Vous êtes sur la page 1sur 6
1-Introduction : Réunion des substances diverses formant un tout non homogène. Le béton, par exemple est

1-Introduction :

Réunion des substances diverses formant un tout non homogène. Le béton, par exemple est un

agrégat de gravier sable et ciment, ce dernier jouant le rôle de matière d’agrégation.

Les granulats sont classés en plusieurs catégories avec des spécifications particulières pour

chacune d’elles :

La catégorie A correspond aux granulats destinés à la confection du béton de qualité tels que ceux destinés à la construction d’ouvrages d’art ou de bâtiments pour lesquels la résistance caractéristique Rc est supérieure ou égale à 35 MPa ; éventuellement certaines caractéristiques des catégories B ou C étant tolérées. Les granulats de catégorie B sont destinés à de bons bétons ainsi qu’a ceux pouvant être situés dans un environnement agressif, à condition que leur cœfficient d’absorption respectent les spécifications imposées aux granulats de catégorie A. Les granulats de catégorie C et D conviennent pour les bétons courants à condition, dans le cas d’utilisation de granulat D, que seuls deux de leurs caractéristiques soient présentés et que les autres correspondent à celle de catégories supérieures, faute de quoi ils ne doivent pas être utilisés dans la confection courante de béton.

2-Définition

On appelle « granulats » les matériaux inertes, sables graviers ou cailloux, qui entrent dans la

composition des bétons. C’est l’ensemble des grains compris entre 0 et 125 mm dont l’origine

peut être naturelle, artificielle ou provenant de recyclage. Ces matériaux sont quelques fois encore appelés « agrégats ». Ils sont spécifiés dans la norme XP P 18-540 «granulats»

3-Les caractéristiques :

3-1 Caractéristiques géométriques :

Classe granulaire :

La granularité est la distribution par dimension des grains d’un granulat. L’analyse granulométrique est la méthode d’essai pour déterminer la granularité. Cette

opération consiste à tamiser le granulat sur une série de tamis à mailles carré (0,16 - 0,31 - 0,63 - 2,5 5 10 20 40 et 80mm) et peser le refus obtenu sur chaque tamis .On trace ensuite la courbe.

Courbes granulométrique :

1-Introduction : Réunion des substances diverses formant un tout non homogène. Le béton, par exemple est
On trace les courbes granulométriques sur un graphe de référence, présentant en ordonnées les pourcentages des

On trace les courbes granulométriques sur un graphe de référence, présentant en ordonnées les pourcentages des passants ou refus, en abscisse l’ouverture des mailles. On exclut les gros grains > 80mm et les fines < à 80 µ. La forme des courbes granulométriques apporte les informations suivantes.

  • - limite des différentes fractions d et D,

  • - la plus ou moins grande proportion d’éléments fins.

  • - la continuité ou la discontinuité de la granularité.

En fonction des refus cumulés de la plus petite et la plus grande dimension La norme NF- P18-101, on a la classe granulaire suivante :

Tableau N°01 : La classe granulaire

 

TYPES

DIMENSIONS (mm)

Fillers

0 / D

 

D ≤ 2

Sables

0 / D

 

1 < D < 6.3

Gravillons

d / D

d >1,

D ≤ 31.05

Cailloux

d /D

d >20,

D ≤ 80

Graviers

6.3

≤ D ≤ 80

Module de finesse :

Le module de finesse d’un granulat est égal à la somme des refus exprimés en

pourcent sur les différents tamis de la série suivante :

-Sable : 0.16-0.315-0.63-1.25-2.5-5mm -Gravier : 10-20-40-80mm

Le module Mƒ est une caractéristique intéressante en ce qui concerne un sable. Pour celui-ci le Mƒ doit varier entre 2.2 et 2.8 au dessous duquel le sable renferme plus de fines, ce qui nécessite un excès d’eau, et en dessus le sable contient moins de fines particules, donc le béton perd son ouvrabilité.

La norme prévoit pour les catégories de sable les limites du Mƒ

-Sable A :

Mƒ=2.2 à 2.8

-Sable B :

Mƒ=1.8 à 2.2

-Sable C :

Mƒ= 2.8 à 3.2

On trace les courbes granulométriques sur un graphe de référence, présentant en ordonnées les pourcentages des
Exemple : Sable Fin : MF = 1.8 Sable Normal : MF = 2.5 Sable Grossier

Exemple :

Sable Fin : MF = 1.8

Sable Normal : MF = 2.5

Sable Grossier : MF = 3.2

  • - Influence du rapport G/S (dans la formulation des bétons courants)

(G = % de gravillons > 5mm et S = % de sable passant à 5mm). Pour les bétons courants il convient de ne pas dépasser un G/S supérieur à 1,2.

Forme et coefficient d’aplatissement :

La forme des granulats à une incidence directe sur la maniabilité du béton. La

forme la plus souhaitable est celle proche de la sphère une mauvaise forme (aiguille ou plat)

nécessite une quantité d’eau élevée et peut provoquée des défauts d’aspect. La forme des granulats est définie par l’épaisseur E et la grosseur G (l’ouverture des mailles) et la longueur L Le coefficient d’aplatissement A caractérise la forme des granulats, et il est donné par le rapport de G/E .celui-ci doit être supérieure à 1,58.

3-2 Caractéristiques physico-chimiques :

Masse spécifique ou masse volumique absolue des grains :

La masse volumique absolue ρs est la masse par unité de volume de la matière qui constitue le

granulat, sans tenir compte des vides pouvant exister dans ou entre des grains

Exemple :

Exemple : Sable Fin : MF = 1.8 Sable Normal : MF = 2.5 Sable Grossier

Où :

M : masse de sable en g.

V1 : volume de l’eau dans le cylindre gradué avant le versé le sable.

V2 : volume de l’eau + le sable.

Pour les graviers : on pèse un échantillon de granulat sec et à l’aide de la balance hydrostatique on mesure le volume.

Pour le sable : le volume est déterminé en pycnomètre, sous vide pour éliminer les

bulles d’air entre les grains. Elles s’expriment en g/cm 3 . La masse volumique apparente :

C’est le rapport de la masse du granulat en volume total (les vides inclus) en g/cm 3 .

Exemple : Sable Fin : MF = 1.8 Sable Normal : MF = 2.5 Sable Grossier
 La compacité et la porosité : La porosité d’un granulat est exprimée en pourcentages, elle

La compacité et la porosité :

La porosité d’un granulat est exprimée en pourcentages, elle représente le

rapport entre le volume des vides contenus dans les grains sur volume absolu des grains.

Coefficient d’absorption :

Est le rapport de l’augmentation de la masse des granulats au bout de 24h par imbibition partielle la masse sèche, ce coefficient mesure le volume des pores accessible à l’eau. Plus la valeur est grande plus la durabilité du béton est limité dans un milieu agressive. De même la pénétration de l’eau dans les pores des grains fragilise la structure.

Propreté :

Le granulat doit être propre. La loi interdit tout déchet nuisible à la résistance du

béton tel que : les sciures de bois, la ferraille … le pourcentage est inférieur à 1%. Le granulat ne doit pas aussi contenir des huiles et la matière organiques…la présence de l’argile diminue l’adhérence entre mortier et gravier, Donc diminue la résistance. Un excès de fines entraîne un dosage important en eau, mais un manque des fines conduit à des bétons peu malléables. Pour les sables, la propreté est mesurée par la détermination de l’équivalent de sable (E.S).

  • Principe:

On agite une quantité de sable dans une solution lavant, on laisse repose et mesurer la hauteur du dépôt de sable visible, égale à h 1 et la hauteur total avec le floculât est h 2 le E.S est

calculé suivant la formule : E.S=

h

  • 1 100

h

2

Tableau N°02 :

 

E S

<

60

-Sable argileux.

60

<

E S

<

70

-Sable légerment argileux.

70

<

E S

<

80

-Sable propre.

 

E S

>

80

-Sable très propre.

3-3 Caractéristiques mécaniques :

La nature du matériau est caractérisée par la roche ou le produit constituant le grain : basalte

calcaire, grés, barytine… le grain peut être un produit naturel obtenu par criblage (grain plus

ou moins arrondi) ou un produit de concassage (grain plus ou mois anguleux).

 La compacité et la porosité : La porosité d’un granulat est exprimée en pourcentages, elle
La quantité est déterminée par des essais d’écrasement ou d’usure, on a :  Los angles

La quantité est déterminée par des essais d’écrasement ou d’usure, on a :

Los angles (LA) :

C’est un essai courant, il consiste à introduire dans un cylindre horizontal une quantité des

granulats à étudier en présence des boules d’acier et de mesures la quantité de fines obtenue

après un temps de rotation.

Micro Deval :

C’est un contrôle identique au précédent LA, mais dans ce cas, le but n’est pas

de mesurer la teneur des fines mais d’apprécier les phénomènes d’usure.

La quantité est déterminée par des essais d’écrasement ou d’usure, on a :  Los angles
MDC 2014-2015 Page 6
MDC 2014-2015 Page 6