Vous êtes sur la page 1sur 52

Hors-série www.industrie-technologies.

com REVIVEZ
VINGT ANS
D’HISTOIRE DU NET
EN VIDÉOS

HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009 - 11


FOLLE
LA
HISTOIRE
DU
WEB 1989-2009
www.industrie-technologies.com
EDITO

Puissance
Web
Toujours plus loin, toujours plus rapide, toujours plus
sophistiqué… Internet n’en finit pas d’accélérer nos vies.
Avec l’avènement du Web il y a vingt ans (seulement !),
nous sommes passés du mode course de fond au mode
sprint. Une étude récente démontrait, par exemple, que
les managers n’arrivaient pas à se concentrer plus de qua-
tre minutes d’affilée sur une seule et même tâche sans
être dérangés… le plus souvent par un e-mail. Les « Cc »,
les « Transférer » et les « Répondre (à tous) » – accessibles
en un clic de souris – ont permis de démultiplier le nom-
bre d’informations reçues par tout un chacun. Au point
ccTHIBAUT DE JAEGHER que cela en devient indigeste, parfois.
RÉDACTEUR EN CHEF Cette abondance de biens immatériels influe sur tous
tdejaegher@industrie-technologies.com
les secteurs de la société. Les politiques doivent répon-
dre à chaque « buzz » de la Toile, en inventant parfois
une nouvelle loi. Les journalistes s’échinent
Avec Internet, à courir après le scoop, même s’il ne tient que
tout va plus vite, quelques heures. Quant aux entreprises, elles
tout est plus fort… doivent revoir leur façon d’innover.
surtout la voix Le rapport direct qu’ont institué avec les
internautes des (ex-)start-up comme Google,
du client. Facebook ou plus récemment Twitter, impose
aux industriels de changer complètement leur
manière de créer de nouveaux produits et ser-
vices. Hier, les ingénieurs concevaient et proposaient la
meilleure solution possible au client. Aujourd’hui – et plus
encore demain –, ce sont les utilisateurs qui exposent leurs
besoins et proposent leurs solutions. À charge pour les
concepteurs d’y répondre. Avec le Web, le client a pris le
pouvoir… et il n’est pas prêt de le lâcher. cm
B. LEVY POUR IT

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 3
Antony Parc II
10, place du général de Gaulle www.industrie-technologies.com
92160 Antony
Tél. : 01-77-92-92-92
Fax Rédaction : 01-77-92-98-51 SOMMAIRE
Fax Publicité : 01-77-92-98-50

Une publication de

Pour joindre vos correspondants,


composez 01-77-92, suivi des quatre chiffres
entre parenthèses indiqués après chaque nom.

Président Directeur général Christophe Czajka


Directeur général délégué Paul Boursier
RÉDACTION
Directeur des rédactions Laurent Guez (9423)
Rédacteur en chef Thibaut De Jaegher (9483) 1989cccccc1997
Conseil éditorial Fabrice Frossard (9452)
Secrétaire générale de la rédaction
Christine Bradu (9496)
Assistante de la rédaction A Web is born :
Marie-Ange Planque (9424)
Rédacteurs en chef adjoints Ridha Loukil (9480) (Tech-
nologies de l’information et de communication, télécoms,
tout le monde
électronique, propriété industrielle, informatique)
Jean-François Prevéraud (9458) (Bureaux d’études,
se lève pour le Net
design, CAO, lettre web) LE BLOC-NOTES cc page 13
Rédacteurs Muriel Royer de Véricourt (9482) DE LA RÉDACTION
(Matériaux, biotechnologies) Thomas Blosseville (9481)
(Energie, environnement) Charles Foucault (9443) (Tech- cc PAGE 6
nologies de la production) Didier Ragu (9435) (Nouveaux
produits) 1989 À 1992
ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO
Aurélie Barbaux, Philippe Pélaprat et Éric Bruckner (SR) Tim Berners-Lee
invente le Web
RÉALISATION Secrétariat de rédaction
Nicole Torras (9493), première secrétaire de rédaction cc page 14
Directeur artistique Gérard Quévrin (9494)
Service Photo Bernard Vidal (9490)
Conception graphique Rampazzo & Associés 1991 À 1994
COMMERCIAL
LA PHOTO-TECH Netscape
Directeur des forces commerciales et marketing vogue sur la Toile
du pôle industrie Pierre-Dominique Lucas (9472) Web profond cc page 16
Directrice de la publicité Anne-Sophie Mellone (9359) cc PAGE 8
Directeur de clientèle Éric Talley (9578)
Chef de publicité Farah El Makki (9361)
Régions Thierry Borde, directeur (04-72-84-27-54)
1995 À 1997
Est Clarisse Michel (03-88-84-36-06)
Italie Jean-Pierre Bruel ([031]751-494)
Yahoo! guide les pas
Allemagne/Suisse Dominique Schall ([78-44]47-001) des premiers internautes
Benelux (Bruxelles) Anne Stuckens ([02]647-67-34) cc page 18
Grande-Bretagne François Krébel ([01-483]72-02-14
et 72-03-26)
États-Unis Lawler Communications, Larry Lawler
([001]914-698-66-55)
Espace Industrie - Contact Industrie - Service publicité
Nathalie Chasles (9374)
La direction se réserve le droit de refuser toute insertion
sans avoir à justifier de sa décision.
MARKETING Responsable du service Jean-Baptiste
Alline (9781) Responsable marketing Damien Delhomme
(9786)
ANNONCES CLASSÉES Directeur général Pierre-Domi-
nique Lucas (9403) Assistante Catherine Bénézit (9412)
CONFÉRENCES-EVÉNEMENTS Directrice Anne-Carole
Barbarin (9290) Fibre optique :
ADMINISTRATION-GESTION Directeur administratif
et financier Stéphane Deplus (9402) Service juridique
dans les coulisses
(9744) Directeur des ressources humaines Frédéric Sibille
(9444) Fabrication Benoit Carlier (responsable) (9314)
des filatures du Web
cc page 20
TECHNIQUE-PRODUCTION Informatique Philippe Bobo
(01-46-99-24-37) Services généraux Jean-Pierre David
(responsable) (9416)
DIFFUSION-ABONNEMENTS-EDITIONS CE NUMÉRO COMPORTE :
UN ENCART ABONNEMENT
Directrice de la diffusion et de la promotion Bénédicte BROCHÉ DE 4 PAGES
Hartog (9406) Directrice des abonnements Patricia Rosso ENTRE LES PAGES 2 ET 51.
(9788)Directrice des éditions Annie Zaratti (9774) Res-
ponsable de la promotion Isabelle de Goüyon Matignon
(9811) Service Clients (9292)
TARIFS ABONNEMENTS
France (TVA 2,10 %) 1 an, 11 numéros + accès Web : 105 euros TTC
Etudiants/Demandeurs d’emploi 55 euros TTC (sur justificatif)
Etranger nous consulter
Règlement à l’ordre d’Industrie et Technologies
cc 2020
Pour l’UE, préciser le numéro de TVA intracommunautaire
Librairie (vente des numéros déjà parus et des annuaires)
Annuaires (TVA 5,5 % incluse) « L’Atlas des usines » : 95 euros TTC Les trois
Numéro de commission paritaire : 0612T81775. Numéro ISSN :
1633-7107. Dépôt légal : à parution. Impression : Mordacq 62120
challenges
Aire-sur-LaLys. Industrie et Technologies est édité par Groupe
Industrie Services Info (principal actionnaire : GISI Communications),
SA au capital de 1 057 080 euros. RCS Nanterre 309.395.820.
de l’Internet
du futur
10, place de Général de Gaulle 92160 Antony. Toute reproduction,
représentation, traduction ou adaptation, qu’elle soit intégrale ou partielle,
quels qu’en soient le procédé, le support ou le média, est strictement inter-
dite sans l’autorisation de l’éditeur, sauf dans les cas prévus par l’article
L.122-5 du code de la propriété intellectuelle. Seules sont autorisées les cc page 46
reproductions réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une
utilisation collective et les analyses et courtes citations justifiées par le carac-
tère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incor-
porées. (loi du 11 mars 1957, art. 40 et 41, et code pénal, art. 425).
Copyright Groupe Industrie Services Info. Tous droits réservés
Directeur de la publication Christophe Czajka

4 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
SOMMAIRE INDEX

Les entreprises
et les établissements cités
1998cccccc2003 2004cccccc2009

L’ère Google : Le Web 2.0 :


plus Web la vie ! les internautes ccA
Adobe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
ccJ-K
Jiwa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
cc Page 25 ont la parole Agence spatiale
européenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Kelkoo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
cc page 37 ccL
Alcatel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 LG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
Alcatel-Lucent Bell Labs Linden Lab . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Lip 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Amazon . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16, 34, 42
1998 À 1999 2004 À 2005 ccM
AOL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Meetic. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Deux étudiants révolutionnent Facebook, le réseau social Apple. . .15, 19, 27, 32, 40, 42
Microsoft . . . . . . . 15, 17, 18, 34,
la recherche sur le Net pour les masses Asus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 38, 41, 42
cc page 26 cc page 38 ccB MIT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Barnes & Nobles. . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Motorola. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14, 19
2000 2006 À 2007 Bewan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Mozilla . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17, 27, 51
Flash se propage iPhone : Brézillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 MySpace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
à la vitesse de l’éclair raz de marée ccC ccN
cc page 28 Copains d’avant. . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Netscape. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
cc page 40
Corning . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Netvibes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Napster, musique gratuite ccD Nexans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
pour tous 2008 À 2009
Dailymotion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Nokia. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
cc page 30 L’informatique dans les nuages Darty . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Numéricable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
cc page 42 Deezer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 ccO
2001 À 2003 Draka Cable Solution. . . . . . . . 20 Orange . . . . 39, 40, 43, 44, 46
Wikipédia inaugure Draka Comteq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Orange Labs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
la collaboration universelle ccE ccP
cc page 32 eBay . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19, 32 Palm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
École nationale Panasonic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
supérieure des
Philips . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Les neuf mois télécommunications . . . . . . . . 46
Picasa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
de gestation EdF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
ccR
Equinix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
des box Internet ETDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 RealNetworks . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
cc page 45 Rim . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19, 27
ccF
Facebook. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 ccS
Flickr. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Sagem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
France Télécom . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 SalesForce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
France Télécom Marine . . . . . 8 Samsung . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42, 43
Datacenters : Free. . . . . . . . . . . 27, 39, 41, 43, 44 SFR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39, 43, 44
les secrets Friendster . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Sony . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42, 43
Sun Microsystems . . . . . . . . . . . . . 19
des entrepôts du Net ccG
ccT
cc page 34 CRÉDITS PHOTOS
Global Switch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
COUVERTURE ET SOMMAIRE : Google . . . . . .25, 26, 33, 34, 38, T-Mobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
GETTY ; RÉA ; D.R. 41, 42 TelecityGroup . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Google Earth . . . . . . . . . . . . . . . . 40, 41 Telehouse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
ccH Thomson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Heraeus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Twitter. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
HP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 ccV
HTC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Viadeo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
ccI VideoLAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
MISE À NU IBM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15, 28, 34, 42 VocalTec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

UN NAVIGATEUR LIBRE IGN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 ccW


Wikipédia. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25, 32
Inria . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
SUR L’OCÉAN DU NET Institut Fraunhofer . . . . . . . . . . . 15 ccY
cc PAGE 51 Intel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42, 43 Yahoo! . . . . . . . . . . . . . 18, 41, 42, 43
Internet FR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 YouTube . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Interxion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Ipercast . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 5
www.industrie-technologies.com Retrouvez nos coups de cœur techno
sur le blog de la rédaction

LE BLOC-NOTES DE LA RÉDACTION
CASHPHONE. C’est sûrement
l’un des meilleurs business-modè-
les de l’ère Internet. L’iPhone d’Apple
et ses milliers d’applications à télécharger
ont démontré brillamment que l’on pouvait
faire beaucoup d’argent sur la Toile à par-
tir d’un simple gadget technologique.
Grâce à son interface intuitive (et à sa
communauté de dévelop-
peurs), ce smartphone
a convaincu 14 mil-
lions d’utilisateurs de
télécharger 1,5 mil-
liard d’applications
sur l’App Store depuis
L’outil idéal pour suivre
le cours de la Bourse et
son lancement. Pour, GAZOUILLIS.
trouver les toilettes publiques.
le plus souvent, une Le mot le plus cité
fraction d’euro, les petits de l’année 2009
logiciels proposés promettent de vous simpli- par les médias en ligne
fier la vie pour des activités aussi essentielles et papier confondus
que trouver les toilettes publiques les plus est « Twitter ».
proches, choisir un vin, suivre les cours de la En référence au fameux site de microblogging qui permet
Bourse, lire un livre, accorder votre piano… d’envoyer de brefs messages, auxquels a été donné
Jusqu’à récemment prioritairement destiné le doux nom de « tweets », en français « gazouillis ».
au grand public, la console entame mainte- Cette statistique, on la doit à la très sérieuse étude menée
nant un virage professionnel. SalesForces chaque année par l’institut américain Global Language Monitor.
ou Microsoft proposent des applications de Elle place Barack Obama et le virus H1N1 respectivement
CRM. NetSuite un ERP. Dassault Systèmes y en 2e et 3e position de ce palmarès sémantique.
offre une version de 3DVia et Total Immer- Surprise, le LHC, le grand accélérateur de particules du Cern,
sion y vend de la réalité augmentée. cm se classe en 8e position avec le mot Hadron. cm

P@$$W0RD. Fuyez les mots


CARTON À LA 3G… de passe trop passe-partout !
ROUGE qui met des limites à l’illimité !
C’est le message du centre de sécurité de Microsoft.
Pour confondre les crocheteurs de serrure de nos
Certains abonnés aux formules d’Internet mobile ont eu comptes protégés, la firme a concocté un tour
la mauvaise surprise de découvrir le nouveau sens de passe-passe : recenser les attaques dirigées contre
de ce mot… en recevant des factures dépassant parfois un faux serveur FTP, créé pour l’occasion.
les 150 000 euros par mois ! Résultat, les mots de passe « password », « 123456 »,
En fait, les forfaits 3G vendus comme « illimités » « fuckyou » et « abc123 » sont à éviter : ils figurent
offre bien un temps de connexion au réseau sans limite parmi ceux que les pirates testent le plus souvent.
mais bride le téléchargement de données à 1 Go par mois. Pour leur barrer la route, pensez à utiliser des caractères
Si en plus la connexion se fait à l’étranger, l’usager spéciaux. Et de deux mots, ne choisissez pas
RÉA ; D.R.

doit payer des frais élevés d’itinérance internationale. le plus court : sans être une garantie, la longueur
Autant de pièges rarement perçus par les utilisateurs. d’un mot de passe peut contribuer à sa robustesse. cm

6 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
LA PENSÉE DU MOIS
Quiconque a essayé un jour
d’entrer dans Internet sait qu’il ne faudrait
pas parler “d’autoroutes” de l’information
mais plutôt de labyrinthes.
Jacques Attali, dans un entretien au journal Le Monde

REVUE
WEB
ADDICTIF. Le site Cliic.com
revisite la fièvre acheteuse en
mixant les enchères style eBay Chronique
avec le côté aléatoire du poker.
Stressant, prenant, ludique, Cliic.com
cc FABRICE
FROSSARD du temps réel
propose la vente aux enchères au centime Centime par centime… Le Web a deux décennies, déjà. Hésitant entre la nostalgie
c’est le début de la fortune.
sur deux minutes. Concrètement, tous les et l’intérêt pour l’avenir, j’opte pour la seconde solution.
objets mis en vente sur le site sont neufs et mis à prix à 0 €. Chaque clic J’aurais pu vous raconter comment, avec d’autres
permet d’enchérir de 0,01 €. Pour pouvoir acheter l’objet au prix indiqué journalistes, nous avons réussi à imposer, entre autres
(souvent dérisoire) il faut simplement que deux minutes s’écoulent… sans que acronymes, FAI (fournisseur d’accès à Internet) au lieu
personne ne clique après vous. Il y a là moyen de faire des affaires sur de d’ISP (Internet Service Provider) dans la langue française.
nombreux produits high-tech. Mais attention: pour jouer Traduction trouvée après un intense brainstorming
il faut acheter des clics à 1 € en moyenne. Joueurs pathologiques, écartez- – autrement dit un « remue-méninges »! – autour de
vous de l’écran, vous deviendriez accrocs… et finiriez ruinés! cm moult bières. Mais vous échapperez à ce pensum d’ancien
combattant au profit des tendances du Web pour 2010.

À commencer par le temps réel. Les prémices de ce


JOUJOU. Connaissez-vous Spykee, phénomène se sont appelées cette année Facebook,
le robot à tout faire qui lit même Twitter ou encore Google Maps. L’année 2010 verra
vos mails ? Commercialisé par SFR en partenariat l’explosion des services associés au temps réel, par
avec Meccano, il peut vous conter des histoires puisées exemple la localisation d’une boutique ou d’un restaurant
dans les livres Nathan, réagir en présence d’autres contenus, depuis un mobile. Cela existe déjà, mais les progrès
par exemple un code-barres, à l’aide de sa Webcam des terminaux devraient singulièrement contribuer à
et même vous lire à haute voix vos mails, flux RSS étoffer les propositions marchandes grâce à la réalité
et autres actualités agrégées par SFR. Si vous êtes augmentée. Arme fatale de la géolocalisation, cette
absent toute la journée, Spykee vous tient même technique est déjà utilisée par Bouygues Telecom dans
au courant des évènements de votre domicile grâce le cadre de son service « Ici Info ».
aux images et alertes qu’il vous envoie sur votre portable. cm
Pour accompagner cet essor, le paiement par mobile
trouvera sans doute son public en 2010 et ouvrira de
GRIPPÉ. Google traque les virus… biologiques ! nouvelles perspectives dans les usages. Dont peut être
Le moteur de recherche propose de repérer tous les chats dans la gorge une personnalisation accrue de l’information, tendance
du monde grâce à sa souris en cliquant sur l’adresse www.google.org/flutrends. esquissée en 2009 avec Google – encore et toujours –
Lancée en novembre 2008, cette application propose désormais de suivre qui propose d’affiner les recherches selon vos propres
le virus dans 20 pays, grâce à une information mise à jour au quotidien. critères, mais aussi avec la pléthore de moteurs toujours
Comment ? Grâce à une corrélation établie entre les mots clés relatifs à la grippe plus verticaux, personnalisables et communautaires, à
tapés par les internautes d’une zone géographique donnée et la transmission l’instar de Zakta nouvellement apparu sur la Toile.
de la maladie dans la région.
Une technique que des chercheurs de Google Rajoutons un peu de télévision, là aussi communautaire
et un scientifique des centres américains (voir Techtoc.tv), de télé tout court et l’usage toujours plus
pour le contrôle et la prévention des maladies intensif par les professionnels du cloud computing, à quoi
(Centers for Disease Control and Prevention) on peut ajouter le développement de ce que l’on appelait
ont détaillée dans la prestigieuse revue autrefois ASP devenu SaaS, et, avec une probabilité assez
scientifique Nature le 19 février 2009. forte d’erreur, on peut dire que le paysage du Web en
Le moteur de recherche précise 2010 se dessine… avec un mobile.
Bon Dyu ! Ils ont pas la grippe que le comptage des requêtes se fait
en Auvergne, y a du bon air !
D.R.

de façon anonyme. cm
ffrossard@industrie-technologies.fr

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 7
www.industrie-technologies.com

PHOTO-TECH

8 HORS-SéRIeccDéceMBRe 2009
PHOTO-TECH

Web profond
La liaison
Internet entre
les continents
se fait
essentiellement
via des câbles
sous-marins
contenant
des fibres optiques.
Nous sommes ici
dans l’une des cuves
du René Descartes,
l’un des quatre
navires câbliers
de France Télécom
Marine.
Il peut emporter
plus de 4 000 km
de câbles équipés
de répéteurs
et les enfouir
à 3 m dans la croûte
terrestre par plus
de 2 000 m de fond.

Réa

DéceMBRe 2009ccHORS-SéRIe 
www.industrie-technologies.com Découvrez notre diaporama sur les mille
et une manières de visualiser le Web
PHOTO-TECH

La Toile vue du ciel


Internet est
une architecture
si décentralisée,
distribuée
et aménagée
localement,
qu’elle a toutes
les caractéristiques
d’un système
complexe évolutif,
qui s’auto-organise.
Plus proche
de la cellule
organique que
de l’informatique
classique ! Difficile
dans ces conditions
de la cartographier.
Cette représentation
met en avant
les stars qui
la composent,
les sites les plus
visités, et les
interconnexions les
plus significatives.
D.R.

10 HORS-SéRIeccDéceMBRe 2009
PHOTO-TECH

Infrastructure vitale
Entité virtuelle par excellence, le Web s’appuie
sur d’énormes moyens informatiques pour mettre
à disposition du public des milliards de données.
La Toile s’appuie notamment sur des centres
de calcul, aussi vastes que des terrains de football,
qui contiennent de longues rangées
de serveurs dont le clignotement des Led témoigne
que le réseau est bien vivant.

CisCo

DéceMBRe 2009ccHORS-SéRIe 11
www.industrie-technologies.com

1989
1997
97
A Web is born:
tout le monde
se lève pour le Net
COUVERTURE Alors qu’Internet étend sa couverture géographique et
En s’appuyant 1989-1998
sur les liens hypertextes,
que les ordinateurs hôtes connectés se multiplient, une La chronologie
le Web simplifie invention va révolutionner son usage: le World Wide ccPAGES 14-19
la navigation
Web. Le Net devient une sorte de toile mondiale qu’on
sur le réseau. L’ENQUÊTE
explore, sans contrainte de distance, par de simples Fibre optique :
clics. L’apparition du navigateur Netscape, le corollaire de ce dévelop- dans les coulisses
pement, rend la tâche si aisée qu’on parle désormais de surf. des filatures du Web
ccPAGE 20
À l’explosion de l’information sur le réseau répond la mise en ligne
des moteurs de recherche Yahoo!, Altavista et Lycos. Ils défriche-
ront le terrain labouré par la suite par Google et Microsoft. Les sites
d’e-commerce poussent comme des champignons. Amazon et eBay
en sont les deux figures emblématiques. L’accès à Internet par la ligne
téléphonique s’accélère jusqu’à culminer à 56 Kbit/s. Au-delà du micro-
ordinateur en mode fixe, le réseau s’étend aux PC portables, à la télé-
vision et aux mobiles communicants, ancêtres des smartphones.
Non content de transporter des données informatiques Internet s’atta-
que aux autres types de trafic: voix, téléphone, télécopies, images, etc.
Une convergence sous la bannière du protocole de communication IP
qui va bouleverser comme jamais l’industrie des télécoms.

ccRIDHA LOUKIL
rloukil@industrie-technologies.com

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 13
www.industrie-technologies.com Le Web de demain vu et décrypté, en vidéo,
par Tim Berner-Lee.
1989 cccccccccccccccccc 1992

Tim Berners-Lee invente le Web

LE BUZZ DE L’ANNÉE

c Alors que la science des ordinateurs sur la planète en leur donnant accès aux indépendamment de leur implantation
s’est développée au fin fond de quelques résultats qu’ils publient sur le Net. Plus géographique. Internet devient une toile.
garages américains, c’est un Britannique tard, il déclarera : « Je n’ai eu qu’à repren- Pour mettre en œuvre cette idée, Tim Ber-
qui a bouleversé l’usage d’Internet en dre le principe de l’hypertexte et à le relier ners-Lee crée trois technologies : URL
inventant le World Wide Web. Né en 1955 au protocole de communication TCP et pour l’identification des sites Web, HTML
à Londres, Tim Berners-Lee a l’informati- au mode de nommage DNS d’Internet, et pour la construction des pages et HTTP
que dans le sang. Pendant ses études de – voilà ! – le World Wide Web fut. » pour le transfert des données. Et au lieu
physique à l’université d’Oxford, de 1974 de les breveter, il les met gratuitement
à 1976, il crée déjà son ordinateur à partir cc LeWorld Wide Web fut à la disposition de tout le monde. Porté
d’un microprocesseur M68000 de Moto- et Internet devint une toile par la célébrité, il rejoint en 1994 le MIT
rola et de composants récupérés sur un En effet, l’hypertexte est une technique de et fonde la même année le World Wide
vieux téléviseur. Entré en 1989 au Cern, liens entre fichiers connue depuis 1945. Web Consortium (W3C), un réseau d’ex-
le laboratoire européen de recherche en En l’exploitant, il devient possible, par perts qui définit les technologies d’Inter-
physique nucléaire, à Genève, il imagine de simples clics, de passer d’un serveur, net et qu’il préside jusqu’à ce jour. Marié
un outil de partage d’informations via situé à Genève, à un autre, implanté en et père de deux enfants, il vit, depuis son
Internet. L’idée est de faciliter la colla- Californie, et ainsi de suite de parcou- déménagement outre-Atlantique, à Bos-
boration entre les chercheurs dispersés rir les sites interconnectés par Internet ton, aux États-Unis. cm

Compuserve et AOL
OFF-LINE L’Amérique se met en ligne
L’Arpanet, à l’origine du Net avec l’interconnexion Après Compuserve, America Online lance à son tour un service
en 1969 de quatre sites (universités de Columbia, en ligne. Outre la messagerie électronique, il donne accès à
de Californie et d’Utah, et de l’institut de recherche une sélection de services d’information en mode dial-up
de Stanford), disparaît définitivement en 1990. (numérotation téléphonique). America Online arrive en France en
Le mot Internet, apparu en 1984, devient la seule
1991, suivi par Compuserve en 1993. Au départ fermés,
dénomination du réseau mondial.
D.R.

ces services s’ouvriront plus tard sur Internet et le Web. cm

14 hors-sérieccdécembre 2009
1989 cccccccccccccccccc 1992

QuickTime
Il sait tout lire
Apple développe QuickTime,
un logiciel de lecture de fichiers
multimédias lancé d’abord
sur Mac OS en décembre 1991
puis, en 1992, sur Windows. L’amplificateur optique
Il sera concurrencé plus tard Lotus Notes Un composant de la mondialisation
par les lecteurs Windows Media Échange de messages Des chercheurs des Bell Labs, aux États-Unis,
Player de Microsoft, RealPlayer entre pros et de l’université Southampton, en Angleterre,
de RealNetworks et VLC Lotus introduit la première version inventent l’amplificateur optique. En amplifiant
de VideoLAN. cm de sa messagerie professionnelle le signal lumineux sans conversion à l’électronique,
Lotus Notes. La société est rachetée ce composant favorise l’installation de liaisons
en 1995 par IBM. Aujourd’hui, transatlantiques à haut débit et le développement
plus qu’une simple messagerie d’Internet en dehors des États-Unis. cm
Le modem câble électronique, c’est une suite complète
Le coaxial de travail collaboratif à l’heure
s’offre Internet d’Internet. Elle constitue la seule
La ligne téléphonique solution de rechange en entreprise L’ouverture aux sociétés
en cuivre n’a plus à la suite bureautique Office commerciales
le monopole des modems. de Microsoft. cm Le Net est
Le câble coaxial, prévu une marchandise
à l’origine pour le transport Les services de messagerie

100
de la vidéo, a aussi électronique MCI Mail, OnTyme,
son modem. Il est présenté
pour la première fois
en 1990 par la société
Mbit/s
C’est le débit de la technologie FDDI d’anneau
Telemail et Compuserve,
aux États-Unis, s’interconnectent
via Internet. Le réseau
américaine Hybrid à fibre optique destiné à l’interconnexion de réseaux locaux. des réseaux, réservé jusqu’ici
Networks. cm Les produits apparaissent à la première édition du salon à la communication au sein
Interop, à Las Vegas, consacré aux réseaux et télécoms. du monde universitaire, s’ouvre au
transport de trafic commercial. cm

Le format MP 3 dématérialise la musique


c Quand des chercheurs européens MP 3, d’une qualité acceptable avec
déposent en 1989 les premiers bre- un système de reproduction sonore
vets de ce qui deviendra en 1995 standard, et ce malgré la perte
Mpeg Audio Layer 3 ou MP 3, ils d’informations (réduction du
n’imaginent pas la révolution qu’ils spectre des fréquences). D’autres
vont provoquer dans l’industrie de formats de compression musicale,
la musique. Ce format de codage et plus efficaces et plus performants,
de compression de la musique, né verront plus tard le jour. Mais
du projet de recherche Eureka EU- le MP 3 restera le format le plus
147 de 1987 à 1994, va en effet boule- répandu sur Internet. Son dévelop-
verser, dès le début des années 2000, pement sera vécu comme un cau-
la façon de consommer de la musi- chemar par l’industrie du disque.
que. En compressant les données Mais pour Philips, TdF, France Télé-
par un facteur atteignant 12, il rend com, Thomson et l’institut Fraun-
possible la diffusion et l’échange hofer, les détenteurs des brevets,
de fichiers musicaux numériques c’est le gros lot. Ils récoltent des
sur Internet. Une bande passante redevances à chaque implémenta-
Karlheinz Brandenburg (deuxième à partir de la droite), l’inventeur de 128 kbit/s suffit pour écouter tion du format sur un serveur ou
D.R.

du format MP 3, entouré de son équipe, à l’institut Fraunhofer. en ligne des morceaux encodés en un lecteur. cm

décembre 2009cchors-série 15
www.industrie-technologies.com L’interview en vidéo
de Jeff Bezos réalisée
1991cccccccccccccccccc 1994 par le Wall Street Journal

Première
La french
connexion
Premiers pas d’Internet
en France avec l’introduction
en 1992 par French Data
Network et Altern de solutions
pour se connecter au Net
via le Minitel. Les services
accessibles se limitent
à l’e-mail, aux newsgroups
et au réseau Usenet.
Début 1994, Rafi Haladjian
lance FranceNet,
Linux premier véritable fournisseur
Libération du logiciel d’accès à Internet en France, Jeff Bezos
Linus Torvalds, informaticien suivi par WorldNet. cm
à l’université d’Helsinki, Amazon
en Finlande, crée le noyau
Linux, une version du système pose les fondements
d’exploitation Unix qu’il publie
en 1991 sur le réseau Usenet
du commerce en ligne
puis sur le Web. N’importe qui c Amazon.com est le site emblématique du commerce
peut le reprendre pour l’enrichir, en ligne. La société est créée par Jeff Bezos en 1994 à
le modifier, etc. L’ère du logiciel Seattle. Le site ouvre en juillet 1995. Objectif de départ :
libre est lancée. cm vendre moins cher, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24,
Rafi Haladjian des livres partout dans le monde. Pour cela, il s’appuie
sur une chaîne logistique particulièrement efficace.
Diplômé de l’université de Princeton, le fondateur fait
preuve de flair et de patience. À 30 ans, il n’hésite pas à
Information abandonner son métier fort lucratif d’analyste financier
Le journal à Wall Street pour faire du Web son fonds de commerce.
se presse Beaucoup d’autres l’imiteront. Mais rares sont ceux
en ligne qui survivront à l’implosion de la bulle Internet. Mal-
Le Massachusetts gré d’énormes pertes, Amazon tient le coup et devient
Institute bénéficiaire à partir de 2004.
of Technology Le site marchand, qui a ouvert sa section française en
publie en ligne 2000, se diversifie dans la vente d’autres produits cultu-
The Tech, rels (notamment les disques), de matériels électroniques
premier journal et même de services informatiques. Amazon compte
sur le Web. cm aujourd’hui près de 17 000 salariés dans le monde et a
réalisé, en 2008, un chiffre d’affaires de 19 milliards de
dollars. Jeff Bezos possède également le site IMDB, base
de données universelle du cinéma, Alexa, fournisseur de
statistiques sur le trafic du Web et A9, moteur de recher-
che pour l’e-commerce, ainsi que la société Blue Origin
de vente de voyages spatiaux. cm

1 000 000
C’est le nombre
d’ordinateurs hôtes
connectés à Internet
SIPA ; D.R.

fin 1991 dans le monde.

16 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
L’interview en vidéo
de Marc Andreessen
sur les technologies mobiles
1991 cccccccccccccccccc 1994

Netscape vogue sur la Toile


Adressage
Le protocole IP
décuple ses forces
Sortie en 1994
du protocole IPv6
(Internet Protocol version 6),
destiné à succéder
au protocole d’origine IPv4.
En codant les adresses IP
(qui identifient les ordinateurs
connectés au Net)
sur 16 octets, au lieu
de 4 octets en IPv4, il étend
la capacité d’adressage IP
presque à l’infini. cm

LE BUZZ DE L’ANNÉE
Numérique
La photo se pixelise

c Alors que le World Wide Web est tout juste naissant, des étudiants
au National Center for Supercomputing Application (NCSA) de l’uni-
versité de l’Illinois élaborent le navigateur NCSA Mosaic. À l’aide de
ce logiciel, il devient possible d’explorer, d’une façon graphique,
la Toile. Il n’est pourtant pas le premier navigateur Web. Tim
Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web, en a déjà créé un,
spécifique au Cern. Le génie de Marc Andreessen, un des créa-
teurs du NCSA Mosaic, est de savoir transformer cette innova-
tion en entreprise. À 23 ans, il fonde avec Jim Clark la société
Netscape Communications. La version commerciale de NCSA
Mosaic prend le nom de Netscape Navigator. Elle fonctionne
sur Mac OS, Unix et Windows. Le succès est fulgurant. La Fuji, Sony et Kodak (boîtier Nikon)
société, perçue alors comme la grande star d’Internet, entre présentent les premiers appareils
en Bourse en 1995. de photographie numérique.
Mais face au rouleau compresseur de Microsoft et son Dans un premier temps,
Marc Andreessen navigateur Internet Explorer, le déclin se révèle inévitable. En grande diffi- la technologie se limite
culté, Netscape est rachetée en 1998 par AOL avant de disparaître en 2004. aux professionnels.
Mais l’héritage de Netscape se perpétue à travers la fondation de logiciels Mais Internet en accélérera
libres Mozilla et le navigateur Firefox. Battu par Bill Gates, Marc Andreessen la migration dans le grand public
n’abandonne pas pour autant la partie. En 2009, il se lance dans le dévelop- en offrant des services de partage
pement d’un nouveau navigateur, RockMelt. À suivre… cm en ligne, de publication, de
stockage, de tirage papier, etc. cm

Sécurité OFF-LINE
Échanges codés Gopher, le service de consultation d’informations
Développement par Netscape Communications sur Internet créé à l’université de Minnesota,
du protocole SSL (Secure Sockets Layer). entame son déclin au profit du Web. Il en sera de même
Basé sur le chiffrement pour la sécurisation pour les autres services similaires, Archie et WAIS.
des échanges de données entre serveurs
GETTY ; D.R.

et navigateurs, il est encore aujourd’hui à l’œuvre


sur la plupart des sites Web. cm

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 17
www.industrie-technologies.com Présentation en vidéo
des dessous de Yahoo!
1995cccccccccccccccccc 1997 par David Filo

Yahoo! guide les pas


825 000 000 C’est le montant total en dollars déboursé par Microsoft en 1997 pour racheter Hotmail et WebTV Networks.

des premiers internautes


c Le développement du Web rend les servi-
ces traditionnels de consultation de l’infor-
mation sur Internet comme Gopher inadap-
tés. Jerry Yang et David Filo sont les premiers
à ressentir le besoin d’un outil plus efficace.
Pendant qu’ils terminent leurs études d’in-
génieurs en informatique à l’université de
Stanford, ils développent en 1994 Yahoo!,
une application pensée au départ comme un
guide à la navigation sur la Toile fournissant
une sorte d’annuaire des sites Web intéres-
sants. En 1995, ils fondent à Santa Clara, en
Californie, leur société et feront plus tard
évoluer leur outil en un moteur de recher-
che Web. La même année, des chercheurs
de Digital Equipment Corp mettent en ligne
Altavista, qui s’imposera rapidement comme
le moteur de recherche textuelle
de référence jusqu’à l’avènement
de Google. Sa version française
arrive en 2000. Il déclinera ensuite
et finira en 2004 dans l’escarcelle de
Yahoo!. Toujours
en 1995, le pro-
fesseur Michael
Mauldin de l’université Carnegie Mellon, à
Pittsburg, crée la société Lycos pour exploiter
le moteur de recherche éponyme qu’il a mis
au point. Il connaîtra aussi le déclin et finira
comme un portail Internet. Ces pionniers de
la recherche sur le Web ont le mérite d’avoir
défriché le terrain. Seul Yahoo! survivra en
devenant plus tard le numéro 2 du secteur
derrière Google. Mais saura-t-il résister au
Bing de Microsoft ? cm
Jerry Yang et David Filo

Fax
Le télécopieur
le plus branché
Panasonic présente en 1997
Microsoft contre-attaque
le Panafax, le premier télécopieur c Après avoir ignoré l’émergence d’Internet, Microsoft change soudaine-
capable d’envoyer des fax ment de stratégie. En 1995, son patron-fondateur Bill Gates lui impose de
à l’autre bout du monde mettre le cap sur le réseau mondial. Et pour relever le défi, il mobilise des
pour le prix d’une moyens gigantesques. L’effort porte ses fruits avec le lancement la même
communication locale année de son navigateur Web Internet Explorer en option de son système
en transmettant d’exploitation Windows 95. L’offensive s’amplifie avec le perfectionnement
les documents par Internet. de ce navigateur, puis son intégration d’office dans Windows, jusqu’à prendre
Sagem reprendra le dessus sur Netscape en 1998. Microsoft se diversifie dans la messagerie sur le Web en
cette fonction sur l’ensemble rachetant Hotmail et dans l’Internet sur le téléviseur en prenant le contrôle la même
D.R.

de sa gamme de télécopieurs. cm année de WebTV Networks (qui a pris le nom par la suite de MSN TV). cm

18 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
1995 cccccccccccccccccc 1997

Débit d’accès Communication


La ligne téléphonique Bavardage sur Internet
bondit à 56 Kbit/s La société israélienne Mirabilis
Le modem téléphonique, propose en 1996 la première
limité alors à 33,6 Kbit/s, application de chat (messagerie
bondit à 56 Kbit/s. instantanée). Les internautes
Trois technologies sont peuvent s’adonner
en compétition: X2 de 3Com au bavardage sur Internet,
et US Robotics, K56flex sans se ruiner. La société
de Rockwell Semiconductor est rachetée en 1998 par AOL
et Lucent Technologies, et celle LE BUZZ DE L’ANNÉE pour 400 millions de dollars. cm
de Motorola. Le modem sera
normalisé en 1998 par l’Union
internationale des télécoms. cm

Réseaux électriques
e-Commerce
Le haut débit eBay met
à l’heure du CPL
Nortel et Norweb annoncent les enchères
en 1997 une transmission
de données à 1 Mbit/s
en ligne Téléphonie
sur les ligne électriques. Le Net transporte
La technologie des courants Pierre c Il s’est imposé comme le site de référence dans les la voix
Omidyar
porteurs en lignes (CPL), limitée enchères en ligne : créé en 1995 par Pierre Omidyar, Dix ans avant Skype, la société
jusqu’alors à des applications un informaticien d’origine iranienne, eBay affiche israélienne VocalTec lance
de signalisation, devient aujourd’hui un effectif de 15 500 personnes dans le l’InternetPhone, la première
envisageable pour la fourniture monde et a réalisé un chiffre d’affaires de 8,5 mil- application de téléphonie
d’Internet à haut débit. cm liards de dollars en 2008. Né en 1967 à Paris, Pierre sur Internet. La communication
Omidyar est élevé à Washington, aux États-Unis, à vocale s’effectue d’ordinateur
partir de l’âge de six ans. Diplôme d’informatique à ordinateur à l’aide
Mobilité de l’université de Tufts en poche, il rejoint en 1988 d’un logiciel dédié. C’est le point
Le téléphone portable Apple avant de cofonder en 1991 eShop, une société de départ de la téléphonie
devient smart de commerce électronique. À 28 ans, il se lance dans sur IP, la grande révolution
le développement d’un site d’enchères en ligne, Auc- des télécoms. cm
tion Web, qui deviendra plus tard eBay. cm

OFF-LINE
Des sociétés comme WebTV Networks
Motorola et Nokia fusionnent aux États-Unis ou Netgem en France voient le jour
pour proposer l’accès à Internet via le téléviseur.
le PDA et le téléphone portable Des téléviseurs intégrant cette fonction seront introduits
en présentant en 1996 par Sanyo, Sharp, Mitsubishi, etc. Échec sur toute la ligne.
les premiers terminaux France Télécom, en coopération avec Alcatel,
Interactivité
hybrides baptisés aujourd’hui Matra Communication et Philips, Le Web joue la Java
smartphones. Internet tente de trouver un successeur au Minitel en imaginant Développement par Sun
entre alors dans la poche. un terminal « léger » offrant un accès simplifié au Net Microsystems et Netscape
dans les foyers. Le concept sera vite oublié.
Le Communicator 9000 Communications de JavaScript,
Oracle lance, à grand renfort de communication,
de Nokia restera la référence une technologie d’interactivité
le Network Computer, une solution de rechange
avant l’arrivée du Treo de Palm au PC qui puise ses ressources dans le réseau pour issue du langage informatique
Computing, du BlackBerry fonctionner. L’initiative, soutenue par Apple, IBM et Sun, Java de Sun Microsystems.
de RIM et, plus récemment, fera long feu. Elle constitue les prémisses
D.R.

de l’iPhone d’Apple. cm du Web 2.0. cm

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 19
www.industrie-technologies.com
1989 cccccccccccccccccc 1997

Fibre optique Dans les coulisses


des filatures du Web
Aucune de vos requêtes sur la Toile ne lui échappe ! La fibre de
verre s’est en effet rendue indispensable pour équiper toutes les
infrastructures de télécommunications qui permettent l’accès au
Web. Depuis les câbles sous-marins transocéaniques jusqu’aux ment par la hauteur inusitée de certains
de ses bâtiments, une architecture monu-
raccordements d’abonnés des fournisseurs d’accès à Internet, elle
mentale, dictée par la fonction puisque
assure le transfert des données. Plongée dans les secrets de fabri- la fibre est étirée sur des constructions
cation du numéro 2 mondial de la fibre optique, Draka Comteq. métalliques hautes d’une trentaine de
mètres. L’endroit, qui fait vivre 375 sala-
riés, est aussi consacré à la production des

L
préformes, ces longs cylindres de verre
es autoroutes de l’information, qui seront ensuite étirés pour former
c’est elle. Elle ? La fibre opti- la fibre de verre. Douvrin est d’ailleurs
que. Ce matériau est devenu devenu le centre de compétences mon-
le support incontournable des dial de cette technique pour l’ensemble
transferts de données sur Inter- des usines Draka.
net. Il a supplanté depuis longtemps le Bien que le néerlandais ne soit pas ver-
bon vieux fil de cuivre sur les dorsales rier comme son concurrent américain
nationales ou internationales qui véhi- Corning qui produit ses propres élé-
culent nos requêtes ou nos e-mails. « La ments primaires, les ateliers de fabrica-
hausse continue du trafic IP et la fré- tion des préformes de Draka ressemblent
quentation exponentielle des sites Web à des laboratoires et répondent aux spé-
aux États-Unis et dans le reste du monde Tout commence par la fabrication de la cifications des salles blanches. La pureté
n’auraient pas été possibles sans la multi- préforme. On introduit dans un tube de de la silice utilisée est en effet la règle de
plication des artères optiques sous-mari- silice pure, placé sur un tour rotatif, des base et les opérations de chauffe qui se
produits gazeux chauffés à 1 000 °C.
nes et interurbaines », constate Jean- succèdent seraient autant d’occasions de
Michel Laveissière, le PDG fondateur polluer la pâte de verre si l’air ambiant
d’IPercast, une entreprise spécialisée dans n’était pas contrôlé.
la gestion des contenus et services vidéo
sur Internet. Et même si les volumes de cc Uneminutieuse opération
requêtes se sont un peu stabilisés des deux de dopage de la silice
côtés de l’Atlantique, il n’en demeure pas Concrètement, le filage de la fibre de
moins que la multiplication des abonnés verre commence toujours par l’achat d’un
à la fibre optique (+ 39 % dans le monde tube de silice pure – la préforme initiale –
en 2008 selon l’Idate), poussée par l’essor fourni par un verrier comme l’allemand
de la vidéo haute définition et des usages Heraeus. D’un diamètre de 5 centimètres
simultanés sur une même ligne, devrait et d’une longueur de 2 mètres, cette bri-
encore pousser le marché dans les pro- que de base est placée dans un premier
chaines décennies. La préforme initiale réalisée, vient la temps sur un tour rotatif autour duquel
Ces prévisions sont partagées par les phase de grossissement. Elle s’effectue sur se déplace un four annulaire. Dans la
producteurs de fibre optique et notam- un tour verrier juqu’à ce que la préforme méthode de production la plus répan-
atteigne un diamètre de 10 cm.
ment le champion européen Draka due, la technique de dépôt par vapori-
Comteq. Ce groupe néerlandais, numéro 2 sation (ou FCVD pour Furnace Chemical
mondial derrière l’américain Corning, Vapor Deposition), des produits gazeux
s’est notamment installé à Douvrin (Pas- sont introduits dans le tube et chauffés à
de-Calais), à une trentaine de kilomètres 1 000 °C par un chalumeau pour provo-
de Lille, pour fabriquer ce composant. quer leur dépôt uniforme sur les parois
L’unité de production ultramoderne, internes. Ces produits – de l’aluminium
créée en 1991 par Alcatel, fait figure de notamment – ont la propriété de modi-
filature d’un nouveau genre. S’étalant fier les caractéristiques optiques du verre.
D. R.

sur 122 000 m2, elle intrigue particulière- Les couches successives déposées sont

20 hors-sérieccdécembre 2009
1989 cccccccccccccccccc 1997

Les deux spécialités de Draka


La fibre monomode La fibre multimode
Ce matériau est doté Elle est réservée aux réseaux
d’un cœur de très faible locaux. Son cœur, de diamètre
diamètre (moins supérieur à 50 microns,
de 10 microns) qui l’assimile induit une propagation
à un guide d’onde, puisque de l’information par plusieurs
la propagation de la lumière trajets lumineux, ou modes.
est rectiligne et s’érode Ils se réfléchissent sur les
peu. Elle autorise de très parois de la gaine de fibre,
hauts débits et convient aux entraînant un phénomène
réseaux d’infrastructure qui se de dispersion chromatique,
déploient d’un pays à l’autre, ce qui impose à la longue
notamment par câbles sous- une régénération. « On peut
marins. « En liaison longue modérer l’usure du signal
distance, on peut désormais en réalisant un gradient
couvrir 80 kilomètres sans d’indice pour la longueur
réamplification du signal par d’onde utilisée, commente
un dispositif optoélectronique Laurent Gasca. C’est l’un
que l’on appelle répéteur », des avantages de notre
indique Laurent Gasca, technologie plasma PCVD
responsable des lignes qui nous permet de maîtriser
de produits, en charge précisément les profils
des spécifications techniques. d’indice désirés. »

vitrifiées par les allers et retours du four du four sur le tube de verre : « Par rapport
externe, ce qui conduit progressivement à à la solution FCVD, le plasma permet un
l’obturation du tube qui forme à ce stade contrôle cent fois plus précis de l’indice
un lourd barreau cylindrique. « L’opéra- de réfraction que l’on veut donner à la
tion de dopage de la silice est minutieuse fibre, explique Laurent Gasca. Le nombre
puisque déterminante pour la qualité de de couches fines déposées peut se comp-
la fibre et le niveau de performances ter par centaines et non plus par quelques
voulu en termes d’indice de réfraction, dizaines avec le mode FCVD, pour un
commente Laurent Gasca, responsable temps de fabrication équivalent. Enfin, les
des lignes de produits en charge des spé- quantités de gaz nécessaires sont moin-
cifications techniques chez Draka. Elle dres, ce qui réduit d’autant les opérations
dure entre dix et quinze heures selon les de récupération des résidus. »
caractéristiques programmées, mais de
nouvelles machines tournantes, conçues cc Un enrobage de quartz très pur
en interne, permettent désormais de divi- Une fois le traitement de la préforme
ser ce temps par deux. » réalisé, il faut la faire croître en diamè-
L’industriel met également en œuvre tre : c’est l’opération de manchonnage,
une seconde technique de préformage, qui consiste à ajouter une couche de
qui a été initialement développée par silice autour de la barre de verre initiale,
Philips, la méthode PCVD (Plasma-Acti- futur cœur de la fibre, en faisant fondre
vated Chemical Vapor Deposition). Cette Le processus de fibrage utilise des grains de quartz très purs, addition-
fois, il s’agit d’utiliser un four à micro- le principe de gravité. Au sommet, nés de composants fluorés ou chlorés à
ondes annulaire pour traiter les éléments un four annulaire entraîne la fonte à 2 000 °C l’aide d’un chalumeau à plasma inductif.
gazeux introduits dans le tube. Le procédé de l’extrémité de la préforme, Draka utilise la méthode APVD (Advanced
une goutte se forme et son poids étire
offre plusieurs avantages bien qu’impo- le verre sur toute la hauteur de la tour. Plasma Vapor Deposition) mise
D. R.

sant un plus grand nombre de va-et-vient au point originellement par

décembre 2009cchors-série 21
www.industrie-technologies.com Suivez le processus de fabrication
des fibres de verre en vidéo
1989 cccccccccccccccccc 1997

Alcatel. Cette phase de grossissement s’ef-


La qualité du verre
fectue sur un « tour verrier », jusqu’à ce au cœur de la transmission
que le diamètre de la préforme atteigne
Le prix Nobel de physique 2009, décerné à Charles Kuen
une dizaine de centimètres.
Kao*, chercheur chez Standard Telephones and Cables
cc 1 000 (STC) dans les années 1960, récompense les travaux
km de fibres produites
de cet ingénieur sur le couplage laser-fibre optique.
grâce à une préforme de 2 m
Il a notamment mis en évidence que la performance
La production de la fibre elle-même se
en transmission d’information dépendait étroitement
passe dans des ateliers très particuliers
de la pureté du verre utilisé.
qui abritent des tours de fibrage, des
Après avoir publié les conclusions de ses études,
bâtis métalliques relativement étroits
il réalisa en 1966, avec son confrère George Hockman,
mais d’une hauteur variant entre 25 et CHARLES KUEN KAO
une expérimentation probante dans le laboratoire
35 mètres, traversant plusieurs étages du Prix Nobel
de physique 2009 de STC en transmettant la lumière d’un laser
bâtiment. Ce dispositif s’explique par le
sur plusieurs kilomètres d’une fibre dont le verre
fait que le processus de fibrage utilise tout
constituant le cœur était particulièrement pur.
simplement le principe de gravité: au som-
Cette démonstration mobilisa toutes les équipes de R&D et trois ans
met, un four annulaire entraîne la fonte à
plus tard, Robert Maurer, Peter Schultz et Donald Keck parvenaient
2 000 °C de l’extrémité de la préforme ins-
à mettre au point une méthode de production chez Corning Glass Works.
tallée en son centre, une goutte se forme
Il faudra attendre encore sept années pour que la première
et son poids étire le verre sur toute la hau-
liaison optique opérationnelle soit installée à Chicago en 1977.
teur de la tour. Arrivée en bas, la goutte est
Aujourd’hui, plus de 80% des communications longue distance
sectionnée par un opérateur et le mince
transitent par des câbles à fibres optiques.
fil de 125 microns s’embobine des heures
durant sur un touret, pour une longueur *PRIX NOBEL PARTAGÉ AVEC WILLARD STERLING BOYLE ET GEORGE ELWOOD SMITH
de 800 à 1 000 kilomètres. Le processus POUR LA RÉALISATION DES PREMIERS CAPTEURS D’IMAGES CCD.

s’effectue à l’air libre, sans intervention


mécanique et à la vitesse d’un kilomètre
par minute. Seuls des capteurs optiques
vérifient, en divers points du parcours, le deux couches : la première est une résine qui permettra d’identifier une fibre parmi
calibre de la fibre. Celui-ci n’est déterminé protectrice évitant notamment la pollu- les dizaines qui seront enserrées dans les
que par le réglage minutieux du four par tion de la fibre par l’eau, ce qui la rendrait gaines composant un câble. « Draka est le

AFP ; D.R.
rapport au diamètre de la préforme. En cassante. La seconde est un vernis coloré seul industriel qui effectue ces deux pha-
fin de parcours, la fibre est recouverte de – ColorLock, décliné en douze teintes – ses d’enrobage directement sur la tour de

DES PERFORMANCES EXPONENTIELLES

1977 2000 2005


La fibre n’a cessé d’évoluer
44,7 pour accroître sa bande 1 000 10 000
Mbit/s passante et son débit.
En bénéficiant
Mbit/s Mbit/s
Le premier système des progrès réalisés En atteignant Les offres
de communication téléphonique un tel débit, « triple play »
optique est installé par ATT par les équipements la fibre permet (Internet,
dans le centre-ville de Chicago optoélectroniques, le lancement téléphone et TV)
(États-Unis). Les fibres elle a multiplié par près d’Internet font leur apparition.
permettent de transporter haut débit La voix sur IP
672 conversations de 2 000 la quantité à grande échelle. se développe.
sur un seul canal. de données véhiculées.

22 hors-sérieccdécembre 2009
fibrage, explique Laurent Gasca. Cela rac-
courcit le temps de production et évite des
manipulations supplémentaires qui peu-
vent être la cause de détérioration. »
Une fois bobinée, la fibre subit des tests
complets de caractérisation qui per-
mettent de confirmer les spécifications
programmées au départ. Un technicien
raccorde une extrémité sur un banc
d’émission laser et analyse les résultats
collectés à l’autre bout du cheveu de
verre. Une épreuve de résistance aux ten-
sions mécaniques est également faite sur
toutes les fibres sortant de l’usine.
Les bobines de fibre fabriquées par
Draka sont destinées aux câbliers, comme
la propre filiale du groupe, Draka Cable
Solution, mais aussi des acteurs majeurs
de la spécialité tel Nexans. Selon les
besoins, les câbles contiennent quel-
ques fils de verre ou plusieurs dizaines,
qui sont lovés dans les rainures de joncs
en plastique, remplis de gel hydrofuge,
dans lesquels ils glissent librement pour
offrir plus de souplesse. Draka fabrique
750 000 kilomètres de fibres multimodes
par an (soit le quart des 3 millions de kilo-
mètres produits sur la planète) et 19 mil-
lions de kilomètres de fibres monomodes
(sur 150 millions). cm

ccPHILIPPE PÉLAPRAT
redaction@industrie-technologies.com

2009 DEMAIN

100 000 15 000 000


Mbit/s Mbit/s
L’amélioration Encore en développement
des débits permet dans les laboratoires, de tels débits
d’envisager permettront d’envoyer
le développement en une seconde l’équivalent
de la télévision HD de 400 DVD entre Paris et Chicago,
et du marché soit dix fois la capacité des câbles
de la domotique. sous-marins commerciaux les plus
performants d’aujourd’hui.

décembre 2009cchors-série 23
www.industrie-technologies.com

1998
2003
03
L’ère Google:
plus Web la vie!
Le Web n’a pas encore atteint l’âge de ma-
PUISSANCE
Une recherche Google 1998-2003
turité mais, en six années, il connaît une
passe par la résolution La chronologie
croissance fulgurante… Jusqu’alors réservée
d’un système de plusieurs ccPAGES 26-31
milliards d’équations
à une poignée d’initiés, la Toile conquiert en-
à autant de variables. L’ENQUÊTE
treprises et grand public. Elle accouche aussi Datacenters :
de l’une de ses plus belles pépites : Google. Le moteur de les secrets
recherche devient le compagnon incontournable de toute des entrepôts
du Net
recherche sur le réseau des réseaux. ccPAGE 34
En plein boom, Internet connaît aussi sa première crise.
En 2000, le marché dévisse brutalement après avoir pris
soudainement conscience des niveaux déraisonnables
atteints par les cotations en Bourse des entreprises en li-
gne. Fin d’une période d’euphorie…
On aurait pu croire que cette retentissante claque freinerait
pour longtemps l’essor de l’économie numérique. Il n’en
a rien été. Pendant les restructurations qui suivent l’écla-
tement de la bulle, particuliers et professionnels conti-
nuent à s’intéresser de plus en plus près aux potentialités
d’Internet. Et commencent doucement à mettre en place
les fondements du Web collaboratif, comme en témoi-
gnent par exemple la création de Wikipédia et l’émergen-
ce des premiers réseaux sociaux.
cc MURIEL DE VÉRICOURT
mvericourt@industrie-technologies.com

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 25
www.industrie-technologies.com Pacourez
l’histoire de Google en vidéo
1998 cccccccccccccccccc 1999 en deux minutes chrono

Deux étudiants révolutionnent


la recherche sur le Net
c C’est l’histoire de deux étudiants qui
abandonnent leurs études avant l’obten-
tion de leur diplôme, un PhD de compu-
ter sciences qu’ils préparaient à l’univer-
sité de Stanford. Leur nom ? Sergey Brin
(à droite) et Larry Page. La raison de leur
renoncement? La création d’un moteur de
recherche sur Internet, Google. La réussite
époustouflante de leur créature devra tout
au bouche-à-oreille… et à d’arides recher-
ches menées par les deux jeunes gens sur
la théorie des graphes. Clé de voûte de ces
travaux, le concept d’indice de popularité
(le pagerank) améliore considérablement le
traitement des requêtes des internautes. Un
mot clé saisi suffit pour afficher des répon-
ses pertinentes en moins de 0,3 seconde.

cc Unsystème de sondage
planétaire en continu
Avant Google, les moteurs de
recherche fonctionnaient sur
des occurrences lexicales – pré-
sence des mots clés dans toutes
les pages du Web, grâce à une
préindexation. Un principe tou-
jours utilisé, mais qui se conjugue désor- table système de sondage planétaire Sans surprise, cette stratégie a
mais avec une mesure de la « popularité » en continu, qui présente l’avantage de suscité de multiples tentatives des
des pages. Celle-ci est d’ailleurs devenue compiler quasiment en temps réel l’exper- spécialistes du référencement visant à sur-
depuis la mesure presque universelle de tise de millions d’internautes ! La satisfac- coter leur indice de popularité pour appa-
l’audience et de la notoriété d’un site. tion par Google d’une requête passe par la raître aussi haut que possible en réponse à
Mais comment mesure-t-on la popula- résolution d’un système linéaire de plu- une requête donnée. Obligeant ainsi Google
rité ? La réponse de Google passe par le sieurs milliards d’équations à autant de à s’adapter en permanence et à modifier ses
décompte du nombre de liens pointant variables… Un exploit rendu possible par algorithmes pour préserver la pertinence des
vers une page, lui-même pondéré par la un algorithme qui mène à cette résolution réponses obtenues. Avec succès, tant sa popu-
popularité des pages appelantes. Un véri- en quelques itérations. larité semble, dix ans après, incontestée… cm

Musique Virus Commerce


Les premiers Melissa s’immisce Kelkoo compare
baladeurs dans les messageries les prix
puissance MP3 « Important message from… »: Le site de commerce
Le MPMan, de Saehan, le titre de cet e-mail, qui a circulé en ligne Kelkoo, basé sur
et le Rio, de Digital à partir de 1999, incitait à ouvrir une technologie française
Cast, ouvrent le bal le fichier joint. Erreur! Cette action mise au point en collaboration
des lecteurs MP3, déclenchait l’envoi du même message avec l’Institut national
le format musical à 50 contacts de la messagerie. de recherche en informatique et automatique (Inria),
inventé en 1994… Contagieux mais peu dangereux, naît en 1999. Il s’affirmera en trois ans comme l’un
tandis que le format MP4 le virus Melissa a pourtant été nuisible, des grands succès d’Internet européen. cm
voit le jour. cm provoquant l’engorgement
D.R.

de nombreuses messageries. cm

26 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
1998 cccccccccccccccccc 1999

1 Mbit/s
C’est le débit théorique proposé
Et le Wi-Fi
débrancha l’ordi
par France Télécom c Devinette : qu’est-ce que le protocole
lors de la commercialisation 802.11b ? Il s’agit tout simplement de
du premier service ADSL à Paris, la première norme Wi-Fi (ou Wi-Fi
en septembre 1999. « b »), mise au point en 1998, utilisant
la fréquence de 2,4 GHz pour des vites-
ses de transmission maximales théori-
Free ques de 11 Mbit/s. Le nom de Wi-Fi, Jeux en ligne
Internet illimité plus vendeur, est adopté en 1999. Apple La planète entière joue
sans abonnement réagit vite : dès 1999, la marque à la Avec Everquest, lancé en mars 1999,
Free, filiale du groupe Iliad, pomme met sur le marché son premier le monde des jeux en ligne massivement
propose un accès illimité à Internet ordinateur portable iBook, équipé d’une multijoueurs est né. Il permet à un très
sans abonnement. Le groupe carte réseau Airport, permettant de grand nombre d’individus de participer
indique qu’il pense rentabiliser bénéficier de connexions sans fil. cm à la même partie d’un jeu vidéo, via
son service grâce à la publicité un ordinateur connecté à Internet. cm
en ligne, au développement
du commerce électronique
et à des partenariats. cm OFF-LINE
Les journaux intimes papier
cèdent leur place aux blogs. L’ancêtre
des plates-formes d’hébergement de ces sites
personnels, Open Diary, ouvre en 1998.

LE BUZZ DE L’ANNÉE

Netscape passe au logiciel libre


c En 1998, le logiciel libre n’est pas une nouveauté : Richard Stallman, créa-
teur de la Free Software Foundation, a travaillé dès 1983 sur le projet GNU,
visant à remplacer le système d’exploitation Unix, et Linus Torvalds a
inventé Linux en 1991. Mais Netscape crée l’événement en annonçant son
intention de mettre à libre disposition le code source de son navigateur. Et
lance autour de lui une communauté ouverte pour travailler sur la pro- Communications
chaine génération de ce navigateur. Ce sera Mozilla Firefox, dont la version Le BlackBerry arrive
1.0 sera disponible six ans plus tard. En 1999, un autre événement marque La société Rim (Research In Motion)
le rôle du Web, grâce à la facilitation des échanges qu’il permet, dans l’es- lance le premier BlackBerry.
sor de l’open source. Il s’agit de l’ouverture d’une plate-forme de dépôt de La possibilité d’accéder à ses mails
codes open source, SourceForge, appelée à devenir le plus important lieu à tout moment et en toute simplicité rendra
d’échanges entre développeurs et centre de stockage de logiciels dont le cet objet incontournable pour les managers
D.R.

code source est mis à disposition des utilisateurs. cm du monde entier. cm

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 27
www.industrie-technologies.com Visionnez le Roman de la bulle,
un documentaire
cccccccccccccccccccccccccc 2000 de la chaîne 13ème Rue

Flash se propage
1 060 000 000
à la vitesse de l’éclair
En octobre, le moteur de recherche présente adWords, service d’insertion de publicités en réponse à un mot-clé.

c 2000, c’est l’année Flash ! Cette


technologie, qui permet de réali-
ser des sites Web dynamiques, se
répand rapidement. Cette année-
là, il est distribué avec l’ensem-
ble des navigateurs du marché,
C’est le nombre de pages Web que Google indique avoir indexées, en juin 2000.

notamment Netscape, Internet Explorer et AOL. Ce qui évite aux


utilisateurs potentiels d’avoir à télécharger le plug-in sur le site de
la société Macromedia, éditrice du logiciel. L’essor de Flash (créé en
1996) s’accentuera encore à partir du moment où la technologie
sera fournie avec toutes les versions de Windows XP. Elle devien-
dra ensuite un standard à part entière de la Toile. Adobe Systems,
qui a racheté Macromedia quelques années plus tard, estime
aujourd’hui que Flash est installé sur 99 % des ordinateurs
connectés à Internet ! cm

Adieu la disquette,
vive l’USB !
c IBM et le singapourien
Trek Technology com-
mercialisent en 2000 les
premières clés USB.
Basées sur des puces
à mémoire flash (à ne
pas confondre avec le
logiciel Flash évoqué ci-
dessus), elles offrent une capacité de 8 Mo. Ce n’est que des années
plus tard que ces clés, devenues entre-temps indispensables au trans-
port de données, se métamorphoseront. Et, sous un aspect inchangé,
rempliront une fonction toute différente: donner accès à Internet 3G
D.R.

depuis un ordinateur portable. cm

28 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
2000 cccccccccccccccccccccccccc

OFF-LINE
Épidémie
Je t’aime, moi non plus Les fournisseurs d’accès
à Internet Liberty Surf,
Elle court, elle court, World Online, Infonie, Freesbee
la maladie d’amour… En 2000, n’ont pas résisté à l’éclatement
le virus I Love You se propage de la bulle.
via les messageries
et les forums IRC (Internet Dégriftour, le pionnier des
Relay Chat). Il détruit les fichiers tours opérateurs, qui avait
images et sons, provoquant migré du Minitel sur Internet, est
racheté par Last Minute.
la panique dans
les entreprises équipées de PC
sous Windows. L’infection
épargne les Mac et le système
d’exploitation Linux. cm

Et craque
la bulle
c On attendait un bug apocalyptique, c’est finalement
un tonitruant « crac ! » qui retentit en 2000 lors de l’ex-
plosion de la bulle Internet. À partir du mois de mars,
tout se passe comme si la frénésie d’investissement
qui s’est emparée de la nouvelle économie numéri-
que retombait brusquement. Après cinq ans de fièvre,
d’introductions en Bourse fracassantes comme celle
de Netscape en 1995, de rachats à des prix faramineux
de jeunes sociétés détentrices de savoir-faire techno-
logiques innovants, de foisonnement de start-up qui
n’avaient, pour réaliser des levées de fonds astrono-
miques, qu’à proposer de vagues business plans, et de
distributions tous azimuts de stock-options, le mar-
ché redevient brusquement rationnel en réalisant que
les entreprises d’Internet sont surcotées. La suite est
connue : un krach monumental. Et une facture salée :
148 milliards de dollars partis en fumée ! cm

Hacker
AOL-Time Warner Pirate à 15 ans
Mégafusion à l’américaine À 15 ans à peine, il fait trembler
Triomphe de la nouvelle économie numérique, la fusion du fournisseur d’accès CNN, eBay, Amazon ou encore
Internet America On Line (AOL) avec le géant des médias Time Warner Yahoo!. Celui qui se fait appeler
en janvier 2000 marque les esprits… juste avant l’explosion de la bulle Internet. cm « Mafiaboy » a lancé en février
2000 une cyberattaque massive.
Ayant affirmé sur IRC (Internet
Relay Chat) être l’auteur
www.industrie-technologies.com de cette attaque, il est arrêté, jugé
et condamné à huit mois
de détention dans un centre
Industrie & Technologies débarque sur le Web
AFP ; RÉA ; D.R.

pour mineurs délinquants.


Le premier site de votre magazine est mis en ligne en 2000. Neuf ans après, il fait encore
la une des magazines. cm

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 29
cccccccccccccccccccccccccc 2000

Napster, musique gratuite pour tous


LE BUZZ DE L’ANNÉE

c Créé en 1999 par un étudiant de Bos- poser à chacun, contre la mise à dispo-
ton, âgé de 19 ans à peine, Napster a sition de ses propres fichiers, d’accéder
révolutionné en un clin d’œil la diffu- à ceux de tous les autres. Soit une dis-
sion de la musique sur Internet. Loin des cothèque presque illimitée, en accès
modèles de distribution de type VPC qui, gratuit. Mais qui viole les lois du copy-
comme les sites d’Amazon ou de la Fnac, right, estime l’association de l’indus-
proposent de payer en ligne un CD que trie musicale américaine, la RIAA, qui
l’on recevra par la Poste, Napster s’ap- poursuit Napster en justice dès la fin
puie sur une technologie innovante, le 1999. Fin 2000, l’annonce d’un partena-
peer to peer. riat entre Bertelsmann et Napster sem-
ble indiquer un règlement du conflit
cc Une discothèque à l’amiable, avec passage à un modèle
presque illimitée payant. Mais la société sera finalement
Son principe ? Recenser l’ensemble des condamnée et le site contraint de fer-
fichiers musicaux enregistrés au for- mer en juillet 2001. Sa résurrection en
Shawn Fanning mat MP 3 des utilisateurs (38 millions version payante ne lui a jamais permis
en 2000) du service connectés et pro- de redécoller. cm

Éducation nationale Petites annonces


Internet se voit décerner Paru-vendu par mail
un brevet
L’Éducation nationale
prend acte du développement
du Web en instaurant en 2000
un brevet en informatique
et Internet.
Introduit d’abord dans
les collèges, il sera ensuite
généralisé à l’ensemble
des écoles. cm

E-commerce
Occases en ligne
PriceMinister est né. Destiné à mettre en relation vendeurs et acheteurs
de biens culturels d’occasion à prix réduit, le groupe cofondé
par Pierre Kosciusko-Morizet, Pierre Krings, Olivier Mathiot, Justin Ziegler Depuis 1995 et sa liste d’événements
et Nathalie Maurin ouvre les portes de son site Internet en janvier 2001. cm à venir dans la ville de San Francisco
établie pour le plaisir par Craig Newmark,
Craigslist a déjà évolué pour devenir

20 000 000
un site Web recensant des petites annonces,
sans publicité.
En 2000, Craigslist, promis à un beau succès,
est créé en société et essaime hors
C’est à peu près le nombre de noms de domaine en août 2000, selon les analystes de la société
de San Francisco. cm
Netcraft. En d’autres termes, la quantité de sites présents sur la Toile est en augmentation constante.
En sachant que le nombre de sites véritablement actifs est environ deux fois moins important.
D.R.

30 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
www.industrie-technologies.com L’histoire des avatars
de Second Life en vidéo
2001 cccccccccccccccccc 2003

Wikipédia inaugure
Les flash mobs
Bouche-à-oreille
la collaboration universelle

Larry Sanger Jimmy Wales

Rendez-vous ludiques
de participants
qui ne se connaissent pas
et n’apprennent le nom
du lieu du rassemblement
qu’au dernier moment
par Internet, les flash mobs
sont nés à New York
en 2003. Une fois réunie,
la foule exécute brièvement
une action absurde
(pousser des cris d’oiseau, c Ce sont les bus d’Hono-
se coucher à terre, se figer lulu, les wiki wiki (« rapide
tout d’un coup…) rapide » en hawaïen) qui ont
avant de se disperser. cm donné leur nom à l’un des systè-
mes de gestion de contenus les plus
intuitifs du Web : les wikis. Notam-
ment au plus célèbre d’entre eux, l’ency-
clopédie en ligne Wikipédia, créée en 2001 par
les Américains Larry Sanger et Jimmy Wales. Née en 1994, la technologie wiki, utilisable sur
tout navigateur, permet à tout un chacun de partager ses connaissances en annotant, amendant,
voire en s’opposant aux contributions faites par d’autres. Fait remarquable, Wikipédia n’était au
départ conçue que pour alimenter une « vraie » encyclopédie numérique, Nupédia, fondée en
2000 sur le « libre » mais validée par des experts. Une idée abandonnée devant le raz-de-marée
du wiki. Quelque peu dépassés par le phénomène, les fondateurs ont finalement accepté que
Wikipédia, projet utopiste, vive sa vie propre et devienne la vitrine de l’état des connaissances
humaines à un instant donné, assemblées et accessibles à tous. cm

Apple
L’iPod plus fort que le Walkman OFF-LINE Âme sœur
Design attractif, interface novatrice: Les téléviseurs TAK de Thomson, Le Minitel rose
rapidement après sa sortie en octobre 2001, capables d’accéder à Internet passe au Web
le baladeur musical numérique d’Apple et à des services dédiés en ligne, sont un échec Out les agences matrimoniales!
rencontre le succès foudroyant. Et supplante commercial. Parce qu’ils ne font pas le café ? Les âmes seules èrent désormais
en la matière Sony, père du Walkman. Le site français d’enchères en ligne iBazar sur le Net... grâce à Marc Simoncini.
Lancé avec une capacité de 5 Go, l’iPod est racheté en 2001 par son concurrent eBay. L’entrepreneur, co-fondateur d’iFrance,
est accompagné du logiciel de gestion Le groupe Vivendi Universal, qui s’est lancé lance en 2002, pour ses amis divorcés,
à un rythme effréné dans les nouvelles
de bibliothèque multimédia iTunes, technologies, est au bord de la faillite en 2002.
le premier site français de rencontres
qui plus tard, sous le nom de iTunes Store, en ligne: Meetic. Sept ans plus tard,
WIRED ; D.R.

Le très médiatique Jean-Marie Messier


inaugurera de surcroît la vente de fichiers est poussé à la démission. il s’affiche comme le leader européen
musicaux sur le Web. cm avec un million d’abonnés. cm

32 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
2001 cccccccccccccccccc 2003

3G Picasa
Génération mobile Des photos « Net »
Lancée pour la première fois
au Japon en 2001,
la téléphonie mobile 3G
débarque en Europe en 2003,
deux ans après le GPRS.
Ce dernier inaugurait
Les amis de mes amis la transmission des données
par paquets, améliorant
sont mes amis l’accès aux services Web
sur le portable. Mais c’est la 3G, Organiser et partager avec qui
c L’émergence des sites de rencontres et d’échanges en ligne mar- fondée sur la technologie UMTS, l’on veut ses photos en ligne:
que les prémisses du Web 2.0. En France, le site Copains d’avant, qui a véritablement généralisé c’est ce que propose
lancé en 2001 par L’Internaute Magazine (Benchmark Group), pro- l’accès à Internet depuis la technologie Picasa,
pose de retrouver ses amis perdus de vue. Chaque membre y dis- un portable. cm initialement lancée
pose d’un espace personnel où il peut tenir son journal, publier en version payante.
ses photos et communiquer avec d’autres membres. Premier Acquise en 2004
réseau social de très grande envergure, Friendster est créé en 2002 Wimax par Google, elle est
aux États-Unis par Jonathan Abrams. Il popularise un concept Le sans-fil turbo désormais disponible
simple, qui sera à la base du succès des autres réseaux sociaux Approuvée en 2003, la norme en téléchargement
récréatifs ou professionnels: les amis de mes amis sont mes amis. Wimax promet des merveilles: gratuit et associée au site
Loin d’être une simple agence de rencontres transplantée en une transmission des données Picasa Web Albums. cm
ligne, Friendster offre donc la possibilité de se créer un réseau avec un débit allant jusqu’à
amical ou professionnel. En 2003, naît le concurrent qui supplan- 70 Mb/s au maximum,
tera Friendster : MySpace. Très axé sur la musique, MySpace per- dans un rayon de près de
met notamment aux groupes de poster leurs dates de tournées et 50 kilomètres. Une solution qui
des échantillons de leurs albums, et d’échanger avec leurs fans pourrait notamment s’avérer
par messagerie. Puis, en 2006, viendra Facebook… cm utile pour couvrir les zones
blanches, où Internet à haut
débit n’est pas accessible. cm

LE BUZZ DE L’ANNÉE

Vis ta vie d’avatar


c Bienvenue sur Second Life ! Un monde en
trois dimensions et en ligne, créé et modifié en
permanence par ceux qui le visitent et où cha-
que joueur existe à travers un « avatar » – un
petit personnage qui le représente. Lancé en
2003 par la société Linden Lab, ce service attire
non seulement les particuliers, mais aussi les
entreprises désireuses d’avoir une vitrine dans
D.R.

cet autre monde. cm

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 33
www.industrie-technologies.com Pénétrez dans le datacenter
Interxion 3 en vidéo
1998cccccccccccccccccc 2003

datacenters
Les secrets des entrepôts du net
Les datacenters constituent les nœuds névralgiques de
la Toile. Google, Microsoft, IBM ou amazon en possè-
dent des centaines dans le monde. Ils sont conçus pour
accueillir les équipements informatiques et télécoms dans
des conditions idéales de température, hygrométrie, ali-
mentation électrique et sécurité. au côté des datacenters
propriétaires comme ceux de Google, il en existe d’autres,
mutualisés, gérés par des hébergeurs indépendants. En
France, cinq acteurs proposent ce service : Interxion, Te-
lecityGroup, Global Switch, Telehouse et Equinix. Entrée
dans les coulisses d’Interxion 5, le dernier centre de don-
nées du groupe ouvert en novembre 2009 à Saint-Denis,
près de Paris.

cc RIDHA LOUKIL
rloukil@industrie-technologies.com

Le bâtiment a été construit


par Brézillon et l’équipement
technique réalisé par ETDE.
interXion 5 en cHiffres
c 16 000 m2 sur trois niveaux.
c 4 000 m2 utiles aux clients
(900 m2 au rez-de-chaussée Les éQUipements Hébergés
et 3 100 m2 au niveau 1). Le client loue de la place pour
y entreposer les équipements
c 52 millions d’euros qui constituent le cœur de son système
d’investissement informatique et télécoms : serveurs
dont deux tiers destinés (messagerie, Web, stockage de données,
à l’équipement technique. Les ondULeUrs
accès à Internet, applications ErP…)
et matériel réseau (routeurs, Les serveurs et équipements télécoms
c 7 personnes d’Interxion réclament une alimentation électrique
dans le bâtiment. commutateurs, accélérateurs
de trafic…). Grâce aux connexions parfaite. Une chaîne redondante
c 25 techniciens télécoms (50 opérateurs proposés de trois onduleurs de 1,4 MVa chacun
de maintenance mobilisés par Interxion), tout se passe comme si assure cette qualité en nettoyant
sur place par des prestataires ces équipements se trouvaient chez lui. le courant fourni par EdF de toutes
extérieurs. ses imperfections (surtensions, creux
de tension, microcoupures…).
c 250 euros/m2 : Les onduleurs ont aussi pour rôle
coût de location mensuel de charger les batteries de secours.
réa ; D.r.

hors consommation électrique.

34 hors-sérieccdécembre 2009
1998cccccccccccccccccc 2003

Le refroidissement
L’énorme quantité d’énergie électrique
absorbée par les baies électroniques
se dégage sous forme de chaleur
qu’il faut extraire et évacuer à l’extérieur
du bâtiment de façon à maintenir
la température intérieure à 21 °C.
C’est le rôle de 16 systèmes
de refroidissement à l’eau glacée
et de 70 armoires de climatisation.
Les batteries
Pour 1 kW englouti par les serveurs,
il faut dépenser 1 kW en refroidissement Un châssis de batteries étanches au plomb
et climatisation. L’importance est en charge permanente. Il assure
de cette fonction fait que les équipements la fourniture d’une alimentation électrique
sont redondants. de qualité aux baies électroniques.
En cas de coupure des lignes EdF, il offre
le premier niveau de secours pour la continuité
de service pendant environ dix minutes.

La consommation
d’éLectricité
Les datacenters
sont voraces en énergie.
Une baie électronique engloutit
jusqu’à 25 kW. Interxion 5 dispose
de deux arrivées
d’électricité à haute tension
(20 kV) offrant une puissance
de 16 MW, l’équivalent
de la puissance utilisée par
une ville de 30 000 habitants.
Quand l’une tombe, l’autre
prend le relais. Pour des questions
de sécurité, les deux lignes
proviennent de deux branches
distinctes du réseau d’EdF.

Les groUpes éLectrogènes


sept groupes électrogènes de 3 000 kVa
chacun sont prêts à intervenir en cas
de coupure de la fourniture de courant
par EdF, ce qui arrive en moyenne
deux fois par an. Ils sont également activés
chaque fois que le courant fourni présente
des creux importants de tension.
Ils sont associés à trois citernes de fioul
de 80 000 litres offrant une autonomie
de soixante-douze heures. Ces monstres
électromécaniques subissent un test
réa ; D.r.

mensuel et deux maintenances annuelles.

décembre 2009cchors-série 35
www.industrie-technologies.com

2004
à nos jours

Le Web 2.0:
les internautes
ont la parole
SUCCESS STORY Internet trouve un second souffle… Après l’éclate-
Créé en 2004 à destination 2004 à nos jours
des étudiants de Harvard, ment de la bulle, le Web vit une nouvelle jeunesse La chronologie
le réseau social Facebook et entre dans l’ère du 2.0. Fini les portails stati- ccPAGES 38-43
compte aujourd’hui
ques, place à l’interactivité ! Désormais la Toile se
près de 300 millions d’utilisateurs, L’ENQUÊTE
dont 70 % hors des États-Unis. développe autour de l’internaute, qui en devient La box, de l’usine
le véritable animateur. Tandis que l’ascension de Google se pour- à votre maison
ccPAGE 44
suit, les nouvelles stars du Net connaissent des succès fulgurants.
De Facebook à Twitter, la tendance est aux échanges instantanés,
aux réseaux sociaux, au partage de documents, de commentai-
res, de photos, de vidéos… Il n’y a plus un Web, mais des Webs.
La Toile se personnalise jusqu’à vous suivre dans la rue. L’Inter-
net mobile se démocratise grâce aux réseaux cellulaires 3G, aux
smartphones et aux netbooks. L’accès au Web devient un service
de confort essentiel pour tous, (presque) au même titre que l’eau
et l’électricité. Au point, avec l’apparition du cloud computing, de
faire rêver à des ressources informatiques illimitées, accessibles
de n’importe où, en modes fixe et mobile.
ccTHOMAS BLOSSEVILLE
tblosseville@industrie-technologies.com

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 37
www.industrie-technologies.com Interview en vidéo
de Tim O’Reilly
2004 cccccccccccccccccc 2005 sur les usages du Web 2.0

Facebook, le réseau social


Courrier électronique
pour les masses
Google joue
les facteurs LE BUZZ DE L’ANNÉE
À son lancement en 2004, Mark Zuckerberg
Gmail n’est accessible que
sur invitation. Ce n’est c C’est une vraie suc-
qu’en 2007 que Google rendra cess story à l’améri-
accessible à tout internaute caine, commencée dans
français son service un dortoir de l’univer-
de messagerie. Un an plus tard, sité Harvard. À 20 ans,
il lancera, en anglais, Mark Zuckerberg, étu-
Gmail Labs pour permettre diant en informatique,
en quelques clics de tester n’imaginait pas l’am-
les nouvelles fonctionnalités pleur que prendrait le
encore expérimentales. cm phénomène Facebook.
Quand il crée en février 2004 ce réseau
social en ligne, il veut mettre en contact
Carrière les étudiants de son école. Très vite, les
Le carnet d’adresses compteurs s’emballent. À l’été 2004, une
virtuel trentaine d’universités américaines sont
Collègues, clients, fournisseurs… en relation via Facebook. Après sa première
Le réseau social en ligne année, le site réunit plus d’un million d’uti-
est aussi professionnel. lisateurs. En septembre 2006, le site s’ouvre
En 2004, la Toile voit apparaître au grand public du monde entier. Aujourd’hui,
viaduc.com, qui deviendra 300 millions de personnes sont enregistrées, dont
Viadeo en 2006. Le site français 70 % hors des États-Unis. Derrière l’informaticien
revendique aujourd’hui Mark Zuckerberg, se cachent trois autres cofonda-
25 millions de membres. cm teurs, tous étudiants à Harvard à l’époque. Dustin Mosko-
vitz et Eduardo Saverin en économie, Chris Hughes en histoire et littérature. Depuis, chacun a
suivi son chemin. L’an passé, Chris Hughes a notamment organisé la campagne présidentielle
de Barack Obama sur Internet. cm

Bibliothèque
La culture
à portée de clic
Lors de sa mise en ligne
en 2005, le portail TEL
Navigateur (The European Library)
À l’assaut d’Explorer propose l’accès aux
Un rival apparaît pour collections
le navigateur Internet de 34 bibliothèques
Explorer de Microsoft. européennes, soit
En novembre 2004, sort 150 millions d’œuvres.
la première version de Firefox. C’est la première étape
Plus de cent millions vers une bibliothèque
de téléchargements en un an numérique qui doit
pour le logiciel libre de Mozilla. cm rassembler le patrimoine
RÉA ; D.R.

culturel (textes, images,


sons) du Vieux Continent. cm

38 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
2004 cccccccccccccccccc 2005

L’Internet
mobile
met le turbo
c SFR donne en novembre
2004 le coup d’envoi en France
du téléphone mobile de troi-
sième génération (3G), qui
correspond au standard UMTS L’ère du Web 2.0
Photos (Universal Mobile Telecommu- La seconde jeunesse
Souriez, vous êtes sur la Toile nications System). Il sera suivi du Net
Flickr, le site de partage de photos, par Orange quelques semai- La première conférence sur
est officiellement lancé en février 2004 par Ludicorp. nes plus tard. Le débit des don- le Web 2.0 a lieu en octobre 2004
L’entreprise canadienne avait été fondée nées passe ainsi de 56 Kbit/s à San Francisco, organisée
pour ce projet deux ans plus tôt. à 384 Kbit/s. Un an après, les par l’activiste de l’open source
Après un an d’existence, spécialistes envisageront déjà et des standards d’Internet Tim
Flickr est racheté par Yahoo!, en mars 2005. cm la téléphonie 3G + (ou 3,5G) O’Reilly. Celui-ci définit le renouveau
avec le standard HSDPA, qui du Web après l’éclatement
mettra l’Internet mobile au de la bulle Internet. Son constat:
OFF-LINE niveau de l’Internet fixe à haut les sites survivants permettent
débit (jusqu’à 3,6 Mbit/s). cm aux internautes d’interagir
La technologie ADSL,
avec le contenu et la structure
qui a permis
la banalisation d’Internet des pages, mais aussi entre eux. cm
à haut débit, laisse la place
à son évolution, l’ADSL 2+.
À la clé, des débits allant
jusqu’à 28 Mbit/s, contre
8 Mbit/s auparavant. Free
lance le premier un service
de ce type en France en 2004.

Netvibes
Le Web à la carte
En 2005, Tariq Krim lance Netvibes.
Dans la jungle de la Toile,
son site permet
à l’internaute d’assembler,
sur une seule page,
l’ensemble
de ses sources
Internet: sites, blogs,
webmails, réseaux sociaux,
flux RSS… Vidéos en ligne, par tous, pour tous
À chacun son Web
personnalisé. cm c Qui le premier a inventé le partage de vidéos sur Internet ? De part et d’autre de
l’Atlantique, sont créés la même année, en 2005, YouTube et Dailymotion. Le pre-
mier est tombé dans l’escarcelle de Google en 2006, un an après sa naissance. Le
J.D. DAVIDSON ; D.R.

second, fondé par deux Français, comptabilise aujourd’hui un milliard de vidéos


vues par mois. En 2009, sur le site américain, plusieurs centaines de millions de
vidéos sont visionnées par jour. YouTube recense, en moyenne, vingt heures de
films déposés en ligne… chaque minute. cm

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 39
www.industrie-technologies.com
2006 cccccccccccccccccc 2007

iPhone
Raz de marée
92 600 000
LE BUZZ DE L’ANNÉE

c Apple débarque dans la téléphonie mobile et


fait grand bruit. En 2007, avec l’iPhone, l’inven-
teur du Mac démocratise l’Internet nomade. Ce
trois en un, qui associe téléphone portable, bala-
deur iPod et ordinateur de poche, fait disparaî-
tre la frontière entre téléphonie mobile et élec-
tronique de loisirs. Dès la sortie de son terminal,
Apple laisse la possibilité aux développeurs de
créer leurs propres applications compatibles.
Mais la patte d’Apple – et l’une des raisons du suc-
cès de l’iPhone – se niche surtout dans le design
de l’appareil. L’innovation la plus surprenante
se situe au niveau de l’interface. L’écran tactile
multicapteur analyse simultanément plusieurs
points de contact et rend possible des manipu-
lations comme l’agrandissement d’une image
avec seulement deux doigts. C’est un vrai raz de
marée commercial. En trois mois, le chiffre du
million d’appareils vendus est déjà dépassé. En
C’est le nombre de sites en ligne en 2006 dans le monde.

France, d’abord exclusivité d’Orange, l’iPhone est


aujourd’hui ouvert à tous les opérateurs. La ver-
sion 2 de l’iPhone arrive en 2008, notamment
pour exploiter les réseaux 3G. cm

Voyage virtuel
Aux confins du cosmos

Musique
Un revenant
sur le droit chemin
Le site d’écoute en ligne
blogmusik.net change de nom.
Fermé en 2007 par la Sacem,
qui gère les droits d’auteurs,
il ressuscite sous le nom
L’Agence spatiale européenne rend disponible de Deezer.
sur Google Earth plus de 130 photos satellites Au passage, il régularise
pour observer la Terre depuis l’Espace. son activité en rémunérant
Google transformera l’essai en lançant Sky, les artistes. cm
qui permet aux internautes d’explorer le cosmos.
Voyagez parmi des dizaines de millions d’étoiles
D.R.

et de galaxies… sur votre canapé. cm

40 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
2006 cccccccccccccccccc 2007

Et vous,
Cartographie
twittez-vous ?
De Pau à Calais
en quelques clics c D’un bout à l’autre de la pla-
nète, c’est devenu l’outil d’infor-
mation en temps réel incontour-
nable. Twitter n’a pourtant que
trois ans : il a connu un succès
fulgurant. En 2006, Jack Dorsay
s’interroge sur l’opportunité de
connaître l’occupation
de ses amis, où qu’ils se
trouvent. En deux semaines,
Un an après Google Earth, un premier prototype est conçu.
l’IGN met en ligne en juin 2006 Aujourd’hui, Twitter permet de
son « géoportail » de suivre en direct le quotidien de
cartographie et navigation. vos proches… ou des manifesta-
Limité à la France, ce service tions en Iran. cm Jack Dorsay
Web se veut plus complet et
plus précis que celui de Google.
D’abord en 2D, la navigation Bureautique
s’étend plus tard au relief. cm Mes fichiers sont les vôtres
Les applications de bureautique deviennent collaboratives.
Google lance le traitement de texte et le tableur sur la Toile.
Cinquante personnes peuvent désormais travailler
sur un même document. Microsoft réagit en rendant possible
OFF-LINE l’enregistrement en ligne de ses fichiers Word, Excel
et PowerPoint. cm Télé
AOL France, en 2006, Jeu, set et HD
et Club Internet,
l’année suivante, sont rachetés Quatre ans après son service
par Neuf Cegetel. “triple play”, qui délivre télévision,
L’offre du câblo- téléphonie et Internet via la ligne
opérateur Noos se fond téléphonique ADSL, la Freebox
dans celle de Numéricable. passe à la TV HD en 2006.
Wanadoo passe Free expérimente la télévision
en juin 2006 à Orange, à haute définition lors du tournoi
qui devient la marque
ombrelle de France Télécom
de tennis de Roland Garros, puis
pour ses services Internet, la Coupe du monde de football. cm
mobile et télévision.

Mobilité
Internet
en balade
Moteur de recherche,
Un flibustier puis e-mails… Yahoo!
se déploie sur les
venu du Nord smartphones sous Symbian
et Windows Mobile. Gmail
c The Pirate Bay relance le débat du piratage sur Inter- en fait autant pour les
net. Fondé en 2003 par une organisation suédoise oppo- terminaux compatibles Java.
sée au copyright, le site défend l’échange libre de Très vite, les deux géants
fichiers audio et vidéo entre internautes. À l’heure du du Web étendront leurs
tout numérique, il est au centre de tous les conflits sur fonctionnalités PC au mobile,
les droits d’auteurs. Accusé, jugé, puis condamné, le comme la localisation
D.R.

pirate scandinave est-il vraiment mort ? cm ou le partage de photos. cm

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 41
www.industrie-technologies.com
2008 cccccccccccccccccc 2009

L’informatique
Piratage
Hadopi ou pas Hadopi ?
La lancinante question
dans les nuages
du téléchargement illégal
sur Internet de musiques LE BUZZ DE L’ANNÉE
et de films reste un casse-tête.
Le projet de loi Hadopi s’y est
attaqué. Censuré par le Conseil c En 2008, l’expression
constitutionnel, puis corrigé, « cloud computing »
il ne convainc toujours pas résonne dans le milieu de
de son efficacité. l’informatique. Amazon
Hadopi 1, Hadopi 2… lance son service Elastic
jamais 2 sans 3? cm Compute Cloud, permet-
tant à des développeurs
d’utiliser ses serveurs pour
eBook faire tourner leurs appli-
Des lecteurs cations Web. La même
branchés 3G année, HP, Intel et Yahoo!
2009 a été l’année annoncent la création
des eBooks, d’un centre de données
ces ardoises expérimental autour de
électroniques ce concept émergent. IBM,
destinées Microsoft, Google, Sales-
au téléchargement Force… Tous les acteurs de
en ligne et à la lecture de livres l’informatique et d’Inter-
numériques. net se positionnent sur ce
Alors que l’offre s’élargit créneau. Le cloud compu-
avec des produits ting fait référence à l’utilisation, à distance, de serveurs informatiques répartis dans
chez Samsung, Google, le monde entier. Les internautes peuvent stocker leurs données et utiliser des servi-
Barnes&Noble ces en ligne sans avoir à gérer l’infrastructure informatique sous-jacente. Mais 2009
et bientôt Apple, Sony verra se produire le premier grand couac. Aux États-Unis, des milliers de détenteurs
et Amazon les connectent du mobile Sidekick, distribué par l’opérateur T-Mobile, perdent leurs données per-
aux réseaux mobiles 3G. cm sonnelles (contacts, calendrier…), à cause d’une panne matérielle sur les serveurs de
Microsoft. L’histoire du cloud computing reste à écrire. cm

Musique
Jiwa monte le son
Jiwa, qui signifie « l’âme » en sanscrit,
Navigateur
ouvre en 2008 un service d’écoute Google
de musique gratuit et illimité
sur Internet. Le site français signe sur les traces
un accord avec Universal Music France
pour la diffusion en ligne de tous
de Microsoft
les titres de la maison de disques. c Google lance Chrome, un navigateur Web téléchar-
Les ayants droit sont rémunérés geable gratuitement. Ce rival d’Internet Explorer de
grâce à la publicité. cm Microsoft est d’abord conçu pour Windows. Mais des
versions Mac et Linux sont atten-

18 000 000
dues. Le célèbre moteur de recher-
che dévoile aussi Chromium OS,
son système d’exploitation pour
les netbooks. Petit à petit, Google
construit un écosystème, véritable
solution de rechange à celui de
C’est le nombre d’abonnés français à Internet à la mi-2008, dont 16,7 millions en haut débit. Microsoft. cm
D.R.

42 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
2008 cccccccccccccccccc 2009

Spatial
Le Web descend du ciel
Fini les lignes téléphoniques. Après
Orange fin 2008, SFR propose en
2009 l’accès à Internet par Un Android
satellite. Pour rester connecté
même dans les zones non
débarque en France
couvertes par l’ADSL, il suffira c La France découvre le premier téléphone mobile sous
de se munir d’un « kit satellite ». Android, le nouveau système d’exploitation à base de
Comprenez: une parabole, Linux développé par Google. Fabriqué par le taïwanais
son mât de fixation, une tête HTC, ce smartphone débarque en deux versions : Dream
d’émission et de réception chez Orange (ci-dessus à gauche) et Magic chez SFR (ci-des-
Internet, un modem… cm sus à droite). L’objectif de Google n’est pas de percer dans
la vente de terminaux mais de déplacer la bataille de la
téléphonie sur le front des services. Moteur de recherche,
messagerie Gmail, cartographie Google Maps, YouTube…
OFF-LINE Pour le géant américain, c’est l’occasion d’étendre l’usage
Le marché de l’accès de ses services en ligne. cm
à Internet se consolide.
Après AOL France, Tele 2
et Club Internet, Alice et Neuf
Cegetel sont à leur tour
rachetés, le premier par Free,
le second par SFR.

Politique
Un président très Web
Widget TV
Internet passe à la télé
Dix ans après l’échec de l’alliance télé-Internet,
le réseau revient sur la petite lucarne,
mais à travers des widgets, des fenêtres affichant
à l’écran des informations en provenance du Web:
météo, Bourse, actualités, etc. Développé par Intel
et Yahoo!, ce concept est présenté au salon CES 2009
à Las Vegas sur des téléviseurs de Sony,
Samsung et LG. cm

Netbook
L’élection de Barack Obama, MiniPC,
le 4 novembre 2008,
à la présidence américaine, maximobilité
marque un tournant dans c Avec son EeePC, le taïwanais Asus
la vie politique. Pour la première lance la vague des netbooks, des
fois, un président est élu miniPC portables optimisés en taille,
aussi grâce au Web. poids et coût pour l’accès mobile à Internet. SFR
Pour promouvoir son image, le propose à seulement 199 euros avec une clé 3G. Tous les
le candidat n’a pas hésité grands constructeurs lui emboîteront le pas et les netbooks
à se servir de MySpace s’imposeront comme le segment le plus dynamique du
D.R.

et de Facebook. cm marché de la micro-informatique côté matériel. cm

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 43
www.industrie-technologies.com
2004 cccccccc à nos jours

Les neuf mois de gestation des box


Les offres de box “triple play” sont légion ! Impossible de
DÉVELOPPER SON CENTRE
se balader sans croiser une publicité vantant leurs mérites.
NÉVRALGIQUE
Grâce à elles, les fournisseurs d’accès à Internet proposent à
leurs abonnés, via un seul objet (parfois deux), le haut débit, cLes réseaux des opérateurs Internet
la téléphonie par IP (VOIP) et la télévision par IP (IPTV). Ce qui sont tous différents, ils ont chacun
caractérise avant tout ces boîtes magiques est leur simplicité leur langage. Dans le développement
d’utilisation dite “plug and play”. Une simplicité synonyme de d’une box, une équipe d’ingénieurs logiciels
développement complexe pour les fabricants. doit donc créer un firmware spécifique.
Il s’agit du programme qui, intégré
ccCHARLES FOUCAULT
à la mémoire Flash de la box, la rendra
cfoucault@industrie-technologies.com
capable de communiquer, autant
avec l’abonné qu’avec le FAI.
Permettre une utilisation simple
DÉFINIR L’OBJET des multiples fonctions, toutes complexes
à programmer, est un défi : faire que
cL’explosion du Web a vu Pour cela, FAI et fabricant chaque box puisse se connecter à la base
se multiplier le nombre commencent par caractériser de données du FAI pour que chaque client
des fournisseurs d’accès à Internet ensemble l’objet final : le nombre dispose de ses options : paramétrer
(FAI) qui, contrairement à celui de ports USB, ce qu’il sera possible le Wi-Fi ; gérer le(s) code(s) de sécurité
des opérateurs de téléphonie mobile de brancher dessus (imprimante, à entrer pour pouvoir accéder au réseau ;
(concessionnaires d’un spectre disque dur, clé 3G), le nombre construire l’interface d’accès
de fréquences), n’est pas limité. de ports de téléphone, l’interface à la télévision… Des tests sont effectués
Ces FAI développent leur réseau avec l’utilisateur… Au-delà au fur et à mesure de l’avancée
mais la plupart sous-traitent des fonctionnalités, le packaging du développement sur le réseau du FAI.
la fabrication des box qu’ils et l’esthétique sont aussi définis. Une fois ces étapes validées, entre
proposent. En général, les fabricants Un infographiste est en charge cinquante et quelques milliers de box
disposent d’une box générique. des éléments visuels, tandis qu’un sont produites. Elles sont utilisées
Après la signature du contrat, rédacteur réalise le mode d’emploi. en conditions réelles par des volontaires.
il s’agit pour le constructeur retenu Mais le plus gros challenge à relever Les testeurs remontent les problèmes
de personnaliser la box pour qu’elle pour le fabricant consiste à adapter au FAI qui les transmet au fabricant.
réponde aux spécificités du cahier la box au réseau reliant le FAI Ils sont analysés, corrigés et une mise
des charges de l’opérateur. à ses abonnés. à jour est envoyée sur toutes les box.

2002… C’e st l’année


el et Rani Assaf,
où Xavier Ni
ont inventé
de la société Iliad,
nc ep t de bo x “tr iple play”
le co
Fre eb ox .
en lançant la
18… C’est ur
le nombre
s d’accès à Intern
et
de fournisse 2002
box en France.
qui ont sorti une i
paru et aujourd’hu
Cinq ont déjà dis t ten u
Freebox V1
2005
marché es
plus de 90 % du rs.
r les qu at re pri ncipaux opérateu
pa Alice Box
2003
50,8 % … C’est, depuis
tri mestre 2009,
le troisièm e Neufbox
foyers français
le pourcentage de
d’u ne bo x ADSL.
équipés
D. R.

44 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
2004 cccccccc à nos jours

Internet
ÉVITER LE RETOUR À L’ENVOYEUR
cPour échapper à toute plainte de l’utilisateur et donc du FAI,
toutes les fonctionnalités de chaque box sont testées en fin
d’assemblage. Le test qualité développé par Bewan est intégré
à la chaîne de production. « Tout cela a un coût, mais au final
CONSTRUIRE LA BOÎTE on y gagne en évitant de faire revenir les box à l’usine.
Notre taux de retour est de 0,1 % et souvent nous ne sommes pas
cLa box fonctionne, la production en cause, il s’agit par exemple d’un problème de foudre »,
à grande échelle peut être lancée. affirme Éric Teissandier.
Bewan, entreprise basée à Courbevoie
(Hauts-de-Seine), fournit des box
à 12 opérateurs, dans 12 pays,
dont la Darty Box V2 en France.
Elle sous-traite la fabrication en Chine.
De multiples fournisseurs livrent PERFECTIONNER
les boîtiers, les câbles, les cartes DANS L’OMBRE
électroniques, les cartons et les CD-Rom
à deux usines d’assemblage, l’une c Il se passe en moyenne neuf mois
à côté de Shanghaï et l’autre proche entre l’appel d’offres d’un opérateur
de Hong kong. « Cet approvisionnement Internet et l’arrivée de la box chez
auprès de plusieurs sources à tous l’utilisateur. Normalement, l’abonné n’a plus
les niveaux permet de réduire les risques qu’à la brancher et à suivre les instructions
et d’exercer une certaine pression pour disposer d’Internet à haut débit,
sur les prix », assure Éric Teissandier, le PDG de la télévision et du téléphone par IP.
de Bewan. Un employé est en permanence La collaboration entre le FAI et le fabricant
sur place. Il est épaulé par le responsable ne s’arrête pas pour autant. Le constructeur
achat et le contrôleur de production fait évoluer le firmware pour offrir
qui font souvent le voyage entre la France de nouvelles fonctionnalités et propose
et la Chine. Un responsable logistique des développements et des mises à jour.
les accompagne parfois, il fait le lien Le FAI les envoie sur chaque box via son
entre la chaîne de production réseau, souvent pendant la nuit et sans même
et les transporteurs. que l’utilisateur s’en rende compte.

SFR Box

2007

2009
Livebox 2
d’Orange
2008
Darty Box V2
D. R.

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 45
www.industrie-technologies.com
cccccccccccccccccccccccccc 2020

Les trois challenges


de l’Internet du futur
TENDANCE LOURDE Individus, objets, services, données… Qu’est-ce qui, de-
Les contenus vidéo
main, sera connecté à Internet ? Quasiment tout, si l’on
– ceux qui prennent
le plus de place – vont
en croit les prévisions des acteurs concernés. Problème :
se multiplier. En 2015,
le réseau des réseaux n’a pas été pensé au départ pour
95 % du trafic seront
constitués d’images.
devenir une infrastructure universelle. Robuste mais
peu fiable, ouvert mais non sécurisé, il va devoir corriger ses défauts
pour assumer la montée en puissance annoncée.

L
e ciel ne va pas nous tomber trice de recherche à l’Inria et responsable (fonctionnement au mieux) », rappelle
sur la tête, mais il pourrait de l’équipe projet Reso, qui travaille sur Christophe Diot, le directeur scientifique
être plus haut ! C’est ainsi que l’optimisation des applications informa- de Thomson. Ce qui signifie qu’il est inca-
le comité de pilotage du pro- tiques distribuées. pable de garantir une qualité de service
gramme européen Future Inter- minimale. « Si le contrôle aérien passait
net Research and Experimentation (Fire) ccL’Internet actuel est peu fiable par Internet, nul ne pourrait voler », souli-
résume la situation d’Internet. Pas de ris- et n’a pas la notion du temps gne malicieusement Nick McKeown, pro-
que, donc, que le réseau s’effondre : il est Jusqu’ici pourtant, Internet a bien réussi fesseur à l’université de Stanford (Califor-
conçu pour résister. En revanche, ses qua- à s’adapter. « Depuis sa création, le réseau nie), qui dirige le programme américain
lités intrinsèques (simplicité des méca- a toujours réussi à dépasser ses propres Clean Slate Design for the Internet, un projet
nismes d’adressage, absence d’adminis- limites », observe Dominique Morvan, le qui prône une refondation du réseau en
tration et facilité d’interconnexion sans PDG d’Internet FR, une société d’héber- partant d’une feuille blanche.
aucune autorisation préalable) consti- gement de serveurs. Ce qui ne veut pas Cette marche approximative, accepta-
tuent aussi ses talons d’Achille. Qui dire que cette prouesse est reproductible ble avec 1 milliard d’internautes, va deve-
pourraient s’avérer rédhibitoires quand, à l’infini… Internet n’a clairement pas été nir ingérable avec plus de 100 milliards de
demain, des dizaines de milliards d’ob- conçu pour servir d’infrastructure uni- points de contact (objets ou individus).
jets communicants seront connectés et verselle mais pour faciliter le transfert de Pour soutenir sa croissance, le réseau des
quand tous les rouages de la société (éco- fichiers. Il n’a notamment pas la notion du réseaux va donc devoir se réformer. Réus-
nomie, santé, école, sécurité, ville, trans- temps et sa fiabilité laisse à désirer. Il perd sir à démultiplier les connexions et à aug-
port, énergie…) s’appuieront sur le réseau. régulièrement des paquets de données. menter le nombre de données transmises
« Le vrai risque, alors, n’est pas qu’Inter- Ouvert par principe à tous les développe- tout en préservant une interopérabilité sur
net s’effondre, mais qu’il se dégrade », pré- ments, il n’est pas sécurisé. Enfin, « Inter- toute la chaîne, tels sont les défis majeurs
vient Pascale Vicat-Blanc Primet, direc- net repose sur un principe de best effort pour assurer un avenir à Internet. cm

UNE VERTIGINEUSE MONTÉE EN PUISSANCE


Aujourd’hui : 2009 Demain : 2012 Après-demain : 2020

1,68 milliard 3 milliards 100 milliards


D’INTERNAUTES D’INTERNAUTES DE POINTS DE CONTACT
700 000 noms dont 50 % en mobilité. Au total, Individus et objets. En particulier,
de domaine. 0,5 zettaoctet (1 Zo = 270 octets) 80 % des médias (TV, radio,
de trafic annuel de données. presse) seront numériques.

46 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
2020 cccccccccccccccccccccccccc

Quatre dimensions à concilier

LES CONTENUS LES OBJETS


Quatre-vingts pour cent Cent milliards de puces et capteurs interconnectés. Domotique,
des médias seront numériques. route intelligente, efficacité énergétique… Internet permettra
L’échange d’informations, objectif les échanges de données d’équipements désormais
premier d’Internet, deviendra capables de s’autoréguler en fonction des conditions extérieures.
omniprésent, multimédia
et, surtout, totalement interactif
en temps réel.

Représentation
topologique
hyperbolique
d’Internet en 2001.
Demain, le réseau
présentera
un tout autre visage.

LES INDIVIDUS
Trois milliards d’humains
seront connectés en mobilité.
LES SERVICES Contrôle des données
Cent pour cent des systèmes d’information seront personnelles, liberté d’expression,
en nuage. Toute la puissance de calcul disponible éthique, confiance, Internet
dans le monde sera optimisée et utilisée replacera demain l’individu
à la demande, en temps réel, en toute sécurité. au cœur de la technologie.

1. Démultiplier les réseaux


c L’approche incrémentale utilisée jus- férents types de besoins », explique Serge quettes RFID, terminaux divers…). Le
qu’ici pour améliorer les fonctionnalités Fdida, le directeur de l’équipe recherche réseau pourrait en fait assez facilement
du réseau semble avoir atteint ses limi- en réseau du laboratoire d’informatique s’accommoder de milliards de machines
tes. « Mais comment changer les fonda- mixte de l’université Paris 6 et du CNRS communicantes. « L’avènement d’un
tions d’une maison lorsque le bâtiment (LIP 6). Concrètement, cela voudrait dire Internet des objets ne devrait pas poser de
est occupé ? », s’interroge Pascale Vicat- que l’on déclinerait le réseau en plusieurs problème d’adressage. Il n’y a pas encore
Blanc Primet, de l’Inria. Pour ne pas réseaux. Un Internet des contenus, un pénurie d’adresses IP [qui permettent de
tout remettre en cause (et repartir d’une Internet des objets, un Internet des servi- retrouver et caractériser un équipement
feuille blanche), la plupart des équipes de ces et même un Internet des sujets pour- connecté, ndlr] et, de toute façon, il n’y
recherche tentent d’explorer une autre raient ainsi cohabiter. La difficulté sera aura pas besoin d’identifier chaque cap-
voie dite des overlays (littéralement sur- de s’assurer que l’ensemble fonctionne à teur avec une adresse précise », assure
U.C. REGENTS

couches). « L’idée est que le réseau phy- l’échelle mondiale. Daniel Kofman, professeur à l’École natio-
sique soit capable d’héberger plusieurs À cet égard, des solutions existent. Pre- nale supérieure des télécommunications
architectures virtuelles adaptées aux dif- nons l’exemple des objets (capteurs, éti- et président du réseau d’excellence euro-

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 47
www.industrie-technologies.com
cccccccccccccccccccccccccc 2020

2. Doper la transmission
péen Euro-NGI. Le constat est rassurant
car la migration des équipements de rou-
de données
tage de la génération actuelle, dite IPv4, c Un autre défi pour Internet demain sera pour pallier un grand handicap d’Internet:
vers la version 6 (dite IPv6), est loin d’être d’absorber l’inflation de contenus vidéo sa faible capacité à faire communiquer des
simple. « Pour accroître considérable- circulant sur le réseau (télévision sur machines mobiles. En effet, le protocole
ment le nombre d’adresses IP disponibles, mobile, communications audiovisuelles…). IP (Internet Protocol) est prévu pour échan-
on ne va pas remplacer les routeurs IPv4. « En 2015, 95% du trafic seront constitués ger des paquets de données sans coupure
On ajoute au réseau IPv4 des réseaux IPv6 d’images », annonce Vincent Marcatté, le entre deux objets ayant une adresse IP fixe.
avec des systèmes de traduction d’adresse directeur d’Orange Labs et président du Or, lorsque l’on se déplace, dès que l’on
réseau ou NAT (Network Address Trans- pôle Images et réseaux. Conséquence: « Si change de point d’accroche, une nouvelle
lation) entre les deux », explique Chris- le très haut débit se généralise, il va falloir adresse IP est attribuée et la connexion
tophe Diot, de Thomson. Cette solution basculer sur la commutation optique, qui reprend tout depuis le début. Du coup, les
du doublon est certainement plus simple présente l’avantage d’avoir une consomma- performances chutent. Acceptable pour
à mettre en œuvre mais elle ajoute de la tion électrique indépendante du trafic, ce faire passer de la voix. Problématique lors-
complexité à Internet. La démultiplica- qui n’est pas le cas des équipements électro- qu’il s’agira de vidéo en temps réel.
tion des réseaux ne devrait pas arranger niques, qui chauffent. L’inconvénient, c’est Passer au LTE (Long Term Evolution), le
cette tendance. cm sa faiblesse en capacité de mémoire, qui nouveau protocole de communication
va obliger à allonger la taille des paquets numérique sans fil à très haut débit, ne
échangés et à revoir le protocole de base sera pas suffisant. « Il faut trouver des
d’Internet », explique Thierry Houdoin, le solutions pour élargir les bandes disponi-
responsable du pôle stratégie, prospective bles. Une piste consiste à mettre en place
et planification R&D d’Orange. l’allocation dynamique des fréquences en
fonction des besoins et des disponibili-
cc Des solutions pour élargir tés. On parle de “radio cognitive”, car l’al-
les bandes disponibles location serait liée à la mesure de l’acti-
Des équipements plus performants per- vité sur la bande », explique Serge Fdida,
mettront sans doute de faire face à l’aug- du LIP6. Une autre piste, explorée chez
mentation du trafic. Mais ce sont des Orange, consisterait à essayer de repasser
méthodes de transmission radicalement sur le réseau fixe à chaque fois
nouvelles qu’il faudra mettre en œuvre que cela est possible. cm

CINQ IDÉES DE RUPTURE POUR RELEVER LES NOUVEAUX DÉFIS

La virtualisation La fédération La radio cognitive L’information Le routage


Pour déployer Pour assurer la stabilité Pour améliorer les centralisée sémantique
des applications du réseau performances en mobilité Pour instaurer Pour garantir
temps réel c Dans le futur, Internet c Associée à la future plus de sécurité la qualité de service
c Demain, Internet ne sera pourrait être administré norme de réseau mobile c Le fonctionnement c Le routage sémantique
plus qu’un réseau support comme une fédération de quatrième génération du futur réseau serait permettra au réseau
d’autres réseaux, virtuels, de réseaux virtualisés (LTE pour Long Term centré sur l’information d’identifier la nature
qui embarqueront une ayant leur propre Evolution), la radio publiée plutôt que sur du trafic et de s’y adapter
horloge et fixeront des gouvernance, mais cognitive permettrait les serveurs de données. pour choisir le meilleur
priorités pour s’adapter avec des règles l’allocation dynamique Un niveau de sécurité chemin, isoler des contenus
à différents besoins d’échange communes. des fréquences radio. serait alors attribué sensibles, libérer
(temps réel, mobilité…). Un changement radical Alors que le protocole à une information ainsi de la bande passante…
Une mutation essentielle par rapport à l’Internet actuel d’échanges qu’à son chemin d’accès, Et ce, dans le but
pour les applications d’aujourd’hui – dont de données par paquets et non plus à un serveur. de garantir la qualité
critiques comme l’administration est quasi (TCP/IP) s’accommode mal Un renversement complet de service. Impossible
le contrôle aérien, inexistante – qui conférera des réattributions qui permettrait de remédier aujourd’hui puisqu’Internet
étant donné qu’Internet au réseau la stabilité d’adresses imposées à la vulnérabilité transmet
actuellement n’a pas la nécessaire à des par la mobilité, ce virage intrinsèque d’Internet les données sans
notion du temps. applications comme technologique garantira d’aujourd’hui. se préoccuper
l’e-santé. des débits élevés sur des contenus.
les terminaux mobiles.

48 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
www.industrie-technologies.com Plongez
dans les mille et une manières
cccccccccccccccccccccccccc 2020 de cartographier le Web

Cartes topologiques
de l’Internet fonctionnant avec
les protocoles IPv4, d’une part,
IPv6, d’autre part. D’environ
4x109 adresses disponibles,
on passe à environ 3,4x1038.

3. Préserver
Trois manières
le côté participatif de réformer
Internet
c Multiplier les infrastructures virtuelles téger les individus, dont la vie privée est
1. La refondation à partir
est une approche séduisante qui permet menacée par l’invasion d’objets commu-
de la feuille blanche
de garder l’architecture de base actuelle. nicants dotés de puces radiofréquences
ou clean slate design,
Reste qu’il faut les faire cohabiter. C’est (RFID), grâce à une clé numérique qui
pour imaginer de nouveaux
le mode de la fédération qui pourrait être permettra de verrouiller leurs informa-
réseaux et de nouveaux
retenu. Chaque réseau virtuel aurait sa tions. Et pour les données multimédias,
protocoles corrigeant
propre gouvernance, mais avec des règles aujourd’hui publiées sur Internet sans
les défauts actuels d’Internet.
communes pour organiser les échan- possibilité de contrôle, l’Inria travaille
ges. Dans le domaine, tout reste à faire. sur une nouvelle architecture : « Elle per-
2. Les améliorations
« À terme, Internet ne serait plus qu’un mettrait de centraliser toutes ses données
incrémentales ou patches,
monde cohabitant avec d’autres », anti- dans un même endroit et de n’envoyer
qui ont permis jusqu’ici
cipe Serge Fdida, du LIP6. Mais attention que des liens vers les sites ou services sur
de faire évoluer le réseau,
à ne pas créer un réseau qui s’éloignerait lesquels on souhaite les publier, afin de
mais qui l’ont considérablement
de la règle d’équité entre utilisateurs, qui garder la possibilité de les modifier ou
complexifié.
prévaut aujourd’hui. de les supprimer », raconte Claude Cas-
telluccia, directeur de recherches à l’In-
cc Les 3. Des réseaux au-dessus
données multimédias ria. Mais attention, prévient la Fondation
du réseau ou overlays,
contrôlées sur tout le réseau Internet nouvelle génération (Fing), tou-
l’Internet actuel servant
La gouvernance n’est pas le seul enjeu tes ces technologies pourraient avoir un
de socle pour interconnecter
éthique du réseau de demain. « Plus que coût caché : un Internet moins accessible
des réseaux répondant
jamais, l’individu sera au centre d’Inter- et, surtout, moins ouvert à l’innovation.
aux différents besoins.
net du futur. Il faudra donc veiller au Un débat que les chercheurs ne pourront
respect de la vie privé et à la protection pas évacuer très longtemps. cm
U.C. REGENTS

des données », prévient Jean-Luc Beylat,


le président d’Alcatel-Lucent Bell Labs cc AURÉLIE BARBAUX
France. La cryptographie pourrait pro- redaction@industrie-technologies.com

50 HORS-SÉRIEccDÉCEMBRE 2009
www.industrie-technologies.com
MISE À NU

Le petit panda roux lové contre une planète bleue est parti à la conquête du monde virtuel!
De plus en plus d’internautes sont séduits par Firefox, le navigateur libre développé par la fondation
à but non lucratif Mozilla. Découvrez les coulisses du concurrent numéro 1 de Microsoft Internet Explorer.

UN NAVIGATEUR LIBRE SUR L’OCÉAN DU NET


ccFICHE TECHNIQUE
Nom Mozilla Firefox DES RAMEURS BÉNÉVOLES UN SONAR PERFORMANT
Lancement du projet 2002 Firefox fait partie de la famille La barre d’adresse intelligente
Sortie de la version 1.0 9 novembre 2004 des logiciels libres. Il est donc gratuit permet d’accéder rapidement
Dernière version 3.5.5 et son code source est totalement à un site que l’on a précédemment visité
Durée de vie moyenne d’une version 6 mois ouvert. Huit cents contributeurs sans avoir à taper l’adresse précise.
Part de marché mondiale 25 %* réalisent ainsi bénévolement 40 % Firefox ne recherche pas uniquement
Nombre d’utilisateurs 330 millions
de la programmation de Firefox. le texte entré par l’utilisateur dans
Prix Gratuit
Statut Open source
Mais, en plus, la fondation Mozilla les adresses des sites déjà visités
*Source : http://marketshare.hitslink.com/
rémunère 200 personnes, réparties mais aussi dans leurs contenus.
dans le monde, pour
le développement de son navigateur.

LES ONGLETS
COMME BOUSSOLE
Firefox a été le premier
navigateur à proposer
la navigation par onglets,
dès sa version 1.0
en 2004.
Ce système permet
la gestion de plusieurs
pages simultanément
et le passage rapide
de l’une à l’autre,
sans avoir à ouvrir
une nouvelle fenêtre.

DES BALISES
EN TOUT GENRE
Plus de 6 000 « modules
complémentaires »
sont téléchargeables
gratuitement.
Ces petites applications
ajoutent des fonctionnalités
à Firefox. Exemple, LE VENT DANS LES VOILES
SimilarWeb propose La majeure partie du projet est financée
des pages similaires grâce aux moteurs de recherche accessibles par défaut
à celle ouverte dans la barre de recherche.
et ColorfulTabs applique À chaque requête, Google, Yahoo! et autres
différentes couleurs payent une commission à Mozilla.
aux onglets pour les rendre Indexées par le nombre de requêtes, les sommes
D. R.

plus distinguables. se sont élevées à 77,6 millions de dollars en 2008.

DÉCEMBRE 2009ccHORS-SÉRIE 51

Vous aimerez peut-être aussi