Vous êtes sur la page 1sur 123
SERGE LEROY GUYBAILLE LOUIS RABIER GRA AIRE SION 4°/3° Technologiques NATHAN SOMMATRE Chapitre GRAMMAIRE EXPRESSION ECRITE 1 Le langage .s.ssees-ssesecsesneesssssseses 4) Construire un paragraphe .. 6 2 Les sons et les lettres. 8 3 Les registres de langue ... 12 4 Les types de phrases 16| Batir un plan .. 18 s La phrase interrogative... 20 6 ‘La phrase impérative ..... 24 7 La forme négative 28) {Introduire et conclure un devoir...... 30 8 ‘La forme passive... 2 9 Les éléments dela phrase simple 36 10 Les constructions du verbe .. 40 |Exposer des idées..... a2 u Le nom et le groupe nominal 44 n Les marques du nom : nombre et BENTE eseeesene 48 13 Les déterminants. 52 | Utiliser les exemples 54 4 L’adjectif qualificatif.. 36 15 Les pronoms (1). 60 16 Les pronoms (2)....- 64| Résumer un texte... 66 0 Le verbe 68 18 Les modes (1) n 19 Les moces (2) 76| Le récit et le discours B ~ ‘Les modes (3)... 80 a Le présent . 84 2 Liimparfait et le plus-que-parfait 88|Construire un récit «....es.eessse 90. 2B Passé composé, simple et antérieur .. 92 a Les futurs 5 Lradyerbe..... La description dans le récit.... 102 26 Le sujet et Pattribut du ee 104 Py Le complément d'objet........-- 108 B Le complément circonstanciel ........_112|Le portrait dans le récit .. 4 » Le complément de détermination....._116|Comment expliquer un mot 118 0 Phrase simple, phrase complexe 120 a La proposition subordonnée .. 124| Construire un dialogue 126 2 La proposition relative . ay aloe 3 [Discours direct, discours indirect ..... 132 4 L'expression de la cause. 136 Argumenter.... 138: 5 Liexpression de la conséquence....... 140 36 L’expression du but 144 37 ‘L’expression de 1 hypothe... 148 |Chercher des informations dans un texte 150 38 L’expression de opposition ........ 152 ANNEXES — Homophones grammaticaux .......... 158) Quelques difficultés de la Tangue francaise « 172 © Eaditiors Nathan Paris France 1990 - ISBN 2409-170475-X DICTEE / SUJET D7EXAMEN VOCABULAIRE P. Modiano... 10] L’origine des mots frangais «sss... ul Ch. Baudelaire ........ 14) La vie des mots.. 1S M. Pagnol..... 22| Le sens des mots B G. Serreau 26| Larticle de dictionnaire. a Boileau-Narcejac .. 34| Monosémie et polysémie......ucee 35 A. Camus. 38| Les homonymes.......... 39 Sujet d°examen 1 46| Les synonymes 47 E. Robles . 50} Les antonymes..... S1 Sujet examen 2. 58| Sens propre et sens figuré. 59 M. Brion....... 62| Les prefixes ....sccccessssssseeceseuneenes 63 Sujet examen 3.2.0... 70) Les suffixes..... - n J. Carriére 74| Les familles des mots ... 75 Sujet d’examen 4. 82| La formation des noms : la dérivation. 83 M. del Castillo 86| La formation des noms la composition .. 87 Sujet d’examen S.. 94 | La formation des verbes... 95 G. de Maupassant ....... 98] La formation des adjectifs 99 Sujet d’examen 6...... 106 | La formation des adverbes ... 107 R. Ikor 110] Les champs lexicaux .... 11 Sujet d’examen 7. 122 | Jeux de mots et publici 123 Sujet d’examen 8.......... 130| Mots et images ........... 131 J. Giono......... 134 | Poésie (1) : les sonorités ......... 135 Poésie (2) : rythme et mesure .......... 142 SEProu Se eS: 146 | Poésie (3) : strophes et poemes 147 Sujet d’examen 9~ B. Clavel ... 154 Tableaux de conjugaisons .........:scsscecsessseceseee 180 Verbes irréguliers 188 Deux mulets trainaieat & grands efforts une charrette dont le Premier chargement, caché sous des baches, était dangereusement haut. ea Le charretier tirait la premiére béte par la bride, et avancait & reculons en poussant des cris rauques dont le vallon retentissait. acne [Derritre |a charrette marchait un homme, qui, vu de loin, et a travers les ramures, paraissait immense et blond. Ugolin vit qui était dune bonne taille, mais qu'il portait, & cheval sur son cou, mote qui une fillette aux boucles dorées, dont les mains étaient croisées sur enchainent des les cheveux noirs de sa monture. paragraphes [Enfin, plus loin derriére jeux, | une grande femme |d’un blond foe caus atée, elle se bergait en marchant, et it pale et rose au-dessus d'une brassée de romarins ce dont on parle fleuris qu’elle serrait sur son coeur. dans ce cur conseiller de rebrousser chemin lorsque Phomme qui portait 3* alinea la petite fille sur son dos cria au charretier : « Crest 1a | Arrétez-vous sur le chemin, juste au-dessus de la mot qui enchaine een Ly des paragraphes [Puis il prit le sentier qui descendait en oblique a la ferme, et narratifs bat Ugolin, stupéfait, pensa que ces gens s’étaient perdus, et ilallait vint au petit galop jusqu’a la terrasse ruinée de Pique-Bouffigue : la cavaliére cramponnée a ses cheveux riait aux éclats. tun paragraphe II s'arréta, et, les mains sous les aisselles de enfant, illa haussa Ramee au-dessus de sa téte, la fit passer devant lui, et la posa dans les romarins lings —__ alors Ugolin, épouvanté, vit la bosse qui avait servi de siége a lafillette : c’était lui, c’était le bossu, I’héritier, le propriétaire | Tl venait avec sa famille, et cette gringante charrette apportait peut-étre un déménagement.... na as Mais il essaya de se rassurer. poli « Apres tout, iln’y a pas qu'un bossu sur la terre. Celui-la, c'est peut-€tre un ami de lhéritier. Entre bossus, on se fréquente. L’autre lui a peut-étre prété la vieille bastide pour les va- cances ? »” Marcel Pagnol, Jean de Floretie Ed. de Provence ‘> a” wy @ D> (iw’est-ce qu’un paragraphe ? we > Comment construire un paragraphe ? Une grande régle : une idée par Paragraphe, un paragraphe par idée. Sans oublier alinéa et ponctuation | Dans un texte en prose, un paragraphe est un ensemble plus ou moins important de lignes, de phrases qui, sur la page, forment un tout qui se distingue d’un autre ensemble de lignes. Un paragraphe commence par un alinéa, c’est-8-dire une ligne dont le premier mot est en retrait des autres mots sur la page. activité. Combien comptez-vous de paragraphes dans le texte ci- contre ? © Dans une description, un paragraphe correspond & un élément, & un plan de la description. Ainsi, dans les trois premiers paragraphes, Marcel Pagnol décrit un éq page formé de deux mulets, d’une charrette, d’un charretier (1° §) ; un homme portant une fillette sur ses épaules (2° §) ; une femme (3° §). Ces trois paragraphes sont enchainés par des adverbes de lieu qui indi- quent clairement dans quel ordre se fait la description. © Dans un récit, les paragraphes marquent la progression du récit dans ses différentes étapes. activité. Recherchez les trois paragraphes consacrés au récit dont homme « immense et blond » est l’acteur. © Un paragraphe correspond encore a l’expression d’une réflexion, d’un sentiment, d’une idée. é. 1. Dans quels paragraphes s’expriment les réflexions d’Ugo- lin ? Quelles sont ces réflexions ? Par quels signes de ponctuation sont- elles accentuées ? 2. Comment pouvez-vous regrouper, en trois ou quatre grands en- sembles, tous les paragraphes de la page ci-contre pour faire apparaitre Vorganisation du texte ? EXERCICES ls Découpez le récit suivant en cing para- graphes. Marquez-en les étapes en choisissant Parml: un jour que ; aprés cette punition ; & partir de ce Jour ; le jour ou. 66Dans le ranch, j'étais le seul gosse mais on me faisait faire le travail d'un homme dont j'avais toutes les responsabiités. ...... je fis eourir au galop les cinquante chevaux jusqu' la colline, on me donna le fouet pour mapprendre que les chevaux doivent aller au pas...... plus personne ne s‘occupa de moi Je me serais bien sauvé mais je ne savais ou aller sw ['6tais assis sur la barrigre du corral, je vis Stanton s'amener. II me cria: « Tens, voici des rénes toutes neuves. Va chercher ton cheval. » Cétait la premiére parole d'amitié que |'on m’adres- sait depuis des mois. J’éclatai en sanglots ...... Je devins 'ami du grand Jim Stanton.» D'eprés Blaise Cendrars, Deno pe. Faites en trois ou quatre paragraphes le Portrait de votre meilleur(e) ar 1). Indiquez seulement & quol sera consacré chaque para- graphe,—~ 1B Espririacy| daralun paragiapnaes que vous avez éprouvé lorsqu’on vous a offert un ccadeau que vous n’avez pas du tout aimé. 2 Lessons C5 et les lettres Dv = On appelle son ou phonéme la plus petite unité de langage. Une syllabe est constituée d'un son ou d'un groupe de sons prononcé en une seule fois D> Unméme son pour plusieurs éeritures Un méme son peut souvent correspondre a plusieurs éeritures diffé- rentes. Ex. : chapeau, radio, auvent (0) : cabine, képi, chrétien, qualité (Kk) D> Une méme éeriture pour plusieurs sons ae : Une méme lettre peut se prononcer différemment lorsqu’elle est asso- ciée avec d’autres lettres. ; Ex. ; lalettre s dans les mots vase, six, short, ete ; ja lettre x dans les mots exact, excellent, soixante. > Syllables ouvertes et syllabes fermées ‘Toute syllabe a pour point d’appui une voyelle laquelle peuvent s‘ajeu- ter une ou plusieurs consonnes. A oral, on distingue les syllabes ou- vertes qui se terminent par une voyelle que l'on prononce, et les syllabes fermées qui se terminent par une consonne que l’on prononce. Ex. : joli comprend deux syllabes ouyertes ; ‘mer comprend une syllabe fermée. > Les coupes en fin de ligne 'A Vécrit, les coupes de mots répondent a certaines régles, on coupe un mot : — entre deux syllabes (chan-son) ; = Entre deux consonnes lorsqu’elles sont doubles (ras-sembler) ; — Gu milieu du mot le plus souvent (agri-culteur et non a-griculteur) Le découpage des syllabes n’est pas toujours identique&l'oral et & 'écrt, © alert sl coal rfealslalsle ¢ aloral pee ea a te atels|alslel7 rie i re | la | oil | le a\e] w|i BP bomes Vorthographe correcte qui corres- pond aux phonémes indiqués 1. Une pentslion, une rafsjion, nous penfsions, la ne[slion, une émofsjion, la valorisa[sjion. 2. Un ét{aj, un ff], du s{djJ, un fra], un calm[ai, le ch{éi) 3. La [kjane, il kjrie, le [KJric, la kJasikjette, le [kJlown, le [kJoq. ee ersrercer(eommelliicer erties ee suivants : faites les remarques qui convien- nent. 1. Examen, excellent, extraordinaire, hexagonal, extravagant, extérieur, extension, exode, exagérer. 2. Obésité, obtempérer, obstination, obstruction, ‘obsession, observer, obtenir, objection, obstruer. 3. Neuf, un ceuf, des ceufs, un boeut, ces boeuts, un voou, des voeux, un veuf, des veufs. S35 Dies comblen demote aittrents on peut écrire avec les sons suivants. Ecrivez-les (voir alphabet phonétique p. 177). {vel ; (pel ;[t4] ; [sé] ; [Ru]. 4. en partant du mot américain : 1. enlevez trois lettres pour former un mot de six lettres (« indispensable pour tourner des films ») ; 2, enlevez quatre lettres pour former un mot de cing lettres (« sert de refuge aux bijoux ») ; 3. enlevez cing lettres pour former un mot de quatre lettres (« dans la queue du cheval ») ; 4. enlevez six lettres pour former un mot de trois lettres (« le bébé en pousse un a la naissance ») ; 5. enlevez sept lettres pour former un mot de deux lettres (« pronom personnel de la premiére per- sonne ») ; 6. enlevez huit lettres pour former un mot d’une lettre (« préposition »). | | 5. en utitsant Valphabet phonétique inter- national (p. 177), écrivez les phonémes qui cor- respondent aux mots suivants. Ex. : rang [Ra] = deux phonemes, car la lettre gne correspond a aucun son. Une masse - un mas - un mat- échec et mat - un rat - la rate - & ras - un haras - si - six - assis - assise - rassis - un ramassis. 6 Découpez les mots suivants : a) en syl- labes orales, b) en syllabes écrites. Caporal - survenir - polir - céramique - graisse - chévrefeuille - libératoire - nouvelle - remarque. 7. en partant du mot radiologue : 1. ajoutez une lettre pour former le nom désignant un autre médecin spécialiste ; 2. & partir de ce nouveau mot, trouvez des mots de six lettres (« nettoie le port, abandonne ») ; 3. puis des mots de cing lettres (« maladie des dents, sert a écrire au tableau ») ; 4, puis des mots de quatre lettres (« maladie dela peau, vient du cochon ») ; 5, des mots de trois lettres (« dirige une monar- chie, conjonction de coordination »). 6. de deux lettres (« terminent un verbe a I'infini- tif»). 8. Indiquez pour chaque mot la coupe que vous feriez en fin de ligne, Animateur - maisan - agrandir - détester - supporter ~ quatre-vingts - anomalie - balangoire - imagination - négociation - excellent - magasinier - lampadaire - susciter- constituer - liaison - fievre - coordination, 10 D> Verbes en -ger > Verbes en -guer Préparation a la dictée Pour que la prononciation ne change pas devant le a et le o de la termi- naison, on ajoute un e au radical du verbe. Ex. : il nageait. activité. Donnez, aux temps demandés, deux formes du verbe ranger : une forme réguliére (racical + terminaison), et une forme modifiée (ra- dical + e + terminaison). Présent de l’indicatif range rangeons Imparfait de l’indicatif Passé simple (ind.) Ces verbes conservent le w de leur radical méme quand ce n’est pas utile ala prononciation. Ex. : nous naviguames. activité, Donnez cing formes du verbe distinguer (vous avez le choix du temps et du mode) dans lesquelles figure le w du radical devant un a ou uno. D> Accord du participe passé employé avec Vausiliaire étre D> Emploi du ¢ Employé avec l'auxiliaire éire, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe. Ex. : elle est sortie, ils sont partis. activité, Mettez le verbe entre parenthéses au participe passé et faites Vaccord si nécessaire (attention, le sujet est parfois aprés le verbe). Les grands froids sont (revenir). L’anesse était déja fortement (charger). Au mur était (suspendre) une glace. Elle nous était (revenir) intacte. activité. Observez les différentes fagons d’écrire le sons [s] : facade, cinquante, espéce, ils'asseyait, macon, acces, cible, recu, suer. Devant quelles lettres faut-il une cédille au ¢ pour obtenit le son [s] ? > Mots dela famille de an Les mots dérivés ou composés de an prennent deux n. D> Dietce UNE AGENCE DE RENSEIGNEMENTS Patrick Modiano, Fue des Boutiques Obscures, Gallimard activité, Trouvez cing mots de la famille de an qui commencent ou se terminent comme indiqué : bis..., ...aire, ...ité, ...ales, sur... “Hutte se caressait pensivement la barbe, une barbe Ppoivre et sel, courte, mais qui lui mangeait les joues. Ses gros yeux clairs étaient per- dus dans le vague. A gauche du bureau, la chaise d’osier ott je m’asseyais aux heures de travail. Derrigre Hutte, des rayonnages de bois sombre couvraient la moitié du mur : y étaient rangés des Bottin et des annuaires de toutes espéces et de ces cinquante derniéres années, Hutte m’avait souvent dit qu’ils étaient des outils de travail irremplacables dont il ne se séparerait jamais... Il jeta un regard rapide autour de lui, Les deux battants de la porte qui donnait accés & la petite piéce voisine étaient ouverts et l'on distin- guait le canapé au velours usé, la cheminée, et la glace oii se réfléchis- saient les rangées d’annugires et de Bottin et le visage de Hutte. Souvent nos clients attendaient dans cette piéce. Un tapis persan protégeait le parquet. Au mur, prés de la fenétre, était accrochée une icone.” Le rancais appartient aux langues romanes, c’est-a-dire issues du latin. Tl est devenu la langue officielle du royaume de France en 1539, par Vordonnance de Villers-Cotteréts, de Francois I". > Le fonds primitif du francais © La plupart des mots francais viennent du latin populaire, parlé en Gaule a la suite de la conquéte romaine. Ces mots se sont transformés et ont souvent donné lieu 4 des formes différentes en fonction des ré- gions. © Quelques mots celtes, employés par les Gaulois, nous sont parvenus : ils sont surtout liés & la vie rurale. Ex. : lande, chéne, charrue. © Apres les invasions germaniques du Vv‘ siécle, de nouveaux mots sont apparus, surtout dans le vocabulaire militaire. Ex. : éperon, haumiere, hache, maréchal. Pour des besoins nouveaux, on crée des mots empruntés © aux langues anciennes : = venant directement du latin classique cu populaire ; proches des ra- cines originelles, leur orthographe est plus réguliére ; — venant du grec ; ce sont des mots concernant surtout la science et la technologie. Ily a parfois association de racines d'origine grecque et de racines d’ori- gine latine : socio|logue télévision latin | gree’ grec | latin © aVarabe : abricot, algebre, magasin. © aux langues vivantes : ~ de italien. Ex. : pantalon, balcon, mezzanine ; — de l’espagnol. Ex. : patio, tomate, cordonnier ; ~ de l'anglais. Ex. : building, fast-food, brunch. © aux langues régionales : le picard, le breton, le gascon, le provengal, le normand. Ble” Gusts noma frafeata de rufis,dalegumen 29 Chetchar dana cSotoninsira Vorigine des et d’arbres viennent des noms latins. mots suivants : Pira, poma, pruna (pour les fruits) ; porrum, cucur- chemise - pantalon - pull-over - cravate - chaus- bita, carota, unio (pour les legumes) ; platanus, sures - gabardine - alcool - soldat - camarade - castanea, populus, salix (pour les arbres). biére - budget - match - rosbeef - banque - hasard. n 12 Les registres p> Leresisire courant D> Leregistrefamilier de langue Celui qui parle ou celui qui écrit peut utiliser un ton, un vocabulaire et une syntaxe différents pour transmettre une méme information. Il utili- sera des registres différents en fonction de la situation (interlocuteur, circonstances, lieu, nature du message, etc). On Putilise dans une situation ordinaire pour transmettre un message de la vie courante. Ex, Sur un panneat d’informations, & usage des habitants de la ville, on peut lire : A partir du 24 octobre, la troupe du thédtre de « La Criée » joue « Phédre », de Racine, en matinée et soirée, @ 17 heures et 21 heures 30. Observons les mots : octobre, troupe, thédtre, joue, matinée, soirée, heures. Ce sont des mots courants, ni familiers, ni recherchés. De méme, la construction de la phrase est correcte, sans recherche d’effet de style. On utilise dans une relation de familiarité sans faire d’effort pour s’ex- primer correctement. Le registre familier n’est pas un registre vulgaire, méme s'il peut le devenir. > Leregisire soutenu On Putilise chaque fois que l'on veut marquer un écart avec une langue courante, soit parce que les circonstances ’imposent (discours officiel), soit parce que l’on veut se distinguer. D> Les terminologies techniques En plus de ces registres, il existe des terminologies spécifiques 2 certains corps de métiers. Les notices de constructeurs utilisent une terminologie et une langue techniques. Ex. : 66 Technologie des circuits intégrés monolithiques. Les circuits in- tégrés monolithiques rassemblent, 2 V'intérieur méme d’une structure cristalline continue de silicium, différents microéléments : résistances, parfois capacités, diodes et transistors.” Extrait de larticle « Microélectronique », Enoyelopédia Universalis EXERCICES ol Indiquez le registre de langue des phrases ‘suivantes. Justifiez votre réponse en relevant Jes mots et les constructions caractéristiques de ce registre. Expliquez en quelques mots la situation en relation avec le registre, 4. | fait pas chaud c’matin. 2. Veuillez m’apporter ce livre je vous prie. 3. Joélle n'est pas fire. 4. Le Rh6ne prend sa source en Suisse. 5. Votre pro- pos, mon cher Maitre, ne m’a guére convaincu. 6. Oilq'vous vous croyez 77. Oublie pas ton bou- quin. 2 » Les mots suivants appartiennent au re- gistre familier. 2) Employez chacun d’eux dans une phrase de registre fami b) Donnez le mot correspondant du registre courant. ) Faites une phrase avec chacun d’eux au re- gistre courant. Rigoler - dingue - crave - un type - le fric - le mome - des bricoles. 5. Rédigez un court récit mettant en scane : a) un camelot qui vend une lotion magique sur le trottoir et qui s’adresse aux badauds ; b) le préfet du département félicitant les pom- piers a l'occasion d’une remise de médailles ; c) un camarade de classe qui raconte a ses co- pains le match de football qu'il a disputé la veille ; ) leresponsable de la bibliothéque des jeunes expliquant a un groupe d’éleves les régles de fonctionnement de cette bibliothéque. Faites parler les personnages. Dites, pour chaque récit, quel registre vous utilisez. 4. v. quelle terminologie technique relévent les textes suivants. Pour chaque texte, donnez les mots qui justitient votre réponse. 1. Comme dans toute application de l'informa- tique, on faitici intervenir un ensemble de matériels ayant chacun une fonction précise ou hardware, et des instructions rassemblées en programmes constituant le software”. _B, Joseph, « Informatique », Enoyclopécia Universalis, 2. 6¢L’harmonie moderme est done, & son origine, une sorte de phénomane de génération spontanée. Au sein d'une polyphonie perpétuellement mou- vante et qui prenait appui sur les consonances dites parfaites (unisson, octave, quinte, quarte), oui les diverses parties venaient périodiquement se ras- sembler, les musiciens s'avisérent peu a peu que certaines agrégations de sons déterminés don- naient a leur oreille la sensation d'une agréable pié- nitude». +H. Barraud, « Harmonie » Encyclopedia Universalis istres peuvent se suivre ou | méme alterner i Dae e texte. 5 cy ae 5 Lisez le texte suivant. a) Relevez les passages du registre familier. Indiquez les mots et les constructions qui ap- partiennent a ce registre. Dites pourquoi, dans ces passages, l’'auteur a choisi ce registre. b) Quels passages sont a un registre plus re- cherché ? Pourquoi ? 661l jura, le cheval de téte n’obéissant pas assez vite a sa pression sur le cordeau, et sa grosse voix résonna, prit enccre de l'ampleur, roula dans le vil- lage entre les maisons silencieuses. — On roirait quill y a déja quelqu’un sous les arbres, dit Félicité Rouillot. Tu vois-ty, Marcelin ? — Crest le maire, dit Rouillot. Le bougre, ila point di faire un grand somme... Il arréta sa charrette pres de celle du maire, et Barbreux vint a lui lentement, penché sur une ciga- rette quil roulait avec peine. — Monstre, dit Rouillot, tes a I'heure militaire, toi! Je me figurais arriver avant les autres, et je faisais la remarque justement a Félicté... — Fallait que je sois la le premier, répondit Bar- breux. C'est mon role... Etje sais aussi quily a pus. une minute & perdre. Les Allemands avancent dur, Rouillot. lis ont pris Rethe! depuis belle lurette. Les ponts sur I’Aisne sont minés, et le génie s'appréte, Alheure quill est, a foutre le feu aux mines. On aura juste le temps de passer, juste... Il frotta son briquet, et, tandis qu'il ’élevait vers sa cigarette, la lueur pale éclaira son visage mal rasé, ses moustaches rousses qui retombaient tris- tement de chaque cété de sa bouche.» Yves Gibeau, Les Gros Sous 13 14 D> Ce quiow ceux quit Préparation a la dictée Le pronom démonstratif ce est toujours au singulier. Devant un pronom relatif, il exprime une idée dans son ensemble. Le pronom démonstratif ceux, toujours au pluriel, désigne plusieurs per- somnes ou objets. activité. Remplacez oralement les points par ce ou ceux, et épelez. «+. qui se congoit bien s’énonce clairement. N’oublions pas ... qui ont faim. Sophie fait ... qu'elle veut. Ces santons sont mieux peints que ... que nous avons. Ils étaient partis trés t6t, ... qui nous parut étrange. D> Verbes ‘erminés par -yer Les verbes terminés par -yer changent y en i devant un e muet. Ex. ennuyer : il ennuie ; employer : elles emploient. Les verbes terminés par -ayer peuvent soit conserver y dans toute la conjugaison, soit changer y en i devant e muet. Ex. balayer : il balaie ou il balaye. Exception : grasseyer garde toujours y. activité. 1. Donnez, pour chacun de ces verbes, la troisitme personne du singulier du présent, de ’imparfait et du futur de l'indicatif : ennuyer, plier, appuyer, payer, broyer, supplier, essuyer, nettoyer. 2. L’un de ces verbes peut s’écrire de deux maniéres aux formes deman- dées ci-dessus. Lequel ? PP Guoique ou quoi que? On écrit quoique (en un seul mot) si on peut dire bien que. DP Dicée AU THEATRE, Charles Baudelaire, « Les vocations = Petits Poémes en prose activité. Dans les phrases suivantes, dites si vous employez quoique (en un seul mot) ou quoi que (en deux mots). Cette voiture, ... trés rapide, est stire. ... il en soit, vous serez satisfait. Je n’ai pu vous atteindre, ... j’aie essayé plusieurs fois. ... il ait lair terrible, on ne peut s'empécher de l'admirer. 6¢Hier on m’a mené au théatre. Dans des palais grands et tristes, au fond desquels on voit la mer et le ciel, des hommes et des femmes, sérieux et tristes aussi, mais bien plus beaux et bien mieux habillés que ceux que nous voyons partout, parlent avec une voix chantante. Ils se menacent, ils supplient, ils se désolent, et ils appuient souvent leur main sur un poignard enfoncé dans leur ceinture. Ah ! c’est bien beau ! Les femmes sont bien plus belles et bien plus grandes que celles qui viennent nous voit a la maison, et, quoique avec leurs grands yeux creux et leurs joues enflammées elles aient lair terrible, on ne peut pas s’empécher de les aimer. On a peur, on a envie de pleurer, et cependant l'on est content... Et puis, ce qui est plus singulier, cela donne envie d’étre ha- billé de méme, de dire et de faire les mémes choses, et de parler avec la méme voix...” La vie a mots Un répondeur-enregistreur - une imprimante Minitel. Les mots évoluent : ils changent de forme, ils changent de sens, ils 2p- paraissent et disparaissent en fonction des besoins. D> Des mois apparaissent Lorsque des objets nouveaux, des notions nouvelles apparaissent, il faut les nommer et pour cela créer des mots nouveaux, des néologismes. Ainsi, récemment, sont apparus : répondeur-enregistreur, imprimante, Minitel, laser, compact-disc, ete. Les mots peuvent étre créés de différentes fagons : — par emprunts au latin et au grec (voir p. 11) ; ex. : un télescope, un temporisateur ; = par emprunts aux langues étrangéres (voir p. 11) ; ex. : un tee-shirt, un yaourt ; = par suffixation ; ex. : porter —> portable ; ~ par composition ; ex. : importation, lecteur de disques, autoradio. D> Des mots changent de sens Les mots ont une vie et leurs sens évoluent dans le temps ; ils ont souvent plusieurs sens (voir p. 23 : la polysémie). Ex. bureau : un bureau en bois, un bureau de tabac, un bureau d'études. > Des mots disparaissent Quand des objets, des notions disparaissent, les mots qui les désignent disparaissent aussi de la langue usuelle. Ex. l'armet, la cubitiére, le soleret, le cuissot, faisaient partie de ’armure des chevaliers. Le saviez-vous ? EXERCICES Bll. Content appelle-on'= 3S. Enquete, 1. l'étude scientifique des fossiles 7 2. une per- 1, Avez-vous déja écouté une bande magnétique, sonne qui s'occupe de publicité ? 3. Ie pilote d'un une bande perforée, une bande de copains ? engin spatial 24. la doctrine de Staline 75, undé- 2. Pouvez-vous vaus asseoir sur un banc d'essai, fenseur de la nature et de l'environnement 7.6. le un banc d'école, un bane de poissons ? loisir qui consiste a voyager pour son plaisir ? 3. Quels fruits poussent sur un arbre a cames ? un arbre genéalogique ? un arbre de Judée ? 2. Définissez chacune des expressions en 4 Avez-vous déja croqué une pomme du Cana- montrant la différence qui existe entre : da ? une pomme d'arrosoir ? une pomme d’esca- 1. la fourchette en argent et la fourchette des prix; lier ? 2. la pervenche du jardin et la pervenche de la rue; 5+ Quelle est la pointure d'un pied de vigne ? diun 3. l'assiette a soupe et 'assiette des impéts ; _Pied-de-poule ? de vos propres pieds ? 4. dégraisser un vétement et dégraisser une entre- prise ; 5. une planche de bois et une planche de radis. 15 1. Elle cueille les abricots. 2. Cueille-t-elle les abricots ? 3. Cueille les abricots Selon que [’émetteur constate un fait, interroge un interlocuteur ou cherche a le faire agir, la phrase qu’il énonce est de type déclaratif, interrogatif ou impératif. > Laphrase déclarative constate un fait, transmet une information (phrase 1). A l’écrit, elle se termine le plus souvent par un point, quelquefois par un point-virgule ou éeux points. A oral, elle est caractérisée par une moniée puis une descente du ton en fin de phrase. Lordre le plus courant des mots est sujet - verbe - complément. > La phrase interrogative pose une question : |’émetteur interroge un interlocuteur (phrase 2). A Pécrit, cette phrase se termine par un point dinterrogation. A oral, elle est marquée par une montée de intonation en fin de phrase. > Laphrase impérative est dite par un émetteur qui cherche faire agir le récepteur (phrase 3). Ellene comporte pas de sujet ; l’ordre des mots est verbe - complément. ena Fag ae Toute phrase déclarative, inter- SOAs ees once valine rogative ou impérative qui ex- | prime, a travers intonation, une émotion ou un sentiment est ex- clamative. Ex. La phrase I nous rejoint fest une phrase déclarative (elle constate un fait) ; en plus, Pex- clamation traduit un sentiment dinquiétude. La phrase Force l'allure ! est de type impératif (c’est un ordre) ; en plus, elle exprime une vive insistance. A Voral, c’est intonation qui permet de reconnaitre la phrase excla- mative. A l’écrit, c’est le point d’exclamation. La phrase exclamative est parfois introduite par un mot exclamatif. Ex. Quel beau bateau ! 1. piesa quel type de phrase appartiennent les phrases suivantes. 1. Prétez-moi vos jumelles. 2. Vous me prétez vos jumelies ? 3. Vous me prétez vos jumelles. 4. Vous ne venez pas avec nous ?.5. Ne venez-vous pas avecnous ?6. Venez avecncus. 7. Ne venez pas avec nous. 8. Est-ce quil vient avec nous ? 9. Il ne fait pas beau. 10. 1 pleut. 11. Est-ce quill pleut 2 Papert da chactaw ioe sinustlone Bre: vement résumées ci-dessous, imaginez trois phrases de chacun des types. Nommez I’émet- teur et le récepteur. 1. Un automobiliste s'engage au feu rouge. 2. La caissiére oublie de vous rendre la monnaie. 3. Votre ami arrive chez vous a limproviste. 4. Un camelot vend un appareil nouveau. 5. Un touriste passe & ladouane. 6, Votre camarade vous rejoint au stade. S51) Dorie: type de chacune des phrases des bulles ci-dessous. b) Quelles sont celles qui sont exclamatives ? c) Dites, dans ce cas, le sentiment que traduit chaque exclamation. \OUS. OFFRE CECI, CAPITAINE. 67 UN BAIN DE VAPOR INDWIDUEL.. 1990 King Features Syndicate, Ino. 4 a) Donnez le type de chacune des phrases. b) Indiquez celles qui sont exclamatives. ¢) Dites ce qu'exprime chacune de ces excla- mations. 66 Quand le Joseph les a vus arriver, il a crié : — Hé ! l&-bas, dép8chez-vous ! Parce quiil fait froid dans les parages de Reine- Porque. at wy bu fin Ex Ene | cES — Voila, a fait Panturle, en déchargeant l'en- clume. — Quiest-ce que c'est ? a demandé le Joseph Etil a regardé dans le paquet. Les hommes d'age, parfo's, ca a des cachettes oll ca met des sous et ‘on en a connu qui en avaient des dix kilos comme a. Quand il a vu que c’était 'enclume, ila dit A son pere: — Tues fou, pére ! — C'est Panturle qui a répondu : — Non, lalsse-'e, Tune sais pas, toi. Quand le pére Gaubert a été installé sur la car- riole, le Panturle a placé l'enclume entre les jambes du vieux ; Gaubert a dit merci, l'enfant a fouetté et ils sont partis.» Jean Giono, Regain, Grasset BS venenciece alin querelle entre deux automobilistes qui entravent la circulation. Imaginez la scéne en faisant dialoguer les deux chauffeurs et en faisant intervenir d'autres per- sonnes. Vous devez employer des phrases dé- claratives, interrogatives et impératives. Vous indiquerez le type de chaque phrase par DEC, nT, mp dans une parenthése a la fin de chaque phrase. Vous devrez employer au moins deux phrases exclamatives. ‘ L’exclamation dans les titres, pour traduire un senti- ment, une émotion et aussi pour mieux interpeller le lecteur. © Certaines phrases déclaratives sont réduites @ une construction trés bréve autour du nom : ce sont des phrases nominales. On en trouve souvent dans les titres et sous-titres des journaux. AUXERRE : L’EXPLOIT ! Formidables vainqueurs & Zagreb (3-1), les Auxertois poursuivent leur carrigre en C3 contre les Albanais d'Apolionia Fier. 6. enprenant exemple sur te thre de joumal ci-dessus, imaginez quatre titres sur des sujets différents et sous forme de phrases nominales exclamatives. Vous rédigerez, pour chaque titre, un trés court texte explicatif (une ou deux phrases), en sous-titre, avant 'article. 17 18 Drape | 1 &’. «1 «”’ . & | as ®B al we A = 2% ~ Batir un plan Quill s’agisse d’un devoir d'imagination (récit, description, portrait...) ou de réflexion (avec discussion et argumentation), il convient, avant de rédiger le devoir, de respecter des régles de méthode de travail valables pour tous les devoirs. Lire le sujet suivant qui couvre les deux grandes catégories de sujets : Vous avez observé parfois certains touristes qui ne vous semblaient pas utiliser leurs déplacements de facon profitable. Vous évoquerez leur com- Portement, puis vous exposerez ce qui constitue, pour vous, le charme et Vintérét des voyages. Comprendre le sujet et, pour cela, bien observer, Distinguer la consigne (ce qu’on vous demande) du reste du sujet : ici le sujet comprend deux phrases, la consigne est dans la deuxiéme. Pour reconnaitre la consigne : observer les phrases qui posent une question, les phrases impératives (verbe au mode impératif ou au futur), Batir le plan sommaire, c’est-3-dire trouver les deux ou trois grandes idées autour desquelles va se construire le devoir. Ici, le plan sommaire est tiré de la consigne contenue dans le sujet, Les deux grandes parties du devoir seront : © Partie A — Description du comportement des touristes qui n’utilisent pas leurs déplacements de fagon profitable. © Partie B - Exposé de votre réflexion sur ce qui fait le charme et I'in- térét des voyages. Chercher les idées. Dans ce sujet, il est plus facile de chercher d’abord & répondre a la deuxiéme partie de la consigne. Voici quelques sugges- tions ; il n’y a pas de plan modéle puisque la question est personnelle. © Partie B - Le charme et l’intérét des voyages peuvent consister en : ~ le plaisir de la préparation du voyage : préparation psychologique, matérielle, culturelle (lecture de guides, livres...), ~ lappréciation d’une cuisine différente, — la participation a des plaisirs nouveaux : jeux, spectacles inconnus dans votre région, ~ la rupture avec les habitudes de la vie quotidienne (horaires, activités différentes), = la contemplation de paysages nouveaux, — la connaissance de gens différents, ~ Venrichissement de votre culture (monuments, musées...), etc. = 07.0") © Partie A — Description du comportement des touristes. On peut partir des idées de la deuxiéme partie, et dire que les touristes qui ne tirent pas profit de leurs déplacements sont : = ceux qui oublient de les préparer, soit par imprévoyance, soit parce qu'ils confient cette préparation & une organisation, club... qui prévoit tout a leur place, — ceux qui conservent leurs habitudes culinaires, ~ ceux qui omettent de participer aux manifestations locales de la région visitée, etc. Cette liste n’est pas encore un plan, mais le point de départ pour orga- niser le plan de la description demandée. Vous pourrez décrire, par exemple : — celui qui somnole dans l’autocar du voyage organisé tout en écoutant passivement les propos d’un guide, ~ celui qui commande un bifteck-frites, indifférent aux richesses gastro- nomiques locales, ~ celui qui se précipite chez le marchand de cartes jpostales au lieu de consacrer un peu de temps a regarder le monument ou le paysage... Organiser les idées pour aboutir & un plan détaillé. Les idées d'un devoir doivent toujours étre ordonnées selon une pro- gression qui fasse naitre chez lz lecteur (le professeur) un intérét crois- sant. Cela ne veut pas dire qu’il n’existe, pour chaque devoir, qu'un plan possible. A vous d’organiser, en fonction de vos gottts et de votre point de vue, les idées ci-dessus, en enrichissant éventuellement la liste. Au moment de rédiger, les paragraphes correspondant aux différentes idées du développement devroat étre équilibrés. Les articulations entre introduction, le développement et la conclusion. lest indispensable, a ce moment du devoir, de savoir tr&s clairement ce que vous allez dire dans introduction et la conclusion, en relation avec les idées organisées dans le plan détaillé du développement. E EXE R.C.1 Ces Hh . « Attointe Par une maladie inguérissable, Jes grands ormes de votre ville meurent un & un. La municipalité a décidé de les abattre et de replanter d'autres arbres. Décrivez l'abattage des ormes et exprimez les réflexions et les sen- timents que ce spectacle fait naitre en vous. » @) Quelle phrase de ce sujet constitue la consi- ne? 5) Elaborez le plan sommaire puis le plan dé- taillé du développement. 2.2 Una Chcourerts avplutionnalfe ientse Permettre aux hommes de remonter dans le temps. A quelle époque de I’histoire choisis- ‘sez-vous de vivre et pourquoi ? Imaginez votre vie a cette époque. » a) Quelle partie du sujet constitue la consi- gne ? b) Quelles seront les grandes parties du déve- loppement ? ©) Faites le plan détaillé. La phrase interrogative D> Observons QUESTIONS — 6 Qui aconstruit Thebes, la ville aux cent portes ? D'UN OUVRIER Dans les livres, on lit les noms des rois. QUILIT Les rois ont-ils eux-mémes chartié les pierres de taille ? Et Babylone qui fut détruite plusieurs fois, Quit'a reconstruite & tant de reprises ? Dans quelles maisons de Lima aux reflets d'or habitaient les ouvriers du batiment ? Et le soir ot fut achevée la grande muraille de Chine od donc rentrérent les macons ? Rome-la-Grande est remplie d’ares de triomphe ? Par qui furent-ils érigés ? De qui triomphérent les Césars ? Et Byzance tant chantée wavait-elle pour ses habitants cue des palais 2 = Berthold Brecht, L'Arche Ed. > Les interrogations totales “ © On appelle ainsi les questions auxquelles on peut répondre par oui ou parnon. ‘ Ex. Venez-vous ce soir ? © Ces questions portent sur le verbe de la phrase. Ex. La question Les rois ont-ils eux-mémes charrié les pierres de taille ? vient de la phrase déclarative Les rois ont eux-mémes charrié les pierres de taille transformée. © Trois facons d’interroger — par l’inversion du sujet : inversion simple (Venez-vous ?), ou celle d’un pronom qui reprend le sujet (Les rois ont-ils eux-mémes...) ; — par l'emploi de la formule est-ce que. Est-ce que les rois ont eux- mémes... ? ; Les interrogations — par l'emploi de l’intonetion interrogative (intonation montante) avec ear unmot | Maintien de la construction de la phrase déclarative. Intrageit: Ex. Rome-la-Grande est remplie d'avcs de triomphe ? 7 oe e > Les interrogations partielles ‘quand, comment, © Elles ne portent que sur une partie de la phrase. On ne peut pas pourquoi, combien, ... | répondre par un simple oui ou non. = pronoms Ex. : Qui a construit Thebes, la ville aux cent portes ? interrogatis : qui, que, | © Ces questions portent sur = a ae — le sujet ; on cherche A savoir qui a construit Thabes en interrogeant elie sur le sujet les macons (pronom interrogatif qui) ; irae ere = Ie complément (1) ; dans la phrase Ou donc rentrérent les macons ? auels, quelle, on interroge sur le compiément circonstanciel de liew leurs chaumiéres (adverbe interrogatif om) ; (1) Les magons rentréent dans — Pattribut (2) ;la phrase Quel est votre chanteur préféré ? interroge sur leurs chaumieres Pattribut Jean-Jacques Goldmann (adjectif interrogatif quel). (2) Vowre chanteur préferé est Jean-Jacques Goldman 20 EXERCICES “ote interrogations suivantes sont-elles partielles ou totales ? 1. Est-ce que vous participerez a la féte ? 2. Quand viendra-t-il? 3, Mais que faisais-tu la-bas ? 4. Vous ne voulez pas venir 75. Oulirons-nousen vacances cet ét6? 6. Etes-vous d'accord ? 7. Pourquoi partez-vous si tt? 8. Vous ne comprenez pas du tout 79, Tu n'es pas malade ? 10. Combien avez-vous vu de lions ? “On admet comme équvalents de oui, es adverbes s0- “rement, assurément, bien sOr,certes, cetainement... _De méme sont équvaents de non, ls locutons adver- _biales sOrement pas, certainement pas, pas du tout. Beer ortiedselaa euiresimanlerenta méme question. Ex. : Je suis en retard? 1) Est- ce que je suis en retard ? 2) Suis-je en retard 7 1. Penses-tu vraiment ce que tu dis ?2. Voulez- vous que je parte le premier ? 3. Préférez-vous cette cassette ? 4. Sandrine est déjala?5. Avez- vous du feu ? 6. La boucherie est-elle ouverte ? ‘La phrase nominale interrogative dans les tites de jour- aux permet, sous une forme réduite, done plus frap- “pante : "© soit de poser une question totale : LES. ‘Avignon a la hauteur d’Antibes ? "© soit d’évoquer une double hypothase = _ Le mort identifé : crime ou suicide ? SS. En prenant exemple eur chacun des mo- déles ci-dessus, imaginez six titres (trois de chaque) correspondant a des sujets différents. Vous rédigerez ensuite le titre sous la forme d'une phrase verbale et vous le comparerez & votre premiére phrase nomin: La prase interrogative classique est aussi utilisée dans les titres de journaux. sur la moelle épiniére ? | Pourquoi financer la recherche Handball — Trophée du Luberon a Apt Algérie, Canada et Provence : qui sera finaliste ? Que mangerons-nous dans cinquante ans ? A Cadarache, on prépare lagricutture du XI siécle. Les nouveaux paysans auront des blouses blanches et des usines remplaceront les champs. a) Répondez aux trois questions des titres ci- dessus. b) Dites a quelle forme de phrase interrogative lls correspondent. c) Donnez le mot interrogatif qui introduit la question et indiquez sa nature. d) Imaginez trois titre du méme modale. 5 Lisez le texte suivant, 66 Vingt fois je relus les demiéres pages de Madame Bovary ; & la fin, ‘en savais des paragraphes entiers ar cosur sans que la conduite du pauvre veuf me devint plus claire : il trouvait des lettres, était-ce une raison pour laisser pousser sa barbe ? Il jetait un regard sombre a Rodolphe, done il lui gardait ren- cune — de quoi, au fait ? Et pourquoi lui disait-il: « Je ne vous en veux pas » ? Pourquoi Rodolpe le trouvait-il « comique et un peu vil » ? Ensuite Char- les Bovary mourait : de chagrin ? de maladie ? Et pourquoi le docteur louvrait-il puisque tout était fini 2» Jean-Paul Sartre, Les Mots, Gallimard Madame Bovary est |e titre d'un roman célébre de Gustave Flaubert. a) Pourquoi Fauteur pose-t-il toutes ces ques- tions ? b) A qui les pose-t-Il 7 c) Peut-on 1é- pondre facilement @ ces questions ? d) Que faut-il pour cela ? e) Cherchez un texte dont la lecture a pu vous préoccuper et a propos du- quel vous rédigerez quelques lignes qui repren- dront les questions que vous vous étes posées. a 22 > Accord des adjectifs de couleur D> Cour, quérit, mourir > Famille de char > Dictée LE MESSAGER DES VACANCES Marcel Pagnol, La Gloire de mon pére, Ed. de Provence Préparation a la dictée Les adjectifs de couleur tirés d’un nom (ex : marron) ne s’accorcent pas, sauf écarlate, fauve, incarnat, mauve, pourpre et rose. Les adjectifs de couleur précisés par un deuxiéme adjectif ou par un nom restent invariables. activité. Accordez chacun des adjectifs de couleur avecle nom a gauche. .. (bleu) 7... (bleu marine) des mS (mauve) +++ (orange) et leurs dérivés prennent deux r au futur simple de Vindicatif et au pré- sent du conditionnel. activité. Courrons, parcourrait, mourait, acquérons : laquelle de ces formes est & l'indicatif présent ? Laquelle est a l’indicatif futur? & Pin- dicatif imparfait ? au conditionnel présent ? Tous les mots de la famille de char prennent deux r, sauf chariot. activité, Mots croisés (tous les mots appartiennent 2 Ja famille de char). 1. Condueteur de charrette. 2. Transport par chariot, charrette, etc, 3. Instrument agricole servant & labourer. 4. Voiure a bras. 5. Petite voiture & quatre roves pour le transport des fardeaux. 6. Voiture 4 deux roues pour le transport des fardeaux. 66Nous déjeundmes donc, dans la maison déja abandonnée, de saucis- son et de viande froide, et nous courions sans cesse a la fenétre, pour guetter l’arrivée du messager des vacances. Tl parut enfin. C’était une charrette bleve, d’un bleu délavé, qui laissait transparaitre les fibres du bois. Les roues trés hautes avaient un jeu latéral considérable : quand elles arrivaient 4 bout de jeu, c’est-A-dire & chaque tour, il y avait un choc tintant. Les cercles de fer tressautaient sur les pavés, les brancards gé- missaient, les sabots du mulet faisaient sauter des étincelles... C’était le chariot de l’aventure et de Pespoir. Le paysan qui le conduisait n’avait ni veste ni blouse, mais un gilet tricoté, d'une laine épaisse, feutrée par la crasse. Sur la téte, une cas- quette informe, a la visiére ramollie. Cependant, de belles dents blanches brillaient dans un visage d’empereur romain.” Petit Robert 1, Ed. 1990 P> Le sens contextuel employé. JUS {gy).n- m. (1175 ; It. jus). $ 1° Liquide contenu dans une subs- tance végetle et extrait par pression, décoction, etc. V. Sue. Le jus des Jraits. Exprimer lejus d'une orange, d'un citron aVaide d'un prese-iton Jus qué jaits, coule d'un fruit, V. Suter, juteux. Jus de vain vert. V. Verjus, Bowcile, Bote de jus de romate, te pomme.~ Fam. Le jus de le rele ie vin. ~ Spécial. Jus de régsse™, § 2" (1538), Liquide (gang, ee.) {xtzait d'une substance animale par euisson, macération. Jus de Viarde. \V. Sauce. Certtes au jus, rroter un gigot deson jus. Viandequl cut cars son jus, Fig. et pop. Cuire dans son us. Laister qgn cure, miter ears “or jus, le liser aux prises avec des dificultés ou en proie fsa mauvase hhumeur. 4 F Pop. (1884). Jus. V. Café. Un bon jus test « devant un jus Soule tsi» (ons), Ac, et, Promr dea i, Soldat de 1%, 2 clase. § 4" Pop. (1884). Balancer un ype au jus, le jetet ATeau. 4 8 Fam. (1908). Dissertation scolaire; expose, discours (Ct Las ioe). #6 Pop. (x 2 ds accomulateas», 918) Courant dee: ‘rique. Mee le, jus "Ne contac, It n'y a plus de jus. Un court-us "cour siteuit. $7" Pop. et veil, Jeter du, som jus avoir de Mésat, faire de Treffet. Mod Ca vaut le jus (1883) : la peine. Un mot ne prend sa pleine signification que dans le contexte od il est Ex. : le mot jus, isolé, a plusieurs significations, Dans la phrase Ce jus @ananas est délicieux, le complément de détermination ananas et latiri- but délicieux délimitent le sens du mot jus. La relation entre jus, ananas et délicieux lave toute ambiguité : il s'agit du sens noté n° 1 dans le Petit Robert. D> Le sens lexical Mais le sens d’un mot ne varie pas complétement d’un contexte & un autre, sinon les différents locuteurs d’une langue ne pourraient plus communiquer. Le sens communément admis d’un mot est donné par le dictionnaire, c'est le sens lexical. Le méme mot peut avoir plusieurs sens lexicaux différents. Ex. : le mot jus, @'aprés le Petit Robert, a sept sens lexicaux. . EXER CICGEs FONDRE [fda(s)]. v. ; conjug. rendre (xt; ‘«sepandre, faire couler») 1. Vr. 1° Rendre liguide (un corps pus ou moins side) par action sé [a chaleur. V. Liqufier. Corps quel'on fond aisement(V. Pusible). Le soleil a fondu fa neige. V. Fonte; fonderte, © Fig. Attenitit, dimincr. @ ‘ Fabriguer avec une matiere fondue. V. Mouler. Fondre une cloche, une ‘eatue. Fondre des caracteres @imprimerc. ¢3" Fig. Combiner intmement A quoi sert la phrase impérative ! bars La phrase impérative correspond & une situation oit I’émetteur, présent ou non, cherche a faire agir un ou plusieurs récepteurs. Elle peut donc exprimer diverses nuances en fonction de la situation de communica- tion : — Pordre. Avancez ; ~ Vinterdiction (ordre négatif). Ne vous penchez pas d la portidre ; — le conseil. Manipulez la platine délicatement ; — lademande. Préte-moi ta calculatrice — la pritre. Je vous en prie, partez vite ! z — lamarche a suivre. Secouez vivement puis versez prudemment dans de Peau tiéde. > Comment construire une phrase impérative ? — Le verbe est construit sans pronom personnel sujet. ~ Il est utilisé au mode impératif (voir p. 76) : ces phrases sont donc a la 2° personne du singulier, a la 1° ou a la 2° personne du pluriel. A la 1® personne du pluriel, la phrase impérative inclut l’émetteur dans les récepteurs Ex. : Dépéchons-nous, il va pleuvoir. > Des phrases impératives sans impératif ! ~ Fermer apres usage (ordre exprimé par l’infinitif). ~ Tu prends ta moto et tu vas me chercher le pain (présent de V'indicatif).. = Tu me prendras le pain et le journat (futur). = Dehors ! (interjection). = Qu’elle viene vite (subjonctif). — Je vous prierais de vous dépécher (conditionnel) - Nicolas, ton coude ! (phrase nominale) — Veux-tu rentrer ? (phrase interrogative : fausse question). 24 EX EB Col cES 1. Dites ce qu’exprime chacune des phrases impératives suivantes. 1. Passe-moi ton livre. 2. Signez votre demande et envoyez-la en recommandé. 3. Ne dépassez pas cette limite. 4. S'il vous plait, patientez cing minu- tes. 5. Prenez plutét ce modéle, il est plus pra- ‘fique. 6. Sortez. 2. Vous animez un club de vacances pour enfants. Vous expliquez le jeu auquel ils vont participer. Ecrivez en un petit texte de six a huit lignes ce que vous leur dites (vous emploierez au moins quatre phrases impératives). Le Joumal de Mickey Disney, par autorsation special, a) Relevez les phra- ses impératives et dites ce qu'elles expri- ment. b) A quelle personne sont les verbes ? Sera ial octeneetexpriva formate terdiction 2 1. Tupartiras & cing heures. 2. Ne pas stationner. 3. Eh bien ! Quil reste! 4. Fermeture & 20 heures. 5, Tu m‘écoutes et aprés tu répondras. ‘Alla 2 personne du singulier du présent de l'impératif, les verbes a désinence en e ne prennent pas de s apres le @: verbes du type chanter, cueilir et ses composés, assailir, défailir,tressailir, courir,offrir, ouvir, souttrir ‘et leurs composés, avoiret savoir. 5. votre amie vous demande votre recettede lotte. Vous la lui écrivez en mettant les verbes la 2° personne du singulier. Lotte comme a Bayonne Préparation : 20 min. Cuisson : 1h. Pour 4 personnes : I kg de queue de lotte coupée en 8 troncons, 1 kg de tomates, 3 oignons, 1 poivron vert, 2 gousses dail, 6 cuil. a soupe d’huile d’olive. Poivre de Cayenne. Du sucre en poudre, Sel et poivre. * Par ailleurs, fendez le poivron en quatre dans la longueur, épé- pinez-le, coupez-le en dés. Faites sauter rapi- dement dans une grande poéle avec le reste d’huile et une gousse dail préalable- ment pelée et haché>. + Aprés 5 min. retirez poivron et ail. Rempla- cez-les par les mor- ceaux de lotte salés et poivrés, Faites-les cuire 4 min. sur chaque face, sur bon feu, et lorsque vous les re- tournez, ajoutez la deuxiéme gousse dail pelée et écrasée au presse-ail. * Versez dans un plat de service chaud la fondue doignons et de tomates. Rangez par- dessus les tranches de poisson et garnissez chacune avec des dés de poivron. Servez aussitot. m Préparation et cuisson * Pelez et hachez gros- sigrement les oignons. Mettez-les dans une petite sauteuse, ou une petite cocotte, aver 3 cuil. d°auile, Couvrez. Laissez cuire 30 min. sur feu trés doux sans découvrir ; de temps en temps, secouez la sauteuse, tout en main- tenant le couvercle. + Au bout de 30 min., ajoutez les tomates (préalablement pelées et coupées en quatre) ainsi que le sel, une pincée de sucre, une pointe de couteau de poivre de Cayenne, et laissez cuire. 6 » Transformez les phrases affirmatives (ordre) en phrases négatives (interdiction). Regarde-moi. Eccutez-la. Surveille-le. Prends-le. Fais-le. Imite-les. Donne-la-moi. Laisse-les-moi. Annoncez-le-lui. Attrapez-le-moi. Faites-le-lui sa- voir. Dites-le-nous. 25 NB Da ahd 6 wt. yr! Préparation a la dictée > Verbes en -cleret -ever La plupart des verbes en -eler et -eter doublent la consonne / ou ¢ devant emuet. Ex. appeler : j’appelle ; jeter : je jette. Quelques-uns ne doublent pas la consomme / ou f mais prennent un accent grave sur le e qui la précéde. Ex. : peler : je péle ; acheter : j'achéte. Se conjuguent ainsi : peler, geler (et ses composés), modeler, démante- ler, déceler, receler, écarieler, ciseler. marteler, acheter, haleter, fureter. activité. Complétez au présent puis au futur de ’indicatif : jeter = il je ; acheter = il ach. ; Tappeler = il rapp... terminés parle son [i] Alafin d’un nom féminin, le son [i] s'écrit ie (il y a quelques exceptions). activité, Cherchez les exceptions Voici une liste de noms féminins, qui se terminent tous par le son [i], écrit généralement ie. Mais six d’entre eux sont des exceptions : deux se terminent par i, deux paris, un par it, un par ix. Cherchez ces exceptions. Linsomali], V'env{i), la perdr[i), la part{i], la nufi], la biolog{i], la vfil, la brebfi], la fourmfi], Pécur{i}, la sour{i), ’énergfi), la flaner[i}, merc{i), > Pluriel des noms composés Dans les noms composés écrits en plusieurs mots, seuls les noms et les adjectifs peuvent, si le sens le permet, se mettre au pluriel. Les verbes, les adverbes, les prépositions, les pronoms restent invariables activité. Mettez au pluriel ; un cojfre-fort — un camion-citerne — un non-lieu — un séche-cheveux — un cure-dent — un contre-torpilleur — une chauve-souris — un rendez-vous ~ un porte-monnaie — un Toman-photo — un chou-fleur — un compte-gouttes — un garde-fou — un sous-produit — un serre-file. D> Dictée S6II se redresse, s'assied au milieu du lit. Il a peur. De toutes ses forces il jette sur Ie plancher son livre dhistoire qu'il a placé la veille sous son REUD AESICE NOIRE aie ea Vacarmieetetran Tes petite se retourne en grognant. La res- Piration du pére monte d’un cran puis s‘apaise. Les murmures s'€loi- gnent comme un vol de chauves-souris. Joseph se recroqueville & nouveau dans le lit, la couverture tirée par- dessus la téte. Maria entendait-elle comme lui Je brouhaha de 'obscur ? Souvent il I’a surprise a ses cdtés au milieu de la nuit, les yeux ouverts, comme si elle s’était réfugiée loin de tous dans une cachette connue delle seule. Mais pour chaque bruit Maria avait une réponse. Méme si gan était pas la bonne, et méme si elle ne la disait pas. Vivante ou morte, Maria était partie. Lui restait ld et il ne connaissait pas les réponses. Et aieneviéve Serreau, tout était trop compliqué. a Lumiére sure mur : Gallimard Joseph coule & pic dans le sommeil.” FW OS yp e.o wb “> eS: oY. Ne LWP Waray, a L’article de dictionnaire Ava, it-svelto, de svellere, sve- Srelte [svelt(o)]. adj. (1642 ; répandi gliere « arracher, dégager »). Qui produit une impression de légéreté, délégance, par sa forme élancée, sa finesse (d’abord T. d’Arts). V. Dégagé, fin, léger. « Déme svelte » (VOLT.) = corps humain ou animal) Mince et souple. Une svelte jeune fille. Formes sveltes. V. Elancé, Taille svelte, « Elle est si svelte, si légére, si vaporeuse, qu’elle doit étre diaphane. » (BALZ.) ANT. Epais, lourd, massif. Pett Rober 1, Ed. 1900 Un dictionnaire de langue vous indique 8 Les antonymes 1 Lorthographe Donnez des antonymes de lourd, épais, élancé. Comment écrivez-vous [sé] [ta] [kur] ? 2 La prononciation Mais aussi Comment prononcez-vous taon, belbutier, exigué, 9 Le genre gageure ? Quel est ie genre de espéce, alvéole, hémisphére ? 3 Laclasse 10 Le nombre A quelies classes appartiennent tendre, fort, Quel est le pluriel de journal, oneu, bail ? marché ? 11 La conjugaison 4 La date d'apparition et étymolocie. Quel est le passé simple de cour, retenir, fran- Quelle est létymologie de /ait, fruit, nuit ? chir? 5 La définition, le sens. 12 Le registre Que signifient : susurrer, suture, suspicion ? A quel registre appartiennent pognon, balancer, 6 Les synonymes courtois ? Donnez des synonymes de fin, diaphane, épais. 13 Lapolysémie 7 Les références littéraires Quels sont les différents sens de balance, pomme, ici : Voltaire et Balzac. bas (adj.) ? 27 La forme négative > Observons Le saviez-vous ? Le pain ne fait pas grossir D> Qu’est-ce que la phrase négative ¢ Toute phrase de type déclaratif, interrogatif ou impératif peut étre soit ala forme affirmative, soit 4 la forme négative. Toute phrase affirmative peut étre transformée en phrase négative a l’aide d’adverbes ou de lo- cutions adverbiales de négation. Type al affirmative négative déclaratif Le pain fait gressir Le pain ne fait pas grossir interrogatif Vient-il ? Ne vient-il pas ? impératif Lave-toi Ne te lve pas > Les différentes négations © La négation totale porte sur toute la phrase. On utilise la locution adverbiale ne ... pas. Ex. : II ne pleut pas. © Lanégation partielle,ne porte que sur un élément de la phrase, ou est moins absolue que la négation totale. Ex. : Elle ne joue guére. Elle ne joue pas beaucoup. Elle ne joue qu avec sa seeur (ne ... que est une restriction). © La négation temporelle. Ex. : Elle ne joue plus. Elle ne joue jamais. © Le mot-phrase. La réponse négative 4 une NowtAazz)] — question, un ordre ou une affirmation peut étre LA FON! non. Ce mot est appelé mot-phrase car il a la valeur d’une phrase. Quelques locutions ad- verbiales de régation sont équivalentes de non : pas du tout, absolument pas, certainement pas, etc. E © La négation lexicale. Les mots peuvent par- fois remplacer une forme négative. Ex. : Ce n’est pas agréable = c’est désagréable 28 1 King Fours Syria Je ne le sais pas = je Vignore. EXERC Bt ranstornezise phrases affirmatives en phrases négatives. 1. Jai envie de lire ce livre. 2. lI fait froid. 3. Liliane estes élégante. 4. Ce géiteau est délicieux. 5. Elle coute le concert. 6. Viens demain. 7. Sortons dic. 'B. Lisezcelivre. 9. Observazesfleurs. 10. Avez- yous faim? 11. Irez-vous a la promenade ? 42. Alllons-y tous. BP (Cassar es phrases négatives en quatre ‘groupes correspondant a la négation totale, la négation partielle, la négation temporelle et la restriction. 1. Elle n'a guére mangé. 2. Ludovic n’a pas d'ar- gent. 3. IIs ne sont pas au courant. 4. Elle ne tri- cote jamais. 5. Je ne peux travailler que dans le silence. 6. Vous n’aimez pas beaucoup la musique classique. 7. Tu ne prends jamais de thé 78. Ce manteaune me va pas. 9. Vous n’aimez pas beau- coup la musique classique. 10. Il ne neige plus. 11. Elle n’aime que les chansons moderes. 12. I nla guére fait beau péndant ces vacances. Sy népandez aig questions : a) par une né- gation totale, b) par une négation partielle, ©) par une restriction. 1. Esty content ? 2. Partirons-nous en voyage cet 6té ? 3. Est-ce quil a apporté tous les outils ? 4, Aimez-vous la musique pop? 5. Vous vien- drez 26. Est-ce que vous participerez a la féte ? Le pas dela locution ne ... pas éisparaitavec les adjecifs et pronoms indéfinis négatifs aucun, personne, nul, rien ©. : Aucun invté n'est venu. Personne n’a répondu. 4. eepiacez seulement per ne .. que. 1. Le musée ouvre seulement aprés 10h. 2. Jai regu ta lettre aujourd'hui seulement. 3. Vous par- tirez seulement quand tout le monde aura terminé. 4. Vous avez seulement commis une erreur. 5. Nous connaissons Ia ville seulement depuis un an. 6. Fabienne écoute seulement la musique classique. 7. Venez seulement l'aprés-midi. PN eljaietes lee iuaven pegslivert b) Indiquez celles qui sont d’un registre fami- lier. Dites pourquoi. ©) Quelle remarque faites-vous sur la phrase de la 2° bulle ? Que PLAIsiR DIoTER Ee 5S CHAusaIReS! LES PeDS REEPRENT! PERGONNE Ne SOU? SNARE Comme. KTV CONNAIS LES ToR= IEC) NE Te LACHERA PAS Tak GU Ee 1980 King Features Syncicata, Inc (Giirantiorneviceenvasss négai phrases affirmatives. 1. Catherine n'est pas arrivée. 2. Vous n’étes ja- mais d'accord. 3. Tu n’aimes pas beaucoup les bétes. 4. Je n’ai plus le temps de finir mon travail. 5. Vous n’aimez pas attendre, alors ne faites pas attendre les autres. 6. N’avez-vous rien & ajouter ? 7. Personne n’a compris. 8. Aucun élave n’est venu. 9. Nul n'est infailible. 10. Rien ne sera plus jamais comme avant. 11. N'avez-vous plus faim ? 12. Ne prenez pas un air accablé. 29 Introduire et conclure un devoir Introduire et conclure un récit LE SIEGE DES BAUX “<€Au temps de la guerre des Sarrasins, toutes les places de Pro- 0 2 (letieu Fence étaient tombées Pune aprés Pautre entre les mains de ces sacripants, [Le seul chateau des Baux | tenait encore le coup. Mais Quand ? (I'époque) —_ ermonbcnon [le-prince Girofle], émir de Constantine, l'assi¢geait depuis sept ‘moig, et les pauvres Baussencs, pressés-sur leur rocher, avaient Qui? (les forces = achevé leurs vives, misa-sec Teur citerne et ils n’avaient plus qu’ qui s’opposent) rendre Pame- . [Pour éviter la mort de sessujets, le prince des Baux va, par ruse, faire croire Quoi ? ("'action) aux assiggeants que sa ville regorge de nourriture.] Les Sarrasins cri@rent : a la babala, et la méme nuit, ils levérent le sigge.” CONCLUSION Frédéric Mistral, Prose d’Almanach, Grasset > introduction Les premieres lignes d’un récit doivent : © préciser les acteurs et les circonstances (lieux et temps) dans lesquelles prennent place les actions. Ainsi, introduction ci-dessus — précise od et quand se situe ’action, — présente les personnages qui vont animer le récit, — indique dans quelle action ces personnages sont plongés ; © donner envie au lecteur de connaitre la suite du récit. > La conclusion Les derniéres lignes d'un récit doivent donner la réponse & Vinterroga- tion du lecteur ; le dénouement peut étre attendu ou inattendu, heureux ou malheureux. Mais, dans tous les cas, il doit étre un point final du récit. Ee Penn © 1c. Soit le sujet : « Vous avez été témoin ou victime Rédigez ensuite une conclusion en répondant d'une scene de violence, d’un accident. Racon- aux questions : Comment s'est terminée la tez.» scene ? Qu’avez-vous ressenti ? qu’avez-vous Rédigez une introduction en répondant aux pensé ? questions : quand ? ou? qui? comment ? pourquoi ? les 2 questions qui se posent. ——_\“" Jes réponses ala 4" question CONCLUSION Jes réponses ala _— 2 question D> Vintroduetion D> La conclusion Introduire et conclure un devoir de réflexion Sujet : L’alcoolisme est un fléau national, voire mondial. Que pensez- vous de ce probléme ? Quelles solutions proposez-vous pour le ré- soudre ? ‘On parle aujourd'hui en abondance des dangers qui pésent sur tre société : délinquance, drogue, sida. Mais on aborde trop rarement le probléme dé [Talcoolisme | qui touche de plus en plus de personnes dans le monde. Comment expliquer ce silence ? Quelles solutions pouvons-nous envisager pour combattre ce fiéau ? (Développement 1. Pourquoi on parle peu de Palcoolisme ———» 2. Les solutions pour le combattre).. Si on parle peu de Palcoolisme, c’est qu'il n'est pas souvent un mal spectaculaire et que, d’une facon générale, alcool est consi: déré comme un produit trés agréable dont on fait méme la publi- cité ! Il appartient & Etat, a Ecole, aux parents et surtout a chacun de lutter contre ce fléau. Mais est-ce ’intérét de tout le monde ?” Les premieres lignes d’un devoir de réflexion doivent clairement — présenter le sujet & traiter, innoncer le plan. Lintroduction ci-dessus : ~ évoque un probléme général : notre société est confrontée a certains dangers ; — énonce ensuite un probleme précii plus ; ~ annonce le plan du développement. alcoolisme se répand de plus en Les derniéres lignes d’un devoir de réflexion doivent : = récapituler trés rapidement les points essentiels abordés dans le dé- veloppement ; ~ étre une réponse personnelle aux questions posées dans lintroduc- tion. Dans la conclusion ci-dessus, on explique le silence qui entoure l'alcoo- lisme, puis on propose des solutions a différents niveaux ; on élargit enfin la réflexion en posant une derniére question. EXERCICE Soit le sujet : « Etes-vous favorable ou opposé - probleme général : les gers) se déplacent de a/’extension des autoroutes ? » plus en plus en automobi Rédigez une introduction en vous aidant du — probléme particulier : il faut construire de plus schéma suivant : en plus d’autoroutes ; = questions : est-ce bien ? est-ce mal ? Rédigez la conclusion du devoir. 31 id Woah Wi ep oe LY TUCO Observons 1. Le jardinier entretient Ja pelouse. (entretienr] lapel 5 co. 2. Lapelouse Pat le jardinier. s Caagent > Comment se construid une phrase passive ? Toute phrase a la forme passive est le résultat de la transformation a’ phrase de forme active. © Dans la transformation : ~ le groupe nominal sujet de la phrase active agent de la phrase passive. Préposition par ou de ; = le complément d’obj phrase passive. ‘une (1) devient le complément Ce complément d’agent est introduit parla jet direct de la phrese active devient le sujet de la Sie vetbe de Ja phrase passive est précédé de auxiliaire étre, il ne change pas de temp: présent de 'indicatif passé compos forme active [forme passive [forme active forme passive Yentretiens [je suis entretenu | ai entretenu Jai été entretenu fwentretiens |tuesentretenu [tu asentretenu _|tu as été entreteru Le participe passé (phrase passive) s'accorde avec le sujet du verbe, Ex. : La chanteuse est applaudie par la salle. Les chanteuses sont applaudies par la salle. Il ne faut pas confondre le passé composé & la forme active (1) avec le présent a la forme passive (2), Ex. : 1. Patricia est revenue par avion (passé composé). 2. Patricia est écoutée par les spectateurs (présent). Une phrase passive (2) peut toujours étre retransformée en phrase active (Les spectateurs écoutent Patricia) mais Vinverse n'est pas toujours vrai (1), D> Pourquoi utiliser la transformation passive ? Dans la phrase Nathalie a trouvé un portefeuille, on peut attirer Yatten- tion sur le C.O.D. un portefeuille en transformant la phrase ® la forme Passive : Un portefeuille a été trouvé par Nathalie. > Cas particuliers * La transformation passive ne Ex. : Véronique a une belle robe © Cette transformation est Ex. : J'ai choisi un disque. peut se faire avec le verbe avoir, Parfois difficilement acceptable. E XE RC 1.¢.E:s Hl err ans reenter Phrases actives en phrases passives : 1. Les paysans ont vendangé les vignes. 2. Cet artiste peint de superbes natures mortes. 3. Le menuisier fabriquait de beaux meubles. 4. Vouragan avait brisé toutes les vitres. 5. Chaque groupe élira deux célégués. 6. Des animaux trés curieux peuplent les montagnes Ro- cheuses. 7. Les crues du Nil apportent chaque an- née de l'eau et des limons 4 la vallée. 2. Transtormaz tes Phrases passives en phrases actives : 1. Les dégaits auraient été causés par les inonda- tions. 2. Les peupliers étaient secoués par la tem- péte. 3. Le jardin est mis en valeur par les ouvriers dentretien. 4. La banque fut dévalisée par les vo- leurs. 5. Les travaux serort appréciés par ngé- nieur en chef. 6, Notre voiture a été réparée par le garagiste. 7. Toutes les meisons ont été perquisi- tionnées par les policiers. 8. Le blessé a 616 dé- couvert par des promeneurs. 3 + Conjuguez aux huit temps de l'indicatif a la forme active : 1. Le chef dirige rorchestre. 2, Les manifestants ont barré la route. 3. La marée noire polluait la cote. 4. La neige avait recouvert la montagne. 5. Jean montera cette piéce. 6. Alain répara la moto. 7, Les spectateurs auront occupé les triounes. 8. Kevin eut achevé le devoir. 4. Conjuguez aux huit temps de l'indicatif les Phrases passives : 1. La plaine est envahie par les eaux. 2. La pro- menade était conduite par des guides expéri- mentés. 3. Les imprimés furent remplis par mes parents. 4. La féte sera organisée par la munici- Palité. 5. La moto a été régiée par mon frére. 6. Les musiciens avaient été applaudis par toute la salle. 7. La piéce eut été jouge par la troupe de la Comédie-Frangaise. 8. L’équipe aura été accuell- lie par nos amis. 5, pistinguez tes phrases actives et les phrases passives. Pour ces derniéres, indiquez le complément d’agent. 1. Lautoroute est bloquée par des manifestants. 2. La classe a 6t8 décorée par les éléves. 3. Maryse est partie par le train. 4. Les riviéres sont polluées par les égoiits et les eaux usées des usines. 5. Ma scour est arrivée par avion. 6. La course a 6t6 gagnée par un inconnu, 7. llestpassé par la forét. 8. Les places ont été retenues par mon ami. 6. bites site transformation passive est pos- le. Sinon, dites pourquoi. 1. Sophie a la premiére place en francais. 2. Le juge interroge l'inculpé. 3. Sylvie a de nouveaux skis. 4. Les touristes admirent le paysage. 5. ls ont pris le train. 6. Elle a une belle robe. 7... accordez comme Il convient les parti- cipes passés. 1. La reine a été (recevbl) par le président #, République. 2. Toutes les pommes ont été (cuel lif, par le fermi, 3. Les pistes dela station ont cee i . 4. La circulation des voitures fut (r ‘accident. 5. Les tuiles ont été ae oe vent. 6. Il est copein de ses en- obey Ocirerstamerien phrases suivantes a la forme passive. Que remarquez-vous ? 1. Onattend des centaines de concurrents. 2. On a écouté de nombreux artistes. 3. Pendantce long week-end, on hospitalisera de nombreux acci- dentés de la route. 4. La nuit derniére on pouvait Voir de nombreuses étoiles. 33 ® Préparation a la dictée D> iow ais ? Passé simple ou imparfait ? Daas les verbes en -er, il ne faut pas confondre la premiére personne du singulier du passé simple (-aé) et la premiére personne du singulier de Vimparfait (-ais). Pour cela, on remplace je par un autre pronom. activité, 1, Relisez le texte de la dictée en changeant, a chaque fois, le pronom je par il et faites toutes les modifications qui s'imposent. 2. Que deviennent les terminaisons en -ai du passé simple ? 3. Que deviennent les terminaisons en -ais de 'imparfait ? p> Les mots commencant par e/s*écrivent avec deux f. activité. Composez des mots nouveaux a Paide du préfixe e-, puis épelez-les. Ex. : face, effacer. front - frayeur - fond - féminin - flan - fil. > Les mots qui commencent par af prennent deux f sauf afin, afghan et africain (et ses composés avec afro-). activité. Cherchez cing mots commengant par af, et épelez-les. > Avoiraffaire ou avoir i faire? On écrit avoir affaire (en un seul mot) si on peut le remplacer par avoir 4 traiter avec. activité, Remplacez les points par affaire (en un seul mot) ou @ faire (endeux mots). Le vendeur allait, maintenant, avoir nous étions trompés, nous avions ...... nos excases. Ce sont la ceux avec qui ’ai...... toute la journée. Il savait qu'llallait avoir ...... aux éléments déchainés. Etienne avait une course ...... avec son fils. Les gens & qui ous avons ...... ne s’embarrassent pas de scrupules. D> Errer activité, Errant, errer, erreur, erroné. Quelle est la racine commune de ces quatre mots ? -. aux clients en colére. Nous D> Dictée 6,Je m’arrétai et ’écho de mon pas continua, ou plutot non... quelqu’un marchait devant moi. Figé, je n’osais plus respirer. Rien de plus normal, cependant, que de rencontrer un passant, a la longue. Mais celui-ci m’ef. frayait, tant il avancait avec confiance. Ses talons de cuir sonnaient sur le sol. Bottes ? ou simplement brodequins Whiver ? Le pas s’éloignait et je me forgai a le suivre. Jusqu’a présent, j'avais eu affaire aux choses. Désormais, j'allais avoir affaire aux hommes... Dominant la peur ins- tinctive de me heurter a un obstacle, je me hatai vers lextrémité du pont. Le bruit de bottes s'affaiblissait. Il cessa tout a fait et je compris Pourquoi quand je foulai un terrain plus souple. J’étais engagé sur une BoleauNarcejae, Place:-- Un coup a l’épaule faillit me renverser, Je cherchai Pobstacle et Lescouves, mes doigts errérent sur les rugosités d'une écorce. La place, évidem- Denoéi ment, était plantée d’arbres.” BRUIT DE PAS mot scientifiques. Ex. un philatéliste : coll le sens exact du mot. Pl est expressif. J'ai fait un poeme. Elle fait du bruit Monosémie et polysémie Un mot n’a généralement de sens que dans un contexte. Et dans de nombreux cas, "est le contexte qui permet de définir le sens exact d’un Seuls quelques mots n’ont qu'un seul sens, quel que soit le contexte. On Parle alors de monosémie (mono = un, s¢me = sens). Les mots mono- sémiques sont surtout ceux des vocabulaires 5 Mais de nombreux mots peuvent prendre plusieurs sens. On parle alors de polysémie (poly = plusieurs). C’est le contexte qui permet de trouver Ex. : on a dénombré plus de 80 sens différents Lioiseau fait son nid. pécialisés, techniques et lectionneur de timbres-poste. lus un mot peut avoir de sens différents, moins il pour le verbe faire. faire = construire faire = créer, écrire, composer. faire = causer, provoquer. ilistentecnsutentisa dictionnaire si néces- saire, dites si les mots en italique sont mono- sémiques ou polysémiques. Dans ce dernier cas, donnez les différents sens que vous connaissez. 1. La facade de la mosquée est trés sobre. 2. Llordre des diptéres comprend des insectes & deux ailes. 3. Tous les rouages de cet engin do'- vent étre révisés. 4. L'avers d'une piéce de mon- Naie est la faceopposée au revers. 5. Ces boutons de veste sont fins. 2. ow suis-je ? Je suis a la fois : 1. Un meuble de travail, une piéce, un lieu out tra- vaillent les personnes d'une adm nistration ou d'une entreprise. 2. Ce que l'on ajoute a une table pour agrandir, un paiement supplémentaire qui s'ajoute au prix initial. 3. Un miroir, de la creme congelée, de eau transformée. 4. Un arbre, une infusion. 5. Un lieu ou circule le sang, un filon de charbon dans la mine, un dessin coloré dans le marbre. EXERCICES ] Ss Remplacez le verbe faire par un verbe plus expressif. 1. Le boulanger fait le pain. 2. Le peintre fait un tableau. 3. La chienne a fait des petits. 4. Je vais faire de l'essence. 5. L’athléte fait un triple saut. 6. Christophe fait la cuisne. 7. Ma voiture fait de Thuile, 8. Il ne fait que bailer. 9. Cet été nous avons fait les chateaux de la Loire. 10. Nicolas fait son problame tandis que son oére fait sa chambre. Aeee les modéles ci-dessus, créez, a votre tour, quelques cas de polysémie a deux sens. 35 ae -© - GX Les éléments de la phrase simple D> Les éléments essentiels [Le berger |[aretrouvé] [sa chienne GN sujet Vv. GN complément wv © La phrase simple repose sur deux éléments essentiels : le groupe no- minal sujet et le groupe verbal (GV). Le groupe nominal sujet (Le berger) est appelé ainsi parce qu'il a géné- ralement pour noyau un nom ou un pronom. Il se place souvent avant Ie verbe. Parfois, le GN sujet se réduit & un seul mot : Adrien a retrouvé sa chienne. Le groupe verbal, dont le noyau est un verbe (a retrouvé), peut com- prendre un autre groupe nominal, complément du verbe, qui se place le plus souvent aprés lui (sa chienne). i Parfois, selon le verbe employé, le GV peut comporter deux GN compléments ; d'autres fois il n’en comporte aucun : La chienne aboie. © Comment reconnaitre les GN essentiels ? Le GN sujet et le GN du groupe verbal occupent une place trés impor- tante dans la phrase et il est souvent impossible, ou au moins difficile, de les supprimer ou de les déplacer. On ne peut pas dire : Le berger a retrouvé ; ni: Le berger sa chienne a retrouvé. © Pourquoi reconnaitre les GN essentiels ? Ce sont les groupes nominaux essentiels qui commandent les principaux accords dans la phrase. > Par exemple, le GN sujet commande accord du verbe en personne, en nombre et parfois en genre. Ex. : Tu as retrouvé sa chienne, Le sujet tu entraine l'accord de ’auxiliaire & la deuxiéme personne du singulier : as. Le GN complément du verbe entraine, dans certains cas, l'accord du participe passé du verbe (voir page 38). Ne > Les éléments non essentiels Ce matin, [Te berger] [a retrouvé | [sa chienne ] devant le portail. Groupe Groupe non essentie! ON sujet 3 nen eee La phrase simple peut comporter un ou plusieurs groupes non essentiels. Les groupes non essentiels (Ce matin et devant le:portail) ont beaucoup moins d’importance dans la phrase puisqu’on peut toujours les suppri- mer. Ils peuvent compléter soit le verbe, soit toute la phrase. Dans ce dernier cas, ils se déplacent facilement. Ex. : Le berger a retrouvé sa chienne ce matin, devant le portail. Le groupe non essentiel peut aussi étre réduit 4 un seul mot : Lachienne aboie_ bruyamment. GN sujet Gy Groupe non essentiel 38 Préparation a la dictée D> Accord du participe passé employé.avec Pamxlitire avoir Le participe passé employé avec lauxiliaire avoir ne s’accorde jamais avec le sujet du verbe. IIs’accorde aves le complément d’objet direct du verbe, quand celui-ci est placé avant le verbe. activité, 1. Mettez oralement au passé composé les verbes des phrases suivantes et épelez le participe passé, Nathalie perdait toutes ses chances. Ses chances, Nathalie les perdait tout de suite. La sonate que Ludovic joue est trés belle. Tu les entends, ces cris ? 2. Remplacez le mot répété par un pronom, et accordez. Je reconnais cette chanson. J’ai déja entendu cette chanson. > Aprés cet sdevant ¢, pour maintenir le son [k] et le son [g], il faut ajouter un u. activité. Vous recopierez les mots de la liste en les complétant, et vous les classerez dans un tableau comme indiqué ci-dessous. fruille, acc-il, faut-it, ree~illir, s~il, tril, e~illete, éc~il, c~illir, or eu (ex. : feuille) ue (ex. : accueil) P> 201 4? Verbe ou préposition ? voir annexes page 158 > Les verbes commencant par ap- prennent deux p, sauf quelques exceptions dont les plus utilisées > Dictée LE CABANON AU BORD DELA MER Albert Camus, Létranger, Galimard sont apercevoir, apaiser, aplatir, aplanir, apitoyer, apostropher activité. Trouvez dix verbes commengant par app (avec deux p). $¢Avant C'arriver au bord du plateau, on pouvait voir déja la mer im- mobile et plus loin un cap somnolent et massif dans Veau claire. Un léger bruit de moteur est monté dans lair calme jusqu’a nous. Et nous avons vu, trés loin, un petit chalutier qui avancait, imperceptiblement, sur la mer éclatante. Marie a cueilli quelques iris de roche. De la pente qui descendait vers Ia mer nous avons vu qu'il y avait déja quelques bai- gneurs. L’ami de Raymond habitait un petit cabanon de bois. A Textrémité de la plage. La maison était adossée a des rochers et les pilotis qui la sow. tenaient sur le devant baignaient deja dans l'eau. Raymond nous a pré- sentés. Son amis’appelait Masson. C’était un grand type, massif de taille et d’épaules, avec une petite femme ronde et gentille, a Paccent parisien, Tl nous a dit tout de suite de nous mettre & Paise et qu'il y avait une friture de poissons qu’il avait péchés le matin méme. Je lui ai dit combien je trouvais sa maison jolie. Il m’a appris quill y venait passer le samedi, le dimanche et tous ses jours de congé.* 678i pewnve \ ( Dauca He enerever UN PAIN Er NON PAS UN PIN? Les homonymes sont des mots qui se prononcent de la méme facon mais “dont les signification sont différentes. © Certains homonymes s’écrivent de la méme facon : ils sont homo- graphes. Ex. ; Ces miires sont mires. © Drautres s'écrivent différemment. Ex. : etc. > Homonymie et polysémie Deux homonymes sont deux mots différents qui ont des significations différentes. Un mot polysémique a plusieurs sens. Mots homonymes : Ja tour du chéteau, un tour de 400 metres, le tour du tourneur. Mots polysémiques : fa tour du chdteau, la tour Eiffel, la tour de controle. vin, vingt, vain, vint, vinct, EXERCICES rl Employez dans une phrase chacun des homonymes suivants. Utilisez le dictionnaire si besoin. 1. Air, hére, erre, aire. 2. Cerf, sert, serre. 3. Cour, court, courre. 4, Pain, pin, peint. 5. Ce, se, ceux. 6. Mur, mre, mdr. 7. Thym, tint, teint, tain, tin. 8. Ver, vers, vert, verre, vair. 9. But, bute, butte. 10. Lit, lie, lies. 2. Le ou Ja? En utilisant le masculin puis le féminin, faites une phrase avec chacun des noms suivants : manche — livre — foudre ~ moule — page. Ooicaneccinemnrice nets qui correspond aux transcriptions phonétiques suivantes et employez chacun d’eux dans une phrase. A chaque transcription correspondent plusieurs homonymes. [Fwa] — [wa] — [poF] — [poz] — [vo] — [syi] — [kuR} 4. ccrivez correctement chacun des mots transcrits phonétiquement puis remplacez-le par un synonyme. 66 Patricia aime la viande [gRije]. Mais elle s'appro- chait trop du barbecue, elle eut quelques cheveux IgRijel. Elle demanda a Agnés si elle n’avait pas une cigarette a [gRije] mais celle-ci était occupée a [gRije] des chataignes. C’était la saison ; ce matin la gelée avait (gRije] tous les bourgeons. Agnés qui adorait cas grillades lhiver était arrivée la premiére. Elle avait méme (gFije] un feu rouge a la sortie cu village. Elle pensa que le soir elle devrait partir as- sez t6t car une de ses ampoules de phare éteit [gRije]. Pendant que les filles s'occupaient du re- pas, les garcons se faisaient [gFiije] au soleil.» mW '-& Wy, ' 0 Les constructions du verbe D> Les cing phrases de base Mexiste différentes manires de construire le verbe avec le GN sujet et avec les groupes essentiels qui, souvent, le complétent dans le GV. Cela permet de distinguer cing modéles de phrases appelées phrases de base. 1, [CaBugatti] [agagné] [leconcoms. GN sujet, Y—— GNcompiément direct 2. [Cette voiture] [appartient] [Amon fere-] GN sujet v GN complément indirect 3. [Mon frere[aprété] [savoiure] [Gunami-) GN sujet, VY GNeompl direct GN compl. indirect Les verbes qui dans leur GV construisent un ou deux compléments es- Sentiels directs ou indirects (c’est-a-dire avec ou sans préposition) sont appelés verbes transitifs (phrases 1, 2 et 3). 4, [Lavoiture] [démarre. GN sujet v Les verbes qui ne construisent pas de complément essentiel sont appelés verbes intransitifs (phrase 4). 5. [Cette Bugatti est] [tres belle. ] GNsujet V Groupe attribut du sujet Certains verbes, appelés verbes attributifs, construisent un attribut du sujet (phrase 5). Attention : certains verbes connaissent deux, parfois trois constructions différentes de leur GV. Parfois, ils changent de sens en changeant de construction. Laménagére] [passe] [des legumes. GN sujet V_ GNecompt essentil [Ces gens] [passent] [Tous ses caprices ] [aleur enfant. GN sujet V____GNeompt essentiel __ GNcompt estentiel Le verbe passer signifie écraser dans la premiere phrase ; dans la secon- de, il signifie permettre, autoriser. > Latransformation Une phrase de base peut étre modifiée par transformation. Cette voiture m’appartient. > Cette voiture ne m’appartient pas. La Bugatti a gagné le concours. > Le concours a &té gagné: ‘par la Bugatti. Ces deux phrases ont été modifiées par transformation : la premiére est Passée 2 la forme négative, la seconde a la forme passive (voir p. 32). La transformation ne modifie pas le sens du verbe de la phrase. Cer- taines transformations s’appliquent a toutes les phrases, d'autres non Geule la premiére phrase de base peut subir la transformation passive). °F XLE RUG he Ess Sl ercereen phrases suivantes, relevez : a) un verbe qui construit un complément es- sentiel direct ; b) un Verbe qui construit un complément es- sentiel indirect ; ©) un verbe qui construit deux compléments essentiels (\'un direct, l'autre indirect) ; 4) un verbe qui construit un attribut du sujet ; e) un verbe qui ne construit aucun groupe es- sentiel. 1. Cet avare veille jalousement sur son trésor. 2. Les ministres ont repris leurs travaux tot ce ma- tin. 3. Vue dici, la situation parait désespérée. 4. La vieille dame, dans sa hate, avait naivement confié son sac & un passant. 5. Le train était parti depuis longtemps. es Complétez, si nécessaire, le groupe ver- bal des phrases suivantes, a l'aide des cadres adroite. Ce chien a échappé J'ai oublié Le ciel devient une robe & Marie Emmanuel veile Les fétes approchent Sophie a prété ‘son adresse ason maitre 3. voici, ces Phrases réduites a leurs élé- ments essentiels. Vous comparerez chacune entre elles avec les schémas de la page 40 Pour dire & quel modéle de phrase de base elle correspond, Ex. : Le Parlement a voté le budget. Cette phrase est du modéle de la premiére phrase de base. Schéma : [V] [GN compiément direct] 1. Les élections approchent, 2. La campagne a été dure. 3. La commune éiit les conseillers munici- aux. 4. Le candidat explique son programme aux électeurs. 5. Chaque candidat dispose d'un pan- neau d'affichage. 4. wetter au passé composé les verbes des phrases suivantes. 1. La colombe senvole & notre arvée. 2. La jeune file son va au bal. 3, Les amis s‘en retoument chez eux. 5. « La commission préparatoire de lautorité in- ternationale des fonds marins a repris, hier, ses travaux a Kingston. Vous réduirez cette phrase a ses éléments es- sentiels, puis vous direz a quel modéle de phrase de base elle correspond (en comparant la phrase réduite aux schémas de la page 40). 6. a) Observez la phrase de la publicité cl- dessus. Quel en est le groupe nominal? le groupe verbal ? b) Le verbe de cette phrase a-t-il le méme sens que dans ce vers de Victor Hugo : Tout reposait dans Ur et dans Jérimadeth... ou dans cet autre vers d’Alfred de Vigny : v’ai reposé mon front sur mon fusil sans poudre ? ©) Choisissez dans la liste ci-dessous un sy- nonyme de reposer pour chacune de ces trois phrases : dormir, dépendre de, appuyer quel- que chose. d) Quelles remarques aites-vous sur la cons- truction de reposer dans chaque phrase ? A-t- iloui ou non un complément essentiel ? Si oui, ce complément est-il deconstruction directe ou de construction indirecte ? ee Employez chacun des verbes suivants dans une phrase (attention a la construction du complément essentiel), 1. Pardonner (@ quelquun). 2. Se souvenir (de quelque chose ou de quelqu'un). 3. Se rappeler (quelque chose ou quelqu'un). 4. Hériter (de quel- que chose ou de quelquun). 5. Hériter (quelque chose de quelqu'un). 6, Débuter (par quelque chose). 41 ane AV =* vy a» ZT lenom et le groupe nominal © Le nom est le noyau du groupe nominal, II est accompagné d’un déterminant > Le groupe nominal Le conducteur | conaait la route Det N De ON Gn GN © Dans le groupe nominal étendu, le nom peut étre complété de plu- sieurs facons : un groupe nominal de Nice (ou deux), sinueuse un adjectif, qui est indiquée par le guide une prop. relative, ... la route & suivie par ies touristes un participe passé, menant a la mer un verbe au part. présent, aprendre un verbe & Tinfinitif @autrefois un adverbe © Le nom commande l'accord du déterminant qui l'accompagne (la) ainsi que celui de ’adjectif (sinweuse), du participe passé (suivie) et par- fois de la proposition subordonnée relative qui le complétent. © Le verbe au participe présent est invariable, mais pas l'adjectif dérivé du verbe, qui a parfois la méme forme que lui. Comparez : La route ‘menant @ la mer et la route montante (voir page 86). Le nom propre est en général la propriété d'un seul étre ou d’une seule chose. Il commence par une majuscule et s’emploie souvent saas déter- minant. Il est invariable dans la plupart des cas. Olivier connaissait | 1a route N N Les Wet a région a ropres (donc ils s'éerivent avec fa maju Ex. : un Suisse, des Suisses, D> Le pronom Pout éviter de répéter un nom (ou un groupe du nom) on peut employer un pronom : c'est la transformation pronominal Ex. : Olivier connaissait la route ; OlivtéF est de la région. ~ “ilest de la région. EXERC Aveda intra aux cycles Chauseée eétréclo Codes Rousseau 1990, Vioga 8 érote 1), Retever ie nom noyau de chacun des groupes nominaux ci-dessus. Comment cha- cun de ces noms est-il complété ? 2... Mettez te nom on talque au féminin et lr diquez les accords dans le groupe nominal étendu, 1. Nous avons apercu le cousin de mon ami Ber- trand. 2. J'ai retrouvé le petit chat gris que mon pére m’avait offert.3. L’épicier, qui est revenu tout de suite, a pu éviter le pire. 4. Le jeune homme qui avait occupé cette chambre était sort trés t6t. 5. On avait apereu un grand /oup gris que I'hver avait amené chez nous. Précédés d'un déterminant, certains verbes, acjectifs ou -adverbes peuvent desnoms. Ex. : Je dgfeuner, un vieux, le bien. Bs. Date ies phrase suivantes; oheorvezlen mots en italique. Certains d’entre eux sont des noms. Relevez-les. 1. En débutant, il a été trés mal conseillé par son propre frére. 2. Le fait est qu'il n'a pas pu s'empé- cher de sourire. 3. La montée est rude. 4. Le rire est le propre de I'homme. 5. Le grand sourire du débutant nous a bien fait rire. 6. Elle est montée chez les grands. 7. II ne distingue pas le bien du mal. 4... emard ot Michol se sont cisés sur lo port. Il ui a dit bonjour, mais il ne 'avait pas reconnu, Cette phrase est équivoque car chaque pronom peut reprendre l'un ou l'autre des protago- nistes. Transformez-la de fagon ce qu’iln'y ait plus qu’une seule interprétation possibl (otscien anglais) —> un wat (units Tate ee 5. » Les définitions ci-dessous correspondent & des noms communs qui, a lorigine, étaient des noms propres. Les reconnaissez-vous ? 1. Haute tour élevée sur une céte ou un Tlot, munie & son sommet d'une lumiére qui guide la marche des navires pendant la nuit (du nom de Ile oti fut édifiée la premiére d'entre elles). 2. Appareil d'éclairage formé d'une mache tressée envelop- pée de cire (importé d'une ville d’Algérie qui lui a donné son nom). 3. Ballon formé d'une enveloppe d'air chauffé et dilaé par un foyer placé dessous (du nom des inventeurs). 4. Chambre aménagée 0US les toits et dont un mur est en pente (du nom de larchitecte qui en généralisa l'emploi). 5. Personne riche et généreuse qui aide les écri- vains, les artistes (du nom d'un chevalier romain ministre d’Auguste). Glitratstonnecies phrscoe sulvartoeion employant le pronom qui convient pour éviter les répétitions. 1. La partie passionnait Sébastien ; Sébastien au- rait bien voulu gagner. 2. Marc tirait les marrons du feu, et Valérie mangeait les marrons. 3. Le Tour passe par Brest ; le Tour s'arrétera & Brest dans quinze jours. 4. Marion a acheté des skis. Em- prunte done a Marion ses skis. 5. Ses grands- parents étaient loin et Alain pensait souvent 4 ses grands-parents. 6. Mes fréres n’écoutaient jamais les conseils que mes parents donnaient & mes freres. s/f Danallse] tz seastativenteed;etevesior pronoms et dites, pour chacun, quel groupe de mots il représente. 1. Anne aime les chiens, mais elle nen a jamais eu. 2. Ce chien estle plus beau ; c’est Laurent qui s'en occupe et il 'aime beaucoup. 3. Jean a rangé toutes les cartes, sauf celles qui sont encore dans la voiture. 45, > Qu'est-ce qu'un synonyme ? néral de la phrase soit | discret dans l’entrée. homme est tres furtif. > Certains mots n’ont pas de synonymes Les synonymes ">> Deux mots sont synonymes s’ils appartiennent a la méme classe gram- maticale et peuvent étre remplacés l'un par l'autre sans que le sens gé- _ Ex. : Elle jeta un coup d'ceil furtif dans entrée. Elle jeta un coup d’wil | Ul n’existe pas de synonymes parfaits, c’est-a-dire de mots interchan- geables dans tous les contextes. Ex. : Ce jeune homme est trés discret. On ne peut pas dire Ce jeune modifié. Ex. : I tomba sur le enou gauche D> Pourquoi utiliser des synonymes ? différente Le nom genou, l'adjectif gauche n’ont pas de synonyme. ~ pour éviter des répétitions, = pour apporter une information complémentaire ou une appréciation Ex. : Pierre était étonné, moi je restais stupéfait. €étonné surpris stupéfait Je suis EXERCICES fl - Remplacez le mot en italique par un sy- nonyme. Les synonymes de l’adjectif grand que vous avez trouvés sont-Iis interchangeables ? 1. Ma mémoire n'est pas toujours trés grande. 2. Cette voiture est trés grande. 3. Ce devoir de- mande une grande réflexion. 4. C’est un grand homme. 5. C'est une grande femme. 6. De grands arbres bordent I'allée. 7. I fait preuve d'une grande négligence. De voor liste de verbes. Quels sont ceux qui, dans chacune des phrases ci-dessous, peuvent étre utilisés ? Quel est celui que vous choisissez ? juger- décider- statuer- arbitrer- examiner -consi- dérer. 1. Larbitre . ficile de ..... quily avait pénalty, 2, I mest dif- 3. En toute chose il faut ...... la fin. 4, Elle ...... que sa présence étail nécessaire. 5. Le conseil de discipline ...... d’exclure le coupable. 6. La Cour...... que 'accusé était innocent. 7. La Cour de cassation ne ...... pas sur le fond. 8. L'O.N.U. .... les confitts entre les nations. B.. Guand ta tere wembla, Je vile tut prise de peur. Peut-on, dans la phrase précédente, rem- placer peur par frayeur, terreur, panique, épou- vante ? S'agit-il de synonymes parfaits ? Sinon quelle nuance établissez-vous entre ces mots ? Dans quel ordre croissant peut-on les classer 7 Mémes questions avec : 1. Ces gateaux sont bons (excellents, délicieux). 2. Le menu était abondant (satistaisant, copieux). 3. Le brouillard est dense (épais, compact). 4. Cet enfant est impertinent (insolent, effronté, désin- volte). 47 Qe VV =v" EZ Nes marques dunom: nombre et genre Un gardian | des gardians ; un taureau | des taureaux. © Le pluriel s’oppose au singulier. A Vécrit, on marque le pluriel du nom en ajoutant s ou x a la forme du singulier. A oral, opposition pluriel / singulier n'est généralement pas marquée par le nom. Dans le groupe du nom, le pluriel est souvent marqué par le détermi- nant, parfois par la liaison. © La plupart des noms ont un singulier et un pluriel ; mais certains n'existent qu’au pluriel (les environs, les maeurs), d'autres n’existent qu’eu singulier (le vrai, 'odorat). © Régles particuligres a connaitre. . ~ Les noms en -au et -ew font leur pluriel en -aux et -eux ; un taureau | des taureaux ; un feu | des feux. Quelques noms en -ew ont un pluriel en -s : un pneu, des pneus ; des bleus ; des lieus (poisson). ~ Quelques noms en -ow font leur pluriel en -oux : un pou, des poux ; des cailloux ; choux ; genoux ; joujoux ; bijoux ; hiboux. Les autres ont un pluriel régulier en -s. = Les noms en -al font leur pluriel en -aux : un cheval, des chevaux. Quelques noms en -al ont un pluriel en -s : un bal, des bals ; des fest- vals ; carnavals ; régals ; récitals ; chacals. = Quelques noms en -ai! font leur pluriel en -aux : un bail, des baux : des travaux ; coraux ; soupiraux ; émaux ; vaniaux : vitraux. Les autres ont un pluriel régulier en -s ~ Les noms terminés par s, z, x, sont invariables : un prix / des prix. Un voisin | une voisine ; un chien { une chienne. ® L’opposition masculin-féminin ne correspond au sexe que pour cer- tains noms (d'hommes, de femmes, d’animaux). Elle est marquée par une modification de la terminaison. @ Les autres noms sont soit masculins, soit féminins, sans rapport avec le sexe : Bx. : une automobile, un véhicule. ® Certains noms changent de sens selon qu’ils sont au masculin ou au féminin. Le nom mode n'a pas le méme sens dans les deux dessins ei. contre. Mais il n'a pas non plus le méme genre. On peut en dire autant de solde, manceuvre, paralléle, etc. E XeEsRe Cli eS Sl eimetiss at Pluriel et épelez la terminaison. Un tuyau - un détail - un fanal - le feu - une peau - un pieu - un sou - le rival - un noyau - cette souris - votre chandail -un régal - un carreau - un pneu - le bail - un cheveu - le bal - ce chou. 2. Mettex au singulier, lorsque c'est pos- sible, et épelez la terminaison. Les fiangailles - des vieux - des époux - des nez - les prix - des yeux - des métaux - les bonshommes - les retrouvailles - des gaz - les mosurs - des croix ~ ces bois - les vivres - mesdemoiselles - des mar- teaux - les ceufs - les cieux - des gentilshommes - des perdrix - des messieurs. 3 = Dites si les noms suivants sont au pluriel ou sion ne peut le dire. Neveux - taux - camps - temps - roux - glacis - coucous - puits - fruits - thorax - rails. 4. voit-onmettrole nom complément au sin- gulier ou au pluriel ?, a) Construisez le nom jeu avec chacun des noms a droite, et dites si vous mettez le complé- ment au singulier ou au pluriel. adresse hasard paume b) Méme exercice avec carnetet course : écolier route un caret die)... a note =e bord rendez-vous hale voiture une course d(e)... << endurance S obstacle fond ‘ski selonlesens. . Ex, : une dictée sans fautes /un homme sans opinion. Sars pet osu. nom au singuller ou au pluie! DF Complétez oralement la phrase en em- ployant le nom entre parentheses au singulier ou au pluriel selon le cas, 1. Cétait un repas sans (pain). 2. Voici un pull sans (manche). 3. Fabien nous a quittés sans (regret). 4, Peut-on raconter une histoire sans (parole) ? 5. Pierre arrivera sans (faute) demain. 6. Il était animé d'une ambition sans (limite). 7. Cette vieille voiture n'a plus de (rove). 8. Je n'ai plus d'(allumette). 9. Cette histoire est riche en (rebon- dissement). 6. Complétez la phrase en employant le groupe nominal entre parenthéses au singuller ‘ou au pluriel selon le cas. 1. Ces gens pensent d'abord a (leur avenir). 2. Les soldats ont obéi a (leur chef). 3. Les arbres ont perdu (leurfeullle). 4, Les deux danseuses avaient €changé (leur masque). 5. Les joueurs locaux 6taient dominés dans (leur camp). elie tanratceee mots de radical dif- férent marquent l'opposition masculin-féminin. Connaissez-vous le féminin correspondant aux noms masculins suivants ? Gargon - oncle - confrére - monsieur - cerf - bélier ~ singe - liévre - jars - sanglier. 8. Les noms suivants changent de sens se- lon quills sont au masculin ou au féminin. Em- ployez chacun d’eux dans deux phrases qui mettent en évidence ce changement de sens. 1. Le tour, la tour. 2. Un manceuvre, une manoeuvre. 3. Le voile, la voile. 4. Un solde, une solde. 2 > Qu’est-ce que deux antonymes ? Sens s’apposent. > Origine des antonymes Ex. : débarquer (dé- Ex, D> Certains mots n’ont pas d’antonyme exportation (ex- = vers V'extérieur) et importation (im. tieur) ; régulidrement et irréguliérement (i + doublement de la consonne = contraire de). © La plupart des antonymes n’appartiennent pas a la méme famille. i maigre et gros ; entrer et sortir ; calmement et fébrilement. Les antonymes Deux antonymes sont deux mots de méme classe grammaticale dont les Ex. : ouvert et ferme ; parler et se aire ; légalement et illégalement. © Les antonymes peuvent appartenir & la méme famille de mots. C’est le préfixe qui introduit opposition. sortir de) et embarquer (em- = entrer dans) ; vers Vinté- Ex. : médecin, bleu, géographie. L 1. arate des préfixes négatits ou privatifs a, an-, in- (Im, i, it-), dé-, des-, dis-, donnez les antonymes de : achevé - armer- juste - religieux - propre - propriété ~ poli - ranger - régler- approver - affecté - infecter - adapté - adaptation - commode - périssable - par- fait - précis - normal - légal - légalité - exporter - prudent - probable - gracieux. 2. meme cxercice avec lo prétixe mal. Adroit - habile - propre - propreté - proprement - heureux - honnéte - bienveillant - bienvelllance - sain - commode - chanceux - gracieux. EXERCICES Dr Uitteas loa dearz xarmee négation pour donner le contraire des mots en italique en réé- crivant chaque phrase deux fois. 1. Ila détaché son chien. 2. Elle est connue dans la région. 3. Sophie crée autour d’elle un courant antipathie. 4. \\ a accroché son chapeau. 5. Cet homme est trés juste. 6. Je trouve cette nouvelle désagréable. 7. L'accicent est inexplicable. 4. netiex chaque mot de gauche a son anto- nyme de droite et employez chacun d’eux dans une phrase. faiblesse raide ‘sot interdit avouer instruit toujours réparer permis force détruire jamais ignorant ennuyeux souple intelligent intéressant nier 31 & Lf V'adjectif qualificatif D> Ourest-ce que Padjectif qualifieatit ? L’adjectif qualificatif est un mot qui se rapporte & un nom dont il précise la qualité. Ex. : Le Capricorne est persévérant, tenace, ambitieux. > Vaccord de Vadjectif qualiticatit © Il s'accorde en genre et en nombre avec le ou les noms ou pronoms auxquels il se rapporte. Ex. : Un pantalon et un pull bleus. Une jupe blanche. Si les noms sont de genres différents, l’adjectif se met toujours au mes- culin pluriel ; dans ce cas, il est bon de met:re le nom masculin pres de Padjectif. Ex. : Une chemise et un pantalon bleus. © Le féminin se marque toujours par la lettre e Ex, : persévérant, persévérante ; ambitieux, ambitieuse ~ Certains adjectifs rajoutent simplement un e supplémentaire. Ex. : rassurant, rassurante. = Certains adjectifs doublent la derniére consonne avant le e. Ex. : ancien, ancienne. ~ D’autres enfin modifient la derniére syllabe. Ex. : motif, émotive ; protecteur, protectrice. © Le pluriel se marque le plus souvent par le lettre , ~ sauf si au singulier l’adjectif est déja terminé par un s ou un x. Ex. : ambitieux, prétentieux, ~ Les trois adjectifs en -eau (beau, nouveau, jumeau) ont leur pluriel en eaux. ~ Les adjectifs en -al ont un pluriel en -aux (sauf bancal, fatal, final, naval, natal qui prennent un s). ‘Le cupricorme est persévérant, tenace Y test ambitiewx. Prévoyant, rélechi, * patient, it awn jugerent rapide et juste Réservé, sensible, il est trés dur pour dua-méme, 1 est méticuleux, Dévoué. Fidéte en amour. > Les fonctions de adjectit © Epithéte liée quand il est directement placé a c6té du nom qu'il qua- lifie. Ex. : Je connais un garcon sympathique. * Epithéte détachée (ou en apposition) quand il est séparé du nom par une virgule ou par un groupe de mots. Ex. : Prévoyant, ila un jugement rapide. Dévoute, toujours a Vécoute des autres, Marie est mon amie. © Attribut du sujet quand il apparait aprés le verbe étre ou un verbe d'état (devenir, sembler, parattre, se trouver, Ex. : Marie est trés gentille, mais en ce moment, elle me semble distante. 1 « Relevez les adjectifs qualificatifs et dites & quels noms ils se rapportent. 6 Sur onde calme et noire ol dorment les étoiles La blanche Ophélia flotte comme un grand lys, Flotte trés lentement, couchée en ses longs wiles... On entend dans les bois lointains des hallalis.»» Arthur Rimbaud 2 eabliaser yore signe zodiacal. Le (la) -. OSt ees sane» SON imagination paralt .. Tres. aime les ....... Son sens de humour est . ROE Falles lon osccece nécessaires. 1. Les chemins (départemental) sont moins fré- quentés que les routes (national). 2. Ces poires et es melons sont trop (mur). 3. Marie et Marine sont tres (6légant). 4. Marie et Christophe sont deve- nus trés (beau). Les adjectifs de couleur tirés d'un nom commun : mar- Ton, orange, cerise ... (sauf rose, mauve et pourpre) et ‘ceux qui sont déterminés par un autre adjectif ou par un ‘nom sont invariables. 4. roites ies accords quand la ragle l'im- pose. Des yeux (vert) - des cheveux (marron) - des mo- cassins (bleu marine) - des chemises (rose) ou (mauve) - des bottes (rouge et noir) - des chaus- Settes (jaune canari) - des pulls (orange). Certains adjectifs sont parfois employés comme ad- ‘verbes compléments de détermination d'un verbe. Dans ce cas, ils sont invariables. Sh feet Srsrisn les adjectits. 1. Ces livres sont (cher) et ces disques codtent (cher). 2. Ces gateaux sentent (bon) ; ils doivent @tre (bon). 3. Ces joueurs sont (fort) mais ils crient trop (fort). 4. Elles ne voient pas (clair) ; pourtant mes idées sont (clair), E XHER Cc se.s 6. auetie est ta fonction des adjectifs quali- ficatifs dans ces vers de La Fontaine ? ‘66 Que vous étes joli ! Que vous me semblez beau ! Un pauvre biicheron, tout couvert de ramée, ‘Sous le faix du fardeau aussi bien que des ans, Gémissant et courbé, marchait 4 pas pesants. Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe. La fourmi n'est pas préteuse. Un lion, décrépit, goutteux, n’en pouvant plus, Voulait que l'on trouvat reméde a la vieillesse.» if Complétez avec les adjectifs suivants en indiquant la fonction de chacun (épithate ou at- tribut). Infatigable - bleue - lent - supréme - ple - demier ~ translucide - beau - démesurés - total - coupant - persistante. Que le jour est ...... & mourir par ces soirs ..... de "été! Un ...... fantéme de la maison d'en face continuait indéfiniment & dessiner sur le ciel sa blancheur ...... AU milieu du noir que je croyais vey la partie vitrée était... et ...., dun bleu de fleur, d'un bleu d'aile dinsecte, d'un bleu qui m'edt sembl6 ...... si je n’avais senti quill était un ......re- flet, ..... comme en acier, un coup...... que dans sa cruauté ...... me portait ancore le jour. 1B) Deerice la publicité ci- contre. Quelle impression s'en dégage ? Employez le maximum d'adjectifs qualificatits ayant une va- leur expres- sive. 37 Sens propre et sens figuré ae ee en | SocHaux:P.s.a. D> Obserons Se retrouver face au mur parisien D> Le sens propre d’un mot est son sens @origine, donné par le dictionnaire. Ex. : Le jardin abandonné était entouré de hauts murs de pierre, cst une extension, un élargissement du sens propre ; c’est souvent par une image que s'opére le transfert de sens d'une réalité 4 une autre, Un mur de pierre protege le jardin qu'il e Son sens étymologique. C’est le premier sens D> Le sens figuré d'un mot EX ER 1. phtes site mot mur est employé au sens Propre ou au sens figuré dans chacune des phrases suivantes, 1. Le gouvernement dela R.D.A. a fait ériger, en 1961, un mur qui coupait Berlin en deux. 2. Un mur dincompréhension séparait les pays occidentaux des pays de Est. 3. Elle fit construire un mur pour isoler sa villa des voisins. 4. Le mur d'enceinte de 'a ville médiévale était toujours debout. §. L’avion Passa le mur du son dans un bang épouvantable, 6. L'incendie engendra un mur de chaleur qui em- Péchait les pompiers de progresser. 7. Pendant la guerre, des affiches nous disaient que « Les murs ont des oreilles ». 8. Le vieux mur était tout décré- pi. ne chacun des mots suivants, écrivez deux phrases : la premiére emploiera le mot au sens propre, la seconde au figuré. Branche - bercer - blesser - climat - cloche - déchi- Ter - feu - fleur - gifle - noir - ruine - solide. Parisiens protage les buts du P.S.G. ntoure ; le mur des joueurs CIiCcCEsS 6) eres du verbe épuiser dans les. Phrases suivantes et montrer 8a relation avec le sens originel. 1. Toutes les munitions étaient épuisées. 2. A force d'arroser, il épuisa la cteme. 3. Aprds cette longue marche, les touristes étaient épuisés. 4. Liorateur avait plus rien & dire, il avait épuisé son sujet. 5. Le siége épuisa les occupants du chateau qui se rendirent. 6. Les -éserves de la Banque de France ne sont pas épuisées. 7. |I restait muet face 4.ses juges, ayant épuisé tous ses arguments. 8. II épuisa la patience de ses amis. 4. LA RELEVE Partout dans le monde les vieux schémas craquent, La France aussi bouge ; elle avance, innove, s‘emballe, parfois senlise. a) Relevez dans ce titre les mots employés au Sens figuré. Donnez le sens propre de ces mots. 5) Retrouvez ou imaginez un titre et une publi- cité utilisant des mots au sens figuré. 59 ile ae ue bh D> Le pronom remplace un nom ou un groupe nominal et Anne apprend a jouer de la guitare. et elle apprend @ en jouer. © Dans cet emploi de remplagant, Je pronom doit reprendre un nom clairement connu du lecteur, de fagon a éviter tout risque d’équivoque : Sophie était en vacances avec Anne quand elle rencontra Julien. Peut-on savoir, a la lecture de la phrase, qui a rencontré Julien ? © Iest généralement inutile de mettre dans la méme proposition a la fois le pronom et le nom qu'il représente, A moins que l’on recherche un Anne aacheté une guitare Latransformation = effet particulier de mise en relief. ronaminale permet de Ex. : Mon pére, il était plus sévore. eet aaa © Parfois, pour rechercher un effet de style, le pronom se place avant Un ponom (voirp, 44), © Mot qu’il représente, comme dans ce vers d'une chanson de Georges © Brassens : Ell est toi cette chanson (au lieu de : cette chanson es: toi), > Le pronom remplace autre chose qu'un nom Il évite la répétition : © d'un adjectif. Ex. : Sa présence n'est pas génante mais elle le deviendra vite, © dune phrase tout entire. Sophie vient d'acheter une voiture ; je Vai appris & Noél et cela ne m’a pas étonné. > Certains pronoms ne remplacent rien Je me couchais quand quelqu'un a frappé. ee Qui a frappé ? On est allé ouvrir mais il n'y avait personne. © Les pronoms-indices personnels de la premigre et de la deuxime Personne (fe, nous, tu, vous) ne remplacent aucun nom. Ils désignent ceux ou celles qui participent a la conversation © Quelgu’un, qui, personne sont des pronoms qui ne remplacent aucun ‘mot, puisqu’on ne sait pas, justement, qui a frappé r l E-X3— ROC ike E's Be oa: éviter la répétition, mettez un pro- nom @ la place du mot ou du groupe de mots en italique. 1. Je suis allé voir cette piéce ; cette piéce m'a Seaucoup piu, 2. Guillaume joue une sonale. Au- Grey joue aussi cette sonate. 3. Francis a tiré, mais le libvre a échappé a Francis. 4. Jacques a deux ‘Sceurs et Jacques part en vacances avec ses deux sceurs. 5. Anne aime ses parents. Anne pense beaucoup 4 ses Parents et Anne écrit toutes les semaines & ses parents. 6. J'ai passé mes va- cances en Irlande et je retourneral en Irlande. 2: Lorsque c’est possible, vous éviterez la épétition en employant le pronom qui convient. 1. Cela m'ennuie que Paul ait emmené Ludo. J’au- rais bien aimé revoir Ludo et passer un moment avec Ludo. 2. Cela mennuie que Paul ait emmené Ludo. J’aurais bien aimé revoir Paul et Passer un moment avec Paul. oF Dans le texte suivant, relevez : ) un pronom placé avant le groupe nominal quill représente ; 4) un pronom placé avant les deux proposi- tions qu’il représente. Le cheval 6¢IIn’est pas beau, mon cheval. Ila trop de nceuds et de saliéres, les cdtes plates, une queue de rat et des incisives d’Anglaise. Mais il m‘attendrit. Je n’en reviens pas qu'il reste a mon service et se laisse, ‘Sans révolte, tourner et retourner. Chaque fois que je 'attelle, je m’attends quil me dise : non, d'un signe brusque, et détale. » Jules Renard, Histoires naturelles, Flammarion Ae Dare tes Phrases suivantes, relevez les Pronoms. Pour chacun, vous direz s'il reprend Un groupe du nom, un adjectif ou une proposi- tion. 1. Jo pense que son chien est le plus beau du Concours. 2. Christine le pense aussi. 3. Voicison maitre ; le chien le connaif, cela se voit. 4. Christine aime les chiens mais elle n’en a jamais eu, 5. Certains chiens sont méchants, d'autres le de- viennent. 6. Je t'en prie, tiens ton chien ! Il montre les dents et en ai peur. Sy Relevez, dans la publicité ci-dessous, un Pronom qui remplace et un autre qui ne rem- place rien. DB Needham OLYMPUS A2 300 Super 200 m Par certains cOtés, il n'est pas sans :appeler ce que on nommait autretois un appereil photo. OF carictane Suivant, les mots en italique sont des pronoms, Dites pour chacun d’eux s'il remplace un mot (ou groupe de mots) ou s'il ne remplace rien, 66 lls se sont assis sur un banc. Lucregarde autour de lui et se met a rire : « Je ten ai fait un plat | J'ai "air de quoi ? » Et brusquement, sans regarder Lu- cien : « Je ne sais pas contre quoi tu te révoltes, Coco, et si je le savais j'arriverais ate convaincre. ly a toujours, derriére nous, quelque chose din. supportable que nous repoussons de toutes nos forces. Cest vital, c'est comme ga qu'on essaye d'exister. Mais j/ ne faut pas méler jes idées a ca, nila politique, ni les slogans. Moije te dirai un jour Quelle est ma béte noire, et fo/ aussi tu finiras par me la dire, la tiene... Francois Nourssier, Alemande, Grasset 61 — a eee Les préfixes a 1 es D> Observons Il faut en [con Wenir : Clodo ne par vient pas & [sub Wenir a ses be- soins. Que va-t-il [de jvenir ? D> (u’est ce qu’un préfixe ? Les prefixes sont des éléments que l'on place devant certains mots pour former des mots nouveaux. Ils modifient le sens de ces mots sare en changer la classe, Ex. : venir (verbe) devient convenir, parvenir, subvenir, (verbes), P> La préfixation © Le méme préfixe peut étre placé devant des mots de classes diffé- rentes. Ex. : désunir (verbe) ; désobéissance (nom) ; désagréable (adjectif) ; désobligeamment (adverbe). © Certains mots acceptent plusieurs Préfixes a la fois. Ex. : faire, défaire, redéfaire. D> Les prétixes ont des significations particuligres comme le montre la liste suivante. EXERCIC Es ilisise ‘mots suivants sont-ils préfixés ? Sore, quel nom préfixé désigne-t-on 2 Inachevé ~ découdre — prétendre — comporter - 1. Un appareil électronique capable de reproduire inferal- expatrier- déguerpir— commander—ex- un son: un syn... 2" Une personne avec la- actitude — disparaitre — sympathique. quelle on travailie : un(e) coll.....3. Un officier de Premier grade dans 'armée : un s0uS.......4. Une Deere ae mettre devant les personne qui a le don de voir ce qui ost cache. verbes tenir et porter pour former des verbes un(e) extra... 5. Une élévation anormale dh ta dont voici les definitions. tension artérielle : une hyper... 1. Tenir : garder dans sa mémoire ; garder en bon état; gardr en prison ;comprendredans son éten- pam us aes we : ry 1. Elle a dépensé les allocations (qu'elle avait tou- 2. Porter : vendre a 'étranger ; remettre & un autre chées apras la nalssance de sa fille). 2. Elles ont Jour ; acheter & 'étranger ; endurer avec patience, ongrangé une réclte (quest aborcarte ocngs exces). 3. Voila un batiment (qui semble ne pou- Voir tre détruit) 4, II exerce une profession (qui ne fait pas partie de la médecine mais proche). a aw no =® @ _lespronom - mM Les prenoms et pronoms-indices pers fonctions qu’ils exercent dans la ponaenea e D> Les pronoms personnels rsonnels ont des formes différentes correspondant aux D> Les pronoms démonstratifs © Formes Pronoms-indices | Pronoms de Ia 3 personne 1" personne | 2*personne | masculin | féminin singulier | je uw il elle Sujet s x | pluriel | nous vous ils elles singulier | memoi | te tei le ui la ui elle juried | non vous _| lesteureux | tesieur elles Complément |_?! 2 ee eng neutre le : en, y (pronoms adverbiaux) se, Soi (formes réfléchies) Attribut | neutre le leer © Pour insister, on reprend parfois le pronom ou pronom-indice A Paide des formes : moi, toi, elle, lui, nous, vous, elles, eux, parfois appuyées de méme, ou seul : Moi, je ... On le connat, lui. Connais-toi toi-méme | Dans certains cas, ces formes constituent Tunique sujet du verbe : Elle ignorait le drame ; lui en avait été informé (ou : lui seul...) ® La forme du pronom ne nous renseigne pas toujours sur son genre et son nombre (attention, donc, aux accords), On écrit : — tw es arrivé ow arrivée selon le sexe de la personne & qui l'on s’adresse ; — vous étes arrivé ou arrivés selon qu’on s'adresse & une seule personne (vous de politesse) ow & plusieurs ; ~ vous les avez vus ou vues selon que le COD les reprend un nom masculin ou féminin. ® Ceci, cela reprennent le plus souvent une phrase, parfois en la si- want : ceci = ce qui suit ou qui est le plus proche ; cela = ce quion a déja indiqué ou qui est le plus éloigné. Ex. : Ecoutez ceci : j'ai choisi une montre. Cela n'a pas été facile. La langue parlée emploie ga a la place de ceci/cela. © Les pronoms celui-ci, celui-la, celle-ci, etc., reprennent un groupe nominal, parfois en le localisant dans espace (ci = plus prés, [a= plus loin). Ex. : Je préfére cette montre-ci a cette montre-ld. > Je préfere celle- cid celle-la, Pour reprendre seulement le nom quand celui-ci est déterminé par un complément ou par une proposition relative, on emploie celui, celle, ceux, celles. Ex. : Je prends la montre de devant, —> celle de devant. J’a) trouvé la montre que je cherchais. — celle que je cherchais. EXERCICES I Dane jes Phrases suivantes, remplacez le Pronom personnel sujet par un ou plusieurs moms de votre choix, chaque fois que cela sera Possible. Veillez 4 accorder le sujet et le verbe. 7. La veille, ils s'étaient secrétement consultés, 2. Depuis trés longtemps, elle prenait ses va. Sances en juin. 3. Quoi qu'elle fasse, elle n’arrivera Jemais &nous atteindre. 4. Accepterait.il de repar- Sr aussit6t ? 5. II semble quelles ne sont jamais venues ici 2. Remplacez le mot en italique par un pro- nom. 1. Michel appelie Luc. 2. Luc devient aimable. S. Marie plait 4 Luc. 4, Marie pense a Luc. 5. Marie Parle de Luc. 6. Je préte mon vélo a Luc. 7. Je donne des conseils & Luc. Be Rscammences Vexercice ci-dessus en remplagant Lue par Luc et Yves. 4, Remplacez le mot en italique par un pro- nom. 1, Patrice a trouvé /a soirée agréable. 2. Laurence parle du film & Christiane. 3. Jean pense a Chris- fiane. 4. Jean pense 4 son anniversaire. 5. Annie et Pascale étaient des escrimeuses célébres. 6. Yves a containt Lue 4 avouer. SS Mattes oralement au féminin le pronom- indice sujet et signalez les accords. 1. Je suis agréablement surpris par ces résultats. 2. Tu rvauras pas l'air d'un débutant. 3. Nous avons ét6 surclassés parnos adversaires. 4. Dans une semaine, vous serez déja remis. 5. Je vous trouve particuligrement élégant. 6 Complétez les phrases en utilisant, a chaque fois, deux des pronoms personnels sui- vants : le, lui, les, la, moi. 1. Jlaccepte ses propositions, je ... .. ai déja dit, 2. Si vous retrouvez une autre piéce, apporiez ... ~: .8. Reprenez vos partitions et prétez ...... 4. Il vient d'arriver. Demandez.... Te Transformez les phrases selon le mo- déle : Tu me le donnes > donne-le-moi > ne me le donne pas. 1. Nous le lui achetons. 2. Tu me 'achétes, 3. Tu te lachétes. 4. Tu le lui achétes, 5. Nous leur en vendons. 6. Vous nous y conduisez, Giese iatiees ci-dessous. Quel est le groupe nominal représenté par les pronoms elle et lui? Ou est-il placé ? Quel est leffet de style que l'auteur a ainsi recherché ? La vache 6¢Las de chercher, on a fini par ne pas lui donner de nom. Elle s‘appelle simplement « la vache » et Cest le nom qui lui va le mieux. Daailleurs, quimporte, pourvu quielle mange ! Or, 'herbe fraiche, le foin sec, les legumes, le grain et méme le pain et le sel, elle a tout a discrétion, et elle mange de tout, tout le temps, deux fois, puis- Qu’ellerumine.» Jules Renard. Histoires natureles, Flammarion Q. evites ta répétition en employant le pro- nom qui convient, ~ Ob est Pierre ? ~ Avec Paul. Vous reconnaitrez facilement Pierre et Paul : Pierre porte une cravate rouge, Paul un foulard a carreaux. A Ooresrec dessin ci-dessous. De quoi Parle-t-on ? Que désignent les pronoms /a et en? Le mot cheminée figure-t-il dans le texte de la légende ? Quel est letfet ainsi recherché Par auteur ? i 3 Jaimerais que tu puisses la voir, parce que esthétiquement, jen suls assez fi, 65 R Mot-clé du texte 1 paragraphe : Comparaison robot-machine. Supériorité du robot. mot de liaison — Archives Nathan ‘Le véritable robot n’a rien a voir avec la vulgaire machine au- tomatique. Cela fait bien longtemps que I'on avait donné aux hommes une poigne de fer pour transporter les lourdes piéces au bout de bras mécaniques. Ou que les soudures de chassis se fai- saient presque toutes seules, sur de vastes bancs ow les piéces ve- naient se positionner avant que les électrodes placent immanquablement leur point de soudure toujours au méme en- droit. [Seulement], chaque nouveau modile, lorsque les points de soudure se déplagaient, la grosse et béte machine devait étre 2° paragraphe : les dangers du robot ‘3 paragraphe : Les avantages du robot, leur conséquence Mot-clé —____ Diaprés un atticie de Laurent Broomhead, le Nowel Observateur envoyée a la casse. Impossible de la recycler. [A Tinverse |, les gestes du robot ne sont pas limités car ils sont commandés par un cerveau indéfiniment reprogrammable. [Mais] en se remplissant de robots, I'usine se videra de ses hommes. [Pourtant], jusqu’ici, les robots n’ont pas entrainé de r€actions hostiles de la part des syndicats qui y ont vu un moyen ’épargner aux hommes des taches pénibles et ennuyeuses. [ Mais | déja les usines comptent davantage de « touristes » — industriels, étudiants, curieux —, que d’ouvriers. Pour V'instant, les robots cofitent cher [mais ]leur production 4 la chaine (par d'autres robots) devrait en faire baisser le prix et peut-étre celui des automobiles produites par leurs mains insen- sibles. [De toutes facons ], la robotisation répond déja a une évo- lution inévitable : les goats du public sont de plus en plus changeants, ce qui aménera les constructeurs d’automobiles — et pas seulement eux ~ a changer plus fréquemment leur gamme de produits. [Or ], seul le robot est capable de s'adapter en quelques heures a une nouvelle tache.” > Comment résumer ? D> Appliquons la méthode au premier paragraphe > Activité w= ?_ wv® > (u’est-ce que résumer un texte ? Résumer un texte, c'est le réduire 4 un nombre de mots (ou de phrases) fixé par une consigne. Ex. : Résumez en cing phrases, en cent mots... Un résumé doit toujours donner une image claire et fid@le du texte de départ. C’est pourquoi, lorsqu’on résume, on dott : ~ respecter la pensée de auteur, ~ respecter l’ordre de déroulement du texte, ~ ne jamais faire de commentaire personnel. © Bien lire le texte Lisez le texte plusieurs fois pour bien vous en imprégner. Recherchez dans un dictionnaire le sens des mots et des expressions difficiles ou inconnus. © Analyser et dégager le plan du texte Pour cela il faut : — repérer les mots-clés ; — souligner les phrases et les mots les plus importants ; ~ dégager 'idée générale de chaque paragraphe en donnant un titre a chacun ; ~ encadrer les mots de liaison qui marquent les étapes de la réflexion de Vauteur pour déterminer les rapports logiques qu'ils expriment ; ~ juger de importance des idées et phrases secondaires (un long exem- ple peut étre résumé en quelques mots ; une citation peut étre totale- ment négligée). © Rédiger le résumé ~ Faites des phrases claires et correctes. ~ Reliez ces phrases par des conjonctions et des adverbes. — Respectez la consigne qui fixe la longueur du résumé. Mots-clés : robot, machine automatique, béte, cerveau reprogram- mable. Titre : comparaison robot-machine. Idée générale : le robot est plus intelligent qu’une simple machine car il est commandé par un cer- veau reprogrammable, Mots de liaison : seulement (restriction), a l'in- verse (opposition). — Faites le méme exercice pour les deux paragraphes suivants. ~ Résumez le texte en quatre-vingt mots environ. EXERCICES il eerenee on vingt mots environ les lignes suivantes. 6 Nous vivons en un temps ol tous les hommes, en des pays dont le nombre va croissant, ont des droits égaux, participent au gouvernement et for- ment cette opinion qui, par son influence sur les gouvernants, décide en demie: ressort de la paix et de la guerre, de la justice et de l'injustice, bref, de la vie de leur nation et de celle du monde tout enter. André Maurois, Conseil a un jeune homme, Grasset eins oeslanix phimeeantelieeenline salle de vingt-cing mots environ, articulée par un mot de liaison. 1. Les amis de la nature se sont donné pour ache la protection de notre flore, de notre faune, de notre terre, de nos mers et océans. 2, Les rejets chimiques dans les eaux et dans I'at- mosphere, les gaz toxiques, les radiations ato- miques, ne cessent de nous inquiéter. or Les suffixes D> Observons Déclaration du président du Conseil région| «LA REGION DOIT S"IMPOSER. IL NE SUFFIT PAS D’AVOIR REGIONAL| ISE IL FAUT REUSSIR LA REGIONALIS| ATION |. » Conseil Régional > Qu’est-ce qu'un suffixe ? Les suffixes sont des éléments que I’on ajoute au radical de certains mots pour former des mots nouveaux. Ex. : région, régional, régionaliser, régionalisation. D> Sulfixes et classes de mots En génécal, les suffixes changent la classe des mots auxquels on les ajoute : un nom peut devenir adjectif : région > régional ; un adjectif peut devenir verbe : régional — régionaliser ; un yerbe peut devenir nom : régionaliser—> régionalisation. > Un méme radical de base peut recevoir différents suffixes Ex. : arrosler— arrosleur, arrosloir, arroslage. D> Signitication des suffixes © Les suffixes ont souvent des significations précises. Ex. : able = qui peut étre ; Javable = qui peut étre lavé. © Le méme suffixe peut parfois désigner soit une personne soit une chose. Ex. : le suffixe euse peut servir désigner soit une personne (une moissonneuse), soit une machine (une moissonneuse). | oe EXERCICES : oleate tases pouvez-vous ajouter aux GO. Quels sont los détauts et les qualités de mots suivants : raison - image - maison ? Julie et de Zo ? Zoé est jalouse = Zo6 est méchante :la Zo6 est niaise : a . Julie est élégante —Julie est svelte : la. — Julie est gaie : la .. Julie est franche : a .. 2. Quels suffixes faut-il ajouter pour trans- former les verbes en noms ? 1. Action de balayer : le ...... 2. Personne qui plonge : Ie ...... 3. Action de décorer : la 4. Personne qui navigue : le ...... 5. Action de re- boiser: le ...... 6. Personne qui milite : le 7. Action de rompre : la .. dine : le Quelques suffixes ont une valeur diminutive ou tive : el, atte ; eau ; ile, illon ; ot, in, on, ter... q Zo6 est partial 4. complete: tes mots avec des sutixes al minutifs ou péjoratifs. 1. Voulez-vous vivre un grand amour ou une simple amour...? 2. Préférez-vous qu’on vous appelle Pierre ou Pierr... ? 3. Qui est le plus gros : ois... ou l'oiseau ? 4. Préférez-vous les blondes ou les blond... 25. Vaut-il mieux étre maigre ou maigr... 2 6. Pale ou pal... 27. Est-l plus facile de viv... que de vivre ? 8. Lanuit, préférez-vous raver ou rav... ? na oA > Observons D> La notion de mode verbal > Linfinitt D> Le participe endrais}-tu au cinéma demain ? Viens ]au cinéma demain | Faimerais que demain tu [viennes ] au cinéma. Je sais que tu [viendras ] au cinéma demain. Les modes sont des ensembles de formes verbales qui ne situent pas les actions dans le temps (passé, présent, avenir) mais qui expriment la facon dont ces actions sont envisagées : — actions sires et certaines pour I’indicatif, — actions hypothétiques pour le conditionnel, — actions envisagées par l'esprit pour le subjonctif, ‘ — actions présentées comme des incitations a agir pour limpératif. On distingue les modes invariables et impersonnels : l'infinitif et le par- ticipe (présent) ; et les modes variables et personnels : limpératif, le conditionnel, le subjonctif et l’indicatif. © Mode invariable, l'infinitif est terminé par -er, -ir, -oir ou -re. Il ap- parait sous une forme simple : chanter, partir et sous une forme compo- sée qui marque l'aspect achevé : avoir chanté, étre parti. ® Linfinitif peut étre : Ie centre d’une phrase indépendante. Ex. : Ne pas se pencher a l'extérieur. A consommer avec modération. sujet d’un verbe conjugué. Ex. : Respirer de V'air pur a toujours fait du bien @ la santé. attribut du sujet. Ex. : Mon réve, c'est de partir pour le Grand Nord. complément d'un nom : une machine a laver ; d'un adjectif : un livre facile d lire ; dun verbe : Il court pour attraper le train. © Le participe présent est invariable et toujours terminé par -ant. Il apparait sous une forme simple : chantant, partant et sous une forme composée : ayant chanté, étant parti qui marque l’aspect accompli. © Le participe présent est essentiellement complément circonstanciel. Ex. : Partant (ou Etant partis) 4 midi, nous ne pourrons arriver tot. C.C. de cause © Précédé de la préposition en, le participe présent s'appelle gérondif. “EXERC 1 Cie s 1B quels modes sont les différentes formes du verbe couvrir? 1. Couvrir pendant la cuisson. 2. A taplace, je me couvrirais. 3. II faudrait que tu te couvres. 4. Ente Ccouvrant, tu aurais moins froid. 5. Couvre-toi 16. Je me couvre car j'ai froid. er ouvertin infest sujet. 1. v... procure un grand plaisir. 2. ...... ne sert & rien, 3, ...... demande une grande expérience. 4, 1. est pas dréle tous les jours. 3 Complétez les phrases de fagon a ce que les infinitifs soient sujets. 1. Circuler & Paris ...... 2. Trop regarder la t6lé- vision... .3. Soulager la misére...... .4. Faire le tour du monde ... 4. Complétez par un infinitif. Triste a... — travailler sans ..,...— béte & pour ...... ~ une envie de ...... — savoir appareil pour ......—heureux de...... . Sy ert sont les fonctions des infinitits dans la publicité ci-dessous 7 Prendre de bonnes habitudes alimentaires, c'est saupoudrer Gerblé sur ses mauvaises habitudes alimentaires. 65 cisslon sora ian fonctions. deat dans ces titres de journaux ? 1. P.S.G. : Garder le contact ! 2. Quartiers Nord deux jours pour faire tomber les murs. 3, Choisir son médecin ala carte. 4. La région veut connaitre le codt exact du tunnel. ‘Ne confondez pas | adjectifs verbaux participes présents variables invariables adhérent adhérant communicant communiquant cconvaincant convainquant convergent ‘convergeant, équivalent équivalant fatigant fatiguant intrigant intriguant provocant provoquant (ee des gérondifs. Précisez leurs fonctions. 1. Elle est partie . lis se sont blessés 3. Vous devriez travailler....... 4, lls marchaient hi Mattes tro orrainalscn foetal fea accords qui s’imposent., 4. Nos points de vue sont tout a fait converg 2. Un camion a perdu son chargement, provo.. ainsi un monstrueux embouteillage. 3. Vos expli- cations ne sont pas trés convain.... 4. Ente fat comme ¢a, tu ne termineras pas cette mission. 5. Méfiez-vous des gens intrig.... 6. En néglig... vos amis, vous vous retrouverez seul. ONiuiererisltonne wrnitatser! 4. Pierre est venu m’aid... & répar... mon appareil Asulfat.... 2, Ma mére a achet... de quoi bricol... . 3, Elle gardait, cach... dans un tiroir, des lettres qu’on aurait da expéd... 3 D Limpératit D> Vimpé Compagnie Européenne de Publicité Rasim |AVEC KUONI |ALLEZ PLUS LOIN |QUE Vos REVES D> Le conditionnel 16 Les modes (2 © Il apparait sous une forme simple : (finissez, pars), V'impératif pré- sent, et sous une forme composée qui marque l’aspect achevé (ayez fini, sois parti), Pimpératif passé. © L’impératif n’a que trois personnes : la deuxiéme du singulier, la pre- miére et la deuxiéme du pluriel. Le pronom sujet n’est jamais exprimé. Ex. : Va, allons, allez. © L’mpératif est essentiellement le mode utilisé pour faire agir le ré- cepteur (fonction conative du langage). Il sert a exprimer : ~ un ordre : Sortez ! Ne parle plus | - un conseil : Faites davantage de sport. Aérez-vous. = une marche a suivre : Prenez d’abord la rue @ droite, puis continuez tout droit. — une hypothése : Soyez gentil avec elle, aussit6t elle exagére | — une pritre : Venez vite, je vous en prie. Le Président aimerait réduire les inégalités. Le gouvernement envisagerait de nouvelles mesures économiques et sociales. © Le conditionnel apparait sous une forme simple (je chanterais, tu chanterais, il chanterait), le conditionnel présent, et sous une forme composé¢e qui marque l’aspect achevé (j’aurais chanté, tu aurais chanté, il aurait chanté), le conditionnel passé. © Le conditionnel est formé a partir de linfinitif auquel on ajoute les terminaisons de I’imparfait. Ex. : chanter + ais—> chanterais ; chanter + ions —> chanterions. © Leconditionnel est le mode de l’éventuel, c’est-a-dire des actions qui pourraient, ou auraient pu se réaliser. Il peut exprimer : — une action soumise & une condition : Si j’étais riche, je visiterais le monde entier. ~ un souhait : Le Président aimerait réduire les inégalités. — une affirmation faite avec réserve ; Le gouvernement envisagerait de nouvelles mesures. = un conseil : Il faudrait faire vite. © Le conditionnel apparait : — dans les propositions principales ayant une subordonnée a l'imparfait introduite par si. Ex. : Si je gagnais au Loto, j'achéterais une maison. — dans les propositions subordonnées introduites par au cas ow, quand bien méme. Ex. : Au cas ov il pleuvrait, la fete serait reportée. Quand bien méme il pleuvrait, ... EXERCICES rr rararecnez isa phrases suivantes en phrases impératives, 1. Jaimerais que tu te taises. 2. Voulez-vous vous asseoir ? 3. Je te prie de sortir. 4, II ne faut pas que vous parliez. 5. Nous ne devons pas station- ner. 2. Réécrivez la recette en mettant les verbes aux trois personnes de l'impératif. 66Prendre deux belles truites. Les vider et les rin- cer & l'eau claire. Mettre &.fondre, dans une poéle, une noix de beurre persillée. Y faire dorer les truites. Ajouter des amandes effilées. > S. Metter ata 2" personne du singulier. 1. (Aller) dans le jardin. 2. (Aller)-y vite. 3. (Cueilir) des fleurs. 4. (Cueillr)-en beaucoup. 5. (Monter) au grenier et (ranger)-y tous ces livres. 6. (Offrr) des fleurs. 7. (Offrit)-en souvent. 4. Remplacez les groupes en italique par le pronom en. 1. Donne-moi du gateau. 2. Souviens-toi de mon anniversaire. 3. Parlez-moi de ce voyage. 4. Sors- toi vite de cette situation. 5. Trouvez-moi un autre livre. Os custermsrncsar vous étlez : président de la République ? 'enchanteur Merlin ? la personne la plus riche du monde ? Qu’auriez-vous fait si vous aviez été : Astérix ou Obélix ? le général de Gaulle ? Chris- tophe Colomb ? 6. Remplacez les groupes en italique par les Pronoms qui conviennent. Réécrivez les phrases sans oublier les traits d’union. 1, Donne cet argent a tes parents. 2. Donne cet argent a fes parents. 3. Téléphonez cette nouvelle 4 vos amis. 4. Téléphonez cette nouvelle a vos amis. 5. Rapporte vite ce pain chez le boulanger. 6. Rapporte vite ce pain chez le boulanger. Oe curerprlamntiex oaren oni, 1. J'aurais aimé étre un grand musicien. 2. Tu de- vrais te dépécher. 3. Elle habiterait volontiers en Provence. 4. Les coupables auraient 6t6 dé- masqués. 5. Nous pourrions y retourner. 6. Saurais-tu m'indiquer le chemin ? Settinemtan Parentheses aux temps et aux modes qui s’imposent. 1. Sil (se mettre) & neiger, la station ouvrirait. 2. Au cas oi il (se mettre) & neiger, la station (ouvrir). 3. Sil (se mettre) & neiger, la station ouvre. 4. Nous (prendre) un taxi, zu cas ol! la gréve des bus (conti nuer). 5. Sil (pleuvoir), nous nous serions mouillés. 6. Sil (pleuvoir), nous nous mouillerons. 7. Si je (savoir), je ne (venir) pas. 9 « Que feriez. IS face & Chiquito, si vous Seen oe Male Mieices Chater eat lel’ < “inn [etomple du Sole Coaster aa 20 Les modes (3 le mode subjonet > Observons En septembre, j’aimerais pouvoir louer une villa qui ait vue sur la mer. Mais il faudrait d’abord qu’on ait accepté ma demande de congé. Pourvu qu’on ne me dise pas non | D> Les formes du subjonctif Dans la langue courante, le subjonctif apparait sous une forme simple (qui ait, qu’on dise) appelée subjonctif orésent, et sous une forme composée (qu’on ait accepté) qui exprime aspect achevé, c'est le sub- jonctif passé. p> La valeur modale du subjonctif A la différence de Pindicatif, le subjonctif ne situe pas les actions dans le temps puisque la méme forme concerne aussi bien le passé, que le présent ou l'avenir. Ex. : Je voulais que tu viennes hier. Je veux que tu viennes immédiate- ment. Je préférerais que tu viennes demain. Le subjonctif est le mode qui présente les faits comme envisagés par Vesprit. Il exprime donc les faits qui sont Pobjet d’un désir, d’un ordre, dune volonté, dun doute, d’une crainte, d'une hypothese... D> Les emplois du subjonciit © Dans des propositions indépendantes ou principales pour exprimer un souhait, un ordre, une exhortation ou une éventualité. Ex. : Qu’on fasse entrer le témoin | Qu'il se mete a geler et c'est la catastrophe ! © Dans les propositions subordonnées con onctives introduites par que. Ex. : Jexige que vous sortiez. Je n’accepte pas qu’on me mente. © Dans les propositions subordonnées relatives oi il exprime = — une intention non réalisée. Ex. : aimerais un robot qui fasse mes devoirs. ~ une restriction, aprés /e seul, le premier, le meilleu aprés une proposition principale négative ou interrogative. Ex. : Elle est la seule qui me fasse confiance. Je ne connais personne qui sache le faire. © Dans les propositions subordonnées circonstancielles introduites par des locutions subordonnées conjonctives formées avec que, le subjonctif exprime lincertitude du fait lige au but, & la condition, a opposition, a la conséquence, au temps... Ex. : Je le repete pour que vous compreniez. Bien qu'il lait su, il n’a rien dit. Dépéchons-nous avant qu’il pleuve ! ou le doute gs Ble hessleeyexboe on italique sont au sub- jonctif ou a l'indicatif. 1. Quand je danse, j‘oublie tout. 2. Pourvu que je danse, j‘oublie tout. 3. Que je renonce ? Jamais. 4. Ine faut pas que je renonce. 5. I est décu parce que je renonce. halter lou varias entre parenthéses au subjonctif. 1. Je me tais bien que j'(avoir) raison. 2. Je ne veux plus que vous (employer) ce savon. 3. Je vous chatouillerai jusqu’a ce que vous (rire). 4. Serais- tu le seul qui me (voir) réussir ? 5. Elle ne trouve Personne quila (croire). Sed Metiaxlsea) varboeiocire parenthéses au subjonctif passé (qui marque l’aspect achevé des action: 1. Bien quil (étre) malade, il est venu me voir. 2. Pourw quils (réussir) !3, I faut que vous (ren- trer) A midi. 4. Je ne crois pas que tout |e monde (comprendre). 4. Complétez la grille avec des verbes au ‘subjonetif présent. 1. Pouvoir (1"* sing,). 2. guérir (3° sing.). 3. lorgner (1" sing,). 4. éteindre (1" pluriel). 5. employer (2" pluriel). 6. savoir (2° sing,). 7. avoir (3* pluriel). 8. aller (1” sing.). 8. dormir(2*sing.). 10. peindre (1" pluriel). 11. rier (2° pluriel). 12. visser (2° pluriel). 13. hair(1"* sing). 14. pier (1” plurie!). 10 12 14 Exprimez vonetietae Donnez des ordres Que récole Que le dernier Que la guerre .. Qu'on me . Que le temps Que le spectacle Que nos parents ........ | Qu’on ne lui Que vous Que le coupable Que la paix i Que cette lettre Que les hommes. Que l'on ne Que le vent Quil ne me .. 6. Passe simple ou impartalt du subjonetif 2 1. Ils avaient mangé jusqu’é ce quil ne rest... plus rien. 2. Quand elle voul... rentrer, c’était trop tard. 3. | était impossible qu’elle rest... . 4. Il sortit dés quelle arriv... .5. Elle avait préféré quill '6pous... . 6. Bien avant qu’onle lui expliqu..., il avait compris. 7... quetie est ta fonction des propositions subordonnées ? 1. Ne le faites pas, & moins que vous sachiez le faire. 2. En admettant que vous y alliez, qu'y ferez~ vous ?3, Elle t'a acheté ce disque pour que tu sois content. 4. Vous ne sortirez pas avant que vous ayez fini. 5. On a élargi 'autoroute de facon qu'on puisse y circuler plus en séourité. 6. Pour peu quion le vexe, il ne dit plus rien. 8. compistez ee phrases. 4. Vous seriez bien la premigre qui.......2. C'est le seulque ....... 3, J'aimerais une voiture qui 4, Je n'épouserais jamais quelquun qui ... aL g aaa” V mH Leprésent de Findicatif > La valeur propre du présent © Le présent de l'indicatif est le temps par lequel on exprime ce qui se passe, soit dans un instant trés court, soit dans un temps beaucoup plus large, au moment ott on parle, ot on écrit. Ex. : Nous sommes en direct du Salon de Vautomobile. Voild le ministre de Vindustrie qui s'avance. «— Monsieur le ministre, le succes du Salon refléte-t-il le succés de la reprise économique ? — Tout a fait. Notre économie se porte bien et la vente des véhicules neufs le montre bien. — Monsieur le ministre, je vous remercie. » Présent de l’instant trés court : s’avance, remercie. . Durée un peu plus grande : refléte. Durée plus grande encore : se porte, montre. © De cette valeur fondamentale découle !emploi du présent pour ex- primer : ~ des phénoménes permanents, des vérités de tous les temps. Ex. : La Terre tourne autour du Soleil. ~ des faits répétés, habituels. x. : Elle se léve tous les jours @ six heures. = un passé récent ou un futur proche, en contact étroit avec le présent. Ex. : arrive a l'instant d’Orly. Je reviens tout de suite. [> Le présent de narration Dans un récit au passé, on peut trouver des verbes au présent de l’indi- catif qui rendent le récit plus vivant, plus proche du lecteur. C'est le présent de narration. Ex. : Nous nous promenions dans la forét de Fontainebleau. Il faisait une douce température printaniére, Soudain éclate un orage d'une rare vio- tence. Nous n'avons que le temps de nous réfugier sous un gros rocher... Le présent de narration souligne un passzge particuligrement drama- tique du récit. Il est parfois employé de fagon continue dans des récits qui s’efforcent de présenter les actions comme si elles se déroulaient au moment oi 'auteur les raconte. > Valeurs d'aspects du présent © Le présent exprime essentiellement aspect inachevé de ’action. x. : Notre économie se porte bien. © [peut exprimer aussi l'aspect ponctuel ou durable de l’action. Ex. : Je vous remercie. Il fait beau, EXERCICES i Conjuguez au présent. Je (parier) — je (sourire) — tu (clouer) - ils (jouer) — il (conclure) ~ elle (temuer) — je (relite) — je (relier) — tu (6crire) — tu (crier) — il (balayer) ~ il (extraire) — je (déduire) — je (s'ennuyer) —tu (boire) —tu (broyer) ~ il (finir) — il (renier) 7 Conjuguez au présent, Je (répondre) — tu (rejoindre) — elle (résoudre) — je (confondre) — tu (atteindre) — elle (craindre) ~ il se (tordre) — nous (résoudre) — vous (courit) — vous (faire) — nous (dire). Storied iaintaer présents dans les extraits suivants ? 66Ma tante Mélie est muette — avec cela bavarde, bavarde ! ‘Ses yeux, son front, ses lévres, ses mains, ses pieds, ses nerfs, ses muscles, sa chair, sa peau, tout chez elle remue, jase, interroge, répond ; elle vous harcéle de questions; elle demande des répliques...» Jules Valles «éNew York ne se révéle qu’a une certaine hau- teur, & une certaine distance, a une certaine vi- tesse : ce ne sont ni la hauteur, ni la distance, nila vitesse du piéton. Cette ville ressemble étonnam- ment aux grandes plaines andalouses : monotone quand on la parcourt & pied, superbe et chan- geante quand on la traverse en voiture.» Jean-Paul Sata, Situations 3, Galimara 66Le roi arriva jeudi au soir: la chasse, les lan- termes, le clair de la lune, la promenade, la collation dans un lieu tapissé de joncuilles, tout cela fut & souhait. On soupa ; il y eut quelques tables oti le réti manque, & cause de plusieurs diners od Ton ne était point attendu. Cela saisit Vatel ; il dit plu- sieurs fois : « Je suis perdu d'honneur ; voici un affront que je ne supporteral pas. » II dit A Goin- ville: « La téte me tourne ;il y a douze nults que je ai dormi ; aidez-moi a donner des ordres, » Goin- ville le soulagea en ce quill put.» Madame de Sévigné, Letres A. ccriver tes réponses en reprenant les mémes verbes que dans les questions. 1. Comment vous appelez-vous ? 2, Ou achetez-vous vos vétements ? 3. Jetez-vous vos vieux jouets ? 4. Congelez-vous des plats cuisinés ? 5. Vous bat- tez-vous souvent ? 6. Oi partez-vous en vacances ? 7. Mentez-vous a vos parents ? 8, Paraissez-vous votre age ? 5: Compiétez les proverbes avec des verbes au présent choisis dans Ia liste suivante : connaitre — aboyer — nuire ~ croftre — suftire — chatier — payer — craindre. 1. Qui... 8e8 dettes, sfenrichit, 2. A lceuvre, on «.»,'ouvrier. 3. Abondance de biens ne . 4. Qui aime bien, ...... bien. 5. Les chiens . caravane passe. 6. Chat échaudé....... 'eau froide. 7. Alla Sainte-Luce, les jours ...... du saut d’une puce. 8. A chaque jour...... sa peine, Oitconusrlarsctten employant le présent de narration. Je n'ai pas fait attention que la nuit tombatt vite. Le temps était bas. |I avait plu dans la journée. J'entrai dans le bois. Tout coup. Zz Vimparfait et le plus-que-parfait > La valeur propre de Pimparfait L'imparfait exprime une action en cours d’accomplissement dans le pas- sé, simultanément & une autre action ; il marque donc la durée. Il est toujours terminé par ais, ais, ait, ions, iez, aient. Ex. : Hier, quand je suis arrivé au lycée, deux éléves se disputaient, (étaient en train de se disputer) 0 Cest pourquoi l’imparfait convient : © pour faire des descriptions qui prennent place dans un récit au passé. Ex. : On était aautomme, la ville, sous le grand ciel pale, s'alanguis- sait d'un gris doux et tendre, piqué ca et la de verdures sombres qui res- semblaient a de larges feuilles de nénuphars nageant sur un lac ; le soleil se couchait dans un nuage rouge, et, tandis que les fonds s'emplissaient d'une brume légere, une poussiére d’or, une rosée d’or tombait sur la rive droite de la ville, du coté de la Madeleine et des Tuileries.” Emile Zola, La Cuée © pour exprimer une habitude, une répétition d’actions situées dans le passé. Ex. : Le matin il se levait avec le jour, mais aprés avoir déjeuné, invaria~ blement, il faisait une petite sieste. > Valeurs particuliéres L’imparfait exprime aussi ; © une action qui a été sur le point de se réaliser. Il se substitue au conditionnel passé. Ex, : Un metre de plus, et la voiture basculait dans le vide. © une hypothése incertaine, dans une subordonnée avec si. Ex. : Si nous passions par la, nous irions plus vite. © une atténuation de politesse, a la place du présent. Ex. : Excusez-moi. Je venais juste vous demander si ma voiture ne géne pas. D> Le plus-que-parfaii C'est la forme composée de ’imparfait. Il est formé dun auxiliaire (avoir ou étre) conjugué a 'imparfait et d'un participe passé. Imparfait Plus-que-parfait Chanter elle chantait elle avait chanté Venir elle venait elle était venue Le plus-que-parfait exprime une action achevée dans le passé avant une autre action, elle-méme située dans le passé. Ex. : Lorsqu’il rentra, ils avaient déja tous mangé et ils s'étaient retirés dans Ia salle commune ont un grand feu avait été allumé. Le plus-que-parfait exprime les mémes nuances que l’imparfait. Sl et tence temps sont les formes verbales suivantes : nous crions ~ nous eriions — nous allions — il faut que nous allions — je courais — je courrais — il mou.- rait— il mourait ~ vous employiez ~ il faut que vous employiez — jaimai — j'aimais. 2 Conjuguez a 'impartait puis au plus-que- parfait en employant le pronom ils : 6teindre ~ entrevoir — survenir — exiraire ~ moudre — résoudre — craindre. S.. Remptssez'a grille. Tous les verbes sont a Vimparfait, 1. crier : 1" pers. pluriel 2. ployer : 2* pers. pluriel 3. sourire : 3* pers. sing. 4. scier : 2° pers. pluriel 5. rayer: 1” pers. pluriel 6. errer : 3° pers. sing. 7. sauter : 2 pers. pluriel, 5 i 4. Mettez les verbes a l'imparfait. 6¢La mer (étre) belle. Les gerbes blanches (fuser) dans la lumiére, trés haut et tr&s droit, puis (retom- ber) en nuages de vapeur qui (glisser) dans le vent. Leau nouvelle (emplit) les creux des vagues, (la- ver) la croite blanche, (arracher) les touffes dalgues, > J-M. Le Clézio, Coli qui n'a jamais vu la mer, Galimard EXER CIC ES 5). auelto ost ia veleur des impartaits dans les phrases suivantes ? 1. 66Arrivés a l'arrét de La Plage, en face d'un casino rongé d'humidité, on prenait place solen- neliement... Au garcon de la petite baraque, qui Sappelait « Au Kass'Kroutt’s », on demandait timi- dement une bouteille de biére, des assiettes, des fourchettes...» ‘Albert Cohen, Le vre de ma mére, Gallimard 2. Vous m'appeliez un quart d’heure plus t6t, je ne pouvais vous répondre. 3. C’était un vieil homme couleur de suie, avec un visage dans lequel se lisait une infinie tristesse. Le regard, surtout, exprimait toute la misére des pauvres. 4. Un pas de plus et il était abattu ! 5. Je voulais juste vous demander rheure. G5 Metiox toe verbsarentre parenthéses aux temps qui s'imposent. 1. Si vous (parler) plus fort, on vous entendra. 2. Si vous (parler) plus fort, on vous entendrait. 3. Si vous (parier) plus fort, on vous aurait entendu. 4. Si elle (arriver) a Theure, vous 'auriez vue. 5. Si elle (arriver) a Iheure, vous la verrez. 6. Sielle (arriver) a heure, vous la verriez. ivciiatieci beni canier Parenthéses au temps qui s’impose pour marquer l'aspect achevé de I'action, ou antériorité. Il était une fois un seigneur qui (épouser) en secon- des noces la femme la plus orgueilleuse qu'on ne (voir) jamais. Cette fernme (avoir), d'un premier mariage, deux filles aussi figres qu'elle. Quant au seigneur, sa premiére femme lui (donner), avant de mourir en couches, une belle enfant que plus tard on (appeler) Cendrilion parce que, lorsqu’elle (faire) son ménage, elle allait s'assecir prés des cendres, dans la cheminée. Continuez le conte en vous efforgant d'em- ployer I'imparfait et le plus-que-parfait. 89