN NCH)=U(2) }) WVBXKN,NCH)=U(4): WELU(KNN, NCH)=ELU 9300 PABR(KN.NCH+1)=0 9810 RETURN 9320 REM: 9330 REM Tatblecu des Longueurs de Barres 9340 REM Donnees: Longueur L9, Diametre D9, Nombre N9, NSEM semelies, 9350 FORI9=1 70 10 (2360 IF D9=DIOU9) THEN XL(I9)=XLA9)+NOLO'NSEM. 9370 _NEXTI9 REM Cotes de la Somella sur 3 Pioux 9410 D’ 10080 IF H>HICONS-01 THEN 10160 . pela VerAte xeon 10160 PRINT USING Hautou H Luc =##.##0 mkt 10110 PRINT USING'Hautour H Conseillee -#.44# m"HCONS 10120 PRINT USING Hauteur H Minimum =#6.44# my HMIN 10130 INPUT'Nouvelle Vateur pour H (sinon =0) 111 10140 IF U1>.02 THEN H=U1 10150 HeINTGH"100+.9)/100 10160 D=i£ENRA. 10180 IF A>AMIN-.O1 THEN 10230 10190 PRINT USINGLongueur A Lue =##,### mA, 10200 PRINT USING'Longueur A Minimur =#¢.¢8 mAMIN 10210 INPUT Nouvelle Valeur pour A (sinon =0) ="UI 10220 IF U1>.02 THEN A=U1 10230 IF NP=3 THEN 10290 10240 IF B>BMIN-.01 THEN 10290 10250 PRINT USING Longueur B Lue =##.### mB 10260 PRINT USING Longueur B Minimum =##.4## m:BMIN 10270 INPUTNouvelle Valeur pour B (sinon =0) ="UL 10280 IF U1>.02 THEN BU1 10870 LAPC)*SOR(K3: i 190 Acitea100" 99/100 10880 LAP(2)=LAP(I»LAP)-LAP(1):LAP()=LAP() 10300 B=INT(B"100+.9)/100 10890 RETURN 30900 REM : TC) et FO) pour 4 Pieux 10910. FOR I6~1 TO NP: 10920 Tde)=1/TANCTHG) 10930 Fd6)~106)/SAR@) 10960 REM : 1() et F@) pour 2 Pioux 10970 T{1)=1/TANCHA) FO)=101) 10980 T(2)~1/TANCTH(2) F2)=1(2) 10400 IF ANGBIE>THd1) THEN ANGBIE=THa1) 10410 THS~ 10420 U1=PMBq))/SPa1)/THS 10430 IF U1>SBP THEN SBP=U1 10440. U2=PMBq1)/PA/PB+U2 IF U2>SBC1 THEN SBC1-U2. 10490 PCBP-SBP'GB/.8/FC"100 _' Dans le Pieu 10509 PCBC-SBC'GB/.8/FC"100__* Dans le Poteau 10510 PCBC1=SBC1°GB/1.3/FC"100 ' Dans le Potecu, Somme des Eiforts de Bielles 10520 GOSUB 8790 * Ecritures -OAYL 5 11200 DATA Batiment A 60:PHI=PH 1210 DATA 4 10620 X2~-DIC:¥2=E1/2:GOSUB 10760:PH2=PHI 11220 DATA s44 10630 LAPC1)=SQRKS-XI)A2HY3-Y1)A2) 11230 DATA 2,0.7,0.7.0.6.0.0,0.0.00.0,0 10640 LAP(@)=E3-DIC-OAX2 11240 DATA 7,0,0 40660 LAPC)=LAP(D) 11250 DATA 0 10660 RETURN 11260 DATA 0 Jos70 aoe, 11270 DATA F iD et FC) pour 3 Pieux 11280 10690 PHO~PH) +PHa:PHil-PH2 10. LONGRINES Les longrines sont des poutres, en général en béton armé, qui sont coulées sur Ie sol et qui relient des fondations superficielles ou des semelles sur pieux (Fig, 8 ci-dessts). Leur rdle est de transmettre les efforts de traction ou de compression pouvant exister entre les fondations. Accessoirement, elles peuvent jouer Ie réle de poutre pour reprendre des charges verticales ou des moments. 10.1, Longrines de liaison ents horizontaux des fondations, on peut avoir intérét & par les longrines qui travaillent en tirant ou en buton. Elles sont absolument nécessaires en construction parasismique oi elles jouent le réle de chainage dans les deux directions (Fig. 35). Vue en plan Coupe verticale Fig.36 - Longrines de liaison en zone sismique. Pour les constructions en zone non-sismique, on peut se contenter de bloquer les fondations dans un seul sens pour une direction donnée (Fig. 36). Remarque En cas de traction, il ne faut pas oublier de faire recouvrir, a travers la semelle, les aciers des deux longrines. Fig.36 — Longrines de liaison en zone non-sismique existe un dallage avec un joint see autour des poteaux, il peut jouer de réle de buton et Ia nécessité de disposer des longrines que lorsque les efforts horizontaux sont impor- rarement nécessaire de disposer de longrines de liaison (en zone non-sist 10.2. Longrines de redressement Lorsque des moments sont apportés par Ie poteau sur la semelle superficielle ou en téte de picu et que ces demniéres ne peuvent les reprendre, il peut étre nécessaire de reprendre ces ‘moments ou une fraction de ces moments par une poutre au prorata de sa rigidité par rapport celle de la fondation, té de la longrine valant I / (3L) pour une longrine articulée 4 son autre extrémité (4L) si elle y est encastrée. Voir un exemple dans le chapitre 4 « Fondations superficielles » article 6. Ces longrines sont particuliérement recommandées pour les semelles sur un pieu avec ou sans moment, compte tenu de la tolérance sur l’excentricité par rapport a I'axe théorique. 10.3. Longrines porteuses Les longrines décrites précédemment sont supposées étre non-porteuses, c’est-A-dire non- flexibles. Pour cela, il peut étre nécessaire de disposer d'un espace vide entre le dallage et la longrine pour éviter d’appliquer des charges A cette demiére. Dans le cas cOntraire, les longrines sont calculées en flexion simple - ou en flexion cot sée en cas d’effort axial - sur deux appuis (les semelles), ou sur sol élastique si l’on assuré de la qualité du terrain sur lequel elles sont coulées, On n’oubliera pas de disposer d’un béton de propreté de 50 mm d’épaisseur. 11. PAROIS MOULEES Les parois moulées sont des pieux rectangulaires de longueur égale a plusieurs (1 & 6) fois é sont alors appelées barettes et ont un réle porteur. les sont de grande longueur et ont principalement un réle de souténement et un rdle porteur. ‘au moyen d’une bene ou d'une fraise, excavant la terre au moyen d'une boue en général bentonitique qui a la caractéristique de maintenir stable la paroi de la tran. chée. Elles sont soit coulées sur place, soit préfabriquées et descendues dans la tranchée mainte- nue stable par la boue. La profondeur des patois peut varier de 12 m (seuil économique) a 50 m en général - bien Fig.37 - Phases de construction .sement 1° phase, porte-a-faux de longueur H, mang a ton peener lit de tirants & la profondeur Hy, "3 la profondeur H, + Ho a Drea, exc been run 2°lit de tirants & la profondeur Hy + Ha, K en place d'un 9 Phase deren rt jusqueu fod de foulle, fa profondeur Hy He * He Seo eeee gafinitive : butonnaye de la parol par les planchers de que I’on ait réalisé des parois de plus de 100 m de profondeur, Leurs longueurs sont fonetion du périmétre de la fouille, Leurs épaisseurs varient de 0,50 m 4 1,50 m (voire plus si nécessaire), Le mode de ion par panneaux alternés de longueur limitée (2,50 m & 3 m) fait que wux appliqués sur un panneau peuvent étre répartis sur les panneaux de I’effort tranchant par clavay il enest pas de méme pour la flexion le de disposer de grandes quantités d’armatures liant un panneau avec ses ur les efforts verticaux pour E 11.1. Calcul simplifié des poussées des terres et des moments de flexion pour un seul type de terrain, un coefficient =K, 7h = 7,308 h Si on admet une poussée suivant Coulomb, on a, x = we a) = 0,406 et une poussée A la profondeur h égale 4 : p Cas a (Fig. 38) 4-dire une poutre en téte - qui intéressera les panneaux voisins et que l'on. eut calculer comme une semelle rectangulaire superficielle. La paroi peut étre circulaire et dans ce cas elle est autostable (record 105 m de diamatre pour 12 m de profondeur). En général, la paroi est plane. Elle est calculée en phase de chantier et en phase /e comme une poutre continue sur des appuis qui sont des tirants, des planchers ou un encastrement dans le sol en pied de Paroi, soumise & des poussées des terres et de l'eau éventuellement. an arabele we Re 3,30, K+: EXEMPLE : Soit 8 calculer une paroi moulée de 15 m de hauteur, 0,60 m d’épaisseur ‘ecevant en phase définitive une charge verticale permanente G = 1,26 MN/m et une charge variable Q = 0,48 MN/m. Le sol a un angle de frottement inteme @ = 25°, une cohésion un module de réaction k = 60 MPa/ ‘Les différentes phases de construction sont 12,70 ites sur la figure 37. r a ‘Moments Poussée m7 Fig.38 — Premiére phase de terrasserm: 463 462 La paroi est équivalente a un piew articulé en téte, sit is A ep a2) horizontal F, = 0,5 p H, = 0,5 x 7,308 x 3,32 = KE Be ioment oval M, =F, H,/3 = 43,77 KNmjm. ‘ oa a On utilisera le programme « PIEUHOR » avec les données suivantes : longueur : 12,70 rgeur : 1 m, épaisseur : 0,60 m. . Nous rouvons enréultat un moment maximum Myx = 58,32 kN ‘e moment est le méme que celui d'une i ée Cemomgnt este méme qu cela fa «ponte console fetve de portée L tlle que La longueur dencastrement vaut A= L, ~ Hy = 3,631 ~ 3,3 = 0,331 m. [een Foe eS [sat Fig.42 - Cas d— Poutre équivalente = OKNm/m i = = 13,9 kNm/m Mey =~ 24,8 kNm/m Mp. - 47,3kNm/m ~ 66,1 kNin/m. = 3,4 KNm/m maximum en travée A,B, Maici = 10,8 kNm/m maximum en travée B,C Marni 14s4 kNm/m maximum en travée C,Dy Moir ~ 32,6 kNm/m maximum en travée DE", Cas b (Fig. 39) La poutte verticale peut étre considérée comme simplement appuyé. é élastiquement en B. pimak nepieien A et enc 11.2. Vérification des sections les plus sollicitées Fig.39- Phase 1 Fig.40 ~ Cas a — Poutre équivalente ee En premiére approche, on peut considérer la méme lon I‘ i ; , \gueur d’encastrement que ci-dessus ; une poutre d'une travée et d'une console de porte = 2 vaneavemat a le portée 4,10 +A = 4,431 m et 330m in calcul de poutre conti: suivant! 4 Poutte continue, programme « POCO » par exemple, donne les résultats My =~ 43,8 KNm/m; Mg = - 79,3 KNmym Miao’ = 37,4 kNm/m maximum en travée, 11.2.1. En phase de construction en flexion simple Le moment maximum vaut M, = 1,35 X 111,1 = 150 kNm/m (poussées des terres = charges de longue durée et limitées). Soit un moment réduit [l= M, / (6 Gp,) = 0,15 / (1X 0,62 x 14,17) = 0,0294 Bras de levier z= 0,5 d (1 + /1—2) = 0,51 mavec d = h - 0,07 - 0,01 = 0,52 m dot la section d’acier nécessaire : A, = My (@6,) = 0,15 X 10° / (0,51 x 500/ 1,15) = 6,76 cm*/m Cas ¢ (Fig.41) Le méme raisonnement donne les résultats suivants : 11.2.2. En phase définitive en flexion composée Nowin = Ng = 1,26 MN/m Nnax = 1,35 Ny + 1,5 Ny = 2,421 MN/m ‘Moment maximum = 66,1 MNm/m Le moment par rapport aux aciers tendus vaut : M, = M+ Nygx (d- ht] 2) = 0,0661 + 2,421 (0,52 - 0,30) = 0,599 MNm/m Moment réduit = 0,117 < 0,39 OK La section d’acier nécessaire sera inférieure a la précédente car elle correspond a un moment €n flexion composée de compression inférieur. Fig. 41 — Cas b - Poutre équivalente My =~ 43,8kNm/m; Mg = - 76, , 3 Mp=-76,.2kNm/m; Me == 1111 Mian = 22,2 kNm/m maximum en travée AB . mie Mac = 53,9 kNm/m maximum en travée BC, SEMELLES SUR PIEUX SOUS CHARGE P, SANS MOMENT aet b= cétés du poteau € = entre axe des pieux d= hauteur utile Dediamétredupien = d=z+5 Béton : 0, = 0,85, a= 1 -a/(2e) w= 1~Jab/ (Qe) powseanen et” Semele sur 2 pieux | Semelle sur 3 pieux ‘Semelle sur 4 ieux symétriques en triangle équilatéral en carré @ mini e=3D e-3D e=-3D Z mini 0,5 (@- 0,5 a) 0,58 (0 -0,5 ./ab) 0,71 (@-0,5 Jab) zoonseillé| 0,65 (e-0,5a) 0,75 (@-0,5 /ab) 0,92 (¢-0,5 Jab) Efforts T Tirant : 1) Cerces + quadrillage : | 1) Corces + quadrilage de T=Pae/(4z) Te=Pa'e/ (92) barres de cote + quacks, traction (T=T.) T= P'a’e/ (Bz) dans (T=T,) les Ty" 0.27, y= 2,4(P-P)a’ 970.2 Te , a" ef(82) aciers Pentte 0.75 POSSE 2) Cerces + médianes : |2) Cerces + dlagonales ou T.= Pa! e/(9z) barres de coté + (T=T,P/P) diagonal, : ee Pao] (62) =T,P/P) Tm = (P-P)a’ e /3 1(92) | Ty=(P— Pasi I(82) avec P' compris entre | avec P’ compris entre 2P/3et 4 PIS 0,5 Pet 0,65 P d= d=z24T/(2bo) | dez+T/(2 Jab) | d=z+T/(2 Jab oy) he h=d+0,05m h=d+0,05m h=d+0,05m METHODE BLEVOT-FREMY [14] = c6té du poteau e = entre axe des pieux d=hauteurutile a= 1 - a/(2e) Semelle Eadie Semele sur 3 pioux Semelle sur 4 pieux 0.5 (e-a/2) 0,580 (e-a/ 2) 071 @-a/2) 0,7 (@-a/2) 0,825 (e -a/2) oealh : Tirant : 1) Cerces + quadrillage : | 1) Cerces + quadrillage ou de T=1,15P we/(4d) T, = Pae/(9d) barres de cote + quad: traction (Blévot) T,=Pae |(8d) dans | T= Pelt-a7(3e%)] . les 1 (4d) Tq 7 0.2T, T, = 2,4 (P - P’)c.0/(8d) aciers (Frémy) ‘ . P¥entre 0,75 P et 0,85 P 2) Cerces + médianes; |) Cerces + diagonales To=P'ae/(9a) ou barres de c6té + diagonal. : T= (P-P') ae /3 (9d) avec P’ compris entre 2 PIS et 4 PIS T, = Pae (8 Ta =P Pyace2 18 avec P’ compris entre BIBLIOGRAPHIE [1] Fascicule 62 du Cahier des Clauses Techniques Générales (CCT) ~ Régles Techniques ‘de Conception et de Calcul des Fondations des Ouvrages de Génie Civjl - Journal Officiel. [2) Fascicule 68 du CCTG ~ Exécution des Travaux de Fondations des Ouvrages de Génie Civil - Journal Officiel. [] D-TU. 13.2 - Travaux de Fondations profondes pour le Batiment - CSTB. [4] D.TU. 13.11 - Fondations superficielles - Cahier des Clauses Techniques - CSTB. [5] Techniques de I'Ingénicur ~ F. BOURGES et R. FRANK ~ Fondations Profondes » ~ 1989. [6] La Pratique des Sols et Fondations - G. FILLIAT ~ - 1416 p. [7] Pile Foundations Analysis and Design -H.G. POULOS & EH. DAVIS - John Wiley & Sons - New-York - 1980 - 397 p. [8] Fondations Profondes - Actes du Colloque ENPC - 19/21 mai 1991 - Presses de TENPC - 1991. [9] Procédés Généraux de Construction - Fondations et Ouvrages d'art - J. MATHIVAT et Y, FENOUX - Cours de I"ENPC - Eyrolles - 1983. [10] Fondations spéciales et reprises en sous-ceuvre - M. FORNI - Eyrolles - 172 p. - 1981. [11] Fondations et souténements - J. PUTATI - Eyrolles - 324 p. - 1979. [12] Fondations et ouvrages en terre - G. PHILIPPONNAT - Eyrolles - 402 p. - 1980. [13] Problémes pratiques de mécanique des sols et fondations - G. SANGLERAT et G. OLIVARI - Dunod - 272 p. ~ 1990. [14] Semelles sur pieux - Méthodes de calcul, compte-rendu dessais, dispositions cons- tructives - J, BLEVOT et R. FREMY - Annales de lITBTP - Février 1967. [15] Tables de poussée et de butée - J. KERISEL et E. ABST - Presses de I'ENPC - 1990. [16] Eléments de mécanique des sols - F. SCHLOSSER - Presses de I"ENPC - 1989. [17] Exercices de mécanique des sols - F. SCHLOSSER - Presses de I'ENPC - 1989. [18] Interactions sol-structures - Actes de colloque - Presses de I'ENPC - 1987. [19] La régiementation frangaise et étrangére en géotechnique ~ Actes de colloque - Presses de ENPC - 1987. [20] Les constructeurs et les risques du sol - J. CATZ - Ed, du Moniteur - 1985 - 298 p. [21] Le gel et son action sur les sols et fondations - M. DYSLI - Presses Romandes (Lau- sanne) ~ 1991 - 260 p. litions du Moniteur du BTP - 1980 0,5 P et 0,65 P 6. DALLES 1, LES PLANCHERS ~ On appelle planchers l'ensemble des éléments horizontaux de Ia structure dun batiment destiné a reprendre les charges d’exploitation ou autres charges permanentes (cloisons, cha- pes, revétements,...) et les transmettre sur des éléments porteurs verticaux (poteaux, voi- Jes, murs). Les planchers peuvent étre constitués d’un ou de plusieurs des éléments suivants : = dalles, = nervures ou poutrelles, Exemples de planchers ~ plancher-dalle, sans poutres, ni nervures (Fig. 1), ~ plancher A poutres dans une direction et dalles portant dans la direction perpendiculaire ~ plancher A poutres croisées perpendiculaires et dalle portant dans deux directions (Fig.3), ~ plancher poutres paralléles dans une direction, nervures (ou poutrelles) perpendi- pee aux poutres, et dalle portant dans la direction perpendiculaire aux nervures ig.4), Voir aussi chapitre 3, article 7.1. _ —_ | Fig.1 - Plancher-dalle Fig.4 - Plancher nervuré 2. LES DALLES Une dalle est un élément porteur, généralement horizontal, dont deux dimensions sont gran- continues sur plusieurs travées, il y a plus de deux appuis. Les appuis peuvent étre des Fig.2 — Plancher & poutres dans une direction ~ poutres, des murs ou des voiles, = les dalles portant sur des appuis ponctuels, tels les planchers-dalles. On appelle plancher nervuré ou dalle nervurée, l'ensemble d’une dalle de faible épaisseur et de nervures paralléles et rapprochées, de ordre de 0,50 m a2 m d’entre axes de nervures. On appelle plancher-caisson, l'ensemble dune dalle de faible épaisseur et de nervures croi- et peu espacées, de 0,50 m A 1,50 m d’entre axes de nervures. ique sont étudiées a la fin du chapitre 4. 2.1. Généralités - Deux méthodes de calcul 2.1.1. Dans le domaine élastique La relation entre la déformée w(x,y) et la charge appliquée p(x,y) a été établie par Fig.3 - Plancher & poutres croisées LAGRANGE : ee a ol A représente Fopérateurlaplacien <5 + rg atw 2d4w at P(%y) it — aa Sot 3a * aatay? * ays D EA? D = raideur de la dalle = Rav Fig.5 — Déformations de la section transversale d'une poutre v = son coefficient de Poisson, "Acct allongement transversal de la fibre supérieure correspond un raccourcissement de la A= épaissseur de Ja dalle. fibre transversale int et donc une rotation de la face latérale (ou joue) de la poutre. Dans le plan (x,y), Navier a proposé une solut (6 é “Cette rotation vaut V £ b/ h. : i particulier d'une dalle rectangulaire articulée sur ses 4 cdtés, par une doul . F ou b est grand par rapport & h, rotation transversal ~ qui De méme, pour le cas de dalle rectangulaire ayant deux bords opposés articulés une courbure transversale - est génée et la dalle reste plate dans le sens autres pouvant étre encas iculés ou libres, Maurice Lévy a proposée une atre prés des bords libres. équation le Fourier produit de sinus et d’un polynome de fonc' boliques. Enfin, pour des dalles circulaires soumises 4 un chargement de révolution, Yéquation (1) es La présence d'acier en partie i intégrable ; elle se raméne a une équation différentielle du qual e dans le béton sans allongem variable. fibre inférieure n’ ‘pas de traction générale, des fissures ‘ “Larégle habituelle qui consiste & n égale au nn d’acier longitudinal ne tire donc pas son origine d’un coefficient de propage en ligne droite jusqu’a atteindre une inters Cette méthode suppose donc que la plaque se « cas: -polygonale qui restent plans (ou quasi appuyées sur leur pourtour). La (ou fissure) ge d'un moment de la quantité d’acier traversant la fissure. ‘moments transversaux par rapport aux moments lon; (Woir tableau en 3. a 2.2, Dalles rectangulaires portant dans une seule direction (« dite dalles sur deux appuis ») Beene do cervics qu nove Vérification des contraintes en ELS. ‘angulaire est définie par son épaisscur h, sa longueur L, sa largeur b. ite « sur deux ap; Jorsque le moment de flexion dans une ae . rant par rappo utre direction. Les anglo-saxons appel 221. Dalle zourrise @ une charge untforte cansversal 5 xk sur deux appuis simples, is z Le calcul s’effectue comme pour une poutre avec un coefficient de Poisson nul pour les ice supérieure, la fibre supérieure a mi-travé moments, tion de la contrainte de com= Pour la vérification des déformations en ELS avec V = 0, on pourra utiliser le programme «DALLRECT ». pression o;. On observe un gonflement transversal égal Ave (Fig.5), v représente le coefficient de Pois ‘son que Ion peut prendre égal a 0,2 pour un béton non fissuré. 2.2.2. Dalle soumise d un chargement quelconque : 2.2.3. Application numérique (Fig.7) charges partielles, linéaires ou concentrées dalle portant dans une direction de deux travées de 5 m, de largeur b= 4 m, recevant Pace uniforme pondérée en. Py = 12 kN/m? et d’épaisseur h = 0,20 m, la rési a ite élastique des aciers de 500 MPa. Fig. 7 - Dalle de deux travées portant dans une seule direction. On calcule une le comme une poutre de 1 m de largeur. Le moment sur appui vaut M, * - p, L?/ 8 = - 12x 25/8 = - 37,5 kNm/m Le moment réduit vaut : 7 pout - - 39 Pour plus de précision, on pourra Ie programme « NAVI H=M, | (bd? 6y,) = 37,5 X 10-3 / (1 x 0,18? x 14,17) = 0,0817 < 0, suffisamment grande pour que les deux extrémités appuyées soient sans influence sut les Letras de leviers = 0,Sd(14 1-21) = 0,1723 m, ae asection d'acier nécessaire : A,=M, / (@6,,) = 0,0375 x 10 (0,1723 x 500 / 1,15) = 4,98 cm?/m soit HA10, s = 150 mm Fig.6 ~ Charge concentrée sur dalle, 16 m d’épaisseur, recevant une ‘ liquée sur un carré de 0,10 m x 0,10 m, situé au quart de -et 4,98 / 4 = 1,25 cm?/m transversalement, en respectant la « régle du quart », Ia portée, A mi-larger it HA 6, s = 220 mm La méthode simple énoncée ci-dessus donne : ou un treillis soudé TS 8-6-100-200. ~ moment total M = 20 KN x 1,00 m x 3,00 m / 4 = ~ largeur de calcul ~ moment par matre de Nn im/m. Le programme « NAVIER » donne les résultats suivants : pocnent maximum au droit de la charge = 0,00459 MNm/m = 4,59 kNm/m. " 3. DALLE RECTANGULAIRE ARTICULEE os sate ue la valeur donnée par la méthode approchée (15,73) est trés supérieure la SUR SES QUATRE COTES Remarque Le programme « NAVIER » est valable pour des dalles appuyées sur quatre e6tés articulés. Cependant, dans notre exemple, les bords libres transversaux sont une distance égale a 1,5 fois la portée ; on peut en négliger 'influence. 3.1. Solution de Navier (Fig.8) Les démonstrations des formules qui suivent figurent dans le livre de Jean Courbon, Résis- tance des Matériaux [53]. ; _ Navier propose pour résoudre 'équation (1) de définir la charge extéricure sous la forme de double série de Fourier : ne mmx nny Pay) = XDA, sins —sin mala Les coefficients A,,, sont donnés par la formule : ace __mmx — nmy Ann = ab Slow» sin—~ sin—5-dxdy @) ao y b o a x Fig.8 — Dalle rectangulaire articulée sur 4 cétés, et la déformée devient : LSS _ Amn mmx my ! OY) = ap 2, ae at Patt a @ Cd) On trouve alors pour les moments de flexion M, et Mp, le moment de torsion C, les efforts tranchants V; et V; et les réactions dappui R,, Ry et R, les formules suivantes : nm w Bat is S a | omnx mmy M=3 — sin b= ae, Di Amat pay asin sin (er8) w m rave i Pa . mnx my Mr= 5 XD Age a asin sin 5 20-y) oS . =) X Lane BP eA nn nt oF (#*#) Remarque 1. Les réactions d‘appui R, et Ra ticnnent compte des efforts tranchants V, et Vet du couple de torsion C (incidence OC/dx et OC/dy). La réaction R dans chaque angle correspond au non-soulévement des angles. 2.A partir de la solution de NAVIER, PIGEAUD a établi des abaques qui permettent, pour un rapport donné des cétés de Ia dalle et un rapport donné des dimensions de la zone rec- tangulaire chargée qui a le méme centre que la dalle, de calculer le moment mi-travée dans chacune des deux directions. Pour des charges rectangulaires partielles non centrées, la calcul est un peu plus laborieux, car sommes et différences de rectangles centrés. Pour une charge répartie uniforme, les Régles BAEL donnent en annexe E, un tableau Petmettant de calculer les moments maximum a mi-travée dans les deux directions. Pour des charges réparties sur des rectangles non concentriques - en particulier des charges Concentrées - on pourra utiliser le programme « NAVIER ». 2 & VOICE vy = 0,20 (*) Ly ne _ My WZ be oe y= ply 5 5 0,40 0.110 0,45 0.102 0,50 0,095 0.55 0,088 3 a : 0,60 0,081 0,305 (**) | @ 4 pee bd Fig.10 - Dalle rectangulalre Fig.11 — Ging points de calcul 0,75 0,062 0,509 Avec trois charges par rectangle 80 des Gost cose Résultats : moments et efforts tranchants dans les deux directions et fléche, 0,90 0,046 0.778 Bein milieu et aux quatre sommets du rectangle pour un seul rectangle chargé, (Fig.11) 0,95 0,044 0.887 = 8 nu milieu de la dalle quand il y a plusieurs rectangles chargés 00 0,037 1,000 = et en tout point au choix de coordonnées x et y. La fléche est calculée en section brute (non fissurée et sans acier), avec le module d’Young instantané. eld aus colilent de Poisson du baton ea pi al 80, gaat ds pares en ‘essunorsy como eqs Valouts dey teraures&0:25—corespondant Ly = 0857 ~ prendre rato Cee areola 8.2420 BAEL(c ge uaa)? spas BMncreen cons Pour une charge répartie uniforme p(x, y) = p, sur un rectangle (a,,b,) (Fig.9) on a: 33. Exemple (Fig.12) P(x, y) =p pour a, Sx et dont les quatre premiéres dérivées sont : FQ) =a,a shhy +0, 4 chhy+a, 0 [chky+Ay shay] +0, AlShAy+Ay chay] +a, A ‘Vxe~-0.00836 MN F'n (9) = %, V chhy +o, A? shay+a, A? [2 shay +Ay chay] ‘Vy--0.01473 MN/z & +a, 9? [2 chhy+hy shy] : Fg () =O, A? shhy+a, MP chdy +a, 23(3 chhy+y shay] "40,02 [3 shay-+ Ay chdy] FI’ (y) = &, Mt chay+a, a4 shay +o, A*[4 shhyt dy chdy] q +a, A [4 chhy+dy shay] La charge répattie p(x,y) est donnée par : max 2,4 mmx ple) = EPm() sing avec PO) = 7 [Pq (a9) sin Gd si Yon prend une charge répartie sur toute la surface de la dalle, allure trapézoidale dans Jes deux directions, on a : max p(y) = Po+Pax + Poy = LPu(y) sing 2Pq = — si mest pair et avec, (Y) = 77 Sim est pa 24 bet Pm(¥) = Pat 2Po+ 2Py55) p= Sim est impair. Les rotations s’écrivent : 0, = eT AF om dre o, = $e = -5Y sin x Les moments de flexion et de torsion valent : M, = o(Z3 +53) = LH F-v F" |sindx M, = o( Sy +v33] = LW 02 F-F" |sindx aw : C= DU-wW 55, = (=v) ZAP cosh © Les efforts tranchants V; et Vz et les réactions d'appui R, et R, sont donnés par : eM, ac V5 at = DAM =F" ] cosh am, Vv, = ee = Dr =F" Jsinkx ac aw el : syle in| topo = DAF- (2-v) F" Jcoshe R= H4+5 =D[S5+@ aay? 3 U ¢ a Pw a R= +5, = [Spt e-maze| = Dl@-wMr Fe" J sinkx soit pourx=0: Ry = LA[A,F— (2-v) F” ], fonction dey pourx =a: R, =X (-1)"A[7F- (2-v) FP") , fonetion de y pour y = by : Ry, =D [(2-v) MF (b,) —F" (b,) ] sindx , fonction de x pour y = b;: Ry= -Ll@-vy MF (b,) -F” (b,) ] sindx , fonction de x Les conditions aux extrémités se traduisent par : -Bord libreeny= bj: M, = 0 A2F-F” =0 R, = 0- (2-v) AR -F" =0 - Bord encastré en y =b,: w = 0-9F = 0 @,=0>F =0 - Bord articulé en y=: w = 0-F =0 M, = 0-v 4?F-F” = 0 soit F” = 0 Léquation de Lagrange appliquée a !'équation (5) conduit a : MF - 228" +P¥ = p, (y) 2Pq oi les valeurs des coefficients o1, = ~~ si mest pai, 2 rs 1, = 55; (Pat 2Po) si mest impair, et O, = 0 si mest pair, ary ys i 's = gp Simest impair. 4.2, Exemple numérique (Programme « DALLRECT ») Dalle appuyée sur 3 appuis et encastrée sur le 4°, sous charge hydrostatique. autres cétés, de 0,25 m dépaisseur. Charge line variant de 40 kN/m? en pied a 0 KN/m? au sommet (Fig.13). Module d’Young = 11 000 MPa, coefficient de Poisson nul. 42,2 kKNmn/m. Les tables GREKOW [49] donnent, tableau 19, schéma 2, pour L,/ Ly = 0,5: M=- 0,0653 q L,? = - 0,0653 x 40 x 16 = 41,8 kNm/m (valeurs égales a 1 % prés). 484 Dalle de 8 m par 4 m, encastrée en pied sur un des cétés de 8 m et articulée sur les trois Le ‘programme «DALLRECT » donne un moment dencastrement maximum de 40 encastré E J E a 8,0 Fig.13 ~ Dalle rectangulaire sous pression hydrostatique 4.2.1. Mode d’emploi « DALLRECT » I°Ligne a a= longueur suivant Ox 2 Ligne b b= longueur suivant Oy 3°Ligne — p, x Pp = Valeur de la charge p en O (origine des coordonnées) en N/m? 4° Ligne py Pa= valeur de la charge p en A (abscisse L,, ordonnée nulle) en kN/m? Ligne pg p= valeur de la charge p en B (abscisse nulle, ordonnée L,,) en kN/m? 6° Ligne Gg, C, = condition 4’ long de l’axe Ox, ordonnée nulle (OA) : = 1 pour un apy T° Ligne 8° Ligne k= épaisseur de la dalle (m) 9 Ligne & = module d’ Young du béton (MPa) 10° Ligne v V = coefficient de Poisson 4.2.2. Données 8 * longueur L, Jane (trapezoidale dans les deux Directions) 4 “Tongueur L, 40 40 “ charge a l’origine en x= Oct y =0 40 40 “charge enx=aety=0 | r 0 0 ‘ charge enx=Oety=b 3 “ encastré sur I’axe Ox (ordonnée nulle) 2 * articulé en téte (ordonnée b) 0.25 * épaisseur de la dalle 11000 * module d’ Young 0 * coefficient de poisson ss de Longueur a: 1) , Articule(2) ou Encastre(3) = 2 3 1), Articule(2) ou Eneastre(3) = 2 2 isseur de la Dalle (n)=? 0.25 fedute d'Voung (YPo). =? 11000 ent de Poisson =? 0 4.2.3. Données sur écran jprimante, 3 - sur I'Inprinante seulenent. Vaieur de pen A = 40.00 kN/m2 Valeur de pen B = 0.00 kN/m2 Conditions 'Appul des Cotes de Longueur at Pour y~0 (Cote OA) : Encastre Pour y=b (Cote BC) : Articule Les deux Cotes OB et AC sont obl igatoirenent articules Eparsseur de ia Dalle = 0.260 m Module a'Young = 11000.0 MPa Costicient de Poisson = 0.00 Abscisse x = 4.000 m, Ordonnee y= 4,000 m Flsche = -0.00 mm Rotation x = 0,00 14/1000 Rotation y = 1.38 14/1000 Moment x = 0.00 KNm/m. Moment y = 0,00 KNm/m Moment de Torsion = 0.00 KNm/m Etfort Tranchant x = -0.00 KN/m_ Bort Tranchant y =-16.14 KN/m. Reaction ctsppul x = 0,00 KN/m_ Reaction dappul y = -17.98 KN/m_ ‘Abscisse x = 0.000 m, Ordonnee y= 2.000 m. Fleche = 0.00 mm Rotation x = .0.88 14/1000 Rotation y ~ 0.00 rei/1000 Moment x ~ 0.00 KNm/m ‘Moment y = 0.00 KNm/m, ‘Moment de Torsion = -1.03 KNm/m Reaction dapput y = 0.00 KN/m, Abscisse x = 4,000 m, Ordonnee y= 2,000 m Fleche = -1.58 mm Rotation x = 0.00 14/1000 Rotation y = -0.24 14/1000 ‘Moment x = 1.99 KNm/m_ Moment y = 17.55 KNm/m Moment de Torsion = 0.00 KNm/m_ Etfort Tranchant x = 0.00 KN/m. ifort Tranchant y = 3.18 KN/m Abscisse x = 8,000 m, Orclonnes y= 2.000 m Fleche = 0.00 mm Rotation x = 0.88 ra/1000 Rotation y = 0.00 ra/1000 Moment x = 0.00 KNen/m_ ‘Moment y = -0,00 KNm/m ‘Moment de Torsion = 1.03 KNm/m. Etfort Tromchant x =-16.36 KN/m. Eifort Tromchant y = 0.00 KN/m Reaction clapppul x = -25.73 KN/m Reaction dappul y = 0.00 KN/m_ Abscisse x = 4,000 m, Orcionnee y= 0,000 m Fleche = 0.00 mm Rotattion x = 0.00 ra/1000 Rotation y = -0.00 rd/1000 Moment x = 0.00 KNm/m ‘Moment y 42.20 XNm/m ‘Moment de Torsion = 0.00 KNm/m Effort Tranchamnt x = -0.00 KN/m ifort Tremchant y = 67.81 KN/m. Reaction clappul x ~ 0.00 KN/m Reaction dappul y ~ 67.81 KN/m, ‘Charge Totatle = 640.00 kN M/(0,78h)A2~ 1.200 MPa Les Result Slee ats Petvent Ditferer de quelques % de la: Valeur Exacte pour des Raisons de Convergence des _ chargés et déchargés (chargements en di 4.3. Autre cas de chargement et de conditions aux limites réparties uniformes ou triangulaires, dn pourra avoir recours aux tableaux \génieur » [49] valables pour un coefficient de Poisson nul. isson non nul, on ajoutera v fois le moment de la direction perpen- 4.4. Méthode BAEL pile s’applique aux dalles rectangulaires en continuité - c’est-a-dire totalement ou partiel- Jement encastrées ~ soumises 4 un chargement quelcongue, en respectant la régle de ferme- ture des moments 4 1,25 M, dans les deux directions : M, + (My + M,)/22 1,25 M, avec M, le moment maximum en travée a prendre au choix entre 0,75 M, et 0,85 M, M,, et M, respectivement les moments sur appuis gauche et droit, au moins égaux & 04M, 'M, le moment maximum calculé en supposant la dalle simplement appuyée sur son contour. Cette régle permet de simplifier considérablement les calculs en évit pour les dalles appartenant 4 un maillage de rectangles, un calcul bi-dimensionnel fastidieux de rectangles En effet, la sécurité la rupture de la dalle est assurée par une redistribution des ‘moments entre moments sur appuis et moments en travées. La marge de 0,25 M, per- met de réduire la fissuration qui serait due & une insuffisance d'acier sur appui ou en travée par rapport a la solution obtenue par un calcul exact (programme aux éléments finis par exemple). 4.5. Méthodes A.C.I. Les régles américaines ACI-318-89 (American Concrete Institute, Committee 318, année 1989) proposent ~ la méthode forfaitaire envelope, - la méthode de calcul des dalles rectangulaires portant dans une ou deux directions en tenant compte de la raideur des poutres d’appuis (méthode’directe). Mais on utilise égalem: ~ la méthode du portique ~ la méthode des bandes. 4.5.1. Dalles portant dans une direction way slabs) - Méthode simplifiée La méthode forfaitaire évite de calculer tous les cas de chargements. Les portées de calcul correspondent aux portées entre nus d'appuis. Deux travées (Fig. 14) ‘Sur poutre de rive = -plv24 Sur poteau de rive = -pLvie Fig.14 — ‘Trois travées et plus (Fig.15) | pine ‘Sur poutro de rive VES | _ minimum de trois travées panneaux rectangulaires de rapport de c6tES Linas | Lin $2 = portées adjacentes ne différant pas plus de 1/3, soit 0,75 < L/L; $ 1,33 « charges gravitaires uniformément réparties sur tout le panneau, les charges variables n’ex- cédant pas trois fois les charges permanentes Ses raideurs des poutres d’appuis - si elles existent - doivent étre dans un rapport compris centre 0,2 et 5 «pas de redistribution des moments autorisée comme pour les poutres _ fermeture en travée égale 4 M, = p L?/ 8 pour chaque combinaison de charges avec L,= portée entre nus d’appuis 2 0,65 fois la portée entre axes, Ly = distance entre axes perpendiculairement a L,, p = charge répartie uniforme pling 1,190 ou 1,286 Régles ACI — Régles forfaitaires — Dalles de deux tra 1,252 ‘Moments négatifs et positifs (c’est-a-dire sur appuis et en travées) - travée intérieure : 0,35 M, en travée, 0,65 M, sur appuis = travée de rive : voir figure 16 YZZIZEA Sans poutre Poutres entre = plies ‘Sur poteau de rive wee . tous les poteaux Poutre de rive + Feeneture* ow te 1,227 1,227 427 f**24 poutres iatérales |-0,26M0 OF Ho | a Fig.15 — Régles AC! — Régles forfaitaires — Dalles de trols travées et, “ Remargue | Les coefficients de fermeture, rapportés a M, = p L?/ 8, sont nettement supérieurs & ste des Regles BAEL, pportés a M, = p L? / 8, sont nettement supérieurs 4 4 se Poutre de rive 030 =a7%0! ° 4.5.2. Méthode directe (« Direct Design Method ») Les panneaux sont découpés en bandes centrales et en bandes de poteaux de largeurs égales 9 ae 40,25 Min [Ly ; Ly] de chaque cété de I’axe des poteaux. Rive encastrée hi et Lz désignent les portées entre nus dans le sens de la portée de calcul et perpendiculai- 0650 -065K0 a | ment a ce sens. q Fig. 16 -ACI. Méthode directe La bande centrale est la partie restante comprise entre deux bandes de poteaux. Coefficient de moments dans les bandes de poteaux (column strips) en pourcentage du Moment global calculé ci-dessus. ~ travée de rive, cété appui de rive (moment négatif) Tableau 2 Lyk = 05 1,0 20 | ay Ley = 0 B=0 100 100 100 R225 o 7 75 ojtgly=t | R=0 yoo | 100 | 100 B25 90 7 a interpolations possibles EC avec By = sy E, = module d’élasticité du béton de 1a poutre E,, = module d’élasticité du béton de la dalle E,, = module d’élasticité du béton du poteau I, = moment d’inertie de la dalle de largeur b = B e3/ 12 I, = moment d’inertie de la section brute de la poutre 1, = moment d’inertie de la section brute du poteau xy c= (i ~ 0,63" ) > Gig.17) y xsy Bal, x &, = G7 dansladirectionL, —_—Fig. 17- Rectangle ~ travée de rive, cOté appui intérieur ou travée intérieure (moments négatifs) Tableau 3 WG= 05 10 2.0 a Ll, = 0 75 75 75 o Lally 2 1 90 75 45 ~ travée queleonque (moments positifs) Tableau 4 Wis 05 10 2,0 04 Lally =0 60 60 60 oy Lgfly 31 90 7 5 Coefficients des moments repris par la poutre axée de poteau a poteau Sioy LoL, 21 :85 % du mnt de la bande centrale est a reprendre par Ia poutre, si, L,/L, < 1 : interpoler linéairement de 85 % 40 % Moments dans les bandes intermédiaires (middle strips) Elles doivent reprendre la différence non reprise par les bandes de poteaux. La modification des moments de calcul, par redistribution, est possible de + 10 % en res- pectant I’équation de fermeture vue plus haut. Moments dans les poteaux et les voiles Un appui intéricur reprendra un moment : M = 0,07 [2 + 0,5 p,) La Ly? - p’g Lp Ly? avec : Py = charge permanente au m? P, = charge d’exploitation au m* Ly = largeur totale du panneau (entre axes des files de poteaux) LL, * portée entre nus P'p L'z etL', S'appliquent a la plus petite des deux travées ‘Méthode simplifiée pour calculer enveloppe des cas de charges (provisions for effects of pattern loadings) - Conditions : charges variables _ B, = charges permanentes <7 et que les raideurs des poteaux supérieur et inférieur soient telles que @, soit supérieur & On wes a, = > 2a, = SK eR) ome ayec : K.= By, I, / 4, = taideur des poteaux (c = column) K,= Eq, I,/ hy = raideur de la dalle (s = slab) Ky= Ecp Ip / hy = raideur des poutres (b = beam) _ Ecole oo Bude Tableau 5 Valeurs dé Onin Raideur relative o de la poutre oO 05 1 2 4 0 0 0 oO 0 06 0 oO 0 0 07 oO oO 0 oO 5 1,0 07 01 0 0 oO 1,25 08 04 O° oO oO 2,0 1,2 05 0,2 oO ) 0,5 1,3 03 0 0 0 08 1,5 05 0,2 0 oO 0,5 1,0 1,6 06 0,2 oO oO 1,25 1,9 1,0 05 O oO 2,0 49 1,6 1,8 0,3 oO 0,5 18 05 0,7 0 0 08 2,0 09 03 oO 0 0,33 1,0 2,3 09 04 0 oO 1,25 28 1,5 08 0,2 oO 2,0 13,0 26 1,2 05 0,3 Les moments positifs calculés ci-dessus sont 4 majorer par le coefficient = ern ma) thet Application numérique de la méthode directe IS SAA 75 3 > Wy Py rs Ll i 2,70 4 04 0.4 04 Fig.18 - ACI-318 — Méthode directe Données : (calcul dans la direction Ox) ~ épaisseur de la dalle = 0,16 m ~ retombée des poutres = 0,34 m - rakian du béton = f’, = 25 MPa ~ hauteur des poteaux = 3,00 m de feu dos ptenur 3002 dessus de plancher A dessous de plancher ~ module d’ Young = B, = 4730,/f”, = 23 650 MPa Conditions : = minimum 3 ravées = Lina/Lnin = 6,4 / 4,4 = 1,45 <2 = Lflr= 1,227 < 1,33 -q=5 = 12 kN/m? ~L,= 4 > 0,65 x 4,4 = 2,86 m ~ raideur des poutres d’appuis : aL 02s—4 55? Eyl, 23 650xb hx 12 = Bal, ~ 23 650 xB e?x 12 b= épaisseur de la poutre = 0,40 m h= hauteur de la poutre = 0,50 m = 4 ou 5 mavec Ly = 4,40 met 5,40 m 0,16 m = épaisseur de la pour B=4m— pour B= 5m 0, = 2,44 pour B = 6m— 0 = 2,03 Valeurs de 0, Lz?/ ot L,? comprises entre 0,2 et 5? oy LP og Li? U-54 Ln 64 a 44 0,83 0,71 OK 12-54 7,00 0,85 Situde de la travée centrale (hachurée sur la figure 18) _-jangeut de la demi-bande dappui = 0,25 Min{L ; La] = 0,25 Min{6.4 ; 5.4] = 1,35 m ~ jargeur de la bande centrale = 5,4 - 2.x 1,35 = 2,70 m ~ moment de fermeture = M, =p Lz L,?/ 8 ‘avec le poids de la poutre = 0,4 x (0,50 - 0,16) x 25 = 3,40 kN/m soit ‘valent de 3,40 / 5,4 = 0,63 kN/m? g = 0,16 X25 = 4 kN/m? etp=1,4g + 1,74 + 1,4 x 0,63 = 14,98 kN/m* M, = 14,98 x 5,4 x 5?/ 8 = 252,8 kNm pour Ja travée de rive et M’, = 355,1 kNm pour Ia travée centrale. Répartition moment sur appuis et moment en travée ‘Nous sommes dans le cas 2 de la figure 16 (Fig.19) 0,57 Mo 0,35 Mo 0,57 Mo kMo -0,16 Mo -0,65 Mo 0,65 Mo -0,16 Mo -0,7 Mo -0,7 Mo kNm = -40,5, 144,1 -230,8 124,3 -230,8 144,1 -40,5 Fig.19 - Valeurs des moments appui de rive Moments négatifs dans les bandes de poteaux : travée de rive, L/L, =5,4/5,4=1 om Ly / Ly = 2,44 4.5.5. Méthode des bandes (strip method) [51] ppolle articulée sur quatre appuis : [| 7" x c= x1 ~063%) = = 0.00529 ay : rH 0.40 W 3 ' - Fig.20 - Section avecx = 0,4 et y=0,5 Ae ’ I, =5X0,16°/ 12 = 0,00171 ~—__-—_+1 : EC a) » avec B, = 357 = 155 2 Le tableau 2 donne par interpolation pour L/L; = 1, 04 L/L) > 1 4 et B,= 1,5: 84,5 % de kM, pour les deux demi-bandes de poteaux. = = Moment négatif dans les bandes de poteaux : autres appuis | Le tableau 3 pour L,/ Ly 6,4 = 0,844 et a La/ Ly = 2,44 X 0,844 = 2,06 donne 75 el de k M,. Par exemple (Fig. 21) : - 86,6 = - 0,5 x 0,75 x 230,8 Banda y ath og ‘Moment positif dans les bandes de poteaux charge So : donne 60 % de kM, insi les moments en travée centrale dans le sens longitudinal, { 4 at yin On procéde de méme pour les deux travées de rive dans le méme sens et pour les trois My ee travées du sens transversal. (Fig.21) ne THe SE fs ss SS at * amdax 4 whe Bandex ,* —- st > rece jt mr am, el —— oo a z 4 ——— ee = en ee aaa n Fig.22 — Méthodes des bandes Fig.21 - Moments dans les bandes 4.5.4, Méthode du portique équivalent iste une autre méthode dite « equivalent frame method ». La structure est considérée comme un portique équivalent et calculée comme telle. Cette méthode est comparable 4 celle proposée pour les planchers-dalles par le BAEL. : ha " es vers les appuis, dans la direction « x » ou ~- zone 2 ou zone 1 de la figure 22-a et 22-bet les zones 1 et 2, une droite inclinée La méthode consiste & transporter les charg direction « y », en fonction de leur position ~ : Suivant que I’on choisit comme ligne séparative entre un angle @ (Fig. 22a) ou une ligne brisée (Fig. 22). » peut étre pris arbitrai- a Lignes de moments nuts doit étre voisine de 45° et non de 90°, TO} 1.0 [ P= ro paliers et non linéairement, La répartition des charges attribuées aux appuis paralléles a L, ou a L, est indiquée sur Ig Fig.22c etd. La valeur des moments est indiquée sur la figure 22-e et f. oe he) fi ee Dalle encastrée sur quatre appuis 0,809 0,9, 0,9. 0.9, R. H. WOOD [26] admet des lignes de points de moments nuls (points d’inflexion) comme indiqués par s sur la figure 23, les zones hachurées correspondent au moments ignes de moments nuls sont a mi-distance des appuis et des lignes ‘moments suivant la grande portée, et a 40 % de cette distance pour les moments suivant la petite portée (au maximum 0,2 L,). q ones de ascotoure ®Y Jos, YY uy YZ J0,3Ly Y ae [oa 2 a/2ya/2 a/2 al? le Fig.23 — Méthode des bandes pour dalle e Exemple de dalle encastrée sur quatre cétés de 6 m par 4,5 m, encastrée sur les quatre c6tés et soumise a une charge BLU ig.24). moments nuls, p: 0,90 m. Prenons des paliers de 0,90 m suivant O, et 1,00 m suivant O,. L’angle @ vaut Arctg(0,9 / 1,0) = 42° (Fig.25a) (J! Fig. 24 - Exemple de Bande 1-1 Bande 2-2: Bande 3-3: Bande 4-4; Bande 5-5 ; Bande 6-6 : Les schémas des moments récapi Les armatures s’en déduisent et les arréts de barres peuvent étre effectués en tenant compte des différentes zones, Remarque Four une dalle carrée articulée sur ses quatre appuis, de longueur a, en adoptant des lignes de discontinuité a 45°, le chargement en triangle donne un moment moyen (Fig.26) : + pas de charge Soit x; a longueur chargée de chaque cété de la grande portée de 6 m de Ig dalle, Pour le premier palier, x, vaut 1m (Fig.25a). Le moment positif M=p(0,5x,)?/2= 14x0,52/2 = 1,75 kNm/m, car la longueur chargée est de 0,50 m de chaque c6té de la travée de portée comprise entre points din. flexion, soit a réaction R vaut 14 x 0,50 m= 7 KN. ‘Le moment négatif est donné par : M=-Rx,/2~p (0,5 x)? /2=-7x0,5 - 14x 0,5?/2 = - 5,25 kNm ig.26 — Dalle moment positif M = 14 x 1,07/2= 7 Fig.26 — Dalle carrée réaction = 14x 1,0= 1 moment négatif M = - i i i . On se rappelle tre p a / 8 et p a” / 24, mais plutot proche de la pemiére valeur. Seo Ta méthode oe lignes de rupture donne un moment maximum égal a p a? / 24 et Ia inethode élastique, pour v= 0, un moment égal a p a? / 27. x 1,0 - 0,5 x 14x 1,0? = - 21 tif M = p (0,6 y,)*/ 2 = 0,5 x 14 x 0,54? = 2,04 x 0,54 = 7,56 \égatif M = - 7,56 x 0,36 - 0,5 x 14 x 0,36? = - 3,63 4,6. Méthode BSI 1108 = 816 Les rdgles de la British Standard Institution - BS 8110 ~ donnent une méthode de calcul moment positif M = at des dalles rectangulaires portant dans une ou deux directions. réaction = 14 x 1,08 moment négatif M = X 0,72 - 0,5 x 14 x 0,72? = - 14,52 4.6.1. Charges concentrées je sous charge concentrée -x/L) vaut : (Fig.27) b,= a+ 2, EXEMPLE : Charge concentrée de 20 KN au quart de la portée de 4 m. (voir en 2.2.2 ci- dessus) x=L/4donne b= a+ 0,45 L @=0,10 m, on trouve 1 b,=1,90m Moment total = 15 kNm = it ces valeurs sur les figures 25-c et 25-d. M=pa(a/6)(a/4)=pa?/24 ‘Le moment maximum vaut p a”/8 pour la bande centrale (de trés faible largeur, il est vrai). moment par unité de largeur : L Pour un choix de lignes de discontinuité en escalier, le moment maximum & M=15/1,9 = 7,89 kNm/m, #1 —+ fod valeur supérieure au 4,59 kNm/m . pera ube! jargeur effective trouvé par la méthode élastique (Navier). cet tf F L Fig. 27 - BSI - Charge concentrée sur dalle b+ ___-+} 500 4.6.2. Dalles rectangulaires fléchies dans une direction qableau 7 Arian 2e) Coefficient des moments pour des panneaux rectapgulaires appuyés sur les quatre cblés Des valeurs forfsitaires des moments dispensent de l'étude des différentes combinaisons de ‘et tenant compte de la torsion aux angles 4 charges (Table 3.13 du BS 8110, transcrit ci-aprés). i “Types de panneaux | Coefficient de la petite poriée Ba, Coeff. de Tableau 6 et grande moments considérés Porte Bay Moment ultime et effort tranchant des dalles « sur 2 appuis » Vatours do, Thy 7 pour toutes ; Premier : vals Appui eng Appui CE een intérieur iretieu Fanneai inioure Moment 0 = 0,086 FL =0063FL Momantsnegatis su" | 0.031 | 0,097 | 0.042 | 0,048 | 0,060 | 0.053 | 0.050 0063} 0.082 Ello oar : cn is TRonantpettar-sorée | 0028 | 0.028 | ogee | 0038] o.0s7 | neo | o0sa | ous | anea tranchant ‘j : - SF Pannoau de ve courte ents négatis sur Note 12 fab chapedieeuumyciaar paren 0.088 | 0,044 | 0,048 | 0,082 | 0,055 | 0,058 | 0.069 | 0,087 oar Note 2: Lest la poriée effective, entre axes ~ 2/3 de la largeur des appuis Moment posit mi-portée | 0,029 | 0,033 | 0,096 | 0,039 | 0,041 | 0,048 | 0,047 | 0,050 0.028 tres héchi f Panneau do rive Tongue 4.6.3. Dalles rectangulaires fléchies dans deux directions, ‘Moments négatifs sur 0,039 | 0,049 | 0,056 | 0,082 | 0,088 | 0,073 | 0,082 | 0,089 0,037 articulées sur leur pourtour (art.3.5.3.3) 0090 | 0.636 | o,042 | 0,047 | 0051 | 0055 | 0082 | 0087 | oa Formule forfaitaire tenant comptc d'une non-résistance a la torsion dans les angles : Parneau dangle at . o2 : Moments négatis sur | 9.047 | 0,056 | 01063 | 0,080 | 0,074 | 0.078 | 0,087 | 0.000} . 0,048 . - ti Me= Seo) PLE My= 8 +a) Py Nemont posit &-ponse | 0.098 | 0.42 | 0.047 | cos | 0055 | o0s9 | 0088 | oc70| oaae avec a= L,/Ly Panneau & deux borde courts non-contines Remarque Moments négatis sur | 9,046 | 0,080 | 0,054 | 0,087 | 0,060 | 0,082 | 0,087 | 0,070 es Pour une dalle carrée, rouve M, = M, = 0,062 p L? (= p L?/ 16) valeur pppul supérieure & celle dé a résistance des matéiaus, qui ders? 116) na Moment post & m:-ponée | 0.034 | 0,098 | 0,040 | 0,048 | 0,048 | 0,047 | 0,050 | 0053} o,oa4 PL?/27 = 0,037 pL? fparine 8 secar bore Y : longs non continue 4 Momentsnégaitssr | 2 f 2 ff 2 tt Lt | | gag 6.4. Dalles rectangulaires fléchies dans deux direction: jeppul cor sucasirdes sir leur soutien on 353403535) ere beer} 0024 | OA ats ra lor, | om | tol] ae see iii ‘Panneau & trois bords Les moments dans les deux directions valent: Pon-contns (un grand em 2 . 2 bord coin) k~BupL? et M,=B,pL,’ Moments négatis sur | 0,087 | 0,065 | 0,071 | 0,076 | 0,081 | 0,084 | 0,092 | 0,098 -2ppul continu Moment postt& mi-ponée | 0.048 | 0,048 | 0,059 | 0,057 | 0,060 | 0,083 | 0,069 | 0,074} 0,044 Conditions d’application Les charges permanentes et d ion sont du méme ordre de grandeur sur le panneatt Gtudié et sur les panneaux adjacents. Ilen est de méme pour les portées des panneaux adja cents perpendiculairement au c6té commui Les panneaux sont découpés en bandes définis ci-dessus, de largeur 0,75 L, et en deus Un renfort de ferraillage est & quarts de la section d’acier calcul une longueur 0,2 L. i Panneau a rots bords fossa, loments négatits sur ppui continu « fos | fe fee [eof bh. 0,058 Moment posi &miporée | 0,042 | 0,054 | 0,068 | 0.071 | 0,078 | 0,094 | 0,090 | 0,105 0,044 Panneau & quatre appuis Moment post! & mi-portée| 0,055 | 0,085 | 0,074 | 0,081 | 0.087 | 0,092 | 0,103 | 0,111 | 0,086 4.6.5. Planchers-dalles (flat-slabs, art.3.7) Le calcul peut étre effectué selon trois méthodes : = la méthode des portiques équivalents (dalles, poteaux), méthode identique a celle BAEL, ~ Ia méthode des éléments finis, = Ia méthode forfaitaire ci-aprés qui dispense de Chaque panneau est di (0.25 L) dans chaque direction. iler tous les cas de chargements, ‘en deux bandes centrales (0,5 L) et en deux bandes d’appuj 5. DALLE CIRCULAIRE SOUS CHARGE DE REVOLUTION 5.1. Solution mathématique (Voir « Résistance des Matériaux » de J. Courbon [53]) Liéquation de Lagrange transformée en coordonnées polaires sécrit = La portée de calcul L est la portée entre axes des poteaux diminuée des deux-tiers de I largeur d’appui : L = Lay» ~ 2.4 / 3 (a = largeur du pote: dw 2dw idw idw 1d afi fe) _ Pwo) 6 Le moment total, bande centrale + plus bandes d'appui, est donné dans le tableau 8, dé td Pde Par rdr\"dr|rdr\ dr D Tableau 8 Les moments par unité de longueur valent : Coefficients des moments et efforts tranchants des planchers-dalles selon BSI Pe wae Tppat enieriowr Pris] Premier | Mio |, Je long d'une circonférence de rayon r: My = of S375; Potesu | Volo | ia | gare | nemo ineeoue law dw 1" travée | intérieur | intérieure " = le long-d'un rayon : My = D [: at vt] Moment =0,04F L]-0,02 FL] 0,083 F L |= 0,063 FL] 0,071 FL |- 0,055 F rdr ar’ Eff.tranchant_ | 045F | 04F - osF |. - 05 F Leffort tranchant vaut : Total des y-va[i4 (#] moments des | 0,04FL 0,022 FL ‘dr L rade dr p poteaux ~——* + F représonte la charge totale ELU dela bande de dalle entre les poteaux acjacents consiérés, représente la portée ef = portée entre axes - 24/3 Note 3: Las moments ne doivent pas éte restibués. { | La répartition du moment ainsi calculé entre bande centrale et bandes de rive s'efl suivant les dispositions du tableau 9. ' Tableau 9 | Distribution des moments Les conditions d’appui sur le pourtour extérieur conduisent a : Fig.28 Proportion entre bande de poteaux et bande centrale exprimée en pourcentage des moments totaux positif et négatif bande de poteau| bande centrale 75% 25% 55% 45% ~ bord encastré pour r = a: w = 0 et dw/dr=0 = bord articulé pour r= a: w= 0 et M,=0 Pour le cas d'une charge concentrique P uniformément distribuée sur la circonférence 2np, (© sintagre et donne les résultats suivants : irconférence de rayon r : M, = P B(p, r) ~ moment le long du rayon ; Mg = P &(p, 7) - 5.1.1. Bord encastré (@ 7) (@ +p?) z [ za + (2 +p?) Log é | pourr>p (@ +7) (@ =p?) [COS 4 tap Loe @)) pourr

p B=-g at») [ae «(f b= -& pra 5-aey & ates (5 ))] pow» a= -_u+y) [1-2 +0 (f}] pomp 5.1.2. Bord articulé 1 (3+v)a2-(1-v) p? aoa aed G+va—-(1-vr 3 o= aap [« “0 onene (+p Loe( 8) Jpour

4/3, soit 2 > 4/3 = 1,33 On trouve A = 0,448 a et my = 0,897 p. Pour une charge ELU p, = 15,5 kN/m?, on obtient : ‘mg = 0,897 X 15,5 = 13,9 kNm/m, Aa) On pourra majorer forfaitairement de 4 % ce moment pour tenir compte de la déviation des lignes de rupture aux angles (Fig.43) Soit mg = 14,5 kNam/m 64.6. Exemple 6. Dalle rectangulaire appuyée sur les 4 cétés (Fig. 43bis) travail des forces extérieures T,, est calculé dans le tableau suivant : Nombre Aire i Plaque Fie dela ° Charge raw ” plaques plaque 7 2 bi2-0 Pp 372 2 a xal4 P 8/3 3 2 aal2 Pp 8/3 =p ba @b-24)16 {Le travail des forces intérieures Tp, est calculé dans le tableau suivant : Fissure | Nombre Acier Longueur Moment Angle n° ’ i 4 x al2 m EES 7 a Ay x um 25/a 2 7 Ay 0 : i 2 7 y b-2A um 48/a Ta=2md(a/a+2pbla) ‘Légalité T, = Ty donne la valeur du moment m : “i pa? 3bA-222 m= "12 a +2aub 2 3b A= ay5| [Ite Fae et a valeur du moment m : 2 2 3yb? pa’ 2a H. m= eels. 2e(1- ae] tableau 1 en 3.1 ci-dessus) : . = tapport des cétés = 5,6 / 8 = 0,70 valeurs de m, ona: _ pa® 2a* 7 ee Fig.43bis Oh Ra, 1a ak a ~ moment suivant le petit c6té = 0,068 p a? = 21,32 kNm/m ~ moment suivant le grand cété = 0,436 x 21,32 = 9,30 kNm/m ~ somme m + |t m = 30,62 (proportionnelle a la quantité totale + D'aprés la méthode des lignes de rupture exposée en 6.4.6) La recherche du cas le plus défavorable correspond a dm / dh = 0, ce qui méne a une équation du 2° degré en A: 42+ (a? / 1b) A- 3." / (4p) = 0 dont la racine vaut : 6.4.7. Exemple 7. Dalle appuyée sur 4 cétés Soit une dalle de 8 m x 5,60 m soumise une charge de 10 kN/m?, + D’aprés la méthode de Lagrange, solution de Navier, on a (Voir annexe E3 du BAEL ou ier) jessus, pour différentes Nous calculerons Ja quantité d’acier qui est proportiennelle a la somme m + jt m. # 1 2 3 a 7 ™ 17,83 1115 323 58 aa a ATS 22.50 24,68 26,24 27,36 mum | 35,66 33,45 32,91 32,80 a On constate que la solution la plus économique est obtenue pour des valeurs de i compri entre 3 et 5. a valeur + 1m est légérement supérieure celle obtenue parla méthode Navier (+7 % Pour une dalle carrée, on I'avait déja constaté, car : m = pa? / 24 par les lignes de rupture, j @* [27 par Navier (Annexe E3 du BAEL) (- 11%) i sur la méthode des lignes de rupture donne des tableaux de formules minées par Johansen pour jt = 1. Pour une dalle Tectangulaire simplement appuyée sur 4 cétés, la formule proposée est : pab ™ = 8 (1 ta/b+bja) Pour a = 5,60 m, b= 8m, p= 10kN/m”, a/b =0,70, on trouve m= 17,90 kNm/m et pu H Somme m + Hm = 35,80, valeur peu éloignée de 35,66 du tableau ci-dessus p H= 10,4 %). Remarque Cette formule simplifiée satisfait bien les conditions aux limites avec : m=pa?/8 pour b= m=p/8poura= m=pa?/24 poura=b 6.4.8. Exemple 8, Dalles avec ouvertures La méthode des lignes de rupture appliquée & ces dalles permet de distinguer les s mécaniques les plus défavorables : jpbar exemple pour une dalle 4 x 8 m, comportant une ouverture rectangulaire centrée Jongueur a et de largeur 2 m, on trouve les schémas suivants (Fig.44) Fig.44 — Dalle rectangulalre avec ouvertures de différentes dimensions. eu wad ; r? [6] Ceo lant a une dalle simplement appuyée sur 4 cétés. pab "= 3 ra/b+b]a) POH! 6.4.9. Exemple 9. Dalles avec poutres de rive. (Fig.45) 1 Fig.45 — Dalie avec poutres de rive pifférents schémas sont possibles. (Fig.46) 3 bh Si Fig.46 - Diférents schémas de rupture On calculera, avec le schéma (1) de la figure 46, le moment résistant m de la dalle : 2a? 3yb? 128 (1- ee Puis avec le schéma (2), le moment M de rupture d'une poutre de longueur Tp =2(ma+2M)Q/b)=pab/2=T,dod M=pal’/16-ma/2 Le mécanisme (3) est moins défavorable que le (2). Le cas (4) donne, avec Ty = Tp : a: 2 m= "yg (3 — 202) cea — cama avec a= a/b ée cétés. 6.4.10. Exemple 10. Dalle aypuyées sur quatre Utilisation de tableaux*(Fig.47) les tableaux figurant dans l'article des Annales ITBTP de S.BERNAERT avec p = 16 KN/m? a=10m a b=4m Y on trouve m = 20,51 kNm, 4 Fig.47 On appliquera une majoration de 4 % si fon choisit de ne pas mettre de renfort de chapeau aux angles, soit un moment de rupture m = 2,51 x 1,04 = 21,33 kNm. Méthode des abaques de Pigeaud, ou tableau BAEL (Annexe E3 ou tableau ci-dessous) (Solution de Navier). Pour v= Oeta/b= 0,4, on trouve M = 16x 0,110x 42 = 28, KNm et dans l'autre direction, M = 0,091 x 28,16= 2,56 kNm < 28,16 / 4 (Ragle du « quart ») Soit au total pour les deux directions : 1,25 x 28,16 = 35,2 au lieu de 2.x 21,33 = 43,66 kNm_ par la méthode des lignes de rupture, Comparaison des méthodes Dale appuyée | Méthode NAVIER Méthode des lignes Supplément ] veo élastique de rupture (LdR) LdR/Elast. n= By net Nite My +My M+ My, 2M, 0,0 a 0,156 pb? | 0,1560p 6" | 0,156 pb? 0 a 04 * 0,139 pb? | 0,1241 pb? 160pb? |-11%a+15%| =F 068 | 0,305 | 0,106pb? | 0,1116p 62 | 0,127pb2 |+5%A+20% 98 | 0,595 | 0,089pb? | 0,0992p b? | 0,1024pb? |+ 11 % A+ 15 % 1,0 | 1,000 | 0,074 6? | 0,0833 pb? | 0,0884 pb? +13% {0 Mous prenons jy = 0,25 dans oe cas, car la section dacier transversal doit avoir une secion au moins gale aU ‘Quart de la section des aciers longitudinaux (rogle du « quart»), j 6.4.11. Exemple I. Dalle rectangulaire simplement appuyée sur deux appuis adjacents et sur un poteau situé fans le quatriéme angle (Fig.48) ta 0,20 m, dimensions 8 x 5 m, 5 kN/m?, section dacier _ yy 8 = 4. x section d'acier paralléle au grand c6té avec I= 0,6. ; * D Fig.48 - Dalle rectangulaire appuyée sur deux cétés adjacents et un poteau Recherche des paramétres Les lignes de rotation passent par les points de rencontre (ples) des lignes d’appui. ‘Trois lignes d'appui : AB, AC et toute ligne passant par D. Fig.49 — Lignes de rupture Donc trois péles A, E et F par ot passent les lignes de rupture : AG, BG et FG (Fig.49). Remarques 4 F 1. Tlexiste d'autres mécanismes de rupture que celui de la figure 49, tel celui de la figure 50 avec six lignes de rupture au lieu de 3. Les trois lignes de rupture nouvelles sont paral- Jeles aux lignes d'appui. 4 a En général ce mécanisme est moins défavorable que le précédent car le linéaire de fissures est bien supérieur. ae 2. Unautre mécanisme est obtenu pour un point G en dehors de la dalle (Fig.51). Ce méca- nisme mérite détre étudié, car a priori, rien ne permet de déterminer le mécanisme le plus défavorable. 521 = P Fig.50 a les abscisses ou ordonnées de points. J intersection des droite CD et FG, H intersection des droite BD et EG. 6.5. Programme « DALLRUPT » 6.5.1. Méthode 4 Equation d'une droite passant i par deux points M, ) et M; (x, uct yy tweaOavecu=yi-Y2 Vea WHIM aie 9 Intersection de 2 droites : ux + vy + w, = O et unx + zy + Ww) = 0 VW, — Wp, 2 ee et axe AB: M2V,— Valty yw, — 1; get 2 ak Magy — Volt © Distance d d'un point M(x, y,) A une droite wx + vy +w=0 Jax t yy, +4 d= / / compte. Détermination du travail des forces extérieures - Travail agissant T, (Fig. 52) On découpe les panneaux, délimités i c s q par les lignes d’appui et les fissures, en triangles soumis ond aneau r r en triangles sou! 1e charge répartie uniforme p sur le triangle, mais pouvant différer d'un triangle a l'autre. 1° Ligne. Chaque triangle d’aire A, pivote autour d’un axe d'appui AB et son de gravité G; se PP centre de gravité G; Ona §, = GH, / GH. 522 2 dp(p-4) (P-*) (P-) e(atbte)/2 Le travail agissant vaut alors : T, = LAB ‘qravail résistant Tp - Trav: ‘Le travat résistant ment des aciers paral panneau par rapport aux ax Le travail du mo i sina. = GH bn = GH coset = GH Soit pour le panneau pivotant autour du seul m Ty = GH (sinalL, + Hoos.) Cette formule est & appliquer pour Pour une fissure d’encastrement (située sur une ligne d'appui), un seul coté est & prendre en . ‘eoordonnées de G, valent = xg = G1 t%2+4)/3 yor Oty. t 99/3 Fig.52 “détermniné par le produit des moments résistants m et um respective- Iléles et perpendiculaires & Ox, par langle de rotation «et, du fs de rotation des panneaux situés de chaque cété de la fissure. vent sésistant correspondant aux aciers paralléles & Ox vaut m ¢ Ly et deux panneaux situés de part et dure de la fissure. 6.5.2. Mode d'emploi du Programme « DALLRUPT » NPA, NPF, NPP, NPI, NTR, NEI, MU NPA = nombre de paramétres A (1 4 6), NPE = nombre de points fixes, NPP = nombre de points paramétrés, NPI = nombre de points détermings par des intersections de droites, 523 NTR = nombre de triangles, f NFI = nombre de fissures, MU = rapport de la section: ier d'acier paralléles a Oy sur la section d paralléles a Ox. 2° Ligne. LX, Y® (NPF lignes) I= numéro du poi Fig.54 - Exemple de mécanisme de rupture 6.5.3. Données (Fig.54) 6306 * nombre déléments eo 3) + 4 points fixes lersection de 2 droites, 205 : 12 = numéros des points déterminant Ia 1° 385 13 et 14 = numéros des points déterminant la 2° droite, 480 a étrés 1,1, 22, 13, IA, IB, IG, p paste one 1es) I = numéro du triangle, 600 ipointes i droite 11, 12 et 3 = numéros des points sommets du triangle, 73456 (3 points intersections de droits TA et IB = numéros des points détermi i ele : IG = numéro de pi i ae 6 tri = charge répartie uniforme sur le triangle (kN/m?) 1126126 14.25 _ iatiangee Il, 12, TA, 1B, IC, 1D, 1G ee ' 1 = numéro de la fissure décrite, erc4se* ' 11 et 12 = numéros des points diextrémité de la fissure décrite, i 5946* 1A et IB = numéros des points déterminant Yaxe d'appui (axe de rotati mio 12* , un cété de la fissure, 12623216 “3 fissures = numéros des points déterminant I'axe d'appui (axe de rotati * re caté de la fissure, Bosrae” IG = numéro de point de déformation maximum verticale Sax = 1 ' plage du paramétre A, IP, PI, PM. ' plage du paramatre hy 1es) Plage de variation des paramétres. "plage du paramétre 3 IP = numéro du parametre (< 7) (FIN = 0) I= valeur minimum de la plage (m) PM = valeur maximum de la plage (im) it avant le 8, car 6 <8 et 8 ulilise les coordonnées de 6, = éviter des valeurs limites correspondant exactement aux coordonnées des points fixes éviter des divisions par zéro dans le programme, ; an ipa ‘données dune pr sont a séparer par un ou plusieurs blanes. L’astérisque remplace les valeurs par les ies dela ligne précédente de méme position, = les points doivent étre numérotés dans ‘ordre : points fixes puis points paré Points intersections de droites, Hiececcantd ~ les zéros en fin de ligne peuvent étre omis, aN - awe dee caleuls est proportionnelle a (PAS)S** (PAS = 4, nombre de pas conseillé). Retour en ligne 7 pour un nouveau tour avec une plage de variation réduite, compte tent des résultats donnés par le tour précédent, La somme des nombres totaux de points, de triangles et de fissures ne doit pas dépasser 50. 525 6.5.4. Données sur Vécran ———— Ee al Voulez-Vous que les Resu’ {= sur I'Ecran seul 2+ sur I'Ecran et sur 3- sur I" Imprimante 5 =? 3 1: Nonbre de Poranetres , : Nonbre de Points Fixes , youson # Rapport des Sections d'Acier Ay/Ax. =? 34 23630.6 val idez-Vous les Donnees: Qui=1 , Non=0? 1 _——SSSSSS SS ADALLRUPT S: Numero du Point, : Abscisse, Ordonnee. One e000 Yous les Donnees: Ouis! , Non=0? 1 1: Numero du Point, 2: Abscisse <=0 pour Paronetre Px non nul ), 3: Ordonnee <=0 pour Parametre Py non nul 4: Numero du Parametre Px pour Abscisse (Abscisse=0), ‘3: Numero du Parametre Py pour Ordonnee ¢ Ordonnee=0) Px, Pye? 5051 Px, Py? 60023 jes Bonnees: Oui=1_, Non=0? 1 526 rh + 3 Lignes: val [jene Ligne: Description des Points Intersections'de Droites: 3 Lignes de 5 1: Numero du Point, Meetatieeed 2et 3: Mumeros des Deux Points defini sont 4 et 5: Nuneros des Deux Points de: igsant la 2eme Dro Isene Ligne: Description des Triangles: 6 Lignes de @ valeurs mero du Triangle, 2 MUG Trois tmeros des Pol 5’ et 6: Deux Numeros de Points di 3. Sttumere du Point de Deformee Mt 8: Charge en Kii/n2. des Sonmets, nigsant Axe d’Appui, valeur Haxi=? 3 lUal idez-Uous_les Donnees: Quis! , Non? 1 527 6.5.5. Résultats de DALLRUPT DONNEES 3 Porametres 9 Points 6 Triangles 3 Fissures Mu = 0.60 Memgle 1 de Sommets 1 26 de Pivot (1 2) Meche Mes: Point No 6 Chenge= 14.25 &N/m2 ‘Tangle 2.de Sommets 26 3 de Pivot (23) Feche Maxi: Point No 6 Charge 14.25 kN/m2 ‘remgle 9 de Sommets 3.6 7 de Pivot (2 3) Flache Manx: Point No 6 Chenge 14.25 kN/m2 Tangle 4 de Sommets 7 64 de Pivot 5 8) ache Max: Point No 6 Changes 14.25 kN/ma Trengle 5 de Sommets 9 46 de Pivot 5 8) leche Maxt: Point No 6 Change 14.25 kN/m2 Fissure I de 2 a 6 Pivots: Fissure 2-de 6 a 7 Pivots: Fissure 3 de 6 cr9 Pivots: ‘Lambda variant de 8.100 a 25,000 Lambda? variant de 0.100 «7.900 cambbda variant de 0.100 a 4.900 RESULTATS ‘Moment Maximum Acters parcileles ct Ox: m= 67.567 kNm/m ‘Moment Maximum Aciers parcileles c Oy: Mu.m= 40,540 im /m Pour les Valours Suivantes des Parametres: Aire Totale = 40,000 m2 Charge Totale = $70,000 kN RESULTATS Mersent Menimum Aciers porilelesc Ox: m= 68,057 kNm/m ‘Moment Maximum Acters paraileles Oy: Mu.m= 40.834 kNm/m, Four les Valeuts Suivantes des Parametres Alte Totaie = 40,000 m2 Charge Totale = 670,000 kN RESULTATS ‘Moment Mencimum Aciets parcilleles ct Ox: m= 68.525 kNm/m ‘Moment Maximum Aciers paralleles ct Oy: Mum 41.115 kNm/m Pour les Valours Suivantes des Parametres: Lambda 13,3813 7. DALLE PRECONTRAINTE A CABLES NON-ADHERENTS 7.1, Généralités Cotte méthode de calcul de ferraillage et de ciblage s’applique aux dalles de batiments reposant sur des poteaux, poutres, voiles ou murs. La précontrainte est assurée par des cébles post-tendus disposés dans une direction ou dans es deux directions. Le calcul est mené conformément a l’annexe 9 des Régles BPEL 91 [60] pour la (ou les) direction(s) comportant des cables, et suivant les Régles BAEL 91 [59] pour Ia direction éventuellement sans cables. Les cébles utilisés sont en général des mono-torons ou bi-torons disposés a plat, graissés et enfilés dans des gaines en polyéthyléne haute densité. XC 8) 0.000 ¥¢ B)=-7.433 X¢9)= 4.815 ¥¢9)= 0.000 Aire Tolaile = 40,000 m2 Charge Totale ~ 570,000 kN Remarques 1. Les résultats reproduits ci-dessus représentent les troi: i ee repre les trois premiers tours, Pour 9 tours sue. Tour n® [Moment max Mg (kNm/m) M4 de 4g Bhs 7 aay 7335 a5 13 7.2, Principe de calcul 2 68,06 12,32 497 0,70 Ces dalles sont calculées comme des poutres continues précontraintes par la méthode 3 68,59 13,38 5,46 7,00 «externe » (Voir Chapitre 13 de [45]). Celle-ci consiste a remplacer I’action de la précon- 4 68,53 13,38 5,46 0,85 trainte par: 5 68.54 13,58 sa 2 ~ une charge répartie uniforme p = P/r pour un cable de tracé parabolique de courbure 1 /r é TEES ei i 0,92 ~ une compression uniforme égale a I’effort de précontrainte appliqué. 7 : 1828 = 0,82 Remarque e 68,55 Bai 552 0.91 Pour que l’effort de précontrainte soit entigrement repris par la dalle, il faut que les éléments 68,55 13,31 552 0.92 t une souplesse infinie, ou bien que la dalle soit sur appuis glissants. Dans le 9 68,55 13,31 553 092 cas contraire, une fraction de cet effort passe dans les poteaux. Seule la deuxiéme action de - la précontrainte citée ci-dessus est diminuée, la premiére due la courbure est inchangée, car ni la courbure, ni leffort de traction dans le cable ne sont changés par cet « évanouissement » de la précontrainte dans les éléments verticaux. On peut s"arranger, en choisissant des portées et des efforts de précontrainte adéquats, pour reprendre une partie ou l'ensemble du poids propre de la dalle par I’action de la précon- trainte ; ce qui réduit considérablement les fl&ches dues aux charges permanentes et spécia- lement celles dues au fluage. Pour éviter la répétition d’tm texte, nous renvoyons le lecteur a l'article des Annales ITBTP [58], dans lequel sont exposés Ia méthode théogique, un exemple d’application, le mode d'emploi du programme de calcul « PLBP ». On constate que la valeur définitive du moment e és st obtenue des le 3° tour avec une précision i 0903 ve ee a sts le a La connaissance exacte des coordonnées du polled dalvent Blond ase geibas te importance primordale. One rappllera que les aie 21 convent de verifier aie les résultats obtenus pour le point 6 ne Ie situent pas aux bords ic’ le cas, il conviendrait d’essayer un autre mécanis i ieur de la dal que celui de la figure 51. iene aves n po 7.3. Rappel des dispositions réglementaires - BPEL - Annexe 9 [60] 7.3.1. Domaine d’application Cotte méthode s'applique aux dalles de batiments appuyées sur poteaux, murs avec porte-i-faux éventuels. poutres, voiles ou Les dalles sont disposées ou sur des appuis hoa tivant une trame rectangulaire et réguliére de poteaux (Fi li ig.56). Lorque ces demiers sont des poutres, ils caiveal f suis igi amment rigides et tépondre aux conditions suivantes Poutres & i Brg eames mines en béton armé : 12 . en bé Ss ton précont 21/15 b/h20,25 hj L21/30 Le > pai Portée , b= épaisseur et h = hauteur de la poutre Pong | | i Fig.55 — Plancher-dalle sur poteaux Cette mé s*appli Fig.56 — Plancher-dalle sur poutres ou volles thode s"applique i " . nervures parallaes das gal tux dalles nervurées, qui sont des dalles renforcées par des Les charges d’exploi direction. charges localisées sont doivent étre inférieures a 2,5 fois les charges permanentes, Des 1/10* de la charge maxi ee Pour chaque panneau, leurs valeurs n'excédent pas le sont alors assimilées ides eho” Prise en compte sur le panneau. Les charges localisées det une portée L. Cette conrine®s "patties avec q =2Q/ (dL) pour une longueur de bande pie pation vient du fait qu’une charge totale sur une poutre entraine est répartie uniforméness ase ar = est concentrée a mi-portée que lorsqu’elle 7d; i, i eee, 3.2. Actions et combinaisons d’actions lc Régles BPEL avec les aménagements et simplifications suivantes : @ _Vreffort de précontrainte est pris avec sa valeur probable Pj, = on pourra ne prendre en compte que les combinaisons rares et « pseudo-permanentes » ; Ges demniéres valent g + q’ ou g représente l'action des charges permanentes et q° vaut : q’=0siqs 5 kN/m? q’ = 7 - 5 KN/m? dans le cas contraire. 7.3.3. Calcul des sollicitations Planchers-d méthode suivant la Résistance des Matériaux du chapitre 8 ci -dalles en béton armé avec une portée de calcul snesurée entre axes pour les bandes de dalles de largeur L,, et hauteur de dessus de plancher MMJessus de plancher pour les poteaux. Le calcul est & elfectuer indépendamment dans les deux directions. ‘oiles, murs ou poutres : calcul en portique dans une seule direction. effets de portique et calculer la dalle comme une poutre continue sur appuis simples, si les supports sont normalemet les (cette simplification ne s'appli- {que pas aux bandes de poteaux des planchers- On peut également négliger les effets de la température et du retrait sous réserve que la contrainte moyenne P/S ne dépasse pas 3 MPa (ce qui est trés souvent le cas). + calcul en portique (voi 7.3.4. Effets de la précontrainte On peut considérer 'effet de la précontrainte comme constant Ie long de son tracé, + Action radiale p = P/ r (Fig.57) Le trace peut étre constitué de trois arcs de parabole, ainsi : Pat P/ty=28,P/L P= P/7g=2d5P/ Ly [Py =P] r= 285P/ Ley Fig.57 — Action radiale de la précontrainte Remarques 1. Les longueurs AI, et Bly sont en général comprises entre 0,05 Let 0,10 L.. La condition de courbure minimum du cible sur appui est trés généralement respectée (Fyn = 1 m pour es mono-torons et rng = 2.m dans le cas contraire). En effet, on a les relations (Fig.57) : (ue eee = 3, a t8, ~ Tqytly2* L Posons = 6, + 6 = t- 2d’ (d’ = distance minimum du centre de gravité du cable a | = Min [d, + d/ 10; od} a dela dali), Onn trer= 1 1 / Chat la of ingore bande penal dd Fie59) vee Avec La = 0,05 L, on obtient rin = 0,05 L? / (4 8) ip largeur du poteau dans larger Bande Exemple : L= 6m, h=0,20m yd" = 0,03 m, d’oi p= épaisseur de la dalle 5 = 0,14 m et rnin = 0,05 x 36 / (4 x 0,14) = 3,21 m>> 1m d,-bt3h G= charges permanentes Q = charges variables d,(G+4Q a= “d(G+Q) 5 du chapitre 2. C’est pourquoi, la travée de portée L : dirigée vers le haut, done négative, avec d= h- 2d’ eta” = 0,03 m pour des mono-torons, Les différences obtenues par rapport au calcul avec trois charges réparties par travée faible et peut se justifier par une redistribution des moments (voir (58). On est ramené ainsi a des cas de charge plus commodes a calculer. D’autre part, effort axial se traduit par une contrainte constante sur la section :¢ = En tout point situé a la cote y par rapport a l'axe de la dalle situé a mi-hauteur, la con vaut : Fig.58 - Planchers-dalles Bandes a’appuis Bandos PUM |. . nice © = g +P oll Set I sont les aire et moment d’inertie bruts. 7.3.5. Vérification globale en ELS classe III, é la contrainte de traction section d’acier nécessaire en ELU est nulle. te maximum de compression du béton, rarement atteinte, est compression = P/ S 6M] (6 #2) < 0,6 f,. En cours d'exécution, la traction maximum avant mise en tension des cdbles, ne doit pas dépasser Swaction 2 1,5,f5- 7.3.6. Vérification globale en ELU on admet une surtension forfaitaire de 100 MPa pour les aciers de Avec les J) Nu et My OM, N, et M, représentent les solliitations de la bande générale. is aniston ds précontrainte seules prises en compte sont celles situées dans la largeur d. A défaut de justific: précontrainte de s i Le calcul est effectué en flexion composée de béion armé avec un effort de précontrainte P+100A,. : 7.3.8. Vérification de Veffort tranchant en ELU d’effort tranchant : lement Tsay = 145 Verein! 1S 0,09 fers / Yo ~ sila pidce est bétonnée en une seule phase dans toute son épaisseut. 7.3.7. Vérification locale en ELU Pour les planchers-dalles, et les planchers-champignons qui sont des planchers- s avee tetombées au droit des poteaux, on doit vérifier les bandes d'appui de largeur (Fig.58): Vesan est Veffort tranchant qui tient compte de la composante verticale éventuelle précontrainte au droit ou du poteau avec un décalage égal ah /2. 7.3.9. Dispositions constructives Enrobage Leenrobage est supérieur ou égal & 20 mm et la plus grande dimension des cables jon transversale uniforme des cables dans une direction, pour les dalles sur pou s paralléles (Fig.60-a), is dans deux directions et ferraillage passif ie centrale pour les planchers-dalles (Fig.60-d), ~ distribution concentrée des cables sur appuis et répartie en travée dans deux directions pour les planchers-dalles (Fig.60-c), = distribution répartie des cables dans deux directions pour les planchers-dalles (Fig.60-). Remarque Pour des cdblages concentrés dans une direction, sans cible dans l'autre (Fig.60-b), on disposera des aciers passifs dans cette derniére direction pour transmettre les charges sur les bandes d’appui constituées par les zones oi} sont concentrées les cables, 60-4), le rectangle de dalle sans cable doit tre calculé en flexion composée et ferraillé comme une dalle encastrée sur ses quatre cOtéS, en disposant des armatures passives en travée et sur appuis. Ces demniers sont représentés par les zones de dalle oii sont concentrés les cables. préfabriqués. On peut citer I'extension de I’aé- Zaventem (Br 3) of 104 000 m? de planchers précontraints pat des torons gainés graissés furent construits pat Freyssinet. Références Voir (71] a [76]. Tt fe e) f) Fig.60 — Types de tracés en plan de cables de planchers sur voiles « a oer ou poutres et de planchers-dalles la portée de rive qui vaut ./Q75 fois la portée cent a3/isy? la méme valeur de précontrainte nécessaire dans toutes les travées , done la fléche minimum et un cablage filant. = 0,26 m 7.4, Exemple 7.4.1. Données (Fig.61) ® ® i = >= = 963 kN = 0,963 MN 7.4.4, Cables ior i a de fry: Sp = 1.300 MPa. ons a priori une contrainte finale apré pertes de 70 ¥ de org: Op = Fe ction acier A, est donnée par Ay = P/ 6, = 0,963 x 108/t = 740 mm’, Nous choisirons 5 T15 S par métre de fargeur, oit A, = 750 mm?, 7.4.5. Caleul des pertes + Variation d’angle en travée de rive (Fig.62) = ot, +2 0 avec 04 =2,5d/Leto,=d/0,3L Soit une dalle sur poutres paralléles, dont les charges permanentes autres que le poids Tecevant une charge d’exploitation q de 2,5 kN/m?, constituée d' fers = 30 MPa et armée d'aciers passifs de limi précontrainte est assurée par des mono-torons és TIS S de classe 1860 TBR: section = 150 mmr, fy, = 1860 MPa, relaxation a 1 000 heures = 2,5 %. Remarques 1. La résistance fs = 30 MPa a été choisie pour permettre une mise en tension et un décof frage plus rapide. 2. Ona toujours intérét & prendre le toron de plus grande section (T15 $), résistance (classe 1860) et de trés basse relaxation (TBR). 7.4.2, Epaisseur \ poriée. Retenons h = 0,32 m, d’oi la valeur des charges permanentes g = 0,32 x 25 N/m? + 0,9 = 8,9 kN/m?. 7.4.3. Effort de précontrainte P Nous souhaitons limiter au maximum les déformations de la dalle, Pour cela, nous équili- brerons les charges permanentes g par I'action radiale p de la précontrainte, Pour une travée intermédiaire, effort de précontrainte est donné par [58] pL? gi? Fut une travée de rive, l'amplitude de variation du cable a mi-portée (Fig,62) est pew différente de 0,75 5 : = PL? ? = 80755) Fig.63 ~ Travée intermédiaire a 6 ee Wangle en travée intermédiaire (Fig.63) = 4 04 avec 03 =48/L Warlath . . ; avait dangle & mi-longueur, qui permettra de connaitre Ja valeur moyenne de Zor = Oy +2 Gy + 4.03 = 9,2 x 0,26 / 13 + 16 x 0,26 / 15 = 0,461 radian + Perte par frottement (Art. t annexe 3 du BPEL) Bor 0,8 forg (F. + x) = 1488 x (0,05 x 0,461 rd + 0,001 X28 m) = 76 MPa CAE Opp * 08 Jog * 018 1860 = 1488 MPa, contrainte sous vérin lors de la mise en tension, 2s - gid ut ‘i : Dente par non-simultanéité de mise en tension des torons et raccourcissement lastique AG, = 0,5 Ep Opes / Ey avec E, = 190 000 MPa pour les torons (BPEL, art.2. je = contrainte moyenne du i Comme nous avons ch cette contrainte est constante, qu Fo18= Oye] S = 1488 x 750 E,, = module d’ Young du béton le jour de la mise en tension, | istance d’au moins 23 MPa (1 10 jours pour un eion de 30 MPa de résistance fo, (d'apré E,, = 11 000 3/f,,= 11 000 3/23 = 31 282 MPa, d’od a AG, = 0,5 x 190.000 x 3,49 / 31 282 ~ 10,6 MPa Remarque Ce délai peut étre réduit en augmentant Ia résistan éton je i de ci Ce lel pe eaangmantant in résistance du béton jeune par emploi de ciment cul ‘ordre de 5 7 min, nous prendrons we peut étre détermi : /gE,/p, avec py perte due au frottement par unité de enue an p= 76 MPa/ 28m = 2,71 MPa/m , d’ou A = /0,006 x 190 000 /2,71 = 20,50 m, Soit avant la mi-longueur de la poutre. La valeur moyenne, aprés pertes de fi ‘ancrage, vaut : 1 488 - (1 376,7 + 1336 +2x1 432,4) | 4 = 1488 - 1394,4 = 93,6 MPa Fig. 63bIs — Contraintegyies aciers de précontrainte Pertes instantanées totales : Aa; = 93,6 + 10,6 = 104,2 MPa .Pertes dues au retrait : , = 2 x 10 pour toute région frangaise, sauf le quart Sud-Est AG, = & Ep = 2 x 10% x 190 000 = 38 MPa Pertes dues au fluage : Agy = 2,5 6p Ep / Ey avec 5)~P/S qui vaut 6, = 0,963 / 0,32 = 3 MPa Ey = 11 000 3/30 = 34 180 MPa op" 25x3x 190 000 / 34 180 = 41,7 MPa des aciers. Pour les aciers de classe TBR, on a: «Pertes dues a la relaxati Ho 7 0:43 €t Pio. = 2,5, d’ot 183p = 0,06 Proan (Opi fg ~ Ho) 8 aveC Opi ~ Too - AO, = 1 488 - 104,2 = 1 383,8 MPa ‘AG, = 6,06 x 2,5 (1 383,8 / 1860 - 0,43) 1 383,8 = 65,2 MPa «Pertes totales différées : Ao, = 5/6 Ao, + Ao, + Adg= 5/6X 65,2 + 38 + 41,7 = 134,0 MPa +Pertes totales : Ao, = Ao; + Ao, = 104,2 + 134,0 = 238,2 MPa «Contrainte finale : 6, = Spo. + Ao, = 1 488 - 238,2 = 1249,8 MPa au lieu de 1 300 MPa pris en premigre approximation, Ce féger manque de précontrainte se traduira par une com- un peu inféricure a 100 % de la charge permanente, Nous conserverons néan- valeur au lieu de modifier I’écartement des torons qui est de 200 mm. , lefort final de précontrainte vaut : x 1249,8 = 0,937 MN 7.4.6. Sollicitations et contraintes Les charges permanentes valent g = 8,9 kN/m?. Laction de la précontrainte se traduit ‘par une charge répartie négative p = - 8P5/L? = - 8 x 937 x 0,26 / 15? = - 8,66 kN/m? en travée interm: et par la méme valeur en Jue nous avons choisi sa longueur en conséquence. charge permanente est compensée a 8,66 / 8,9 = 0,97, soit 97 % . La charge d’expl ion est inférieure 4 5 kN/m?, on aura donc une combinaison quasi permanente avec q’ = 0 et une combinaison rare avec q = 2,5 KN/m?. Les moments sur appuis sont calculés avec la méthode des trois moments (3 équations & trois inconnues) ou avec le programme « POCO ». Les flaches sont calculées en résistance des matériaux (sections supposées non fissurées en. ELS) avec un module d’ Young de 34 180 MPa pour les charges variables et le tiers de cette valeur pour les charges permanentes et la précont Travée 7 Moments en kNm : Fléches en mm Cas | (abso. | Appui2 | M-tavée 0.4L) Charge p Ano, 4 | -106,3 173,3 | -78,4 156,8 45,6 0,0 34,2 0,0 Charge g FMT | 2 109.2 |-178,2 806 |-161,2 -47,1 00 | -35,2 0,0 Charge q MI, _{I]},__, | 3 43,3 -18,5 — 20,5 22,6 -76 00 62 00 Chargeq (mm) | 4 | -127 | -31,6 43,2 | -226 32 00 | -95 00 Charge q [INEM gm | 5 23,3 | -56,1 30,9 | -226 -38 00 | -58 00 Chargeq fm, | 6 24 61 -83 | -226 -08 0.0 25 0.0. Chargeq MI gm | 7 39,3 | -283 -74 14.2 -66 0,0 24 0.0 Chargeq {ITM | 8 -87 | -21,7 29,7 | -59,4 22 00 | -54 0,0 e 542 een Beles eee Mitravée | Appui 3 ‘Moment maximum ELS cas | 14243 | 14208 | i+2e4 | 1eDs7 moment kNm | 46,2 12 45,4 98 leche mm | -9,4 00 | -105 00 ‘Moment minimum ELS cas | 14204 | 14245 | 14243 | 14208 moment km| -98 | -610 | -183 | -638 figche mm 17 0.0 52 0,0 ‘Moment maxi ELU cas | 14243 | tO+6 | t+2e4 | tea coetticient 451,3511,5 | 151,35;1,5] 1;1,36:1,8] 151,5;1,5, moment kNm | 108,1 43 95,2 | -395 ‘Moment mini ELU cas | 14244 coefficient 1115 moment kNm | -16,1 Contrainte ELS = P/S + 6 M/h? fibre supérieure maxi] MPa | 5,64 | -0,65 5,69 3,50 mini | MPa] 2,36 3,00 1,86 | -0,81 fibre inférieure maxi | MPa | 3,50 2,86 4,00 6,67 mini | MPa} 0,22 6,50 0.27 2,35 Lors de la mise en tension, la résistance caractéristique de traction du béton vaut : Sy = 0,06 X 23 + 0,6 = 1,98 MPa On vérifie bien : pmax = 6,67 MPa < 0,6 fy = 13,8 MPa OK Simin = ~ 0,81 MPa > ~ 1,5 fy =~ 1,5 X 1,98 = - 2,97 MPa La vérification de la contrainte de traction avant mise en tension n'est pas nécessaire, du fait que I’on ne décoffre pas avant cette mise en tension. Les fléches extrémes sont 10,5 mm vers le bas et de 5,2. mm vers le haut. L’amplitude de variation maximum de fiéche est de 15,7 mm , soit prés de un pour mille (1/ 955) de la porfée de 15 m et de 10,8 mm pour 13 m, 1/1 203 de la portée de 13 m. Résultats tout & fait remarquables pour une dalle de cette épaisseur en portée de 15 m. Nous les déterminerons comme égales au quart de Ia spction d’acier longitudinal qui serait Travée 1 : ¢ au quar Calcul des aciers (abso. | Appui2 |Mitravée 2] Appuig nécessaire en ELU, en I'absence de précontrainte, — a ELU Travée 1 | Appui2 | Mi-travée 2] Appui 3 (Acier ELU bites moment / acier tendu o a0 M, = M+ P\b/2—a!) (+) mae mim | Su mao 2288 2] M, max en val. abs. hors préc. kNm| 106.1 | 151,4 95,2 93,5 Hy = My/(@? oy,) < 0,39 0,166 0,198 0,159 0,157 = My? oy,) < 0,39 0.074 | 0,106 0,067 0,065 2-05 (1+ M121) m | 0263 | 0,258 | 0265 | 0265 705d (1+ /1—2u) 0279 | 0,274 | 0280 | 0280 A= (Mi /2 =P) 1 Oy om? | ~252 198_| -359 | -287 Ag= M1 (2 Osu) om? |} 375 | 12,72 | 7,82 7,68 ae AH Add om?) 219 | 318 | 196 | 1,92 moment / acier tendu ee ae ? kum} 168,0 1028 167.2 1658 soit diametre mm] HAB | HAIO | Has HAB ‘i 4 ; i : i mm | 220 240 250 250 B=M,/(d?2)<3MPa MPa) 2,00 217 1,99 2,21 espacement Z=d(0,856+0,/3 800-B/38) | m | 0,249 0,248 0,249 0,248 En Gum é resume As= (M,/z -P)/o, cm? | — 12,22 -9,29 - 12,38 8,73 J a = 6 Pr esert 1 - La précontrainte est réalisée au moyen de torons gainés graissés T15 Super, espacés de ie if 0,20 m. ‘ i fees eter om?’ “00 18 0,00 0.09 2- Les armatures passives longitudinales sont réduites & des chapeaux sur le premier appui 2 intermédiaire : HA 8 espacés de 0,25 m. ; ie Soit par metre + _|Ha8 s = 250] 3 Les armatures transversales filantes sont en HA 8 , espacées de 0,25 m, a l'exception de la premiére travée avec un espacement de 0,22 m et du premier appui intermédiaire : HA 10 espacés de 0,24 m. 4 - La variation de fléche ne dépasse pas 15,7 mm et 1/955° de la plus grande portée. En valeur absolue, la fleche ne dépasse pas 10,5 mm. soit 1/1428° de la portée. On remarquera que le gain de hauteur de ce type de Sn wee lortitere du BPEL(annexe 9, a. 42) do 100 MPa, sot P= P+ 100 Ap = 0,897 + 100: }2 MN = 1012 KN, D'autre part = 0,82 met a= 0,03 m. VCC Opy = 0,85 fing / 1,5 = 17 MPa m= fe] 1,15 =500 le par rapport 4 une daile en béton 4,8 MPa en ELU 2 ©,= 110 ./fing = 110'./1,6 2,4 = 215,6 MPa en ELS. ~ armé qui aurait une épaisseur de l'ordre de 0,45 m A 0,50 m, répété sur un nombre important On constate que I ‘inte minimum de - 0,81 MPa est supérieure a - 0,5 fy= -0,99 d’étages peut conduire, pour une méme hauteur totale de batiment, a disposer d'un étage ainsi nous sommes autorisés de ne pas mettre d’armatures de traction dans les zones tendues sauf si elles sont exigées en ELU. Nous ne disposerons d’acier qu’au droit du premier appui intermédiaire : HA8 , espacés dé 250 mm. supplémentaire, 7.4.7. Armatures transversales i sont a calculer suivant les régles isées et pour une dalle portant dans une seule direction, pré 'acier transversal d’au moins le quart de celle des aciers principaux. Cette régle est difficile d’application en l'absence G'aciers principaux. Cependant, il est nécessaire d’avoir un minimum @’armatures transver- falement pour reprendre des moments transversaux dus 4 des chargements autres quuni- formes sur l'ensemble de la largeur de la dalle. De plus, ces armatures limitent les consé= quences du retrait, 545 544, Dalles précontraintes par torons non-adhérents 7 = Verification globale pour la largeur totale b, de la dalle Calcul en fiexion composée de béton armé avec = L= portée de la dalle M = moment de caloul ELS TT ee eae Me aM) eee creas h = épaisseur de la dalle M- t de calcul - ‘un moment My = Mp + (1,35 0 1,0) M'g + (1) . A 9 = charge répartie permanente at ela onarped' panera Bear ee "méthode de calcul Gu moment M; par fapport aux aciers tendus : INotations —|q = charge d'exploitation " ddl aux charges d'exploitation, My = M, + P* (0,5 h - 0,03 m) 008 ‘Ap = section d'acier de précontrainte | Mp =" da & la précontrainte 4g [HEM f(s 4 6p) avec opy = 0,85 fy/ 1,5 8td = h 0,08 m Ks = section dracier passif éventuel Mi, =“ dO aux ch. pseudo- Z=0,5d (1+ /1 2p) etAg= (My/Z- P!) / gy AVEC Ogy = fo | 1,15 = effort de précontrainte = z ee ce TP Spal permanentes: 2— Vérification locale des bandes d’appui des planchers-dalles « Beton : foag = 25 ou 30 MPa en général . bp = largeur du poteau dans le sens de la largeur de la bande étudiée Acier passif HA: f, = 500 MPa ‘dp = largeur de la bande générale (de demi-distance entre poteaux a demi- - Acier de précontrainte en torons graissés gainés : istance entre poteaux) 113 = 93 mm? ; T13 S = 100 mm*; T15 = 139 mm?; T15 S = 150 mm2 = Matériaux ; mm +dy=bp+3h = 1860 MPa ; 1000 = 2,5 % (TBR) and, +4q)/dp/ (+9) -'Pertes de précontrainte Aa, (valeur approchée) : “id, = Mind, + o,f 10 ; od) de 0,16 fog POUT Lota = 40 TM & 0,26 fry POUT Lot = 100 m P= effort de précontrainte de a bande de largeur de - Précontrainte finale = (0,8 fry - Ada) Ap "My = moment de calcul de la bande de largeur d, - Epaisseur dalle h ‘Mi, = cM, = moment de calcul de la bande d’appui de largeur d, [Dimensions | travée isolée = L/ 30 ; travée de rive = L/ 40 ; travée interméd. = L/ 50 . P', = effort normal centré de caloul = (P+ 100A,) d,/dy - Enrobage : 20 mm au nu ; 30 mm a l'axe du cable Verification en flexion composée de béton armé avec M'y et P'y ‘Ares de parabole : 7 — Toutes les zones tendues en ELS et en ELU (saut sic, 2- 0,5f/en ELS - - travée de rive, point bas 40,4 L et si acier d’ELU nul) (eee abia - point de changement de courbure & 0,05 L de l'appui ‘Ag 2 0,003 Ay; avec Ayy = section de béton tendu en ELS de la section droite + amplitude de variation du tracé du cable ; § = h - 0,06 m lag ers | SUpposée fissurée (meme si op <- 1,5 ) rayon de courbure minimum r = 0,0125 L?/ > 1m Imini aciers | espacement maximum des aciers = 250 mm - pseudo-permanentes : g’ = g + Max(0 ; q— 5 kN/m?] dinaux 7 Si ion dans chi direction, de part et d’autre du - dexploitation : q< 2,5 g 2~ Zone d'appui de dimension dans chaque direction, de p [Charges |” gue a la précontrainie :p = 8 P 8/ L2 (en travée intermédlare) poteau, égale a celle du poteau augmentée du 1/10® de la portée adjacente etp = 6 P5/L? (en travée de rive) SAVE OOD, —— 5 =i lore. Condition : pas de traction du béton sur face o6t6 cable sous charges 1- ete fing nein | feftort tranchantst manentes 4y™ 1,5 Ved! (dp h) < 0,09 y tal icontrait Soitu= inte da é it a = effort tranchant diminué des charges transmises directement mainte | Sot pe moment a cearhve 40.4 une précontrainte unité (Mp =P) Le rort fe et de la compbsante verticale de l'effort de précontrainte) ips. My # tranchant Sureppul: P2-Mig/ Gri 6 +H) 2—Planchers-dalles, pas d’aciers d'effort tranchant si : SiT'on veut compenser une fraction 7 (< 1 ou = 1 ) des charges permanen- iy 7 1,5 Vega | (UA) $ 0,09 fej/ tes pour une travée de portée L, on pendra une précontrainte égale & : avec u = perimétre & distance 0,5 h du contour du poteau P 0,125 yg L?/ 8 pour une travée interméciaire P = 0,1667 yg L*/ 5 pour une travée de rive oe Ee EoMpii SBM TNs, Application numérique e Gp=P/S46M,/h?+6 h?+ 6M, /h?<0,6f, Dalle sur poutres paralléles, 6 travées de 10 m, f Slop 2- 0,5 fy: pas adie possi ig! i = 2,5 kNim®, avec compensation des charges permanentes en travée intermédiaire foo, = 30 MPa, fj = 20 MPa a 6 jours (aétension gt décoffrage) (cf. Projet BA, p.12) Icontraintes |2~ Sie <-1,5 , f, = 500 MPa, fy, = 1860 MPa, T15 S = 150 mm = ELS. ™°® | Calcul en tlexion’composée de béton armé en section fissurée (voir Projet Epaisseur h =F '40 = 0,25 m, g’= 0,03 m, 5= 0,19 m, Fin = 6,58™m > 1m OK de Béton Armé, p.26) avec : g = 6,25 kN/m?, g’ = 6,25 kN/m’ - effort normal centré : P = moment = My + Mf ) + en fissuration préjudiciable done gy = 202 MPa pour f, = 400 MPa et oy, = 216 MPa pour f, = 500 MPa d'oU Ia section c’acier passif minimum nécessaire A, en ELS ¥ 547 546 8. PLANCHER-DALLE 125 g L2/ 0,19 = 411,2 KN MPa. A, = 411,2/1 195 x 10° = 322,3 mm?, T1 14m , soit T15S, 8 = 0,40 m 0) 102 0.469 MN (sutension ELU forfatare 100 MPa) 8.1. Définition und [vase | pu? | waves ve] waves : i eavpares charges) C) Sar sane eae] aE Un plancher dalle est un plancher & sous-face horizontal, sans aucune pam pour es k(eavinpies charg) sors} 1991] 2190 2600 poutres et s’appuyant directement sur les poteaiy: aye a lanchers-champignons. ‘demiers en forme de chapiteaux ; ils sont alors dénommeés p) we] oe] anza| 1000 or ement disper dine ret0 so tat féaistance a la flexion et & effort tranchant (Fig. 64) rr Teai0 Tae ww 08 88 st sai7 035 tin 258 ~1828 wim | aor] -1920 -962 Mase 4181 (6) kam 2aga] -1422 962 ies win | seo} 1290 2ar Mes wn | 77] 99.97 ~1676 Mevumne aim 66.10] -s507 1498 Memin sam | 97] 8260 -2508 tome wea | 298] abe oc a, wea] on} ous 46 rise hat) wea] 525] 04s ise] ay Sexson haut wea | 238] -208 0 y cx.snec (ones) wea 105] sae a1] 298 ceusein nba) wre | -195] 296 to] -000 aes ‘eis (nha) oF 0.00 0.06 0.00 0.00 Fig.64 — Poteau de plancher-dal em eee adnan avee champigron erfobée ale umn (00 BU) wa | sas} o4e to] 348 ‘ vena (nba) wea | -195] 204 14} -098 Minn haut) MPa 2as| -208} -0,15 0.09 oe 8.2, Calcul on (en bas) wea tos} saa| sss] sar] ame Fens Oa 30] ane | aso] a0] a0 Une méthode de calcul de ce type de plancher est donnée en annexe B4 des Régles (ont 58) A ‘ a ; ve a ea — i Ells oon dl consider un fonetionnement en Portique, dans les deux directions indépen Aeew(@nd0s) cmt | 260] ogo] 000] 00] gn Cama Se chaque nvens a tue deux plans parallles vertcaux & ta ie a sea lmaoo iene |femanenl ion étudige et situés a mi-distance des axes de poteaux représentent les traverses dui por- ont 209 0.00 0.00 0.00] oc tique. : ‘cbt aiatiauee ™ was Les poteaux de la file étudiée représentent les membrures verticales du porta om 20 aes as 8.2.1. Conditions =. i 170 (Pour es cooicios ky, Kp ot g vr chaplne an (2earescoticani ky. Ka etka vor chapne 2, a7, aoa 8 (7g = O car acer nulen ELU ot op > ~0,5 fy = - 0,9 MPa (-~0,15 ; 0,06 et 0,63 sont > ~ 0,9 MPa) e Certaines conditions de régularité de la structure sont exigées pour pouvoir faire cette rans- position (Fig.65) : 549 8.2.3. Détermination des portiques. Méthode générale imi i és ées A une file de poteaux délimite les portiques par des bandes générales de dalles rattachées te 666 par exemple des bandes générales portant dans la direction Ox). Fig.65 - Domaine a'application ~ la maille est réguliére, ~ des éléments porteurs filants peuvent exister en rive seulement, ~ des porte-a-faux sont autorisé Ye OCU ~ tous les poteaux intérieurs sont identiques, ~ les poteaux de rive ont une section au moins égale a la moitié de celle des poteaux inté- tieurs, = la partie de chapiteau éventuel retenue est celle qui est située dans un céne & 45° & partir de sa base la plus petite, la dimension horizontale maximum d’un chapiteau ne doit dépasser 40 % de la portée de la dalle dans la méme direction, ~ le rapport des portées L, et L, dans deux directions perpendiculaires, doit étre compris entre 0,5 et 2, ~ le rapport des cétés a et b des poteaux, doit étre compris entre 0,5 et 2, ~ un c6té de poteau ne doit dépasser 20 % de la portée dans la méme direction. I2SL,S2L,; b/2 2L,), oi la limite est portée 4 0,3 L, Fig.67 — Bandes d'appul et bandes centrales 2 8.3.4. Répartition des moments globaux et des aciers moments calculés pour une bande générale, de Targeur (Ly + Ly .1) /2, sont a répartir iva le bvies 0° 8 PEE bandes en travée pour ten compe de ides charges vers les poteaux par les parties de dalles les moins déformables (On considére une rive comme supportée, lorsqu’elle repose sur un mur, un voile ou sur une poutig dont la hauteur totale est dau moins deux fois I'épaisseur de la dalle, La séparttion ddes armatures découle de la répartition des moments. Elle est uniforme dans chaque bande. Le pourcentage minimum des aciers tendus est de 0,1 %. Toutes les dispositions d ci-dessuss’appliquent dans les deux directions. Pour les rives en porte-a-faux, la répa ‘des moments entre bandes de rives et bandes de poteaux, est effectuée conformément aux dispositions de la figure 69. [axe Panneau gs ors 4 | derive leoBeri tore 0 E s | qe 3 = Fllae 4 424 | intermédiaire z & [fax : i cae Panneau aso 4 derive ‘eRire supportbe Fig.69 - Rives en porte-a-faux — Répartition des moments 8.3.5. Vérification a Veffort tranchant 8.4, Exemple On procéde une vérification de l'effort tranchant au droit des poteaux et dans les directions. On admet de prendre la moitié de nu du poteau suivant la coupe IL vaut : V=0,5p (Ly/ 2-4/2) Ly [2+ Ly! 2) 8.4.1. Données Plancher-dalle d'un immeuble de bureaux représenté sur la figure 71. Charges d’exploitation g = 2,5 kN/m?. ; Epais:pur = L/ 22 pour une dalle recevant des revétements fragiles (L/30 dans le cas con- traire), (Art. B.4.8.5). soit 5,4 / 22 = 0,245 m. Nous retiendrons h = 0,25 m. Poids des revétements, chapes et cloisons légéres = 1,5 kN/m?, Baton : fig = 25 MPa et acier : f, = 500 MPa (HA ou TS). fort tranchant dans chaque direction. Ainsi, , effort tranchant, pour une charge 8.4.2. Vérification des conditions On vérifie que toutes les conditions du tableau ci-dessus (voir § 8.3.5) sont bien remplies. 8.4.3. Calcul des moments pour les bandes paralléles dOx (Fig.72) Charges : g = 24,5 kN/m? x 0,25 m + 1,50 kN/m? = 7,62 KN/m? q= 2,5 kN/m? pu 135g + 1,5q = 14,04 kN/m? Fig.70 — Calcul de I'effort tra Les Régles BAEL majorent Iégérement cette valeur, du fait du caractére approché la méthode, en ajoutant la Iongueur 6 a Vintérieur de la demiére parenthése pour don- ner : Vi ou = Ly - @ (Ly: + Lyy + 26)/ 8 La Vérification est réalisée si V",, $ 0,05 fiz, (b + fh) d/ ¥p en supposant un épanouissement a 45° de la largeur b du poteau. ‘On procade de méme pour le sens Oy. PLANCHER-DALLE. Conditions d’emplol de la méthode simplifiée pas de poteaux manquants dans la maille rectangulaire, constante, urs tous identiques, © — poteaux e de section au moins égale a la moitié de celle des poteaux intérieurs, = poteaux d'angle de section au moins égale au quart de celle des poteaux intérieurs, ~ la structure est contreventée par rs, — au minimum 2 travées dans chaque direction, iarges d’exploitation inférieures aux deux-tiers des charges permanentes) — portées entre axes des poteaux, 8 — apport de 2 travées consécutives compris entre 0,5 et 2 = ~ calcul en poutres continues, sans tenir compte des poteaux, a t ts ae Fe ferrai poteaux de rive pour reprendre 0,2 Mo sib < 2h, 0,4 M, dans le cas con- Fig.71 - Exemple de plancher-dalle ~ porte-&-faux autoris L’encastrement de la troisiéme travée dans l'appui 3 est faible car la dalle située a droite de — 6léments porteurs filants en rive autorisés. cet appui est une dalle portant dans deux directions et son ferraillage de chapeau sera réduit. 555 Fig.72 — Trois travées Le moment sur appui de ive doit étre au moins égal & 0,20 M,, puisque Ia lageur d’appuj de 0,20 m est inférieure a 2 A = 0,50 m. Moment sur appui 1 (méthode de Caquot) : 5,4°p, + (0,8 x 5,4) 3p, M, = —E5Ga408K5,4) =~ (1906p, + 0,976p,) et 2 est obtenu avec p, = pz = p, Sur les deux travées, = ~ (1,906 + 0,976) x 14,04 = - 40,46 kNm/m ‘Moment en travée : Le moment isostatique vaut M, = py L? / 8 = 14,04 x 5,4?/8 = 51,18 kNm/m. M, =0,5 p; x(L-x) +M,x/L Mg = 0,5 p Mjx/L+ (1 -x/L) My Le moment maximum en travée 1 est obtenu avec p; = 14,04 kN/m? et p» = 1,35 x 7,62 = 10,28 kN/m? Le moment sur appui 1 vaut alors : M, = - (1,906 x 14,04 + 0,976 x 10,28) = - 36,79 kNm/m. 14,04 x (5,4 - x) / 2 - 36,79 x/ 5,4 = 31,09 x - 7,02 2 ‘annule pour x = 2,215 m 43 kNm/m moment maximum vaut /8+ (M, + M,)/2 (1,906 x 10,28 + 0,976 x 14,04) = - 33,30 kNmj/m ’0l Memax™ Mo + My = 17,88 kNm/m Les abscisses x, et x, des points de moments nuls sont donnés par (Fig.73) : Fig.73 —Abscisses des points de moments nuls: tive du point de moment maximum : x, = 0,5 + (Mj -M,)/ (8 M,) ~4,) (4M, x, + M,) +x, My ~~ /Mmaxl (4M,) ~ A22Fo + {Marl (4M) ‘AppuiO | Travée 1 | Appul2 | Travée® Cas 1 % p (kNim?) 14,04 14,04 M(kNmjm)| - 10,24 ~ 40,48 Xo 0,4262 Mmax (kNm/m) 26,94 x 0,0634 (m) (0,34) Xp 0,7890 (mn) (4,26) Cas 2 p (kNim?) 14,04 10,28 M(kNm/m)} 0,00 = 36,79 Xo 0.4101 0,5000 Myrax (kNm/m) 34,43 0,68 Xy 0,0000 0,4326 (m) (0,00) (2,34) Xe 0,8203 0.5674 (m) (4,43) (3,06) Cas3 . p (KN/m?) 10,28 14,04 M(kNm/m)} 0,00 - 33,29 Xo Mypax (KNe/m) xy (m) . Xe (m) X, 7) 034 234 fae (rm) 1.20 2,94 Largeurs des bandes et répartition des moments (d'aprés Fig.68) Les largeurs des bandes valent (Fig.74) : 557 Lye 15 0,56 + h) = 1,5 (0.6/2 + 0,25) = Jya= I, 5 (04 ),25) = 0,825 m < 0,25 L, = 1,25m OK Lys +1, [10 = 0829 + 04 © 1.365 m > 0.25 1, ~ 1.28, done L =1,25m les travées 1 et 3 et L’y, = 1,365 m < 5,5 / 4 = 1,375 m’pour la travée 2. * bande centrale 4 | 65. 308 Fig.74 — Largeurs des panneaux et bandes- Larépartition des moments globaux calculés ci-dessus s'effectue Ja figure 68 et sont indiqués sur Ia figure 75 d’aprés les calculs ci-aprés. Moment en Nm /m Fig.75 - Moments en kNerym Appui 0: ~ pannéitu de rive : Miya = - 10,24 kNm/m x 5,20 m = - 53,24 kNm a ré 0,3 en bande de rive 15,97kNm> sur 1,025m, soi 0,4 en bande centrale : 21,30kNm> sur 3,350m, soit 0,3. endemi-bande d’appui : 15,97 kNm 2: Muga = ~ 10,24 kNm/m x 5,50 m = 56,32 kNm a répartir en 0,3 endemi-bande d'appui : 16,90 kNm, soit au total sur appui 15,97 + 16,90 = 32,87 kNm sur 1,65 m, soit 19,92 kNm/m_ 0,4 enbande centrale: -22,53KNm sur 3,850m, soit 5,85 kNm/m Valeurs symétriques pour le reste. Travée 1 : ~ panneau de tive : Myyai = 34,43 kNm/m x 5,20 m = 179,04 kNm a répartir en 0,3 en bande de rive : 53,71kNm sur 1,45m, soit 37,04kNm/m le: 71,61kNm sur 250m, soit 28,65 kNm/m 0,3 endemi-bande d’appui: 53,71 kNm ~ panneau intermédiaite : Mii = 34,43 kMm/m x 5,50 m = 189,36 kNm a répartir en 0,3. endemi-bande d’appui: 56,81 kNm, soit au total sur appui 53,71 + 56,81 = 110,52 kNm sur 2,615 m, soi 0,4 en bande centrale : 75,75 kNm sur 2,770m, soit YValeurs symétriques pour le reste. 42,26 kNmjm_ 27,35 kNmjm_ Appui l: = panneau de rive : M, = ~ 40,46 kNm/m x 5,20 m = - 210,34 kNm a répartir en 0,38 en bande de ri 79,95 kNm sur 1,025 m, soit 78,00kNm/m 0,24 en bande centrale : 50,49kNm sur 3,350m, soit 15,07 kNm/m 0,38 en demi-bande d’appui : 79,95 kNm ~ panneau intermédiaire : Mjyay = ~ 40,46 kNm/m x 5,50 m = - 222,53 kNm a répartir en 0,38 en demi-bande d'appui: 84,56 kNm, soit au total sur appui 79,95 + 84,56 = 164,51 kNm sur 1,65m, soit 99,70kNm/m 0,24 en bande centrale : 53,41 kNm sur 3,85m, soit 13,87 kNm/m Valeurs symétriques pour le reste. Travée 2: ~ panneau de rive : Myyi = 17,88 kNm/m x 5,20 m = 92,98 kNm a répartir en 0,3 en bande de rive 27,89kNm sur 1,45m, soit 19,24 kNm/m 0,4 en bande centrale : 37,19 kNm surg 2,50m, soit, 14,88 KNm/m 0,3. endemi-bande d’appui : 27,89 kNm Mya = 17,88 kMm/m x 5,50 m = 98,34 kNm a répartir en i: 29,50 kNm., soit au total sur appui sur 2,615m, soit 21,95 kNm/m 0,4 en bande centrale : 39,34kNm sur 2,77m, soit 14,20 kNm/m ‘Valeurs symétriques pour le reste. Les aciers sont calculés a I"ELU & partir des moments ci-dessus. Les sections en cm?/m sont iquées sur la figure 76. Les Jongueurs des chapeaux est déterminée & partir des abscisses des points de moments nuls (voir la fin du tableau ci-dessus). On calcule cette longueur en ajoutant 0,8 f= 0,20 m de chaque cété : 0,34 + 0,20 = 0,54 m, auquel on rajoute l'ancrage dans le voile au-dela de l'axe, soit 0,61 m pour I'appui de rive 1,20 + 0,20 = 1,40 m_ d'un cdté et 2,34 + 0,20 = 2,54 m de l'autre c6té pour l’appui suivant (Fig.78). a ei was eho symétrique Section en emt/m Fig.76 —Aciers en cm?jm Exemple : M = 37,04 kNm/m, enrobage 20 mm a 1’ ers (inté 04 kNm/n ge 20 mm a l’axe des aci i iment, ee Bsc tion pew Bréjudiciable o@ enrobage mini 10 iain OD) a prendrait 25 mm dans l'autre direction pour les aciers de 2° lit situés au- H=M/@ oy,) = 37,04 x 10° / (0,23? x 14,17) = 0,0494 coat eg Z=0,5d (1+ J1=2p) = 0,2242 m A,=M/(@6,,) = 37,04 x 10° / (0,2242 x 500 / 1,15) x 104 = 3,80 cm? syméteique Aciers supérieurs Fig.78 — Aciors supérieurs en diamétre et espacement — HA ou TS On procédera de la méme maniére pour les aciers placés dans l'autre direction. 8.5. Programme « PLADA» Les calculs de planchers-dalles sont longs et fastidieux. On pourra utiliser le programme « POCO-PLADA » (voir Annales de l'ITBTP [57}). 8.5.1. Mode d’emploi 1°Ligne Titre 2° Ligne = . ees Pour un calcul de plancher-dalle Gj icartement) 3° Ligne Nom Fig.77 — Aciers inférieurs en diamétre et espacement — HA ou TS Nom du portique caleulé 4° Ligne N, Nombre d’appuis S°Ligne Cod, = 141 poteaux centraux et de rives ont les mémes caractéristiques VarticleE.4.6du BAEL quifait référence a: de 0,23 m = 2,3 cmjm :régle du quart des aciers perpendiculaires. 560 e 561 = 0 dans le cas contraire Si Cod, = 1, aller & la ligne 14 6°Ligne B, (si Cod, = 0) Epaisseur du poteau de rive gauche perpendiculairement au plan du portique (m) 7? Ligne Hy ’ (si Cod, = 0) Largeur du poteau de rive gauche dans le plan du portique (m) 8°Ligne Ky, (si Cod, = 0) = 0 pour un poteau de rive gauche supérieur articulé en pied = I pour un poteau de rive gauche supérieur encastré en pied = 0.5 pour un poteau de rive gauche supérieur semi-articulé en pied 9°Ligne K, (si Cod, = 0) = 0 pour un poteau de rive gauche inférieur articulé en pied = | pour un poteau de rive gauche inférieur encastré en pied = 0.5 pour un poteau de rive gauche inférieur semi-articulé en pied 10°Ligne B, (si Cod, = 0) Epaisseur du poteau de rive droite perpendiculairement au plan du portique (m) 11° Ligne Hy (Gi Cod, = 0) Largeur du poteau de rive droite dans le plan du portique (m) 12° Ligne K, (si Cod, = 0) = 0 pour un poteau de rive droite supérieur articulé en pied = I pour un poteau de rive droite supérieur encastré en pied = 0.5 pour un poteau de rive droite supérieur semi-articulé en pied 13° Ligne K, (Gi Cod, = 0) = 0 pour un poteau de rive droite inféricur articulé en pied = | pour un poteau de rive droite inférieur encastré en pied = 0.5 pour un poteau de rive droite inférieur semi-articulé en pied 14° Ligne B, Epaisseur des poteaux centraux perpendiculairement au plan du portique (m) 15° Ligne Hi, Largeur des poteaux centraux dans le plan du portique (m) 16° Ligne K, = 0 pour les poteaux centraux supérieurs articulés en pied = I pour les poteaux centraux supérieurs encastrés en pied = 0.5 pour les poteaux centraux supérieurs semi-articulés en pied 17° Ligne K, = 0 pour les poteaux centraux inférieurs articulés en pied = I pour les poteaux centraux inférieurs encastrés en pied = 0.5 pour les poteaux centraux inférieurs semi-articulés en pied 18° Ligne H, Hauteur de I’étage supérieur de dessus de plancher a dessus de plancher (m) 19° Ligne H, Hauteur de I’étage inférieur de dessus de plancher dessus de plancher (m) 20° Ligne ht Epaisseur de la dalle (m) 21° Li a ° Hlauteur utile de a dalle (m) 22° Ligne B Largeur de la traverse du portique étudié (m) Fe eee ier sily aes donscles ex tainerls emacs oli = Os'ilin'y en a pas. Dans ce dernier cas, aller en ligne 30 ficou 1» Heed partir de I'axe de la console gauche (m) acne = 1) Cass permanentes de la console gauche (kN/m2) eae i 1) ites: variables de la console gauche (kN/m?) aces 1) Pando partir de 'axe de la console droite (m) 28° Li & : Gi cons = 1) Charges permanentes de la console droite (KN/m?) 29° Ligne 4, : (si Cons = 1) Charges variables de la console droite (KN/m?) 30° Ligne Tid ; = 1 pour des travées de mémes portées <7 = 0 pour des travées de portées différentes. Aller alors a la ligne 32 31° Ligne L (GiTid= 1) Portée pour des travées de portées identiques (m). Aller en ligne 33. 32° Ligne Ly _ (iTid=0) Portées entres axes de chaque travée i (m). Ecrire Na lignes de ce type. (N, fois) ss ° Li ¢, aan eden ye charges permanentes des travées sont identiques, = 0 dans le cas contraire. Aller alors en lige 35. a C,=1) on permanente identique pour toutes les travées (kN/m?). Aller en . ligne 36. 35° Ligne . _— (siC,=0) ‘Chatse permanente de chaque travée i (KN/m?). Ecrire N, lignes de ce type. (N, fois) 36° Ligne, ='t siles charges variables des travées sont identiques = 0 dans le cas contraire. Aller alors en lige 38. 37 Li ; GiCyr1) Charge variable idenique pour toutes les travées (kN/in®). Aller en ligne 39. 39° Ligne 40° Ligne 41° ligne (siCa=2) 42° Ligne (siCa=2) 43° Ligne (si Pir = 2) (iCa=2) 44° Ligne (i Ca=2) 45° Ligne (iCa=2) G Charge variable de chaque travée i (kN/m?), Eerire Na lignes de ce type, Seas Résistance caractéristique du béton (MPa) & ; = 1 sil’on veut le calcul des aciers = Odans le cas contraire. Aller alors en ligne 47 te Limite élastique des aciers (MPa) Pir = 1 pour un portique de tive. Aller alors en ligne 44, =2 pour un portique intermédiaire “i Largeut (m) du demi-panneau inféricur de la traverse du portique quia une largeur B= L,, + Lyp s, ='I sie portique est supporté le long de sa rive gauche = 0 dans le cas contraire Se = 1 si le portique est supporté le long de sa rive droite = 0 dans le cas contraire SL = 1 sie portique est supporté longitudinalement = O dans le cas contraire Autre = | pour effectuer un autre calcul de portique. Aller alors en ligne 3. = 0 dans le cas contraire. Fin de calcul. 8.5.2. Données de Vexemple Plancher rez-de-chaussée ‘ titre plancher Travee intermediaire —_‘ nom du portique calculé 4 ‘ nombre d’appuis 0 * poteaux de rive non-identiques aux poteaux centraux 5.25 eur poteau de rive gauche (voile) 0.2 sur du poteau 05 castrement en téte du poteau supérieur os ‘encastrement en pied du poteau inférieur 05 “ largeur poteau de rive droite 03 c du poteau 05 . d’encastrement en téte du poteau supérieur Os . ‘encastrement en pied du poteau inférieur OS “ largeur poteaux centraux 0.5 « épaisseur des poteaux He * coefficient d’encastrement en téte des poteaux supérieurs 5 “ coefficient d'encastrement en pied des poteaux inférieurs 32 “ hauteur de I’étage supérieur 32 inférieur 0.25 0.23 5.25 Hl « travées de memes portées 54 * portée . 7 1 « charges permanentes identiques i 7.625 « charges permanentes (non pondérées en KN/m?) 25 * charges variables 25 1 500 ‘ 2 portique inter s 2.75 “ Targeur du demi-panneau inférieur de la traverse 1 + portique supporté en rive gauche (voi " supporté en rive droit ty 0 ~pas date pertique (en y aurait& calcul le portique de rive dans cette direction et les portiques dans l'autre direc- tion) 8.5.3. Données sur écran —————————————————— ———————— [Titre? Plancher haut de rez-de-chaussee Regienent de Calcul Jo= BAEL, Entre Hus (Charges Statiques? je | Appui .= Mobi les > = BRELEntre Axes,au Droit de t'Appul (Charges tobi les? 4 ars Tappul ou Entre fixer, avec Ecretage Ua/4 saggdSoass ae ee 8.5.4, Résultats _-MOMENTS ENVELOPPE , SECTIONS ¢'ACIER O 00000000000000000000000000000 (Vue en Plan ;Porlique Decoupe solon BAEL 91) 4, / Art. E4.0.2.1 Pliers Intoriours Identiques (p"Hp 2. Pliers d’Angle de Sections Identiques (>Bp/2"Hp/2) 3. Pliers de Rive de Sections Identiques (>Bp/2"Hp ou Bp'Hp/2) AMLE404...1, Ly/2.<* Lx <= 2'Ly our tout panneau) 2. Bp/2.<= Lxo/5 ; Bp <= Lyo/5 3. Hp <= Lx0/5 ; Bp <= Lyo/5 (1x0 et Lyo : Dimensions du Panneau de plus Petite Surface). Kn(ou Ks): Costficiont Encastrement Nord (ou Sud) “Atticule: K=O Somi-encastre: K=0.5 ,Encastre: K=1 Hauteur dBtage Nord: 3.200 m ‘Mravee ou : Potloe: Ch etm : Ch. Vee. Console: m = :kN/m2 :KN/m2 REMARQUE :Beur Infericure at 1% Quand Poteaux de Rive et Centrenux ‘ont des Sections Diferentes, 1628 Beton : 25.0 MPa 568 4 Mette Approche (par exces: 192.428 Sot 2,269 kg/m? ce Types de planchers | fiance Fuanenets. Dalles alvéolées préfabriqués (nee Sein | Abrédalies ACTERS SUPERIEURS Utlisations Maisons Batiments commerciaux et industrials, principales individuelles logements collectifs NT tee Lee rors On % de surface 70% 24% 6% 2eme Ligne ~:Moment (kNm), ‘Seme Ligne —:Aciers (em2/m). Les dalles alvéolées, bien que minoritaires, sont en pleine progression. 9.2. Description Les dalles alvéolées sont des éléments en béton, comportant des alvéoles longitudinales. Préfabriquées en usine, elles sont posées jointivement et clavées par un mortier de jointe- ment [67] [68] (Fig.79). Mette Approche (pat exces) 94.557 kg Soit 1.112 kg/m2 Fig.79 - Dalle alvéolée ~ Les éléments en béton armé ou béton précontraint, sont fabriqués par filage ou extrusion. Une échancrure latérale permet un clavetage des éléments entre eux assurant la transmis- sion des efforts recus pat l'un d’entre eux & ses voisins (Fig.80). 9. DALLES PRECONTRAINTES ALVEOLEES 9.1, Généralités Fig.80 — Dalle alvéolée - Coupe sur clavetage de deux éléments La sous-face est en général lisse permettant l'application de peinture sans enduit spécial. Les planchers préfabriqués, avec 34 millions de m? réalisés par an, représentent 80 % de la La face supérieure peut étre rugueuse pour recevoir une dalle collaborante rapportée aug- surface de planchers construits en France. On peut les classer en trois catégories. 570 e Frond (ins! la résistance du plancher sous charge localisée importante ou charge répartie élevée (> 5 kN/m? par exemple). {Les largeurs courantes sont 1,20 m et 0,60 m. Les largeurs de 2,40 m commencent & étre utilisées. {Les épaisseurs, fonction de la portée et des charges appliquées, varient de 0,16 m 4 0,40 m, Les valeurs les plus usuelles vont de 0,16 m a 0,30 m. Lordre de grandeur des portées est de 50 fois I’épaisseur, é I des résistances de I'ordre de 25 a 35 MPa 4 moins d'un jour, lors de inte et de 50 a 70 MPa a 28 jours. On obtient bonne résistance sachant que ces éléments, comme les dalles pleines, ne sont pas arméy verticalement. fin France, en général, les dalles sont livrées avec des aciers dépassant de 8 & 15 em (10 om le plus courant) aux extrémités, permettant ainsi + ~ une réduetion de la longueur dappui, ~ une prise en compte des éléments comme chainage. Avantages a Sconomie de fourniture et de poids (influence sur les fondations, sur I’épaisseur des plan- a Ia fabrication sous contréle en usine, ion, gains sur les délais d’exécution des planchers, Gtaiement (pas d’étaiement sauf pour les grandes portées), - suppression de tous coffrages, Inconvénients ~ colits de transport élevés si I'usine est loin du chantier, Gag etité de disposer de moyens de levage importants pour les éléments de grande portée (160 kN pour une portée de 15 m en 2,40 m de largeur), ~ limitation des porte-a-faux, ~ percements ou trémies limitées en position et 9.3. Calculs a calcul est ffectué suivant les prescriptions des Régles BAEL 91 et BPEL 91, complétées par celles du CPT-Planchers-Titre III-Dalles alvéolées [61]. La portée est calculée entre nus d’appuis. La longueur des éléments est obtenue a partir de {a portée entre nu, majorée des deux longueurs dappui L., 1a longueur d’appui L, doit étre supérieure aux deux valeurs A, et Ay, Valeur de Az Dalle appuyée Valeur en.om en fonction dela | — sur poutre béton ou acier aa Portée Len m ou voile en béton Z Ls10 23 Ay = P./ 15 (7) 10 5 kN/m? par exemple). Les largeurs courantes sont 1,20 m et 0,60 m. Les largeurs de 2,40 m commencent a étre isseurs, fonction de la portée et des charges appliquées, varient de 0,16 m a 0,40 m, Les valeurs les plus usuelles vont de 0,16 m a 0,30 m. n précontrai au cisaillement, sachant que ces éléments, comme les dalles verticalement. En France, en gé1 sont livrées avec des aciers dépassant de 8 4 15 cm (0em: le plus courant) aux extrémités, permettant ainsi : ~ une réduction de la longueur d’appui, ~ une prise en compte des éléments comme chainage. Avantages ~ économie de fourniture et de poids (influence sur les fondations, sur ’épaisseur des plan- cher sous contréle en usine, ~ rapidité de fabrication, gains sur les délais d’exécution des planchers, ~ moindre étaicment (pas d’étaiement sauf pour les grandes portées), ~ suppression de tous coffrages. Inconvénients ~ coiits de transport élevés si l’usine est loin du chantier, ~ nécessité de disposer de moyens de levage importants pour les éléments de grande portée (160 KN pour une portée de 15 m en 2,40 m de largeur), ~ limitation des porte-a-faux, ~ percements ou trémies limitées en position et taille, 9.3, Caleuls Le calcul est effectué suivant les prescriptions des ‘Régles BAEL 91 et BPEL91, complétées par celles du CPT-Planchers-Titre Ill-Dalles alyéolées [61]. La portée est cal nus d’appuis. La longueur des éléments est obtenue & partir de la portée entre nu, les deux longueurs d’appui L,. La longueur d’appui L, doit étre supérieure aux deux valeurs A, ef A>. Valeur de Az Dalle appuyée enem en fonction dela | sur poutre béton ou acier bore portée Len m ou voile en béton Z Lst0 Az Ay =P, 1150 104 or ee) 12,50 5 P, en kN/m 15,00 0,554 MN LeCPT-Planchers-Dalles alvéolées donne une valeur forfataire de la force de précontrainte maximum et minimum (Ast,105.15) P, = 1,02 P, - 0,9 AP P) = 0,98 P, - 1,1 AP Si l'on suppose 20 % de pertes, AP = 0,2 P, dot P, = (1,02 P, - 0,9 x 0,2) P, = 0,84 P, P, = (0,98 P, - 1,1X0,2) P, =0,76 P, Remarque La fourchette de précontrainte sera peut-étre supprimée dans la nouvelle version du CPT: Plancher. La valeur trouvée P, = 0,554 MN est alors remplacée par (0,80 / 0,76) x 0,554 = 0,583 MN car c’est la valeur minimum qui a été déterminante. Nous retiendrons : P, = 0,583 MN soit une section d’acier A, = P, / Spo = 0,583 / 1577 x 10° = 370 mm? que nous obtiendrons avec 4 T13 = 372 mm? Le CPT-Planchers impose un minimum de quatre armatures pour une largeur de 1,20 m. 9.4.4, Vérification d VELU La vérification préconisée par le CPT-Planchers-Dalles. alvéolées est conforme au BPEL 91 avec une condition complémentaire (Art. 106.24) concernant les zones d’extrémités, Méthode simplifiée L’Annexe II du CPT expose la i Onassimile la géométrie de la dal véolée a une poutre en double Té (ou. 1) dont la hauteur dela table de compression est prise égale &I'épaisseur minimum du béton situé au-dessus les alvéoles. 576 Dans notre exemple : 4 h=0,20m hy = (h ~ B) | 2 = (0,2 = 0,145) / 2 = 0,0275.m b= 1,196 m b, = 0,330 m d= 0,0315 m d=h-d'=0,1685 m Ope = 0,85 X 25 / 1,5 = 14,17 MPa (a cause de la résistance du béton coulé en place) Posons : Gy" foes | Yp = 1 660/1,15 = 1444 MPa = Ay Op/ (Od Om) = (4X93 x 10° x 1444) (1,196 x 0,1685 x 14,17) = 0,1881 Puis calculons la variable intermédiaire N. Si hp/d20, Taxe neutre est dans la table de compression et N = 0,208 d b dj. - Ay 6, sinon N = (0,208 d b, + (6 b,) hg] Op, ~ Ap O, et l’axe neutre est dans la nervure, Ici, hi / d = 0,0275 / 0,1685 = 0,1632 < w = 0,1881, I’axe neutre est dans les nervures et N= [0,208 X0,33x0,1685 + (1,196 - 0,33)0,0275] 14,17 -4x93x 10x 1444 = -0,3582<0. On peut alors calculer le moment résistant M,, : OSINZOctA,/d>O:M,,= Ay 6, d (1-0/2) OSiN20cth,/d<@:M,,= A, 0,d[1-@b/ (2.b,) + (b- b,) h/ (2 b,d)) 0 SiN < O ce qui est notre cas, on calcule Ay et Ay 0,208 d 6 0,8, 1* 4,6, (,—6,,, + 0,0035E,) 0,208 d b, 6,,E, + (6-b,) hyG,, (0, ~ 6, + 0,0035E,) Ae 4,9, (6, ~6,,, + 0,0035E,) 4 et Ay sont plafonnés a 1 (< 1) Sih, /d2A1 , alors Mn = Ay Ay Gp d (1-24 0/2) Si hy] d<2y®, alors Mr, "2g Ap Gp d [1 - Ay b 0/2 Bg) + (b~ by) hy} (2 By I) AveC Gq, = contrainte finale permanente dans les armatures de précontrainte : Spm = Fpo ~ AG, = 0,8 Spy (= 1265 MPa dans notre exemple) Ici: ‘ h 0,028 x 0,1685 x 1,196 x 14,17 x 190 000 1" 4x 93x 10x 1 444 x (1 444 — 1 265 +.0,0035 x 190 000) done A, = 1 et de méme Xp = 1,552 > 1 done Ay = 1 doit h, d= 0,1632 1 2x0a3 + dx 033x0,1685 | ~ 0.1065 MNm Or le moment ultime M, vaut : M, = 1,35 M, + 1,5 M, = 1,35 x0,0317 + 1,5 x 0,03375 = 0,0934 MNm < M,, = 0,1065 OK Si cette vérification approchée n’est pas satisfaite, on procéde alors au calcul suivant le BPEL en prenant en compte Ia section exacte de béton (en Lavec goussets arrondis aux droit de la jonction table-nervures). , =a del’ des ordonnées, prise a la partie supérieure du Vg = 1 Lt Ste Mou 038650 6,78 001952 _ rr aie Peg te) 50-6,78 18 % ~ 4 la base supérieure du trapéze décrit ou Vue) = Mer /X + Vag = 0,0738 / 1,8 + 0,00909 = 0,05 MN La rupture par cisaillement-compression est prépondérante car Vi < V, Pour la zone non-fissurée par flexion, prés des appuis : eur, [ 2 L,+h/2 al t= +5 tre du cercle ou demi-cercle r ) du cercle ou demi-cercle 4, b, k= dimensions (m) du trapéze dans les mémes conditions que pour la jgne 3 SP ae 3. rs BR Retour en ligne 1 b 2 By 0,85 x 3,6 2 0,02 + 0,2/2 0,469 0,5 ; ta=——2 [145 “Tiss onagasscag] = 6582 MPa 9.5.2. Exemple - Données Via * Tip by Z = 1,582 x 0,29 x 0,1402 = 0,064 MN oa om On vériie bien que effort tranchant utime V, = 0,0438 MN est inféreur la fois effort pate alyeOtES tS 200 ast “hea iaaie siere wie Cae tranchant résistant&I'abscisse x = 0 (0,064 MN) et & celui de Pabscisse 1,80 m (0,050 MN) 1 6 uid ‘ab heaapes 46 -10.10.0725 * Gcercles vides de 9145 mm, centrés a 100mm du haut 9.5. Programme « CARAMEC » paar TE wl Programme de caleul des caractéristiques mécaniques dune section queleonque, définie par eee eee met des trapézes, cercles ou demi-cercles, avec vides ou aciers, Pe ey cesar ie a aft 12 =1 0,068 0.032 0.018 0.013 to a wuld Seis Made erplot 12 -10.081 0.018 0.018 0.091 to 1° Ligne Titre , 12-10.172 0.0180 to Titre (= FIN pour terminer le passage) ‘dito 2° Ligne N,N, N= Nombre de trapézes superposés constituant la section N, = Nombre de compléments de secti Ly ou aciers décrits sous forme de trapézes, cercles ou demi-cercles 3 Ligne ahh (Nfois) a= largeur de la base supérieure du trapéze (m) 4 = largeur de la base inférieure du trapéze (m) 4’ = hauteur du trapeze (m) 4° Ligne ‘Type, Nbre, Coef, d, a (ou 1), b, h Ci anit Type = 1 pour une section tray le Souhai tez-Vous Entrer les Donnees 1 = au Clavier , 2= an DATA i=? 1 883 eae8kh BReBgzee- 200) lUoutlez-Vous Plus de Oecimales : Oui=!, Non=0 =? 0 Suite ? Coef = Coefficient d’équivalence appliquer : - 1 pour un vide, 15 pout des aciers de béton armé, 5 (ou 15) pour des aciers de précontrainte, 1 pour du béton ajouté aux trapézes de la ligne 3 9.5.4. Résultats Plancher Alveole 200 mm ‘DONNEES te i Noa b oh §$ mom m m 11.196 1.196 0.200 0.2392 Acters ou Vides 0.200 0.1921 0.101 0.099 0.000642 0.00635 0.00649 0.486 0.070 0.140 La Largeur au Centre de Gravite est 0.290 m. La Langeur Minimum vau 0.290m 9.5.5. Listing « CARAMEC » 582, 310 RO=IV/VP/S 320 GIR-SQRIG/S) 330 GOSUB 1350 'Calculde ml pour Calculer 2 VALIMOTS)11-11+1:CL$ RIGHTS (CLS LEN(CLS)LENCMOTS) 470 mo om m3 om om m Hdnte BEE HON ROLRTENER HENOHER HOaRHEH Ae HE ony #4118 HSEC.V-VPIGIVAVPRO-GIRZ esOLPRNT h S vo vo I Ww Ivmoor ot SCO LPRINT m m2 m m m4 m3 m3 m om 880 LPRINT USING'H.HHE WLOHRU REE HER PUTIN HRURERE ehHERe Habit HE 49.44 SEC; V;VPIGIV:IVP,RO:GIRZ 890 LPRINT ‘900 LPRINT USING'La Largeur au Centre de Gravite est ##.### m:LAG 1050 IF IDON=1 THEN 1090 1060 READ TIT$ 1070 IF TI7$=" OR TIT$~"FIN" THEN STOP. I= THEN READ A(),B(8),C(18):GOTO 1210 “a.b,h=":CL$ 90: 200 Ad8)-U(0):Bd18)-UC1):C18)=U(2) 1210 NEXT 18 1220 IF NT=0 THEN 1320 584 2470 REM = — $$$ 2480 REM, m1 des Vides et Actors 2490 IF NT=0 THEN 2540 2500 FORTI=1 TONT 2550 2560 G=4/3°R/PI 2570 UK=NB'COEF 2580 ON TYP GOSUB 2610,2660,2660,2750 2610 D-D) 2620 IF D1+R>H THEN H-D1+R 6s0 Gost 2980 ae hee He aR 2670 TF TYP-2 AND DI>H THEN H-D1 AND D1+R>H THEN H=D1+R THEN LPRINT USING’ Trapeze {COFF:DI-A:B:C(A+B)/2°C USING'# —1/2oercsup 48) HLRHE HERE RL ERE + Hen HEHE USING## 1/2corcint #8 HEE Wee HE He eee aE 2360 GOSUB 2960 °S,m,1 2320 FOR J1=0 TO NC:2)1)=YUD:NEXT JI @ 2930 REM 2940 REM S.m_.1/ Axe superieur pour A, B,C, D donnes 2950 C1=A.B 3030 REM Simpson 3040 AR~2(0)-2(NC) 3050 FOR J9=1 TO NC STEP 2 3060 AR-AR+4°2(J9)+2°29+1) 3070 NEXTJ9 9080 AR=AR/3/NC'(B2-B1) 3090 RETURN (9100 REM 3110 REM Longeur Minimum 3120 LAMI=1E+08 3130 FORT4-0 TO N9 3140 Y=M/NOH 3150 D=0 3160 IF N= THEN 3220 3170 FORI=1T0N 3220 IF NT-O THEN 3300 3230 FORII=1 TONT 3240 GOSUB2380_' Conversion. $260 IF TYP=1 AND Y>=D1 AND Y=DLR AND Y~DI AND Y=DI-R AND YXB THEN XB~1xa8) 3460 IP TX(6)YC THEN YC=TV6) 8480 IF TY(6)<¥D THEN YD=TYd6) 3490 NEXTI6 9500 K9=(NPTA.§MG)/XB 3510 KB=(NPTB2°MG)/¥C 3520 IF K8 My Désignons par : = poids propre du bac = 10,05 kg/m? = 0,099 kN/m? f a Telaa ta baton paar tae lteur toblle da0. 20 aprda Gallon eto ete ce demier correspond a une épaisseur moyenne de 26 mm. : Le volume de béton est done de : 0,22 - 0,026 = 0,194 m°m et le poids 8 = 0,194 x 24,5 KN/m? = 4,75 kN/m? A ‘83 ~ chape et revétements de sol = 1 kN/m? s 8781 + 82 * 83 = 5,852 KN/m? 591 + Nécessité ou non d’étayer. En phase de construction, avec une charge de chantier q= 1 kN/m?, les charges valent : P~ 1,33 @y * 82) + 1,5.q = 1,33 (0,099 + 4,75) + 1,5 = 7,95 kN/m? pour la vérification des contraintes et P= 8 + q pour la vérification des flaches. On vérifiera pour les cas sans étai, avec un étai et avec deux étais, si les conditions de contraintes < 330 MPa et les conditions de fléche < L/ 240 sont vérifiées. Données Inertie em 92,50 v cm 3,14 v om 3,86 Ww cm? 23,96 Ww cms 29,46 9-91 +92 knjm 4,85 q km 1,00 p+g kim 5,85 1,93p +159 kNim 7,95 E MPa 210 000 El MN.m? 0,19425 VERIFICATIONS Sans étai Avec étai_ | Avec? étais Portée L ™m 64 32 2,13 Caleul du moment et de la contrainte Pp kiyjm 7,95 7,95 7,95 M=pL?/8 kNim/m 40,70 10,17 4,52 o=M/ (Iv) MPa 1698 425 189 MPa > 330 > 330 <3300K | Caleul de la fldche Pp kNim 5,849 5,849 5,849 f coeff. 0,013 0,0054 0,00688 |® fois plyjEl pLey/E! pLy/El = (mm) 656,73 17,08 429 sot nde poée 25 28, ar | On retiendra la solution avec deux étais. + Vérification de non-glissement acier-béton imposée par I’ Avis Technique du CSTB Pour pouvoir considérer un systéme mixte acier-béton, il est nécessaire de vérifier la con- dition de non-glissement a la jonction t6le et béton. Pour des planchers de bureau, sans charges dynamiques, méme peut importantes, la contrainte de cisaillement limite en ELS est donnée par : $332 p h/ L + 0,085 MPa avec ‘f= épaisseur totale du plancher = 0,22 m L = portée du plancher = 6,4 m P = pourcentage d'acier = A, / (bd) d= hauteur utile = 0,22 - 0,0314 = 0,1886 m soit p = 11,95 / 0,1886 x 10~* = 0,006336 et 1332 x 0,006336 x 0,22 / 6,4 + 0,085 = 0,157 MPa Leffort tranchant vaut : 0,375 p L = 23,64 KN sur appui de rive avec p = g + q = 5,582 + 4 = 9,582 kN/m? 0,625 p L = 39,41 kN sur appui central Position Effort tranchant | _V (kN) (MPa) ‘Appui de rive 0.375pL 23,84 |0,144<0,167 ‘OK ‘Appui central 0,625 pL 39,41 [0,240>0,157 NV) Absoisse 1,39 m & partir de appui central 25,76 |0,157 OK Le point dont le cisaillement est égal au cisaillement limite est a 1,39 m du nu de appui central. On devra alors disposer d’aciers longitudinaux capables de teprendre la différence. Ainsi, par une régle de trois, on trouve : 11,95 x (39,41 ~ 25,76) /25,76 = 6,33 cm?, que nous obtiendrons par des HA 14, = 0,240 m débordant de 1,40 m de chaque c6té de T’appui central. + Dispositions constructives. Pour limiter la fissuration due au retrait, il est recommandé de disposer d'un acier & mi-hauteur de section 1 4 2 cm?/m suivant l’épaisseur de Ia dalle. il. DALLES DE FORME QUELCONQUE Laméthode proposées’apparente a la méthodg des bandes du réglement américain ACI-318- 89 étudié en 4.5-e ci-dessus, mais en considérant Ia bande sur toute la largeur d’appul. Cette méthode donne des valeurs approchées pour : ~ pour des dalles simplement appuyées sur leur pourtour et d’armatures de section constante sur toute la largeur, ~ des charges uniformément réparties sur toute la surface de la dalle. ‘On découpe la dalle en panneaux délimités par les bissectrices des angles formés par les lignes d’appui. (Fig.88-a). Puis, on considére les longueurs perpendiculairement au cdté 'appui a, : by, by, by, ... corespondant a des largeurs de dalle a2, a, et 0 (Fig.88-a). On calcule ensuite la travée isostatique de portée 2b; soumise aux charges triangulaires et trapézoidales comme indiquées sur la figure 88-b (voir chapitre 1, art. 13.1). Le moment obtenu correspond a des aciers perpendiculaires 4 la ligne d'appui de longueur 41, On procéde de méme pour chaque ligne d’appui, c’est-A-dire pour chaque panneau ainsi délimité. par ne ie {]: neal py | -—_2_- 2bs re Oo a) ») Fig.88 — Dalle quelconque — Délimitation des panneaux et charge Soit m le moment correspondant aux aciers perpendiculaires 4 I’appui. Pour des aciers orthogonaux A, tA, parallélesrespectivement i Ox et Oy, tels que lappui du panneau fasse un angle @ avec les aciers A,,, on @ la relation entre moments unitaires + m= m, sin? @ + m, cos? 0 + my sin 8 cos 8. 11.1. Exemple 1: dalle carrée Pour la largeur de ligne d'appui (Fig.89-a) égale a a, on obti les charges 4 appliquer sur la portée a : deux charges triangulaires de valeur maximum p a. a) @ Moment pour la largeur a : M = 0,5 p ax (0,5 a) x (a/6) = (résultante des charges appliquées sur la demi-travée m et son centre de gravité) soit par unité de largeur, un moment m Cette valeur est identique ét 6.4-2 ci-dessus) et peu différente de la méthode élast ique : p a” / 27 pour v = 0. On remarquera que le moment donné par la méthode des lignes de rupture est un moment moyen, car la section d’acier par unité de largeur est supposée la méme sur toute la largeur, 596 om alors que la méthode élastique donne un moment maximum a mi-portée, bien qu’inférieur 4 la valeur moyenne de celui des lignes de rupture. 11.2. Exemple 2 : dalle rectangulaire .90-a) dans la dalle de petit 6 de grand cOté b= ka. pour toute la largeur b = ka : ) (a 6) = pa? (k-2/3)/8 int la grande portée b = ka (Fig.90-c), on trouve le moment total : M; = 0,5 pa (a/ 2) (@/ 6) = p a? / 24 et par unité de largeur my = p a? / 24 ig.90-c), le moment est le méme que si les deux charges triangu- ine portée double de leur longueur d’application. C’est ce que nous retiendrons pour la suite. Le rapport des deux moments unitaires (par unité de longueur transversalement aux aciers) vaut [=m / m, = k/ (3 k- 2). a) Fig.90 — Dalle rectangulaire Pour différentes valeurs du rapport des portées k, on peut calculer les moments suivant la Petite portée et le rapport des moments sujvant les deux portées selon cette méthode, la méthode élastique et la méthode des lignes de rupture (voir le tableau ci-aprés). 597 Mathode Math. lignes rupture | Mth. proposée]] Proposée avecle méme yt _|méth.lig.de rupt, mipa) iy ko ]maipel ua [m7 paz] wy ng | mm? | pighhg rét.] 143) | (43) Chap. 6 alo | p.107 | p.t07 art. 6.44 0,0 | 0,125 [0,000 |~ = | 0,425 | 0383 | 0,126 |~0,833 | 1,000 | 1000 0.1] 0,125 | 0,003 | 10 | 0,117 | 0387] 0,103 | 0,387 | 1,132 | 1.000 02 | 0,124 | 0004] 5 | 0,108 | 0,385] 0,086 | 0,385 | 1,255 | 4,000 0,3 | 0,120 | 0,030 | 4,34] 0,106 | 0,394] 0,082 | 0,394 | 1,289 | 1,000 0,4] 0,110 | 0,091 | 25 | 0,092 | 0,455] 0,064 | 0,455 | 1,436 | 1,000 0,5 | 0,096 | 0.181 | 2 | 0,083 | 0,500] 0,058 | 0,500 | 1,477 | 4,000 0,6 | 0,082 | 0,295 | 1,667] 0,075 | 0,656 0,051 | 056 | 1,474 | 1,000 07 | 0,068 | 0,434 | 1,429} 0,067 | 0,625 | 0,047 | 0,625 | 1,424 | 4.000 0,8 | 0,056 | 0,597 | 1,26 | 0.058 | 0,714) 0,044 | o,714 | 1,327 | 1,000 0,9 | 0,046 | 0,785 | 1,111 | 0,050 | 0,833 0,042 | 0,833 | 1,183 | 1.000 1,0 | 0,042 | 1,000 | 1,000] 0,042 | 1,000} 0,042 | 1,000 | 1,000 | 1,000 Le point de concours des bissectrices J est le centre du cercle ce qui signifie que les longueurs JH, JH, et JH, sont égal calcul des moments cortespondant aux trois panneaux, sont égales a 2 JH, et que les trois moments, dans les trois dir m= p (2TH, /24 toujours > 11.3. Exemple 3 - Dalles triangulaires 11.3.1. Triangle quelconque (Fig.91) le triangle ABC ; sensuit que les portées de es d’appuis AB, BC et CA ections, sont égaux : Hr B Fig.91 — Dalle triangulaire Sil’on dispose des sections d’aciers unitaires (section par unité de largeur) Ag, et A, égales, correspondant aux moments unitaires m, et my on a : im, = My et 8) = m, quel que soit l’angle 8. ers perpendiculaires, de méme section unitaire, est suffisant pour teprendre les moments s’exergant dans toutes les directions du triangle. Pour un panneau triangulaire ABI, de largeur d'appui = AB, de charge uniforme p ayant une longueur d’application L / 2 = JH,, le moment par unité de largeur vaut : m= (0,5 pd) (L/2) (L/6)/A= pL? /24 11.3.2. Triangle équilatéral Pour une dalle en triangle équilatéral : ~ la méthode élastique donne [49] : moment pour des aciers perpendiculaires a un c6té : m = 0,01538 p a® moment pour des aciers paralléles 4 un c6té : m = 0,01758 p a® ~ la méthode des lignes de rupture donne [6] : m = P/ 31,2 = 0,0139 p a? avec P = charge totale = p a? ./3 / 4 = 0,433 p a? ~ la méthode proposée. On décompose le triangle en trois triangles isocéles identiques de grand cété égal 4 a et de hauteur 0,5 L = (1/3)a /3 /2=a {3 / 6; la portée vaut done Ie double de la hauteur : L = a ./3 / 3 et le moment pour des aciers perpendiculaires a la ligne d’appui : m=pl?/24=p(a 3 /3)?/24=pa?/72= 0,0139 p a? (valeur identique & celle de la méthode des lignes de rupture). ‘onvient de disposer d’un quadtillage d’aciers perpendicu- laires de méme section unitaire dans les deux directions. 11.3.3. Triangle isocéle rectangle Pour une dalle en triangle rectangle isocéle de cété AB = AC =a: ~ la méthode des lignes de rupture [6] donne : m= P sin 45° sin 45° sin 90° / 3 / (sin'45° + sin 45° + sin 90°) = P/ 34,97 = pa*/ 69,9 = 0,0,0143 p a” ~ la méthode élastique d’aprés [49] donne : m = 0,0139 p a? ~ la méthode proposée donne une demi-portée = JH, = (1 - 1/ /2) a, une portée L=(2- J2)a, un moment m = p L?/ 24 = 0,01430 p @ (Valeur identique a celle obtenue par la méthode des lignes de rupture). « 11.4. Exemple 4 - Dalle hexagonale Pour une dalle en hexagone régulier, la charge totale vaut P = 6 p (a? ./3 /2)/2 P= 2,598 pa; ~ la méthode des lignes de rupture [6] donne : m = P/ 20,8 = 0,125 p a® ~ la méthode proposée : portée L = 2 (a J/3 /2)=a 3 d’ou m=p (a {3/24 = 0,125 pa 11.5. Exemple 5 : dalle queleonque Soit par exemple une dalle dont Ia géomeétrie est donnée sur la figure 92-a Etudions le panneau hachuré. La portée de e la largeur d'appui de 10,50 m est la somme deg moments donnés par les 5 triangles ou rectangles (Fig.92-b) : 10,20 a) » Fig. 92 - Dalle de forme queleonque M, = 3,80 X 56,5 x (3,80 / 2) = 407,93 kNm M, = 0,5 (102 - 56,5) x 3,80 x (3,80 / 3) = 109,50 kNm Mj = 0,5 (56,5 - 9,5) x (0,80) x (3,80 + 0,80 / 3) = 76,45 kNm My = 9,5 X 0,80 x (3,80 + 0,80 / 2) = 31,92 kNm Ms = 0,5 x 9,5 x 0,05 x (4,60 + 0,05 / 3) = 1,10 kNm M-=M, + M, + M; + M, + Mg = 626,90 KNm et le moment par unité de largeur pour des aciers perpendiculaires 4 Iappui de Jongueur 10,20 m: m = 626,90 / 10,2 = 61,46 kNmn/m On procédera de méme pour les autres appuis pour obtenir les moments correspondants a des aciers perpendiculaires aux appuis. On admet que les moments principaux d’un panneau sont perpendiculaire et paralléle @ la ligne d’appui, et que le moment d'axe perpendiculaire a l’appui est nul (pas d’aciers paral- eles d la ligne d’appui nécessaires pour le panneau étudi¢). Pour des aciers orthogonaux Ag, &t Ag, paralléles respectivement d Ox et Oy, tels que l’appui du panneau fasse un angle Oavec les aciers Ay, on a les moments 1 q m, = m sin? @ pour les aciers Ag, paral my = m cos? @ pour les aciers Ag paral m,, = m sin @ cos 8 comme moment de torsi Dans notre exemple, 0 = 0, donc m, = m, m,= 0 et mz, = 0. j On fera de méme pour chacun des quatre autres panneaux, en déterminant les sections aciers Ay, et As, nécessaires et on en retiendra que les valeurs maximales dans chaque direction. En conclusion On constate que cette méthode donne des résultats tout-a-fait comparables aux autres méthodes usuelles (méthode élastique, méthode des lignes de rupture). Eile est empirique et, pour cela, il faudra la réserver aux dimensionnements et non aux vérifications exactes. \castrées sur les cétés, on peut prendre, sur appuis et en travée, un ‘re de 70 % du moment calculé sur appuis simples. 12. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 12.1. ‘Types d’armatures Les armatures de dalles sont réalisées avec des barres & haute adhérence (HA), mises en place sur le coffrage ou en panneaux préfabriqués, ou bien en panneaux de treillis soudé (TS), préfabriqués en usine. L’avantage des treillis soudés est un prix au kg plus intéressant que pour les aciers HA ; Vineonvénient est que le choix des diamétres et espacements conduit a un supplément de enir compte lors du choix du type d’armatures. des aciers HA et des TS dans une méme section (pour reprendre 1c élastique prendre en compte est la plus faible des deux, un méme moment), 12.2. Aciers sur appuis et en travée (Ja totalité en présence de charges mobiles) des aciers de travée doivent étre prolongés jusque dans les appuis (BAEL § A.8.2.44), Deux solutions : + Panneaux de TS en tiroir (Fig.93) Fig.93 - Panneaux de trellis soudés en tiolr Les deux panneaux sont de méme section et de méme longueur L,. La longueur de recou- vrement L, correspond a la zone de moment fléchissant supérieur au moment résistant de Ja section d’un panneau, majorée de 1,6 h pour tenir compte du décalage d’arrét des barres. Les deux panneaux sont ancrés dans les appuis par : ~ une soudure sur appui intermédiaire ear en général V + M /z est négatif, ~ ~ trois soudures en appui de rive. Pour l'appui de rive, on peut remplacer cet ancrage p, F ut éviter les empilements de quatre panneaux (zones de recouvrement décaler). acier HA en forme de U, la branche supérieure reprend le moment réglementaire e de 0,15 M, (BAEL § A.8.2.44), la branche inférieure reprend leffort tranchant V, (Fi me i * po is soudé, le supplément d'acier longitudinal rement des aciers transversaux, peut étre utilisé comme acier dans la zone de recou- tant réparti sur la largeur [EXEMPLE : Si A, nécessaire = 4,20 cm?/m en T-S., et si la largeur d'un panneau est de 2,40 m, pour un recouvrement transversal (deux soudures + 4 cm) supposé de 340 mm, la section diacier nécessaire pour le choix des panneaux nest plus que : 4,2 (2,40 - 0,34) / 2,40 = 3,60 cm?/m. 12.5, Ouvertures dans les planchers Fig.94 — Ly = Max [408 + 0,8 ; 0,05L+0.8p, - Deux panneaux de longueur différentes Les deux panneaux sont de mémes sections et écartements, mais de longueur différent (Fig.95). ‘Trémies pour gaines, tuyaux, ventilations, etc. : voir le « Projet de Béton Armé » p. 188 143]. 12.6. Pourcentage minimum que la section d’acier de flexion est supérieure a la section de pourcentage minimum ; voir le « Projet de Béton Armé », p.133 [43]. ; On vérifiera également les conditions d'écartements maximum des aciers. Fig.95 — x ditfé IBD ~ Pec Ge ees 12.7. Précautions dans les angles 12.3. Aciers transversaux Dans les angles de panneaux de dalle, la déformation élastique de la dalle est telle qu'il y un soulévement des angles qui deux cétés articulés, of i Vacier supérieur, il est done nécessaire de disposer des armatures supérieures pour éviter une fissure 4 45° en partie supérieure de dalle. Ces armatures peuvent étre constituées de barres & 45° décalées ou d'un maillage rectan- gulaire (Fig.97). On vérifie que la section d’acier dans une direction est au moins égale au quart (au tiers en cas de charges mobiles) de la section dans Yautre di (BAEL §.A.8.2.42), 12.4, Empilement de panneaux Pour gagner sur le bras de levier, les aciers principaux sont a disposer sous les aciers Secon daires (ou transversaux) (Fi 3 F 4 Vasure, Ast Me a ‘APA P, =acier principal Fig. 96 - Empilement d’acie AP, = acier princ Fissure AS, = acier secondai Sz = acier secondaire 2: Fig.97 — Ferrallage des angles de dallos 12.8. Charges localisées 12.11. Planchers inversés peuvent étre calculés comme des planchers ret jours uniforme sauf pour Ia pression de I + Charges fixes (poteau reposant sur une dalle, sans ier le poingonnement autour de la surface da ee ou s aux (étriers ou épi dans la zone oi le cisaillement dépasse 0,045 f-rg/'Y, (BAEL._ pe 3yés sur les poteaux (voir Radiers Généraux, chap. 4 art.12). Les téactions d'appui sont §.A.5.2.42). Pour ce faire, la dalle doit avoir une épaisseur minimum de 0,22. 0.25 m, apr aux charges amenées par les poteaux sur gale A la différence de la charge Calculer le maximum des moments sous fe poteau dans les deux directions (Programme propre de la dalle (ce dernier étant « NAVIER »). «Charges mobiles en partie supérieure. 12.12. Retrait jimensionnées pour des raisons ‘le, acoustique...), peut étre insuffisant pour assurer \ettre des pourcentages trés és, empécher la fissuration. Il faut faut pour entrainer une répartition de fissures plus nombreuses et 12.10. Dalles épaisses 1uf pour les aciers de peau des joues de poutre (BAEL § A.8.3). I peut étre prudent, surtout si le elimai est chaud et sec, de diposer un pourcentage mini- Il peut attiver que pour une dal ACI-318-89 préconise 0,18 % pour les dalles pour lastique; le réglement britani Econ 0,15 % pour ces mémes aci SerFose de reprite Peete en 3) 3 al al 13. CHARGES SUR PLANCHERS EN COURS DE TRAVAUX des travaux, un plancher éupporte un certain nombre de charges : faiement ou la prédalle est soumis au poids du béton frais déposé par la maximum que poids de la dalle ge entiére (0,45 m) et les charges de chantier (1 kN/m? par exemple). On doit vérifier le cisaillement a la jonction des deux phases de bétonnage, comme pour une prédalle, { Diaprés l'art, A.5.3.3 du BAEL, on est dispensé d’armatures d’effort tranchant sous forme: «épingles, si le cisaillement ultime reste inférieur a 0,35 MPa. jement et au coulage de I’étage ou des étages supérieurs, ire des matériaux : parpaings, carreaux de platre, radiateurs, ~ Ala mise en place de ~ lors du stockage pr tuyauteries, - Prenons l’exemple d'un étaiement ou dune préd doivent supporter, en plus de leur Poids propre, les charges de béton frais vidé par ie et le poids des ouvriers chargés ee On compte 0,9 kN par homme et un poids spécifique du béton de 23 KN/m? pour ton, te charge d’exécution est donnée forfaitairement dans : uF Rae CPT-Plancher INRS {= porte erie cee ocean | | ChetO2 canoentnse:Ami-portds P=)» charge separa P= L par poutrelle Panes spee (© 0,60 m dentre axes) P<2kN p=2kNim? Planchers a prédalles Peal es largeur a On va montrer cependant, par un exemple simple, que ces valeurs peuvent étre insuffisantes [66] Les volumes des bennes a béton varie de 600 & 3 500 litres ; les valeurs courantes sont dans gamme 1 200 1 500 litres. Prenons le cas d’un plancher corps creux (entrevous) de 0,60 m d’entre axes et de portée ton étant coulé avec une benne de 750 litres remplie & 90 % (675 litres a 23 KN/m? représentent un poids de 1,55 kN). Pour un béton courant, supposons que le tas de béton forme, avant étalement, un parallépipéde de 1,20 x 1,20 x 0,27 m. La surépaisseur de béton est donc de 0,27 - 0,04 = 0,23 m pour une table de compression de 4 cm (partie de béton coulé sur les entrevous). Pour une portée L, on peut admettre Ia disposition de charges de la figure 99 avec P= 0,9 KN (poids d’un homme) p= 0,23 mx 23 kN/m? x a = 5,29 a kN/m (pour une largeur transversale a) Fig.99 - Charges dues au coulage du béton — Exemple Le moment maximum & mi-travée vaut : M=Pc’+p(?-46%)/8 avec b=12m Bt c=18m c’=1,1m M=0,45 L- 0,81 + 1,587 aL - 0,952.4 0,60 m (valeur courante), on obtient M = 1,40 L - 1,38 ‘on applique un coefficient de majoration dynamique de 2, on trouve : = 2,80 L - 2,76 kNm (courbe 1). Compariteon (Fig.100) avec une charge répartie de 2 KN/m? ou concentrée de 2 KN ouP=L: cer m 2 KN/m? sur 0,60 m donne M = 0,6 L?/ 4 = 0,15 L? (courbe 2) 2. N/m? x 0,60 m x L? / 8 = 0,15 L? (courbe 2) L?/ 4 = 0,25 L? poutrelle (courbe 3) 4 6 “ Fig.100 - Comparaison des moments & prendre en compte PLANCHERS EN BETON ARME OU PRECONTRAINT FAISANT L’OBJET D’UN AVIS TECHNIQUE DU CSTB (Cahiers du CSTB ) Planchers en béton armé ‘Nom du procédé Fabricant (n° de département) WEBO-PORTEUR Sié Parisienne des Planchers WEBO (plancher & poutrelles tubulaires) 7) Prédalle FERT ‘Sté de Préfabrication en Béton Armé (poutrelles et pl & prédalles avec | (13) raidisseurs en Prédalie FILIGRA dito ichers & prédalles avec raidisseurs en ) ‘SIMPLEX ito (planchers a poutrelles en | et entrevous) Planchers en béton précontraint a poutrelles et entrevous ‘Nom du procédé Fabricant (n° de département) ADE Ets Guimard (49) STUPF Comptoir Quintinais de Matériaux (22) RECTOR cranté Costamagna (06), Thuault (44) I PPB (85, 37, 57, 29, 71, 03, 31, 19, 33, 30, 34, 94, 68, 51, 83, 20, 14, 69), CIM (76) Costamagna (06), Rector (63), IRB (38), RECTOR SGP (13), CTN (69), Lesage (68), Thuault (44), SPO (29), L2P (67, 68, 77) FAB Sarena) Falco (1), Billard (79), GE SEAC (31, 11) Céramique précontrainte STUP_ ‘TPL (11) PERMAX SNIPREG (94, 62) STURM TRBR (67) Planchers a prédalles ‘Nom du procédé Fabricant (n° de département) Prédalle PPB CIM (76), PPB (83, 68, 71, 34, 19, 33, 37, 31, 30, 03, 57, 51, 14, 69) , SNIPREC (78) Séridalle STUP Corbeil Prédal (91), Billard (79), Préval (26), Médoc-Précontraint (33) SPM 62 ‘SPM (62) Prédalle D 400 S 7 t-Léonard-Matériaux (77), Polybeton Prédalle WEG Sotecoba (04) Planchers a dalles alvéolées Nom du procédé Fabricant (n° de département) ‘SOPREL DCS Guimard (49), Soprel (72) DAL Strudal (45), Alvéodal (77) |B-Morin (60), Sicma-Roos (68), aPC Pascal-Préfa. (69) 608 BIBLIOGRAPHIE [1] Le calcul des grillages de poutres et dalles orthotropes selon la méthode Guyon - Massonet et Barés - R. BARES, C. MASSONET - Dunod - 1966 - 431 p. - Paris, [2] Tables pour le calcul des dalles et des parois - R. BARES - Traduit du tchéque - Eyrolles = 1969 - 538 p. - Paris. [3] Plaques minces élastiques - J. COURBON - Eyrolles - 1980 - 176 p. - Paris, [4] Calcul des Ponts -Dalles - Y. GUYON ~ Annales des Ponts et Chaussées ~ sept.~oc' 1949 - Par [5] Résistance des Matériaux - G. PIGEAUD - tome 2 - 1934. [6] Le Calcul aux Etats-Limites des Dalles et Structures Planes - S, BERNAERT - Annales ITBTP - mai 1969 - Paris, [7] Calcul de Hourdis de Ponts - Bull. Tech. n°1 du SETRA - mai 1972 - Paris. [8] Mémoire sur le Probléme d’Analyse Relatif 4 I'Equilibre de la Plaque Elastique Encas- trée - J. HADAMARD - Mém. Acad, Sc,, t. XXXII n°4 - 1908. ] Tables for the Analysis of Plates, Slabs and Diaphragms based on the Elastic Theory ~ R. BARES - Bauverlag GmbH - 1979 - 676 p. - Wiesbaden. [10] Theory of Elasticity - A.E.H. LOVE - Dover- 1944, [11] Square Plates Fixed at Points - CJ. THORNE - Jour. Appl. Mech. - mat.1948. Rettangolare Appoggiata su Due Oppositi e Soggetta a Condizioni Statiche Varie sugli Altri Due - 0. ZANABONI - Giornale del Genio Civile - mar. avr. 1948, [13] Neuere Verfahren in der Festigkeitslehre - H. HENCKY- Oldenbourg - 1951, 4] Elastische Platten - A. NADAI - SPRINGER - 1925. [15] Theory of Plates and Shells - S. TIMENSHENKO - Mc Graw . [16] Pladeformier - K.W. JOHANSEN - Polyteknish Forening - 1949 - Copenhagen. [17] Pladeformier, Formelsamling - K.W. JOHANSEN - Polyteknish Forening - 1954 - Copenhagen. [18] Yield-Line Theory for the Ultimate Flexural Strength of Reinforced Concrete Slabs - E, HOGNESTAD - Jou. ACT, 24,n°7, mar, 1953, [19] Yield-Line Theory - K.W. JOHANSEN - Cement & Conerete Association ~ 1962 - London. [20] Load Factor Methods of Designing Reinforced Concrete - FE. THOMAS - Reinfor Concr. Review, 3, n°8, - 1955 [21] Plastic and Elastic Design of Slabs and Plates- RH. WOOD ~ Ronald Press ~ 1961 ~ New-York. [22] Ultimate Load Analysis of Reinforced Conerete Structures - L.L.JONES - Inters- cience Publishers - 1962 - New-York. [23] A Yield Criterion for Reinforced Concrete Slabs - R, LENSCHOW, M. A. SOZEN ~ Journ. ACI - 64, n°5 ~ jun. 1966, [24] Design of Flat Plates with Irregular Column Layout - EP. WIESINGER - Journ. ACI- 70, n°2.- feb. 1973. [25] Yield Line Method- Strip Method - Segment Equilibrium Method ~ FP, WIESIN- GER- ASCE Preprint 2502, Structural Convention - april 1975. [26] The Theory of the Strip Method for Design of Slabs - RH. WOOD, G.S.T. ARMER = Proc. Institution of Civil Engineers, Vol 41 - oct. 1968, [27] Yield Analysis of Slabs - K.W. JOHANSEN, R.H. WOOD - American Elsevier Publi- sing - 1967 - New-York. [28] The Strip Method: A New Approach to the Design of Slabs - G.S.T. ARMER - Con- crete, vol 2, n°9 - sept. 1968. [29] Limit Design of Reinforced Concrete Slabs - R.L. CRAWFORD ~ Jour. Eng. Mech. Div. - oct. 1964, [30] Strip Method of Design - A. HILLERBORG - Cement & Concrete Association - 1975 = Wexham Springs (UK). [31] Moments and Stresses in Slabs - H.M. WESTERGAARD, W.A. SLATER - ACI Proc., 17 - 1921. [32] Pattern Loadings on Reinforced Concrete Floor Slabs - J.0. SIRSA, M.A. SOZEN, GP. SIESS - Proc. ASCE, 95, ST6, jun. 1969. [33] Rational Analysis and Design of two-way Concrete Slabs - C.P, SIESS, N.M. NEW- MARK - Jour. ACT - dec. 1948. [34] Tables of Moments and Deflections for a Rectangular Plate Fixed at all Edges and Carrying an Uniformly Distributed Load - U.R. EVANS - Journal of the Applied Mecha- nics ~ 1949. [35] Equivalent Frame Analysis for Slab Design - W.G. CORLEY, .0. JIRSA - Jour. ACI, 67, n°11 ~ nov. 1970. [36] Equivalent Frame Method for Beam -Slab Structures - D.J. FRASER - Jour. ACI, 74, n°5 - may 1977. [37] Design Factors for the Equivalent Frame Method - S.H.SIMMINDS, J. MUSIC - Jour.ACI, 68, n?11 - nov. 1971. [38] Cutting Openings into Post~Tensioned Floor Slabs - F. FISCHLI, M. GRIMM & P. MARTI - Concrete International - Feb. 1988. [39] Frame Analysis Applied to Flat Slab Design ~ Portland Cement Association - Skokie, Ill (USA). [40] Concentrated Loads on Slabs - C.T. MORRIS - Ohio State Univ. Eng. Exp. Sta. Bull. n°80 - 1983. [41] Solutions for Certain Rectangular Slabs - V.P. JENSEN - Univ. of Il. Eng - Exp. Sta. Bull. n° 303 - 1938, [42] Théorie des Plaques et Coques - S.P. TIMOSHENKO, S. WOINOSWKI, KRIEGER ~ Traduit de Yaméricain - Dunod - 1961- 564 p. - Paris. [43] Le Projet de Béton Armé - H. THONIER - Ed, SEBTP - 1991 - Paris. [44] Le Traité de Béton Armé - R. LACROIX, A. FUENTES, H. THONIER - Eyrolles - 1981 ~ Paris, [45] Le Béton Précontraint aux Etats-Limites - H. THONIER - Presses de I’ENPC - 1992 ~ Paris, [46] Le Projet de Béton Armé- Compléments - H. THONIER - Annales de U'ITBTP - Nov. 1987 - Paris. [47] Initiation a la méthode des éléments fini FITHS, D.A. NETHERCOT - traduit de I'an; .C. ROCKY, H.R. EVANS, D.W. GRIF- is - Eyrolles - 1979 - 228 p. -Paris 610 [48] Résistance des matériaux des structures ~ Tome 1 - Milieux continus solides, plaques et coques- S. LAROZE - Eyrolles-Masson ~ 1974 - 221 [49] Formulae de Vingénieur ~ Méthodes pratiques de calcul des ouvrages de génie civil - A. GREKOW, V. ISNARD, P. MROZOWICZ - Eyrolles - 1964 - 713 p. - Paris. [50] Résistance des matériaux théorique et expérimentale - R. HERMITE - Dunod ~ 1954 -860 p. - Paris. [51] Reinforced Concrete Fundamentals - Ph, FERGUSON - John Wiley & Sons - 1981 - New-York. [52] Reinforced Concrete Structures - R. PARK, T.PAULAY - John Wiley & Sons - 1975 ~ New-York. 153] Résistance des Matériaux - Tomes 1 et 2 - Jean COURBON - Dunod [54] Le Béton Armé aprés Fissuration - A. FUENTES - Eyrolles - 1980 - 127 p. [55] La Précontrainte dans le Batiment - A. FUENTES - Eyrolles - 1983 - 146 p. [56] Comportement Post ~lastique des Structures en Béton Armé - A. FUENTES - Eyrol- les - 1988- 124 p. [57] La Poutre Continue sur Micro-Ordinateur - 3-Planchers-Dalles- Programme “PLADA" - H. THONIER - Annales ITBTP - Février 1990. [58] La Poutre Continue sur Micro-Ordinateur - 8-Planchers Précontraints- Programme “PLBP” - H, THONIER - Annales ITBTP - Septembre 1990. [59] Regles BAEL 91 - Régles Techniques de Conception et de Calcul des Ouvrages et Constructions en Béton Armé suivant la Méthode des Etats-Limites - CSTB et Eyrolles - 1992 [60] Régles BPEL 91 - Régles Techniques de Conception et de Calcul des Ouvrages et Constructions en Béton Précontraints suivant la Méthode des Etats-Limites - CSTB et Eyrolles - 1992 [61] Cahier des Prescriptions ‘Techniques - CPT- Planchers - Titre III - 1° partie - Plan- chers confectionnés 4 partir de dalles alvéolées en béton précontraint - Cahiers du CSTB - Mars 1992. [62] Cahier des Prescriptions Techniques - CPT- Planchers - Titre I - Planchers nervurés 4 poutrelles préfabriquées associés a du béton coulé en ceuvre ou associés a d’autres cons- tituants préfabriqués par du béton coulé en ceuvre - CSTB - 1982 et 1983. [63] Planchers a tole métallique profilée (bacs acier). Méthode générale d'essai et principe de dimensionnement des bacs pour leur justification en phase de montage - CSTB. [64] Cahier des Prescriptions Techniques - CPT- Planchers - Titre II - Planchers confec- tionnés & partir de prédalles préfabriquées et de béton coulé en ceuvre - CSTB - Septembre 1979. [65] Institut National de la recherche en Sécurité - INRS - Note n° 230.22.61 [66] Office Professionnel de Prévention du Batiment et des Travaux Publics - O.P.PB.T.P ~ Cahiers des comités - Juillet-Aoat 1991 ~ p. 6 a 10. [67] Planchers en dalles alvéolées - Technique en plein essor - CSTB-Magazine -N° 54 - mai 1992 [68] Recommandations professionnelles relatives au transport, au levage et Ia mise en place des dalles alvéolées - Fédération de I"Industrie du Béton - FIB - Syndicat Planchers- Ossatures, oil [69] DIN 1045 - Beton und Stahlbeton. (Réglement allemand de béton armé) [70] DIN 4227-Teil 1. Spannbeton. (Réglement allemand de béton précontraint) [71] Post-Tensionning in Multi-Storey Structures - P. Matt - FIP-Notes - 1989/3 [72] Flat-Slabs prestressed in Support Strips with Long Spans and Heavy Loads - G.M. RAPIN & G.V. ZENOBI - FIP-Notes - 1987/1 [73] Tips for Post-Tensioning - D.W. FALCONER - Concrete International - Feb. 1988 [74] Resolutions of Fields Problems with Unbonded Single-Strand Tendons - G.P. CHA- COS - Concrete International - Feb. 1988 {75] Inspection of Unbonded Tendons - D.W. FALCONER & P.W. WILSON - Concrete International - Feb. 1988 612 7. POUTRES ET PLANCHERS 1, CALCUL DES PLANCHERS 1. Méthode générale METHODE ‘Gina. erections: Domaine d'application Trois moments 1 ‘Général Dalles rectangulaires. grange! S Méthode de Lagrange: 4 obtés articulés. | autres encastrés, libres ou articulés. Lignes de rupture 2 Dalles de forme queloonque 1.2. Réglement frangais BAEL Aricle | Flexion dans 1 ee METHODE ous aiectone Domaine d'application Plancher a charge d’exploitation répartie Caquot | Annexe E2 1 Ae ceca aa & surcharge modérée : g <5 KN/ Forfaitaire | Annexe E1 1 Pipucher aa ety eae dee Tica Dalle reciangulaire simplement appuyée ragrangé. | Annexe E3 2 sur son contour, soumise & une charge (riageve), répartie uniforme Dalle rectangulaire partiellement ou totale- Approchée | A8.2.32 2 ment encastrée sur son pourtour, charge- ments queloonques Planch ‘Plancher sans pouire, avec ou sans chapi- aie | Annexe £4 2 teaux, 0,6 Ly < L; <2 Ly ; poteaux < por- tées/5 613 1.3. Réglement britannique (Dalles rectangulaires) Arien?i| Geagueae | Domaine d’application 35 Tet2 __ | Dalles pleines appuyées sur poutres ou murs Portée x largeur totale < 30 m’ 79.5 1,259;q55kNim= 3.5.24 1 Valeur forfaitaire des moments sur appuis et en travée : table 3.13, Portée x largeur totale < 30 m=; q = 1,259 ;q<5 kNim= ren tet2 _|Un seul cas de charge a étudier avec tous les panneaux is, chargés. Les moments sur appuis peuvent étre diminués de 20 %, ceux de travée augmentés en conséquence 353 2 Simploment appuyées ou encastrées 37 2 Planchers-dalles avec Lax / Lnin 2 1.4, Réglement américain (Dalles rectangulaires) Flexion dans Article n° | 1 ou 2 direc- Domaine d’application tions = 0,833 <4 / Ly, < 1,20 Charges uniformément réparties : q <3 9 Méthode directe : art. 13.6 ; Lax / Lmin $2.9 $39; 13 2 0,833 < L,/ Lj < 1,20 ; prise en compte de la raideur des poutres de rive éventuelles Méthode des portiques Equivalents : art. 13.7 1.5. Programmes de calcul de poutres et dalles sur ordinateur Programme de dalles Domaine d’application ou planchers «POCO » | Calcul les solicitations de poutres continues pour chaque cas de char- ges trapézoidales partielles, concentrées ou mobiles «BAEL» _ | Vétification des contraintes, détermination des aciers et métré estimé des quantités d'une poutre continue en béton armé suivant le BAEL 91 «CM» __ | Détermination des contraintes enveloppes des cas de charge de poutres continues métalliques «EC2» _ | Verification des contraintes, détermination des aciers et métré estimé des quantités d'une poutre continue en béton armé suivant Eurocode 2 Programme de dalles Domaine d'application ou planchers Vérification des contraintes, détermination des aciers et métré estimé «BS» |des quantités d'une poutre continue en béton armé suivant le r8glement britannique BS 8110 Vérification des contraintes, détermination des aciers et métré estimé «ACI» — |des quantités d'une poutre continue en béton armé suivant le réglement américain ACI 318-89 Vérification des contraintes, détermination des aciers et métré estimé «DIN» | des quantités d'une poutre continue en béton armé suivant le réglement allemand DIN 1045 ‘Vérification de la fléche de poutre ou dalle suivant historique de charge- « FLECHE2 » red Pouire sur sol élastique soumise & des charges réparties trapézoidales «ose les ou concentrées « NAVIER » rectangulaire articulée sur 4 cétés, soumise des charges répar- ties uniformes sur des rectangles partiels Dalle rectangulaire de sur 2 cbtés opposés, chacun des 2 autres « DALLRECT » | pouvant étre encastré, libre ou articulé. Chargement trapézoidal total dans deux directions, en particulier uniforme, trapézoidal ou triangulaire Dalle circulaire appuyée ou encastrée sur sa périphérie, soumise & des chargements trapézoidaux partiels de révolution Dalle de forme quelconque par la méthode des lignes de rupture, Calcul « DALLRUPT » | du maximum du moment m (1,A2,A3, ...) pour 6 paramétres maximum. Calcule le moment maximum et sa position Plancher-dalle suivant les Régles BAEL 91 par la méthode simplifiée et les formules de Caquot «PLBP» | Dalle précontrainte par cables non-adhérents suivant le BPEL 91 « PLANCM » « DALLCIRC » « PLADA » 2. CALCUL DES POUTRES CONTINUES Les poutres continues sont calculées suivant le cas, selon les méthodes de la Résistance des Matériaux ou des méthodes adaptées au béton armé, comme les méthodes dues & Caquot. On trouvera dans les chapitres 1 et 2, les éléments de calcul des poutres continues. 615 Méthodes de calcul (par ordre de préférence). Poutres sans table Nis conirecaer ‘Avec charges roulantes —_| 1 — Trois moments. T= Caquot Sans charges roulantes | }~Caquot Poutres avec table TaCanast Caisiges quelnonqies 2—Trois moments de compression Charges « modérées » Satisfaire au moins 2 des 3 conditions ci-aprés : a)q<5kNim?etq<2g b) méme inertie et 0,8 < Lily; < 1,25 ©) fissuration peu préjudicia- ble 4 —Caquot minoré 2-Caquot 3—Trois moments La méthode forfaitaire (Art. B.6.2.21 du BAEL) est a éviter, car, en général, moins écono- mique. 3. PLANCHERS A ENTREVOUS 3.1. Description ‘Ce type de plancher est trés couramment utilisé dans la construction de maisons individuel- les. Test constitué : ~ de poutrelles préfabriquées en béton armé ou en béton précontraint, disposées paralléle- ment et espacées de 0,50 m a 0,70 m, avec ou sans armatures d’effort tranchant (Fi ~ dentrevous de forme adaptée aux poutrelles (appelés aussi corps creux) en béton, en terre ite ou en polystyréne (Fig.2), ‘une dalle de compression supérieure (a I’exception de certains montages en entrevous le de compression incorporée, entrevous T.C.1.) en béton de 4 6 cm d’épaisseur, ulée sur l'ensemble poutrelles-entrevous qui tient lieu de coffrage (CSP = coulé sur place, est-A-dire sur le chantier, par opposition au béton préfabriqué) (Fig.3 et 4). 616 se a Fig.1 — Planchers & entrevous ~ Types de poutrelles eer teust es we: Bn bento rails Dolls de compression COP asia Sakat on pelyatycioe Fig.3 — Planchers a entrevous béton et, polystyréne és sans table Fig.A Plancher & céramique précontaints la couverture dense sur tout le territoire national des fabricants ou distributeurs, vité économique de ce procédé par rapport aux autres pour les constructions slation thermique avec des entrevous en polystyrene. 3.2. Conditions a satisfaire tions Techniques CPT-Planchers- Titre I, dans I" Avis Technique du procédé des 4/6/1973 et 19/12/1975 pour la classification des matériaux, aux arrétés des 5/1/1959, 10/9/1970, 25/6/1980 et 31/1/1986 pour les types de bitiments ainsi qu’au DTU-Méthode de prévision par le calcul du comportement au feu des structures en béton d’avril 1980, ~ de réalisation des plafonds suivant les DTU 25.221 et 25.232. Remarque Laffaiblissement acoustique d’un mur ou d'un plancher est fonction de la masse de la paroi 618 A= 17 logo (m) + 3,7 pour m < 145 kg/m? A= 40 logyo (mn) - 46 pour m > 145 kg/m? avec m = masse en kg/m? et A en dB Sachant que les parois comportant des corps creux ont un af de 3 a 4 dB par rapport a la paroi pleine de méme masse. iblissement acoustique réduit EXEMPLE : Pour un plancher a entrevous de 280 kg/m? et de 0,20 m d’épaisseur, on trouve A = 52 dB, auquel on retranche 4 dB pour tenir compte du fait que c’est un corps creux, soit un affaiblissement de 48 dB. 3.3. Calculs 3.3.1. Dispositions générales BAEL (Art. B.6.8.41) = Charge de chantier = Max [0,5 kN/m ; 1 KN] ~ Le cisaillement est repris par la poutrelle seule, jes chapeaux sur appuis de tive ~ Prévoir des aciers d’effort tranchant, sa ~ Les poutrelles posées sans étais interm de construction. res sont a étudier en tenant compte des phases 3.3.2. Dispositions propres aux planchers d entrevous BAEL (Art. B.6.8.42) On est dispensé d’armatures d’effort tranchant (épingles, cadres ou étriers) si (Fig.5) : ~ Ia construction n’est pas pirasismique, = la contrainte moyenne ultime de glissement sur le périmétre de liaison est inférieure 40,50 met 400 E / f, pour des entre axes E compris entre 0,50 m et 0,80 m (E en métres et acier en cm?/m), ~ la section A; est au moins égale a la moitié de Aj, jg dlaison vente péirable | | ane co sene ——+ 150,00 tes Fig.5 — Dispositions BAEL 619 Les fléches des planchers avec étais, calculées par les méthodes classiques, peuvent étre diminuées de 20 % pour des hauteurs de plancher < 0,20 m et de 10 % au-dela, pour tenir compte de la rigidité apportée par les entrevous. Pour des planchers avec étais, on peut se dispenser de vérification de la fléche sih/ L2M,/(15 M,), siA,/ (6, d) > 3,6 /f, et si h/L>1/22,5 ‘= hauteur totale du plancher fini (m) L = portée entre nus (m) M, = moment maximum en travée (< M, en cas de continuité) M, = moment isostatique de la travée A, = acier longitudinal (cm?) 6, = largeur de la nervure (m) (Fig.5) d= hauteur utile du plancher fini (m) ‘f= limite élastique des aciers en MPa 3.3.3. Dispositions du CPT-Planchers—Titre I Ce Cahier des Prescriptions Techniques concerne les « planchers nervurés 4 poutrelles pré- fabriquées associées du béton coulé en ceuvre ou associés a d’autres constitutuants préfa- briqués par du béton coulé en ceuvre » [1]. Ce document de 167 pages ne peut étre résumé de calcul du béton en vigueur a l’époque de sa ~ du transport, de la mise en euvre et de la pose, ~ de la finition et des ouvrages complémentaires, 3.4, Exemple de calcul (Fig.6) les précontraintes ont les dimensions indiquées sur les figures 7 et 8. Le centre les aciers 3 OS est a (2 x 25 + 60) / 3 = 36,7 mm du bas de Ia poutrelle, béton CSP. x yo 0 Pe 44 ‘ eld ne = sro = Fig.6 - Plancher fini 620 70 + 5 meer 305 785 0 ta a, [vests “0 f 7 0 aA—>4 2 Fig.7 - Poutrelle précontrainte avec 3 25 poutrlio. | _— Fig.8 - Poutrelle et corps creux (entrevous) centre axes 0,62 m Les caractéristiques géométriques et mécaniques figurent dans les tableaux suivants. Béton Notation] Unité | Poutrelle | Poutrelle seule _ | + dalle CSP la fabrication Teo MPa [30 fio MPa |2,4 ala pose fan MPa | 40 tw MPa |3,0 28 jours aprés pose fog «| MPa 25 fos MPa 24 Caractéristiques mécaniques Targeur table b m 1012 0.65 largeur me bo m__ {007 0,07 621 Caractéristiques mécaniques Hauteur table fo m 10,04 0,04 Hauteur totale h m — |o,14 0,24 Aire s m? —|0,01180 0,04000 Inertio ' m* — |0,0000204 | 0,0001812 Centre de gravité v m — |0,0785 0,0620 e v m — |0,0615 0,1780 Module diinertio Ww m? | 0,000260 | 0,002922 a w m> — |0,000332 | 0,001018 Distance a la fibre inférieure a m — |0,0367 0,0367 Excentricité e m |-00248 |-0,1413 Entre axes E m__|0,6200 0,6200 Poids propre poutrelle 9 __[kNim [0.2773 _| ( 23,5 kN/m? x 0,0118m?) Poids entrevous + béton CSP__|g, __|kNim |1,7300 _ | (catalogue fabricant) do _[kN/m 0,500 | (BAEL 91 B.6.8. 412) A N/m |0,9300 | (= 0,62 mx 1,5 kN/m?) Précontrainte Effort MN Nombre de 3 Section d'un fil mm? /19,6 Section d'acier A, |mm? —|58,8 te A la mise en ton) Impa {1.575 | P;=0,00061 Contrainte aprés détension** |op, |MPa |1417 |p, =0,08332 Contrainte & la pose Sp [MPa |1339—| Py = 0,07873 Contrainte finale o> _|MPa_ |1260 _|P~=0,07409 (= Min 0.85% 160,095. 1 650] - 1575 MPa Q On @ supposé 10 % de pertes instantanées, 10 % de pertes difiérées totales, dont § % jusqu’a la pose sur chan- Portées, Entre nus cm 574 Entre étais _|m 2,87 Les contraintes limites (CPT-Planchers) sont les suivantes en ELS : * en construction avec étais, contrainte en partie supérieure sous poids propre au droit de T'étai, supérieure a - 4 MPa, + en phase finale, contrainte en De ph supérieure 622 ie inférieure, supérieure - 1 MPa. phase finale et sous I’action de la seule précontrainte, la contrainte doit étre + - 3 MPa en partie supérieure, + 4MPaen partie sipéricure, + 2 MPaen valeur moyenne. Les calculs sont effectués suivant les différentes phases du tableau étai A mi-portée aprés pose de la poutr de la mise en place d’ entrevous, et d'un désétaiement entrainant une charge verticale dirigée vers le bas égale a Ia réaction de l’étai enlevé. Phases Courbes des moments Moments 1) Fabrication (manuten- c L—x) 12 Son) bora de la detoneion | =e SO Coe oa 574 Al'abscisse x =5,74m —t 2) Perte de précontrainte jusqu’a la pose des pou-| AP, = P,-P; = AP, eo trelles sans étai 3) Pose 6tai bloqué non| a B ‘Travée AB : ae puis pose entrevous flay xo-X) 12-91 XL 9/8 et béton coulé sur place 267 287 f x 94 x («= Lp) (L—x) /2 (p= L/2=2,87 m) fae = (L-%) lol 8 4) Charges de chantier.| 8 ¢ | Tavée-AB, maximum et mini- Enveloppe des 4 cas de {et mum de : charges suivants ; ) do X (Lo — X/ 2- Ao (L-*) Py /i8 Gx 0 26 L- 9) co Go (Lo - XY 2 ~ Go (L- a) x, x Lyte )~ G9 (L=X) Lo 18 ee ow (tw m4 4/4) ») MM, ® fasex/ty—t pourxely IL dei dQ, /3/18 @ x i °) eh Travée BC, maximum et mini- mum de : wie @) do (L- x) — =" ~ Go (L=*) Lo/ 8 4 ha b) do (L— x)= Le) /2 2e7 | 287 5% co Cee K+ ©) = (LX) d) wae — a4 jour a variant i) fe0 al =5,74m d) =n) at, V3 118 8) Enlévement de 'étai B R= 1,259; lo 4 B 7 & |deAaB:5Rx/16 4 oy cy ey p24 287 ldo BAC: OxL- 1149/18 623 Phases ‘Courbes des moments ‘Moments charges différée 8) Charges d'exploitation Envelope des cas de ) FT * 7) Perte de précontrainte AP= P,-P alo = 5,74 ts 0)=q) XL 16 -APe Maximum et minimum de = a)qix(L-»)/2—q)xL/8 Hemeceaie—d xcs On calcule ensuite les contraintes dues aux combinaisons de cas de charges pour chaque combinaison et pour chaque abscisse comprise entre 0 et L = 5,74 m, Les résultats ci- dessous ont été calculés avec un pas de L/ 100. Les résultats figurant dans le tableau suivant représentent les cas extrémes, Carmo waion | Coat Cot Gan} | eons Rs | canaia tte mms] na | oh | gmtner| aoe | aon | demain ‘son | ges (MPa) ) = haut pout. (-) easphetpaa | Woo) | pe Tr : Sons aia 1 11 | poutote | dienson | 079 | ayay,, on : - swaschanes | yoy | tal | s-auranreai | a0 | -oa0 permanentes salle : 13,30 986 Ria pose des Sansa 2 | +2 | puma | adtenapeas | 4° | 2194 i fe | eal 2 eee | es | oo sanPasxesi | 530 | —s0 eu : ae | G8 i +2 ito aveclacharge] fy) =40 oar 3] #3 | pasate |“ceapenaen : iiay"| 4 MPa OK tee Combinaison 2 = cas (1 +2 +3) Cas 5 : Réaction d’étai R = 1,25 g, L, = 1,25 x 1,73 X 2,87 = 6,21 kN Oe ee ae 491 40 140 240 07 4116 100 { On vérifie bien que : comp 14,49 <2 fj, 3 = 26,67 MPa OK a7 et Greet =~ 3,30 > - 4 MPa OK Combinaison 3 = combinaison 2 cat Mgymax = 0 Combinaison 4 = cas (1+2+3 +4 yin) On vérifie bien que : Geomp = 16,04 < 2 fz, | 3 = 26,67 MPa OK Combinaison 5 = cas (1 +2 +3 +5) 191 100 “330 te 40M ig 240 ¢ - 140 547 9.02, 1449 “ On vérifie bien que : Geomp = 9,02 < 0,5 fag = 12,5 MPa OK et Gigs = 9,02 > - | MPa OK Combinaison 6 = cas (1+2+3+5+6max) 191 og8 209 100 448 4,16 + = Oe 240 050 140 902 a2 320 On vétifie bien que : comp = 6,20 < 0,5 fog = 12,5 MPa OK €t pgs = 6,20 > ~ 1 MPa OK Combinaison 7 = cas (1 +2 +3 +5 +6 min) 4 tat om 58 100 A tsse . | jy SAH ase 240 140 a9 4 896<15 Ok Combinaison 8 = cas(1+2+3+5+7) 101 010 2,01 is a 486 are ‘ 028 8 ae 240 A 40 ae 078 025-<1250t>-1 OK Combinaison 9 = cas (1+2+3+5+ 6nax +7) 098 299 100 472 1424 060 = F824 a0 240 140 826 282 544<15et>-1 OK Combinaison 10 = cas (1+2+3+5 + 6nax +7) 201 a 498 100 “74 sa, | 2 4% 240, 140 0.04 826 920<15el>-1 OK On vérifie également les contraintes dues A la seule précontrainte (CPT) en phase finale. 0.10 0.10>-3 OK 100 41.00 one ih 730K J 9182-3 ox 240 0.16 46 $ ’ B 831 cs 13,28 073 052 1208>4 OK La contrainte moyenne P / S = 0,07409 / 0,04 = 1,85 MPa < 2 MPa n’est pas vérifiée, ce qui nous obligerait de disposer de 4 fils 5 au lieu de 3 D5. Cette condition n’est pas justifiée de maniére explicite et nous semble trop sévére. Le futur CPT-Plancher, a mettre jour avec le BAEL 91 (voire I’Eurocode 2), sera peut-étre moins exigeant sur ce point. Vérification en ELU (voir le BPEL 91 ou le chapitre XV de la référence [45] du chapitre 6 ci-dessus). La section de calcul est celle de la figure 9. 520 — jo 2008 aa 70 bt Fig.9 - Section de calcul simplifiée en ELU 3.4.1. La courbe contrainte-déformation (6,,€,) de Vacier peut étre représentée par la formule : s,= Z POUE 6, < 0,9 fey / Yp = 0,9 X 1658 / 1,15 = 1298 MPa ou 5 2, a + s00( - 09) pour c, > 1 298 MPa p (ere avec : Jpeg = limite élastique garantie de ’acier = 1 658 MPa (voir tableau en début d’exemple) = 115 E, = module d’Young de Iacier = 200 000 MPa La contrainte finale de l’acier vaut (voir tableau en début d’exemple) 1 260 < 1 298 MPa, done €, = 6, / E, = 6,30 %o 630 3.4.2. Décompression du béton (Fig.10) En partant du diagramme de la combinaison 8, correspondant au cas des charges permanen- tes, on trouve une contrainte 6}, = 4,86 MPa au niveau du centre de gravité des aciers de précontrainte. 7 226 Fig. 10 - Diagramme des contraintes sous charges permanentes On trouve Ao’, = 5 Oj, = 5X 4,86 = 24,3 MPa (BPEL, art. 6.3.3) puis 6’, = G, + Ao’, = 1260 + 24,3 = 1284,3 < 1290 donc e’, = 0", / E, = 6,42 %o 3.4.3, Allongement 4 VELU On calcule le moment ultime di aux charges permanentes (travée isostatique de portée L) et variables (en continuité de deux travées de portées L) : M, = 1,35 My + 1,5 M, = 1,35 &, + g,) L?/8 + 1,5 gq, (3/32) L? = 1,35 (0,2773 + 1,73) x 5,74? / 8 + 1,5 x 0,93 x3 / 32 x 5,742 = 15,47 kNm = 0,01547 MNm La résistance de calcul du béton de table vaut Gj, = 0,85 firs / Ys = 0,85 X 25 / 1,5 = 14,17 MPa La résistance de la partie extérieure de table de compression vaut : Fue = (b ~ bg) hg Gp = (0,62 ~ 0,04) X 0,04 X 14,17 = 0,329 MN = 329 KN Le bras de levier correspondant z,, = d - h, / 2 = 0,2033 - 0,02 = 0,1833 m et le moment résistant de la table extérieure M,, = Fy, Z = 329 X 0,1833 = 603 kNm Le moment reprendre par la nervure est donnée par M, = M, - My, = 329 - 603 <0 L’axe neutre est dans la table doi: WL =M,/ (6 @ 6;,,) = 0,015047 / (0,62 x 0,20331? x 14,17) = 0,0426 la position de la fibre neutre & = x/d= 1,25 (1 - 1—2n) = 1,25 (1 - 1 = 20,0426 ) = 0,0544 soit x = & d = 0,0544 x 0,203 =0,0111 m < 0,05 = 1,25 h, (la fibre neutre est bien dans Ia table) Le bras de levier vaut z= d (1 - 0,4 x) = 0,2024 m L’allongement de 'acier est donné par Ae”, = €, (1 - £)/ & = 0,0035 (1 - 0,054) / 0,054 = 0,0607 > 0,01, nous limiterons Ae”, a 10 Se. Au total e”, =e", + Ae”, = 6,42 + 10 = 16,42 %o. “ Par application de I"équation de I'acier (équation du 5° degré ci-dessus), nous trouvons ”, = 1520,4 MPa soit P” = A, , = 58,8 10° x 1 520,4 = 0,0894 MN. Fig.11 - Exemples d’éléments préfabriqués peuvent étre préfabriquées en totalité ou en partie (prédalles), en béton armé ou. intes par fils adhére délais, on utilise couram- ‘ment des poutrelles préfabriquées en béton armé pour les faibles ou moyennes portées, ou en béton précontraint pour les portées moyennes ou grandes, associées a des prédalles soit de petites dimensions et mises en place 4 la main par deux personnes ou bien plus grandes et posées A la grue. On vi (coulé sur place = CSP) (Fig, Prédalio Poutrello prota, doimazsm ” =o at Fig. 12 — Plancher nervuré a poutrelles préfabriquées et prédalles 634 Le calcul, en phase définitive, est effectué comme pour une poutre en Té, en respectant les ‘conditions de largeur de table a prendre en compte (BAEL 91, § 4.1.3): : Son ne peut attribuer la méme zone de table & deux nervures différentes, ce qui veut dire que Ia largeur totale de la table ne peut exeéder I'entre axe des nervures, débord de la nervure ne peut dépasser le dixiéme de la portée d'une travée, | Je débord ne peut dépasser, a une abscisse donnée, les 2/3 de la distance de la section Gtudiée A I'axe de l’appui le plus proche. reprise de bétonnage entre éléments préfabriqués et béton yur les questions de cisaillement. Des aciers éventuels jement doivent traverser cette reprise et étre calculés vant la régle des coutures. La table de aciers de flexi La disposition avec un seul acier n’est pas recommandée pour des raisons de ouvertures de fissures et de résistance A des flexions transversales parasites LU Fig.13 -Aciers longitudinaux dans une nervure Les enrobages doivent respecter les dispositions du BAEL (§ A.7.1), ou du BPEL pour les éléments précontraints, soit ~ Lem pour des éléments protégés, - 3 cm pour des éléments soumis aux intempéries. 4,2, Transmission transversale des charges concentrées Lanervure n° 3 (Fig. 14), si delle seule, I'effort concer n? 2 etn? 4 et, dans une m Fig.14 — Plancher nervuré Inert Fig.15 ~ Déformation sous charge concentrée Par raison de symétrie (Fig.15), on R3 = Ry Les fléches f; et fz des nervures n° 2 et n° 3, pour les poutres de portée L, sont égales 4 (Voir Chapitre 2, type de charge 4) : ~ “ RL? Si = Ggpy (Poutre sur deux appuis simples avec une'charge concentrée a mi-portée) -R,L? a= WEI Considérons la dalle comme une poutre d'inertie et de portée 2. sous les charges (P - R, A mi-portée, et - Ry aux abscisses 2/6 et 5 2/6 a d ~(P-R,) 8102 -R,x2x390? A= —3eaeE ~ — 3 888ET —(P-R,)39A?_ -R, x (17425) 3 A= 3 888EI 7 3 888EI Posons = L3i/ (IL). pa tient um yeti de deux équations a deux inconnues R, et Rz, découlant de I’égalité 81(1+p)R,+7R)=-81NR, ~ 39 (P-R,) +42R,=-B1 NR, Posons p= (42 + 81H) /39. Les racines sont : R, =~ 811 P/(78-81p-8ipp)et R,=P-pR, 636 Pour une sple numérique (Fig.16) charge concentrée de 120 kN & mi-portée de la nervure de longueur L = 10 m, on Pow ti450 m, 1 = 0,01305 m* (moment d'inertie de la section en Té, voir programme INERTORS wprés). Sa admettant une diffusion & 45° horizontalement de la charge, soit une Iargeur de dalle B ve 1,50 m transversalement, on a une inertie de table : j=1,5x 0,15*/ 12 = 0,000422 m* 0,12 MN ve Fig. 16 — Répartition d'une charge concentrée sur 3 nervures On calcule 1 = L? i/ (14%) = 10° x 0,000422 / (0,01305 x 4,5*) = 0,35487 et p= (42 + 81H) / 39 = (42 + 81 x 0,35487) / 39 = 1,8139 f SIP » Gob Ry = FERBip sap ~ IMAP = 285 IN et R, =P-pR,= 120-1 ‘Si l’on avait pris, pour la diffusion de la charge, une largeur de dalle 5 transversale diffé- rente de 1,50 m, on aurait trouvé : Largeur de table 6 Ri en kN Ry en kN 0 0 720 4/2 entre axe = 0,75 m 28,8 78,4 entre axe=1,50m 28,5 68,3 2 entre axes = 3,0m 25.1 56,1 portée de la nervure = 10 m 14.8 31,4 On constate que la longueur de table prise en compte a une grande influence sur le résultat. On note également que la somme R, + 2 R, n’est pas égale & P= 120 kN du fait que I’on a supposé que les extrémités de la dalle de 4,50 m de portée étaient it difference représente les deux réactions d’appui aux extrémités. 4.3. Programme « POUAPELAS » tions et déformations d'une poutre Ce programme permet de calculer les réactions, sol iques, soumises a des charges et cou- sur deux appuis simples et sur appuis ponctuels él: ples concentrés. On peut, par exemple, déterminer les charges reprises par un ensemble de nervures dun plancher nervuré, lorsqu’une charge concenirée est appliquée sur une des nervures. 637, 4.3.1. Mode d’emploi Lorsqu’il y a plusicurs données sur une méme ligne, elles peuvent étre rentrées en format libre en les séparant par un (ou plusieurs) espace blanc, 1° Ligne N, Nombre de ressorts élastiques sous charges verticales ou sous couples 2°Ligne Ne Nombre d'abscisses différentes pour des charges ou couples concentrés 3°Ligne = L Portée en matres 4° Ligne — x,,kp ke (Nrlignes) x, = abscisse de "emplacement du ressort kp= valeur du coefficient de ressort sous charge concentrée verticale (MN/m) kc = valeur du coefficient de ressort sous moment (MNam/rd) 5° Ligne —xX¢yP,C (Nc Lignes) x, = abscisse du point d’application d’une charge concentrée et d’un moment, P = charge concentrée (MN) ‘C= moment concentré (MNm) Ligne E Module d’ Young du matériau de la poutre (MPa) T Ligne I, Moment d’inertie de la poutre (m*) 4.3.2. Données de I'exercice précédent, on considérera une dalle de 23 m de portée pour influence des appuis d’extrémités. Ona ainsi : ~ des ressorts aux abscisses 10m 12,50 m et 13 m ~ qui ont un coefficient pour les charges verticales é tivement la portée ie de la poutre en Té, soi p= 48 x 30 000 x 0,01305 / 10° = 18,79. Si l'on prend en compte Ia résistance a la torsion de la poutre en Té, on détermine son moment d’inertie de torsion K = E ky x° y pour chacun des rectangles (de cété x et y avec 2 <,y) la composant, Mais, compte tenu du fait que Je résultat obtenu est légérement infé- ieur a Ia valeur exacte, on peut prendre A - 0,75 i, au lieu de h ~ hy pour longueur du rectangle d’ame. La valeur du coefficient ky est fonction du rapport x / y. Elle est donnée dans le tableau résumé « Torsion » en fin de ce chapitre. Pour des rectangles trés plats (x / y < 0,1), le coefficient vaut 1/3. xly 0 0,2 0,4 06 08 1,0 A 0,333 0,291 0,249 0,209 0,172 0,141 a kp = 8 El/ L?, Let I étant respec- En assimilant V’me a un rectangle de hauteur h - 0,75 hy et de largeur b,, soit 0,30 x 0:5375 m, on trouve fy = 0,216 et pour la table de 0,15 x 1,50 m : k= 0,312, d’od K = 0,216 x 0,3? x 0,5375 + 0,312 x 0,15? x 1,5 = 0,004714 m* 638 ‘Le coefficient d’élasticité & Ia torsion des poutres en Té vaut ke = 2G K/L =E/2(1+v)=04E ores K E/ (1,15 L) = 0,004714 x 30 000 / 11,50 = 12,30 MNm/rd (Woir le programme « INERTORS » aprés le programme « POUAPELAS ») 1 “ données au clavier “3 ressorts “1 charge concentrée * portée “ abscisse, ressorts en MN/m et MNm/rd * dito dito * abscisse, charge (MIN), moment * Young * inertie (m*) Sz POURPELRS lUoutez-Uous Entrer les Donnees au Clavier =1 , en DATA =2 INonbre de Ressorts =? 9 INombre de Charges Concentrees (Charges ou Couples =? 1 rortee (nd =? 23 Abscisse , Coeff. Chorge cmd, Charge HN) , Couple (tim) = IModulle d*Young de 1a Poutre(tiPa) =? 30000 Homent d'Inertie de 1a Poutre (m4) =? 0.000422 639 comprimée et, dans les cas de faibles ions, ily a moins de risques de fissuration de flexion. On peut retenir un moment d’inertie de t K = 0,312 x 0,15 x 1,50 4.3.3. Données répétées sur Vécran SSS. réduit & la seule table, soit : de 0,004717 m*‘. ky = KEB/ (1,15 L) = 4,22 MNm/rd au liew loonnees: lrortee = 23.000 » Iodule dVoung de 1a Poutre = 30000 tPa Moment d°Inertie de a Poutre = 0.004220 ad En utilisant le programme « POUAPELAS », on obtient alors les réactions d’appui suivan- eg? = nervures 1 et3: 0,02978 MN (au lieu de 0,03132) ~ nervure 2 : 6 MN (au lieu de 0,05798) Resorts ino Abscisse Coe. sous P Coef. sous C De méme, avec une ri de torsion nulle, on obtiendrait : Fv/m Ttn/ 1 19.009 ¥8.79000 12.3000 ~ nervures 1 et 3 : 0,02834 MN 2 111500 18.78000 1220000 . . 3 131000 18.79000 12,3000 - nervure 2 : 0,06453 MN i. Valeurs proches de celles obtenues par le calcul manuel simplifié ci-dessus. anges ino. Abscisse Charge Concentree Couple Concentre nN tn 4.3.5. Listing de « POUAPELAS » 10 REM Programme "POUAPELAS" - Henry THONIER - Janvier 1993 20 REM Poutres sur deux Appuis Simples et sur Appuis Elastiques Ponctuels, 30 ON ERROR GOTO 50 ‘40. GOTO 60 ‘50 PRINT USING'Ereur ## Ligne##¥#9#":ERRERL:STOP 60 CLS:DEPDBL A-H.K-M.O-Z 70 DEFINT LIN 4.3.4, Résultats ‘80 CALL TEXTFONT(4):CALL TEXTSIZE(9) 90 GOSUB 180 Lecture des Donnees SSS wea0krs ————— | 111,500 0. 12000 ‘0.00000 lox? 100 GOSUB 780 Repetition des Donnees 110 GOSUB 550 Calcul des Coetf. de la Matrice 120 GOSUB 1050’ Resolution du Systeme dEquattions 130 GOSUB 1320 ' Ecriture ces Resultats, 140 INPUTOKOK 150 END 180 INPUT Voulez-Vous Entrer les Donnees cu Clavier =1, en DATA =2: =%{TR 190" NR = Nombre de Ressorts, NC = Nombre de Charges, L = Pattee 200 IF ITR=2 THEN READ NR.NC.L:GOTO 240 0.03132 0.01198 210 INPUTNombre de Ressorts =":NR 0.05798 0.00000 220 INPUT'Nombre de Charges Concentrees (Charges ou Couples ="NC 0.03132, 0.01198 230 INPUT Portee (m) ="L Moments Hie) Rotation Fleche Gauche Droit rd an © 0.000 0.00000 0.00031 9.00000 9.00000. 0.237 0.000 1 THEN PRINT" Abscisse (mn), Coet. Chan 7 $ 10.000 -0.00031 9.03101 -0.00306 -0.01504 -0.974 1.667, ee le So SAS ASE PPE 2 11-$00 0.03101 -0.03101 0.03147 0.03147 0.000 3.086 oe ee ‘Conic 3 13:000 0.03101 0.00031 -0.01504 ~0.00306 0.974 =11667, Be ra Contents Chteges Gon anit: Coed [enim Ore! on 320 IF ITR~2 THEN READ XR), KR(,KT():GOTO 370 390 PRINT USING'Ressott ## 340 INPUT CL$ 350 GOSUB 1900 * Format Libre 99 23.000 0.00031 0.00000 0.00000 0.00000, 0.237 0.000 Remarque La rigidité a la torsion d poutre en Té est diminuée par la présence de fissures de flexion. Dans les zones les plus sollictées en flexion, on peut admettre que la table est entigrement 641 USING HY EERE HEEMOHON HERR AHEER ITXC POTD 360 XR=U(O):KROD-UD.KTED=UC2) 410" Abscisse, Charge Concentree, Couple Concentre ‘420 IF ITR=2 THEN READ XC(D,PO),TU):GOTO 470 430 PRINT USING'Chaige ## : “I 1340 PRINT Reactions':PRINT——" 1950 PRINTino Abscisse Reac:Vertic. Couple de Reaction MN MNmtPRINT 770 REM Repetition des Donnees ‘780 PRINTDONNEES:PRINT—" 790 PRINT USING Portes = ##.4## mL {800 PRINT USING’Module d'Young do lo Poutro = #HWeHY MPCE:E 810 PRINT USING’ Moment diinertie de la Poutre = #8. #6##HH4 m4"3XIN 820 PRINT-PRINT’Ressorts’:PRINT——" 860 PRINT USING'## HEAR SHEH.AHEHO HEED HAHEI XRD:-KRDKTO 870 IF KR()=0 THEN 900 ELSE KR()=14/KRq) 880 IF KT()=0 THEN 900 ELSE KT()=14/KT) 890 KTM)=-KT) 1860 NEXT 1870 1-99:X=L:GOSUB 1600 180 LC /:VD=V serene eeaetee tae "0 -X/L-CU# K/L MD-MG x sous Charge Unite en a (phi et omega) 290 a 200 No eh cll on + anu Goupio Une on ctu eth) susn/at CoT():GOSUB 2110 XVD=XVD+VD:XMG-XMG+MG:XMD=XMD+MD_ 4.3.6. Programme « INERTORS » q tp HO1IO>0 THEN E-HO:GE-B.GOSUB 890:XTND- XIN) HKZENS SE " Ai ot Inertie de Flexion Programme de calcul des moments d’inertie de flexion et de torsion de sections rectangu- Jaires et en Té. Données et résultats sur écran Zeros en Fin de Ligne Listing « INERTORS » 10 REM Programme "INERTORS' - Calcul des Moments dinertie de Flexion et de Torsion 20 REM de Section Recangulaize te en Te (60 PRINT USING'Errour¥#, LigneW####:ERR:ERLSTOP 70 DEP FATHY OO = EXP24" 1) /EXP2H")1) 90 FI“ATNC#y 4 100 CLs Se 110 DIM UC1S),UMYC15),8(30).H(30) BO(30), HOCS0),ATR(30) 241T(30) XIN(3O) 120 INPUT'Voulez-Vous Entrer les Donnes au Clavier=1, en DATA=2 =IET 270 BIND)~BH(ND)=H-BOQNI)=BO:HO(N)=HO 280 IF BO"HO>O THEN E-BO: E7EFHO 310 XITON)=XITONI)+XK2"ENS'GE 854 THEN XK2 860 FOR I=1 TO IPAS STEP 2 646 870 X-I'PI/24/XEB 880 GOSUB 930 890 UI=U1+¥/INS# 900 NEXT 910 XK2=c1 920 RETURN 930 Y=(EXPC2#™X)-1)/(EXPC2#"X)-1) 940 RETURN 950 DATA 1.5,0.65,0.3.0.15 955 DATA 0.8,0.3.0,08,0.08 960 DATA0.4.0.8 970 DATAO.O 192¢ /PIAS#'XEB'UL)/3# 4.4, Calcul d’un plancher nervuré a poutrelles préfabriquées en béton armé 4.4.1. Données ‘Charge d’exploitation q = 5 kN/m? (boutiques et annexes), Fissuration peu préjudiciable (intérieur de batiment), acier f, = 500 MPa, béton figs = 25 MPa pour le béton coulé sur place, soit Gy, = 0,85 fg / 1,5 = 14,17 MPa et 30 MPa pour les prédalles, soit oy, = 0,85 x 30/ 1,5 = 17 MPa, portée des nervures 7,44 m entre nus d’appuis, 4.4.2, Dimensionnement (Fig.17 et 18) Sass ciao Says etna in sansa ins sae acon lid iecomvusaen - - ahr moiags 0 bark fa Ghapaaux 2HAI2 + 2HAI2 Min. 2 em Cadres HAS Véiiier lo ‘coulage ers infriours 2HA12 + 2HAI2 7440 Fig.17 - Plancher nervuré ~ Vue en élévation des nervures ‘Beton CSP ‘Bip, 6 em a Prédalie préfabriquéa wi ‘cers infériours 1500 a Fig.18 - Plancher nervuré - Coupe sur nervures et prédalles Prédalles a pose manuelle : épaisseur de 4 em (ce qui correspond a I'épaisseur minimum suivant BAEL 91 § B,7.6.1 pour les prédalles de petites dimensions), largeur 0,40 m, Ion- 1,27 OK (avec deux barres par dallette, on aurait un espacement supérieur 4 0,33 m, valeur non admise, BAEL 91 § A.8.2.42), 649 one wf eae es a ~ a, et a or, Fig.19 - Coupe sur prédalle et ferraillage La vérification en ELS ne porte que sur la contrainte de compression du béton, car la fissu- ration est peu préjudiciable. Le moment ELS vaut M = (0,98 + 0,98) x 1,25?/ 8 + 1,25 / 4 = 0,695 kNm/m Le moment réduit B = M / (b d*) = 0,695 1073 / (0,022) = 1,74 < 3, done la contrainte de compression du béton est inférieure a 15 MPa, done a fortiori a 0,6 fisp = 18 MPa OK 4.4.4, Dalle en phase de service Flexion en ELU La travée la plus sollicitée est la travée de rive. Appliquons la méthode de Caquot avec : 8 = 0,08 x 24,5 = 1,96 kN/m? q=5kN/m? Puax = 1,35 g + 1,5 q = 10,15 KN/m? Pain = 1,35 g = 2,646 KN/m? portée entre nus L = 1,25 m, hauteur totale h = 0,08 m, hauteur utile d= 0,06 m. Le moment maximum sur appui est donné par un chargement Pax sur les deux premigres travées : Myo =~ (1 + 0,8)")] Pinag L? / (1,8 X 8,5) = 1,57 KNm/m d'aprés Caquot moment réduit = 1,57 10°3/ ? x 14,17) = 0,0307 < 0,37 donc o, = 435 MPa bras de levier z= 0,5d (1 + /1=2p) = 0,5 x 0,06 (1 + 7-2 x 0,0307) = 0,059 m acier Ay = Myq/(z6,) = 1,57 10°3/ (0,059 x 435) 10* = 0,61 cm?/m, soit 3 HAG par métre (0,85 cm?/m). Le moment maximum en travée est obtenu avec une charge maximum en premiere travée et une charge minimum en deuxiéme travée. Sur appui : Mua = ~ Bax + 0,8)? Pain)) L? | (1,8 X 8,5) =~ (10,15 + 0,512 x 2,646) 1,257/ (1,8 X 8,5) = 1,175 kNm/m moment isostatique M, = Pyax L?/ 8 = 1,982 kNm/m moment A mi-travée My = My + Myq/2 = 1,395 kNm/m Une régle de trois avec I'acier trouvé précédemment (ce qui va dans le sens de la sécurité car le moment est inférieur et le bras de levier plus grand) donne : A, = 0,61 x 1,395 / 1,57 = 0,54 cm’/m < 0,85 OK. Le moment maximum est légérement supérieur au moment & mi-travée, cependant, compte tenu de la section d'acier mise en place trés supérieure, nous n’effectuerons pas le calcul. 650 Cisaillement en ELU On doit vérifier le non-glissement entre la prédalle et le béton coulé sur place. Effort tranchant ultime V, = 1,10 Pax L-/ 2 avec une majoration de 10 % pour tenir compte de la continuité, soit: V, = 1,10 x 10,15 x 1,25 / 2 = 6,98 KN 1, V1 (bd) = 348 kPa < 0,35 MPa (BAEL § A.5.3.3) OK. ‘Onn‘aura pas a disposer d’armatures de couture entre la prédalle et le béton coulé sur place A condition qu’il y ait des indentations en partie supérieure des prédalles. Flexion en ELS ‘Comme la fissuration est peu préjudiciable, nous n’aurons pas 4 vérifier la contrainte des ciers. Sinon, en fissuration préjudiciabe, nous aurions i calculer la contrainte de traction en ELS de la prédalle seule (d = 0,02 m) sous le poids des 8 cm de béton, a laquelle on ajouterait la contrainte due aux charges d'exploitation de la dalle entiére (d = 0,06 m). On vérifierait que la contrainte totale ne dépasse pas 202 MPa, 4.4.5. Nervure Flexion en ELU en phase de construction ‘Charges permanentes. g = (0,08 m x 1,50 m + 0,20 m x 0,54 m) x 24,5 kN/m? = 5,59 kN/m_ Charges d’exploitation de chantier q = 1,5 m x 1 kN/m? = 1,5 kN/m Portée entre nus L = 7,44 m Hauteur totale h = 0,54 m Hauteur utile d = 0,54 - 0,05 = 0,49 m. Ce qui correspond a un enrobage de 15 mm, un cadre de 6 mm, deux lits d’aciers de 14 mm séparés de 20 mm, soit 45 mm arrondis 4 50 mm). Moment isostatique M, = (1,35 g + 1,5 q) L?/ 8 = 67,8 KNm = 0,0678 MNm moment réduit 1 = M, / (by E? Gjq) = 0,0678 / (0,20 x 0,49? x 14,17) = 0,10 < 0,37 done 6, = 435 MPa bras de levier z = 0,5. (1 + /1-2) = 0,464 m section d'acier en travée A, = M, / (z ©,) = 0,0678 / (0,464 x 435) 10* = 3,36 cm?, La poutrelle sera done posée sans étai. Flexion ELS en construction Nous ne vérifierons que la contrainte de compression du béton du fait que la fissuration est peu préjudiciable. M=(g +g) L?/8 = (5,59 + 1,5) 7,447 / 8 = 49,1 kNm = 0,0491 MNm moment réduit B = M / (b, a”) = 0,0491 / (0,2 x 0,49) = 1,02 <3 MPa OK Effort tranchant en phase de construction Vu = (1,35 g + 1,5 g) L/ 2 = 36,5 KN = 0,0365 MN ent 7, = V, / (by d) = 0,0365 / (0,20 x 0,49) = 0,37 MPa 651 Flexion en phase d’exploitation Charges permanentes g = 5,59 kN/m q=1,5mX 5 KN/m? = 7,5 kN/m Portée entre nus L = 7,44 m Hauteur totale h = 0,62 m Hauteur utile d = 0,62 - 0,05 = 0,57 m Du fait que I’on a deux travées seulement, le moment sur appui est important : + (1,35 g + 1,5 4) L?/8 par les trois moments, + (135g + 1,59) L?/8,5 per ‘Caquot, + (1,35%2/3g + 1,5 q)L?/8,5 par Caquot minoré, + 0,6 (1,35 g + 1,5 q) L?/8 par les Régles forfaitaires. Nous retiendrons la méthode de Caquot minoré qui est la plus satisfaisante dans ce cas, Moment isostatique M, = (1,35 g + 1,5 q) L?/ 8 = 130 kNm = 0,13 MNm ‘moment sur appui = My, = ~ (1,35 X2/3g + 1,5 q) L?/8,5 = 106 kNm = 0,106 MNm moment réduit ft = Myg / (by d? Gy.) = 0,106 / (0,20 x 0,57? x 14,17) = 0,115 < 0,37, done 6, = 435 MPa. Bras de levier z = 0,5 d (1+ 1-2) = 0,535 m section d’acier sur appui A, = Mya / ( 6,) = 0,106 / (0,535 x 435) 104 = 4,55 cm? soit 4 HA12 en deux lits en chapeaux (4,52 cm? 0,7 % prés) On vérifie bien que I'hypothése sur la hauteur utile est bonne. Pour les aciers inférieurs, calculons le moment maximum en travée. Moment sur appui = Myq = - (Pinax + Pin) L?/ 17 avec : Prax = 1,35X 2/3 g + 1,5 q = 16,28 KN/m Prin = 1,35 X23 g = 5,03 kN/m M,, = - 69,4 kNm_ abscisse relative du point de moment maximum (voir le Projet de Béton Armé, [6], page 111) : X= 0,5 + (My ~M,)/8/ Mo = 0,5 + (- 69,4) / 8 / 130 = 0,4333 L Myax = (1 =o) (4 Mg 5 + Mj) +X) Mz = 97,6 kNm = 0,0976 MNm (soit 0,75 M,)- Par simplification, pour éviter un calcul de section en Té, et en allant dans le sens de la sécurité, nous ne prendrons en compte que la nervure seule en travée, on obtient un moment réduit : H.= Mynax | (bo & Si.) = 0,0976 | (0,2 X 0,57? X 14,17) = 0,106 < 0,37 done o,, = 435 MPa _ bras de levier z= 0,5 d (1 + ./1—2)1) = 0,538 m section d’acier en travée A, = Mmax/ (@0,,) = 4,17 cm? > 3,36 en phase de construction, nous disposerons de 4 HA12 soit 4,52 cm? en aciers inférieurs. Effort tranchant en phase d’exploitation Vy = 1,25 (1,35 g + 1,5 q) L/2 = 87,4 KN = 0,0874MN Le coefficient 1,25 correspond 4 la continuité sur appuis pour deux travées. Cisaillement 1, = V,/ (bg 4) = 0,0874 / (0,20 x 0,57) = 0,766 MPa < 0,2 firg/¥5= 3,33 MPa T’on dispose d’indentations dau moins 5 mm de profondeur (BAEL 91, § A.5.1.23), on peut, pour des nervures préfabriquées avec reprise de bétonnage, ne pas disposer de cadres dans la partie centrale de la travée sur une longueur égale a : 652 Max [L/23L~ 4h] = Max [7,44 /2 ; 7,44 - 2 x 0,62] = Max [3,72 ; 6,20] = 6,20m fog = 0,75 MPa, Comme cette vérification est bonne ‘qu’ aux deux extrémités sur une longueur de 0,62 m t inférieur & 0,3 fig = 0,3 X 2,1 = 0,63 MPa. Soit 3 cadres HAG espacés de 0,40 m a chaque extrémité. Jespacement maximum autorisé est de 0,40 m. ae ‘A Vabecise x = 0,05 + 2 x 0,40 = 0,85 m de I’appui intermédiaire, l’effort tranchant vaut Vv, =8 4 KN - 0,85 m (1,35 g + 1,5 q) = 71,4 kN ete cisaillement 7, = 0,626 MPa < 0,63 OK. Cependant, pour des raisons de montage des aciers inférieurs, nous disposerons de cadres Ge construction, espacés de 0,40 m, sur toute la travée. Pour la méme raison, on placera 2 HAG filants en partie supérieure de la poutrelle préfabriquée (Fig.20). 160 2HAG fants + ép. HAS , s= 500 ed ‘cad HAS Fig.20 - Coupe sur nervure prés de l'appul 5. PLANCHERS A POUTRES CROISEES ET PLANCHERS-CAISSONS 5.1. Principe de calcul Les planchers a poutres croisées sont constitués de deux ou plusieurs: systémes de poutres reposant elles-mémes sur des poutres principales ou des voiles. Le cas le plus courant est celui de deux systémes de poutres orthogonales (Fig.3 du Chap.6). Lorsque les espacements des poutres paralléles sont faibles, plancher est appelé plancher-caisson. Le calcul est mené en supposant hears = que les charges ne sont appliquées qu’aux nceuds - ainsi les charges réparties sont con- centrées au nozud le plus proche, ; ~ que les inerties de torsion des poutres sont supposées négligeables et que les rotations des poutres ne sont fonction que des seuls effets de la flexion. de 1,50 m, ce type de 653 On considére que la charge P; - une réaction R; reprise par la poutre passant par le nceud i et paralléle ~ une charge P; ~ R; reprise par la poutre passant par le noeud i et parall On écrit alors que la fléche du point jest la méme pour les deux poutres passant par ce noeud, On obtient ainsi un systéme de n équations a n inconnues. 5.2, Plancher nervuré ou plancher a poutres croisées ? Considérons le plancher rectangi = deux poutres de longueur L, et = deux poutres de longueur L, et d’inertie I, avec Ly 100. On sera alors dans la configuration poutres nervurées reposant sur des poutres principales. Le moment maximum dans les nervures de portées L, vaut M = RL, / 3. + Prenons des portées L, = 9 m et L, = 6 m et pour simplifier des poutres Ge Ge Neegear = 023 m, mes caaioe pans uniforme p= 10 KN/m?. La charge a reprendre par ncaud vaut P = pL Ly/ 9 = 60 KN. Pour des poutres rectangulaires, I = bh? | 12 avec Ay = 0,50 m On trouve d’apriés l’équation (1) = R=P/ (1 + 0,421875 / he) R= 0,01 P pour it, = 0,162 m et R = 0,99 P pour i = 3,47 m. id Yona: Be arusive des nervures paralléles & Ox pour h, < 0,162 m et 7 Bh plancher nervuré avec des nervures paralléles & Oy pour /i,> 347m. Pour des hanteurs intermédiaires, on est en présence d'un plancher a poutres croisées. i d’une poutre continue de trois travées ur reprendre les moments négatifs, 5.3. Dalle rectangulaire On peut considérer une dalle rectangulaire comme constituée de nombreuses poutres paral- Isles dans les deux directions Ox et Oy. On est donc ramener au calcul d’un plancher a poutres croisées. — ein i Pour commencer, prenons I’exemple d'une dalle carrée de cdté a, d’épaisseur h, que l'on va assimiler, en premiéte approximation, a un plancher de deux poutres croisées (Fig.22). Par raison de symétrie, la charge reprise par chaque nervure, en leur milieu, vaut 0,5 B, avec P=p a2/ 4, (partie hachurée), le moment est égal a: M = 0,5 (pa? / 4) xa/-4= pa? / 32 pour une largeur reprise par la nervure de tédelargeur: m=M| (0,5) = pa] 16. Ce résultat peut s’expliquer isant que le moment isostatique d'une poutre sur appui simple p a? / 8 est repris pour moitié par une nervure et pour moitié par l'autre. a3 SS 2 vs | 8 Ss ae Fig 22 - Une nervure e re eal dans chaque direction Fig 29 ~ Deux nervures dans chaque direction Prenons maintenant deux poutres dans chaque direction, (Fig.23). La charge uniforme est pet !inertie de chaque poutre vaut : I= a h° / 36. 655 On considére que la charge P; appliquée sur chaque neeud i se décompose ~ une réaction R, reprise par la poutre passant pat le noeud et paralléle a ~ une charge P; - R, reprise par la poutre passant par le noeud i et paralléle Oy. On écrit alors que la fléche du point jest la méme pour les deux poutres passant par ce newud, On obtient ainsi un systéme de n équations & n inconnues, 5.2. Plancher nervuré ou plancher a poutres croisées ? Considérons le plancher rectangulaire de la figure 21, constitué de : ~ deux poutres de longueur L, e ~ deux poutres de longueur L, et d’ Les extrémités sont supposées articulées, et la charge uniforme p est supposée concentrée aux noeuds au travers de quatre charges P = p L, Ly / 9. Les charges réparties situées prés des appuis sont supposées transmises directement & ces appuis. Fig. 21 — Plancher & poutres croisées 3 x 3 Si T'inertie I, des poutres de portées L, est faible et que L, << L,, on est en droit de penser que le fonctionnement de l'ensemble est celui de nervures de portées L, reposant sur des Poutres de portées L,. Par contre pour les mémes portées L,, et L,, mais avec des inerties I, ttés faibles par rapport a I,,ce serait I'inverse. Entre les deux, on aurait un plancher a poutres. croisées. La fléche au tiers de la portée d’une poutre soumise 4 deux charges concentrées au tiers et aux deux-tiers de la portée est donnée par (voir chapitre 2, cas 4) : 62E1) des fléches entraine : RL} (P-R) x * y a) On sera alors dans la configuration poutres nervurées Teposant sur des poutres principales. Le moment maximum dans les nervures de portées L, vaut M = RL, /3. 654 - i des poutres de LE : Prenons des portées L, = 9 m et L, = 6 m et pour simplifier des } Pee ligext b=0,25 m, une charge répartie uniforme p = 10 kN/m?, La charge a reprendre par neeud vaut P= pL, Ly 9= 60 KN. = bh? | 12 avec hy = 0,50 m =P/ (1 + 0421875 / hy’) Ae Bia P pour ft, = 0,162 m et R = 0,99 P pour hy, = 3,47 m. t considérer que l'on a : , on Plancher nervuré avee des nervures paralléles Ox pour hi, < 0,162 m et Tn plancher nervuré avec des nervures paralléles & Oy pour h, > 3,47 m. Pour des hauteurs intermédiaires, on est en présence d'un plancher & poutres eroisées. ie a . . “ A Le ferraillage des nervures est effectué comme celui d'une poutre continue de trois hae de portée Ly 3 avec des aciers ce chapeau sur appuis pour eprendre les moments négatifs, alors que le Terrillage des poutres de longueu Let celui due poutre sur appuis simples de portée L, avee deux charges concentrées P aux tiers et aux deux-tiers de la portée. 5.3. Dalle rectangulaire ide it it ibreuses poutres paral- considérer une dalle rectangulaire comme constituée de nombreuses. - Bie cans les deux directions Ox et Oy. On est donc ramener au calcul d’un plancher & poutres croisées. . ; ; - " Pour commencer, prenons I'exemple d'une dalle carée de cbté a, d’épaiseur hy pe ton ur une largeur reprise par - m=M/(O.5a)= pe 6. Ce résultat peut s’expliquer en disant que le moment isostat d’une poutre sur appui simple p a” / 8 est repris pour moitié par une nervure et pour par l'autre. Fig 22 — Une nervure dans chaque direction Fig 23 - Deux nervures dans chaque direction Prenons maintenant deux poutres dans chaque direction. (Fig.23). La charge uniforme est petl'inertie de chaque poutre vaut : I= a A” / 36. 655 Par raison de symétrie, ona R = P- R= 0,5 P= 0,5 (pa) /9 = pa? P . =pa'/ 18. Chaque poutre est donc soumise & deux charges concentrées R aux tiers et deuxctiers de la portée a, doi le moment M: M=Ra/3=pa*/54 pour une largeur de dalle a / 3, soit par unité : M=pa@/18 aulicu: - Se eRe pa@/24 pares lignes de rupture (voir chapitre 6) pa@/27_parlaméthode de Navier pour un coefficient de Poisson nul (BAEL, annexe E3) p.@/ 22,7 par la méme méthode avec un coefficient de Poisson égal a 0,2. On pourrait penser que cette différence est due au nombre de insuffisant poutres prises en compte. Essayons avec 3 poutres dans chaque direction (Fig.24). Par raison de syméttie, on a trois inconnues R;. Fig.24 — Trois nervures dans chaque direction flache a l'abscisse a sous une charge placée & Iabscisse x dune poutre de te I est donnée par (voir chapitre 2, cas 3) : f= Qx(L-a) (@ +a? -2.a1L)/(6 BIL) pourxa La figure 24 bis donne les valeurs de k pour une fleche de la forme f= - kL3/ (BI Soit P, = P la charge appliquée & chaque noeud : P = p a2 / 16 . MED, if 768 768768 768 768768 Fig.24 bis 656 ‘on peut done établir les Equations de compatibilté des fléches en chacun des quatre points delafigure24: i separ raison de syméttie, R, = P; ~ Ry = 0,5 P= 0,5 P “Four la méme raison, Ry = P ~ Ry = 0,5 P= 0,5P ATreste une inconnue R, (charge reprise par les poutres de portée L, = a) quel’on obtiendra par égalisation des fléches au point 2 dans les deux directions, soit : Fa [ILR, + 16Ro + 11R))a°/ (768ED = (9 P-Ry) + Ry +7 P- Rela? / 68ED d’ot R= 21 P/ 64. Le moment maximum est obtenu & mi-portée de la poutre centrale (paralléle & Oy) avec les harges = ; Pa = (64 21)/64P =43P/ 64 aT'abscisse a/ 4, P, = 32/64 PA l'abscisse 2 a /4, P, = (64 - 21) / 64 P=43 P/ 64 a l'abscisse 3.4/4. M=P,(a/4)+P3a/4=75pa°/ 4096 ‘ou par unité de largeur en divisant par a / 4 : M=75 pa? / 1024 = pa*/ 13,65 Essayons avec un nombre plus élevé de poutres (Programme « POUCROI »), on trouve les dénominateurs k permettant de calculer le moment par unité de largeur M = p a? / K pour npoutres : ne 1 2 3] 4 5 6 7 8 K= | 16 18 | 1365 | 1455 | i930 | 13,75 1348 On constate une convergence vers la valeur 13,33, qui est éloignée de Ja valeur des dalles calculées a Ja rupture (p a” / 24) ou calculées suivant le tableau du BAEL (p a? / 27). La raison provient du fait que l’on a négligé la raideur a la torsion des poutres. EXEMPLE : une dalle représentée par 2 nervures croisées dans chaque direction, calculées en tenant compte de la torsion (Fig.21) Les 4 noeuds ont des valeurs de fléches et rotations identiques. Nous serons amenés a calculer : @ Ia rotation de flexion sous les deux charges concentrées 0,5 P aux 1/3 et 2/3 de la portée qui est égale a I’aire hachurée de la figure 25, a la constante E I prés (rotation = intégrale de M/ED) : Fig.25 — Rotation de flexion sous 'action de deux charges 0,5 P 657 ala_ Pa %, = OSP3 516 = 36BI ertie de flexion I vaut I= b 4? / 12; de flexion de la méme nervure sous un moment de torsion T aux 1/3 et 2/3 due au moments de torsion des 2 nervures perpendiculaires, aux 1/3 Le moment de leur portée. Dans central de la portée, le moment de flexic i 1 n lexion est const: 5: la rotation (, est égale, 4 la constante E I prés, a 'aire hachurée de la figure 2: oa sqiss ©. = TE6 = GET Fig.26 — Rotation de flexion sous action de deux couples T @ Ia rotation de torsi ée (Fi i 2, Zoation de torsion sous les deux couples T aux 1/3 et 23 de Ia porée (Fig.27) qui est o = 21, 05aT aT 3 > 3G) * 3GF = 2G7 as a an Fig.27 — Rotation de torsion sous Vaction de deux couples T Le moment d'inertie de torsion est égal J = ky bh? | ie i Bie inate deterokest Sala 4g bP, le coefficient kz est fonction du rapport Le module d’élasticité transversale : tent = 2(1+y) Pour v=0 Soit 2GJ=kEbM=12hEI et @, = 25» At 3° 2G) ~ Tk ET Légalisation des rotations donne la relation suivante : ©,—@, = @ soit Pa Ta Ta 36EI” 6EI ~ 12k,E1 658 k, soit T = Fe Fé 1 et le moment maximum & mi-travée vaut : a 2 ¥ Be Be soit = pa?/28,8 pour ky = 0,3 et le moment M=@-1= 6 2m+1 ~ 182641 ‘m par unité de largeur, en divisant par a / 3 et en remplagant P par pa? / 9 2 ee oF ea soit m = p a2 / 28,8 pour ky = 0,3 au lieu de p a? / 18 si l'on ne tient pas compte de la résistance la torsion, Le moment est divisé pat 1,6. C’est ble. On trouve un dénominateur de 28,8, valeur proche de 27,7 obtenu par la méthode élastique. détre négligea- Dalle pleine Plancher-caisson épaisseur table : 0,08 m largeur table : 0,80 m de méme épaisseur épaisseur nervure : 0,08 m totale. hauteur nervure sous dalle : 0,22 m table nervure Dimensions x. y 0,80 x 0,30 080x008 |" P7Sha 0.24 Rapport y [x 0376 0,100 03634 Coefficient ke (*) 0,285 012 0,287 Moment dinertie de Ban =kexe 0,008 508 0,000 128 0,000 029 Valeur relative 7 77143 17190 1 17/35=0 (©) Le cosfficient kz eat donné en fin de chapitre — Résumé « Torsion ». ‘On remarque que le moment d’inertie de torsion du plancher-caisson est négligeable devant celui de la dalle pleine. En conclusion, ne jamais calculer les moments fléchissants d’un plancher-caisson a partir des méthodes de calcul des dalles pleines. 5.4. Programme « POUCROI » 5.4.1. Mode d’emploi Programme de calcul de poutres croisées sur une maille rectangulaire sans prise en compte de la résistance a la torsion. I°Ligne —_N,,N,, Type = 0 dans le cas contraire 659 2° Ligne 3° Ligne (si Type = 1) 4° Ligne (si Type = 0) 5° Ligne 6 Ligne le d’ Young du matériau (MPa) L, = portée (m) suivant Ox L, = portée (m) suivant Oy I, = moment d’inertie (m*) des poutres pare I, = moment (m‘) des poutres paralléles 4 Ox p= charge répartie uniforme (kN/m?) poutre j: re la poutre et Ia précédente (ou l’appui) inertie (m*) de flexion de la poutre, en commengant par les Poutres paralléles & Oy, puis celles paralléles 4 Ox Retour & la ligne 4 ou bien fin = 0 Key Kay hyp eg ,= coefficient d’encastrement de l’appui i 1 pour un encastrement parfait 4,= 0 pour une articulation 0VMA THEN VMA~ABS(U1) TE ABS(U1)>CMA THEN CMA~ABSCUD) SE nN aA 3110 RETURN Para erriaicaconil 2610 LPRINT USING? #4, ##8°01; 2620 RETURN 2630 REM: 2640 REM Ecriture des Reactions dAppuis 2650 LPRINT:LPRINT "Appuls\LPRINT— 2660 FOR JA=1 TO 4 USING? #8. $#4/U1::NEXT J-LPRINT 2800 NEXT JA, 1XK2O, PXUXIRI/OH/L-X1L/38)+ CZK KILL /68/L/KI ‘3650 REM ‘3660 IF NREG=0 THEN 3750 3670 UX*LX/(NX+1)UY=LY/(NY+1) 3680 FOR I=1 TO NX 3690 LGQ)=UXT-XID=XIK:XEO-UX ‘3700 NEXT I 3710 FORI-NX+1 TO NX+NY 3720 LGAD=C.NXY'UY:XID=XIV:XEQ)=UY 3730 NEXT 11:G0TO 3780 ot Inettietma) de i aj: ijeJ=CL$ UB 1360:111=U(0)1) THEN READ 122,XE,XIGOTO 3810 XE=UC)XU3) 170122 3820 XEQ)=XE-XIC)=XI 3910 LEM=LGL-)+ XE 3920 NEXT 3930 RETURN 3940 REM Donnees sous Forme de DATA 3950 REM Nhe de Poutres paratleles «1 Oy, ct Ox, Type Regullet ou non 3960 DATA 4,3,1 3970 REM Young, Fortoe suivant Ox, et Oy 3980 DATA 30000,7.5,4.8 3990 REM Si Typel ‘Charge Repartie 4020 REM 4 Apputs : I=Encaste, 0=Articule, entre 0 et 1=Paaticlloment Encatre 4030 DATA 1,0, 4050 DATA 11,11,18 6. PLANCHERS METALLIQUES 6.1. Généralités Les planchers métalliques sont généralement constitués d'un quadrillage de poutres sup- Portant un hourdis de répartition formé de caillebotis en acier, en alliage léger ou en poly- ester renforcé, ou bien de dalles en béton armé, Les caillebotis, de faible portée (0,40 m a 2,40 m), sont supportés par des poutrelles qui Teposent elles-mémes sur des poutres secondaires appuyées sur des poutres principales. Ces demigres étant reprises par des poteaux ou des murs (Fig.28). Certains de ces éléments Porteurs peuvent étre omis (Fig.29). 670 1,600 | 1,600 9,600 1,600 | 1,600 | 1.600 _| 1,600 8,400 f Fig.28 - Vue en plan d'un plancher métallique Fig.29- Poutrelles et poutres principales Ces éléments peuvent étre superposés en appuis simples (Fig.30a) a leurs eae cumulent ou bien fixés dans la hauteur de 1’élément qui les supporte souda; Jonnage)(Fig.30b). . Les avantages d'un plancher métallique sont : ~ une plus grande légereté, = une meilleure adaption a des créati Itérieures, ; 4) ‘ See ae hauteur, du fait que l'on peut disposer toutes les poutres principales, secon: daires ou poutrelles dans la méme épaisseur, ions de trémies (ouvertures) ou 4 des modifications 671 le b Fig.30 — Assemblage des différents éléments d'un plancher ‘métallique inconvénients réside dans la faible résistance au feu sans protections Un des principaux particuliéres. Ce type de plancher convient bien aux planchers industriels, 6.2. Réglements de calcul Pour les poutres, les principaux renseignements fi igurent dans le tableau ci-dessous, rappe- lant les principales valeurs des deux réglements CM 66 spsentl et EK 6 late rn glk jurocode 3 (Norme européenne CM 66 | Ponderations des actions wewente — pour les charges permanentes [3 = pour les charges d'exploitation 1 iS Sollicitations pondérées Met Msg et Vs CalcuT Srastique lasiique des sections en flexion o=M/() Mpg=2 8%, Moment statique de la partie au-dessus du centre de gravit de la section droit Efforts tranchants clsaillement Vaa= Ay ty | (3 t= V/ (0; h) _ a 217 épaiseur de tame | fra gor anchant (%) auteurtotale | ht da OS, T2076, [Mss=Mng Vea Vag catalogues de produits sidérurgiques [10]. Pour une section en H ou I sans con- era ripe rgiques [10] 'e Section en Hou | sans: dans les notations frangaises) ‘dans les notations frangaises) v v v Mag = J ¥8F yg = J yeody =a J bray = 20[bydy = 208 = 284,/1, ve Ba P . (*) Pourun proft en tou Amy 2b G4 ly 12 Ay = sScion totalo v o ot un effort paralse &'ime, on peut prendre pour section fement dans Eurocode 3 Se pris dg ment d'application national de ac rors eee oe 4993) pour les profiés (du commerce) on dela Construction Métalique (CNCM) ou tiulates dela Marqoo NFL ,00 d'aprés le DAN de ECS (Docu- #68 par la Commission de Normalisa- jue 2 , ce a la flexion est supérieure de quelques pour cent (4 a 10 %) suivant le type de fié si 'on prend en compte adaptation plastique des sections. ‘prof 6.3. Exemple de calcul (suivant les Régles CM 66) ‘éterminons les éléments du plancher de la figure 28 destiné & supporter une charge de 2 Be os ue portée de caillebottis de 1,60 m, valeur fixée par des besoins de l'utilisateur our pouvoir ‘bénéficier de 1,40 m libre pour passages de conduites, canalisations, esca- Tiers, . 7 = . masse d'un tel caillebottis est de 35 kg/m? (0,35 kN/m’). 7 a Ta coeffcients pondérateurs retenus sont de 1,5 pour les charges d’exploitation et 4/3 pour Jes charges permanentes. 6.3.1. Poutrelles Portée : L = 2,80 m ; charge pondérée = 1,60 m x (1,5 X 10 KN/m?) + 4/3 x (1,6 m x 0,35 kN/m? + poids propre) charge non pondérée = 1,6 x 10 +1,6 x 0,35 + poids propre = 16,56 KN/m? + pp En négligeant, en premiére approximation, le poids propre de Ia poutrelle, on trouve p= 24,75 kN/m avec les coefficients de pon: 1 p’ = 16,56 kN/m sans majoration. D’oti le moment maximum pondéré M = p L?/ 8 = 24,75 x 2,8?/ 8 = 24,25 kNm. Pour un acier de limite élastique 0, = 235 MPa, le module d'inertie nécessaire vaut : Iv 2M / 4, = 24,25 x 10° / 235 = 103,2 x 10° m? = 103,2 cm’, valeur que Yon peut satisfaire avec un IPE 160 : I/v = 108,6 cm? I = 869 em‘ et section S = 20,1 cm?. Le poids propre de la poutrelle est égal a : 20,1 X 0,785 x 9,81 / 1 000 = 0,155 kN/m et une fois pondéré : 4 / 3 X 0,155 = 0,206 KN/m. ‘Le moment total corrigé du poids propre vaut : ; , M = 24,25 + 0,206 x 2,87 / 8 = 24,45 kNm, ce qui entraine une contrainte de traction et compression égale a 5 = M/ (Ijv) = (24,45 x 10) / (108,6 x 10-%) = 25,2 MPa < 6, = 235 OK La vérification de ache donne, sous sollicitations non pondérées = ‘ S=5pL*/ 84 El) = 5x (16,56 + 0,155) x 2,84 / (384 x 210000 x 869 x 10-8) = 7,33 mm soit 1/ 382° de la portée < 1/200? OK effort tranchant sur appui vaut : | P= (24,75 + 0,206) x 1,4 m = 34,93 KN une fois pondérée et P* = (16,56 + 0,155) x 1,4 = 23, 40 KN non pondérée. Remarque Avec I’Eurocode 3, on trouverait : ; charge pondérée des poutrelles : 1,60 x (1,5 X 10) + 1,35 x (1,6X 0,35 + poids propre). En négligeant, en premiére approximation, le poids propre de la poutrelle, ‘on trouve P= 24,76 kN/m d’oit le moment maximum M = p L? / 8 = 24,76 x 2,8? / 8 = 24,26 kNm. Le moment statique nécessaire vaut : S$ 20,5 Yq Mpa /f, = 0,5 X 1,10 x 0,02426 / 235 x 10° = 56,8 cm? valeur que I’on peut satisfaire avec un IPE 160. Pour un IPE 160, le moment résistant vaut : Mpa =2Sf,/ Yq = 2X 61,9 X 235 /1,1 = 26,45 kNm. Le poids propre de la poutrelle est égal a : 20,1 x 0,785 x 9,81 / 1000 = 0,155 kN/m et une fois pondéré : 1,35 x 0,155 = 0,209 kN/m Le moment total corrigé du poids propre vaut : M = 24,26 + 0,209 x 2,8? / 8 = 24,47 kNm < 26,47 OK La vétification de flache est id Leeffort tranchant sur appui vaut Vesa = (24,76 + 0,209) x 1,4 m = 34,96 KN La section de calcul & l’effort tranchant A, est donné pour un profil H ou I par : Ay=Ag- 25+, +20) ty avec : Aq = aire de la section = 20,1 cm? b= largeur totale de Vaile = 8,2. em ‘= hauteur totale de la poutre = 16 cm ty épaisseur d fy = épaisseur de l’Ame = 0,5 cm = rayon du congé de raccordement = 0,9 em dou A, = 9,67 cm? et "effort tranchant résistant Vag = Ayf,/ (4/3 Yq) = 9,67 10-4 x 235 /1,732/ 1,1 = 0,119 MN = 119 kN > 34,96 OK 6.3.2, Poutres secondaires Une poutre secondaire regoit 5 charges concentrées P égales I’effort tranchant des pou- trelles (calcul en CM 66 pondéré). (Fig.31) L=6a=9,600 —ieen-s_< Fig.31 ~ Charges sur poutre secondaire Le moment maximum a mi-portée, hors poids propre de la poutre secondaire, vaut : M-=4,5 Pa = 4,5 x 34,93 kN x 1,60 m = 251,5 kNm soit un I/v minimum : I/v > M / 235 = 0,001070 m3 = 1070 cm? eut satisfaire avec un IPE 400 ; I = 23130 om*, I/V = 1156,5 cm’, $ = 84,5 cm? Propre non pondéré vaut : 84,5 x 0,785 x 9,81 / 1000 = 0,651 kN/m et le poids propre pondéré : 4 / 3 x 0,651 = 0,868 kN/m. Le moment y compris poids propre M = 251,5 + 0,868 X 9,67 / 8 = 261,5 kNm |a contrainte est égale ao = M / (I/v) = 0,2615 / 1156,5 x 10° = 226,1 MPa < 235 MPa OK La fléche calculée avec les charges non pondérées vaut : f = 396 P’ a? / (24 E 1) pour les 5 charges concentrées. 3 130) x 108 6 | 24 + 5 X 0,651 x 9,64 / 384] / (210 000 x 2: Bese cain sont / 28286 ta pextéo OK réactions d’appuis) : Seat /2= 25x 2340 + 0,651 X9,6/2= 61,62 KN (Q.= 2,5 x 34,93 + 0,868 x 4,8 = 91,49 KN. 6.3.3. Poutres principales poutres principales regoivent 2 poutres secondaires (fig.32) saison aE a 2,800 2.00 el 2.400 — Fig.32 — Charges sur poutre principale ids propre des poutres principales, on trouve : Beoa = 3109 X 2,8 = 256,17 KNm 5 dou Iv 2M / 6 = 256,17 x 10? / 235 = 1 090,1 em’ 5 que l'on peut satisfaire avec un IPE 400. I/v = 1 156,5 cm’ moment, y compris le poids propre, vaut : i 5617 + pp Le / 8 = 256,17 + 0,868 x 8,42 / 8 = 263,82 kNm ie ered La contrainte de l'acier = M v/ 1 = 263,82 x 10° / 1 156,3 = 228,2 Etla fléche : = 3/(24ED +5 pp L*/ (384 BD) i Bax 1OEx2/ 24+ 5X 0,651 x 8,44 / 384] 10% / (210 000 x 23 130) = 26,69 + 0,87 = 27,56 mm, soit 1 / 305° de la portée OK 6.4. Programme « PLANCM » i és a ion métallique & partir détermine les profilés d'un plancher en construction mi aire une fate de profes normalisés décrits en DATA en fin de programme, Cette liste peu étre modifiée ou complétée. a Les Rien eine peuvent étre des charges concentrées ou trapézoidales partielles ies uniformes totales ou partilles). P erste ee par dates ;poutres du plancher sont calculées automatiquement. 6.4.1. Mode d’emploi le Les données entrées au clavier sur une méme ligne doivent étre séparées par une virgule. 1° Ligne Code 1 = CM 66 et 2 = Eurocode 3 2° Ligne Smite élastique de V'acier (MPa) 3° Ligne 4° Ligne 5° Ligne 6° Ligne 7° Ligne 8° Ligne (Nc fois) 9° Ligne (Nt fois) Retour a la 6° NP = hombre de poutres calculées. Les poutres identiques et identiquement char- gées ne sont a décrire qu'une fois Nme = nombre maximum de charges concentrées sur une poutre Nmt ~ nombre maximum de charges trapézoidales partielles sur une poutre Nom, Nb, Choix, L Nom = nom de la poutre (par exemple P105) Nb = nombre de poutres identiques Choix = X pour un profilé de dimension déterminer (recherche du profile le plus léger satistaisant aux conditions de contraintes et de fleche) = Ppour un profilé de hauteur au moins égale 4 calculé lon Pour un profilé de hauteur au plus égale a Ja valeur indiquée en mm (ex : < 450 le programme recherchera un profilé de hauteur inféricure on égale 4 450 mm) Pour un profilé de hauteur au moins égale & la valeur indiquée en mm 450 le programme recherchera un profilé de hauteur supérieure ou égale a 450 mm) ~ 1... ou H... pour imposer un profilé (ex : HEA360 ou IPE200) Ne, Nt Ne = nombre de charges concentrées appliquées sur Ia poutre (Ne < Nmc) Nr= nombre de charges trapézoidales (Nt < Nm) Q,4, Coef Q- valeur de la charge concentrée non pondérée (kN) Pour une charge apportée par une réaction d’appui d'une poutre décrite pré cédemment, Q = nom de la poutre suivi de la lettre G ou D pour la réaction gauche ou droite, (Ex : P1OSD, la charge correspond a la réaction de T'appui droit de la poutre P105 di te) = abscisse (m) de la charge partir de l'appui gauche Coof = coefficient pondérateur de la charge Q (par exemple 1.333 pour une charge permanente suivant CM 66 ou 1.35 suivant EC3, ou 1,5 pour une charge d’exploitation). On mettra la valeur conventionnelle 0 (2éto) pout une réaction d’appui, le programme calcule le coefficient moyen, Pay Pay Oy; y, Coek 21 © valeur non pondérée (kN/m) a gauche de la charge trapézoidale partielle a Tabscisse ay, Pa valeur a droite de la charge trapézoidale partielle i I'abscisse a, + cy 4, = abscisse (m) du début de la charge 4 = longueur (mm) de la charge Cocf = coefficient pondérateur des charges p, et p> (par exempl june charge permanente suivant CM 66 ou 1.35 suivant EC3, ou 1. charge d’exploitation). ligne pour description de Ia poutre suivante, le du profilé précédemment = pour MPa. le d" Young est de 210 000 Le modi tea compte du déversem cn ses res porteuses doivent étre décrites aprés les poutres portées. sees ids propre des poutres est pris en compte automatiquement avee un coe! i re ear de 4/3 pout les CM 66 et 1.35 pour 'EC3) pour le caleul des contraintes. 6.4.2, Exemple Soit un plancher recevant une charge d’exploitation de 10 Nin et constitué (Fig.28) : a i égale a ? 1,60 m de portée, Pun cai de masse égale a 35 kg/m? et de 1,60 L 415 Faia dénommées P3 de 2,80 m de portée reprenant une largeur de 1,60 de caillebotis, soit 16 kN/m, P2 de 9,60 m de portée (= 6 X 1,6 m) et recevant 5 poutrelles jiérement ées de 1,60 m ‘ a Aeon ee pales P1 de 8,40 m de portée (3 x 2,8 m) recevant 2 poutres secondaires aux abscisses 2,8 m et 5,6 m._ Les calculs sont effectuer suivant les CM 66. P2G,5.6,0 6.4.3. Données * calcul suivant les CM 66 “ limite élastique de ’acier (MPa) * 3 types de poutres calculés ; “5 charges concentrées par poutre au maximum — is if . a partir de l"abscisse 0, sur 2.80 m de longueur, co« ‘ eee partir de l'absc. 0, sur 2.80 m de longueur, 1 = 1,333 : a a 4 poutres identiques, profilé 4 déterminer, portée = 9.6 m. * 5 charges concentrées, pas de charge trapézoidale we “ charge concentrée = réaction de l’appui gauche de la poutre “nom, 2 poutresideniques, hauteur 2 pent, portée =84m * 2 charges concentrées, pas de charge trapézoidale « change concentrée = réaction de 'appui gauche de la poutre P2 & 2.8m “dito 45.6 m 6.4.4, Données sur écran Gauche Droit kNm. PEI6O 34.934 34.934 24.45 4 IPE400 91.600 -91.500 261 2 IPEAOO 95,144 95.144 265 apres les Poutres Portees cm) =? 3, 18,%,2.8 Nom Profle Long, Aire Inettie 1/v, m cm2 oma cm3 pa PEIGO 2.800 20.1 8690 108.6 pe E400 9.600 84.5 231300 11565 231300 11565 4324.3 ke 6.4.6. Listing « PLANCM » 10 REM Calcul de Planchors Metalliques ~"PLANCM" - 20 REM H. THONIER - Janvier 1993 * Nombte de Troncons de Calcul * Le Ciscillement est Calcule sur 100% de la Houteur (CM66) * Coetficient de Reduction du Ciscillement (0.65 en CM66) 2a 2277777777; es 7 rr ramen eee in 210 GOSUB 2230 _' Repetition des Donnees INPUTCharge GN) (ou Numero de Poulre 4G ou 4D), Abscisse mp, Pond ~NPOUS(.D) AQ.D KPOOD) 250 REM Lecture des Proflls Normalises 260 NFT=100 ‘Nombre Maximum de Profiles Normatises 270 DIM NOPRS (NET) Z2B(NFT) ZZH(NFT) Z2S(NFT) Z2KNFD,ZZIV(NFT) STACNET) AVONFT) 280 FOR IK1=0 TO NFT 290 READ NOPRS(IK1) 900 IF NOPRSCK1)="FIN THEN NFT~IK1-1:GOTO 330 $}0 READ Z2BCK 1) 22H 1) ZAK) ZAK) Z1VOK.) STAGE) AVGK) ; ; Ns long. Ne Nt Charges Coot" TERNTLPRINT No Type Ep.Ame Hauleur Section Inettio I/y ly Giration MStat. AV PRINT: mm omm cm2 cm cm3 cm4 cm om3 om? seemoseeNCONTD, He ttt HHHRE.D SERMEHE.Y HHHIEHS HHERHEY HON Sten : {W0HHNPOUSG,D:AQM,J):KPCLI) EAH) Z2S0K 1; 721(K 1) ;Z2IQK 1) 220K 120-221 OK )SSORCZIIK 1) USING \ AH en NEOUS Ae RHEE OE ASH EER #448 Q10));020 ALL DAMLDKPTLD xT 1040 PRINT STRINGS(79,55) 1050 INPUT’ OK':OKS 490 NEXT IK1 60 IF CODE=1 THEN COP4/3_* Costticient Ponderateur du Folds Propre des Poulos 670 IF CODE=2 THEN COP=1.35 680 RETURN 690 anes 700 REM Lecture des Donnees des Poutres 710 PRINT:PRINT'ATTENTION: les Pouttes Porteuses Doivent Ete Decrites"; 720 PRINT apres los Poutres Fortees' 730 FOR I=1 70 NP 740 IF IDON-2 THEN READ NOM$(1).NOMB(D PROFS(D,L¢.NCO),NTCDsGOTO 770 5. wl) 8t Pontee (in) ="NOMS(D). NOME(D,PROFS(),La) 780 FORJ=1 TO NCD 790 IF IDON=2 THEN READ NPOUSG,J)AQIJ) KPC{IJ):GOTO 810 680 °G? THEN Q4,J1)-RGIG4:KPCU.J1)=R&4)/RGIUA) "Di THEN @¢.51)=-RD1(44):KPCU.J1)~-RDGA)/RDII4) EXT J4 IRN ‘MRD=22112)/22H012)"2°U3"SE:VRD=Z282)°ZZH(12)"COV'SE"U3 MRD=.2°STA(2)'SE"U4/GAMA: VRD=AV(12)'SE/GAMA/SOR(3)'U3 1880 IF PROF$()=NOPR&(12) THEN PPC=225(12)9.81°7.85: NORE~I2:GOTO 1920 1890 _NEXTIZ 1900 IF NORE-0 THEN LPRINT USING'Aucun Profile ne Convient pour \_\NOMS¢):LPRINT’Completer Ia Liste parr des Profiles Reconstitues" STOP 1910 PPCPPMIN 1920 RETURN 1980 REM a 1960 IF VI TON THEN TONDE-V1/VRD" 0D 2190 IF ABS(FMAX/FMAD"100)>FONM THEN FONM=ABSFMAX/FMAD"100) 2300 F CODE~2 THEN LPRINT USING' (MSd /MRd)max 2310 IF CODE~2 THEN LPRINT USING! (VSd/VRepmox 2800 1PRINT USING Reche, Mekiium 1 1/4448# [#48 4% [/FL4/FONMIO0FONM 2330 LPRINT- 7 cet pris cutomatiquementy":LPRINT- 2360 LPRINT'Nom Profile Long. Alte Inertie I/v PdsPr. Q a (NKN/metm) Coeff 2370 LPRINT* mcm? cm4 cm3 kN/m pl p2 al az 2510 LPRINT TAB(S3):USING W#8.0# ##8.8 #9.008 #4.888 #.###7Q10111)020.,1),A10.11)-A20,11).KPTOI) 2520 NEXT 2530 IF NC()=0 AND NT()~0 THEN LPRINT 2540 NEXT 2550 LPRINT. 2560 LPRINT USING" Nombre de Poutres. = ####".TNOMB. 2570 LPRINT USING" Poids Total d’Acier = HHE.#F kN (=#8#40.6 kg) PIOT.PTOT/9.81°U3 2580 RETURN £2590 REM 2600 REM: Cnenges Concenttees 2610 Q-A0,J1)U1=AaG,I1) 2620 U2-LO)-U1 2630 IF XU] THEN 2680 2640 VJ-QU2/L) 2650 MJ=Q°U2"K LA) 2660 FI-QU2K/6/LERKAUTLD-V1-U2) 2670 GOTO 2710 2760 REM: Coleus de V.M,{ : Changes Trespezoidale Pontielle 2770 PmQ pyUIUI/2/A20.51) /3*VA% 'UIA3/60+VA"XA3/6+U0X 2S) ALIIING/2+VA/2(AILI)+AZLIIYAZ+O 1 VIeVi4vy -MI=M1+MJ 1=FL+PY 8060 REM $070 REM Description des caracteristiques Mecanicques des Profiles Normalises 3080 REM Type, auteur (mm), Section (em2), Inettio (crn), ly (om4) Mt Static,.emn3) 3090 M=M+KPCa r1=-M+#M 3100 F~F+KPCA, 14D 3110 REM Vous Pouver Creer votia Propre Liste de Profiles 3720 DATA HEM 3120 DATA IPN80,3.9,80,7.58,77.8.6, 3190 DATA IPN100,4.5,100,10.6,171 684 9740 DATA HEM 40, 3850 DATA HEMS40, 3860 DATA HEM360 139.6 137400, 18980,4390,149.7 3930 REM Donnees sous Forme de DATA, 3940 DATA 1,235,3,6,1 3990 DATA P3G, 1.6.0 4000 DATA P3G3.2.0 4010 DATA P3G,4.8.0 4020 DATA P2G.6.4.0 4030 DATA P3G.8.0 4050 DATA P2G.2.8.0 4060 DATA P2G.5.6.0 7. LIAISONS ELEMENTS PREFABRIQUES - BETON COULE SUR PLACE mission des efforts entre deux éléments de nature différente, par exemple une pou- wre dagen Sune dalle en béton coulée sur place, ou bien encore entre deux éleimere on Betons d'ages différents, est fonction des modules d'Young des deus mee des phé- noménes de fluage et de retrait, On se référera, por les assemblages entre un béton coulé sur place et : ~ une prédall » au CPT-« Planchers »-Titre III [3]. Qn remarquera que les Titres I et II sont conformes & I'ancien réglement de béton armé CCBA 68 et n’ont pas encore été mis a jour avec le BABI er eis préfabriqués en usine font, pour la plupart, l'objet d’un Avis Technique du Les STB ou d'un Agrément Technique Européen (ATE). 8. DALLES AVEC PREDALLES é i est utilisé comme édalle est un élément de coffrage en béton qui est ul ime | Pe a pe du temps, les aciers de la prédalle tiennent lieu d’aci dalle. 35 m de largeur et 1,20 m de longueur), ei dal jlus de 3,5 m de largeur ou de plus de 20 m? de surface (Art.105.3 du CPT-Planchers-Titre Me = les prédalles moyennes, Rae Ces hi demiers types peuvent avoir des dimensions correspondant 4 la dimension de la dalle limitée par ses appuis. On inte. également trois types de prédalles suivant la nature de leur armatures Sie bet \é sans raidis e sdalles en béton armé sat - ie erballes en béton armé avec raidisseurs métalliques en treillis, ~ les prédalles en béton précontraint. Ee Fig.33 — Prédalles béton armé sans et avec raidisseur métallique en treillis . , I ne charge &; + 82 pour le calcul des contraintes 6, et G,, du béton et de I'acier sous les sn 4 Bee tise orca phe définitive & laquelle correspond des contraintes 65 et 6, pour le une a 8.1. Dispositions constructives ne Peut, Pour des prédalles en béton armé, dépasser Ia moitié de Cite épaisseur doit, au minimum, tre de 5 em, exception faite 0,6 fog = 17 MPa 6'x = mM’, (dy ~ 4) / Ty = 304,29 MPa Remarques ; / eke i "étant pas vérifige, on peut, soit augmenter Ia section d'acier, fasden sors 815 cm dacen soit augmenter ta ini dr bikin pea il satis alors avoir feng = 35 MPa, ce qui donnera 0’, = 21,21 MPa = 0,6 fire 2, Le BAEL admet de prendre un coefficient d’équivalence n = 15. On trouve alors pour fag = 30 MPa et A, = 5,86 cm?, les contraintes suivantes : 6s, = 15,08 MPa et G’,; = 320,45 MPa, ce qui convis Nous retiendrons donc la valeur A, = 5,86 em? avec un pour la prédalle, inférieur 8 0,6 fig = 17 MPa. ton de résistance fag = 25 MPa Prédalle seule sans charge de chantier My = (+ 82) L?/8 = 7,68 kNm/m 7 Ms a risen suai im, laméme valeur que prseédemment car méme section d’acier Moment d’inertie : 1, = 7,9774 10° m* 41 = M, x,/ I, = 16,50 MPa ©, =m My (dy - xy) /Ty = 241,42 MPa Dalle entiére avec charges d’exploitation , de courte durée Mp = gy L?/ 8 = 2,5 kNm//m. n= 6,218 Dalle entiére avec charges d’exploitation g, de longue durée M2 = 2 L?/8 = 2,5 kNm//m n= 3X 6,218 = 18,654 x2 = 1,76 Mpa Gg = 68,34 MPa es) aaa ©, = Gy +0, = 241,42 + 68,34 = 309,76 MPa < 434,8 MPa OK 8.4.4. Effet du fluage Nous ferons les hypothéses suivantes : ~ une section plane reste plane aprés déformation (Navier- ~ les contraintes sont proportionnelles aux déformations ~ le coefficient de fluage Kp est pris égal a2. Lors du coulage du béton de deuxiéme phase et pour les charges permanent + & pour lune courte durée, les déformations se déduisent des contraintes calculées’ aveo E, = 34 180 MPa par : £51 = Opi | E, = 16,50 / 34 180 = 0,482879 %o € 51 = yi / E, = 241,42 / 200 000 = 1,207119 %0 {Le béton comprimé de Ja partie supérieure de la prédalle se raccourcit par fluage ;il est cependant géné par la présence de la partie de béton CSP qui n’était soumis & trainte au début du fluage. Une partie de I'effort de compre: Jong de Ia surface de reprise. A l’éq déformation doit étre la méme pour Comme les sections restent planes, on doit Jat =60 Apr tage \ ‘ne beon CSP be Fig.35 — Etat des déformations aprés fluage Fy = Gpaq (dz - 4) pour la partie constante a= (di +d) [2 Mai = Fa 2a diqueé sur la figure 35, A partir des deux inconnues yy on trouve deux équations d’éq re: ~ moments résistants des deux béton prédalle et béton CSP = moment extérieur Mn = Fr 222 p titons résistants des deux parties béton prédalle et béton CSP = effort de traction de F,=Fy +P Vacier. = May + Mg A partir de coefficients d’équivalence de longue durée = E / (1 + Kp) Soit E, = 11393 Mpa, E> = 10 721 MPa et B, = 200 000 MPa Beesocux beustions a yenilies sont; M = 7,68 KNmn/m = My + Mz etF, +P, =A, Ong On trouve, par approximations successive, avec un tableur par exemple, les valeurs don- Fb1al Ente * Esta) mpression du béton de la prédalle : F, = 0,5 x, G1, de 4, -x,/3 nées sur la figure 36. en parti du béton CSP : &j09 = &p14~ Ey, déformation en partie supérieure du béton CSP : - Fvab = da ly Cig * Esta) * Cota = dy dy (Cp + 1) + Ey, p10 = 6.7397 MPa contrainte du béton CSP : Gig = 202,512 MPa > en partie supérieure : bya, = &;25 Ey a 64 Gy * ~ 0,062467 MPa ~ en pattie inférieure : 6,9, = ey, Ey Remain} Or, = 1,16519 MPa fe trapézoidale est décomposée en une contrainte constante et une contrainte hb1a = 0.591858 % AciorAs exla=1012561% Fig. 36 ~ Détormations et contraintes 21 = 4 Soa! Eota * Este) = 0,0221265 m F, = 055 x, Oy), = 74,563 kNm/m /3 = 0,0526245 m M, = F, z, = 3,9238 kNm/m Fy = 93,2153 kN/m pour la partie constante 231 = 0,1000 m Ma, = 9,32153 kNm/m Fa = 0,5 (top ~ Oza) (ds ~ a) = ~ 49,1063 kN/m Pour la pattie triangulaire 22 = 0,11333 m F, = 44,109 kN/m M, = 3,75617 KNm/m Moment résistant : M, + Mz = 3,9238 + 3,7562 = 7,6800 = moment fléchissant OK Contrainte acier : 0, = (Fy +P) /A, = 118,672 / 5,86 10* /10° = 202,512 MPa OK Remarques CSPsoit négative, Sous Vaction des seules charges permanentes aprés fluage. En fait, la diminution de défor. mation de Vacier est plus importante que I'augmentation de déformation du béton. Il s’en- fult que la courbure diminue et que la flache de la dalle diminue, entrainant une traction en fibre supérieure, 2. Leffort de glissement entre les deux bétons est Soit environ un maximum, au point d'effort tranchant maximum, égal au dou- 2f=2F,/(L/2)=2x 44,109 /2 = 44,109 kN/m de longueur. On illement de glissement maximum : T=F1 1m? = 44 kPa = 0,044 MPa en ELS. A cette valeur, on ajoutera le ci Ve" ql /2=2,5x2=5kN Hement di a la charge d’exploitation q, = 2,5 N/m? 694 sass : ee en res et environ 1,4 X 71,7 = 100 kPa = 0,1 Lee Ree cppelc isai jimi é en ELU est de 0. AEL, illement limite toléré en ee re Ge ees effort tranchant pour toutes les chargen ultimes, Et Be cleat apoliqutes avant ou aprés le coulage du béton de deuxiéme phase. qu’elles : ° Dans a argo» Sail L/2= 135 (188 + 196) 1.54235) 412= 1787 KN ee j = 17,87 / 0,14 = 127,6 kPa = 0,12: < . ' : athe on va dans le sens de la sécurité, car on néglige ls part effort reps a gen acta pedale, En effet, on le voit par la différence entre 0, ,1 MPa. parle 8.5. Nervure préfabriquée et table de compression CSP é < i la méme maniére, sauf que isonnet it ci-dessus pour les prédalles s’applique de feantie salves hen CSP et plus importante que celle de la nervure, car les largeurs I sont diférentes avec b > By ~ POUTRE EN ACIER 9. PLANCHER MIXTE - POU ET BETON COULE SUR PLACE jis dans I" Euro- Ce type de structure n’est traité dans aucun réglement francais de calcul, code 4 (EC4) [8]. Fig. 37 — Coupe sur plancher mixte acier-béton é associ ériaux complémentaires : idée est venue d'associer deux matériaux complé fier abs bien is ncn otal la sompresion (ambemeat et versomen), ~ l'acier qui résiste bien A la traction et ca En outre, l'ensemble est facile & iene fests lone PE Paeeese mr et 2 ids propre de la dalle sans étai et que l'on peut : ee acier, donc sans coffrage 4 réaliser sur place. Pour que l'ensemble travaille de fagon monol bien transmis entre la poutre et le béton de la dali Les conditions a vérifier sont : Ie, il faut s'assurer que les efforts sont le des connecteurs. des poutres symétriques en I ou en H, sans congés, S peut étre calculé de la fagon suivante. Soient : we tale de 'aile, f, la Jargeur tot ‘ tale de la poutre, ; ; rf Pca ae Yraile, (a dans les notations frangaises) I epaeur del'ime, (e dans les notations frangaises) fore ue la section totale vaut : A, = ty + 2 (B ~ fy) f Wess : ‘moment statique est égal & 1S =H ty [8 +0,5 (b-t,) (h- ) & F é : Le moment résistant est donné par : J sboay = 0 f byty = 20fbyay = 208 = 285,/1, ” aoe 0 . Poids propre de la poute, poids propre dela dalle et de la charge de chantier, en général sans étai, ~ la Néche ELS sous charges permanentes, qui représentera la fléche init le, + en phase d’exploitation, ~ la résistance de flexion en ELU sous les charges permanentes et exploitation, ~ la résistance en ELU Mpa = J 94F = ; Ja déformation en ELS sous charges petmanentes et d'exploitation,etretrait dans certains cas. ion - Déformation 9.1. Phase de construction ~ Résistance ELU a la flexion 9.2. Phase de construction ule, avec (ou plutét sans) étais, son poids propre, mn de chantier. Cette demiére peut étre prise égale a i é dans le domaine élastique. il de 1a déformation est effectué t ; = poutre sur deux appuis sans étai, la fléche est donnée par : f=5pL*/ 384 E, 1) ée, si l'on satisfait des avec : relatives a Ia minceur des parois (sections de classes | et 2 seule. P= 8+ m?) = poids propre de la poutre (= 0,0077 A, KN/m pour A, en ci ov poids propre de la Galle = 24,5 h, b, EN/m pout het b, en m) = isseur de la dalle e : jase réelle de la dille reprise par la poutre (entre axes des poutres) L= portée de la poutre ine een geales A / Ye dans toute la partie comprimée et ~f,/ partie tendue (Fig.38), ym E, = module d’ Young de I’acier de la poutre (= 210 000 MPa) 1, = moment d'inertie de la poutre seule Fat | : loitation. z >, ~ 9.3. Phase d’exploitation. ési 4 PELU en flexion eh. Résistance aI . 9.3.1. Moment positif ha i Ia Nous distinguerons les deux cas suivant que I’axe neutre est dans la dalle ou bien dans nervure. Fig.38 — Flexion de la poutre métallique — Contraintes en ELU tique de la partie de la poutre située au dessus de son centre de gravité i. Cette valeur figure dans les catalogues des produits sidérurgiques 696 U Soit $ le moment [10], PPO" # eeluici. Cette valeur figure dans les catalogues des produits sidérapig peu due l'ensemble travaille de fagon monolithique, il faut s'assurer que les efforts sont bien transmis entre la poutre et le béton de la dalle. C'est le rdle des cormectone Les conditions 4 vérifier sont : + en phase de construction : j larésistance en ELU sous poids propre de Ia poutre, poids propre dela dalle et dela charge de chantier, en général sans étai, ~ la léche ELS sous charges permanentes, qui représentera la fléche initiale, + en phase d’exploitation, ~ fa résistance de flexion en ELU sous les charges permanentes et d'explotation, istance en ELU 4 effort tranchant, ~ la résistance en ELU de la liaison acier-béton, ~ les effets du retrait en ELS ~ la déformation en ELS sous charges permanentes et d’expl cas. des pouttes symétriques en I ou en H, sans congés, $ peut are caleulé de la fagon es A, = ht, +2G-1) rent statique est égal & : S =H? £, /8 + 0,5 (b- ty) - 1) te mom —— résistant est donné par : j = = = 2Sf,/Y,: Mpa = J 94F = J yboay = 3 J bydy = 2a{eray - fy/ Ye 9.2, Phase de construction - Déformation 9.1, Phase de construction - Résistance ELU A la flexion éformati é dans le domaine élastique. la déformation est effectué dans le stique. ae aos aus sur deux appuis sans étai, la fleche est donnée par : est calculé suivant I"Eurocode 3. La section est supposée cone ians particuliéres relatives & 1a minceur des parois (sections de classes | et 2 seule, ales, / Yq dans toute Ia partie comprimée et ~f, |, te (= jour A, en. cm?) de la poutre (= 0,0077 A, KN/m p\ a nee do a palle 24,5 hy by KN/m pour h, et by en m) dalk eda dalle reprise parla pour (entre axes des putes) ‘acier de la poutre (= 210 000 MPa) me E, = module d’Young de ff I, = moment d’inertie de la poutre seule fens Fat J : exploitation. ~ - 9.3. Phase d’exploitation. a2. Résistance 4 PELU en flexion Alto Aa 9.3.1. Moment positif i " dalle ou bien dans la us Nous distinguerons les deux cas suivant que I’axe neutre est dans Ia dalle o1 nervure, Fig.38 — Flexion de la poutre métallique — Contraintes en ELU que de Ia partie de la poutre située au dessus de son centre de g 10). Axe neutre dans Ia dalle (Fig.39) nf vt Le béton tendu Pour une travée de tive sans console de poutre continue, forfaitairement égale a 0,8 fois la portée ; pour une travée inte Ia portée, Pour une hauteur de béton compri F.= by y 0. avee 6, = contrainte de calcul du béton = 0,85 fx / (= 0,85 f; \isons fondamentales, ety, = 1,5 en cor La résultante de tra: bt ; CO Fig.39 - Moment positif - Axe neutre dans la dalle négligé. comprimé a prendre en compte, tée par la distance entre axes des poutrelles et par le quart de la distane: moments nuls de la poutre. bag Min [by Ly / 4] est soumise a la méme contrainte de traction. En absence di effort normal extérieur, l’égalité F, = F, béton comprimé y : Ade 7 bien te de cor rieure de la poutre. le vaut:Z=v+h,-O5y tant : Meg = Fz" A, f,2/ Yq Pour une poutre symétrique : z'= 0,5 + h, -0,5y Axe neutre dans la dalle largeur efficace beff (BC4, ngueur L, peut étre prise médiaire, L, égale 0,7 fois imé y, la résultante de compression du béton vaut 28/Yp en notation frangaise) n est égal a F, ~ A, f,/ Yq puisque toute la section A, de la poutrelle permet de déterminer la hauteur de ipression est a y / 2 de la fibre supérieure du béton, celle F, est au cenire de gravité G, de la section de la poutre, Poutre : section A,, hauteur tolalo h, adler (7) Données Dalle : épaisseur h, largeur effective boy, bi Axe neutre Ae h (dans la dalle) | Y = pb en0,857,, <0 Moment bras de levier:z =v +h, —OSy résistant Mag ™ Aa fyZ/ Ya © _neutre dans la poutre (Fig.40) bett t siy 1,50 MoxEom hauteur de la téte > 0,4 0.29 ace Eon EC4, ant.3.5: i C4, art.3.5.2 (7) fy = contrainte résistante ultime de lacier du gou- [ion (< 500 MPa) @=02(h/d+1) pours4 (**) E, module d Young instantané du béton (4) Wei les a (*) Solon ies EC2, 20 6t 50 MPa, de type (1s doux valeurs correspondent a ‘autre la résistance locale ds batons Pectivement a a résistance au Gisallement et la 16 sds 22 (EC4, an. 6.1.2 (2) I valeur de G2 module est donnée par E = 9 500 (+ 8)" MPa pour fy compris entre 9.5.2. Espacements des connecteurs Les connecteurs sont calculés po résistant du plancher Feq et non de I = Meimax/ Mg de l'effort résistant uur résister & l’effort de glissement correspondant a I’effort ‘effort maximum appliqué qui est la fraction Fra stant Frq est égal a : , ees bh fal Ye Deli te Poni ice are te dans pale Ro =Afy! Yo pour un moment positif avec axe neutre dans la dalle, ao (axe neutre est dans Ia dalle si Fr, < Fp.) Faz (Ant Asa) fal %o pour un moment négatif. En effet, 4 l'exception des connecteurs ductiles qui permettent un certain glissement du péton, la rupture des connecteurs est du type fragile. Si tous les connecteurs cédent, cela ‘entraine la ruine immédiate de 'ouvrage, ce qui as le cas dune rupture par flexion. ‘Leur espacement doit suivre la loi de variation de effort de glissement, done celle de effort tranchant. _ Les connecteurs sont considérés comme ductiles s'ils permettent un glissement r moins 6 mim sous I’effort de glissement correspondant a leur résistance caractéristique. Sections critiques et longueurs critiques On appelle sections critiques : : = es sections ot les moments sont maximum, = les sections d’appuis, = les sections soumises a des charges concentrées importantes, ~ tes sections de changements brusques de caractéristiques géométriques «es sections de moment nul. Une longueur critique L,, est la distance séparant deux sections critiques successives. Effort de glissement global V, V,= Min [effort résistant de traction dans la poutre ; effort résistant de compression de la dalle} ce qui correspond respectivement aux cas axe neutre dans la dalle et axe neutre dans la poutre. Vp Min (A, fy Ya 0,85 Ac See! Yel avec : A, = aire de la poutre Ff, limite élastique de l’acier de la poutre , Yo = coefficient de l’acier en combinaisons fondamentales (voir remarque) A. = aire de la section de béton de table = byy hy fox = résistance caractétistique du béton (le f->x du BAEL) Ye (le yy du BAEL) = 1,5 en combinaisons fondamentales Remarque Ce coefficient y, vaut 1,10 d'aprés les Eurocodes 3 et 4. Cependant, suivant le document application nationale DAN de I'EC3 et de I"EC4, pour des produits en acier figurant sur la liste d’agrément arrétée par la Commission de Normalisation de la Construction Métal- lique (CNCM), ou titulaires de la Marque NF, ce coefficient peut étre pris égal a 1,00. Cette valeur V,représente I'intégrale de I’effort de glissement entre le point de moment nul et le point de moment maximal. Pour une charge répartie uniforme d'une travée sur deux tranchant est linéaire, maximum a l’appui, nulle a mi- de longueur maximum sur appui jax est tel que : 0,5 Vinax L. ation de l’effort ment par unité Vjnax = 4 V1 Le Leespacement minimum des connecteurs sur appui est égal & Spy = Vel Vinax L’espacement moyen vaut le double (puisque !a variation de I'effort est linenire) et le nom= bre total de goujons sur la portée Lest de 0,5 L / Sin Espacement maximum In'ya pas de li espacements compris entre cing fois le sans dépasser 0,80 m (EC4,art. 6.4. 9.5.3. Connecteurs dans les zones de moment négatif Sil’on veut prendre en compte les aciers de chapeaux dans le calcul du moment résistant du plancher, il convient de disposer des connecteurs Pour reprendre un effort de glissement égal ala v: ion de traction dans l’ensemble des aciers de chapeaux. 9.5.4, Connexion partielle avec goujons ductiles Les goujons de diamétre compris entre 16 et 22 mm et de hauteur totale supérieure & quatre fois leur diamétre sont réputés ductiles. é plancher ne dépasse pas 2,5 fois le moment résistant de la poutre seule, on peut admettre une répartition uniforme des goujons. Dans ce cas, on peut prendre en compte un effort de glis Jongueur critique L., définie ci-dessus (pour une travée isostatiqui égale a la demi-portée). De plus, le nombre N de goujons peut étre calculé en fonction de l’effort normal réellement appliqué Fg = k Fay et non de l’effortrésistant du plancher Fag en vérifiant que ce nombre est au moins égal a B Nj Nyreprésentant le nombre de goujons calculés avec l’effort résis. tant Fg. de Mya: Mgq - My,q. Cette différence it: moment résistant plancher mixte ~ moment résistant poutre seule = M, Le coefficient k est done donné par : pe N_ Boo Msi~Myue Ny Fra My, ra~M, pura Mpa pla ons ductiles jit diamétre d de 16 4 20 mm, hauteur totale 2 4d Conditions ire alle infrieure / aie aile supérieure <3 L,, = longueur entre point de moment nul et appui ou point de moment _ imum Mow = moment résistant de la section (voir calcul dans tableaux ci-dessus) Metmax = moment fiéchissant maximum en valeur absolue sur la longueur critique Ly. N Fea Mga-Mpya WON, Fas” Woina= Efows Win 10,85 By efor 10: Aa Pal S| Medex 20 el si Mee <0 Prag = el ‘Fun goujon (suivant tableau cr-dessus) dalle épaissour h,, largeur efficace bop, résist. caract. béton = fay, Yo = 1,5 poutre aire Ay, limite last. fq = 1,10 aciers BA aires Agy et Ag, limite last. fy Ye = 1,15 wears. | prt ste oou suivant jc lu sur le tableau : Best Fe soabaala de ‘goujons sur la longueur Loy : N= Max (k ; B] Ny espacements | s = espacement constaiit = N/ Lo Valeur de 6 ee (goujons ductiles) Sia=1(*) <5m a=0a saty<2m B= 0,25 + 0,03 Ly, 20< (> 25m B= 0.25 + 0,03 Ly, La 2 25m Brio () Pour « voir tableau en 9.5.1. o-dessus. Les goujons peuvent étre soudés de fagon automatique, d’oi I’intérét économique de ce type de connecteur. 9.5.5. Cisaillement et aciers dans la dalle ‘Comme pour une poutre en Té en béton armé, ces aciers doivent reprendre la moitié de Veffort de glissement par unité de longueur (moitié de chaque c6té), soit : As/8=0,5 wel Su avec au moins un acier entre chaque connecteur. : /.. effort de glissement est transmis dans la dalle par des bielles 4 45° horizontales a partir des connecteurs. Il convient de vérifier, comme pour les poutres en Té en béton armé, que Je cisaillement table-nervure convi tie Le cisaillement moyen vaut Ty, = 0,5 Fra bs ‘ " Pour une fravée cakes et des charges réparties uniformes, le cisaillement maximum est Je double du cisaillement moyen (effort tranchant variant linéairement) : ty, = 2 =e D’aprés le BABL 91, ce cisaillement maximum 7,,,, doit étre inférieur & 0,20 fy / Y fissuration peu préjudiciable (ce qui est trés souvent le cas en batiment). Pour les bitiments a charge d'exploitation modérée (Art. B.6.7.2), on vérifiera que le 139,790K 9.8.3. Phase d’exploitation — Flexion ELU ipposons I’axe neutre dans Ia dalle. ia résistance @ a traction du profilé vaut F,~AcSy/ Ya = 142.8% 10x 235/ 1, 3,0519 MPa La hauteur du béton comprimé est donnée par : Y= Fy / (0,85 beg fen! 1,5) y= 3,052 / (2,215 x 14,166) = 0,09722 m < hy = 0,10 m. ‘On vérific bien que I’axe neutre est dans la dalle. Le bras de levier du couple plastique z= 0,5 4 + h, - 0,5 y = 0,175 + 0,10 - 0,5 x 0,09722 270,264 m ent résistant du plancher est donné par : i Mpg = Fe = 3,051 x 0,2264 = 0,69065 MNm = 690,65 kNm Le moment agissant ELU est égal a : Mea = [1,35 (8) + 82) + 1,5 g1L?/8 Mg = [1,35 X 9,675 kN/m + 1,5 x 1 N/m? x35 m] 8,86°/ 8 Mgg = 643,31 KNm. Cette valeur est inférieure au moment résistant de 690,65 OK _ Cela suppose que !a connexion est complate. Si I’on ne dispose que des connecteurs juste suffisants, cette inégalité devient une égalité. En exploitation ELU Eff, résist. profilé F, KN] 3050,73 Hauteur table comprimée y mm | 97,2214 Bras de levier z = 0,5. + hy yi2 mm | 226,39 kNm | 690,65 kNm | 643,31 < 690,65 Moment agissant 9.8.4, Phase d’exploitation - Fléche Les sections sont homogénéisées en équivalent acier en divisant les sections bétons par le rapport E, / E, avec E, = 210 000 MPa et E, = 30 500 MPa (Eurocodes 2 et 4, au lieu de 32 160 MPa avec le BAEL). Pour ce qui est du fluage, on admet de calculer les déformations avec un module d Young du béton égal au tiers du module instantané, ou en utilisant des sections homogénéisées avec un coefficient d’équivalence acier égal 4 E, / 630 000 au lieu de E, /210 000. Les caractéristiques géométriques de l'ensemble avec un coeficient d’équivalence n peu- vent se calculer de la fagon suivante : ~ aire homogéntisée : Ay = Ag + Bag ho/ n = moment statique par rapport la ibre supérieure de la dalle my = Ag (+ fg) + 0,5 Bap hg? 0 ~ centre de gravité de la section homoge: ~ moment d’inertie de la section par rapport a la fibre supérieure de la dalle : Ioup = Aa (9 + he)? +1, + bag hg? / 3.0) aa ~ moment d’inertie de la section homogénéisée par rapport a son centre de gravité : Ty Ioap - An i? On trouvera les résultats des calculs dans le tableau suivant, 13 Ainsi, dans notre exemple, la fléche de courte durée due aux charges d’exploitation (10 kN/m? sur 3,50 m de largeur) vaut : Sai = 5.414] (384 E, I,) = 5 x 35 x 8,864 / (384 x 210 000 x 85 838,8 10°) = 15,58 mm De méme en fléche différée, on obtient : 20,58 mm. . sce instantanée d’exploitation : 15,58 mm, soit 1 / 569° = fléche finale d’exploitation : 20,58 mm, soit 1 / 430° 5 mm, soit 1/3 620° Spericlante cféquhalence — | eee Be icin ots charges de coume durés: 1,17 + 15°58 +245 ~29 20 mm, soit 1/303° durée | durée = péche totale sous charges de longue durée : 11,17 +20,58 + 2,45 = 34,20 mm, soit 1/259° n= 6,8852 20,6557 Remarque es... (On peut demander une contrefléche en usine de 14 mm pour compenser Ia fléche initiale ~ ~ sous poids propre et la flache de retrait. oe Sections homogénéi Beton | Acie | “Sasa | “sowsey On peut rechercher la sojution optimale en pondérant les quantités avec des prix relatifs. Aires om? | 221500] 142,80 | 464,50 | 250,03 Prix aclor (1 kg = 1 onité) uv 993.1 Moment statque par rapport & la fs! ons! +4 0750 38070 |55a5.1| 4 «ae Prix béton (1 m? = 80 unités) u 248,41 . U 1241,2 Moment dinertie par rap. & la fib.sup. | om*| 73 833, | 141 082,5| 151 805 | 144657 peel ¥v (contre de gravité c.d.g,) mm 119,17 | 178,50 vo mm 330,83 | 271,50 9.8.5. Effort tranchant Moment dinertie par rapport au cdg. | om? 85 838,8| 64.988,3 La vétification se fait en ELU par Vga Vea Ww om? 7 203,00} 3 640,75 effort tranchant de calcul vaut ici : w om? 2594.66 | 2393.70 Vsa = [1,35 (@1 * 82) + 1,5 QUL/2= [1,35 (1,100 + 8,575) + 1,535] X 8,86 /2 = 290,4 KN On constate que la fibre neutre est dans la effort tranchant résistant est donné par : (178,5 > 119,17 > 100) Vaa= Avy 31310 poutre métallique cary > hy En exploitation ELS Courte durée | Longue durée a A -2by + +2y Charge d'exploitation q kN/m 35,00 35,00 pour un HEA 360 : > Flache (q) mm 15,58 20,58 Ae pec totale du Profi = 142,8 cm? ° e = largeur hors tout = 30 cm soit 1/ 568: 430: (ange) = 1,75 em Fléche due au retrait (web) = Lem r= rayon du congé de raccordement = 2,7 em En retenant un retrait de base ¢, = 2 10-4 A, = 142,8 - 2x 30x 1,75 + (1 + 2.x 2,7) 1,75 = 49 cm? Cette valeur du retrait correspond a un climat tempéré humide, par exemple la moitié nord de la France. Diol: Vag = 49 10x 235 /3 / 3/ 1,10 = 0,604 MN = 604 KN > Vey = 290,4 OK pe SP _ 210% 2100000 = di ti "OL, 05h)? = 10" (01785 =0,5x0,1) 20,655 9.8.6. Résistance des connecteurs a ee Ato te + + i a i i (7/8”) et de 89 mm de hauteur, A T A, 750,03 # 4 Si nous choisissons des goujons de 22 mm de diamétre 7/8") et de de * * 8 988.3: 10 aa la classe Fe E 510 (résistance a la rupture de 510 MPa et limite élastique de 355 MPa, mais F, = 0,265 MN. E V'EC4, art. 6.3.2.1, limite la valeur a prendre en compte 4 500 MPa), la résistance unitaire Le moment vaut : M, = F, (vj ~ 0,5.) = 0,268 (0,1785 - 0,05) = 0,0340 MNm PRd vaut : a avec ot = 1,0 car hauteur totale = 89 mm 2 4d = 89 mm (connecteurs ductiles) | scotati ML 0,0340 x 8,867 . St In Meche sostatique f, = BEI, ~ 8210 000 x 64 988,3 10-8 ~ 00245. m Pra = Min (0,8 fy (wd? /4)/¥ 30,29 ad? Jf. gBom [01 = 2,45 mm. Pq = Min [0,8 x 500 x 3,14 10° / 1,25 ; 0,29 x 10x /25 x 30 500 / 1,25] x 0,022? = Min [0,1216 ; 0,0981] = 0,0981 MN 9.8.7. Espacements des connecteurs diamétre d = 22,2 mm et hauteur = 69 mm =4d OK Conations: | ales alle Wf ate cho Sup. = 1 pour un profil symétrique < 2,5 Ly =U/2= 8,86 /2=4,43 m Moments [yf na = moment résistant de la section de plancher mixte = 690,65 kNm our une connexion complete Msg = moment fléchissant maximum = 643,31 kNm aN _ Fee _ Mos-Mps _ 643,31 - 444,36 Eee “N.” Fra” ManaMp,, ~ 690,65—44436 = Efforts (0.85 Bay Me fox Ye Aa by I Yl Pulsque Mscmax > 0 in [0.85 x 2.215 x0,1 x 257 1,5 ; 142,8 10-9 x 235 / 1,1] = Min [3,138 ; 3,051] = 3,051 MN Pra = Min (0.8 fy (no? / 4) 1, ; 0.29 oc? Jf,» I] Pra = Min [0,8 x 500 x 3,1416 10-4 1,263 0.28", 1" 55550 300 / 1,25] x 0,0222 Pra Min [0,1216 ; 0,0981] = 0,0981 Nombre NN; = Fr / Prag = 3,051 / 0,0981 = 37,10 de goujons /Four a=1 et L = 8,86 mde § 420m: B= 0,25 + 0,03 L- 0,516 et Ns nombre nécessaire de goujons = Max [k ; ] Ny= 0,808 x 31,1 = 25,1 espacements | arrondi & 26 goujons ‘= espacement constant = Ley / N = 4,43 / 26 = 0,170 m Soit 6 goujons par métre de poutre sur toute la longueur, un goujon tous {es 167 mm ou mieux deux goujons tous les 333 mm, espacds transverscr foment de 200 mm, done & 50 mm du bord de la poutre de 300 mm de large. 9.8.8. Cisaillement dans la table llement moyen vaut : Tm= 055 k Fra (lL) = 0,5 X 0,808 X 3,051 / (0,1 x 4,43) = 2,78 MPa Le cisaillemen d'aprés I'Eurocode 2 est égal & 0,20 fy./ 1,5 = 3,33 MPa > 2,78 OK Pour I'Eurocode 2, Ia section d’acier de cisaillement est conatante et égale A: Aj] 8 = (Tq ~ 2,5 Tea) hy Ye fe = 2,78 ~ 2,5 x 0,3) X 0,1 X 1,15 / 500 104 = 4,67 cm?/m Les aciets de Ia dalle nécessaires & la flexion transyersale sont caleulés & partir des valeurs enveloppes des moments transversaux. Leurs S en travée et sur appuis sont inférieu- ‘es ila section A,, calculée avec le moment isostatique. Admettons, pour simplifier 'ex- osé, que la section d'acier soit de0,7 A,, en travéeet 0,8 A,, sur appuis soit respectivement 0,7 X7,65 = 5,36 cm?/m et 0,8 x 7,65 = 6,12 cm*/m (la valeur A,, = 7,65 a été calculée dans un tableau ci-dessus), ep g 9 On doit de plus vérifier que la section d’acier traversant la section est capable de reprendre Peffort tranchant transversal y, . Ya = (1,35 g + 1,5 9) Ly/2 = (1,35 x 24,5 KN/m? x 0,10 m + 1,5 x 10 KN/m?) 3,15 / 2 Ya * 28,83 KN/m d’oit Ay = vy / fe = 0,02883 x 1,15 / 500 = 0,66 cm) En conclusion (Fig.45) : * 6,12. cm!/ m en chapeau, soit HA 10, s = 0,125 m (= 6,28 em’/m), 716 y i it (68 cm?/m filant jusqu’a #/m en travée, que I’on peut disposer en deux lits avec 2, Fences valeur est supérieure a 0,66), soit HA 8, s = 0,125 m (= 4,02 cm?/m), Ja somme des deux aciers 4 l’appui 10,30 est supérieure a 4,67 cm?/m OK On vérifie bien qu’entre deux connecteuts successifs, il passe au moins une barre, i lieu de 12,5 em. les connecteurs par paires en les espagant de 25 cm au S sein ages AsS00 Hn (Ge ROSA eh a 5 chcessu) supérieure a X20 = 2,5x 22 +2x 20 = 95 mm. . - ae alt ainsi plus de liber pou le cholx des écartements des cies transversaux (6car- tements maximum de 25 cm au lieu de 12,5 cm). + 100 + 100-45 HA10¢ = 125 022 9= 260 Fig.45 — Ferraillage et connecteurs 9.9. Poutres continues Les solicitations peuvent étre calculées par les méthodes habituelles de la résistance des 8 i t généralement négatifs et juera cependant que, prés des appuis, les moments son rtiey eat plus fible que iavée du fat dela non-prise en compte du béton tendu, Tron retient la présence des aciers de béton armeé situés en chapeaux. ue les moment sur appuis sont en réalité plus faibles que ceux ealeulés par ces les moments en travée par voie de conséquence, plus élevés. an On se trouve dans le méme contexte que pour les poutres continues de bon ean oi is peut redistribuer les moments, particuliérement en utilisant les formules de Cag ‘minorant ou non les moments sur appuis dus aux charges permanentes. Pour tenir compte de la réalité, on peut procéder a une redistribution des moments. LEurocode 4 (art. 4.5.3.4) l’autorise dans les limites suivantes pour des poutres de hat constante situées dans des batiments : 7 fo: a ~ dimit m des moments sur appuis de 0 4 40 %, ~ augmentation des moments sur appuis de 0 a 10%. Les moments d’inertie en travée augmentent de valeur aprés le durcissement du béton de la dalle ; c'est done pour les charges appliquées aprés ce stade que la redistribution des moments peut étre effectuée. ‘Une diminution des moments sur appuis est intéressante car le moment résistanty est plus faible. On peut ainsi mieux proportionner la résistance du plancher aux Naturellement, on doit verifier I'éqi 9.10. Pose des poutres avec étais Un des avantages des planchers mixtes est de permettre une pose des poutres sans étais, Cependant, on peut étre amen, pour des grandes portées ou si I’on veut réduire la fleche initiale, a mettre des étais, que I’on place généralement par paires au tiers et au deux-tiers On a ainsi une poutre continue de trois travées de 4 l’action des charges de ton durci, on peut procéder a é in itainsi un déchargement de fe concentrées négatives (réctions d'appuis des étais), ce qui équivaut & un chargement posit (vers le bas). Lav: le deux charges au tiers et deux-tiers de la portée est de donner un moment rés voisin d'une parabole (courbe qui correspond a un chargement uniforme) a i différer une partie de l’action des charges permanentes sur la section mixte qui est plus résistante que la section de la poutre seule. Fig.46 — Poutre avec étais - Moments dus aux charges permanentes et aux réactions détails enlevés 718 Les étais sont en général bloqués, mais non foroés sous l'action du poids propre de la poutre qui agit done sur la portée L. Par contre, le moment da au poids propre g2 de la dalle donne, pour un calcul avec Ia seule section de la poutre : R= 11g; L/30 pour la réaction d'étai, My = 82 L? /120 8 mi-travée 1, M, =~ 82 L?/ 90 sur app Mo = 82 L? / 360 a mi-tra ; Puis, avec la section résistante de l'ensemble poutre et dalle, on aura le moment da a la réaction dé : M, =RL/3= 11 g2L?/90 : : / En additionnant les deux courbes, on retrouve évidemment le moment isostatique d'une charge répartie g, sur une travée de portée L. 9.11. Coffrage de la dalle et préfabrication Différentes solutions peuvent étre proposées au probléme du coffrage de la dalle pour éviter étaiement, voire le coffrage (Fig.47) onan Le coffrage peut étre supporté par l’aile inférieure de la poutre. On évite ainsi I’étaiement la poutre et celui du coffrage. ; on 1 également disposer de plaques, de prédalles ou de bacs acier pour remplacer le coffrage. nee ‘Type de coffrage Observations Coffrage appuyé sur Vaile infé- figure de la poutre Plaque de coffrage perdu, type | Cette plaque diminue 'épaisseur résistante de > | Eternit ou acier la dalle Prédalle béton armé compre- | Epaisseur prédalle : nant les armatures de flexion | > 4 cm pour petites prédalles os jer ‘Attention: Fépaisseur de caloul de effort de |e eee compression est & faire avec l'épaisseur mini- mum de béton (au-dessus des ondes) b) — — yetom Pa WEED ? Prédalle a Vide de onde dubac Sr th °) 9 Fig.47 — Dispositions pour éviter le coffrage 9.12. Poutres mixtes précontraintes par cables extérieurs Ce type de structure est surtout Vemployer pour des planchers indust Comme pour les poutres en béton précor rieure réalisée par des cables dont le tracé est cons! droites avec des déviateurs ou des selles d’ Le plus souvent on adopte Ja sol deux. ‘moment parabolique (Fig.49), 720 é pour les ponts. Cependant Is de grande portée de p Z € urs travées: itinues, mtraint, on peut disposer d'une précontainte exté- ¢ i d'une succession de segments de ‘appui a chaque changement de direction (Fig.48). Fig.48 — Poutre mixte précontrainte par cables n qui consiste 4 disposer deux déviateurs au tiers et aux un moment isostatique trapézoidal trés proche d'un us de la travée, offr Fig.49 - Excentricités trapézoidales En mettant en euvre gui compenseront poids propre de tation, augment les moments en travée, ce qui va dans le portants en travée (présence dune table de sens des moments résistants qui so compression) que sur appui (béton t Laction de la précontrainte P se traduit (Voir Réf. [9], chap. 19) par un moment de précon- trainte M,, somme = d'un moment i ue M, = Pe,, e, représentant 'excent centre de gravité de la section de la poutre’acier, pperstatique de précontrainte dai aux réactions d’appuis apparaissant lors de la mise en tension. Le calcul des moments hyperstatiques peut étre effectué au moyen de I’équation des trois ‘moments, en considérant les rotations sur appuis rendus isostatiques dues au moment isos- tatique de précontrainte. du cble par rapport au Isostatique ou Phases de chargement SR See Calcul Moment ques rendues continues 2 [Mise en précontrainte 3 |Coulage dela dalle 4 Application des charges dexploitation isostatique | Poids propre dela poutre | My, ‘Action de la précontrainte | Mp Poids propre de ladalle | Mya Charges d'exploitation | Mg Calcul en flexion composée distinguerons deux cas : On suppose que I’axe neutre est dans I’ame. avant durcissement du béton de la dalle ~ calcul avec la poutre seule sous moment posi ©u sous moment négatif, ~ calcul en tenant compte de Ia la dalle (sous charges d’exp! le sous moment positif aprés durcissement du béton de ). + Moment résistant avec la poutre seule (Fig.50) the a = = ee a) b) °) Fig.50 - Flexion composée sans dalle Le schéma de contraintes a) est équivalent a la somme des schémas b) et c) Ainsi, leffort de précontrainte P est & é é i gal 4 aire hachurée multiplige i calcul P= ty (2f,/'%) oi la position de axe neutte zy = 7, P/(2f,._ enn oP! 2f,0. ; ks tet des cas a) et b), le moment résistant de la section vaut : si S désigne le moment statique de la partie de la i e Poutre située au-des gravité (valeur donnée dans le catalogue des produits sidérurgiques top. mace + Moment résistant avec la poutre et la dalle (Fig.51) Fig.51 — Flexion composée avec dalle, axe neutre dans la dalle Si nous supposons que l’axe neutre S . est dans la dall effort de traction de la poutre est égal a : “ FAS Ya la poutre est entiérement tendue et L’effort de compression de la partie de dalle comprimée équilibre I'effort de traction de la poutre et l’effort de précontrainte, il vaut : PHP = bey 0,85 fx! Y0) avec P= effort de précontrainte bag largeut efficace de Ia dalle = Min (largeur réelle; Lo / 4] avec Ly = L pour travée isostatique L, = 0,8 L pour travée de rive de poutre continue sans console L, = 0,7 L pour travée intermédiaire de poutre continue y= hauteur de dalle comprimée ‘On détermine ainsi y et on vérifie que y est inférieur l’épaisseur h, de la cherche un équilibre avec un axe neutre dans Iaile de la poutre, voire dans I’ame. EXEMPLE NUMERIQUE © Données Plancher de trois travées continues de mémes portées L = 14,50 m, composé de poutres IPE 600, calculés en classe 1, espacées de 3,50 m entre axes et supportant une dalle colla- porante de 0,10 m d°épaisseur, recevant une charge d’exploitation de 10 kN/m?. Le béton a une résistance caractéristique de 30 MPa MPa. Bien que le DAN (document d’appli La précontrainte P est exercée par deux cables 3 T15 S situés de part et d’autre de l’ame de la poutre. En admettant qu’aprés pertes, la contrainte finale dans I’acier des cables est de 1200 MPa, pour une section de 6 x 150 mm?, I'effort P vaut : 1200 x 900 10°6 = 1,08 MN. Le cable sera excentré de (Fig,52) : €q = + 0,23 m sur apy ¢; = ~ 0,23 m dans le tiers central des travées de rive, = - 0,19 m dans le tiers central de la travée centrale, 14\500 14,500 14,500 yeasty, 1800, Te Fig.52 — Excentricités du cable de précontrainte &; et gy représentent les poids propre de la poutre et de la dalle 81 = 156 cm? 10 x 77 kN/m? = 1,201 KN/m 82 = 24,5 kN/m? x 0,10 m x 3,50 m = 8,575 kN/m La charge d’exploit ion vaut : = 10 kN/m? x 3,5 = 35 kN/m Données t= 14,50 m a= 1,201 kKN/m 92" | 8575 | kNim q= 35,00 | kim P= | 108000 | kN e.= 0,28 m e 0,28 m e= | -0,19 m En outre, pour réduire Jes valeurs absolues des moments sur appuis, nous opérerons une {istration de 40 %, valeur maximum autorisée pour des sections de classe fe qui est Je cas ici. Ainsi les moments sur appuis dus aux charges d exploitation, appliquées aprés le durcissement de la dalle, seront minorés de 40 %. © Cas de charges et combinaisons de cas de charges Les cas de charges étudiés sont : (1) : poids propre de la poutre avec g, action de la précontrainte avec P, isostatique et hyperstatique + charge unité sur la travée 1 4) : charge unité sur la travée 2 (5) : charge unité sur la travée 3 On déterminera l'enveloppe des moments pour les combinaisons : ‘Combi- Cas de charge naison 7 2 3 4 5 a_{ 189 | 100P | 1389.415¢ | 158g, H8q 1,35 92 41,5 Bb | 1359) [100P | 13599 +1,5q 1,35 92 +4,5q 1,35 gp c | 1359, | 7,00P 1,35 92 1,35 9241.59 | 1.3592 +15q o | 4359) [100P | 4.359.+1,5q 1,35 92 1,35 92 +1,5q e 1,359, 1,00 P 1,35 99 1,35 go +1,5q | 1,35 go © Calcul des moments de précontrainte On distinguera les moments isos ‘moments hyperstatiques qui sont travée centrale et dont le maximum st Les moment dus a la Précontrainte tatiques de précontraintes qui valent: M, = P e, et les res entre appuis, nuls sur appuis de rive, constant en UF APPUIS Miypmax €St calculé ci-aprés, sont done représentés par des segments de droite, ique de précontrainte caleul du moment hyperstatique i ' Fieion des trois moments donne (voir chapitre 1, formule 23) : =-6EI[@, - 0, b Bats Geena isostatique M, = Pe, dans la travée AB = rotation a gauche de I'appui B df. au moment isostatique M, = P é i ontioa 4 docs he appui B di au moment isostatique M, = P e, dans la travée BC. Fy i shation cor faypit Bd ommend Mi, 1234,7 kNm OK Fig.53 - Moments sous les cinq cas de charge avec précontralt u Inte P = 1 080 kN (6 Tt et redistribution des moments de 40 % sur appuis pour les charges soxplotation Remarque Si ’on n'avait pas mis de précontrainte des moments, les moments extrémes ai poutre seule n’aurait pu reprendre un tel m sa re aurait fallu un moment statique au égal a: 0,5 M Yq / 2f, = 0,5 x 1,5312 x 1,10 / 235 106 = 3 584 cm? soi OSM 2h 0 05x USBI KA 1 cm? soit un HEM 550 (278 kg/m au Fig.54 — Moments sous /es cing cas de charge avec précontrainte nulle et sans redistribution des moments 9.13. Poutres mixtes précontraintes par étais actifs 9.13.1. Principe yulage du béton, un état de contraintes dans la poutre, de signes 1es dues aux charges permanentes ou d’exploitation. On impose, avant Ie contraires aux cont Pour cela, on applique deux charges concentrées au tiers et au deux-tiers de la portée cal- ijée en isostatique. La courbe des moments dus & ces deux charges est de forme trapézoi- proche d’une parabole représentative d'un moment dé a une charge répartie uni- oir en 9.10 ci-dessus). La phase suivante consiste couler le béton et d’attendre qu'il ait suffisamment durci pour lever les deux charges concentrées, La poutre travaille alors en plancher mixte : poutre acier + dalle béton. 9.13.2. Trois possibilités © Deux étais verticaux (Fig. 55a) appuyés sur la poutre inférieure ou sur le sol. Cesystéme d’appliquer deux charges en travée de la poutre inférieure qui va se défor- de ces charges et donc va réduire la valeur des réactions d’appui mer sous I © Deux étais inclinés (Fig.55b) appuyés dans les angles d’appui de la poutre inférieure. Les charges sont alors transmises directement aux poteaux. Ces étais passifs ou actifs (avec vérins ou vis) développent une compression dans le tiers central de la poutre étudiée et une traction égale dans la poutre inférieure (& moins que les poteaux aient une trés grande rigi- dité). © Deux tirants inclinés (Fig.55c) fixés dans les angles inférieurs d’appui des poutres supé- rieures, De la méme fagon, ils entrainent une traction dans le tiers central de la poutre étudige et une compression dans la poutre supérieure. Les forces exercées peuvent étre mesurées par les valeurs de Ia pression dans les vérins ou calculées a partir de la mesure des variations de fleche avant et aprés pose des étais (ow tirants). ns i is ae ” b) 2 Fig.56 — Précontrainte de planchers mixtes par étals (ou tlrants) provisoires. 9.13.3. Calcul des cas de charges Le calcul de ce plancher comporte sept phases de construction et de chargements. Pour les trois premiéres, seule la résistance de la poutre est prise en compte ; pour les suivantes, la résistance est assurée par l'ensemble poutre + dalle. Notations : L= portée de la travée is b= largeur réelle de la dalle b = largeur effective de la dalle = Min (b ; L/ 4) ‘hg = épaisseur de la dalle €, = valeur du retrait final (3,25 10 pour environnement sec suivant I"Eurocode 4) vj," distance du centre de gravité de l'ensemble poutre + dalle la fibre supérieure de la dalle ‘Ac = aire de la dalle béton = b h, I, = moment d’inertie de la poutre seule E, = module d’ Young de I’acier de la poutre E,~ module d’ Young instantané du béton n= E,/ E;= coefficient d’équivalence béton-acier pour des charges de courte durée Aja ™ aire de la section homogénéisée poutre + dalle avec 3 n (long terme) yg = moment d’inertie homogénéisé de l'ensemble poutre-dalle a court terme (avec n) Ty, = moment dinertie homogénéisé de l'ensemble poutre-dalle a long terme (avec 3 n) 8; = poids de la poutre seule 82 poids propre de la dalle q = charge d’exploitation Jar = fléche due au poids de la poutre (négative vers le bas) Je contrelléche a mi-portée que I'on s"impose lors de la mise en place de l'éta (positive vers le haut) tue L= portée de la travée 21 = poids propre de la poutte seule 2 = poids propre de la dalle 1g de l'acier de poutre = 210 000 MPa Tyo ™ mor nertie de l'ensemble du plancher (poutre + dalle) rendu homogéne par .pport a I'acier pour les charges de courte durée Le memiead dinertie de l'ensemble du plancher (poutre + dalle) rendu homogéne par ta I’acier pour les charges de longue durée : ye distance entre le centre de gravité et la fle supérieure dela dalle de la section rendue homogéne pour des chrges de longue durée Ah F, = effort de traction du béton sous I’action du retrait (voir équation 4) 9.13.4. Calcul des combinaisons isons de cas de charges correspondant a sept étapes de l’exécution (On étudiera sept com! esd r jon avec, pour chaque cas, un coefficient multiplicateur donné des travaux ou de dans le tableau ci-aprés. P= réaction de I’étai lors de sa pose = 648 (f, - fy) Eq; / (23 L?) (négative vers le haut) Gas | Gas | Cas | Cas | Gas | Cas | Cas R = réaction de I’étai lors de sa dépose = 11 gL] 30 ~ P (positive vers le bas) ; Comb. Etape Mott 1/2{/3]/4/s5|6|7 F, = effort de retrait du béton de la dalle = e, E, /[1/ Agi +] A, + (v4 ~ 0,5 h)?/ Tal Moment ELU | 7.35 Gi = (@)_| Apres pose poutre | 'Fiache ELS | 100 asde] puage | Courbedes | Section |Moment at fleche charge moments |résistanto} Ax =L/3 a Apres pose | Moment ELU 1.35 iement che : Pose poutre 1 Poutre ‘Aprés coulage | Moment ELU [7,35 mmétalique |<. © | “detadalle | Fleche ELS | 1:00 Mp=PL/3_|—Mp=PL/3 ‘Apres Moment ELU | 1,35 2 | Pose étais t Poutre SPL9/ | fp=-23PL3/ @ désétaiement | Fléche ELS | 1,00 (.1P PL_- 62 Ea la) (648 E, |,) ‘Avec charges ; Moment ELU | 1,35 ‘Coulage et _ 2 Mga = 92 L7/ 360 ©) d'exploitation i 3 | durcissement Poutre |Mg2 mh 190) Te 9, Ay ) gexplotation | ‘Flache ELS | 1,00 du béton | > ‘92 (155 520, |,) © ‘Aprés retrait | Moment ELU | 1,36 ra | Enléverent ja | Poutre along terme | Fléche ELS | 1,00 : jes tals +dalle ‘Avec charges | Moment ELU | 1,35 109 Charges (@) | exploitation | Fiache ELS | 100 1,00 re 4 Poutre Along terme 5 | texpltation pane court terme |---| Charges * 9.13.5. Exemple & | exploitation] | Peute © Données aknW bite Poutre IPE 500 Retrait P L= portée de la travée isostatique = 12 m 7 | dabéton |¢——— 5} Faute b= Jargeur réelle de la dalle = 2,20 m bay largeur effective de la dalle = Min (b ; L/ 4) = 2,20 m hg = épaisseur de la dalle = 0,08 m €, = valeur du retrait final = 3,25 10~* (environnement sec) te élastique de A, = aire de la poutre acier = 116 cm? ‘A. = aire de la dalle béton = beg ho = 1 760 cm? I, = moment d’inertie de la poutre seule = 48 200 cm S = moment statique de la moitié supérieure de la poutre par rapport a son centre = 1 100 cm! (valeur lue sur le catalogue des aciers [10] E, = module d’ Young de I'acier de la poutre 210 000 MPa E, = module d’ Young instantanné du béton = 30 500 MPa (Eurocodes 2 et 4) n=E,/E,= 6,885 81 = poids de la poutre seule = 0,893 kN/m 8) ~ poids de la dalle = 24,5 bh, = 24,5 x 2,20 x 0,08 = 4,31 KN/m q = charge d’exploitation = 10 kN/m? = 22 kN/m © Calcul des caractéristiques géométriques homogénéisées Aire Ajo =A, +A, / 1 = 371,6 cm? Moment statique par rapport a la fibre supérieure de la dalle Mo = Ae (0,5 hh + hg) + 0,5 A. hy n= 4 850,5 cm? Distance du centre de gravité de l'ensemble poutre* dalle a la fibre supérieure de la dalle Vig = Mo] Agy = 13,05 cm ‘Moment d’inertie de l'ensemble par rapport a son centre de gravité Tho ta + Ag 0,5. + hy)? +A, | MX hg? / 3 Ago Vig? = 116 667 cm On trouve de méme, en remplagant n par 31: Agi = 201,2 cm? ¥q1 = 20,72 em Ty = 89 967 cm* Soi = fléche due au de la poutre (négative vers le bas) = - 5 g, L*/ (384E, [,) = 2,38 mm. '= contrefléche & mi-portée que l'on s*impose lors de la mise en place de I'étai (positive vers le haut) = 22 mm (soit 1/ 545° de la portée). Le choix de cette valeur permet d’obtenir une fléche maximum dans les limites du 1 / 400° pour notre exemple. P= réaction de I'étai lors de sa pose P= ~ 648 (f, - fet) Ey 1, / (23 L4) = - 40,24 KN (négative vers le haut) R = réaction de I’étai iors de sa dépose R= Ll g, L/ 30 - P= 59,21 KN (positive vers le bas) F, = effort de retrait du béton de la dal F,= ©, Ba/ (1 / Agi + 2/A, + (vis ~ 0,5 hg)? / Ips] = 569,2 KN M, = moment du au retrait M, = F, (v4 ~ 0,5 hi) = 95,2 kNm Mai = moment résistant de la poutre seule (voir l'article 6.2 ci dessus) Mai = 2S, / Ya = 470,0 kNm (avec f, = 235 MPa et y, = 1,10) Mga = moment résistant de ensemble poutre-dalle Mpeo™ Aaf,z/ Yaavecz = 0,5 h+ hy - 0,5 yet y= saty Ye! (Ya Bes 0,85 fox) neutre est dans la dalle, e'est-a-dite si y < hy (voir l'article 9°3 ck deseusy Ici : y = 0,07951 < 0,08 m OK L’axe neutre est bien dans la table. doi z = 0,29024 m et Mags = 719,3 KN Calcul des moments (kNm) et des fléches (mm) Valeur de la charge x=L/3 Cas de charge | Value de en ae, 1 91 = 0,893 Mp ==161,0 Mp=—161,0 2 Bis=A0,28 fp= 21,20 fp= 24,38 == 690 Mga = 1,72 3 9274.31 ae =0 fo ~ 0,008 Mp = 2368 Mp = 2368 4 B~60,21 f= 12,89 fa - 14,82 M, = 352,0 = 3960 sg meee fg=—21,07 en oan M, = 3820 Mq = 396,0 si qn fg - 27,33 f= — 31,44 ; M,= 95,2 7 retrait Pia Combinaisons des cas de charges Moments Combinaison Etape Hed x i Ba son m @ Aprés pose poutre oo Oo) Aprés pose étaiement Es ieee © Aprés coulage de la dalle en @ Aprés désétaiement ee «| >See | __ set © ‘Apras retrait & long terme a 7 Pree] wig means meme | cece, |e | ee Valeur limite pete eas 7193 0K TOP oiibeae autre 1 f La déformation finale up, est calculée en fonction de la déformée instantanée inst et d'un coefficient kye-qui dépend du temps de chargement et de I’humidité (voir tableau ci-dessous) Mfin = Wingt (1 + Ket) Le calcul de fléches doivent tenir compte des glissements des assemblages. Les flaches limites sont : = 1/ 300° de la portée pour les fléches dues aux charges temporaires ~ 1] 200° de la portée pour les fléches finales. Classe de durée de charge Classe Perma- | Long | Moyen | Court Valeurs de Kae de serice | nente | terme | terme | terme 1 0,80 0.25 | 0,00 Bois massif(*) et lamellé collé 2 | 0,80 0,25 | 0,00 3 | 2,00 0,75 | 0,30 1 0,80 0,25 | 0,00 Contreplaqué 2 | 1,00 0,30 | 0,00 3 | 250 0,90 | 0,40 Panneaux de particules selon preN 312-6(")| 1 1,50 0,50 | 0,00 et -7, OSB selon CEN/TC 112.107, grades 3} 2 2,25 0,75 | 0,30 etd 3 - - - - Panneaux de particules selon prEN312-4(")| 1 225 | 1,50 | 0,75 | 0,00 et -5, OSB selon CEN/TC 112.107, grades} 2 | 3,00 | 2,00 | 1,00 | 0,40 2(**) Panneaux de fibres selon prEN 622-2 3 - - 7 a (emploi extérieur) Panneaux de fibres selon prEN 622-2 intérieur et extérieur), panneaux| 1 3,00 | 2,00 } 1,00 | 0,35 de prEN 622-3 (emploi extérieur) 2 - - - : le ou protégé), panneaux de fibres) 3 - 7 = 2 fabriqués & sec selon prEN 622-5 (emploi extérieur humide ou protégé) isés en classe de service 2. 10.4.3. Vérification de V’effort tranchant en ELU Pour des poutres non entaillées, on verifier : ty = 1,5 V/ (bh) Sfya 10.5. Exemple numérique Soit une poutre de couverture en lamellé entre axes d'appuis, recevant les charges suivantes : = étanchéité multicouche 0,12 KN/m? ~ panneau de particules de bois 0,16 kN/m? ~ solivage et pannes 0,22 kN/m? ~ isolation thermique 0,07 kN/m? ~ faux plafond 0,07 kN/m? ‘Total hors poids propre = 0,64 kN/m? dun ensemble commercial de 20 m de portée Pour un espacement de 6 m, on trouve une charge permanente hors poids propre au métre linéaire de 0,64 x 6 = 3,84 kN/m, que nous arrondissons a 3,9 kN/m pour tenir compte du jids propre de la poutre. : ae Pa charge de neige en région 2 (voir chapitre 3, art. 3) & moins de 200 metres d’altitude, pour une pente inférieure 15°, vaut : s = jt s, = 0,8 x 0,55 = 0,44 kN/m?, Ainsi : g=3,9kNim q= 6X 0,44 = 2,64 kN/m M, = gL?/8 = 3,9x 20°/8 = 195 kNm M,= 2,64 x 400 / 8 = 132 kNm Mers = My + My = 327 kNm Maw 135 me + 1,5M, = 470,7 kNm 10.5.1. Calcul suivant les CB 71 Retenons un bois Jamellé collé de catégorie Il, la plus courante. La contrainte admissible (suivant bureaux de contréle) est de 12 MPa en flexion. Le module d’inertie nécessaire doit étre supérieur a : Iv > My / 6 = 0,327 / 12 = 0,02725 m? = b I? | 6 d’oit h = 1,10 m pour b = 0,135 m Nous retiendrons b = 0,135 m et h = 1,10 m (on vérifie bien que le rapport h / b ne dépasse pas 8). La fléche vaut : f=5pL*/ G84 EI) avec: L=20m E = 12,000 MPa T= A8/ 12 = 0,135 x 1,13 / 12 = 0,01497 m* soit sous charges permanentes : f, = 5X 3,9 x 20* / (384 x 12 000 x 0,01497) = 45,2 mm = L/ 442° < L/ 300° OK et sous charges totales : fe. = (3,9 + 2,64) / 3,9.x 45,2 mm = 75,8 mm = L/ 264 <1 150° 10.5.2, Calcul suivant l’Eurocode 5 Pour du lamelé collé de la catégorie GL32, on a une contrainte caractéristtique f; = 32 MPa en flexion et 3 MPa en cisaillement longitudinal. Flexion en ELU Classe de durée de charge (neige) : moyen terme Classe de service : 2 (en Bretagne) Contrainte de calcul en flexion : f= koa; Ym 8V€C * Feyod = 0,80 Ym = 1,5 fa = 0,8 X 32/ 1,5 = 17,07 MPa Contrainte de flexion : 6 = M/ (I/v) Le module d’inertie nécessaire doit étre supérieur & : Tv > Mayy / 6 = 0,4707 | 17,07 = 0,02757 m} = b I? /6 d’ot h = 1,10m pour b = 0,135 m On trouve les mémes valeurs qu’avec les Régles CB 71. Effort tranchant ELU Effort tranchant : V = (1,35 g + 1,5 q)L/2= Cisaillement : tg = 1,5 X 92,25 / (0,135 x 1,1 +0,93 MPa < fig = koa Je! Ym = 0,8 X 3 Fléche ELS La fléche vaut f= [5 p L* / (384 E I)] (1 + kjes) avec : L=20m E = 12.000 MPa (pour du GL32) = 6A? / 12 = 0,135 x 1,17/ 12 = 0,01497 m* ker = 0,8 sous charges de poids propre seules (classe de service 2 et combinaison perma- nente) ges = 0,25 sous combinaison moyen terme (poids propre + neige) soit sous charges permanentes : f, = 1,8 X 5X 3,9 x 20* / (384 x 12 000 x 0,01497) = 81,4 mm = L/ 246° 1/300° iposer une contrefléche a la poutre lors de sa fabrication, soit d’aug- menter sa hauteur de (300/211), donc 1,24 m au lieu de 1,10m de hauteur, ter cette flache sous charge de neige en cas rare. 35 x 3,9 +1,5 x 2,64) 20 / 2 = 92,25 kN 32 kN 1,6 MPa OK 10.6. Plancher mixte bois-béton De la méme fagon que I’on réalise des planchers mixtes acier-béton avec des poutres en des dalles de compression en béton, le procédé (breveté par Paris-Ouest) permet de des planchers avec poutres en bois et dalle en béton rendus solidaires par des con- necteurs en acier (Fig.56). SCHEMA DE Dalle compression béton Boitior metal Complex {possi thermique) Enscellament Sur arase béton. Complexe acoustique {en option, voir c-dessus) Fig.56 ~ Procédé Paris-Ouest de plancher mixte bols-béton Les portées sont de 2m a 12m. La dalle béton est coulée sur des panneaux en bois qui peuvent comporter un complexe acoustique. La stabilité au feu est d’une demi-heure pour une épaisseur de poutre de 110 mm et de une heure pour 135 mm. Le calcul est effectué en considérant le béton comme résistant a la seule compression avec un coefficient d’équivalence dépendant des modules d’Young des deux matériaux qui varient tous les deux selon la durée de chargement. 11. CALCUL DE LA FLECHE D’UN PLANCHER Le calcul d'un plancher est effectué pour chaque élément du plancher. Ait fléche totale au milieu d’une dalle appuyée sur deux cétés est égale 4 la fléche de la dalle proprement dite, augmentée de la fléche des poutres qui la supportent. On distinguera le cas des dalles ou poutres en matériau non fissuré (acier, aluminium, béton précontraint, bois) de celui du béton armé ot le moment d’inertie est fortement diminuée par ouverture des fissures. Pour certains matériaux (béton, bois) susceptibles de fluer sous chargements de longue durée, on devra tenir compte de la déformation différée de fluage. ‘Comment calculer Poutre ou dalle portant Dalle portant la fleche ? dans une direction dans deux directions Métal, bois ou béton _| Formules de RDM, voir Chapitre 1/Programmes _« NAVIER » précontraint et Formulaire chapitre 2 et « DALLRECT » Béton armé Programme « FLECHE2 » Voir ci-aprés Pour le calcul de la fiéche dune dalle en béton armé appuyée sur quatre c6tés, on peut calculer la fléche de la dalle non-fissurée supposée appuyée sur deux cbtés par les méthodes de la RDM puis appliquer au résultat obtenu un coefficient égal au rapport : fléche de la dalle non-fissurée appuyée sur quatre cotés fléche de la dalle non-fissurée appuyée sur deux cotés On trouvera une formule approchée donnant la valeur de ce rapport dans le chapitre 3, article 7.2.1. 11.1. Calcul de la fléche d’une poutre La déformation d'une poutre fléchie est obtenne par double intégration de la formule clas- sique de la Résistance des Matériaux (chap. 1, éq. 12) : Dans cette formule, M représente le moment fléchissant appliqué a la section étudiée, E le module de déformation longitudinal, dit module d’Young et r le rayon de courbure de la déformée. La valeur du moment diinertic I est différente suivant que la section est fissuré - a q ion e: fe OU non- U1. Le moment dinertie de la section est calculé en section homogéne, c‘est-a-dire en section brute du béton augmentée de 1 fois la section des aciers. Le coefficient d’équivalence n, rapport des modules de Vacier et du béton, est forfaitairement pris égal a 15. (n = E, / E,) 1 M_ 2M Le courbure vaut alos 7 = 7 = ET Pour une charge p appliquée a une travée de portée L, encastrée avec des moments M; & Vappui gauche et Mp a lappui droit, le moment fléchisssant Vabscisse X vaut : M(X) = 0,5 p X (L- X) +M, (1-X/L) +M, X/L. Le moment dinertie d'une section en Té, avec aciers tendus A, et comprimés A’, est donné Section non-fissurée 3 +nA (d-v)?+nA‘ (v—d')? ite la distance du centre de gravité de la section homogene a la Ja plus comprimée (Fig.57). suiundaalas bW/2+ (b-b,) 2/2 +n(Ad+A'd') Bh (b— bh, tn(A+A) b,(h-v)3 (b= b,) (hy-v)3 a 3 ve = Se -—___—# ToT l ar + aed bo +——+ Fig.57 — Section en Té non fisssurée Pour une section rectangulaire b x 4, sans acier comprimé, on obtient : bi? /2+nAd by Y= Shand Stl = 3 +nA(d-v)? 746 11.1.2. Section fissurée La courbure est déterminée en prenant en compte : ~ le coefficient d’équivalence n = E,/ Ey avec B, = 11 000 3/f,2, pour les charges de courte durée et le tiers de cette valeur pour les charges de longue durée, = le racourcissement du béton sur la fibre la plus comprimée : &, = Yallongement de lacier €,, ~ Ia distance entre V'acier et la fibre de béton la plus comprimée : 1 & +E, rad On détermine la position du centre de gravité de la section fissurée homogénéisée (fibre neutre) par sa distance x 4 la fibre de béton Ia plus comprimée [6] . La valeur x est racine de 'équation du deuxiéme degré : by2/2+[WAtnA' + (b- by) hl] x-nAd-nA'd -(b-b.) hy /2=0 Le moment dinertie est donné par : bx? (a-h,)? I= —Max| (b-b) 73 o +nA(d-x)?+nA' (x-d')? i be 7 xM__ nMx Le racourcissement du béton vaut: € = 5 = Bi = Bil * ss 6, nM(d-x) Laallongement de Vacier vaut : &, = = ey 1 & te, fi Cette demigre valeur peut étre diminuée forfaitairement de 3Ep pour tenir compte de la aes résistance du béton a la traction entre deux fissures, a condition que le pourcentage dacier py soit limité a (BAEL, art. A.4.6.12) : avec d, = maximum de 0,3 det de 2 (h - d. Remarque Dans le cas de section rectangulaire sans acier comprimé, on obtient : bx /2+nAx-nAd=0 at Le moment dinerte est donné par : 1 = “3 +nA(d~x)? 11.1.3. Rotation et fléche La rotation est alors calculée par intégration de la courbure et la fléche par intégration de la rotation entre les abscisses 0 et X : 0(X) = J(/dX+o, F(X) = Joax ‘747 11.2. Exemple. Programme « FLECHE2 » Calcul de la fléche d'une dalle isostatique de 6,00 m de portée, de 0,26 m d’épaisseur, sou- mise 4 une charge permanente (longue durée) de 9,5 kN/m? ct une charge d'exploitation (courte durée) de 5 kN/m?. Le béton a une résistance caractéristique de 25 MPa, et les aciers utilisés ont une limite élastique de 400 MPa, Si la section d’acier est constante sur toute Ja travée, on peut ne donner qu'une seule valeur, Dans notre exemple, la section d'acier supéricur est constante sur 1/5 de la travée. Les cas de charges peuvent correspondre par exemple au poids mort pour le premier, a un type de charge variable pour le deuxiéme, etc, Les résultats obtenus correspondei ~ la fléche avant et aprés chaque étape de chargement (mise en place des chapes, des cloi- sons, des surcharges en totalité ou fractionnée, ...). Le coefficient Ky est le c fluage. On remarque, sur les résultats, quill est géné- ralement différent de 2, et d'autant plus petit que le béton est agé ; ~ la contrainte maximum du béton comprimé ; ~ la contrainte maximum de acier. Données : I Ligne LL, b, hy d, Byy hg L= por (m) entre nus de la poutre ou dalle de hauteur totale A (m), de hauteur d (m) et de hauteur de table éve le h, (m), largeur totale b (m) et largeur de I’ame éventuelle b, (m). (Les valeurs nufles en fin de li , de méme si des valeurs sont identiques a celles de l les peuvent étre rem- placées par un *, voir exemple ci-dessous). 2°Ligne HR HR = taux dhumidité relative en % (on peut prendre forfaitairement 55 pour Je quart sud-est de la et 70 pour le reste de la France). 3° Ligne AGE = age du béton en jours lors du premier chargement (au désétaiement par exemple), # Ligne famte Faget f, = résistance caractéristique du béton et MPa, S°Ligne NC = nombre total de charges trapézoidales partielles (ou uniformes) des différents cas de charges (poids propre, charge d'exploitation,...). 6° Ligne No, Abs, Lon, Chg, Chd No = numéro du cas de charge auquel appartient la charge décrite Abs = abscisse du début de la charge (tm), Lon = longueur de la charge (m) Chg = valeur (kNm/m) de la charge trapézoidale a gauche, Chd = a droite T’Ligne — NA(NA=10u60u 11 ou 21) Nombre de coupures équidistantes oi 'on souhaite fournir la section d'acier inférieur et supérieur. Pour NA = 1, la section dacier est identique tout le long de la travée. te élastique de V'acier en 748 Li Ap A, - ash at - aA Tignes) Sections dacier (cm?) supérieur et inférieur a Vabscisse indiquée sur 'éeran. ° Ligne M,, M, . . . ONC hgnes) ‘Miments d’encastrement (négatif) en kNm a gauche et a droite pour chaque charge 10° Ligne NET = nombre d’étapes de chargements (< 14) 1° Ligne DATE = temps écoulé entre la premiére étape de chargement prise comme ie ‘gine et l'étape de chargement que I'on décrit (ne rien indiquer pour la pre- miére car DATE = 0) 12° Ligne Cas, Fract (n variable) . . | Grlignes) Tndiquerle cas de charge Cas et la fraction Fract prise en compte dans Vétape de chargement décrite. Pour passer & I'étape de chargement suivante (4 une autre date), faire Cas = O et retourner a la ligne 11. Exemple 10.26 0.23 "L, by hy d, Boy hy ‘0 ' % d'humidité relative (région Nord par exemple) 15 * Age du béton lors du premier chargement = 15 jours " fg et f, en MPa ; > a fie ee réparties : charge permanente et charge variable 1069595 "No 1, abs, long, Chg, Chd (m et KN/m), charges perm. 20655 “No 2, abs, long, Chg, Chd (m et kN/m), charges variables 6 * nombre de coupures ob Yon décrt les aciers, i 12.32 6.28 * abscisse 0 : 12,38 cm? inférieurs et 6,28 cm? aciers supérieurs * abscisse 1,20 32 cm? inférieurs et 6,28 cm? aciers sup. 12,32 * abscisse 2,40 (2,32 cm? jeurs et 0 cm? aciers sup, = * abscisse 3,60 m : 12,32 cm? jcurs et 0 cm? aciers sup. 12.32 6.28 * abscisse 4,80 m : 12,32 cm? inférieurs et 6,28 cm? aciers sup. + * abscisse 6,00 m : 12,32 cm? inférieurs et 6,28 cm? aciers sup. -10-10 * cas de charge 1, moments gauche et droite en kNm. 8-8 ‘ cas de charge 2, dito 3 ‘nombre d’étapes de chargements 108 * Gape 1 A 0 jour, 80 % du cas de charge 1 202 * étape 1 a 0 jour, 20 % du cas de charge 2 0 “fin de description de la premiére étape 60 * tape 2 : 60 jours écoulés depuis Vétape 1 10.2 * étape 2. 60 jours, 20 % du cas de charge 1 202 * étape 2 & 60 jours, 20 % du cas de charge 2 0 ‘fin de description de la deuxiéme étape 720 écoulés depuis l’étape 1 206 ’ étape 3 720 jours, 60 % du cas de charge 2 0 ’ fin de description de la troisiéme étape Résultats On peut lire la valeur de la fléche & 720 jours pour 100 % des charges permanentes et variables qui vaut 15,89 mm. La fléche lors de la mise en place des revétements fragiles (a 60 jours) vaut 10,90 mm. La variation de fléche (fléche nuisible) vaut ; 16,30 - 10,90 = 5,40 en inféri la fléche admissible de 11 mm. ESN Oe Données sur écran lVouTez-Uous Entrer Tes Donnees = {= au Clavier, 2. = en DATA 22 4 an et sur |'imprinante, 3 = sur I' Imprimante seulenent, =? 3 CALCUL DE FLECHE suivant Ie BAEL lHygronetrie Ambiante en B (55 1/4 Sud-Est, 70 lAge du Beton a la Preniere Etape de Chargenen' fe28 <21=? 2 fe | ou plusieurs Charges trapez. partie! les ‘Longueur, Charge a GaucheCkN/m), Charge a Oroi te: Datecjours >=? 720 0>, Fraction Charge? 2 0.6 No Cas Charge(Fin=0>, Fraction Charge=? 0 Résultats sur imprimante DONNEES, Portes = 6.0007m Largeur Table = 1,000 m Hauteur Totale = 0.260 m Hxutoy r - sur Ulle = 0.230 m_ Humidite Relative = 70.0% Age du Beton lors du Premier Chargement ~ 15 Jours| Resistance Beton ~ 25,00 MPa et Acior = 400.0 MPa Cos ‘Abes.” Longueur Charge en kN/m. No Debut Chaigee Gauche Droile 1 0000 “é000 95 95 2 000 60008080 750 Aciers en cm? Abs. Int, Sup. 0 000 1232 6.28 4 120 1232 6.28 8 240 ©1232-0009 12 360 © 12.32 0.00 16 4801232 6.28 20 600 1282 6.28 Moments dEncastrement Casde Moment en Nm Charge aGauche a Droite 1 10.00 -10.00 2 800 8.00 RESULTATS Etape Casde Fidction Ago Kil ‘Moment en km Fleche Avant Fleche Apres No Charge Sours Gauc. Maxi Droit mm sot mm soit 1 1 0800 0 22139 96 21 96 000 1/0 607 1/1182 2 0.200 2 10200 60 1.580 -182 386 -132 611 1/982 1090 1/550 2 0.200 a 1 0.000 720 0620 -180 473 180 1286 1/467 630 1/368 2 0.600 Fleche Admissible (Revel. Fragiles)* 11.0 mm. ‘Contrainte Maximum Beton = 8.62 MPa (n different de 15) Contrainte Maximum Acier = 183.8 MPa (n different de 18) 12. ACTIONS DES CHARGES DYNAMIQUES SUR LES PLANCHERS Les actions dynami spectacle) ou a des Si la fréquence de phénoméne de résonance qui peut provoquer de grands déplacements et effondrement de Ja structure. Par exemple, le pont suspendu de Tacoma au Canada sous action du vent, ou ’effondrement d’un pont sous le passage au pas cadencé dune troupe. I faut procéder & deux vérifications : - en ELS, les vibrations peuvent provoquer des accélérations provoquant de la géne pour les occupants ou les voisins, ~ en ELU, la déformation et donc les contraintes peuvent entrainer une rupture des maté- riaux, 751 12.1. Vérification en ELS La flache y d'un systéme masse-ressort de raideur k (rapport force/déformation), de coeffi- cient d’affaiblissement B et de fréquence propre f,, sous I’action d’une charge sinusoidale concentrée Q sin(2 m ft - 9) de fréquence fet d’angle de phase @ est donnée par [14] : sin (2nft— 9) (1+ (/f)71? + [2B//f)? En dérivant deux fois par rapport au temps , on obtient I’accélération du mouvement du systéme. a) Q — (2nf,)?sin (2nft—- 9) Se (= W/f.)71? + [2B//F.1? La période propre de vibration d’une masse M sur ressort de raideur k est donnée par : T = 2nJ/M/k 2 et Ia fréquence propre par : fy = (172m) Jk/M = (1/21) Jg78 8) oii g représente I’accélération de la pesanteur et § la déformée sous le poids de la masse M. Soit a: le coefficient de charge dynamique, c’est-a-dire la fraction en mouvement de la uation (3) et portons-le dans I’équation (2), remplagons la charge concentrée Q par sa fraction en mouvement a Q et la masse M de I’élément porteur par P / g (@ = accélération de la pesanteur, donc P = M g), on obtient I’accélération relative du mou- vement de I’élément étudié : Y a (Q/P) sin (2nft) ® es LG/N?- 11? + [2B4,/A1? On peut prendre les valeurs suivantes pour 0. [15] : Freaence cores Valour dew Stades, salles de sport : +1" harmonique 0,25 2° harmonique 7 0,05 Salles de danse 15a3 02805 Gymnastique rythmée, aérobics : ~ 1! harmonique 2a2,75 15 ~2° harmoni 4255 06 ~3° harmonique 68,25 01 Pour une charge répartie g, on remplace Q par 1,3 q dans les formules précédentes, ce qui conduite a : G6) 752 uation montre que pour des fréquences f proches de la fréquence propre fo, I'accé- ee Mesvontie par les personnes situées sur I'élément porteur ou & son voisinage, est élevée. (Fig.58) " S*ily a résonance, on a f= f, dans T’équation (5), soit : Ymax _ 1309 = [Bp © 8 2Bp » ‘Attention, g représente I’accélération de la pesanteur. 20. accélération folf 0 ° 1 2 3 4 Fig.58 — Accélération en fonction du rapport fréquence forcée/fréquence propre ‘i = Pie d’accélération (6q. 5 avec B= 0,04 et a (q/p) = 1) . oie EXEMPLE : Pour une fraction de 30 % d’une charge répartie de 1 kN/m”, agissant sur un plancher de 7 kN/m?, en admettant un coefficient d’amortissement du plancher de 3 %, pour =f On trouve une accélération relative donnée par (6) : 1 sai 1,3 X 0,3 x 1/ (2 X 0,03 X 7) = 0,928 g, soit 93 % de g, valeur tout-a-fait inacceptable pour les personnes. Pour d'autres fréquences, on trouve d’aprés (5) : (at 1g 0,056 0,074 0,153 0,282 wbpooe@ne 2. 8 8 pone ooo. EN O00) 2. 8 g S 8 2 On constate que pour des fréquences propres supérieures de 20 % a la fréquence agissante, Ia géne est peu sensible (1 % de g). Ainsi, pour f, > 1,2 f, le deuxiéme terme sous le radical de I’équation (5) peut étre négligé du fait que l'amortissement B est de quelques %. On trouve ains Yoox _ _13044/P ae ® 8 IG NFH1 ‘on se fixe une accélération supportable 7, on peut titer de (7) la fréquence propre minimum f, que doit avoir la structure : L2f{1+ 130847 (1) ®) Valeurs de yy Nature d'occupation Accélération ii acceptable des locaux sujets aux vibrations ‘Yo en fraction de g Bureaux et résidentiel 0,4 % a0,7 % Restauration et gymnase 1,5 % 22,5 % Activités rythmiques seulement 4%aT% {aérobics, supporters en stade) ie rythmée, aérobics) produisent des forces qui ne sont re a I'action des deux ou trois premieres harmoniques. de saut (gymnast ; On peut les Dans ce cas, I’équation (8) devier So2if.1+ 20897 (YP) ® oi on a porté le coefficient 1,3 a Ia valeur 2 et ot représente le numéro de l'harmonique. La valeur combinée du pic d’accélération des accélérations des trois harmoniques peut étre obtenu par : Ym = (ahs als + ahs] 0" ao L’élément porteur direct ( \ervure ou poutre) n’est pas seul en cause. II faut y associer également les poutres principales et les poteaux ou voiles. Dans le cas d'un plancher nervuré, on peut prendre la déformation totale suivante [15] : B= Gp + y)/13 + 8c avec : By = flache de la nervure sous toutes les charges qu’elle supporte y compris les personnes 3p = fléche de la poutre porteuse dito y compris le poids des nervures 8c = racourcissement du poteau dito y compris le poids des nervures et poutres. Remédes, Plusicurs solutions pour remédier ces phénoménes de quasi-résonance : ~ changer de lieu pour trouver une structure plus rigide, ~ raidir le plancher par des cables, des plaques collées, ~ mettre des cloisons de partition qui augmente I’amortissement, ~ mettre des amortisseurs de fréquence qui puissent correspondre aux diverses fréquences excitatrices possibles, ~ enfin, le plus économique, ne rien faire et supporter les vibrations. 754 7 EXEMPLE 1: Soit un plancher nervuré isostatique défini sur Ia figure 59, avec une portée de 6,20 m, une chape de 5 cm et un faux plafond. Ce plancher supporte une piste de danse. Les périodes de vibration appliquées sont entre 1,5 Hz et 3 Hz. La charge appliquée est q = 2kN/m? avec in coefficient de charge dynamique a. = 0,4. L’aceélération maximum admise pour ne pas provoquer de géne aux personnes assises est Yp= 2 % de g. Le module d’ Young instantané du béton est pris égal a 30 000 MPa. ie a ee Heed 320 0,20 0,20 0,20 tt L=6,20m a Fig.59 - Plancher nervuré supportant une salle de danse Moment d’inertie du plancher 0,2 mx 0,6 m = 0,12 m? x 0,6 m2 = 0,0360 m? x (2/3) X 0,6 m = 0,014400 me 1,3 mx 0,1 m= Q13 m?x 0,1 m/2= 0.0065 m? x (2/3) x 0,1 m = 0,000433 m* S= 0,25 m? m = 0,0425 m> I, = 0,014833 m+ doa v =m] S = 0,17 met I= IA - § ¥ = 0,007608 m* pour 1,50 m de largeur, soit 0,00507 m* par m. Charges au m_ poids propre plancher = 0,25 m? x 24,5 KN/m? / 1,5 m = 4,083 kN/m? chape = 0,05 m x 22 kN/m? = 1,100 kN/m? faux plafond 0,250 KN/m? total= 5,433 kN/m? charge de personnes q= 2,500 kN/m’ Total p = 7,933 kN/m? Déformée sous charges Pour une charge répattie p, la fléche vaut : 8 = 5 pL4/ (384 Bl) = 5 X 7,933 x 6,2° | (384 x 30000 x 0,00507) = 1,003 mm Fréquence propre daprés (3) : fy = (1/2m) J(@78) = s/(9,8170,001003) /2/3,141593 = 15,74 Hz Vérifions I'équation (8) : f,2//1+ 13047 (YP) 15,74 = f,23./1+ (1,3 x 0,4 x 2,5) / (0,02 x 7,933) = 9,10 Hz (car ¥,/8 = 0,02). Ce qui est vérifié. 155 EXEMPLE 2: Le méme exemple mais le plancher est constitué d’une dalle pleine de 0,25 m d’épaisseur. On trouve : Inertie I = 0,25? / 12 = 0,0013 m‘/m p= 0,25 mx 24,5 kN/m? + 1,10 + 0,25 + 2,5 = 9,98 KN/m? 5 = 5x 9,98 x 6,24 / (384 x 30000 x 0,0013) = 4,91 mm @):f.= 1/22) /9,8170,00491 = 7,11 Hz (@:7,1Ml =f,>3 V1+ (13x 0,4%2,5) 7 (0,02 x 9,98) = 8,22 Hz Ce qui n'est pas vérifig, La fréquence propre est insuffisante pour entrainer une accélération inférieure a 0,20 g. Calculons l'accélération qui en résulte d’aprés (5) avec un coefficient d’amortissement B=2%. Avec f, [f= 7,11 | 3 = 2,37 Hz, on obtient : 1 1,3 x 0,4 (2,5/9,98) Te ee ee 8 f[(2,37)?- 1]? + [2x 0,02 x 2,37]? Liaceélération est de 2,8 % de g, ce qui est un peu incommode pour des personnes assises. 6) 12.2. Vérification en ELU 12.2.1. Déformée sous charge appliquée brutalement sans vitesse initiale Considérons un point quelconque d’une structure. $i nous restons dans Je domaine élasti- que, Ia déformée z au point d’application d’une charge P est proportionnelle a cette charge et peut s"écrire : z= @ P. Par exemple, pour la demi-travée d’une poutre isostatique : = L* / (48 EI) Lo cote ra - 20 Fig.60 - Fléches sous charges dynamiques Soulevons la charge pour la remonter a la cote z,, en A, (déformée nulle). Lachons-la subi- tement, sous l’action de la pesanteur, elle descend en prenant de la vitesse. Mais au fur et & mesure apparait une force élastique de rappel égale 4 z/ 9. 156 Considérons instant ¢ = 0 lorsque la déformée atteint le point A, (de cote nulle). A ce ‘moment, la force résultante est nulle car la réaction de la poutre f, / @ équilibre la force P. ‘Au-dessous de A,, on a une force de rappel F égale a - z/ @. Elle vaut P pour z =f, en A, et - P pour z = ~ f, en Az, L’équation fondamentale de la dynamique s"écrit F = m y= mz" =-2z/9. On obtient une équation différentielle du 2° ordre m 2” + z / @ = 0 dont la solution est z=2,cos @tavec @=1/ ./mg. Le mouvement est sinusoidal (amorti heureusement par les frottements intemes de la matiére). La fléche maximum vaut 2 f, en Ap. C’est le double de la fléche sous charge statique. 12.2.2. Charge appliquée avec vitesse initiale Soit f, = @ P, la flache sous charge statique P. La chute d'une masse m de poids P d'une hauteur h produit une fléche maximum fainsi qu'un travail W, = P (ht +f) en remplagant P par f, / , on obtient : a % Soit P* la charge statique provoquant la méme déformeée f. On peut écrire : f= @ P”, P*=//@. L’énergie interne emmagasinée dans la poutre sous I’action de la charge statique P* vaut W; = 0,5 P’f (puisque la réaction de la poutre croit linéairement de 0 P lorsque la charge est appliquée a vitesse faible depuis la cote z, jusqu’a la cote 0 (de A, & A; sur la fig. 60) ‘Liégalité des travaux interne et externe donne W, = W,, soit : fod OSP’f = 0,5 = (ht. SP'f = 0,5 979 (htf soit une équation du 2° degré enf: f?- 2f,f- 2f, h = 0, dont la racine positive vaut : f= fot lft fh La courbe de la figure 61 représente le facteur amplificateur de fléche et donc de contrainte sous I’action d'une charge tombant d’une hauteur h. folf : FESS 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 fo Fig.61 — Fléche sous charge tombant d'une hauteur h 757 On constate que si la charge est laissée tomber d'une hauteur nulle, on trouve bien une fléche double de la fléche sous charge statique, EXEMPLE : Soit une travée de poutre isostatique de 8 m de portée, constituée d’un profilé IPE 500, d’inertie I = 42 800 cm‘, sous une charge de 1 KN tombant de 10 cm a mi-travée. On calcule E I = 210 000 x 42 800 10 = 89,88 MN.m? fléche isostatique f, = PL? / (48 E 1) = 8° / (48 x 89,88) = 0,1187 mm h/ f= 100 / 0,1187 = 842,6 flfg= 1+ {1+ 2h7f, = 42,06 La fléche et la contrainte sont multipliges par 42,06 f= 4,99 mm, Max = 42,06 PL/ 4 = 41,56 x 1X8 / 4 = 84,12 KNm Contrainte o = M v/I = 84,12 x 0,25 103 / (42 800 10“) = 49,1 MPa sous la seule action de la charge dynamique de 1 KN, En réalité, beaucoup de matériaux constituant chandises, sauts de personne (souplesse des a fort a prendre en compte est donc moins élevé, jet qui tombe sont déformables ; mar- ions), véhicules (pneus, resorts), l'ef- 13. POINTS PARTICULIERS Schéma Ref. [6] p7t . \ x Noe “ Adler: S = (%,- 0.8K yf) 7 fissuration préjudi- iable ou reprise de ia avec k, = 1 sauf mn ciable, tras préj coulage yerticale Ame ld VA,, 9 Cisaillement : +, = gga 9h, A, A Int Acier: = 44 758 ‘Schéma CAS 3 — Relevage de charges ponctuelles ~ Solution 1 : barres relevées Pate AS= nt 2 En plus des cadres et étriers correspon- dant @ une charge placée en partie haute - Solution 2: Cadres supplémentai- A AyPuty s hd,f, avec d; = 2 (he +h—y) + bp 4-Changement de section M = moment au droit du changement de section 2; = bras de levier & gauche Z2 = bras de levier & droite Ly = longueur de scallement droit (16) . Art. = ALS let ABE wed | 12 compris entre 0,5 et 2 43.2.4. (Ginon, ajouter bielle et tirant supplé-| 4 Réaction d'appul= Ry att ‘A eta de plus de pécison prendre: Ri Ly= longueur de scellement droit N= Ge 6 ~ Bielle d’appul trop sollicitée t z= bras de levier (~ 0,9 d) p.69 Lg longueur de scellement droit Vi, Ve, ail A= fe Are = f Art. Agg = Agg ASA31 Vj. Vo tels que : 3 V;'+Vp=V, = effort tranchant & appui | et 314 Vy et V22V,/3 759 094 192, TYPES DE PLANCHERS - Conditions d’emploi Type Portées, ooo Hauteur totale | Remarques 0,04 m a 0,06 m : Patite prédalle 0,50 ma 1,60 m| 0,30 m & 0,60 m | ° ; BA WOT p (prédaile seule) ws 0,05 m &0,20m Grande prédalle Os0maam | O50masm | rede gouie) BA ou BP Poutrelles BA ou Plancher a entrevous ~ x ‘ BP (ou & comps creux) 2mai2m 0,50 m 0,70 m | 0,16 ma 0,30 m Corps creux béton ou céramique Dalle alvéolée précontrainte 0,60 m 1,20m par fils adhérents 5ma20m 2,40 m 0,16 ma0,40m Nervures préfa BA ou BP Plancher nervuré 3maiom 0,50 m a 1,50 m | 0,30 m 20,80 m Dalle avec prédalle ouCsP Poutre en Té préfabriquée 6mai5m 1,20 m & 2,40 m | 0,40 ma 0,80m| Préfa. BAou BP J . 2 CSP Plancher-caisson 10ma 0,50 ma 1,50m 0,50 ma 1,00 m (coulé sur place) 20m a = 2 S : g g 2 g 5 v 237 2 S| 9 = ml’ 233 = g 3 ga) & |e 338) . 2 &€ g 3) 8 e |% i aad = 3 F a. ¢ 3 & 5 4 al F FSF 2 a & aCe) fs below - § x a | 3 4s £3 =| 3 1 fele BS B8l-— a x " zi 72) 3 oY alBlo g bola gz| = (rT elle) Eli) " (ea) F S ele ny = oS 8 ue a 32 & ee @, \sigic} & s Sou ‘, | 83) & ere Eo el 8» oe i * a7| = 3 rs a iM © J = mi Bais) S$ 6 faeme "| @ esto] 8 § | wig x os Sse} a a |e tant S| 0) te 7 a & o |2232 » os o fete se] 3 =] e a : g |ga38 ie - Bas ws) © § 2g " 0 & lame 1 2/8 22/5 * |» i 1 2 c58 Agasals [glee Boa | ala} lz ald | 2 laces PAGANS BSS] & | le & . 3 gies ol 5] * ~13a~23 sigs) 2 2 | * 8 5:88 B13/°| 3 8 = goes elelleaee 3 aang glS53 3 e gi 315822 as elela|z eas 2} fgg) aia sig |E333 ql8e|8 288 & 1 i A 3s 2 ' afer cl2 & Sa \ 1 ay Q\4 Belsize Q\4 a4 58 al Sla| Plex 7 al al gs slel_is 8 2 aisles s 5 ‘Torsion ~ Résumé (suite) Méthode Domaine élastique ou non, fissuré ou non de la section creuse équivalente _| Section quelconque pleine ou creuse 1 — Rechercher le plus grand cercle inscrit dans la section étudiée : diameire D 2 ~ Paroi creuse équivalente <'épaisseur @ = D/ 6 (non supérieure & 'épaisseur de la paroi crouse réelle) 3-L= périmétre de la ligne moyenne de la section creuse équivalente 4-Q = aire comprise & Fintérieur du périmatre L _T do T 4en? *= pen a& = ~GK ena Rectangle a 1S Oy +|195 by 8 4S On + o+i8W aaD+13W G+ 14Wy teu) E18, y E15% 04 Bt ot tine Ay ule: My ting ime: tee: Mg ime: Meg Moments fest en risa (onina) My ristart My Caet do série y sur reshtart Hy resistant: cone: sis Ma, Mg Ma MMi My <0, ws, wH7Bsieg2 9 he 2 ~"stengh eduction facta iO ies <0 te 0,8 en texan ilrpalatn pou 0 < eg = 3% Etforttranchant fv, < Vim WSOVp vey, Tr VsgsVaawets Vass | Vs4= Vag (esalenen) fay s tan 088 Ws reste Charge centrée fA Ay= i) my ao5att> STMILBIE Bal=tm |E=xId Boxld feevides2s(t ~/1=2n)| 2=Ay ty oF) eaters weYMKDO Bao ams |Ere, i998 =08d(i+ Jt=2u) | etz~o-a—ray A=MyiO8T2h) — |2e05n{t (ea/t— Sogn 260) | (1- J S04y 288) lapel @ou) ou: A= 5065128) zo(t-s9/28g¢ | z=(1-sozmge lonu = 0.85 ze! Yp uM (08502, Agw7MI(2By) Aa sel fa) Asn Mol ha) Ponte! ts z=050(1+ 1-2) f= hauteur utile 1 78sieg2 3 te ports nits [As my/ (O24) chasm, $0.83 h Max; 12am Maid; 2dan|+1, — lazseove zag 0/2 2/24 100mm pease = (erator) 1% 2 KfararAa O22 im 1104)2023fz0!t5 | Ag! @c) =Mir/Spcaje; 1th] | As! (0c) 2 0.13 480 fy | pas de minimum Ag] (00) 2 08 I ye As kek fama Act Semin oleate i sohiieticem rectangulaire) Secon maximum — jas demaxinum Orr8fepourfy=60ksi | 4% pas de maximum 4% * fara pa ‘et’, 4000 psi (27,5 MPa) 7.EFORt 565 Vee Vey eb? Sin e288 8 any 06(1- Pecan eB feu Mul (O90) S tam WSgvfebed V=V/ yd) Voy Vata" O8V fog bw 099 | fgg 016 (1 ~ foe 250 og kan =020 fo! tppar | Vou off bya8 vey" Min(08 aig: ¥=07~foy/ 200 205) sfssuraionnon: | y= y,/0-Ve B=085 | SMPa) le Joa [refs rs rej» fer fia fee [a7 foo $0549 poe fer fas feo Jes foo “ fssuaen ruil » 892 69L Daemon & a, Gm < tomate A898 F la, TA 201) Ta Ta aay Vat Sa + Opa Hy +1 sans reprise de coulage| fi, en MPa 1/3] a) ie (aa i rise de coulage| Fen 100A, 9113] 8) =O. Si rp cop Vay = tag & (1.2 + 20 91) | ene 184° and 45° fetes we Re) Bacerstedys [arg ene me Presa x eet = aie» weiss Ey Jat Sitgs te St3et “d= 0,035 fy? (MPa) so th it | Serge faxter [esas fer ag) |e a 8, Ajosa3 ee" Bs/ 175 ‘suds fe Secon nisin Ay, Ob, se 6 cir mage as de minimum 52 I Dou, = 25835. | 02 fem byt 5 ORT, O14 pour eg = 40350 | ee Expacement sectiniosa;oom | 5,s0750 ¢sMnlan:03pour) | 08480,3msl Vey Va | Min 0.75 408m sexi Sips, anenon: euino6n.0.25mpou) | os taal eposc neh Sin (0250; 0,9) gSMin[0,3h;0,2m)pourc) | 08 d & 0:3 m Si Veg <2 Yack 08a o2msiVees Yaw ‘EROTEAIX Rs HEAT BROTOAGS, | NSB a Py Cade en exon canpo-| Canal en foo congo Charges cers (180 fos Ag) * Aa] , mers Veer | seawe 7 Nez lly Neg eee | Mage lg * No. (st reatmpu [6 satan de béan rnc] 3 =070 1230 pounstas °F |acieh tay ee fareanecd 4nsan2 | rcrayncegaon A ig ry d=hasou wile Taigii= Banconent | h=g//= Benoaent we (ging dette: |e artene ic eh 1(100) e/g (107) bins P2jgioasey — | Fedryi asee, fa.= 0.6 (60)? si.<70 Po Bist BE) weet ) Sector mininon A, = ORD eAengine| | % Gla ceion Ge Boon 0a cae AEOeNglhe ORR Gecie vial” ipbinie néonsake A mas pes mons 203% te0s% Section manacie 5% 8% 6 sex vertcaen | pas de asin es 49 (8 Ken ecoureneit vet 10 % on zone cero ener Dama des cots [0,013 #2819;0410 Gon) B.20)/4et2,26mm |0,28mmsidj220mm |o,26mm Bzemmagrqu4 310,241 on) fo 982mm ba 127 mm Espucement ——anioans0015%) | wit: 48.040 126; ps do maxinum Min(oam:e:120) | Mn@3m:b; 120) enon SANGRAGE 15 7B=(1(SATom) __[7,d0320 Wa)AGOD WTB) | En vaca bares «bp [pop complied wu Gre |pon]=SoonPea | fomnies @ Wika Gar ‘cour ase & ue aoe erm) ony 2eaiyaaebure. | Gants fe 2Aua:fy=40:20 | piguts avec beac oo feos ftroupa:h-9420 | pontine pout F250 pi 24 Patt |= 0 pour fy = 25 tomes cots ar eee: Pooks tana) fie Gathaene» fester sure |e 960 pout y= 90 suerte pat | p= SMPs tie a Langues de recow 401,81, lyclpend os Agen ine rarque que oe vement kh teotiv€t° AyevMeale sus “Kou Aigor2 excer = en flexion déviée, 212 = filantes sous poteaux (isolated footings), 306 = filantes sous voiles ou murs (continuous 224 avec flexion (with flexure), 236 te footings), 248 287 ~ sur trois pieux, 422 ~ sur quatre pieux, 427 ~ semelles rectangulaires avec flexion, 238 Sol (capacité du sol), 355 Stodola, 125 Spinetta, 1 Surface de chargement (area of loading), 170 s (two-way slabs), 478 ~ dimensionnement des poteaux, 183 ~ dimensionnement des poutres, 179 ~ paisseur des dalles, 176 ~ flexion simple et composée, 45 = moments des poutres continues, 92 ~ poids spécifiques, 98 ~ semelles superficielles, 342 x, 466 ~ dalles précontraintes par cables non adhé- rents, 546 ~ réglements (six codes de calcul nationaux et ‘soudé (WWM, welded wire mesh) ‘Trois moments (three moment method), 9 Vent (wind), 118 Westergaard, 332 PROGRAMMES DE CALCUL EN BASIC 1 - «STODOLA » Calcul des périodes de vibration propre suivant Stodola-Vianello ou la méthode matricielle, caleul des structures au vent suivant NV 65 et au séisme suivant PS 92 (p. 144). 2 - «RAYLEIGH » Calcul de Ia période de vibration propre des structures suivant la méthode de Rayleigh, calcul au vent suivant NV 65, calcul au séisme suivant PS 69 (p. 164). 3.- « TASSOL » Calcul de tassement des semelles superficielles en terrains multicouches (p. 203). 4 ~ « SEMDEV » Semelles rectangulaires en flexion déviée - Calcul des contraintes du sol - Diagrammes triangulaires ou rectangulaires (p. 216). 5 - « SEMRECT » Semelles rectangulaires - Dimensionnement et ferraillage (p. 249). 6 « POUELAS » Poutres sur sol élastique avec ou sans décollement, charges quelconques. (Presses des Ponts) (p. 302). 7 - « PIEUHOR » Efforts horizontaux sur des tétes de pieux dans un terrain multicouche (p. 372). 8 - « FLEXCOMP » Flexion composée de sections queleonques. Verification ou courbes d’interaction (p. 381). 9 - « SEMPIEUX » Semelles sur pieux. Dimensionnement et ferraillage (p. 435). rectangulaires appuyées sur 4 cdtés, chargées sur des rectangles. 11 - « DALLRECT » Dalles rectangulaires sur 4 cétés, articulées sur deux cotés opposés = Chargement trapézoidal total. Calcul des sollicitations. (Presses de l’ENPC) (p. 478). 12 - «DALLCIRC » Dalles circulaires encastrées sur son pourtour sous char- gement trapézoidal de révolution. Calcul des solicitations. (Presses de IENPC) (p. 507, 13 - « DALLRUPT » Dalles de forme quelconque sous chargement quelconque calculées Ala rupture. Calcul des ions. (Presses de l"ENPC) (p. 522). 14 - « PLB shers précontraints par post-tension avec des cables non-adhérents. Calcul des sollicitations, contraintes et aciers. (ITBTP) 15 - « PLADA » Planchers-dalles suivant BABL. Calcul des sollicitations, contraintes et aciers (ITBTP) (p. 561). 16 - « CARAMEC » Caractéristiques mécaniques de sections quelconques (p. 580). 17 - « POUAPELAS » Poutres sur appuis ponctuels élastiques (p. 637). 18 - « INERTORS » Moments d’inertie de flexion et de torsion de section rectangulaire ou en Té (p. 646). 19 - « POUCROI » Planchers & poutres croisés (p. 659). 20 - « PLANCM » Planchers métalliques. Calcul des sollicitations, contraintes et détermi- nation des profilés (p. 675). 21 ~ « FLECHE2 » Calcul des fléches de poutres en Té sous différents chargements a dif- férentes dates (Presses des Ponts) (p. 748). 22 - «POCO » Ensemble de programmes chainés avec : BAEL, EC2, ACI, DIN, BS, PLADA, PLBP, CM (ITBTP). 23 - « BAEL » Poutre continue suivant le BAEL 91. Sections d’aciers et contraintes. (TBTP). 24 - «EC2» Poutre continue suivant I"Eurocode 2. Sections d’aciers et contraintes. (TBTP). 25 ~ «ACI» Poutre continue suivant I'Eurocode 2. Sections d’aciers et contraintes, (TBTP). 26 - « DIN » Poutre continue suivant le DIN 1045 (Allemagne). Sections d’aciers et con- traintes. (TBTP). 27 - «BS » Poutre continue suivant le BS 8110 (Royaume-Uni). Sections d’aciers et con- traintes, (ITBTP). 28 - « PLBP » Dalle co Sections d’ 29 - «CM » Poutre continue en acier suivant les CM 66. Contraintes. (ITBTP). ie précontrainte torons non-adhérents suivant le BPEL 91. CHAPITRES A PARAITRE 8 - Poteaux 9 - Portiques - Ossatures 10 - Voiles - Murs - Magonnerie 11 - Contreventement 12 - Structures diverses : poutres-cloisons, consoles courtes, escaliers, rampes, .. 13 - Murs de souténements 15 - Réservoirs eylindriques 16 - Coques minces CONCEPTION ET CALCUL DES STRUCTURES DE BATIMENTS Ce cours, conforme aux régles BAEL 91, BPEL 91, CM66, Eurocodes 3 et 4 ct DTU 23.1, a pour objet le dimensionnement et le calcul de l’ensemble Sa ansnemtbc eae kere au coke UL PR eT CUM Mn sre Tests Cone e pene ea cae eek: ae ‘Matériaux, les actions et sollicitations, les fondations superficielles, ce deuxiéme tome traite des fondations profondes (pieux, semelles sur picux), des dalles en béton armeé rectangulaires, circulaires ou de forme quelcon” que, des dalles précontraintes a torons non adhérents, des plarichers & pou- Fa eee OSS Go cannes Un exposé des théories usuelles est s Ci ceeteet er Settee eee eee eee enue Recreate scat sem Rare oun ee hoe ee Cocoa ene Onna wll 9 *782859'782009' ieee ane Coes Ue)